Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Mesure et histoire médiévale

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Mesurer la production et les échanges

Pratique, savoir et diffusion des mesures

Marchands et marins vénitiens à Constantinople et Alexandrie

Jean-Claude Hocquet

Resumen

Le marchand était habitué à compter, peser et mesurer des biens et à pratiquer le change. À Constantinople, Badoer a fait commerce de 70 marchandises dont les conditionnements lui donnaient une connaissance initiale des quantités. Il pesait tantôt au poids des Grecs, tantôt au poids des Génois à Pera ou à celui des Vénitiens. Il était très attentif aux tares. Le transport des vins était opéré dans des tonneaux (botti). La « botte » désignait aussi le tonneau de marine, une unité de mesure qui s’appliquait à toutes les marchandises chargées sur les navires et permettait de calculer le fret. Les Statuts maritimes de Venise (1233 et 1255) ont distingué les pondéreux et les volumineux et ont adopté comme unité de mesure du fret le cantar syrien de coton de 700 livres. Ce choix multipliait fictivement les espaces, favorisait les armements et dégageait de la navigation des profits élevés.

Merchants were accustomed to counting, weighing and measuring goods as well as changing money. In Constantinople, Badoer dealt in seventy types of merchandise whose packaging gave him an initial knowledge of quantity. When weighing he used different weight systems: the Greek, the Genoese from Pera or the Venetian. He was careful to look for tare. Wine was transported in casks (botti). A “botte” also referred to a marine ton, a unit of measure applied to all merchandise loaded onto ships and used to calculate the freight. The Maritime Statutes of Venice recognized cargo measured by weight and by bulk and adopted as its measure of freight the Syrian cantar of cotton of 700 pounds. This choice had the effect of multiplying space fictively, helped the shipping industry and made the sea transport of goods extremely profitable.

Nota del editor

Abréviations utilisées : c. pour carta (= folio) ; l pour livre monnaie, s pour sou, d pour denier ; perp. pour perpère (hyperpère), car. pour carat ; g pour gramme ; q pour quart (d’une unité) ; duc. pour ducat (monnaie d’or de Venise). Les renvois au livre de Badoer figurent entre parenthèses. Par respect des règles de la comptabilité « à la vénitienne », nous avons choisi de renvoyer les citations au folio (= c.) et non à la page imprimée.

Texto completo

  • 1 Sur une affaire de fraude décelée par le marchand à l’occasion d’un jet en mer, J.-C. Hocquet, « Gi (...)

1Le marchand Giacomo Badoer, quand il débarqua à Constantinople en 1436, disposait d’un solide outillage mental et avait une bonne connaissance du marché, des besoins de l’industrie vénitienne aux divers stades de l’élaboration des produits, des techniques commerciales et comptables, des difficultés inhérentes à la variété des poids et mesures quand il convertissait des poids syriens en poids grecs sans se laisser surprendre par les erreurs d’un associé qui tantôt majorait sa part pour encaisser davantage d’argent, tantôt la minorait1, des subtilités des changes monétaires grâce à quoi il jonglait avec les monnaies, l’une d’or, le ducat, d’autres, musulmanes ou encore turques, d’argent, et la troisième, byzantine de compte. De Badoer, toujours très attentif et qui se révèle marchand expérimenté, on aimerait savoir dans quelle école et avec quel maître il a appris son métier, mais son Grand Livre, réduit à la sécheresse d’écritures comptables, ne peut nous éclairer. Il a tenu ses comptes avec beaucoup de soin, il n’a pas écrit un manuel de marchandise pour présenter de façon systématique les poids et mesures en usage à Constantinople et dans les ports en relations commerciales avec la Ville. Seule lui importait la connaissance de ses affaires, des bénéfices espérés, des marchandises attendues, de ses parts dans les différentes sociétés où il entrait, mais pour réussir en affaires, il lui fallait la maîtrise totale de la diversité des poids et mesures en usage dans une métropole commerciale en relation avec d’autres ports méditerranéens. Le marchand vénitien utilisait le plus souvent les poids et mesures de la capitale impériale et non ceux de Venise.

  • 2 Il libro dei conti di Giacomo Badoer, éd. U. Dorini, T. Bertelè, Rome, 1956 (Il nuovo Ramusio, 3).

2Giacomo Badoer, jeune noble descendant de famille ducale, était un marchand non spécialisé associé à son frère dans une fraterna compagna et à quelques autres marchands, vénitiens de préférence ou italiens, établis dans les ports du Levant, avec lesquels il entrait dans des sociétés temporaires. Le 2 septembre 1436, il débarquait à Constantinople au terme du voyage des galées placées sous le commandement de Piero Contarini. Dès le lendemain il commençait à tenir ses écritures2.

  • 3 C. Morrisson, « Coin Usage and Exchange in Badoer’s Libro dei Conti », Dumbarton Oaks Papers, 54 (2 (...)
  • 4 U. Tucci, « La formazione dell’uomo d’affari », Commercio e cultura mercantile, éd. F. Franceschi, (...)

3Le marchand était un homme habitué dès sa jeunesse à compter, peser et mesurer, ce qui exigeait une gymnastique intellectuelle hors du commun. L’atteste le maniement de la lettre de change. Giacomo qui, à Venise, était habitué à manier des ducats d’or et à tenir ses comptes en livres de gros et par conséquent à pratiquer des changes internes, bénéficia de lettres de change d’Andrea da Chale à Caffa, pour 3 030 aspres turcs au taux de perp. 10 car. 8 le somo, soit la contrevaleur à Constantinople de perp. 151 car. 12 (c. 246, 16-18). Des lettres de Caffa étaient tirées sur Nicolò Pulachi, qui versa au marchand perp. 50 car. 12 pour une lettre de 1 010 aspres à 10 perp. le somo (multiple de l’aspre, 1 somo = 202 aspres3). Andrea se trouva à son tour créditeur à l’égard d’un autre correspondant de Badoer, établi dans les ports de la mer Noire, Francesco Corner. On comprend que le marchand ait eu grand besoin d’apprentissage pour tenir ses écritures et pour compter4.

4Sur ces livres, il enregistra soixante-dix marchandises, le fil d’or et la soie ou le suif, les chairs salées, le poisson salé et le caviar de Russie, mais il marquait sa prédilection pour les produits traditionnels du commerce vénitien, épices, métaux, textiles, draps, futaines, fourrures, et pour les produits alimentaires de grande consommation, vin, huile et grains. Le volume de ses affaires, même pour les matières pondéreuses, dépassait rarement la tonne. Réduit à traiter de petites quantités, habitué à diviser les risques, Giacomo répartissait sur plusieurs galées de la muda les biens qu’il envoyait à son frère à Venise, ou ailleurs à d’autres partenaires.

5Le marchand vénitien attachait beaucoup d’importance aux poids et mesures, il ne se contentait pas d’estimer, de jauger d’un coup d’œil, d’apprécier un panneau de drap à sa texture et à sa couleur, à son origine et au toucher. Badoer reçut 12 draps, 8 écarlates, 2 turquins (bleu azur) et 2 verts, qui ensemble avaient une longueur de 582 pichi 3/4, le prix était calculé à la « pièce » (peza), qui mesurait 50 pichi et coûtait 50 perp. (c. 3). Il abandonnait la marchandise concrète (12 étoffes de couleur) pour convertir ses draps à une unité de mesure : il vendit au boutiquier juif non pas 12 draps mais 11 pièces et 32 pichi 3/4, soit un métré de tissu de laine, et porta en compte 815 perp. 21 car. (c. 13, 31-33).

Les marchandises et leur conditionnement

6Badoer recevait ou expédiait les marchandises dans des conditionnements divers constituant une mesure initiale approximative, qu’il n’assimilait pas à une unité de mesure-étalon. Un tonneau contenait 1 170 mulets salés, l’autre 890, au total 2 063 (c. 58, 2 et 58, 3, 5). Compter pièce par pièce était une méthode sûre pour connaître la quantité de marchandises reçue. Elle ne mettait pas à l’abri des mauvaises surprises, trouver 293 fourrures de fouine quand on en attendait 300 apprêtées, ouvrir un ballot de cuir et compter 73 peaux de fouine et 30 de martre, soit 103 fourrures et une fraude sur la qualité (c. 102). Il était prudent d’ouvrir le contenant pour en dénombrer le contenu, ainsi de quatre caisses de verre Badoer espérait sortir : 1 600 verres à pied, 400 aiguières, 300 verres et 200 tasses (c. 68). Ces nombres sont remarquables, le commerce de gros du verre expédiait 2 500 pièces fabriquées par l’industrie vénitienne, l’unité de vente était alors la centaine.

7Les récipients variaient de contenance et de poids, ainsi le pondus (tableau 1), en dépit du mot choisi (le « poids »). Le marchand préférait donc faire confiance à un élément constant, à l’unité de mesure pondérale, cantars et rotoli ou livres, valeurs constantes qui donnaient à connaître avec exactitude la quantité et mesuraient la variation du contenu. Quand Jeronimo Badoer vendait sur la place de Venise les marchandises expédiées de Constantinople par son frère, il les avait au préalable pesées (tableau 1).

Tableau 1 — L’instabilité du contenant au poids de Venise

Quantité d’épices

Poids net en livres légères

Poids du pondo en livres légères

Pondi 4 de gingembre

1311

327 3/4

Pondi 3 de girofle

1213 onces 4

404 1/3

Pondi 5 de poivre

2138

427 2/5

Pondi 3 de poivre

1426 onces 9, vendu à duc. 65 la charge, on en a tiré duc. 225, g 0, p. 18

412

  • 5 Jacques Lefort (« Le coût des transports à Constantinople, portefaix et bateliers au xve siècle », (...)
  • 6 Sur la charge de 4 « cantars », standard du trafic transalpin au Moyen Âge, voir H. Ziegler, « Metr (...)
  • 7 J.-C. Hocquet, « Méthodologie de l’histoire des poids et mesures. Le commerce maritime entre Alexan (...)

8L’indication du prix de vente (65 duc. la charge) autorise le calcul de l’équivalence entre le pondo oriental et la charge5 (carica) de Venise. Le pondo pesait pour le girofle et le poivre de 404 à 427 livres, la mesure vénitienne appelée carica, unité de masse usitée pour le transport sur bêtes de somme6, était composée de 400 livres. Toute marchandise était pesée trois fois, au départ puis dans la place de transit (Constantinople), enfin à l’arrivée (Venise). Son poids était partout exprimé dans les unités du lieu où était effectuée la pesée, le marchand international prenait la peine de vérifier toujours l’exactitude du contenu par la pesée exprimée en livres, cantars, rotoli, unités stables et reproductibles. À Alexandrie, le pondo était de grande taille7, double de celui de Constantinople (c. 33, 17-18).

  • 8 Ces deux qualités de soie, leggi et talani, sont citées par L. Molà, La Comunità dei Lucchesi a Ven (...)

9Le fardo de soie lezi chargé à Trébizonde pour le compte de Giacomo et embarqué pour Venise sur la galée Contarina était déclaré peser livre 161 chamerada, le fardo de soie talani8 chargé de la même façon sur la même galée, 197 livres pexò chamerado (tableau 2).

Tableau 2 — Poids et prix du fardo de soie

Tableau 2 — Poids et prix du fardo de soie

10On voit l’instabilité dans le temps du poids du fardo. À Trébizonde, le commis de Badoer acheta 1 fardo de 156 livres 9 onces de soie lezi, dont Badoer abattit la tare du cordage et obtint un poids net de 152 livres 9 onces. La soie, mise en sac et liée pour être embarquée sur la galée et expédiée à Girolamo Badoer, fut enregistrée au poids camerado, supérieur de 4 livres 3 onces au poids brut et de 8 livres 3 onces au poids net. Le poids camerado a pesé la soie embarquée et arrimée dans une camera de la galée.

Poids et pesées nationaux

11Le 6 août 1437, Badoer enregistrait dans son livre 400 livres (vén) de khermès envoyé de Trébizonde par Griguol Contarini, qui lui signalait que la marchandise pesait, net de tare, 290 livres 6 onces (c. 182, 2-4). S’agit-il de poids de Trébizonde ? À Constantinople, le marchand vénitien faisait peser ses marchandises sur les balances de différents organismes, il acquittait un droit de pesage divers selon les bascules : 1/2 carat par cantar de cire achetée à un marchand génois, un carat 1/2 par cantar à un marchand juif (c. 31). Toutes les transactions passées avec des juifs et donnant lieu à pesée se déroulaient « au poids des Grecs » (c. 235). En novembre 1437, il fit peser du cuivre, près de 50 cantars, au poids des Génois et acquitta un droit de carat 1/2 par cantar (c. 142). Le vendeur génois avait imposé le poids de sa nation et de son quartier. À diverses reprises (c. 232 et 319), Badoer procéda à des paiements « au compte de […] qui avait le poids de Pera [poids des génois] l’année passée ». Le 28 février 1439, il réglait des arriérés « au peseur de Pera pour une part de ses pesées […] et pour celles opérées au poids des Grecs ». Le 31 octobre 1437, il avait pesé « à notre poids des Vénitiens » près de 50 cantars de cuivre, un autre jour 10 pondi de poivre arrivés de Brousse (c. 33) et du cuivre encore. C’était là un des nombreux privilèges obtenus par les cités italiennes quelques siècles plus tôt. Chaque cité avait son poids, son service de pesée. On pesait au poids d’Andrinople, de Damas, de Messine, de Brousse, de Trébizonde ou de Tana, de Rhodes, d’Alexandrie, etc. La confrontation de deux pesées entre deux lieux différents et éloignés fournit des équivalences qui sont la matière première de la métrologie historique.

12Les marchands vénitiens avaient recours à un autre type d’estime, la « pesée sur échantillons ». Le 30 avril 1439, une griparia apporta de Salonique des chairs de porc salées, 977 mesures (mezene), 2 tonneaux et un chofin de suif. Comment payer le nolis au patron du bateau ? On préleva 50 mesures, qu’on envoya au « poids » des Grecs pour les peser afin de payer le transport ou nolis (c. 324, 11), après quoi on évalua la totalité de la marchandise et on retint un poids global de 478 cantars (ibid., 15).

Tares et déficiences

13Le marchand n’entendait pas payer les « tares », à la fois défaut de qualité, ou quantité déficiente, ou tout ce qui n’était pas la marchandise. Il ne conviendrait pas de payer un prix et des droits de douane égaux pour la soie et le sac de cuir qui la protège ou pour le vin et son baril de bois. Les marchands acheteurs étaient intraitables sur ce sujet. Les fourrures apprêtées des fouines étaient de bonne qualité, elles ne supportaient aucune tare, mais il en manquait 7 au décompte (c. 20). Des cuirs de bœuf se voyaient taxés de diverses tares, les uns pour usure, d’autres étaient mouillés, d’autres encore, salés, au total 110 rotoli 1/2 furent retranchés : les 151 cuirs furent réduits à 28 cantars 16 rotoli 1/2 (c. 115).

14Le pondo de girofle se vit diminué de trois tares, le sac, les rameaux qui portaient les fleurs séchées, enfin une tare forfaitaire de 6 %, à la suite de quoi le marchand paya pour seulement 1 cantar 95 rotoli (c. 28). Les taches qui maculaient le drap vert clair de Florence justifiaient une tare pro mendo, une retenue de 12 hyperpères (c. 54). Enfin, il fallait se garder de la fraude : on estimait 5 bottes d’huile à 236 mitri et on découvrait 7 laines d’eau salée dans 2 des tonneaux, ce qui était une habile manœuvre car il fallait vider toute l’huile pour déceler la tromperie, question de densité de l’huile.

Criblage et troc

15Le troc, échange direct de marchandises, était pratique courante dans le commerce du Levant, il impliquait l’évaluation des biens échangés en valeur monétaire, pour s’assurer que l’on n’y perdait pas et pour reporter cette valeur dans le livre de comptes afin de faire la somme de mesures identiques de la valeur. Les opérations d’évaluation des biens échangés étaient complexes. Un fripier juif avait acheté le drap de Florence taché d’une valeur de 140 perp. abaissée à 122 perp. 18 car., il offrit de l’échanger avec de l’encens (c. 54, 22-24). Mais l’échange était inégal, Giacomo offrit au juif un second drap estimé 77 perp. 12 car. Cette fois, il fallait rétablir l’équilibre dans l’autre sens et le fripier offrit de troquer avec du gingembre. L’encens et le gingembre furent pesés et évalués, les tares pour les caisses et la poussière défalquées. L’encens réduit à 260 rotoli 1/2 fut estimé à perp. 30 le cantar, soit perp. 78 car. 3, a barato di pani. Le gingembre acheté sur le marché de La Mecque (zenzeri mechini) fut de même évalué à perp. 40 le cantar (c. 296, 1-11).

  • 9 Venezia, Biblioteca Nazionale Marciana, cl. VII, manuscrits italiens, 545 (7350), Tariffe doganali, (...)
  • 10 Pegolotti, La Pratica della Mercatura, op. cit. n. 5, p. 87.
  • 11 Ibid., p. 298-300. La liste (spezierie che si garbellano) comporte trente-sept produits, elle sembl (...)

16Les tarifs et autres manuels à l’usage des marchands insistaient sur une autre pratique d’un usage généralisé au Moyen Âge. La Tariffa Marciana signalait ainsi qu’à Tabriz, grand carrefour caravanier du nord de l’Iran, « le marchand doit savoir quand il achète des épices qu’on évalue la tara de garbellar segondo uxanza, si bien que l’acheteur peut connaître la tare du poivre et des autres épices établie par l’office9 ». Pegolotti qui signalait pour la même ville « toutes les épices grosses ou légères qui sont à tamiser (garbellare) se criblent (si gherbellano) et le criblage reste au vendeur10 », établissait une liste exhaustive des épices qui étaient criblées et du prix que l’on pouvait tirer du sous-produit senza polvere di terra, celui du gingembre, par exemple, valait la moitié de la valeur du gingembre pur11. Le criblage à l’aide d’un tamis séparait les impuretés dont une partie, la terre, était éliminée, tandis que ce qui restait utilisable était apprécié avec une moins-value. Il resterait à déterminer si les deux parties criblaient toute la marchandise ou s’ils ne s’en remettaient pas à l’usage (all’usanza) sous le contrôle d’un officier public qui assistait à la transaction et arbitrait les conflits entre acheteurs et vendeurs.

Les Vénitiens dans le sultanat mamlûk, les achats de poivre

La sporta

  • 12 Le volume des exportations de monnaies vers le Levant a été révisé par A. M. Stahl, « The Deathbed (...)
  • 13 J.-C. Hocquet, Venise et la Mer, xiie-xviiie siècles, Paris, 2006, p. 93, sur les fonctions de la m (...)
  • 14 É. Vallet, Marchands vénitiens en Syrie à la fin du xve siècle, Paris, 1999, p. 155-159 ; F. J. Ape (...)

17Les ports des mamlûks, destination privilégiée des navires vénitiens, constituaient le principal débouché de l’or et de l’argent vénitien12, la présence d’une communauté marchande y était permanente. Durant les dernières décennies du sultanat mamlûk (Qayt-Bay, 1468-96, et al-Ghawry, 1501-17), des accords bilatéraux officialisèrent la situation antérieure et réglementèrent les achats d’épices : une partie de l’investissement privé des marchands vénitiens irait à l’achat de stocks d’épices appartenant en monopole au sultan. Venise, qui souhaitait maintenir sa muda et son système de navigation13, pouvait compter sur des volumes d’épices réservés et le sultan sur des rentrées d’argent. Les marchands regroupés en corporation (le cottimo) achetaient une quantité d’épices calculée en fonction du volume du commerce réalisé chaque année : une sporta de poivre par millier de ducats d’investissement14. La sporta était l’unité de poids du poivre égale à 5 cantars forfori avec laquelle on avait pesé les sacs puis les colis bruts. De 1450 à 1468, l’investissement vénitien de la muda de Syrie avait oscillé entre 337000 duc. (1451) et 607 000 duc. (1466) et le sultan qui vendit donc de 258 à 625 sporte de poivre selon les années encaissait de 26000 à 53000 dinars ashrafi ou ducats (en 1435 le sultan avait aligné sa monnaie d’or sur le ducat).

  • 15 Soit de 3 à 7 % selon les années.
  • 16 Vaticano, Archivio Segreto Vaticano, Senato Mar, reg. 14, c. 181r.

18Le 4 avril 1499, le Sénat de Venise regretta l’adoption d’une mauvaise coutume (pessima consuetudine) dans les ports du sultan : le poivre auparavant vendu en sacs était à présent criblé et mis en colis puis vendu au cottimo. Le choix du contenant n’était pas neutre, le passage de l’un à l’autre entraîna, en 1498, une perte de 18 sporte sur la masse totale du poivre15 vendu par le sultan et cette année, craignait-on, serait pire. Sur le rapport d’un envoyé vénitien à Alexandrie et à Damas, le Sénat vota que, dès la prochaine muda, le poivre ne serait pas sorti des sacs qui devaient être vendus avec la même tare obtenue par le sultan avant qu’il fût pesé, les acheteurs iraient ensuite le peser eux-mêmes16. La sporta était donc uniquement utilisée au pesage du poivre qui, pour son expédition, était placé en sacs ou en colis.

Le chargement sur les galées

  • 17 J.-C. Hocquet, « Weights and Measures of Trading in Byzantium in the Later Middle Ages. Comments on (...)
  • 18 Tarifa zoè noticia dy pexi e mesure di luogi e tere che s’adovra marcadantia per el mondo, éd. V. O (...)

19Les tonneliers livraient au négoce des récipients adaptés au transport et qui seraient arrimés en quinconce sous le pont des vaisseaux, dans des espaces rigides impossibles à modifier. Chaque grand vignoble, dans le livre de comptes de Badoer le candiote et le sicilien, disposait de ses types de tonneaux : l’un de plus grande taille, celui de Candie, avait une capacité intérieure nette variable comprise entre 45 mitri et 52 mitri. Le nom de cette mesure n’est autre que le « metron » antique, un vocable qui généra le métrète, et aussi le « mistate » crêtois ou le mastello vénitien, tandis que Messine expédiait volontiers ses vins dans des caratelli de 40 à 44 metri de Constantinople égaux à une demi-botte (c. 98, 2-3)17. L’estime du fût informait sur l’origine du vin et sa quantité : « À Candie, on vend le vin au “mistate”, 14 mistates font 1 bigonzo à Venise : ainsi 56 mistates de vin clairet rendent 1 amphore à Venise18. »

  • 19 J.-C. Hocquet, « Tonnages ancien et moderne : botte de Venise et tonneau anglais », Revue historiqu (...)

20Cependant le terme de botte dans une autre acception désignait le tonneau de marine. Tous les espaces réservés à la cargaison sur les navires furent convertis en botti (c. 96), Badoer tint ses écritures au moment où, pour le calcul des nolis, la botte achevait de supplanter le mier : « pour le fret (nolis) de 26 miera de sucre, en comptant 1 mier [de livres grosses] pour un tonneau » (c. 78, 21). Il s’agissait de tonneaux fictifs, toutes les marchandises n’étaient pas mises en tonneaux, elles étaient affectées de coefficients calculés en tonneaux, selon leur volume ou selon leur masse. Il est d’usage, en effet, de charger les pondéreux selon leur masse et les marchandises légères selon leur volume, pondéreux et volumineux étant déterminés par leur masse volumique en référence à l’eau de mer19. Le patron Todaro Vatazi importait de Messine du vin, de l’huile, du tartre et de l’orpiment, plus encore 15 sacs et 3 caratelli de savon pesant 32 cantars. Patron et marchand s’accordèrent sur l’équivalence entre 10 cantars et une botte et sur un nolis de 8 duc., traditionnel sur ce trajet (c. 78, 16-17). Le millier de livres de sucre était sans doute en caisses, l’écrivain de la galée faisait payer pour une botte, tare comprise puisque celle-ci qui occupait un volume acquittait le nolis. Pour des marchandises de prix comme les draps, mesurés dans leur longueur à l’aune et protégés dans une balle, le nolis était compté au poids (c. 14, 1-6), renseignement capital qui permet de calculer la densité et la qualité, la finesse des différents draps : les draps de Florence sont plus lourds et plus épais que ceux de Mantoue (ibid., 17-21). Cependant toutes ces mesures de marine étaient des unités de compte établies pour occuper au mieux les volumes de la cale, assurer la stabilité du vaisseau et calculer les taux de fret.

Mesures et coefficients d’arrimage

Les tables des nolis

  • 20 R. Predelli, A. Sacerdoti, Gli statuti marittimi veneziani fino al 1255, Venise, 1903, et Nuovo Arc (...)
  • 21 J. E. Dotson, « Stowage Factors in Medieval Shipping », Trasporti e sviluppo economico, secoli xiii (...)
  • 22 Predelli, Sacerdoti, Gli statuti marittimi veneziani…, op. cit. n. 20, IV-2, p. 288 : qualiter merc (...)
  • 23 Ou cameloto, étoffe tissée avec du poil de chameau.

21Dans les Statuts maritimes de Venise (1233)20, qui codifiaient des usages plus anciens – déjà attestés par Fibonacci (Liber abbaci, 1202) dans les ports d’Afrique du Nord – et leur conféraient valeur de normes, on trouve des équivalences sur lesquelles l’historien américain Dotson attira l’attention21. Les Statuts établissaient une table des nolis qui s’appliquait à toutes les marchandises chargées sur des navires de Venise, dans les ports du Levant à l’importation, et même à la réexpédition : hee sunt merces quas decernimus pro imbolio computari ad caricandum pro uno kantario. Une balle de marchandises emballée (in bolio) était comptée pour un cantar dans la première moitié du xiiie siècle. Ce cantar-étalon, mesure de la valeur pour le calcul des nolis, servait par conséquent à estimer des produits volumineux (légers), au premier rang le coton et les filés de coton, des étoffes de laine, la lavande et aussi le sucre en caisse. Et hee sunt merces que pro carico computari debent, scilicet duo cantaria pro uno de inbolio. Ce sont trente-deux marchandises, surtout les épices, poivre, encens, indigo, gingembre, sucre in capellis, myrrhe, laque, gomme arabique, aloès, noix muscade, girofle, etc., toujours comptés à raison de 2 cantars pour un dit d’emballage22. Les fourrures enfin, le lin, la cannelle, le cumin, le macis, l’anis et les zambelloti23 constituaient une catégorie intermédiaire acceptée à raison de trois cantars pour deux d’inbolio. L’échelle des nolis, établie d’après le poids (cantar), comportait ainsi trois valeurs, selon un rapport de 1/1,5/2. On peut considérer une quatrième valeur, le plomb, exempté de nolis s’il entrait dans le lest du navire. Les Vénitiens n’utilisaient alors ni leur propre système pondéral, ni la botte, qui n’apparut comme unité de tonnage qu’à la fin du xive siècle, ni le mier, qui l’avait précédée (un millier de livres grosses) et qui servit pourtant dans les Statuts Tiepolo à mesurer le tonnage des navires.

  • 24 Ibid., Statuti Zeno, CIII-CX, 244-245.
  • 25 Ibid., Statuti Zeno, 5-183, c. XXXI. Les marchandises pesées à la statère ont leur poids exprimé en (...)
  • 26 Ibid., Statuti Tiepolo, 1-285 (le milliaire à Venise désigne 1 000 livres grosses, 1 000 milliers f (...)

22Les statuts du doge Rainieri Zeno (1255) introduisirent les mesures vénitiennes : omnes merces posite in navi computentur « camerate » in milliarjo vel kantarjis. Ils distinguaient sept classes de marchandises : de inbolio, 3/2 de inbolio, pro carico, 3/4, 2/3 ou 4/5 de carico, enfin la saorna ou lest24. Le cantar signalé dans ce statut était pesant : tout navire d’un tonnage supérieur à 200 milliaires embarquait une statère capable de peser au moins 700 grosses livres25. Déjà dans une addition du 15 août 1233, les Statuts Tiepolo avaient précisé le poids du cantar et surtout le mode de compter : le navire de 1 000 milliaires serait compté sur le pied de 1 050 cantars à charger dans les ports d’outre-mer26.

  • 27 J.-C. Hocquet, Venise et le monopole du sel. Production, commerce et finance d’une République march (...)
  • 28 Pegolotti, La Pratica della Mercatura, op. cit. n. 5, p. 71 : divisamento come si mette la mercatan (...)

23Les deux indications plaident en faveur d’un cantar lourd, qui ne pouvait être celui d’Alexandrie, encore que les deux Statuts énuméraient un véritable catalogue de tous les chargements autorisés sur les navires vénitiens au prorata de leur tonnage : les nefs ayant un port supérieur à 750 milliaires étaient autorisées à charger plus de cantars que leur tonnage exprimé en milliaires. Inversement, sous ce seuil de 750 milliaires, le nombre de cantars s’abaissait rapidement jusqu’à 110 seulement pour une nef de 200 milliaires. L’échelle de conversion, dégressive, était établie à l’avantage des gros tonnages supérieurs à 750 milliaires. Sans doute visait-elle à assurer la sécurité du navire, à décourager les petits tonnages de quitter les eaux adriatiques pour tenter les voyages d’outre-mer, à réserver aux voiliers les plus gros les privilèges du monopole27. Le cantar utilisé au calcul du fret sur les gros navires était le cantar syrien. Il pesait vers 1300 : 655 livres légères de Venise à Tripoli de Syrie, 735 livres à Laias en Arménie, 750 livres à Chypre et 794 livres à Acre. Les autorités et les marchands d’Alexandrie, en choisissant la sporta pour peser le poivre, s’étaient alignés sur leurs voisins du Levant. Pegolotti traitant « de la manière de compter les marchandises placées dans les navires à Alexandrie » observait que la sporta était l’unité de mesure pour l’arrimage des marchandises à bord. Toutes les marchandises embarquées étaient alignées sur la sporta de 5 cantars de poivre28.

Tableau 3 — Table des frets à Alexandrie selon Pegolotti

Tableau 3 — Table des frets à Alexandrie selon Pegolotti

La diversité des cantars

  • 29 H. Inalcik, « Introduction to Ottoman Metrology », Turcica. Revue d’études turques, 15 (1983), p. 3 (...)

24Dans les derniers temps du sultanat mamlûk, alors que les Ottomans avaient substitué aux mesures byzantines leurs mesures propres venues d’Asie centrale29, le vénitien Bartolomeo di Paxi publia en 1503 une Tariffa de pexi e misure.

Équivalences des cantars de 100 ratl et de la sporta sur les places du Levant

Équivalences des cantars de 100 ratl et de la sporta sur les places du Levant
  • 30 John Dotson avait résumé la situation : The shipper was allowed to load two cantars of these commod (...)
  • 31 J.-C. Hocquet, « Federigo Melis et les problèmes de la navigation médiévale », Maritime Food Transp (...)

25La table des nolis du doge Tiepolo informait les chargeurs des nolis à verser aux armateurs pour les marchandises embarquées. Outremer, sur la côte de Syrie, de Laias à Acre, le cantar syrien pesait autour de 750 livres légères de Venise. Pour le calcul des nolis, une balle valait un cantar, deux cantars d’épices étaient facturés au prix d’un cantar de coton et sept marchandises étaient chargées à raison de trois cantars pour le prix de deux30. Les marchandises encombrantes (gros volume et faible poids) donnaient l’unité de compte standard pour le prix du transport, les denrées de prix étaient acceptées à des nolis nominalement moins élevés (deux cantars facturés au prix d’un ou trois pour deux). Dès les années 1220, les Vénitiens appliquaient en fait des nolis différenciés, masqués par une savante manipulation des mesures de compte31. Pour bien comprendre cette subtile comptabilité, il faut dissocier les deux types de marchandise, celles chargées selon leur volume (balle) mais calculées au cantar-poids, et celles uniquement pesées, les épices et les marchandises de la troisième liste, pour lesquelles les nolis étaient apparemment diminués de moitié ou des deux tiers.

  • 32 La question des coefficients d’arrimage n’a pas cessé de préoccuper les chargeurs et armateurs et m (...)
  • 33 La pesée sur une balance donne un PS de 0,58 pour le poivre blanc rond. Le coton, selon nos calculs (...)

26En fait, le choix du coton comme unité de compte témoigne du savoir-faire vénitien, qui s’est porté sur un produit de très faible densité et de volume élevé. Les Vénitiens ont en effet choisi comme facteur d’arrimage32 le produit le plus volumineux et aligné les coûts des nolis des marchandises de charge (carico) sur ce facteur, avec une correction de 2/1 ou 3/2. Cette politique marchande visait à favoriser les armements navals et à dégager des profits élevés au bénéfice des marchands armateurs. Selon une loi votée par le Sénat le 28 juillet 1332, le coton était « vissé » dans les cales des navires en passant dans un engin formant coffrage qui mesurait 5 pieds 1/2 de long avec une ouverture de 3 pieds 3/4. Cette presse à coton confectionnait et arrimait des balles d’environ 750 livres (ou 1 cantar), qui occupaient le volume du cadre, soit 60 pieds3 (un pied3 = 42 dm3). Un cantar de coton occupait donc un volume de 2,5 m3 : aligner les nolis des cantars d’autres denrées sur un produit d’aussi faible poids, même divisés par des coefficients de 1,5 ou 2, revenait à facturer très cher l’espace aux chargeurs, puisqu’ils payaient un volume de 2,5 m3 pour charger au mieux de 1 125 à 1500 livres d’épices. Les armateurs multipliaient fictivement l’espace pour le facturer aux chargeurs. La démonstration sera complète si l’on fait état du poids spécifique des différents produits, car poivre et épices sont plus pesants que le coton brut très léger33. On peut alors tenter de calculer les coefficients réels des nolis non plus selon les masses embarquées à bord des navires, mais selon les volumes occupés (tableau 4).

Tableau 4 — Les modes de calcul des nolis

1 cantar

Nolis
selon poids

volume

Nolis selon volume

Coefficient selon volume

de coton

1

2,5 m3

1

1

de poivre

2

0,39 m3

6,4

3,2

  • 34 Zibaldone da Canal, manoscritto mercantile del sec. xiv, éd. A. Stussi, Venise, 1967, c. 39-41.

27Pour le cantar de poivre, le chargeur acquittait à l’armateur un nolis non pas la moitié, mais 3,2 fois supérieur à celui du coton à volume égal. Quand le Zibaldone recopia la table des nolis et des coefficients d’arrimage des marchandises utilisées à la fin du xiiie siècle (après la chute d’Acre), il abandonna la référence au cantar et n’envisagea plus que le mier de livres grosses de Venise34.

28Le marchand passait sa vie à compter, peser et mesurer des biens, à pratiquer le change et à tenir ses livres et ses écritures. À Constantinople, Badoer a fait commerce de 70 marchandises provenant de tous les ports de la Méditerranée, de la mer Noire et de l’Adriatique. Les conditionnements lui donnaient une connaissance initiale des quantités. Il pesait tantôt au poids des Grecs, tantôt au poids des Génois à Pera ou à celui des Vénitiens. Il était très attentif aux tares, déficiences et fraudes. Le transport des vins était opéré dans des tonneaux (botti). La « botte » désignait aussi le tonneau de marine, une unité de mesure qui s’appliquait à toutes les marchandises chargées sur les navires et qui offrait un coefficient permettant de calculer le fret. Les Statuts maritimes de Venise (1233 et 1255) ont distingué les pondéreux et les volumineux et ont adopté comme unité de mesure du fret le cantar syrien de coton de 700 livres. Ce choix multipliait fictivement les espaces, favorisait les armements et dégageait de la navigation des profits élevés pour les armateurs. On observe enfin que, après avoir utilisé les poids et mesures du Levant et les avoir copiés ou calqués, Venise a réussi à imposer à la fin du Moyen Âge ses propres poids et mesures, devenus, aidés par leur proximité avec les poids orientaux, dominants dans le commerce oriental, qui a adopté de son côté un dirham d’or de poids égal au ducat vénitien.

Notas

1 Sur une affaire de fraude décelée par le marchand à l’occasion d’un jet en mer, J.-C. Hocquet, « Giacomo Badoer et le commerce de l’alun et des cendres à Constantinople au xve siècle », Thesaurismata, Bollettino dell’Istituto Ellenico di Studi Bizantini e Postbizantini, 37 (2007), p. 87-100.

2 Il libro dei conti di Giacomo Badoer, éd. U. Dorini, T. Bertelè, Rome, 1956 (Il nuovo Ramusio, 3).

3 C. Morrisson, « Coin Usage and Exchange in Badoer’s Libro dei Conti », Dumbarton Oaks Papers, 54 (2001), p. 217-244, § 5b : le sommo était un lingot d’argent de 200 à 205 g environ et une monnaie de compte. Dans le livre de compte il est coté entre 9 perp. 6 car. et 10 perp. 9 car.

4 U. Tucci, « La formazione dell’uomo d’affari », Commercio e cultura mercantile, éd. F. Franceschi, R. A. Goldthwaite, R. C. Mueller, Trévise, 2007 (Il Rinascimento italiano e l’Europa, 4), p. 481-498 ; G. Petti Balbi, « Tra scuola e bottega : la trasmissione delle pratiche mercantili », La trasmissione dei saperi nel Medioevo (secoli xii-xv), Pistoie, 2005 ; G. P. Brizzi, Le marchand italien à l’école entre Renaissance et Lumières, Cultures et formations négociantes dans l’Europe moderne, éd. F. Angiolini, D. Roche, Paris, 1995.

5 Jacques Lefort (« Le coût des transports à Constantinople, portefaix et bateliers au xve siècle », Mélanges offerts à Hélène Ahrweiler, Paris, 1998, t. 2, p. 413-425), emploie le mot « charge » au sens générique de chargement et non au sens métrique, il considère que « les charges transportées faisaient ordinairement 2 ou 3 cantars, soit de 94 à 141 kg » (p. 413, n. 3). Pegolotti (La Pratica della Mercatura, éd. A. Evans, Cambridge Mass., 1936) ne signale pas l’existence d’une carica à Constantinople. Ici le calcul enseigne que les 3 pondi de poivre rendent à Venise : 225 : 65 ≈ 3,46 charges ou 1 384 livres.

6 Sur la charge de 4 « cantars », standard du trafic transalpin au Moyen Âge, voir H. Ziegler, « Metrologische Normen im Mittelalter. Die Saum-Last als zwangsmäßiger Standard für Flüssigkeitsmaße », Acta Metrologiae Historicae, Linz, 1985, p. 273.

7 J.-C. Hocquet, « Méthodologie de l’histoire des poids et mesures. Le commerce maritime entre Alexandrie et Venise durant le haut Moyen Âge », Mercati e mercanti nell’alto Medioevo : l’area euroasiatica e l’area mediterranea, 40a Settimana di studio del Centro Italiano di studi sull’alto Medioevo, Spolète, 1993, p. 847-883.

8 Ces deux qualités de soie, leggi et talani, sont citées par L. Molà, La Comunità dei Lucchesi a Venezia. Immigrazione e industria della seta nel tardo Medioevo, Venise, 1994. Evans, dans son Glossary of commodities annexé au manuel de Pegolotti (La Pratica della Mercatura, op. cit. n. 5), reprend les définitions de Heyd : seta leggi = Lahijan silk, seta talani = Talish silk, deux sites de la rive sud-ouest de la Caspienne (p. 430). Pegolotti les signalait, ibid., p. 297-298.

9 Venezia, Biblioteca Nazionale Marciana, cl. VII, manuscrits italiens, 545 (7350), Tariffe doganali, anno 1493, chap. xxiv, Pexi de Ttoris chon Venexia, c. 85r.

10 Pegolotti, La Pratica della Mercatura, op. cit. n. 5, p. 87.

11 Ibid., p. 298-300. La liste (spezierie che si garbellano) comporte trente-sept produits, elle semble avoir échappé à la vigilance de Tucci, qui assimile deux tares, le contenant et le résultat du criblage : « chez Pegolotti la définition [des tares] figure seulement pour deux marchandises : le miel et l’huile », voir U. Tucci, « Mercanti veneziani e usi di piazza di Alessandria alla fine del Quattrocento », Relazioni economiche tra Europa e mondo islamico, secc. xiii-xviii, Atti delle Settimane di Studi, t. 1, Florence, 2007 (Istituto Datini, 38), p. 364-373, ici p. 371.

12 Le volume des exportations de monnaies vers le Levant a été révisé par A. M. Stahl, « The Deathbed Oration of Doge Mocenigo and the Mint of Venice », Intercultural Contacts in the Medieval Mediterranean, Studies in honour of David Jacoby, éd. B. Arbel, Londres, 1996, p. 284-301.

13 J.-C. Hocquet, Venise et la Mer, xiie-xviiie siècles, Paris, 2006, p. 93, sur les fonctions de la muda ; G. Christ, Trading Conflicts. Venetian Merchants and Mamluk Officials in Late Medieval Alexandria, Leyde, 2012.

14 É. Vallet, Marchands vénitiens en Syrie à la fin du xve siècle, Paris, 1999, p. 155-159 ; F. J. Apellániz, « Crise financière et rapports internationaux en Méditerranée : la faillite des corporations européennes dans le sultanat mamlûk (1450-1517) », Relazioni economiche…, op. cit. n. 11, p. 617-635 ; A. Sopracasa, « Les marchands vénitiens et la douane d’Alexandrie à la fin du xve siècle d’après le témoignage des tariffe », Alexandrie médiévale 4, éd. C. Décobert, J.-Y. Empereur, C. Picard, Alexandrie, 2012, p. 143-165.

15 Soit de 3 à 7 % selon les années.

16 Vaticano, Archivio Segreto Vaticano, Senato Mar, reg. 14, c. 181r.

17 J.-C. Hocquet, « Weights and Measures of Trading in Byzantium in the Later Middle Ages. Comments on Giacomo Badoer’s Account Book », Kaufmannsbücher und Handels-praktiken vom Spätmittelalter bis zum beginnenden 20. Jahrhundert, éd. M. A. Denzel, J.-C. Hocquet, H. Witthöft, Stuttgart, 2002, p. 89-116.

18 Tarifa zoè noticia dy pexi e mesure di luogi e tere che s’adovra marcadantia per el mondo, éd. V. Orlandini, R. Cessi, Venise, 1925, p. 32 et 59.

19 J.-C. Hocquet, « Tonnages ancien et moderne : botte de Venise et tonneau anglais », Revue historique, 231 (1989), p. 349-360.

20 R. Predelli, A. Sacerdoti, Gli statuti marittimi veneziani fino al 1255, Venise, 1903, et Nuovo Archivio Veneto, n. s. IV (1902) et V (1903).

21 J. E. Dotson, « Stowage Factors in Medieval Shipping », Trasporti e sviluppo economico, secoli xiii-xviii. Atti della « Quinta Settimana di Studio » (Prato, 4-10 maggio 1973), Florence, 1986, p. 273-278. Dotson revint sur l’argument : Id., « A Problem of Cotton and Lead in Medieval Italian Shipping », Speculum, 57 (1982), p. 52-62.

22 Predelli, Sacerdoti, Gli statuti marittimi veneziani…, op. cit. n. 20, IV-2, p. 288 : qualiter merces computari debeant ad caricandum. Il s’agit bien de compter (computare).

23 Ou cameloto, étoffe tissée avec du poil de chameau.

24 Ibid., Statuti Zeno, CIII-CX, 244-245.

25 Ibid., Statuti Zeno, 5-183, c. XXXI. Les marchandises pesées à la statère ont leur poids exprimé en livres grosses, celles pesées à la balance ou bilancia le sont en livres légères.

26 Ibid., Statuti Tiepolo, 1-285 (le milliaire à Venise désigne 1 000 livres grosses, 1 000 milliers feraient 1 million de livres, soit pour un tel navire un port de 477 tonnes).

27 J.-C. Hocquet, Venise et le monopole du sel. Production, commerce et finance d’une République marchande, t. 1, Paris-Venise, 2012, p. 294-298 et 549-558.

28 Pegolotti, La Pratica della Mercatura, op. cit. n. 5, p. 71 : divisamento come si mette la mercatantia a carico di nave in Allessandria.

29 H. Inalcik, « Introduction to Ottoman Metrology », Turcica. Revue d’études turques, 15 (1983), p. 311-348.

30 John Dotson avait résumé la situation : The shipper was allowed to load two cantars of these commodities while paying the same freight charges as for one cantar of packaged goods. Pour le coton à bord des navires, voir F. C. Lane, « Cargaisons de coton et réglementations médiévales contre la surcharge des navires – Venise », Revue d’histoire économique et sociale, 40 (1962), p. 21-31.

31 J.-C. Hocquet, « Federigo Melis et les problèmes de la navigation médiévale », Maritime Food Transport, éd. K. Friedland, Cologne-Weimar-Vienne, 1994, p. 111-115.

32 La question des coefficients d’arrimage n’a pas cessé de préoccuper les chargeurs et armateurs et même les sociétés savantes : voir par exemple, pour le domaine français, l’abbé Bossut, Mémoire sur l’arrimage des navires. Pour concourir au Prix proposé par l’Académie royale des sciences pour l’année 1761, Paris, 1761, p. 76 ; F. Sauvage, Manuel pratique de transport des marchandises par mer, Paris, 1926, p. 55 ; P. Garoche, Arrimage, manutention et transport des marchandises à bord des navires de commerce, Paris, 1937.

33 La pesée sur une balance donne un PS de 0,58 pour le poivre blanc rond. Le coton, selon nos calculs, 1 cantar de 750 livres légères occupant un espace de 2,5 m3, aurait une densité de 9 g/l, soit 6,4 fois inférieure à celle du poivre.

34 Zibaldone da Canal, manoscritto mercantile del sec. xiv, éd. A. Stussi, Venise, 1967, c. 39-41.

Índice de ilustraciones

Título Tableau 2 — Poids et prix du fardo de soie
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/28578/img-1.jpg
Archivo image/jpeg, 88k
Título Tableau 3 — Table des frets à Alexandrie selon Pegolotti
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/28578/img-2.jpg
Archivo image/jpeg, 60k
Título Équivalences des cantars de 100 ratl et de la sporta sur les places du Levant
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/28578/img-3.jpg
Archivo image/jpeg, 122k

© Éditions de la Sorbonne, 2013

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540