Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Mesure et histoire médiévale

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Les méthodes de l’historien

Les théologiens parisiens : une approche par l’analyse factorielle

Jean-Philippe Genet

Resumen

Il s’agit ici de l’application d’une méthode quantitative, l’analyse factorielle des correspondances, à une population particulière qui n’a jamais été traitée globalement sur le plan statistique, celle des étudiants et des maîtres en théologie parisiens. Les données sont extraites du dictionnaire des membres de l’université de Paris, compilé dans le cadre du projet Studium Parisiense (ERC). Le dictionnaire étant en cours de réalisation, les données sont incomplètes, mais l’analyse factorielle présente le double avantage de mesurer précisément la structure de la population analysée pour l’interpréter et de déceler les déséquilibres subsistant dans la documentation pour les corriger.

This is about the application of a quantitative method, Factorial Analysis of Correspondence, to a group that has never before been subject to global statistical treatment, the students and masters of theology of Paris. The data used comes from the Dictionary of Members of the University of Paris, compiled as part of the Studium Parisiense Project (ERC). As the dictionary is still in progress, the data available is incomplete. Nevertheless, Factorial Analysis has the twofold advantage of being able to precisely measure the structure of the group under analysis and to detect any imbalances found in the documentation in order to correct them.

Texto completo

  • 1 Pour l’analyse de réseaux, voir l’ouvrage de Claire Lemercier et Claire Zalc, Méthodes quantitativ (...)

1Les discussions qui ont permis de préparer la rencontre des médiévistes de l’enseignement supérieur à Tours ont amplement démontré que les méthodes quantitatives restaient encore relativement peu utilisées par les historiens du Moyen Âge en France – elles le sont plutôt moins ailleurs – et nous avions donc avec Stéphane Lamassé décidé de proposer un travail dans un esprit plutôt pédagogique, pour montrer ce que ces méthodes pouvaient apporter au chercheur, tant dans la conduite de sa recherche que dans l’interprétation de ses résultats. C’est pourquoi nous avions présenté à Tours une communication intitulée « L’analyse factorielle et l’analyse de réseaux : concurrence ou complémentarité ? », ces deux méthodes statistiques étant appliquées à une même population, en l’occurrence les théologiens parisiens. Malheureusement, l’homme propose et l’informatique dispose : un incident matériel fâcheux sur l’une des machines sur lesquelles nous avions travaillé a amputé cet article de la partie consacrée à l’analyse de réseaux1.

  • 2 Un vaste éventail d’expériences est présenté dans J.-P. Benzécri et al., Pratique de l’analyse des (...)
  • 3 Les meilleurs guides pour l’utilisation de la méthode sont les ouvrages de Philippe Cibois, La rep (...)
  • 4 C. Klapisch, M. Demonet, « A uno pano e uno vino. Structure et développement de la famille rurale (...)
  • 5 A. Prost, Le vocabulaire des proclamations électorales de 1881, 1885, 1889, Paris, 1974.
  • 6 H. Millet, Les chanoines du chapitre cathédral de Laon 1272-1402, Paris, 1982 ; Ead., « La composi (...)
  • 7 J.-L. Robert, La scission syndicale de 1921, Paris, 1980.
  • 8 A. Guerreau, « Douze doyennés clunisiens », Annales de Bourgogne, 52 (1980), p. 83-128 ; Id., « An (...)
  • 9 J.-P. Genet, « Une application de l’analyse factorielle à l’étude du vocabulaire », Le médiéviste (...)
  • 10 J.-P. Genet, « Analyse factorielle et construction des variables. L’origine géographique des auteu (...)

2La méthode de l’analyse factorielle des correspondances est bien connue des historiens en France, où les travaux de Jean-Paul Benzécri2 et de Philippe Cibois3 l’ont fait connaître et où les choix méthodologiques de Pierre Bourdieu en ont favorisé et légitimé l’utilisation : Michel Demonet, notamment pour l’enquête de Christiane Klapisch et de David Herlihy sur le catasto florentin4, Antoine Prost5, Hélène Millet6, Jean-Louis Robert7, Alain Guerreau8 et moi-même9 l’avons utilisée dans le cadre de nombreux travaux. L’utilisation qui en est présentée ici est toutefois assez différente : elle est avant tout méthodologique, et se rapproche de celle que j’ai expérimentée il y a quelques années, en utilisant la méthode statistique de l’analyse factorielle pour tenter de définir les variables d’une base de données sur les auteurs anglais, en l’occurrence la variable « région d’origine » alors qu’il n’existe pas véritablement de régions en tant que telles en Angleterre, puisque l’unité locale la plus usitée, le comté, s’avérait d’une taille trop restreinte pour une exploitation statistique satisfaisante de la base10.

  • 11 Le projet est décrit sur le site du LAMOP, à l’onglet ERC-SAS ; une partie des travaux est pour le (...)
  • 12 Voir J.-P. Genet, « Le répertoire informatisé provisoire de l’université de Paris », Histoire et I (...)
  • 13 J.-P. Genet, M. Hainsworth, « Prosop : un système de traitement automatique des données prosopogra (...)
  • 14 Pour Analyse-KTSHS, se reporter au site du PIREH [http://pireh.univ-paris1.fr/].
  • 15 Voir sur le site du LAMOP (onglet ERC-SAS, ateliers) le compte rendu des journées Studium Parisien (...)

3L’analyse porte ici sur une sous-population des membres de l’université de Paris, celle des théologiens qui, pour être la plus prestigieuse, n’en est pas forcément la mieux connue ! Dans le cadre du programme SAS (Signs and States) financé par le European Research Council11, il a été en effet possible de relancer un projet initié il y a plus d’une vingtaine d’années au LAMOP12. Dans le cadre de ce nouveau projet, baptisé Studium Parisiense, il s’agit de réaliser un dictionnaire interactif des membres des écoles et de l’université de Paris au Moyen Âge, grâce à un logiciel de prosopographie, PROSOP13, qui pourra être ensuite vidé de ses données pour être utilisé pour d’autres types de population ; un premier test est en cours de réalisation sur la base des auteurs anglais, HP, déjà mise en ligne avec l’aide de Christine Ducourtieux et de Jean-Claude Bergès, puis, plus récemment et dans une nouvelle version, par Georges-Xavier Blary. Le logiciel prosopographique sera couplé avec le logiciel ANALYSE, développé par Stéphane Lamassé, et destiné à permettre le traitement statistique en ligne des données numériques accessibles sur Internet14. Ce projet est pour le moment conduit au LAMOP par Thierry Kouamé et moi-même, la documentation et le traitement des sources sont assurés par Claire Priol et Anne Tournieroux, et le développement informatique est l’œuvre de Hicham Idabal, en collaboration avec Georges-Xavier Blary et Stéphane Lamassé. Mais il a vocation à s’ouvrir à tous ceux qui désireront participer de façon interactive au développement de la base15.

  • 16 S. Ferruolo, The Origins of the University, the Schools of Paris and their Critics, Stanford, 1985 (...)
  • 17 H. Denifle, E. Chatelain, Chartularium Universitatis Parisiensis, Paris, 1889-1897 et Auctarium Ch (...)
  • 18 Est toujours indispensable pour la bibliographie ancienne : S. Guenée, Bibliographie de l’histoire (...)
  • 19 J. Verger, C. Vulliez, « Cartulaires universitaires français », Les Cartulaires. Actes de la table (...)
  • 20 W. J. Courtenay, Parisian Scholars in the Early Fourteenth Century : A Social Portrait, Cambridge, (...)
  • 21 P. Glorieux, Aux origines de la Sorbonne, Paris, 1965 et J. Vieilliard, M.-H. Jullien de Pommerol,(...)
  • 22 N. Gorochov, Le collège de Navarre de sa fondation (1305) au début du xve siècle (1418) : histoire (...)
  • 23 T. Sullivan, Benedictine Monks at the University of Paris, 1229-1500, Leyde-Boston, 1995 ; Id., Pa (...)
  • 24 J. K. Farge, Prosopographical Register of Paris Doctors of Theology, 1500-1532, Toronto, 1980.
  • 25 Ce fichier est aujourd’hui en voie de numérisation et n’a pas été utilisé pour la présente étude.
  • 26 En particulier grâce au réseau européen des bases de données universitaires : voir le carnet de re (...)
  • 27 On pense notamment aux activités des Fasti Ecclesiae Gallicanae, le groupe de recherche fondé par (...)

4Comme on le sait depuis longtemps, l’histoire sociale et intellectuelle des écoles et de l’université parisienne se heurte à un double problème, celui des sources et celui de l’importance de ces institutions, si tant est que le mot ne soit un peu exagéré pour la période qui précède la naissance effective de l’université16 : le nombre de maîtres et d’étudiants est élevé, en comparaison avec ceux des autres universités européennes, Bologne excepté. Quant aux sources, on le sait, il n’existe pas de matricules de l’université parisienne dont les sources sont par nature incomplètes et lacunaires : on ne pourra jamais établir avec certitude la liste de ceux qui, à un titre ou à un autre, ont fréquenté l’université parisienne. Beaucoup de sources ont été publiées par Émile Chatelain, Heinrich Denifle et leurs successeurs dans les dix volumes du Chartularium Universitatis Parisiensis et de son Auctarium17, mais ces publications sont loin d’être exhaustives. Heureusement, depuis quelques années18, les recherches ont repris dans plusieurs directions, entraînant un réexamen des sources19 : William Courtenay a montré les énormes progrès que pouvaient permettre de réaliser les éditions ou rééditions critiques de sources mal ou incomplètement publiées, notamment les rotuli envoyés à la papauté par l’université, ses facultés et ses collèges20. Une deuxième voie est celle de l’étude des collèges, qui ne se cantonne plus à la seule Sorbonne21, mais s’étend désormais à d’autres établissements22. Enfin, des travaux de prosopographie de grande envergure, notamment ceux de Thomas Sullivan23 et de James Farge24, ont permis d’apporter un éclairage nouveau sur plusieurs groupes de maîtres et d’étudiants. Il n’est d’ailleurs pas exclus que d’autres ressources puissent être exploitées : ainsi Thierry Kouamé et Thierry Amalou se sont penchés récemment sur l’œuvre de César Égasse du Boulay, susceptible de faire références à des sources qui avaient disparu entre son époque et celle de Denifle et Chatelain. Dans un tout autre registre, John Baldwin a bien voulu mettre à notre disposition une copie du précieux fichier sur les magistri (mais dont rien ne prouve forcément qu’ils aient un lien avec les écoles parisiennes) qu’il a rencontrés dans ses dépouillements de sources des xiie et xiiie siècles25. Et plusieurs entreprises en cours sont susceptibles d’apporter des informations inédites sur les universitaires parisiens à partir de leurs activités à l’extérieur de l’université de Paris, notamment leur présence dans d’autres universités26 ou leur carrière bénéficiale27.

  • 28 Outre les volumes du Chartularium et de l’Auctarium, et les ouvrages de William Courtenay, Thomas (...)
  • 29 Avec l’aide de Claire Priol et d’Anne Tournieroux, que je tiens à remercier ici.
  • 30 A. B. Emden, A Biographical Register of the University of Oxford to 1500, Oxford, 1957-1959 ; W. C (...)

5Pour l’heure, le projet Studium Parisiense a repris, en dépit de sa qualité très inégale, le fichier des maîtres et étudiants parisiens compilé dans le cadre de l’ancien projet : un fichier qui concerne environ 15 000 individus, mais seules 3 000 fiches environ sont aujourd’hui révisées et consultables à partir du site du LAMOP. Tel qu’il est et en dépit de ses imperfections, ce fichier reste utile car il rassemble des informations extraites d’une multitude de publications28. Nous en avons tiré, après sélection et correction des erreurs les plus manifestes, une liste de 3 021 « théologiens », liste que nous avons ensuite améliorée, en utilisant de nombreuses ressources bibliographiques qu’il serait trop long de signaler ici29. Mais la liste contient beaucoup d’incertitudes qui ne pourront être levées que lorsque le dictionnaire sera achevé. Parmi les erreurs qui n’ont pas pu être éliminées à ce stade, et dont nous espérons qu’elles le seront avant la mise en ligne des fiches, il y a notamment les doublons – la même personne figurant sous plusieurs noms – et les intrus, des étudiants ou des gradués d’autres universités présents à Paris sans que le lieu où ils ont obtenu leur grade soit précisé. La question a été bien travaillée pour les Anglais30, mais pour beaucoup d’autres, elle est loin d’être résolue. Plusieurs zones d’ombre sont facilement détectables : ainsi, pour le xiiie siècle, la présence à Paris de maîtres qui ont obtenu leur grade à Toulouse et, aux xive et xve siècles, celle de maîtres appartenant aux ordres mendiants ou à celui des Servites et dont beaucoup auraient acquis leur grade dans l’une des universités italiennes, surtout après la création de la faculté de théologie à Bologne. Il faut prendre ces données pour ce qu’elles sont : des données provisoires, qui seront corrigées et complétées au fur et à mesure des progrès accomplis dans le cadre de Studium Parisiense. Pour les besoins de ce traitement provisoire, j’ai introduit un nombre limité d’informations dans une base de format DBF (Access etc.) afin de pouvoir les transformer pour créer des variables homogènes et les trier avant de procéder à l’analyse factorielle proprement dite.

6Quoi qu’il en soit, ces « théologiens » ont soit un grade, celui de maître ou de bachelier, soit n’en ont pas, mais ont ou prétendent avoir étudié à l’Université de Paris. Les rotuli, notamment, comportent des mentions d’études en théologie d’étudiants membres des autres facultés, et surtout de la faculté des arts et de celle de médecine, dont un nombre assez surprenant de maîtres en médecine. Ces étudiants sont le plus souvent autoproclamés, et le rotulus prend soin de mentionner « à ce qu’il affirme » : mais, d’un autre côté, on trouve aussi trace dans le Chartularium de poursuites engagées contre des étudiants qui se targuaient frauduleusement d’avoir un certain grade ou d’avoir appartenu à l’une des facultés alors qu’il n’en était rien. Toutes les informations détaillées sont conservées dans la base, mais pour le traitement statistique, les données ont été simplifiées : nous avons confondu les grades de licencié, et de docteur avec celui des maîtres et, de même, ceux de bacheliers bibliques, sententiaires et formés en une seule catégorie, celle des bacheliers. Les théologiens se répartissent ainsi entre maîtres (1 593), bacheliers (629) et étudiants (799). Ces théologiens ont été répartis entre onze périodes de vingt-cinq ans, en fonction de la date à laquelle ils ont obtenu leur grade ou sont attestés comme étudiant (la première date connue). Si l’on utilise la variable chronologique comme variable triante, on obtient le tableau 1, celui des grades triés par période.

Tableau 1 — Grades par période

Tableau 1 — Grades par période
  • 31 Sur la question des origines géographiques des étudiants parisiens, voir notamment les réflexions (...)
  • 32 Mais on n’a pas dépouillé D. E. R. Watt, A Biographical Dictionary of Scottish Graduates to A.D. 1 (...)

7Nous avons ensuite des informations géographiques, parfois une indication du lieu de naissance (quand on rappelle dans une supplique que le bénéfice demandé se trouve à proximité du lieu de naissance de l’impétrant), mais le plus souvent celle du diocèse31. Dans à peu près un tiers des cas, nous n’avons aucune information, si ce n’est celle que l’on peut déduire, non sans danger, du nom ou du surnom porté par l’universitaire : que l’on se souvienne des controverses qui ont fleuri à propos de Ricardus de Mediavilla, Menneville d’un côté de la Manche et Middleton par-delà ! Le diocèse est bien sûr conservé comme donnée de base sur les fiches, mais pour l’analyse statistique, il ne convient pas, car il fractionne la population en groupes trop restreints et nous avons donc utilisé des regroupements régionaux qui ne peuvent être que critiquables, mais qui ont l’avantage de faire ressortir des disparités dans les distributions sur lesquelles il est ensuite possible de travailler. L’indication de diocèse n’est d’ailleurs pas toujours une indication d’origine : des Écossais dont le nom est heureusement reconnaissable se font par exemple ordonner à Paris. Les seules régions véritablement cohérentes ici sont la Normandie, la Bretagne et à un moindre degré la Champagne, qui correspondent assez clairement à des ensembles de diocèses. Picardie, Flandre et pays wallons sont difficiles à départager, et l’Île-de-France a été assez arbitrairement rattachée aux diocèses de la vallée de la Loire. Sous la dénomination « Est » sont regroupés les pays qui sont à l’est du royaume de France, du moins pour une partie de la période : Lorraine, comté de Bourgogne, Lyonnais, Dauphiné et Provence. Les diocèses slaves et scandinaves ont été rattachés à l’Allemagne, la Dalmatie et la Crète à l’Italie, et les royaumes ibériques ont été réunis. Je n’ai pu me résoudre à réunir Écosse et Angleterre, pour des raisons évidentes, mais le faible nombre des Écossais, nombreux à Paris mais rarement théologiens32, rend cette distinction aberrante sur le plan statistique : mieux eût valu les rattacher au groupement Flandre-pays wallons-Pays-Bas. En utilisant les périodes comme variables triantes, la distribution régionale est donnée dans le tableau 2.

Tableau 2 — Région d’origine par période

Tableau 2 — Région d’origine par période

8Un troisième ensemble d’informations concerne le statut des individus, regroupés en neuf catégories. Les séculiers ont été répartis en deux groupes. Le premier est celui des clercs non bénéficiés, ou ne disposant que d’une chapellenie ou d’un canonicat de deuxième ordre. Le second est celui de ceux qui disposent d’une prébende dans au moins l’une des grandes cathédrales du Nord de la France, ou une prébende que l’on peut estimer équivalente dans d’autres cathédrales ou dans des collégiales particulièrement recherchées, comme celles de Bruges, de Saint-Quentin ou de Saint-Géry de Cambrai. L’accession à l’épiscopat fait l’objet d’une autre variable spécifique, puisque les réguliers peuvent devenir évêques tout autant que les séculiers. Viennent ensuite les ordres mendiants, Franciscains, Dominicains, Carmes et Augustins, les Cisterciens et les Bénédictins (auxquels ont été rattachés les Clunisiens), tandis qu’aux chanoines réguliers ont été rattachés les quelques Servites, Grandmontins, Prémontrés, Mercédaires et Trinitaires qui figurent dans la base. Le statut n’est inconnu que dans un nombre relativement limité de cas, en fait quand il est impossible de trancher entre un statut de régulier ou un statut de séculier. Les informations concernant le statut, triées par période, sont contenues dans le tableau 3.

Tableau 3 — Statut par période

Tableau 3 — Statut par période
  • 33 Voir R. Gane, Le chapitre Notre-Dame de Paris au xive siècle : étude sociale d’un groupe canonial,(...)

9Les fiches contiennent beaucoup d’autres informations que j’ai introduites dans la base de données, notamment sur les autres grades et les bénéfices obtenus, et sur les autres universités fréquentées, mais je n’en ai retenu que quelques-unes pour l’analyse factorielle. Il est certes frappant de voir que parmi ces théologiens parisiens 50 sont devenus cardinaux et pas moins de 150 chanoines de Notre-Dame de Paris33, mais je me suis restreint ici à six informations supplémentaires seulement : le fait d’être devenu évêque, d’avoir été au service d’un prince laïc ou du pape, d’être un auteur, et d’avoir appartenu au collège de Navarre ou à la Sorbonne (même si certains Navarrais ont appartenu aux deux collèges). Ces informations, triées par périodes, sont présentées dans le tableau 4.

Tableau 4 — Informations diverses par période

Tableau 4 — Informations diverses par période

10Cette série de tableaux est évidemment difficile à interpréter, et il est même difficile de voir où résident les problèmes, tant les distributions sont disparates. De plus, ils sont insuffisants : si je m’intéresse aux Anglais, par exemple, je ne me contenterai pas des informations que donne le tri par période, mais je vais avoir besoin du tri par grade, ou du tri par statut ; et il me faudrait ensuite comparer ces informations avec celles dont je dispose pour ces mêmes variables, pour les Italiens, les Allemands ou les Normands, par exemple. C’est là où la méthode de l’analyse factorielle s’avère précieuse, car elle va nous permettre de dégager les structures sous-jacentes de ces données qui sont toutes liées entre elles sans avoir à multiplier les tris croisés. L’analyse dont les résultats suivent a été réalisée avec le logiciel Tri-Deux, dû à Philippe Cibois. Le premier résultat que l’on ignore souvent à tort (et sur lequel je reviendrai plus tard) est celui des valeurs propres à partir desquelles se calcule le pourcentage de la variance exprimée par le facteur.

Tableau 5 — Valeurs propres pour les cinq premiers facteurs

Facteur

Valeur propre

Pourcentage du total

1

0.282659

12.7

2

0.170046

7.6

3

0.107725

4.8

4

0.095261

4.3

5

0.085732

3.8

11Mais ce que l’on attend le plus généralement d’une analyse factorielle est la cartographie des données et je commencerai donc par en présenter une analyse intuitive. Le graphique 1 représente les deux premiers facteurs par deux axes se croisant à angle droit sur lesquels chacune des variables a des coordonnées qui permettent de les situer par des points dans le plan que forment les deux axes. Leurs positions permettent de lire intuitivement deux choses essentielles : d’abord une opposition entre les points qui sont situés de part et d’autre de chaque axe, et ensuite une proximité entre les points qui voisinent.

12Pour lire l’opposition principale, il faut se concentrer sur l’axe horizontal, puisqu’il exprime 12,7 % de la variance : il semble opposer d’abord les périodes entre elles et il est commode de partir de cette observation. À l’ouest (coordonnées négatives), ce sont les périodes qui correspondent au xiiie siècle et au début du xive siècle, à l’est (coordonnées positives) le reste du xive siècle et le premier quart du xve siècle. En somme, la période 1201-1325 s’oppose fortement à la période 1326-1425, la période 1426-1475 ne jouant aucun rôle dans cette opposition. Celle-ci prend tout son sens si l’on examine les proximités. Du côté 1201-1325, on trouve les signes les plus évidents de distinction : des évêques, des maîtres, des auteurs, des membres des ordres mendiants, et à un moindre degré, des chanoines ; et surtout, une université européenne, avec des étudiants d’origine italienne et anglaise. Du côté 1326-1425, ce sont les étudiants, et ils sont surtout d’origine champenoise, normande ou picarde. Assez naturellement, étant donné la date de la fondation du collège de Navarre, on trouve là les Navarrais, et surtout les séculiers sans bénéfices. Les membres des ordres traditionnels, les Bénédictins et les Clunisiens sont pratiquement au centre sur cet axe 1.

13Arrêtons-nous un instant pour bien comprendre ce qui se passe. En fait, les variables qui se regroupent du côté de la période 1201-1325 présentent dans leur profil des effectifs relativement élevés pour ces périodes, alors qu’elles ont des effectifs plus faibles pour la période 1325-1425 : c’est par exemple le cas des théologiens d’origine anglaise, dont plus de la moitié est à Paris entre 1201 et 1250, alors qu’ils ne sont que deux ou trois amenés dans leurs bagages par Henry V ou le duc de Bedford dans les années 1420 ! Celles qui se regroupent du côté de la période 1325-1425 ont un profil inverse, avec des effectifs relativement forts à ce moment-là et faibles au xiiie siècle. Quant à celles qui se trouvent au centre, leur profil correspond au profil moyen, et ne penche ni d’un côté ni de l’autre dans le cadre limité de cette opposition, qui est la principale au sein de notre ensemble de données, puisqu’elle correspond au premier facteur qui exprime à lui seul 12,7 % de la variance totale (correspondant à la somme des écarts à la moyenne au carré) du système : on retrouve là l’importance du calcul des valeurs propres.

Graphique 1 — Plan factoriel des axes 1 et 2 (20,3 % de la variance)

14Nous pouvons alors passer à la lecture du deuxième axe. Il oppose au nord les périodes du xiiie et du xive siècle, tout à l’heure séparées, mais maintenant réunies dans une commune opposition aux années 1426-1475. En fait, on s’aperçoit que cette période 1426-1475 est caractérisée par ses liens avec les Bénédictins et les Cisterciens, et, dans une moindre mesure avec les Carmes et les Augustins. Franciscains et Dominicains restent neutres dans cette opposition, tout comme les séculiers non bénéficiés, alors que les chanoines et les étudiants sont opposés à la période 1426-1475. De même, le grade de bachelier en théologie – et en effet, on dispose pour cette période de listes pratiquement complètes des bacheliers émises par la faculté de théologie – est associé à ces années. En revanche, certaines des variables géographiques associées à la période 1201-1325 (Angleterre) et à la période 1326-1425 (Champagne, Picardie) se retrouvent dans une opposition commune à la période 1426-1475, alors que d’autres restent neutres, comme l’Italie à l’ouest et la normandie à l’est.

15Ce sont donc bien trois pôles que l’on distingue sur cette cartographie de plus de 20 % de la variance du système : au nord-ouest, pour la période 1201-1325, une université internationale, où dominent les maîtres et les chanoines, comportant beaucoup d’auteurs et d’évêques, plus souvent au service prestigieux du pape et des princes ; c’est plutôt à ce groupe que se rattacheraient Franciscains et Dominicains. Au nord-est, l’Université des années 1326-1425 est marquée par l’importance des étudiants non gradués, originaires des différentes régions françaises, et souvent dépourvus de bénéfices. Logiquement, le collège de Navarre, précisément créé pour ce public, se retrouve là. Enfin, on distingue un troisième pôle, correspondant à la période 1426-1475 et marqué par l’importance de la place qu’y occupent les réguliers, Bénédictins et Cisterciens surtout, mais aussi Carmes et Augustins. On peut également cartographier les facteurs suivants, mais ils sont de moins en moins significatifs. Si l’on prend les facteurs 3 et 4, ils ne totalisent plus que 9,1 % de la variance. Cette fois, ce sont les périodes extrêmes, 1201-1225 au nord et 1451-1475 au sud, qui s’opposent ensemble sur l’axe 3 (horizontal) à toutes les autres, mais plus particulièrement à la période 1301-1400.

16Le graphique 2 permet d’analyser le plan factoriel correspondant aux facteurs 3 et 4, représentés de la même façon que précédemment par deux axes orthogonaux. Du côté 1201-1225, on retrouve l’Angleterre alors que l’Italie et l’Allemagne sont du côté du xive siècle. Un autre contraste tranché est entre les Bénédictins et les Augustins. Mais les deux périodes s’opposent fortement sur le quatrième axe (vertical), la première étant ici toujours associée à l’Angleterre mais aussi aux Franciscains et aux Dominicains et au service de la papauté, et la dernière aux ordres réguliers, et notamment aux Bénédictins et aux Cisterciens.

Graphique 2 — Plan factoriel des axes 3 et 4 (9,1 % de la variance)

17Si l’on totalise la variance cartographiée sur ces deux graphiques, l’on arrive à 30 % environ : on peut donc poursuivre le dépouillement de l’enquête, même si les phénomènes que l’on va découvrir risquent d’être de plus en plus secondaires.

18La lecture intuitive de ces cartographies a cependant ses limites et peut même s’avérer dangereuse. Mais l’on dispose, pour les vérifier et les affiner, d’une précieuse table qui contient les coordonnées des points correspondant à chacune des variables, et surtout la contribution au facteur (CPF) de chacune d’entre elles, exprimée en pourcentage. Les coordonnées factorielles de toutes les variables figurent dans les colonnes F1 à F5 du tableau 6 (puisque nous n’avons demandé les résultats que pour les cinq premiers facteurs) avec la contribution au facteur de chacune des variables, exprimée en millièmes qu’il est plus commode de ramener dans la discussion à des pourcentages. L’opposition que nous venons d’analyser d’après la carte et que nous caractérisions comme d’abord chronologique prend alors une autre physionomie : les deux variables qui « pèsent » le plus dans la structure sont, du côté est (positif) les variables « séculiers non bénéficiés » et « Étudiants » avec des CPF de 17,9 % et de 10,5 % respectivement, ce qui est beaucoup, suivi par l’origine normande (5,4 %). Du côté ouest, c’est le fait d’être auteur qui apparaît déterminant (8 %), suivi de celui d’être maître (7 %) puis d’être promu à l’épiscopat (4 %) ou d’appartenir aux ordres mendiants (3,6 % pour les Dominicains et pour les Franciscains) ; l’origine italienne apparaît d’autre part plus décisive (3,7 %) que l’origine anglaise (1,8 %). Les périodes en elles-mêmes pèsent relativement peu : 6,6 % pour la période 1401-1425 du côté est (positif), 3 % et 2 % respectivement pour les périodes 1301-1325 et 1251-1275 pour le côté ouest (négatif).

Tableau 6 — Coordonnées factorielles et contributions par facteur

Tableau 6 — Coordonnées factorielles et contributions par facteur

19On peut ainsi rectifier et préciser l’interprétation intuitive des plans factoriels. L’analyse factorielle nous a bien fourni une vue d’ensemble de la structure des données, telle qu’elle peut être représentée dans une cartographie interprétable, et un outil d’analyse précis, les contributions par facteur, permettant de contrôler pas à pas l’interprétation des graphiques. C’est un véritable guide des données qui nous est ainsi fourni et qui en explorant les distributions et les profils des variables grâce à la mesure de la variance, va nous permettre de mettre en évidence toutes leurs singularités et d’en donner une mesure objective. Or, dans le cas de l’histoire de l’université parisienne pour laquelle nous savons que nous devrons à jamais nous contenter de données floues et incomplètes, ces singularités doivent impérativement être explorées et expliquées en répondant à une question cruciale : soit ces singularités ont une origine historique, évènementielle ou structurelle, soit elles ne font que traduire un déséquilibre dû aux sources, qu’il va falloir comprendre et le cas échéant compenser. L’analyse factorielle ne produit pas ici des résultats, au sens classique du terme, elle produit des questions qui permettent de retravailler et de remettre en cause les données dont nous disposons. Dans tous les cas où l’historien est à l’œuvre sur une grande quantité de données, données floues parce qu’incomplètes ou de médiocre qualité, l’analyse factorielle se révèle ainsi un précieux auxiliaire du chercheur.

Notas

1 Pour l’analyse de réseaux, voir l’ouvrage de Claire Lemercier et Claire Zalc, Méthodes quantitatives pour l’historien, Paris, 2008, et le site qu’elles animent [http://www.quanti.ihmc.ens.fr/]. Au niveau sociologique, l’ouvrage de base reste A. Degenne, M. Forsé, Les réseaux sociaux. Une approche structurale en sociologie, Paris, 2e éd., 2004 ; pour l’utilisation par les historiens les actes du colloque Tout est-il réseau ? organisé par le CRESC à l’université Paris 13 et publiés en ligne [http://www.univ-paris13.fr/cresc/] sont particulièrement utiles, notamment la communication de Thierry Rentet, « L’analyse de réseau en histoire moderne. Esquisse bibliographique et cas concret » (une application du logiciel UCINET au réseau des officiers domestiques majeurs d’Anne de Montmorency, voir sa thèse aujourd’hui publiée : Anne de Montmorency, grand maître de François Ier, Rennes, 2011). Il cite notamment pour la période médiévale une étude pionnière des sociologues américains John F. Padgett, Christopher K. Ansell, « Robust Action and the Rise of the Medici, 1400-1434 », American Journal of Sociology, 98 (1989), p. 1259-1319. J’ai pour ma part dirigé une remarquable maîtrise d’un étudiant qui s’est orienté vers la sociologie : S. Couret, Les élites urbaines à York au xve siècle d’après les testaments et les archives des métiers, maîtrise d’histoire, Univ. Paris 1, 2004, portant sur les métiers de la viande et les liens de leurs membres avec les milieux ecclésiastiques.

2 Un vaste éventail d’expériences est présenté dans J.-P. Benzécri et al., Pratique de l’analyse des données, t. 3, Paris, 1981.

3 Les meilleurs guides pour l’utilisation de la méthode sont les ouvrages de Philippe Cibois, La représentation factorielle des tableaux croisés et des données d’enquête : étude de méthodologie sociologique, thèse de 3e cycle en sociologie, Univ. Paris 5, 1980 ; Id., L’analyse factorielle, Paris, 1983 (Que sais-je ?, 2095) ; et Id., Les méthodes d’analyse d’enquête, Paris, 2007 (Que sais-je, 3782). Voir Id., L’analyse des données en sociologie, Paris, 2e éd., 1990 ; et les fichiers de commentaires de son logiciel TRIDEUX [http://perso.orange.fr/cibois/SitePhCibois.htm].

4 C. Klapisch, M. Demonet, « A uno pano e uno vino. Structure et développement de la famille rurale toscane (début du xve siècle) », Annales ESC, 1972, p. 873-901 ; Id., « A correspondance Analysis of a 15th Century Census : The Florentine Catasto of 1427 », The Journal of European Economic History, 4 (1975), p. 415-428.

5 A. Prost, Le vocabulaire des proclamations électorales de 1881, 1885, 1889, Paris, 1974.

6 H. Millet, Les chanoines du chapitre cathédral de Laon 1272-1402, Paris, 1982 ; Ead., « La composition du chapitre cathédral de Laon au xive siècle : résultats d’une analyse factorielle », Annales ESC, 36 (1981), p. 117-138.

7 J.-L. Robert, La scission syndicale de 1921, Paris, 1980.

8 A. Guerreau, « Douze doyennés clunisiens », Annales de Bourgogne, 52 (1980), p. 83-128 ; Id., « Analyse factorielle et analyses statistiques classiques : le cas des ordres mendiants dans la France médiévale », Annales ESC, 36 (1981), p. 869-912 ; Id., « Les pèlerinages en Mâconnais », Ethnologie française, 12 (1982), p. 7-30 ; Id., « Analyse statistique des finances municipales de Dijon au xve siècle… », BEC, 140 (1982), p. 5-34 ; Id., « Notes statistiques sur les jardins de Saint-Flour », Les cadastres anciens des villes et leur traitement par l’informatique, Rome, 1989, p. 341-357. Il faut aussi se référer à son cours de statistique, accessible sur le site de l’École nationale des chartes.

9 J.-P. Genet, « Une application de l’analyse factorielle à l’étude du vocabulaire », Le médiéviste et l’ordinateur, 5 (1981), p. 11-15 ; Id., « Automatic Text Processing and Factorial Analysis : A Method for determining the Lexicographical Horizon of Expectation », Computer Applications to Medieval Studies, éd. A. Gilmour-Bryson, Kalamazoo, 1984, p. 147-175 ; Id., « La théorie politique en Angleterre au xive siècle : sa diffusion, son public », Das Publikum politischer Theorie im 14. Jahrhundert, éd. J. Miethke, Munich, 1992 (Schriften des Historischen Kollegs, Kolloquien, 21), p. 269-291 ; Id., « Un corpus de textes politiques : les textes parlementaires anglais de 1376 à 1410 », Actes du IIe colloque national de l’Association française pour l’histoire et l’informatique, éd. A. Ruggiero, dans Cahiers de la Méditerranée, 53 (1996), p. 123-148 ; Id., « New Politics or New Language ? The Words of Politics in Yorkist and Early Tudor England », The End of the Middle Ages ? England in the Fifteenth and Sixteenth Centuries, éd. J. Watts, Stroud, 1998, p. 23-64 ; Id., « Géographie et voyageurs en Angleterre : une approche quantitative », Finances, pouvoirs et mémoire (Mélanges en l’honneur de Jean Favier), éd. J. Kerhervé, A. Rigaudière, Paris, 1999, p. 735-749 ; Id., « Prosopographie et histoire culturelle : l’origine sociale des auteurs médiévaux anglais », Penser le pouvoir au Moyen Âge, éd. D. Boutet, J. Verger, Paris, 2000, p. 89-110 ; Id., « Les motifs de la demande et de l’acceptation de l’impôt en Angleterre », Le gouvernement des communautés politiques à la fin du Moyen Âge. Entre puissance et négociation : Villes, Finances, États. Actes du colloque en l’honneur d’Albert Rigaudière, éd. C. Leveleux-Texeira, A. Rousselet-Pimon, P. Bonin, F. Garnier, Paris, 2010, p. 201-221 et Id., « L’anglo-normand entre féodal et politique : le vocabulaire du pouvoir », IIe journées anglo-normandes : approches techniques, littéraires et historiques, éd. A. Crépin, J. Leclant, Paris, 2012, p. 9-34.

10 J.-P. Genet, « Analyse factorielle et construction des variables. L’origine géographique des auteurs anglais (1300-1600) », Histoire & Mesure, 17 (2002), p. 87-108. La méthode a aussi été utilisée à plusieurs reprises pour cette même base de données, HP : Id., « Les auteurs en Angleterre à la fin du Moyen Âge : pourquoi des étrangers ? », Les échanges culturels au Moyen Âge. Formes et enjeux. Actes du XXXIIe Congrès de la Société des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur, Boulogne, 2001, Paris, 2002, p. 241-267 ; Id., « Les voyages des Anglais à la fin du Moyen Âge », Se déplacer du Moyen Âge à nos jours. Actes du 6e colloque européen de Calais, 2006-2007, dir. S. Curveiller, L. Buchard, Calais, 2009, p. 86-98.

11 Le projet est décrit sur le site du LAMOP, à l’onglet ERC-SAS ; une partie des travaux est pour le moment accessible sur le site du laboratoire, en attendant leur prochaine publication.

12 Voir J.-P. Genet, « Le répertoire informatisé provisoire de l’université de Paris », Histoire et Informatique. Base de données, recherche documentaire multimédia. Actes du 1er Congrès de l’Association française pour l’histoire et informatique, Rennes, 1994, éd. M. Cocaud, Rennes, 1995, p. 109-126 ; Id., « A Provisional Computerized Prosopographical Register of Medieval Paris University », Computing Techniques and the History of Universities, éd. P. Denley, Saint-Katharinen, 1996, p. 1-14.

13 J.-P. Genet, M. Hainsworth, « Prosop : un système de traitement automatique des données prosopographiques », Informatique et Prosopographie, éd. H. Millet, Paris, 1985, p. 279-295 ; J.-P. Genet, « L’informatique au service de la prosopographie : PROSOP », MEFRM, 100 (1988), p. 247-263.

14 Pour Analyse-KTSHS, se reporter au site du PIREH [http://pireh.univ-paris1.fr/].

15 Voir sur le site du LAMOP (onglet ERC-SAS, ateliers) le compte rendu des journées Studium Parisiense (23-24 juin 2011) avec, après la présentation par les membres de l’équipe, le résumé des interventions de Thierry Amalou, Suse Andresen, Marie Bassano, Alain Boureau, Marie-Élisabeth Boutroue, William Courtenay, Yannis Delmas, Hilde De Ridder Symoens, Antoine Destemberg, James Farge, Willem Frijhoff, Cédric Giraud, Nathalie Gorochov, Charles de Miramon, Donatella Nebbiai-Dalla Guarda, Boris Noguès, Emmanuelle Picard, Dominique Poirel, Thomas Sullivan, Denise Turrel, Jacques Verger et Charles Vulliez.

16 S. Ferruolo, The Origins of the University, the Schools of Paris and their Critics, Stanford, 1985 ; J. Verger, « À propos de la naissance de l’université de Paris : contexte social, enjeu politique, portée intellectuelle », Schulen und Studium im sozialen Wandel des hohen und späten Mittelalters, éd. J. Fried, Sigmaringen, 1986, p. 69-96 repris dans Id., Les universités françaises au Moyen Âge, Leyde-Boston, 1995, p. 1-36. Mais le problème des débuts de l’Université est désormais excellemment traité dans N. Gorochov, Naissance de l’université. Les écoles de Paris d’Innocent III à Thomas d’Aquin (v. 1200-v. 1245), Paris, 2012.

17 H. Denifle, E. Chatelain, Chartularium Universitatis Parisiensis, Paris, 1889-1897 et Auctarium Chartularii Universitatis Parisiensis, Paris, 1894-1964.

18 Est toujours indispensable pour la bibliographie ancienne : S. Guenée, Bibliographie de l’histoire des Universités françaises des origines à la Révolution, t. 1, Paris, 1981.

19 J. Verger, C. Vulliez, « Cartulaires universitaires français », Les Cartulaires. Actes de la table ronde organisée par l’École nationale des chartes et le GDR 121 du CNRS (Paris, 5-7 décembre 1991), éd. O. Guyotjeannin, L. Morelle, M. Parisse, Paris, 1993, p. 423-449.

20 W. J. Courtenay, Parisian Scholars in the Early Fourteenth Century : A Social Portrait, Cambridge, 1999, pour le computus de 1329-1330 ; Id., E. D. Goddard, Rotuli Parisienses : Supplications to the Pope from the University of Paris, t. 1, 1316-1349, et t. 2, 1352-1378, Leyde-Boston, 2002 et 2004.

21 P. Glorieux, Aux origines de la Sorbonne, Paris, 1965 et J. Vieilliard, M.-H. Jullien de Pommerol, Le registre de prêt de la bibliothèque du collège de Sorbonne 1402-1536, Paris, 2000.

22 N. Gorochov, Le collège de Navarre de sa fondation (1305) au début du xve siècle (1418) : histoire de l’institution, de sa vie intellectuelle et de son recrutement, Paris, 1997 ; T. Kouamé, Le collège de Dormans-Beauvais à la fin du Moyen Âge. Stratégies politiques et parcours individuels à l’université de Paris, Leyde-Boston, 2005 ; C. Fabris, Étudier et vivre à Paris au Moyen Âge : le collège de Laon aux xive et xve siècles, Paris, 2005 ; K. Klein-Rebmeister, Les livres des étudiants et des petits collèges à Paris aux xive et xve siècles, doct. d’histoire, dir. J.-P. Genet, Univ. Paris 1, 2005. Voir aussi le guide d’orientation dans les fonds des collèges séculiers de l’université de Paris, sur le site des Archives nationales [http://www.archivesnationales.culture.gouv.fr/an/], rubrique « Instruments de recherche », puis « Fonds publics de l’Ancien Régime ».

23 T. Sullivan, Benedictine Monks at the University of Paris, 1229-1500, Leyde-Boston, 1995 ; Id., Parisians Licentiates in Theology, 1373-1500, Leyde-Boston, 2004 et 2011.

24 J. K. Farge, Prosopographical Register of Paris Doctors of Theology, 1500-1532, Toronto, 1980.

25 Ce fichier est aujourd’hui en voie de numérisation et n’a pas été utilisé pour la présente étude.

26 En particulier grâce au réseau européen des bases de données universitaires : voir le carnet de recherche coordonné par Emmanuelle Picard [http://heloise.hypotheses.org/].

27 On pense notamment aux activités des Fasti Ecclesiae Gallicanae, le groupe de recherche fondé par Hélène Millet et aujourd’hui dirigé par un collectif qui a jusqu’ici publié des notices sur les chanoines et les évêques de treize diocèses et doit en publier trois autres en 2013 (Châlons en Champagne, Carcassonne et Saint-Jean de Maurienne) ; mais aussi à l’équipe Collégiales, coordonnée par Anne Massoni.

28 Outre les volumes du Chartularium et de l’Auctarium, et les ouvrages de William Courtenay, Thomas Sullivan, Nathalie Gorochov et Thierry Kouamé mentionnés aux notes précédentes, on a dépouillé avec le concours des étudiants en histoire et informatique de l’université Paris 1 : P. Glorieux, Répertoire des maîtres en théologie de Paris au xiiie siècle, Paris, 1933-1934, et Id., La Faculté des Arts et ses maîtres au xiiie siècle, Paris, 1971 ; J. B. Schneyer, Repertorium des lateinischen Sermones des Mittelalters, Munster, 1969-1979 ; Th. Kaeppeli, Scriptores ordinis Praedicatorum medii aevi, Rome, 1970-1994. E. Wickersheimer, Dictionnaire biographique des médecins en France au Moyen Âge, nle éd., Genève, 1979, avec D. Jacquart, Supplément, Genève, 1979 ; F. Stegmüller, Repertorium Biblicum medii aevi, Madrid, 1940-1980, et Id., Repertorium commentariorum in Sententias Petri Lombardi, Wurtzbourg, 1947 ; C. Lohr, « Medieval Latin Aristotle Commentaries », Traditio, 23 (1967), p. 313-413 ; 26 (1970), p. 135-216 ; 27 (1971), p. 251-351 ; 28 (1972), p. 281-386 ; 29 (1973), p. 93-197, et 30 (1974), p. 119-144 ; Dictionnaire des lettres françaises. Le Moyen Âge, dir. G. Hasenohr, M. Zink, Paris, 1992 ; O. Weijers, Le travail intellectuel à la Faculté des arts de Paris : textes et maîtres (ca. 1200-1500), Turnhout, 1994-2012 ainsi qu’une partie des volumes de la Bibliographie annuelle du Moyen Âge latin. Auteurs et textes tardifs, vers 1250-1500.

29 Avec l’aide de Claire Priol et d’Anne Tournieroux, que je tiens à remercier ici.

30 A. B. Emden, A Biographical Register of the University of Oxford to 1500, Oxford, 1957-1959 ; W. Courtenay, Schools and Scholars in Fourteenth Century England, Princeton, 1987, p. 147-163, Id., « Foreign Study in a Time of War : English Scholars at Paris, 1325-1345 », History of Universities, 14 (1995-1996), p. 31-42.

31 Sur la question des origines géographiques des étudiants parisiens, voir notamment les réflexions de William Courtenay dans Parisian Scholars…, op. cit. n. 20, p. 107-124 et l’étude systématique des rotuli de 1403 par Jacques Verger, « Le recrutement géographique des universités françaises », Mélanges d’archéologie et d’histoire publiés par l’École française de Rome, 82 (1970), p. 855-902, repris dans Id., Les universités françaises…, op. cit. n. 16, p. 122-173.

32 Mais on n’a pas dépouillé D. E. R. Watt, A Biographical Dictionary of Scottish Graduates to A.D. 1410, Oxford, 1977.

33 Voir R. Gane, Le chapitre Notre-Dame de Paris au xive siècle : étude sociale d’un groupe canonial, Saint-Étienne, 1999.

Índice de ilustraciones

Título Tableau 1 — Grades par période
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/28568/img-1.jpg
Archivo image/jpeg, 80k
Título Tableau 2 — Région d’origine par période
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/28568/img-2.jpg
Archivo image/jpeg, 210k
Título Tableau 3 — Statut par période
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/28568/img-3.jpg
Archivo image/jpeg, 164k
Título Tableau 4 — Informations diverses par période
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/28568/img-4.jpg
Archivo image/jpeg, 115k
Leyenda Graphique 1 — Plan factoriel des axes 1 et 2 (20,3 % de la variance)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/28568/img-5.jpg
Archivo image/jpeg, 146k
Leyenda Graphique 2 — Plan factoriel des axes 3 et 4 (9,1 % de la variance)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/28568/img-6.jpg
Archivo image/jpeg, 131k
Título Tableau 6 — Coordonnées factorielles et contributions par facteur
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/28568/img-7.jpg
Archivo image/jpeg, 259k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/28568/img-8.jpg
Archivo image/jpeg, 348k

© Éditions de la Sorbonne, 2013

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Leer

Freemium

open access

Brindado por L’éditeur de ce site