Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mesure et histoire médiévale

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

De la mesure en toute chose

Mesurer le temps

Approche des données chronologiques savantes dans les actes des évêques de Laon jusqu’en 1151

Laurent Morelle

Résumé

Alors que l’épacte et les concurrents ne figurent que sporadiquement dans les formules de datation des chartes des xie et xiie siècles, 69 % des actes datés émis par les évêques de Laon entre 1065 et 1151 les mentionnent. L’irruption de ces données savantes n’est peut-être pas étrangère à un événement computique, la fin d’un « grand cycle » dionysien de 532 ans en 1063. L’étude d’ensemble des mentions laonnoises suggère des « styles chronologiques » fluctuants, voire insolites (synode diocésain d’automne). Le goût singulier de la chancellerie laonnoise pour ces données savantes qu’elle vérifie assez efficacement est peut-être à relier à l’essor contemporain de l’école épiscopale de Laon. L’étude confirme que ces données sans grande pertinence sociale sont avant tout les marqueurs d’un savoir-faire d’individus et les identifiants d’une chancellerie.

While the epact and the concurrents only figure sporadically in the dating of charters from the 11th and 12th centuries, 69 % of the dated acts promulgated by the Bishops of Laon between 1065 and 1151 mention them. The appearance of this scientific data is perhaps not unconnected with a computational event, the end of a Dionysian “Great Cycle” in 1063. The study of the ensemble of this data in the Laon documents under consideration suggests “chronological styles” that fluctuate in unexpected ways (Autumn Diocesan Synod). The singular interest of the Laon Chancellery in this scientific material – which is scrupulously checked – can perhaps be linked with the contemporary rise of Laon’s Cathedral School. This study shows that this data was without much social pertinence and was mainly the sign of the expertise of certain individuals and the identifier of the Chancellery.

Note de l’éditeur

Les actes des évêques de Laon sont cités par leur simple numéro d’ordre dans l’édition d’Annie Dufour-Malbezin (voir infra, n. 5) ; les numéros des originaux sont en caractères gras.

Texte intégral

  • 1 Quelques exemples : A. Giry, Manuel de diplomatique, Paris, 1894, p. 137-139 (concurrents), 149-151 (...)
  • 2 A. de Boüard, Manuel de diplomatique française et pontificale, Diplomatique générale, Paris, 1929, (...)
  • 3 Ibid. ; Giry, Manuel de diplomatique, op. cit. n. 1, p. 139, 151, 740 et 747.
  • 4 P. Rück, « Die Dynamik mittelaterlicher Zeitmaße und die mechanische Uhr », Fachgebiet Historische (...)

1La place dévolue dans les manuels de diplomatique aux indications computiques que sont l’épacte et les concurrents est habituellement réduite à des considérations techniques1 dont la visée avouée est essentiellement utilitaire2. Tout au plus y signale-t-on que ces données sont assez fréquentes dans les chartes à partir du xe siècle au sein de formules de datation qui s’agrémentent parfois d’éléments plus insolites encore (âge de la lune, réguliers, etc.) ; qu’elles se font plus rares dès le xiie siècle et que leur présence ne sera bientôt plus qu’une survivance ou l’affichage d’une solennité tranchant sur le commun des chartes produites3. De leur côté, les éditeurs d’actes se bornent souvent à signaler l’existence de ces éléments dans les actes ou les recueils qu’ils publient. Rares, semble-t-il, sont les auteurs qui ont interprété ce qu’on pourrait appeler la « crise savante » de la datation des actes, se contentant au reste de notations succinctes. Peter Rück, suivi par Reinhard Härtel, s’y sont essayés, y voyant des jeux de lettrés témoignant du souci de mettre la date dans une perspective englobante, voire cosmique4.

  • 5 A. Dufour-Malbezin, Actes des évêques de Laon des origines à 1151, Paris, 2001 (Documents, études e (...)

2La minceur de ces références tient peut-être à la relative méconnaissance où nous sommes de l’emploi de ces éléments de comput dans les actes de la pratique ; il manque à la fois une chronologie, une géographie et une typologie de leur emploi. Or les témoignages sont généralement épars, ce qui ne facilite ni n’encourage une étude raisonnée des pratiques les concernant. Un repérage encore sommaire a cependant permis d’isoler un corpus d’actes, celui des évêques de Laon jusqu’en 1151, qui constitue un observatoire doublement privilégié à défaut d’être exemplaire : d’une part, les actes réunis sont nombreux à présenter ces données computiques ; d’autre part, ils bénéficient d’une édition de qualité, dotée qui plus est d’une annexe permettant une exploration confortable de ces données5.

3Les pages qui suivent, exposant les résultats de cette enquête, voudraient répondre à des questions de deux sortes. Les premières touchent à la chronologie technique : que peut-on dire du ou des « styles » en usage pour chacune de ces données, autrement dit peut-on déterminer à quel moment de l’année on passait d’un chiffre au suivant ? Peut-on apprécier globalement l’exactitude des données computiques contenues dans les actes ? Une autre série d’interrogations concerne la diplomatique et la pratique de l’écrit : quelle est la part de la chancellerie épiscopale dans ce travail de comput ? Quelle signification culturelle est-on en droit de donner à la présence régulière de ces mentions computiques ? En somme, que signifie le goût laonnois pour ces éléments chronologiques ?

  • 6 Outre la référence citée ci-dessus, n. 2, résumé commode dans le Vocabulaire international de la di (...)

4Avant d’entrer dans le vif du sujet, on rappellera brièvement les définitions de l’épacte et du concurrent6. Le chiffre de l’épacte donne l’âge de la lune au 22 mars (première date possible pour Pâques). Si la lune est nouvelle le 22 mars, l’épacte est nulle. Ce chiffre progresse de 11 par an, ce qui correspond à l’excédent des jours de l’année solaire (365,25 jours) sur l’année lunaire (354 jours). Lorsque le chiffre dépasse 30 (intercalation d’une lunaison), on ne compte que l’excédent par rapport à cette lunaison : une année d’épacte 23 est donc suivie d’une année à épacte 4 (23 + 11 = 34, 34 – 30 = 4). Le cycle de l’épacte compte dix-neuf ans ; de la dernière année d’un cycle à la première du cycle suivant, le chiffre progresse de 12 unités au lieu de 11 (saltus lunae). Les dates communément avancées pour le changement de l’épacte sont le 1er septembre (précédant l’année de référence) ou le 1er janvier. Le chiffre du ou des concurrents (de 1 à 7) d’une année donnée indique le nombre de jours qui, dans l’année précédente, se sont écoulés entre le dernier dimanche de décembre et le 1er janvier. Une année à concurrent 1 succède à une année qui s’est terminée un lundi : elle commence donc un mardi. Le concurrent indique aussi le jour de la semaine, compté en féries, à la date du 24 mars : dans l’année qui a 1 concurrent, le 24 mars tombe le jour de la 1re férie, c’est-à-dire un dimanche (le décompte des féries part du dimanche). Un dicton avance que les concurrents changeaient en mars.

Analyse des données computiques

Présentation du corpus de référence

  • 7 Première apparition en 886 (no 3), puis en 961 (no 7).
  • 8 Actes nos 27 et 28.
  • 9 La tranche chronologique 1065-1151 comprend 296 numéros (27-322), dont 17 correspondent à des menti (...)
  • 10 Acte no 295 (1148) (formule « E »).

5Le corpus des actes des évêques de Laon jusqu’en 1151 (fin de l’épiscopat de Barthélemy de Joux) comprend 322 numéros. On conserve le texte de 300 actes, dont 272 portent une indication chronologique. Considérés globalement, ces actes « datés » apparaissent ordinairement porteurs du millésime, un peu moins souvent de l’indiction7, parfois du jour du mois, presque jamais de l’année de l’épiscopat. Mais il faut noter une forte césure qui se dessine à partir du milieu des années 1060. Voici que la mention de l’année du règne, qui était l’élément le plus fréquent au xe siècle et dans la première moitié du xie siècle, reflue nettement (au point de devenir rarissime dès avant 1100), tandis que les actes sont gagnés par deux indications computiques jusqu’alors inusitées, à savoir l’épacte et les concurrents, apparues respectivement en 1065 et 10678. Pour la période 1065-1151, on compte 252 actes (sur 279 conservés) portant une ou plusieurs indications chronologiques9 : 200 d’entre eux sont pourvus de l’indiction (I), de l’épacte (E) ou des concurrents (C) ; 199 portent l’indiction, 189 l’épacte et 175 les concurrents. La présence des concurrents suppose toujours celle de l’épacte et la présence de l’épacte presque toujours celle de l’indiction (une seule exception a été relevée10). Au total, plus de 69 % des actes épiscopaux entre 1065 et 1151 portant une formule de datation (175 sur 252) présentent à la fois l’indiction (I), l’épacte (E) et les concurrents (C) ; l’acte le plus ancien de ce « corpus IEC » date de 1067 (no 28), le plus récent de 1149 (no 308).

Total (corpus I, E ou C)

IEC

IE

I

E

200

175

13

11

1

  • 11 Consultable en ligne [http://fruehmittelalter.uni-muenster.de/cce].
  • 12 Rappelons que le chiffre de l’indiction est le numéro d’ordre de l’année dans une période indiction (...)

6L’inclusion quasi parfaite des trois ensembles C (175), E (189) et I (199) – on pourrait parler de corpus « gigognes » – n’est pas propre au corpus laonnois. Une rapide enquête menée dans les chartes clunisiennes grâce à la base de données des Cartae cluniacenses electronicae (Münster)11 montre qu’il n’y a presque jamais de concurrents sans épacte, et qu’il y a aussi une corrélation forte entre les actes à indiction et les actes à épacte. Toutefois, cette impression demande à être validée. Le lien entre épacte et concurrents s’explique aisément. Ces deux données sont utiles au computiste soucieux de connaître l’âge de la lune (épacte) ou le jour de la semaine (concurrents) à une date donnée en rapport avec Pâques. En revanche, il n’y a pas de lien nécessaire entre ces éléments chronologiques et l’indiction, qui ne fait que placer une année donnée dans un cycle de quinze ans12.

Réduction des situations concrètes à l’état de formules computiques

  • 13 L’adjectif « conforme » ne veut pas dire « exact » ; ici il signifie simplement que le chiffre donn (...)
  • 14 Le terme d’« incrément » (on devrait dire incrément-décrément) a été préféré à celui d’« unité », c (...)
  • 15 Dans quatre cas, il s’agit de formules groupées : les lignes 6 et 9 rassemblent des actes présentan (...)

7La première étape de l’enquête a consisté à réduire les situations chronologiques constatées sur les actes du corpus IEC à l’état de situations-types, de « formules » retenant trois caractères des cas concrets : le nombre d’éléments computiques « conformes13 » au chiffre de l’année ; ensuite la nature de chacun des écarts constatés par rapport au chiffre de l’année pour l’élément en cause (élément trop faible ou trop fort) ; enfin la gravité de cet écart (excès en plus ou en moins d’un ou de plusieurs « incréments14 »). Le tableau qui suit résume les résultats de ce travail ; les actes y sont répartis en dix-sept formules15 classées en tenant successivement compte des trois caractères énumérés.

Les formules computiques enregistrées dans les actes du corpus « IEC »

Les formules computiques enregistrées dans les actes du corpus « IEC »

X> 1 : donnée dont le chiffre est supérieur d’un incrément au chiffre de l’année exprimée
X<1 : donnée dont le chiffre est inférieur d’un incrément au chiffre de l’année exprimée
X= : donnée dont le chiffre correspond à celui de l’année exprimée (donnée dite « conforme »)

  • 16 La ligne 17 (8 actes) n’est pas comptée ici car elle ne représente pas une formule, mais six formul (...)
  • 17 Ligne 1 : données conformes (94 actes, 53,7 % du corpus IEC) ; ligne 5 : épacte trop forte d’un inc (...)
  • 18 Formules des lignes 3, 4, 6, 9, 10, 11, 12, 14, 15 et 17. Ligne 3 : concurrents trop forts d’un inc (...)
  • 19 Formules des lignes 7 et 8. Ligne 7 : indiction trop faible d’un incrément (3 actes), supposant l’e (...)

8Ce tableau indique une distribution fort inégale des actes entre les formules. Cinq d’entre elles seulement16 se partagent en effet plus de 85 % des actes (150 sur 175), accueillant chacune entre 7 et 94 documents (lignes 1, 2, 5, 13 et 16)17. Et ces cinq formules ont en commun d’être a priori recevables, puisqu’elles correspondent à des situations chronologiques compatibles avec les styles chronologiques répertoriés dans les manuels. Le reste du corpus, à savoir 25 actes (14,29 %), se trouve en revanche ventilé en une multitude de formules (douze lignes dans le tableau) dont la plupart, concernant 20 actes, renferment au moins une donnée erronée, quels que soient les styles chronologiques envisagés18, tandis que deux formules, touchant cinq actes, ne sont admissibles que si on accepte l’emploi d’usages insolites19.

9En conclusion, la très grande dispersion des actes à formule erronée ou fortement suspecte laisse penser qu’il s’agit ici d’accidents de la tradition des actes ou d’erreurs ponctuelles introduites lors du relevé des données ; elles n’illustrent donc pas une pratique récurrente de la part des rédacteurs d’actes. En revanche, la concentration d’une écrasante majorité d’actes sur quelques formules compatibles avec les usages communs invite à y voir a priori le reflet de situations effectives. Une « effectivité » qui doit être à présent vérifiée.

Des datations induites aux datations constatées : concordances et écarts

  • 20 44 ont les trois éléments IEC, 6 seulement I et E (n ° 27, 30, 40, 52, 111 et 160), 1 a seulement E (...)
  • 21 Dix chartes entre 1065 et 1117 et deux chartes après 1137, l’une de 1144 (no 245), l’autre de 1148 (...)

10Il s’agit de confronter les datations induites par les données computiques avec les dates relevées chaque fois que l’acte porte l’indication du jour du mois. Ces cas sont plutôt rares : durant la période considérée (1065-1151), le jour du mois figure sur 53 chartes épiscopales seulement20. C’est entre 1117 et 1137 que se concentrent les occurrences (41), sous le chancelier Raoul (1117-1133) et au début du cancellariat de son successeur Ernaudus (1134-1140)21. Comme l’indique le tableau ci-après, tous les mois de l’année sont représentés, mais on constate une très forte surreprésentation du mois de novembre (23 actes), sur laquelle on reviendra.

11On peut répartir les situations computiques à vérifier en trois groupes, selon la période de l’année pour laquelle elles sont a priori recevables.

  • 22 Actes nos 107 (4 III 1125), 42 (22 III 1093), 145 (22 III 1133), 156 (9 IV 1134), 129 (16 IV 1131),(...)
  • 23 Actes nos 30 (6 IX 1138, IE=), nos 130). et 131 (13 IX 1131, IEC=), ce qui conviendrait à un change (...)
  • 24 Actes nos 132 (5 XI 1131, IEC=), 142 (6 XI 1132, IE= C <1), 151 (7 XI 1133, IEC=), 160 (7 XI 1134, (...)

121) La formule de la ligne 1 (trois données correspondant au millésime exprimé) touche plus de la moitié du corpus IEC (94 actes, soit 53,7 %). Cette configuration convient tout particulièrement à des actes promulgués entre le mois de mars (changement présumé du chiffre des concurrents) et le mois de septembre (changements fréquents de ceux de l’épacte et de l’indiction). De fait, neuf des douze actes porteurs d’au moins une des trois indications I, E ou C et dont on sait qu’ils ont été donnés entre le 1er mars et le 31 août présentent des données conformes au millésime22. Toutefois, trois actes donnés en septembre23 et six en novembre24 présentent aussi cette conformité des données I et E avec le millésime exprimé.

  • 25 Formules des lignes 5 (IC= E>1, 23 actes), 8 (EC= I>1, 2actes) et 13 (C=IE>116 actes).
  • 26 Quatre actes ont l’épacte seule trop forte : n 101 (8 IX 1123), 172 (29 IX 1136), 55 (5 XI 1103) et(...)
  • 27 Actes nos 175 (1er III 1137, IEC>1) et 117 (11 VII 1128, EC= I>1).

132) Il arrive assez souvent (41 actes pour trois formules) que le chiffre de l’épacte, celui de l’indiction, ou bien les deux soient trop forts d’un incrément25, ce qui signifie que la ou les données concernées ont été changées avant le millésime. Comme c’est à partir de septembre qu’indiction et épacte sont susceptibles de changer, ces situations conviennent plutôt à des actes d’automne, voire de plein hiver si la chancellerie ne change pas de millésime à Noël mais au 25 mars. De fait, au moins 19 (peut-être même 23) des 33 actes dotés de l’indiction et de l’épacte et dont on sait qu’ils ont été donnés entre le 1er septembre et le 31 décembre présentent cet excès d’un incrément2626. Parmi les actes délivrés entre le 1er mars et le 31 août, on ne le constate en revanche que sur un acte du 1er mars et sur un autre du 11 juillet27.

  • 28 Actes cités n. 26.
  • 29 Actes cités n. 26.

14L’une de ces trois formules (ligne 5, épacte trop forte d’un incrément) indique que l’épacte est changée avant l’indiction. Ce décalage peut aller d’un peu plus de trois semaines (si l’épacte est changée le 1er septembre et l’indiction le 24 du même mois) à près de quatre mois (si l’indiction n’est changée qu’à Noël ou au 1er janvier). Cette situation peut donc affecter un nombre appréciable de chartes. De fait, la formule de la ligne 5 est attestée par 23 actes. Malheureusement, comme les quatre cas datés du jour du mois s’égrènent du 8 septembre au 23 décembre, on ne peut tirer de conclusion sur les moments où l’on changeait de chiffre28. La distribution des cas datés ressortissant à la formule de la ligne 13 (épacte et indiction trop fortes d’un incrément) suggère néanmoins que l’indiction était souvent changée avant Noël29.

  • 30 Actes nos 113, 125, 141, 142, 165, 219 et 220.
  • 31 Actes nos 141 (29 I 1132), 125 (1er II 1130) et 142 (6 XI 1132).

153) La formule de la ligne 2 groupe sept actes dont les concurrents sont trop faibles d’un incrément par rapport au millésime exprimé (I et E étant ceux de l’année exprimée)30. Elle suggère que les concurrents n’ont pas encore été changés alors que le millésime l’est déjà, situation logique si la chancellerie change le millésime à Noël et les concurrents seulement en mars suivant. Les actes en cause seraient donc plutôt de janvier et février. De fait, deux actes datés du 29 janvier et du 1er février suivent cette formule, mais on la trouve aussi bien dans un acte daté du 6 novembre31.

  • 32 Actes nos 56, 80, 97, 98, 109, 110, 175, 176, 204 et 307.
  • 33 C’est au vu de cette configuration qu’Annie Dufour-Malbezin (Actes des évêques de Laon…, op. cit. n (...)
  • 34 Actes nos 175 (1er III 1137), 109 (11 X 1125), 110 (13 X 1125), 97 (8 XI 1122) et 98 (8 XI 1122). P (...)

16Tandis que la formule de la ligne 2 suppose un style de Noël pour le millésime, celle de la ligne 16, qui réunit 10 actes ayant les trois chiffres I, E et C trop forts d’un incrément, suppose au contraire l’emploi d’un style de printemps pour le millésime32. Elle suggère en effet que le millésime exprimé dans l’acte n’a pas encore été changé alors que les éléments IEC l’ont été, y compris donc les concurrents. La situation concrète serait donc la suivante : un acte passé après le 1er mars (changement des concurrents) mais avant que soit changé le millésime, ce qui suppose que ce dernier suive un style de printemps (25 mars ou Pâques) pour l’année de l’Incarnation33. Parmi les actes présentant cette formule computique figurent certes un acte daté du 1er mars, mais aussi quatre autres d’octobre et de novembre34 !

17De ces confrontations, il ressort un accord relativement bon entre les datations induites par les formules et celles constatées sur des actes précisément datés. Le paysage computique dessiné par les formules atteste bien l’inflexion automnale qui s’exerce sur l’indiction et l’épacte, et permet de saisir un décalage entre le changement de l’indiction et celui de l’épacte. Néanmoins, les confrontations révèlent un nombre non négligeable de situations contradictoires qui témoignent de pratiques finalement peu arrêtées ou bien d’erreurs. Regardons pour finir d’un peu plus près les actes d’automne.

Fluctuations automnales

  • 35 L’acte no 221 (1142) précise qu’un cens sera payé aux chanoines de l’église de Laon in synodo Laudu (...)
  • 36 Un cinquième acte (no 26), daté lui aussi d’un 5 novembre, est déclaré passé en synode ; cet acte e (...)
  • 37 J. Avril, « L’évolution du synode diocésain, principalement dans la France du Nord, du xe au xiiie  (...)

18On a vu plus haut que novembre était à Laon le mois de l’année où les rédacteurs d’actes épiscopaux avaient le plus de travail, du moins à considérer les actes précisément datés de ce mois, au nombre de 23. La période la plus intense était même plus resserrée encore puisque 16 de ces 23 actes ont été délivrés entre le 5 et le 8 novembre. Cette concentration s’explique par la tenue du synode diocésain d’automne, qui se réunissait « après la Toussaint35 » : quatre actes, deux du 5 et deux du 8, sont d’ailleurs déclarés passés en synode36. On sait que cette assemblée était souvent un moment propice à la promulgation des actes épiscopaux dans les premières décennies du xiie siècle37. Gardons-nous toutefois d’interpréter trop simplement le nombre particulièrement élevé d’actes de la première décade de novembre parmi les actes datés du jour et du mois. Tout en signalant un pic de l’activité de la chancellerie épiscopale, le chiffre de novembre est peut-être artificiellement gonflé : les clercs à l’œuvre en cette décade pouvaient être davantage portés à préciser le jour de l’acte parce que le moment était important dans la vie diocésaine, et peut-être même dans la « vie computique » de la chancellerie.

  • 38 Actes nos 132 et 133, en faveur du chapitre Notre-Dame de Laon.

19On aurait quelque argument à avancer en faveur de cette dernière hypothèse. Deux actes connus en original ont été donnés les 5 et 6 novembre 113138, tous deux portant une recognition de chancellerie. Or, du jour au lendemain, l’épacte et l’indiction sont passées des chiffres de 1131 à ceux de 1132. La conclusion semblerait s’imposer : à Laon, ces données étaient changées dans la nuit du 5 au 6 novembre, disons plutôt lors du synode diocésain d’automne si ces dates coïncidaient avec la tenue de l’assemblée. Rien ne s’oppose à le penser pour 1131 : le 13 octobre de cette année-là, deux actes étaient toujours porteurs des chiffres I et E de 1131, tandis que le 28 novembre, un acte confirme le passage aux chiffres de 1132. Mais a-t-on le droit d’extrapoler et de généraliser ?

  • 39 Acte no 151, en faveur des chanoines de Prémontré.
  • 40 Acte no 148, en faveur des prémontrés de Saint-Martin de Laon.
  • 41 L’observation des actes donnés au mois de novembre ne permet pas de discerner un changement de styl (...)

20La réponse me semble devoir être négative au vu d’un contre-exemple donné deux ans plus tard : le 7 novembre 1133, un acte reconnu par le chancelier Ernaudus atteste que les chiffres de l’épacte et de l’indiction sont toujours ceux de l’année en cours (1133)39. Or un acte de la même année 1133, sans date de mois mais nécessairement antérieur à l’acte du 7 novembre puisque reconnu par le chancelier Raoul, prédécesseur d’Ernaudus, porte l’épacte de 113440. Il se pourrait donc qu’en 1133, le chiffre de l’épacte ait été changé avant le mois de novembre (en septembre ?), puis qu’on soit revenu sur ce changement, en maintenant toujours à la date du 7 novembre (lors du synode) le chiffre de l’année en cours41.

  • 42 E.Van Mingroot, « Indictio secundum stilum Cameracensem », Bulletin de la Commission royale d’histo (...)

21De ces deux dossiers d’actes, je tire les conclusions suivantes : 1) le dossier de 1131 suggère que des événements propres à la vie du diocèse pouvaient être utilisés comme marqueurs d’un changement computique ; les dates envisagées par les manuels de chronologie ne sont peut-être pas les seules utilisées ; 2) le dossier de 1133 invite à penser qu’un changement de chancelier pouvait aussi jouer un rôle dans les pratiques en usage ; 3) l’un et l’autre laissent envisager des pratiques éminemment fluides, orientées par des principes généraux dont les « situations computiques » relevées nous montrent les schémas d’ensemble. Semblable fluidité a été constatée, pour l’indiction, à la chancellerie épiscopale de Cambrai, terre de lettrés et d’une chancellerie bien constituée, où l’on peut rencontrer, sous l’épiscopat de Burchard (1116-1130), trois indictions différentes42. La faible pertinence sociale de ces données les rendait plus vulnérables aux aléas.

Données computiques et culture de chancellerie

Le rôle de la chancellerie dans l’expression des données computiques

  • 43 L’idée en a été suggérée par Dufour-Malbezin, Actes des évêques de Laon…, op. cit. n. 5, p. 52.
  • 44 On pourrait aussi envisager une corrélation avec le lieu déclaré de passation de l’acte, mais la tr (...)
  • 45 Ces deux groupes d’actes sont les suivants : 1) Les actes nos 109 et 110, donnés respectivement les (...)

22La fluidité constatée des usages chronologiques serait-elle imputable à l’influence concurrente des destinataires et de la chancellerie43 ? Il est difficile de répondre. L’étude des formules de datation par bénéficiaire a été conduite sur les cinquante-trois actes datés du jour du mois, mais sans résultat probant quant à des usages préférentiels à mettre sur le compte des bénéficiaires ; sans doute faudra-t-il prolonger l’enquête44. En revanche, on dispose d’un indice net en faveur du rôle joué par la chancellerie en matière computique : par deux fois, deux actes donnés à quelques jours d’intervalle à des communautés ecclésiastiques de cultures différentes présentent une même formule computique inattendue, ce qui laisse penser que c’est bien la chancellerie et non le bénéficiaire qui a établi la date des actes en cause, à moins de supposer que la chancellerie ait adopté pour le second bénéficiaire la solution que le premier lui avait soufflée45 !

  • 46 B.-M. Tock, « Auteur ou impétrant ? Réflexions sur les chartes des évêques d’Arras au xiie siècle » (...)
  • 47 Lignes 3, 4, 6, 7, 9, 10, 11, 12, 15 et 17.

23Cela dit, même si la chancellerie épiscopale n’avait pas l’habitude de suivre les usages des établissements bénéficiaires, elle ne participait pas au même degré à la rédaction de tous les actes qu’elle validait. On touche ici à la distinction, si importante dans l’élaboration des actes, entre actes de chancellerie et actes d’impétrants46. Cette distinction, en l’état de la recherche, est difficile à mettre en œuvre dans le corpus laonnois. Toutefois, sans préjuger d’analyses plus fines, une variable peut être activée, celle de la présence ou de l’absence d’une recognition de chancellerie. Or l’on constate une forte surreprésentation des actes sans recognition de chancellerie parmi les actes à « solution computique » erronée ou très problématique47 : on en compte 11 sur 21 actes, soit 52 %, contre seulement 19 % pour les actes à solution « conforme » (ligne 1), et 19,6 % pour les actes à solution computique vraisemblable (lignes 2, 5, 13 et 16). Tout se passe donc comme si la recognition de chancellerie, qu’elle eût ou non accompagné une rédaction de l’acte par la chancellerie, sanctionnait une vérification des données computiques relativement efficace.

Le goût laonnois pour les données savantes

  • 48 Il se pourrait que les sièges de Noyon et de Soissons aient été parfois plus réceptifs aux modes ré (...)
  • 49 P. Demouy, Actes des archevêques de Reims d’Arnoul à Renaud II (997-1139), thèse de 3e cycle en his (...)
  • 50 S. Lecoanet, Les actes des évêques d’Amiens jusqu’au début du xiiie siècle, thèse d’archiviste-palé (...)
  • 51 Les chartes des évêques d’Arras (1093-1203), éd. B.-M. Tock, Paris, 1991 (Collection de documents i (...)
  • 52 Information due à l’amitié de Benoît-Michel Tock, que je remercie : les actes sont de 1080, 1107, 1 (...)
  • 53 E. Van Mingroot, Les chartes de Gérard Ier, Liébert et Gérard II, évêques de Cambrai et d’Arras, co (...)

24On a dit d’entrée de jeu le caractère singulier du goût laonnois pour les données computiques savantes. Précisons les choses. Il est clair que les rédacteurs laonnois n’imitent pas leurs collègues de la métropole48 : à la même époque, les actes des archevêques de Reims, obéissant à un protocole final assez rigide, portent ordinairement le millésime, l’indiction, l’année du règne et de l’archiépiscopat ; l’épacte et les concurrents n’apparaissent que sur trois actes archiépiscopaux, dont deux ont d’ailleurs été délivrés en faveur des prémontrés de Saint-Martin de Laon sans signaler aucune participation de la chancellerie rémoise49. Les rédacteurs laonnois n’imitent pas davantage ceux des sièges suffragants : pour l’évêché d’Amiens, un seul acte pourvu de l’épacte et du concurrent est à signaler50 et on en recense sept dans la production des évêques d’Arras, dont cinq concentrés de 1153 à 1155 pour cinq établissements différents51 ; à Thérouanne, cinq chartes épiscopales du xiie siècle portent l’épacte, mais sans concurrents52. Les actes des évêques de Cambrai semblent faire meilleur accueil à ces données savantes, mais il faudrait confirmer cette impression53.

  • 54 Sur le lien noué entre la chancellerie et l’école épiscopale au xie siècle en France du Nord, notam (...)
  • 55 Dufour-Malbezin, Actes des évêques de Laon…, op. cit. n. 5, p. 50.
  • 56 Cédric Giraud (Per verba magistri. Anselme de Laon et son école au xiie siècle, Turnhout, 2010 [Bib (...)
  • 57 Ibid., p. 407 ; il s’agit du De abaco et du De semitonio.
  • 58 Actes nos 24 et 25 ; cf. Giraud, Per verba magistri…, op. cit. n. 56, p. 49.

25Il est naturellement tentant de mettre la récurrence de ces données computiques en rapport avec le succès de l’école cathédrale de Laon et plus spécialement avec la présence du célèbre écolâtre Anselme († 1117) à la tête de la chancellerie, de 1095 à 111654. Selon Annie Dufour-Malbezin, « ce n’est qu’à partir du chancelier Anselme qu’on trouve ces trois éléments [indiction, épacte et concurrent] constamment associés dans les actes à l’année de l’Incarnation55 ». Certes, le chancelier Anselme a peut-être systématisé, et surtout encadré ces éléments chronologiques dans une formule de datation relativement fixe, mais l’association des trois éléments computiques au millésime est un usage antérieur à sa prise de fonctions, puisque solidement ancré dès le début des années 1080, sous le long cancellariat de Robert (1063-1093). On ne peut donc créditer Anselme de cette innovation, sauf à considérer qu’il aurait influencé son prédécesseur sur ce point. Mais on ignore si Anselme enseignait déjà à Laon dans la décennie 108056 et aussi s’il portait un intérêt marqué au comput, voire aux disciplines du quadrivium. De ce dernier point de vue, d’ailleurs, son frère Raoul, écolâtre en même temps que lui et son successeur à la chancellerie (jusqu’en 1133), serait sans doute un meilleur candidat à l’influence computique, puisqu’on sait qu’il rédigea deux traités d’arithmétique57. Versons une dernière pièce à ce dossier en signalant qu’épacte et concurrents apparaissent dans les chartes épiscopales durant le long épiscopat d’Élinand (1052-1096), au cours duquel on constate la présence à Laon d’un scholasticus nommé Raoul, attesté tout au moins dans les années 1055-105958.

  • 59 Sur ce grand cycle, voir par exemple Giry, Manuel de diplomatique, op. cit. n. 1, p. 149 ; G. Decle (...)
  • 60 Charte du prévôt de l’église de Chalon (1063), éd. A. Bernard, A. Bruel, Recueil des chartes de l’a (...)

26L’irruption des données « savantes » dans les actes laonnois de la décennie 1060 n’est pas seulement un fait d’histoire locale. À Laon, comme on a dit, épacte et concurrents apparaissent en 1065 et 1067. Je me demande si l’émergence de ces données dans le paysage diplomatique ne serait pas liée à un problème technique de comput. Les tables de comput héritées du travail de Denys le Petit sont fondées, d’une manière ou d’une autre, sur le « grand cycle » de 532 ans combinant le cycle solaire de 19 ans et le cycle lunaire de 28 ans59. Or le second cycle prenait fin en 1064 et on connaît une charte clunisienne, millésimée 1063 et truffée d’indications computiques savantes, qui déclare avoir été donnée « en la deuxième grande année depuis l’incarnation de notre seigneur Jésus-Christ, qui comporte 532 ans60 ». Les années qui entourent le passage d’un grand cycle à un autre n’auraient-elles pas suscité un regain d’intérêt pour les données savantes de la mesure du temps ?

  • 61 L’acte no 233 (1143, donné à Reims pour Saint-Thierry), intitulé aux noms des prélats de Reims, Soi (...)

27Cette enquête à poursuivre invite à considérer qu’au-delà de son encadrement théorique bien fixé, l’exercice de computation constitue jusqu’au xiie siècle une pratique éminemment conventionnelle, formelle et personnelle. Les données computiques sont les marqueurs d’un savoir-faire d’individu, d’atelier ou de chancellerie. En témoigne le fait que sur les rares actes intitulés conjointement aux noms de l’archevêque de Reims et de l’évêque de Laon (éventuellement avec d’autres suffragants), la présence du chancelier rémois, qu’il officie seul ou avec son collègue de Laon, fait prévaloir les usages de la diplomatique rémoise, donc l’absence de l’épacte et des concurrents61.

28L’étude d’ensemble met en lumière des tendances attendues, mais surtout une grande fluidité des pratiques, sans doute facilitée par le fait que ces données savantes n’ont guère de pertinence sociale. Il ressort de quelques situations documentaires que ces données ont pu être parfois changées lors du synode diocésain automnal et que la volonté du chance-lier pouvait jouer un rôle dans le choix des termini. Les historiens doivent en tout cas se garder de tout systématisme et de prises de position tranchées quand il s’agit d’interpréter ces données, même lorsqu’elles sont observées au sein de corpus relativement homogènes.

Notes

1 Quelques exemples : A. Giry, Manuel de diplomatique, Paris, 1894, p. 137-139 (concurrents), 149-151 (épacte) ; H. Bresslau, H.-W. Klewitz, Handbuch der Urkundenlehre für Deutschland und Italien, 3e éd., Berlin, 1958, p. 441 (dans un chapitre de plus de 80 pages sur la datation des actes, Klewitz consacre moins de trois lignes à l’épacte et aux concurrents, renvoyant pour les aspects techniques aux manuels de chronologie) ; O. Guyotjeannin, J. Pycke, B.-M. Tock, Diplomatique médiévale, 3e éd., Turnhout, 2006 (L’atelier du médiéviste, 2), p. 52 et 56.

2 A. de Boüard, Manuel de diplomatique française et pontificale, Diplomatique générale, Paris, 1929, p. 311-312 (importance limitée des erreurs de comput dans la discussion d’authenticité des actes).

3 Ibid. ; Giry, Manuel de diplomatique, op. cit. n. 1, p. 139, 151, 740 et 747.

4 P. Rück, « Die Dynamik mittelaterlicher Zeitmaße und die mechanische Uhr », Fachgebiet Historische Hilfswissenschaften. Ausgewählte Aufsätze zum 65. Geburtstag von Peter Rück, éd. E. Eisenlohr, P. Worm, Marbourg, 2000 (Elementa diplomatica, 9), p. 55-63, ici p. 60 ; R. Härtel, Notarielle und kirchliche Urkunden im frühen und hohen Mittelalter, Vienne-Munich, 2011 (Historische Hilfswissenschaften), p. 317.

5 A. Dufour-Malbezin, Actes des évêques de Laon des origines à 1151, Paris, 2001 (Documents, études et répertoires publiés par l’Institut de recherche et d’histoire des textes, 65). Voir le tableau formant l’annexe III « Classement chronologique des actes et éléments de datation », p. 478-485. Quelques indications réunies sur ce tableau doivent être corrigées (actes nos 114, 166-167, 182, 183 et 245) ou complétées (nos 276-277 et 297).

6 Outre la référence citée ci-dessus, n. 2, résumé commode dans le Vocabulaire international de la diplomatique, éd. M. M. Cárcel Ortí, 2e éd., Valence, 1997, nos 634 et 640.

7 Première apparition en 886 (no 3), puis en 961 (no 7).

8 Actes nos 27 et 28.

9 La tranche chronologique 1065-1151 comprend 296 numéros (27-322), dont 17 correspondent à des mentions d’actes. Parmi les 279 actes conservés, on relève 5 actes considérés comme faux ou falsifiés.

10 Acte no 295 (1148) (formule « E »).

11 Consultable en ligne [http://fruehmittelalter.uni-muenster.de/cce].

12 Rappelons que le chiffre de l’indiction est le numéro d’ordre de l’année dans une période indictionnelle de 15 ans dont la première remonte à l’année 313. Le chiffre de l’indiction (de 1 à 15) progresse donc d’une unité chaque année. Les dates communes pour le changement de l’indiction sont les suivantes : le 1er septembre (indiction grecque) ou le 24 septembre (indiction dite de Bède ou encore impériale) précédant l’année de référence, ou bien encore le 25 décembre ou le 1er janvier (indiction romaine) ; l’indiction dite génoise (mais attestée à Cambrai au xiie siècle) commence le 24 septembre qui suit le changement de millésime.

13 L’adjectif « conforme » ne veut pas dire « exact » ; ici il signifie simplement que le chiffre donné par l’acte est bien celui du millésime exprimé. Un chiffre « non conforme », c’est-à-dire trop faible ou trop fort par rapport à celui de l’année exprimée, peut être exact en fonction du moment de l’année où l’acte est passé.

14 Le terme d’« incrément » (on devrait dire incrément-décrément) a été préféré à celui d’« unité », car les éléments chronologiques examinés ne progressent pas tous d’une unité (cf. l’épacte, dont le chiffre progresse de 11 en 11).

15 Dans quatre cas, il s’agit de formules groupées : les lignes 6 et 9 rassemblent des actes présentant chacun un chiffre aberrant ; la ligne 12 réunit deux actes présentant deux données trop faibles ou trop fortes de deux incréments ou plus ; enfin, la ligne 17 groupe six situations computiques distinctes dans lesquelles trois données sont trop faibles ou trop fortes de deux incréments ou plus, ou bien présentent un chiffre aberrant.

16 La ligne 17 (8 actes) n’est pas comptée ici car elle ne représente pas une formule, mais six formules différentes.

17 Ligne 1 : données conformes (94 actes, 53,7 % du corpus IEC) ; ligne 5 : épacte trop forte d’un incrément (23 actes, 13,1 %) ; ligne 13 : indiction et épacte trop fortes d’un incrément (16 actes, 9,1 %) ; ligne 16 : indiction, épacte et concurrents trop forts d’un incrément (10 actes, 5,7 %) ; ligne 2 : concurrents trop faibles d’un incrément (7 actes, 4 %). Ces lignes sont indiquées en grisé sur le tableau.

18 Formules des lignes 3, 4, 6, 9, 10, 11, 12, 14, 15 et 17. Ligne 3 : concurrents trop forts d’un incrément (1 acte) ; ligne 4 : épacte trop faible d’un incrément (1 acte) ; lignes 6 et 9 : une donnée trop faible ou trop forte de deux incréments ou plus (3 actes) ; ligne 10 : épacte et concurrents trop faibles d’un incrément (1 acte) ; ligne 11 : indiction et concurrents trop faibles d’un incrément (1 acte) ; ligne 12 : deux données trop faibles ou trop fortes de deux incréments ou plus (2 actes) ; ligne 14 : indiction trop faible d’un incrément et épacte trop forte d’un incrément (2 actes) ; ligne 15 : indiction, épacte et concurrents trop faibles d’un incrément (1 acte) ; ligne 17 : voir cidessus, n. 15.

19 Formules des lignes 7 et 8. Ligne 7 : indiction trop faible d’un incrément (3 actes), supposant l’emploi de l’indiction génoise ou cambrésienne (voir ci-dessus, n. 12) ; ligne 8 : indiction trop forte d’un incrément (2 actes), supposant que l’indiction soit changée avant l’épacte.

20 44 ont les trois éléments IEC, 6 seulement I et E (n ° 27, 30, 40, 52, 111 et 160), 1 a seulement E (n ° 295), enfin 2 actes n’ont aucun des éléments I, E ou C (nos 96 et 118).

21 Dix chartes entre 1065 et 1117 et deux chartes après 1137, l’une de 1144 (no 245), l’autre de 1148 (no 295), sont datées du quantième du mois.

22 Actes nos 107 (4 III 1125), 42 (22 III 1093), 145 (22 III 1133), 156 (9 IV 1134), 129 (16 IV 1131), 146 (29 V 1133), 295 (24 VI 1148, E seul exprimé), 52 (13 VIII 1098, IE seuls exprimés), 159 (25 VIII 1134). Les trois autres actes sont les suivants : nos 175 (1er III 1137, IEC> 1), 40 (13 III 1091, I <1E=) et 117 (11 VII 1128, EC=I>1).

23 Actes nos 30 (6 IX 1138, IE=), nos 130). et 131 (13 IX 1131, IEC=), ce qui conviendrait à un changement d’I et E postérieur au 1er septembre.

24 Actes nos 132 (5 XI 1131, IEC=), 142 (6 XI 1132, IE= C <1), 151 (7 XI 1133, IEC=), 160 (7 XI 1134, IE=), 161 (7 XI 1134, IEC=), 162 (13 XI 1134, IEC=), ce qui suggérerait que I et E étaient alors changés à Noël ou au 1er janvier.

25 Formules des lignes 5 (IC= E>1, 23 actes), 8 (EC= I>1, 2actes) et 13 (C=IE>116 actes).

26 Quatre actes ont l’épacte seule trop forte : n 101 (8 IX 1123), 172 (29 IX 1136), 55 (5 XI 1103) et 173 (23 XII 1136). Quinze actes ont à la fois l’épacte et l’indiction trop fortes : nos 109 (11 X 1125), 110 (13 X 1125), 111 (14 X 1125), 104 (29 X 1124), 114 (4 XI 1126), 178 (4 XI 1137), 115 (5 XI 1126), 133 (6 XI 1131), 58 (7 XI 1111, IE seules exprimées), 102 (7 XI 1123), 97 et 98 (8 XI 1122, IEC> 1), 245 (8 XI 1144), 44 (18 XI 1096), 134 (28 XI 1131) ; à ces quinze actes pourraient être ajoutés quatre actes dont la formule est susceptible de corrections : nos 81 et 82 (2 XI 1118 ou 1117), 83 (5 XI 1118 ou 1117) et 57 (8 XI 1107).

27 Actes nos 175 (1er III 1137, IEC>1) et 117 (11 VII 1128, EC= I>1).

28 Actes cités n. 26.

29 Actes cités n. 26.

30 Actes nos 113, 125, 141, 142, 165, 219 et 220.

31 Actes nos 141 (29 I 1132), 125 (1er II 1130) et 142 (6 XI 1132).

32 Actes nos 56, 80, 97, 98, 109, 110, 175, 176, 204 et 307.

33 C’est au vu de cette configuration qu’Annie Dufour-Malbezin (Actes des évêques de Laon…, op. cit. n. 5, p. 51) a suggéré l’introduction d’un style de Pâques ou du 25 mars vers 1136.

34 Actes nos 175 (1er III 1137), 109 (11 X 1125), 110 (13 X 1125), 97 (8 XI 1122) et 98 (8 XI 1122). Pour les trois derniers cas, on pourrait envisager une erreur dans l’expression du millésime.

35 L’acte no 221 (1142) précise qu’un cens sera payé aux chanoines de l’église de Laon in synodo Laudunensi, post festivitatem Omnium Sanctorum.

36 Un cinquième acte (no 26), daté lui aussi d’un 5 novembre, est déclaré passé en synode ; cet acte est « hors corpus » puisque de 1060.

37 J. Avril, « L’évolution du synode diocésain, principalement dans la France du Nord, du xe au xiiie siècle », Proceedings of the Seventh International Congress of Medieval Canon Law, Cambridge, 23-27 July 1984, éd. P. Linehan, Cité du Vatican, 1988, p. 305-325, ici p. 312-314 ; pour Amiens : L. Morelle, « Un grégorien au miroir de ses chartes : Geoffroy, évêque d’Amiens (1104-1115) », À propos des actes d’évêques. Hommage à Lucie Fossier, éd. M. Parisse, Nancy, 1991, p. 177-218, ici p. 193-194 ; pour Arras : B.-M. Tock, Une chancellerie épiscopale au xiie siècle : le cas d’Arras, Louvain-la-Neuve, 1991 (Université catholique de Louvain, Publications de l’Institut d’études médiévales, Textes, études, congrès, 12), p. 102-103.

38 Actes nos 132 et 133, en faveur du chapitre Notre-Dame de Laon.

39 Acte no 151, en faveur des chanoines de Prémontré.

40 Acte no 148, en faveur des prémontrés de Saint-Martin de Laon.

41 L’observation des actes donnés au mois de novembre ne permet pas de discerner un changement de style (par exemple que le synode aurait commencé ou cessé de marquer le changement d’indiction ou d’épacte).

42 E.Van Mingroot, « Indictio secundum stilum Cameracensem », Bulletin de la Commission royale d’histoire/Handelingen van de Koninglijke commissie voor geschiedenis, 143 (1977), p. 139-201.

43 L’idée en a été suggérée par Dufour-Malbezin, Actes des évêques de Laon…, op. cit. n. 5, p. 52.

44 On pourrait aussi envisager une corrélation avec le lieu déclaré de passation de l’acte, mais la très grande majorité des actes portant une date de lieu sont passés à Laon ; on compte neuf exceptions : actes nos 86 (1120, donné à Guise pour Fesmy), 120 (1129, donné à Crépy pour Saint-Martin de Laon), 128 (1130, donné à Foigny pour Foigny), 184 (1138, donné à Prémontré pour Prémontré), 216 (1141, donné à Lagny pour Ribemont), 276 et 277 (1146, donnés à Reims pour Saint-Thierry), 297 (1148, donné à Reims pour Saint-Thierry), 313 (1150, donné à Marle pour Foigny).

45 Ces deux groupes d’actes sont les suivants : 1) Les actes nos 109 et 110, donnés respectivement les 11 et 13 octobre 1125 aux chanoines réguliers de Prémontré et aux moines noirs de Saint-Thierry, suivent la même formule IEC>1 (chiffre des concurrents trop forts pour cette période de l’année) ; 2) de même, les actes nos 161 et 162, donnés respectivement les 7 et 13 novembre 1134 aux prémontrés de Saint-Martin de Laon et aux chanoines de la cathédrale Notre-Dame de Laon, suivent la même formule IEC= (on attendrait plutôt IE>1 compte tenu de la période de l’année).

46 B.-M. Tock, « Auteur ou impétrant ? Réflexions sur les chartes des évêques d’Arras au xiie siècle », BEC, 149 (1991), p. 215-248.

47 Lignes 3, 4, 6, 7, 9, 10, 11, 12, 15 et 17.

48 Il se pourrait que les sièges de Noyon et de Soissons aient été parfois plus réceptifs aux modes rémoises que le siège de Laon ; voir G. Brunel, « Chartes et chancelleries épiscopales du nord de la France au xie siècle », À propos des actes d’évêques…, op. cit. n. 37, p. 227-244, ici p. 232.

49 P. Demouy, Actes des archevêques de Reims d’Arnoul à Renaud II (997-1139), thèse de 3e cycle en histoire, Univ. Nancy 2, 1982 : no 130 (1102), Manassès II en faveur du chapitre Saint-Amé de Douai ; no 226 (1133), Renaud en faveur de l’abbaye Saint-Martin de Laon ; no 233 (1135), Renaud en faveur du prieuré de Dyonne (prieuré féminin dépendant de Saint-Martin de Laon).

50 S. Lecoanet, Les actes des évêques d’Amiens jusqu’au début du xiiie siècle, thèse d’archiviste-paléographe, ENC, 1957 : no 108 (1140), Guérin en faveur de l’abbaye d’Ourscamp.

51 Les chartes des évêques d’Arras (1093-1203), éd. B.-M. Tock, Paris, 1991 (Collection de documents inédits sur l’histoire de France, section d’histoire médiévale et de philologie, série in-8o, 20) : no 102 (1153), Godescalc pour l’abbaye de Bourbourg ; no 108 (1154), G. pour l’abbaye Saint-Vaast d’Arras ; no 109 (1154), G. pour l’abbaye de Corbie ; no 112 (1155), G. pour l’abbaye d’Étrun ; no 113 (1155), G. pour l’abbaye de Vicoigne ; no 157 (1170), André pour l’abbaye d’Eaucourt ; no 182 (1181), Frumaud pour l’abbaye du Mont-Saint-Quentin.

52 Information due à l’amitié de Benoît-Michel Tock, que je remercie : les actes sont de 1080, 1107, 1143, 1145 et 1162.

53 E. Van Mingroot, Les chartes de Gérard Ier, Liébert et Gérard II, évêques de Cambrai et d’Arras, comtes du Cambrésis (1012-1092/93). Introduction, édition, annotation, Louvain, 2005 (Medievalia Lovaniensia, Series I, Studia, 35).

54 Sur le lien noué entre la chancellerie et l’école épiscopale au xie siècle en France du Nord, notamment à Reims, Soissons et Cambrai, voir Brunel, « Chartes et chancelleries… », loc. cit. n. 48, p. 240-242.

55 Dufour-Malbezin, Actes des évêques de Laon…, op. cit. n. 5, p. 50.

56 Cédric Giraud (Per verba magistri. Anselme de Laon et son école au xiie siècle, Turnhout, 2010 [Bibliothèque d’histoire culturelle du Moyen Âge, 8], p. 50-51), estime qu’après un apogée dans la décennie 1070 (période de formation d’Anselme), l’école rémoise a connu une éclipse sous les archiépiscopats de Renaud Ier (1083-1096) et Manassès II (1096-1106), qui « s’explique peut-être par les débuts de l’enseignement d’Anselme à Laon ».

57 Ibid., p. 407 ; il s’agit du De abaco et du De semitonio.

58 Actes nos 24 et 25 ; cf. Giraud, Per verba magistri…, op. cit. n. 56, p. 49.

59 Sur ce grand cycle, voir par exemple Giry, Manuel de diplomatique, op. cit. n. 1, p. 149 ; G. Declercq, Anno Domini. Les origines de l’ère chrétienne, Turnhout, 2000, p. 159-164.

60 Charte du prévôt de l’église de Chalon (1063), éd. A. Bernard, A. Bruel, Recueil des chartes de l’abbaye de Cluny, Paris, 1876-1903 (Collection de documents inédits sur l’histoire de France), t. 4, no 3391, p. 495 : Actum publicæ Cabilonis civitate, anno ab incarnatione Domini Mmo LXmo IIIo, indictione Ia, aepacta XVIII, concurrente IIdo, presidente Romæ Alexandro papa discretissimo, regnante in Francia Philippo rege, anno regni ejus Vto, secundo magno anno ab incarnatione Domini nostri Jesu Christi, qui constat D. XXXta IIbus annis, decennovenali cyclo L. VIto, IIIIto nonas junii.

61 L’acte no 233 (1143, donné à Reims pour Saint-Thierry), intitulé aux noms des prélats de Reims, Soissons et Laon, et reconnu par le chancelier rémois, est clairement un acte élaboré par la chancellerie rémoise. Les trois actes nos 276, 277 et 297 sont intitulés au double nom de l’archevêque de Reims et de l’évêque de Laon et portent conjointement la recognition des deux chanceliers épiscopaux. Toutefois, c’est l’usage métropolitain qui a prévalu sur l’usage suffragant (pas d’épacte ni de concurrents).

Table des illustrations

Titre Les formules computiques enregistrées dans les actes du corpus « IEC »
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/28546/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende X> 1 : donnée dont le chiffre est supérieur d’un incrément au chiffre de l’année expriméeX<1 : donnée dont le chiffre est inférieur d’un incrément au chiffre de l’année expriméeX= : donnée dont le chiffre correspond à celui de l’année exprimée (donnée dite « conforme »)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/28546/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/28546/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 33k

© Éditions de la Sorbonne, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540