Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mesure et histoire médiévale

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

De la mesure en toute chose

De la fabrication à l’étude des manuscrits : une affaire de mesure

Émilie Cottereau-Gabillet

Résumé

Dans le livre manuscrit, de multiples éléments sont mesurables ou quantifiables. Parce qu’elles rendent compte de certains aspects matériels des volumes et témoignent des conditions de leur fabrication, ces mesures et quantifications constituent le point de rencontre entre les pratiques artisanales et leur compréhension par les historiens du livre. Après avoir rapidement décrit ce qui est mesurable dans le livre manuscrit, on analysera les informations disponibles sur les mesures réellement effectuées au Moyen Âge, avant de proposer quelques réflexions sur la mesure de l’historien. Cette dernière question est abordée tant à l’échelle des manuscrits – en comparant la démarche de l’historien et celle de l’artisan – qu’à celle des corpus, dans le cadre d’une réflexion sur l’intérêt et l’enjeu des méthodes quantitatives qui font également intervenir la mesure dans l’histoire du livre.

In the manuscript book, multiple elements are measurable or quantifiable. Because they reflect some material aspects of the volumes and bear witness to the conditions of their manufacture, these measures and quantifications constitute the meeting point between the work of the craftsman and its understanding by historians of the book. After a brief description of what can be quantified in a manuscript book, the author analyses the available information on what was really measured in the Middle Ages, before giving us his thoughts on the measure of the historian. This last question is treated with regard to the manuscripts – in a comparison between the approach of the craftsman with that of the historian – and also with regard to the corpus with the author’s thoughts on the interest and the usefulness of quantitative methods that introduce measure into the history of the book.

Texte intégral

  • 1 Les travaux d’Ezio Ornato font ainsi apparaître des réflexions tant méthodologiques que pratiques (...)

1Si les liens entre le manuscrit médiéval et l’idée de mesure ont déjà donné lieu à diverses réflexions et discussions1, ils ont rarement été l’objet d’une présentation spécifique. Sans prétendre faire le tour de la question, nous nous proposons d’esquisser sur ce sujet une rapide synthèse à partir des données disponibles. Tout en définissant la mesure de manière relativement large comme une évaluation d’une grandeur ou d’une quantité, nous avons fait le choix d’aborder ce lien entre manuscrit et mesure en considérant à la fois la fabrication des manuscrits et la manière dont l’historien les aborde. En analysant la nature des mesures réalisées, leur mise en œuvre concrète et leurs finalités, l’objectif sera notamment de comparer la mesure de l’historien et celle de l’artisan – et derrière lui du commanditaire –, mais aussi de s’interroger sur la manière dont elles s’articulent l’une avec l’autre.

Que peut-on mesurer dans le livre manuscrit ?

Nature et objet des mesures

2Commençons par évoquer les mesures simples ou « primaires » car relatives à un seul élément. Trois catégories peuvent être distinguées :

  • Les mesures établies par rapport à une unité conventionnelle qui sont numériques et s’appuient en premier lieu sur le système métrique. Elles permettent principalement d’apprécier les dimensions des volumes (hauteur, largeur mais aussi épaisseur) et celles des différents éléments qui constituent la page (taille du cadre de justification, des marges, de l’interligne, etc.). D’autres unités peuvent être utilisées, par exemple pour ce qui concerne la blancheur du support.
  • Les « dénombrements », numériques eux aussi, qui peuvent concerner des éléments relatifs à la structure du volume (nombre de feuillets et de cahiers contenus dans le volume, nombre de feuillets de chacun de ces cahiers, etc.), mais aussi de nombreux autres aspects (nombre de trous dans les feuillets de parchemin ; nombre de lignes par page, nombre de caractères par ligne, nombre de miniatures ou d’initiales, nombre d’abréviations ou encore de coupures en fin de ligne, etc2.).
  • Enfin, les mesures par classification hiérarchique, qui ne prennent leur sens que dans le cadre d’une comparaison entre manuscrits. Elles peuvent se fonder soit sur des critères objectifs (par exemple dans l’appréciation de la richesse des initiales), soit sur une évaluation subjective (par exemple dans l’appréciation du soin apporté à l’écriture). Si ces mesures ne sont pas en elles-mêmes numériques, elles peuvent donner lieu à une codification numérique3.

Quelques remarques

  • 4 Ce taux d’exploitation prend en compte à la fois la part du « noir » (surface réservée à l’écritur (...)
  • 5 Sur cette question, voir R. Bergeron, E. Ornato, « La lisibilité dans les manuscrits et les imprim (...)

3À partir de ces mesures primaires, il est également possible, toujours à l’échelle d’un manuscrit, d’effectuer des mesures que nous qualifierons de « secondaires ». Ces dernières peuvent tout d’abord concerner la variation et la dispersion des résultats, par exemple entre les différentes pages d’un même volume. La combinaison des mesures primaires peut également permettre de mesurer des phénomènes plus complexes. Le calcul du taux d’exploitation de la page est ainsi le fruit de la prise en compte de plusieurs variables4 ; de façon plus élaborée et dans le cadre d’une comparaison entre manuscrits, on peut également chercher à évaluer la lisibilité d’une transcription en prenant en compte plusieurs paramètres (présence de titres courants, d’index, mais aussi nombre d’abréviations, etc5.).

  • 6 « Distance séparant deux lignes rectrices successives », D. Muzerelle, Vocabulaire codicologique, (...)

4Les valeurs obtenues s’inscrivent dans un spectre qui est nécessairement limité, aucun manuscrit ne mesurant 5 millimètres ou 3 mètres de haut et aucun cahier n’étant composé de 80 feuillets par exemple. Les impératifs qui fixent ces limites sont pour la plupart techniques et technologiques : la taille des feuillets de parchemin ne peut ainsi excéder celle des peaux utilisées ; l’unité de réglure6, bien que parfois petite, ne descend pas au-dessous du millimètre car il est impossible avec un calame ou une plume d’écrire aussi petit, etc. D’autres contraintes semblent également avoir été prises en considération, notamment du point de vue esthétique et pratique : bien que variant d’un manuscrit à l’autre, le rapport entre les marges respecte ainsi certaines normes, la marge de tête n’étant jamais vingt fois plus importante que celle de queue.

  • 7 Sur cette question du principe de proportionnalité, voir Ornato, La face cachée…, op. cit. n. 1, p (...)

5Ces données quantifiables et mesurables varient parfois les unes en fonction des autres. Le lien peut être purement mécanique, lorsque les données sont dérivées les unes des autres. Ainsi l’unité de réglure est liée à la fois à la hauteur du cadre de justification et au nombre de lignes que celui-ci contient. Dans d’autres cas, le lien n’est pas automatique mais relève d’un choix fait par les artisans. Il en est ainsi du respect du principe de proportionnalité qui fait que, globalement, la hauteur de l’interligne a tendance à augmenter avec la taille du volume alors que, techniquement, rien ne rend cette augmentation nécessaire7. Certaines mesures dimensionnelles sont enfin reliées entre elles d’une manière spécifique, par exemple lorsqu’elles sont définies non de manière absolue mais relative, renvoyant les unes aux autres dans le cadre de multiplications et de fractions.

La mesure de l’artisan

6Comment ceux qui fabriquaient, copiaient et décoraient les livres – et derrière eux les commanditaires – appréhendaient-ils et percevaient-ils cette question de la mesure ? Quels sont les éléments mesurables qui ont effectivement été mesurés ? Telles sont les questions que nous envisagerons désormais, en nous intéressant à la fois aux instruments dont disposaient les artisans, aux pratiques qu’ils pouvaient mettre en œuvre et, plus globalement, à leur approche de la question même de la mesure. L’un des enjeux de la réflexion concerne ainsi la part de l’intuition ou de la simple « évaluation » (sans mesure « réelle » ou dénombrement effectif) dans les pratiques artisanales.

Remarque préalable : les enjeux de la mesure

  • 8 É. Cottereau, La copie et les copistes français de manuscrits aux xive et xve siècles. Étude socio (...)
  • 9 Sans doute certains choix de mise en pages faisaient-ils ainsi intervenir le goût des commanditair (...)

7Avant d’évoquer les données disponibles, on rappellera que les variations observées entre manuscrits, qui traduisent des mesures différentes, sont le reflet de choix de la part des acteurs associés à la fabrication du livre. Ces choix pouvaient être guidés par des considérations d’ordre pratique, économique ou encore esthétique, auxquelles les artisans et les commanditaires ne sauraient avoir été indifférents et qui justifiaient les mesures réalisées. La prise en compte de la dimension pratique pouvait ainsi conduire à opter pour un format et une épaisseur plus ou moins importants afin de garantir la portabilité des volumes ou, au contraire, leur caractère imposant. Elle pouvait également être à l’origine du choix d’un abrègement réduit ou fréquent, en fonction des capacités de résolution des abréviations par le lecteur8. Pour ce qui est de la dimension économique, il va également de soi que l’augmentation du nombre d’éléments de décoration, ou encore de la surface occupée par les marges dans un feuillet, avait des conséquences importantes en termes de coût. Enfin le critère esthétique ne saurait être oublié et un certain nombre de choix relevaient sans doute de variations dans le goût des commanditaires9.

Le témoignage des sources et des instruments

  • 10 Nous nous appuyons essentiellement ici sur notre analyse de plusieurs contrats de copistes, É. Cot (...)
  • 11 Il est ainsi possible que le commanditaire et l’artisan se soient accordés, oralement, sur la prod (...)
  • 12 Dans les deux cas, ces dénombrements semblent être liés aux formes retenues pour le paiement.
  • 13 Pour une rapide synthèse sur cette question, voir Ornato, La face cachée…, op. cit. n. 1, p. 652 s (...)

8Considérons à présent les données dont nous disposons à propos des mesures effectuées par les artisans et des instruments utilisés. Pour ce qui est des documents traitant de la réalisation et de la fabrication des manuscrits, à savoir essentiellement les contrats, le bilan est malheureusement assez décevant10. Les mentions relatives aux dimensions des feuillets ou à la mise en pages semblent ainsi absentes, alors que ces données conditionnent à la fois l’aspect du livre et la quantité de support utilisée. Ce silence des sources laisse perplexe, car il semble difficile d’imaginer que ces mesures n’aient pas été l’objet d’un accord préalable entre le commanditaire et les artisans. Sans doute faut-il chercher une explication à cette situation dans le simple fait que le document écrit que constituait le contrat ne transcrivait pas l’ensemble de l’accord passé11. Dans certains cas, l’absence de précisions est peut-être aussi liée au fait que l’engagement du copiste impliquait, du fait même de la nature du manuscrit à copier, une quantité de texte à transcrire qui de ce fait imposait – quand la quantité de parchemin disponible était déjà fixée – telle ou telle caractéristique pour la mise en pages. Enfin, pour toute une série d’éléments pour lesquels n’existait aucun étalon de mesure (par exemple la blancheur du support), la comparaison visuelle avec un échantillon ou un autre manuscrit avait sans doute ici une influence déterminante (on choisissait un support « plus blanc que », « aussi blanc que… »). Quelques informations peuvent toutefois être tirées de l’étude de ces documents. Les mesures concernent essentiellement deux éléments, associés aux dénombrements évoqués plus haut : les cahiers, dont le nombre global est souvent précisé, et la décoration pour laquelle certains comptes ou contrats donnent le détail des réalisations12. À côté des contrats, on signalera enfin l’existence de deux recettes de construction de la page (recette de Saint-Rémi et recette de Munich, datant respectivement du xe et du xve siècle13) dans lesquelles les dimensions sont exprimées sous forme proportionnelle et relative.

  • 14 Un document fait ainsi état d’un compas à pointes de laiton, dans une liste de dépenses relatives (...)
  • 15 J.-P. Gumbert, « Les outils du copiste », Gazette du livre médiéval, 32 (1998), p. 1-7 ; en ligne (...)
  • 16 Ch. M. Briquet, Les filigranes. Dictionnaire historique des marques du papier dès leur apparition (...)

9Le bilan n’est malheureusement guère plus positif concernant les instruments utilisés par les artisans. À notre connaissance, aucun instrument en lien avec une mesure étalonnée n’a été retrouvé. Certains textes ou gravures du début du xvie siècle mettent certes en évidence l’existence de règles ou de compas, mais nous ne disposons pas d’informations sur les procédés mis en œuvre par les artisans14, même si l’on peut penser que ces instruments étaient notamment utilisés pour établir les rapports entre dimensions évoqués précédemment15. Quant à la « pierre de Bologne », datable de la seconde moitié du xive siècle16, elle constituait un étalon de mesure lié au format des feuilles de papier ou plus précisément aux « formes » utilisées pour réaliser ces dernières.

10Pour être complet, on notera enfin la présence, au sein des manuscrits eux-mêmes, d’éléments comme la foliotation ou certaines signatures de feuillets qui témoignent indéniablement d’une forme de dénombrement, même si celui-ci était surtout lié à une question de repérage.

Mesure effective ou simple évaluation ?

  • 17 Les mesures relatives à la dimension du cadre d’écriture (indépendantes donc des opérations de rog (...)

11Face à ce silence des sources, nous ne pouvons donc que proposer quelques remarques guidées par la simple logique à propos de la manière dont les mesures étaient effectuées par les artisans. Dans la plupart des cas, deux opérations doivent être distinguées : la réalisation d’une mesure ou du choix d’une quantité initiale permettant de définir la physionomie globale du volume ; la reproduction de cette mesure ou de ce dénombrement sur l’ensemble des feuillets d’un manuscrit. Concernant ce dernier point, on notera d’ores et déjà que d’importantes variations peuvent souvent être observées d’un feuillet à l’autre au sien d’un même volume17, ce qui semble montrer que l’on s’accommodait alors sans difficulté d’une certaine imprécision.

  • 18 Sur les dimensions des feuillets et l’emploi du pliage pour la constitution des cahiers, qui pouva (...)
  • 19 Le principe même du pliage des peaux ou bien celui de la réglure par impression permettaient ainsi (...)

12Pour les mesures liées à une unité conventionnelle, l’existence de dimensions présentant des rapports particuliers les unes avec les autres semble témoigner d’une pratique de pliages relativement complexes ou de l’utilisation de certains instruments tels le compas18. Pour ce qui est du choix initial, il est toutefois probable que la démarche était souvent pragmatique et approximative, ne visant pas nécessairement à obtenir un rapport ou des dimensions précises, mais plutôt à reproduire l’aspect d’un autre manuscrit ou encore celui d’un feuillet-type. Le raisonnement, valable pour les mesures primaires, l’est a fortiori pour les mesures secondaires évoquées précédemment. Quant à la reproduction et à la réalisation des mesures retenues sur plusieurs feuillets, elles étaient sans doute pour une large part liées aux procédés utilisés et ne passaient pas nécessairement par une opération de mesure constamment renouvelée19. La question de l’épaisseur du support constitue sans doute un cas un peu à part, les artisans ne disposant a priori pas de moyen d’évaluer précisément cette dernière même s’ils étaient sans doute conscients, ne serait-ce que par le toucher, des variations susceptibles d’exister dans ce domaine.

  • 20 Voir par exemple cette mention « A Guiot, enlumineur, pour avoir enluminer et fait trois cents let (...)
  • 21 Certains procédés, comme la réglure par impression déjà évoquée mais aussi l’emploi de certains in (...)

13Concernant les dénombrements, la situation est sans doute différente selon les éléments considérés. Pour ce qui relève de la décoration, dont l’importance avait des conséquences directes en termes de coût, il est probable que les commanditaires et les artisans comptaient réellement la quantité d’éléments réalisés, comme le laissent penser les documents comptables (paiement à la centaine ou au millier d’initiales ou de pieds de mouche par exemple)20. En revanche, il est presque certain que la prise en compte du nombre de trous dans le parchemin ne donnait pas lieu à un dénombrement exhaustif, mais plutôt à une évaluation globale, dans le cadre d’une prise en compte de la qualité du support. Certes l’enjeu était là encore économique mais il intervenait sans doute de manière moins « mécanique ». De même, pour un élément comme le pourcentage de mots abrégés, il est plus que probable que les variations observées relevaient également d’une appréciation générale et intuitive, sans que commanditaires ou artisans prennent le temps de compter ces abréviations. Enfin, pour un élément comme le nombre de lignes, sa reproduction sur chaque feuillet était en partie liée à la manière même dont la réglure était réalisée21.

La mesure de l’historien

  • 22 Pour une présentation des principes et méthodes de l’approche quantitative, voir les quatre premie (...)

14Même si elle ne saurait, tels que les peignes ou rastra, ainsi que les planchettes à régler, constituer la seule voie d’accès au livre dans sa dimension physique, la mesure par l’historien de ses aspects matériels est aujourd’hui une approche particulièrement répandue, qu’elle donne lieu à une présentation simplement descriptive d’un manuscrit ou qu’elle s’intègre à une démarche plus générale et problématisée, s’appuyant elle-même sur des méthodes quantitatives22.

Les mesures concrètes

  • 23 Ezio Ornato précise toutefois à quel point il est illusoire de vouloir utiliser les aspects dimens (...)
  • 24 Sur l’épaisseur du parchemin, voir F. M. Bischoff, « Pergamentdicke und Lagenordnung. Beobachtunge (...)
  • 25 Sur cette question voir, par exemple, É. Lalou, « Reconnaissance de formes, restitutions virtuelle (...)

15Dans le cadre d’une comparaison avec le comportement des artisans, on évoquera tout d’abord la manière dont l’historien envisage et réalise concrètement ses mesures sur les manuscrits. La finalité des deux approches ne saurait bien sûr être semblable : s’inscrivant presque toujours – même si c’est parfois de manière implicite – dans le cadre d’une comparaison, la mesure de l’historien est avant tout descriptive23. Les moyens utilisés sont également différents. Comparé à l’artisan, l’historien actuel apparaît ainsi tout puissant dans sa capacité à mesurer. Il dispose en effet d’outils lui permettant de faire des mesures dans des domaines bien plus nombreux et de manière beaucoup plus précise que ne pouvaient le faire les artisans (par exemple concernant l’épaisseur du parchemin ou la blancheur du papier24). Dans un futur relativement proche, une certaine automatisation de la mesure est par ailleurs envisageable, par exemple pour certaines dimensions ou bien pour des éléments dénombrables comme le nombre de feuillets (qui ne correspond pas toujours à la foliotation), le nombre de lignes ou le nombre de caractères par ligne, très fastidieux à compter sur un échantillon de pages ou de lignes suffisant25. Toutefois, la mesure de l’historien connaît aussi des limites. Ces dernières sont d’abord techniques du fait qu’elles requièrent une instrumentation spécifique ; c’est le cas pour la porosité ou la grumosité du papier. L’historien doit également faire face à des limites « déontologiques », puisqu’il ne doit pas porter atteinte à l’intégrité du document. La réticence est enfin parfois purement idéologique : malgré les réflexions déjà anciennes sur la nécessité d’une véritable « archéologie du livre », beaucoup ne voient encore dans cet objet que le réceptacle d’un texte, dont la dimension matérielle ne saurait donner lieu à une analyse approfondie.

  • 26 Étudier le comportement du copiste concernant telle ou telle caractéristique de son écriture en co (...)

16Pour réaliser ces mesures, les historiens mettent généralement en place (ou du moins devraient-ils le faire) des protocoles qui doivent être exposés de façon à permettre une bonne compréhension et interprétation des résultats, voire une vérification de ces derniers. Ces protocoles varient malheureusement souvent d’une étude ou d’un chercheur à l’autre, limitant les possibilités de comparaison. De nombreuses mesures sont également le fruit d’un échantillonnage, par exemple pour le relevé des dimensions du volume ou de la mise en pages, ou encore pour le dénombrement des abréviations. Le principe essentiel est ici celui de la représentativité de l’échantillon, qui doit être suffisamment important pour pouvoir permettre une analyse statistique, et adapté à l’étude envisagée26.

  • 27 Ezio Ornato (La face cachée…, op. cit. n. 1, p. 609) évoque ainsi un nouveau rapport au livre : «  (...)

17Selon les éléments considérés, la mesure de l’historien apparaît ainsi plus ou moins proche de celle de l’artisan. Dans certaines circonstances, l’historien semble reproduire la mesure ou le dénombrement effectué par l’artisan (pour les éléments de décoration par exemple). Dans d’autres cas, les mesures de l’historien lui sont spécifiques, soit parce qu’il dispose désormais de moyens techniques dont ne bénéficiait pas l’artisan, soit parce qu’il applique des données numériques et inscrit dans le mesurable, au sens strict, des aspects qui n’étaient pas envisagés d’une manière aussi mathématique par les hommes du Moyen Âge mais relevaient de démarches plus empiriques et intuitives (par exemple pour le nombre d’abréviations dans une transcription). La mesure est alors pour l’historien un moyen d’objectiver et de donner une valeur numérique à des éléments qui n’étaient sans doute pas associés, aux yeux des artisans, à des données de ce type27.

Au-delà du livre, le corpus : une mesure spécifique à l’historien

  • 28 Voir n. 22.

18Si l’historien du livre effectue des mesures concrètes dans le(s) manuscrit(s) qu’il étudie, son rapport à la mesure peut prendre une autre dimension dans le cadre d’une approche quantitative28. Celle-ci a surtout pris son essor à partir du dernier quart du xxe siècle, en lien avec le développement considérable de l’informatique, qui permet de traiter rapidement de multiples données, de les classer, de les regrouper et de les croiser grâce aux outils associés aux feuilles de calculs et aux bases de données. Cette forme de mesure, qui est indéniablement spécifique à l’historien (par rapport à l’artisan), peut s’appuyer sur des données mesurables, comme celles évoquées ci-dessus, ou sur des données qui ne le sont pas (par exemple la couleur de la réglure utilisée), dès lors que l’on observe des variations entre les différents volumes du corpus étudié.

  • 29 Un certain nombre d’études se contentent malheureusement d’utiliser le quantitatif dans une simple (...)
  • 30 Ornato, La face cachée…, op. cit. n. 1, p. 608-609. Ezio Ornato explique d’ailleurs que la codicol (...)
  • 31 Voir par exemple C. Bozzolo, D. Coq, D. Muzerelle, E. Ornato, « Les abréviations dans les livres l (...)
  • 32 Ornato, La face cachée…, op. cit. n. 1, p. 655-656. Pour ce qui est des proportions liées à la mis (...)

19L’objectif de cette approche est multiple. Il s’agit tout d’abord de compter, au sein d’un corpus donné, combien de livres présentent telle ou telle caractéristique (relatives aux dimensions et à leurs rapports, à la structure des cahiers, au comportement des scribes en matière d’abréviations ou de gestion du cadre d’écriture, etc.), la quantification permettant de dépasser la simple impression générale, parfois trompeuse, et ainsi de mesurer la part occupée par chaque comportement, l’étendue du spectre des données obtenues ou encore la manière dont elles se répartissent. Au-delà, l’approche quantitative permet aussi – et c’est un élément essentiel29 –, d’opérer des croisements en fonction de plusieurs paramètres. Le but est alors de mettre en évidence des variations chronologiques ou géographiques, mais aussi des corrélations entre différents éléments (par exemple entre le type d’écriture employé et le support utilisé ou le type de décoration adopté, ou bien entre le niveau d’exécution du manuscrit et les caractéristiques des transcriptions, etc.), de manière à expliquer les variations observées entre les manuscrits et à les relier à des exigences fonctionnelles ou à des choix de la part des artisans comme des commanditaires30. Bien que parfois encore incomprise aujourd’hui, cette approche constitue ainsi non seulement un moyen mais souvent le seul moyen de mettre au jour et surtout de comprendre le mécanisme des comportements artisanaux. En comptant et en mesurant, l’historien apparaît ainsi comme un véritable révélateur des pratiques et des logiques artisanales, qu’il met en lumière en même temps qu’il tente de les expliquer. Pour ne prendre que quelques exemples, on mentionnera les études relatives à la disposition du texte, à l’utilisation des abréviations ou encore à la gestion de la ligne d’écriture (emploi de coupures, de dépassements, etc.) : c’est bien la mesure du comportement des artisans dans des contextes différents (langue et nature du texte copié, caractéristiques matérielles de la page, etc.) qui fait émerger des comportements cohérents et délibérés de leur part31. Dans un certain nombre de domaines, on peut même considérer que ce sont finalement les mesures des historiens dans ce cadre quantitatif qui permettent de mettre au jour l’existence de mesures et leur importance pour les artisans. Ainsi, les travaux réalisés sur les dimensions des feuilles de papier ont-ils permis de mettre en évidence une standardisation de ces dimensions et de leurs proportions32.

20Au terme de cette réflexion, que retenir ? D’abord que la mesure, sous des formes différentes, est au cœur de la fabrication du livre manuscrit, malgré sa relative absence des sources extérieures aux volumes. Parce que les variations quantitatives et qualitatives qui lui sont liées ont un impact tant sur les coûts de fabrication que sur l’usage des volumes ou leur aspect, elle ne saurait être négligée ni par les commanditaires ni par les artisans. Sans doute cette mesure prenait-elle toutefois des voies variées, de l’évaluation précise à la simple estimation, en fonction des moyens dont disposaient les hommes du Moyen Âge et de l’impact éventuel d’une simple appréciation. Quant à la mesure de l’historien, nous espérons avoir montré qu’elle s’inspire de la mesure des artisans et la reproduit parfois, mais aussi qu’elle la dépasse et même la révèle. Différente dans ses moyens, beaucoup plus élaborés, elle l’est aussi parfois dans son objet – notamment lorsque l’on passe du manuscrit au corpus – mais aussi dans ses finalités. L’artisan mesure pour faire, l’historien pour connaître. Et par une sorte d’effet miroir, la mesure de l’historien peut parfois mettre au jour celle de l’artisan, dans son existence même mais aussi dans ses motivations.

Notes

1 Les travaux d’Ezio Ornato font ainsi apparaître des réflexions tant méthodologiques que pratiques sur la place de la mesure dans le livre manuscrit, voir Id., La face cachée du livre médiéval. L’histoire du livre vue par E. Ornato, ses amis et ses collègues, Rome, 1997.

2 Pour tout ce qui relève du dénombrement, il est nécessaire de bien préciser le référent. Ainsi, on comptera le nombre de trous dans le parchemin sur une quantité de feuillets ou sur une surface donnée, le nombre d’abréviations sur une quantité donnée de mots, etc.

3 C’est ce qui se produit lorsque l’on classe les manuscrits en différents groupes et que l’on associe à ces derniers une « note » numérique en fonction des résultats obtenus, par exemple pour les deux exemples donnés ici (niveau de soin de l’écriture et richesse de la décoration). Pour être complet, on notera que les deux premiers types de mesures peuvent également donner lieu à une classification, par exemple lorsque l’on répartit les manuscrits en un nombre donné de catégories en fonction de leurs dimensions, et que l’on attribue à ces dernières une note s’insérant dans une échelle numérique.

4 Ce taux d’exploitation prend en compte à la fois la part du « noir » (surface réservée à l’écriture) au sein du feuillet et son degré d’exploitation, précisant le nombre de signes graphiques pour une surface de noir donnée (densité graphique).

5 Sur cette question, voir R. Bergeron, E. Ornato, « La lisibilité dans les manuscrits et les imprimés de la fin du Moyen Âge. Préliminaires d’une recherche », Scrittura e civiltà, 14 (1990), p. 151-198, repris dans La face cachée…, op. cit. n. 1, p. 521-554 ; É. Cottereau, À lire ou à regarder. Richesse et lisibilité dans les livres manuscrits et les incunables de la version française du De casibus de Boccace, maîtrise d’histoire, dir. Cl. Gauvard, Univ. Paris 1, 1996, p. 108 sq.

6 « Distance séparant deux lignes rectrices successives », D. Muzerelle, Vocabulaire codicologique, Répertoire méthodique des termes français relatifs aux manuscrits, Paris, 1985, 324.05 ; en ligne [http://vocabulaire.irht.cnrs.fr/pages/vocab2.htm].

7 Sur cette question du principe de proportionnalité, voir Ornato, La face cachée…, op. cit. n. 1, p. 122 ; p. 650 sq. Cette évolution parallèle des deux données – qui s’explique notamment par une recherche de lisibilité – est toutefois loin d’être systématique, même si elle s’observe de manière globale à l’échelle d’un corpus.

8 É. Cottereau, La copie et les copistes français de manuscrits aux xive et xve siècles. Étude sociologique et codicologique, doct. d’histoire, dir. Cl. Gauvard, Univ. Paris 1, 2005, p. 616 sq.

9 Sans doute certains choix de mise en pages faisaient-ils ainsi intervenir le goût des commanditaires. On notera toutefois que plusieurs travaux ont montré que l’explication du goût devait être retenue uniquement dans certaines circonstances, voir Ornato, La face cachée…, op. cit. n. 1, notamment p. 657.

10 Nous nous appuyons essentiellement ici sur notre analyse de plusieurs contrats de copistes, É. Cottereau, « Les contrats de copistes en France aux xive et xve siècles et les modèles du notariat bolonais », MEFRM, 119 (2007), n2, p. 415-445.

11 Il est ainsi possible que le commanditaire et l’artisan se soient accordés, oralement, sur la production d’un volume conforme à l’exemplaire modèle, ou encore à un autre livre que l’artisan avait en sa possession.

12 Dans les deux cas, ces dénombrements semblent être liés aux formes retenues pour le paiement.

13 Pour une rapide synthèse sur cette question, voir Ornato, La face cachée…, op. cit. n. 1, p. 652 sq. Pour une analyse plus approfondie de ces recettes, voir D. Muzerelle, « Normes et recettes de mise en page dans le codex pré-carolingien », Les débuts du codex. Actes de la journée d’étude (Paris, 3-4 juillet 1985), éd. A. Blanchard, Turnhout, 1989, p. 125-156 ; M. Maniaci, « Ricette di costruzione della pagina nei manoscritti greci e latini », Scriptorium, 49 (1995), p. 16-41.

14 Un document fait ainsi état d’un compas à pointes de laiton, dans une liste de dépenses relatives à la confection de livres, C. Monget, La chartreuse de Dijon d’après les documents des Archives de Bourgogne, t. 1, Montreuil-sur-Mer, 1898, p. 418.

15 J.-P. Gumbert, « Les outils du copiste », Gazette du livre médiéval, 32 (1998), p. 1-7 ; en ligne [http://www.palaeographia.org/outils/outils.htm].

16 Ch. M. Briquet, Les filigranes. Dictionnaire historique des marques du papier dès leur apparition vers 1282 jusqu’en 1600, t. 1, Paris, 1907, p. 2.

17 Les mesures relatives à la dimension du cadre d’écriture (indépendantes donc des opérations de rognage) varient en effet souvent d’un feuillet à l’autre, de même que le nombre de lignes par page.

18 Sur les dimensions des feuillets et l’emploi du pliage pour la constitution des cahiers, qui pouvait contribuer à la reproduction des mêmes dimensions pour plusieurs feuillets au moins, voir L. Gilissen, Prolégomènes à la codicologie. Recherches sur la constitution des cahiers et la mise en page des manuscrits médiévaux, Gand, 1977, p. 14-122 ; C. Bozzolo, E. Ornato, Pour une histoire du livre manuscrit au Moyen Âge. Trois essais de codicologie quantitative, Paris, 1980, 1983², notamment le troisième essai intitulé « Les dimensions des feuillets dans les manuscrits français du Moyen Âge », p. 215-332. Sur les dimensions liées à la mise en pages et l’existence – discutée – de rapports spécifiques, voir C. Bozzolo, D. Coq, D. Muzerelle, E. Ornato, « L’artisan médiéval et la page : peut-on déceler des procédés géométriques de mise en page ? », Artistes, artisans et production artistique. Actes du Colloque international, CNRS – Université de Rennes II - Haute Bretagne, 2-6 mai 1983, éd. X. Barral I Altet, Paris, 1990, t. 3, p. 295-306 repris dans Ornato, La face cachée…, op. cit. n. 1, p. 447-556 ; Maniaci, « Ricette di costruzione… », loc. cit. n. 13.

19 Le principe même du pliage des peaux ou bien celui de la réglure par impression permettaient ainsi de reproduire les mêmes « mesures » sur plusieurs feuillets successifs.

20 Voir par exemple cette mention « A Guiot, enlumineur, pour avoir enluminer et fait trois cents lettres d’azur et de vermeillon dedens ledit greel, IV s. », A. Brièle, Inventaire sommaire des Archives hospitalières antérieures à 1790, t. 3, Hôpital Saint-Jacques-aux-Pèlerins, Hôpital du Saint-Esprit-enGrève, Hôpital de la Trinité, Hôpital des Enfants-Rouges, Hôpital des Enfants-Trouvés, Hôpital Sainte-Anastase, Paris, 1882-1886, liasse 201 (1470), compte de 1425-1426, fol. 43-v.

21 Certains procédés, comme la réglure par impression déjà évoquée mais aussi l’emploi de certains instruments, avaient pour conséquence le tracé du même nombre de lignes sur plusieurs feuillets.

22 Pour une présentation des principes et méthodes de l’approche quantitative, voir les quatre premiers articles rassemblés dans Ornato, La face cachée…, op. cit. n. 1.

23 Ezio Ornato précise toutefois à quel point il est illusoire de vouloir utiliser les aspects dimensionnels, et donc la mesure, comme un élément d’identification, ibid., p. 650-651.

24 Sur l’épaisseur du parchemin, voir F. M. Bischoff, « Pergamentdicke und Lagenordnung. Beobachtungen zur Herstellungstechnik Helmarshausener Evangeliare des 11. und 12. Jahrhunderts », Pergament, Geschichte, Struktur, Restaurierung, Herstellung, éd. P. Rück, Sigmaringen, 1991, p. 97-144 ; F. Bianchi, D. Buovolo, M.-G. De Caterina, M. Maniaci, L. Negrini, E. Ornato, M. Palma, A. Pannega, « Facteurs de variation de l’épaisseur du parchemin italien du viiie au xve siècle », Ancient and Medieval Book Materials and Techniques. Atti del seminario di Erice, 18-25 sett. 1992, éd. M. Maniaci, P. F. Munafò, Cité du Vatican, 1993 (Studi e testi, 357-358), p. 95-184, repris dans Ornato, La face cachée…, op. cit. n. 1, p. 275-345. Sur la mesure de la blancheur du papier, voir notamment E. Ornato, P. Busonero, P. F. Munafò, La carta occidentale nel tardo medioevo, vol. 2, Rome, 2001, p. 155-265.

25 Sur cette question voir, par exemple, É. Lalou, « Reconnaissance de formes, restitutions virtuelles d’objets, réalisations et projets », Le médiéviste et l’ordinateur, 41 (2002), en ligne [http://lemo.irht.cnrs.fr/41/] ; Formes et couleurs dans les manuscrits, élaboration d’un outil, dir. D. Poirel, dans Le médiéviste et l’ordinateur, 45 (2006), en ligne [http://lemo.irht.cnrs.fr/45/].

26 Étudier le comportement du copiste concernant telle ou telle caractéristique de son écriture en considérant le premier cahier ou le dernier cahier du manuscrit peut ainsi avoir une influence sur les résultats, les artisans soignant souvent particulièrement les premiers feuillets de leur transcription.

27 Ezio Ornato (La face cachée…, op. cit. n. 1, p. 609) évoque ainsi un nouveau rapport au livre : « il s’agissait surtout de conférer à cette nouvelle manière de lire un statut d’objectivité en lui appliquant les lois de la mesure ».

28 Voir n. 22.

29 Un certain nombre d’études se contentent malheureusement d’utiliser le quantitatif dans une simple perspective descriptive, sans percevoir les limites de plusieurs de ces descriptions et sans chercher à interpréter les données obtenues.

30 Ornato, La face cachée…, op. cit. n. 1, p. 608-609. Ezio Ornato explique d’ailleurs que la codicologie quantitative a fait intervenir le « pourquoi » dans un domaine pratiquement réservé, jusque-là, à l’expertise.

31 Voir par exemple C. Bozzolo, D. Coq, D. Muzerelle, E. Ornato, « Les abréviations dans les livres liturgiques du xve siècle : pratique et théorie », Actes del VIII coloquio del comite international de paleografía latina, Madrid-Toledo, 29 septembre - 1er octobre 1987, Madrid, 1990, repris dans Ornato, La face cachée…, op. cit. n. 1, p. 555-565 ; M. Maniaci, « Alla fine della riga. Divisione delle parole e continuità del testo nel manoscritto bizantino », Scriptorium, 51 (1997), p. 189-203 ; Cottereau, La copie et les copistes français…, op. cit. n. 8 (notamment la deuxième partie intitulée « Le copiste au travail »).

32 Ornato, La face cachée…, op. cit. n. 1, p. 655-656. Pour ce qui est des proportions liées à la mise en pages, la réalité des mesures prises par les artisans reste sujette à discussion, la mise en évidence de « rectangles remarquables » posant d’importants problèmes méthodologiques, comme le montrent les conclusions auxquelles ont abouti les auteurs dans C. Bozzolo, D. Coq, D. Muzerelle, E. Ornato, « L’artisan médiéval et la page… », loc. cit. n. 18.

© Éditions de la Sorbonne, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540