Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mesure et histoire médiévale

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

De la mesure en toute chose

Soupçons, drachmes et scrupules : de la nécessité de mesurer dans la pharmacologie médiévale

Geneviève Dumas

Résumé

La pharmacopée médiévale, héritière des compilateurs antiques et arabes, en a récupéré des systèmes de mesure multiples. De plus, toute médecine agissait selon une échelle d’intensité qu’on a même tenté de quantifier. Dans la pratique, les médecins utilisaient une grande variété de mesures dans la fabrication de leurs recettes et l’on est en droit de s’interroger sur leur faculté de jongler avec les poids et les mesures. Édités en 1909 par Ernest Wickersheimer, « Les secrets et conseils de Guillaume Boucher et ses confrères » sont un document datant des environs de 1400, qui relate la pratique en groupe de médecins parisiens par le truchement d’un observateur anonyme allemand venu y puiser des savoirs pratiques. Les recettes de Guillaume Boucher et ses confrères montrent bien cette complexité de la pondération médicinale.

Medieval pharmacopoeia is tributary of a long antique and arabic tradition that led to a complex array of weights and mesures. Furthermore, every simple medicine was evaluated on a scale of intensity that some even tried to quantify. In practice, doctors used a wide variety of weights and mesures in compiling the recipes and one can ponder on this ability to juggle with many mesuring systems. Edited in 1909 by Ernest Wickersheimer, the “Secrets and advices of Guillaume Boucher and his peers” is a circa 1400 document that relates the everyday practice of a group of parisian doctors by an anonymous german spectator. Guillaume Boucher’s recipes show with vivid clarity this extreme complexity of medieval pharmacology.

Texte intégral

  • 1 On verra J.-C. Hocquet, « La métrologie, voie nouvelle de la recherche historique », Comptes-rendu (...)
  • 2 « Vous avez, je crois, oublié par moments qu’il est deux manières de comprendre le sujet et de le (...)
  • 3 M. Bloch, « Le témoignage des anciennes mesures agraires », Annales d’histoire économique et socia (...)
  • 4 Pour un état de la question, on verra P. Charbonnier, « Mesures de l’espace, espace des mesures »,(...)
  • 5 W. Kula, Les mesures et les hommes, Paris, 1984, p. 9.
  • 6 Ibid., p. 30.
  • 7 J.-C. Hocquet, « Au Moyen Âge, est-on sensible au concept de mesure ? », Cahiers de métrologie, 8 (...)

1L’intérêt pour les poids et mesures relève d’une très longue tradition historique. Qu’il me soit donc permis d’identifier d’abord quelques tournants méthodologiques majeurs s’échelonnant de l’avant-guerre aux années 1990 avant d’aborder mon propos de plain-pied1. Les enjeux épistémologiques s’étaient cristallisés au tournant des xixe et xxe siècles, du moins en France, autour du différend opposant Jean-Auguste Brutails à Paul Guilhiermoz sur leurs approches respectives de la mesure2. Puis, un jalon essentiel s’est dessiné en 1934 lorsque Marc Bloch a écrit : « Un temps viendra où aucune analyse de la vie régionale ne se concevra sans une enquête sur les mesures, sans une carte des mesures3. » Il n’est pas anodin que cette assertion apparaisse aujourd’hui en page de couverture des Cahiers de métrologie qui représentent un renouveau historiographique de la métrologie historique, attribuable principalement à Jean-Claude Hocquet et Bernard Garnier. Ce sont surtout les travaux de Witold Kula sur les mesures et les hommes qui ont mis en avant l’idée de voir celles-ci comme des référents culturels, politiques, voire identitaires, particulièrement révélateurs des sociétés étudiées4. Malgré ces différentes approches, il reste que les systèmes pondéraux du Moyen Âge reflètent le syndrome du Ratione loci, ratione temporis, ratione materiae5, et que la recherche de la souveraineté métrologique, emblématique de liberté et de pouvoir, n’a pas réussi avant l’avènement du système métrique à juguler les disparités régionales des mesures et des poids6. Cette situation a des répercussions sur le sujet que je me propose d’aborder et qui doit commencer par une interrogation essentielle, laquelle n’a pas échappée à Jean-Claude Hocquet : « Au Moyen Âge, est-on sensible au concept de mesure7 ? »

2C’est bien la question que je me pose en essayant de jauger la nécessité de mesurer dans la pharmacologie médiévale. Or, pour y répondre j’examinerai plusieurs schèmes mentaux du poids et de la mesure. Car à la métrologie pondérale de la substance médicinale, laquelle s’aborde bien sûr à partir d’une étude des denrées transportées, entreposées et vendues, s’ajoute la métrologie thérapeutique, admirablement devisée par Galien, diffusée par Dioscoride et qui comporte sa part d’aléatoire.

3Je traiterai d’abord des poids et mesures utilisés en pharmacie, ensuite je verrai brièvement la théorie de la pharmacologie quantitative élaborée par al-Kindī et Arnaud de Villeneuve pour envisager la métrologie thérapeutique. Puis j’examinerai une source de la pratique qui me servira à éprouver ces données essentiellement quantitatives et normatives.

Poids et mesures des apothicaires

4Les apothicaires relèvent d’une double catégorie de métiers : ce sont des auxiliaires indispensables de la médecine médiévale, d’une part ; mais d’autre part, ce sont aussi des marchands. Un premier examen de la métrologie qui les concerne relève donc des poids et mesures des denrées dont ils font commerce. Leur importance dans le trafic des épices les aurait conduits très tôt à être considérés comme des dépositaires du poids dormant royal. De fait, on se réfère souvent aux ordonnances de Philippe et Charles le Bel sur les poids de 1312 et 1321 qui stipulent ce qui suit :

  • 8 É. Littré, Le dictionnaire de la langue française, Paris, 1885 : « Langue de balance, style perpen (...)
  • 9 Ordonnances des roys de France de la troisième race, éd. E. de Laurière, F.-D. Secousse, Paris, 17 (...)
  • 10 Ibid., p. 759-760.

Item, que chacun marchant d’espicerie et d’autres avoirs de pois ait et tiengne bon pois et leal, autre que la dite livre soutive, adjusté au patron dou mestier et ait bonne balences perciees entre le bras et la langue8 sans estre enarchiees9.
Premierement. Chascun desdits marchands bourgeois de Paris aura et tiendra bon poix et loyal, justifié au patron d’un poix, que le Prevost de Paris, ou Chastellet de Paris pour nous, aura bonnes ballances et justes, perciees entre le bras et la langue, sans estre enarchiees. Et a iceluy poix et ballance pourront vendre et acheter leurs marchandises, selon l’accord fait entre les dits marchands bourgeois de Paris d’une part, et les tenants du poix qu’on appelle le poix le roy d’autre part10.

5Je me pencherai sur trois points importants de ces édits royaux.

À l’origine de Lances et pondera servant

  • 11 J.-P. Bénézet, Pharmacie et médicament en Méditerranée occidentale ( xiiie-xvie siècles), Paris, 1 (...)

6Au xvie siècle, la devise des apothicaires est Lances et pondera servant. D’aucuns ont vu dans l’ordonnance de Philippe le Bel l’origine de la tâche qui incombait aux apothicaires de détenir le poids étalon du roi. L’examen des deux édits royaux incite pourtant à la prudence. D’abord, ils s’adressent aux épiciers et autres marchands « d’avoirs de poids » comme les boulangers, les meuniers, les ciriers, les doreurs sur cuir, les orfèvres et les chan geurs11. Ici, on fait référence à ceux qui vendent au poids par opposition à ceux qui vendent selon une mesure de capacité telle que le boisseau. C’est donc à une majorité de menus marchands qu’on tente d’imposer cette réglementation.

7Plus important est le fait qu’on leur enjoint de tenir un poids juste et loyal selon le poids dormant du métier qui sera justifié au « poids le roy » dont ils n’ont nullement le monopole puisque celui-ci est gardé au Châtelet de Paris par le prévôt. Les propos concernant le monopole des apothicaires sur la garde du poids étalon royal sont donc à nuancer quelque peu.

La réglementation métrologique

  • 12 M. Huitzler, « Histoire du pesage et de la mesure », juin 2007, consultable en ligne [http://www.d (...)
  • 13 Bénézet, Pharmacie et médicament…, op. cit. n. 11, p. 305-323.

8Un autre point concerne les balances « justes et loyales » que les épiciers doivent posséder. Au xvie siècle, la balance devient le symbole principal du métier d’apothicaire. Pourtant, comme le souligne Michel Heitzer, il y a peu de témoins iconographiques de ces balances médiévales qui se trouvaient aussi très minoritaires dans les deux expositions qui ont été consacrées respectivement aux poids médicinaux à Bruges et aux balances au musée des Arts et Métiers de Paris12. Dans les inventaires des apothicaires méditerranéens étudiés par Jean-Pierre Bénézet, on trouve des balances romaines, des balances à fléau et des trébuchets. Ces derniers sont employés pour peser les petites quantités et les monnaies13.

  • 14 Voir, à cet égard, la démonstration du musée des Arts et Métiers, en ligne [http://www.dailymotion (...)

9Mais c’est bien d’une balance à fléau dont parlent les ordonnances. Celle-ci doit être percée entre le bras et la langue. C’est-à-dire que le trou effectué pour fixer le fléau à la tige doit être bien au centre de l’axe vertical du fléau mais légèrement décalée sur l’axe horizontal, « car pour arriver à la position horizontale du fléau, il faut que le point d’articulation du fléau soit légèrement décalé au-dessus de la ligne joignant les points d’accrochage des masses14 ». On dit aussi qu’elles ne doivent pas être « enarchiees », c’està-dire que le fléau ne doit pas être usé soit par de trop nombreuses pesées soit par la mesure de masses incompatibles avec la capacité de la balance qui auraient pour effet d’arquer le fléau, rendant la balance moins fiable.

À l’origine de la livre médicinale

  • 15 P. Portet, « La mesure de Paris », Les anciennes mesures du Centre historique de la France, d’aprè (...)
  • 16 P. Guilhiermoz, « Note sur les poids du Moyen Âge (deuxième partie) », BEC, 67 (1906), p. 442-443, (...)
  • 17 Ibid., p. 23.

10Le troisième point important concerne l’interdiction de faire usage de la livre soutive sauf pour les médecins et chirurgiens, et on doit entendre par là les substances médicinales. En effet, il existait, à Paris tout au moins, deux types de livres : la livre soutive et la livre grosse15. Les deux sont des multiples de l’once de marc, fondée sur le marc de Troyes utilisé pour la monnaie royale qui en contient huit. Guilhiermoz avait d’abord pensé qu’il s’agissait d’une livre de 15 onces du marc de Troyes. C’est en examinant des traités de médecine et de pharmacologie qu’il s’est rendu compte que c’était une livre de 12 onces. Pour preuve, une ordonnance de 1307 de Philippe le Bel explique que nul ne doit vendre à la livre soutive mais bien à la livre royale, laquelle fait 15 onces du marc de Troyes. Guilhiermoz pousse le raisonnement plus loin en constatant qu’en « pharmacie, l’unité de poids essentielle est l’once et non la livre », ce qui est tout à fait à pro pos16. En se fondant sur Saladin d’Ascoli, il propose le tableau suivant17 :

  • 18 Ce sont, en fait, des divisions de la livre romaine qui s’est altérée différemment selon les local (...)

Tableau 1 — Livres médicinales selon les médecins italiens18

Tableau 1 — Livres médicinales selon les médecins italiens18
  • 19 Sur ce mouvement de traductions, on consultera en priorité D. Jacquart, F. Micheau, La médecine ar (...)

11On voit bien que c’est la division de l’once qui donne lieu, en médecine, à une abondance d’équivalences selon les lieux, les temps et les matières. À la suite du mouvement de traductions de l’arabe au latin qui commence en ce domaine au xie siècle, la littérature médicale reflète d’emblée cette diversité qui rend l’application des principes de la pharmacologie d’autant plus compliquée19.

12Les nombreux outils mis à la disposition des praticiens eu égard à la materia medica contiennent généralement un préambule visant à dissiper les méprises mais les brefs passages de ces herbiers et antidotaires médiévaux sur les poids – ceux de Platearius, de Nicolas de Salerne ou de Saladin d’Ascoli – ne rendent pas compte des complications qui attendent les praticiens désireux de tirer le maximum des traités désormais disponibles en langue latine dans l’élaboration de leurs prescriptions.

Le Traité des poids de Mondino de’ Liuzzi

  • 20 Francesco Balducci Pegolotti, La practica della mercatura, éd. A. Evans, Harvard, 1936.
  • 21 M. C. Welborn, « Studies in Medieval Metrology », Isis, 24 (1935), no 1, p. 15-36 et A. Bergmann, (...)
  • 22 Voir par exemple J. Agrimi, C. Crisciani, Edocere medicos. Medicina scolastica nei secoli XIII-XV,(...)
  • 23 Anatomies de Mondino dei Luzzi et de Guido de Vigevano, éd. E. Wickersheimer, Genève, 1926 ; et l’ (...)

13Les marchands et les apothicaires du xive siècle avaient à leur disposition la Practica della mercatura de Francesco Pegolotti20. Mais celui-ci accorde peu de place aux nombreuses mesures médicinales. Les médecins devaient donc se tourner vers le Traité des poids médicinaux, attribué par la tradition imprimée à Dino del Garbo mais dont la paternité semble devoir être désormais rendue à Mondino de’Liuzzi21. Lorsque l’on parle de cet auteur bolonais, on pense surtout à son traité d’anatomie sur lequel de nombreuses études se sont penchées22. Mais Mondino était fils d’apothicaire et, à ce titre, il était certainement bien placé pour s’interroger sur les questions de poids et de mesures médicinales23. Il avait constaté, comme l’ensemble de ses collègues, la grande diversité des poids utilisés en médecine par les Anciens et les auteurs arabes.

  • 24 Bergmann, Pondera medicinalia mediaevalia…, op. cit. n. 21, p. 31 ; Avicenne, Canon, livre V, fen (...)

14Le Traité des poids médicinaux de Mondino de’Luzzi vise justement à pallier cet apparent désordre en donnant une définition de tous les poids que l’on trouve dans la littérature médicale ainsi que leurs équivalences. Ce faisant, il répertorie 223 types de mesures pondérales retrouvés dans les textes médicaux. L’auteur se fonde surtout sur Avicenne et Sérapion ou le pseudo-Sérapion pour deviser des mesures et de leur diversité24. Pour exprimer cette diversité, il ajoute :

  • 25 Bergmann, Pondera medicinalia mediaevalia…, op. cit. n. 21, p. 31. Les traductions sont miennes.

[…] de sorte que le kist chez les Romains, les Grecs, et chez les Italiens ou les Égyptiens est constitué d’une drachme de soixante grains d’orge ou de blé, selon certains de 64 et selon Guillaume Placentin de 72. Ce qui veut dire que 1 drachme est constituée de 3 scrupules de 24 grains. Et selon Isidore, le scrupule pèse 6 siliques et une silique pèse 3 grains d’orge donc on voit que la drachme n’est constituée que de 54 grains d’orge ou de blé25.

15C’est donc la drachme et son contenu, division de l’once, qui donne lieu aux plus grandes disparités. Mondino de’Liuzzi s’exprime ainsi sur la drachme :

  • 26 Ibid., p. 99.

Qu’est-ce que la drachme ? Je dis que trois scrupules font une drachme et donc que la drachme pèse 60 grains de blé de cette drachme comme la figure le montre.
Combien de drachmes font une once ? Je dis que neuf drachmes font une once et ce selon les Salernitains. Autrement aussi les docteurs padouans sont d’opinion que huit drachmes font une once ; et les Napolitains que dix drachmes font une once. L’once donc est ainsi conçue librement […] Il faut [surtout] se demander de combien de grains se compose cette once. Si c’est une once de neuf drachmes dont chaque drachme est de 60 grains, il s’ensuit que l’once vaut 540 grains26.

16Mais pour le médecin, la tâche pondérale était plus complexe car chaque simple agissait selon une échelle de degrés allant de 1 à 4. Si les herbiers en donnaient toujours le compte, le calcul se compliquait lorsqu’il s’agissait d’une médecine composée.

La pondération thérapeutique

  • 27 Galien, Claudio Galeni Pergameni de simplicium medicamentorum facultatibus libri undecim, éd. T. G (...)

17Les philosophes grecs s’étaient penchés sur les propriétés des simples mais c’est d’abord Galien qui en fit, le premier, un système cohérent. Les simples possédaient des qualités-miroirs du corps et des quatre humeurs allant du chaud au froid et, de façon moins significative, de l’humide au sec27. Ces qualités étaient divisées en degrés d’intensité allant du plus faible et dont l’effet se manifestait sur une plus longue période (1) au plus intense dont l’effet était immédiat (4). Chaque simple était donc dit froid ou chaud de 1 à 4 et humide ou sec de 1 à 4.

  • 28 Pedanius Dioscoride, I-157, Pedanii Dioscoridis Anazarbei De materia medica quinque, éd. C. Spreng (...)
  • 29 Pedanius Dioscoride, IV-69, Pedanii Dioscoridis Anazarbei De materia…, op. cit. n. 28.

18Pour donner quelques exemples, les cerises sont de deux sortes : les amères sont froides et sèches au second degré ; les douces sont froides et humides au premier degré. Il s’ensuit que l’effet des cerises douces sur le corps refroidit lentement celui-ci28. À l’inverse, la jusquiame était froide au troisième degré et sèche au second degré et l’opium chaud et sec au quatrième degré29. Ces deux substances n’avaient pas seulement un effet plus immédiat sur le corps, elles pouvaient être toxiques.

  • 30 Pour une histoire de ce texte, voir G. Dumas, « Les substances marines dans le Livre des simples m (...)

19La théorie galénique des degrés fut récupérée par Dioscoride dans sa Materia medica, compilation de près de 500 simples qui a servi de base à l’ensemble des herbiers salernitains et médiévaux. Le système de degré est donc reproduit dans le Circa instans de Platearius et sa traduction en moyen français, Le livre des simples medecines30. Galien, Dioscoride et Avicenne avaient statué que la seule règle applicable à l’administration correcte des simples et des composés relevait intégralement de l’expérience. De fait, si cela demeurait possible pour les simples, qu’en était-il lorsque l’on mélangeait ceux-ci pour en faire un médicament composé ? Quel serait le degré de qualité obtenu ?

  • 31 Cette partie sur la théorie de quantification des médecines d’Arnaud de Villeneuve est essentielle (...)
  • 32 Voir M.-Th. d’Alverny, « Kindiana », Archives d’histoire doctrinale et littéraire du Moyen Âge, 57 (...)

20Depuis Galien, peu de savants s’étaient posé cette question à laquelle la théorie des qualités aboutissait inévitablement31. Al-Kindī est le premier à avoir tenté de représenter l’intensité des simples sur une base mathématique32. Arnaud de Villeneuve, maître-régent de Montpellier, s’est attelé à la tâche d’exposer les règles qui permettraient de connaître les degrés des médecines composées de deux ou plusieurs ingrédients et d’expliquer comment le changement de qualité obtenu d’un médicament affecterait la façon de l’administrer.

  • 33 On se rappelle qu’une progression géométrique consiste à progresser en multipliant toujours par le (...)

21En s’appuyant sur le Liber de gradibus d’al-Kindī et le Colliget d’Averroès, il élabora un système qui envisage les simples comme suit. Chaque simple étant composé d’une part de chaud et d’une part de froid à différents degrés, une incrémentation géométrique exprimée par le ratio entre la part de chaud et la part de froid (voir tableau 2) devait causer une incrémentation arithmétique de l’intensité de chaleur d’un simple. Autrement dit la progression arithmétique des degrés correspond à la progression géométrique du nombre des parts qui détermine ce degré (voir tableau 3). Il s’agissait de faire la somme de toutes les parts pour déterminer le ratio total pour une médecine composée. On pouvait donc connaître l’intensité qualitative d’une médecine à l’aide de cette méthode quantitative33.

  • 34 Ce tableau est repris de Jacquart, Micheau, La médecine arabe…, op. cit. n. 19, p. 188.

Tableau 2 — Tableau du ratio d’intensité de qualité des simples34

Effet

Parts de chaud

Parts de froid

Ni chaud, ni froid (tempéré)

1

1

1er degré (chaud)

2

1

2e degré

4

1

3e degré

8

1

4e degré

16

1

Donc C/F = 2n si C = chaud, F = froid et n = la valeur du degré.

  • 35 Ce tableau est repris de McVaugh, « Quantified Medical Theory… », loc. cit. n. 31, p. 401.

Tableau 3 — Calcul de l’intensité qualitative d’un composé Somme des parts d’intensité35

Chaud au second degré

4 : 1

Froid au premier degré

1 : 2

Intensité du composé

5 : 3

  • 36 Arnaldus de Villanova, Aphorismi de gradibus, op. cit. n. 31, p. 230.

22Mais il y avait un problème. Quelle quantité de base devait-on utiliser pour jauger des parts de froid et de chaud d’un simple ? La théorie galénique des intensités partait d’une « première » intensité conçue approximativement comme une qualité qui ne serait ni chaude, ni froide, donc tempérée. Si l’état tempéré absolu pouvait se comprendre comme un rapport d’égalité numérique entre le chaud et le froid, il n’en était pas de même du corps humain dont le tempérament ne pouvait exprimer qu’une égalité relative entre le chaud et le froid. À cette question, Arnaud de Villeneuve avait tenté de répondre en stipulant que son système se basait sur une égalité relative des qualités compte tenu du tempérament d’un individu, mais il en était resté à cette remarque méthodologique36.

  • 37 Bernard de Gordon, Tractatus de gradibus, éd. J. Pagel, « Über die Grade der Arzneien nach einer b (...)

23C’est Bernard de Gordon, dans son Tractatus de gradibus publié quelque temps après celui d’Arnaud, qui tenta d’en contourner les inconvénients en vulgarisant les aspects les plus techniques de l’hypothèse d’Arnaud de Villeneuve. On a vu qu’une connaissance totale des propriétés des simples avait toujours été conçue comme la somme de savoirs empiriques. Pour obvier au caractère aléatoire de cette approche, Bernard propose une méthode expérimentale qui devait permettre de vérifier les calculs. Il s’agissait d’opérer une sélection des simples nécessaires à la fabrication d’un composé en les choisissant parmi les plus « standards » de leur espèce, eu égard à leur forme, leur couleur, leur habitat, enfin en incluant le plus grand nombre de facteurs possibles pour éviter que le simple ne soit altéré accidentellement. Si l’on administrait une drogue ainsi constituée à un patient parfaitement tempéré, l’action des simples demeurerait stable et sans variations. Bien sûr, il fallait tester cette théorie et Bernard signale d’emblée qu’il faudrait d’abord l’expérimenter sur des oiseaux, ensuite des animaux, ensuite les malades des hôpitaux, ensuite sur les Franciscains et ainsi de suite progressivement au cas où ce serait toxique et donc fatal37.

  • 38 Voir n. 31.
  • 39 Mis à part Arnaud de Villeneuve, Bernard de Gordon et les médecins montpelliérains Stéphane Arland (...)

24La théorie de la quantification des composés a été admirablement étudiée par Michael McVaugh et je renvoie à ses nombreux travaux si le lecteur désire en savoir plus. Je tenais surtout à montrer qu’au-delà du poids et de la quantité d’une médecine, il fallait voir que tout médicament possède aussi des degrés de qualité thérapeutique et que des médecins s’étaient préoccupés de mesurer ces degrés en y appliquant des formules mathématiques38. Du reste, la théorie de la quantification des composés, bien qu’elle ait fait l’objet d’un certain nombre de controverses à Montpellier entre 1300 et 1370, ne constitua jamais un cadre général de pratique pour l’ensemble du monde médical39.

Le cadre de la pratique

  • 40 J’en prépare une traduction et un commentaire. Consilia usualia et utilia Danson et Carnificis med (...)
  • 41 Le consortium in practica ou pratique collective était un scénario fréquent dans l’Antiquité et au (...)
  • 42 Sur ce type de littérature médicale, on peut consulter J. Agrimi, C. Crisciani, Les consilia médic (...)

25Qu’en est-il, justement, dans le cadre de la pratique ? La source que j’aimerais présenter est une des rares pièces de matériel clinique – ou de ce qui s’en rapproche le plus. Il s’agit des Secrets et conseils de Guillaume Boucher40, une collection de 129 cas ou recettes pris en note par un maître allemand anonyme en visite à Paris pour examiner la pratique collective de médecins parisiens et des « physiciens » du roi de France autour de 140541. C’est un document peu connu malgré les pages que Danielle Jacquart lui a consacrées dans son livre La médecine médiévale dans le cadre parisien et l’édition qu’en a faite Ernest Wickersheimer en 1909. Le maître allemand prend en note, sans discrimination, les succès, les échecs, les tergiversations, les discussions au regard du patient – ou de sa fiole d’urine – en passant par le diagnostic, le pronostic, la prescription des traitements et des médicaments ainsi que toutes les recettes de ceux-ci. Ce document est donc inestimable puisqu’au Moyen Âge les Consilia ou les Experimenta sont soit émis à distance, soit compilés par des médecins dans une perspective de promotion professionnelle42. Dans ce dernier cas, on n’y retrouve donc que les recettes éprouvées, dans le but de mettre en valeur le talent du médecin et de montrer ses succès les plus retentissants. Notre maître allemand n’a pas cette préoccupation ici, il est simplement le témoin des consultations. Les médecins vedettes que sont Guillaume Boucher et Pierre d’Ausson se voient critiqués ou encensés par l’auteur du compte rendu.

26Cette série de conseils m’a permis de constituer un glossaire des matières médicales, végétales, animales et minérales d’environ 400 simples et composés. La majorité des cas donnent lieu à l’élaboration d’une ou de plusieurs recettes détaillées par mode d’emploi, de fabrication et de posologie d’administration. Le document constitue ainsi une source de choix pour examiner la nécessité de mesurer dans la pharmacologie médiévale ainsi que dans l’exercice de la pratique médicale.

Les quantités

Tableau 4 — Nombre d’occurrences de quantités dans les Secrets et conseils de Guillaume Boucher

Tableau 4 — Nombre d’occurrences de quantités dans les Secrets et conseils de Guillaume Boucher

27Au-delà de la simple quantification, on doit comprendre plus subtilement les données de ce tableau.

Pintes et chopines

  • 43 Guilhiermoz, « Notes sur les poids… », loc. cit. n. 16, p. 443.
  • 44 Portet, « La mesure de Paris », loc. cit. n. 15, p. 32.

28Je n’avais pas encore abordé les mesures de capacités, ce compte me permet de combler cette lacune. D’après Guilhiermoz, la pinte de Paris équivalait à deux livres de 15 onces du marc de Troyes43. Pierre Charbonnier, pour sa part, observe à l’appui des tables de conversion que la pinte de Paris de 0,93 litres est restée relativement stable de 1320 à la Révolution française44. Quelles que soient les variations de ses équivalences, il faut noter que pour les mesures liquides, Guillaume Boucher et ses confrères se servent indifféremment de la pinte et de la livre. Voici un exemple provenant de la même recette qui montre cette indifférence :

  • 45 Wolfenbüttel, Herzog-August-Bibliothek, 12.4 Aug. 2o, fol. 257v, cas no 5.

Il prescrivit aussi le sirop qui suit : R. 1/2 livre de sirop de capillaire, 1/4 pinte chacun de sirop de rose, de laitue et de bourrache45.

  • 46 Ibid.

29On constate, de plus, que le quart de la pinte est ici remplacé par la demi-livre, la demi-pinte s’appelant habituellement chopine. Si la pinte est fondée sur la livre marc de Troyes de 15 onces et que la livre médicinale fait 12 onces, il en résulte que le médecin prescripteur utilise à la fois deux systèmes métrologiques, le poids médicinal et le poids royal. On est bien en peine de comprendre pourquoi, sauf si on examine la chopine qui apparaît 38 fois dans le document et qui, à l’exception de deux occurrences, ne sert qu’à la posologie, comme le montre l’exemple qui suit : « En faire une potion et en prendre une chopine le soir et le matin46. » Dans un autre cas, le médecin spécifie qu’il s’agit d’une chopine « parisienne » :

  • 47 Ibid., fol. 244, cas no 47.

R. 1 pinte d’oximel de scille, 1/2 pinte de vinaigre de scille ; mélanger avec une décoction de 1/2 poignée chacune de sauge et de primevère, 1/2 pinte de bulbe de glaïeul d’eau. Faire une chopine parisienne47.

30Comment pèse-t-on les liquides ? Il est assez malaisé de peser des liquides à l’aide de la balance à fléau. En effet, les plateaux de la balance suspendus par des chaînettes ne sont pas stables et ne sauraient servir qu’à peser de petites quantités. La balance romaine est déjà plus facile à adapter à la pesée des liquides mais la question demeure : pourquoi la posologie est-elle toujours exprimée en chopines ? Pintes et chopines étaient les mesures utilisées pour la vente du vin au détail, il était donc facile pour tout un chacun d’en avoir une à portée de main. Apothicaires et médecins devaient aussi posséder des contenants pré-mesurés de chopines et de pintes. Ce sont les « coupelles » de pesée dont les deux expositions susmentionnées ont exposé quelques exemples. Pour autant, le va-et-vient du médecin entre le poids médicinal et le poids royal reste un témoignage intéressant de la possibilité d’intégrer plusieurs systèmes pondéraux dans la pratique médicale.

L’once et la drachme

31On a déjà dit que l’once et la drachme sont les mesures de référence en médecine. L’examen du document confirme donc ce fait avec, pour l’once, 325 références, et 415 pour la drachme. Cette dernière, bien qu’elle serve à toutes les substances, est particulièrement prisée pour mesurer les doses des substances orientales et des composés génériques disponibles en apothicairerie et dont on se sert avec parcimonie en raison d’abord de leur coût, puis de leur concentration qui les rend assez puissants. On entend ici par médicaments génériques les préparations qui étaient souvent élaborées en Orient et qui faisaient l’objet d’un commerce lucratif ; on les trouvait donc déjà préparés chez l’apothicaire. Je ne donnerai qu’un exemple pour bien montrer l’usage médicinal qu’on en fait :

  • 48 Ibid., fol. 258v, cas no 11.

Voici un électuaire fortifiant : R. 1 drachme d’électuaire dyarondon abbatis, ½ once d’adragante froid, 2 drachmes de gelée de rose, 1 drachme chacune de graine de melon et de concombre lavé ; plus du sucre en quantité suffisante48.

  • 49 P. Dorveaux, L’antidotaire Nicolas : deux traductions françaises de l’Antidotarium Nicolai, l’une (...)
  • 50 On trouvera leur valeur en livres de Gênes dans Jacquart, Micheau, La médecine arabe…, op. cit. n. (...)

32La recette du dyarodon abbatis qui conforte les poumons, soigne les toux et la phtisie, comporte un grand nombre d’ingrédients dont le bois de santal blanc et rouge, l’adragante, la gomme arabique, la cardamome, le safran, le bois d’aloès, la semence de basilic, le camphre, le musc49. Des ingrédients qui, déjà à l’unité, coûtent très cher50.

Scrupules et grains

33Les scrupules et les grains sont les plus petites quantités utilisées en médecine et l’on s’en sert pour doser les produits potentiellement toxiques comme les opiacées :

  • 51 Wolfenbüttel, Herzog-August-Bibliothek, 12.4 Aug. 2o, fol. 276, cas no 98.

S’ensuit donc ceci qu’il devrait prendre après son dîner, avant le milieu de la nuit vers 10 heures, pour qu’il dorme profondément et qu’il reprenne des forces : R. 2 scrupules de romarin, 7 grains d’opium thébain et 5 grains de safran. Mélanger avec de l’eau de plantain en quantité suffisante. Faire une petite dose51.

Les excipients

34Un « excipient » désigne toute substance autre que le principe actif dans un médicament, un cosmétique ou un aliment destiné à conférer une caractéristique physique ou gustative particulière au produit final. Dans ce cas, le médecin se contente d’indiquer comme pondération un vague « en quantité suffisante ». Les excipients les plus utilisés sont le miel, la cire et le sucre. C’est donc affaire de proportion pour que le mélange atteigne la consistance d’une pâte pour les électuaires, d’une pâte solide pour les pilules, d’un liquide épais pour les sirops, d’un liquide clair pour les clystères.

  • 52 Jacquart, Micheau, La médecine arabe…, op. cit. n. 19. Voir les programmes respectifs des facultés (...)

35À l’examen du document, il apparaît donc que le dosage s’avère primordial dans l’exercice médical et qu’une connaissance étendue des mesures et des pondérations est essentielle à la pratique. D’ailleurs, les médecins-vedettes Guillaume Boucher et Pierre d’Ausson apparaissent comme de véritables encyclopédistes des simples, des composés et de leurs métrologies respectives. Ces savoirs techniques ne sont pas dispensés dans les lectures obligatoires des facultés de médecine52. C’est de façon autodidacte que les praticiens acquièrent les rudiments de la posologie chez Galien, Avicenne ainsi que dans les nombreux herbiers et antidotaires disponibles. Assurément, ils se doivent de les maîtriser parfaitement pour pouvoir dresser les prescriptions qu’ils destinent aux apothicaires ou élaborer eux-mêmes les médecines composées pour les traitements qu’ils dispensent.

36La mesure, dans la pharmacologie médiévale, relève de plusieurs systèmes pondéraux. D’abord, celui du roi et du royaume, lequel est légiféré par ordonnances et soumis au contrôle du prévôt de Paris au Châtelet. Sensible à la souveraineté métrologique, le roi impose sa livre royale mais il permet aux apothicaires, aux médecins et aux chirurgiens de se servir d’une livre subtile « soutive », qui deviendra au xviiie siècle la livre médicinale. C’est que la tradition pharmacologique héritée de l’Antiquité s’est perpétuée à tel point qu’il est difficile de contraindre le milieu médical à l’adoption d’une mesure autre que la livre de douze onces. Pour autant, c’est la division de l’once qui connaît une multitude de déclinaisons pour le monde médical comme pour le monde marchand. Chacun trouve des outils pour comprendre cette diversité et y déceler des correspondances.

37Mais la pondération médicale comporte d’autres difficultés. D’abord, celle des degrés d’intensité des simples puis celle de leurs potentialités dans les médicaments composés. Certains ont pensé pouvoir y adapter un système mathématique, mais cette méthode est demeurée marginale en raison de son manque de praticabilité. Il reste que les mesures comme les poids sont des incontournables de la pratique et que tout praticien, qu’il soit médecin, chirurgien ou apothicaire, se doit d’en maîtriser les bases. Force est donc de constater qu’il est nécessaire de mesurer dans la pharmacologie médiévale.

Notes

1 On verra J.-C. Hocquet, « La métrologie, voie nouvelle de la recherche historique », Comptes-rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 1 (1990), p. 59-77.

2 « Vous avez, je crois, oublié par moments qu’il est deux manières de comprendre le sujet et de le traiter : certains retracent l’évolution et recherchent l’origine de chaque mesure ; d’autres, dont je suis, se contentent plus modestement de calculer à quoi cette mesure répond, pour une date donnée, dans notre système métrique », J.-A. Brutails, « Lettre de M. Brutails à M. Guilhiermoz », BEC, 74 (1913), p. 620-628.

3 M. Bloch, « Le témoignage des anciennes mesures agraires », Annales d’histoire économique et sociale, VI (1934), p. 280-282.

4 Pour un état de la question, on verra P. Charbonnier, « Mesures de l’espace, espace des mesures », L’historien en quête d’espaces, dir. J.-L. Fray, C. Pérol, Clermont-Ferrand, 2004, p. 371-394.

5 W. Kula, Les mesures et les hommes, Paris, 1984, p. 9.

6 Ibid., p. 30.

7 J.-C. Hocquet, « Au Moyen Âge, est-on sensible au concept de mesure ? », Cahiers de métrologie, 8 (1990), p. 69-93.

8 É. Littré, Le dictionnaire de la langue française, Paris, 1885 : « Langue de balance, style perpendiculaire au fléau, qui se trouve caché par la châsse quand la balance est en équilibre ».

9 Ordonnances des roys de France de la troisième race, éd. E. de Laurière, F.-D. Secousse, Paris, 1741, t. I, p. 512.

10 Ibid., p. 759-760.

11 J.-P. Bénézet, Pharmacie et médicament en Méditerranée occidentale ( xiiie-xvie siècles), Paris, 1999, p. 305.

12 M. Huitzler, « Histoire du pesage et de la mesure », juin 2007, consultable en ligne [http://www.directpesage.net/].

13 Bénézet, Pharmacie et médicament…, op. cit. n. 11, p. 305-323.

14 Voir, à cet égard, la démonstration du musée des Arts et Métiers, en ligne [http://www.dailymotion.com/video/xd6ka0_la-balance-a-fleau_creation?search_algo=1].

15 P. Portet, « La mesure de Paris », Les anciennes mesures du Centre historique de la France, d’après les tables de conversion, dir. P. Charbonnier, Paris, 2012, p. 13-54.

16 P. Guilhiermoz, « Note sur les poids du Moyen Âge (deuxième partie) », BEC, 67 (1906), p. 442-443, et Id., « Remarques diverses sur les poids et mesures du Moyen Âge », BEC, 80 (1919), p. 7.

17 Ibid., p. 23.

18 Ce sont, en fait, des divisions de la livre romaine qui s’est altérée différemment selon les localités. Si, au niveau de l’once, les écarts sont notables, au niveau du grain, il s’agit d’une infime différence.

19 Sur ce mouvement de traductions, on consultera en priorité D. Jacquart, F. Micheau, La médecine arabe et l’Occident médiéval, Paris, 1990.

20 Francesco Balducci Pegolotti, La practica della mercatura, éd. A. Evans, Harvard, 1936.

21 M. C. Welborn, « Studies in Medieval Metrology », Isis, 24 (1935), no 1, p. 15-36 et A. Bergmann, Pondera medicinalia mediaevalia. Der Tractatus de ponderibus des Mondino de’Liuzzi und andere metrologische Kleintexte des lateinischen Mittelalters, redaktions-und textkritisch sowie metrologiehistorisch und lexikographisch bearbeitet, Marbourg, 2008.

22 Voir par exemple J. Agrimi, C. Crisciani, Edocere medicos. Medicina scolastica nei secoli XIII-XV, Naples, 1988, p. 121 et passim ; et N. Siraisi, Medieval and Early Renaissance Medicine : An Introduction to Knowledge and Practice, Chicago, 1990, principalement p. 78, 86, 90, 146.

23 Anatomies de Mondino dei Luzzi et de Guido de Vigevano, éd. E. Wickersheimer, Genève, 1926 ; et l’introduction de Piero Giorgi, dans Mondino de’ Liuzzi. Anathomia, éd. Id., G. F. Pasini, Bologne, 1992, p. 1-91.

24 Bergmann, Pondera medicinalia mediaevalia…, op. cit. n. 21, p. 31 ; Avicenne, Canon, livre V, fen 3, voir J. Radhi, A. F. Omar, « La pharmacopée d’Avicenne », Revue d’histoire de la pharmacie, 317 (1998), p. 10 ; Sérapion ou ibn Zarabyiun, auteur du Liber Serapionis aggregatus in medicinis simplicibus traduit par Simon de Gênes en 1290. Le Liber aggregatus du pseudo-Sérapion est en réalité une traduction du traité sur les simples d’un savant tolédan du xie siècle, Ibn Wāfid.

25 Bergmann, Pondera medicinalia mediaevalia…, op. cit. n. 21, p. 31. Les traductions sont miennes.

26 Ibid., p. 99.

27 Galien, Claudio Galeni Pergameni de simplicium medicamentorum facultatibus libri undecim, éd. T. Gerardus, Paris, 1530, p. 1. Voir aussi P. Johnstone, « Galen in Arabic : The Transformation of Galenic pharmacology », Galen : Problems and Prospects, dir. V. Nutton, Londres, 1981, p. 197-212. On entend par « simples » les ingrédients simples.

28 Pedanius Dioscoride, I-157, Pedanii Dioscoridis Anazarbei De materia medica quinque, éd. C. Sprengel, Leipzig, 1829-1830 (Medicorum Graecorum opera quae exstant, 25 et 26), en attendant la nouvelle édition commentée de Marie Cronier. Voir aussi M. Cronier, « Le Dioscoride alphabétique latin et les traductions latines du De materia medica », Body, Disease and Treatment in a Changing World. Latin Texts and Contexts in Ancient and Medieval Medicine. Proceedings of the IX International Conference Ancient Latin Medical Texts, Hulme Hall, University of Manchester, 5th-8th September 2007, éd. B. Maire, D. Langslow, Lausanne, 2010, p. 189-201.

29 Pedanius Dioscoride, IV-69, Pedanii Dioscoridis Anazarbei De materia…, op. cit. n. 28.

30 Pour une histoire de ce texte, voir G. Dumas, « Les substances marines dans le Livre des simples médecines », Actes du colloque du CUER MA, Mondes marins ; études de littérature et de civilisations médiévales, février 2003, éd. C. Conochie-Bourgne, dans Senefiance, 52 (2006), p. 131-143 ; J. Barbaud, « Platearius et l’Antidotaire Nicolas », Actes du XXXIe Congrès international d’histoire de la pharmacie (Paris, 25-29 septembre 1995), Revue d’histoire de la pharmacie, 312 (1996), p. 301-305 et M. Ausécache, « Manuscrits d’antidotaires médiévaux : quelques exemples du fonds latin de la Bibliothèque nationale de France », Médiévales, 52 (2007), p. 55-74.

31 Cette partie sur la théorie de quantification des médecines d’Arnaud de Villeneuve est essentiellement tirée des recherches de Michael McVaugh, The Medieval Theory of Compound Medecines, PhD., Princeton, 1966 ; Id., « Apud Antiquos and Medieval Pharmacology », Medizinhistorisches Journal, 1 (1966), p. 16-63 ; Id., « Quantified Medical Theory and Practice at Fourteenth-Century Montpellier », Bulletin of the History of Medicine, 43 (1969), no 5, p. 397-413 ; Arnaldus de Villanova, Opera medica omnia, t. 2, Aphorismi de gradibus, éd. Id., Barcelone, 1996, et Id., « The Two Faces of a Medical Career : Jordanus de Turre of Montpellier », Mathematics and Its Application to Science and Natural Philosophy in the Middle Ages, dir. E. Grant, J. E. Murdoch, Cambridge, 1987, p. 301-324.

32 Voir M.-Th. d’Alverny, « Kindiana », Archives d’histoire doctrinale et littéraire du Moyen Âge, 57 (1980), p. 277-287.

33 On se rappelle qu’une progression géométrique consiste à progresser en multipliant toujours par le même nombre, alors qu’une progression arithmétique ou croissance linéaire consiste à progresser en additionnant toujours le même nombre.

34 Ce tableau est repris de Jacquart, Micheau, La médecine arabe…, op. cit. n. 19, p. 188.

35 Ce tableau est repris de McVaugh, « Quantified Medical Theory… », loc. cit. n. 31, p. 401.

36 Arnaldus de Villanova, Aphorismi de gradibus, op. cit. n. 31, p. 230.

37 Bernard de Gordon, Tractatus de gradibus, éd. J. Pagel, « Über die Grade der Arzneien nach einer bisher ungedruckten Schrift des Bernhard von Gordon aus dem Jahre 1303 », Pharmaceutische Post, 28 (1895), p. 182, cité dans Arnaldus de Villanova, Aphorismi de gradibus, op. cit. n. 31, p. 403. Voir aussi L. Demaitre, Doctor Bernard de Gordon : Professor and Practitioner, Toronto, 1980, p. 49 et passim.

38 Voir n. 31.

39 Mis à part Arnaud de Villeneuve, Bernard de Gordon et les médecins montpelliérains Stéphane Arlandi, Jordan de la Tour et Gérard de Solo, la théorie de la quantification des médecines ne suscita pas l’intérêt des médecins. Elle fut reprise à la fin du xve siècle. Voir J.-M. Dureau-Lapeyssonnie, « Antoine Ricart, médecin catalan du xve siècle », La médecine humaine et vétérinaire à la fin du Moyen Âge, éd. G. Beaujouan, Y. Poulle-Drieux, J.-M. Dureau-Lapeyssonnie, Paris, 1966, p. 171-364.

40 J’en prépare une traduction et un commentaire. Consilia usualia et utilia Danson et Carnificis medici regis Francie, manuscrit Wolfenbüttel, Herzog-August-Bibliothek, 12.4 Aug. 2o, édité par E. Wickersheimer, « Les secrets et conseils de maître Guillaume Boucher et ses confrères », Bulletin de la société française d’histoire de la médecine, 8 (1909), p. 1-109. Pour un bon survol du potentiel de ce document, voir D. Jacquart, La médecine médiévale dans le cadre parisien, Paris, 1998, p. 501-509. Sur l’intérêt de ce type de recherche, voir R. Porter, « The Patient’s View : Doing Medical History from Below », Theory and Society, 14 (1985), no 2, p. 175-198.

41 Le consortium in practica ou pratique collective était un scénario fréquent dans l’Antiquité et au Moyen Âge. Voir à ce sujet V. Nutton, « Continuity or Rediscovery ? The City Physician in Classical Antiquity and Medieval Italy », The Town and State Physician in Europe from the Middle Ages to the Enlightement, éd. A. W. Russell, Wolfenbüttel, 1981, p. 9-46 ; C. Crisciani, « Éthique des consilia et de la consultation : à propos de la cohésion morale de la profession médicale (xiiie-xive siècles) », Médiévales, 46 (2004), p. 23-44 ; et Jacquart, La médecine médiévale…, op. cit. n. 40, p. 88-92.

42 Sur ce type de littérature médicale, on peut consulter J. Agrimi, C. Crisciani, Les consilia médicaux, Turnhout, 1994 (Typologie des sources du Moyen Âge occidental, 69).

43 Guilhiermoz, « Notes sur les poids… », loc. cit. n. 16, p. 443.

44 Portet, « La mesure de Paris », loc. cit. n. 15, p. 32.

45 Wolfenbüttel, Herzog-August-Bibliothek, 12.4 Aug. 2o, fol. 257v, cas no 5.

46 Ibid.

47 Ibid., fol. 244, cas no 47.

48 Ibid., fol. 258v, cas no 11.

49 P. Dorveaux, L’antidotaire Nicolas : deux traductions françaises de l’Antidotarium Nicolai, l’une du xive siècle, suivie de quelques recettes de la même époque, et d’un glossaire, l’autre du xve siècle, incomplète, publiées d’après les manuscrits français 25327 et 14827 de la Bibliothèque nationale, Paris, 1896, p. 11.

50 On trouvera leur valeur en livres de Gênes dans Jacquart, Micheau, La médecine arabe…, op. cit. n. 19, p. 226 ; et E. Ashtor, « Il volume del commercio levantino di Genova nel secondo trecento », Saggi e documenti, Gênes, 1978, p. 389-432.

51 Wolfenbüttel, Herzog-August-Bibliothek, 12.4 Aug. 2o, fol. 276, cas no 98.

52 Jacquart, Micheau, La médecine arabe…, op. cit. n. 19. Voir les programmes respectifs des facultés de médecine de Paris, de Bologne et de l’école de médecine de Montpellier, p. 172, 194-195, 181.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 — Livres médicinales selon les médecins italiens18
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/28540/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Titre Tableau 4 — Nombre d’occurrences de quantités dans les Secrets et conseils de Guillaume Boucher
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/28540/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 82k

© Éditions de la Sorbonne, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540