Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mesure et histoire médiévale

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Avant-propos

Véronique Gazeau

Texte intégral

1Le XLIIIe Congrès de la Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public s’est donné pour thème la mesure, qui peut de prime abord paraître relever d’une historiographie déjà ancienne. Si l’histoire quantitative a connu son heure de gloire dans le dernier tiers du xxe siècle, liée qu’elle était aux sciences économiques, les travaux des dernières années ont considérablement renouvelé les approches du thème, grâce à la maîtrise de nouveaux outils venus de l’informatique – analyse factorielle, cartographie automatique, lexicométrie, etc. –, mais aussi des sciences de l’ingénieur, des neurosciences, et avec de nouveaux questionnements en matière épistémologique.

2La réflexion proposée par les médiévistes de l’université François-Rabelais de Tours et par le comité scientifique du congrès sur la production de la mesure a donné lieu à 23 communications, sans compter la stimulante introduction d’Alain Guerreau et les conclusions de Monique Bourin et d’Élisabeth Zadora-Rio, certes « tourangelles », mais surtout spécialistes de la question. Les actes s’articulent autour de quatre grands thèmes – la mesure en toute chose, les méthodes de l’historien, mesurer la production et les échanges, et mesurer l’espace – auxquels s’ajoute l’atelier des jeunes chercheurs. Si toutes les périodes du Moyen Âge ont été traitées, relevons que les objets mesurés sont d’une très grande variété, ce qui témoigne du renouvellement de la recherche historique. Si la métrologie a fourni la matière à quelques communications, celles-ci s’appuient sur des sources et des méthodologies totalement neuves. D’autres articles ont mesuré l’humain avant l’anthropométrie, le temps – celui des chartes ou celui qui est inscrit dans la matière à partir de la céramique médiévale –, la production graphique, les dynamiques spatiales des terroirs villageois, la fausse monnaie, les distances, etc.

3La Société a été accueillie dans les locaux de l’université François-Rabelais de Tours par Mme Martine Pelletier, vice-présidente de l’université, chargée de la culture, M. Alain Devineau, maire-adjoint de Tours, chargé du patrimoine, et M. Patrick Bourdy, vice-président du conseil général d’Indre-et-Loire, chargé de la culture. Leur soutien matériel ainsi que celui du conseil général du Loir-et-Cher ont contribué à faire de ce colloque un modèle de commensalité, les vins ligériens ayant Mesure et histoire médiévale, XLIIIe Congrès de la SHMESP, Paris, Publications de la Sorbonne, 2013. merveilleusement accompagné les réceptions offertes par la Ville de Tours et le conseil général d’Indre-et-Loire, les agapes médiévales au prieuré Saint-Cosme et le déjeuner pris dans un site troglodytique de la vallée du Loir. Nos hôtes nous ont successivement conduits visiter l’exposition « Tours 1500 » au musée des Beaux-Arts, arpenter le chantier des fouilles de Marmoutier, écouter un concert exceptionnel en la cathédrale Saint-Gatien par l’ensemble Diabolus in musica et admirer les peintures murales des églises de Trôo, Saint-Jacques des Guérets et Montoire, ainsi que le château de Lavardin et la Trinité de Vendôme. Que Jean Chapelot, Christian Davy et Dominique Barthélemy soient remerciés pour leur contribution dominicale sans pareille à ce congrès.

4Je ne peux qu’exprimer notre reconnaissance à tous les collègues de l’université de Tours, enseignants-chercheurs et chercheurs de toutes les équipes, vigoureusement menés par François-Olivier Touati et Pascal Chareille – l’UMR 7324 CITERES et ses deux équipes, le Laboratoire Archéologie et Territoires et l’équipe Monde arabe et Méditerranée, le Centre d’études supérieures de la Renaissance et l’EA 6298 (Centre tourangeau d’histoire et d’études des sources) –, qui non seulement ont favorisé les discussions et les avancées scientifiques et historiographiques sur le thème choisi, mais encore ont œuvré à donner à ce congrès d’inoubliables moments de convivialité.

5Mesure et histoire médiévale est le dernier ouvrage de la SHMESP dont le travail éditorial a été réalisé par Thierry Kouamé, responsable des publications de la Société, et Cédric Giraud, responsable adjoint. Au nom de tous, intervenants du congrès et sociétaires, j’exprime ma gratitude à ceux dont l’investissement au service des publications de la Société a été depuis six années d’une parfaite efficacité.

6Ce livre doit être également un hommage à trois grandes figures de l’histoire médiévale, nos collègues disparus qui s’étaient inscrits à ce congrès et qui dans leurs travaux des années soixante-dix du xxe siècle avaient été des mesureurs des hommes et des flux de marchandises, Robert Fossier et Henri Dubois décédés à la veille du congrès, et le Tourangeau d’adoption, Jean Tricard. À l’heure où l’enseignement disciplinaire va occuper moins de place dans la formation des futurs professeurs du secondaire, ce livre illustre de manière magistrale l’une des missions fondamentales de la SHMESP qui est d’offrir le meilleur de la recherche au public le plus large.

© Éditions de la Sorbonne, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540