Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Figures de l'autorité médiévale

 | 
Pierre Chastang
, 
Patrick Henriet
, 
Claire Soussen

Troisième partie. Autorité

Le prêtre et la concubine

Remarques sur les rapports de pouvoir entre hommes et femmes à la fin du Moyen Âge

Claude Gauvard et Élisabeth Mornet

Texte intégral

  • 1 Émile Jombart, « Chasteté des clercs », dans Dictionnaire de droit canonique, Paris, Letouzey et An (...)
  • 2 Voir les travaux de Carole Avignon, notamment « Les couples clandestins devant la justice d’Église. (...)

1En 1215, le quatrième concile de Latran tranche les controverses relatives au célibat des prêtres, qui s’étaient installées depuis la Réforme grégorienne : chargés de la cura animarum, ils doivent faire vœu de chasteté leur vie durant1. Cette prescription, qui perdure jusqu’à nos jours, a focalisé l’attention des historiens sur le statut de clerc plutôt que sur celui des femmes qui pouvaient partager la vie de ces prêtres. Certaines, parmi elles, portent pourtant le nom évocateur de « concubine ». À la fin du Moyen Âge, il n’est pas réservé aux partenaires du monde clérical dans une société civile où l’application des normes du mariage reste encore fluctuante2.

  • 3 […] per plures annos eisdem domo, mensa et lecto in suam tenuisse et adhuc tenere concubinam (Regis (...)
  • 4 Louis Binz distingue trois niveaux de concubinage selon les degrés de la fama : notatus, suspectus, (...)
  • 5 Dans la province ecclésiastique de Suède, seuls les textes normatifs, les statuts synodaux et la lé (...)
  • 6 Original : RA, perg. 05.06.1411. Édité dans Svenskt diplomatarium från och med år 1401, éd. Carl Si (...)
  • 7 SDHK, no 17479. Pour l’analyse du déroulement de l’affaire, voir Élisabeth Mornet, « Le crime du ch (...)
  • 8 SDHK, no 17654. Une traduction partielle en français de l’instrument notarié est proposée en annexe

2Qu’en est-il pour la concubine du prêtre que cet article tente d’éclairer ? Sa position face au prêtre la place de façon quasi systématique en état d’infériorité, ce qui n’est pas toujours le cas pour les concubines appartenant à la société civile. Quel statut connaît-elle alors et peut-on même parler d’un statut ? Les sentences rendues par les officialités sont assez claires. La femme qui « fait pour les compagnons » et qui conduit le clerc à l’incontinence n’y est pas confondue avec la concubine. L’existence d’enfants n’est pas non plus indispensable pour définir la concubine de prêtre. Il suffit d’avoir vécu avec lui, sous le même toit, en partageant son lit et sa nourriture pendant un certain temps, la durée pouvant être fort variable, de quelques jours à plusieurs années3. La concubine n’est donc pas exactement une femme légère, c’est finalement la fama qui la désigne comme telle4. Mais cette vision stéréotypée, si elle confirme l’existence d’une catégorie de femmes, ne laisse guère échapper de détails concrets pour saisir leur condition d’existence. Les sources ecclésiastiques, visites pastorales, statuts synodaux ou archives des tribunaux d’officialités mettent plutôt l’accent sur les déviances des clercs. Il s’agit de montrer que celui qui a charge d’âmes doit pratiquer le célibat et que toute infraction à cette règle se fait aux dépens du salut. Rares sont les enquêtes qui peuvent précéder le jugement de l’évêque, où s’entend la voix des témoins. L’acte sur parchemin conservé au Riksarkivet de Stockholm est à maints égards exceptionnel5. Établi et certifié le 5 juin 1411 dans la ville de Skänninge par le notaire public Lars Finvidsson6, il relate un interrogatoire de plusieurs témoins, dans le cadre d’une nouvelle enquête concernant le comportement sexuel de dom Lars Vit, chanoine de l’église cathédrale de Linköping et curé de Säby. Cette enquête s’imposait pour contrer son appel, en Curie, du précédent jugement de l’évêque de Linköping, Knut Bosson, qui l’avait suspendu de son office, l’avait privé de ses bénéfices et l’avait soumis à une forte amende, comme publicus et notorius fornicator, le 29 avril 14107. Parmi les divers témoins figurent trois femmes : deux sages-femmes qui rapportent les paroles d’une certaine Karin, avec laquelle Lars Vit « avait vécu dans l’incontinence » au presbytère de Säby ; et Ingegerd, le seul témoin féminin directement lié à Lars Vit : elle déclare avoir été la concubine du curé durant quatre ans8.

  • 9 Voir la démonstration de Didier Lett, Un procès en canonisation au Moyen Âge. Essai d’histoire soci (...)

3Certes, l’historien sait avec quelles précautions il doit utiliser la voix des témoins : le notaire a réécrit les dépositions et l’écriture est étroitement codifiée9. Le passage de l’oral à l’écrit, de la langue vernaculaire au latin, la formulation usant de termes de droit, de citations tirées de l’Écriture adaptées aux conditions du récit en disent davantage sur la culture du procureur épiscopal qui interroge et du rédacteur qui consigne par écrit que sur les sentiments et les émotions de ceux qui témoignent, malgré le passage du style indirect au style direct qui rend (volontairement ?) vivante la relation et qui signale peut-être une certaine sauvegarde de la parole féminine initiale. Tous ces filtres introduisent dans le discours une subjectivité qui est masculine : laisse-t-elle une place au point de vue féminin ?

4Il n’en reste pas moins que ce document, sur lequel s’appuiera principalement notre démonstration, a l’avantage de faire sortir de l’ombre ces concubines méconnues en ne les réduisant pas à un simple statut, de permettre de sonder la domination qu’elles peuvent éventuellement subir de la part du prêtre, la nature de leurs relations, ainsi que la perception que peut en avoir la société.

  • 10 Jacques Toussaert, Le sentiment religieux en Flandres à la fin du Moyen Âge, Paris, Plon, 1963, p.  (...)
  • 11 Par exemple à Paris, Archives nationales (abrégées AN), JJ 160, pièce 356, mai 1406, lettre de rémi (...)

5Entre le prêtre et sa concubine, les liens sont le plus souvent décrits comme des rapports de domination. Incontestablement, la concubine occupe une place nettement inférieure. Cela tient éventuellement à ses origines sociales qui peuvent faire d’elle une servante avant d’être une concubine ou en même temps qu’elle sert de concubine. Certes, en Flandre, l’âge canonique pour recruter une servante était de 40 ans pour une parente et de 60 pour une relation ordinaire, mais cette obligation n’était guère respectée et elle était aisément rachetée auprès de l’official par une amende10. On ignore le plus souvent comment une jeune femme devient servante du curé. Il n’est pas rare qu’elle ait été servante de taverne et enlevée pour lui être livrée11.

  • 12 Didier Lett, Hommes et femmes au Moyen Âge : histoire du genre xiie-xve siècle, Paris, A. Colin, 20 (...)
  • 13 D’après Christelle Walravens, L’officialité épiscopale de Troyes à la fin du Moyen Âge (1390-1500),(...)
  • 14 Les controverses à ce sujet sont nombreuses en droit canonique, mais elles n’ont guère d’écho dans (...)

6À côté des servantes figurent en bonne place les veuves, dont on sait que la condition est aussi très fragile dans la société médiévale12. Dans les ressorts de l’officialité de Troyes, elles constituent la majorité des concubines qui, pour subsister, tiennent en même temps le logis du curé13. Leur présence montre que l’accusation de bigamie « interprétative », qui peut alors toucher le prêtre, et la dégradation qui s’ensuit ne constituent pas encore une menace suffisante aux xive et xve siècles14.

  • 15 AN, JJ 143, pièce 171, septembre 1392, lettre de rémission adressée au bailli de Chartres.
  • 16 Cambrai, 25 août 1442, Registres de sentences de l’officialité de Cambrai…, op. cit., I, p. 149-150 (...)

7Le curé peut aussi user de sa situation privilégiée pour commanditer un viol qui lui fournira une proie facile. C’est ainsi qu’en 1392, le curé de La Chapelle-Vendômoise négocie avec des gens d’armes pour qu’ils enlèvent Marion, la fille de « pauvres genz », qui est notoirement vierge car elle est « de bonne renommee et sanz blasme15 ». Le sort de la jeune fille est désormais scellé : le déshonneur l’oblige à rester asservie à celui qui est devenu son maître et qui en use le temps de son plaisir. Dans le cas présent, ce viol est vengé par la parenté, mais dans combien de cas l’est-il ? Les registres d’officialité montrent que le curé peut tenir la jeune fille en concubinage, une cohabitation dont sont issus des enfants16.

  • 17 Emmanuel Le Roy Ladurie, Montaillou, village occitan, Paris, Gallimard, 1975, p. 224.
  • 18 AN, JJ 160, pièce 440, août 1406, lettre de rémission adressée au prévôt de Paris.
  • 19 AN JJ 155, pièce 264, novembre 1400, lettre de rémission adressée au bailli de Touraine.

8À ces formes de domination que suppose une condition sociale inférieure de la concubine s’ajoute une suprématie liée à la fonction de prêtre. C’est ce qu’Emmanuel Le Roy Ladurie a déjà démontré à propos de Pierre Clergue, à Montaillou17. Nous voici dans la prévôté de Paris, à Ermont, au début du xve siècle : un curé a conseillé, voire a obligé l’un de ses paroissiens à épouser une jeune femme qui serait l’une de ses cousines. Ne serait-elle pas plutôt l’une de ses anciennes concubines ? En l’espace de quatre ans, le nouveau couple a deux enfants, ce qui n’empêche pas le curé de faire la cour à la jeune épouse : dons de robes, de ceintures en argent s’accumulent pour la séduire. Le mari, inquiet, tente une première conciliation. En vain ! Le curé enlève la jeune femme. La vérité éclate alors aux yeux de tous et c’en est trop pour le mari trompé qui, « moult courroucié et troublé en son cueur », tue son rival18. Certains prêtres abusent de cette publicité que leur permet leur fonction. Ce fut le cas de ce curé de La Celle-Guenand, en Touraine, qui « avoit dit publiquement en la paroisse » que la femme d’un dénommé Robin « estoit sa mie et qu’elle allast en son hostel et que ce n’estoit pas pour le bien et honneur d’elle ne de son dit mary19 ». Il en perdit la vie lui aussi, dans une expédition vengeresse.

  • 20 Cambrai, 31 octobre 1444, Registres de sentences de l’officialité de Cambrai… op. cit., I, p. 324, (...)
  • 21 AN X2a 14, fol. 144v, novembre 1403.
  • 22 AN JJ 133, pièce 10, juillet 1388, lettre de rémission adressée au prévôt de Paris.

9N’oublions pas que ces prêtres entendent leurs paroissiennes en confession et qu’ils peuvent avoir un fort ascendant sur elles. Cette forme de domination est liée à la présence du sacré et au maniement du livre, mais aussi au fait qu’ils savent user de paroles « blandisseuses », alors que les maris, pour exprimer leur amour, ne parlent guère. Le promoteur de l’officialité ne s’y trompe pas quand il décrit ce prêtre qui enleva une femme mariée pour en faire sa concubine, alors qu’elle vivait honnêtement avec son mari, mais l’a séduite verbis suis fallacibus20. Ces prêtres usent de la naïveté de leurs paroissiennes, tel celui-ci qui conseille à l’une d’entre elles de manger du pâté d’aigle blanc le jour du Jeudi saint pour mieux la perdre et la diffamer aux yeux de tous21. Ils connaissent aussi parfaitement les ressorts de la psychologie féminine. Ainsi, Simon Fermier, curé de l’église Saint-Geoffroy à Paris, est réputé dans l’art de « decevoir les femmes mariees22 ».

  • 23 « Vit » (« Hvit » dans la graphie ancienne) n’est pas un nom de famille, mais un surnom. Il peut êt (...)
  • 24 Pour le détail des références documentaires, voir Mornet, « Le crime du chanoine… », art. cité, p.  (...)
  • 25 Il est inscrit sur la matricule des juristes en 1397, Anton Dittrich et Anton Spirk, Monumenta Hist (...)
  • 26 Le concile provincial d’Uppsala de 1368 réitérait fermement la condamnation de tous ceux qui prêcha (...)
  • 27 SDHK, no 17479. Il s’agit sans doute de Karin, la seconde concubine, dont la mort a déclenché la co (...)
  • 28 Il n’était pas accusé précisément de viol (raptus), bien que la sentence de l’évêque ait assimilé l (...)
  • 29 Comparer avec les déviances de prêtres mexicains analysées par Alessandro Stella pour l’époque mode (...)

10Les profils des protagonistes de l’affaire suédoise présentent de nombreuses similitudes avec ceux qui viennent d’être évoqués. L’ascendant de Lars Svensson Vit trouve sa source dans un statut socialement élevé, de par son origine, sa formation et sa position d’homme d’Église. Il était issu d’une famille de la petite aristocratie locale du Småland23, sans beaucoup de visibilité, capable néanmoins de mobiliser un réseau d’appuis s’étendant aux sphères de l’entourage de la reine Marguerite. Il détenait des biens propres non négligeables, auxquels vinrent s’ajouter, à partir de 1390 environ, les revenus de l’église paroissiale de Motala, puis de la riche église de Säby, enfin d’une prébende canoniale au puissant chapitre cathédral de Linköping24. Cette carrière ecclésiastique, solide et lucrative, lui permit de financer des études à la lointaine et prestigieuse université de droit de Prague25. La « capitalisation » de sa formation juridique l’autorise non seulement à naviguer avec aisance dans les arcanes des juridictions ecclésiastiques jusqu’à la Curie, mais aussi à ordonner les arguments de la persuasion, voire les embellir : est-il allé jusqu’à affirmer auprès d’Ingegerd et de Karin que les relations sexuelles ne sont pas un péché, ou à la rigueur un péché véniel, opinion assez courante en Suède à la fin du xive siècle26 ? On ne sait, mais on peut penser que s’ajoutait au prestige de sa position sociale le pouvoir de la parole et de l’autorité sur les fidèles : « Parce que tu as défloré une certaine jeune fille que tu avais entendue auparavant en confession […] », affirme la sentence de l’évêque27. Il ne semble pas que dom Lars Vit ait usé notoirement de violence envers les deux femmes mentionnées pour les soumettre à sa volonté28. Son pouvoir est ailleurs. Face à l’homme sûr de son contrôle social et moral, voire de la séduction de sa maturité29 – Lars Vit pouvait avoir une quarantaine d’années en 1410 –, comment se situent Ingegerd et Karin, ses concubines successives ? Le cas de Karin présente bien des similitudes avec le profil-type des très jeunes servantes-maîtresses évoqué plus haut. Il la marie, sans doute autoritairement, selon un usage assez courant, à un serviteur. Mais la sécurité offerte par le statut de femme mariée ne dure pas, puisque le mari s’est enfui et que Lars Vit a poursuivi ses relations charnelles avec elle.

  • 30 Ingegerd le désigne par son prénom et par son patronyme. Il a donc une certaine visibilité sociale, (...)

11Le statut d’Ingegerd, la première concubine, diffère quelque peu de ce modèle. Comme pour Karin, l’absence du nom de son père (« fille de… ») dans la déclinaison d’identité peut indiquer une origine sociale assez modeste, et l’absence de protection attendue d’un père, ou d’une famille paternelle ; néanmoins, la désignation par le prénom seul, habituelle en Suède dans les actes de la pratique impliquant des femmes, ne révèle pas un statut nécessairement décrié. Avant son arrivée au presbytère, elle n’avait sans doute jamais été mariée ou veuve, cet état aurait été signalé. C’était, elle aussi, une jeune femme, peut-être plus âgée que Karin, mais certainement pas de l’âge canonique requis en théorie pour habiter au presbytère : elle était en âge d’avoir des enfants. Fréquentait-elle déjà « l’autre homme », Mats Andersson, qu’elle nomme dans sa déposition30 ? Quoi qu’il en soit, rien ne laisse entrevoir qu’Ingegerd était une femme de mauvaise réputation et une proie facile.

  • 31 Il est rare en latin médiéval. Voir Du Cange et al., Glossarium mediae et infimae latinitatis, éd. (...)
  • 32 Par exemple, Véronique Beaulande, L’officialité de Châlons-en-Champagne à la fin du xve siècle d’ap (...)
  • 33 […] sicut famatur, quia non solum in parochia Sæby sed eciam in multis partibus Osgocie communiter (...)
  • 34 Il s’agit ici encore de la transcription latine : quel terme en vernaculaire Ingegerd a-t-elle util (...)
  • 35 […] donec Martinus suus legittimus redierit (SDHK, no 17654, et déposition de la sage-femme en anne (...)

12Une fois installée au presbytère, le statut d’Ingegerd devient assez clair, quoique la chronologie reste floue. Il est impossible d’établir à quel moment exact elle a cessé d’être une procuratrix, pour entrer dans le lit du curé. Le terme est dû à la plume du notaire et il ne laisse pas d’être ambigu31. On attendrait celui d’ancilla, plus habituel dans la documentation32. Quoi qu’il en soit, le terme qualifie une relation de service, selon la fama et aussi selon les propres dires d’Ingegerd33, mais celle-ci établit clairement une différence entre les deux états, de servante et de concubine34, ce qui n’était peut-être pas le cas de tous ses contemporains. Karin, quant à elle, n’est jamais qualifiée de concubine : d’après les déclarations de son parent, elle se présentait comme une servante ou comme l’épouse légitime de Mårten, état mis en avant également par le sauf-conduit de Lars Vit35. Il s’agissait de sauver les apparences, bien chapitrée par son amant, du moins jusqu’à l’aveu quand elle fut en péril de mort. La soumission semble donc être la forme la plus courante des liens que le prêtre entretient avec sa concubine.

  • 36 Cas cité supra, note 32.
  • 37 SDHK, no 17654, déposition de Peter Källarson.
  • 38 Qui merito tamquam eorundem coniugum curatus et pater spiritualis eosdem conjuges suos parrochianos (...)
  • 39 Ibid., p. 540-541.

13Il faut cependant en nuancer considérablement la pratique, du fait même de la nature des sources envisagées. Devant l’official, le prêtre mis en cause peut, comme à Châlons, nier le concubinage pour esquiver les sanctions36. Devant le tribunal de l’évêque de Linköping, dom Lars n’a pu démentir ses liaisons successives, mais il a fait appel de la condamnation. Néanmoins, le prêtre peut se soucier du sort de sa concubine. Lars Vit n’a pas renvoyé Ingegerd, à deux reprises, sans s’assurer qu’elle serait accueillie par des protecteurs bienveillants, y compris par son propre frère. Dans le cas de Karin, il prend soin de la munir d’une lettre de recommandation et il fait parvenir de l’argent pour son entretien37. Comme nous l’avons dit, il choisit aussi de la marier à son serviteur Mårten. Cette issue est recommandée par l’Église, même si elle donne lieu à des conflits, comme le montre ce cas passé devant l’officialité de Cambrai en 1443. Catherine Tafette, l’ex-concubine du curé de Saint-Nicolas à Valenciennes s’est mariée avec Jean le Maire, ce qui finalement n’est pas du goût de son ancien amant qui cite les deux époux en annulation de mariage. Mais le promoteur argue que le curé doit au contraire encourager les unions et la paix entre les époux38. De façon générale, pour les laïcs, l’officialité incite à compenser le dommage causé par la grossesse d’une concubine, en payant la dot d’un futur mariage ainsi que l’accouchement39. Il n’est donc pas anormal que le prêtre soit soumis à des contraintes comparables. D’une certaine façon, la concubine apparaît comme une femme protégée et les tribunaux prennent soin de faire respecter ses droits, même s’ils sont fragiles, car ils relèvent de la jurisprudence.

  • 40 « Le registre de l’officialité de l’abbaye de Cerisy », op. cit., no 292-293.
  • 41 Cambrai, 26 mai 1453, Registres de sentences de l’officialité de Cambrai…, op. cit., II, p. 830, ca (...)
  • 42 Cas cité n. 10.
  • 43 Par exemple, Cambrai, 26 septembre 1444, ibid., p. 301, cas 536.
  • 44 Ibid., p. 262, cas 483. Également, le curé de Littry, ainsi que sa concubine, a été poursuivi à plu (...)
  • 45 La dilectio, selon Isidore de Séville, implique l’affection et l’estime nées d’une « élection » ; l (...)

14Peut-on aller plus loin dans l’analyse des liens qui unissent ces couples concubins ? Les preuves d’amour ou d’affinité ne percent guère sous le carcan des jugements émis par les promoteurs des officialités. L’historien ne peut certes pas prendre à la lettre les affirmations des clercs qui rejettent la séduction sur leur compagne, tel le curé de Littry en Normandie, Étienne Bernart, qui, en 1373, accusé de viol et violences sur Guillemette de Costentino, l’épouse de Colin Osmont, reconnaît seulement qu’il l’a « connue charnellement à plusieurs reprises de voluntate ejusdem40 ». Il est cependant possible d’en percevoir quelques signes. Certains couples résistent à la durée et font de la concubine une mulier dilecta. Comment interpréter autrement la récidive qui frappe certains prêtres pour comportement « indécent », quand ils reprennent la même femme, tel Jean Rolant curé de Montignies-sur-Roc, avec Béatrice, l’une de ses paroissiennes, mariée de surcroît41 ? Quant à cette femme avec laquelle le prêtre Jean Cadop a eu des relations charnelles suivies, elle est désormais qualifiée de mulier antiqua42. Comment interpréter la longévité de couples établis en concubinage à la cure ? Dans certains cas, il s’agit de « plusieurs années », qui peuvent aller jusqu’à vingt et sans doute au-delà43. Le promoteur les poursuit alors pour concubinage prolongé44. La part de l’affection partagée ne peut donc être mésestimée. Dans le témoignage d’Ingegerd, les termes de dilecta et d’amicitia ont certes une allure de vocabulaire savant, mais on ne peut exclure qu’ils reflètent assez justement sa pensée, et révèlent une relation où sont nés des sentiments autres que le désir charnel entre les partenaires45, bien que la vie commune n’ait pas manqué d’épisodes orageux de mésentente, et de réconciliation, si l’on en croit l’indignatio manifestée par Lars Vit lors des grossesses. D’un autre côté, il n’est pas impossible, étant donné la présence d’un autre homme dans la vie d’Ingegerd, que l’attachement amoureux ait été, au moins un temps, plus profond du côté du prêtre que de la concubine !

  • 46 En 1399, en Dauphiné : Prefatus curatus ad instantiam multorum est excomunicatus et celebrat et per (...)
  • 47 Bernhard Schimmelpfennig, « Ex fornicatione nati : studies on the position of priests’sons from the (...)

15Le nombre d’enfants nés de ces unions est aussi une preuve de la longévité des relations qui se sont établies : plures annos rime alors avec plures proles. Il est rare que le nombre exact apparaisse, mais il pouvait être assez élevé46. Dans l’affaire suédoise, la rumeur attribue à dom Lars trois enfants dont la situation reste obscure, y compris dans l’attribution de la paternité, puisque Ingegerd résiste à la pression des interrogateurs, qui souhaitent lui faire dire que Lars Vit est le père de ses deux enfants. Il est à peu près sûr qu’ils n’ont pas vécu au presbytère. Au demeurant, l’exemple du chanoine-curé était loin d’être une exception en Suède, si l’on considère le nombre important de demandes de dispense pour naissance illégitime concernant les fils de prêtres47.

  • 48 Les exemples sont nombreux dans le cadre de l’officialité de Cambrai, tel celui-ci : un clerc, Arno (...)
  • 49 Le Registre d’inquisition de Jacques Fournier, évêque de Pamiers (1318-1325), éd. Jean Duvernoy, To (...)

16Ne nous y trompons pas : les sources judiciaires insistent plutôt sur les frasques des prêtres qui, tout en entretenant une concubine, se permettent de déflorer d’autres jeunes filles ou de poursuivre d’autres femmes48. Elles sont certainement moins disertes sur les concubines qui mènent une vie tranquille. Il n’est donc guère facile de les saisir dans la vie quotidienne et encore moins de déceler leurs ressorts psychologiques, leurs états d’âme. Ont-elles conscience de vivre dans le péché ? À cet égard, l’état d’esprit des deux concubines de dom Lars diffère : si l’angoisse générée par un accouchement secret et difficile a pu exacerber légitimement la crainte d’un châtiment, Karin n’en exprime pas moins un fort sentiment de culpabilité autour de la conception de son enfant. Elle sait bien qu’elle entretenait une relation doublement illicite, celle d’une femme mariée adultère, avec un prêtre ayant fait vœu de célibat. En revanche, Ingegerd ne manifeste ni regret, ni crainte de la damnation éternelle. Elle partage sans doute l’idée, largement développée dans la société laïque du temps, que l’amour entre deux personnes adultes, libres (en principe) et consentantes, n’est pas un péché, ou seulement un péché véniel. Elle rejoint les déclarations, un siècle plus tôt devant l’inquisiteur Jacques Fournier, de la jeune Grazida que le curé de Montaillou, Pierre Clergue, avait déflorée puis mariée, tout en poursuivant ses relations avec elle : « Mais parce que cela me plaisait, et que cela plaisait audit recteur, quand nous nous connaissions charnellement, je ne pensais pas pécher avec lui49… » Ingegerd va même plus loin dans le défiaux injonctions des autorités morales : en couchant avec le prêtre, en même temps qu’avec un autre homme, elle affirme le libre usage de son corps, du moins elle y aspire, alors même que dom Lars n’est pas libre du sien, en vertu des prescriptions canoniques qui requièrent des prêtres la chasteté.

  • 50 Cambrai, 20 octobre 1442, Registres de sentences de l’officialité de Cambrai…, op. cit., I, p. 186, (...)
  • 51 Cambrai, 24 octobre 1444, ibid., p. 319-20, cas 564.
  • 52 Cambrai, 20 février 1445, ibid., p. 369, cas 650.
  • 53 Cambrai, 20 mars 1445, ibid., p. 381-82, cas 667.

17Ces femmes devenues concubines paraissent relativement libres de leurs gestes, soit parce qu’elles sont célibataires, soit parce que ce sont des femmes mariées qui n’ont pas hésité à quitter leur foyer initial pour vivre en marge des obligations maritales et s’affirmer comme femmes adultères. Toutes n’ont pas été violées et contraintes, loin de là. Si Ingegerd a d’abord servi Lars Vit avant d’entrer dans son lit, on peut penser qu’il lui avait fait la cour et que leur rapprochement dans l’intimité du presbytère avait fait le reste. Il n’est pas impossible même que la parade amoureuse ait été partagée. Certaines femmes n’hésitent pas à s’imposer haut et fort au sein de la communauté. Elles peuvent être réputées querelleuses, contribuant à faire de la cure un lieu de troubles. Voici cette Élisabeth qui tient tête au doyen avec qui elle vit en concubinage. Des rixes en résultent. Il l’expulse pour finalement la reprendre, ce qui, selon le promoteur, est cause de « scandale50 ». La concubine peut aussi tenir tête à son concubin, en luttant avec lui, y compris en public51. Certaines fleurent même la mégère, telle la concubine de Jean Parent, curé de Blicquy, qui est réputée pour être rixosam etiam ac inter vicinos iurgiosam52. En tout cas, elles ne restent pas toujours impassibles quand le prêtre amène chez lui une rivale, comme c’est le cas de cet Arnoul qui séduit une nommée Jeanne, veuve et sa parente au quatrième degré, et provoque l’ire de sa compagne53. Quant à Ingegerd, qui a dû tenir parfois tête à la volonté de son compagnon, dans l’intimité de la vie commune, elle affronte l’autorité ecclésiastique elle-même avec une liberté de ton remarquable. D’une certaine manière, elle défie un discours du pouvoir masculin.

  • 54 En 1280, l’évêque de Växjö a connu charnellement quasdam mulierculas, […] luciam uidelicet et ingig (...)
  • 55 Auctoritate papae : The Church Province of Uppsala, op. cit., no 1 et 2 (1410), et passim. De même (...)
  • 56 Selon Mary A. Kelleher, il s’agit d’« une femme adulte qui n’a jamais été mariée ou n’a pas de proj (...)

18Ingegerd se dit mulier soluta, un terme qui relève du vocabulaire juridique (solutus au masculin). On trouve le terme dans quelques documents suédois ecclésiastiques et il désigne une célibataire par opposition à la femme mariée54. Les demandes de dispense à la Pénitencerie apostolique du xve siècle indiquent que le suppliant est de presbytero genitus et soluta55. La mulier soluta est une femme non mariée, ogift kvinna en suédois, mais ni vierge (mö, flicka) ni veuve (änka) ; le terme soluta n’est donc pas obligatoirement lié à une activité sexuelle, qui puisse inciter à la suspicion56. En l’absence des mots suédois prononcés par Ingegerd, il est difficile d’estimer jusqu’à quel point elle assimilait le vocabulaire juridique. Le cas de figure était cependant assez fréquent au xve siècle en Suède pour qu’une laïque ait su manier la notion, notamment si elle fréquentait des milieux ecclésiastiques lettrés. Quoi qu’il en soit, le discours d’Ingegerd tend à exprimer une sorte de refus de se conformer au rôle social qui est imparti habituellement à la femme, mais elle revendique un statut dans la société, reconnu et protégé.

19Le statut de concubine donne donc des droits que ces femmes tentent de défendre. Mais ces droits sont-ils reconnus par leur parenté et par la communauté paroissiale ? Quel regard est porté sur elles ?

  • 57 Voir la traduction en annexe.
  • 58 SDHK, no 17654 et texte en annexe. Il prétend ne rien savoir de cette affaire !

20Le point de vue de la parenté est particulièrement difficile à cerner, mais le cas suédois permet de jeter quelques lueurs. Le bon accueil prodigué à Ingegerd par le frère de dom Lars, dom Nils Svensson, le curé de Gränna, donne à penser que, d’une part, il subodorait que son frère était bien le père de l’enfant, à l’instar d’ailleurs de la fama et des enquêteurs eux-mêmes, et que, d’autre part, il acceptait cette paternité tout en aidant à la dissimulation du péché (la paroisse de Gränna, soulignons-le, est située à 40 km environ de Säby). Il s’agit bien d’une double complaisance – de la parenté et de la communauté cléricale – à l’égard de la concubine et de son enfant. Magnus Böste, dont la résidence de Starby, située dans la paroisse de Vadstena, était distante de près de 60 km de Säby, a lui aussi traité Ingegerd après son accouchement avec l’honneur dû à une épouse légitime57. On peut estimer que des liens de parenté, d’affinité ou d’amitié l’unissaient à dom Lars, ou bien à Ingegerd elle-même. Quant à Karin, elle a accouché chez son parent Peter Källarson, assez aisé pour l’accueillir pendant sa grossesse et recruter deux sages-femmes expertes pour l’assister lors de l’accouchement58. Le jeu des solidarités, familiales ou autres, accordait donc au prêtre et à sa concubine une reconnaissance sociale et une protection qui assuraient à la femme un statut sécurisant, voire valorisant.

  • 59 D’après certains témoins, Mårten se serait réconcilié après la mort de Karin avec Lars Vit « grâce (...)

21Jusqu’à un certain point seulement. Lars Vit se souciait fort de dissimuler les fruits de son incontinence sexuelle : il n’avait donc pas la pleine certitude de son impunité. Car la complaisance pouvait cesser. Celle du mari berné tout d’abord, ce serviteur à qui il a donné Karin pour épouse. Son profil se rapproche de certains époux évoqués dans cette étude, ici sans explosion de violence et sans vengeance apparente59. Mais aussi et surtout la complaisance de la communauté paroissiale, qui finit par rejoindre la non-tolérance des instances supérieures de l’Église, à partir du moment où les infractions aux normes canoniques deviennent notoires et perturbent l’ordre chrétien.

  • 60 Dans les statuts de la province de Troyes édictés en 1374 par Jean Braque, le concubinage est l’obj (...)
  • 61 AD Aube, G 1344, fol. 359v, 362, cité par Walravens, t. 2, p. 126.

22Pour saisir le regard de la communauté paroissiale sur les prêtres concubinaires, il convient de savoir s’ils étaient nombreux, ce qui n’est pas chose facile. En effet, Il ne faut pas se fier aux statuts synodaux qui réitèrent les interdits et laissent supposer que la pratique était courante60. Certes, l’évêque peut agir ex officio à l’égard des prêtres concubinaires, mais il préfère les monitions aux procès, qui restent peu nombreux. Dans le diocèse de Troyes, on ne compte pas plus d’une vingtaine de procès pour concubinage sur plus de 540 cas recensés en 1455-1456. Reportés au nombre de paroisses, environ 376 avec 358 cures et 70 annexes, ces chiffres montrent la faiblesse de l’incrimination pour concubinage61. Il en est de même dans l’officialité de Cambrai où, pour les deux années 1444-1446, on dénombre seulement onze procès réprimant la cohabitation d’un prêtre avec une femme.

  • 62 Nicole Lemaitre, Le Rouergue flamboyant. Clergé et paroisses du diocèse de Rodez (1417-1563), Paris (...)
  • 63 Par exemple dans l’archidiaconé de Paris, Léon Pommeray, L’officialité archidiaconale de Paris aux (...)
  • 64 AD Aube, G 4183, fol. 183v-184v, cité par Walravens, op. cit., t. 2, p. 95. Dans l’officialité de C (...)
  • 65 Voir le procès du charpentier du roi, en 1379, qui est sévèrement puni pour blessures alors que son (...)

23En fait, le chef d’accusation de concubinage des prêtres varie selon les officialités et évolue dans le temps. Dans le Rouergue étudié par Nicole Lemaitre, les mauvaises mœurs des curés concubinaires sont davantage poursuivies à la fin du xve siècle, pour atteindre 15 à 20 % de clercs fornicateurs, soit un chiffre qui semble adopté par l’ensemble des spécialistes d’histoire religieuse pour cette époque62. Mais de manière générale et pour la période antérieure, les officialités sont nettement plus sensibles aux attitudes violentes des clercs, à leur déviance spirituelle qu’à leur inconduite sexuelle63. Quant aux sanctions, elles se résument le plus souvent à des amendes. Rares sont les incarcérations comme ce fut le cas à Troyes pour un cas de récidive, où d’ailleurs cette peine de prison n’a été que provisoire puisqu’elle a été suivie d’un élargissement64. Rares aussi sont les sentences d’excommunication, même si la menace existe. Sont aussi prononcées des peines de purgation canonique, soit des sanctions qui, en principe, sont appliquées à des personnes de bonne réputation… La recherche et la sanction des prêtres concubins ne sont donc pas une obsession de la justice d’Église, même si le chef d’accusation s’alourdit à la fin de la période, et les justices laïques ne sont guère plus sévères65. Quant à la punition des concubines, les officialités sont pour le moins silencieuses.

  • 66 Mia Korpiola, « Mariage and Concubinage in Scandinavia », dans Women and Gender in Medieval Europe. (...)
  • 67 Voir à ce sujet Martine Charageat, La délinquance matrimoniale. Couples en conflit et justice en Ar (...)
  • 68 Lizzie Karlsson, Jag giver dig min dotter : trolovning och äktenskap i den svenska kvinnans äldre h (...)

24Il est bien possible que le concubinage, qui est encore accepté à cette époque entre les laïcs, ait favorisé cette attitude. En Suède par exemple, les autorités ecclésiastiques n’ont cessé, comme partout ailleurs, de dénoncer le concubinage comme forme alternative de cohabitation entre les laïcs66. Mais ce principe semble avoir eu bien du mal à s’imposer, d’autant plus que, dans les lois suédoises, la concubine bénéficiait d’un statut particulier : sans aller jusqu’à lui permettre de passer un accord en bonne et due forme comme dans les contrats de barraganía reconnus par le droit castillan ou encore ceux passés en Aragon devant notaire67, ce statut lui accordait, ainsi qu’à ses enfants, des devoirs – elle devait vivre dans la fidélité, elle apportait des biens au ménage –, mais aussi des droits : l’homme devait pourvoir à ses besoins et nourrir les enfants nés de l’union, qui avaient droit à un héritage, quoique limité68. Jusqu’à quel point ce concubinage légal, bien toléré par la société laïque, pouvait-il contaminer la perception du concubinage des prêtres ?

  • 69 AN JJ 118, pièce 49, novembre 1380, lettre de rémission adressée au bailli de Sens et d’Auxerre.
  • 70 Cambrai, 31 juillet 1445, Registres de sentences, op. cit., I, p. 435, cas 756 ; nombreux autres ca (...)
  • 71 C’est le cas de Perrote dans le diocèse de Troyes en 1455 : alors qu’elle a déjà reçu une monition (...)
  • 72 Ibid., G 4170, fol. 66v, transcrit par Walravens, op. cit., t. 3, p. 270 : le divorce entre les épo (...)

25Il n’empêche que la condamnation des prêtres concubinaires s’affirme en ces deux derniers siècles du Moyen Âge pour mieux séparer les clercs des laïcs. Le chef de concubinage est contraire à la dignité sacerdotale de ceux qui ont charge d’âmes ; surtout, il se double de l’inceste quand la femme choisie est l’une des paroissiennes du curé et par conséquent l’une de ses « filles espirituelles69 ». Il s’agit alors d’une parenté fictive : incestuose carnaliter cognovit, disent alors les sentences70. Dans ces conditions, il est tout à fait logique que la faute repose davantage sur le prêtre que sur sa concubine. Elle est peu citée en justice, sauf si elle se révèle particulièrement indocile71, et rares sont les maris qui poursuivent leur femme devant l’official sous prétexte d’adultère avec un prêtre72.

  • 73 Cambrai, 6 février 1445, Registres de sentences, op. cit., I, p. 363-64, cas 640. Le curé a même ve (...)
  • 74 AD Aube G 4173, fol. 18, 103, 135, 141v, 146v, 153v, 160v, transcrit par Walravens, op. cit., t. 3, (...)
  • 75 Ibid., fol. 155v, 159v, transcrit ibid., p. 334-335, cas 79. En Suède, c’est aussi la négligence de (...)

26La perception des prêtres concubinaires par la justice est-elle pour autant celle de la communauté paroissiale proprement dite ? Les dénonciations ne pleuvent pas et il ne faut pas s’arrêter, là encore, aux affirmations des sources judiciaires. Une certaine connivence semble au contraire exister entre le prêtre concubinaire et la communauté. Comment expliquer autrement que le curé de Maarke, dans le diocèse de Cambrai, puisse permettre à ses enfants d’accéder au chœur de l’église, de se mêler aux autres enfants et de servir la messe73 ? Les paroissiens peuvent même soutenir le prêtre aux dépens de la concubine. C’est le cas à Troyes en 1456, où les témoins prétendent avoir entendu le prêtre obéir aux ordres de l’officialité en criant « Va t’an paillarde, ribaude » et l’avoir vu la frapper, si bien que ce serait elle la responsable du scandale, puisqu’elle serait revenue malgré lui, contra voluntatem rei74… Autrement dit, l’opprobre porte davantage sur la concubine que sur le curé. L’essentiel est que le prêtre remplisse son devoir sacramentel. À Troyes, en 1456, ce père de famille ne reproche pas au prêtre sa vie dissolue, mais de ne pas avoir pris le temps de donner les derniers sacrements à son fils de treize ans75.

27Le statut de la concubine peut donc se révéler précaire, mais étant donné les solidarités dont elle peut bénéficier, il doit être encore très nuancé en cette fin de Moyen Âge.

  • 76 Charageat, La délinquance matrimoniale…, op. cit., notamment p. 171 et suiv. En Val d’Aoste égaleme (...)

28Malgré le carcan de paroles largement confisquées par les hommes, qu’il s’agisse des prêtres vivant en concubinage ou des clercs appelés à juger les cas devant les tribunaux ecclésiastiques, les concubines présentent un profil qui les différencie des femmes mariées ou des veuves, des prostituées ou des filles « communes ». Aussi bien au nord de l’Europe qu’au Sud, il existe encore pour elles, en cette fin de Moyen Âge, un espace de liberté qu’elles revendiquent pour affirmer l’importance des relations, y compris sexuelles, qui les unissent à celui dont elles partagent la vie. Elles entendent ou du moins aspirent, comme Ingegerd, à disposer de la liberté de leur corps, ce qui les soustrait d’une certaine façon à l’autorité masculine. Ce statut, en partie choisi, donne à ces concubines le droit de laisser percer la force d’un attachement que les textes taisent d’ordinaire, ce qui fait dire trop souvent à l’historien que l’amour n’existe pas au Moyen Âge. La relative tolérance de la société et même des autorités ecclésiastiques à condition que ces relations ne perturbent pas la stabilité de la communauté paroissiale explique en grande partie cette situation, en dépit des règles canoniques. Pourtant, l’étau se resserre au xve siècle : en Aragon, par exemple, le concubinage des ecclésiastiques est considéré comme un adultère, de par la rupture de leur vœu de chasteté76. Dans l’exemple suédois, Lars est soumis à une forte amende et ses bénéfices sont confisqués. C’est dire que sa carrière, prometteuse, a quand même été interrompue par la révélation judiciaire de ses différentes liaisons. Il n’est cependant pas encore suspendu des ordres sacrés, comme des mentions ultérieures en témoignent. Il faut attendre le concile de Trente pour que l’Église aille encore plus loin dans la répression, en définissant le concubinage comme un crime pour les laïcs et à plus forte raison pour les clercs, au même titre que l’hérésie et l’homicide : la place particulière de la femme concubine de prêtre s’en trouvait, du moins en théorie, compromise.

Annexes

ANNEXE

Stockholm, Riksarkivet, perg. RA 0101 [éd. SDHK, no 17654, 5 juin 1411]

L’évêque de Linköping, Knut, a cité à comparaître, dans une cause intentée l’année précédente contre Lars Vit, autrefois chanoine de Linköping et curé de Säby, par ses paroissiens, des témoins devant le chanoine de Linköping Lars Gedda et le notaire public Lars Finvidsson, qui a consigné par écrit les dépositions. Extraits du témoignage de deux femmes, Ingrid et Ingegerd.

[…] ont comparu ceux qui devaient légitimement témoigner sur l’article susdit, à savoir la vie incontinente dudit dom Lars qui fut et est de la manière suivante : dom Lars Vit a gardé dans sa maison à Säby une certaine Karin, a vécu avec elle dans l’incontinence et enfin l’a mariée à son serviteur Mårten. Par la suite, le même dom Lars prit Mårten en une telle détestation, que celui-ci s’enfuit et quitta sa femme, laquelle demeura au presbytère et conçut de dom Lars ; après cela, enceinte, elle fut renvoyée afin que le prêtre ne fût pas marqué d’infamie pour cela. Elle alla chez un certain Peter Källarson, son parent, qui habitait Ullevi, près de Skänninge, et demeura près de lui jusqu’au temps de ses couches, mais elle accoucha avant terme et mourut avec son enfant ; sur son lit de mort, elle avoua qu’elle avait conçu dudit dom Lars, alors curé de Säby et chanoine de Linköping, à deux matrones accoucheuses qui habitaient [à Ullevi], lesquelles par la suite rapportèrent le fait à d’autres et ainsi cela devint notoire dans tout le village et alentour.

De cela, une des deux sages-femmes, Ingrid, épouse de Sven, habitant de Ullevi, femme de bonne réputation et de bon discernement, ayant prêté serment et interrogée séparément, a déposé en premier et a déclaré sans varier : « Karin, se disant épouse de Mårten, venant de Säby, me dit, tandis que je l’assistais dans les douleurs de l’accouchement et qu’elle était à la dernière extrémité : “Que Dieu me soit miséricordieux ! Ce qui est acquis dans le péché, périclitera aussi dans la douleur. Je songeais à donner une nourrice à l’enfant pour l’élever, si j’avais enfanté sans péril de mort.” À quoi Ingrid répondit : “Pourquoi parles-tu ainsi, ma chère fille ?” Elle répondit : “Parce que le prêtre de Säby m’a fait cet enfant et je l’ai conçu après que mon mari m’eut quittée.” Ladite Karin prononça ces paroles le samedi précédent la naissance du Christ, la même année, à savoir 1409 [1410] et elle mourut le dimanche suivant et l’enfant fut retiré mort de son utérus. Et cela l’entendit avec moi Karin, épouse de Nils de Ullevi, ma voisine. » Ainsi dit-elle.

[…] Item, la même année, les mêmes jour, heure et lieu comme plus haut, une autre femme du nom d’Ingegerd, qui avait été auparavant la gouvernante (procuratrix) de la maison dudit dom Lars Vit, citée par le vénérable père et seigneur Knut, évêque de Linköping, comparut devant dom Lars Gedda, chanoine, et devant moi, notaire […] [elle fut] requise [de dire] si cela s’était bien passé comme la renommée en courait non seulement dans la paroisse de Säby mais aussi dans beaucoup de lieux d’Östergötland, à savoir que dom Lars, qu’elle avait servi de nombreuses années, avait procréé avec elle des fils ou des filles. À cela elle répondit sous serment : « J’ai servi dom Lars curé de Säby neuf ans durant lesquels je fus sa concubine seulement pendant quatre ans et j’ai engendré quand j’étais à son service deux enfants, mais je ne sais si dom Lars fut le père de l’un d’eux, parce que j’ai eu un autre homme, du nom de Mats Andersson, et néanmoins j’allais au lit du prêtre chaque fois qu’il le souhaitait. » Interrogée à nouveau : « il semble étonnant, si tu es consciente d’une telle turpitude, que tu ignores quel est le père des enfants issus de ton ventre, alors même que les prostituées le savent. Ce fait est particulièrement grave, parce qu’une erreur de filiation peut en résulter. Ainsi, dis-nous la vérité. » Elle répondit avec véhémence : « Comment puis-je savoir de qui est l’enfant, si j’ai commencé avec un homme et si j’ai terminé avec un autre, l’un le matin et l’autre le soir ? » À cela il lui fut objecté : « tu es une très malheureuse femme, pour avoir voulu agir ainsi. Dis-nous la vérité. » Elle répondit : « J’étais une femme libre de lien (soluta). Pourquoi ne pouvais-je pas recevoir l’homme que je voulais ? » Pour la seconde fois, on lui objecta : « Il semble très étonnant que tu ignores de telles choses puisque tu quittas la maison de dom Lars au temps de ton accouchement et que tu y retournas à nouveau par la suite, en redevenant sa bien-aimée (dilecta) comme avant. N’as-tu pas accouché une fois dans la maison de son frère, dom Nils, curé de Gränna ? Et ce même dom Nils, frère germain de dom Lars, ne t’a-t-il pas donné un festin solennel, choisi des parrains distingués et baptisé ton enfant ? Sans doute il n’aurait pas agi ainsi si tu avais conçu d’un autre que son frère. Et lorsque tu as accouché la seconde fois à Starby, dans la maison d’un certain Magnus Böste, ne reçus-tu pas encore abondance de biens et un banquet solennel pour tes relevailles ? Et comment as-tu été comblée de toutes ces choses ? » À cela elle répliqua et dit : « Chaque fois que je suis partie pour accoucher, j’avais encouru l’indignation de dom Lars, et il ne pouvait plus supporter ma vue. Mais après la naissance, j’ai chaque fois retrouvé son amitié. »

Ensuite, il est apparu que […] « tu as confessé publiquement en la présence [de l’évêque] que dom Lars était le père de tes enfants. » À quoi elle répondit sous serment : « Moi, je sais qu’il n’est pas le père de mon premier enfant ; mais pour le second, je ne sais lequel des deux est le père. »

Traduction du latin : Élisabeth Mornet

Notes

1 Émile Jombart, « Chasteté des clercs », dans Dictionnaire de droit canonique, Paris, Letouzey et Ané, 1942, vol. III, col. 671-673 ; voir aussi Michel Parisse, « Nicolaïsme », dans Dictionnaire du Moyen Âge, Claude Gauvard, Alain de Libera et Michel Zink (dir.), Paris, PUF, 2002, p. 981-982.

2 Voir les travaux de Carole Avignon, notamment « Les couples clandestins devant la justice d’Église. Réflexions sur la normalisation matrimoniale judiciaire dans la France du Nord-Ouest à la fin du Moyen Âge », dans Couples en justice, ive-xixe siècle, Claude Gauvard et Alessandro Stella (dir.), Paris, Publications de la Sorbonne, 2013, p. 77-98. À Paris, en six ans (1499-1506), l’officialité archidiaconale ne relève que 35 cas de concubinage laïcs dénoncés, auxquels s’ajoutent 15 cas de clercs, ce qui rapporté au chiffre de la population de la ville est très peu, Anne Lefebvre-Teillard, Les officialités à la veille du concile de Trente, Paris, R. Pichon et R. Durand-Auzias, 1973, p. 176, n. 131. Voir aussi Claude Gauvard, « De grace especial ». Crime, État et Société en France à la fin du Moyen Âge, 2 vol., Paris, Publications de la Sorbonne, 1992, p. 574-576.

3 […] per plures annos eisdem domo, mensa et lecto in suam tenuisse et adhuc tenere concubinam (Registres de sentences de l’officialité de Cambrai (1438-1453), éd. Cyriel Vleeschouwers et Monique Van Melkebeek, 2 vol., Bruxelles, ministère de la Justice, 1998, I, p. 61, cas 132).

4 Louis Binz distingue trois niveaux de concubinage selon les degrés de la fama : notatus, suspectus, diffamatus, Vie religieuse et réforme ecclésiastique dans le diocèse de Genève pendant le Grand Schisme et la crise conciliaire, 1378-1420, Genève, Alex. Julien, 1973.

5 Dans la province ecclésiastique de Suède, seuls les textes normatifs, les statuts synodaux et la législation ecclésiastique insérée aux codes de lois séculières dans des sections spéciales éclairent quelque peu la question. Pour cerner la pratique, il n’existe pas de registres d’officialités, puisque ces tribunaux sont absents de Suède, et le nombre de comptes rendus de visites pastorales ou de pièces judiciaires conservés est infime.

6 Original : RA, perg. 05.06.1411. Édité dans Svenskt diplomatarium från och med år 1401, éd. Carl Silfverstolpe, 4 vol., Stockholm, Norstedt, 1879-1904, II, no 1426 ; plus récemment, dans Röster från svensk medeltid. Latinska texter I original och översättning, Hans Aili, Olle Ferm, Helmer Gustavson réd., Stockholm, Natur och Kultur, 1990, p. 22-35. Consultable en ligne : Svenskt Diplomatarium huvud kartotek (SDHK), http://sok.riksarkivet.se/sdhk, no 17654.

7 SDHK, no 17479. Pour l’analyse du déroulement de l’affaire, voir Élisabeth Mornet, « Le crime du chanoine. Observations sur une procédure criminelle en Suède au début du xve siècle », dans Un Moyen Âge pour aujourd’hui. Mélanges offerts à Claude Gauvard, Julie Claustre, Olivier Mattéoni et Nicolas Offenstadt (dir.), Paris, PUF, 2010, p. 478-486. L’affaire est aussi décrite par Bertil Nilsson, « The Lars Vit case : a fragmentary example of Swedish ecclesiastical legal practice and sexual mentality at the beginning of the fifteenth century », dans Medieval Christianity in the North. New Studies, Kirsi Salonen, Kurt Villads Jensen, Torstein Jørgensen (éd.), Turnhout, Brepols, 2013, p. 237-262.

8 SDHK, no 17654. Une traduction partielle en français de l’instrument notarié est proposée en annexe.

9 Voir la démonstration de Didier Lett, Un procès en canonisation au Moyen Âge. Essai d’histoire sociale, Paris, PUF, 2008, notamment p. 257-270.

10 Jacques Toussaert, Le sentiment religieux en Flandres à la fin du Moyen Âge, Paris, Plon, 1963, p. 571. L’âge de la concubine n’est d’ailleurs pas rédhibitoire, comme dans le cas de ce curé qui tint en concubinage quandam mulierem, licet nunc antiquam, cum qua tamen alias rem habuit carnalem sicque merito quo ad eum suspectam reputandam (Cambrai, 21 novembre 1444, Registres de sentences de l’officialité de Cambrai…, op. cit., I, p. 340, cas 601).

11 Par exemple à Paris, Archives nationales (abrégées AN), JJ 160, pièce 356, mai 1406, lettre de rémission adressée au prévôt de Paris. Autre exemple à Cambrai, 8 mai 1445, Registres de sentences de l’officialité de Cambrai…, op. cit., I, p. 395, cas 691. Voir Jacques Rossiaud, La prostitution médiévale, Paris, Flammarion, 1988, p. 42-43.

12 Didier Lett, Hommes et femmes au Moyen Âge : histoire du genre xiie-xve siècle, Paris, A. Colin, 2013, p. 202 ; Caroline Jeanne, « Les veuves à Paris à la fin du Moyen Âge », Genre et Histoire, 2008. En ligne : http ://genrehistoire. revues. org/313.

13 D’après Christelle Walravens, L’officialité épiscopale de Troyes à la fin du Moyen Âge (1390-1500), thèse de l’École nationale des chartes, 1995, dactylographiée, t. 2, p. 194.

14 Les controverses à ce sujet sont nombreuses en droit canonique, mais elles n’ont guère d’écho dans les actes de la pratique, voir Robert Genestal, Le privilegium fori en France du Décret de Gratien à la fin du xive siècle, 2 vol., Paris, Éd. Ernest Leroux, 1921, I, notamment p. 76-78.

15 AN, JJ 143, pièce 171, septembre 1392, lettre de rémission adressée au bailli de Chartres.

16 Cambrai, 25 août 1442, Registres de sentences de l’officialité de Cambrai…, op. cit., I, p. 149-150, cas 298 : tunc virginem a nemine diffamatam, stuprasse, deflorasse ac pluries postmodum, usque ad unius prolis feminei sexus procreationem inclusive, fornicario coitu eandem carnaliter cognovisse.

17 Emmanuel Le Roy Ladurie, Montaillou, village occitan, Paris, Gallimard, 1975, p. 224.

18 AN, JJ 160, pièce 440, août 1406, lettre de rémission adressée au prévôt de Paris.

19 AN JJ 155, pièce 264, novembre 1400, lettre de rémission adressée au bailli de Touraine.

20 Cambrai, 31 octobre 1444, Registres de sentences de l’officialité de Cambrai… op. cit., I, p. 324, cas 573.

21 AN X2a 14, fol. 144v, novembre 1403.

22 AN JJ 133, pièce 10, juillet 1388, lettre de rémission adressée au prévôt de Paris.

23 « Vit » (« Hvit » dans la graphie ancienne) n’est pas un nom de famille, mais un surnom. Il peut être traduit par « Blanc ». Référence à ses armoiries ? Son sceau, classiquement ecclésiastique, portait un lys, mais celui de son frère, Nils Svensson, curé de Gränna, était frappé de deux chevrons, figure héraldique portée par plusieurs familles nobles suédoises. SDHK, no 17500.

24 Pour le détail des références documentaires, voir Mornet, « Le crime du chanoine… », art. cité, p. 478-480. Säby comptait parmi les plus riches paroisses du diocèse de Linköping. Herman Schück, Ecclesia Lincopensis. Studier om Linköpingskyrkan under medeltiden och Gustav Vasa, Stockholm, Almquist & Wicksell, 1960, p. 180, p. 446-447.

25 Il est inscrit sur la matricule des juristes en 1397, Anton Dittrich et Anton Spirk, Monumenta Historica Universitatis Carolo-Ferdinandeae Pragensis, Prague, Typis Joan. Spurny, 1830-1834, II, p. 149.

26 Le concile provincial d’Uppsala de 1368 réitérait fermement la condamnation de tous ceux qui prêchaient en ce sens : Quarto dampnamus et reprobamus omnes illos tamquam fidei catholice proditores qui dicunt simplicem fornicationem non esse peccatum mortale. Le statut condamnait aussi comme hérétiques ceux qui niaient l’existence de l’enfer et en concluaient que l’on pouvait pécher sans être châtié, SDHK, no 9344.

27 SDHK, no 17479. Il s’agit sans doute de Karin, la seconde concubine, dont la mort a déclenché la connaissance de l’affaire. Cf. le texte en annexe.

28 Il n’était pas accusé précisément de viol (raptus), bien que la sentence de l’évêque ait assimilé la défloration à une rupture de l’edsöre (la paix du roi), qui s’appliquait au rapt et au viol dans les lois séculières suédoises. Voir Christine Ekholst, A Punishment for Each Criminal. Gender and Crime in Swedish Medieval Law, Leyde, Brill, 2014 ; Mornet, « Le crime du chanoine… », art. cité, p. 482 et n. 5.

29 Comparer avec les déviances de prêtres mexicains analysées par Alessandro Stella pour l’époque moderne : « Peut-on imaginer l’immense pouvoir de séduction que pouvait exercer un homme mûr, religieux, confesseur, investi de l’autorité divine face à une jeune fille à peine éclose à la vie ? », Le Prêtre et le sexe. Les révélations des procès de l’Inquisition, Bruxelles, A. Versaille, 2009, p. 173.

30 Ingegerd le désigne par son prénom et par son patronyme. Il a donc une certaine visibilité sociale, davantage que Mårten, le mari de Karin, serviteur de Lars Vit.

31 Il est rare en latin médiéval. Voir Du Cange et al., Glossarium mediae et infimae latinitatis, éd. augm., Niort, L. Favre, 1883-1887, VI, col. 522B. Ingegerd aurait été plus qu’une simple servante (ancilla). Le terme suggère qu’elle dirigeait la maison du chanoine-curé, qui menait sans doute grand train de vie.

32 Par exemple, Véronique Beaulande, L’officialité de Châlons-en-Champagne à la fin du xve siècle d’après son registre des causes (1471-1475), mémoire de maîtrise, Reims, 1993, dactylographié, p. 246 : habuit secum ancillam sibi servientem, sed negat cum ea cubet de presenti, maxime a tempore quo perperit quemdem parvum filium quem mitat (AD de la Marne G 921, fol. 94) ; autre exemple ibid., fol. 47v. Également, lors de la visite de l’official de Cérisy en Normandie à Littry, le 22 mai 1374 : dominus G [uillermus]. le Deen, presbiter, ancillam suam tenet vulgariter (« Le registre de l’officialité de l’abbaye de Cerisy, 1314-1457 », éd. par Gustave Dupont et Léopold Delisle, dans Mémoires de la Société des antiquaires de Normandie, 30, Caen-Rouen, F. Le Blanc-Hardel, 1880, p. 271-662, no 298). Ou encore à Introd, en Val d’Aoste, en 1389-1390 : Recepit a Johanneta ancilla domini Petri Furni, curati de Intro, quia inculpabatur adulterium comisisse cum eodem curato (Prisca Lehmann, La Répression des délits sexuels dans les États savoyards. Châtellenies des diocèses d’Aoste, Sion et Turin, fin xiiie-xve siècle, Lausanne, université de Lausanne, 2006, p. 209).

33 […] sicut famatur, quia non solum in parochia Sæby sed eciam in multis partibus Osgocie communiter dicitur, quod dominus Laurencius, cui multis annis seruierat, ex ea filios seu filias procrearat, ad que ipsa respondit, […]. Ego seruiui domino Laurencio de Seby, plebano (SDHK, no 17654, et annexe).

34 Il s’agit ici encore de la transcription latine : quel terme en vernaculaire Ingegerd a-t-elle utilisé ? Frilla, qui désigne une femme vivant avec un homme sans être mariée avec lui ? Ou bien älskarinna, la maîtresse (littéralement la « bien-aimée ») ?

35 […] donec Martinus suus legittimus redierit (SDHK, no 17654, et déposition de la sage-femme en annexe).

36 Cas cité supra, note 32.

37 SDHK, no 17654, déposition de Peter Källarson.

38 Qui merito tamquam eorundem coniugum curatus et pater spiritualis eosdem conjuges suos parrochianos in pace et bona tranquillitate confovere debuisset et deberet (Cambrai, 9 mars 1443, Registres de sentences de l’officialité de Cambrai…, op. cit., I, p. 233).

39 Ibid., p. 540-541.

40 « Le registre de l’officialité de l’abbaye de Cerisy », op. cit., no 292-293.

41 Cambrai, 26 mai 1453, Registres de sentences de l’officialité de Cambrai…, op. cit., II, p. 830, cas 1440. Autre cas, Cambrai, 31 juillet 1445, ibid., I, p. 436, cas 756.

42 Cas cité n. 10.

43 Par exemple, Cambrai, 26 septembre 1444, ibid., p. 301, cas 536.

44 Ibid., p. 262, cas 483. Également, le curé de Littry, ainsi que sa concubine, a été poursuivi à plusieurs reprises, entre 1332 et 1346, quod tenet filiam a l’Aloier ut sua esset sponsa, et de ea habuit unum puerum (« Le registre de l’officialité de l’abbaye de Cerisy », op. cit., nos 153b, 155, 167d, 209b, 228a-b).

45 La dilectio, selon Isidore de Séville, implique l’affection et l’estime nées d’une « élection » ; l’amour charnel ressort de l’amor, Étymologies, VIII, 2, 6-7.

46 En 1399, en Dauphiné : Prefatus curatus ad instantiam multorum est excomunicatus et celebrat et per consequens irregularis, eciam est concubinarius nec redditus ecclesie sue sufficiant ad sustantationem puerorum suorum (C.-U.-J. Chevalier, Visites pastorales et ordinations des évêques de Grenoble de la maison de Chissé (14e-15e siècles), Lyon, A. Brun, 1874, p. 85). Plusieurs exemples d’« honnêtes pères de famille » cités par Pierre Dubuis, dont un prêtre valaisan qui dote en 1496 ses quatre bâtards, « Le prêtre et sa famille en Valais à la fin du Moyen Âge. Quelques remarques », Zeitschrift für schweizerische Kirchengeschichte/Revue d’histoire ecclésiastique suisse, 89, 1995, p. 89-98.

47 Bernhard Schimmelpfennig, « Ex fornicatione nati : studies on the position of priests’sons from the twelfth to the fourteenth century », Studies in Medieval and Renaissance History, nouv. série, 2, 1980, p. 3-50, estime qu’au début du xive siècle 10 à 15 % des membres du clergé étaient fils de prêtres. Parmi les 453 affaires suédoises traitées de 1410 à 1526 à la Pénitencerie apostolique, ont été relevés quatre cas d’incontinence sexuelle concernant des prêtres : deux mentionnent la présence d’enfants, Auctoritate papae : The Church Province of Uppsala and the Apostolic Penitentiary, 1410-1526, éd. Sara Risberg, Stockholm, National Archives of Sweden, 2008, no 95, 382 ; en revanche, 70 % des 117 suppliques pour naissance illégitime émanent de fils de prêtre (dont deux frères).

48 Les exemples sont nombreux dans le cadre de l’officialité de Cambrai, tel celui-ci : un clerc, Arnoul, après avoir débauché Catherine Daens en la tenant chez lui comme concubine, a aussi débauché sa sœur, Élisabeth, femme mariée, dont il aurait eu un enfant. Cet enfant a eu pour marraine Catherine, ce qui, comme chef d’accusation, ajoute l’inceste aux relations charnelles et au concubinage… Sans compter qu’Arnoul a débauché d’autres femmes de la paroisse ! Cambrai, 20 octobre 1442, Registres de sentences de l’officialité de Cambrai…, op. cit., I, p. 189-190, cas 363.

49 Le Registre d’inquisition de Jacques Fournier, évêque de Pamiers (1318-1325), éd. Jean Duvernoy, Toulouse, E. Privat, 1965, I, p. 299-300.

50 Cambrai, 20 octobre 1442, Registres de sentences de l’officialité de Cambrai…, op. cit., I, p. 186, cas 357.

51 Cambrai, 24 octobre 1444, ibid., p. 319-20, cas 564.

52 Cambrai, 20 février 1445, ibid., p. 369, cas 650.

53 Cambrai, 20 mars 1445, ibid., p. 381-82, cas 667.

54 En 1280, l’évêque de Växjö a connu charnellement quasdam mulierculas, […] luciam uidelicet et ingigerdam solutas. Ceciliam uero ketilø et Ingridam mariatas (SDHK, no 1130).

55 Auctoritate papae : The Church Province of Uppsala, op. cit., no 1 et 2 (1410), et passim. De même on trouve : de soluto et soluta genito, ibid., no 38 (1451).

56 Selon Mary A. Kelleher, il s’agit d’« une femme adulte qui n’a jamais été mariée ou n’a pas de projet immédiat de se marier ou d’entrer en religion », The Measure of Woman : Law and Female Identity in the Crown of Aragon, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 2010, p. 98 et suiv. En l’absence d’étude suédoise ciblée sur la mulier soluta au Moyen Âge, voir Ekholst, A Punishment for Each Criminal…, op. cit., passim.

57 Voir la traduction en annexe.

58 SDHK, no 17654 et texte en annexe. Il prétend ne rien savoir de cette affaire !

59 D’après certains témoins, Mårten se serait réconcilié après la mort de Karin avec Lars Vit « grâce à plusieurs cadeaux ». Le prix du silence ? SDHK, no 17654.

60 Dans les statuts de la province de Troyes édictés en 1374 par Jean Braque, le concubinage est l’objet du premier article, repris par la suite en 1427 par Jean Léguisé. Les ecclésiastiques ne doivent pas tenir sous leur toit une autre femme que leur mère ou leur sœur, sous peine d’excommunication, AD Aube, G 28, fol. 23v-27 : précepte De vita et honestate presbiterorum.

61 AD Aube, G 1344, fol. 359v, 362, cité par Walravens, t. 2, p. 126.

62 Nicole Lemaitre, Le Rouergue flamboyant. Clergé et paroisses du diocèse de Rodez (1417-1563), Paris, Éditions du Cerf, 1988, p. 177-179.

63 Par exemple dans l’archidiaconé de Paris, Léon Pommeray, L’officialité archidiaconale de Paris aux xive-xvie siècles. Sa composition et sa compétence criminelle, Paris, Sirey, 1933, p. 224. Sur la violence reprochée aux clercs par la justice royale française, Gauvard, « De grace especial », op. cit., p. 395.

64 AD Aube, G 4183, fol. 183v-184v, cité par Walravens, op. cit., t. 2, p. 95. Dans l’officialité de Cambrai, les peines de prison sanctionnent des délits graves, tel les vols sacrilèges, mais non le seul concubinage des prêtres.

65 Voir le procès du charpentier du roi, en 1379, qui est sévèrement puni pour blessures alors que son adversaire, le chantre de la Sainte-Chapelle, suspecté d’adultère, n’est pas poursuivi : transcrit par Louis de Carbonnières, La procédure devant la chambre criminelle du Parlement de Paris au xive siècle, Paris, Honoré Champion, 2004, p. 682-691.

66 Mia Korpiola, « Mariage and Concubinage in Scandinavia », dans Women and Gender in Medieval Europe. An Encyclopedia, Margaret Schaus (dir.), New York/Londres, Routledge, 2006, p. 523-524 ; ead., Between Betrothal and Bedding. Marriage Formation in Sweden, ca. 1200-1600, Leyde/Boston, Brill, 2009.

67 Voir à ce sujet Martine Charageat, La délinquance matrimoniale. Couples en conflit et justice en Aragon (xve-xvie siècle), Paris, Publications de la Sorbonne, 2011, p. 128 et suiv. Il semble même avoir existé des contrats entre un prêtre et sa concubine, à l’instar de celui passé à Lérida entre le prêtre Berthomieu Amilhac et Béatrice de Planissoles, Le registre d’inquisition…, éd. cit., I, p. 253.

68 Lizzie Karlsson, Jag giver dig min dotter : trolovning och äktenskap i den svenska kvinnans äldre historia, I., Stockholm, Institut för rättshistorisk förskning, 1965, p. 231-232 ; Korpiola, Between Betrothal and Bedding, op. cit., p. 229 et suiv. ; Ekholst, A Punishment for Each Criminal…, op. cit., p. 155 et suiv.

69 AN JJ 118, pièce 49, novembre 1380, lettre de rémission adressée au bailli de Sens et d’Auxerre.

70 Cambrai, 31 juillet 1445, Registres de sentences, op. cit., I, p. 435, cas 756 ; nombreux autres cas, en particulier ibid., 3 novembre 1442, cas 377 : pro eo quod contra pudicitiam et honestatem ac ordinem sacerdotalem et potissime curatos in respectu ad suas parrochianas filiasque spirituales condecentem cum certis mulieribus, suis filiabus spiritualibus et parrochianis […].

71 C’est le cas de Perrote dans le diocèse de Troyes en 1455 : alors qu’elle a déjà reçu une monition pour concubinage avec un prêtre, elle est mise en procès et finalement condamnée à une amende de 100 sous, réduite à 20 sous et une livre de cire, AD Aube, G 4173, fol. 59 et 64v, transcrit par Walravens, op. cit., t. 3, p. 326, cas 76.

72 Ibid., G 4170, fol. 66v, transcrit par Walravens, op. cit., t. 3, p. 270 : le divorce entre les époux est prononcé, avec séparation des biens selon la coutume du lieu.

73 Cambrai, 6 février 1445, Registres de sentences, op. cit., I, p. 363-64, cas 640. Le curé a même veillé aux intérêts de sa concubine et de ses enfants en leur achetant des parcelles de terre qu’il entretient comme un autre laboureur.

74 AD Aube G 4173, fol. 18, 103, 135, 141v, 146v, 153v, 160v, transcrit par Walravens, op. cit., t. 3, p. 326-328, cas 76.

75 Ibid., fol. 155v, 159v, transcrit ibid., p. 334-335, cas 79. En Suède, c’est aussi la négligence de dom Lars dans l’administration des sacrements, au moins autant que ses mœurs dissolues, qui a provoqué « une haine si implacable qu’elle ne peut être apaisée » de la part de ses paroissiens, et a conduit ceux-ci à déposer plainte contre lui devant l’évêque, SDHK, no 17479. Voir Mornet, « Le crime du chanoine… », art. cité, p. 480 et 485-486.

76 Charageat, La délinquance matrimoniale…, op. cit., notamment p. 171 et suiv. En Val d’Aoste également : voir le cas cité n. 32.

© Éditions de la Sorbonne, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540