Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Figures de l'autorité médiévale

 | 
Pierre Chastang
, 
Patrick Henriet
, 
Claire Soussen

Troisième partie. Autorité

« Et je vous enlisterai. »

Conflit politique et pouvoir de l’écrit à Montpellier au début du xive siècle

Pierre Chastang

Note de l’éditeur

Cet article s’inscrit dans un projet de recherche interdisciplinaire financé par l’ANR et consacré au POuvoir des LIstes au Moyen Âge (POLIMA).

Texte intégral

  • 2 Michel Zimmermann, « “Et je t’empouvoirrai” (Potestativum te farei) : À propos des relations entre (...)

1C’est dans la perception aiguë et sensible de la langue des actes du Moyen Âge que Michel Zimmermann a construit son travail de médiéviste. Il nous a appris à en sentir la texture, l’épaisseur et parfois la rugosité, à discerner les tensions et les résistances qui en font l’histoire, à saisir une Babel médiévale où le monde, jusque dans ses domaines les plus communs, s’invente par la créativité, le surgissement et le pouvoir de la langue. Dans les travaux de Michel Zimmermann, les xe-xiie siècles font figure de moment où l’écriture des actes, émancipée des carcans hérités du haut Moyen Âge, s’ajuste à la nouveauté des formes culturelles, sociales et politiques, battant en brèche la vision d’un Moyen Âge soumis à la répétition, rétif au changement, figé par l’autorité du précédent. Une fécondité de l’écriture qui produit des innovations lexicographiques et syntaxiques, que les médiévistes ont longtemps jugées incongrues, ce qui en dit plus long sur notre attrait pour la forme stable et éprouvée que sur l’état de la langue et de la culture scripturale au Moyen Âge. En 1986, mettant ses pas dans les traces des scribes catalans, Michel Zimmermann intitulait l’un de ses articles : « “Et je t’empouvoirrai” (Potestativum te farei)2 » calquant ses propres mots sur la puissance créatrice des rédacteurs de serments de fidélité qui, afin d’ajuster l’écriture au rituel et de consigner au sein même de l’acte la polyphonie des discours et des voix, accolaient au vieil adjectif du latin classique, dérivé de la notion de potestas, un verbe en roman, donnant à la fides du jureur la forme d’une parole qui est aussi un engagement devant le seigneur. Il appartient au médiéviste de trouver les moyens de restituer dans la forme de son discours la consistance des mots et des écrits sur lesquels il travaille et, m’autorisant du néologisme forgé naguère par Michel Zimmermann, je propose, en forme d’hommage, d’analyser un singulier dossier du début du XIVe siècle dans lequel se révèle le pouvoir politique attaché à l’« enlistement » des personnes.

Les temps d’un conflit

  • 3 Sur Bernard Sabors, voir Jan Rogozinski, Power, Caste and Law. Social Conflict in xivth Century Mon (...)
  • 4 Arch. mun. de Montpellier, Grand chartrier, Arm. C, cassette 21, Louvet no 1584 (5 septembre 1316), (...)

2Le dimanche 19 avril 1327, Bernard Sabors, conseiller juridique du consulat de Montpellier et juriste réputé3, présente à la communauté urbaine (populus) convoquée en parlement les points successifs de l’ordre du jour de la réunion. Le gouvernement de la ville a reçu une lettre du roi de France concernant, entre autres choses, un conflit sur le vin né quelques années auparavant. En septembre 1316, un statut consulaire réglementant l’entrée du vin dans la ville afin de favoriser les producteurs locaux avait été promulgué, puis rapidement confirmé par le futur Philippe V alors régent de France4. Cette prescription des autorités de la ville avait depuis lors suscité des protestations de la part des étudiants de l’université qui y voyaient une atteinte à leurs privilèges. Lors du parlement du 19 avril, Bernard Sabors rappelle que le roi de France a confirmé par lettres patentes l’interdiction d’importer du vin, tout en ajoutant :

  • 5 Arch. mun. de Montpellier, Greffe de la maison consulaire, Joffre no 128 (document édité dans Cartu (...)

Les étudiants de Montpellier ont obtenu, de la part de notre seigneur le roi de France, une autre lettre stipulant que lesdits étudiants peuvent importer du vin, le produit des vendanges et des raisins dans la ville de Montpellier, pour leur besoin, celui de leurs familles et des bedeaux5.

  • 6 Ibid. : Et essent in recessu, surrexit magister Bremundus Grimaudi et locutus fuit, ut dicitur, de (...)
  • 7 Je me permets, au sujet des populaires, de renvoyer à Pierre Chastang, La ville, le gouvernement et (...)
  • 8 Arch. mun. de Montpellier, Greffe de la maison consulaire, Joffre no 128 : […] quod dictus magister (...)
  • 9 Ibid. : […] et inde de predictis fieri fecerat aliqua instrumenta.

3Il demande alors au peuple rassemblé s’il souhaite que le désaccord avec les étudiants soit porté devant la cour du roi de France. Un assentiment à la solution proposée par le conseiller est donné par l’assemblée mais, alors que les présents étaient sur le départ, une parole subreptice vient briser la routine de la fin de séance6. Portée par un leader des populaires, Bremond Grimaudi7, cette parole concerne la question du prix de la mouture des céréales. Ce dernier propose à l’assemblée que l’on en revienne à l’état antérieur de deux deniers et une obole pour chaque mouture de cinq setiers de céréales8, le montant de la taxe ayant été porté à dix deniers. La proposition cause un grand désordre. Il semble qu’immédiatement après son intervention, Bremond Grimaudi ait demandé que l’on fasse rédiger sur-le-champ les instruments nécessaires pour acter la prise de décision de l’assemblée à ce sujet9. Une chose est certaine : l’universitas est divisée et le tumulte empêche toute décision d’être actée.

  • 10 Arch. mun. de Monpellier, Grand chartrier, Arm. D, cassette 22, Louvet no 1968 : […] dominus Petrus (...)
  • 11 Ibid. : […] ad expensas prosequtionum diversorum negociorum domus dicti consulatus.
  • 12 Ibid. : […] quibus sic peractis, prenominati requisiverunt dictos dominos consules ut cloquare fier (...)

4Le jeudi suivant, le 23 avril 1327, le conseil de la ville est convoqué à l’hôtel consulaire pour trancher la question fiscale pendante et permettre à l’universitas, par le biais de ses représentants, de délibérer dans la quiétude d’une assemblée qui comptait ce jour-là soixante-dix-huit présents, dont les noms ont été consignés10. La domination des métiers majeurs de la ville laisse peu de doute sur l’issue attendue du conseil. La question du prélèvement fiscal est abordée comme premier point à l’ordre du jour et les présents acceptent l’augmentation, arguant que les revenus recueillis sont nécessaires à l’acquittement des frais induits par les affaires consulaires en cours11. Surtout, et l’on touche ici à l’essentiel, les présents disent leur peur que le refus de cette augmentation de l’impôt indirect sur la mouture du blé ne contraigne les consuls à décider de la levée d’une taille, ce qui serait à leurs yeux bien plus dommageable (dampnosum), l’assiette de l’impôt direct leur étant défavorable. Ils reconnaissent cependant que lors de l’assemblée du 19 avril la demande de Bremond Grimaudi avait recueilli l’assentiment de la majorité des présents. Sans que l’on connaisse la cause de ce revirement, ils s’y déclarent désormais opposés, mais demandent toutefois aux consuls de convoquer un parlement (universitas hominum ville Montispessulani) au son des cloches de Notre-Dame des Tables12, comme de coutume lorsqu’il s’agit de délibérer sur des questions générales touchant la ville.

  • 13 Anobli en 1330 (Arch. mun. de Montpellier, AA 9 [Petit thalamus], fol. 88), il apparaît comme bayle (...)
  • 14 Arch. mun. de Montpellier, Greffe de la maison consulaire, Joffre no 128 : […] syndicario nomine, u (...)
  • 15 Ibid. : […] illi qui voluerint se tenere vobiscum scribantur statim et nomina illorum in exitu huju (...)
  • 16 Ibid. : […] et nomina illorum qui vobis contradicent similiter scribantur.

5Tous les consuls sont présents à ce parlement convoqué dans la continuité du conseil, à l’exception de Guilhem de Puteo, nommé bayle de la ville quelques années plus tard13, sans doute retenu ce jour-là par une autre affaire. Les syndics du consulat et de l’universitas sont également présents. Les points successifs de l’ordre du jour sont abordés par Bernard Sabors qui avait déjà officié le dimanche précédent. Au nom du consulat, ce dernier en vient à demander à la communauté urbaine assemblée, si elle souhaite le maintien du niveau actuel de prélèvement sur la mouture du blé, ou si elle désire le retour à la situation antérieure. La majorité (maxima pars populi) semble favorable au statu quo fiscal, mais Jean de Fraxino, qui se présente comme parlant au nom du syndic des populaires14 et quelques autres personnes, préfèrent que l’on en revienne au prélèvement antérieur. Cette contestation entraîne une réaction de Bernard Sabors qui demande aux soutiens de Jean de Fraxino de se tenir à ses côtés, afin que l’on puisse les enregistrer lorsqu’ils quitteront la maison consulaire15. Seront de même enregistrés les noms de ceux qui, favorables au maintien du prélèvement actuel, se rangent du côté du pouvoir consulaire16. Jean de Fraxino s’oppose catégoriquement à cette décision. Mais les consuls passent outre ce refus et, quoique le travail soit rendu difficile par le départ impétueux des populaires, le notaire Jean Bruni, posté à la porte de l’hôtel de ville, tente d’inscrire les noms des présents à ce parlement réuni dans la grande salle.

Le recours à l’écriture : dire, enregistrer et contraindre

6Les péripéties du 19 et du 23 avril sont connues grâce à deux instruments publics, conservés dans les archives du consulat, le premier sous la cote Joffre 128, le second sous la cote Louvet 1968. Datés l’un comme l’autre du jeudi 23 avril 1327, ils résultent du grossoiement de trois minutes notariales enregistrées indépendamment dans des minutiers.

  • 17 Arch. mun. de Montpellier, Greffe de la maison consulaire, Joffre no 128 : Acta sunt hec in solerio (...)
  • 18 Ibid. : Acta in dicta janua.

7Le premier instrument a été rédigé par Guilhem Salvatoris, clerc de Jean Bruni, « notaire du roi de France dans tout le royaume de France et de Navarre » à partir de deux minutes rédigées à la demande de Bernard Sabors durant le parlement du 23 avril. La première qui rapporte dans un style alerte la teneur des débats a été écrite durant la réunion au premier étage de l’hôtel du consulat17, la seconde, consignée à la porte de l’édifice, contient la liste des personnes présentes ayant accepté de décliner leur identité18. Tout indique que l’écriture de la première minute ne s’est pas faite uniquement sur le vif et que le brouillard, probablement rédigé dans le feu de l’action, a été l’objet d’une révision. Si certaines paroles sont rapportées en style direct, le notaire prend toujours la précaution de les flanquer de la locution : talia verba vel similia in effectu qui témoigne d’un travail de formalisation de l’écriture intervenu après coup. Le parlement tenu le dimanche 19 avril n’est connu que par le récit qu’en fait Bernard Sabors lors de l’assemblée du 23, lorsqu’il rappelle de manière opportune aux montpelliérains assemblés les événements survenus quelques jours auparavant.

  • 19 Sur cette fonction, voir Pierre Chastang, La ville, le gouvernement et l’écrit à Montpellier…, p. 9 (...)

8Le deuxième instrument – coté Louvet 1968 – est plus classique dans sa facture. Il contient le compte rendu de la réunion du conseil du 23 avril précédant la convocation du parlement. Il résulte d’une unique minute rédigée par le notaire Raimond Bichoni, puis grossoyée par le notaire Pierre Cardinalis. Outre Raimond, trois autres notaires publics ont souscrit l’acte, dont Simon de Tornaforti qui était à cette date notaire du consulat, en charge par conséquent de la production des documents liés à la gestion administrative de la ville19.

9Lors de cette affaire, le pouvoir performatif de l’écrit est utilisé par le consulat comme un outil politique qui permet de discipliner le chaos des débats et de lever l’ambiguïté de la parole antagoniste. Il ne s’agit pas simplement de réduire, comme dans l’écriture ordinaire des délibérations du conseil, la diversité des consilia en une reformatio qui transcrive dans l’action ou dans la norme la volonté de la communauté politique assemblée. Le pouvoir performatif attaché à l’écrit, que la répétition de procédures administratives liées au gouvernement de la ville finit par occulter, ressurgit à la faveur du conflit. Le dimanche 19 avril comme le jeudi suivant, Bernard Sabors présente ses demandes d’enregistrement écrit formulées auprès des notaires comme une conséquence du chaos qui régnait dans l’hôtel du consulat après l’intervention du leader des populaires et comme une garantie du respect des procédures de délibération collective. C’est dans ce cadre qu’il tente d’inscrire sa demande de mise en liste des « partisans » des populaires formulée pour la première fois le dimanche 19 avril. Confronté à la confusion et sentant sans doute que la situation lui échappe, Bernard Sabors apostrophe Jean Castelli, notaire, qui était semble-t-il venu sur la demande de Bremond Grimaudi, et lui ordonne d’enregistrer dans son minutier les noms des personnes favorables à la requête portée par Bremond. La demande est rapportée en style direct :

  • 20 Ibid. : Requiro vos, sub virtute vestri prestiti juramenti, ut in instrumento vestro apponatis nume (...)

Je vous donne l’ordre, par la vertu du serment que vous avez prêté [pour être notaire], d’enregistrer dans votre instrument (public) le nombre et les noms de tous ceux qui ont approuvé les paroles de maître Bremond Grimaudi et je déclare que messeigneurs consuls n’y ont pas consenti20.

10On ne sait pas si Jean Castelli s’est exécuté ; aucune trace ne demeure de cette mise en liste sous contrainte. Tout laisse cependant penser que le notaire n’a pas répondu favorablement à la demande comminatoire du conseiller juridique du consulat.

11Lors du parlement du 23 avril, récidivant dans sa volonté de disposer des noms des populaires, il demande au notaire Jean Bruni de se poster à la porte de l’hôtel de ville pour dresser la liste de ceux qui approuvent le maintien du prélèvement indirect à son niveau actuel et de ceux qui demandent le retour à la situation antérieure.

Pouvoirs de la liste

  • 21 Jack Goody, La raison graphique. La domestication de la pensée sauvage, Paris, Éditions de Minuit, (...)

12Dans un célèbre passage de La raison graphique21, Jack Goody analyse le lien étroit qui unit la liste au développement de l’écriture et propose une caractérisation des pouvoirs qui résultent du rassemblement et de l’enregistrement écrit d’une série d’objets ou de personnes. La thèse principale de l’auteur est que la liste produit des discontinuités, dessine des limites internes et externes qui ont pour conséquences de « rend[re] les catégories plus visibles et en même temps plus abstraites ». Dans le cas qui nous retient, la mise en liste contraint effectivement les personnes présentes dans l’assemblée à se ranger de manière homogène dans deux groupes dont la distinction repose sur une opposition binaire entre ceux qui approuvent et ceux qui réprouvent. Face aux choix des personnes, la rigueur de la catégorisation, figée dans l’enregistrement notarié de leurs noms, apparaît comme une violence exercée par le gouvernement en place. Elle procède qui plus est à une assimilation tacite de ceux qui récusent la hausse des impôts indirects au groupe politique des populaires.

  • 22 Ibid. : […] dixit etiam quod fuerunt aliqui sex vel septem vel octo ad plus de populo et responderu (...)
  • 23 Ibid. : […] nescit tamen dictus assessor super quibus dicebant : “Hoc, hoc”, cum non possent plene (...)

13Tout l’artifice argumentatif de Bernard Sabors repose sur un déni explicite de ce glissement concernant la signification de la réduction de l’universitas en deux catégories nettes et opposées, alors même qu’il en attend une diminution significative du nombre de personnes acceptant d’être enregistrées dans le groupe des populaires. Le conseiller juridique présente ainsi toujours son action comme garante du bon fonctionnement des instances délibératives de la ville. Le dimanche 19 avril, il fait de sa première demande de mise en liste des opposants une simple conséquence du tumulte de l’assemblée qui l’aurait empêché de discerner le nombre des présents approuvant la proposition d’un retour à la situation fiscale antérieure22. Il s’agirait donc simplement de compter les voix pour établir une décision conforme à la volonté de l’assemblée. Mais – et cela paraît contradictoire –, Bernard Sabors affirme en même temps que les partisans des populaires auraient été moins d’une dizaine et que d’autre part, il n’avait pas saisi à quoi ils acquiesçaient, car il était impossible de comprendre précisément les mots prononcés23. Or nous savons que les soixante-dix-huit personnes présentes lors du conseil du 23 avril ont reconnu avoir été favorables, le dimanche précédent, à la proposition portée par Bremond Grimaudi. Il semble que la pression exercée par Bernard Sabors ait entretemps porté ses fruits.

  • 24 Jan Assmann, La mémoire culturelle. Écriture, souvenir et imaginaire politique dans les civilisatio (...)

14Il est difficile de déterminer si sa volonté de dresser une liste nominale des personnes était mue par le désir d’affaiblir le camp des populaires, en conférant une portée politique plus générale à un choix concernant une simple affaire de fiscalité, ou s’il a jusqu’au bout caressé le dessein de disposer d’un recensement complet des sympathisants du mouvement de contestation du pouvoir en place. Dans les deux cas, la stratégie mise en œuvre repose sur un fondement unique : le pouvoir de canonisation attaché à l’écriture, au sens où Jan Assmann définit cette notion. Elle qualifie la volonté de transformer, par la mise en liste, une position contingente en « instrument normatif qui non seulement constate ce qui est mais prescrit ce qui devrait être ». L’initiative du conseiller juridique vise à tracer une frontière au sein de l’universitas de la ville qui la divise en deux groupes dont la stabilité serait indépendante du contexte. Elle implique, au moins dans un premier temps, l’acceptation d’une stratégie d’affrontement. Comme le souligne Jan Assmann, « la frontière (horos), notion qu’[Herbert] Oppel place à juste titre au centre du champ sémantique de “canon” vise à établir ce schématisme qui préstructure les opérations possibles sur un mode binaire24 ».

15C’est précisément ce que récusent, le dimanche comme le jeudi suivant, les leaders des populaires et, à leur suite, une partie importante des personnes présentes dans les assemblées de la ville. Le premier refus est formulé par le notaire Jean Castelli qui ne semble pas avoir cédé à la demande de Bernard Sabors de dresser la liste des noms des personnes favorables à l’intervention du leader des populaires. Lors du deuxième parlement, Bernard Sabors déclare, dans une ultime intervention,

  • 25 Arch. mun. de Montpellier, Greffe de la maison consulaire, Joffre no 128 : […] illi qui voluerint s (...)

que ceux qui auront voulu se tenir à vos côtés soient enregistrés nominalement à la sortie de la maison consulaire et qu’aucun ne sorte tant qu’il n’a pas été enregistré, et que ceux qui s’opposent à vous soient également enregistrés25.

16Personne n’est dupe de cette déclaration de symétrie en trompe-l’œil. En tant que syndic des populaires, Jean de Fraxino s’y oppose logiquement. Au-delà de sa prise de position, tout indique que les présents ont cherché à échapper à cet enregistrement forcé, malgré la volonté farouche des consuls de faire appliquer la décision de Bernard Sabors. Le notaire Jean Bruni achève la première partie de son instrument – résultant de la première minute grossoyée – par un constat de demi-échec :

  • 26 Ibid. : Et nichilminus fecerunt scribi nomina illorum qui interfuerunt in dicta cloqua pro majori p (...)

Et néanmoins, ils ont fait écrire les noms de la majeure partie de ceux qui étaient présents à cette assemblée, dans la mesure où c’était possible ; cependant, les noms de tous n’ont pas pu être enregistrés, à cause de la fougue de ceux qui sortaient26.

17La longue liste qui résulte de cette tentative d’enregistrement des présents en deux groupes distincts constitue la dernière partie de l’acte du 23 avril instrumenté par Jean Bruni. On relève, dans le camp de ceux favorables au statu quo fiscal, quatre-vingt-six noms de personnes. L’ordre de l’enregistrement qui recoupe celui selon lequel les présents ont quitté la salle de réunion montre que les personnes ont souvent assisté au débat à côté d’individus exerçant la même profession. Comme on pouvait s’y attendre, ce sont pour la plupart les représentants des métiers majeurs, ayant le plus à craindre de la levée d’une taille, qui se sont rangés du côté du gouvernement consulaire et de son conseiller juridique.

Métiers

Nombre de personnes

Argenterius

3

Mercator

13

Macellarius

7

Peyrerius

1

Piperarius

4

Peyssonerius

4

Cederius

4

Ordearius

9

Ypothecator

3

Canabasserius

4

Pellicerius

3

Alberguerius

1

Corraterius

5

Notarius

4

Blanquerius

1

Campsor

2

Marcerius

4

Fusterius

4

Draperius

4

Deorator

1

Candelerius

1

Legum doctor

1

Burgensis

2

Sabaterius

1

Total

86

18Le groupe de ceux qui, favorables au retour à la situation antérieure – un prélèvement de deux deniers et une obole pour cinq setiers – ont consenti à livrer leur identité au notaire posté à la porte de l’hôtel de ville, apparaît bien maigre. Il ne regroupe que quatre personnes : Jean Vigani, Guilhem Martini, Jean Pros et Jean Martini. Les trois premiers exercent la profession inconnue de clertor, le dernier celle de marchand de volailles.

  • 27 Cf. Giuliano Milani, « Il governo delle liste nel comune di Bologna. Premesse e genesi di un libro (...)

19Il est difficile de savoir si la présence de leurs noms dans le document résulte d’une acceptation de leur part d’apparaître comme partisans des populaires, les menus métiers qu’ils exercent les prémunissant contre de possibles rétorsions politiques exercées par le pouvoir en place, ou s’ils n’ont pas saisi les enjeux implicites de cette mise en liste. Le refus d’enregistrement de la part des soutiens de la proposition défendue par le leader des populaires a en tout cas été massif. L’interprétation de cette défiance demeure malcommode. Elle résulte sans doute de la peur suscitée par l’usage ultérieur qui pourrait être fait de la liste dressée à l’occasion de ce parlement. Dans un article consacré à Bologne, Giuliano Milani a bien montré les usages politiques qui étaient faits des listes dressées par l’administration de la ville27, dessinant une continuité entre des formes d’assujettissement proto-bureaucratiques et des modes d’exercice de la violence politique. Mais il est également possible que l’opposition politique binaire introduite par les deux listes juxtaposées et l’effacement du contexte délibératif que leur mise par écrit ne manque pas d’engendrer, ont pu rebuter certains partisans du retour à un impôt indirect plus modéré à décliner leur identité. L’assimilation d’une position ponctuelle à l’orientation politique générale des populaires a pu leur paraître inacceptable et erronée.

  • 28 Arch. mun. de Montpellier, Arm. B, cassette 13, Louvet no 764.

20La manœuvre initiée par Bernard Sabors a porté ses fruits, dans la mesure où la perspective de la mise en liste a conduit une part importante de la communauté à renoncer à faire valoir sa position dans le débat fiscal à l’ordre du jour de ces deux parlements d’avril 1327. Mais elle n’a pas permis au consulat de disposer d’un document qui dessine les contours de l’aire d’influence des populaires. Ces derniers ne désarment pas pour s’opposer à l’alourdissement de la fiscalité urbaine. Dans les années qui suivent, la contestation se déplace vers le questionnement de la ratio du prélèvement et vers sa légalité en l’absence de son autorisation par les pouvoirs seigneuriaux supérieurs. On conserve ainsi, dans les archives de la ville, une requête non datée, émanant des populaires, qui demande que l’ordre du jour d’un parlement montpelliérain soit consacré à ces questions28. D’autre part, nos deux instruments publics témoignant des événements du 19 et du 23 avril 1327 sont mentionnés en 1338 comme faisant partie d’un dossier d’actes emporté en France par le juriste Benoît de Ruppefixa, accompagné du consul Arnaud Sabbateri, afin d’obtenir un arbitrage dans ce conflit fiscal :

  • 29 Ibid. no 768 : Primo, duo instrumenta super facto molegiorum continentia convocatione populi Montis (...)

Premièrement, deux instruments concernant les prélèvements sur la mouture des céréales, contenant la convocation de la communauté urbaine de Montpellier et les noms de ceux qui voulaient que ce prélèvement soit de 10 deniers et les noms de ceux qui s’y opposaient, l’un d’eux rédigé par Raimond Bichia [sic] notaire royal au mois d’avril 1327, l’autre écrit le même jour par maître Jean Bruni, notaire royal29.

21Les instruments publics ont alors changé de statut : ils sont devenus les pièces d’un conflit qui a contribué au renforcement du pouvoir royal français sur la ville de Montpellier.

  • 30 Cf. John L. Austin, Quand dire c’est faire, Paris, Seuil, 1970 [1962].

22La forte tension politique qui accompagne les événements d’avril 1327 conduit les acteurs à percevoir le pouvoir performatif de l’acte d’écriture. La réflexion historique dans ce domaine doit beaucoup à la théorie austinienne des énoncés illocutoires, formulée dans une série de conférences prononcées en 195530. Elle a largement bénéficié à l’analyse des serments de fidélité menée par Michel Zimmermann, rituel au cours duquel la parole prononcée engage la fides du jureur et contribue à produire la relation sociale qui unit le fidèle à son seigneur. Dans le cas de cette affaire de mise en liste, le contexte dans lequel la demande de Bernard Sabors est formulée donne un sens au texte inscrit sur le parchemin qui ne peut être réduit à la signification des mots eux-mêmes. Le pouvoir consulaire sait, nous l’avons vu, se servir de ce pouvoir singulier, mais les populaires perçoivent également les enjeux liés à l’approbation ou au refus de l’écriture. Ils peuvent également, le cas échéant, prendre l’initiative dans ce domaine comme, lorsque durant le parlement du 19 avril, Bremond Grimaudi demande la rédaction immédiate d’instruments pour acter la prise de décision de l’assemblée. Leur position dans ce dossier où ils apparaissent le plus souvent réduits à réagir aux injonctions du pouvoir en place est davantage un effet documentaire qu’une réalité socioculturelle. L’historien de la société médiévale est par conséquent invité, comme Michel Zimmermann nous l’a appris, à s’enfoncer dans l’épaisseur de l’écriture et de la langue, pour mieux saisir son objet.

Notes

2 Michel Zimmermann, « “Et je t’empouvoirrai” (Potestativum te farei) : À propos des relations entre fidélité et pouvoir en Catalogne au xie siècle », Médiévales, 10, 1986, p. 17-36.

3 Sur Bernard Sabors, voir Jan Rogozinski, Power, Caste and Law. Social Conflict in xivth Century Montpellier, Cambridge, The Medieval Academy of America, 1982, appendix II, p. 158 : legum doctor en 1321, il enseigne à Montpellier jusqu’à sa mort, certainement vers 1338. Il réalise parallèlement une carrière de conseiller juridique du consulat. Il assume cette charge à cinq reprises, en 1316, 1321, 1324, 1327 et 1330. Il est également juge à la cour du bayle en 1313, ambassadeur à Majorque en 1325. Il est par ailleurs le fils du juriste Hugo Sabors qui enseignait à Montpellier v. 1300 (voir Eduard M. Meijers, Études d’histoire du droit, Leyde, Universitaire Pers Leiden, 1959, t. 3, p. 206). La Chronique romane de la ville mentionne son anoblissement en 1333 (Arch. mun. de Montpellier, AA 9 [Petit thalamus], fol. 88v).

4 Arch. mun. de Montpellier, Grand chartrier, Arm. C, cassette 21, Louvet no 1584 (5 septembre 1316), et ibid., Grand chartrier, Arm. C, cassette 21, Louvet no 1598 (4 novembre 1316).

5 Arch. mun. de Montpellier, Greffe de la maison consulaire, Joffre no 128 (document édité dans Cartulaire de l’université de Montpellier, Alexandre Germain [éd.], t. 1, 1181-1400, Montpellier, Ricard Frères, 1890, p. 258-265) : […] scolares studentes in villa Montispessulani obtinuerunt a dicto domino nostro Francie rege quandam aliam litteram continentem quod si scolares studentes possent immittere vinum, vindemiam seu racemos infra villam Montispessulani, ad opus suis et sue familie et suorum bellodorum.

6 Ibid. : Et essent in recessu, surrexit magister Bremundus Grimaudi et locutus fuit, ut dicitur, de molegiis bladi.

7 Je me permets, au sujet des populaires, de renvoyer à Pierre Chastang, La ville, le gouvernement et l’écrit à Montpellier. Essai d’histoire sociale, Paris, Publications de la Sorbonne, 2013, p. 355-389.

8 Arch. mun. de Montpellier, Greffe de la maison consulaire, Joffre no 128 : […] quod dictus magister Bremundus dixerat, si dicta universitas volebat quod dicta molegia reverterentur ad statum antiqum.

9 Ibid. : […] et inde de predictis fieri fecerat aliqua instrumenta.

10 Arch. mun. de Monpellier, Grand chartrier, Arm. D, cassette 22, Louvet no 1968 : […] dominus Petrus Seguerii, dominus Thomas de Centrayranicis, dominus Bernardus Fabris legum doctores, Johannes Boni Amici, draperius Petrus Benedicti draperius, Egidius Viridarii maior mercator, Guiraudus Grives campsor, Bartholomeus Don mercator, Egidius Viridarii junior, Matheus de Salicatis mercatores, Johannes de Ruthena campsor, Bremundus Fabri campsor, Franciscus Pelliperii mercator, Arnaudus Bodoni notarius, Petrus Ferrari piperarius, Bernardus Gaucelmi canabesserius, Guillelmus Navas canabesserius, Johannes Figuerie canabesserius, Jacobus Patani sederius, Petrus Ricardi campsor, Bernardus Agrefuelha canabesserius, Stephanus de Podio Veteri canabesserius, Petrus Ladelli ordearius, Bernardus Roquete, ordearius, Hugo de Tornamira burgensis, Petrus de Petri ordearius, Raimundis Duranti ordearius, Jacobus Jordani ordearius, Raimundus Franchi ordearius, Raimundus de Latis burgensis, Franciscus Caput Probi Hominis blanquerius, Bernardus de Auriaco mercator, Guillemus Cathalani mercator, Petrus Folcandi canabasserius, Johannes Andree canabasserius, Bernardus de Quaranta jurisperitus, Guillelmus Sezana ordearius, Andreas de Furno ordearius, Bertrandus Martaudi draperius, Petrus Gauberti ordearius, Johannes Fabri mercator, Guilhermus Terrade macellarius, Pontius Terrade macellarius, Petrus Comitis ordearius, Guilhermus Seguini peysionerius, Guillelmus Tessili peysionerius, Pauletus de Serinhiaco peysionerius, Jacobus de Podio ordearius, Beranrdus de Balmis ordearius, Petrus Carnerii ordearius, Petrus Parges ordearius, Raimundus Alemanni ordearius, Guillelmus Vuidis ordearius, Johannes Comitis ordearius, Egidius Pastoris ordearius, Guilhermus Gavanoni macellarius, Raimundus Caslaris macellarius, Bernardus Sabaterii ordearius, Beranrdus Franchi ordearius, Guillelmus Sauguerii macellarius, Saturninus Gauginii macellarius, Ascischis Delechios draperius, Johannes Terrade macellarius, Bernardus Terrada macellarius, Nicholaus Ymberti campsor, Guilhermus Dyonisii campsor, Jacobus Garnerii draperius, Egidius de Tholosa sederius, Johannes Cathalani sederius, Guilhermus Sabrani macellarius, Johannes Ricardi, Johannes Cathalani macellarius, Guillelmus de Roveria piperarius, Berengarius de Sumena canabasserius et Bernardus Comitis blanquerius.

11 Ibid. : […] ad expensas prosequtionum diversorum negociorum domus dicti consulatus.

12 Ibid. : […] quibus sic peractis, prenominati requisiverunt dictos dominos consules ut cloquare fieri fecerent.

13 Anobli en 1330 (Arch. mun. de Montpellier, AA 9 [Petit thalamus], fol. 88), il apparaît comme bayle de la ville en 1338 (Arch. mun. de Montpellier, AA 9 [Petit thalamus], fol. 89v). Les manuscrits des Petits thalami de Montpellier ont été l’objet d’une édition numérique consultable en ligne : http : thalamus. huma-num. fr

14 Arch. mun. de Montpellier, Greffe de la maison consulaire, Joffre no 128 : […] syndicario nomine, ut dicebat, popularium.

15 Ibid. : […] illi qui voluerint se tenere vobiscum scribantur statim et nomina illorum in exitu hujus domus et nullus exeat quin scribatur.

16 Ibid. : […] et nomina illorum qui vobis contradicent similiter scribantur.

17 Arch. mun. de Montpellier, Greffe de la maison consulaire, Joffre no 128 : Acta sunt hec in solerio dicte domus dicti consulatus.

18 Ibid. : Acta in dicta janua.

19 Sur cette fonction, voir Pierre Chastang, La ville, le gouvernement et l’écrit à Montpellier…, p. 91-119.

20 Ibid. : Requiro vos, sub virtute vestri prestiti juramenti, ut in instrumento vestro apponatis numerum et nomina omnium illorum, qui verbis dicti magistri Bremundi Grimaudi responderunt, et dico dictos dominos consules non consentire.

21 Jack Goody, La raison graphique. La domestication de la pensée sauvage, Paris, Éditions de Minuit, 1979 [1977], p. 150.

22 Ibid. : […] dixit etiam quod fuerunt aliqui sex vel septem vel octo ad plus de populo et responderunt : « Hoc, hoc. »

23 Ibid. : […] nescit tamen dictus assessor super quibus dicebant : “Hoc, hoc”, cum non possent plene percipere dicta verba, propter strepitum dicti populi, ut dixit.

24 Jan Assmann, La mémoire culturelle. Écriture, souvenir et imaginaire politique dans les civilisations antiques, Paris, Aubier, 2010 [1992], p. 111.

25 Arch. mun. de Montpellier, Greffe de la maison consulaire, Joffre no 128 : […] illi qui voluerint se tenere vobiscum scribantur statim et nomina illorum in exitu hujus domus et nullus exeat quin scribatur.

26 Ibid. : Et nichilminus fecerunt scribi nomina illorum qui interfuerunt in dicta cloqua pro majori parte, prout eis fuit possibile, tamen non potuerunt nomina omnium scribere, jn propter aliquos impetuose recedentes.

27 Cf. Giuliano Milani, « Il governo delle liste nel comune di Bologna. Premesse e genesi di un libro di procrizione duecentesco », Rivista storica italiana, 108/1, 1996, p. 149-229.

28 Arch. mun. de Montpellier, Arm. B, cassette 13, Louvet no 764.

29 Ibid. no 768 : Primo, duo instrumenta super facto molegiorum continentia convocatione populi Montispessulani et nomina illorum qui voluerunt quod molegia solverent decem denarios et nomina illorum qui contradixerunt, quorum unum scripsit magister Raimundus Bichia [sic] notarius regius sub anno domini Mo CCCo XXVII die mensis aprilis, aliud vero scripsit eadem die magister Johannes Bruni notarius regius.

30 Cf. John L. Austin, Quand dire c’est faire, Paris, Seuil, 1970 [1962].

© Éditions de la Sorbonne, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site