Version classiqueVersion mobile

Figures de l'autorité médiévale

 | 
Pierre Chastang
, 
Patrick Henriet
, 
Claire Soussen

Deuxième partie. Pouvoirs

Charlemagne en Hispanie : de la victoire au désastre historiographique

Michel Sot

Texte intégral

  • 1 Voir en dernier lieu, M. Zimmermann, « La souveraineté des comtes de Barcelone : une royauté par d (...)
  • 2 Seule la première est achevée : Éginhard, Vie de Charlemagne, texte, traduction et notes sous la d (...)

1Cette contribution aux Mélanges Michel Zimmermann veut être un signe d’admiration et de reconnaissance envers un grand savant et un ami discret et chaleureux, qui a tourné nos regards vers le sud de l’Europe, la Catalogne en particulier1. Engagé avec d’autres dans deux entreprises de présentation, traduction et annotation de la Vie de Charlemagne par Éginhard et des Annales du royaume des Francs2, il m’est agréable de lui dédier une approche des passages de ces textes, fondateurs de l’historiographie et de la légende, concernant l’expédition d’Espagne de 778.

  • 3 Einhardi Vita Karoli Magni, Georg Heinrich Pertz, Georg Waitz et Oswald Holder-Egger (éd.), Hanovr (...)
  • 4 Annales regni Francorum inde ab a. 741 usque ad a. 829, et annales qui dicuntur Annales Laurissens (...)

2Les éditeurs de la Vie de Charlemagne3 ont depuis longtemps repéré tout ce que le texte d’Éginhard devait aux Annales royales des Francs, texte qui débute avec l’année 741 et conduit, année par année selon la règle du genre, jusqu’à l’année 8294. La tradition manuscrite amène à distinguer une première version du texte de 741 à 788, écrite cette année-là ou juste après, autrefois désignée comme Annales majeures de Lorsch (Annales Laurissenses maiores) parce que le manuscrit principal provient de l’abbaye de Lorsch. Elles ont été continuées par diverses mains jusqu’en 801, parmi lesquelles les premiers éditeurs ont cru reconnaître celle d’Éginhard, qui aurait ensuite continué les Annales jusqu’à son départ de la cour de Louis le Pieux en 829. Entre 801 et 829, un ou plusieurs lettrés ont révisé et corrigé les notices des Annales dites de Lorsch de 741 à 801 : on a pu penser aussi que c’était Éginhard. D’où le titre d’Annales dites d’Éginhard (Annales qui dicuntur Einhardi) donné à l’ensemble d’un texte comportant le texte des années 741 à 801 révisé et corrigé, et le texte des années 801 à 829.

  • 5 Sur ce texte voir en particulier Gabriel Monod, Études critiques sur les sources de l’histoire car (...)

3Pour reprendre les outils de nos collègues littéraires, nous avons donc pour la période 741-801 un hypotexte et un hypertexte, que les éditeurs des MGH ont publié en parallèle ; pour la période 801-829, nous n’avons plus qu’un seul texte. C’est cet ensemble que l’on met sous le nom d’Annales royales des Francs (Annales regni Francorum)5.

4Concernant l’année 778, nous avons donc deux textes, l’un rédigé sans doute en 788, l’autre revu et corrigé à une date comprise entre 801 et 829 sans que l’on puisse préciser davantage car la question est débattue. Le rapprochement des deux textes successifs des Annales et de la Vie de Charlemagne, permet d’apprécier les modifications et les enrichissements apportés entre la première rédaction de 788, alors que Charles est roi des Francs, et la réécriture intervenue entre 801-829, époque à laquelle Charles puis Louis le Pieux sont empereurs. Il permet aussi de s’interroger sur la façon dont Éginhard a utilisé ces sources : Qu’est-ce qu’il en a écarté ? Qu’est ce qu’il en a retenu ? Quel enrichissement littéraire a-t-il apporté à l’événement ? Nous pourrons ainsi contribuer à éclairer la construction progressive, à la cour carolingienne, d’une histoire officielle de l’expédition d’Espagne de 788, d’abord présentée comme une pure victoire et vite récrite comme un désastre, appelé à une grande postérité littéraire.

  • 6 ARF1, p. 48 : Etiam ad eundem placitum venerunt Sarraceni de partibus Hispaniae, hi sunt Ibin al A (...)

5Dans l’hypotexte, on apprend, à l’année 777, que tandis que le roi tient son assemblée à Paderborn avec tous les Francs et tous les Saxons – sauf le rebelle Widukind et quelques partisans qui se sont réfugiés auprès des Normands – « vinrent à lui des Sarrasins d’Hispanie, à savoir Ibn al Arabi et le fils de Deiuzefi, qu’on appelle Joseph en latin, qui était aussi son gendre6 ». Le roi revint ensuite en pays francs, célébra Noël à Douzy (près de Sedan) et Pâques à Chasseneuil en Poitou.

  • 7 Ibid., p. 50 : DCCLXXVIII. Tunc domnus Carolus rex iter peragens partibus Hispaniae per duas vias  (...)

778. Cette année-là, le seigneur roi Charles partit en campagne pour l’Hispanie, progressant selon deux voies : d’abord, par Pampelune, par où le susdit grand roi passa pour aller jusqu’à Saragosse. Et là, on vint de Bourgogne, d’Austrasie, de Bavière et aussi de Provence, de Septimanie et du pays des Lombards. Les deux armées opérèrent leur jonction à proximité de la cité susdite.
De ce lieu, après avoir reçu des otages de la part d’Ibn Al Arabi et d’Abu Taurus, ainsi que de nombreux Sarrasins, Pampelune une fois détruite, les Basques hispaniques mis sous le joug comme les Navarrais, il revint en Francie7.

  • 8 Sur ces personnages, voir Ph. Sénac, Les Carolingiens, op. cit. n. 1, p. 52 : Sulayman ibn al-A’râ (...)

6Dans sa brièveté, ce premier texte donne un certain nombre d’éléments factuels essentiels : la démarche de princes Sarrasins auprès du roi des Francs à Paderborn et leurs noms : Ibn al Arabi, Deiusefi / « fils de Joseph », Abu Taurus8. On reconstitue aisément l’itinéraire de Charles, de Paderborn à Saragosse par les Ardennes, le Poitou et Pampelune. La composition détaillée de l’armée est précisée par régions du futur empire avec des ressortissants tant des parties centrales du royaume franc (Austrasie et Bourgogne) que des régions périphériques (Bavière, Provence, Septimanie) et même « le pays des Lombards » très récemment réuni à l’ensemble. L’expédition aboutit à la soumission des Sarrasins qui livrent des otages, à la destruction de Pampelune, et à la soumission des Navarrais et des Basques. Le retour du roi victorieux en Francie se fait sans difficulté.

  • 9 ARF2, p. 49 : Venit eodem in loco ac tempore ad regis praesentiam de Hispania Sarracenus quidam no (...)

7L’hypertexte apporte un certain nombre de précisions. À l’année 777, seul Ibn al Arabi est nommé parmi ses « alliés » Sarrasins, qui viennent à Paderborn. « Il se livre lui-même ainsi que les cités à la tête desquelles le roi des Sarrasins l’avait placé9. » L’engagement d’Ibn al Arabi est beaucoup plus marqué : il remet au roi des Francs sa personne et les cités qui lui avaient été confiées par l’émir omeyyade de Cordoue. Le Sarrasin a trahi son souverain au profit de Charlemagne.

  • 10 Ibid., p. 51 : DCCLXXVIII. Tunc ex persuasione praedicti Sarraceni spem capiendarum quarundam in H (...)

778. Cette année-là, poussé par le persuasif susdit Sarrasin, caressant, non sans raison, l’espoir de prendre certaines villes en Hispanie, il rassembla son armée et partit. Après avoir franchi, au pays des Basques, les massifs des Pyrénées, il commença par attaquer Pampelune, la place forte des Navarrais, dont il reçut la soumission. De là, il traversa l’Èbre à gué, arriva à Sarragosse, principale cité de cette contrée et, après avoir accepté les otages qu’Ibn Al Arabi et Abu Taurus, ainsi que d’autres Sarrasins, avaient fournis, il retourna à Pampelune. Il rasa complètement les murailles de Pampelune, pour que la place ne puisse plus se rebeller, et, décidant de rentrer, il s’engagea dans les défilés des Pyrénées.
Les Basques, qui avaient mis en place des embuscades sur les hauteurs, attaquèrent l’arrière-garde de l’armée, et semèrent un grand désordre et une grande confusion dans l’armée entière. Et, même si les Francs paraissaient avoir l’avantage sur les Basques, tant pour l’armement que pour le courage, malgré tout, l’inégalité des positions et les différences dans le genre de combat les placèrent en infériorité. Dans cette lutte, un grand nombre de gens de la cour, que le roi avait placés à la tête de ses troupes, furent tués ; les bagages furent pillés, et l’ennemi, qui connaissait bien les lieux, eut tôt fait de disparaître ici et là.
La douleur de la blessure infligée assombrit fortement, dans le cœur du roi, les succès remportés en Hispanie10.

8Cette version révisée des Annales développe le lien établi entre Ibn al Arabi et Charlemagne et insiste sur l’intérêt de ce dernier qui désire s’emparer de cités en Espagne par une entreprise de conquête Mais elle ne retient pas une information développée dans l’hypotexte qui est la composition de l’armée, où sont représentées presque toutes les régions du royaume de Charles, en particulier la plus récemment conquise, la Lombardie. En revanche elle précise l’itinéraire en Espagne même et le déroulement des opérations victorieuses.

  • 11 Voir VK, Introduction, « Lecture analytique littéraire de la Vita Karoli », en part. p. LXVII-LXII (...)

9Enfin et surtout, la version révisée des Annales introduit, après les succès en Espagne, l’attaque des Basques dans les Pyrénées, l’extermination de l’arrière-garde et le pillage des bagages, ainsi que la disparition immédiate des assaillants, moins lourdement armés et bon connaisseurs des lieux. L’événement occupe la moitié du texte consacré à l’expédition d’Espagne. Cette seconde version des Annales introduit aussi la douleur du roi Charles et l’on peut penser que le réviseur (on aimerait bien savoir quand il a travaillé) a ajouté cet épisode qui devait rester un épisode sombre et douloureux dans la progression vers la gloire de l’Empire, que l’on pouvait difficilement continuer à taire. En 788, l’auteur de l’hypotexte avait gommé l’épisode et insisté sur la présence des nombreux peuples qui composaient l’armée unie autour des Francs et du futur empereur, et sur la victoire. Après 800 et l’affirmation du pouvoir de Charles, consacré par le couronnement impérial, la situation était différente et la mémoire de la défaite ne pouvait plus être tue. Elle allait s’enrichir dans l’œuvre d’Éginhard qui met en valeur les vertus de Charlemagne11.

  • 12 VK, 4, p. 10 : […] ad actus et mores caeterasque uitae illius partes explicandas ac demonstrandas (...)

10Éginhard écrit sa Vie de Charlemagne, sans doute entre 826 et 829, au palais d’Aix, donc un demi-siècle après les faits et dans un lieu fort éloigné des Pyrénées qu’il n’a jamais vues. Son texte a connu une très forte diffusion au Moyen Âge, puisqu’on en connaît environ 140 manuscrits complets, et il est jusqu’à nos jours la source fondamentale pour la connaissance du règne et de la personne de Charlemagne. On peut distinguer trois parties dans l’ouvrage, après un avant-propos évoquant le fin des Mérovingiens, l’avènement de Pépin III, son règne jusqu’en 768, et les règnes conjoints de Pépin et Carloman de 767 à 771. La première partie est consacrée aux conquêtes de Charles, « ses hauts-faits à l’extérieur ». Puis l’auteur traite « des mœurs et autres domaines de la vie privée du souverain », ainsi que « de ses hauts-faits à l’intérieur12 » avant d’aborder, dans une troisième partie, la fin de sa vie et les signes qui l’accompagnent, la sépulture de l’empereur et le partage de ses trésors.

  • 13 Dans l’introduction à son édition et traduction de la Vie de Charlemagne (citée n. 3), Halphen écr (...)

11La première partie montre comment se constitue le rassemblement de peuples – plus que de territoires – qui vont constituer l’Empire. Éginhard se livre à une construction littéraire de cet Empire en suivant un plan que l’on peut considérer comme géographique, opérant des rapprochements entre les diverses expéditions dans une même direction, sans tenir compte de la chronologie, ce qui indignait fort les historiens positivistes comme Louis Halphen qui reprochait à Éginhard d’être incompétent – voire malhonnête – dans l’exploitation des sources13.

  • 14 VK, 5, p. 10-12.
  • 15 Ibid., 6, p. 12-14.
  • 16 Ibid. 7, p. 14-19. P. 16-18 : usque dum omnibus qui resistere solebant profligatis et in suam pote (...)

12Selon Éginhard, reprenant la guerre engagée par son père, Charles a d’abord soumis l’Aquitaine, considérée comme une « province » du royaume franc, que les ducs Waïfre puis Hunald avaient occupée14. À partir de ce royaume franc réunifié, le roi entreprend une guerre contre un premier peuple, celui des Lombards, à la demande du pape Hadrien Ier menacé dans ses possessions (773)15. Il s’empare de Pavie et soumet l’Italie. La seconde guerre est dirigée contre le peuple des Saxons : elle est particulièrement longue (772-804) et difficile, en raison de la « perfidie » des Saxons. Elle se termine par « le déplacement de dix mille hommes qui habitaient les deux rives de l’Elbe, enlevés avec femmes et enfants, pour les répartir çà et là en divers groupes à travers la Gaule et la Germanie16 ».

  • 17 Ibid., 9, p. 21.
  • 18 Ibid., 15, p. 32 : […] ipse (Carolus) per bella memorata primo Aquitaniam et Wasconiam totumque Py (...)

13C’est ici que prend place, dans le livre d’Éginhard, l’expédition d’Espagne de 778. Sans invoquer la venue de princes sarrasins à Paderborn, ni aucun motif d’intervention, Éginhard indique qu’« il (Charlemagne) attaqua l’Hispanie avec un appareil militaire considérable17 ». Au contraire des cas précédents, il ne s’agit pas, sous la plume d’Éginhard, de combattre un peuple, mais de s’en prendre à un territoire (ou peut-être à une entité politique ?) désignée comme Hispania. L’originalité de cette désignation territoriale est confirmée par tous les chapitres suivants concernant les victoires de Charlemagne qui sont toutes des victoires sur des peuples : les Bretons et les Bénéventins, les Bavarois, les Wilzes (Welatabes), les Huns (Avars) et les Normands (Danois). Après seulement, vient une description géographique précise du royaume des Francs établi par Charlemagne au terme des guerres menées « en divers points de la terre avec autant de clairvoyance que de bonheur ». Au royaume que lui avait légué son père, « Charlemagne, grâce aux guerres que nous avons rappelées, ajouta d’abord l’Aquitaine, la Gascogne et la chaîne entières des Pyrénées, ainsi que les terres jusqu’à l’Èbre qui prend sa source en Navarre, arrose les plaines très fertiles d’Hispanie et se jette dans la mer Baléare sous les murs de Tortosa18 ». Nous avons donc là une description géographique précise d’un territoire désigné comme Hispanie qui s’inscrit dans la construction géographique de l’Empire carolingien par Éginhard.

14L’expédition de 778 est l’objet de tout le chapitre 9 dans la division de la Vie de Charlemagne introduite par Walafrid Strabon, alors qu’il était abbé de Reichenau, entre 842 et 849. Fidèle au texte d’Éginhard, Walafrid a donné à ce chapitre le titre suivant : « Ce qu’il [Charlemagne] fit en Hispanie et le coup que les Basques infligèrent à son armée. »

  • 19 Ibid., 9, p. 20 : [Quid in Hispania fecerit et de plaga quam in exercitu eius Vascones fecerunt]. (...)

Alors qu’il combattait les Saxons en une guerre acharnée et presque continue, il disposa des garnisons en tout point des frontières qui s’y prêtaient et attaqua l’Hispanie avec un appareil militaire considérable. Il franchit le massif des Pyrénées et, après avoir accepté la reddition de toutes les places fortes et de tous les châteaux qu’il avait trouvés sur son chemin, il revint avec son armée sauve et intacte19

15Voilà les huit premières lignes d’un texte qui en comporte trente-deux : Éginhard n’a pas retenu d’autres précisions sur ce qui a pu se passer en Hispanie proprement dite et il présente l’expédition de Charlemagne comme une promenade militaire victorieuse, sans difficulté. Le reste du chapitre (les trois quarts) est introduit par un « à ceci près que » (praeter quod) et concerne le massacre de l’arrière-garde de l’armée franque par les Basques (Wascones). Reprenons le texte :

  • 20 Ibid., […] praeter quod in ipso Pyrinei iugo Wasconicam perfidiam parumper in redeundo contigit ex (...)

[…] il revint avec son armée sauve et intacte, à ceci près que, dans les montagnes des Pyrénées elles-mêmes, il eut au retour l’occasion de faire brutalement l’expérience de la perfidie basque. Alors que l’armée, selon ce que la configuration et l’étroitesse du lieu permettaient, s’étirait en une longue file, les Basques, après s’être placés en embuscade tout en haut de la montagne – il s’agit d’un endroit qui se prête bien aux embuscades en raison de l’opacité des forêts que l’on y trouve en abondance – dévalèrent sur la fin du convoi portant les bagages et sur ceux qui assuraient sécurité et protection du reste des hommes, et les précipitèrent dans le fond de la vallée. Ils engagèrent avec eux le combat et les tuèrent tous jusqu’au dernier, pillèrent les bagages et, grâce à la protection de la nuit qui tombait déjà, se dispersèrent avec une extrême rapidité20.

  • 21 Sans doute le col de Roncevaux même si le nom n’apparaît pas. Voir Rita Lejeune, « La localisation (...)

16On retrouve ici un peuple : celui des Basques. Mais les Basques ne sont pas à proprement parler en Hispanie, sur un territoire à conquérir, mais au passage à travers les Pyrénées qu’ils connaissent parfaitement, mais sans autre précision de lieu21. La description donnée par Éginhard de l’espace concerné, de l’armée en marche et du mode d’attaque est particulièrement évocatrice. L’armée de Charlemagne a été vaincue par les Basques, pour des raisons stratégiques et tactiques qu’Éginhard précise :

  • 22 VK, 9, p. 20 : Adiuuabat in hoc facto Wascones et leuitas armorum et loci in quo res gerebatur sit (...)

Les Basques étaient aidés dans cette affaire par la légèreté de leurs armes et la configuration du lieu où survenait l’attaque. Les Francs, au contraire, à cause de la pesanteur de leurs armes et d’un terrain défavorable, étaient à tous égards en infériorité par rapport aux Basques […]. Sur le moment, il était impossible de venger leur forfait parce que l’ennemi, son embuscade perpétrée, se dispersa de telle manière que l’on n’avait aucune information sur l’endroit où l’on aurait bien pu le rechercher22.

  • 23 L’épitaphe d’Eggihard (MGH, Poetae latini aevi carolini, I, p. 109-110) atteste l’existence de ce (...)
  • 24 La présence ou l’absence de Roland est une des trois variantes textuelles principales des manuscri (...)

17Le forfait principal est évidemment la mort de tous les combattants de l’arrière-garde et plus particulièrement de « Eggihard, préposé à la table royale, Anselme, comte du palais, et Roland, préfet de la marche de Bretagne ». Ces trois dignitaires n’étaient pas mentionnés dans les Annales du royaume des Francs et c’est ici qu’apparaît pour la première fois le fameux Roland. S’il est le personnage le plus célèbre des trois dans la littérature postérieure, il n’est pas le mieux attesté. On connaît le sénéchal Eggihard par son épitaphe et le comte du palais Anselme par des diplômes royaux23, mais cette mention d’un Roland, préfet de la Marche de Bretagne, est la seule mention contemporaine que nous ayons du futur héros de la Chanson et il ne figure pas aux côtés d’Anselme et d’Egihhard dans l’une des trois grandes classes de manuscrits qui nous ont transmis la Vita Karoli24.

18On aura remarqué qu’Éginhard n’a retenu que fort peu d’éléments des deux textes des Annales. Il ne retient presque rien du contenu commun à l’hypotexte et à l’hypertexte sur l’expédition en Espagne proprement dite : ni la venue des princes Sarrasins à Paderborn, ni l’itinéraire de Charles par les Ardennes et le Poitou, ni ses actions contre Pampelune et Saragosse qui ne sont même pas nommées. Il ne retient que les éléments ajoutés dans l’hypertexte et concernant le massacre dans les Pyrénées.

  • 25 Voir, pour les parallèles textuels entre les Annales et la Vita Karoli concernant notre propos, l’ (...)

19Ce choix est certainement délibéré car Éginhard a sous les yeux, ou en mémoire, le texte des Annales révisées ou en cours de révision. Les éditeurs ont montré un certain nombre de parallèles textuels entre les deux textes et les notes d’Halphen, qui reprennent celles des éditeurs des MGH sont impeccables et exhaustives. Mais les emprunts sont purement stylistiques et littéraires25. Le caractère épique de l’épisode, déjà en partie présent dans les Annales révisées, est largement amplifié par Éginhard. Pour lui, Charlemagne a pénétré en Hispanie « avec un appareil militaire considérable » et il a soumis « toutes les places fortes et tous les châteaux ». Le passage à travers les Pyrénées est particulièrement étroit, dominé par des montagnes élevées, propices à l’embuscade, et les forêts sont « obscures ». Les Basques « perfides » ont l’avantage de la connaissance du terrain et d’un armement adapté : ils tuent « tous les Francs » et ils disparaissent à la nuit tombante sans que l’on puisse savoir où les poursuivre.

  • 26 Dans la bibliographie classique sur la Chanson de Roland, on peut retenir : Prosper Boissonnade, D (...)

20La campagne d’Espagne de 778, victorieuse dans le premier texte des Annales, suivie d’une grave défaite au passage des Pyrénées qui lui donne un caractère dramatique dans le texte des Annales révisées, a pris un caractère définitivement épique dans la Vie de Charlemagne par Éginhard : elle devait le garder26.

Notes

1 Voir en dernier lieu, M. Zimmermann, « La souveraineté des comtes de Barcelone : une royauté par défaut (xe-xie s.) », dans Magali Coumert, Marie-Céline Isaïa, Klaus Krönert et Sumi Shimahara (dir.), Rerum gestarum scriptor, Histoire et historiographie au Moyen Âge, Mélanges Michel Sot, Paris, Presses de l’université Paris-Sorbonne, 2012, p. 111-140. La question des rapports des Carolingiens avec l’Espagne d’après l’ensemble des sources disponibles, arabes et latine, est très bien traitée dans Philippe Sénac, Les Carolingiens et al-Andalus ( viiie-ixes.), Paris, Maisonneuve & Larose, 2002. Voir en particulier chap. 4, p. 51-57, « Charlemagne à Saragosse (768-781) ». Voir aussi : Robert-Henri Bautier, « La campagne de Charlemagne en Espagne en 778. La réalité historique », Bulletin de la Société des sciences, lettres et arts de Bayonne, 135, 1979, p. 1-151.

2 Seule la première est achevée : Éginhard, Vie de Charlemagne, texte, traduction et notes sous la dir. de Michel Sot et Christiane Veyrard-Cosme (Les classiques de l’histoire du Moyen Âge, 53), Paris, Les Belles Lettres, 2014. C’est à cette édition que nous faisons référence dans la suite de cet article en indiquant VK.

3 Einhardi Vita Karoli Magni, Georg Heinrich Pertz, Georg Waitz et Oswald Holder-Egger (éd.), Hanovre, Hahn, 1911(Scriptores rerum germanicarum in usum scoholarum ex Monumentis Germaniae Historica separatim editi) ; Éginhard, Vie de Charlemagne, Louis Halphen (éd. et trad.), Paris, Champion (Les classiques de l’histoire de France au Moyen Âge, 1), 1923.

4 Annales regni Francorum inde ab a. 741 usque ad a. 829, et annales qui dicuntur Annales Laurissens maiores et Einhardi, Georg Pertz et Friedrich Kurze (éd.), Hanovre, Hahn, 1895 (Scriptores rerum germanicarum in usum scoholarum ex Monumentis Germaniae Historica separatim editi). C’est à cette édition que nous faisons référence dans la suite de cet article en indiquant ARF 1 pour la première version (hypotexte) ; ARF 2 pour la version révisée (hypertexte).

5 Sur ce texte voir en particulier Gabriel Monod, Études critiques sur les sources de l’histoire carolingienne, t. I, Les annales des origines à 829, Paris, Émile Bouillon, 1898 (Bibliothèque de l’École des hautes études, 119) qui reste fondamental. Rosamond McKitterick, Histoire et mémoire dans le monde carolingien, trad. de l’anglais (Cambridge, 2004) par Catherine Siegel et Isabelle Deswarte, Turnhout, 2009, p. 108 et suiv. fait le point des travaux plus récents, en particulier ceux de Helmut Reimitz, « Nomen Francorum obscuratum. Zur Krise der fränkische Identität zwischen der kurzen und langen Geschichte des Annales Francorum », dans Matthias Becher et Stefanie Dick éds., Völker, Reiche und Namen im frühen Mittelalter (Mittelalter Studien 22), Munich, Wilelm Fink, 2010, p. 279-296 ; id., « Die karolingischen Reichsannalen », dans Otto der Grosse und das Römische Reich. Kaisertum von der Antike zum Mittelalter. Ausstellung Katalog, Matthias Puhle et Gabriele Köster (éd.), Regensburg, 2012. J’ai proposé un état de la question : Michel Sot, « Pour une relecture des Annales du royaume de Francs », dans Osamu Kano et Jean-Loup Lemaître, Entre texte et histoire : études d’histoire médiévale offertes au Professeur Shoichi Sato, Paris, de Boccard, 2015, p. 323-337. Depuis la rédaction de cet article est paru Helmut Reimitz, History, Frankish Identity and the Framing of Western Ethnicity, 550-850, Cambridge University Press, 2015.

6 ARF1, p. 48 : Etiam ad eundem placitum venerunt Sarraceni de partibus Hispaniae, hi sunt Ibin al Arabi et filius Deiuzefi, qui et latine Ioseph nominatur, similiter et gener eius.

7 Ibid., p. 50 : DCCLXXVIII. Tunc domnus Carolus rex iter peragens partibus Hispaniae per duas vias ; una per Pampilonam, per quam ipse supradictus magnus rex perrexit usque Caesaraugustam. Ibique venientes de partibus Burgundiae et Austriae vel Baioariae seu Provinciae et Septimaniae et pars Langobardorum ; et coniungentes se ad supradictam civitatem ex utraque parte exercitus. Ibi obsides receptos de Ibin al Arabi et de Abutauro et de multis Sarracenis, Pampilona destructa, Hispani Wascones subiugatos, etiam et Nabarros, reversus in partibus Franciae.

8 Sur ces personnages, voir Ph. Sénac, Les Carolingiens, op. cit. n. 1, p. 52 : Sulayman ibn al-A’râbi est gouverneur de Barcelone et de Gérone. Selon toute vraisemblance, Deiuzefi se nommait Abû Aswad et était le fils de l’ancien gouverneur de Narbonne Yûsuf al-Fihri. Abû Thawr (Abu Taurus) est gouverneur de Huesca.

9 ARF2, p. 49 : Venit eodem in loco ac tempore ad regis praesentiam de Hispania Sarracenus quidam nomine Ibin al Arabi cum allis Sarracenis sociis suis, dedens se ac civitates, quibus eum rex Sarracenorum praefecerat.

10 Ibid., p. 51 : DCCLXXVIII. Tunc ex persuasione praedicti Sarraceni spem capiendarum quarundam in Hispania civitatum haud frustra concipiens congregato exercitu profectus est superatoque in regione Wasconum Pyrenei iugo, primo Pompelonem Navarrorum oppidum adgressus in deditionem accepit. Inde Hiberum amnem vado traiciens Caesaraugustam praecipuam illarum partium civitatem accessit acceptisque, quos Ibin al Arabi et Abuthaur quosque alli quidam Sarraceni obtulerunt, obsidibus Pompelonem revertitur. Cuius muros, ne rebellare posset, ad solum usque destruxit ac regredi statuens Pyrenei saltum ingressus est. In cuius summitate Wascones insidiis conlocatis extremum agmen adorti totum exercitum magno tumultu perturbant. Et licet Franci Wasconibus tam armis quam animis praestare viderentur, tamen et iniquitate locorum et genere imparis pugnae inferiories effecti sunt. In hoc certamine plerique aulicorum, quos rex copiis praefecerat, interfecti sunt, direpta impedimenta et hostis propter notitiam locorum statim in diversa dilapsus est. Cuius vulneris accepti dolor magnam partem rerum feliciter in Hispania gestarum in corde regis obnulavit.

11 Voir VK, Introduction, « Lecture analytique littéraire de la Vita Karoli », en part. p. LXVII-LXIII (par Christiane Veyrard-Cosme).

12 VK, 4, p. 10 : […] ad actus et mores caeterasque uitae illius partes explicandas ac demonstrandas omissis incognitis transire disposui, ita tamen ut primo res gestas et domi et foris, deinde mores et studia eius, tum de regni administratione et fine narrando, nihil de his quae cognitu uel digna uel necessaria sunt praetermittam.

13 Dans l’introduction à son édition et traduction de la Vie de Charlemagne (citée n. 3), Halphen écrit à propos d’Éginhard (p. XIII). « Il faut se défier de sa manière d’utiliser les textes. Quand nous nous reportons aux Annales royales, dont pourtant il transcrit littéralement des expressions et parfois des phrases entières, nous sommes confondus des erreurs d’interprétation et des bévues qu’il commet à chaque pas, ou des libertés qu’il prend avec le récit qu’il a sous les yeux. »

14 VK, 5, p. 10-12.

15 Ibid., 6, p. 12-14.

16 Ibid. 7, p. 14-19. P. 16-18 : usque dum omnibus qui resistere solebant profligatis et in suam potestatem redactis, decem milia hominum ex his qui utrasque ripas Albis fluminis incolebant cum uxoribus et paruulis sublatos transtulit et huc atque illuc per Galliam et Germaniam multimoda diuisione distribuit.

17 Ibid., 9, p. 21.

18 Ibid., 15, p. 32 : […] ipse (Carolus) per bella memorata primo Aquitaniam et Wasconiam totumque Pyrinei montis iugum et usque ad Hiberum amnem, qui, apud Nauarros ortus et fertilissimos Hispaniae agros secans, sub Dertosae ciuitatis moenia Balearico mari miscetur, deinde Italiam totam […].

19 Ibid., 9, p. 20 : [Quid in Hispania fecerit et de plaga quam in exercitu eius Vascones fecerunt]. Cum enim adsiduo ac pene continuo cum Saxonibus bello certaretur, dispositis per congrua confiniorum loca praesidiis, Hispaniam quam maximo poterat belli apparatu adgreditur. Saltuque Pyrinei superato omnibus quae adierat oppidis atque castellis in deditionem acceptis, saluo et incolomi exercitu reuertitur […].

20 Ibid., […] praeter quod in ipso Pyrinei iugo Wasconicam perfidiam parumper in redeundo contigit experiri. Nam cum agmine longo ut loci et angustiarum situs permittebat porrectus iret exercitus, Wascones in summi montis uertice positis insidiis – est enim locus ex opacitate siluarum quarum ibi maxima est copia insidiis ponendis oportunus – extremam inpedimentorum partem et eos qui nouissimi agminis incedentes subsidio praecedentes tuebantur, desuper incursantes in subiectam uallem deiciunt. Consertoque cum eis proelio usque ad unum omnes interficiunt ac direptis inpedimentis, noctis beneficio quae iam instabat protecti, summa cum celeritate in diuersa disperguntur.

21 Sans doute le col de Roncevaux même si le nom n’apparaît pas. Voir Rita Lejeune, « La localisation de la défaite de Charlemagne dans les Pyrénées en 778 d’après les chroniqueurs carolingiens », dans Coloquios de Roncesvalles (Agosto 1955), Saragosse, Universidad de Zaragoza, 1956, p. 73-103.

22 VK, 9, p. 20 : Adiuuabat in hoc facto Wascones et leuitas armorum et loci in quo res gerebatur situs. Econtra Francos et armorum grauitas et loci iniquitas per omnia Wasconibus reddidit inpares. In quo proelio Eggihardus regiae mensae praepositus, Anshelmus comes palatii et Hruodlandus Brittannici limitis praefectus cum aliis conpluribus interficiuntur. Neque hoc factum ad praesens uindicari poterat, quia hostis re perpetrata ita dispersus est ut ne fama quidem remaneret ubinam gentium quaeri potuisset.

23 L’épitaphe d’Eggihard (MGH, Poetae latini aevi carolini, I, p. 109-110) atteste l’existence de ce personnage et donne la date de la bataille (15 août). Le comte du palais Anselme est attesté dans des actes de 775 à 777 (MGH, Diplomata Karolinorum, I, 102, p. 147 et 110, p. 156).

24 La présence ou l’absence de Roland est une des trois variantes textuelles principales des manuscrits. Voir VK, Introduction, VIII, p. XCI-XCII.

25 Voir, pour les parallèles textuels entre les Annales et la Vita Karoli concernant notre propos, l’édition de Louis Halphen, p. 28-29, n. 1.

26 Dans la bibliographie classique sur la Chanson de Roland, on peut retenir : Prosper Boissonnade, Du nouveau sur la chanson de Roland, Paris, Champion, 1923 ; Robert Fawtier, La Chanson de Roland. Étude historique, Paris, De Boccard, 1933 ; Ramón Ménendez Pidal, La Chanson de Roland et la tradition épique des Francs, Paris, Picard, 19602 ; Barton Sholod, Charlemagne in Spain. The cultural legacy of Roncesvalles, Genève, Droz, 1966.

© Éditions de la Sorbonne, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search