Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Figures de l'autorité médiévale

 | 
Pierre Chastang
, 
Patrick Henriet
, 
Claire Soussen

Deuxième partie. Pouvoirs

La création de la vicomté d’Àger

Flocel Sabaté

Note de l’éditeur

Projet de recherche « Auctoritas. Iglesia, cultura y poder (siglos xii-xv) (HAR-2012-31484) ». Abréviations employées : ACA : Arxiu de la Corona d’Aragó ; ACN : Arxiu Comarcal de la Noguera, ACM : Arxiu de Can Massot (Moià) ; ADG : Arxiu Diocesà de Girona ; BnF : Bibliothèque nationale de France.

Texte intégral

  • 2 M. Zimmermann, « Le rôle de la frontière dans la formation de la Catalogne (ixe-xiie siècle) », dan (...)
  • 3 G. Feliu, « Existí el comte Bernat III de Besalú ? », Acta historica et archaeologica mediaevalia, (...)
  • 4 E. Xargay, « Els d’Aragall, castlans de Miralles i Queralt al Baridà », Ceretania, 5, 2007, p. 84-8 (...)
  • 5 C. Gascon, « Els darrers vescomtes de Cerdanya i el casal de Castellbò », Quaderns d’Estudis Andorr (...)
  • 6 A. Constant, « Entre Elne et Gérone : essor des chapitres et stratégies vicomtales (ixe-xie siècle) (...)

1Comme Michel Zimmermann a pu le montrer, la Catalogne trouve son origine dans une suite de comtés qui, détachés de la matrice carolingienne à partir du ixe siècle, ont été réunis, par des voies indépendantes mais convergentes, pour former l’espace que l’on dénomme Catalogne à partir du xiie siècle2. Cette destinée des comtés contraste avec la maigre connaissance qu’on en a, même dans des aspects essentiels comme les généalogies des comtes et des vicomtes. En 1998, Gaspar Feliu corrigea l’arbre généalogique des comtes de Besalú en extrayant le comte Bernard III qui n’aurait jamais existé et il expliquait à cette occasion que l’étude des maisons comtales a été étonnamment très négligée, si l’on excepte celle de Barcelone3. Récemment Enric Xargay4 et Carles Gascon corrigeaient l’arbre généalogique des vicomtes de Cerdagne en y ajoutant un vescomte oblidat, Pierre Raymond5. Il a fallu également attendre jusqu’à une période récente pour reconsidérer les origines de vicomtés comme celles de Rocabertí et de Taxó6. Si nous considérons les vicomtes d’Àger, les problèmes de chronologie sont encore plus importants, et une grande incertitude subsiste sur le siècle auquel il convient de rapporter la création de cette vicomté : xie, xiie, xiiie voire xive siècle.

Les vicomtes au haut Moyen Âge dans le nord-est de la péninsule Ibérique

  • 7 R. d’Abadal, « La institució comtal carolíngia en la pre-Catalunya del segle ix », Anuario de estud (...)
  • 8 F. Sabaté, « La tenencia de castillos en la Cataluña medieval », dans J. V. Cabezuelo (éd.), Alcaid (...)
  • 9 É. Bille, « Des vicomtes dans le comté de Cerdagne. Du fidèle du comte au seigneur féodal (ixe-xiie(...)
  • 10 F. Sabaté, « Catalunya Medieval », dans Albert Balcells (dir.), Història de Catalunya, Barcelone, L (...)

2La crise carolingienne poussa les comtes au repli dans leurs propres domaines et à la patrimonialisation de la charge. Depuis l’an 878, les nominations comtales n’émanent plus du roi, et la charge devient héréditaire pour des titulaires qui résident dans les domaines qu’ils gouvernent et dont le patrimoine propre inclut des biens fiscaux. Les efforts pour affermir les nouveaux lignages entraînent la promotion d’un entourage aulique où se distinguent des vicomtes dans tous les comtés – exception faite de Ribagorça et Pallars –, ainsi que des vicaires qui représentent le pouvoir comtal dans les districts castraux7 du territoire8. Le poids du vicomte comme délégué comtal s’accentue dans ces districts où les absences du titulaire sont récurrentes – c’est le cas de Gérone et d’Osona, rattachées au comte de Barcelone – mais également dans des cas singuliers, comme celui d’Empúries qui dispose d’un vicomte dans l’entourage comtal et d’un autre à Perelada. Le vicomte peut ainsi devenir un délégué territorial. Quand le comte de Besalú incorpore le Vallespir, provenant du Roussillon, il y désigne un vicomte. En Cerdagne, la situation est triple : un vicomte est présent dans l’entourage comtal, un autre dans la région intérieure du Conflent9 et un troisième s’occupe, dans la région frontalière de Berga, de l’espace en expansion de la Marche10.

  • 11 J. M. Salrach, « Défrichement et croissance agricole dans la Septimanie et le nord-est de la pénins (...)
  • 12 M. Riu, « El paper dels “castra” en la redistribució de l’hàbitat al comtat d’Osona », Ausa, 10/2, (...)
  • 13 F. Sabaté, El territori de la Catalunya medieval, Barcelone, R. Dalmau, Fundació Salvador Vives Cas (...)
  • 14 F. Sabaté, L’expansió territorial de Catalunya (segles ix-xii) : Conquesta o repoblació ?, Lérida, (...)

3Situés ainsi dans la proximité immédiate du pouvoir comtal, les vicomtes tirent profit de la nécessité dans laquelle se trouvent les comtes, pour consolider leur influence, de construire un réseau de fidélité entre barons, tout en utilisant, dans ce but, les ressources provenant du fisc public, parmi lesquels figurent les revenus et la juridiction. Au long de la seconde moitié du xe siècle, cette dynamique favorise la consolidation de la transmission héréditaire de la charge et la patrimonialisation des revenus territoriaux afférents. En même temps, les vicomtes ne cessent d’acquérir de nombreuses propriétés aussi bien à l’intérieur des territoires anciens que dans les terres nouvelles de la frontière. En fait, les lignages vicomtaux et vicariaux ainsi que les supérieurs ecclésiastiques issus de leurs rangs et des rangs comtaux, sont les grands bénéficiaires de la dynamique qui, entre les ixe et xe siècles, transforme les comtés au moyen de la croissance démographique, de l’augmentation du défrichement11 et d’une nouvelle articulation territoriale de nature castrale12. Ce changement social et économique consolide non seulement les comtés comme des organismes13, mais induit, tout au long du xe siècle, une expansion systématique sur l’espace désorganisé de la frange frontalière, commandée par des évêques, abbés et membres des lignages vicariaux et vicomtaux14.

  • 15 F. Sabaté, La feudalización de la sociedad catalana, Grenade, Universidad de Granada, 2007, p. 47.
  • 16 A. Benet, « L’origen de les famílies Cervelló, Castellvell i Castellet », Acta historica et archaeo (...)
  • 17 A. Benet, « Sant Benet de Bages », Catalunya romànica, t. 11, El Bages, Barcelone, Enciclopèdia Cat (...)
  • 18 A. Benet, « La repoblació de la Segarra a l’alta Edat Mitjana (segles ix-xi) », Palestra Universita (...)
  • 19 A. Constant, « Entre Elne et Gérone… », art. cité, p. 176-186.
  • 20 F. de Monsalvatje, El vizcondado de Bas, Olot, J. Bonet, 1893, p. 27-28.
  • 21 P. de Marca, Marca Hispanica sive limes hispanicus, Paris, F. Muguet, 1688 (facsimilé, Barcelone, B (...)
  • 22 L. Martínez i Teixido, Les famílies del Pallars en els segles xi i xii, Lérida, Ed. Pagès, 1991, p. (...)
  • 23 P. Català, Extinció del vescomtat de Barcelona, Barcelone, R. Dalmau, 1974, p. 33-47.
  • 24 L. J. McCrank, « La restauración eclesiástica y reconquista de Cataluña en el siglo xi. Ramón Beren (...)
  • 25 H. Dolset, « Vicomtes et vicomtés en Catalogne frontalière aux ixe-xiie siècles (Barcelone, Gérone, (...)
  • 26 F. Rodríguez Bernal, « Entre le récit historique et le discours politique : le Liber Feudorum Maior(...)

4Ainsi, fortement favorisés par l’obtention de revenus et de pouvoirs juridictionnels, les vicomtes partagent les stratégies baronniales. Afin de consolider leur propre puissance au début de la seconde moitié du xe siècle, ils n’hésitent pas à tenir tête aux comtes eux-mêmes, comme le font les vicomtes de Conflent à l’égard des comtes de Cerdagne15. La frontière est un espace et une source de revenus favorables à l’enracinement des branches secondaires des lignages vicomtaux et des familles vicariales16. L’évolution des descendants du vicomte Unifred de Conflent est paradigmatique de ce point de vue. À sa mort en 946, son fils Isard lui succède, ce dernier garantissant la continuité dynastique du titre vicomtal, tandis qu’un autre fils, Salla, consolide son propre dynamisme sur la frontière17, d’où surgiront et s’enracineront, au fur et à mesure de la progression, d’autres lignages, comme les Riner et les Cervera18. Dans cette dynamique de patrimonialisation, de seigneuralisation et d’accaparement de droits et de biens, les vicomtes s’éloignent du service comtal et se replient dans leurs propres domaines, sur lesquels repose désormais l’image de leur puissance. Dès l’entrée dans le xie siècle, les vicomtes d’Osona prennent le nom du centre de leurs domaines, aux portes de la frontière : viceschomite Chardonense. C’est le parcours que les autres suivront avant le milieu du xie siècle : le vicomte de Vallespir devient vicomte de Castellnou ; la vicomtesse de Gérone apparaît comme vicomtesse de Montsoriu ; et celui de Cerdagne, comme vicomte d’Urtx. Les liens généalogiques avec des branches latérales proches témoignent de la porosité entre élites aristocratiques, en même temps qu’ils contribuent aux singularisations, comme cela se produit avec le passage de la vicomté de Roussillon à celle de Tatzó, avec la participation d’une branche de la vicomté d’Empúries, et de celle de Perelada à celle de Rocabertí au moyen d’une branche des vicomtes de Besalú19. Dans ce comté, l’adaptation de la dénomination de Bas disparaît avant l’entrée dans le xiie siècle, coïncidant avec l’extinction comtale et le changement dynastique dans la possession vicomtale20. Dans tous les cas, la base des revenus constitue l’élément fondamental ; c’est la raison pour laquelle Montsoriu ne sera pas la dénomination définitive utilisée par les anciens vicomtes de Gérone. Ils adoptent celle de Cabrera, où ils assoient leur domaine patrimonial, sans que l’appartenance originelle de cet endroit au comté d’Osona ne constitue un obstacle. Au Pallars où la figure vicomtale avait été évitée grâce à la politique de gestion familiale, notamment entre frères des comtes, la lente incorporation du titre vicomtal au xie siècle mène à l’apparition des vicomtes de Siarb21, dénomination qui se stabilise au xiie siècle avec la famille de Vilamur22. À la même époque, la tentative d’enraciner le lignage vicomtal de Barcelone à la Guàrdia, sur la frontière, entre en opposition avec la maison comtale, ce qui finit par faire avorter cet enracinement23. Précisément, le comté de Barcelone avait recouru, dans la seconde moitié du xie siècle, à une figure vicomtale de création nouvelle, à Tarragone, afin d’en promouvoir l’occupation à partir du château de Tamarit24. L’échec de l’initiative et le manque de patrimoine suffisant finissent par le diluer dans un titre plus prestigieux, celui de vicomte de Cardona25, en même temps que la maison comtale de Barcelone se préoccupe de retenir la juridiction sur le château de Tamarit26.

  • 27 J. Miret y Sans, Investigación histórica sobre el vizcondado de Castellbó, Barcelone, La Catalana d (...)
  • 28 F. Sabaté, « Organització administrativa i territorial del comtat d’Urgell », dans El Comtat d’Urge (...)
  • 29 F. Sabaté, « Armengol I », « Armengol II », « Armengol III », « Armengol IV », « Armengol V », dans(...)
  • 30 A. Benet, Històries insòlites, Manresa, Edicions Parcir Selectes, 1992, p. 207-212.
  • 31 F. Sabaté, « Las tierras nuevas en los condados del nordeste peninsular (siglos x-xii) », Studia hi (...)
  • 32 F. Sabaté, Història de Lleida. Alta edad media, Lérida, Ed. Pagès, 2004, p. 134-143.
  • 33 D. Sangés, « Recull de documents del segle xi referents a Guissona i la seva Plana », Urgellia, 3, (...)

5Il faut aussi entrer dans le xiie siècle pour constater que les vicomtes d’Urgell se sont enracinés dans leur domaine de Castellbò au point d’en prendre le nom27. À ce moment-là, le processus de seigneuralisation par les différents barons et les seigneurs ecclésiastiques a quasiment refoulé le pouvoir comtal des espaces originaires d’Urgell. C’est la raison pour laquelle le comte s’est vu obligé d’ouvrir de nouveaux espaces en terre musulmane28, dans une activité guerrière qui conduit quatre des cinq titulaires du comté au xie siècle à une fin tragique et prématurée : trois morts lors de batailles contre les musulmans dans la péninsule Ibérique (Ermengol Ier, Ermengol III et Ermengol V) et un disparu en Terre sainte (Ermengol II). Les minorités d’âge des comtes qui en découlent ne font que contribuer à l’affaiblissement du patrimoine comtal au profit des revenus et des juridictions obtenus par les barons, parmi lesquels figure la famille vicomtale29. Ces cessions à l’intérieur des territoires se combinent avec l’action sur une frontière devenue espace de convoitise féodale, en raison du butin qui y est obtenu30 et de l’obtention de terres supports de relations vassaliques31. En fait, la puissance seigneuriale, la faiblesse comtale et le flux de terres nouvelles facilitent l’introduction précoce, dans le comté d’Urgell, des relations féodales. Tout au long du xie siècle, la taïfa musulmane de Lleida combine la cession d’argent au moyen des parias, la renonciation à des territoires par pacte et la perte d’espaces grandissants qui sont conquis par les seigneurs féodaux32. Ceux-ci jouissent d’assez de puissance pour pouvoir progresser soutenus par leurs propres forces, accaparant ainsi totalement de vastes étendues. Dans le comté d’Urgell, ces dernières sont formellement intégrées, par exemple lorsque l’évêque occupe la plaine de Guissona autour de 102433 ou lorsque les lignages vicariaux comme les Tost – au sein duquel se distingue Arnaud Mir de Tost –, accumulent un vaste patrimoine en combinant des achats, des échanges et des conquêtes, parmi lesquels figure la vallée d’Àger qui devient un centre seigneurial.

Les vicomtes d’Àger

6L’Epítome dels vescomtes d’Àger, que recueillit le secrétaire de Pierre de Marca, Étienne Baluze, au xviie siècle, éclaire la création de la vicomté par Charlemagne, bien que cette dernière ne soit connue qu’à partir de sa cession par le comte d’Urgell à Arnaud Mir de Tost, qui conquiert tout de suite après la vallée du même nom :

  • 34 Paris, BnF, ms. espagnol 102, fol. 63v.

Lo present vescomptat de Àger fonc instituït com està dit en la ordinació feta per Carles Maynes, emperador en lo any 791 e fonc sotsposat al comptat de Urgell e no· s troba tampoc an a qui fonc donat ne qui· l poceï fins que essent en temps d · en Ramon Berenguer primer d’aquest nom compte de Barcelona cognomenat lo Vell, en Armengol quart de aquest nom compte de Urgell dit de Barbastre, donà la conquesta del dit vescomptat de Àger an en Miró de Tost, fill d · en Arnau Roger de Pallàs, lo qual lo recobrà dels moros que· l tenian ocupat, lo qual vescompte morí aprés sens infants e edificà lo monestir dit Sant Pere de Àger sots la regla dels canonges seglars de Sant Agustí, donant en aquell bona part del dit vescomptat de Ager34.

  • 35 D. Costa y Bafarull, Memorias de la ciudad de Solsona y su iglesia, vol. 2, Barcelone, Editorial Ba (...)
  • 36 F. Pasquier, Charte fausse de l’organisation de l’Andorre sous Charlemagne, Paris, Impr. nationale, (...)
  • 37 J. Balagué, Monografia de historia de Camarasa, La Pobla de Segur, Casa Torres, 1985, p. 36.
  • 38 Moià, ACM, manuscrits inédits 1 : F. Vilarrúbies, Notícias para escribir la historia de Moyá, inédi (...)
  • 39 J. Pella y Forgas, Historia del Ampurdán. Estudio de la civilización en las comarcas del Noreste de (...)

7Cette explication fait partie de la tendance historiographique à rattacher les hauts titres à Charlemagne ou à Louis le Pieux, ce qui a parfois conduit à les ériger en fondateurs de nombreuses églises et monastères35 et en créateurs de territoires nettement plus tardifs – comme la république d’Andorre36, le marquisat de Camarasa37 ou la sous-viguerie de Moià38. C’est la raison pour laquelle, déjà en 1883, Josep Pella affirma avec ironie que bien parece que todo cuanto se obró e hizo contra moros fué por las propias manos del gran emperador de los francos39.

8L’importance de l’action d’Arnaud Mir de Tost rend possible qu’il soit le fondateur de la vicomté. Ce qui est d’ailleurs assumé comme tel au xviiie siècle, comme le note le rapport rédigé en 1748 par l’archiprêtre d’Àger Joan Jeroni Mateu :

Agerensis ecclesia fuit a strenuo duce Arnaldo Mir de Tost ex comitibus Pallarensibus qui castrum villam totamque Agerensem valle ab Arabum tirannide eripuit hiisque in ditionem suam redactis vicecomes Agerensis audiit.

  • 40 ADG, Fons inèdits, Josep Maria Marquès, Visites ad limina, non numéroté.

9Arnaldus Miro de Tost, vicecomes Agerensis et Arcendis eius nobilissima coiunx en deviennent les tout premiers seigneurs et leurs successeurs maintiendront le titre vicomtal, comme Geraldus vicecomitis Agerensis40.

  • 41 Arnaldo Mir conquistó a los sarracenos una gran parte de territorio, perteneciente a la cordillera (...)
  • 42 J. Bolòs, Diccionari de la Catalunya medieval (ss. vi-xv), Barcelone, Edicions 62, 2000, p. 260.
  • 43 J. Trenchs, R. Conde, « La escrivania-cancillería de los condes de Urgel (s. ix-1414) », Folia Muni (...)

10Selon Coma Soley, le comte d’Urgell aurait décerné le titre à Arnaud Mir de Tost au milieu du xie siècle en reconnaissance de son action de conquête41. Il s’agirait d’une vicomté découlant de l’exploit de ce baron autour d’Àger, comme Jordi Bolòs l’a écrit : la conquesta de terres musulmanes motivà la creació del vescomtat d’Àger per Arnau Mir de Tost42. La vicomté serait ainsi le fruit de la fragmentation féodale vécue sous Ermengol III et de la reconnaissance dont bénéficient les vastes domaines que certains nobles sont capables d’obtenir à la frontière. Tout de suite après Ermengol IV utilise les liens de la féodalité pour reconstruire un ordre qui ordonne la société jusqu’au sommet qu’il occupe. De cette stratégie, Trenchs et Conde déduisent que le titre naît en 1069, par la volonté du comte, lequel créerait la vicomté de Castellbò dans le Nord et celle d’Àger dans le Sud pour qu’elles l’aident à gouverner un vaste territoire : le titre, ainsi, ne surgirait pas du désordre féodal mais de l’ordre féodal43.

  • 44 J. de Villanueva, Viaje literario a las Iglesias de España, vol. 9, Valence/Madrid, Real Academia d (...)
  • 45 F. Fité, E. González, Arnau Mir de Tost, un senyor de frontera al segle xi, Lérida, Edicions de la (...)
  • 46 P. Freedman, Church, Law and Society in Catalonia, 900-1500, Aldershot, Ashgate, 1995, chap. vii, p (...)
  • 47 F. Sabaté, « Arnaldo Mir de Tost », dans Diccionario biográfico español…, op. cit., vol. 35, p. 223 (...)
  • 48 F. Rodríguez Bernal, « La frontera meridional catalana en el siglo xi : un espacio vizcondal », dan (...)
  • 49 P. Sanahuja, « Arnau Mir de Tost, caudillo de la reconquista en tierras de Lérida (2) », Ilerda, 1/ (...)
  • 50 Col·lecció diplomàtica de Sant Pere d’Àger fins 1198, vol. 1, éd. par R. Chesé, Barcelone, Fundaci (...)
  • 51 Diplomatari de l’Arxiu diocesà de Solsona (1101-1200), vol. 1, éd. par A. Bach, Barcelone, Fundació (...)
  • 52 C. Baraut, « Els documents, dels anys 1093-1100, de l’Arxiu capitular de la Seu d’Urgell », Urgelli (...)
  • 53 A. de Fluvià, « Los vizcondes de Urgell, después llamados del Alt Urgell, y finalmente de Castellbó (...)
  • 54 F. Fité, Reculls d’història de la vall d’Àger, t. 1, Període antic i medieval, Àger, Centre d’Estud (...)
  • 55 Miret y Sans, Investigación històrica…, op. cit., p. 92.
  • 56 S. Sobrequès, Els barons de Catalunya, Barcelone, Editorial Teide, 1957, p. 36.
  • 57 Col·lecció diplomàtica de Sant Pere d’Àger…, éd. cit., vol. 1, p. 400.

11Néanmoins, Villanueva avertit qu’il faut parvenir au xiie siècle pour trouver des vicomtes intitulados con el nombre particular de los fundos o heretamientos paternos44. Et dans les documents, on peut constater qu’Arnaud Mir de Tost n’utilisa aucun titre vicomtal45, bien qu’il provînt d’une puissante famille vicariale très proche de l’entourage comtal d’Urgell et apparentée, du côté maternel, à la maison vicomtale de Conflent. En réalité, il créa et concentra à Àger un vaste domaine seigneurial cohérent46. Pour manifester sa spécificité, il fit consacrer l’église canoniale par l’évêque de Roda au lieu de celui d’Urgell et consentit un grand effort financier pour la rattacher directement à Rome47. Ce domaine serait passé à un fils homonyme d’Arnaud Mir de Tost, avec le titre vicomtal si l’on en croit Francesc Rodríguez Bernal dans une publication récente48. Mais cette affirmation n’apporte aucune justification documentaire qui permette de corriger le consensus existant sur le fait que les droits sur Àger furent cédés, à la mort d’Arnaud Mir de Tost en 1071, à travers sa fille Ledgarda, au mari de celle-ci, le vicomte Ponce de Cabrera, et à leur fils mineur, Géraud49. Les époux étaient établis sur les terres d’Urgell comme domnus Poncius vicecomes et uxor eius Ledgardis vicaecomitissa. La tension suscitée par les prétentions juridictionnelles du vicomte débouche sur un pacte en 1074 inter dominum comitem Ermengaudum Urgelli et Poncium vicecomitem et Gerallum filium eius. Le vicomte devient une figure essentielle à côté du comte, dans un contexte de guerre orienté vers la prise de la ville islamique de Balaguer. Il associe au gouvernement son fils Géraud qui devient l’homme fort du comté, notamment à partir de 1092, sous la minorité du comte Ermengol V, qui passe de longs séjours en Castille. En 1093, ce dernier ne manquera pas de céder Àger à Géraud dans les mêmes conditions que celles suivant lesquelles le vicomte tenait le fief sous le comte précédent. La documentation cite Géraud en se servant de l’anthroponyme, comme dans l’accord établi avec le comte en 1098 (hoc est conveniencia que fuit facta inter comes Ermengaudus et Maria comitissa et Gerallus Poncii et Gelvira uxor sua50), ou comme vicomte (ego Gerallus vicecomes51). Dans la donation de biens qu’Ermengol V effectue à la cathédrale de la Seu d’Urgell, Geraldus Poncii vicecomes et Raimundus Mironi vicecomes figurent en tant que premiers témoins, mettant ainsi en évidence une cour comtale qui compte sur le soutien du tout premier vicomte d’Urgell et du nouveau vicomte possessionné autour d’Àger52. C’est pourquoi Armand de Fluvià adopte cette date pour situer la naissance d’une vicomté du Bas Urgell, prise aux musulmans au xie siècle53, et dont Géraud serait le premier titulaire54. Il s’agirait donc comme Miret i Sans l’expliquait, d’un titre créé par le comte car, vu l’étendue du comté, le premier vicomte d’Urgell, celui de Castellbò, no podia representar a su jefe en tan apartados y grandes estados55. Santiago Sobrequès était du même avis. Renforcés par le fait que le père étant en vie alors que le fils portait le titre vicomtal, on peut supposer qu’il s’agissait de deux vicomtés différentes, celle du père à Gérone et celle du fils à Urgell, et ce, parce que Géraud havia heretat de la seva mare els dominis d’Àger amb el títol vescomtal56. L’appréciation est cependant sans fondement car le titre n’apparaît que lorsqu’il s’apparente à la famille de Gérone. En réalité, et en dépit de la présence de Géraud dans la zone d’Urgell, son père n’avait pas renoncé à ses droits ; c’est la raison pour laquelle en 1098, par exemple, une donation de biens sis in comitatu Urgellensi et Bergitanensi est faite à Gerallo Pontii et Poncio vicecomiti, qui sont tous deux mentionnés comme vicomtes57.

  • 58 Els pergamins de l’Arxiu Comtal de Barcelona, de Ramon Berenguer II a Ramon Berenguer IV, vol. 2, I (...)
  • 59 Marca, Marca Hispanica…, op. cit., col. 1248.

12La bibliographie a accepté de manière généralisée cette chronologie : quand, par exemple, en 1106, la documentation de la zone d’Urgell se réfère seulement à ille vicecomes don Gerallus Poncii cum illa vicecomitissa domna Gelvira, les transcripteurs actuels n’hésitent pas à consigner dans les regestes qu’il s’agit de Guerau II de Cabrera, vescomte de Girona i d’Àger i la seva muller la vescomtessa Elvira58. En réalité le vicomte mentionne naturellement sa condition de vicomte dans les terres de Gérone : Geraldus Pontii vicecomes Gerundensis, dit-il en 111759. Mais en revanche, dans la zone d’Urgell, il continue à se présenter dans sa condition de vicomte ou, dans d’autres cas, à utiliser seulement l’anthroponyme : Gerallus Poncii et coniux mea Elvira font une donation à Sant Pere d’Àger en 1108 ; c’est Gerallus vicecomes qui a conquis en 1116 le castrum malignum d’Os et l’accord qui en découle avec le comte Ermengol VI est une convenientia que est facta inter illo comite et illo vicecomite, afin que mittet ille comite Ermenguado ad illum vicecomtem la possession d’Os. De façon similaire, en 1122, dans une donation, Géraud se présente comme Gerallus Poncii vicecomes donator et vinditor sum, tandis qu’un accord est établi inter Gerallus Poncii viscecomite et Alegret, de la même manière qu’en 1129 un autre accord est signé entre domnus Gerallus Pontii vicecomes et Arnallus Petri de Girveta, ou qu’en 1124 Géraud établit qu’ego Gerallus vicecomes donne une tour à Ivars à Martino Adalberto […] et uxor tua. Cet accord repose sur le pouvoir du comte et la volonté divine : Gerallus gratia Dei vicecomes dit-on dans la donation à la Seu d’Urgell en 1130. En même temps d’autres donations continuent à insister sur la condition vicomtale de Géraud ou à le dénommer en se référant à Cabrera. Quand, dans le premier tiers du xiie siècle, Ferrer de Conques se dessaisit de la vassalité qui le lie au comte d’Urgell pour assumer celle qui l’unit à Géraud, le premier est intitulé Ermengaudus comes Urgell et le second dénommé Gerallus de Capraria.

  • 60 Col· lecció diplomàtica de Sant Pere d’Àger…, éd. cit., vol. 1, p. 473-474, 505-506, 508, 531-534 5 (...)
  • 61 Villanueva, Viaje literario…, op. cit., vol. 9, p. 279.
  • 62 Ibid., p. 241 ; Josep Maria Pons Guri, El Cartoral de Santa María de Roca Rossa, Barcelone, Fundaci (...)

13Cependant des mentions explicites sont attestées. Quand, en 1131, le vicomte Géraud Pons rédige son testament, il s’intitule Gerallus vicecomes ; mais quand l’année suivante son testament est publié, il est désigné comme dompnus Gerallus Poncii vicecomes de Ager60. De manière semblable, en 1143, son petit-fils Géraud III effectue une donation à l’église canoniale en s’attribuant le titre explicite de vicecomes Ageris61, alors qu’en 1145 il se présente comme ego Geraldus de Cabrera Gerundensis ac Urgellensis vicecomes62. Un double titre vicomtal est donc allégué. C’est pourquoi Henri Dolset en déduit que pour les vicomtes de Cabrera

  • 63 Dolset, « Vicomtes et vicomtés en Catalogne… », art. cité, p. 163-166.

la possession d’un titre vicomtal ancien et prestigieux (Gérone) ne les a pas empêchés d’en ajouter un autre beaucoup plus récent (Àger), dans la mesure où ce dernier était porteur du prestige des victoires presque légendaires de leur ancêtre Arnau Mir de Tost63.

  • 64 Col· lecció diplomàtica de Sant Pere d’Àger…, éd. cit., vol. 1, p. 448-450 et vol. 2, p. 645-646.
  • 65 J. Villanueva, Memorias cronológicas de los condes de Urgel, Balaguer, Gráfica Romeu, 1976, p. 171.

14Il est vrai que la mémoire du fondateur est conservée. En 1102 le fils du comte de Pallars se présente comme Arnallus Raimundi nepos Arnalli Mironi de Tost et l’église canoniale rappelle souvent que domnus Arnallus edificavit hanc ecclesiam, essentiellement pour fonder sur des arguments solides ses revendications sur des droits et des biens64. Les mentions vicomtales sur Àger ont une valeur emphatique ; elles ne sont pas employées dans les titres officiels. Les scribes font usage du titre de vicomte d’Àger et lui-même en fait étalage, combinant ainsi une perception et une projection de la qualification, cohérente avec l’existence d’un domaine territorial homogène et avec la condition personnelle de vicomte. Mais cette dénomination n’est pas conservée dans les titulatures officielles et permanentes. C’est toujours une condition personnelle que l’on peut rattacher aux traditions castillanes qui a été assumée aussi bien par les comtes d’Urgell que par les Cabrera. Précisément, le grand-père et tuteur d’Ermengol VI, le comte castillan Ansúrez, se présentait de sa propre initiative comme Petrus comes Urgellensis pour renforcer sa position65.

  • 66 E. Fernández-Xesta y Vázquez, Un magnate catalán en la corte de Alfonso VII. Comes Poncius de Cabre (...)
  • 67 ACA, parchemins Ramon Berenguer IV, liasse 3436, parchemin 3.
  • 68 Col· lecció diplomàtica de Sant Pere d’Àger…, éd. cit., vol. 2, p. 647, 649-650, 653, 710-711, 803- (...)

15Les domaines d’Àger, bien qu’extrêmement homogènes et stables, additionnant les deux vallées de l’Àger et de la Farfanya –, commandées par deux villes dont la croissance est vigoureuse – Àger et Castelló –, deviennent un domaine de plus dont jouit le fils et successeur de Géraud III, le puissant Ponce III, en se plaçant au service d’Alphonse VII de Castille66. Tout au long de toute la seconde moitié du xiie siècle toute référence vicomtale à Àger disparaît, bien que les détenteurs de la seigneurie fassent mention tout à fait normalement du titre vicomtal de Cabrera67. On continue à voir, dans le territoire d’Urgell, les mentions vicomtales, comme la dominicatura vicecomitis de 1186, et le titulaire de la seigneurie qui agit dans la zone d’Àger se donne toujours le titre de vicomte de Cabrera – Gerallus de Cabrera –, comme lorsqu’il fait une donation en 1156 ou quand, l’année suivante, Berengaria vicecomitissa de Capraria, maxima infirmitate pressa teste en présence de son mari, qui souscrit comme Geralus de Capraria vicecomes. Toute la documentation répète le même titre, que ce soit la sentence arbitrale de 1157 pour faire cesser les tensions inter dominum et comitem Urgellensem et Gueraldum de Cabraria, les accords comme celui passé en 1174 inter dompnum Poncium de Cabraria vicecomite et Bernardum de Stopanano, la vassalité établie l’année suivante avec le comte de Pallars, les accords avec le comte d’Urgell en 1187 et 1191, ou le pacte avec Arnaud d’Anglesola en 1190. Très clairement, en 1195, dans les concessions de la Paix et la Trêve de Dieu octroyées par Ermengol VIII, le pape Alexandre III s’adresse à l’Urgellens comiti, nobili viro comiti Paliarensi et au nobili viro P. vicecomiti de Capraria. En 1187, P. de Capraria souscrit à la suite du comte, et en 1189 avec le roi Alphonse d’Aragon, commemoratiu ipsius facti quod fuit inter domum regem Aragonensem et Ponsium vicecomitem de Capraria68.

  • 69 F. Sabaté, « Armengol VII », « Armengol VIII », Diccionario biográfico Español…, op. cit., vol. 5, (...)
  • 70 D. Domingo, A la recerca d’Aurembiaix d’Urgell, Lérida, Universitat de Lleida, 2007, p. 45-112.

16Aussitôt après la mort d’Ermengol VIII en 1209, le vicomte Géraud IV revendique la succession du comté, en vertu du testament d’Ermengol VII et contre l’opinion du défunt, qui avait désigné sa fille, Aurembiaix69, ce qui suscite l’intervention royale dans le comté70. À partir de cette prétention, Villanueva présente Géraud comme le responsable de l’appariement du titre comtal d’Urgell et de celui de la vicomté d’Àger :

  • 71 Villanueva, Viaje literario…, op. cit., vol. 9, p. 105.

El vizcondado de Ager, por haver faltado en su principio la línia masculina de Arnaldo Mir Tost, pasó a la familia de Cabrera; y que cuando esta se apoderó del condado de Urgel, entonces se unieron a aquellos estados los de Ager. Así es que este Geraldo de quien hablé últimamente siempre se intituló a si mismo «conde de Urgel y vizconde Ager» y ambos títulos siguieron siempre unidos hasta el último conde D. Jaime de Aragón en la entrada del siglo XV71.

  • 72 E. Fernández-Xesta, « El nacimiento de unas armas heráldicas catalanas : el caso del escudo del lin (...)
  • 73 Documentos de Jaime I de Aragón, vol. 1, 1216-1236, éd. par A. Huici Miranda, M. D. Cabanes Pecourt (...)
  • 74 J. Serra y Vilaró, « Don Jaume lo Conqueridor y en Guerau de Cabrera », Boletín de la Real Academia (...)
  • 75 Villanueva, Viaje literario…, op. cit., vol. 9, p. 217.
  • 76 E. Corredera, El archivo de Áger y Caresmar, Balaguer, s. d., p. 136-137 ; ACA, Chancellerie, parch (...)
  • 77 Trenchs, Conde, « La escrivania-cancillería… », art. cité, p. 51.
  • 78 Documentos de Jaime I…, éd. cit., vol. 1, p. 286-288, 336-363.
  • 79 J. M. Font i Rius, Estudis sobre els drets i institucions locals en la Catalunya medieval, Barcelon (...)

17Toutefois, la documentation comme l’héraldique72 montrent Géraud IV, qui porte le titre de vicomte de Cabrera pour ses domaines orientaux, plaçant tous ses domaines occidentaux sous la titulature comtale d’Urgell73 : nos, Geraldus Dei gracia Comes Urgellensis et Vicecomes Caprarie74. En se retirant dans la commanderie templière de Gardeny en 1128, Géraud divise ses domaines entre ses deux fils : à Géraud il lègue la vicomté de Cabrera et à l’aîné Ponce le comté d’Urgell. Bien que Villanueva lui attribue des mentions vicomtales de Cabrera75, en réalité Ponce fait usage du titre comtal76, que ce soit dans des documents ou dans la sigillographie : Sigillum Poncii Dei gratia Urgellensis comitis77. Avec la mort d’Aurembiaix, en 1231, ses droits passent à son mari Pierre, lequel les cède au roi Jacques Ier se référant à l’intégralité du comitatum Urgelli. Jacques Ier l’ajoutera à son titre : Dei gratia rex Aragonum et regni Maioricarum comes Barchinone et Urgelli et dominus Montispessulani78. L’accord de Tàrrega de 1236 ajuste les positions : le roi cède le comté aux Cabrera, en même temps que ces derniers acceptent de le tenir en fief au nom du souverain. Ce qui ne les empêchera pas de continuer à invoquer la grâce divine dans leur titre, lequel se concentre sur le comté d’Urgell, comme le fait le fils de Ponce Ier, le comte Alvare (nobilis dominus Alvarus Dei gratia comes Urgellensis79).

  • 80 F. Sabaté, « El poder soberano en la Cataluña bajomedieval : definición y ruptura », dans F. Forond (...)
  • 81 F. Sabaté, « Alvaro I », Diccionario biográfico Español…, op. cit., vol. 2, p. 786-789.

18L’enchaînement de conflits dans le comté d’Urgell entre 1208 et 1280 devient une caisse de résonance accablante des tensions entre la monarchie et la noblesse catalane80. La tension se complique avec le sort personnel du comte Alvare qui, après avoir répudié Sibylle d’Anglesola en 1255 au pied même de l’autel, contracta un mariage avec Constance de Montcada en 1253 et avec Cécile de Foix en 1256, représentants de deux groupes opposés de la noblesse. Des tensions armées, des invasions du comté par des nobles et par le roi, ainsi que l’enchaînement de sentences ecclésiastiques contradictoires sur la validité des mariages se produisent alors. Il en découle une forte désarticulation du comté, un appauvrissement de la maison comtale et un malheur pour le comte qui finit relégué à Foix, où il mourut jeune en 126881. Conscient de la gravité de la situation et étant à l’article de la mort, Alvare se préoccupa du sort de ses deux fils mineurs, Ermengol et Alvare. Il désigne son fils aîné Ermengol comme son successeur et élève la seigneurie d’Àger, qui était dans tout le comté l’espace le plus compact et le plus homogène du point de vue institutionnel, fiscal et géographique, au rang de vicomté. Il était sûrement au courant des mentions antérieures du xiie siècle auxquelles s’attachait une valeur emphatique. C’est ainsi que, sous ces objectifs spécifiques, la vicomté d’Àger est créée.

  • 82 ACA, Cancelleria, reg. 192, fol. 103r.
  • 83 F. Sabaté, « Mercats i capitalitats urbanes al comtat d’Urgell », dans Id. (éd.), El mercat de Bala (...)
  • 84 Á. Masia de Ros, Relación castellano-aragonesa desde Jaime II a Pedro el Ceremonioso, vol. 1, Barce (...)
  • 85 Pergamins de privilegis de la ciutat de Balaguer, éd. par D. Domingo i Rúbies, Lérida, Edicions de (...)

19À partir de ce moment, un frère souscrit comme Ermengaudus comes Urgellensis, et l’autre comme Alvaro vicecomes Agerensi82, bien que le neveu du comte Alvare Ier, le vicomte Géraud VI de Cabrera, en réclame dès le début les droits en alléguant l’illégitimité des deux frères mineurs. Ermengol X, surtout entre les années 80 du xiiie siècle et la première décennie du siècle suivant, obtient, par ses relations avec la maison royale, la stabilisation du comté d’Urgell du point de vue social et économique, sa délimitation extérieure et sa consolidation institutionnelle intérieure, parvenant à des accords avec les différents barons et, de façon remarquable, avec les gouvernements urbains importants du comté83. La nouvelle vicomté d’Àger, administrée depuis Castelló de Farfanya, partage cette dynamique. Mais Alvare meurt tragiquement dans la bataille maritime d’Orlando en 1299, en servant Jacques II84. Le patrimoine est réintégré au comté. Ermengol X n’a aucune intention de sauvegarder la vicomté. La structure institutionnelle est rattachée directement au comté. Il s’intitule d’ailleurs Ermengaudus Dei gratia comes Urgelli, aussi bien avant qu’après avoir absorbé la vicomté d’Àger85.

  • 86 Els testaments dels comtes de Barcelona i dels reis de la Corona d’Aragó. De Guifré Borrell a Joan (...)
  • 87 Fité, Reculls d’història…, op. cit., p. 238.
  • 88 El cartulari de Xestalgar. Memòria escrita d’un senyoriu valencià, éd. par M. Pastor i Madalena, Ba (...)
  • 89 ACN, fons Ajuntament de Balaguer, ms. 3809, fol. 151v.

20La dotation d’une vicomté avec des droits et des revenus provenant du comté d’Urgell a alerté le monarque Jacques Ier qui a toujours gardé le titre comtal d’Urgell en tant que possesseur de la juridiction supérieure. C’est pourquoi dans le codicille testamentaire rédigé en 1276, il ne manque pas de disposer pour son fils aîné Pierre des droits que et quas habemus et habere possumus seu debemus in comitatu et vicecomitatu Urgelli86. Conformément à la même préoccupation, la mention et définition explicite de la vicomté sont inclus dans l’accord par lequel Jacques II négocie avec Ermengol X afin qu’à sa mort, ses domaines passent à la maison royale, en la personne de celui qui était alors son fils cadet Alphonse. Ce dernier se marie à Teresa d’Entença, petite-fille d’Aliénor, fille du premier mariage du comte Alvare87. Le mariage et la transmission du comté ont lieu en 1314. Les contrats matrimoniaux de celui-ci prennent tout à fait normalement en charge la vicomté d’Àger, et c’est pour cela que certains lieux sont définis infra vicecomitatum Agerensis88. Plus tard, on se souviendra d’Ermengol X dans son rôle de transmetteur des titres comtal et vicomtal : nobilis Ermengaudus, bone memorie comes Urgelli et vicecomes Ageris89.

  • 90 A. Masià i de Ros, El dissortat comte d’Urgell, Barcelone, Rafael Dalmau, 1960, p. 46-47.
  • 91 Pergamins del privilegis…, éd. cit., p. 60-61, 156 et 165 ; M. B. Basáñez Villaluenga, La aljama sa (...)

21Le comte Alphonse est le premier à additionner explicitement les deux titres : Nos, infans Alfonsus, illustrissimi domini Iacobi Dei gratia regis Aragonum, Valencie, Sardinie et Corsice ac comitis Barchinone filius, Dei gratia comes Urgellensis et vicecomitis Agerensis. C’est ainsi que, jusqu’à la chute dramatique du comté en 141290, tous les successeurs continueront à le faire, en faisant, cependant toujours passer avant la condition d’infants de la maison royale d’Aragon, qu’il s’agisse de Jacques Ier (infans Iacobus illustrissimi domini Alfonsi bone memorie regis Aragonum filius, Dei gratia comes Urgelli et vicecomes Agerensis), de Pierre (Petrus comes Urgelli, vicecomes Agerensis, domicellus ; Petri incliti domini infantis Iacobi bone memorie filii Dei gratia comitis Urgelli et vicecomitis Agerensis) ou finalement de Jacques II (Iacobus de Aragonia, Dei gratia comes Urgelli et vicecomes Ageris). Ce dernier marquait cependant sa particularité dans la ligne successorale par l’usage fait du nom de la maison royale, aussi bien dans ses souscriptions – Jayme d’Aragó, comte d’Urgell – que quand ses sujets du comté s’adressaient à lui – dominus Iacobus de Aragonia91.

  • 92 Crónica de San Juan de la Peña, éd. par C. Orcástegui Gros, Saragosse, Institución Fernando el Cató (...)
  • 93 Marca, Marca Hispanica…, op. cit., col. 265.

22Les diverses narrations historiques recueillent cet ordre de titres établi au xive siècle, comme le fait par exemple la chronique de Saint-Jean de la Peña92. Et, ultérieurement, la reconstruction d’un ordre féodal imaginé comme originel en Catalogne a conduit à imaginer pour les terres d’Urgell une séquence n’ayant jamais existé, qui serait : Urgellensis comes, Ageris vicecomes, Termens comitor, Guimera valvasor93. Un champ d’obstacles légué aux historiens à venir.

Notes

2 M. Zimmermann, « Le rôle de la frontière dans la formation de la Catalogne (ixe-xiie siècle) », dans Las sociedades de frontera en la España medieval, Saragosse, Universidad de Zaragoza, 1993, p. 7-29 ; id., « Des pays catalans à la Catalogne : genèse d’une représentation », dans Ph. Sénac (éd.), Histoire et archéologie des terres catalanes au Moyen Âge, Perpignan, Presses universitaires de Perpignan, 1995, p. 71-85 ; id., « Aux origines de la nation catalane : affirmation politique et territoriale (ixe-xiie siècle) », dans C. Serrano, M.-C. Zimmermann (éd.), Le discours sur la nation en Catalogne aux xixe et xxe siècles. Hommage à Antoni M. Badia i Margarit, Paris, Éd. hispaniques, 1996, p. 11-28.

3 G. Feliu, « Existí el comte Bernat III de Besalú ? », Acta historica et archaeologica mediaevalia, 19, 1998, p. 391.

4 E. Xargay, « Els d’Aragall, castlans de Miralles i Queralt al Baridà », Ceretania, 5, 2007, p. 84-86.

5 C. Gascon, « Els darrers vescomtes de Cerdanya i el casal de Castellbò », Quaderns d’Estudis Andorrans, 9, 2012, p. 57.

6 A. Constant, « Entre Elne et Gérone : essor des chapitres et stratégies vicomtales (ixe-xie siècle) », H. Débax (éd.), Vicomtes et vicomtés dans l’Occident médiéval, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2008, p. 176-177.

7 R. d’Abadal, « La institució comtal carolíngia en la pre-Catalunya del segle ix », Anuario de estudios medievales, 1, 1964, p. 66-67.

8 F. Sabaté, « La tenencia de castillos en la Cataluña medieval », dans J. V. Cabezuelo (éd.), Alcaidías y fortalezas en la España medieval, Alcoy, Marfil, 2007, p. 72-76.

9 É. Bille, « Des vicomtes dans le comté de Cerdagne. Du fidèle du comte au seigneur féodal (ixe-xiie siècle) », dans Débax (éd.), Vicomtes et vicomtés…, op. cit., p. 144-155.

10 F. Sabaté, « Catalunya Medieval », dans Albert Balcells (dir.), Història de Catalunya, Barcelone, L’esfera dels llibres, 2004, p. 127-128.

11 J. M. Salrach, « Défrichement et croissance agricole dans la Septimanie et le nord-est de la péninsule Ibérique », dans La croissance agricole du haut Moyen Âge. Chronologie, modalités, géographie. 10e journées internationales d’histoire (9-10-11 septembre 1988), Auch, 1990, p. 133-150.

12 M. Riu, « El paper dels “castra” en la redistribució de l’hàbitat al comtat d’Osona », Ausa, 10/2, 1982, p. 401-409.

13 F. Sabaté, El territori de la Catalunya medieval, Barcelone, R. Dalmau, Fundació Salvador Vives Casajuana, 1997, p. 27-28.

14 F. Sabaté, L’expansió territorial de Catalunya (segles ix-xii) : Conquesta o repoblació ?, Lérida, Edicions de la Universitat de Lleida, 1996, p. 65-76.

15 F. Sabaté, La feudalización de la sociedad catalana, Grenade, Universidad de Granada, 2007, p. 47.

16 A. Benet, « L’origen de les famílies Cervelló, Castellvell i Castellet », Acta historica et archaeologica mediaevalia, 4, 1983, p. 67-86.

17 A. Benet, « Sant Benet de Bages », Catalunya romànica, t. 11, El Bages, Barcelone, Enciclopèdia Catalana, 1984, p. 408-409.

18 A. Benet, « La repoblació de la Segarra a l’alta Edat Mitjana (segles ix-xi) », Palestra Universitaria, 3, 1988, p. 288-289.

19 A. Constant, « Entre Elne et Gérone… », art. cité, p. 176-186.

20 F. de Monsalvatje, El vizcondado de Bas, Olot, J. Bonet, 1893, p. 27-28.

21 P. de Marca, Marca Hispanica sive limes hispanicus, Paris, F. Muguet, 1688 (facsimilé, Barcelone, Base, 1998), col. 425.

22 L. Martínez i Teixido, Les famílies del Pallars en els segles xi i xii, Lérida, Ed. Pagès, 1991, p. 29.

23 P. Català, Extinció del vescomtat de Barcelona, Barcelone, R. Dalmau, 1974, p. 33-47.

24 L. J. McCrank, « La restauración eclesiástica y reconquista de Cataluña en el siglo xi. Ramón Berenguer I y la sede de Tarragona », Analecta sacra Tarraconensia, 49-50, 1977, p. 32-38.

25 H. Dolset, « Vicomtes et vicomtés en Catalogne frontalière aux ixe-xiie siècles (Barcelone, Gérone, Osone, Tarragone) : territoire et pouvoir », Débax (éd.), Vicomtes et vicomtés…, op. cit., p. 163-168.

26 F. Rodríguez Bernal, « Entre le récit historique et le discours politique : le Liber Feudorum Maior d’Alfons II, roi d’Aragon », dans R. Castano, F. Latella, T. Sorrenti (éd.), Comunicazione e propaganda nei secoli xii e xiii. Atti del convegno internazionale (Messina, 24-26 maggio 2007), Rome, Viella 2007, p. 548-450.

27 J. Miret y Sans, Investigación histórica sobre el vizcondado de Castellbó, Barcelone, La Catalana de J. Puigventós, 1900, p. 33-35.

28 F. Sabaté, « Organització administrativa i territorial del comtat d’Urgell », dans El Comtat d’Urgell, Lérida, Edicions de la Universitat de Lleida, 1995, p. 22-29.

29 F. Sabaté, « Armengol I », « Armengol II », « Armengol III », « Armengol IV », « Armengol V », dans Diccionario biográfico español, vol. 5, Madrid, Real Academia de la Historia, 2010, p. 438-449.

30 A. Benet, Històries insòlites, Manresa, Edicions Parcir Selectes, 1992, p. 207-212.

31 F. Sabaté, « Las tierras nuevas en los condados del nordeste peninsular (siglos x-xii) », Studia historica. Historia medieval, 23, 2005, p. 140-153.

32 F. Sabaté, Història de Lleida. Alta edad media, Lérida, Ed. Pagès, 2004, p. 134-143.

33 D. Sangés, « Recull de documents del segle xi referents a Guissona i la seva Plana », Urgellia, 3, 1980, p. 227-230.

34 Paris, BnF, ms. espagnol 102, fol. 63v.

35 D. Costa y Bafarull, Memorias de la ciudad de Solsona y su iglesia, vol. 2, Barcelone, Editorial Balmes, 1959, p. 571 ; N. Feliu de la Peña, Anales de Catalunya, vol. 1, Barcelone, J. Llopis, 1709, p. 231 ; M. Cabré, « Sant Pere de les Puelles », Catalunya romànica, t. 20, El Barcelonès, el Baix Llobregat, el Maresme, Barcelone, Enciclopèdia Catalana, 1992, p. 205.

36 F. Pasquier, Charte fausse de l’organisation de l’Andorre sous Charlemagne, Paris, Impr. nationale, 1897.

37 J. Balagué, Monografia de historia de Camarasa, La Pobla de Segur, Casa Torres, 1985, p. 36.

38 Moià, ACM, manuscrits inédits 1 : F. Vilarrúbies, Notícias para escribir la historia de Moyá, inédit, p. 21.

39 J. Pella y Forgas, Historia del Ampurdán. Estudio de la civilización en las comarcas del Noreste de Cataluña, Barcelone, 1883, L. Tasso y Serra, p. 295.

40 ADG, Fons inèdits, Josep Maria Marquès, Visites ad limina, non numéroté.

41 Arnaldo Mir conquistó a los sarracenos una gran parte de territorio, perteneciente a la cordillera del Montsec, en el alto Urgel, en 1050, llegando a extender sus dominios hasta cerca de Balaguer y ejerciendo su señorío en la parte más rica de la cuenca de Tremp. Por concesión del conde de Urgel, el antiguo castellano de Tost abandonó la mansión de sus mayores instalándose en el fértil valle de Ager, creando el vizcondado de este nombre (V. Coma Soley, Los vizcondes de Cabrera, Barcelona, Librería Balmes, 1968, p. 10).

42 J. Bolòs, Diccionari de la Catalunya medieval (ss. vi-xv), Barcelone, Edicions 62, 2000, p. 260.

43 J. Trenchs, R. Conde, « La escrivania-cancillería de los condes de Urgel (s. ix-1414) », Folia Munichensia, Saragosse, Institución Fernando el Católico, 1985, p. 33.

44 J. de Villanueva, Viaje literario a las Iglesias de España, vol. 9, Valence/Madrid, Real Academia de la historia/Oliveras, 1821, p. 90-91.

45 F. Fité, E. González, Arnau Mir de Tost, un senyor de frontera al segle xi, Lérida, Edicions de la Universitat de Lleida, 2010, p. 69-278.

46 P. Freedman, Church, Law and Society in Catalonia, 900-1500, Aldershot, Ashgate, 1995, chap. vii, p. 1-4.

47 F. Sabaté, « Arnaldo Mir de Tost », dans Diccionario biográfico español…, op. cit., vol. 35, p. 223-227.

48 F. Rodríguez Bernal, « La frontera meridional catalana en el siglo xi : un espacio vizcondal », dans J. M. Martos, M. Bueno (éd.), Fronteras en discusión. La Península ibérica en el siglo xii, Madrid, Almudayna, 2012, p. 69-70.

49 P. Sanahuja, « Arnau Mir de Tost, caudillo de la reconquista en tierras de Lérida (2) », Ilerda, 1/2, 1943, p. 161-162.

50 Col·lecció diplomàtica de Sant Pere d’Àger fins 1198, vol. 1, éd. par R. Chesé, Barcelone, Fundació Noguera, 2011, p. 353, 356, 414-415 et 435-436.

51 Diplomatari de l’Arxiu diocesà de Solsona (1101-1200), vol. 1, éd. par A. Bach, Barcelone, Fundació Noguera, 2002, p. 85.

52 C. Baraut, « Els documents, dels anys 1093-1100, de l’Arxiu capitular de la Seu d’Urgell », Urgellia, 8, 1986-1987, p. 49.

53 A. de Fluvià, « Los vizcondes de Urgell, después llamados del Alt Urgell, y finalmente de Castellbó y los vizcondes del Baix Urgell, después llamados de Áger », Hidalguía, 28/159, 1980, p. 159.

54 F. Fité, Reculls d’història de la vall d’Àger, t. 1, Període antic i medieval, Àger, Centre d’Estudia de la Vall d’Àger, 1985, p. 203.

55 Miret y Sans, Investigación històrica…, op. cit., p. 92.

56 S. Sobrequès, Els barons de Catalunya, Barcelone, Editorial Teide, 1957, p. 36.

57 Col·lecció diplomàtica de Sant Pere d’Àger…, éd. cit., vol. 1, p. 400.

58 Els pergamins de l’Arxiu Comtal de Barcelona, de Ramon Berenguer II a Ramon Berenguer IV, vol. 2, I. J. Baiges, G. Feliu, J. M. Salrach (dir.), Barcelone, Fundació Noguera, 2010, p. 667.

59 Marca, Marca Hispanica…, op. cit., col. 1248.

60 Col· lecció diplomàtica de Sant Pere d’Àger…, éd. cit., vol. 1, p. 473-474, 505-506, 508, 531-534 541-543, 546-547, 548-549, 551-553, 554-558, 564-565 et 566.

61 Villanueva, Viaje literario…, op. cit., vol. 9, p. 279.

62 Ibid., p. 241 ; Josep Maria Pons Guri, El Cartoral de Santa María de Roca Rossa, Barcelone, Fundació Noguera, 1984, p. 37.

63 Dolset, « Vicomtes et vicomtés en Catalogne… », art. cité, p. 163-166.

64 Col· lecció diplomàtica de Sant Pere d’Àger…, éd. cit., vol. 1, p. 448-450 et vol. 2, p. 645-646.

65 J. Villanueva, Memorias cronológicas de los condes de Urgel, Balaguer, Gráfica Romeu, 1976, p. 171.

66 E. Fernández-Xesta y Vázquez, Un magnate catalán en la corte de Alfonso VII. Comes Poncius de Cabreira, Princeps Çemore, Madrid, Prensa y Ediciones iberoamericanas, 1991, p. 77-165.

67 ACA, parchemins Ramon Berenguer IV, liasse 3436, parchemin 3.

68 Col· lecció diplomàtica de Sant Pere d’Àger…, éd. cit., vol. 2, p. 647, 649-650, 653, 710-711, 803-804, 819, 848-849, 911, 914-916, 921-924, 938, 941, 943 et 946-948 ; G. Gonzalvo, Les constitucions de Pau i treva de Catalunya (segles xi-xiii), Barcelone, Generalitat de Catalunya, 1994, p. 89.

69 F. Sabaté, « Armengol VII », « Armengol VIII », Diccionario biográfico Español…, op. cit., vol. 5, p. 454-459 ; « Guerau », ibid., vol. 23, p. 823-826.

70 D. Domingo, A la recerca d’Aurembiaix d’Urgell, Lérida, Universitat de Lleida, 2007, p. 45-112.

71 Villanueva, Viaje literario…, op. cit., vol. 9, p. 105.

72 E. Fernández-Xesta, « El nacimiento de unas armas heráldicas catalanas : el caso del escudo del linaje de Cabrera », Paratge, 22, 2009, p. 230.

73 Documentos de Jaime I de Aragón, vol. 1, 1216-1236, éd. par A. Huici Miranda, M. D. Cabanes Pecourt, Valence, Anubar, 1976, p. 102.

74 J. Serra y Vilaró, « Don Jaume lo Conqueridor y en Guerau de Cabrera », Boletín de la Real Academia de Buenas Letras de Barcelona, 4/29, 1907-1908, p. 304 ; Diplomatari d’Alguaire i del seu monestir santjoanista de 1076 a 1244, éd. par J. Alturo i Perucho, Barcelone, Fundació Noguera, 1999, p. 342-344.

75 Villanueva, Viaje literario…, op. cit., vol. 9, p. 217.

76 E. Corredera, El archivo de Áger y Caresmar, Balaguer, s. d., p. 136-137 ; ACA, Chancellerie, parchemins Jacques Ier, 897.

77 Trenchs, Conde, « La escrivania-cancillería… », art. cité, p. 51.

78 Documentos de Jaime I…, éd. cit., vol. 1, p. 286-288, 336-363.

79 J. M. Font i Rius, Estudis sobre els drets i institucions locals en la Catalunya medieval, Barcelone, Publicacions i edicions de la Universitat de Barcelona, 1985, p. 257.

80 F. Sabaté, « El poder soberano en la Cataluña bajomedieval : definición y ruptura », dans F. Foronda, J.-P. Genet, J. M. Nieto (éd.), Coups d’État à la fin du Moyen Âge ? Aux fondements du pouvoir politique en Europe occidentale, Madrid, Casa de Velázquez, 2005, p. 487-498.

81 F. Sabaté, « Alvaro I », Diccionario biográfico Español…, op. cit., vol. 2, p. 786-789.

82 ACA, Cancelleria, reg. 192, fol. 103r.

83 F. Sabaté, « Mercats i capitalitats urbanes al comtat d’Urgell », dans Id. (éd.), El mercat de Balaguer. Una cruïlla, Balaguer, Ajuntament de Balaguer, 2015, p. 138-145.

84 Á. Masia de Ros, Relación castellano-aragonesa desde Jaime II a Pedro el Ceremonioso, vol. 1, Barcelone, Consejo Superior de Investigaciones Científicas, p. 74-76.

85 Pergamins de privilegis de la ciutat de Balaguer, éd. par D. Domingo i Rúbies, Lérida, Edicions de la Universitat de Lleida, p. 43-55.

86 Els testaments dels comtes de Barcelona i dels reis de la Corona d’Aragó. De Guifré Borrell a Joan II, éd. par A. Udina i Abelló, Barcelone, Fundació Noguera, 2001, p. 158.

87 Fité, Reculls d’història…, op. cit., p. 238.

88 El cartulari de Xestalgar. Memòria escrita d’un senyoriu valencià, éd. par M. Pastor i Madalena, Barcelone, Ed. Pagès, Fundació Noguera, 2004, p. 145.

89 ACN, fons Ajuntament de Balaguer, ms. 3809, fol. 151v.

90 A. Masià i de Ros, El dissortat comte d’Urgell, Barcelone, Rafael Dalmau, 1960, p. 46-47.

91 Pergamins del privilegis…, éd. cit., p. 60-61, 156 et 165 ; M. B. Basáñez Villaluenga, La aljama sarracena de Huesca en el siglo xiv, Barcelone, Consejo Superior de Investigaciones Científicas, 1989, p. 178 ; J. Salat, Tratado de las monedas labradas en el principado de Cataluña, vol. 1, Barcelone, 1818, s. n., p. 32-33 ; R. Sáinz de la Maza Lasoli, La Orden de San Jorge de Alfama. Aproximación a su historia, Barcelone, Consejo Superior de Investigaciones Científicas, 1990, p. 337 ; El cartulari de Xestalgar…, éd. cit., p. 192 ; Colección de documentos inéditos del Archivo general de la Corona de Aragón, éd. par P. de Bofarull y Mascaró, Barcelone, J. E. Monfort, vol. 1, 1847, p. 200.

92 Crónica de San Juan de la Peña, éd. par C. Orcástegui Gros, Saragosse, Institución Fernando el Católico, 1986, p. 139.

93 Marca, Marca Hispanica…, op. cit., col. 265.

© Éditions de la Sorbonne, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site