Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Figures de l'autorité médiévale

 | 
Pierre Chastang
, 
Patrick Henriet
, 
Claire Soussen

Deuxième partie. Pouvoirs

Quelques aspects des relations entre les mercenaires catalans et le pouvoir impérial byzantin au début du xive siècle

Vincent Puech

Texte intégral

  • 1 M. et M.-Cl. Zimmermann, Histoire de la Catalogne, Paris, PUF, 1977, p. 26 et 72-75.
  • 2 Muntaner est mort en 1336. J’ai utilisé la dernière traduction française de la partie de la chroni (...)
  • 3 M, chap. 225.
  • 4 L’épisode le plus sensationnel rapporté par Muntaner est une prétendue expédition jusqu’aux portes (...)
  • 5 Georges Pachymérès, Relations historiques, t. 4, Livres X-XIII, éd. et trad. par A. Failler, Paris (...)
  • 6 Voir en dernier lieu D. Agustí, Los Almogávares. La expansión mediterránea de la Corona de Aragón,(...)
  • 7 A. Laiou, Constantinople and the Latins. The Foreign Policy of Andronicus II, 1282-1328, Cambridge (...)
  • 8 A. Failler, « Chronologie et composition dans l’Histoire de Georges Pachymérès (livres VII-XIII) » (...)

1Dans leur Histoire de la Catalogne, unissant histoire et littérature, Michel et Marie-Claire Zimmermann évoquent à la fois la compagnie des Almogavares (début du xive siècle) et le roman Tirant lo Blanc, inspiré au xve siècle à Joanot Martorell par les aventures orientales de ces fameux mercenaires1. On sait que l’histoire des Almogavares repose principalement, du point de vue catalan, sur la chronique de Ramon Muntaner, qui a lui-même participé à l’expédition et rédigé son texte à partir de 1325, donc peu de temps après celle-ci2. Il faut noter que Muntaner a commandé la troupe catalane stationnée à Gallipoli et a surtout reçu le titre de chancelier et trésorier général de la compagnie3, ce qui lui assure une connaissance précise des faits, en particulier des effectifs et des soldes en jeu. Néanmoins, le récit de Muntaner comporte d’extraordinaires embellissements, surtout liés au nombre incroyable d’ennemis supposés avoir été terrassés par les Catalans, même si cet ouvrage ne relève pas de la veine romanesque d’un Martorell4. Or il se trouve que l’historien byzantin Pachymère décrit avec un grand luxe de détails les agissements des Almogavares au moment même où ils se produisent, puisque ses Relations historiques s’arrêtent avec l’année 1307, qui est précisément celle où les Catalans quittent le territoire impérial5. La confrontation de ces deux sources est riche d’enseignements et nous permettra d’aborder quelques aspects des relations des mercenaires catalans avec le pouvoir byzantin, sans reprendre évidemment ici toute l’histoire de leur présence en Orient, même pendant les cinq années courant de 1303 à 1307. L’épopée des Almogavares a été évoquée par une abondante littérature historique6. La question de leurs rapports avec l’empereur d’Orient a été en particulier envisagée par Angeliki Laiou dans une étude sur la diplomatie occidentale d’Andronic II7 et par Albert Failler, éditeur et traducteur de Pachymère, à propos de la chronologie des événements8.

  • 9 Sur cet épisode, voir Ch. Bakirtzis, « Les Catalans en Thrace », dans « Eupsychía ». Mélanges offe (...)
  • 10 De nombreux Grecs capturés par les Catalans en Thrace et en Macédoine ont été vendus comme esclave (...)

2Rappelons que l’intervention des mercenaires catalans se produit au moment où l’empire d’Andronic II (1282-1328) est sévèrement attaqué jusque sur la côte d’Asie Mineure par des émirats turcs, dont celui des Ottomans. C’est la principale raison pour laquelle l’empereur souhaitait employer cette troupe. L’État byzantin ne contrôle plus alors que le nord-ouest de l’Asie Mineure, centré sur la Bithynie, ainsi qu’un territoire européen composé essentiellement de la Thrace et de la Macédoine. Le fils d’Andronic II, Michel IX, a été couronné empereur associé le 21 mai 1295 et, contrairement à son père, participe activement à la défense de l’empire. En 1303, la troupe catalane arrive sous la conduite de Roger de Flor et elle sera désormais basée sur les rives de la mer de Marmara, située entre les détroits des Dardanelles et du Bosphore, donc à un emplacement stratégique. D’abord installés sur la côte asiatique à Cyzique, les Catalans engagent quelques combats contre les Turcs, mais se livrent surtout à de nombreuses exactions aux dépens de la population. À la fin 1304 arrive la troupe de Berenguer d’Entença, dès le départ placée au service des ambitions conquérantes du roi aragonais de Sicile Frédéric II ; au même moment, la compagnie repasse en Europe et s’installe à Gallipoli. En 1305, l’assassinat de Roger de Flor dans le palais impérial d’Andrinople (en Thrace) conduit également les Catalans à n’agir que pour leur propre compte, en dévastant la Thrace. En 1307, les Catalans se déchirent entre eux et quittent la Thrace9 pour la Macédoine10 puis se dirigent vers le Sud, où ils fondent en 1311 le duché d’Athènes.

Les dignités auliques obtenues

  • 11 P, p. 433 ; M, chap. 199.
  • 12 La dignité de mégaduc peut être placée au 4e rang de la cour en 1259 (selon Pachymère) : M. Angold (...)
  • 13 P, p. 545.
  • 14 Nicephori Gregorae Byzantina Historia, t. 1, éd. par L. Schopen, Bonn, Éd. Weber, 1829, p. 232.
  • 15 P, p. 461. Voir A. Failler, « Ferran d’Aunés, gentilhomme catalan », Revue des études byzantines, (...)
  • 16 P, p. 653. Il passe ainsi du 48e au 35e rang de la hiérarchie aulique (d’après l’appendice à l’Hex (...)
  • 17 P, p. 545.
  • 18 P, p. 571. De manière totalement fantaisiste, Muntaner affirme qu’il n’y avait pas eu de césar dan (...)
  • 19 M, chap. 203.
  • 20 M, chap. 211.
  • 21 P, p. 433. Selon Muntaner, l’épouse du mégaduc était alors âgée d’à peine 16 ans (M, chap. 202). V (...)
  • 22 Nicephori Gregorae Byzantina…, éd. cit., p. 232.
  • 23 P, p. 579.
  • 24 M, chap. 203.
  • 25 . J.-Cl. Cheynet, « Le rôle des Occidentaux dans l’armée byzantine avant la Première Croisade », da (...)

3La dignité de mégaduc a été accordée à Roger de Flor à son arrivée en septembre 130311 : elle était associée à la direction concrète de la marine byzantine12. Le 25 décembre 1304, cette dignité a été transférée à Berenguer d’Entença13, car Roger de Flor devait être promu césar. Après juillet 1307, c’est Ferran Ximenis qui reçut la même dignité de mégaduc14 alors que Berenguer était mort dans un combat entre Catalans. Au cours de l’année 1304, en vertu d’un ordre impérial, Roger a nommé un amiral, Ferran d’Aunés15. Le même personnage a ensuite accédé à la dignité de domestique des scholes16. On sait aussi que certains des compagnons de Berenguer reçurent des dignités de la cavalerie17, sans doute afférentes aux écuries impériales. Et, enfin, le 10 avril 1305, Roger de Flor a fini par accéder à la dignité de césar18, placée au troisième rang de la cour après le despote et le sébastocrator. Il est intéressant de noter que Muntaner interprète dans une certaine mesure ces nominations en termes féodaux. Il affirme que c’est le mégaduc Roger qui fit Ferran amiral19, alors que, selon Pachymère, il obtint tout au plus un ordre impérial. Surtout, il indique que Roger s’est directement dépouillé des insignes du mégaduc (bâton, chapeau, sceau et bannière) pour les donner à Berenguer20, alors que la règle byzantine voulait que seul l’empereur pût conférer ces insignes. À ces dignités furent parfois associés des mariages, selon une pratique remontant à l’époque des Comnènes (à partir de 1081), une dynastie qui établit la hiérarchie aulique en fonction du degré de parenté avec l’empereur. Ainsi, Roger reçut pour épouse Marie, nièce d’Andronic II, qui était la fille de sa sœur Irène et du tsar de Bulgarie Jean III Asen : le mégaduc était ainsi qualifié de gambros de l’empereur21. Après juillet 1307, cette nièce de l’empereur Marie fut donnée comme épouse au mégaduc Ferran Ximenis22. Quant à l’amiral (puis domestique des scholes) Ferran d’Aunés, il a été marié à la fille de Raoul Pachys23, dont nous ne connaissons pas le degré de parenté avec l’empereur : seul Muntaner mentionne d’ailleurs le fait qu’elle lui était apparentée24. Les dignités obtenues par les chefs de la compagnie catalane correspondent assez bien au niveau de celles qu’obtinrent certains de leurs devanciers à l’époque byzantine centrale25. Au milieu du xie siècle, Hervé dit le Francopoule monta jusqu’à la dignité de magistre. À la fin du xie siècle, Constantin Humbertopoulos accéda au rang de sébaste, normalement réservé à la famille impériale, sans que nous sachions s’il était effectivement apparenté à Alexis Ier Comnène. C’est en tout cas à ce dernier que le césar Roger de Flor, gambros d’Andronic II, peut le mieux se comparer.

Le conflit avec l’empereur associé Michel IX

  • 26 P, p. 445. La rigueur de l’attitude de Michel IX est bien démontrée par le fait qu’Andronic II inf (...)
  • 27 P, p. 529.
  • 28 P, p. 573 : l’historien byzantin affirme que Roger voulait en fait espionner l’armée de Michel IX. (...)
  • 29 Le terme d’Alains employé à la fois par Pachymère et Muntaner est un archaïsme antiquisant pour dé (...)
  • 30 P, p. 575.
  • 31 M, chap. 215.
  • 32 P, p. 465. Dans un discours ultérieur adressé aux Catalans, Andronic II nia toute implication du p (...)
  • 33 On notera cependant que, selon Laiou, Constantinople and the Latins…, op. cit., p. 146, « On the w (...)
  • 34 P, p. 599-603 : Michel IX échappa de peu à la mort lors des combats.
  • 35 M, chap. 220 : il rapporte quand même le fait que l’avant-garde byzantine fut enfoncée puis que l’ (...)

4Les mercenaires catalans maintinrent toujours un contact avec l’empereur principal Andronic II, mais entretinrent très vite une relation tendue avec son fils, l’empereur associé. Michel IX fit d’abord, à la fin 1303, interdire l’entrée de la petite ville côtière de Pègai aux Catalans, en raison des exactions commises par eux à Cyzique26. Puis, en 1304, il s’opposa à l’arrivée de la compagnie auprès de lui, en Thrace, et menaça de la combattre à la place du tsar bulgare Svetoslav27. Alors que les Catalans s’étaient installés en Thrace, Roger de Flor, peu après sa nomination comme césar, voulut prendre congé de Michel IX à Andrinople, avant de repartir pour l’Orient28. Le 30 avril 1305 il fut assassiné par les mercenaires alains29 dans le palais impérial d’Andrinople. Pachymère tend à rejeter la responsabilité du meurtre sur les seuls Alains, en affirmant en particulier que Roger tenta de se réfugier auprès de l’impératrice Marie d’Arménie, épouse de Michel IX30. Pour sa part, Muntaner explique que Michel IX accueillit Roger avec honneur par tactique, pour évaluer l’étendue de son escorte, et fit venir les mercenaires alains31. Il n’affirme pas explicitement que Michel IX commandita l’assassinat de Roger de Flor et l’on restera donc circonspect à ce sujet, pour deux raisons supplémentaires. D’une part, un tel meurtre avait toute chance d’accroître les violences commises par les Catalans et nous savons que Michel IX les redoutait particulièrement. D’autre part, les mercenaires alains entretenaient un grief très précis à l’égard des Catalans, qui avaient auparavant tué le fils de leur chef Géôrgous, un fait décrit en détail par Pachymère32, mais ignoré par Muntaner, qui tend ainsi à minorer cette cause de vengeance33. Il n’en reste pas moins que Michel IX demeura très hostile à la compagnie catalane, désormais réfugiée à Gallipoli. Il la fit surtout attaquer lors de la bataille d’Hèmérè, qui eut lieu à proximité d’Apros en Thrace, fin juin 1305. Selon Pachymère, les mercenaires alains, placés en première ligne du dispositif byzantin, firent défection en plein combat (au bruit que les Mongols les réclamaient), ce qui conduisit à la dispersion des troupes impériales34. Muntaner indique avec emphase que les Catalans firent reculer les Byzantins35, en n’évoquant pas du tout les Alains, ce qui confirme une tendance déjà observée à propos du meurtre de Roger. Mais, là encore, il est cependant probable que l’attitude des Alains joua un rôle décisif dans le sort de cette bataille.

Les effectifs de la compagnie

  • 36 P, p. 431.
  • 37 M, chap. 201.
  • 38 M, chap. 206.
  • 39 M, chap. 207.
  • 40 M, chap. 211.
  • 41 M, chap. 223.
  • 42 Dans un discours délivré aux Catalans, Andronic II a affirmé qu’il avait souhaité employer seuleme (...)
  • 43 J.-Cl. Cheynet, « Les effectifs de l’armée byzantine aux xe-xiie siècles », Cahiers de civilisatio (...)

5Les effectifs de la compagnie sont fixés par Pachymère à 8 000 hommes36, chiffre total qui a souvent paru excessif aux commentateurs, mais qui est plausible si l’on examine la description détaillée offerte par Muntaner : 1 500 cavaliers, 4 000 Almogavres et 1 000 marins soldats, auxquels s’ajoutent les rameurs et les matelots (ces derniers emmènent femmes et enfants)37. Le texte de Muntaner présente en outre l’avantage de donner des effectifs crédibles de quelques détachements catalans lors des opérations militaires : Corberan d’Alet et Rocafort commandent chacun 200 cavaliers et 1 000 fantassins38, Père d’Aros garde Thyrraion avec 30 cavaliers et 100 fantassins39, Berenguer dirige 300 cavaliers et 1 000 fantassins40, Ferran Ximenis commande 150 cavaliers et 300 fantassins puis 80 cavaliers et 200 fantassins41. L’effectif global de la compagnie fut plus important que prévu, tant du point de vue des intéressés que de celui du pouvoir byzantin42. Il n’en demeure pas moins qu’il correspond à peu près à celui du grand corps militaire étranger levé par Basile II (976-1025), celui des Varanges, qui comportait, selon les auteurs, 4 000 ou 6 000 hommes43. Il est vrai que l’État de Basile II était incommensurablement plus étendu que celui d’Andronic II et que l’effectif des Varanges fut conduit à diminuer puisqu’ils n’étaient plus que probablement 450 autour de Jean II Comnène en 1122. De même, 7 000 soldats turcs furent fournis par le sultan d’Iconion à Alexis Ier Comnène. Mais c’est en fin de compte un effectif de quelques centaines d’hommes, correspondant aux détachements catalans, que l’on observe communément à propos des troupes mercenaires soldées par Byzance. C’est particulièrement le cas des Occidentaux, dont le nombre put aller des 300 hommes d’Hervé le Francopoule aux 800 soldats de Rambaud.

La rémunération des mercenaires

  • 44 M, chap. 199.
  • 45 M, chap. 203.
  • 46 M, chap. 204.

6La solde promise en 1303 par l’empereur chaque mois se compose ainsi selon Muntaner : 4 onces par cheval armé, 2 onces par cheval bardé, 1 once par piéton, 4 onces par « comite » (chef de nage), 1 once par pilote (« nocher »), 20 tarins par arbalétrier, 25 tarins par matelot de proue. La solde doit être payée tous les quatre mois ; si un Catalan veut s’en retourner il reçoit son dû et en plus deux mois de solde pour frais de retour44. Les conditions du logement de la troupe à Cyzique durant l’hiver 1303/1304 sont ainsi précisées, toujours d’après Muntaner : le mégaduc choisit six notables du lieu et six Catalans pour attribuer à chaque mercenaire un logement : l’hôte devra fournir tout le nécessaire sauf la viande. Chaque hôte sera payé pour ce qu’il aura fourni de novembre à mars, par le régisseur de l’empire, qui soustraira la somme de la solde des mercenaires45. Si le système décrit par Muntaner est correct, il s’apparente à un achat forcé de denrées alimentaires par l’administration impériale, ce qui serait moins contraignant qu’une pure levée fiscale ou une simple corvée de logement des troupes. Le chroniqueur catalan indique ensuite ce qui s’est, selon lui, réellement produit : Roger reprocha à ses hommes d’avoir pris deux fois plus que nécessaire chez leurs hôtes, et certains trois ou quatre fois plus ; il leur fit don de ces dépenses afin qu’elles ne soient pas déduites de leur solde. Roger aurait payé au total l’équivalent de huit mois de solde : 50 000 onces d’or pour les cavaliers, 40 000 onces d’or pour les fantassins et 6 000 onces d’or pour les gentilshommes, ce qui se monte à 2 millions de monnaie barcelonaise ou de réaux de Valence46.

  • 47 L’hyperpère (h.) est la monnaie d’or byzantine, également appelée nomisma (n.).
  • 48 Les chefs de navire sont payés 34,36 h., les pilotes 8,59 h., les arbalétriers 5,73 h. et les mate (...)
  • 49 Bartusis, The Late Byzantine Army…, op. cit., p. 151-153. À la solde des Génois s’ajoutent des rat (...)

7Le chiffre de 40 000 onces d’or pour les fantassins sur huit mois revient à 5 000 onces par mois, ce qui correspond sans doute aux 4 000 fantassins payés 1 once chacun, auxquels il faudrait ajouter les 1 000 marins soldats. Le chiffre de 50 000 onces d’or pour les cavaliers sur huit mois revient à 6 250 onces par mois, ce qui équivaudrait à un peu plus de 1500 chevaux bardés payés 4 onces par mois. Les chiffres avancés par Muntaner témoignant donc d’une cohérence interne au texte, on peut supposer qu’ils sont plausibles dans l’absolu. Si l’on considère que l’once vaut 8,59 hyperpères47, on peut donc estimer que les fantassins sont payés 8,59 h. et les cavaliers 34,36 h. par mois48. Par rapport aux quelques autres données dont nous disposons sur des mercenaires, les Catalans semblent ainsi être correctement payés. En effet les soldats génois au service de Byzance (en 1261) devaient être payés 2,2 h. par mois et les mercenaires alains (au début du xive siècle) 3 h. La solde des fantassins catalans se compare donc au tarif le plus élevé versé par Venise à ses mercenaires en mer Égée aux xive-xve siècles, mais celle des cavaliers paraît dépasser de loin tous les montants connus49.

  • 50 P, p. 539. La taxe en question est l’oikomodion, un impôt supplémentaire calculé en proportion de (...)
  • 51 Une pronoia est la dévolution d’un revenu fiscal prélevé à la source.
  • 52 P, p. 541. En 1303, le nomisma passa de 14 à 12 carats et, en moyenne, de 57 % à 49 % d’or : C. Mo (...)
  • 53 M, chap. 210.
  • 54 Le ducat d’argent ou « gros denier vénitien » pesait 2,2 g à 98,5 % d’argent ; le basilikon pesait (...)
  • 55 P, p. 549.
  • 56 M, chap. 212.
  • 57 Un million d’h. correspondent justement au revenu annuel de l’État byzantin vers 1321 : Laiou, Con (...)

8Selon Pachymère, pour payer les Catalans en 1304, Andronic II augmenta la taxe en nature sur le blé et l’orge, puis le produit de la vente de ces denrées leur fut donné en or et en argent50. En outre, l’empereur réduisit d’un tiers les pronoiai51 de l’Occident et altéra également le nomisma52. D’après Muntaner, Andronic II fit battre monnaie sous forme de ducats de Venise valant 8 deniers barcelonais ; il fit aussi préparer des basilios qui ne valaient pas 3 deniers en voulant leur donner la même valeur que ceux de 8 deniers ; il exigea que chaque soldat achète aux Grecs le nécessaire et paie avec cette monnaie53. Au moyen d’une expression un peu confuse, Muntaner a bien vu le changement monétaire qui s’est produit à Byzance en 1304 : l’introduction du basilikon, une monnaie d’argent imitant le ducat vénitien54. Le chroniqueur catalan a en particulier bien noté la perte de poids de la monnaie d’argent byzantine puisqu’elle pesait environ 4,3 g avant 1304 et environ 2 g après cette date, même si le rapport de trois huitièmes indiqué par lui est un peu excessif. De plus, pour Pachymère, Andronic II décida à la fin 1304 d’allouer aux ambassadeurs des Catalans près d’un million de nomismata, par bienveillance pour son gambros55. Selon Muntaner, Andronic II versa six mois de solde en mauvaise monnaie, et chaque soldat paya son hôte avec cette monnaie56. Si l’on se fie aux chiffres précédemment avancés par Muntaner, la solde mensuelle de l’ensemble de la compagnie se monta à 12 000 onces soit 103 080 h. Le chiffre d’un million correspondrait donc à un peu moins d’un an de solde57, alors que Muntaner affirme que l’empereur versa six mois de solde.

  • 58 P, p. 553.
  • 59 P, p. 571. Les promesses antérieures d’Andronic II sont présentées de manière diverse par Pachymèr (...)
  • 60 Le modios équivaut généralement à 12,8 kg mais est sujet à de nombreuses variations : la quantité (...)
  • 61 P, p. 571.
  • 62 M, chap. 212.
  • 63 P, p. 659-661.

9Au moment où il devint césar, en avril 1305, Roger de Flor obtint le commandement de tout l’Orient (à l’exception des grandes villes)58 et 33 000 n. d’or59. Il fut également convenu qu’il recevrait 100 000 modioi de blé60. D’après Pachymère, Roger assura en Bithynie la collecte de cette quantité de blé : alors que les fonctionnaires byzantins prélevaient le blé, il en fit aussi saisir par ses hommes61. L’interprétation par Muntaner de ces mêmes mesures impériales est éloquente : Andronic II donna au césar toute l’Anatolie et les îles ; Roger devait partager les territoires entre ses vassaux, à charge pour chacun de lui fournir un nombre déterminé de chevaux armés, sans recevoir aucune solde ; dorénavant, l’empereur ne paierait plus les Catalans, mais c’est le césar qui y pourvoirait62. Muntaner semble ainsi considérer que le territoire oriental byzantin avait vocation à être divisé en fiefs et donc en seigneuries, alors que, selon le système byzantin, il s’agissait simplement de la dévolution ponctuelle d’un revenu fiscal en nature, prélevé à la source. Enfin, en 1306, Andronic II alloua aux Catalans 100 000 n., alors que la compagnie en avait demandé 300 00063 : on a vu que la première somme correspondait à peu près à un mois de solde.

Les combats des Catalans contre les Turcs

  • 64 P, p. 459.
  • 65 M, chap. 203.
  • 66 P, p. 471.
  • 67 M, chap. 205.
  • 68 Failler, « Chronologie et composition… », art. cité, p. 57 note que cette victoire est pour les Ca (...)

10Alors que la lutte contre les Turcs était la raison théorique de l’emploi des mercenaires catalans par Byzance, il est intéressant d’évaluer à ce sujet leur rôle concret, qui se limite, on va le voir, à peu de chose. La première bataille a eu lieu à proximité de Cyzique à l’automne 1303. Selon Pachymère, à l’approche des Turcs, une troupe byzantine commandée par le grand archonte Maroulès s’élança au-devant des ennemis, mais les Catalans partirent tardivement et la première remporta seule la bataille64. Au contraire, d’après Muntaner, ce furent les Catalans qui attaquèrent les Turcs65. La bataille d’Aulax, près de Philadelphie, en mai 1304, est, elle, bien décrite par Pachymère comme une victoire des Catalans : leur armée, rangée en trois parties, fit reculer les Turcs Karmans et leur chef ‘Alishir fut blessé ; les Catalans ne parvinrent pas à poursuivre les Turcs en raison du désordre, ils se méfièrent d’éventuelles embuscades et attaquèrent avec retenue, faisant tomber avec leurs tirs un nombre non négligeable de Turcs. L’historien byzantin conclut que l’action des Catalans parut importante mais n’était pas digne d’hommes aussi nombreux et si bien préparés66. Pour Muntaner, les combats durèrent du lever du soleil à trois heures de l’après-midi, ils mobilisèrent à la fois la cavalerie et l’infanterie, et les Catalans perdirent au maximum 80 cavaliers et 100 fantassins67, ce qui constitue tout de même un chiffre important et révèle l’âpreté de l’engagement68.

Les échecs des Catalans face à l’armée et à la population byzantines

  • 69 P, p. 471.
  • 70 P, p. 483.
  • 71 P, p. 527.
  • 72 P, p. 665-667.
  • 73 P, p. 705.
  • 74 Laiou, Constantinople and the Latins…, op. cit., p. 167, remarque ainsi : « And the inhabitants of (...)
  • 75 P, p. 603.
  • 76 P, p. 643 : les Catalans tuent les habitants présents à l’extérieur du fort, mais ne peuvent prend (...)
  • 77 P, p. 667.
  • 78 P, p. 693 : l’historien note que les Catalans furent chargés par la cavalerie byzantine qui gardai (...)
  • 79 P, p. 697 : les Catalans échouent à cause de la résistance des défenseurs.
  • 80 P, p. 701. Significativement, c’est Muntaner qui indique que Berenguer d’Entença abandonna le sièg (...)
  • 81 P, p. 703 : le percement de galeries souterraines par les Catalans est infructueux. Au bout d’un m (...)
  • 82 M, chap. 228.

11On peut évoquer pour terminer les quelques échecs subis par les Catalans face aux Byzantins, alors que, dans l’ensemble, les mercenaires infligèrent de nombreuses violences aux indigènes. Le premier échec de la compagnie catalane se produisit à Magnésie sur l’Hermos en août 1304. La ville était gouvernée de manière autonome par l’écuyer impérial Attaleiôtès, qui ne prenait plus d’ordres de l’empereur, mais décida de se soumettre à Roger de Flor69. Cependant, comme ce dernier avait amassé à Magnésie chevaux et argent, les habitants de la ville, Attaleiôtès à leur tête, y virent une aubaine, assassinèrent une partie des Catalans et en enfermèrent d’autres. En représailles, Roger utilisa toute sa troupe, renforcée par des soldats byzantins et alains et assiégea Magnésie70. Durant ce siège, les Catalans perdirent beaucoup d’hommes et Andronic II leur ordonna de renoncer71. À Andrinople, au printemps 1306, les Catalans dirigés par Ferran Ximenis prirent le marché de la ville, mais il avait été incendié par les habitants, qui pratiquèrent ainsi une tactique de la terre brûlée. Pendant huit jours, les Catalans tirèrent en vain contre la citadelle. Ils incendièrent une porte de la ville, firent avancer une machine de siège, mais elle fut renversée par les défenseurs. Au total, les Catalans échouèrent à prendre la citadelle d’Andrinople72. Le troisième échec important face aux Byzantins eut lieu lors d’une tentative de franchissement de la Marica au printemps 1307. Avant qu’ils n’aient passé le fleuve, les bateaux byzantins les attaquèrent : certains Catalans furent pris avec les bateaux, mais la plupart parvinrent à se sauver. Les bateaux saisis furent incendiés et leur équipage passé au fil de l’épée73. Enfin, on peut dresser une liste des forteresses thraces dont les Catalans échouèrent à s’emparer par les armes74 : Apros (juin 1305)75, Rhaidestos (vers septembre 1305)76, Pamphylon (printemps 1306)77, Brysis (automne 1306)78, Tzouroulou (fin 1306)79, Mégarision (avril/mai 1307)80, Ainos (avril/mai 1307)81. Il est saisissant de confronter cette liste à une affirmation générale de Muntaner, qui explique qu’à l’exception des villes de Constantinople, Andrinople, Christopolis et Salonique, et des forts montagneux, les Catalans ont mis à feu et à sang toutes les villes de Thrace82.

12Ainsi, les mercenaires catalans employés par Byzance au début du xive siècle rappellent par certains traits leurs devanciers francs du xie siècle, au moment de la première invasion turque de l’Asie Mineure. Parmi les points de comparaison peuvent être avancés les dignités auliques obtenues par leurs chefs, l’effectif des détachements réellement en action, l’importance (tactique et financière) donnée à la cavalerie, et aussi certains phénomènes de tension avec le pouvoir impérial. Mais le contexte de l’époque byzantine tardive pèse par ailleurs lourdement sur les relations des Catalans avec l’empire. L’amoindrissement du territoire et des ressources de l’État byzantin confèrent à la rémunération des Catalans un poids insurmontable, entraînant par exemple à elle seule une dévaluation monétaire. Par ailleurs, l’efficacité de leur combat contre les Turcs fut extrêmement limitée, à la mesure, à l’inverse, de leurs exactions à l’encontre de la population, qui parvint de manière étonnante à s’en protéger parfois. Enfin, comme l’a si bien montré Michel Zimmermann, l’étude des relations de pouvoir ne saurait être disjointe des pratiques d’écriture de l’histoire et il est intéressant de noter ainsi les divergences d’approche entre Pachymère et Muntaner. Le chroniqueur catalan interprète en termes féodaux les institutions byzantines, ce qui doit bien révéler l’attitude des acteurs eux-mêmes, en partie fondée sur une incompréhension culturelle du monde exotique dans lequel ils se trouvèrent transplantés.

Notes

1 M. et M.-Cl. Zimmermann, Histoire de la Catalogne, Paris, PUF, 1977, p. 26 et 72-75.

2 Muntaner est mort en 1336. J’ai utilisé la dernière traduction française de la partie de la chronique consacrée à l’expédition orientale, due à Jean-Marie Barberà sous le titre Les Almogavres. L’expédition des Catalans en Orient, Toulouse, Anacharsis, 2002. Néanmoins, je renvoie aux chapitres de la chronique de Muntaner, afin de faciliter le repérage dans ses nombreuses éditions (désormais abrégé en M).

3 M, chap. 225.

4 L’épisode le plus sensationnel rapporté par Muntaner est une prétendue expédition jusqu’aux portes de Cilicie, où les Catalans auraient terrassé une armée turque composée de 6 000 cavaliers et 12 000 fantassins ! (M, chap. 207).

5 Georges Pachymérès, Relations historiques, t. 4, Livres X-XIII, éd. et trad. par A. Failler, Paris, Institut français des études byzantines, 1999 (désormais abrégé en P, avec renvoi aux pages du texte grec).

6 Voir en dernier lieu D. Agustí, Los Almogávares. La expansión mediterránea de la Corona de Aragón, Madrid, Silex, 2004.

7 A. Laiou, Constantinople and the Latins. The Foreign Policy of Andronicus II, 1282-1328, Cambridge (Mass.), Havard University Press, 1972, surtout les chap. V et VI, p. 127-199.

8 A. Failler, « Chronologie et composition dans l’Histoire de Georges Pachymérès (livres VII-XIII) », Revue des études byzantines, 48, 1990, p. 5-87, ici p. 53-87. Je renvoie une fois pour toutes à cette étude pour les datations.

9 Sur cet épisode, voir Ch. Bakirtzis, « Les Catalans en Thrace », dans « Eupsychía ». Mélanges offerts à Hélène Ahrweiler, t. 1, Paris, Publications de la Sorbonne, 1998, p. 63-73.

10 De nombreux Grecs capturés par les Catalans en Thrace et en Macédoine ont été vendus comme esclaves en Crète, ainsi que l’attestent les sources notariales vénitiennes : D. Duran i Duelt, « La companyia catalana i el comerç d’escleus abans de l’assentament als ducats d’Atenes i Neopatria », dans M. T. Ferrer i Mallol et J. Mutgé i Vives (éd.), De l’esclavitud a la llibertat : Esclaus i lliberts a l’edat mitjana, Barcelone, Consell superior d’investigacions cientifiques, 2000, p. 557-571.

11 P, p. 433 ; M, chap. 199.

12 La dignité de mégaduc peut être placée au 4e rang de la cour en 1259 (selon Pachymère) : M. Angold, A Byzantine Government in Exile. Government and Society under the Laskarids of Nicaea (104-1261), Oxford, Oxford University Press, 1975, p. 64. Elle apparaît au 6e rang en 1345 (d’après l’appendice à l’Hexabiblos d’Harménopoulos) : Pseudo-Kodinos, Traité des offices, éd. et trad. J. Verpeaux, Paris, CNRS Éditions, 1966, p. 300 (texte) ; R. Macrides, J. A. Munitiz et D. Angelov, Pseudo-Kodinos and the Constantinopolitan Court : Offices and Ceremonies, Farnham/Burlington, Ashgate, 2013, p. 281 (datation).

13 P, p. 545.

14 Nicephori Gregorae Byzantina Historia, t. 1, éd. par L. Schopen, Bonn, Éd. Weber, 1829, p. 232.

15 P, p. 461. Voir A. Failler, « Ferran d’Aunés, gentilhomme catalan », Revue des études byzantines, 53, 1995, p. 327-336.

16 P, p. 653. Il passe ainsi du 48e au 35e rang de la hiérarchie aulique (d’après l’appendice à l’Hexabiblos d’Harménopoulos en 1345) : Pseudo-Kodinos, Traité des offices…, éd. cit., p. 300-301. La dignité de domestique des scholes est devenue par elle-même honorifique et n’implique plus la direction de l’armée, même si, de fait, dans ce cas, Ferran est un chef militaire.

17 P, p. 545.

18 P, p. 571. De manière totalement fantaisiste, Muntaner affirme qu’il n’y avait pas eu de césar dans l’empire depuis quatre cents ans ! (M, chap. 212).

19 M, chap. 203.

20 M, chap. 211.

21 P, p. 433. Selon Muntaner, l’épouse du mégaduc était alors âgée d’à peine 16 ans (M, chap. 202). Vers juin 1305, elle lui donna un fils (M, chap. 213 : elle était enceinte de sept mois en avril 1305 et accoucha d’un fils qui vivait toujours en 1325, quand Muntaner débuta sa rédaction).

22 Nicephori Gregorae Byzantina…, éd. cit., p. 232.

23 P, p. 579.

24 M, chap. 203.

25 . J.-Cl. Cheynet, « Le rôle des Occidentaux dans l’armée byzantine avant la Première Croisade », dans E. Konstantinou (éd.), Byzanz und das Abendland im 10. und 11. Jahrhundert, Cologne/Vienne, Böhlau, 1997, p. 111-128, ici p. 119-123.

26 P, p. 445. La rigueur de l’attitude de Michel IX est bien démontrée par le fait qu’Andronic II infligea à la ville de Pègai une amende pour ne pas avoir reçu les Catalans, ce qu’elle avait pourtant accompli sur ordre de son fils et empereur associé (P, p. 457).

27 P, p. 529.

28 P, p. 573 : l’historien byzantin affirme que Roger voulait en fait espionner l’armée de Michel IX. M, chap. 213 : le chroniqueur catalan indique que la femme et la belle-mère de Roger le mirent en garde au sujet de la jalousie de Michel IX à son encontre.

29 Le terme d’Alains employé à la fois par Pachymère et Muntaner est un archaïsme antiquisant pour désigner probablement des groupes nomades turcs christianisés : M. Bartusis, The Late Byzantine Army. Arms and Society, 1204-1453, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 1992, p. 76 et n. 18.

30 P, p. 575.

31 M, chap. 215.

32 P, p. 465. Dans un discours ultérieur adressé aux Catalans, Andronic II nia toute implication du pouvoir byzantin dans le meurtre de Roger : l’empereur l’imputa aux Alains, dont c’était, selon lui, le seul moyen d’action à l’égard des Catalans, alors que lui-même pouvait toujours faire passer les mercenaires occidentaux en jugement (P, p. 621).

33 On notera cependant que, selon Laiou, Constantinople and the Latins…, op. cit., p. 146, « On the whole, it seems reasonable to believe that Michael did engineer the assassination of Roger de Flor, although it is highly unlikely that the timid Andronicus – who would also have had an idea of the implications of this assassination – knew about Michael’s plans. »

34 P, p. 599-603 : Michel IX échappa de peu à la mort lors des combats.

35 M, chap. 220 : il rapporte quand même le fait que l’avant-garde byzantine fut enfoncée puis que l’armée impériale battit en retraite d’un bloc.

36 P, p. 431.

37 M, chap. 201.

38 M, chap. 206.

39 M, chap. 207.

40 M, chap. 211.

41 M, chap. 223.

42 Dans un discours délivré aux Catalans, Andronic II a affirmé qu’il avait souhaité employer seulement 1 000 fantassins et 500 cavaliers (P, p. 533). Laiou (Constantinople and the Latins…, op. cit., p. 141), remarque que la situation d’Andronic II rappelait celle d’Alexis Ier Comnène, qui avait demandé un corps de mercenaires pour lutter contre les Turcs Seldjoucides et avait dû faire face à l’arrivée de la Première Croisade.

43 J.-Cl. Cheynet, « Les effectifs de l’armée byzantine aux xe-xiie siècles », Cahiers de civilisation médiévale, 38, 1995, p. 319-335, repris dans id., The Byzantine Aristocracy and Its Military Function, Aldershot, Ashgate, 2006, p. 319-335, ici p. 322-324.

44 M, chap. 199.

45 M, chap. 203.

46 M, chap. 204.

47 L’hyperpère (h.) est la monnaie d’or byzantine, également appelée nomisma (n.).

48 Les chefs de navire sont payés 34,36 h., les pilotes 8,59 h., les arbalétriers 5,73 h. et les matelots 7,16 h. (avec 1 tarin = 1/30e once).

49 Bartusis, The Late Byzantine Army…, op. cit., p. 151-153. À la solde des Génois s’ajoutent des rations de pain et de vin, à celle des Alains la fourniture des chevaux.

50 P, p. 539. La taxe en question est l’oikomodion, un impôt supplémentaire calculé en proportion de l’impôt de base ; elle est habituellement de 0,5 à 1 modios de blé ou d’orge pour un impôt annuel de 1 à 3 h., soit 35 l. de blé à l’ha, c’est-à-dire environ 0,5 % de la récolte : R. Estangüi Gómez, Byzance face aux Ottomans. Exercice du pouvoir et contrôle du territoire sous les derniers Paléologues (milieu xive -milieu xve siècle), Paris, Publications de la Sorbonne, 2014, p. 494-495. Pachymère évoque une augmentation à 6 modioi de blé et 4 d’orge, ce qui représenterait une multiplication par 4 à 12 de la taxe.

51 Une pronoia est la dévolution d’un revenu fiscal prélevé à la source.

52 P, p. 541. En 1303, le nomisma passa de 14 à 12 carats et, en moyenne, de 57 % à 49 % d’or : C. Morrisson, « Monnaie et finances dans le monde byzantin (1204-1453) », dans A. Laiou et C. Morrisson (dir.), Le monde byzantin, t. 3, L’Empire grec et ses voisins, xiiie-xve siècle, Paris, PUF, 2011, p. 181-202, ici p. 185.

53 M, chap. 210.

54 Le ducat d’argent ou « gros denier vénitien » pesait 2,2 g à 98,5 % d’argent ; le basilikon pesait environ 2 g à 94 % d’argent : Morrisson, « Monnaie et finances… », chap. cité, p. 182-183 et p. 197-198.

55 P, p. 549.

56 M, chap. 212.

57 Un million d’h. correspondent justement au revenu annuel de l’État byzantin vers 1321 : Laiou, Constantinople and the Latins…, op. cit., p. 187 n. 108.

58 P, p. 553.

59 P, p. 571. Les promesses antérieures d’Andronic II sont présentées de manière diverse par Pachymère : 20 000 puis 30 000 n. (P, p. 555). 33 000 n. correspondent à la solde mensuelle de près de 1 000 cavaliers.

60 Le modios équivaut généralement à 12,8 kg mais est sujet à de nombreuses variations : la quantité promise aux Catalans serait ainsi d’environ 1 280 tonnes de blé.

61 P, p. 571.

62 M, chap. 212.

63 P, p. 659-661.

64 P, p. 459.

65 M, chap. 203.

66 P, p. 471.

67 M, chap. 205.

68 Failler, « Chronologie et composition… », art. cité, p. 57 note que cette victoire est pour les Catalans « leur principal – et d’ailleurs unique – exploit durant cette campagne ».

69 P, p. 471.

70 P, p. 483.

71 P, p. 527.

72 P, p. 665-667.

73 P, p. 705.

74 Laiou, Constantinople and the Latins…, op. cit., p. 167, remarque ainsi : « And the inhabitants of the cities of Thrace displayed quite magnificent and unexpected tenacity in defending themselves against the Catalans. »

75 P, p. 603.

76 P, p. 643 : les Catalans tuent les habitants présents à l’extérieur du fort, mais ne peuvent prendre ce dernier, ni par combat ni par négociation. Selon Muntaner, ils prennent la ville, ce qui ne dit rien sur le fort et n’est peut-être donc pas contradictoire avec le récit de Pachymère (M, chap. 222). Par la suite, la troupe de Rocafort assiège Rhaidestos avec une catapulte et commence à combattre à l’arme blanche, mais l’évêque voisin de Panion négocie la reddition : Rocafort reçoit de l’argent et les habitants ont le choix entre rester sur place et fuir (P, p. 685) ; ce dernier épisode s’applique certainement à la forteresse de Rhaidestos.

77 P, p. 667.

78 P, p. 693 : l’historien note que les Catalans furent chargés par la cavalerie byzantine qui gardait Brysis.

79 P, p. 697 : les Catalans échouent à cause de la résistance des défenseurs.

80 P, p. 701. Significativement, c’est Muntaner qui indique que Berenguer d’Entença abandonna le siège de Mégarision (M, chap. 230).

81 P, p. 703 : le percement de galeries souterraines par les Catalans est infructueux. Au bout d’un mois, les Catalans abandonnent le siège d’Ainos (P, p. 711). Muntaner précise que ce siège fut conduit par Rocafort, qui, selon le chroniqueur, ne put même le quitter le temps d’aller accueillir l’infant Ferran, fils du roi de Majorque (M, chap. 230).

82 M, chap. 228.

© Éditions de la Sorbonne, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site