Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Figures de l'autorité médiévale

 | 
Pierre Chastang
, 
Patrick Henriet
, 
Claire Soussen

Deuxième partie. Pouvoirs

Montrer le droit : pratiques et usages de l’écrit juridique dans une ville allemande vers 1500

Pierre Monnet

Texte intégral

  • 1 Marc Bloch, Apologie pour l’histoire ou Métier d’historien, Paris, Armand Colin, 1949, notamment « (...)
  • 2 Yann Potin, « L’historien en “ses” archives », dans Christophe Granger (dir.), À quoi pensent les (...)

1L’historien sait au plus tard depuis Marc Bloch1 que les ressources documentaires qu’il consulte ne sont pas une donnée neutre et disponible à son gré, telle une belle endormie qu’il lui suffirait d’embrasser pour réveiller tout à coup le passé, mais constituent par elles-mêmes un dispositif hautement problématique et, de ce fait, un élément fondamental de sa démarche méthodologique, conceptuelle et heuristique, bref de son métier. La métaphore aquatique de la « source » dont use la profession, faute de mieux ou alternativement au terme d’« archives2 », persiste à porter en elle la trace d’un imaginaire naturel et paradisiaque, jardin d’Éden où il suffirait à l’historien de prélever son eau pour étancher sa soif et sa connaissance du passé, mais aussi à exhiber l’empreinte d’une conception quasi animiste attribuant au document le pouvoir de « surgir », de couler, de suivre son cours et de rejoindre un flot plus important d’autres documents finissant par faire masse, et bientôt preuve voire système.

  • 3 Arnold Esch, « Überlieferungs-Chance und Überlieferungs-Zufall als methodisches Problem des Histor (...)
  • 4 Joseph Morsel, « De l’usage des sources en Histoire médiévale », De l’usage de… en Histoire médiév (...)
  • 5 Nicolas Offenstadt, « Archives, documents, sources », dans Christian Delacroix, François Dosse, Pa (...)
  • 6 Jan Assmann, La mémoire culturelle. Écriture, souvenir et imaginaire politique dans les civilisati (...)
  • 7 Roger Chartier, « Le monde comme représentation », Annales ESC, 44/6, 1989, p. 1505-1520, repris d (...)
  • 8 Michel de Certeau, Histoire et psychanalyse entre science et fiction, Paris, Gallimard, 1987. Paul (...)
  • 9 Jacques Revel (dir.), Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience, Paris, 1996.
  • 10 Alexander Demandt, « Kontrafaktische Geschichte », dans Stefan Jordan (dir.), Lexikon Geschichtswi (...)

2Cette observation recouvre plusieurs sens. Elle signifie d’abord que le document n’est jamais là par hasard, mais résulte de logiques de conservation, de classement, de transmission parfois ordonnées, souvent hasardeuses, voire accidentelles3. Elle signifie en second lieu que le document non seulement ne se livre pas de lui-même et doit être lu en mobilisant tout l’appareil critique adéquat, mais aussi et sans doute avant tout que l’historien ne « trouve » pas ses sources mais les construit et doit intégrer dans son analyse d’autres paramètres qui ne relèvent pas que de l’érudition savante4. Parmi eux figure d’abord une salutaire et pour ainsi dire spéculaire reconnaissance : si l’historien construit ses sources c’est aussi parce qu’il sait ou pressent, dans un exercice d’auto-réflexivité5, que celles-ci sont également le produit d’une construction contemporaine des sujets, des faits et des objets qu’il entend étudier, une construction dont les logiques sociales (de domination ou d’intentionnalité par exemple), culturelles (de conservation et de mémoire par exemple)6, politiques (de propagande par exemple), symboliques (d’usage, de remploi ou de ritualisation du texte par exemple) et scripturaires ou visuelles en disent autant sur la société que ce que « dit » le document même. En dernier lieu, la série de remarques qui précèdent installe bien la relation entre l’historien et sa documentation dans un rapport plus général entre le passé et sa modernité ou plutôt entre le passé et les représentations modernes qu’il s’en fait7. Parmi elles, les attentes implicites ou inconscientes ne cessent pas de jouer un rôle souvent sous-estimé qui a pu d’ailleurs conduire récemment tel ou tel médiéviste à chercher le dialogue avec les neurosciences pour tenter d’expliquer par exemple comment le cerveau humain, celui des médiévaux comme celui des médiévistes, enregistrait et réactualisait les traces du passé et les réorganisait en fonction de la structuration neurologique de la mémoire, de la déformation ou de l’oubli8. Il existe aussi, parmi les représentations inconscientes ou implicites de l’historien face à ses sources, d’autres impensés, tel celui qui considère par exemple qu’une corrélation existe entre la taille d’une communauté et sa capacité à produire une documentation abondante et complexe. Cette « taille » peut être démographique (à grande ville, grande série documentaire), politique (à grand royaume, sources de « poids »), événementielle (à grande date, production abondante) ou culturelle (à grande abbaye, mémoire de relief). Des stratégies récentes ont été heureusement déployées par les historiens afin de se prémunir contre de tels réflexes pour ainsi dire naturalisés par le grand récit, par l’obligation institutionnelle du choix d’une masse ou d’un seuil critique autorisant la montée en généralité (choix de l’échelle régionale, voire nationale, ou d’un siècle, ou des grands hommes, ou des grandes villes, ou des grands ordres religieux, ou des grands manuscrits, etc.), par les procédures de publication ou d’évaluation (la monographie, le grand sujet). Ces stratégies ont pu s’appeler micro-histoire9 ou histoire contre-factuelle10 afin de renverser l’ordre et la hiérarchie des échelles et des discours.

  • 11 Michel Zimmermann, Écrire et lire en Catalogne ( ixe -xiie  siècle), Madrid, Casa de Velázquez, 20 (...)
  • 12 Voir, entre autres, de Pierre Chastang, La ville, le gouvernement et l’écrit à Montpellier, Paris, (...)
  • 13 Voir, entre autres, l’article « L’oral et l’écrit » dans Schmitt, Oexle (dir.), Les tendances actu (...)

3Le document retenu dans cette contribution entend bien s’inscrire à sa manière dans cet ensemble de réflexions critiques sur la logique et les échelles de la production documentaire, dans le droit fil des travaux développés par le récipiendaire du volume d’une part11, et des axes méthodologiques définis par les éditeurs de ce recueil de l’autre12 : pourquoi écrire au Moyen Âge, qui faut-il être pour faire trace, comment l’autorité de l’écrit devient-elle pouvoir13 ?

  • 14 Klaus Arnold, Ute Feuerbach (dir.), Das Volkacher Salbuch, Volkach, Stadt Volkach, 2009 (Facsimilé (...)
  • 15 Hektor Ammann, « Wie gross war die mittelalterliche Stadt ? », dans Carl Haase (dir.), Die Stadt d (...)
  • 16 Ute Feurbach, Volckach 906-2006. 1100 Jahre verbriefte Geschichte, Volkach, Stadt Volkach, 2006.
  • 17 Karl-S. Kramer, Fränkisches Alltagsleben um 1500. Eid, Markt und Zoll im Volkacher Salbuch, Würzbu (...)

4Afin, non pas de résoudre ces questions, mais d’apporter un éclairage de côté, le document mobilisé est précisément de ceux qui « surprennent » un peu l’imaginaire ou bousculent l’impensé dont on a précédemment fait mention. Il ne s’agit pas d’un texte inconnu, voire incongru, mais à tout le moins étonnant. Le Volkacher Salbuch, puisqu’il s’agit de lui14, constitue en effet l’une des codifications juridiques urbaines les plus abondamment illustrées et travaillées pour une ville allemande de la fin du Moyen Âge. Mais, là où l’on aurait attendu « logiquement » Nuremberg, Augsbourg, Cologne, Lübeck ou quelque autre grande cité du Saint Empire avoisinant les 20 000, 30 000 ou 40 000 habitants vers 1500, un seuil qui signale ici la « grande » ville15, suivant une échelle qui incite bien d’autres centres urbains italiens, espagnols ou français à un sourire un peu condescendant, lequel n’a d’ailleurs pas toujours disparu des lèvres des historiens modernes ; on rencontre une petite cité franconienne, Volkach16, lovée au bord d’un méandre du Main au nord-est de Wurtzbourg et qui, au moment de la composition du manuscrit en 1504, n’a pas dû compter plus d’un millier d’âmes17. Qui plus est, cette ville ne peut pas davantage se prévaloir d’une antiquité respectable de ses statuts puisque le droit de marché n’y est fixé qu’en 1451 et que le règlement de son conseil date seulement de 1484, tandis qu’il faut attendre 1534-1544 pour voir une maison de ville occuper la place principale. Non content de surprendre par le « déséquilibre » apparent ainsi introduit entre l’ampleur du document et les modestie et jeunesse de son lieu de production, le manuscrit se signale par sa dimension, 527 folios au total (dont les folios 388 à 461 sont accompagnés d’illustrations) ; par l’identité parfaitement connue de son auteur, le secrétaire de ville Niklas Brobst, non seulement nommé à six reprises (fol. 403v, 406 et 406v, 420v, 455v et 476 du manuscrit) mais distingué par son autographe et un autoportrait ; la continuité remarquable de sa conservation, le manuscrit n’ayant jamais quitté les archives de la ville ; par la quantité, 128 au total, et la qualité de ses miniatures colorées ; par le caractère quasi complet des fonctions urbaines qu’il décrit et visualise, entre conseil, personnel urbain, activités économiques, douanes et marché, travail et artisanat, vie matérielle, impôts, défense, espace, justice, religion et piété, vie familiale etc. ; par la place quasi obsessionnelle occupée par la prestation du serment à toutes les occasions de la vie citadine ; enfin par la série exceptionnelle de 24 vignettes successives reproduisant toutes les étapes d’un procès devant le tribunal échevinal, formant ainsi l’une des rares « bandes dessinées » judiciaires du Moyen Âge à ce niveau local d’intervention et d’observation.

  • 18 Rainer Christop Schwinges (dir.), Gelehrte im Reich. Zur Sozial-und Wirkungsgeschichte akademische (...)

5La date de composition du manuscrit, qui peut être assurément fixée en 1504 puisque la moitié des miniatures portent la mention de cette année, livre déjà quelques indices sur les relations de pouvoir au sein d’une aussi petite communauté. C’est peut-être d’abord justement en raison de la jeunesse de ses institutions et de son conseil (1484) que le livre est commandé au notaire de ville, afin d’assurer par l’écrit le règlement une autorité encore fraîche. Par ailleurs, cette composition s’inscrit dans une séquence chronologique qui voit un peu partout les villes allemandes, quand elles le peuvent à la mesure de leur degré d’autonomie, fixer, refixer ou réformer par l’écrit, qui plus est cette fois toujours davantage vernaculaire, leurs privilèges et leurs libertés. Ce mouvement est porté par une double influence, l’incontestable progrès de la réception du droit romain porté par des juristes plus nombreux en ville car issus de la vague de création des universités allemandes depuis le premier tiers du xve siècle18, d’une part ; et la réforme générale de l’Empire partagé entre le roi-empereur et les princes dont les territoires exercent une pression accentuée sur les échelles locales et régionales de l’autre. Cette reprise de la codification urbaine au tournant des xve et xvie siècles s’opère sous la forme de compilations et de cartulaires, celui de Volkach reproduisant ainsi les ordonnances sur les corps de métier des boulangers et minotiers de 1404, les règlements fiscaux de 1424, le privilège de justice criminelle accordé par l’évêque de Wurtzbourg en 1432, des extraits de la législation judiciaire territoriale proclamée par l’évêque de Wurtzbourg en 1445, l’ordonnance sur l’école urbaine et l’église paroissiale de 1468 et le règlement du conseil de 1484. Il s’agit à n’en pas douter d’une entreprise pragmatique destinée à l’amélioration des techniques et de l’argumentaire de gouvernement par le bourgmestre et les échevins du conseil. Le livre est en effet divisé en chapitres thématiques, depuis les affaires judiciaires jusqu’aux aspects religieux puis économiques et fiscaux, en passant par les différents chapitres de l’administration urbaine. Les ensembles thématiques sont séparés par des pages blanches et introduites par des titres principaux. À chaque section correspond un format particulier d’image, de grande taille ou de pleine page pour le procès, de demi-page pour la section administrative, de plus petit format pour la représentation des douanes, des métiers et des cens. Chaque image est surmontée d’une légende, composée soit de quelques mots, quatre à cinq au maximum, soit d’un seul terme, parfois donné en allemand et dans son équivalent latin. Les porteurs de fonction administrative ou judiciaire sont désignés par l’indication de leur office (bourgmestre, juge, assesseur, avoué, échevin, écoutête, notaire), une information que le costume stylisé vient souligner. Il apparaît d’ailleurs assez clairement que le contenu du volume pouvait être assez rapidement compris par qui ne savait ou ne voulait pas lire l’ensemble du texte écrit, ce qui pose d’ailleurs la question de l’usage public et démonstratif, mnémotechnique et visuel, du livre dans une communauté restreinte d’habitants. La fin du volume est équipée non pas d’un index mais de notices récapitulatives. Sans doute le contexte plus immédiat a-t-il également incité les magistrats urbains à écrire et codifier le droit urbain : les années 1500 correspondent en effet à une reprise en mains territoriale opérée par le puissant évêque voisin de Wurtzbourg, seigneur de Volkach, tandis que la situation sociale se tend dans une décennie capitale pour l’expression d’une demande pressante de réformation des institutions tant laïques qu’ecclésiastiques aux origines de la Réforme elle-même.

  • 19 La dénomination modernisée en allemand est celle que le texte lui-même adopte.
  • 20 Heike Bierschwale, Jacqueline van Leeuwen, Wie man eine Stadt regieren soll. Deutsche und niederlä (...)

6L’économie générale du manuscrit fait intervenir d’abord les saints et saintes, le pape et l’évêque, puis place d’entrée de jeu un procès criminel dans tous ses détails, suivi d’une série de vignettes montrant les échevins et le conseil au travail, tandis que la succession des serments prêtés au bourgmestre occupe le milieu du manuscrit et offre, fonction après fonction, toute la palette des activités et domaines du bon gouvernement urbain. Après quoi, ce sont les douanes, le marché et les différentes activités artisanales qui sont passés en revue avant de laisser place, par une ouverture de l’espace et un desserrement des images elles-mêmes, aux villages et aux campagnes proches. Il en résulte, sans même lire le texte et simplement en faisant défiler le « film » des vignettes, une conception de la ville enchâssée dans un double mouvement du haut vers le bas (la sainteté urbaine incarnée par les saints Urbain, Sébastien, Nicolas, Georges et Martin et les saintes Catherine et Walburge inspirant de manière surplombante le bourgmestre et son conseil, tandis que l’autorité urbaine structure pyramidalement les statuts et les activités des citadins) et du centre vers la périphérie (depuis le siège du conseil vers le marché puis les murs fortifiés et enfin le plat pays rural). Autour du bourgmestre, érigé en principe fondamental du livre puisqu’il se situe au croisement du mouvement vertical (il gouverne au nom des saints) et horizontal (il dirige depuis le cœur de la cité), se déploie un appareil iconographique qui dote Volkach, un petit centre d’un millier d’habitants ne l’oublions pas, de tous les attributs architecturaux de la ville idéale et bien gouvernée. On rencontre en effet au fil des images un total de 16 bâtiments publics dont la taille, l’accumulation, l’élaboration sophistiquée correspondraient en vérité à une ville dix ou vingt fois plus peuplée : un hôtel du Conseil à 3 étages (Stadthaus, Rathaus)19, une auberge de la ville (Wirtshaus), une maison de filles joyeuses (Frauenhaus), une léproserie (Siechhaus), un tribunal (Gericht), une prison séparée (Gefängnis), une tuilerie centrale (Ziegelhütte), un mur fortifié (Mauer, Wall), des tours fortifiées (Turm), des portes monumentales de ville (Tor) équipées d’horloges, d’écussons et de drapeaux, un four municipal (Backhaus), un abattoir (Schlachthaus), un moulin municipal (Mühle), une balance de la ville (Stadtwaage), un entrepôt à marchandises (Kaufhaus), une école (Schule). On peut naturellement en conclure à une déformation et à une disproportion que l’on a longtemps interprétées comme « coutumières » d’un esprit médiéval porté à la multitude, la perfection, le grossissement. Mais on peut aussi y déceler un double souci à la fois plus prosaïque et symbolique, autant dire plus politique puisque s’y mêlent les deux caractères, à savoir d’une part la préoccupation d’un honneur et d’une réputation de la ville à usage externe, insistant sur les valeurs de richesse, d’équipement, d’ordonnancement d’une ville riche, bien équipée, bien ordonnée, bref un principe d’urbanité ; et de l’autre le soin à usage davantage interne de propagande et de civilité, bref un principe d’autorité. Un indice vient confirmer cette double visée : en effet, seule la représentation illustrée des bâtiments publics et communs commande l’usage de la perspective ébauchée tandis que la plupart des mêmes monuments tendent à déborder du cadre pourtant doublement cadenassé de l’image. Dans les deux cas, on peut y déceler à la fois l’influence et la traduction par la lettre et par l’image des traités de bon gouvernement urbain qui circulent des Flandres jusqu’en Italie et connaissent dans les villes allemandes une intense diffusion puisque l’on ne compte pas moins d’une bonne centaine de versions manuscrites et imprimées circulant entre 1350 et 150020.

  • 21 Le fils de Niklas Brobst, Sebastian, succéda à son père en qualité de notaire de ville et compléta (...)
  • 22 Imaginieren dans le moyen haut-allemand des années 1500 peut en effet aussi bien renvoyer à imago,(...)
  • 23 Jean Wirth, L’image médiévale. Naissance et développements, Paris, Méridiens Klincksieck, 1989. Jé (...)
  • 24 Claude Gauvard, Robert Jacob (dir.), Les rites de la justice : gestes et rituels judiciaires au Mo (...)
  • 25 Hagen Keller, « Oralité et écriture », dans Schmitt, Oexle (dir.), Les tendances actuelles de l’hi (...)
  • 26 Claude Gauvard, Alain Boureau, Robert Jacob, Charles de Miramon, « Normes, droit, rituels et pouvo (...)

7L’identité de l’auteur du manuscrit n’est pas susceptible d’être remise en cause. Le notaire de ville Niklas Brobst, stattschriber ou scriptor civitatis actif auprès du Conseil de sa ville de 1481 à 1506, se désigne lui-même au folio 406 comme ayant « écrit et mis en image ceci en 1504 » (Stattschreiber Niclas Brobst von Effelt das geschriben und imaginirt anno Domini 1504 Jare)21. A-t-il été également l’illustrateur principal du livre ? C’est une question encore débattue22, car il a placé de sa main en note marginale des indications de formes et de couleur, soit pour lui-même au moment de la rédaction du texte alors suivie d’une deuxième phase postérieure d’illustration par ses soins, soit pour un illustrateur extérieur mais à tout le moins très proche de lui et bon connaisseur de la ville, de ses magistrats, de ses bâtiments, reproduits avec un grand souci de fidélité et d’exactitude. Quoi qu’il en soit, ce sont précisément la richesse et la « vérité » de ces images peintes qui ont longtemps conduit l’historiographie à en faire usage de manière exemplaire ou ornementale, en prélevant telle représentation ou telle figure pour « montrer » la vie quotidienne urbaine ou le fonctionnement de la justice locale dans les années 1500. Un tel réflexe a largement contribué à instrumentaliser la source, à en découper la logique et à rompre le lien significatif et dynamique tissé entre l’écrit et l’image au détriment d’une prise en compte du manuscrit dans son ensemble, dans son rythme et dans ses fonctions proprement politiques et sociales. Plus récemment, le travail sur l’iconographie médiévale en général23, et sur l’iconographie judiciaire en particulier24, le renouvellement des études sur la scripturalité25 mais aussi les approches développées en matière d’histoire anthropologique du droit26 ont heureusement contribué à considérer le droit illustré non pas comme un simple réservoir d’images ou une version colorée du droit urbain mais comme un processus original d’écriture et de codification participant d’une stratégie d’autorité et de judiciarisation au sein de la société.

  • 27 Ruth Schmidt-Wiegand, « Salbuch », dans Handwörterbuch zur deutschen Rechtsgeschichte, Berlin, E. (...)

8Ainsi la place des images doit-elle, entre autres, être mise en relation avec les usages internes et externes d’un manuscrit précieux (à l’échelle d’une communauté d’un millier de citadins). Dans le cas de Volkach, le Salbuch27, autrement dit le « livre des cens » ou liber censualis, qui rapidement et de manière significative (selon un processus de dénomination alternative lui aussi proprement politique) finit par s’appeler Stadtbuch, le « livre de la ville », place au cœur de la représentation le bourgmestre, à la fois maire et premier des échevins, entouré des magistrats du conseil, auquel les employés de la ville, les administrés, les justiciables et les métiers prêtent successivement serment, tels de vrais « sujets ». La formule du serment est reportée au bord du cadre de l’image, au-dessus des têtes de celui qui prête et de celui qui reçoit le jurement, faisant d’ailleurs du mot Eid (serment) l’un des tout premiers termes au sommet d’un tableau des fréquences d’occurrences dont il resterait d’ailleurs à dresser la liste précise et technique pour l’ensemble du texte. À seul titre d’indice, on notera simplement que le tableau des occurrences des termes du vocabulaire politique citadin place au sommet le terme de Bürgermeister (bourgmestre) avec 121 emplois, talonné ensuite par le terme de Eid (75 reprises), suivi de juge (Richter, 64 fois) de Gericht (tribunal, à 47 reprises) et de Rath (conseil, 34 fois). Le diptyque bourgmestre/serment forme donc le couple sémantique et notionnel capital du livre, qui laisse loin derrière toutes les autres institutions ou notions politiques et communales telles que échevin (Schöffe), commune (Gemeinde), bourgeois (Bürger), profit commun (Gemeiner Nutz) et même tout simplement ville (Stadt), un ensemble de termes dont le nombre d’occurrences ne dépasse jamais la barre des 20. Au total, le noyau bourgmestre/serment (196) « pèse » deux fois plus que celui de la justice (111) et deux fois plus également que celui de la communalité (97 en additionnant échevin bourgeois, commune, ville et profit). De surcroît, ces scènes de serment dont le motif revient à 42 reprises sur un total de 128 images, soit la proportion de loin la plus importante devant les scènes pourtant « capitales » pour la vie urbaine que sont la guerre, la justice, le commerce et l’artisanat ou l’administration (douanes, impôts), portent presque toutes la date de confection du manuscrit en 1504 et bénéficient d’une taille toujours supérieure aux autres scènes, d’une part, et d’une place de choix de l’autre puisque dans les trois quarts des cas les prestations de serment occupent de manière isolée le milieu de la page. Qui plus est, en leur sein, la figure du bourgmestre domine, comme c’est classiquement le cas dans les manuscrits médiévaux pour détacher un personnage central, par sa taille et pas les gestes qu’il accomplit : en position assise sur un siège surélevé, comme sur un trône, ses mains dans une pose d’autorité et de majesté tandis que s’agitent les bras de ses interlocuteurs debout ou occupés à travailler, à vendre et à produire. Seules les vignettes représentant d’une part les patrons de la ville, le pape et l’empereur, et de l’autre la série des 24 illustrations reproduisant et suivant un procès de l’incarcération à l’exécution de la peine en passant par le jugement tiennent une telle place et fonctionnent suivant ce registre de l’autorité en image. Il existe en vérité, et cela fait le prix du manuscrit, une double hiérarchie des occurrences, celle des mots d’un côté, et celle des images de l’autre, qui se renforcent dans le cas du patronage religieux et impérial et du bourgmestriat par le biais du serment d’une part, ou qui se combinent voire se répartissent et se diluent dans les autres champs thématiques. La place restreinte réservée à cette étude ne permet pas d’approfondir une telle étude, mais elle serait indispensable pour comprendre mieux encore la logique, l’idéologie et l’effet de persuasion voire de propagande portés par ce texte dont la dimension « publique » est indéniable et dans lequel chaque habitant de Volkach en 1504 pouvait reconnaître son visage et son identité tant les personnages sont chaque fois différenciés par la chevelure, la barbe (on ne trouve que 17 femmes – sans compter sainte Catherine, sainte Walburge et la Vierge – sur un total de 508 individus dans le livre, toutes liées soit à la religion soit aux soins, au ménage ou à la charité, et totalement absentes des scènes de prestation de serment, du commerce, de la justice et du gouvernement), le vêtement, la taille, les attributs et insignes, les armes, les outils, les gestes mais aussi tout simplement le nom.

  • 28 On en retrouvera des éléments dans la Constitutio criminalis carolina de Charles Quint adoptée en  (...)

9Un cas concret peut toutefois venir appuyer la démonstration précédente. La série de 24 illustrations (fol. 388 à 401) décrivant du début à la fin, du moins dans sa partie « publique », un procès au criminel s’achevant par l’exécution du condamné après son interrogatoire, l’audition des témoins, sa mise en accusation et l’énoncé de la sentence, forme une sorte de livre dans le livre. C’est d’abord le seul moment où texte et image s’équilibrent en termes de place et de composition et où le texte comporte un véritable dialogue faisant alterner questions et réponses au style tantôt direct, tantôt indirect. Pour bien en comprendre la logique, il convient de rappeler que Volkach, en tant que ville dépendante, par écoutête interposé, de la seigneurie de l’évêque de Wurtzbourg, ne possède pas la juridiction criminelle mais que celle-ci lui est déléguée. Par ailleurs, ce procès reproduit par une série imagée suit l’ordonnance judiciaire criminelle (Halsgerichtsprozessordnung)28 territoriale de Wurtzbourg recopiée dans le Salbuch de 1504 lui-même et intégrant des éléments de la constitutio criminalis proclamée par Maximilien en 1499. Il s’agit donc ici des étapes d’un procès pour un crime, en l’occurrence un vol de vin, à l’issue duquel une peine de mort pouvait être prononcée. Le tribunal urbain de Volkach peut donc appliquer ce code et par conséquent condamner au supplice de la roue pour vol, à la décapitation pour viol ou assassinat, à la pendaison pour vol et pillage grave et au bûcher pour débauche et sorcellerie. Les vignettes montrent d’ailleurs à trois reprises, en dehors des murs, un gibet et une roue (fol. 394, 400 et 401). D’après le droit urbain et selon les illustrations du livre de 1504, c’est l’écoutête (scultetus, Schultheiss) qui, par délégation et confirmation épiscopales, fait office de juge. Le manuscrit le désigne toujours en latin (judex) et il est entouré des 12 échevins du conseil nommés également ici par le terme latin (scabini), tandis qu’ils seront désignés part l’équivalent allemand (Schöffen) dans le reste du livre. C’est le juge qui conduit l’ensemble de la procédure et pose les questions au prévenu, de même que c’est lui qui prononce la sentence et assiste à son application. Rien n’oblige ce juge/écoutête dans le droit de Volkach à être un juriste, encore moins le collège échevinal composé de représentants locaux dans une ville de taille modeste et incapable de pouvoir employer et rémunérer les services de gradués en droit. La fixation par l’écrit et par l’image de la procédure dans la toute première partie du Salbuch peut donc aisément s’expliquer aussi par ce fait. Seul le greffier de justice devait posséder les premiers grades en droit civil ou canon, ce qui est le cas de l’auteur même du manuscrit, le notaire de ville Niklas Brobst. Les images restituent bien le triangle au sein duquel se déploie le procès : le juge (avec le greffier, les échevins et le gardien) ; l’accusé (reus) et le plaignant (actor, Klager) avec les témoins. Le manuscrit ne suivant le procès que depuis la sortie de la prison de l’accusé, c’est-à-dire pour officialiser et prononcer publiquement la sentence, rien n’est dit sur l’usage préalable ou non de la question pour obtenir les aveux. Toutefois, il est prescrit que l’accusé fasse trois fois le tour du tribunal sur ses jambes devant les échevins, afin de vérifier qu’il possède bien l’ensemble de ses capacités physiques pour suivre la dernière étape du procès (fol. 394v). Par ailleurs, l’appel à témoins et leur déposition sont représentés : ils sont ici au nombre de deux et montrés à dix reprises. Chaque image est introduite sur son côté gauche, qui représente l’entrée du tribunal, par la présence du praeco (également dénommé lictor ou züchtiger), à la fois huissier, crieur, sergent et gardien. La première image montre l’accusé en chemise blanche, sans col, sans doute déjà préparé à l’exécution de la sentence (par pendaison) qui va lui être officiellement signifiée. Suivent le juge et les échevins, accompagnés de gardes armés. Le tribunal est officiellement ouvert, échevins debout recevant le serment du juge qui porte épée et bâton. C’est alors seulement que le terme de judicium est placé au-dessus de la représentation. Le juge interroge ensuite au style direct chacun des échevins pour s’assurer de son identité et se faire confirmer que le collège, le lieu et le jour sont conformes à l’ordonnance criminelle. La réponse des échevins est également rédigée en style direct et, comme l’ensemble du dialogue, exprimée en allemand. L’image suivante montre les pièces à conviction produites au milieu du tribunal : une cruche en métal et la cannelle en bois d’un tonneau qui indiquent donc le vol d’une quantité de vin. Le juge ouvre alors à voix haute le procès, appelle le plaignant accompagné d’un des échevins (prelocutor). L’accusé est ensuite introduit dans le tribunal, apostrophé par le juge qui à haute voix le désigne comme fauteur de trouble (Übeltäter) et demande l’application du droit criminel en vigueur à Volkach. À chaque étape, le juge s’assure officiellement par serment auprès des échevins de la conformité de la procédure et fait noter par le greffier les articles correspondants de l’ordonnance criminelle, ce que l’image indique par Scriba legit articulos. Le procès ne connaît ni défenseur ni avocat. Le plaignant jure devant l’accusé qu’il s’agit bien de lui et demande réparation en déclarant le livrer au tribunal afin qu’il ne puisse plus jamais commettre de nouveau ce méfait. À quoi le juge répond que l’accusé sera pendu « entre ciel et terre », puis il jette son bâton à terre en signe de sentence définitive (fol. 400v). La dernière image (fol. 401) montre l’accusé devant le gibet placé sur le locus calvarie, prêt pour son exécution, après avoir été entendu par un clerc, le confessor.

  • 29 Gerhard Köbler, Bilder aus der deutschen Rechtsgeschichte, Munich, C. H. Beck, 1988.
  • 30 Gerhard Dilcher, Gewohnheitsrecht und Rechtsgewohnheiten im Mittelalter, Berlin, Duncker & Humblot (...)
  • 31 Theodor Helmert-Corvey (éd.), Rechtsbuch der Stadt Herford. Vollständige Faksimile-Ausgabe im Orig (...)
  • 32 Das Soester Nequambuch. Neuausgabe des Acht-und Schwurbuchs der Stadt Soest, éd. par Wilhelm Kohl, (...)
  • 33 Beate Binder, Illustriertes Recht. Die Miniaturen des Hamburger Stadtrechts von 1497, Hambourg, Ve (...)

10On était habitué, pour l’espace germanique et en matière de droit illustré29, à regarder classiquement du côté du Miroir des Saxons (Sachsenspiegel)30, coutumier du nord de l’Allemagne compilé et traduit en moyen-bas-allemand par Eike von Repgow dans les années 1220-1230, entre le privilège aux princes de 1220 et la grande paix territoriale de Mayence en 1235, ou bien du côté du Miroir des Souabes (Schwabenspiegel) composé en 1275, ou bien encore pour le droit urbain du côté du livre de la ville de Herford (vers 1375)31, du Nequambuch, livre des bannissements et des serments de la ville de Soest en Westphalie (vers 1315)32, du recueil illustré de Hambourg33, des chroniques illustrées de Diebold Schilling l’Ancien (1483 et 1484) et de son neveu Diebold Schilling le Jeune (1513) pour l’espace helvétique. Mais il s’agissait là de manuscrits et d’œuvres d’une portée bien plus générale, couvrant des espaces saxon ou souabe très larges et destinés à faire école, ou bien émanant de villes d’une taille bien supérieure à Volkach (Hambourg compte vers 1 500 environ 14 000 habitants, Berne, Zurich et Lucerne pour les chroniques des Schilling approchent les 8 000 habitants au début du xvie siècle). En comparaison, le Salbuch de Volkach n’en est donc que plus remarquable au degré modeste d’organisation sociale, juridique, politique et administrative d’une petite ville, et conserve l’exceptionnelle singularité de rassembler sur un seul support la représentation écrite et illustrée du droit, de la justice, de l’administration, de l’organisation sociale, spatiale, économique, matérielle du corps urbain. Il partage toutefois avec les autres grands textes précédemment mentionnés un souci d’exemplarité mais aussi de pédagogie qui enchâsse le bon gouvernement dans le règne de la justice, le serment assertoire et promissoire assurant un lien entre les deux sphères. Surtout, le droit ainsi montré correspond à la définition même de ce que pouvait être un ordre juridique au Moyen Âge : l’accomplissement de formules, de gestes, de paroles dans une séquence dont les acteurs attendent publiquement le respect et la répétition garantis par un souci scrupuleux de la conformité et de la démonstration visible.

  • 34 Wolfgang Schild, Alte Gerichtsbarkeit. Vom Gottesurteil bis zum Beginn der Rechtsprechung, Munich, (...)
  • 35 Wolfgang Schild, Bilder von Recht und Gerechtigkeit, Cologne, DuMont, 1995.
  • 36 Ditmar Willoweit (dir.), Die Entstehung des öffentlichen Strafrechts, Cologne, Böhlau, 1999. Peter (...)
  • 37 En allemand, la jurisprudence ne se dit pas par hasard « Rechtsprechung » (sprechen : parler, dire (...)

11De la sorte, et la composition soignée du manuscrit le confirme, cette conception du droit et de la bonne justice ancrée jusqu’au cœur des villes de la plus petite taille dans le bon gouvernement montre que nous n’avons pas affaire à une quelconque ante-rationalité ou à un simple spectacle de la chose administrée ou jugée34, mais à un système complexe de représentation, d’écriture, de formalisation par le verbe, l’écrit, le geste et l’image35 qui participe d’un mouvement plus général de judiciarisation de la société, lequel passe non pas par l’imposition verticale de normes désincarnées mais par l’assemblage de dispositifs argumentatifs dont la codification urbaine est à la fois le signe et le support36. Montrer le droit, c’est bien dire, lire et écrire le droit tout ensemble37.

Notes

1 Marc Bloch, Apologie pour l’histoire ou Métier d’historien, Paris, Armand Colin, 1949, notamment « La transmission des témoignages », p. 42-45.

2 Yann Potin, « L’historien en “ses” archives », dans Christophe Granger (dir.), À quoi pensent les historiens ? Faire de l’histoire au xxie siècle, Paris, Éditions Autrement, 2013, p. 101-117.

3 Arnold Esch, « Überlieferungs-Chance und Überlieferungs-Zufall als methodisches Problem des Historikers », Historische Zeitschrift, 240, 1985, p. 529-570 et id., « Chance et hasard de la transmission. Le problème de la représentativité et de la déformation de la transmission historique », dans Jean-Claude Schmitt, Otto Gerhard Oexle (dir.), Les tendances actuelles de l’histoire du Moyen Âge en France et en Allemagne, Paris, Publication de la Sorbonne, 2002, p. 15-30.

4 Joseph Morsel, « De l’usage des sources en Histoire médiévale », De l’usage de… en Histoire médiévale (http://www.menestrel.fr/spip. php ? rubrique1551& lang= fr# 2265, consulté le 25 août 2015).

5 Nicolas Offenstadt, « Archives, documents, sources », dans Christian Delacroix, François Dosse, Patrick Garcia, Nicolas Offenstadt (dir.), Historiographies. Concepts et débats, Paris, Gallimard, 2010, vol. 1, p. 68-78.

6 Jan Assmann, La mémoire culturelle. Écriture, souvenir et imaginaire politique dans les civilisations antiques, Paris, Aubier, 2010 (trad. fr. de l’allemand : Das kulturelle Gedächtnis. Schrift, Erinnerung und politische Identität in frühen Hochkulturen, Munich, C. H. Beck, 1992).

7 Roger Chartier, « Le monde comme représentation », Annales ESC, 44/6, 1989, p. 1505-1520, repris dans : id., Au bord de la falaise. L’histoire entre certitudes et inquiétude, Paris, Albin Michel, 1998, p. 67-86. Dominique Khalifa, « Représentations et pratiques », dans Delacroix, Dosse, Garcia, Offenstadt (dir.), Historiographies…, op. cit., vol. 2, p. 877-882.

8 Michel de Certeau, Histoire et psychanalyse entre science et fiction, Paris, Gallimard, 1987. Paul Ricœur, La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Seuil, 2000. Johannes Fried, Der Schleier der Erinnerung. Grundzüge einer historischen Memorik, Munich, C. H. Beck, 2004.

9 Jacques Revel (dir.), Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience, Paris, 1996.

10 Alexander Demandt, « Kontrafaktische Geschichte », dans Stefan Jordan (dir.), Lexikon Geschichtswissenschaft, Stuttgart, P. Reclam, 2002, p. 190-193.

11 Michel Zimmermann, Écrire et lire en Catalogne ( ixe -xiie  siècle), Madrid, Casa de Velázquez, 2003, 2 vol. ; id., « L’histoire médiévale coule-t-elle de source ? », École des chartes, la langue des actes (http ://elec. enc. sorbonne. fr/CID2003/zimmermann, consulté le 25 août 2015) ; id. (dir.), Auctor et auctoritas. Invention et conformisme dans l’écriture médiévale, Paris, École des chartes, 2011, notamment de l’auteur : « Vie et mort d’un formulaire. L’écriture des actes catalans (xe-xiie siècle) », p. 337-350.

12 Voir, entre autres, de Pierre Chastang, La ville, le gouvernement et l’écrit à Montpellier, Paris, Publications de la Sorbonne, 2013 ; id., « La langue, l’écriture et l’histoire. La singulière Catalogne de Michel Zimmermann », Médiévales, 52, 2007, p. 171-180 ; id. avec Étienne Anheim, « Les pratiques de l’écrit dans les sociétés médiévales (vie-xiiie siècle) », Médiévales, 56, 2009, p. 5-10.

13 Voir, entre autres, l’article « L’oral et l’écrit » dans Schmitt, Oexle (dir.), Les tendances actuelles de l’histoire…, op. cit., p. 127-170. Pierre Chastang, « Des archives au codex : les enjeux de la rédaction des cartulaires (xie-xive siècle) », dans Les regroupements textuels au Moyen Âge, CEHTL, 1, 2008, Paris, LAMOP (1re éd. en ligne 2011) (http://lamop.univ-paris1.fr/IMG/pdf/article_Pierre__Chastang--2. pdf, consulté le 25 août 2015). Didier Boisseuil, Pierre Chastang, Laurent Feller, Joseph Morsel (dir.), Écritures de l’espace social. Mélanges d’histoire médiévale offerts à Monique Bourin, Paris, 2010. Joseph Morsel, « Ce qu’écrire veut dire au Moyen Âge. Observations préliminaires à une étude de la scripturalité médiévale », dans Natacha Coquery, François Menant, Françoise Weber, Écrire, compter, mesurer/2. Vers une histoire des rationalités pratiques, Paris, Éditions rue d’Ulm, 2012, p. 4-32.

14 Klaus Arnold, Ute Feuerbach (dir.), Das Volkacher Salbuch, Volkach, Stadt Volkach, 2009 (Facsimilé du manuscrit original B2, Stadtarchiv Volkach [30 cm × 21 cm], sur papier, reliure de cuir postérieure datée de 1666).

15 Hektor Ammann, « Wie gross war die mittelalterliche Stadt ? », dans Carl Haase (dir.), Die Stadt des Mittelalters, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1969, vol. 1, p. 415-422. Roger Mols, Introduction à la démographie historique des villes d’Europe du xive au xviiie siècle, 3 vol., Louvain, Publications universitaires de Louvain, 1954-1956. Ulf Dirlmeier, Untersuchungen zu Einkommensverhältnissen und Lebenshaltungskosten in oberdeutschen Städten des Spätmittelalters (Mitte 14. -Anfang 16. Jh.), Heidelberg, C. Winter, 1978. Pierre Monnet, Villes d’Allemagne au Moyen Âge, Paris, Picard, 2004. Eberhard Isenmann, Die deutsche Stadt im Mittelalter 1150-1550. Stadtgestalt, Recht, Verfassung, Stadtregiment, Kirche, Gesellschaft, Wirtschaft, Vienne, Böhlau, 2012.

16 Ute Feurbach, Volckach 906-2006. 1100 Jahre verbriefte Geschichte, Volkach, Stadt Volkach, 2006.

17 Karl-S. Kramer, Fränkisches Alltagsleben um 1500. Eid, Markt und Zoll im Volkacher Salbuch, Würzburg, Echter Verlag, 1985. Wolfgang Jahn, Jutta Schumann, Evamaria Brockhoff (dir.), Edel und frei. Franken im Mittelalter, Augsburg, Theiss, 2004.

18 Rainer Christop Schwinges (dir.), Gelehrte im Reich. Zur Sozial-und Wirkungsgeschichte akademischer Eliten des 14. bis 16. Jahrhunderts, Berlin, Duncker & Humblot, 1996.

19 La dénomination modernisée en allemand est celle que le texte lui-même adopte.

20 Heike Bierschwale, Jacqueline van Leeuwen, Wie man eine Stadt regieren soll. Deutsche und niederländische Stadtregimentslehren des Mittelalters, Francfort-sur-le-Main, Peter Lang, 2005. Pierre Monnet, « Bien commun et bon gouvernement : le traité politique de Johann von Soest sur la manière de bien gouverner une ville (Wye men wol eyn statt regyrn soll, 1495) », dans Élodie Lecuppre-Desjardins, Anne-Laure van Bruaene (dir.), De bono communi. The Discourse and Practice of the Common Good in the European City (13th-16th c.). Discours et pratiques du Bien Commun dans les villes d’Europe ( xiiie au xve siècle), Turnhout, Brepols, 2010, p. 89-106.

21 Le fils de Niklas Brobst, Sebastian, succéda à son père en qualité de notaire de ville et compléta d’ailleurs le livre de 1504 pour en porter le volume à quelque 865 folios au milieu du xvie siècle.

22 Imaginieren dans le moyen haut-allemand des années 1500 peut en effet aussi bien renvoyer à imago, et donc désigner la mise en image, comme à imaginatio et donc à la conception « imaginée » et non « imagée » des illustrations.

23 Jean Wirth, L’image médiévale. Naissance et développements, Paris, Méridiens Klincksieck, 1989. Jérôme Baschet, Jean-Claude Schmitt, L’image. Fonctions et usages des images dans l’Occident médiéval, Paris, Le Léopard d’or, 1996. Jérôme Baschet, Daniel Barbu, Jean-Claude Bonne, Jean-Claude Schmitt, « Images médiévales », Annales HSS, 1, 1996, p. 3-131. Jean-Claude Schmitt, « Les images médiévales », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre, 2008, p. 2-13. Jérôme Baschet, L’iconographie médiévale, Paris, Gallimard, 2008

24 Claude Gauvard, Robert Jacob (dir.), Les rites de la justice : gestes et rituels judiciaires au Moyen Âge, Paris, Le Léopard d’or, 2000 ; Robert Jacob, Images de la justice. Essai sur l’iconographie judiciaire du Moyen Âge à l’âge classique, Paris, Le Léopard d’or, 1994.

25 Hagen Keller, « Oralité et écriture », dans Schmitt, Oexle (dir.), Les tendances actuelles de l’histoire…, op. cit., p. 127-143.

26 Claude Gauvard, Alain Boureau, Robert Jacob, Charles de Miramon, « Normes, droit, rituels et pouvoir », dans Schmitt, Oexle (dir.), Les tendances actuelles…, op. cit., p. 461-483.

27 Ruth Schmidt-Wiegand, « Salbuch », dans Handwörterbuch zur deutschen Rechtsgeschichte, Berlin, E. Schmidt, 1990, col. 1267 et suiv.

28 On en retrouvera des éléments dans la Constitutio criminalis carolina de Charles Quint adoptée en 1532.

29 Gerhard Köbler, Bilder aus der deutschen Rechtsgeschichte, Munich, C. H. Beck, 1988.

30 Gerhard Dilcher, Gewohnheitsrecht und Rechtsgewohnheiten im Mittelalter, Berlin, Duncker & Humblot, 1992.

31 Theodor Helmert-Corvey (éd.), Rechtsbuch der Stadt Herford. Vollständige Faksimile-Ausgabe im Originalformat der illuminierten Handschrift aus dem 14. Jahrhundert, Bielefeld, Verlag für Regionalgeschichte, 1989.

32 Das Soester Nequambuch. Neuausgabe des Acht-und Schwurbuchs der Stadt Soest, éd. par Wilhelm Kohl, Wiesbaden, Reichert, 1980. Thomas Schöne, Das Soester Stadtrecht vom 12. bis zur Mitte des 15. Jahrhunderts. Zugleich ein Beitrag zur Entwicklung deutscher Stadtrechte im hohen und späten Mittelalter, Paderborn, Bonifatius, 1998.

33 Beate Binder, Illustriertes Recht. Die Miniaturen des Hamburger Stadtrechts von 1497, Hambourg, Verlag Verein für Hamburgische Geschichte, 1988. Die Langenbeck’sche Glosse. Zum Hamburger Stadtrecht 1497, éd. par Frank Eichler, Hambourg, Mauke Schweitzer, 2008.

34 Wolfgang Schild, Alte Gerichtsbarkeit. Vom Gottesurteil bis zum Beginn der Rechtsprechung, Munich, Callwey, 1980.

35 Wolfgang Schild, Bilder von Recht und Gerechtigkeit, Cologne, DuMont, 1995.

36 Ditmar Willoweit (dir.), Die Entstehung des öffentlichen Strafrechts, Cologne, Böhlau, 1999. Peter Schuster, Eine Stadt vor Gericht. Recht und Alltag im spätmittelalterlichen Konstanz, Paderborn, F. Schöningh, 2000. Franz-Josef Arlinghaus, Ingrid Baumgärtner, Vincenzo Colli et al. (dir.), Praxis der Gerichtsbarkeit in europäischen Städten des Spätmittelalters, Francfort-sur-le-Main, V. Klostermann, 2006. Claude Gauvard, Jacques Chiffoleau, Andrea Zorzi (dir.), Pratiques sociales et politiques judiciaires dans les villes de l’Occident à la fin du Moyen Âge, Rome, École française de Rome, 2007.

37 En allemand, la jurisprudence ne se dit pas par hasard « Rechtsprechung » (sprechen : parler, dire, formuler).

© Éditions de la Sorbonne, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site