Version classiqueVersion mobile

Figures de l'autorité médiévale

 | 
Pierre Chastang
, 
Patrick Henriet
, 
Claire Soussen

Deuxième partie. Pouvoirs

Les cartulaires de concessions (Italie centrale, ixe-xiie siècle)

Jean-Marie Martin

Texte intégral

  • 1 H. Stein, Bibliographie générale des cartulaires français ou relatifs à l’histoire de France, Pari (...)

1L’idée de cette petite étude a pour point de départ le début d’un programme de recherche sur les cartulaires monastiques et ecclésiastiques italiens du Moyen Âge que Cristina Carbonetti Vendittelli (université Roma 2) et moi avons proposé à l’École française de Rome et auquel ont accepté de s’associer plusieurs collègues italiens et français (notamment Pierre Chastang). L’Italie ne dispose en effet d’aucun instrument de travail comparable au livre de Stein1. Une rapide présentation d’un type particulier de cartulaires, les cartulaires de concessions, m’a semblé pouvoir entrer dans le cadre d’un hommage à Michel Zimmermann auquel je suis heureux de participer.

Le Breviarium Ecclesiae Ravennatis

  • 2 Breviarium Ecclesiae Ravennatis (Codice Bavaro) secoli vii-x, éd. par G. Rabotti, Rome, Istituto s (...)
  • 3 J.-M. Martin, « Chartula in tumbo scripta, bolumen chartacium. Le papyrus dans les duchés tyrrhéni (...)
  • 4 Breviarium Ecclesiae Ravennatis…, éd. cit., p. LI. Monumenta Germaniae Historica, Die Urkunden Kon (...)

2Parmi les cartulaires italiens connus, publiés et étudiés, l’un des plus anciens et des plus originaux est le Breviarium Ecclesiae Ravennatis, encore appelé Codice Bavaro parce qu’il est conservé à la Staatsbibliothek de Munich (Clm 44), compilé sous les archevêques Pierre IV et Honestus, entre 966 et 978/983, sans doute par la camera archiépiscopale2. Il a la particularité rare – et évidemment négative pour sa conservation – d’être écrit sur papyrus. Ce matériau a en effet continué d’être utilisé jusqu’au milieu du xie siècle dans plusieurs régions de l’Italie autrefois byzantine (comme Naples ou Rome)3. La compilation du Breviarium semble liée d’une part à la destruction partielle des archives de l’archevêché dans les années 960, d’autre part à la renovatio imperii ottonienne : en 962, Otton Ier a concédé à l’Église romaine l’ancienne Pentapole4, territoire sur lequel l’Église de Ravenne voulait faire valoir ses propres droits et qui est précisément couvert par le cartulaire. Fortement endommagé et réduit, Il n’en reste que 36 feuillets (on sait qu’il en a compris 48), qui portent les résumés de 186 documents.

3Il les présente selon un plan topographique, par territoire de la Pentapole (une grande partie des Marches actuelles et une petite partie de l’Ombrie), qu’il suit en tournant dans le sens des aiguilles d’une montre : Rimini, Senigallia, Osimo, Iesi, Gubbio, Pérouse, Fossombrone, Urbino, le Montefeltro. Manquent les territoires de Pesaro, Fano, Ancône ; la section concernant Rimini est lacunaire ; mais à Senigallia et Osimo, qui ne sont pas affectés par des lacunes, seul le quart ou le tiers des documents conservés à l’Archivio arcivescovile est enregistré : la compilation a opéré un tri, ou a été faite à la hâte. Le Breviarium enregistre toutefois des actes remontant au viie siècle (le no 174 est daté du règne de l’empereur Héraclius, 610-641 ; le no 170 remonte au début du viie siècle ; certains actes de Rimini ont été faits à l’époque de l’archevêque Damien, 689-705). Dans la majorité des cas (145), les résumés n’indiquent que le nom de l’archevêque, ce qui n’en facilite pas la datation : 43 des actes ont été faits par un archevêque Jean, soit par l’un quelconque de ceux qui ont porté ce nom, de Jean III (607-613) à Jean X (983-998).

  • 5 S. Cosentino, « Potere e autorità nell’Esarcato in età post-bizantina », dans J.-M. Martin, A. Pet (...)

4Ce qui nous intéresse particulièrement ici est que les actes résumés dans le Breviarium ne sont pas des offrandes ou autres acquisitions effectuées au profit de l’église, mais des concessions faites par les archevêques ; plus précisément, il s’agit de petitiones présentées à ceux-ci par des personnes demandant la concession d’un bien immobilier de l’Église en emphytéose ou en livello (on trouve aussi une diffinicio). En effet Ravenne, qui est restée la capitale de l’Exarchat d’Italie jusqu’au milieu du viiie siècle, puis est en fait passée (avec le territoire de l’ancien Exarchat) sous la coupe de l’archevêque5, a conservé bien des habitudes archaïques : le contrat d’emphytéose, pratiquement oublié en territoire lombard, permet à l’archevêque de se faire des clients dans le milieu aristocratique, alors que le « livello » est un véritable contrat d’exploitation domaniale ; en outre les contrats de l’un et l’autre type sont conclus au moyen de deux actes : la petitio, présentée par le futur concessionnaire, et la concession elle-même, qui répond à sa demande. Il va de soi que la concession d’un bien-fonds prouve que celui qui la consent en est bien le propriétaire, et cela apparaît de façon encore plus évidente quand le document qui la présente est la petitio, qui reconnaît explicitement la propriété de l’église sur un bien qui n’est pas encore concédé.

5Comme on l’a vu, le Breviarium a été compilé, sans doute à la hâte, dans des circonstances particulières et dramatiques (dans les années 960, le diacre Rainerius, allié aux comtes Guidi, avait entrepris de détruire les archives de la cathédrale) ; il n’est pas complet ; en outre l’usage du papyrus prouve qu’il ne s’agissait pas d’un volume que l’on comptait utiliser longtemps. Le Breviarium est composé de fascicules faits séparément par des scribes différents, ensuite réunis en un volume. Il a pu accessoirement, pendant quelques années ou décennies, être utilisé pour l’administration du temporel de la cathédrale : après la fin de l’épiscopat d’Honestus, sept mains au moins ont ajouté des notes marginales indiquant, pour certains biens, les noms des nouveaux concessionnaires, mais ces ajournements ne dépassent guère la fin du xe siècle. Son utilité pratique précise nous est donc inconnue ; du moins voit-on qu’il visait, en enregistrant des petitiones, à perpétuer le souvenir de la propriété archiépiscopale.

Autres exemples ravennates

6Les éditeurs du Breviarium signalent la présence, dans l’Archivio arcivescovile, d’autres documents, beaucoup moins importants, mais au contenu semblable.

  • 6 R. Benericetti, Le carte ravennati dei secoli ottavo e nono, Faenza, University Press Bologna (Stu (...)
  • 7 Édition dans le Breviarium Ecclesiae Ravennatis…, éd. cit., appendice III, 6, p. 184-188.

7Ainsi, au verso d’une charte de parchemin datée du 26 juillet 8916, deux mains du xe siècle ont fait des résumés d’actes (dont des petitiones) concernant des possessions de l’Église de Ravenne aux territoires d’Osimo, Senigallia, Pesaro et dans la zone des confins entre Osimo et Iesi7 ; sept figurent également dans le Breviarium, mais le document ici cité en donne un état postérieur.

  • 8 Ibid., appendice III, 21, p. 234-236.

8Les autres micro-cartulaires ravennates de concession sont nettement plus tardifs : ils prouvent que le genre a été pratiqué jusqu’au xiie siècle. Ainsi, un parchemin contient quatre petitiones d’emphytéose présentées aux archevêques Pierre (927-971), Honestus (971-983), Héribert (1020-1027) et Gebhardt (1028-1044) et concernant des biens de l’Église sis au territoire de Pesaro8 ; la liste a été compilée dans la première moitié du xiie siècle.

  • 9 Ibid., appendice III, 20, p. 230-234.

9Un autre parchemin porte la liste de dix petitiones (deux d’emphytéose, huit de « livello ») concernant le territoire de Fano, une présentée à l’archevêque Pierre (927-971), les autres à l’archevêque Henri (1052-1071), compilée au xie siècle, avec un ajout du xiie ; une main du xiiie y a porté le titre : Breviarium de multis terris Fanense9.

  • 10 Édition : A. Vasina, « La giurisdizione temporale della Chiesa ravennate nel Ferrarese verso la fi (...)

10L’Archivio arcivescovile de Ravenne conserve encore un registre sommaire, fait de trois feuilles de parchemin (celle du milieu cousue aux deux autres)10 et écrit par un scribe unique, mais en plusieurs fois, à la fin du xie et au début du xiie siècle. Il ne s’agit pas d’un simple cartulaire, puisque le petit registre comprend à la fois deux listes de biens de l’Église et neuf petitiones (en deux séries). L’ensemble concerne des possessions de l’Église de Ravenne au territoire de Ferrare à la fin du xe siècle. Les documents ont pu être repris dans un cartulaire du type du Breviarium.

  • 11 Ravenna, Archivio arcivescovile, F 2006v inédit (voir Breviarium Ecclesiae Ravennatis…, éd. cit., (...)

11Au verso d’une charte sont encore enregistrées vingt petitiones d’emphytéose concernant des biens sis à Ravenne, faites entre 1001 et 107211 ; la liste a été établie au xiie siècle ; le nom de l’archevêque manque dans la moitié des cas.

12Nous arrivons ainsi à des dates très proches de celle de la compilation du Liber largitorius de Farfa, sur lequel nous allons bientôt revenir.

Le Breve de multis pensionibus de Lucques

13Mais nous devons d’abord faire un détour par la Toscane : un exemple très précoce (antérieur à ceux de Ravenne), tout récemment trouvé dans cette région, prouve en effet que, pendant le haut Moyen Âge, le cartulaire de concessions n’était pas une spécialité exclusive de Ravenne.

  • 12 P. Tomei, « Un nuovo “polittico” lucchese del ix secolo. Il Breve de multis pensionibus », Studi m (...)
  • 13 A. Castagnetti, M. Luzzati, G. Pasquali et al., Inventari altomedievali di terre, coloni e redditi (...)
  • 14 Tomei, « Un nuovo “polittico”… », art. cité, p. 567.

14Dans un article récent12, Paolo Tomei a analysé et publié un document de Lucques, dans la Toscane lombarde, remontant à la fin du ixe siècle. Sans doute influencé par l’existence de deux polyptyques de la cathédrale de Lucques, faits à des dates voisines, conservés et édités13, l’auteur tend à faire du document qu’il publie un nouveau polyptyque, ajoutant toutefois cette nuance : Si tratta di un polittico, o per meglio dire di un breve, strettamente imparentato con gli altri due inventari lucchesi già noti ed editi14 : il s’agit, en fait, d’un cartulaire de concessions ; il a la forme d’un rouleau formé de deux feuilles de parchemin cousues ensemble dans le sens de la longueur. Il contient 93 notices de livelli (cartulae ad censum perxolvendum) – l’emphytéose n’a pas cours ici – faits par l’évêque de Lucques Gérard Ier (870-895) et a été compilé entre novembre 895 et mars 897 ; une main du xie ou xiie siècle lui a donné le titre de Breve de multis pensionibus. Chaque résumé comporte le nom du concessionnaire, la localisation du bien, le montant du cens. La liste ne respecte aucun ordre chronologique ou géographique. Elle n’est pas complète : on a conservé 123 chartes de « livello » faites par l’évêque Gérard, dont 36 seulement figurent dans le Breve.

15Selon l’éditeur, celui-ci aurait été compilé sous l’épicopat de Pierre II (896-932), qui aurait voulu convertir en livelli les bénéfices accordés par l’Église (l’un des deux polyptyques de la cathédrale de Lucques, le breve de feora, décrit les biens concédés en bénéfice). Une telle explication, plausible, donnerait un sens assez précis à l’entreprise. En tout cas, cette compilation, faite en territoire de tradition lombarde, est antérieure d’un siècle au Breviarium de Ravenne : la pratique de ce genre de recensement est donc plus ancienne qu’on ne le pensait et n’est pas limitée aux territoires de tradition byzantine.

Le Liber largitorius de Farfa

  • 15 G. Zucchetti, Liber Largitorius vel notarius monasterii Pharphensis, Rome, E. Loeschner, P. Maglio (...)
  • 16 I. Giorgi et U. Balzani, Il Regesto di Farfa, compilato da Gregorio di Catino e pubblicato dalla S (...)

16Mais revenons au début du xiie siècle, où nous ont déjà conduits certains micro-cartulaires ravennates. C’est vers 1103 qu’a été entreprise la compilation du cartulaire de concessions le plus important, et de loin, que nous ayons conservé : le Liber largitorius de l’abbaye de Farfa en Sabine15, écrit par Grégoire de Catino (aidé à la fin par son neveu Todinus). Quand il a commencé la compilation du Liber largitorius, Grégoire avait déjà entrepris et achevé un cartulaire des possessions de la grande abbaye, le Regestum Farfense16. Il s’agit donc d’une œuvre faite par un spécialiste (qui n’était pas au bout de sa carrière) : il a fait du Liber largitorius un livre (sur parchemin) bien présenté et destiné à être conservé, comprenant, outre les résumés d’actes, un prologue, un index alphabétique et un catalogue des abbés (les actes sont regroupés par abbatiat). Il explique, dans le prologue, comment, à son avis, le cartulaire des concessions complète celui des acquisitions :

  • 17 Zucchetti, Liber largitorius…, art. cité, p. 5-6.

Non minus bonorum possessionum ius legaliter et auctorialiter defendi potest, quam per prioris opus cartularum, in quo dumtaxat acquisitiones inveniuntur rerum, vel confirmationes temporalium potestatum. Nam nemo plenius largitur, nisi quod prius certius possidere videtur. Ergo res primo corporali aedita traditione acquisitae, et postmodum cuilibet aecclesiastico more largitae, firmius certiusque defendi possunt aequissima ratione, quia liberius ostendunt ipsarum rerum dominum possessorem, per eam quam alicui tribuit largitionem17.

17Le but des deux cartulaires est donc le même. Grégoire vise manifestement à l’exhaustivité : il résume 2 122 documents établis entre 792 et 1125 (33 autres ont été ajoutés plus tard). Mais, au total, son but n’est pas fondamentalement différent de celui des cartularistes de Lucques ou de Ravenne, même si le Liber largitorius ne fait que compléter le Regestum Farfense. On peut supposer que le compilateur a eu connaissance d’un au moins des cartulaires de concessions faits dans des régions voisines.

  • 18 Voir Toubert, Les structures du Latium médiéval…, op. cit., p. 76-88. J.-M. Martin, « Occasions et (...)

18Mais c’est en général aux grands cartulaires-chroniques (ou ensembles de cartulaires et de chroniques) du xiie siècle que l’on compare l’œuvre de Grégoire de Catino18 ; or ni au Mont-Cassin, ni à S. Sofia di Benevento, ni à S. Vincenzo al Volturno, ni à S. Clemente a Casauria on ne trouve d’équivalent du Liber largitorius : dans ce cadre, celui-ci se présente comme un bloc erratique ; en fait, il s’apparente à une tradition ancienne, dont il est probablement non seulement le plus brillant, mais le dernier représentant (ou l’un des derniers).

  • 19 Voir Th. Kölzer, « Mönchtum und Kirchenrecht. Bemerkungen zu monastischen Kanonessammlungen der vo (...)
  • 20 Registrum Petri Diaconi, n92, fol. 39B-40vA. On peut désormais renvoyer à Registrum Petri Diacon (...)
  • 21 Il Chronicon Vulturnense del monaco Giovanni, éd. par V. Federici, Rome, Tip. del Senato (Fonti pe (...)
  • 22 L. Feller, Les Abruzzes médiévales. Territoire, économie et société en Italie centrale du ixe au x (...)

19Pourquoi n’a-t-on pas poursuivi la compilation de ce genre de cartulaires ? On peut peut-être évoquer la possible multiplication de concessions perpétuelles à des paysans, avant le triomphe du faire-valoir direct pour les biens des ordres réformés ; on peut aussi estimer que, pendant et après la réforme de l’Église à la fin du xie siècle on se focalisait plus sur la possession et son accroissement que sur des concessions, considérées comme dangereuses : toutes les collections canoniques monastiques de cette époque sont entièrement polarisées (dans la ligne générale de la réforme) sur l’inaliénabilité des biens monastiques19. Dans la partie canonique du Registrum Petri Diaconi, compilé au Mont-Cassin au début des années 1130, on copie de larges extraits d’une novelle de Justinien (dans la version de l’Epitome Iuliani) concernant les concessions de biens d’Église : les scribes chargés de la copie ne comprenaient manifestement plus le sens du mot emphyteusis20 et le texte ne visait qu’à proscrire toute aliénation. Dans ce grand cartulaire, son concepteur, Pierre Diacre, avait décidé – il l’écrit dans son prologue – d’établir six decisiones (parties thématiques), respectivement consacrées aux privilegia (pontificaux), aux precepta (impériaux), aux oblationes (de particuliers), aux libelli, aux renuntia et aux sacramenta (serments) ; mais les libelli, comme les renuntia, n’ont finalement pas été retenus (les sections correspondantes manquent), peut-être faute de temps, mais plus probablement parce que de tels sujets semblaient dangereux. Dans le Chronicon Vulturnense, cartulaire-chronique de S. Vincenzo al Volturno, dont la compilation a été entreprise entre 1119 et 1124, ont été transcrits un nombre non négligeable de livelli des xe et xie siècles, notamment les contrats collectifs visant à la création de nouveaux habitats21 ; mais ils ne sont pas mis à part : ils sont mélangés aux autres actes, classés par abbatiat. Il en va de même dans le Chronicon Casauriense, compilé nettement plus tard, dans les années 1179-118222.

20Nous aurons peut-être l’occasion de retrouver d’autres cartulaires du type de ceux qu’on vient de présenter : cette étude n’a donc qu’une portée limitée et provisoire. Elle permet d’esquisser les premiers contours d’une pratique, sans doute propre au haut Moyen Âge italien, qui utilise les contrats écrits, souvent (mais pas toujours) liée à des situations d’urgence (Breviarium de Ravenne, Breve de multis pensionibus de Lucques). Elle vise en tout cas à présenter des biens aliénés pour un temps sous des formes juridiques convenues et ainsi à préserver la propriété de l’Église sur ces biens provisoirement marginalisés. En outre la majeure partie des cartulaires qu’on a présentés ont été faits par des cathédrales, alors que la grande majorité des cartulaires postérieurs sont monastiques. À l’abbaye de Farfa, au tout début du xiie siècle, Grégoire de Catino fait du Liber largitorius un simple complément du registre des possessions, afin de bien cerner l’ensemble de la fortune foncière du monastère. Il semble qu’ensuite les aliénations, même temporaires, de biens ecclésiastiques soient théoriquement condamnées : nous penserions volontiers que cette attitude a pu mettre un terme à la compilation des cartulaires de concessions.

Notes

1 H. Stein, Bibliographie générale des cartulaires français ou relatifs à l’histoire de France, Paris, A. Picard et fils (Manuels de bibliographie historique, IV), 1907. Voir en outre le volume récent I. Vérité, A.-M. Legras, C. Bourlet et al. (éd.), avec la collaboration d’O. Guyotjeannin, A.-M. Hayez, J.-L. Lemaître et al., Répertoire des cartulaires français : provinces ecclésiastiques d’Aix, Arles, Embrun, Vienne. Diocèse de Tarentaise, Paris, CNRS Éditions (Documents, études et répertoires publiés par l’IRHT, 72), 2003.

2 Breviarium Ecclesiae Ravennatis (Codice Bavaro) secoli vii-x, éd. par G. Rabotti, Rome, Istituto storico italiano per il Medio Evo (Fonti per la storia d’Italia, 110), 1985. C’est de cette édition que nous tirons les données que nous présentons sur le Breviarium et sur les autres cartulaires de Ravenne. Voir encore A. Vasina, S. Lazard, G. Gorini et al., Ricerche e studi sul « Breviarium Ecclesiae Ravennatis » (Codice Bavaro), Rome, Istituto storico per il Medio Evo (Studi storici, 148-149), 1985.

3 J.-M. Martin, « Chartula in tumbo scripta, bolumen chartacium. Le papyrus dans les duchés tyrrhéniens pendant le haut Moyen Âge », Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Âge, 112/1, 2000, p. 183-189. C. Carbonetti Vendittelli, « I supporti scrittorii della documentazione. L’uso del papiro », dans J.-M. Martin, A. Peters-Custot, V. Prigent (éd.), L’héritage byzantin en Italie ( viiie- xiie siècle), t. 1, La fabrique documentaire, Rome, École française de Rome (Collection de l’École française de Rome, 449), 2011, p. 33-48.

4 Breviarium Ecclesiae Ravennatis…, éd. cit., p. LI. Monumenta Germaniae Historica, Die Urkunden Konrad I., Heinrich I. und Otto I., éd. par Theodor Sickel, Hanovre, Hahn (Die Urkunden der deutschen Könige und Kaiser, 1), 1879-1884, n235 (13 février 962) : Simul et Pentapolim, videlicet Ariminum, Pensaurum, Phanum, Senogalliam, Anconam, Ausimum, Humanam, Hesium, Forumsimpronii, Montemfeltri, Urbanum et territorium Balnense, Callis, Luciolis et Eugubium.

5 S. Cosentino, « Potere e autorità nell’Esarcato in età post-bizantina », dans J.-M. Martin, A. Peters-Cutot et V. Prigent (éd.), L’héritage byzantin en Italie ( viiie-xiie siècle), t. 2, Les cadres juridiques et sociaux et les institutions publiques, Rome, École française de Rome (Collection de l’École française de Rome, 461), 2012, p. 279-295.

6 R. Benericetti, Le carte ravennati dei secoli ottavo e nono, Faenza, University Press Bologna (Studi della Biblioteca Card. Gaetano Cicognani, 9), 2006, n40, p. 107-108.

7 Édition dans le Breviarium Ecclesiae Ravennatis…, éd. cit., appendice III, 6, p. 184-188.

8 Ibid., appendice III, 21, p. 234-236.

9 Ibid., appendice III, 20, p. 230-234.

10 Édition : A. Vasina, « La giurisdizione temporale della Chiesa ravennate nel Ferrarese verso la fin del secolo x (da un documento inedito dell’Archivio Arcivesovile di Ravenna) », Felix Ravenna, 3e sér., 25, 1958, p. 32-55, ici p. 43-47.

11 Ravenna, Archivio arcivescovile, F 2006v inédit (voir Breviarium Ecclesiae Ravennatis…, éd. cit., p. LIV-LV, n. 104).

12 P. Tomei, « Un nuovo “polittico” lucchese del ix secolo. Il Breve de multis pensionibus », Studi medievali, 3e sér., 53/2, 2012, p. 567-602.

13 A. Castagnetti, M. Luzzati, G. Pasquali et al., Inventari altomedievali di terre, coloni e redditi, Rome, Istituto storico italiano per il Medio Evo (Fonti per la storia d’Italia, 104), 1979 : Inventarium episcopatus, p. 207-224 ; Breve de feora, p. 225-246.

14 Tomei, « Un nuovo “polittico”… », art. cité, p. 567.

15 G. Zucchetti, Liber Largitorius vel notarius monasterii Pharphensis, Rome, E. Loeschner, P. Maglione (Regesta chartarum Italiae, 9/1-9/2), 1913-1932, 2 vol. Voir G. Zucchetti, « Il Liber largitorius vel notarius monasterii Pharphensis », Bullettino dell’Istituto storico italiano per il Medio Evo, 44, 1927, p. 1-258, qui ne dit rien sur le genre original de la compilation. P. Toubert, Les structures du Latium médiéval. Le Latium méridional et la Sabine du ixe siècle à la fin du xiie siècle, Rome, École française de Rome, 1973 (Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome, 221), p. 78 n. 1.

16 I. Giorgi et U. Balzani, Il Regesto di Farfa, compilato da Gregorio di Catino e pubblicato dalla Società Romana di Storia Patria, Rome, La Società, 1879-1914, 5 vol.

17 Zucchetti, Liber largitorius…, art. cité, p. 5-6.

18 Voir Toubert, Les structures du Latium médiéval…, op. cit., p. 76-88. J.-M. Martin, « Occasions et modalités du remploi dans les cartulaires-chroniques de l’Italie méridionale », dans P. Toubert, P. Moret (dir.), Remploi, citation, plagiat. Conduites et pratiques médiévales ( xe-xiie siècle), Madrid, Casa de Velázquez (Collection de la Casa de Velázquez, 112), 2009, p. 141-160.

19 Voir Th. Kölzer, « Mönchtum und Kirchenrecht. Bemerkungen zu monastischen Kanonessammlungen der vorgratianischer Zeit », Zeitschrift der Savigny Stiftung für Rechtsgeschichte, kan. Abt., 69, 1983, p. 121-142.

20 Registrum Petri Diaconi, n92, fol. 39B-40vA. On peut désormais renvoyer à Registrum Petri Diaconi (Montecassino, archivio dell’abbazia, Reg. 3). Edizione e commento, éd. par J.-M. Martin, P. Chastang, E. Cuozzo, L. Feller, G. Orofino, A. Thomas et M. Villani, Rome, École française de Rome (Sources et documents publiés par l’École française de Rome, 4) /Istituto storico italiano per il Medio Evo (Fonti per la storia dell’Italia medievale. Antiquitates 45), 2015.

21 Il Chronicon Vulturnense del monaco Giovanni, éd. par V. Federici, Rome, Tip. del Senato (Fonti per la storia d’Italia, 58-60), 1925-1940, 3 vol. ; voir par exemple no 92, vol. 2, p. 61-63 (945), no 100, vol. 2, p. 85-87 (950), no 107, vol. 2, p. 110-112 (975), no 108, vol. 2, p. 112-114 (962), no 109, vol. 2, p. 114-116 (972), no 110, vol. 2, p. 117-119 (972), no 111, vol. 2, p. 119-120 (973), n112, vol. 2, p. 121-122 (962), no 113, vol. 2, p. 123-125 (965/66), no 114, vol. 2, p. 125-126 (962), no 164, vol. 2, p. 302-304 (988), no 165, vol. 2, p. 305-307 (985), n166, vol. 2, p. 308-310 (995), n167, vol. 2, p. 310-313 (989).

22 L. Feller, Les Abruzzes médiévales. Territoire, économie et société en Italie centrale du ixe au xiie siècle, Rome, École française de Rome, 1998 (Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome, 300), notamment p. 47 et 222.

© Éditions de la Sorbonne, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search