Version classiqueVersion mobile

Figures de l'autorité médiévale

 | 
Pierre Chastang
, 
Patrick Henriet
, 
Claire Soussen

Deuxième partie. Pouvoirs

Un saint stylite et les pouvoirs : Daniel le Stylite († 493)

Michel Kaplan

Texte intégral

  • 1 Synthèse sur les stylites : Jean Marie Sansterre « Les saints stylites du ve au xie siècle, perman (...)
  • 2 Étude du dossier hagiographique de Syméon Stylite l’Ancien : Bernard Flusin, « Syméon et les philo (...)

1L’inventeur du stylisme1, Syméon, mort en 459 au sommet du mont Coryphée, à proximité de Beroia (Alep), s’était tenu à l’écart de tous les pouvoirs, du moins selon les récits hagiographiques qui nous sont parvenus2. Dès son décès, toutefois, le patriarche d’Antioche requit la force armée pour venir s’emparer de la relique : mort, Syméon était devenu un enjeu de pouvoir et sa relique ne pouvait être laissée à ses disciples. La sainteté se reporta sur la colonne, autour de laquelle s’édifia un imposant ensemble monumental qui fut, jusqu’au xiie siècle, le plus important lieu de pèlerinage de l’Orient chrétien.

  • 3 Résumé du dossier hagiographique dans Michel Kaplan, « L’espace et le sacré dans la Vie de Daniel (...)
  • 4 La Vie nous rapporte que Daniel, devenu moine cénobite à douze ans dans sa Commagène natale (sur l (...)
  • 5 Vincent Déroche et Bénédicte Lesieur, « Notes d’hagiographie byzantine… », art. cité supra, n. 3, (...)
  • 6 La qualité historique de la Vie, exceptionnelle, a été démontrée par Robin Lane Fox, « The Life of (...)
  • 7 Les exemples sont innombrables : cf. par exemple Michel Kaplan, « Les normes de la sainteté à Byza (...)

2Le premier disciple et imitateur dont nous ayons gardé la mémoire est Daniel, également un Syrien3. Détourné de Jérusalem pour Constantinople par une vision, un moine ressemblant à Syméon4, Daniel vient s’installer, puis dresser sa colonne sur les hauteurs dominant Anaplous (Istynie), sur la rive européenne du Bosphore, à une quinzaine de kilomètres au nord de Constantinople. Le succès qui accompagne cette installation rend inévitables des relations avec les autorités, à commencer par le patriarche, mais aussi l’Empereur. Mais ces rapports avec les pouvoirs vont se révéler plus actifs de la part de ce stylite que de son maître. L’étude en est d’autant plus intéressante que la Vie a été écrite peu de temps après la mort du saint (11 décembre 493), avant le printemps 496, par un disciple du saint et témoin oculaire d’une partie de ce qu’il nous conte5. Or ce texte hagiographique abonde en mentions d’événements de la vie politique et religieuse survenus dans la capitale, dont une partie non négligeable peut être confirmée par d’autres sources en principe plus sûres qu’une Vie de saint6. Pour autant, il faut garder à l’esprit que celle-ci est destinée avant tout à démontrer la sainteté du personnage, donc lui donner le beau rôle. Dans cette reconnaissance de sainteté, la proximité avec des personnages haut placés, jusqu’au patriarche de Constantinople et surtout l’Empereur, est un élément déterminant7.

  • 8 VDS, c. 23, p. 25. Sur le choix de son lieu d’ascèse par Daniel, cf. Michel Kaplan, « Le choix du (...)
  • 9 VDS, c. 25-29, p. 26-30. Sur les relations avec Gélanios (PLRE, II p. 499) et les refus d’interven (...)
  • 10 VDS, c. 34, p. 32.
  • 11 VDS c. 38, p. 35. Ce fils ne vivra que cinq mois : Gilbert Dagron, « Le fils de Léon Ier (463). Té (...)
  • 12 VDS c. 44, p. 41-42.
  • 13 Au xiie siècle, la colonne est toujours debout. L’auteur de la Vie de Léontios, qui sera patriarch (...)

3Au fur et à mesure que l’hagiographe dessine la sainteté de Daniel, le niveau de ceux qui apparaissent dans la Vie ne cesse de monter. Le propre d’un stylite étant de rester sur une colonne, Daniel, suivant l’exemple de Syméon, monte sur trois colonnes successives. La première, haute seulement comme deux hommes, fut offerte par un ami du saint, le silentiaire Marc8. La seconde est un don du préposé à la table impériale du moment (τῷ τηνικαῦτα τῆς θείας τραπέζης), Gélanios, dont Daniel a usurpé un terrain pour y installer sa première colonne ; l’officier s’adresse à l’empereur Léon Ier, puis au patriarche Gennadios, qui refusent d’intervenir auprès de Daniel et renvoient Gélanios à ses droits légitimes de propriétaire du terrain. Mais Daniel refuse de descendre de la colonne ; Gélanios cède et offre même à Daniel une colonne très haute9. Le passage d’une colonne à l’autre se fait en grande pompe sous le regard de Gélanios, qui raconte les événements à l’empereur et aux puissants de l’entourage impérial10. Quant à la troisième colonne, qui sera double pour mieux résister aux vents violents qui peuvent souffler l’hiver sur les rives du Bosphore, elle est offerte par Léon Ier en remerciement pour le fils obtenu en 463 grâce aux prières du saint11. Après que le patriarche Gennadios a, sur injonction de l’empereur, ordonné Daniel prêtre, Léon Ier se rend auprès du saint ; en présence du patriarche venu rejoindre le souverain, Daniel passe sur sa troisième et dernière colonne12. L’on voit donc que la hauteur de la colonne suit l’ordre hiérarchique de la puissance. En assurant l’érection de la colonne définitive13, Léon Ier s’approprie d’une certaine façon la sainteté de Daniel en même temps qu’il assure, aux yeux de tous, la reconnaissance de celle-ci.

4La Vie nous ménage une véritable échelle des dignités avant que Léon Ier lui-même ne se manifeste. Nous avons vu un simple silentiaire, Marc, offrir la première colonne. Ensuite, Daniel se tire de démêlés sur la propriété de l’endroit où il l’a dressée avec un proche serviteur de l’empereur, Gélanios.

  • 14 VDS c. 31-32, p. 30-31. Kyros : PLRE, II, p. 336-338 (Cyrus 7) ; cf. aussi Robin Lane Fox, « The L (...)
  • 15 VDS c. 35, p. 33-34. Eudoxia : PLRE, II, p. 410-412 (Licinia Eudoxia 2) ; cf. aussi Robin Lane Fox (...)
  • 16 Terme grec, sans doute emprunté au syriaque, qui signifie enclos, spécialement pour les brebis.
  • 17 Le passage du texte, cité supra n. 11, occupe huit lignes de la Vie.

5Entretemps, Daniel avait reçu la visite d’un personnage important, Kyros, ancien préfet de Constantinople, puis préfet du prétoire et consul14. Après sa montée sur la colonne de Gélanios, Daniel voit venir à lui un personnage encore plus célèbre, l’impératrice Eudoxia, fille de Théodose II, épouse de Valentinien III, empereur d’Occident, depuis 437, veuve depuis 455, et qui finit sa vie à Constantinople après avoir été sept ans captive du vandale Genséric15. On remarque au passage que l’impératrice a pu pénétrer dans la mandra16 du saint, alors que Syméon avait refusé l’entrée de la sienne à toute femme et même à sa propre mère, qui ne put en franchir la clôture qu’une fois morte, pour être enterrée au pied de la colonne. On objectera que la mère de Syméon n’était pas impératrice. Il n’en reste pas moins que, en s’installant à proximité de Constantinople, Daniel ne pouvait ignorer, c’est le moins que l’on puisse dire, qu’il serait sollicité par de nombreuses personnes et ne pourrait échapper, pour autant qu’il le voulût, à la présence féminine. Il reste néanmoins une étape à franchir, la présence du patriarche et de l’empereur eux-mêmes, qui sont évidemment étroitement liés. Léon a obtenu de la prière du saint d’avoir un fils, mais il n’est pas venu, se contentant de convoquer le principal disciple de Daniel pour transmettre sa demande de prière dans ce but. L’hagiographe se montre ici extrêmement concis : Léon connaît les exploits de Daniel, il lui tarde d’aller le voir, mais il ne se donne pas cette peine, même pour avoir un fils. Daniel, pour sa part, s’exécute à la simple requête de l’empereur ; et celui-ci fait alors creuser les fondations de la troisième colonne, toujours sans venir17. Quant au patriarche, il se fait également prier. Il faut donc un événement déclencheur.

  • 18 On peut se faire une idée de cet incendie dans Priscus, Excerpta et fragmenta, éd. Pia Carolla, Be (...)
  • 19 VDS, c. 41, p. 37-38.
  • 20 VDS, c. 42, p. 38. La sécheresse de la parole impériale interroge. Elle exprime mieux qu’un long d (...)
  • 21 VDS, c. 43, p. 39. Sur cet épisode et le refus de la prêtrise, cf. Michel Kaplan, « Les moines et (...)

6Le récit est habilement construit autour d’une catastrophe qui, trente ans après, lorsque l’hagiographe écrit, reste encore dans les mémoires, l’incendie qui ravage Constantinople et dure du 2 au 6 septembre 46518. Sans même préciser le moyen, l’auteur nous apprend que, peu avant Pâques (le 28 mars), Daniel est divinement informé qu’une grande colère va s’abattre sur la ville et en informe le patriarche Gennadios et l’empereur. Ces autorités, peu soucieuses de troubler la préparation des festivités pascales, ne préviennent pas la population et, après la fête, la prédiction tombe dans l’oubli19. Mais le lecteur ou l’auditeur de la Vie a, lui, compris de quoi il s’agit et il attend, tandis que l’auteur place alors des événements de grande importance, notamment pour les rapports du saint et des pouvoirs. Sans donner d’explication convaincante, il avance que Léon enjoint à Gennadios d’ordonner Daniel prêtre. Gennadios refuse dans un premier temps, sans doute parce qu’il prévoit le refus de Daniel, mais Léon insiste : « Si tu veux monter [jusqu’au saint], vas-y. Sinon, c’est moi qui irai et la volonté de Dieu sera faite20. » Gennadios s’exécute. Nous apprenons alors que Gennadios voulait depuis longtemps venir voir Daniel, donc qu’il ne l’avait pas fait. Daniel refuse tacitement, en ne donnant pas l’ordre de dresser l’échelle, indispensable pour une ordination directe par imposition des mains sur la tête du futur prêtre, et Gennadios n’insiste pas. Daniel étant un laïc, il ne peut lui faire injonction. Mais le temps passe et la foule venue voir l’événement s’impatiente, assommée de chaleur (c’est donc l’été) ; Gennadios ordonne Daniel à distance. Ce dernier reconnaît sa “défaite” et laisse dresser l’échelle : l’archevêque sur l’échelle et le nouveau prêtre dans sa logette se donnent alors mutuellement le pain et le vin. Et Gennadios peut courir au palais informer l’empereur qu’il a obéi21.

  • 22 VDS, c. 44, p. 41-42. Le saint ne descend pas : il fait placer une planche et passe d’une colonne (...)
  • 23 VDS, c. 46, p. 44.
  • 24 VDS, c. 47-48, p. 45-46.
  • 25 VDS, c. 50, p. 48-49. Il est possible qu’il y ait confusion avec le palais que bâtit Léon dans le (...)
  • 26 VDS, c. 51, p. 49-50 ; la Lazique est à peu près identique à l’ancienne Colchide, à l’est de la me (...)
  • 27 VDS, c. 56, p. 55. En fait, Genséric détruit la flotte byzantine commandée par Basiliskos, beau-fr (...)

7Alors et alors seulement, l’empereur se rend auprès du saint et monte à l’échelle, en compagnie du patriarche et en présence d’une foule. Le but de cette visite est simple : assister au passage de Daniel sur sa troisième colonne, celle offerte par le souverain22. Le stylite sera dès lors un saint officiel. Après l’incendie que Daniel avait prévu, Léon se rend auprès de lui avec son épouse ; il reconnaît qu’il a négligé les avertissements du saint23. Survient une violente tempête qui a bien failli renverser la colonne et l’empereur se rend lui-même sur place observer les dégâts24. Puis il fait construire un palais à proximité de l’église Saint-Michel, située juste en dessous de la hauteur où est juchée la colonne du saint ; selon la Vie, seule source à nous parler de ce palais, Léon devient “inséparable du saint”25. Daniel devient dès lors une sorte de consultant de Léon. Peu après, il arbitre un différend entre ce dernier et le roi des Lazes Goubazios26. Quand s’annonce une attaque du Vandale Genséric, Léon envoie son spathaire Hylasios pour apprendre du saint quel sera le sort des armes. Celui-ci déclare simplement que Dieu aidera les troupes impériales27.

  • 28 Le terme ξένος désigne non pas des étrangers au sens de ressortissant d’un autre État, mais toute (...)
  • 29 Relique au singulier dans le texte (λείψανον). Nous avons vu que le patriarche d’Antioche l’avait (...)
  • 30 VDS 57, p. 55-56. Au paragraphe suivant, on comprend que le martyrion se trouve à l’extérieur de l (...)
  • 31 VDS, c. 58, p. 56-57.

8Alors commence un bras de fer entre l’empereur et Daniel. La foule des visiteurs de celui-ci est sans cesse plus nombreuse, ce qui est sans doute vrai, et l’intendance ne suit pas : on ne sait que faire de tous ces pèlerins. Soucieux d’ordre public et au prétexte, selon la Vie, de remercier Daniel pour l’aide de ses prières face à Genséric, Léon vient demander au saint la permission de bâtir un logement pour les frères et les “étrangers”28. Daniel ne refuse pas, mais, sentant que, de toute façon, la volonté de l’empereur l’emportera, négocie. Il demande à Léon de lui faire rapporter d’Antioche la relique de Syméon29. Évidemment, dès lors qu’il l’a reçue, Daniel accepte de déférer à l’exigence impériale. Il a certes rappelé que Syméon n’a eu de sa vie aucune habitation dans sa mandra et l’empereur lui explique d’abord que le climat de Constantinople n’a rien à voir avec celui de Télanissos, ce qui est vrai, et que les visiteurs de Syméon venaient le voir pour prier et non pour différentes affaires, au nombre desquelles Léon cite ses propres requêtes, ce qui l’est déjà moins. Sous ce prétexte donc, Daniel cède : « Puisque c’est pour glorifier Dieu et abriter les frères et les étrangers que ta piété a proposé de faire ainsi, ordonnez de faire ce qui vous semble bon. » Et Léon de faire construire au nord de la colonne un martyrion et le monastère des frères et des étrangers derrière la colonne30. Le processus d’institutionnalisation de Daniel, voulu par le pouvoir politique à son profit, prend corps : sous couvert de satisfaire aux besoins des pèlerins, en fait pour contrôler l’incontrôlable stylisme, Léon fait rentrer Daniel dans le rang. Dans le contexte de l’après Chalcédoine, qui a proclamé la tutelle des évêques sur les monastères, la mesure décidée par l’empereur prend tout son sens. Derrière Léon se profile l’autorité du patriarche. Au reste, lorsque les reliques arrivent, l’empereur invite l’archevêque à annoncer et pratiquer la déposition31.

  • 32 Fl. Zeno, PLRE, II, p. 1200-1202 (Zeno 7).
  • 33 VDS, c. 65, p. 65.
  • 34 Ælia Ariadna, PLRE, II, p. 140-141.
  • 35 VDS, c. 67, p. 65. En réalité, sentant le trône du jeune Léon mal assuré, Ariadnè et sa mère Vérin (...)
  • 36 Ælia Vérina, PLRE, II, p. 1156.
  • 37 Fl. Basiliscus, ibid., p. 212-214. Basiliskos, malgré sa défaite face à Genséric, reçoit le soutie (...)
  • 38 VDS, c. 68, p. 65-66.
  • 39 Ici, nous pouvons croiser la Vie avec Évagre le Scholastique, Histoire ecclésiastique, éd. cit., I (...)
  • 40 Armatus, PLRE, II, p. 148-149.
  • 41 Zusus, ibid., p. 1207.
  • 42 Marcianus 17, ibid., 717-718
  • 43 Léontia 2, ibid., p. 167.
  • 44 Sur le coup d’État de 475 et le règne de Basiliskos, cf. la pertinente analyse de Philippe Blaudea (...)

9Le règne de Léon touche à sa fin. Pour légitimer ce qui va se passer, l’hagiographe nous présente l’empereur venant au saint pour lui demander de prier pour son gendre, Zénon32, qu’il envoie en Thrace comme gouverneur combattre les Barbares33. C’est une façon de faire approuver par le saint ce qui se passe ensuite : à la mort de Léon (février 474), et bien qu’il eût désigné le jeune Léon II, fils de Zénon et de sa fille Ariadnè34, pour lui succéder, le Sénat confie le pouvoir à Zénon, qui devient seul empereur à la mort de Léon II, dès novembre 47435. Néanmoins, Zénon, handicapé par la mauvaise réputation qui accompagne les Isauriens dont il fait partie, est bientôt en but aux intrigues de sa belle-mère Vérina36 ; elle fomente une insurrection populaire en faveur de son frère Basiliskos37. Zénon se tourne donc vers le saint officiel du pouvoir impérial, Daniel, ce qui fournit à peu de frais à l’hagiographe l’occasion de mettre dans la bouche du saint une prophétie exacte de ce qui va se passer, que Zénon sera chassé du trône, vivra misérablement dans son refuge, mais que ceux qui le chassent aujourd’hui viendront le rétablir demain38. Zénon s’enfuit en Isaurie le 9 janvier 475 avec Ariadnè39, tandis que Basiliskos et son clan, son neveu Armatos40, Zousos41, beau-frère de Vérina et Marcianos42, gendre de Vérina par sa seconde fille Léontia43 et donc de Léon Ier et fils de l’empereur d’Occident Anthémius (467-472), s’emparent du pouvoir sans coup férir44.

  • 45 Évagre le Scholastique, Histoire ecclésiastique, éd. cit., III, 4, p. 386-387. Sur Timothée, cf. P (...)
  • 46 Nous pouvons ici comparer les informations des sources chalcédoniennes, comme Évagre, ou plus modé (...)
  • 47 Zacharie le Rhéteur, éd. cit., V, 2, p. 105-107. Philippe Blaudeau, Antagonismes et convergences, (...)
  • 48 Évagre le Scholastique, Histoire ecclésiastique, éd. cit., III, 4, p. 386-397. Celui-ci indique (I (...)

10Malheureusement, nous n’avons pas de sources permettant de corroborer ce qui constitue le morceau de bravoure de la Vie : l’intervention de Daniel qui va contribuer à chasser Basiliskos. Ce dernier se lance en effet dans une politique ouvertement monophysite. Évagre nous informe que Basiliskos rétablit au patriarcat d’Alexandrie Timothée Ælure, monophysite notoire, exilé depuis dix-huit ans45 à Gangres puis à Cherson et le fait venir à Constantinople46. À en croire Évagre, c’est Timothée qui persuade Basiliskos d’envoyer une lettre encyclique du 9 avril 47547 à tous les évêques, qu’il cite intégralement48. Elle condamne Chalcédoine et menace d’appliquer la législation en vigueur, édictée par Théodose Ier et Théodose II contre les hérétiques, déposition pour les évêques et les clercs, confiscation de leurs biens et “derniers châtiments” pour les moines ou laïques.

  • 49 L’Église, en vertu du principe d’accommodement par lequel elle calque, du moins en Orient, ses cir (...)
  • 50 Philippe Blaudeau, « Timothée Ælure… », art. cité supra, n. 45, p. 114, qui s’appuie sur Zacharie (...)
  • 51 Théodore le Lecteur, Histoire ecclésiastique, III, 407, éd. Günther Christian Hansen, Theodoros An (...)
  • 52 VDS, c. 70, p. 67. Faut-il croire la Vie ? Le concile de Chalcédoine avait en effet parmi ses obje (...)
  • 53 VDS, c. 71, p. 67-68. Sur ces événements, cf. Philippe Blaudeau, Alexandrie et Constantinople (451 (...)

11Condamner ainsi Chalcédoine en bloc va conduire Akakios (Acace), patriarche de Constantinople, jusqu’ici pour le moins prudent, à réagir, car cela revient à effacer le vingt-huitième canon, qui fait de la capitale des rives du Bosphore un patriarcat et la place même, “parce qu’illustrée par l’Empire”, au deuxième rang, au détriment d’Alexandrie et d’Antioche. Et ce, d’autant plus que les tenants de l’encyclique, qui auraient été 500 à 700 parmi les évêques, vont se réunir probablement à Éphèse et rendre au titulaire de ce siège les prérogatives dont l’avait privé Chalcédoine49 et que la déposition d’Akakios est à l’ordre du jour50. Arrivés à ce stade, nous revenons à la Vie de Daniel, confortée par Théodore le Lecteur, qui cite bien Daniel, mais attribue la résistance à Akakios51. Selon la Vie, Akakios s’oppose à l’encyclique monophysite, retranché à Sainte-Sophie et protégé par les higoumènes des nombreux monastères de Constantinople et de sa région. Le patriarche et ces higoumènes envoient un message à Daniel pour le gagner à leur cause52. Basiliskos aurait alors fait voile vers Anaplous pour tenter de convaincre Daniel, dont il est bon de rappeler que, lorsqu’il était arrivé à Constantinople, il avait été suspecté d’être monophysite du seul fait qu’il ne parlait que le syriaque ; Basiliskos pouvait donc légitimement penser gagner Daniel à ses vues. Mais la Vie montre qu’il n’en aurait rien été : Basiliskos s’est fait précéder d’un messager que Daniel renvoie avec une lettre scellée, négative, qui provoque la fureur de celui-là. La nouvelle de ce refus se serait répandue, ce qui aurait renforcé le mouvement de résistance autour du patriarche53.

  • 54 Ces moines sont notamment ceux du monastère de Stoudios, fondé avec l’aide des Acémètes une dizain (...)
  • 55 VDS, c. 72, p. 69-70 ; Théodore le Lecteur, Histoire ecclésiastique, éd. cit., n. 51.
  • 56 La version d’Évagre est bien différente : il s’appuie sur Zacharie le Rhéteur (monophysite, rappel (...)
  • 57 VDS, c. 73, p. 70-71. L’Hebdomon, comme son nom l’indique, est situé à sept milliaires du Million, (...)

12Akakios envoie dès le lendemain plusieurs moines54 et higoumènes ainsi que l’adjoint de l’exarque des monastères demander son aide à Daniel. Celui-ci pense d’abord que la prière suffira, mais, dans la nuit d’un mardi à un mercredi, peu avant l’aube, Daniel entend une voix qui lui ordonne de suivre ses visiteurs avant de retourner à son ascèse. Délivré des chaînes qu’il s’imposait, il descend l’échelle et prend le bateau avec les pères jusqu’à Constantinople où il arrive, toujours avant le lever du soleil55. Il prend alors la direction des opérations, ne laissant au patriarche qu’un rôle secondaire et il affronte directement Basiliskos, le pouvoir politique56. Daniel a rejoint Akakios dans la cathédrale. Quand les fidèles y pénètrent, ils voient dans le chœur Daniel avec le patriarche ; la rumeur se répand dans la ville et la foule, même les jeunes filles d’habitude recluses dans leur gynécée, accourt et acclame le saint. Le saint les harangue, tandis que l’on enlève les draperies de deuil de la cathédrale. Il envoie aussi une lettre d’avertissement à Basiliskos (que la Vie qualifie d’empereur) en le traitant de nouveau Dioclétien. Basiliskos lui répond qu’il lui laisse la Ville et se rend à l’Hebdomon. Bref, par-dessus la tête du patriarche, le conflit oppose désormais directement Daniel à Basiliskos57.

  • 58 Théodore le Lecteur, Histoire ecclésiastique, éd. cit., n. 51, III, 408, p. 114, qui traite la cho (...)
  • 59 VDS, c. 74, p. 71-72 ; cf. Raymond Janin, La Géographie ecclésiastique de l’empire byzantin, I : L (...)
  • 60 Sur ce palais, cf. Raymond Janin, Constantinople byzantine, op. cit., p. 139-140.
  • 61 VDS, c. 75, p. 73.
  • 62 VDS, c. 76, p. 73-74.
  • 63 VDS, c. 77, p. 74-75.
  • 64 VDS, c. 78, p. 75.
  • 65 PLRE, 2 340-341 (Dagalaïphus 2).
  • 66 VDS, c. 80, p. 76.

13Toujours selon la Vie, Daniel prend la tête d’une procession avec des porte-croix et “le peuple fidèle”, laissant Sainte-Sophie et le patriarche sous la garde des moines. Il se rend à proximité de l’Hebdomon, à Amnoi58, où il guérit un lépreux près du prophéteion Saint-Samuel59. Ensuite, le saint et la foule arrivent devant le palais de l’Hebdomon60, où le saint n’est pas reçu. Il secoue sa cuculle et la foule l’imite, en un bruit de tonnerre, ce qui provoque le retournement des scholaires de la garde impériale, qui se joignent à la foule61. Basiliskos envoie alors à Daniel deux silentiaires et un référendaire pour tenter de l’amadouer. Il refuse les avances de Basiliskos, secoue ce qui restait de poussière dans sa cuculle dans la robe pourpre du référendaire. Lorsque celui-ci est revenu à l’Hebdomon, une tour du palais s’effondre, symbole de la supériorité de Daniel sur le pouvoir impérial, puisque le texte de la Vie continue à qualifier Basiliskos d’empereur62. Au reste, la suite du récit s’aligne en tous points sur une entrée impériale. Daniel franchit la Porte Dorée ; la foule refuse de se disperser63. Daniel arrive ainsi à la hauteur du monastère de Stoudios, autre étape de l’entrée impériale, dont les moines lui demandent de venir y prier. Cela lui permet d’échapper à la foule. Il pourrait utiliser l’embarcadère du monastère pour regagner Sainte-Sophie par la mer, mais la foule ne le laisse pas faire, et la procession le long de la Mésè continue64. Au passage près de sa maison proche du forum du bœuf, le patrice Dagalaïphos65, avec des hommes d’armes, délivre le saint de la pression populaire. La troupe escorte la litière jusqu’à Sainte-Sophie66.

  • 67 VDS, c. 81, p. 76-77.
  • 68 Nouvelle assertion de l’hagiographe qui, par ce fait, tient à montrer que Basiliskos est bien empe (...)
  • 69 VDS, c. 83, p. 77-78.
  • 70 Cela paraît conforme à la politique que va mener Zénon avec l’Hénotique.
  • 71 Évagre donne une version totalement différente : Basiliskos envoie une anti-encyclique plus confor (...)
  • 72 VDS, c. 84, p. 79.
  • 73 Évagre le Scholastique, Histoire ecclésiastique, éd. cit., III, 7. Sur l’anti-encyclique, cf. Phil (...)

14À en croire la Vie, c’est bien désormais Daniel qui guide les pas des pouvoirs, impérial comme patriarcal. Il rentre triomphalement dans la cathédrale, acclamé par le patriarche, les higoumènes, tout le clergé, les moines et les fidèles67. Basiliskos, lui, a compris qu’il n’est pas de taille à lutter. Il rentre au Palais, d’où il envoie des sénateurs y convier Daniel ; celui-ci lui enjoint de se rendre au contraire à l’église. Ce qu’il fait en cortège solennel, accueilli, comme il se doit pour l’empereur, par le patriarche, qui le conduit vers le saint, dans le sanctuaire68. Et là, devant la foule qui remplit la nef et peut les voir, Basiliskos et Akakios tombent ensemble aux pieds de Daniel qui leur enjoint de se réconcilier. Ceci fait, le peuple (ὁ δῆμος) exige une déclaration de foi orthodoxe : « apprenons comment tu crois, empereur69 ». Le saint enjoint alors à l’empereur de rédiger un édit qui sera lu à l’ambon de la cathédrale, et que la Vie cite. Nous en retiendrons un passage important : après avoir traité de la Trinité de façon conforme aux conciles de Nicée et Constantinople, il continue : « puisque l’occasion présente est à la paix et non à la controverse, je laisse de côté la plupart des problèmes70 » bien qu’il puisse prouver sa foi droite71. Et c’est Daniel qui, selon la Vie, acte la réconciliation de l’empereur et du patriarche72. Évagre confirme l’insurrection monastique, sans parler de Daniel ; il la fait mener par Akakios et se terminer par l’envoi d’une “antiencyclique” dont il donne le texte, sans doute l’édit cité par la Vie de Daniel73.

  • 74 VDS, c. 85, p. 79-80.
  • 75 En lui promettant le titre de magister militum præsentalis et le titre de César pour son jeune fil (...)
  • 76 Théodore le Lecteur, Histoire ecclésiastique, éd. cit., III, 413, p. 114 ; et surtout Évagre le Sc (...)

15Daniel retourne par la mer à sa colonne, non sans devoir fendre la foule qu’il renvoie en guérissant tous les malades. Le saint avertit les clercs et moines restés là que la déclaration de Basiliskos est fausse et en prévoit la destitution. La prédiction, évidemment, se réalise : Zénon et Ariadnè, « tout à la fois impératrice et descendante d’empereurs », reviennent d’exil au contentement des saintes églises ; l’Empire vécut avec éclat et l’État romain crut en force. Zénon monte souvent auprès du saint pour rendre ses actions de grâce74. En lisant Évagre, on en apprend un peu plus. On devine que Zénon a été informé des malheurs de Basiliskos : il soudoie ceux qui le bloquaient en Isaurie et dont il obtient le ralliement, comme celui d’Armatos que Basiliskos avait envoyé pour empêcher ce retour75. Évagre ajoute que Zénon promulgua une loi supprimant toutes les dispositions de l’encyclique76.

  • 77 VDS, c. 90, p. 84-85. Cf. Robin Lane Fox, « The Life of Daniel », art. cité, p. 207-208, qui point (...)
  • 78 Sur l’Hénotique, la bibliographie est surabondante. Voir Philippe Blaudeau, Alexandrie et Constant (...)

16Arrivée à ce point, la Vie survole la période qui va de 476 à la mort de Zénon. Elle évoque toutefois, sans donner plus de précisions, qu’« un trouble, par l’activité du diable, se fit jour dans les très saintes églises ». L’expression employée est volontairement floue (τάραχός τις : le pronom indéfini est employé pour éviter toute définition). Mais le discours que tient Daniel à la suite de « vaines discussions » parmi des moines de Constantinople et de sa région, pourtant réputés pour leur ascèse, indique qu’ils « avaient fait apostasie de la très sainte Église », révèle sans doute sa position. Ces moines cherchent à gagner Daniel, qui s’adresse à eux pour leur conseiller de ne pas entrer dans les querelles théologiques : « tenons-nous donc à l’écart des questions futiles et pernicieuses77 ». Ce refus d’interférer dans les questions débattues au-delà des décisions des conciles œcuméniques du ive siècle, dont il cite la position, fait irrésistiblement penser à l’Hénotique de 48278, à laquelle il n’est même pas fait allusion ; mais nous avons déjà vu la volonté de l’hagiographe de laisser de côté la plupart des problèmes, ce qui confirme qu’il est hénoticien.

  • 79 VDS, c. 91, p. 85-86. Anastase est effectivement connu pour sa rigueur fiscale qui lui permet de s (...)
  • 80 VDS, c. 92, p. 86-87.

17L’auteur passe ensuite sans plus de détails à la fin du règne. Daniel prévoit la mort de Zénon et qu’Ariadnè continuera à régner, et l’avènement d’Anastase. L’une et l’autre sont loués pour la rectitude de leurs positions en matière de religion et l’hagiographe fait un vibrant éloge d’Anastase et de son règne, dont il vante la justice et qu’il « écartera de lui l’amour de l’argent » ; sur le plan religieux, Daniel prévoit un règne calme79. Lors d’une maladie qui a fait craindre la mort du saint, le couple impérial montre un grand zèle, offrant un tombeau de marbre, que le saint récuse ; mais la sollicitude d’Ariadnè et Anastase ne cesse pas pour autant, selon la Vie, notamment à travers un abondant luminaire dans les oratoires et tout le long de la colonne après la mort du saint80. L’hagiographe montre ainsi que Daniel bénéficie jusqu’à la fin de la faveur impériale, critère fondamental de la sainteté.

  • 81 VDS, c. 96, p. 90.
  • 82 VDS, c. 97, p. 91.
  • 83 La patricienne Héraïs a fait édifier un escalier hélicoïdal montant jusqu’à la logette : VDS, c. 9 (...)
  • 84 VDS, c. 100, p. 92.

18Au moment de la mort du saint, c’est toutefois le patriarche Euphèmios qui joue le premier rôle. Le saint a prévenu sa communauté de son décès sept jours avant sa mort. Dès lors, la foule accourt ; le patriarche monte à l’échelle pour confirmer à la foule qu’il vit toujours81. L’issue fatale se produit à la troisième heure le samedi 11 décembre 49382. « Au profond de l’aube, le très aimé archevêque Euphèmios arriva, et, étant monté sur la colonne par l’escalier83, il embrassa la sainte dépouille » ; il officialise ainsi la mort du saint. Répondant à la demande du peuple accouru, qui réclame de voir la dépouille, le patriarche fait montrer la planche sur laquelle a été fixée la dépouille, que l’on fait tourner pour que tout le monde la voie. Par crainte que les fidèles ne mettent le corps en pièces, Euphèmios le fait placer dans le cercueil en plomb, fourni par la patricienne Héraïs, dont le patriarche sera l’un des porteurs84. Bref, le saint mort, le patriarche retrouve sa place prépondérante. Daniel quitte l’Histoire que, selon son hagiographe, il a marquée de son empreinte, sa relique devient un objet de culte, sa mandra de pèlerinage et l’hagiographe se met à écrire.

19Peu de Vies de saints posent aussi directement la question des rapports entre leur héros et les pouvoirs, tant politique qu’ecclésiastique. À l’exception de Basiliskos, Daniel est toujours en bons termes avec les empereurs successifs ; l’hagiographe montre sa déférence envers le pouvoir impérial en qualifiant même Basiliskos d’empereur, jamais d’usurpateur ou de tyran. Réciproquement, la Vie montre en permanence les empereurs, sauf Basiliskos, défendant, puis vénérant le saint, par-delà leurs opinions divergentes concernant le concile de Chalcédoine. L’auteur est sans doute un hénoticien, soit par conviction profonde, soit par opportunisme, compte tenu de la position de l’empereur Anastase au moment où il écrit. De la même façon, même réticents au départ, les patriarches finissent par accepter le saint, même si Gennadios s’est fait pour le moins prier. La Vie présente un Akakios qui est à la remorque de Daniel, alors que d’autres sources lui donnent le beau rôle dans la résistance à l’usurpateur. Enfin Euphèmios finit par retrouver sa vraie place de maître des cérémonies à la mort du saint, présidant à la descente du corps et à sa déposition dans le tombeau. Ainsi, la Vie de Daniel présente son héros comme proche des pouvoirs. À cette distance réduite de Constantinople, c’est effectivement un choix raisonnable.

Notes

1 Synthèse sur les stylites : Jean Marie Sansterre « Les saints stylites du ve au xie siècle, permanence et évolution d’un type de sainteté », Sainteté et martyre dans les religions du Livre, dans Jacques Marx, Problèmes d’histoire du christianisme, 19, 1989, p. 33-45. L’ouvrage fondateur reste celui de Hippolyte Delehaye, Les saints stylites, Bruxelles, Société des Bollandistes, 1923 (Subsidia Hagiographica 14). La Vie de Daniel le Stylite (VDS) est éditée aux p. 1-147.

2 Étude du dossier hagiographique de Syméon Stylite l’Ancien : Bernard Flusin, « Syméon et les philologues ou la mort du stylite », dans Catherine Jolivet-Lévy, Michel Kaplan et Jean-Pierre Sodini (dir.), Les saints et leur sanctuaire à Byzance. Textes, images et monuments, Paris, Publications de la Sorbonne, 1993 (Byzantina Sorbonensia 11), p. 1-23.

3 Résumé du dossier hagiographique dans Michel Kaplan, « L’espace et le sacré dans la Vie de Daniel le Stylite », dans Michel Kaplan (dir.), Le sacré et son inscription dans l’espace à Byzance et en Occident. Études comparées, Paris, Publications de la Sorbonne, 2001 (Byzantina Sorbonensia 18), p. 200 (= Pouvoirs, Église et sainteté. Essais sur la société byzantine, Paris, 2011 [Les classiques de la Sorbonne 3], p. 318). Utilement complété par Vincent Déroche et Bénédicte Lesieur, « Notes d’hagiographie byzantine. Daniel le Stylite – Marc l’Acémète – Hypatios de Rufinianes – Auxentios de Bithynie », Analecta Bollandiana, 128, 2010, p. 283-295. La Vie a été traduite et annotée par André-Jean Festugière, Les moines d’Orient II : Les moines de la région de Constantinople. Callinicus, Vie d’Hypatios, Anonyme, Vie de Daniel le Stylite, Paris, Cerf, 1961, p. 87-161.

4 La Vie nous rapporte que Daniel, devenu moine cénobite à douze ans dans sa Commagène natale (sur la rive droite de l’Euphrate en Syrie du Nord-Est, en Euphratèse, près de Samosate), s’est rendu à Antioche avec son higoumène, convoqué par le patriarche comme l’ensemble des higoumènes ; au retour, ils passent voir Syméon, qui autorise Daniel à monter à l’échelle jusqu’à sa logette et le bénit : VDS c. 4, p. 4-5 pour l’entrée au monastère et c. 6-8, p. 6-9 pour la visite à Syméon.

5 Vincent Déroche et Bénédicte Lesieur, « Notes d’hagiographie byzantine… », art. cité supra, n. 3, p. 283-285. Voir aussi Michel Kaplan, « Le saint byzantin et son hagiographe, ve-xiie siècle. Esquisse », dans Théodora Antonopoulou, Sofia Kotzabassi et Marina Loukaki (éd.), Myriobiblos, Essays on Byzantine Literature and Culture, Boston, Berlin, Munich 2015 (Byzantinisches Archiv 29), p. 169-185.

6 La qualité historique de la Vie, exceptionnelle, a été démontrée par Robin Lane Fox, « The Life of Daniel », dans M. J. Edwards et Simon Swain (dir.), Portraits : Biographical Representations in the Greek and Latin Literature of the Roman Empire, Oxford, Clarendon Press, 1997, p. 175-225.

7 Les exemples sont innombrables : cf. par exemple Michel Kaplan, « Les normes de la sainteté à Byzance », Mentalités, 4, 1990, p. 29-30 (= Pouvoirs, Église et sainteté, op. cit. cité n. 3, p. 70-71).

8 VDS, c. 23, p. 25. Sur le choix de son lieu d’ascèse par Daniel, cf. Michel Kaplan, « Le choix du lieu saint d’après certaines sources hagiographiques byzantines », dans Michel Kaplan (dir.), Le sacré et son inscription dans l’espace, op. cit., p. 189 (= Pouvoirs, Église et sainteté, op. cit., p. 352-353).

9 VDS, c. 25-29, p. 26-30. Sur les relations avec Gélanios (PLRE, II p. 499) et les refus d’intervention des autorités, cf. Michel Kaplan, « L’espace et le sacré dans la Vie de Daniel le Stylite », art. cité n. 3, p. 204 (= Pouvoirs, Église et sainteté, op. cit., p. 322-323).

10 VDS, c. 34, p. 32.

11 VDS c. 38, p. 35. Ce fils ne vivra que cinq mois : Gilbert Dagron, « Le fils de Léon Ier (463). Témoignages concordants de l’hagiographie et de l’astrologie », Analecta Bollandiana, 100, 1982 (= La romanité chrétienne en Orient : héritages et mutations, Londres, Variorum Reprints, 1984 [Variorum collected studies series 193], V). Voir la discussion de Robin Lane Fox, « The Life of Daniel », art. cité, n. 6, p. 189-190.

12 VDS c. 44, p. 41-42.

13 Au xiie siècle, la colonne est toujours debout. L’auteur de la Vie de Léontios, qui sera patriarche de Jérusalem après avoir été higoumène du monastère Saint-Jean-le-Théologien de Patmos, nous montre que, la colonne étant vacante, Léontios, venu à Constantinople comme économe du monastère, négocie avec les moines qui desservent la colonne de venir l’occuper. Avant de monter sur cette prestigieuse colonne, l’économe doit rendre ses comptes au monastère, mais il y arrive alors que l’higoumène vient de mourir et les moines de le désigner pour lui succéder à l’higouménat. Voir Vie de Léontios (BHG 985), éd. Dimitris Tsougarakis, The Life of Leontios, Patriarch of Jerusalem, Text, Translation, Commentary, Leyde/New York/Cologne, Brill, 1993 (The Medieval Mediterranean 2), c. 37, p. 74 et Michel Kaplan, « Léontios de Jérusalem, moine ou évêque ? », dans Éléonora Kountoura-Galake (dir.), The Heroes of the Orthodox Church, The New Saints, 8th-16th c., Athènes 2004 (Εθνικό Ίδρυμα Ερευνών, Ινστιτούτο Βυζαντινών Ερευνών, Διεθνή Συμπόσια, 15), p. 300 (= Pouvoirs, Église et sainteté, op. cit., p. 188).

14 VDS c. 31-32, p. 30-31. Kyros : PLRE, II, p. 336-338 (Cyrus 7) ; cf. aussi Robin Lane Fox, « The Life of Daniel », art. cité, p. 188. Sur Kyros comme préfet de Constantinople, cf. Gilbert Dagron, Naissance d’une capitale. Constantinople et ses institutions de 330 à 451, Paris, Puf, 1974 (Bibliothèque byzantine, Études, 7), p. 268-272.

15 VDS c. 35, p. 33-34. Eudoxia : PLRE, II, p. 410-412 (Licinia Eudoxia 2) ; cf. aussi Robin Lane Fox, « The Life of Daniel », art. cité, p. 189.

16 Terme grec, sans doute emprunté au syriaque, qui signifie enclos, spécialement pour les brebis.

17 Le passage du texte, cité supra n. 11, occupe huit lignes de la Vie.

18 On peut se faire une idée de cet incendie dans Priscus, Excerpta et fragmenta, éd. Pia Carolla, Berlin/New York, De Gruyter, 2008, 75*, p. 103 (Bibliotheca scriptorum graecorum et romanorum teubneriana), un contemporain originaire de la région, repris par Évagre le Scholastique, Histoire ecclésiastique, II, 13, éd. Joseph Bidez et Léon Parmentier, Londres, Methuen, 1898, trad. et notes André-Jean Festugière (†), Bernard Grillet, Guy Sabbah, Laurent Angliviel de la Beaumelle, Paris, Cerf, 2011 (Sources chrétiennes 542), p. 298-301.

19 VDS, c. 41, p. 37-38.

20 VDS, c. 42, p. 38. La sécheresse de la parole impériale interroge. Elle exprime mieux qu’un long discours une conception du pouvoir impérial sur l’Église. L’empereur ne peut pas lui-même élever Daniel à la prêtrise et la menace consiste à prendre le premier évêque prêt à lui obéir, ce qui ne sera pas difficile à trouver, qui pratiquera l’ordination dans le ressort même du titulaire du siège épiscopal.

21 VDS, c. 43, p. 39. Sur cet épisode et le refus de la prêtrise, cf. Michel Kaplan, « Les moines et le clergé séculier à Byzance, ve-xiie siècles », dans Jean-Loup Lemaître, Michel Dmitriev et Pierre Gonneau (dir.), Moines et monastères dans les sociétés de rite grec et latin, Genève, Droz, 1996, p. 297-298 (= Pouvoirs, Église et sainteté, op. cit., p. 153-154).

22 VDS, c. 44, p. 41-42. Le saint ne descend pas : il fait placer une planche et passe d’une colonne à l’autre. Il y a tout lieu de croire que cette nouvelle colonne, en plus d’être double, est plus élevée que la précédente. S’il n’est aidé par d’autres (à part la puissance divine, évidemment), il est clair que le saint est encore relativement valide malgré son ascèse.

23 VDS, c. 46, p. 44.

24 VDS, c. 47-48, p. 45-46.

25 VDS, c. 50, p. 48-49. Il est possible qu’il y ait confusion avec le palais que bâtit Léon dans le faubourg Saint-Mamas après un incendie rapporté par le Chronicon Paschale et qui peut être assimilé à celui-ci : Chronicon Paschale, éd. Ludwig August Dindorf, Bonn, Ed. Weberi, 1832 (Corpus Scriptorum Historiæ Byzantinæ), t. 1, p. 598. Sur ce palais, cf. Raymond Janin, Constantinople byzantine, Développement urbain et répertoire topographique 2, Paris, Institut français d’études byzantines, 1964 (Archives de l’Orient chrétien 4), p. 141. Cette confusion est toutefois étonnante, vu la distance entre le quartier Saint-Mamas et l’endroit où se trouvait la colonne de Daniel, audessus de Sosthènion (Istinye). Le même incendie est également répertorié à sa vraie date dans le Chronicon Paschale, t. 1, p. 595 ; notons que les années commençant le 1er septembre et le feu le 2 du même mois, le Chronicon Paschale, qui place ce début un mercredi, impose l’année 464, où le 2 septembre est bien un mercredi.

26 VDS, c. 51, p. 49-50 ; la Lazique est à peu près identique à l’ancienne Colchide, à l’est de la mer Noire. La Vie prétend que, par la suite, Goubazios consultait Daniel par écrit. Sur le christianisme en Géorgie et Goubazios, cf. Bernadette Martin-Hisard, « Le christianisme et l’Église dans le monde géorgien », dans Luce Piétri (dir.), Histoire du Christianisme, t. 3, Les églises d’Orient et d’Occident (432-610), Paris, Desclée/Fayard, 1998, p. 1172, qui cite d’ailleurs le c. 51 de la VDS. La version de Priscus, Excerpta et fragmenta, éd. cit. supra, n. 18, 34, p. 73, ne mentionne pas Daniel et règle l’affaire à la cour impériale.

27 VDS, c. 56, p. 55. En fait, Genséric détruit la flotte byzantine commandée par Basiliskos, beau-frère de Léon. Pour autant, la prédiction n’est pas inexacte. La Vie avance que Genséric menaçait Alexandrie et Daniel prédit qu’Alexandrie ne sera pas prise. Et, de fait, Genséric sévit en Grèce mais pas contre la cité égyptienne. La flotte byzantine est anéantie à proximité de Carthage en 468 : Priscus, Excerpta et fragmenta, éd. cit., 76*, p. 104-107

28 Le terme ξένος désigne non pas des étrangers au sens de ressortissant d’un autre État, mais toute personne déplacée qui a donc besoin d’être abritée car elle ne peut, contrairement aux habitants de Constantinople, rentrer chez elle pour y passer la nuit.

29 Relique au singulier dans le texte (λείψανον). Nous avons vu que le patriarche d’Antioche l’avait confisquée. On peine à croire qu’Antioche puisse se défaire facilement d’une telle relique. C’est donc sans doute un fragment du corps qui va parvenir sur les rives du Bosphore. La cuculle, reçue par Daniel juste après la mort de Syméon (VDS, c. 22, p. 23-24), a été emportée par le vent (VDS, c. 52, p. 51) et ne justifierait pas un martyrion, du moins à cette époque.

30 VDS 57, p. 55-56. Au paragraphe suivant, on comprend que le martyrion se trouve à l’extérieur de la mandra, puisque la foule qui a assisté à la cérémonie sort de l’église pour se rendre dans la mandra recevoir la bénédiction du saint. A fortiori, il en va de même pour le monastère et le xénodocheion, voisins l’un de l’autre pour que les moines puissent le desservir. De la sorte, Daniel obtient satisfaction sans que la Vie en prenne acte : sa mandra, comme celle de Syméon, reste vide d’habitations.

31 VDS, c. 58, p. 56-57.

32 Fl. Zeno, PLRE, II, p. 1200-1202 (Zeno 7).

33 VDS, c. 65, p. 65.

34 Ælia Ariadna, PLRE, II, p. 140-141.

35 VDS, c. 67, p. 65. En réalité, sentant le trône du jeune Léon mal assuré, Ariadnè et sa mère Vérina auraient obtenu de Léon Ier que Zénon soit nommé co-empereur. Sur la question de l’âge de Léon II, cf. Robin Lane Fox, « The Life of Daniel », art. cité, p. 191-192.

36 Ælia Vérina, PLRE, II, p. 1156.

37 Fl. Basiliscus, ibid., p. 212-214. Basiliskos, malgré sa défaite face à Genséric, reçoit le soutien de l’armée et devance ainsi le favori de Vérina, Patrikios.

38 VDS, c. 68, p. 65-66.

39 Ici, nous pouvons croiser la Vie avec Évagre le Scholastique, Histoire ecclésiastique, éd. cit., III, 3, p. 384-385. Pour ce dernier, Ariadnè était restée dans un premier temps avec sa mère avant de partir rejoindre son mari.

40 Armatus, PLRE, II, p. 148-149.

41 Zusus, ibid., p. 1207.

42 Marcianus 17, ibid., 717-718

43 Léontia 2, ibid., p. 167.

44 Sur le coup d’État de 475 et le règne de Basiliskos, cf. la pertinente analyse de Philippe Blaudeau, « Antagonismes et convergences : regard sur les interprétations confessantes du gouvernement d’un usurpateur : Basilisque (475-476) », Mediterraneo Antico, 6/1, 2003, p. 155-193.

45 Évagre le Scholastique, Histoire ecclésiastique, éd. cit., III, 4, p. 386-387. Sur Timothée, cf. Philippe Blaudeau, « Timothée Ælure et la direction ecclésiale de l’Empire post-chalcédonien », Revue des études byzantines, 54, 1996, p. 107-133, notamment les p. 113-117.

46 Nous pouvons ici comparer les informations des sources chalcédoniennes, comme Évagre, ou plus modérées vis-à-vis des monophysites, comme la Vie de Daniel, avec une chronique monophysite, Zacharie le Rhéteur, The Syriac chronicle known as that of Zachariah of Mitylene, trad. anglaise Frederick John Hamilton et Ernest Walter Brooks, Londres, Methuen, 1899.

47 Zacharie le Rhéteur, éd. cit., V, 2, p. 105-107. Philippe Blaudeau, Antagonismes et convergences, art. cité, p. 157-158, montre que c’est une nouveauté de voir l’Empereur, au lieu de donner force de loi aux décisions d’un concile, édicter lui-même les termes de la foi. Le contenu exact de l’Encyclique peut être contesté compte tenu des divergences des sources : ibid., p. 160-163.

48 Évagre le Scholastique, Histoire ecclésiastique, éd. cit., III, 4, p. 386-397. Celui-ci indique (III, 5, p. 396-397) que Pierre le Foulon, patriarche monophysite d’Antioche, était également présent à Constantinople.

49 L’Église, en vertu du principe d’accommodement par lequel elle calque, du moins en Orient, ses circonscriptions sur celles de l’Empire, a accordé une place particulière aux sièges où résident les gouverneurs des diocèses civils de la partie orientale de l’Empire : Alexandrie pour celui d’Égypte, Antioche pour celui d’Orient, Césarée pour celui du Pont et Éphèse pour celui d’Asie. Constantinople pouvait aspirer à ce niveau au nom du diocèse de Thrace, mais le concile de Chalcédoine, toujours au nom du même principe, l’a propulsée au deuxième rang, la Nouvelle Rome comme capitale de l’Empire, le cédant seulement à l’Ancienne.

50 Philippe Blaudeau, « Timothée Ælure… », art. cité supra, n. 45, p. 114, qui s’appuie sur Zacharie le Rhéteur, éd. cit., V, 1, p. 104-105. Pour le nombre ; cf. Philippe Blaudeau, « Timothée Ælure… », art. cité, p. 115 et note 73. Voir aussi Philippe Blaudeau, « Antagonismes et convergences… », art. cité, n. 44, p. 164-165 et id., Alexandrie et Constantinople (451-491) : de l’histoire à la géo-ecclésiologie, Rome, École française de Rome, 2006 (BEFAR 327), p. 118 et n. 457.

51 Théodore le Lecteur, Histoire ecclésiastique, III, 407, éd. Günther Christian Hansen, Theodoros Anagnostes Kirchengeschichte, Berlin, Akademie Verlag, 1995 (Die griechischen christlichen Schriftsteller des ersten Jahrhunderte, Neue Folge, 3), p. 113 : « Le grand Daniel descendit de sa colonne, mû par un zèle divin, et s’agrégea au peuple et à Akakios ». Sur l’Histoire ecclésiastique de Théodore le Lecteur, cf. Pierre Nautin, « Théodore Lecteur et sa ‘ réunion de différentes Histoires’de l’Église », Revue des études byzantines, 52, 1994, p. 213-243. Théodore, alors en exil à Gangres, métropole de la Paphlagonie, écrit en 518 ou les années suivantes.

52 VDS, c. 70, p. 67. Faut-il croire la Vie ? Le concile de Chalcédoine avait en effet parmi ses objectifs de soumettre les monastères aux évêques et les higoumènes, dont une partie importante avait soutenu le parti monophysite, étaient évidemment hostiles aux canons de Chalcédoine qui les visaient.

53 VDS, c. 71, p. 67-68. Sur ces événements, cf. Philippe Blaudeau, Alexandrie et Constantinople (451-491), op. cit., n. 50, p. 172-188.

54 Ces moines sont notamment ceux du monastère de Stoudios, fondé avec l’aide des Acémètes une dizaine d’années auparavant par le patrice du même nom.

55 VDS, c. 72, p. 69-70 ; Théodore le Lecteur, Histoire ecclésiastique, éd. cit., n. 51.

56 La version d’Évagre est bien différente : il s’appuie sur Zacharie le Rhéteur (monophysite, rappelons-le) pour dire que c’est Akakios qui soulève les moines et le peuple. Il ne fait pas mention de Daniel : Évagre le Scholastique, Histoire ecclésiastique, éd. cit., III, 7, p. 402-403.

57 VDS, c. 73, p. 70-71. L’Hebdomon, comme son nom l’indique, est situé à sept milliaires du Million, construction proche de Sainte-Sophie qui sert de point d’origine des distances. On y trouvait un palais impérial et une église dédiée au Prodrome.

58 Théodore le Lecteur, Histoire ecclésiastique, éd. cit., n. 51, III, 408, p. 114, qui traite la chose de façon plus politique et moins favorable à Daniel : le peuple est en révolte et c’est la foule qui prend Daniel avec elle. Sur Amnoi, cf. Raymond Janin, Constantinople byzantine, op. cit. n. 25, p. 443 ; sur le quartier de l’Hebdomon, cf. ibid., p. 446-449.

59 VDS, c. 74, p. 71-72 ; cf. Raymond Janin, La Géographie ecclésiastique de l’empire byzantin, I : Le siège de Constantinople et le patriarcat œcuménique, t. 3 : Les églises et les monastères 2, Paris, Institut français d’études byzantines, 1969, p. 449-450.

60 Sur ce palais, cf. Raymond Janin, Constantinople byzantine, op. cit., p. 139-140.

61 VDS, c. 75, p. 73.

62 VDS, c. 76, p. 73-74.

63 VDS, c. 77, p. 74-75.

64 VDS, c. 78, p. 75.

65 PLRE, 2 340-341 (Dagalaïphus 2).

66 VDS, c. 80, p. 76.

67 VDS, c. 81, p. 76-77.

68 Nouvelle assertion de l’hagiographe qui, par ce fait, tient à montrer que Basiliskos est bien empereur “légitime” : l’empereur est le seul laïc autorisé à entrer dans le sanctuaire.

69 VDS, c. 83, p. 77-78.

70 Cela paraît conforme à la politique que va mener Zénon avec l’Hénotique.

71 Évagre donne une version totalement différente : Basiliskos envoie une anti-encyclique plus conforme à Chalcédoine, dont il donne le texte qu’avait caché sa source, Zacharie le Rhéteur, explicitement déprécié au passage, texte qui, condamnant Nestorius et Eutychès, convient aux partisans comme adversaires de Chalcédoine, mais rend à Akakios les pouvoirs afférant au canon 28 de ce concile. Preuve que, pour Akakios, devenu meneur d’insurrection, c’était bien cela qui importait. Sur le fond théologique du concile de 451, la version d’Évagre, qui pourtant prétend que l’anti-encyclique est conforme à Chalcédoine, est plus proche de la Vie. Évagre le Scholastique, Histoire ecclésiastique, éd. cit., III, 7, p. 402-407. L’anti-encyclique est également évoquée par Théodore le Lecteur, Histoire ecclésiastique, éd. cit., III, 412, p. 114 (δι’ἑτέρου ἰδίκτου καταλύσας τὰ πρότερα : annula par un autre édit les décisions précédentes), qui ne cite pas davantage Daniel à cette étape.

72 VDS, c. 84, p. 79.

73 Évagre le Scholastique, Histoire ecclésiastique, éd. cit., III, 7. Sur l’anti-encyclique, cf. Philippe Blaudeau, « Antagonismes et convergences… », art. cité, p. 168-171 et id., Alexandrie et Constantinople (451-491), op. cit n. 50, p. 185-188.

74 VDS, c. 85, p. 79-80.

75 En lui promettant le titre de magister militum præsentalis et le titre de César pour son jeune fils, appelé lui aussi Basiliskos : Brian Croke, « Basiliscus, The boy Emperor », Greek, Roman and Byzantine Studies, 24, 1983, p. 81-90.

76 Théodore le Lecteur, Histoire ecclésiastique, éd. cit., III, 413, p. 114 ; et surtout Évagre le Scholastique, Histoire ecclésiastique, éd. cit., III, 8, p. 406-409. C’est la loi CJ, 1, 2, 16, éd11. Paul Krueger, Berlin11 1954, p. 14 du 17 décembre 476, qui s’occupe peu de théologie, mais rétablit la pleine autorité de Constantinople sur les diocèses de Thrace, d’Asie et du Pont : cf. Philippe Blaudeau, Alexandrie et Constantinople (451-491), op. cit., p. 118-119.

77 VDS, c. 90, p. 84-85. Cf. Robin Lane Fox, « The Life of Daniel », art. cité, p. 207-208, qui pointe cette neutralité et le fait que l’auteur met volontairement son saint, à part en 476, en dehors des conflits, ce qui en fait un partisan de l’unité.

78 Sur l’Hénotique, la bibliographie est surabondante. Voir Philippe Blaudeau, Alexandrie et Constantinople (451-491), op. cit., p. 189-239.

79 VDS, c. 91, p. 85-86. Anastase est effectivement connu pour sa rigueur fiscale qui lui permet de supprimer le chrysargyron, impôt sur le commerce datant de Constantin. Sur le plan religieux, après avoir soutenu l’Hénotique pendant les premières années de son règne, il se montra de plus en plus sensible aux tendances monophysites. Sur ce règne, Théodore le Lecteur, qui écrit juste après la mort d’Anastase, devenu monophysite militant, et sous le règne de Justin Ier, diphysite, est critique dès son avènement : Théodore le Lecteur, Histoire ecclésiastique, éd. cit., IV, 446, p. 125-126.

80 VDS, c. 92, p. 86-87.

81 VDS, c. 96, p. 90.

82 VDS, c. 97, p. 91.

83 La patricienne Héraïs a fait édifier un escalier hélicoïdal montant jusqu’à la logette : VDS, c. 94, p. 88. Cf. Michel Kaplan, « L’ensevelissement des saints : rituel de création des reliques et sanctification à Byzance à travers les sources hagiographiques du ve au xiie siècle », dans Édina Bozoky et Anne-Marie Helvétius, Les reliques : objets, cultes, symboles, Turnhout, Brepols, 1999 (Hagiologia 1), p. 320-322 (= Pouvoirs, Église et sainteté, op. cit., p. 128-131).

84 VDS, c. 100, p. 92.

© Éditions de la Sorbonne, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search