Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Figures de l'autorité médiévale

 | 
Pierre Chastang
, 
Patrick Henriet
, 
Claire Soussen

Deuxième partie. Pouvoirs

Pierre Ier de Castille, lecteur d’Alphonse X ?

Sur une consultation juridique apocryphe du roi Cruel dans la refonte de la Suma de reyes du Despensero

Jean-Pierre Jardin

Pour Michel Zimmermann, en témoignage d’amitié et de respect.

Texte intégral

  • 1 Voir sur ce point les travaux du regretté Germán Orduna et de son équipe, le SECRIT argentin.
  • 2 Après Mohammed V était monté sur le trône Ismail II mais Abu Saïd, qui était son beau-frère, l’ava (...)

1Dans sa volonté de faire de sa Chronique de Pierre Ier – qui pour certains n’est que la première partie d’une Chronique des fils d’Alphonse XI qui inclurait aussi la chronique dite d’Henri II1 – une œuvre à charge contre le souverain castillan assassiné en 1369, Pero López de Ayala s’est évertué à faire du monarque un roi anti-chevaleresque par excellence, soumis à ses passions et non à sa raison. L’un des épisodes les plus caractéristiques en la matière est l’élimination par le roi de Castille de l’usurpateur Abu Saïd, désigné dans les textes castillans comme « le roi Vermeil », qui s’était emparé du trône de Grenade en 1360, renversant le roi légitime Mohammed V2. L’usurpateur était un ancien allié du roi Pierre IV d’Aragon, contre lequel le roi de Castille était alors en guerre, et on comprend aisément que Pierre Ier ait voulu dans ces conditions remettre sur le trône de Grenade le roi légitime, qui était un de ses fidèles alliés, et éviter ainsi l’ouverture d’un éventuel deuxième front. Dans un premier temps, le roi Vermeil, pris de peur devant les préparatifs de guerre du roi de Castille, qui mit immédiatement l’Andalousie en alerte, eut la sagesse de réaffirmer l’alliance de Grenade et de la Castille ; cette attitude fut accueillie avec soulagement par le roi Cruel, mais Ayala, qui évoque ces événements dans le dernier chapitre qu’il consacre à l’année 1360, ne manque pas de souligner le ressentiment de Pierre et sa rancune tenace :

  • 3 E el rey Bermejo fizo sus pleitesías con el rey de Castilla como fincase su amigo, e que el rey no (...)

Le roi Vermeil convint avec le roi de Castille de lui conserver son amitié, et celui-ci s’engagea à ne pas lui opposer le roi Mohammed, son adversaire ; mais le monarque demeura très irrité et mécontent du roi Vermeil qui avait voulu lui faire la guerre en de telles circonstances, et il ne le lui pardonna jamais, ainsi que vous l’entendrez3.

2Quelques mois plus tard, Pierre Ier eut vent d’une alliance du roi usurpateur avec Pierre IV d’Aragon, alliance tournée contre la Castille. C’était exactement ce que craignait le souverain castillan, et face à cette menace, il se vit contraint de signer une trêve avec l’Aragon avant de mener des opérations militaires contre Grenade. Dans cette campagne, Pierre put compter avec le soutien actif de l’ancien roi Mohammed V, qui parvint à réunir autour de lui une petite troupe de quatre cents cavaliers. La raison d’être de cette guerre est clairement exprimée par le chroniqueur et touche à la volonté de Pierre Ier de se venger de l’interruption de la guerre contre l’Aragon, qui lui avait été préjudiciable :

  • 4 […] Avía saña dél, diciendo que por la guerra que él le quería facer quando estaba en la guerra de (...)

[…] Il lui en voulait terriblement, disant qu’à cause de la guerre qu’il avait voulu lui faire alors qu’il était en conflit avec l’Aragon, le roi avait été contraint de signer l’accord qu’il avait passé avec le roi d’Aragon contre son gré […] et de rendre quantité de villes et de châteaux qu’il avait gagnés en Aragon4.

3Ce n’est que comme cause seconde, voire comme simple prétexte, qu’apparaissent les devoirs de Pierre Ier envers son vassal le roi Mohammed, qui lui a toujours été fidèle :

  • 5 E el rey dixo a todos los suyos, que él avía de ayudar al rey Mahomad de Granada, que era su vasal (...)

Le roi dit à tous les siens qu’il devait aider le roi Mohammed de Grenade, son vassal, qui lui payait tribut, et que celui qui se faisait appeler le roi Vermeil l’avait chassé de son royaume contre toute raison et contre tout droit5.

4La campagne militaire du souverain castillan connut dans un premier temps une série de victoires qui culmina à Linuesa ; à l’occasion de cette victoire, s’il faut en croire le chroniqueur, le roi fit une fois de plus la preuve de son caractère avare et anti-chevaleresque en exigeant des siens qu’ils lui envoient tous leurs prisonniers, s’engageant à payer chacun de ceux-ci trois cents maravédis. Les combattants castillans obéirent, mais ne virent jamais la couleur de leur argent. Le mécontentement provoqué par ce manquement à la parole royale sera, selon Ayala, l’une des causes de la défaite chrétienne de Guadix, qui suivit cette victoire. Le roi Vermeil, dorénavant en position de force, décida en 1362 d’entamer des négociations avec son homologue castillan afin de voir son pouvoir reconnu par ce dernier. Mal lui en prit.

  • 6 Pero López de Ayala, Rimado de Palacio, éd. par Hugo O. Bizarri, Madrid, Real Academia Española, 2 (...)

5Si l’on suit le chancelier Ayala dans son exposé des faits, l’attitude de Pierre se révèle en l’occurrence particulièrement anti-chevaleresque – au point que son adversaire malheureux, bien que n’appartenant pas au monde chrétien, ne manque pas de lui en faire la remarque – et caractéristique d’un roi sans foi ni loi et mu par son avidité – laquelle est aux yeux du chroniqueur, comme celui-ci ne manque pas de le rappeler dans son Rimado de Palacio, « la racine de tous les maux », dans la plus pure tradition paulinienne6.

6L’usurpateur, inquiet devant la ténacité du Castillan et aussi devant le mécontentement de l’opinion publique grenadine qui rendait le conflit l’opposant au roi légitime responsable de la perte de forteresses et de villes du royaume, avait cru bon de préparer le terrain en libérant le grand maître de l’ordre de Calatrava, fait captif à la bataille de Guadix, qu’il savait être le frère de María de Padilla. Malheureusement, il ignorait que la mort de la jeune femme et les soupçons de Pierre Ier quant à la responsabilité que le grand maître pouvait avoir dans la défaite castillane ôtaient beaucoup de valeur à son présent. Après cette entrée en matière, le roi Vermeil et quelques proches, dont son favori Idris (Edriz dans le texte castillan) Abenbulula, fils d’Ozmin, franchirent la frontière et entrèrent pacifiquement dans Baena ; de là, les chrétiens qui gardaient la ville les invitèrent à rejoindre Séville et à s’y présenter au roi, ce que fit sans hésiter l’usurpateur grenadin. Dans la chronique d’Ayala, la démarche d’Abu Saïd est très clairement celle d’un vassal souhaitant que son suzerain reconnaisse son bon droit face à un compétiteur moins légitime que lui (le roi Vermeil revendiquait le trône au nom de ses origines dynastiques). L’interprète du souverain grenadin présente en effet l’affaire en ces termes :

  • 7 Ayala, Crónica de don Pedro Primero, op. cit., treizième année, chap. IV, p. 270-271.

Sire, le roi de Grenade mon seigneur, qui est ici devant Votre Grâce, connaît et sait que les rois de Grenade sont et furent toujours des vassaux des rois de Castille chaque fois que les chrétiens et les musulmans signent une trêve, et qu’ils ont donné des tributs et des présents très grands en signe de soumission aux rois de Castille, et qu’ils les ont tenus pour seigneurs en toutes leurs affaires, et par conséquent mon seigneur le roi considère que, puisqu’il a un conflit avec Mohammed, qui se fait appeler roi de Grenade, tu dois être juge de cette affaire : et c’est pourquoi il vient trouver Ta Grâce. […] Et, Sire, quant à la guerre que ledit Mohammed pourrait lui faire, il ne la craindrait pas ; en revanche, il ne peut se défendre de toi, qui es son roi et son seigneur, à qui il doit obéissance. […] Sire, montre en cela à présent ta grandeur et la noblesse de la couronne de Castille […]7.

7Il est évident dans les chapitres consacrés à cet épisode que la volonté d’Ayala est de faire du Grenadin le porte-parole de la loi face à un souverain qui va jouer un double jeu très personnel. Dans un premier temps, en effet, le roi Pierre Ier sembla se rallier aux arguments d’Abu Saïd, qui à l’heure du coucher partagea avec ses compagnons le sentiment que « ses affaires allaient bien (sus fechos estaban en bien) ».

8À ce niveau du récit, Pero López de Ayala va multiplier les interventions et les commentaires personnels pour persuader ses lecteurs que le changement d’attitude du roi Cruel, le lendemain, n’est aucunement dû à des causes fondées en droit – contrairement à ce qu’affirme le souverain – mais au caractère cupide, capricieux et autocratique du monarque. D’entrée de jeu, le chroniqueur reprend, pour l’appliquer à Pierre Ier, sa conception paulinienne des vices et des péchés :

  • 8 Porque la cobdicia es raíz de todos los males del mundo, puso al rey don Pedro en corazón todo lo (...)

Puisque la cupidité est la racine de tous les maux du monde, elle mit dans le cœur du roi Pierre tout ce que vous entendrez à présent avoir été fait ; bien qu’il déclarât que tout ce qu’il fit, il l’avait fait sans qu’aucune faute ne puisse lui être imputée, car le roi Vermeil était venu à lui sans aucune garantie ; en outre, il faisait ainsi justice du roi Vermeil, dans la mesure où celui-ci s’était soulevé contre le roi Mohammed, son seigneur. Cependant, cela pesa à tous ceux qui aimaient le service du roi, et la manière dont cela se fit causa beaucoup de tort à sa réputation8.

9Texte étonnant où la bonne foi du souverain, dont les arguments ont une réelle valeur juridique, est d’emblée rejetée par celui qui, au fond, est le premier responsable de la détestable réputation posthume (fama) du roi par ses écrits, et qui ici non seulement se pose en moraliste mais aussi en sincère ami du service du roi !

10Dans son récit de l’arrestation du roi Vermeil et de sa suite, López de Ayala insiste essentiellement sur la fouille dont les Grenadins sont les victimes et sur l’importance quantitative et qualitative des bijoux, pierres précieuses et perles qui sont trouvés sur eux à cette occasion. Sans doute y a-t-il là une volonté de jouer avec les topiques de l’exotisme oriental dont les Grenadins sont des représentants aux yeux des Castillans, du fait de leur appartenance au monde de l’Islam (la nécessité d’un interprète pour traduire les discours du roi Vermeil de l’arabe au castillan dans l’épisode précédent rappelle clairement cette « extranéité » des Grenadins), mais cette explication n’épuise pas le thème : cet inventaire des richesses trouvées sur le roi et sa suite est aussi là, très certainement, pour justifier l’accusation de cupidité lancée contre Pierre Ier ; cette accusation ne pouvait en effet fonctionner que dans la mesure où le souverain castillan avait été tenté par un roi Vermeil exhibant sans méfiance quelques-unes de ses richesses vestimentaires, éveillant ainsi la rapacité de son hôte :

  • 9 El rey sopo luego como el rey Bermejo traía muchas joyas ricas de aljofar e piedras preciosas, e o (...)

Le roi sut immédiatement que le roi Vermeil portait de nombreux joyaux, riches en perles et en pierres précieuses, et il en eut grande convoitise […] Et l’on trouva sur les musulmans qui furent faits prisonniers dans la juiverie des doubles et des joyaux, et le roi s’empara de tout9.

  • 10 Une fois encore, le roi de Castille se voit donner une leçon de chevalerie par l’un de ses interlo (...)

11L’arrestation du roi de Grenade et sa détention, deux jours durant, sont suivies dans le texte d’Ayala du récit de son exécution (extrêmement cruelle puisqu’elle prend l’aspect d’un jeu chevaleresque perverti10) sans que rien ne permette de supposer qu’il y ait eu entre-temps ne serait-ce qu’un simulacre de procès. Une fois de plus, l’idée qui doit s’imposer au lecteur est que cette exécution est le fruit d’une décision autocratique du roi de Castille, loin des mécanismes de la véritable justice, même si le roi, après coup, essaie de déguiser son forfait sous les apparences d’une décision de justice prise en bonne et due forme. L’insistance avec laquelle le chroniqueur revient sur l’hypocrisie du souverain est d’ailleurs suspecte et laisse supposer que, sans doute, circulait parmi ses lecteurs une autre version des faits, moins défavorable au roi, aux arguments de qui l’on prêtait peut-être encore quelque crédit :

  • 11 […] e dende a dos días el rey don Pedro fizo sacar al rey Bermejo a un campo grande que es en Sevi (...)

[…] et à deux jours de là, le roi Pierre fit mener le roi Vermeil dans un grand champ qui est à Séville du côté de l’alcazar, que l’on appelle Tablada, monté sur un âne, et vêtu d’une tunique écarlate qu’il possédait, et avec lui trente-sept de ses musulmans, et il les fit tous tuer […] Et le crieur disait ainsi, sur l’ordre du roi Pierre : “Notre seigneur le roi ordonne de faire subir ce châtiment à ces traîtres, qui ont pris part à la mort du roi Ismaël leur roi et leur seigneur”11.

12On le voit, l’accusation officielle (proclamée par le crieur public, ce qui laisse tout de même supposer qu’il y a bien eu une procédure judiciaire, même sommaire) a changé : le roi Ismaël dont il est question ici est très certainement Ismail II, beau-frère d’Abu Saïd, lui aussi usurpateur du trône, assassiné sur l’ordre du roi Vermeil (Mohammed VI) qui a pris sa place ; cependant le chroniqueur castillan présente une autre version des faits, où Ismaël, roi légitime et frère de Mohammed V, a précédé celui-ci sur le trône et a été assassiné (ce fait n’est pas modifié) par le roi Vermeil qui espérait prendre sa place ; les Grenadins auraient cependant préféré se rallier au frère du roi défunt, contraignant le roi Vermeil à l’exil. Quoi qu’il en soit, Pero López de Ayala embraye sur les conséquences de l’arrivée au pouvoir de ce dernier sur le conflit castillano-aragonais, et conclut, pour l’édification de son lecteur :

  • 12 […] e por estas razones, e por la cobdicia de las joyas que el rey Bermejo trajo, fue su muerte. E (...)

[…] pour ces raisons, et à cause de la convoitise pour les joyaux que le roi Vermeil portait, telle fut sa mort. Et le roi Pierre disait qu’il l’avait fait tuer parce qu’ils s’étaient tous soulevés contre leur seigneur le roi Mohammed, et qu’ils lui avaient été rebelles, et parce qu’ils avaient pris part à la mort du roi Ismaël leur seigneur ; cependant, tous le considérèrent comme un méfait, et ils auraient aimé que le roi n’eût pas agi ainsi12.

13Nos analyses nous semblent indiquer que nous sommes, avec cet épisode, devant l’un des cas, assez rares, où l’individu Pero López de Ayala vient se superposer au chroniqueur du même nom, pour faire prévaloir, contre la sécheresse des faits historiques, qui sont compatibles avec une image positive du roi Pierre Ier, une interprétation de ces mêmes faits, fondée sur des sentiments personnels partagés par le groupe social et politique auquel appartient le chroniqueur (la noblesse trastamariste), qui refuse au souverain ce que l’on appellerait aujourd’hui la présomption d’innocence et lui fait un véritable procès d’intention. De là naît l’impression que l’on se trouve devant un texte mêlant le vrai et le faux : les fondements historiques du récit sont indéniables, et l’on ne saurait remettre en cause ni le ressentiment de Pierre Ier, frustré de victoires contre l’Aragon (le conflit lui était favorable) par la faute du roi Vermeil, ni la cruauté avec laquelle le Castillan a fait payer au Grenadin ce ressentiment, et peut-être même la peur qui l’avait saisi à l’idée de devoir se battre sur deux fronts. Même la cupidité supposée du roi peut avoir un fondement historique : les conflits dans lesquels s’est trouvé mêlé le souverain, et tout particulièrement la guerre contre l’Aragon, ont coûté cher à la Castille, et la confiscation des joyaux portés par le roi et sa suite ne pouvait être vue par le roi Cruel d’un œil défavorable ; faut-il pour autant affirmer avec Ayala que cette cupidité était toute personnelle, liée à un amour démesuré du monarque pour l’argent et les richesses sous toutes leurs formes ? Le roi ne pouvait-il se préoccuper du bien commun ?

14Face aux contradictions du texte d’Ayala, on peut enfin se poser la question de la valeur juridique de la condamnation à mort du roi Vermeil, quelle que soit la forme que l’exécution de cette sentence a pu prendre ensuite. Nous avons suggéré qu’une autre lecture des faits, plus favorable au souverain castillan, circulait peut-être encore en Castille à l’époque de la rédaction de la chronique. Cette lecture des faits, nous la retrouvons de fait dans un texte rédigé sans doute quelques dizaines d’années plus tard et utilisé ensuite par les auteurs, sensiblement contemporains, de deux refontes de textes plus anciens. C’est cette version que nous allons à présent étudier.

L’Histoire perdue des rois de Castille, de Pierre Ier à Jean II

15L’identité presque parfaite entre les chapitres consacrés à Pierre Ier et à Jean II de Castille dans la refonte de l’Estoria del fecho de los godos (version longue) d’une part, dans celle de la Suma de los reyes du grand dépensier d’autre part, a depuis longtemps attiré l’attention des chercheurs, et notamment celle de Diego Catalán, dont nous reprendrons l’essentiel des thèses ci-après.

  • 13 La confusion naît de ce que l’édition du xixe siècle présente le texte comme œuvre de Jiménez de R (...)
  • 14 Sur ce texte, voir Suma de reyes du Despensero, édition et présentation de Jean-Pierre Jardin, Par (...)

16L’Estoria del fecho de los godos, issue d’une traduction castillane du De rebus Hispaniæ de Rodrigo Jiménez de Rada augmentée de chapitres issus d’autres sources, néo-alphonsines pour l’essentiel, a une longue histoire sur laquelle nous ne reviendrons pas. La version dont nous parlons ici a connu les honneurs de l’édition (dans les volumes CV et CVI de la Coleción de documentos iné ditos para la historia de España) au xixe siècle, même si Catalán a souligné en son temps que l’édition n’était pas totalement fidèle au manuscrit unique qui nous a conservé le texte. Il s’agit d’un texte anonyme (même si une mauvaise lecture du titre de l’édition a conduit certains historiens à en faire l’œuvre d’un certain Hinojosa13), que l’on peut dater du règne d’Henri IV, puisque la mort de Jean II y est évoquée. Plus encore, le texte indiquant que le roi Jean de Navarre a succédé à son frère aîné Alphonse comme roi d’Aragon, on peut en repousser la rédaction après 1458. Quant à la refonte de la Suma de reyes (texte des années 1402-1405), réduite en fait à la réécriture de quelques chapitres, dont ceux consacrés à Pierre Ier et à Jean II – ce dernier demeuré inachevé –, elle aussi est anonyme et peut être datée des années de crise du règne d’Henri IV, qui voit son autorité bafouée par une grande partie de sa noblesse, ralliée à son jeune frère Alphonse, soit dans les années 1465-146814. Les deux textes, malgré leurs ressemblances, n’ont pas de liens de dépendance l’un envers l’autre, ce qui a amené Diego Catalán à supposer qu’ils avaient tous les deux utilisé, comme source ponctuelle, un même texte qu’il a appelé l’Histoire perdue de Pierre Ier à Jean II de Castille. La fourchette de rédaction que nous proposions il y a un instant pour la refonte de l’Estoria serait plus probablement celle qui correspond à ce texte-source, les deux refontes lui étant de quelques années postérieures.

  • 15 Diego Catalán, La Estoria de España de Alfonso X, Madrid, Universidad Autónoma, 1992, p. 263-264 :(...)
  • 16 Ces interpolations se trouvent à la page 111 de l’édition de la CODOIN (t. CVI).
  • 17 […] e por su mandado fueron tornados christianos la mayor parte dellos, y fueron robadas y puesta[ (...)
  • 18 C’est Fermín Caballero qui, le premier, a avancé l’idée d’un Alonso Díaz de Montalvo converso, par (...)

17Quant à son auteur, Diego Catalán a avancé l’idée qu’il pourrait être le juriste Alonso Díaz de Montalvo15. Une absolue certitude n’est pas envisageable dans la mesure où seule la refonte de l’Estoria del fecho de los godos conserve la fin du récit du règne de Jean II, où l’intervention de Montalvo est la plus évidente ; or une comparaison des deux refontes montre que le début de ce même récit a subi dans celle de l’Efg des interpolations absentes de celle du Despensero16. Il devient dès lors impossible de déterminer si Montalvo est bien l’auteur premier ou s’il n’est que l’interpolateur. La première hypothèse permettrait d’expliquer pourquoi, parmi les juiveries touchées par les pogroms de 1391, cet auteur place sur le même plan que celle de Séville les communautés de Cuenca et Huete, à l’exclusion de toute autre17 : Montalvo est en effet né à Huete, et la façon dont est rapporté cet épisode pourrait dès lors être l’écho déformé des souvenirs familiaux d’un converso, dans le cas (évoqué par certains auteurs mais improbable selon Benzion Netanyahu) où Montalvo appartiendrait à ce groupe social18, ou plus probablement l’indignation d’un vieux chrétien ayant eu connaissance de récits de témoins directs de ces massacres. Dans les deux cas, les origines de l’auteur expliqueraient l’importance donnée aux juiveries de Huete et Cuenca. De même, on comprend qu’un juriste comme Montalvo ait été particulièrement sensible à l’œuvre de justice et de réforme de l’administration royale d’Henri III, sur laquelle le texte met un accent particulier. Mais les origines géographiques de Montalvo en font également un « interpolateur » possible – ce qui l’exclurait des candidats à la rédaction primitive de l’Histoire : les interpolations dont il a été fait mention sont en effet favorables à la reine Catherine de Lancastre et hostiles à Ferdinand de Antequera ; or Catherine fut seigneur de Huete.

  • 19 E como este rrey don Enrrique fue alçado por rey de Castilla e de León en Logroño, enbió luego sus (...)

18Certains des traits propres à la refonte du Despensero, et notamment le juridisme qui s’y exprime dans le chapitre consacré à Pierre Ier, dans le passage que nous souhaitons étudier, où celui-ci consulte son conseil sur l’attitude à tenir face au roi Vermeil, ou lorsque l’auteur évoque l’entrée d’Henri de Trastamare à Burgos et les menaces qui l’accompagnent et qui entraînent l’adhésion forcée de la ville au nouveau souverain19, plaident en faveur de l’intervention d’un juriste, qui pourrait fort bien être Alonso Díaz, dans la rédaction de la source dont elle s’inspire.

  • 20 Une longue interpolation absente du récit du règne de Jean II dans l’Efg et destinée à mettre l’ac (...)
  • 21 Les Alarcón sont seigneurs de Valverde depuis 1325. Cf. Miguel Lasso De La Vega, marqués del Salti (...)
  • 22 L’un des premiers conflits opposant la ville de Cuenca au roi Jean II fut la conséquence, en 1441, (...)

19Le rôle possible – même indirect – de Montalvo dans la rédaction de la refonte s’accorde d’autre part avec ce que nous savons de celui qui fut, très probablement, le commanditaire de celle-ci20. Pedro Ruiz de Alarcón appartient à une famille installée dans la région de Cuenca depuis le début du xive siècle21, et l’on retrouve parmi les membres de l’oligarchie conquense du xve siècle nombre de membres de cette famille. Cet homme a donc pu connaître le juriste dont la présence dans la région et la ville de Cuenca est historiquement attestée22, ou pour le moins se procurer assez facilement une copie de son Histoire aujourd’hui perdue.

  • 23 […] estando faziendo guerra al rey de Aragón e teniéndole ganada gran parte de su rreyno, e aquel (...)
  • 24 E luego, mandó prender al dicho rrey Bermejo e a todos los caualleros moros que con él vinieron, e (...)

20Si l’on compare à présent le récit de la mort du roi Vermeil tel qu’il figure dans la refonte du Despensero (et donc, probablement, dans l’histoire d’Alonso Díaz de Montalvo) à celui que l’on trouve chez Ayala, on constate tout d’abord un certain nombre de concordances : c’est le cas de la raison profonde de la haine ressentie par le roi castillan envers le Grenadin (l’interruption de la guerre contre l’Aragon qui était sur le point, selon cette nouvelle version au « castillanisme » exacerbé, de tomber dans l’escarcelle de la Castille23), du butin considérable en joyaux, pierres précieuses et perles obtenu lors de l’arrestation du roi Vermeil24 ou du jeu pervers auquel se livre Pierre Ier au moment de l’exécution de l’usurpateur :

  • 25 E otro día en la mañana, mandó caualgar al rey Bermejo en vn asno, e diéronle la cola por rrienda, (...)

Et le lendemain matin, il fit chevaucher le roi Vermeil sur un âne, dont celui-ci tenait la queue en guise de rêne, et il ordonna de le mener à la sablière qui est près du fleuve Guadalquivir et du pont de Triana, et il le fit attacher à un madrier qui se trouvait là, et il ordonna d’en faire la cible d’un jeu de lancer de javelots. Et il fut décidé que, parce qu’il était roi, ledit roi Pierre lui lancerait le premier javelot ; mais lui ne voulut pas utiliser un javelot mais une lance qui le transperça de part en part. Par la suite, on lui donna tant de coups de javelots que c’est à peine s’il restait une parcelle intacte sur le corps dudit roi Vermeil, et qu’il en mourut25.

  • 26 E desque ovieron çenado, el rey don Pedro llamó a consejo al conde don Tello, su hermano, conde de (...)
  • 27 Libro de los fueros de Castiella, éd. par Galo Sánchez, Barcelone, El Albir, 1981 [1re éd. : 1924]
  • 28 El fuero viejo de Castilla, édition d’Ignacio Jordan de Asso y del Río et Miguel de Manuel y Rodrí (...)
  • 29 Outre les éditions mentionnées dans les notes précédentes, nous avons consulté les éditions suivan (...)
  • 30 Ordenamiento de Alcalá, éd. cit., titre XXXII, loi V, p. 92-94. Voir aussi la loi suivante, sur le (...)

21Ce qui différencie clairement les deux versions est la consultation juridique organisée par le souverain avant la condamnation à mort du roi de Grenade, consultation qui justifie d’autant plus cette condamnation que participent au conseil réuni par le monarque, non seulement ses proches (son frère Tello, son trésorier et conseiller privé juif Samuel Ha-Lévi) et les membres de la plus haute aristocratie, mais aussi des juristes de formation universitaire26. Ces letrados sont les premiers à donner leur assentiment aux décisions du souverain, en se fondant sur des « droits et lois anciennes ». Quels sont ces « droits et lois anciennes » ? Si l’on veut bien se rappeler que Montalvo a été (ou sera, si l’on respecte la chronologie de rédaction des textes) l’auteur d’une version révisée des Siete Partidas commandée par Isabelle et Ferdinand en 1491, on peut avancer l’hypothèse que ces dernières sont visées par l’allusion de notre texte, même si d’autres ordonnances ou fors peuvent être désignés comme « lois anciennes », notamment le Libro de los fueros de Castilla, rédigé sous le règne de Ferdinand III27, ou le Fuero viejo de Castilla28, dont la version définitive, de 1356, date précisément du règne de Pierre Ier. Montalvo lui-même a été l’auteur de gloses latines au Fuero real d’Alphonse X, conservées dans trois manuscrits dont le plus ancien date de 1483, et rééditées à maintes reprises, avec le texte qu’elles commentent, au cours du xvie siècle. De fait, aucun des textes mentionnés ne contient de référence aux serments solennels ni aux châtiments réservés à ceux qui manquent à leur parole29 : si l’ordonnancement de 1348 contient un chapitre assez détaillé sur les différentes formes de trahison30, la rupture d’un serment d’allégeance n’y est pas expressément mentionnée. Même le texte alphonsin des Partidas est loin d’être aussi détaillé que la refonte de la Suma peut le laisser supposer, et nous n’avons pas trouvé trace d’une loi précise correspondant aux affirmations de notre somme de chroniques : derrière le texte historiographique semble bel et bien se cacher l’interprétation de la loi par un juriste compétent.

22La formation de juriste de l’auteur du texte est sensible dans la forme que prend la consultation, le roi demandant d’abord confirmation d’une règle générale, justification théorique de la loi du Talion : vis-à-vis de celui qui a trahi et brisé un accord, un traité ou un serment, quel qu’il soit, la victime de cette rupture peut, par réciprocité, rompre à son tour ses engagements. Notons d’ailleurs que la hiérarchie féodale, à laquelle tenait tant Pero López de Ayala, n’intervient aucunement en la matière. Il s’agit d’un principe général du droit, auquel le rang social des personnes impliquées n’apporte aucune nuance ni modification, ce qu’entendent parfaitement les juristes présents :

  • 31 E asentados asý juntos, díxoles : “Por lo que aquí fuystes ayuntados, es que vos quiero preguntar (...)

Et une fois qu’ils furent tous assis ensemble, il leur dit : “Si je vous ai tous réunis, c’est que je veux que vous me disiez si, un homme ayant rompu le serment qu’il avait prononcé et manqué à la foi et à l’hommage qu’il avait jurés à un autre, sans avoir de raison de le rompre ou d’y manquer, l’autre, après que cette faute a été commise, commet une faute au regard de Dieu et du monde en rompant quelque sûreté et foi et hommage qu’il lui avait jurés”. Et le comte don Tello, quand il l’entendit, eut peur, pensant qu’il le disait à cause de la faute qu’il avait commise contre lui avec ses autres frères en le gardant prisonnier ; et il lui répondit en lui demandant pour qui il disait cela ; mais le roi dit qu’il voulait d’abord savoir ce qu’il pouvait faire sans commettre de faute, et qu’on le lui dise. Et les juristes et tous les autres s’accordèrent pour dire que, vis-à-vis de celui qui a rompu sûreté, foi et hommage, celui qui agit de même en retour ne commet aucune faute, et qu’ainsi le voulaient tous les livres de droit et les lois anciennes31.

23Ce n’est qu’après s’être assuré de ce principe de droit que le souverain explique à ses conseillers qu’il a décidé de l’appliquer au cas particulier du roi Vermeil

  • 32 […] que era su vasallo, e por su mano fuera rrescebido por rey en Granada a pesar de la mayor part (...)

qui était son vassal, et qu’il avait reçu pour roi de Grenade de sa propre main malgré l’opposition de la majeure partie du royaume, lequel l’avait assuré, lui et ses royaumes, et lui avait même fait le serment sur sa loi [religieuse], de l’aider contre tous les hommes du monde quand il en aurait besoin et de ne lui faire ni mal ni tort, ni à lui ni à ses royaumes, et, alors que lui, Pierre, était en guerre contre le roi d’Aragon […] ne considérant rien desdits bénéfices passés et de ladite sûreté, avait pénétré dans son royaume d’Andalousie et avait pillé tout le pays et fait captifs beaucoup de ses vassaux […]. Et, puisqu’il le tenait en son pouvoir, sa volonté était de le condamner à ce qui serait pour lui un châtiment et pour les autres un exemple. Et tous s’accordèrent pour dire que c’était bien […]. Et c’est ainsi que, de la main de ce roi Pierre, le roi Mohammed, son vassal, fut élevé roi de Grenade et qu’il lui fit serment et lui jura foi et hommage de le défendre mieux que l’autre32.

24La peur ressentie par Tello, dont la fidélité fluctuante vis-à-vis de son frère a déjà eu l’occasion de se manifester, est un élément du texte que nous pouvons aujourd’hui considérer comme un trait d’humour, mais qui est là, sans doute, pour rappeler le climat très particulier qui régnait à la Cour de Castille à l’époque de Pierre Ier. Ni le texte de Montalvo (si celui-ci en est bien l’auteur), ni les refontes qui l’ont utilisé, n’ont en effet pour but de réhabiliter Pierre Ier, qui reste une figure autocratique et cruelle. Le chroniqueur précise d’ailleurs explicitement que les conseillers du roi eussent préféré qu’on prît le roi Vermeil d’une autre manière [« quisyeran que por otra manera lo prendieran, mas non se podía fazer »]. Cette version des faits n’est sans doute pas plus conforme à la vérité que celle d’Ayala : c’est une autre lecture, issue d’un cerveau de juriste, qui réintroduit le droit là d’où l’on s’était efforcé de le chasser. Quoi qu’il en soit, cette version est là pour nous rappeler que Pierre Ier n’a pas nécessairement été le roi aveuglé par ses passions et méprisant le droit le plus élémentaire dont ses successeurs immédiats ont essayé d’imposer l’image, notamment par le biais de l’historiographie. Bien que Montalvo ait vécu longtemps avant le roi Prudent, qui est celui qui s’est efforcé de faire de Pierre un roi Justicier et non un roi Cruel, il est incontestable que la lecture des mêmes faits historiques que ceux dont avait eu connaissance Ayala avant lui l’a amené à une analyse plus juste de ceux-ci, une analyse qui fait de Pierre Ier, non un monstre isolé, mais un roi respectueux du droit – respectueux, mais jaloux de ses prérogatives, comme l’avaient été tous ses prédécesseurs depuis l’époque du roi Savant.

Notes

1 Voir sur ce point les travaux du regretté Germán Orduna et de son équipe, le SECRIT argentin.

2 Après Mohammed V était monté sur le trône Ismail II mais Abu Saïd, qui était son beau-frère, l’avait promptement éliminé pour monter sur le trône sous le nom de Mohammed VI.

3 E el rey Bermejo fizo sus pleitesías con el rey de Castilla como fincase su amigo, e que el rey non le destorvase con el rey Mahomad, que era su contrario ; pero fincó el rey muy sañudo e quejado del rey Bermejo porque en tal tiempo le quisiera facer guerra, e non ge lo olvidó después, segund oiredes (Pero López de Ayala, Crónica de don Pedro Primero, dans id., Crónicas, éd. par José-Luis Martín, Barcelone, Planeta, 1991, onzième année, chap. XXIII, p. 257. Toutes les traductions françaises des textes castillans de cet article sont nôtres).

4 […] Avía saña dél, diciendo que por la guerra que él le quería facer quando estaba en la guerra de Aragón, ovo el rey de facer la pleytesía que fizo con el rey de Aragón contra su voluntad […] e tornara muchas villas e castillos que tenía ganados en Aragón (ibid., douzième année, chap. V, p. 262).

5 E el rey dixo a todos los suyos, que él avía de ayudar al rey Mahomad de Granada, que era su vasallo, e le daba parias, e que el otro que se llamaba el rey Bermejo le avía echado de su regno contra razón e contra derecho (loc. cit.).

6 Pero López de Ayala, Rimado de Palacio, éd. par Hugo O. Bizarri, Madrid, Real Academia Española, 2012, strophe 74 ab p. 15 et str. 85 p. 17.

7 Ayala, Crónica de don Pedro Primero, op. cit., treizième année, chap. IV, p. 270-271.

8 Porque la cobdicia es raíz de todos los males del mundo, puso al rey don Pedro en corazón todo lo que adelante oíredes que se fizo ; como quier que todo esto que él fizo decía que lo ficiera sin carga ninguna suya, ca el rey Bermejo veniera a él sin ser asegurado ; e otrosí que lo facía faciendo justicia del rey Bermejo, por quanto él se levantara e alzara contra el rey Mahomad, que era su señor. Empero pesó dello a todos los que amaban servicio del rey ; e la manera como esto se fizo dañó mucho en la su fama (ibid., cap. V, p. 272).

9 El rey sopo luego como el rey Bermejo traía muchas joyas ricas de aljofar e piedras preciosas, e ovo gran cobdicia dellas […]. E a los moros que fueron presos en la judería fueron falladas doblas e joyas, e todas las ovo el rey (loc. cit., p. 272-273).

10 Une fois encore, le roi de Castille se voit donner une leçon de chevalerie par l’un de ses interlocuteurs, en l’occurrence le roi Vermeil, porte-parole de l’auteur face à un Pierre Ier aveuglé par la rage : E el rey don Pedro le firió primero de una lanza, e díxole así : “Toma esto, por quanto me fecistes facer mala pleytesía con el rey de Aragón, e perder el castillo de Ariza.” E el rey Bermejo, desque se vio ferido, dixo al rey en su arábigo : “¡Oh qué pequeña caballería feciste !” (ibid., cap. VI, p. 273).

11 […] e dende a dos días el rey don Pedro fizo sacar al rey Bermejo a un campo grande que es en Sevilla de la parte del alcázar, que dicen Tablada, montado en un asno, e vestida una saya de escarlata que él tenía, e con él de los sus moros treinta e siete, e fízolos todos matar. […] E decía el pregonero por mandado del rey don Pedro así : “Esta justicia manda facer nuestro señor el rey a estos traydores, que fueron en la muerte del rey Ismael su rey e su señor” (loc. cit., p. 273-274).

12 […] e por estas razones, e por la cobdicia de las joyas que el rey Bermejo trajo, fue su muerte. E decía el rey don Pedro que él lo ficiera matar porque se alzaran e fueran rebeldes a su señor el rey Mahomad, e porque fueran en matar al rey Ismael su señor ; empero todos lo tovieron por non bien fecho, e les ploguiera que el rey non lo ficiera así (loc. cit., p. 274-275).

13 La confusion naît de ce que l’édition du xixe siècle présente le texte comme œuvre de Jiménez de Rada poursuivie par Gonzalo de Hinojosa puis par un auteur anonyme. Il va de soi que l’évêque de Burgos, décédé en 1327, ne saurait être l’auteur des chapitres consacrés aux souverains du xve siècle.

14 Sur ce texte, voir Suma de reyes du Despensero, édition et présentation de Jean-Pierre Jardin, Paris, CLEA, 2012, mise en ligne en janvier 2013, http://e-spanialivres.revues.org/481. Les citations de cet article en sont issues, même si nous avons pour l’occasion simplifié les critères d’édition. Les traductions, là encore, sont nôtres.

15 Diego Catalán, La Estoria de España de Alfonso X, Madrid, Universidad Autónoma, 1992, p. 263-264 : La personalidad de este historiador pro-enriqueño se deduce del relato mismo […] el énfasis especial con que […] se habla de la fiel actuación del licenciado Alonso Díaz de Montalvo, nos indic[a] claramente el nombre del autor de esta historia de Juan II. El licenciado de Montalvo, vecino de Huete, oidor de la Audiencia, corregidor de Murcia y de Madrid, no fue personaje de suficiente relieve político durante el reinado de Juan II como para que las crónicas contemporáneas le dediquen su atención ; pero sus servicios a la corona fueron notables y su nombre es famoso en la historia del Derecho español.

16 Ces interpolations se trouvent à la page 111 de l’édition de la CODOIN (t. CVI).

17 […] e por su mandado fueron tornados christianos la mayor parte dellos, y fueron robadas y puesta[s] a sacomano la mayor parte de las juderias, en especial las de Sevilla, e Cuenca, e Huete (Suma de reyes, op. cit.).

18 C’est Fermín Caballero qui, le premier, a avancé l’idée d’un Alonso Díaz de Montalvo converso, parent de Fernán Díaz de Toledo, el Relator. Benzion Netanyahu rejette cette hypothèse dans Los orígenes de la Inquisición en la España del siglo xv, Barcelone, Crítica, 1999, p. 560-561.

19 E como este rrey don Enrrique fue alçado por rey de Castilla e de León en Logroño, enbió luego sus enbajadores a la cibdad de Burgos, a les dezir cómo él era su rrey e señor natural, e non aquel malo tirano don Pedro que se llamaua rey, qu’él era fijo mayor del noble rrey don Alfonso, su padre, e quel dicho rrey don Pedro non fazía fechos de rrey e que non merescía ser rrey por esto ; por ende, que les rrogaua e mandaua que luego le acojesen en su cibdad, e lo apoderasen en lo alto e en lo baxo della, como de derecho eran tenidos, asý como aquel a quien pertenesçía el mayoradgo de los dichos rreynos : e en otra manera, que bernía poderosamente sobre la dicha çibdad e les faría e mandaría fazer cruel guerra d’espada e de fuego (Suma de reyes, op. cit. C’est nous qui soulignons).

20 Une longue interpolation absente du récit du règne de Jean II dans l’Efg et destinée à mettre l’accent sur le rôle joué auprès du souverain par le père et le grand-père de Pedro Ruiz de Alarcón, ne figure pas seulement dans le manuscrit dont il fut le commanditaire, mais aussi dans les autres copies de la refonte, qui, toutes, dérivent de ce premier manuscrit.

21 Les Alarcón sont seigneurs de Valverde depuis 1325. Cf. Miguel Lasso De La Vega, marqués del Saltillo, El señorío de Valverde, Madrid-Cuenca, CSIC/Excmo. Ayuntamiento, 1945.

22 L’un des premiers conflits opposant la ville de Cuenca au roi Jean II fut la conséquence, en 1441, de la volonté acharnée mise par le monarque castillan à nommer Alonso Díaz avocat et alguazil de la « communauté de la terre [i. e. de la région de Cuenca] » pour récompenser les services que lui avait rendus le bachelier (Yolanda Guerrero Navarrete et José María Sanchez Benito, Cuenca en la Baja Edad Media : un sistema de poder, Cuenca, Excelentísima Diputación, 1994, p. 52).

23 […] estando faziendo guerra al rey de Aragón e teniéndole ganada gran parte de su rreyno, e aquel teniendo en tanto aprieto que todo sele quería entregar para lo dexar consomido en la corona rreal de Castilla según antigua mente fue en tienpo de los reyes de España […] (Suma de reyes, op. cit.).

24 E luego, mandó prender al dicho rrey Bermejo e a todos los caualleros moros que con él vinieron, e mandóles tomar todo quanto troxeron de su tierra ; e tanto fue que fueron de piedras preciosas e perlas grandes de aljofar, que fue en número de vn cafiz syn las otras joyas, e rropas, e jaezes, e espadas moriscas, e cauallos e azemilas, e monedas de oro, que non ha número (ibid.).

25 E otro día en la mañana, mandó caualgar al rey Bermejo en vn asno, e diéronle la cola por rrienda, e mandólo sacar al arenal qu’es çerca del río de Guadalquivir e de la puente de Triana, e mandólo atar en vn madero que ende estaua fincado, e mandó que lo jugasen a las cañas. E fue acordado que, porque era rrey, quel dicho rrey don Pedro le tirase la primera caña ; pero él non le quiso tirar caña saluo vna lança que le pasó de parte a parte. E luego le fueron dadas tantas de cañadas que apenas le quedó cosa sana en el cuerpo al dicho rrey Bermejo, de que luego murió (ibid.).

26 E desque ovieron çenado, el rey don Pedro llamó a consejo al conde don Tello, su hermano, conde de Viscaya, e a don Symuel el Leuí, su priuado, que le dizía este rrey don Pedro “padre”, e otrosý a los letrados de su consejo e a los otros grandes caualleros que con él estauan (ibid.).

27 Libro de los fueros de Castiella, éd. par Galo Sánchez, Barcelone, El Albir, 1981 [1re éd. : 1924].

28 El fuero viejo de Castilla, édition d’Ignacio Jordan de Asso y del Río et Miguel de Manuel y Rodríguez, Madrid, Joachín Ibarra, 1771, réédition en facsimilé par Librerías Paris-Valencia, 1991.

29 Outre les éditions mentionnées dans les notes précédentes, nous avons consulté les éditions suivantes : Fuero Juzgo o Libro de los jueces, éd. Real Academia española, Madrid, Ibarra, 1815 (réédition en facsimilé par Lex Nova, Valladolid, 1990) ; Alfonso el Sabio [Alphonse X le Sage], Fuero real, édition, étude et glossaire d’Azucena Palacios Alcaine, Barcelone, PPU, 1991 ; El ordenamiento de leyes que D. Alfonso XI hizo en las Cortes de Alcalá de Henares el año de mil trescientos y quarenta y ocho, éd. par Ignacio Jordan de Asso y del Río et Miguel de Manuel y Rodríguez, Madrid, Joachín Ibarra, 1774, réédition en facsimilé par Librerías Paris-Valencia, 1992.

30 Ordenamiento de Alcalá, éd. cit., titre XXXII, loi V, p. 92-94. Voir aussi la loi suivante, sur les trêves, p. 94-96.

31 E asentados asý juntos, díxoles : “Por lo que aquí fuystes ayuntados, es que vos quiero preguntar que me digades sy vno quebranta a otro qual quier juramento e pleyto e omenaje que le tenga fecho, non aviendo causa de lo quebrantar, el otro después le quebranta, después de aquel yerro fecho, qual quier seguro e pleyto e omenaje que le aya fecho, sy por esto sy erra en quanto a Dios e al mundo”. E el conde don Tello como lo oyó, ovo rreçelo, pensando que por él lo decía, por el error que le ficiera con los otros sus hermanos en su oprisyón, e rrespondióle e díxole que por quién lo dizía ; e el rey dixo que primera mente quería saber lo que syn cargo podía fazer, que jelo dixiesen. E por los letrados e por todos fue acordado que non erraua en cosa alguna el que le avía quebrantado su seguro e pleyto e omenaje en le quebrantar él después otro, e que asý lo querían todos los derechos e leyes antiguas (Suma de reyes, op. cit.).

32 […] que era su vasallo, e por su mano fuera rrescebido por rey en Granada a pesar de la mayor parte del reyno, el qual le tenía asegurado por sý e por sus rreynos e avn fecho juramento en su ley de le ayudar contra todos los omnes del mundo quando lo oviese menester e de le non fazer mal nin daño, a él nin a sus rreynos, e que, estando faziendo guerra al rey de Aragon […], non mirando a cosa alguna de los dichos benefiçios pasados e el dicho seguro, que le auia entrado por el su rreyno del Andaluzía e le avía rrobado todo el canpo e cativados muchos de sus vasallos […] ; e que, pues lo tenía en su poder, que su voluntad era de fazer justicia dél, porque a él fuese castigo e a otros enxenplo. E por todos fue acordado que era bien […]. E luego, de mano deste rrey don Pedro, fue alçado por rey de Granada el rrey Mahomad, su vasallo, e fízole su juro e pleyto omenaje de guardarlo mejor quel otro (ibid.).

© Éditions de la Sorbonne, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540