Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Figures de l'autorité médiévale

 | 
Pierre Chastang
, 
Patrick Henriet
, 
Claire Soussen

Première partie. Pratiques de l'écrit

Entre théorie et pratique de l’écrit : les maîtres en dictamen français des années centrales du xiie siècle et le traitement de la carta

Charles Vulliez

Texte intégral

  • 1 Nous possédons maintenant une excellente édition critique de ce traité : Albéric du Mont-Cassin, B (...)
  • 2 Un doute subsiste cependant quant à la paternité albéricienne initiale des sections VII (Formatae (...)

1La naissance de l’ars dictaminis médiéval, c’est-à-dire d’une tentative systématique de théorisation dans un premier temps de l’art épistolaire, remonte – un certain consensus semble s’être établi désormais entre les spécialistes sur ce point – aux dernières décennies du xie siècle avec l’œuvre du moine du Mont-Cassin Albéric et en particulier son célèbre Breviarium de dictamine1. Les relations probables de ce moine italien avec les milieux romains de la Papauté dans le contexte des débuts de la réforme grégorienne expliquent sans doute qu’au traitement de l’epistola se soit ajouté dans cet opus celui d’une forme relativement solennisée de documents diplomatiques, les privilèges, notamment ceux des papes et des empereurs2.

  • 3 F. J. Worstbrock, M. Klaes, J. Lütten-Gödecke, Repertorium der artes dictandi des Mittelalters, Mu (...)
  • 4 Analyse de ce codex dans A. de Poorter, Catalogue des manuscrits de la Bibliothèque publique de la (...)

2Par contre, en ce qui concerne les documents diplomatiques plus communs, diplômes des rois et des princes, actes des évêques et des dignitaires ecclésiastiques, voire des particuliers laïques, il semble qu’il faille attendre les années centrales du xiie siècle pour voir apparaître dans un espace géographique extérieur à l’Italie et plus spécialement français semble-t-il, les premiers témoins d’un effort de théorisation et/ou de modélisation similaires, avec notamment en premier lieu cette curieuse ars exhumée en 1992 dans leur Repertorium par Franz Josef Worstbrock et ses collaborateurs sous le nom d’Aurea gemma gallica3 et, plus tournées apparemment vers la modélisation, en second lieu, un certain nombre des pièces qui figurent dans le compendium d’ars dictaminis contenu dans le manuscrit Brugge, Stadsbibliotheek ms. 549, et spécialement le cahier VIIII de celui-ci4.

3Ces deux productions pionnières, nous voudrions, dans cette modeste contribution, en donner un aperçu succinct, en en présentant l’économie d’ensemble et les grandes lignes du contenu, nous interroger aussi sur les contextes historique et géographique de leur élaboration, avec les questions qui se posent à cet égard, tenter enfin de nous interroger également, à partir de l’exemple significatif d’un « topos » de préambule commun aux deux sources, sur l’adéquation entre l’effort de modélisation dont ils font preuve et la réalité de la production diplomatique contemporaine.

  • 5 Worstbrock, Klaes, Lütten-Gödecke Repertorium…, op. cit., respectivement p. 121 et 122.
  • 6 Aurea gemma <gallica>, éd. et trad. par S. M. Wight (http ://scrineum. unipv. it/wight/consulté le (...)

4L’aurea gemma ainsi dite gallica (inc. : Gloria, que ex preclare gestis rebus nascitur…), dont deux manuscrits nous sont actuellement connus, Admont, Stiftsbibliothek ms. 759, fol. 59-91v et Brugge, Stadsbibliotheek ms. 528, fol. 7v-15v5, a bénéficié d’une édition en ligne, accompagnée d’une traduction en langue anglaise, due aux soins de Steven M. Wight6, ce qui en facilite la consultation et à laquelle nous recourrons dans cette petite étude.

  • 7 L’auteur de l’aurea gemma gallica respecte le principe de la variation des salutationes en fonctio (...)
  • 8 Aurea gemma <gallica>…, éd. cit., 1,78.

5Son économie d’ensemble est simple. La première partie de l’œuvre (section 1 de l’édition de Wight) est une ars dictandi plus ou moins classique, fondée sur le traitement de l’epistola, la lettre, et spécialement de la salutatio dont des exemples multiples sont donnés7 et de quelques « topiques » associées (complainte, consolatio, vituperatio). À la fin de cette partie, l’auteur annonce son propos de s’attacher à l’étude des cartae : Ne quid huic opusculo pretermittatur necessarium, deinceps tractanda est doctrina cartarum8.

6C’est là la grande originalité de l’Aurea gemma gallica : à la différence des traités de ses prédécesseurs italiens en matière de dictamen, l’auteur de cette dernière introduit, pour la première fois apparemment, dans son opus une véritable Urkundenlehre, un traité de la carta et des autres documents diplomatiques qu’il regroupe sous ce terme générique.

7Le prologue de la deuxième partie de l’œuvre (section 2 de Wight) détaille le programme de cette doctrina cartarum :

  • 9 Aurea gemma <gallica>…, éd. cit., 2, 1.

Prius igitur vis vocabuli est diffinienda, deinde ratio inventionis est assignanda, tercio loco earum diversitas divisione aperienda, quarto loco unuscumsque proprietates et ratio distinguenda9.

  • 10 Ibid., 2,2.

8En un premier temps, l’accent est mis sur la définition de la carta, définition étymologique, à la manière médiévale, carta igitur dicitur quasi coartans et constringens rerum testimonium et aussi historique, en relation avec la mythique inventio de la carta Dicitur etiam a nomine civitatis Egypti qui dicitur Cartinum10.

9Un deuxième grand ensemble, qui occupe la seconde moitié de la section 2 et la totalité de la section 3 de l’édition Wight explicite, à grand renfort d’exemples-modèles, une typologie des différentes catégories de cartae (au sens large du terme), que le titre 2.9 du séquençage de l’édition précitée détaille en ces termes :

Cartarum alie continent testamenta hereditarum. Alie privilegia personarum. Alie monimenta dotum. Alie monimenta imperialium largitionum et munificentie regum et principum et devotiones fidelium…

  • 11 Ibid., 3a. 24.

10Énumération qui ne résume d’ailleurs pas tous les exemples-modèles retenus dans la suite de l’Aurea gemma gallica dont les « privilèges », on le voit, ne sont pas exclus : ils y constituent même une petite subdivision, forte de quatre items et précédée d’une courte définition spécifique : Privilegium dicitur privata lex et singularis dignitas, que confertur ecclesie vel persone vel civitati11.

  • 12 Brugge, Stadsbibliotheek, ms. 528, fol. 15v.
  • 13 Admont, Stiftsbibliothek ms. 759, fol. 91v-117, Presumptionis est, éd. par S. M. Wight (http ://sc (...)

11L’Aurea gemma gallica est incomplète dans la version du manuscrit Brugge, Stadsbibliotheek 528 dont les derniers items se trouvent remplacés par ce que Wight a appelé des openings, cinq au total, c’est-à-dire des préambules courts mais typés de chartes12. Dans le manuscrit Admont 759, à notre opus fait suite, sans transition aucune, ni solution de continuité ou rubrique afférente, un vaste recueil de quelque 80 lettres ou modèles de lettres, édité aussi par Steven M. Wight, sous le titre Presumptionis est, qui n’est en fait que l’incipit de la première des lettres13.

12Relativement bien moins disert sur la théorie de la carta que l’Aurea gemma gallica, le compendium du manuscrit Brugge, Stadsbibliotheek 549 apporte, au moins dans sa première partie, un complément non négligeable à cette dernière en matière de modélisation des documents diplomatiques.

  • 14 Nous n’avons pu identifier l’auteur de ces epistolae et/ou cartae, ni préciser davantage l’identit (...)

13Ce codex brugeois de quelque 105 feuillets, répartis en 13 quaternions signés au recto du premier feuillet de VI à XVIII (dans son état présent) est en effet assez composite. Un premier ensemble s’y individualise cependant assez nettement, regroupant les quaternions VI à VIIII (feuillets 1 à 52v) : à un court Tractatus primus Johannis de dictaminibus d’inspiration cicéronienne (fol. 1-4v), fait suite une collection de lettres (inc. : Duplici maceratur gravamine…) et autres documents dont des textes de nature diplomatique aux fol. 19v-20 et surtout 25-32v (quaternion VIIII)14.

14Aux fol. 19v-20, s’intercalent en effet dans la séquence des lettres 6 modèles de cartae qui s’y insèrent après un saut de ligne, comme si on avait recopié là un feuillet intercalaire maintenant réparti sur deux feuillets de numéros différents. Le quaternion VIIII, qui se termine abruptement au folio 32v, comprend 27 pièces, pour la plupart, sinon la totalité chartes ou modèles de chartes, la dernière tronquée, que nous avons recensés dans un tableau analytique (Appendice IA) mettant en évidence la rubrication des items concernés (ou à défaut, entre parenthèses, la typologie de leur contenu) et l’incipit du préambule correspondant nous nous sommes limités à ce dernier pour les six items du « feuillet isolé » (Appendice IB).

15Le bilan catégoriel des 27 pièces du quaternion VIIII offre moins de variété que celui des modèles de l’Aurea gemma : il est notable qu’on n’y trouve pas de véritable privilège ; l’objet le plus fréquent de ces modèles tourne autour des questions de libertas, ici essentiellement personnelle, c’est-à-dire émancipation de la servitude (une huitaine de cas, dont celui d’un aspirant à la prêtrise) y a-t-il une volonté chez le rédacteur de favoriser l’émancipation des serfs ? On peut se le demander. Un deuxième objet préférentiel (5 ou 6 cas) concerne l’ordination des prêtres ou les problèmes de leur relation aux offices sacrés. Les laïcs, ou supposés tels sont moins bien partagés : on compte cependant quatre items relatifs au mariage (ou à la séparation des conjoints) et deux concernant une venditio (de biens fonciers essentiellement).

  • 15 Sur ce maître Hilaire, cf. notre thèse de doctorat d’État, Ch. Vulliez, Des écoles de l’Orléanais (...)

16La taille des pièces dudit quaternion est éminemment variable, allant de quelques lignes à plus d’une page du manuscrit (pièce no 8), ainsi que l’importance relative des différentes subdivisions diplomatiques à l’intérieur de la carta : une constante cependant, s’impose au lecteur, la présence du préambule, qui peut aller, dans le cas du Negotium de libertate secundum magistrum Hilarium Aurelianensem (ladite pièce no 8), jusqu’à occuper les deux tiers du modèle (21 lignes sur 31). Les caractéristiques de ce préambule et son hypertrophie un texte truffé de réminiscences et citations bibliques, et plus encore la formulation de la rubrique posent ici le problème des emprunts faits par l’auteur ou ne vaut-il pas mieux dire dans ce cas le compilateur du recueil à des rédacteurs antérieurs. Le cas est patent en l’occurrence s’agissant ici du maître orléano-angevin Hilaire dit d’Orléans, qui s’illustra dans ces deux cités ligériennes probablement dans le deuxième quart du xiie siècle15. Par contre, c’est sans doute à l’auteur/compilateur lui-même qu’il faut attribuer les pièces du recueil agrémentées de considérations techniques, ainsi les items 4, 6 un scriptum de venditione, que complète un petit paragraphe De cirographo – et 26, un modèle relatif au mariage que le rédacteur introduit par la formule générique Quicumque cartam scribere proponit, primo… Dans ces trois cas se manifeste on ne peut plus clairement le souci de l’auteur de faire œuvre pédagogique.

17La présence dans le quaternion VIIII de textes apparemment de plusieurs rédacteurs, avec les strates chronologiques que cela peut laisser supposer, conduit à s’interroger sur la localisation géographique et la datation du recueil sous sa forme présente.

  • 16 Cf. sur cet évêque, J. Mathorez, « Guillaume aux Blanches-Mains », Archives historiques du diocèse (...)
  • 17 Sur cette curieuse pièce, d’incipit Quoniam et demonis instinctu, ici actualisée à Paris (Parisius(...)
  • 18 Face à un tel consensus chronologique, la cause paraît entendue sans autre forme de procès, et ell (...)

18La datation de ce dernier est à première vue facilitée par l’existence dans quatre des modèles de chartes de ce dernier, les items nos 1, 2, 3 et 24, d’un eschatocole en bonne et due forme pointant sur l’année 1166 et mettant en évidence le pape Alexandre III (1159-1181, nos pièces 1, 2 et 3), le roi de France Louis (Louis VII, 1137-1180) pièces nos 1 et 3), voire celui d’Angleterre Henri (Henri II Plantagenêt, 1154-1189, pièce no 2), l’évêque de Chartres Guillaume (Guillaume aux Blanches-Mains, évêque de la ville de 1165 à 116816, pièce no 1) ou celui de Meaux, Étienne (de la Chapelle, évêque de cette cité de 1162 à 1171, pièces nos 2 et 3). L’ensemble paraît bien focalisé autour de cette date de 1166, même si la pièce no 24 n’ajoute à celle-ci aucun nom de répondant souverain17. Ajoutons que la deuxième charte-modèle du folio 19v porte une date voisine, celle de 1164 et que le manuscrit qui contient ce compendium dit brugeois comporte au fol. 89-v une charte datable du séjour à Sens du pape Alexandre III (1164/1165)18.

  • 19 Parmi ces pièces en relation avec Paris, on relèvera la lettre-modèle 23 dont la suscription met e (...)

19Les mentions de lieux dans les modèles de chartes (dans le protocole initial, voire la notification, ou encore l’eschatocole) sont plus difficiles à interpréter. On note des mentions de Chartres, de Meaux, d’Orléans, un peu plus souvent de Paris (4 items19), mais surtout une prédominance plus marquée de l’espace tourangeau : 7 items, dont 2 référant plus précisément à la collégiale de Saint-Martin de Tours, laquelle, sous réserve d’inventaire ultérieur toujours possible s’agissant d’un quaternion incomplet dans son état présent, peut apparaître comme le foyer de localisation le plus plausible pour la compilation dudit recueil, dont l’auteur reste pour nous encore dans l’anonymat.

20En supposant fondées de telles hypothèses quant au contexte historico-géographique de ce quaternion VIIII, est-il possible de déterminer une relation chronologique entre ce dernier et l’Aurea gemma gallica, de préciser aussi d’éventuels parallélismes de contexte géographique ?

  • 20 Aurea gemma <gallica>…, éd. cit., I, 9 et 21.
  • 21 Sur cette abbaye et, entre autres, son histoire au xiie siècle, cf. Dom Y. Chaussy et al., L’abbay (...)
  • 22 Aurea gemma <gallica>…, éd. cit., 3a 25-28.
  • 23 Aurea gemma <gallica>…, éd. cit., 3b 61. L’acte est au nom de L. Francorum rex (Louis VII, 1137-11 (...)

21En ce qui concerne au moins le texte donné par le manuscrit Admont, Stiftsbibliothek 759, la strate la plus ancienne pour ladite Aurea gemma, telle qu’on peut tenter de la préciser chronologiquement à partir des références des salutationes offertes dans la première partie, c’est-à-dire l’ars dictandi (section I de l’édition de Steven M. Wight) correspond au pontificat du pape Eugène III (1145-1153), accessoirement aux règnes des rois de France Louis VII (1137-1180) et d’Angleterre Henri II Plantagenêt (1154-1189), et à l’archevêque de Sens Hugues de Toucy (1142-1168), etc. La localité la plus significative évoquée dans cette première partie de l’œuvre est assurément l’abbaye de Jouarre mention à deux reprises de l’abbesse P., sans doute Praxède20, attestée par ailleurs en 1151 –, abbaye qui a été illustrée au xiie siècle, par la tenue d’un concile en 1133 ou 1134 et ensuite par un conflit de longue durée avec les évêques de Meaux dont elle était censée dépendre21. Mais il semble que le texte de ladite Aurea gemma, tel qu’il se présente actuellement dans les manuscrits, spécialement celui d’Admont, peut-être aussi celui de Brugge, Stadsbibliotheek 528 qui semble donner au demeurant une version un peu postérieure, à tout le moins apparemment incomplète –, soit le résultat de remaniements ou de phénomènes d’actualisation intervenus postérieurement à la strate première. Nous en verrions volontiers certains témoins dans la troisième partie de l’opus, ainsi deux références à l’espace orléanais fort intéressantes : tel modèle de privilège pontifical de la section 3a de l’édition de Wight22, donc présent dans les deux versions de l’œuvre, privilège émanant d’un pape A. (1153-1181, Anastase IV, Adrien IV ou Alexandre III) et en faveur de l’église Saint-Aignan d’Orléans rappelle l’exemption de cette dernière vis-à-vis de son ordinaire, l’évêque de la ville. Telle carta donationis de la section 3b, donc uniquement dans Admont 759 offre un eschatocole bien « ciblé » géographiquement et historiquement : Data Aurelianis per manum C., scrinarii nostri, anno Incarnati Verbi MCLIX23.

  • 24 Les lettres nos 15, 25 et 80 de l’édition de S. M. Wight réfèrent explicitement ou implicitement a (...)
  • 25 Presumptionis est, éd. cit., lettre no 37, n. 7.

22Doit-on alors pour un premier remaniement de l’Aurea gemma gallica privilégier une piste « orléanaise » ou plus généralement « ligérienne » ? On sait qu’elle a été largement réutilisée par Pierre de Blois et si, par ailleurs, l’espace tourangeau n’y occupe pas la place qu’il tient dans le quaternion VIIII du manuscrit Brugge, Stadsbibliotheek 549, il est cependant présent dans le recueil de lettres dit Presumptionis est24 qui fait suite dans le manuscrit d’Admont à ladite Aurea gemma, recueil de lettres dont toutefois le statut exact par rapport à cette dernière n’est pas clair et la date de rédaction discutée : telle lettre (no 37), De pace confirmata inter reges, mettant en scène le roi de France Louis (VII) et le roi d’Angleterre Henri (II, Plantagenêt) est datée dans le manuscrit de l’année MC. LX. VIII/1168 ; l’éditeur (Wight) a contesté cette date et proposé la date de MCLVIII (1158), à partir d’arguments liés au contexte historique25, arguments qui toutefois ne nous paraissent pas, quant à nous, suffisamment décisifs pour imputer une faute paléographique au copiste du manuscrit d’Admont.

  • 26 Aurea gemma <gallica>…, éd. cit., 3 b respectivement 64-67, 78-81 et 82-84.
  • 27 Cf. Jean Gouget, Thierry Le Hête, Les comtes de Blois et de Champagne et leur descendance agnatiqu (...)
  • 28 Un autre argument en faveur d’une localisation champenoise de notre opus réside dans l’évocation e (...)

23Mais l’aurea gemma gallica, dans la version qu’en donne ce dernier, a connu apparemment un autre avatar : y figurent en effet dans la section 3b trois mentions de la petite ville carinthienne de Gurk, dont l’une est une charte épiscopale au nom d’Henri, évêque du diocèse de 1167 à 117426, ce qui rend loisible de supposer que le manuscrit a pu s’y trouver sous ce prélat. Par ailleurs, les relations bien connues entre cette principauté périphérique et le comte de Troyes, Henri le Libéral (1152-1181) il était en effet fils de Thibaud IV de Blois et de Mathilde de Carinthie, fille du duc de cette province27 ont entre autres incité Steven M. Wight à retenir l’hypothèse d’une élaboration de l’Aurea gemma gallica dans les milieux éclairés de la cour de ce prince champenois28.

24On le voit, le débat reste ouvert quant à la relation de contexte historico-géographique entre cette dernière et son éventuel prolongement épistolaire d’une part et les extraits du compendium brugeois précédemment analysés de l’autre.

  • 29 Les modèles du ms. 549 de Bruges réfèrent à un archevêque de Tours d’initiale V. qui n’a aucun cor (...)

25Le problème mérite d’autant plus d’être posé qu’existent entre ces divers éléments des parallélismes, textuels cette fois, qu’on ne saurait ignorer. C’est le cas notamment pour trois des proverbia du quaternion VIIII de Brugge, Stadsbibliotheek 549 (Appendice IA, nos 12, 13 et 14) qui ont un répondant exactement similaire dans les modèles de lettres no 58, 59 et 60 de l’édition Wight du Presumptionis est – ajoutons que les rubriques afférentes sont également identiques, seule la suscription des protocoles initiaux respectifs diffère29. Qui a repris qui ? La question reste pour nous pour le moment sans réponse.

26D’autres parallélismes, correspondant à des thématiques variées, pourraient encore être mis en lumière entre les différents éléments à l’analyse desquels nous avons procédé dans cette petite étude. Pour ne pas alourdir exagérément cette dernière, nous avons fait le choix de n’en retenir qu’un seul, axé sur un « topos » de préambule, qui présente l’intérêt d’offrir, en plus des parallélismes internes à nos textes du monde du dictamen et des formulaires, une ouverture sur la réalité de la production diplomatique contemporaine ou plus ou moins rapprochée.

27Il s’agit du topos de la presens aetas dans sa version moralisante et dont la forme canonique de base, donnée par le manuscrit Brugge, Stadsbibliotheek 549 et susceptible de nombreuses variantes est « prona est ad fallendum presens etas ».

28Pour faciliter l’analyse de ce topos et tenter d’en mesurer, ou à tout le moins d’en apprécier la diffusion, nous avons réuni les différents emplois que nous en avons recensés dans la tradition du dictamen et de la diplomatique dans le tableau ci-dessous qu’il nous suffira ensuite de commenter succinctement.

Tableau récapitulatif du « topos » de la « presens etas » dans tradition du dictamen et diplomatique

Tableau récapitulatif du « topos » de la « presens etas » dans tradition du dictamen et diplomatique

a. Montigny-le-Gannelon, Eure-et-Loir, arrt Châteaudun, cant. Cloyes

29Le tableau ci-dessus est assez explicite quant à la pluralité de l’emploi de ce topos. Ce dernier apparaît dans les deux éléments du manuscrit Brugge, Stadsbibliotheek 549 que nous avons envisagés. Dans le quaternion VIIII, il occupe la dernière place et le texte du modèle est tronqué ; dans le bi-feuillet 19v-20, il occupe une place tout à fait exceptionnelle, présent dans 4 des 6 modèles de ce micro-recueil, au point qu’on peut se demander s’il ne faut pas voir là le résultat d’un exercice scolaire proposé par un maître puis retranscrit par un écolier en dictamen.

  • 30 Cf. sur le vaste compendium de ce manuscrit présentement britannique, Ch. Vulliez, « Un témoin de (...)

30Le thème est présent aussi dans l’Aurea gemma gallica, dans les deux versions manuscrites que nous en connaissons, mais la formulation du topos s’écarte un peu plus de la forme que nous avons dite canonique. Il en est de même des deux items qui figurent dans le formulaire, selon toute vraisemblance d’origine tourangelle, – qui occupe le premier quaternion du manuscrit Addit. 18382 de la British Library, apparemment un peu plus tardif dans les matériaux qu’il rassemble30.

31Outre ces derniers, mais plus explicitement, c’est encore à l’espace tourangeau, et spécifiquement à l’église Saint-Martin de Tours, que renvoient les modèles du manuscrit brugeois concernés, confirmant par là le constat fait précédemment quant à la localisation dominante des éléments dudit quaternion VIIII.

  • 31 Nous avons en particulier mis à profit pour cette enquête les ressources du Comité Du Cange et nou (...)

32Aussi ne faut-il pas s’étonner si les quelques témoins « diplomatiques », dirons-nous, de la diffusion de notre topos que nous avons pu réunir sur notre tableau – au terme d’une enquête sans prétention aucune à l’exhaustivité, rappelons-le31 –, traduisent également une localisation tourangelle, voire plus largement ligérienne dominante.

33Les quatre « témoins » de la diffusion de notre « topos » que nous avons pu retrouver s’échelonnent chronologiquement entre 1167 et 1182, donc en aval par rapport à nos textes de dictamen. Ont-ils pris modèle sur ces derniers, ou ce type de préambule a-t-il une origine commune plus ancienne dans quelque chancellerie, pourquoi pas, dans l’espace tourangeau ? La question vaut d’être posée, sans que nous ayons cependant les moyens d’y répondre.

  • 32 Chartes originales antérieures à 1121 conservées en France (ARTEM/CNRS), nos 2664, 258, 2120 et 28 (...)

34Il est intéressant de remarquer cependant, concernant ce qu’on pourrait appeler « l’amont diplomatique » de nos textes, que la base de l’ARTEM qui recense les « chartes originales antérieures à 1121 conservées en France » ne connaît pas l’emploi de ce thème de la presens etas dans ce contexte moralisant ; les rares emplois attestés de cette expression (4 items, de l’année 1007 à 112732) le sont dans un contexte de relation chronologique, presens s’opposant à futura, voire à futurorum… posterita.

  • 33 Yves de Chartres, Correspondance, éd. par J. Leclercq, Paris, Belles Lettres, 1949, p. 76 (lettre (...)

35Une thématique voisine de notre « topos » de préambule existe toutefois antérieurement à nos modèles textuels. On la trouve spécialement dans telle lettre d’Ives de Chartres, adressée aux chanoines de Saint-Quentin de Beauvais sans doute en 1092 et sous cette formulation : prona est omnis aetas ab adolescentia in malum33.

  • 34 Sermo de tempore (De Passione Domini), Sermones, t. 2, Sancti Bernardi Opera…, t. 5, éd. par J. Le (...)
  • 35 J. F. Böhmer, Regesta imperii, IV, Lothar III. und ältere Staufer (1125-1197), t. 3, no 471 : « Cu (...)
  • 36 Biblia sacra vulgatae editionis Sixti V pontificis maximi, Paris, Garnier frères, 1893, p. 6.

36Cet apophtegme moralisateur a un aval connu et aussi un amont. En aval, il figure presque sous la même forme dans un sermon non daté de saint Bernard34 et aussi, dans le domaine diplomatique cette fois, dans un diplôme de l’empereur Henri VI daté du 17 septembre 119535. En amont, nous en retrouvons la formulation identique dans le canon XXIV du quatrième concile de Tolède de 633, si tant est que son authenticité en l’occurrence soit hors de tout soupçon, et plus anciennement nous sommes dans le prolongement du texte de la Genèse (VIII, 21) : sensu enim et cogitatio humani cordis in malum prona sunt ab adolescentia36.

37Qu’en conclure ? Le rapide aperçu que nous venons de donner de la diffusion de ce topos de préambule dans les textes des dictatores et ceux de l’écrit diplomatique contemporain suffit, nous semble-t-il, à montrer que ces textes de nos maîtres en dictamen des années centrales du xiie siècle n’étaient pas une réalité isolée, un fait occasionnel, mais s’inscrivaient apparemment dans un contexte de recherches parallèles menées dans les chancelleries du temps, et ce dans l’espace tourangeau ou autrement ligérien, mais sans doute pas seulement dans ce dernier.

38Certes, des recherches plus approfondies et plus systématiques seraient nécessaires dans les deux champs que nous avons fait ici qu’effleurer, mais d’ores et déjà, il semble bien qu’on puisse dire qu’un bon quart de siècle avant des textes comme la Summa dictaminis d’un Bernard de Meung par exemple, les dictatores de l’espace géographique français n’avaient pas hésité à s’intéresser aux documents autres qu’épistolaires et à s’orienter aussi vers des formes praticiennes du dictamen.

Annexes

APPENDICE

1A. Analyse du quaternion VIIII du ms. Brugge, Stadsbibliotheek 549

No

Fol

Rubrique (ou typol.) du document

Incipit(s) du préambule

1

25

(Donation à une église)

Cupiditas nullis se claudit terminis…

2

25r-v

(« Privilegium » libertatis)

Cum nil a Deo melius anima susceperimus… Cum enim apud Deum…

3

25v-26

(Carta de manumissione)

Cum nil a Deo (id., no°2)…
Cum igitur libertate…

4

26r-v

(Carta libertatis)

Quando plus servicio liberatur…

5

26v

(« Privilegium » libertatis)

Cum in mundi exordio…

6

26v-27

Scriptum de venditione

Fidelis est litterarum custodia…

7

27r-v

Scriptum de ponte

Qui peregrinantibus pontem in terris edificat…

8

27v-28v

Scriptum de libertate secundum mag. Hilarium Aurelian…

Cum omnis humane generationis successio.

9

28v-29

Scriptum de ordine diaconi vel presbyteri secundum mag. R.

Quoniam Dei omnipotentis misericordia…

10

29

Scriptum quando aliquis queritur ad aliquam ecclesiam restituendam

Quoniam sancta mater ecclesia cotidie filio parturit…

11

29v

(Élection ecclés. contestée)

Justius invidie nil est…

12

29v-30

Negotium de captivis redimendis…

Cum omnes per primi lapsum hominis…

13

30

Negotium de quodam clerico… de ordine suo…

Effectu suo petitionis non debet caritatis defraudari.
Cum enim divinitate humanitas superetur, divinitati per clementiam exequatur.

14

30r-v

De eodem materia

Suo non debet effectu defraudari (id proverbium et salutatio).

15

30v

Negotium de Sarraceno (de libertate)

Fides digne famulantis digne debet primo recordari.

16

30v-31

Scriptum de libertate (pour un aspirant aux ordres)

Indignum est illius servitutis jugo teneri qui divinis supplicat serviciis consecrari.

17

31

De clerico ordinandos

Dignum est sacerdotii accingere gradum.

18

31

Scriptum de matrimonii pactionibus

Quod constanter factum est, sepius per calumpniam infringitur

19

31

Negocium de separatione conjugii

In fratrem refluit sorori dedecus irrogatum

20

31r-v

Scriptum de ponte

Cum in aliis divinitate superetur humanitas, divinitati per misericordiam coequamur

21

31v

(Recommandation en faveur d’un aspirant à la prêtrise)

Quoniam multa solet impedire dubitatio…

22

31v

Secundum mag. Theobaldum

Cum omnia orta occidere et cuncta senescere viderintur…

23

31v-38

Fuga temporis est mutabilitas facta hominem abolent

24

32

Scriptum de venditione terre

Quoniam et demonis instinctu. Pulcherrime itaque consuetudine usus inolevit

25

32r-v

Scriptum de sponsatione

Ex quo primus parens, per reatum prevaricationis

26

32v

(Modèle relatif au mariage)

Quicumque cartam scribere proporit Cum gratia divine dispositionis.

27

32v-…

(Affaire d’argent entre clercs)

Prona est ad fallendum presens etas…

I. B. Incipits des préambules des fol. 19v-20 du ms. Brugge, Stadsbibliotheek 549

1

19v

Quoniam ad fallendum presens etas est artifex…

2

19v

Preciosus thesaurus est scriptura…

3

19v-20

Prona est et artifex presens etas…

4

20

Divine legis sanctio est et humana…

5

20

Proclivior est ad fallendum presens etas…

6

20

Prona sunt in malum studia presentis etatis…

Notes

1 Nous possédons maintenant une excellente édition critique de ce traité : Albéric du Mont-Cassin, Breviarium de dictamine, éd. par F. Bognini, Florence, Edizioni del Galluzzo, 2008.

2 Un doute subsiste cependant quant à la paternité albéricienne initiale des sections VII (Formatae epistolae) et VIII-IX (Privilegia) du Breviarium ; sur cette question, cf. Albéric du Mont-Cassin, Breviarium…, éd. cit., p. LXX et suiv.

3 F. J. Worstbrock, M. Klaes, J. Lütten-Gödecke, Repertorium der artes dictandi des Mittelalters, Munich, W. Fink, 1992, p. 119-122 – le qualificatif géographique gallica n’apparaît pas dans les manuscrits qui contiennent cette ars, mais a été ajouté par ses découvreurs pour la distinguer de ses homologues italiennes du même nom.

4 Analyse de ce codex dans A. de Poorter, Catalogue des manuscrits de la Bibliothèque publique de la ville de Bruges, Gembloux/Paris, J. Duculot/Belles Lettres, 1934, p. 658-659 et Worstbrock, Klaes, Lütten-Gödecke Repertorium…, op. cit., passim.

5 Worstbrock, Klaes, Lütten-Gödecke Repertorium…, op. cit., respectivement p. 121 et 122.

6 Aurea gemma <gallica>, éd. et trad. par S. M. Wight (http ://scrineum. unipv. it/wight/consulté le 25 août 2015). L’éditeur a procédé à un séquençage du texte manuscrit, qui ne comporte quant à lui aucune rubrication interne, en trois sections, subdivisées en « titres », en fonction du contenu.

7 L’auteur de l’aurea gemma gallica respecte le principe de la variation des salutationes en fonction de la diversité sociale des personnes, usuelles à l’époque, mais préfère à la bipartition « clercs/laïcs » un système original, fondé uniquement sur la gradation dans l’échelle sociale des personnes, réparties en cinq niveaux, summe, sublimes, mediocres, private, infime.

8 Aurea gemma <gallica>…, éd. cit., 1,78.

9 Aurea gemma <gallica>…, éd. cit., 2, 1.

10 Ibid., 2,2.

11 Ibid., 3a. 24.

12 Brugge, Stadsbibliotheek, ms. 528, fol. 15v.

13 Admont, Stiftsbibliothek ms. 759, fol. 91v-117, Presumptionis est, éd. par S. M. Wight (http ://scrineum. unipv. it/wight/agglet. htm, consulté le 25 août 2015).

14 Nous n’avons pu identifier l’auteur de ces epistolae et/ou cartae, ni préciser davantage l’identité de ce Johannes.

15 Sur ce maître Hilaire, cf. notre thèse de doctorat d’État, Ch. Vulliez, Des écoles de l’Orléanais à l’université d’Orléans ( xe-début xive siècle), thèse de l’université Paris X-Nanterre, 1993, t. I B, p. 397-418 et aussi Hilarii Aurelianensis versus et ludi. Epistolae, éd. par W. Bulst, M. L. Bulst-Thiele, Leyde, Brill, 1989. Ces derniers n’ont pas connu le Negotium de libertate du ms. brugeois, dont nous avons donné l’édition dans notre thèse (Vulliez, Des écoles de l’Orléanais…, op. cit., t. IV, p. 3-5).

16 Cf. sur cet évêque, J. Mathorez, « Guillaume aux Blanches-Mains », Archives historiques du diocèse de Chartres, 1912, p. 187-340.

17 Sur cette curieuse pièce, d’incipit Quoniam et demonis instinctu, ici actualisée à Paris (Parisius) en 1166, cf. Vulliez, Des écoles de l’Orléanais…, op. cit., t. I B, p. 402 et n. 751, et t. II, p. 534. Nous la croyons d’origine orléanaise, mais son long préambule figurait déjà dans un privilège royal du roi danois Éric III en 1140 en faveur du monastère de Naestved et est repris dans une charte donnée en 1186 par le roi Philippe Auguste à la bourgade gâtinaise de Boiscommun.

18 Face à un tel consensus chronologique, la cause paraît entendue sans autre forme de procès, et elle le serait effectivement, si la curieuse suscription de la pièce 1, qui ouvre le quaternion, au nom d’un Reginaldus de Domno Martino (Renaud de Dammartin) ne venait introduire un élément de perplexité : il paraît en effet impossible de concilier la biographie du vassal indocile de Philippe Auguste de ce nom – un des vaincus de Bouvines en 1214 – avec la date de 1166.

19 Parmi ces pièces en relation avec Paris, on relèvera la lettre-modèle 23 dont la suscription met en scène un des doyens de l’église Notre-Dame, Clemens, attesté par ailleurs dans divers documents des années 50 et 60 du xiie siècle (cf. Cartulaire général de Paris, éd. par R. de Lasteyrie, Paris, Imprimerie nationale, 1887, p. 310 et suiv.)

20 Aurea gemma <gallica>…, éd. cit., I, 9 et 21.

21 Sur cette abbaye et, entre autres, son histoire au xiie siècle, cf. Dom Y. Chaussy et al., L’abbaye royale Notre Dame de Jouarre, 2 vol. Paris, G. Victor, 1961, en particulier, p. 89 et suiv. Sur ses démêlés avec les évêques de Meaux, cf. la thèse de Ch. Barralis, Gouverner l’Église à la fin du Moyen Âge. Évêques et évêché de Meaux (1197-1510), thèse sous la direction de Claude Gauvard, Université de Paris 1, 2004 ; nous tenons à remercier ici l’auteur qui nous a autorisé à consulter cet ouvrage, encore à l’état de tapuscrit. Il est notable que, au cours de ce durable conflit entre ces évêques et les abbayes de Rebais et de Jouarre, une intense activité diplomatique fut déployée de part et d’autre, incluant au besoin le recours à des faux.

22 Aurea gemma <gallica>…, éd. cit., 3a 25-28.

23 Aurea gemma <gallica>…, éd. cit., 3b 61. L’acte est au nom de L. Francorum rex (Louis VII, 1137-1180). Le terme de scrinarius renvoie plutôt au gouvernement impérial et nous n’en connaissons pas d’exemple pour l’Orléanais à l’époque concernée.

24 Les lettres nos 15, 25 et 80 de l’édition de S. M. Wight réfèrent explicitement ou implicitement aux chanoines de Saint-Martin de Tours.

25 Presumptionis est, éd. cit., lettre no 37, n. 7.

26 Aurea gemma <gallica>…, éd. cit., 3 b respectivement 64-67, 78-81 et 82-84.

27 Cf. Jean Gouget, Thierry Le Hête, Les comtes de Blois et de Champagne et leur descendance agnatique, Généalogie et histoire, Saint-Sébastien-de-Morsent, T. Le Hête, 2004, p. 45 et 48-51 (VIII).

28 Un autre argument en faveur d’une localisation champenoise de notre opus réside dans l’évocation et dans la théorie de la salutatio (I, 2) et parmi les privilèges donnés en modèles (3 a, 51-54) du titre princier de comes palatinus, comte-palatin, qui est celui que portaient les comtes de Troyes.

29 Les modèles du ms. 549 de Bruges réfèrent à un archevêque de Tours d’initiale V. qui n’a aucun correspondant dans la liste des prélats de cette ville connus pour le xiie siècle – il ne faut y voir, nous semble-t-il, que la volonté d’une actualisation tourangelle de la part du rédacteur. L’évêque de Lérida M., évêque « de référence des modèles parallèles du Presumptionis est, n’a pas davantage de correspondant contemporain.

30 Cf. sur le vaste compendium de ce manuscrit présentement britannique, Ch. Vulliez, « Un témoin de l’ars dictaminis français du xiie siècle : le manuscrit additional 18382 de la British Library », Bulletin de la Société des antiquaires de France, 1992, p. 218-231.

31 Nous avons en particulier mis à profit pour cette enquête les ressources du Comité Du Cange et nous tenons ici à remercier tout spécialement M. Arnaud Alexandre, ingénieur à l’IRHT, qui nous a ouvert largement les richesses de cet Institut et nous a guidé dans leur exploitation.

32 Chartes originales antérieures à 1121 conservées en France (ARTEM/CNRS), nos 2664, 258, 2120 et 283 (http://www.cn-telma.fr/originaux/listechartes/ consulté le 30 août 2015).

33 Yves de Chartres, Correspondance, éd. par J. Leclercq, Paris, Belles Lettres, 1949, p. 76 (lettre 17)

34 Sermo de tempore (De Passione Domini), Sermones, t. 2, Sancti Bernardi Opera…, t. 5, éd. par J. Leclercq, H. Rochais, Rome, Editiones Cistericienses, 1968, p. 66.

35 J. F. Böhmer, Regesta imperii, IV, Lothar III. und ältere Staufer (1125-1197), t. 3, no 471 : « Cum omnis aetas ab adolescentia in malum prona sit… » (Regesta Imperii Online, http://www.regestaimperii.de/id/1195-09-17_1_0_4_3_1_559_ 471 consulté le 1er septembre 2015).

36 Biblia sacra vulgatae editionis Sixti V pontificis maximi, Paris, Garnier frères, 1893, p. 6.

Table des illustrations

Titre Tableau récapitulatif du « topos » de la « presens etas » dans tradition du dictamen et diplomatique
Légende a. Montigny-le-Gannelon, Eure-et-Loir, arrt Châteaudun, cant. Cloyes
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/28458/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 388k

© Éditions de la Sorbonne, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site