Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Figures de l'autorité médiévale

 | 
Pierre Chastang
, 
Patrick Henriet
, 
Claire Soussen

Première partie. Pratiques de l'écrit

Aquestes gents d’armes qui venien de Ffransa

Une lettre inédite de Lorenç Tequí sur les écorcheurs (Avignon, 9 juin 1438)

Stéphane Péquignot

Texte intégral

  • 1 Sur les écorcheurs : A. Tuetey, Les Écorcheurs sous Charles VII. Épisodes de l’histoire militaire (...)
  • 2 Indications dans : J. Quicherat, Rodrigue de Villandrando, l’un des combattants pour l’indépendanc (...)

1Après le traité d’Arras signé en 1435, la peur provoquée par les hommes d’armes en rupture de solde se répand à travers le royaume de France1. Elle fait aussi fi des frontières. Quand les écorcheurs se déplacent vers le Midi, leurs incursions dévastatrices sont redoutées en Navarre, dans le royaume d’Aragon, en Catalogne, en Cerdagne, dans le val d’Aran, en Roussillon. Comme dans la France voisine, les autorités recherchent alors activement des informations sur la progression du péril. Le sujet hante les correspondances, il est évoqué aux Corts, et des mesures de protection sont prises. Cette part extérieure de l’histoire des écorcheurs demeure toutefois encore assez méconnue2. En prélude à une enquête plus générale, on envisagera ici un exemple du travail de renseignement, grâce auquel il est possible d’appréhender depuis le Roussillon l’état et les mouvements des bandes armées en France.

2Le 14 juin 1438, dans une lettre adressée à leurs homologues barcelonais, les consuls de Perpignan se dépeignent en vigies de la Couronne d’Aragon :

  • 3 Molt honorables e de molt gran saviesa senyors. Nós, vetllants per nostre poder, no sens grans des (...)

non sans grandes dépenses de cette ville, nous avons veillé, dans la mesure de nos possibilités, à connaître continûment les nouvelles des gens d’armes qui étaient et sont encore pour partie en Languedoc dans le royaume de France. Nous avons eu divers espions dans ladite terre, en divers lieux et endroits, et, avec de nombreux courriers, nous avons continûment dans le temps passé notifié par nos lettres à la reine [d’Aragon Marie de Castille] tout ce que nous en avons appris3.

3Après une première alarme, les Perpignanais ont cru un moment que la menace s’était évanouie. Répit de courte durée. En effet, ajoutent-ils,

  • 4 Atés que del honorable en Lorens Tequi stant en Avinyó […] ha respost a nos posant en gran cresenç (...)

depuis Avignon où il se trouvait, l’honorable Lorenç Tequí […] nous a convaincus, avec des arguments tout à fait dignes de foi contenus dans sa lettre, qu’une partie desdits gens d’armes serait sur le point d’entrer dans cette terre, ainsi qu’il le raconte longuement dans sa lettre que nous transmettons sous sa forme à la reine. Une copie en sera donnée à vos sagesses par notre honorable messager4.

  • 5 AHCB, Consell de Cent, 1B X-8, no 78, édité en annexe. Sauf précision, toutes les citations ultéri (...)
  • 6 Elle figure parmi des documents datés de 1436, ce qui explique probablement pourquoi elle a pu éch (...)

4L’original de la lettre de Tequí a disparu. En revanche, la copie transmise aux conseillers de Barcelone se trouve aux archives municipales de la capitale catalane5. Il s’agit de deux feuillets de papier classés de façon erronée6, mais que des arguments concordants permettent d’identifier de façon formelle : une note d’époque au verso du deuxième folio décrit une « copie d’une lettre transmise aux consuls de Perpignan par Lorenç Tequí, assurant du rassemblement des gens d’armes en Languedoc » ; la date du document, « en Avignon, le 9 juin », est cohérente avec une réception à Perpignan quelques jours plus tard, puis, dans l’urgence, l’expédition le 14 juin 1438 de la lettre des consuls ; cette dernière contient un résumé fidèle de la copie retrouvée, qui a donc été jointe comme pièce justificative afin de mieux représenter aux Barcelonais un danger imminent. À sa lecture, on découvre alors un fragment des échanges de Tequí avec les consuls, un témoignage détaillé sur la fabrique d’un renseignement, depuis la collecte d’informations jusqu’à l’élaboration d’une réflexion prospective.

Les raisons d’une lettre

  • 7 M. E. Soldani, « A Firenze mercanti, cavalieri nella signoria dei re d’Aragona. I Tecchini Taquí t (...)
  • 8 M. del Treppo, Els mercaders catalans i l’expansió de la Corona catalano-aragonesa, Barcelone, Cur (...)
  • 9 AHCB, Consell de Cent, 1B X-9, no 93.

5La teneur de la copie ne permet pas de préciser le caractère autographe ou non de l’original. Eu égard aux circonstances et aux finalités de sa transmission, il paraît hautement improbable que cette version transcrite à Perpignan et parsemée de remords soit infidèle à la lettre composée en Avignon. Son auteur est relativement bien connu. Lorenç Tequí ou Taquí, nommé également Lorenzo Tecchini7, est issu d’une importante famille de marchands d’origine florentine, présente à Perpignan depuis la fin du xive siècle8. À l’instar de parents établis pendant une longue durée en Roussillon ou en Catalogne, Lorenç Tequí est inséré dans la société locale, il exerce des charges publiques élevées, rend de nombreux services aux autorités. Après avoir fondé en Avignon avec Raimondo Manelli une compagnie qui s’investit dans les échanges entre l’Italie, la France et la péninsule Ibérique, il est même bailli de Perpignan en 1431-1432. En 1435, il est visiblement très bien introduit auprès des consuls de la capitale roussillonnaise. Lorsque ces derniers apprennent que le duc de Milan Filippo Maria Visconti a promis à leur roi Alphonse le Magnanime, qu’il détenait jusqu’alors prisonnier, une aide de 4 000 chevaliers pour lutter contre le roi de Naples René d’Anjou, Tequí s’empresse d’envoyer un courrier qui devra être réglé à prix d’or (15 florins si la course est accomplie en 24 heures, 2 florins supplémentaires par heure gagnée !) pour transmettre à Barcelone les « bonnes nouvelles » aux députés de la Generalitat de Catalogne9.

  • 10 J. Hayez, « Les Datini et le fonctionnement des réseaux marchands toscans vers 1400 », dans É. Mal (...)

6Sa missive du 9 juin 1438 s’inscrit dans ce sillage. C’est une réponse à une demande, à une commande. Dans une lettre datée du 2 juin, les consuls de Perpignan ont en effet exprimé le souhait, pour compléter « l’avis » dont ils disposent sur « l’affaire (lo fet) des gens d’armes de France », que le grand marchand les « avisât de ce qu’il savait à ce sujet ». La lettre des consuls est perdue, et l’on n’a pu mettre à jour d’autres éléments de leur correspondance avec Lorenç Tequí éclairant cette affaire. La mission délicate qui lui est confiée témoigne toutefois assurément d’une grande confiance dans sa loyauté et dans ses capacités. Les consuls misent sur ses connaissances en France et son accès aux réseaux marchands, probablement aussi sur ses compétences scripturaires. Comme le montre l’exemple paradigmatique de la compagnie des Datini quelques décennies auparavant, certains marchands italiens, toscans notamment, entretiennent en effet des correspondances privées très nourries, grâce auxquelles ils disposent d’informations qui ne se limitent pas au seul domaine commercial10.

7Pour sa part, Tequí se présente en pourvoyeur gracieux de nouvelles, toujours prêt, selon les formules consacrées, à répondre aux ordres des consuls, à faire « de bon cœur » d’« autres choses » si nécessaire. Preuve d’obéissance, sa lettre est dépourvue de toute mention d’une contrepartie attendue, et conçue comme un service au « bon avenir du seigneur roi, de son royaume et de l’utilité de la chose publique ». Il peut escompter de ce travail un renforcement de sa position de citoyen dévoué de Perpignan, de sujet fidèle au roi, ce qui ne saurait nuire à ses affaires et à ses liens avec les autorités de la Couronne. En outre, les ravages ou la simple présence des écorcheurs s’avéreraient préjudiciables aux activités de sa compagnie. Tequí ne répond donc certainement pas sous la contrainte à la demande des consuls.

À bonnes sources

8En s’acquittant de sa charge, le marchand précise aussi à ses correspondants roussillonnais comment il s’est informé. La trame de la lettre suit son itinéraire. Parti de Perpignan pour se rendre en Avignon, il s’arrête d’abord « bien huit jours » à Nîmes, puis part pour Beaucaire et y demeure sans doute quelques journées, avant de rejoindre Avignon, où il loge dans sa propre maison (en casa mia) depuis au moins deux jours lorsque sa lettre est expédiée, le 9 juin. Étendu sur quelques semaines – la relative indétermination du texte empêche d’être plus précis sur ce point –, ce petit périple du Roussillon au Comtat ne semble pas avoir été effectué expressément ou uniquement afin de récolter des informations sur les mouvements des gens d’armes. La demande des consuls de Perpignan a en effet été expédiée le 2 juin seulement, soit plusieurs jours après que Lorenç Tequí eut quitté leur ville.

  • 11 R. d’Amat, « Champeaux (Guillaume de) », Dictionnaire de biographie française, Paris, Letouzey et (...)
  • 12 T. de Morembert, « Du Moulin (Denis) », Dictionnaire de biographie française, XII, col. 246-247.
  • 13 « Hugues de Combarel (14 février 1424-mort 1440) », dans Fasti Ecclesiae Gallicanae, 10 : Diocèse (...)
  • 14 Ordonnances des rois de France de la troisième race, t. XIII, p. 232 ; Dom Cl. Devic et Dom J. Vai (...)
  • 15 P. Dognon, Les institutions politiques et administratives du pays de Languedoc du xiiie siècle aux (...)

9Les mouvements du marchand s’avèrent plutôt déterminés par la présence et les décisions de moss. de Llahon. Tequí retrouve ce personnage à Nîmes et l’accompagne à Beaucaire. S’il se rend ensuite en Avignon, c’est encore à l’instigation de moss. de Llahon, « pour certaines de ses affaires ». L’homme en question est l’évêque de Laon, Guillaume de Champeaux. Membre régulier du conseil du roi Charles VII, il accumule les prébendes et exerce depuis une quinzaine d’années des charges financières et fiscales importantes dans le Midi11. Outre l’évêque de Laon, Lorenç Tequí évoque nommément dans la partie nîmoise de son récit deux autres dignitaires qui se fraient une belle carrière « entre l’Église et l’État », « l’archevêque de Toulouse », Denis du Moulin, lui aussi expert du Languedoc, grand serviteur du roi pour lequel il a notamment effectué de nombreuses missions diplomatiques12, et « l’évêque de Poitiers », Hugues de Combarel, depuis 1434 président de la cour des aides13. Ces puissants prélats sont liés par le service fiscal du roi dans le Midi. Le 20 avril 1437, lors de la création par Charles VII d’une cour des aides pour le ressort du Languedoc, ils ont en effet tous trois été nommés commissaires pour la justice des aides, puis, le 30 janvier 1438, « generaux conseillers sur le fait de la justice des aydes ordonnez pour la guerre en nostre dit pais de Languedoc14 ». L’informateur de Perpignan est donc à Nîmes en contact avec les plus hautes autorités fiscales du Languedoc, au plus près d’une cour des aides itinérante15.

10En ce lieu névralgique du pouvoir Valois « arrivent tous les jours des nouvelles de France » dont Lorenç Tequí fait son miel. Il jouit de surcroît d’un lien privilégié avec l’évêque de Laon, son sésame et son guide à la cour des aides. Tandis que les « autres » (altres) individus présents, parmi lesquels figurent de « nombreux […] officiers », paraissent seulement corroborer des nouvelles connues ou fournir des renseignements relativement secondaires, Guillaume de Champeaux ouvre à lui seul des perspectives d’information considérables : il rapporte à Lorenç Tequí des propos tenus au conseil du roi ; à Nîmes, où le rejoint un chevaucheur de Charles VII, l’évêque laisse lire à Tequí « toutes les lettres aussi bien du roi que des autres seigneurs » ; arrivé en Avignon, le marchand reçoit du même « toutes les lettres que le roi de France et les autres seigneurs lui avaient écrites, parmi lesquelles il s’en trouve une entièrement écrite de la main du roi ». « Toutes les lettres », vraiment ? Il est en l’espèce difficile de trancher. Quoi qu’il en soit, Lorenç Tequí dispose avec l’évêque d’une source remarquable d’informations.

  • 16 Voir les travaux de Jérôme Hayez.
  • 17 G. Du Fresne de Beaucourt, Histoire de Charles VII, Paris, Librairie de la Société bibliographique (...)
  • 18 Devic-Vaissete, Histoire générale du Languedoc, op. cit. n. 14, t. X : Preuves, doc. 868, col. 213 (...)

11Pourquoi une telle connivence ? La lettre, indifférente à l’historique et aux mobiles de leur rencontre, ne le dit pas. On relèvera néanmoins que l’évêque et le marchand déploient tous deux depuis de nombreuses années une partie de leur activité dans la même région, le Languedoc. Au-delà de cette coïncidence, il est possible que la compagnie de Tequí ait fourni des marchandises à l’évêque de Laon ou à ses hommes. Aucune preuve tangible ne l’atteste cependant. L’évêque a en revanche dépêché Tequí en Avignon « pour certaines de ses affaires ». Lors de son séjour, « il a dû payer 2 000 écus pour le seigneur de Laon, à prêter au roi ». C’est là exercer un office dans lequel excellent depuis le xive siècle de nombreux Italiens installés dans la ville16. De la sorte, Tequí permet à l’évêque de transmettre rapidement à Charles VII une partie des 100 000 livres tournois obtenues peu auparavant à Béziers des États sous forme d’aide17. « Pour la commodité de [sa] guerre », le roi a en effet « besoin et necessité d’avoir et recueillir prestement grans finances18 ». S’il existe probablement un lien d’amitié entre les deux hommes – Tequí s’adresse à l’évêque « affectueusement » (affectuosament), il peut le « presser » (strenyer) –, leur rapport se fonde donc aussi sur des échanges de services, prêts d’argent contre informations et, probablement, facilitation des affaires de Tequí.

  • 19 S. Péquignot, « Les langues de la négociation à Barcelone au xve siècle », dans D. Couto, S. Péqui (...)
  • 20 A. Vallet de Vireville, Histoire de Charles VII, roi de France, et de son époque, 1403-1461, Paris (...)

12Par contraste, les autres rencontres effectuées en France paraissent bien fades, au moins du point de vue du glaneur d’informations adopté dans la lettre. À Beaucaire, Tequí croise le « président » (de la cour des aides ?), « messire le prévôt », en lequel on hésite à reconnaître Tangui du Chastel, un ancien prévôt de Paris que des correspondances barcelonaises contemporaines nomment encore de la sorte19, ou bien, plus probablement, le capitaine Ambroise de Loré, prévôt en exercice, nommé justement le 5 avril 1438 « juge et réformateur du royaume sur les malfaiteurs, en quelque juridiction qu’ils se retirent20 ». Le marchand note aussi la présence « de nombreux autres officiers aussi bien de France que de Provence », mais nul d’entre eux ne semble lui livrer des informations, et il les relègue donc dans l’anonymat.

  • 21 G. Dupont Ferrier, Gallia regia ou état des officiers royaux des bailliages et des sénéchaussées d (...)

13Tout change en Avignon. Lorenç Tequí y retrouve un « grand ami […] que le roi avait transmis à messire de Laon pour lui notifier la mort de Christophe d’Harcourt et d’autres choses concernant le bien et l’honneur de messire de Laon ». Cet homme qui séjourne deux jours chez lui est « maître d’hôtel de messire le dauphin [Louis, le futur Louis XI], [il] a pour nom Avart », et est « maître des ports et capitaine de la tour du pont d’ici, de la part de France ». Cela permet de l’identifier à l’écuyer valet tranchant Jehan Havart, nommé à cette charge par Charles VII le 24 août 143721. L’origine de l’amitié entre les deux hommes demeure elle aussi obscure, mais elle n’a pas dû être préjudiciable aux activités professionnelles du marchand. Selon lui, Jehan Havart contribue en tout cas de façon substantielle à son information.

14Dans le Languedoc comme dans le Comtat, les langues employées ne paraissent pas faire obstacle aux échanges. Le marchand semble capable aussi bien de s’entretenir avec des officiers français que de lire des missives de Charles VII en langue originale. Si quelques gallicismes discrets se glissent sous sa plume ou sa dictée (l’arcevesque, l’avesque, officie[r]s), l’on ne peut guère en déduire l’étendue réelle de ses compétences en français. Les entretiens avec ses interlocuteurs se déroulaient-ils dans cette langue, en occitan, en provençal, ou bien encore de façon alternée en occitan, en provençal et en catalan, largement intercompréhensibles ? On ne saurait dire. Au vu de la géographie et des activités personnelles de Tequí, il n’a pas dû éprouver trop de difficultés à se faire entendre et à saisir ce qui devait l’être. Au contact des plus hautes autorités françaises, intime de l’évêque de Laon, disposant (au moins) d’un ami bien placé en Avignon, le marchand peut aisément trouver « du nouveau qui fasse fruit » (de nou que fruyt fassa).

  • 22 Voir par exemple Devic-Vaissete, Histoire générale du Languedoc, op. cit. n. 14, t. X : Preuves, c (...)

15Quelles sont ces informations ? Sont-elles seulement valables ? Tequí recueille à Nîmes une première « nouvelle » sur les gens d’armes : le roi Charles VII leur aurait donné congé « en raison de la grande famine et disette en France ». Cela provoque d’abord la stupeur de l’évêque de Laon et des autres seigneurs, mais le roi a bien ordonné le 4 mai 1438 au capitaine Poton de Xaintrailles de se rendre en Guyenne pour porter la guerre contre les Anglais22. Le marchand donne aux consuls de Perpignan des précisions supplémentaires dont il a été instruit par l’évêque et par « d’autres » : sur la requête du roi René d’Anjou, il aurait été proposé au conseil du roi de France d’envoyer les gens d’armes en Languedoc, vers Narbonne, afin qu’ils viennent ensuite « dévaster » (correr) le Roussillon. On ne trouve en revanche nulle confirmation strictement contemporaine de ces propos, mais il est vrai que la teneur des délibérations du conseil reste difficilement accessible.

  • 23 Une conférence a abouti à Vannes le 30 mai, dont il résulte que le duc de Bretagne se porte médiat (...)
  • 24 J. Quicherat, Rodrigue de Villandrando, op. cit. n. 2, p. 147 et suiv. ; A. Thomas, « Rodrigue de (...)
  • 25 J. Quicherat, Rodrigue de Villandrando, op. cit. n. 2, p. 159.

16Les informations réunies à Beaucaire sont plus aisées à vérifier. En lisant près du Rhône la correspondance reçue par l’évêque de Laon, Tequí découvre que le prince Charles d’Orléans – prisonnier outre-Manche depuis la bataille d’Azincourt (1415), plus de vingt ans auparavant – serait sur le point de revenir en France pour traiter de la paix avec les Anglais, ce qui est tout à fait cohérent avec les tractations, connues par ailleurs, menées au début de l’année 1438 pour la libération du prince-poète23. Tequí rapporte aussi avoir lu que l’envoi de 3 000 combattants anglais pour guerroyer en Guyenne serait la cause du congé donné par Charles VII aux gens d’armes, ordre leur étant donné de se rendre sur la frontière de Bordeaux, puis d’y demeurer dans l’attente d’un important capitaine, le Castillan Rodrigo de Villandrando. Selon le marchand, ils se trouveraient désormais en Rouergue, avec plus de 25 000 roussins, sous le commandement de deux capitaines principaux (Charles d’Albret et Xaintrailles). Cette description précise est à nouveau largement corroborée dans d’autres sources, par des mandements du roi aux deux capitaines le 10 mai 1438, par l’itinéraire de Rodrigo de Villandrando, et par des documents attestant de négociations des autorités rouergates avec les capitaines sur des patis, des accords de protection en l’échange de versements de nature variable24. Seule en réalité l’estimation du nombre des chevaux paraît quelque peu surévaluée, au regard du moins d’un autre rapport contemporain exhumé jadis par Quicherat25. Les lettres adressées à l’évêque de Laon permettent aussi à Tequí de préciser que ce sont « certains capitaines, lesquels adhèrent à la volonté du roi René » qui ont demandé à pouvoir dévaster la frontière du roi d’Aragon, mais celui-ci « n’a jamais voulu consentir ».

17En Avignon, la lecture d’un ordre de Charles VII apporte ensuite à Tequí d’importants compléments d’information. L’évêque de Laon aurait été enjoint de

faire en sorte, par tout le Languedoc, que les petits villages se recueillissent tous dans les bonnes villes et qu’ils recueillissent leurs vivres le plus tôt possible, en raison de ces gens d’armes qui venaient de France (per rahó de aquestes gents d’armes qui venien de Ffransa) et de faire tout ce qui était en son pouvoir pour éviter qu’ils ne dévalassent en Languedoc.

  • 26 Devic-Vaissete, Histoire générale du Languedoc, op. cit. n. 14, t. X, doc. 868, col. 2138.

18Si l’on ne retrouve pas trace de l’original de cet ordre, il est largement corroboré par une missive adressée par Charles VII à ses sénéchaux en Languedoc quelques jours après, le 11 juin 1438. « À la relation des generaulx conseillers et commissaires ordonnez sur le fait de la justice ou pays de Languedoc », et donc, entre autres, de l’évêque de Laon, le roi déplore que le roi déplore que les « capitaines, gens d’armes et de trait » aient commis des ravages dans la région, malgré l’interdiction qu’il leur en avait faite26. La mise en défense ordonnée par l’évêque de Laon a donc probablement échoué, mais l’on comprend mieux ainsi les circonstances qui l’ont rendue nécessaire.

  • 27 M. Longhi, « Niccolò Piccinino in Bologna (1438-1443) », Atti e memorie della R. Deputazione di St (...)

19Lorenç Tequí notifie par ailleurs in fine que le condottière Niccolò Piccinino a pris Bologne pour le duc de Milan, Filippo Maria Visconti, sans préciser sa source et la date de l’événement, le 18 mai 143827. Il tire donc remarquablement profit de ses liens privilégiés pour obtenir des informations de première main, qui se distinguent tout autant par leur fraîcheur que par leur précision et leur importance cruciale. Cependant, il y a plus. Sa lettre ne consiste pas en un simple égrènement de nouvelles inarticulées, fussent-elles pertinentes. Le propos révèle un véritable travail, qui aboutit à la formulation d’un avis motivé sur les gens de guerre.

Le travail d’un informateur éclairé

20Le marchand démontre un sens critique aigu. Tout au long de son itinéraire, il précise dans chaque cas où et comment il est parvenu à obtenir un renseignement, de vive voix ou par lettre, par l’évêque de Laon ou par un autre intermédiaire. Il s’efforce lui-même d’évaluer la justesse de l’information, de discerner le bon grain de l’ivraie. À Nîmes, Tequí recoupe la nouvelle du congé donné par Charles VII aux gens d’armes avec les échos du conseil du roi, où certains auraient suggéré de les faire venir vers Narbonne puis en Roussillon. Dès lors, « craignant beaucoup que ce ne fût leur intention », il s’enquiert de la situation auprès de l’évêque de Laon, tente d’en savoir plus. Le marchand se montre également habile dans le maniement des lettres qui lui sont montrées à Beaucaire. Parmi « beaucoup de choses », il extrait l’essentiel et ramasse efficacement les principales informations sur l’état des gens d’armes et leurs déplacements, tout en précisant le degré de certitude acquise (« ils disent sûrement », « il est vrai »), et en rappelant l’origine de son propos (« selon ce que racontent ceux qui écrivent à messire de Laon par ces dites lettres »). Tequí peut ainsi légitimement se dire « bien informé sur ces gens d’armes ».

21Cela l’autorise à proposer une synthèse interprétative et à risquer un pronostic, pessimiste en l’occurrence, sur un danger qu’il juge hautement probable :

En conclusion tous disent que le roi de France n’aura pas le pouvoir de garder ces gens d’armes et d’empêcher qu’ils ne dévalent en Languedoc, principalement vers les frontières de Narbonne, en raison du fait qu’ils disent que là où ils vont, c’est-à-dire en Bordelais, ils ne trouveront pas de vivres suffisants à leur grand nombre pour un mois et, par la force des choses, ils devront venir en Languedoc. Par conséquent, très honorables et très sages seigneurs, il ne fait pour moi aucun doute, ni d’ailleurs pour les autres personnes à qui je l’ai demandé, que, s’ils entrent en Languedoc, certains des capitaines partisans des volontés du roi René s’efforceront de lui faire un grand plaisir, à lui et à Charles d’Anjou, qui gouverne aujourd’hui toute la cour, et ils viendront vers les frontières, principalement en Roussillon, et y feront du mal s’ils le peuvent.

  • 28 J. Hayez, « Io non so scrivere a l’amicho per siloscismi. Jalons pour une lecture de la lettre mar (...)
  • 29 J. Hayez, « Avviso, informazione, novella, nuova : la notion de l’information dans les corresponda (...)

22Par un travail critique de sélection, d’évaluation et de synthèse, Tequí transforme donc les informations qui lui parviennent en renseignement. Il a le souci que celui-ci soit utile, entendu. C’est pourquoi, adoptant une posture qui trahit sa proximité avec les autorités perpignanaises, il rappelle les consuls à leur obligation d’agir. Justifiant l’utilité de sa prose, il lui semble préférable d’être à l’avance prévenu, plutôt que d’être pris au dépourvu en cas de « scandale », d’autant plus qu’il « ne pense pas que ceci puisse durer plus de quatre mois. Car, après que les vivres auront été recueillis en France, [les gens d’armes y] repartiront aussitôt ». De la sorte, Tequí adresse aux consuls un véritable avis, au sens contemporain d’avviso, omniprésent dans les correspondances des marchands italiens. Même s’il n’emprunte pas ici certains des traits caractéristiques de leur production épistolaire – en particulier l’ouverture par une invocation suivie d’une date28 –, même s’il choisit les formes diplomatiques d’une lettre courtisane simplifiée, il appréhende et (d)écrit l’information dans un but comparable, « peser rationnellement l’événement pour déjouer les risques qu’il comporte ou tirer parti des potentialités qu’il recèle29 ».

Des effets limités d’une lettre

23Au regard des informations alarmistes et de la rhétorique efficace de Tequí, on comprend mieux désormais que les consuls de Perpignan jugent sa lettre convaincante, puis croient bon d’avertir au plus vite du péril les conseillers de Barcelone. Pourtant, bien qu’ils relaient habituellement les demandes des Roussillonnais auprès des autorités royales, les Barcelonais ne semblent pas avoir adressé de sollicitation au sujet des gens d’armes dans les semaines et les mois suivants – du moins les registres des délibérations et des lettres expédiées par le consell n’en gardent-ils pas la copie. La reine est probablement tenue informée – le marchand lui écrit de façon sommaire dès le 3 juin (« il y a bien six jours »), et les consuls de Perpignan lui envoient l’original de la lettre de Tequí du 9 juin –, mais les archives examinées ne conservent nulle réaction directe de sa part à l’avis alarmiste de Tequí. L’exposé méticuleux du marchand semble donc pour partie demeuré lettre morte. Sans doute le danger exposé ne s’est-il pas concrétisé suffisamment vite pour obtenir un effet immédiat, ou du moins décelable.

  • 30 G. Du Fresne de Beaucourt, Histoire de Charles VII, op. cit. n. 17, t. III, p. 396.
  • 31 J. Quicherat, Rodrigue de Villandrando, op. cit. n. 2, p. 151 et suiv. ; C. Higounet, Le comté de (...)
  • 32 Jerónimo Zurita, Anales de la Corona de Aragón, éd. Á. Canellas Lopez, Saragosse, Institución Fern (...)
  • 33 J. Quicherat, Rodrigue de Villandrando, op. cit. n. 2, p. 163-168 ; H. Courteault, Gaston IV, op. (...)

24Mais, en réalité, Lorenç Tequí ne se trompe pas dans ses prévisions. Il est simplement en avance sur son temps. Le sort de l’expédition ordonnée par Charles VII en Guyenne en témoigne. Face à une trop forte résistance anglaise, les troupes de Rodrigo de Villandrando et de Poton de Xaintrailles échouent devant Bordeaux, et parviennent seulement à reprendre Tartas. Les hommes d’armes s’établissent ensuite près de Toulouse, où les autorités locales traitent avec eux30. Lorsque les vivres viennent à manquer, à l’automne 1438, la menace se rapproche. En dépit des aides levées à la demande de Charles VII, les ravages sont importants en Languedoc31. C’est le moment que choisit dans ses Anales l’historien aragonais du xvie siècle Jerónimo Zurita pour évoquer la volonté de René d’Anjou de détourner les hommes d’armes vers le Roussillon afin de fragiliser les territoires ibériques de la Couronne d’Aragon et, ainsi, de remettre en cause la tentative de son concurrent Alphonse le Magnanime de s’emparer du royaume de Naples32. Profond connaisseur des archives de Barcelone, Zurita ne cite malheureusement pas sa source – telle n’est pas son habitude. Aurait-il eu connaissance de la copie de la lettre de Tequí ? C’est en tout cas, à ma connaissance, la première pièce d’époque à faire mention de l’hypothèse d’une conspiration angevine. Pour plusieurs historiens qui ont relu ce passage de Zurita, son interprétation serait d’ailleurs erronée, et il faudrait plutôt voir dans cette déviation des écorcheurs une manigance castillane33. Néanmoins, eu égard à la tenue remarquable de l’avis formulé par Tequí, on soutiendra plutôt qu’un plan de détournement des gens d’armes vers le Roussillon a bien été sinon ourdi, du moins évoqué par des hommes de l’entourage de René d’Anjou.

L’évêque et le marchand, un épilogue ?

25Témoignage éloquent, nous a-t-il semblé, du travail de collecte et de mise en écriture d’un renseignement, la lettre de Tequí a aussi jeté une vive lumière sur la proximité entre le marchand et l’évêque de Laon. Par la suite, les deux hommes ne se croisent plus dans la documentation consultée, mais leur expérience commune n’est peut-être pas sans effet sur des épisodes ultérieurs de leur existence.

  • 34 Devic-Vaissete, Histoire générale du Languedoc, op. cit. n. 14, t. X : Preuves, col. 2186.

26Trois ans plus tard, en 1441, Guillaume de Champeaux est (temporairement) destitué par Charles VII de sa charge de président de la chambre des aides en Languedoc. Il lui est reproché d’avoir procédé à des malversations financières et, « en oultre », d’avoir « fait ou au moins esté present & consentant à faire aucunes conspirations et alliances au prejudice de nous & de notre seigneurie34 ». Faut-il y voir une allusion à la Praguerie de 1440, ou bien l’écho plus ténu d’une critique sur les liens de l’évêque avec des étrangers, dont un certain marchand de Perpignan ?

27Si une telle hypothèse demeure en l’état simple conjecture, une autre accusation singulièrement contemporaine mérite encore d’être relevée. Elle concerne cette fois-ci Lorenç Tequí, impliqué dans une ténébreuse affaire de poisson salé (peix salat). Le 29 novembre 1441, un baleinier portugais saisit un navire castillan au large du cap Saint-Vincent et vend une grande partie de sa cargaison. La ville de Barcelone intervient alors une première fois auprès de l’infant Pedro du Portugal pour tenter d’obtenir réparation en faveur de sujets du roi d’Aragon qui avaient investi dans le voyage. En vain. Car « ceux qui ont injustement pris ledit navire et son chargement » ont exposé

  • 35 Lettre du 14 novembre 1442 des conseillers de Barcelone à Pedro, infant et regidor du Portugal : a (...)

des arguments frivoles et contraires à la justice et à toute raison […] et ils avancent un argument contraire à toute vérité, en disant que Lorenç Taquí, l’une des personnes dudit chargement, est français, et que les Portugais sont en guerre contre les Français. Pour la vérité, nous pouvons faire et nous faisons témoignage du contraire, en disant que ledit Lorenç Taquí est un véritable catalan (vertader cathalà) et domicilié en Catalogne, et, comme catalan, il a été constitué syndic par la ville de Perpignan, qui se trouve en Catalogne, et il est intervenu à la Cort, laquelle est célébrée pour le Principat de Catalogne par la reine […]35.

28L’accusation de francité portée au catalan roussillonnais d’origine italienne sert ici certainement de prétexte pour justifier une prise, mais les Portugais ont-ils vraiment tort ? Tequí possède une maison en Avignon, et ses connexions françaises sont, on l’a vu, exceptionnellement développées. Les Portugais le savaient-ils ? Ont-ils, grâce à leurs liens étroits avec Barcelone, pris connaissance du rôle d’informateur de Tequí, de sa lettre alarmiste ? Si tel est bien le cas, le marchand paierait peut-être alors, avec retard, le prix de l’information acquise en France. Avouons-le, nous ne pouvons le démontrer. Une part nous en échappera toujours, mais c’est aussi la vertu des lettres isolées que d’inviter à écrire, à poursuivre, à imaginer leur histoire.

PIÈCE JUSTIFICATIVE

Lettre de Lorenç Tequí aux consuls de Perpignan. Avignon, 9 juin [1438]

29Copie (dépourvue de numérotation).

30Aviso a los consules de Perpiñan de la aproximacion de una hueste francesa [écriture moderne, xixe-xxe s.]

  • 36 intercalé
  • 37 Nîmes.
  • 38 Guillaume de Champeaux, évêque de Laon (1419-1441).
  • 39 Denis du Moulin, archevêque de Toulouse (1423-).
  • 40 Hugues de Combarel, évêque de Poitiers (1424-1440).
  • 41 René d’Anjou.
  • 42 Beaucaire.
  • 43 Tangui du Chastel, un ancien prévôt de Paris, ou le capitaine Ambroise de Loré (voir supra).
  • 44 Charles, duc d’Orléans, fils de Louis Ier d’Orléans, frère du roi Charles VII.
  • 45 Henri VI (1422-1462).
  • 46 Rodrigo de Villandrando.
  • 47 Charles II d’Albret, comte de Dreux.
  • 48 Poton de Xaintrailles, maréchal de France, compagnon de Jeanne d’Arc, écorcheur.
  • 49 Alphonse V d’Aragon, dit le Magnanime (1416-1458).

31Molt honorables e de gran saviesa senyors, tota recomendació davant mesa. Plassia saber a les vostres savieses que ir jo rehebí una vostra letra feta en Perpenyà a dos jorns de aquest mes, toquant l’avís que vosaltres, honorables senyors, havien sobre lo fet de les gents d’armes de França, dient-me que jo vos en volguésse scriure avisar de ço que jo· n sabria. Perquè, molt honorables senyors, placia-us saber que, quant jo vinguí part dessà, jo aturí36 vinguí en emze e Nemze37 ab moss. de Llahon38 be viii. jorns, ont eren l’arsevesque de Tholosa39 e l’avesque de Poytiers40 e molts altris officiers del rey, e tot jorn venien novelles de Ffransa. Entre les altres vingueren hun jorn novelles com lo rey havia donat comiat a les gents d’armes, e assò per la gran carestia e famina que era en Ffrança, de que moss. de Llahon e tots los altres senyors stavien sbahits, hont hirien aquestes gents d’armes. E jo, sabent ja per moss. de Llahon e per altres que alscunts havien proposat en lo consell del rey de Ffransa e a requesta del rey Rayner41 que, vista la carestia que era en Ffrança e la famina, que fora bó que aquestes gents d’armes vinguessen passar temps en Lenguadoch devers Narbona e correr en Rosselló. Perquè me dupti molt que aquella no fos aquella lur intenció e, per tant, vaig me’n strenyer ab moss. de Llahon, damanant-li que li’n semblava. E preguant-lo affectuosament que de tot ço que· n saubria me’n volgues informar. Lo qual me respós que per sa fe ell al present no y sabia als, mes que en breus jorns ell hauria hun cavalcador de la cort del rey e que saubria totes novelles, e que de tot ell me n’avisaria. Aprés se segui que ell e jo ab ell anem a Bellcayres42 e aquí fou mossen lo prebost43 e mossen lo president ab molts altris officies tant de Ffrança com de Prohença, e stant aquí vingue lo cavalcador del rey, lo qual moss. de Llahon sperava. E tantost moss. de Llahon me mostra totes les letres tant del rey com dels altres senyors, en les quals se contenien moltes coses, entre les altres la venguda que devia fer moss. d’Orlients44 en Ffrança per tractar la pau entre los anglesos e ffrancesos, e de IIIM combatens anglesos que lo rey d’Anglaterra45 trametria a Bordeus per fer la guerra en Guiana, e que per aquexa rahó lo rey, considerada la gran famina que era en Ffrança, havia donat comiat a totes les gents d’armes, manant-los que anassen tots en Guiana a la frontera en Bordales, lla hon és Rodrigo46 per fer la guerra contra los anglesos, e aquí passassen lur temps fins a tant que los viures fossen recullits en Ffrança. E axí ho han fet, que ja són envers lo Puy e Roergua e disen segurament que són més de XXVM rossins e és lur principal capitani moss. de Llebret47 e Poto de Sant Iralle48, e és veritat que per alscunts capitanis, los quals són adherents a la voluntat del rey Rayner, fou damanada licència al rey de (/fol. 1v) de Ffrança que poguessen correr a la frontera del rey d’Aragó49, lo qual may no y ha volgut consentir, segons que comten aquells qui scriven per dites letres a moss. de Llahon.

  • 50 Jehan Havart, écuyer varlet tranchant du roi, garde de la tour royale de Villeneuve-lès-Avignon.
  • 51 Deux derniers mots suscrits
  • 52 suscrit
  • 53 Charles IV d’Anjou, comte du Maine, fils de Louis II d’Anjou et de Yolande d’Aragon.
  • 54 suscrit

32Aprés se segui que moss. de Lllahon me tramés assí en Avinyó per alscunts affers seus e tantost aprés vingue hun gran amich meu, lo qual és mestre d’ostal de moss. lo delfí, qui ha nom Avart50, lo qual lo rey trametia a moss. de Llahon per notifficar-li la mort de moss. Cristofle de Aricort per e per altres coses, les quals toquaven bé a la honor de moss. de Llahon, e aximateix per avisar lo dit51 moss. de Llahon que provehís per tot Lenguadoch que los petits vilatges se recullissen tots a les bones viles e que recullissen lurs viures lo pus tost que porien, e assò per rahó de aquestes gents d’armes qui venien de Ffransa, e que fes son poder que no avallassen en Lenguadoch. Aprés se· s seguit que moss. de Llahon m’a trameses assí per lo dit Avart totes les letres que lo rey de Ffrança e los altres senyors li havien scrites en que n’a una tota scrita de la mà del rey. E lo dit Avart, lo qual és mestre de les ports e capità de la torra del pont d’assí de part de Ffrança és assí52 stat ab mi dos jorns en casa mia, al qual jo he haut a pagar. IIM. scuts per moss. de Llahon que porta al rey, e tantost se n’és tornat en Ffrança, ab lo qual jo tot al loch me son bé imformat de affers d’aquestes gents d’armes e aximateix per les letres de moss. de Llahon, e en conclusió ells disen tots que no serà en poder del rey de Ffrança que puscha gardar que aquestes gents d’armes no avallen en Lenguadoch e principalment sus les fronteres de Narbona, e assò per rahó que disen que lla ont ells van, so és en Bordales, no y trobaran viures per hun mes a la gran quantitat de gens que són, e per forsa hauran a venir en Lenguadoch e, per tant, molt honorables e molt savis senyors, jo no fas negun dupte ni aximateix no· l fan aquells en qui jo n’e damanat que, si ells intren en Lenguadoch, que alscunts capitanis, los quals són affectats a la voluntat del rey Rayner, e li· n cuydaran fer a ell e a moss. Xarles d’Anjeu53 gran plaser e servici, lo qual governa vuy tota la cort, que ells no corren a les fronteres, principalment en Rosselló, e que no fassen molt de mal si poran. Per ço54, molt honorables e molt savis senyors, placia-us de voler-hi provehir axí com bé vos semp semblarà e axí com a savies e notables persones que vosaltres se són per be avenir del senyor rey e de son regne e per utilitat de la cosa pública. Car a mi sembla que val mes ésser provehit, a no obs que si scàndol negun se’n seguia e que puje, ho digues que no s’o pensava, e principalment que jo no· m pens que ayxò puxa durar per molt que dur quatre mesos. Car, pus que los viures seran recul (/fol. 2r) recullits en Ffrança, tantost se n’hauran a tornar en Ffrança. De açò, molt honorables senyors, jo n’e scrit a la senyora reyna, mes no pas tant larguament, bé ha VI jorns.

  • 55 Niccolò Piccinino, condottière.
  • 56 Filippo Maria Visconti.

33Quant que penseu que pau ni treva a present neguna a present haja entre los ffrancesos ni anglesos, non hi a gens. Molt honorables e molt savis senyors, a present altra cosa a present jo no sé de nou que fruyt fassa. Ja crech que sabeu com Nicholo Pitxoli55 ha prés Bolunya per lo duch de Milà56. Del senyor rey ni d’altre part no ych ha res de nou. Mes si alscunes coses jo puje fer per vostres honorables savieses, manau-me e jo ho faré den bon cor, preguant nostre senyor que us tingua en sa santa guarda. Scrita en Avinyó a VIIII de juny.

34Placia-us donar al correu quatre ss.

35Lo tot vostre e prest a vos a vostres manaments Lorents Tequí.

36Als molt honorables senyors e de gran saviesa los cònsols de la vila de Perpenyà. (/fol. 2v) Translat de una letra tramesa als cònsols de Perpenyà per Lorenç Taqui certificant de les gens d’armes applegades en Lengadoch (AHCB, Consell de Cent, 1BX-8, no 78)

Notes

1 Sur les écorcheurs : A. Tuetey, Les Écorcheurs sous Charles VII. Épisodes de l’histoire militaire de la France au xve siècle d’après des documents inédits, Montbéliard, H. Barbier, 1874 ; P. Contamine, Guerre, État et société à la fin du Moyen Âge : études sur les armées des rois de France, 1337-1494, Paris/La Haye, Mouton, 1972 ; V. Toureille, Robert de Sarrebrück ou l’honneur d’un écorcheur (v. 1400-v. 1462), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2014 (riche bibliographie).

2 Indications dans : J. Quicherat, Rodrigue de Villandrando, l’un des combattants pour l’indépendance française au xve siècle, Paris, Hachette, 1879, p. 163-168 ; H. Courteault, Gaston IV, comte de Foix, vicomte souverain de Béarn, prince de Navarre (1425-1473). Étude historique sur le Midi de la France et le Nord de l’Espagne au xve siècle, Toulouse, Privat, 1895, p. 52-79 ; C. Samaran, La maison d’Armagnac au xve siècle et les dernières luttes de la féodalité dans le midi de la France, Paris, 1907, p. 60-73 ; C. Higounet, Le comté de Comminges : de ses origines à son annexion à la Couronne, Toulouse/Paris, Privat/Didier, 1949 ; C. Bourret, Un royaume transpyrénéen ? La tentative de la maison de Foix-Béarn-Albret à la fin du Moyen Âge, Aspet, Pyrégraph, 1998, p. 71 et suiv.

3 Molt honorables e de molt gran saviesa senyors. Nós, vetllants per nostre poder, no sens grans despeses de aquesta vila, en voler saber continuadament noves de les gents d’armes que eren e encara en partida són en Lenguadoch del regna de França, havem tengudes diverses spies en la dita terra, en diverses lochs e partides, e per molts correus havem continuadament per nostres letres notifficat a la senyora reyna tot ço que· n havem sabut en lo temps passat (Arxiu Històric de la Ciutat de Barcelona [dorénavant AHCB], Consell de Cent, 1B X-9, no 123, éd. J. Calmette, E. G. Hurtebise, « Correspondance de la ville de Perpignan de 1399 à 1660 », Revue des langues romanes, 49, 1906, doc. XVII, p. 280).

4 Atés que del honorable en Lorens Tequi stant en Avinyó […] ha respost a nos posant en gran cresença per certes rahons en sa letra contengudes que partida de les dites gent d’armes serien per entrar en aquesta terra, segons largament se conte en la dita sua letra, la qual en sa forma trametem a la senyora reyna. E de la qual a vostres savieses serà dada copia per lo honorable nostre missatger (ibid).

5 AHCB, Consell de Cent, 1B X-8, no 78, édité en annexe. Sauf précision, toutes les citations ultérieures proviennent de ce document.

6 Elle figure parmi des documents datés de 1436, ce qui explique probablement pourquoi elle a pu échapper à l’attention de Joseph Calmette et Eduardo González Hurtebise (voir référence note 3).

7 M. E. Soldani, « A Firenze mercanti, cavalieri nella signoria dei re d’Aragona. I Tecchini Taquí tra xiv e xv secolo », Anuario de Estudios Medievales, 39/2, 2009, p. 592-594, p. 596, p. 601.

8 M. del Treppo, Els mercaders catalans i l’expansió de la Corona catalano-aragonesa, Barcelone, Curial, 1976, ad indicem ; M. E. Soldani, Uomini d’affari e mercanti toscani nella Barcellona del Quattrocento, Barcelone, CSIC, 2010, p. 454-473 ; D. Coulon, Grand commerce, groupes urbains et individu dans un centre intermédiaire de Méditerranée occidentale : Perpignan à la fin du Moyen Âge, Mémoire d’Habilitation à Diriger des Recherches, Université de Paris Panthéon-Sorbonne, 2011, en particulier p. 174. Je remercie vivement l’auteur de m’avoir permis de consulter ce travail encore inédit.

9 AHCB, Consell de Cent, 1B X-9, no 93.

10 J. Hayez, « Les Datini et le fonctionnement des réseaux marchands toscans vers 1400 », dans É. Malamut, M. Ouerfelli (éd.), Les échanges en Méditerranée médiévale. Marqueurs, réseaux, circulations, contacts, Aix-en-Provence, Publications de l’université de Provence, 2012, p. 155-200.

11 R. d’Amat, « Champeaux (Guillaume de) », Dictionnaire de biographie française, Paris, Letouzey et Ané, 1959, VIII, col. 318.

12 T. de Morembert, « Du Moulin (Denis) », Dictionnaire de biographie française, XII, col. 246-247.

13 « Hugues de Combarel (14 février 1424-mort 1440) », dans Fasti Ecclesiae Gallicanae, 10 : Diocèse de Poitiers, Répertoire prosopographique des évêques, dignitaires et chanoines des diocèses de France de 1200 à 1500, Turnhout, Brepols, 2008, notice 290, p. 153-157.

14 Ordonnances des rois de France de la troisième race, t. XIII, p. 232 ; Dom Cl. Devic et Dom J. Vaissete, Histoire générale du Languedoc avec des notes et les pièces justificatives, Toulouse, Privat, 1885, t. X : Preuves, doc. 865, col. 2129-2130.

15 P. Dognon, Les institutions politiques et administratives du pays de Languedoc du xiiie siècle aux guerres de religion, Toulouse, Privat, 1895, p. 243-248 ; H. Gilles, Les États de Languedoc au xve siècle, Toulouse, Privat, 1965, p. 51-52, n. 34.

16 Voir les travaux de Jérôme Hayez.

17 G. Du Fresne de Beaucourt, Histoire de Charles VII, Paris, Librairie de la Société bibliographique, 1881-1891, t. III, p. 24, n. 1 ; Devic-Vaissete, Histoire générale du Languedoc, op. cit. n. 14, t. IX, p. 1129.

18 Devic-Vaissete, Histoire générale du Languedoc, op. cit. n. 14, t. X : Preuves, doc. 868, col. 2138 (lettre de Charles VII aux sénéchaux de Toulouse, Carcassonne et Beaucaire).

19 S. Péquignot, « Les langues de la négociation à Barcelone au xve siècle », dans D. Couto, S. Péquignot (éd.), Les langues de la négociation. Approches historiennes (à paraître).

20 A. Vallet de Vireville, Histoire de Charles VII, roi de France, et de son époque, 1403-1461, Paris, Renouard, 1862-1865, 3 vol., t. II, p. 399.

21 G. Dupont Ferrier, Gallia regia ou état des officiers royaux des bailliages et des sénéchaussées de 1328 à 1515, Paris, Imprimerie nationale, 1942, t. I, notice 3848bis.

22 Voir par exemple Devic-Vaissete, Histoire générale du Languedoc, op. cit. n. 14, t. X : Preuves, col. 1129.

23 Une conférence a abouti à Vannes le 30 mai, dont il résulte que le duc de Bretagne se porte médiateur (G. Du Fresne de Beaucourt, Histoire de Charles VII, op. cit. n. 17, t. III, p. 92-93).

24 J. Quicherat, Rodrigue de Villandrando, op. cit. n. 2, p. 147 et suiv. ; A. Thomas, « Rodrigue de Villandrando en Rouergue », Annales du Midi, 2, 1890, p. 209-232 ; C. Higounet, Le comté de Comminges, op. cit. n. 2, p. 591-593.

25 J. Quicherat, Rodrigue de Villandrando, op. cit. n. 2, p. 159.

26 Devic-Vaissete, Histoire générale du Languedoc, op. cit. n. 14, t. X, doc. 868, col. 2138.

27 M. Longhi, « Niccolò Piccinino in Bologna (1438-1443) », Atti e memorie della R. Deputazione di Storia patria per la Romagna, Serie III, 24-25, 1905/1906, p. 145-338, p. 461-507.

28 J. Hayez, « Io non so scrivere a l’amicho per siloscismi. Jalons pour une lecture de la lettre marchande toscane de la fin du Moyen Âge », I Tatti studies, 7, 1997, p. 37-80.

29 J. Hayez, « Avviso, informazione, novella, nuova : la notion de l’information dans les correspondances marchandes toscanes vers 1400 », dans C. Boudreau et al. (éd.), Information et société en Occident à la fin du Moyen Âge, Paris, Publications de la Sorbonne, 2004, p. 113-134, ici p. 131.

30 G. Du Fresne de Beaucourt, Histoire de Charles VII, op. cit. n. 17, t. III, p. 396.

31 J. Quicherat, Rodrigue de Villandrando, op. cit. n. 2, p. 151 et suiv. ; C. Higounet, Le comté de Comminges, op. cit. n. 2, p. 591-93.

32 Jerónimo Zurita, Anales de la Corona de Aragón, éd. Á. Canellas Lopez, Saragosse, Institución Fernando el Católico, 1970-1975, Libro V, cap. LI-LII.

33 J. Quicherat, Rodrigue de Villandrando, op. cit. n. 2, p. 163-168 ; H. Courteault, Gaston IV, op. cit. n. 2, p. 59-60.

34 Devic-Vaissete, Histoire générale du Languedoc, op. cit. n. 14, t. X : Preuves, col. 2186.

35 Lettre du 14 novembre 1442 des conseillers de Barcelone à Pedro, infant et regidor du Portugal : ans aquells qui han injustament presa la dita nau e lo càrrech de aquella ab rahons frivoles que adleguen són contra justícia e tota rahó comportats, ab humils honor e reverència de la vostra senyoria tots temps parlans, de que· ns marevella molt e maiorment com pretenen una rahó contraria a tota veritat, diens que en Lorenç Taquí,.I. de les persones del dit càrrech, és ffrancés, e que los portegueses han guerra ab los ffrancesos. Del contrari d’açò nosaltres podem fer e fem testimoni a la veritat, dients que· l dit Lorenç Taquí és vertader cathalà e domiciliat en Cathalunya e com a cathalà és stat constituït síndich per la vila de Perpenyà, la qual és en Cathalunya, e entreve en la Cort, la qual se celebre al principat de Cathalunya per la molt alta senyora reyna lochtinent general del dit senyor rey (AHCB, Consell de Cent, 1BVI-9, fol. 44r-v).

36 intercalé

37 Nîmes.

38 Guillaume de Champeaux, évêque de Laon (1419-1441).

39 Denis du Moulin, archevêque de Toulouse (1423-).

40 Hugues de Combarel, évêque de Poitiers (1424-1440).

41 René d’Anjou.

42 Beaucaire.

43 Tangui du Chastel, un ancien prévôt de Paris, ou le capitaine Ambroise de Loré (voir supra).

44 Charles, duc d’Orléans, fils de Louis Ier d’Orléans, frère du roi Charles VII.

45 Henri VI (1422-1462).

46 Rodrigo de Villandrando.

47 Charles II d’Albret, comte de Dreux.

48 Poton de Xaintrailles, maréchal de France, compagnon de Jeanne d’Arc, écorcheur.

49 Alphonse V d’Aragon, dit le Magnanime (1416-1458).

50 Jehan Havart, écuyer varlet tranchant du roi, garde de la tour royale de Villeneuve-lès-Avignon.

51 Deux derniers mots suscrits

52 suscrit

53 Charles IV d’Anjou, comte du Maine, fils de Louis II d’Anjou et de Yolande d’Aragon.

54 suscrit

55 Niccolò Piccinino, condottière.

56 Filippo Maria Visconti.

© Éditions de la Sorbonne, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site