Version classiqueVersion mobile

Figures de l'autorité médiévale

 | 
Pierre Chastang
, 
Patrick Henriet
, 
Claire Soussen

Première partie. Pratiques de l'écrit

Une écriture minimaliste : les préambules des sponsalicia clunisiens (xe siècle)

Laurent Morelle

Note de l’éditeur

Abréviations spécifiques : Artem + no = Base en ligne des « chartes originales antérieures à 1121 conservées en France », base dite de l’Artem (http://www.cn-telma.fr/originaux/index/). – Bernard-Bruel et BB + numéro pour les actes = Recueil des chartes de l’abbaye de Cluny, éd. Auguste Bernard et Alexandre Bruel, Paris, Imprimerie nationale, 6 vol., 1876-1903. – Fauroux + no = M. Fauroux, Recueil des actes des ducs de Normandie (911-1066), Caen, Société d’impressions Caron, 1961 (Mémoires de la Société des Antiquaires de Normandie, 36). – Les recueils de formules du haut Moyen Âge sont cités d’après l’édition de Karl Zeumer, Formulae merowingici et karolini aevi, Hanovre, Imp. Bibliopolii Hahniani, 1882 (MGH, Leges) et signalés chacun par leur nom abrégé courant.

Texte intégral

  • 2 Michel Zimmermann, « Protocoles et préambules dans les documents catalans du xe au xiiie siècle : é (...)

1Les pages abondent dans son œuvre où Michel Zimmermann jette un regard d’une sensibilité aiguë sur les préambules des chartes catalanes, nous guidant dans le décryptage des processus de leur composition, qu’il s’agisse (entre autres thèmes) de l’articulation du discours ou du traitement des auctoritates qui les nourrissent. Les constitutions de douaire ayant retenu son attention2, il m’est apparu naturel de lui offrir les fruits, un peu verts encore, d’une enquête menée sur quelques actes de ce type, plus exactement sur les préambules dont sont parfois parés les sponsalicia clunisiens. Après avoir présenté ce modeste corpus et exposé sinon débrouillé divers problèmes qu’il soulève, j’examinerai les préambules qu’il renferme en leur structure et leur thématique, en m’intéressant particulièrement aux citations dont ils s’abreuvent.

Le corpus des sponsalicia clunisiens à préambule

  • 3 La plupart de ces actes nous sont transmis par des copies prises sur original par Lambert de Barive (...)
  • 4 Barbara H. Rosenwein, « Circles of affection in Cluniac Charters », dans Didier Boisseuil, Pierre C (...)
  • 5 BB 75, 88, 96, 189, 197, 233, 254, 370, 380, 400, 1090, 1137, 1161, 1413 et 1425.
  • 6 BB 75, 197 et 1425 ; BB 197 : Dilectissima uxore mea Adalacia, ego, in Dei nomen, Rodencus, in pro (...)
  • 7 BB 233, 370 et 400.
  • 8 Trois chartes au profit de conjuges : BB 88, 96 et 233 ; neuf chartes au profit d’uxores : BB 75, 1 (...)
  • 9 Sur le dotalicium et ses avatars : François Bougard, Laurent Feller, Régine Le Jan (dir.), Dots et (...)
  • 10 BB 7, 86, 190, 229, 439, 496, 516, 659, 686, 705, 725, 857, 969, 1211, 1242, 1331, 1390, 1392, 1412 (...)
  • 11 BB 7 (833 ou 920 ?), 86 (904), 439 (935), 496 (939), 659 (944), 686 (946), 705 (947), 725 (948), 85 (...)

2Le Recueil des chartes de l’abbaye de Cluny rassemble un nombre appréciable d’actes des xe-xie siècles par lesquels des époux assignent des biens à leurs épouses. J’en ai relevé quarante-neuf, que les « archivistes » clunisiens – disons plus prudemment les scribes qui annotaient le dos des parchemins – ont ordinairement qualifiés de sponsalicium3 ; ces actes désignent la bénéficiaire sous des termes variés, sponsa (30), uxor (11), conjunx (6), voire femina (2), une diversité lexicale mise finement en valeur par Barbara H. Rosenwein dans une étude récente4. Un peu moins d’un tiers de ces donations (15) ont été effectuées alors que la vie conjugale était bien engagée5 : quelques-unes sont présentées comme la récompense pour le « service » accompli par l’épouse et le gage d’un service à venir encore meilleur6 ; d’autres encore sont faites conjointement à l’épouse et aux enfants du couple7. Pour de tels actes, l’indication sponsalicium qui figurait éventuellement au dos des parchemins est d’autant plus abusive que les rédacteurs se gardent bien d’employer le mot dotalicium ou sponsalicium pour désigner leur acte au sein du texte, dans les clauses finales ou les souscriptions ; par ailleurs, la bénéficiaire des dispositions n’y est quasiment jamais désignée comme sponsa8. Dans la plupart des cas cependant (34), la note dorsale sponsalicium ou dotalicium n’est pas indue car les biens donnés constituent assurément la dotation de l’épouse, le texte qualifiant d’ailleurs fréquemment l’acte de dotalicium (dotalium, dotalicia), ou bien de dos (dota), sponsalicium, libellum ou donatio dotis9. Vingt-neuf de ces trente-quatre actes sont en faveur de sponsae10 et c’est seulement parmi eux qu’on compte des actes à préambule, au nombre de treize, une minorité donc11.

  • 12 Il s’agit notamment des formulations telles que « ego N te N esponsavi, et si Deo placuerit at legi (...)
  • 13 Avec préambule : BB 86, 496, 857, 969, 1390 ; sans préambule : BB 190, 1242, 1412, 1415, 1426, 1777 (...)
  • 14 Sur les chartes de douaire comme « chartes nuptiales » : L. Morelle, « Mariage et diplomatique… », (...)

3Les sponsalicia à préambule n’offrent aucune formulation spécifique qui nous informerait sur l’usage qu’on pouvait en faire lors des cérémonies liées au mariage. Tout comme pour leurs semblables dépourvus de préambule, il est bien difficile de déterminer s’ils ont été dressés avant les fiançailles, entre les fiançailles et les noces, ou bien après les noces. Une formulation des plus courues pour le début du dispositif suggère toutefois que les actes qui la portent s’intercalent entre la desponsatio et le mariage12. Mais ce qu’il faut surtout noter ici, c’est que cette formulation n’est pas plus fréquente, bien au contraire, parmi les actes à préambule que parmi ceux qui en sont dépourvus13. La présence d’un préambule n’est donc pas en soi l’indice d’une charte proprement « nuptiale », même si par son ampleur éventuelle, phénomène assez rare comme on verra, il est un outil approprié à la recitatio dans un cadre liturgique en même temps qu’il constitue un signe de distinction14.

  • 15 La seule charte de douaire aujourd’hui conservée en original (BnF, lat. 17715) est dépourvue de pré (...)
  • 16 Je suis en effet réservé sur le BB 7, daté par ses éditeurs de 833 mais qui pourrait être plutôt de (...)
  • 17 Parme, Archivio Capitolare, Pergamene, Secolo IX, n. I. édition de référence par Francesca Santini (...)
  • 18 Amender sur ce point Barbara Rosenwein, « Circles of affection… », art. cité, p. 402 et n. 29, qui (...)

4Les sponsalicia clunisiens à préambule, dont aucun n’est conservé en original15, sont tous antérieurs à l’an mil ; le dernier date de 994 (BB 2265) et le plus ancien, de 904 (BB 86), constitue un munimen antérieur à la fondation de Cluny16. Bien sûr la date d’un acte ne fournit pas nécessairement celle de son préambule, car le rédacteur a pu reprendre un modèle ancien. Preuves en sont le BB 86, au préambule emprunté à deux formules de Marculf, ou bien l’acte BB 725, daté de 948 et concernant un douaire assigné en Vivarais, dont le préambule étoffé figure déjà dans un libellum dotis, de 843 probablement, dont le parchemin original est conservé à Parme17. Celui-ci n’a cependant rien d’« italien18 ». Passé au palais lorrain de Gondreville, résidence chère à l’empereur Lothaire Ier, l’acte a été concédé par Autramnus, fidèle « franc » de l’empereur et futur comte de Modène, à son épouse Adelburga. Ce rapprochement ne permet pas seulement d’amender utilement l’acte clunisien, par endroits assez « fautif » voire obscur ; il atteste aussi la longévité séculaire d’un « formulaire » dont on aimerait préciser l’aire et les modes de diffusion.

  • 19 On manque d’étude de fond sur les munimina entrés dans les archives de Cluny. En attendant, lire le (...)
  • 20 Mâconnais : BB 857, 969, 1211 et 2265 ; Lyonnais : BB 7 et à nouveau 857 et 2265 ; Chalonnais : BB (...)
  • 21 L’acte BB 705 (947), sponsalicium donné par Dominique à son épouse Ermenberge, est « écrit » par In (...)
  • 22 Sur la date controversée du BB 857, à savoir 953 (Auguste Bernard) ou 989 (Ferdinand Lot suivi par (...)
  • 23 Neuf actes concernant le pagus de Viennois et promulgués entre 924 et 943 (BB 241, 358, 437, 439, 4 (...)

5Parler de sponsalicia « clunisiens » n’est à vrai dire qu’une facilité de langage car les actes ont convergé vers l’abbaye bourguignonne, à titre de munimina probablement, sans avoir (forcément) été rédigés sous ses auspices19. En considérant l’implantation des biens concédés, on distingue au sein du corpus un premier ensemble de huit actes concernant des douaires situés dans les trois pagi de Mâcon, Chalon et Lyon20 ; vient ensuite un petit groupe de trois actes concernant le Viennois (BB 439, 659 et 686) ; on note enfin deux actes isolés, à savoir celui d’un douaire assis en Vivarais (BB 725) et un dernier (BB 705), auquel manque curieusement toute indication toponymique, mais qui doit être inséré, en raison de ses comparants et de certaines tournures rédactionnelles, dans un petit dossier diplomatique « auvergnat », plus exactement de la région de Brioude21. Il arrive qu’au sein d’un même groupe géographique, des actes proches dans le temps usent d’un formulaire semblable et bien typé. Ainsi en va-t-il des trois actes « viennois », contemporains, au préambule fort lapidaire ; ou bien de deux actes « mâconnais » de 953 et 955 (BB 857 et 96922), qui présentent la même citation d’ouverture et plusieurs tournures communes et peu usuelles à différents endroits du texte. Ces observations attestent l’existence de traditions diplomatiques régionales ou locales, d’usages d’atelier (d’« étude », pourrait-on dire, au sens notarial du terme), voire d’idiosyncrasies personnelles qu’on peut saisir au travers des traces parfois abondantes laissées par quelques-uns de ces « scribes » au sein du chartrier clunisien23.

Les préambules des sponsalicia clunisiens : thèmes et variations

  • 24 BB 439 (935), 496 (939), 659 (944), 686 (946), 857 (953), 969 (955), 1211 (966) et 1390 (974).
  • 25 BB 7 (833), 86 (904) et 705 (947).
  • 26 BB 725 (948) et 2265 (994).
  • 27 « Le recours aux auctoritates… », p. 84-85 (articulation de l’histoire biblique à l’obligation léga (...)

6Étant donné ces conditions de production, on ne s’étonnera pas des forts contrastes qui affectent la forme et la teneur des préambules. Leur longueur est très variable, même si la plupart sont brefs, voire très brefs : huit ont entre deux et quatre lignes de texte dans l’édition Bernard-Bruel24, trois entre six et neuf lignes25, deux seulement vont au-delà26. Cette disparité tient sans doute à de multiples facteurs et la qualité sociale des époux n’y est probablement pas étrangère. La même diversité règne dans la rédaction. Comme pour d’autres types d’actes (donations), les préambules des dotalicia médiévaux peuvent broder sur l’acte écrit (son utilité, sa validité ou son exécution) comme sur l’action juridique (ses mérites et ses mobiles) ; c’est naturellement à ce dernier titre qu’ils traitent de l’institution matrimoniale. Loin de s’exclure l’un l’autre, les deux thèmes cohabitent éventuellement : quelques textes clunisiens amalgament ainsi propos sur l’acte écrit et justification du mariage, celle-ci parfois au double plan religieux et juridique selon une articulation dont Michel Zimmermann a dégagé les ressorts profonds dans la matière catalane27.

7Ainsi, l’acte BB 86 (904) évoque d’abord, citations bibliques à l’appui, l’institution matrimoniale voulue par Dieu, avant de glisser, dans une débâcle rédactionnelle et via un souhait de circonstance, sur l’évocation de la législation augustéenne en faveur du mariage, puis sur l’écrit qui assure validité aux donations. En fait, les deux ordres de justification, le juridique et le religieux, s’appuient chacun sur une formule de Marculf, respectivement le « praeceptum interdonationis » (Marculf I, 12) et le « libellum dotis » (Marculf II, 15) :

  • 28 Cf. Marculfi Form. I, 12 (« Praeceptum interdonationis ») : Dum Dominus omnipotens, creator caeli e (...)
  • 29 Cf. Marculfi Form. II, 15 (« Libellum dotis ») : Quod bonum, faustum, filex prosperumve eveniat ! D (...)

Dum Dominus omnipotens, creator rex celestis celi et terre, promisit [corr. permisit ?], juxta cot legitur, masculum et feminam in conjugium copulare, sociare conso[r] tium, in Genesis ait : « Reliquit homo patrem et matrem, et aderebit sibi uxorem suam. Ita jam erant duo in carne uno » [cf. Gen. 2 : 24 et Marc 10 : 7-8]28 ; [et in alio loco dictum] est : « Sed ergo quod Deus jungit, homo non separat. » [cf. Marc 10 : 9] Anc igitur, quod bonum, factum, felix prosperumve eveniat, de ditsponsandis maritandisque ordinibus ad procreationibus liberorum, casisque etian donascio scripturarum sine pleniorem obteneat firmitatem. Igitur itaque ego, in Dei nomine, ego Blicgario te dilectissima sponsa mea, nomen Bertasia, atque esponsavi […]29.

  • 30 L’expression figure dans le Code théodosien, lib. 8, tit. 12 (de donationibus), const. 1.

8Autre exemple, cet acte brivadois BB 705 (947) qui enchevêtre curieusement – est-ce le fruit d’une mauvaise transmission textuelle ? – des propos sur l’exécution du libellum dotis et une chaîne de citations bibliques justifiant l’institution du mariage depuis la Création. Autant les mots libellum dotis en position initiale, tel un titre – un fait observé également sur un autre libellum dotis (BB 190 de 912, sans préambule) –, que l’objet du volet juridique (l’exécution par traditio corporalis30 du libellum dotis établi avant les noces), suggèrent l’outillage et les préoccupations d’un rédacteur praticien du droit :

In nomine Domini. Libellum dotis ad implendum. Omnipotens Deus precepit de umo (corr. limo ?) terre umana natura, et secuntur matrimonium, ante nubcias dari fieri potest rerum corporali tradiccione subsecutum ; quia Dominus dixit : « Non esset bonum ominem solum, faciamus ei adjutorium similem sibi » [Gen. 2 : 18] ; « propter hoc dereliquit omo patrem et matrem, et aderebit sibi uxori, et erunt duo in carne una » [Cf. Gen. 2 : 24 et Marc 10 : 7-8] ; « quem Deus conjunxit, omo non separet. » [cf. Matth. 19 : 6] Ab hoc igitur, ego enim, in Dei nomine, Dominicus, cedo ad dilecta sponsa mea, nomen Ermenberga…

  • 31 L’apparat critique du préambule ici édité signale des corrections suggérées par la charte de douair (...)

9Enfin, le préambule du BB 725 (948), qui remonte au moins à 843 comme on a vu, consacre ses premières lignes à la procédure d’allégation des actes dans les gesta municipalia avant de s’étendre largement sur les autorités bibliques qui fondent la légitimité du mariage31 :

Prisce legis conditorum sancxio(a) hactoritas et mox(b) inolebit(c) in antiquitus, adque instituta divinorum patrum decreverunt, ut cessionibus non sola(d) volunt professor(d) [sufficere](e) sine gestorum allegacione potest ; adfirmantur ideo autem voluntas(f) professorum gestis mancipalibus(g) ut decedentibus actoribus racio et actus eorum terra(h) labencia non exinanescunt(i), sed in tempore commutacionis firma et inconvulsa perseverent. Pro eo autem quia Dominus masculum et feminam fecit ad reparandum humani generis posteritatem, adque in conjugio copulare cepit(j), ait enim ipsa veritas : « Non est bonum esse hominem solum, faciamus ei adjutorium similem sibi » [Gen. 2 : 18]. « Inmisit Dominus soporem in Adam, cumque obdormisset, tulit unam de costis ejus et replevit in mulierem » [Gen. 2 : 21-22] ; cernensque Adam et [ait](k) : « hoc nunc os ex ossibus meis et caro de carne mea. Hec vocabitur nomen ejus virago, quia de viro sumpta est » [Gen. 2 : 23]. « Quamobrem dereliquet homo patrem aut matrem, et aderebit uxori suæ, et erunt duo in carne dua(l) » [Gen. 2 : 24]. « Ita quia(m) Deus conjunxit, homo non separet. » [Matth. 19 : 6] Et apostoli Pauli sententia clamat ut « abeat(n) unaqueque suum virum et virum suam habeat uxorem(n) propter causam fornicationis » [1 Cor. 7 : 2]. Et quia Deus non repudiavit nupcias, sed elegit, et per se ipsum confirmare dignatus est, quando cum suis discipulis ad eas venit, et miraculum ostendit convertens aquam in vinum ; ideo te, dulcissima sponsa mea, nomine Ældegarda, ego, in Dei nomine, Rodulfus […] tibi in conjugio accipere cupio, p[r]opterea adsumpsit mihi voluntas ut aliquid de res meas in te conferre vel condonare deberem.

(a) lire sanxit comme en 843. – (b) lire mos comme en 843. – (c) lire inolevit. – (d) lire voluntas professorum comme en 843. – (e) suppléé d’après 843. – (f) lire voluntates comme en 843. – (g) comprendre municipalibus ; moncipalibus en 843. – (h) lire tempora comme en 843. – (i) exinanescant 843. – (j) lire precepit comme en 843. – (k) suppléé d’après 843. – (l) Sic ; una 843. – (m) lire quod ? – (n) formulation inverse du verset biblique, résultant probablement d’une erreur de lecture ; 843 donne : Habeat unusquisque suam uxorem et unaquoaque suum haccipiat virum.

10Ces cas d’amalgame restent toutefois peu nombreux et la plupart des actes optent pour un préambule « religieux » où les citations bibliques occupent une place déterminante dont l’examen va maintenant nous retenir.

Les citations bibliques dans les préambules

  • 32 Je songe ici à une charte arlésienne de 1078 (Artem 1929).

11À l’égard des auctoritates scripturaires, les rédacteurs de chartes de douaire des xe-xie siècles oscillent généralement entre deux extrêmes. D’un côté, on trouve, rarement il est vrai, des cas d’évitement systématique (emploi de synonymes, tournures syntaxiques décalées) : les rédacteurs font certes appel au vocabulaire et formulations bibliques, mais semblent vouloir exhiber leur savoir-faire dans l’art du détournement paraphrastique32. À l’opposé, maints préambules alignent des citations, ici livrées sans annonce ni accompagnement aucun, ailleurs en revanche – nous sommes alors dans un registre savant – minutieusement égrenées, tel cet admirable prologue verdunois de 1069 (Artem 1927), composé de sept citations dûment annoncées, ordonnées et précédées chacune d’une mise en contexte à l’aide de mots choisis. Entre ces extrêmes, on observe des citations formant le noyau ou un temps fort du préambule, plus ou moins bien enchâssées dans un tissu, souvent narratif, conduisant le lecteur de la Création aux noces de Cana. Voyons comment opèrent les rédacteurs du corpus clunisien.

  • 33 J’entends ici les citations explicites ou manifestes. Deux citations : BB 7, 86, 439, 496, 659, 686 (...)
  • 34 Les préambules qui suivent sont donnés in extenso (citations entre guillemets). BB 1211 (deux citat (...)
  • 35 BB 86 : texte ci-dessus, p. 127. BB 496 : Dum Deus omnipotens creavit onnia, « masculum et feminam (...)
  • 36 Cum Dominus omnipotens masculum et feminam ad propagandam multitudinem filiorum copulasset, dicens  (...)
  • 37 Antiqua consuetudine ostendente, et lege veteris ac novi Testamenti, et confirmatione Spiritus Sanc (...)
  • 38 Texte ci-dessus, p. 128.

12Ces textes ménagent une place de choix aux citations ; ils en comportent chacun entre une et six, deux le plus souvent33. Elles en sont l’armature, parfois même toute la substance comme on l’observe sur huit d’entre eux formés d’une à quatre citations simplement enchaînées ou à peine jointoyées34 : on peut alors parler de « préambules-citations ». Un peu plus élaborés sont les préambules du BB 86, inspiré du formulaire de Marculf, et du BB 49635 ; tous deux ménagent une introduction, assez sommaire malgré tout. La mise en contexte est plus étoffée en BB 736 et surtout en BB 2265, où les deux citations présentes sont soigneusement introduites en tant qu’autorités référentielles et prolongées de l’évocation du miracle de Cana37. Enfin le BB 725, riche de six citations, commence par la création de l’homme et de la femme, puis déroule plusieurs autorités scripturaires, avant de conclure sur l’évocation de Cana38. Le nombre élevé de purs « préambules-citations » témoigne assurément de l’auctoritas d’une parole sacrée à même de se passer de tout écrin, mais suggère aussi que le préambule est un « marqueur » typologique : avant d’être discours, le préambule signale, il vaut « inscription ».

13Le relevé des citations (fig. 1) montre un petit noyau d’emprunts récurrents entouré d’un nuage de citations épisodiques.

14Gen. 1 : 26-27 : et ait « faciamus hominem ad imaginem et similitudinem nostram »/et creavit Deus hominem ad imaginem suam ; ad imaginem Dei creavit illum, masculum et feminam creavit eos. — Gen. 1 : 28 : benedixitque illis Deus et ait : « crescite et multiplicamini et replete terram et subicite eam et dominamini piscibus maris et volatilibus caeli et universis animantibus quae moventur super terram. ». Gen. 2 : 18 : dixit quoque Dominus Deus : « non est bonum esse hominem solum ; faciamus ei adiutorium similem sui ». — Gen. 2 : 21 : inmisit ergo Dominus Deus soporem in Adam cumque obdormisset, tulit unam de costis eius et replevit carnem pro ea. Gen. 2 : 23 : dixitque Adam : « hoc nunc os ex ossibus meis et caro de carne mea ; haec vocabitur virago, quoniam de viro sumpta est ». — Relinquet homo patrem (Gen. 2 : 24 repris en Matth. 19 : 5 et Marc 10 : 7-8) : quam ob rem (Propter hoc en Matth. 19 : 5 et Marc 10 : 7) relinquet (dimittet en Matth. 19 : 5) homo patrem suum et matrem et adherebit uxori suae (ad uxorem suam en Marc 10 : 7) et erunt duo in carne una. Quod Deus junxit (Matth. 19 : 6 et Marc 10 : 8-9) : itaque iam non sunt duo sed una caro : quod ergo Deus coniunxit (iunxit en Marc 10 : 9) homo non separet. 1 Cor. 7 : 2 : Propter fornicationem autem unusquisque suam uxorem habeat et unaquaeque suum virum habeat.

15La plupart des passages cités sont essentiellement des paroles divines (par Dieu ou Adam), christiques (dans l’évangile) ou apostoliques (dans les épîtres). De telles sentences, prescriptions ou injonctions sont parfaitement adaptées au préambule-citation. On comprend dès lors pourquoi le miracle de Cana (Jean 2) n’occupe qu’une place réduite dans ces actes : la leçon y réside entièrement dans le récit johannique, sans donner lieu à quelque prescription ou formule-choc. La pratique des préambules-citations conduit à évincer cette référence ; de fait, les seuls préambules évoquant Cana (BB 7, 725 et 2265) sont précisément ceux qui vont au-delà du pur alignement d’auctoritates.

  • 39 Les préambules usent des deux solutions verbales. Avec préfixe con- : BB 7, 686, 705, 725 et 2265 ; (...)
  • 40 Ajoutons que l’origine vétérotestamentaire du Relinquet homo est si bien gardée en mémoire par cert (...)
  • 41 Seul BB 2265 présente des leçons suffisamment conformes à l’une des sources en cause (quamobrem rel (...)
  • 42 La forme derelinquit ou équivalent n’est pas spécifiquement clunisienne ; on la retrouve dans le do (...)
  • 43 Ce problème n’a pas échappé à Michel Zimmermann (Écrire et lire, op. cit., p. 847-848) qui évoque d (...)

16Le passage scripturaire le plus répandu est le fameux Quod Deus (con) junxit…, présent dans douze des treize chartes du corpus (il manque en BB 857). Cette parole du Christ est rapportée en Matthieu 19 : 6 et en Marc 10 : 9, avec une variante légère entre les deux évangiles (conjunxit en Matthieu, junxit en Marc)39. Dans huit actes, elle prolonge ou avoisine une autre citation, qu’on appellera ici le Relinquet homo, à laquelle elle est liée en Matthieu 19 : 6 comme en Marc 10 : 7. Après le Quod Deus, le Relinquet homo est la citation la plus fréquente ; il n’apparaît jamais sans le Quod Deus, alors que le Quod Deus figure quatre fois (BB 7, 496, 969, 1211) sans le relinquet homo. L’association des deux citations dans les évangiles de Matthieu et Marc n’implique pas que l’évangile soit nécessairement le vecteur du relinquet homo, ce dernier appartenant d’abord à l’Ancien Testament (Genèse 2 : 24). Deux préambules (BB 86 et 2265) dissocient d’ailleurs les deux citations, ce qui suggère qu’elles sont ici perçues de façon autonome, et l’un d’eux (BB 2265) déclare que le relinquet homo est le fait de Moïse tandis que le Quod Deus relève du sermo divinus40. Malgré tout, les différences sont trop faibles entre les versets de référence, et la fidélité des citations trop approximative, pour qu’on puisse identifier le livre biblique d’où est tirée chaque occurrence du Relinquet homo41. Ainsi, aucune charte ne donne le verbe dimittet propre à Matthieu et la plupart adoptent la forme composée derelinquit (BB 439, 659, 686, 705 et 1390) ou dereliquet (BB 725), qui n’appartient à aucune des trois sources scripturaires de la Vulgate42. On touche là une question fort délicate, celle des outils à la disposition de ceux qui ont composé les préambules43.

  • 44 Seuls BB 725 et 2265 donnent la leçon et adherebit uxori suae présente dans la Genèse et l’évangile (...)
  • 45 Deux actes maintiennent le possessif sua(m) (BB 86 et 686), mais trois autres le délaissent (BB 439 (...)
  • 46 La formulation adherebit sibi uxorem n’est pas propre au fonds clunisien. On la note aussi dans une (...)

17Signalons pour finir sur ce point une autre variante qui affecte le Relinquet homo. La plupart des préambules ne donnent ni la leçon et adherebit uxori suae propre à la Genèse et à Matthieu44 ni celle de Marc (adherebit ad uxorem suam), mais proposent la formulation et aderebit sibi uxorem suam (avec de menues variations)45. Cet infléchissement n’est peut-être pas seulement philologique ; il pourrait aussi signaler une lecture du verset plus conforme aux conditions de la vie conjugale vécue, en somme une conception virilocale du couple : l’époux ne va plus vers son épouse, mais l’attire à lui46.

Un discours sur le mariage ? Tropismes et silences des préambules clunisiens

  • 47 Philip L. Reynolds, « Dotal Charter as Theological Treatise », Recherches de théologie ancienne et (...)
  • 48 Trois exemples puisés dans un large xie siècle : l’acte poitevin Artem 1153 (ca. 990), où l’importa (...)

18Comme on vient de le voir, les préambules des sponsalicia clunisiens se bornent généralement à aligner des auctoritates, au mieux sommairement jointoyées, introduites ou « environnées ». Loin donc d’être de petits « traités théologiques », comme Philip Reynolds a pu qualifier quelques formules du haut Moyen Âge47, ces préambules ne sont pas non plus des discours ciblés, au sein desquels une citation vient cristalliser la pensée48. Malgré tout, le choix, assez restreint, des auctoritates au sein d’un vivier scripturaire assez fourni permet de relever accents et silences, qu’il est toutefois délicat d’interpréter en raison des multiples facteurs qui pèsent sur les rédacteurs : incidence des héritages rédactionnels et des modèles, intérêt (et soin) que les praticiens attachent hic et nunc à la tâche d’écriture, conception qu’ils se font du préambule et de ses missions, sans compter l’attente des bénéficiaires. Cela dit, l’examen des citations permet de dresser quelques constats.

  • 49 Die Urkunden Ottos des II…, éd. Theodor Sickel, Hanovre, Imp. Bibliopoli Hahniani, 1888 (MGH, Diplo (...)
  • 50 Pour les formules : Quod Deus : Cartae Senon. 25, Form. extrav. 11 ; Relinquet homo : Form. Bitur. (...)
  • 51 Les rédacteurs interprètent la citation dans l’un ou l’autre sens. L’acte normand Fauroux 58 insist (...)

19On a déjà relevé l’omniprésence du Quod Deus (con) junxit, très souvent associé au Relinquet homo. Cette faveur ne surprend pas de prime abord car le Quod Deus est une référence cardinale. Dans le célèbre dotalicium octroyé par Otton II à l’impératrice Théophano (972), il constitue même la seule citation explicite d’un dense préambule49. Il figure aussi dans des formules du haut Moyen Âge ainsi que dans maints actes des xe-xie siècles, mais le Relinquet homo y est alors plus fréquent que le Quod Deus50. La faveur générale qui entoure le Quod Deus s’explique sans doute par la densité d’un « message » qui proclame en peu de mots à la fois l’institution divine du mariage et son indissolubilité fondée sur « l’unité de la chair51 », mais son hégémonie dans le corpus clunisen est peut-être liée à la puissance expressive d’une injonction évangélique particulièrement appropriée au préambule-citation, un genre que nos rédacteurs semblent affectionner.

  • 52 Le Crescite et multiplicamini est présent dans les Form. Bitur. 15, Form. extrav. 9, 12 et 15, le d (...)
  • 53 le Non est bonum esse hominem solum (BB 705 et 725) est présent en Form. Bitur. 15, dans l’Artem 11 (...)

20On observe aussi le peu d’intérêt que les préambules clunisiens, même développés, attachent à la question des fins et bienfaits du mariage. En ce qui concerne la proles, le Crescite et multiplicamini n’est invoqué qu’une seule fois (BB 7) et il n’y a que l’acte BB 725 pour faire allusion à la création de l’homme et de la femme ad reparandum humani generis posteritatem. Là encore, les chartes rassemblées à Cluny semblent durcir les traits qu’on aperçoit dans les corpus de comparaison, où cette citation de la Genèse existe, quoique peu répandue52. Rarement aussi, et seulement dans les préambules un peu étoffés, il est fait état de la femme adjutorium de l’homme et remède à sa solitude (BB 705 et 725) ainsi que du mariage comme remède à la fornication (BB 725 et 857). Une fois de plus, cette rareté n’est pas une exclusivité du corpus rassemblé par Bernard et Bruel53.

  • 54 Eph. 5 : 25 : viri diligite uxores sicut et Christus dilexit ecclesiam et se ipsum tradidit pro ea  (...)
  • 55 Eph. 5 : 22 : mulieres viris suis subditae sint sicut Domino ; Col. 3 : 18 : mulieres subditae esto (...)
  • 56 Le Viri diligite est présent dans la Form. extrav. 9, les deux douaires normands (Fauroux 11 et 58) (...)

21Enfin, les préambules clunisiens ne se préoccupent pas des obligations réciproques des époux. Aucun d’eux ne cite les versets apostoliques sur les devoirs de dilection54 et de soumission55 imposés respectivement au mari et à la femme. Et ce silence pourrait bien en avoir entraîné un autre, celui qui entoure la valeur « sacramentelle » du mariage, dans la mesure où c’est par l’injonction du Viri diligite qu’affleure la référence à l’amour porté par le Christ envers son église, modèle de l’affection conjugale. Ici encore, la comparaison est instructive car les chartes du xie siècle ne sont pas muettes sur ces deux thèmes, même si elles ne sont qu’une minorité à les aborder56.

22En somme, les préambules du corpus clunisien se contentent d’afficher l’institution divine du mariage chrétien et son caractère indissoluble, le tout ancré (au mieux) dans la continuité de témoignages scripturaires. On n’y saisit guère de préoccupation pastorale ni d’appétence théologique ; le constat des auctoritates l’emporte sur l’argumentation ciblée.

Conclusion

23Au terme de ce parcours, dressons un rapide bilan. On a vu que les actes à préambule formaient un corpus minoritaire au sein des sponsalicia clunisiens, une production géographiquement assez dispersée qui, en l’état du dossier, n’illustre pas plus la « culture » de tel ou tel atelier de rédacteurs qu’elle ne révèle une espèce diplomatique jouant un rôle particulier dans le processus matrimonial. Le choix de l’acte à préambule reste donc un petit mystère qui relève de cette « collaboration » insaisissable entre commanditaires de l’acte et responsable de son écriture, une écriture collective dont Michel Zimmermann sait la place nodale dans la création diplomatique.

24Les préambules en cause sont du reste modestes et routiniers, hormis quelques pièces dont la plus riche ne fait que reprendre un modèle du ixe siècle. C’est le préambule-citation qui domine, et avec lui les auctoritates bibliques. Mais celles-ci sont peu variées et manquent d’originalité, portant singulièrement au pinacle une injonction évangélique (le Quod Deus conjunxit) qui marie commodité de la forme et densité du fond.

25Le souci du droit ne quitte guère, cependant, l’horizon des rédacteurs ; il s’affiche résolument dans plusieurs préambules, et même quand la thématique est seulement « religieuse », c’est encore la légitimité du mariage chrétien et son effet (l’indissolubilité) qui mobilisent l’attention, sans souci pastoral ou réelle échappée théologique. Ces rédacteurs sont peut-être des clercs, mais d’abord des praticiens du droit, qui n’ont pas oublié le legs de leurs prédécesseurs du très haut Moyen Âge.

Notes

2 Michel Zimmermann, « Protocoles et préambules dans les documents catalans du xe au xiiie siècle : évolution diplomatique et signification spirituelle [2e partie] », Mélanges de la Casa de Velazquez, t. 11, 1975, p. 51-79, aux p. 64-65 ; id., Écrire et lire en Catalogne (ixe-xiie siècle), 2 vol., Madrid, Casa de Velázquez, 2003 (Bibliothèque de la Casa de Velázquez, 23), spéc. t. I, p. 261-262, 323-324 et t. II, p. 851-852 ; id., « Le recours aux auctoritates en Catalogne (ixe-xiie siècle). Formes d’insertion documentaire et finalité discursive », dans Pierre Toubert et Pierre Moret (dir.), Remploi, citation, plagiat. Conduites et pratiques médiévales (xe-xiie siècle), Madrid, Casa de Velázquez, 2009 (Collection de la Casa de Velázquez, 112), p. 73-96, aux p. 84, 86 et 93.

3 La plupart de ces actes nous sont transmis par des copies prises sur original par Lambert de Barive ; sur ce personnage : Sébastien Barret, « Un avocat au service du Cabinet des Chartes : les travaux de Louis-Henri Lambert de Barive dans les archives de Cluny (v. 1770-v. 1790) », Histoire et archives, t. 15, 2004, p. 29-64. Les mentions dorsales des parchemins (du moins les plus anciennes) sont relevées dans l’édition Bernard-Bruel, vraisemblablement sur la base des indications de Lambert de Barive. – Mention sponsalicium (graphie ordinaire : sponcalicio) : BB 75 (902), 88 (905), 189 (912), 190 (912), 229 (922), 254 (925-926), 370 (928), 380 (930), 659 (944), 705 (947), 725 (948), 857 (953), 858 (953), 969 (955), 1161 (963), 1211 (966), 1242 (968-969), 1331 (973), 1392 (974), 1413 (975), 1415 (975), 1427 (976), 1777 (988), 2265 (994), 2618 (1005), 2633 (1006), 2659 (1009). Dotalicium : BB 7 (833 ou 920 ?), 86 (904), 358 (928), 686 (946). Mentions d’un autre type : BB 96 (908), 197 (914), 233 (922), 400 (932), 1090 (960), 1137 (962), 1425 (976). Actes sans mentions dorsales relevées : 230 (922), 439 (935), 496 (939), 516 (c. 940), 668 (945), 687 (946), 1390 (974), 1412 (975), 1426 (976), 2628 (1006), 2875 (1031-1060).

4 Barbara H. Rosenwein, « Circles of affection in Cluniac Charters », dans Didier Boisseuil, Pierre Chastang, Laurent Feller et Joseph Morsel (dir.), Écritures de l’espace social. Mélanges d’histoire médiévale offerts à Monique Bourin, Paris, Publications de la Sorbonne, 2010 (Histoire ancienne et médiévale, 101), p. 397-415, aux p. 400-405.

5 BB 75, 88, 96, 189, 197, 233, 254, 370, 380, 400, 1090, 1137, 1161, 1413 et 1425.

6 BB 75, 197 et 1425 ; BB 197 : Dilectissima uxore mea Adalacia, ego, in Dei nomen, Rodencus, in pro amore et bone volencia tua, et pro bene servisti, et inantea melius deservire promisisti, propterea dono tibi aliquid de res meas…

7 BB 233, 370 et 400.

8 Trois chartes au profit de conjuges : BB 88, 96 et 233 ; neuf chartes au profit d’uxores : BB 75, 197, 254, 370, 380, 1137, 1161, 1413, 1425 ; deux chartes au profit de feminae : BB 400 et 1090. La charte BB 189 (sponsa) fait donc vraiment figure d’exception.

9 Sur le dotalicium et ses avatars : François Bougard, Laurent Feller, Régine Le Jan (dir.), Dots et douaires dans le haut Moyen Âge, Rome, École française de Rome, 2002 (Collection de l’École française de Rome, 295) ; Philip L. Reynolds et John Witte Jr. (dir.), To Have and to Hold : Marrying and its Documentation in Western Christendom, 400-1600, Cambridge, Cambridge University Press, 2007.

10 BB 7, 86, 190, 229, 439, 496, 516, 659, 686, 705, 725, 857, 969, 1211, 1242, 1331, 1390, 1392, 1412, 1415, 1426, 1427, 1777, 2265, 2618, 2628, 2633, 2659 et 2875. S’y ajoutent trois chartes à des conjuges : BB 230, 358 et 687 (complément du BB 686) ; deux chartes à des uxores : BB 668, 858 (confirmation du BB 857).

11 BB 7 (833 ou 920 ?), 86 (904), 439 (935), 496 (939), 659 (944), 686 (946), 705 (947), 725 (948), 857 (953), 969 (955), 1211 (966), 1390 (974) et 2265 (994).

12 Il s’agit notamment des formulations telles que « ego N te N esponsavi, et si Deo placuerit at legitimum cumjugium sociare volo, proterea dono » (BB 496), où le rédacteur use du parfait pour les fiançailles (esponsavi) et d’une construction volitive indiquant un futur proche pour le mariage (sociare volo) Mais dans ce type d’agencement, les verbes peuvent aussi bien ne marquer aucun décalage temporel : BB 1211 (esponsavi/ sociare volui), 1331 (sponsare cupio/sociare volo). Sur ce point, voir aussi L. Morelle, « Mariage et diplomatique : autour de cinq chartes de douaire dans le Laonnois-Soissonnais, 1163-1181 », Bibliothèque de l’École des chartes, 146, 1988, p. 225-284 (version anglaise remaniée et abrégée, dans To Have and to Hold, op. cit., p. 165-214), p. 233, n. 30 (p. 173, n. 27).

13 Avec préambule : BB 86, 496, 857, 969, 1390 ; sans préambule : BB 190, 1242, 1412, 1415, 1426, 1777, 2618, 2633, 2659, 2875.

14 Sur les chartes de douaire comme « chartes nuptiales » : L. Morelle, « Mariage et diplomatique… », art. cité, p. 232-234 (p. 172-174) ; Philip L. Reynolds, « Dotal Charters in the Frankish Traditions », dans Philip L. Reynolds et John Witte Jr. (dir.), To Have and to Hold, op. cit., p. 114-164, aux p. 131-132.

15 La seule charte de douaire aujourd’hui conservée en original (BnF, lat. 17715) est dépourvue de préambule : acte BB 668 (945), délivré à une uxor.

16 Je suis en effet réservé sur le BB 7, daté par ses éditeurs de 833 mais qui pourrait être plutôt de 920. L’acte, œuvre d’« Uboldus, presbiter », assigne un douaire dans le pagus de Lyon et porte la date « anno XX imperii domini nostri Ludovici imperatoris ». Cet empereur Louis pourrait être Louis l’Aveugle (901-928). Sur les mentions de Louis l’Aveugle empereur dans les actes clunisiens : Alexandre Bruel, « Études sur la chronologie des rois de France et de Bourgogne d’après les diplômes et les chartes de l’abbaye de Cluny aux ixe et xe siècles [second article] », Bibliothèque de l’École des chartes, t. 41, 1880, p. 329-374, aux p. 353-357 (sans mention du BB 7).

17 Parme, Archivio Capitolare, Pergamene, Secolo IX, n. I. édition de référence par Francesca Santini dans Chartae Latinae Antiquiores… 2nd Series, Ninth Century, t. XCII (Italy 64), Dietikon-Zurich, Urs Graf Verlag, 2012, no 3, p. 25-29, sous la date de 843, bien plus plausible que celles de 823 ou 826 adoptées par les éditeurs antérieurs ; retoucher sur ce point François Bougard, « Dot et douaire en Italie centro-septentrionale, viiie-xie siècle. Un parcours documentaire », dans Dots et douaires, op. cit., p. 57-95, Annexe, pièce no 4, p. 90, commentaire, p. 66, suivi par Barbara Rosenwein, « Circles of affection… », art. cité, p. 402. Sur les personnages, voir Manfredi Lanza, « Due coppie comitali franche attestate nel Modenese nei secoli ix e x : Anteramo e Adelburga, Rodolfo e Guitburga », Studi Medievali, 45, 2004, p. 361-393.

18 Amender sur ce point Barbara Rosenwein, « Circles of affection… », art. cité, p. 402 et n. 29, qui n’a pas rapproché l’acte conservé à Parme de l’acte BB 725.

19 On manque d’étude de fond sur les munimina entrés dans les archives de Cluny. En attendant, lire les réflexions de Matthew Innes, « On the material culture of legal documents : charters and their preservation in the Cluny archive, ninth to eleventh centuries », dans Warren C. Brown, Marios Costambeys, Matthew Innes et Adam J. Kosto (éd.), Documentary Culture and the Laity in the Early Middle Ages, Cambridge, Cambridge University Press, 2013, p. 283-320.

20 Mâconnais : BB 857, 969, 1211 et 2265 ; Lyonnais : BB 7 et à nouveau 857 et 2265 ; Chalonnais : BB 86, 496 et 1390.

21 L’acte BB 705 (947), sponsalicium donné par Dominique à son épouse Ermenberge, est « écrit » par Ingelbertus, dont le nom figure, dans le même rôle, au bas des actes « auvergnats » BB 501 (939), 704 (947), et aussi 547 (942), en dépit de la lecture, exceptionnellement peu convaincante, que ses derniers éditeurs donnent du nom du scribe (Ingelfretus) ; voir Les plus anciens documents originaux de l’abbaye de Cluny, éd. Hartmut Atsma, Sébastien Barret, Jean Vezin, t. I, Turnhout, Brepols, 1997 (Monumenta palaeographica Medii Aevi, series Gallica), no 16, p. 19. Ce groupe d’actes présente plusieurs tournures rédactionnelles communes, qu’il partage, prises isolément, avec d’autres chartes auvergnates du fonds clunisien. Ce groupe d’actes met en scène des personnages liés par la parenté ou le voisinage. Il y a tout lieu de penser que l’épouse Ermenberge est la fille d’un des deux couples protagonistes de l’acte de vente BB 547, concernant des biens sis près de Langeac (Haute-Loire, arr. Brioude). La place me manque ici pour aller plus loin.

22 Sur la date controversée du BB 857, à savoir 953 (Auguste Bernard) ou 989 (Ferdinand Lot suivi par Maurice Chaume, « Observations sur la chronologie des chartes de l’abbaye de Cluny », Revue Mabillon, 29, 1939, p. 81-89, à la p. 88, lui-même repris par Barbara Rosenwein, « Circles of affection… », art. cité p. 400, n. 11), la démonstration de Carlrichard Brühl (« Karolingische Miszellen. III », Deutsches Archiv, 44, 1988, p. 385-389) en faveur de 953 emporte la conviction, d’autant qu’on peut lui ajouter l’argument de la proximité rédactionnelle de BB 857 avec l’acte BB 969 (955).

23 Neuf actes concernant le pagus de Viennois et promulgués entre 924 et 943 (BB 241, 358, 437, 439, 476, 523, 538, 546, 624) ont été écrits par Eldebertus, « jubente Barnardo ». L’identité des « Ado » qui écrivent les actes BB 1263, 1299, 1300, 1304, 1423 et 1437 avec le scribe du BB 659 est plus problématique, même s’il s’agit d’actes concernant le Viennois. Pour Ingelbertus, voir la note 21.

24 BB 439 (935), 496 (939), 659 (944), 686 (946), 857 (953), 969 (955), 1211 (966) et 1390 (974).

25 BB 7 (833), 86 (904) et 705 (947).

26 BB 725 (948) et 2265 (994).

27 « Le recours aux auctoritates… », p. 84-85 (articulation de l’histoire biblique à l’obligation légale).

28 Cf. Marculfi Form. I, 12 (« Praeceptum interdonationis ») : Dum Dominus omnipotens, creator caeli et terrae, permisit, iuxta quot legitur, in principio masculum et faeminam copulae sociari consorcium, dicens : « Relinquet homo patrem et matrem… ». Cf. aussi Form. Bituric. 15 (804) et Form. Salic. Merkel. 15

29 Cf. Marculfi Form. II, 15 (« Libellum dotis ») : Quod bonum, faustum, filex prosperumve eveniat ! De disponsandis maritandisque ordinibus hac procreatione liberorum causis quae fiunt, necesse est, ut omnes etiam donatio per scribturarum seriem pleniorem obteniant firmitatem ; le préambule fait ici allusion à la Lex Julia et Papia Poppaea, loi à visée nataliste promulguée sous Auguste.

30 L’expression figure dans le Code théodosien, lib. 8, tit. 12 (de donationibus), const. 1.

31 L’apparat critique du préambule ici édité signale des corrections suggérées par la charte de douaire de 843 déjà citée (« 843 »).

32 Je songe ici à une charte arlésienne de 1078 (Artem 1929).

33 J’entends ici les citations explicites ou manifestes. Deux citations : BB 7, 86, 439, 496, 659, 686, 1390, 2265 ; trois citations : BB 705 et 857 ; quatre citations : BB 969 ; six citations : BB 725. L’acte BB 1211 en contient une seule, mais l’invocation initiale au Sauveur est complétée d’une proposition relative reprenant Timothée 2 : 4 (qui omnes homines vult salvos fieri et ad agnitionem veritatis venire).

34 Les préambules qui suivent sont donnés in extenso (citations entre guillemets). BB 1211 (deux citations, mais une seule dans le préambule et en relation avec le mariage) : In nomine Domini et Salvatoris nostri Jesu Christi, « qui vul omnes salvos fieri et acnicionis veritatis venire » [Tim. 2 : 4] et « quod Deus junxit, homo non separet. » [Marc 10 : 9]. — BB 1390 (deux citations) : Dilecta sponsa mea Ingelberga. Ego Durant, per voluntatem Dei et per consilium parentorum et amicorum nostrorum, si Deo placuerit, ad legittimo conjugio sociare volo ; « propter oc dereliquit omo patrem et matrem, et aerebit sibi uxorem, et erunt duo in carne una » [cf. Marc 10 : 7-8] ; « quod Deus junxit, omo non separet » [cf. Marc 10 : 9]. – Groupe BB 439, 659 et 686 (deux citations) : « Derelinquit homo patrem aut matrem, et aterebit sibi uxorem, et erunt duo in carne una » [cf. Gen. 2 : 24 et Marc 10 : 7-8], et « quod Deus junxit, homo non separet » [Marc 10 : 9]. — BB 705 (trois citations) : texte ci-dessus, p. 127. — BB 857 (trois citations) : « In primcipio creavit Deus celum et terram » [Gen. 1 : 1], et « creavit in ea omnem (lire : hominem) at inmaynem suam, masculum et feminam creavit eos » [cf. Gen. 1 : 27] ; in Deo (sic ; lire ideo ?) constitutum est « proter caysam fornicacionem ut unusquisque omo uxorem accipiat diliendam (lire diligendam) » [cf. 1 Cor. 7 : 2]. — BB 969 (quatre citations) : « In principio creavit Deus celum et terram » [Gen. 1 : 1], et « creavit in ea ominem ad imaginem et similitudinem suam [Gen. 1 : 27 contaminé par 26] ». « Quod Deus junxit omo non separet » [Marc 10 : 9], « et erunt duo in carne una » [Marc 10 : 8 ou Matth. 19 : 5].

35 BB 86 : texte ci-dessus, p. 127. BB 496 : Dum Deus omnipotens creavit onnia, « masculum et feminam fecit eos » [Matth. 19 : 4 ou Marc 10 : 6, mais cf. Gen. 1 : 27], sicut dicsit in libri Genisis ; « Cot Deus jusit, omo non separet » [Marc 10 : 9].

36 Cum Dominus omnipotens masculum et feminam ad propagandam multitudinem filiorum copulasset, dicens : « Crescite et multiplicamini, et replete terram » [Gen. 1 : 28], ipse idem per infinitam bonitatis sue clementiam nuptias adiit, a quas in unum (corr. aquas in vinum) convertit sponsos, atque convivas miraculo divine potentie exilaravit, atque per auctoritatem Evangelii confirmavit, dicens : « Quod Deus conjonxit, homo non separet » [Matth. 19 : 6]. His et aliis auctoritatibus munitus, ego…

37 Antiqua consuetudine ostendente, et lege veteris ac novi Testamenti, et confirmatione Spiritus Sancti per Moysen docente de conjugio maris ac femine, auctoritas fidelium hominum satis roborata consistit, maxime ubi ait : « Quamobrem relinquet homo patrem et matrem et adherebit uxori suæ, et erunt duo in carne una » [Gen. 2 : 24], et ita sermone divino indissolubiliter subnixum quo dicit : « Quod Deus conjunxit, homo non separet » [Matth. 19 : 6]. Quod pactum et quam conjunctionem ut in perpetuum a christianis ratum habeatur, et etiam Dominus noster homo factus hominum factor, ut conjugium sanctum et auctoritate plenum per se ipsum confirmaret, nuptiis interesse voluit.

38 Texte ci-dessus, p. 128.

39 Les préambules usent des deux solutions verbales. Avec préfixe con- : BB 7, 686, 705, 725 et 2265 ; sans préfixe : BB 86, 439, 496, 659, 969, 1211, 1390.

40 Ajoutons que l’origine vétérotestamentaire du Relinquet homo est si bien gardée en mémoire par certains rédacteurs qu’ils en viennent à faire du Quod Deus (auquel il est si souvent lié) une parole de l’Ancien Testament ! C’est peut-être le cas du BB 496, mais indubitablement celui d’un dotalicium extra-clunisien, celui d’Adalsinde de Cerneyo (s.d. ; éd. dom Edmond Martène, Veterum scriptorum… collectio nova, Rouen, Montalant, 1700, t. I, pars II, p. 9-11).

41 Seul BB 2265 présente des leçons suffisamment conformes à l’une des sources en cause (quamobrem relinquet) pour qu’on puisse établir que celle-ci est bien la Genèse – qui est par bonheur la source alléguée par le rédacteur.

42 La forme derelinquit ou équivalent n’est pas spécifiquement clunisienne ; on la retrouve dans le dotalicium original Artem 4131 (1076). Seuls BB 86 et 2265 donnent une leçon conforme à la Genèse ou à Marc, respectivement reliquit et reliquet.

43 Ce problème n’a pas échappé à Michel Zimmermann (Écrire et lire, op. cit., p. 847-848) qui évoque des « … recueils de citations bibliques regroupées par thèmes, excerpta ou florilèges… ».

44 Seuls BB 725 et 2265 donnent la leçon et adherebit uxori suae présente dans la Genèse et l’évangile de Matthieu.

45 Deux actes maintiennent le possessif sua(m) (BB 86 et 686), mais trois autres le délaissent (BB 439, 659 et 1390). BB 705 présente une formulation qu’on pourrait dire « mixte » (et aderebit sibi uxori) qu’on retrouve dans deux dotalicia originaux non clunisiens de 1066 (Artem 2408) et 1076 (Artem 4131).

46 La formulation adherebit sibi uxorem n’est pas propre au fonds clunisien. On la note aussi dans une charte de douaire de 1065 (Artem 3719), issue du pagus de Clermont.

47 Philip L. Reynolds, « Dotal Charter as Theological Treatise », Recherches de théologie ancienne et médiévale, 61, 1994, p. 54-68.

48 Trois exemples puisés dans un large xie siècle : l’acte poitevin Artem 1153 (ca. 990), où l’importance du crescite et multiplicamini est affichée dans la phrase conclusive du préambule ; l’acte lorrain Artem 322 (1022), où le Relinquet homo vient à l’appui d’un éloge de la concordia et de l’unanimitas qui règnent dans la societas des époux ; enfin ce curieux acte auvergnat Artem 3719 (1065), dont les citations attendues (Relinquet homo, Quod Deus et Viri diligite) sont au service d’un discours finalement assez pessimiste sur la capacité de l’homme à se mieux conduire envers son épouse qu’envers les dons octroyés par Dieu lors de la Création.

49 Die Urkunden Ottos des II…, éd. Theodor Sickel, Hanovre, Imp. Bibliopoli Hahniani, 1888 (MGH, Diplomata regum et imperatorum Germaniae, 2/1), no 21.

50 Pour les formules : Quod Deus : Cartae Senon. 25, Form. extrav. 11 ; Relinquet homo : Form. Bitur. 15, Form. Salic. Merkel. 15, Form. extrav. 11, 12, 13, 14, 15. Les préambules des formules de dotalicia sont étudiés et traduits en anglais par Phillip Reynolds, « Dotal Charters… », art. cité. – Le corpus d’actes des xe-xie siècles ici utilisé comprend dix actes originaux de la base de l’Artem, les actes normands Fauroux 11 (996-1008 ; douaire de Judith, épouse de Richard II) et Fauroux 58 (1026-1027 ; douaire d’Adèle, épouse de Richard III), ainsi que le dotalicium d’Adalsinde (réf. ci-dessus, note 40). Dans cet ensemble, le Relinquet homo apparaît sans le Quod Deus dans les actes Artem 1153 (ca. 990), 322 (1022), 2408 (1066), 4131 (1076) et 2429 (s.d. ; même préambule qu’Artem 2428, mais abrégé de la partie Nouveau Testament) ; il figure avec lui dans les trois actes Artem 3719 (1065), 1927 (1069) et 2428 (s. d.) ; le Quod Deus conjunxit n’existe que dans trois des dix actes originaux à préambule (actes cités) ; il est présent dans les dotalicia Fauroux 11 et 58, ainsi que dans celui d’Adalsinde.

51 Les rédacteurs interprètent la citation dans l’un ou l’autre sens. L’acte normand Fauroux 58 insiste sur l’indissolubilité du mariage, tandis que le dotalicium de l’impératrice Théophano (éd. Theodor Sickel, Die Urkunden Ottos des II…, no 21, p. 29) retient son caractère divin : edicto denique proprio a deo factas esse nuptias ostendens in evangelio dicit : quod deus coniunxit, homo non separet… – L’« unité de la chair » est assurément la leçon essentielle du Relinquet homo : en témoigne le fait que le préambule du BB 969 n’en donne que sa conclusion, à savoir et erunt duo in carne una.

52 Le Crescite et multiplicamini est présent dans les Form. Bitur. 15, Form. extrav. 9, 12 et 15, le dotalicium d’Adalsinde (réf. ci-dessus, note 40), le Fauroux 11, les actes Artem 1153 et 2428-2429. Toutefois, le savant préambule verdunois de 1069 (Artem 1027) l’ignore.

53 le Non est bonum esse hominem solum (BB 705 et 725) est présent en Form. Bitur. 15, dans l’Artem 1153 (ca. 990) et le dotalicium d’Adalsinde.

54 Eph. 5 : 25 : viri diligite uxores sicut et Christus dilexit ecclesiam et se ipsum tradidit pro ea ; Col. 3 : 19 : viri diligite uxores et nolite amari esse ad illas. Tout au plus peut-on noter que le BB 857 modifie la fin du verset 1 Cor. 7 : 2 dans un sens « affectif » : au lieu de unusquisque suam uxorem habeat, on lit unusquisque [h]omo uxorem accipiat ad dili [g]endam. Mais il n’y a aucune prescription.

55 Eph. 5 : 22 : mulieres viris suis subditae sint sicut Domino ; Col. 3 : 18 : mulieres subditae estote viris sicut oportet in Domino ; 1 Pe. 3 : 1 : similiter mulieres subditae suis viris.

56 Le Viri diligite est présent dans la Form. extrav. 9, les deux douaires normands (Fauroux 11 et 58), les originaux Artem 3719 (1065) et Artem 1927 (1069), ainsi que dans le dotalicium d’Adalsinde. Les sentences bibliques sur la soumission de la femme apparaissent sous forme d’allusion dans le Fauroux 11 et de citation dans l’Artem 1927 (1069) et dans l’acte pour Adalsinde. Elles viennent donc en contrepoint au Viri diligite.

© Éditions de la Sorbonne, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search