Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Figures de l'autorité médiévale

 | 
Pierre Chastang
, 
Patrick Henriet
, 
Claire Soussen

Première partie. Pratiques de l'écrit

Quelques échos des Navarrais du xiiie siècle

Béatrice Leroy

Texte intégral

1Des peuples en dialogue, des responsables soucieux d’écouter les gens de leurs cités, des actes rédigés en diverses langues, idiomes en survivance et dialectes en cours de formation, voici bien des sujets qui pourraient toujours retenir l’attention des historiens travaillant sur les milieux ibériques médiévaux. Séduiront-ils Michel Zimmermann, qui sait écouter et parler aux groupes et aux individus, qui accepte les responsabilités, qui a si bien présenté les hommes du pouvoir, de la vie ecclésiastique, de la culture et de l’écrit, dans la Catalogne de l’An Mil ? Voici de rapides sondages dans les textes qui concernent la modeste Navarre – l’autre côté des Pyrénées pour Michel Zimmermann – en un siècle sans gloire pour ce petit royaume. Cependant, des comtes français y ont voyagé et résidé, alors qu’ils étaient d’une autre langue, et ils ont été fort intéressés d’y porter une couronne royale qui leur demandait de prendre des initiatives vis-à-vis d’une société qui suivait d’autres lois, d’autres traditions. Des documents peu connus jusqu’ici éclairent ces rapports dans les milieux urbains. Avec les notables qui savent agir et écrire ou faire écrire en leur nom, des gens de toutes facettes sociales ont eu le souci de confier leurs revendications ou leurs décisions sur des actes officiels.

Le legs de Sanche VII le Fort

  • 1 Béatrice Leroy, La Navarre des princes étrangers. Une histoire particulière, du xiiie au xve siècl (...)

2En 1234, le dernier des Sanches meurt à Tudela. Sanche VII le Fort (1194-1234) a légué son royaume à son neveu par sa sœur Blanche, Thibaut IV de Champagne. Il n’est pas de ce propos de revenir sur la carrière militaire et politique de Sanche VII, de l’impatience de la Castille et de l’Aragon pour réunir cette Navarre si réduite, à l’une ou l’autre de ces Couronnes ; le comte Thibaut est le légitime héritier du roi qu’il est venu rencontrer en 1221 à Tudela, et il accepte cette charge royale. La tradition veut que l’Alférez (le responsable des armées du roi) Juan Pérez de Baztan, et son frère l’évêque de Pampelune Pedro Ramirez de Piedrola (1230-1238), dès la mort de Sanche VII le 7 avril 1234, soient allés à Provins chercher Thibaut de Champagne, revenu avec eux immédiatement et couronné à Pampelune Thibaut Ier de Navarre par l’évêque le 7 mai. Les nobles de Navarre voulaient un roi de leur choix et non le roi d’Aragon Jacques Ier le Conquérant, qui avait été pressenti à son tour par Sanche VII et qui n’aurait pas manqué de rattacher la Navarre à sa Couronne, ce qui s’était produit de 1076 à 1134 et ce que ne voulaient plus les Navarrais, heureux d’avoir retrouvé depuis un siècle leur indépendance. Thibaut de Champagne, pensaient-ils, ne viendrait sans doute guère, depuis ses comtés septentrionaux, bouleverser leurs traditions, son héritage pourrait être reconnu. Or, contre toute attente, Thibaut Ier (1234-1253), et ses fils Thibaut II (1253-1270) et Henri Ier (1270-1274), sont venus souvent en Navarre, y ont résidé, se sont occupés avec grand soin de leur royaume et c’est une période de découvertes mutuelles et de véritable collaboration entre le souverain et son peuple qu’il est permis d’observer dans les documents des Archives générales du royaume (AGN), de la cathédrale de Pampelune (ACP), et de celle de Tudela (ACT), de la municipalité de Pampelune (AMP) et de celle de Tudela (AMT) pour l’essentiel1.

  • 2 José Goni Gaztambide, Historia de los Obispos de Pamplona, t. I, Siglos IV-XIII, Pampelune, Eunsa, (...)
  • 3 Béatrice Leroy, « Francos ou Français ? Essai de définition », dans Philippe Sénac, Jean-Pierre Ba (...)

3Sanche VII régnait avec ses Ricombres et ses chevaliers, les hommes du pouvoir, des hautes charges ecclésiastiques, de la vie militaire, qui portaient les noms de leurs terres paternelles ou maternelles (les Baztan et les Piedrola sont bien frères, mais héritent des domaines du père et de la mère, il en est souvent ainsi dans les lignages nobles ibériques), les Baztan, Almoravid (dans les montagnes de Pampelune, un ancêtre s’était couvert de gloire contre ces Berbères et le nom lui est resté), Leet, Arroniz, Medrano, Aíbar, Montagut, Rada, des patronymes qui perdurent plusieurs siècles dans le royaume. Au xiiie siècle, l’évêque de Pampelune gouverne avec le roi, sa cathédrale groupe un collège de chanoines dont le Prieur tient à ses côtés un rôle d’administrateur dans la cité de Pampelune2. À Tudela, où la collégiale de chanoines ne devient cathédrale qu’à l’époque moderne, les ecclésiastiques menés par un doyen sont issus de la noblesse environnante, mais tout autant de la bourgeoisie privilégiée de la cité. Les deux villes de Pampelune et de Tudela ont une population équivalente, peut-être 7 000 à 8 000 habitants au xive siècle. Des Francos sont venus aux xie, xiie, xiiie siècles, « repeupler » ces territoires, pèlerins de Santiago restés ou revenus sur place et commerçants à leurs côtés ; à Pampelune venus de l’Aquitaine et du Languedoc, francs-bourgeois dotés d’un Fuero particulier par Sanche Ramirez roi d’Aragon et de Pampelune vers 1090, ils vivent dans des bourgs édifiés contre les murs de la première cité, San Cernin et la Población San Nicolas, sans se mêler de trop près aux Navarrais de la Cité, la Navarrería, le quartier ancien de la cathédrale. À Tudela reconquise seulement en 1119, ces Francos de même origine géographique, mais aussi de bien des horizons ibériques mêlés à eux dans les mêmes privilèges et les mêmes intérêts vivent dans tous les quartiers de la ville, aux côtés des gens de l’Èbre de toujours, les uns et les autres exploitant les huertas et commerçant grâce à l’Èbre, dont la Navarre tient un tronçon, entre la Rioja de Castille et l’Aragon de Tarazona, dont l’évêque est le chef spirituel de la ville3. L’ouest de la Navarre, le long des affluents de l’Èbre, compte Estella, bourgade vivace et composite, et l’Est, à l’entrée de la voie du Somport, le bourg de Sangüesa, comme bien d’autres localités très moyennes dans l’ensemble du royaume, qui ne peut plus s’agrandir au xiiie siècle, car la Reconquista est dans les mains de la Castille et de l’Aragon après la victoire de Las Navas de Tolosa de 1214, et au Nord l’Aquitaine a sa propre histoire. Thibaut Ier est le roi d’un État de 10 000 km2 qu’on peut franchir du Nord au Sud (du nord de Saint-Palais au sud de Tudela) ou de l’Est à l’Ouest, en quelques jours, avec peut-être 120 000 habitants, qui dans les villes semblent tous se connaître.

  • 4 AGN (Archives générales de Navarre), Documentos de Comptos, soit dorénavant Comptes, caj. 1, no 10 (...)

4Ces Navarrais sont Gascons dans le nord du col de Roncevaux, dans la province dite depuis Pampelune Outre-Ports, soit la châtellenie de Saint-Jean-Pied-de-Port et quelques seigneuries, Basques dans les Montagnes, Navarrais mêlés d’Aragonais et de Castillans dans les plateaux et les vallées du centre, Francos de toutes origines dans les villes, et Juifs dans les cités de la Navarre du Sud des Montagnes, enfin Maures dans Tudela et les villages des alentours. Une charte de Sanche le Fort, non datée, de 1198-1199, rappelle que le roi et ses « voisins » et les communautés religieuses de Santa María la Mayor (la collégiale de Tudela) et Sainte-Christine (du Somport, qui a des biens en Navarre), se partagent des terres céréalières de Murillo, dites Algesira, proches de la cité. « Ce partage a été réalisé comme des frères partageant leur héritage », dit le texte latin. Le délégué du roi dans la confirmation de cet accord est le Juif très connu à Tudela dans le tournant des xiie-xiiie siècles, Jucef ben Peshat Abolfazan, et de la part des ecclésiastiques, le frère Nicolas. Leurs témoins sont, pour les Juifs, Enoch de Muriel, pour les Navarrais, Pedro Amado, García Pastor, Pedro de Santa Christina, et pour les Maures, Mahoma Alférez, Abdallah Ibn Cauba, et Ali Zapielo4.

  • 5 1215, ACP (Archives de la cathédrale de Pampelune), A 5, Renald de Concoz ; 1217, Libro Redondo, f (...)
  • 6 AGN, Cartulaires Monastiques, Tulebras, Leg. 2, no 60.
  • 7 ACT (Archives de la cathédrale de Tudela), caj. 47, Leg. 8, no 24 : […] Laxo anniversarium in eccl (...)
  • 8 ACT, caj. 39, Leg. 15, no 27.
  • 9 AMP (Archives municipales de Pampelune), caj. 5, no 11.

5Les rois comtes de Champagne doivent disposer de traducteurs, interprètes, lorsqu’ils traitent avec tous ceux-ci. Dans les documents de la cathédrale de Pampelune, ou de la municipalité de Pampelune, on connaît depuis 1217, 1226, 1227, 1223, des membres des familles Rosas, Moza, Concoz, ou encore Hélie David, Francos de Pampelune, puis au milieu du xiiie siècle, les Cruzat, les Caritat5 ; à Tudela, dans les mêmes dates, les Baldouin, rencontrés également à Estella, Pelegrin, Pastor, Durand, Renalt et également Caritat. En 1218, l’abbesse Toda Momez de Tulebras (un couvent de religieuses cisterciennes dans la Ribera, la campagne de Tudela), est en procès, le texte est en latin, avec une certaine doña Bernarda et son fils Pedro López, pour une vigne qui jouxte celles des Juifs de Tudela Ezmel ben Peshat et Benvenist ben Salterama, et l’abbesse dont la propriété est reconnue, vend cette vigne 220 sous au Juif rabbi Azach (Isaac) Bendevid ; ses garants et témoins sont Miguel Baldouin, Guillem Baldouin, Gonzalo de Mayorcas, et le prêtre Pedro Jocelin, tous de Tudela6. Voici la société composite dont Thibaut Ier prend connaissance. Dès 1236, toujours à Tudela, Pascasio de Bolea laisse un testament, écrit en latin, dans lequel il laisse pour l’anniversaire de ses funérailles à la collégiale Santa María la Mayor, pour 10 sous annuels, sa terre de Mosquera limitrophe de celle du Maure Muza Algaba, et du canal d’irrigation7. En 1255, les deux chevaliers de Tudela, García Pérez de Ulloqui et Diego Sánchez Ezquerra, vendent pour 160 sous au chapitre de la collégiale leur jardin du pont de l’Èbre, avec son droit d’usage de deux jours d’eau par semaine, longeant les jardins du doyen et du chapitre, du Juif Mosse ben David, et la voie publique ; leurs témoins sont Pelegrin Capellan fils de don Andreu « de los Baldoynes », le chevalier Pero Sánchez, Guillem d’Aradas et le pelletier Iñigo de Moncayo8. À Pampelune, les Francos du Bourg San Cernin sont certes issus de groupes français, mais au xiiie siècle ils côtoient les Navarrais de toujours, et peuvent partager avec eux métiers et franchises ; en 1244, les 12 jurats du Bourg sont Guillem de l’Escuiles, Grimaut de la Motte, Raoul de San Gil, Juan de Zavalza, Juan Marra, Pedro le changeur, Per Arnalt de San Gil, Martin Gaízca, Pascal Laurens le pelletier, Matheu Rey, Juan Petit le bourrelier9.

  • 10 À titre d’exemple de cet usage du romance à Pampelune, ACP, T 39, le 4 septembre 1239 : […] Conosu (...)
  • 11 AGN, Clero, Tudela, no 12 par exemple : […] Ego Johannis Garsie de Andrequain, de mandato fratris (...)

6Les langues, le romance, un dialecte languedocien10, le navarrais qui est très vite le castillan presque achevé, sont ainsi maniées, parlées et écrites dans les villes. La culture écrite qui garde longtemps encore le latin est-elle entrée dans tous les milieux ? L’hospice de Roncevaux est surtout peuplé de paysans basques des Montagnes ; en 1240, plusieurs chanoines ne savent pas écrire. Le prieur décide à cette date de s’entendre avec le doyen et le chapitre de santa María la Mayor de Tudela, pour en finir avec de continuelles controverses à propos de dîmes et de droits levés depuis le xiie siècle par l’hospice sur l’église Santa María la Magdalena, un partage des droits et des legs des paroissiens mettant d’accord les deux chapitres. L’hospice de Roncevaux groupe alors le prieur, le vice-prieur et 22 chanoines ; c’est l’un d’eux, le chanoine Juan García d’Andrequiain, qui se charge de la rédaction latine de la charte d’accord, en contresignant à la place de neuf de ses collègues qui ne savent pas tracer leurs lettres, et dessinant tout comme les autres un signum imagé qu’il a soin de varier pour chacun des neuf, les frères Julian, Domingo de Urbicain, Ferrant, Pedro de Arceiz, Miguel de Sorauren, Juan Breton, Bartolomé de Saint-Jean-Pied-de-Port, García Semenez de Villava, Semen Ortiz11. Dans les villes observées, le notaire authentifié par le conseil, écrit à la demande dans l’une ou l’autre langue.

La rencontre avec les nouveaux rois

  • 12 AGN, Comptes, caj. 2, no 38.
  • 13 Ibid., no 72.
  • 14 Ibid., no 71.

7Il est de tradition que les conseils urbains délèguent des procureurs pour prêter serment de fidélité au nouveau souverain, des prudhommes représentant ces « bonnes villes » aux côtés des nobles et des prélats lors de la cérémonie du couronnement, ou, plus largement et plus fréquemment défendant les droits et écrivant les revendications en cas de litiges. En 1237, Thibaut Ier se présentant à Tudela avec des ricombres de Navarre et des seigneurs champenois, n’ayant encore aucune difficulté particulière à connaître et à résoudre, a réuni l’évêque García de Tarazona dont relève la cité, l’abbé Juan du monastère d’Iranzu (dans les montagnes d’Estella) et le Tudelan Miguel Pérez12. Puis les demandes et les rapports se précisent, et les personnalités locales doivent se présenter. En 1251 à Pampelune, le roi reçoit de la Población San Nicolas la disponibilité de la tour María Delgada élevée sur les murs du quartier ; le conseil du quartier tout entier a tenu à faire porter les noms sur la charte, l’alcalde Martín Moza, l’amirat Mieguel de Undiano, et les 12 jurats, pour la plupart des artisans et des commerçants, dont un Andrès Moza, bien sûr parent de l’alcalde13. La même année 1251, Thibaut Ier accorde une foire annuelle à Estella (durant la quinzaine suivant la saint-Michel de septembre), et le conseil urbain délègue ses témoins, l’alcalde Semen d’Echevarria et six collègues dont quatre portent des noms des villages des Montagnes14.

  • 15 Ibid., no 91.

8Thibaut II succède à son père en 1253, il se présente en Navarre en 1255 ; le conseil de la Población San Nicolas de Pampelune lui jure fidélité et obéissance, par les voix de l’alcalde Martín Moza, l’amirat Miguel de Undiano toujours présent depuis 1251, et deux autres bourgeois, dont Andrès Moza, jurat comme Pero Moza nouvellement parvenu au Conseil dont les autres jurats portent des noms navarrais du voisinage15. La Franquesia des origines, du temps des rois Sancho Ramirez ou Alphonse Ier le Batailleur, « rois d’Aragon et de Pampelune », qui était réservée aux colons étrangers à la Navarre, a donc évolué en un siècle et demi ou deux siècles, et s’adresse aussi bien aux hommes nés dans les sociétés de Pampelune, Estella, Tudela, qu’à ceux dont les ancêtres étaient issus des terres françaises.

  • 16 AGN, Clero, Tudela, no 11, le navarrais y est presque parfait : […] Sobre el clamo e la rancura qu (...)
  • 17 AMP, caj. 4, no 9.

9Tout nouveau souverain prête serment d’observance au Fuero de Navarre, lui demandant de « réparer les torts » de ses prédécesseurs. Les rois de la dynastie de Champagne s’y plient de bonne grâce. En 1236, Thibaut Ier à Tudela, reçoit la plainte de don García Artiga, Commandeur de l’Hôpital saint-Jeande-Jérusalem en Espagne, par l’intermédiaire du frère Juan Iñiguez prieur de l’Hôpital en Navarre, et d’un frère qui doit s’appeler Miguel ou Martín prieur à Tudela où l’ordre possède un hospice ; le roi se repose sur les chevaliers navarrais Sancho Martínez de Zavalza et Andrès López de Caparroso, car il faut s’entendre en espagnol. On apprend que Sanche VII, oncle du roi Thibaut Ier, a oublié de verser les dîmes qu’il doit à l’Ordre dans la ville de Tudela depuis qu’il est allé « au Maroc » (soit depuis son voyage en Andalousie auprès du calife Almohade, avant l’expédition de las Navas de Tolosa, pour essayer des pourparlers de paix, en 1210), alors que le roi Sanche VI, le grand-père du roi Thibaut, les avait toujours payées fidèlement. Le roi Thibaut est roi depuis deux ans déjà et il ne les a toujours pas versées ! Le roi fait examiner l’affaire par ses chevaliers et, tous documents faisant foi, ordonne de payer ce qu’il doit16. En 1236 toujours, Thibaut Ier fait établir à Pampelune un accord entre San Cernin et la Población, qui se partageront à l’avenir les profits des places de marché sur le « Chapitel », le terrain vague séparant les deux quartiers ; parmi les 12 jurats de San Cernin, on reconnaît don Caritat, Juan Breton, Juan Bon le savetier, parmi les 11 de la Población, Martin de Undiano et Juan Bodin17.

  • 18 AMP, caj. 5, no 18 : […] Sobre la quereilla e demanda que fazien les Bons Omnes del Borc que non d (...)
  • 19 AMP, caj. 5, no 22.
  • 20 AMP, caj. 6, no 27.
  • 21 AMP, caj. 7, no 46.

10Thibaut II, avec application, « répare les torts » de ses prédécesseurs Sanche VII et son père Thibaut Ier qui en bien des cas a laissé courir les affaires, et celles-ci affrontent sans arrêt les quartiers de Pampelune. En janvier 1254, les procureurs du jeune roi écoutent les délégués du Bourg San Cernin contre ceux de la Navarreria, à propos de places, de murs, de clôtures, qui sont revendiqués par les uns et les autres ; il a fallu réunir les jurats dans le couvent Saint-François, et la charte écrite en romance scellée des sceaux des deux délégués du roi, le frère Nicolas et le Juge de la Cour Lope de Larruz, entre dans des détails qui semblent menus, mais qui montrent le quant-à-soi de ces gens des quartiers, ceux du Bourg se donnant le privilège de vendre le pain et le vin aux pèlerins de Santiago (a Rumeu) et nulle part ailleurs, et tous se disent néanmoins les plus fidèles sujets du roi18. En juin 1254, Bon Macip et Juan Marcholes, procureurs du Bourg San Cernin, disent devant le roi que « le noble roi Sanche qui gît à Roncevaux » avait fait payer à tort des taxes de péage par les gens du Bourg à Roncevaux, à Maya, et à Saint-Sébastien ; et le roi Thibaut Ier a continué à lever ces péages. On proclame que désormais les gens du Bourg ne les paieront qu’aux portes de Pampelune et nulle part ailleurs19. Le Bourg San Cernin ne s’arrête pas pour autant dans ses récriminations ; Thibaut Ier avait exigé de ses gens de ne changer que sa seule monnaie de provinois, et Thibaut II doit leur accorder la liberté de changer toutes les monnaies de tous pèlerins et marchands passant par là20. En 1258, on croit parvenir à une paix perpétuelle dans Pampelune ; après une échauffourée et un début d’incendie entre la Navarreria et la Población, le gouvernement royal délègue l’abbé du couvent cistercien d’Iranzu, Fernando, et le moine García Murde, qui est un neveu d’Eneco Murde de la Navarreria, pour réunir les délégués de tous les quartiers de Pampelune dans la maison du Conseil d’Estella (on a pris soin de faire intervenir des réconciliateurs à Pampelune), et parvenir à une convention, ce qui est écrit en romance en cours d’évolution : […] Que aviren avenienza los Bons Omnes de las sobreditas villas, que fizen paz e perdonaren se les uns als altres tot le mal que era fait troa aquel dia, por razon del larsson e de altres guerras que avran entre als […]21.

  • 22 AMT, caj. 1, no 21.

11Le roi Thibaut II est intervenu en 1254 à Tudela, où rien ne rappelle ces heurts entre les quartiers de Pampelune, mais où il faut, dans cette cité fortifiée qui garde le sud du royaume, une grande responsabilité collective. C’est ainsi que le roi, répétant qu’il répare les torts de ses prédécesseurs ( ?), remet au Conseil les clefs des portes de la ville, le 11 septembre. Le prieur de Santa Cruz qui est hors les murs, représentant Tibaut II, comme son procureur le chevalier Lope Iñiguez de Uroz, s’entendent avec l’alcalde de Tudela Juan Pelegrin, et deux des jurats, Gil Baldouin et Pons d’Eslava ; les jurats de Tudela sont bien de cette société de Francos, qui se soudent en lignages, Guillem Baldouin, Miguel Baldouin, Pero Semenez le gendre de Pons Baldouin, Pero Guillem Doelin, Domingo Ilario, Lope Martínez de Polos, Bartolomé de Godofre, Juan Perez Pastor, Bartolomé de Tours, Juan Martínez fils de Martin Estevan, Pascal Andrès del Mercadal, Miguel de la Fleta, Pero Guillem le pelletier22.

  • 23 AGN, Cartulaires monastiques, Irache, Leg. 8, no 213.

12Cette conscience qu’il faut « réparer les torts » des antécesseurs, revient dans les actes des particuliers, sans doute suivant l’exemple du souverain, qui délègue des procureurs, écoute ou fait écouter, chercher les documents probants, et se prononce en faisant toujours rédiger ses chartes dans la langue du peuple. Ainsi en 1256, le chevalier Iñigo Ortiz d’Eztuñiga (un ancêtre de la grande maison noble castillane des Zuñiga), pour accomplir le testament de son frère Lope Ortiz avec l’accord de ses deux neveux Ferrant López et Diego López, déclare réparer les torts de sa famille vis-à-vis du monastère d’Irache (vénérable abbaye bénédictine aux portes d’Estella), et, pour ce faire, offre au couvent onze collazos, paysans en servage de sa villa de Adios rapportant de belles rentes annuelles23.

  • 24 AMP, caj. 8, no 51-52.

13Le même esprit de pardon des fautes passées préside aux actes d’Église. Thibaut Ier s’était affronté à son évêque de Pampelune pour des droits de justice et toutes sortes de privilèges dans la ville, qu’il n’avait sans doute pas compris clairement et revendiqués par le prélat qui l’avait excommunié quelque temps. Les rapports suivis entre la ville de Pampelune et l’évêque sont toujours litigieux, et les procès rebondissent. En 1272-1274, sous le roi Henri, le conseil réuni de San Cernin et de San Nicolas, a fait exécuter un Pelegrin Jurdan, un Franco, on ne sait trop pourquoi, dont la famille a appelé au tribunal de l’évêque Armingot, qui a excommunié les deux Bourgs, les privant de toute célébration liturgique. Les Bourgs, relevant du Fuero de Jaca depuis leur fondation au xie siècle, ont appelé à Pampelune quatre clercs de Jaca qui ont dit les messes, marié et enterré les gens deux ans durant malgré la volonté épiscopale. Enfin, en 1274, le prélat proclame son pardon général et lève toute sentence d’excommunication (mais sa politique opposée aux Francos a, en partie, donné lieu à la guerre civile entre les quartiers l’année suivante). Les noms des jurats des Conseils sont alignés pour 1272 et 1273, et y siègent avec continuité des Rosas, Caritat, Moza, Esforcin, Arnalt, de Badoztain, Bon Macip, Esveillart, des bourreliers, couteliers, savetiers, marchands, surtout des changeurs, dont les patronymes relevés dès le début du xiiie siècle perdurent par la suite24.

Tradition, richesse, respect de la communauté

14Ces Navarrais qui s’affrontent ou s’entendent, qui revendiquent toutes sortes de droits vis-à-vis du gouvernement royal et qui finissent par obtenir tout ce qu’ils demandent, des clefs des portes urbaines, des droits monétaires et commerciaux, des amnisties en justice civile et ecclésiastique, qui s’appellent Caritat ou de Badoztain, sont très attachés à leurs terres, leurs propriétés familiales, leurs droits d’usage de l’eau, et aiment vivre en confréries.

  • 25 AGN, Comptes, caj. 1, no 101, V.
  • 26 Ibid., no 100, XI.

15Les transactions foncières et les testaments lus dans les cartulaires monastiques et les documents des archives des villes, mentionnent tous cette richesse, ou cet espoir d’aisance qu’est la possession de domaines, de l’eau courante, de paysans versant des rentes régulières, pour les gens des villes qui par ailleurs ont de toutes autres occupations. La noblesse navarraise ne semble pas différente, elle aussi soucieuse de préserver droits et revenus – qui dans le royaume ne sont jamais abondants, la terre y est rare et les rentes ne couvrent guère les frais de la vie. C’est ainsi que peu après 1234, un certain Vital Lope Beretera de Iciz, des alentours de Pampelune, assure sa famille, lui-même et toute sa descendance, répète-t-il à plusieurs reprises, en passant une convention avec le roi Thibaut Ier pour exploiter en commun des moulins de sa propriété. En faisant écrire en romance, le dit Vital López prend l’initiative d’installer les roues sur un cours d’eau, et promet d’en partager les revenus avec le roi, auquel il prête « plaid et hommage » selon la coutume navarraise. Parmi ses neuf témoins, ce donateur ou co-exploitant royal groupe un prieur et deux alcaldes des villages de Sarasas et de Vidangoz ; il est bien entendu que les frais d’entretien doivent être assurés par les deux contractants25 ! Mais les accords entre voisins sont aussi nécessaires ; certains révèlent une véritable gêne économique chez des citadins de Tudela, ou du moins une habitude prise d’entraide en toutes circonstances, tel cet accord de 1213 passé entre Bartolomé fils de Pascal de Seran et le boutiquier Pedro Ivañez. Pendant trois ans (seulement, et non pas à vie, cette entente révèle une angoisse pour l’immédiat), Bartolomé donne « en loyer » au marchand ses propriétés et deux caves, cum tali convenientia dit le texte latin, que le locataire lui donnera à manger et à boire, le vêtira de chemises et de braies, le chaussera habundenter, de la fête de Saint-Michel à la même fête trois ans après, et puis encore chaque année lui donnera une cape et une tunique noire ou brune, et puis enfin 10 morabotins alfonsins pour le jardin du bout du pont. Tout fera retour à Bartolomé de Seran, en bon état, et sans autre charge. Le Justicia de Tudela lui-même est le garant de l’acte26.

  • 27 ACT, caj. 13, Leg. 20, no 3.
  • 28 ACT, caj. 42, Leg. 16, no 16.

16L’habitude en est prise, on vit au cœur d’une communauté urbaine, on traite avec les voisins, on vend, on loue, on achète, aux nobles, aux bourgeois, aux ecclésiastiques, dans le même souci de rentabilité. En 1260, doña Sancha, fille de Gonzalo de Velaz, donne à son fils Gil Pérez, pour le remercier de tous ses bons services, ses maisons de Montagut, au sud de Tudela, proches de celles du Maure Mahoma Caxar, et de celles du fils de Martin Roxo et de la voie publique ; son garant est le noble Sancho Pérez de Montagut fils de Pero Semenez de Montagut27. En 1277, en un temps où la famille royale a déserté sa Navarre mais où en demeure le souvenir, doña Taresa, fille de doña Grima « servante du roi de Navarre » (lequel ? était-ce Thibaut II ou son frère Henri ?) vend ses maisons de la paroisse San Pedro de Tudela (les voisins limitrophes sont des Tudelans de toujours, dont la Juive Gayosa) 450 sous Sanchetes, à don Pero Sánchez de Montagut, doyen du chapitre de la collégiale ; ses témoins et son garant sont des gens de la ville, dont un prêtre28.

  • 29 ACP, R 10.
  • 30 ACP, R 25.
  • 31 ACP, O 14.

17Les testaments pensent aux messes de funérailles et d’anniversaires, et associent des familles entières aux legs pieux. En 1250 dans San Cernin de Pampelune, don Andreu Aries, veuf de doña Arbona, avec l’accord de ses enfants Pero Andreu, Bernat Andreu et Arboneta, aimant sa ville de Pampelune, fidèle de sa cathédrale autant que de San Cernin, offre leur maison familiale de la Rua Mayor de San Cernin, pour entretenir avec la rente de 100 sous par an, un chapelain célébrant ses messes dans San Cernin sur l’autel de saint Brice et de sainte Marina ; le chapelain devra aller prier sur les tombes de la famille Aries après la messe, dans la cathédrale. Car on réserve 20 sous aux chanoines de la cathédrale pour la messe de Requiem lors de ses funérailles et pour aller en procession sur la tombe familiale dans le cloître. Andreu Aries offre encore 20 sous au Conseil du Bourg, pour participer aux travaux des murs, 10 sous aux Prêcheurs, 10 sous aux Mineurs, 10 sous aux sœurs de Santa Engracia (des clarisses), 10 sous aux chapelains de San Cernin et de Saint Laurent29. La même vénération pour la cathédrale que pour la paroisse San Cernin se lit dans le testament de doña Andregailla de Saint-Germain, en 1251. Elle lègue au chapitre des chanoines ses deux maisons de la rue de la pelleterie du Bourg San Cernin pour l’entretien d’une chapellenie perpétuelle, ainsi que les deux boutiques qu’elle a reçues de sa sœur doña Mayor. Elle donne 1 maravedi aux 12 jurats du Bourg – on dirait le « denier symbolique » –, et c’est tout. Car elle offre ses maisons et ses jardins de la rue de la Rocha aux deux fils d’un Ramon Periz, Pero et Bernardon, pour qu’ils donnent tous les ans 20 sous aux chanoines ; puis 20 livres ( !) à une certaine Peirona, et seulement 5 sous à ses 7 petits-enfants sur ses biens meubles. Est-ce une vieille rancune contre sa famille du Bourg que garde doña Andregailla30 ? En 1253, don Bartholomeu de Jaca, amirat du Bourg, et toute sa fratrie offrent au chapitre de la cathédrale leur jardin proche d’un moulin, et leur vigne limitrophe de celle de la confrérie de Santiago et du jardin de l’hôpital de San Cernin, la vigne de Pero Esveillart et le sentier, pour permettre les messes des défunts et des processions solennelles. Ses garants sont deux changeurs, ses témoins 14 Francos de Pampelune (plusieurs « de Jaca », un Lorenz, un Gilbert, un Bertran), l’acte testamentaire précisant que Thibaut est roi, Pero Semenez de Gazolaz evêque de Pampelune, Sancho Ferrandez de Montagut sénéchal de Navarre, Bartholomeu de Jaca amirat du Bourg San Cernin, Arnalt de Garin « Juge des plaids à la place de l’alcalde », Guillem Vicari le « sayon » (un policier), et le notaire du Bourg Ramon Guillem31. Ces trois testaments de 1250, 1251, 1253, sont rédigés en romance, et prouvent que la piété des Francos du Bourg peut s’exprimer vis-à-vis de leur cathédrale, par-delà les murs de la Navarreria, le quartier qui est réputé hostile aux bourgs des Francos.

  • 32 AGN, Clero, Tudela, no 20.

18En 1275 à Tudela, le médecin maître Domingo est avant tout, devant Dieu et devant les hommes, le membre de confréries et de sa communauté paroissiale, une vaste famille spirituelle qui dédouble sa propre famille. Il lègue à sa fille Sancha et à ses quatre fils, ses maisons de la paroisse de Santa María la Mayor et sa vigne de Pradilla, mais en réserve l’usufruit à sa femme Elvira, repoussant les partages après sa mort ; la fille Sancha ayant 100 sous, les fils, les maisons et les terrains. Il en sera de même en ce qui concerne l’usufruit et les partages, pour la vigne du secteur irrigué de Perestar. Car cette vigne servira à payer en son intention et celle de ses ancêtres des messes anniversaires avec 12 chapelains, dans l’église Santa María Madalena. Après Elvira, l’aîné des fils en aura la charge, sinon ce sera un prêtre, sinon encore toute la communauté des paroissiens de cette église. L’aîné des fils, Sancho Ruiz, reçoit néanmoins un beau coffre de noyer. Si la confrérie Saint-Nicolas Sainte-Catherine se reconstitue, ses fils lui donneront 2 sous ; le mourant essaie de penser à tout le monde, et lègue à l’œuvre de Santa María 2 sous ; aux frères Mineurs, 12 deniers ; aux frères de la Pénitence, 2 sous ; aux sœurs de Sainte-Claire, 6 deniers ; il faut aussi donner à boire et à manger aux pauvres, le jour des obsèques. Doña Elvira aura tous les meubles, mais tous les membres de la famille devront payer toutes ses dettes32.

19C’est ainsi que la solidarité familiale est totale à Tudela, où le lignage tout entier reste usufruitier des biens patrimoniaux, s’interdisant d’en vendre la moindre parcelle si l’un des défunts de la famille l’a chargée d’une chapellenie ou d’une aumône perpétuelle.

20En 1275, malgré les belles promesses d’union des récentes décennies, les quartiers de Pampelune se sont fait la guerre, dite « de la Navarreria ». Le roi Henri était mort, la régente Blanche d’Artois et la très jeune reine Jeanne s’étaient réfugiées à la cour de France. Les troupes du nouveau gouverneur Eustache de Beaumarchais, après le meurtre du gouverneur Pero Sánchez de Montagut, noble de la Ribera, par García Almoravid, noble des Montagnes, ont fait régner la paix en privilégiant le plus possible les bourgs et les Francos fidèles. L’évêque Armingot, les gens de la Navarreria, les chanoines de la cathédrale, les nobles de ce vieux quartier, ont été malmenés, pillés, punis, chassés. La belle époque « des Thibaut » comme on le dit en Navarre, était révolue. Thibaut Ier avait agi sur place le plus possible, mais bien des « torts » devaient encore être réparés, ce que fit avec beaucoup de conscience Thibaut II, sa mère la régente Marguerite de Bourbon avant lui, puis ses gouverneurs et ses officiers navarrais avec lui et en son nom. Les deux rois Thibaut et le roi Henri ont traité avec des bourgeois, des nobles, des ecclésiastiques, qui parlaient le romance et le navarrais, qui avaient des coutumes qu’ils apprirent à connaître, qui côtoyaient des Juifs et des Musulmans, et qui tous furent très fiers de faire écrire leurs noms et patronymes sur des documents officiels. La plupart de ces gens étaient très éloignés de la politique royale vis-à-vis de la France, de la Castille, de l’Aragon, mais, dans leur royaume, ils ont été très heureux de voir leur souverain, au moins de temps à autre, et de lui présenter des revendications, acceptées après quelque temps de patience, ce qui satisfaisait tout le monde.

Notes

1 Béatrice Leroy, La Navarre des princes étrangers. Une histoire particulière, du xiiie au xve siècle, Limoges, PULIM, 2013.

2 José Goni Gaztambide, Historia de los Obispos de Pamplona, t. I, Siglos IV-XIII, Pampelune, Eunsa, 1979.

3 Béatrice Leroy, « Francos ou Français ? Essai de définition », dans Philippe Sénac, Jean-Pierre Barraqué, Araceli Etchenique (dir.), Les Français en Espagne du viiie au xviiie siècle, Congrès Transpyrenalia, Oloron, 2008, p. 21-30.

4 AGN (Archives générales de Navarre), Documentos de Comptos, soit dorénavant Comptes, caj. 1, no 101, III : […] Haec partitio fuit facta per sortes sicuti fratres partent suam hereditatem et placuit uterque parti […].

5 1215, ACP (Archives de la cathédrale de Pampelune), A 5, Renald de Concoz ; 1217, Libro Redondo, fol. 87-88, Ortiz de Moza ; 1226, ibid., fol. 77, Miguel Moza ; 1233, fol. 143, Miguel Moza ; 1227, II Epi. 60, Hélie David ; le Libro Redondo est publié, José Goñi Gaztambide, Colección Diplomatica de la Catedral de Pamplona, 829-1243, Pampelune, Dpto. de Educación y Cultura, 1997, respectivement, p. 423, 433, 467.

6 AGN, Cartulaires Monastiques, Tulebras, Leg. 2, no 60.

7 ACT (Archives de la cathédrale de Tudela), caj. 47, Leg. 8, no 24 : […] Laxo anniversarium in ecclesia Sancte Marie Maioris, pro anima mea et parentium meorum, de X solidos et sua offrenda, per secula cuncta, super meam peçam de Mosquera, que se tenet iuxta peçam de Muça Algaba et iuxta cequia […].

8 ACT, caj. 39, Leg. 15, no 27.

9 AMP (Archives municipales de Pampelune), caj. 5, no 11.

10 À titre d’exemple de cet usage du romance à Pampelune, ACP, T 39, le 4 septembre 1239 : […] Conosuda cosa sia atotz omnes, als qui son e son por venir, que don Johan de Gorraitz lo ferrer e dona María la su muller, vendiren aquella lur casa que els avihan en la rua detras los bainz, ad Domingo Marteloitz de Sansoain […] Facta carta e aquesta venta desta casa sobredita en la Era Ma, CCa, LXXa VIIa lo Dimenge quart dia en la entrada del mes de Setembre, regant lo Rei don Thibalt en Navarra, don García de Janiriz lo Prior Maior de Santa María estant vicari de tota la bispalia aprob la mort del Bispe don Pero Remiriz […].

11 AGN, Clero, Tudela, no 12 par exemple : […] Ego Johannis Garsie de Andrequain, de mandato fratris Petri de Arcibus, qui scribere naesciebat, et predictis interfuit et consensit, manu propria subscripsi et hoc signum X feci […] Actum est hoc il Hospitali Roscidevallis, anno Domini M° CC° XL° mense semptembris, Ego Johannez Garssie de Andrequiain de mandato predictorum prioris et conventus hanc cartam acripsi et manu propria hoc gignum + scripsi […].

12 AGN, Comptes, caj. 2, no 38.

13 Ibid., no 72.

14 Ibid., no 71.

15 Ibid., no 91.

16 AGN, Clero, Tudela, no 11, le navarrais y est presque parfait : […] Sobre el clamo e la rancura que los dictos Prior e calonges avian del rey don S. tio del rey don Th. De las diezmas que devia donar a la Eglesia de Tudela, e avia retenidas forçadas muito tiempo. E el dito Rey don Th. Que eyssamientre las retenia de pueis que el fo Rey antroa agora […] Supiemos en verdat que el Rey don S. avuelo del Rey don Th. Dono siempre a la devantdita eglesia sos diezmas, e el dito Rey don S. tio del Rey don Th. Muito tiempo entro que vino de Marruecos e non podiemos saber, ni fo a nos demostrada nenguna raçon, ni carta ni privilegio ni nenguna otra cosa, por ent el las reteniesse ni retener las deviesse […].

17 AMP, caj. 4, no 9.

18 AMP, caj. 5, no 18 : […] Sobre la quereilla e demanda que fazien les Bons Omnes del Borc que non devia aver Casa de lur Borc troa Santa Cezilia, ni deviren vendre pan ni vin a Rumeu en nengun altre poblacion si non en la del Borc. E que fumes als de la Poblacion, als de la Navarreria, que venguissen defendre al Reid estes sobredites quereillas e demandas que fazien al Rei les del Borc, si els razon o defension alguna avien que defendre lo podissem […].

19 AMP, caj. 5, no 22.

20 AMP, caj. 6, no 27.

21 AMP, caj. 7, no 46.

22 AMT, caj. 1, no 21.

23 AGN, Cartulaires monastiques, Irache, Leg. 8, no 213.

24 AMP, caj. 8, no 51-52.

25 AGN, Comptes, caj. 1, no 101, V.

26 Ibid., no 100, XI.

27 ACT, caj. 13, Leg. 20, no 3.

28 ACT, caj. 42, Leg. 16, no 16.

29 ACP, R 10.

30 ACP, R 25.

31 ACP, O 14.

32 AGN, Clero, Tudela, no 20.

© Éditions de la Sorbonne, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site