Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Figures de l'autorité médiévale

 | 
Pierre Chastang
, 
Patrick Henriet
, 
Claire Soussen

Première partie. Pratiques de l'écrit

Comment et pourquoi décrire une mappemonde au Moyen Âge ?

Patrick Gautier Dalché

Texte intégral

  • 1 Voir Bettina Schöller, « Transfer of knowledge : mappae mundi between texts and images », Peregrin (...)

1Des études récentes ont insisté sur l’utilisation de textes pour construire des cartes du monde durant le Moyen Âge1. L’inverse, c’est-à-dire le transfert de l’information cartographique dans un texte, a été moins remarqué, ou même nié. La raison vient probablement de notre propre perception des mappae mundi. Si nous pensons en effet que ces images n’avaient rien à apporter en matière de connaissances positives à ceux qui les contemplaient, alors il est difficile d’admettre qu’elles furent utilisées en vue de construire des exposés textuels. Mais si nous adoptons l’opinion contraire, alors un champ d’investigation intéressant s’ouvre, et les questions viennent aussitôt à l’esprit : comment les mappae mundi étaient-elles lues dans une telle perspective de mise en texte ? Quelle utilité les auteurs de ces textes leur reconnaissaient-ils ? Pourquoi faire confiance à une carte plutôt qu’aux textes des auctores légitimés par la tradition ? L’utilisation d’une source figurée entraîne-t-elle un type d’exposé géographique propre ? Et enfin, que signifie une telle pratique du point de vue de l’épistémologie de la représentation de l’espace au Moyen Âge ?

  • 2 C. 22, éd. Alexander Riese, Geographi Latini minores, Heilbronnae, apud Henningeros fratres, 1878, (...)
  • 3 Salvatore Munda, La cosmografia, op. cit., p. 14.

2Le phénomène ne devrait pas paraître si étonnant, car on en a un témoignage de l’Antiquité tardive qui est à situer entre le ive et le milieu du vie siècle. La Cosmographia de Julius Honorius est une description du monde sous forme de listes. Elle s’achève par une note où l’on apprend que l’auteur est un maître d’école et que le texte consiste en excerpta tirés d’une carte. Quelques détails du contenu de la Cosmographia ne laissent aucun doute à ce sujet, par exemple à propos du Rhône : Vbi et nascitur ubi autem inruit, utrum in occeano occidentis an in mari Tyrreno, non potest in praesenti videri, quia ab aqua ad aquam videtur currere2. [« Sa source et son embouchure – dans l’océan occidental ou dans la mer Tyrrhénienne – ne peuvent se distinguer, parce que, dans l’objet qui est sous les yeux, il semble aller d’une eau à une autre eau. »]. On notera que le contexte est pédagogique : la carte comportait des noms écrits verticalement comme un acrostiche (anfractus), ce qui pouvait entraîner des erreurs de lecture. Le travail du maître consista à extraire ces noms en vue d’une « orthographe correcte » (in describtione recte ortografie)3.

3Sauf exceptions, les textes qui décrivent une mappa mundi ou lui empruntent des renseignements significatifs ne le disent pas explicitis verbis. Mais le phénomène n’est pas difficile à repérer. Il y a tout d’abord la présence de renseignements topographiques qui n’apparaissent pas comme tels dans les textes des auctores (principalement Solin, Orose et Isidore de Séville). En second lieu, l’emploi d’un vocabulaire et de modes d’expression particuliers correspond textuellement au regard qui parcourt la mappa mundi de façon ordonnée.

  • 4 Est aussi exclue la célèbre description par Baudri de Bourgueil de la mappemonde ornant le sol de (...)

4En excluant les descriptions des mappae mundi influencées par la cartographie marine, il est possible à l’aide de ces deux critères de dresser une liste des textes qui, à des degrés divers, ont utilisé une mappemonde pour décrire le monde ou l’une de ses parties4. J’en ai repéré une quinzaine, depuis le viiie-ixe siècle jusqu’au début du xvie siècle, et l’on observe une nette prédominance des textes datables du xiie siècle. Ce fait peut être la conséquence d’un biais de l’enquête ; mais il y a une explication plus signifiante sur laquelle je reviendrai. Quoi qu’il en soit, les textes de cette nature sont certainement bien plus nombreux : ils n’ont guère suscité l’intérêt des philologues et des historiens, persuadés que la géographie textuelle médiévale n’est qu’un amas de répétitions et de lieux communs d’origine livresque, nécessairement anachroniques.

5Les textes descriptifs peuvent être classés en différentes catégories selon les modes d’appréhension et d’utilisation des mappae mundi qui s’y reflètent ; à partir de cette typologie, on examinera les différentes façons dont ces cartes ont été lues et leurs renseignements intégrés dans les textes ; enfin, il conviendra d’interpréter le phénomène.

Typologie

6J’entends par « utilisation » l’emploi de renseignements exprimés de telle sorte qu’ils attestent la présence de l’objet figuré (ou de son empreinte mentale) ; sont donc exclus les cas où l’auteur d’un texte n’emprunte à la carte que quelques éléments isolés qui ne sont pas pris dans un processus discursif.

7Trois types d’utilisation de mappa mundi sont à distinguer, selon un ordre de complexité croissante : 1) l’introduction dans un texte de notes émanant d’une mappa mundi ; 2) la formulation d’un cadre d’ensemble, dans lequel est intégrée une description textuelle empruntant à d’autres sources non cartographiques ; et 3) la transcription pure et simple de l’ensemble du dessin et des légendes sous forme de texte. Certes cette typologie sommaire est trop rigide, car les témoignages sont extrêmement variés, mais elle permet néanmoins de s’orienter.

Notes analytiques

  • 5 Mappemonde dite de Saint-Sever (Paris, BnF, lat. 8878, fol. 45 bis v-45 ter r).

8Voici d’abord un traité de géographie, Situs orbis terre vel regionum, composé par un maître d’école de Septimanie ou d’Espagne septentrionale au viiie ou au ixe siècle. La plus grande partie consiste en emprunts au tableau géographique d’Orose et aux Étymologies d’Isidore de Séville. Mais à la fin du texte quelques lignes énumèrent les caractères remarquables de régions asiatiques sur un mode différent ; le contenu et la lettre de ces lignes correspondent à une mappa mundi du xie siècle illustrant un manuscrit du Commentaire sur l’Apocalypse de Beatus de Liébana5. Cet extrait de carte a certainement eu une tradition complexe qu’il est impossible de retracer. Le fait qu’il soit joint à une compilation scolaire indique son origine.

9Un autre exemple est beaucoup plus éclairant. Un manuscrit de la bibliothèque cottonienne (Galba A. vii) datable du milieu ou de la deuxième moitié du xiie siècle, contient une compilation géographique formée d’extraits de Solin, de Pline et d’Orose. Le mauvais état du manuscrit et sa reliure en désordre rendent difficile la reconstitution de ce texte fort intéressant, qui se termine par une série de notes. Parmi elles, se trouve une énumération des îles situées par groupes entre les vents qui divisent l’anneau de l’océan. L’abondance des îles implique que le modèle était une très grande mappemonde. Leurs noms ainsi que leur situation correspondent dans de nombreux cas à ce que l’on peut observer sur les mappemondes postérieures d’Ebstorf et de Hereford.

Cadre d’ensemble du discours géographique

  • 6 Str. 13, 25-28 ; sur les rapports avec la carte de Saint-Sever, voir Dag Norberg, La poésie latine (...)

10Les exemples de ce second type d’utilisation d’une mappemonde sont plus nombreux, dès le haut Moyen Âge. Le poème en tétramètre trochaïques Versus de Asia et de universi mundi rota, daté du viie-viiie siècle (probablement entre 636 et 736), a des points de contact précis avec la mappemonde proche de celle qui servit aux notes du Situs orbis terre vel regionum mentionné précédemment. Le poète a en outre divisé la Gaule en provinces contemporaines qui n’apparaissent pas dans les sources textuelles de nature géographique : Belgica, Lugdunensis, Neustria, Aquitania, Wascones, Septimania ; plus nettement encore, il place la province de Lycie en Asie Mineure entre l’Isauria et la Cilicia, comme la mappemonde, alors que cette localisation était impossible à concevoir à partir des textes6.

11De la même façon, ce sont des mappae mundi qui ont procuré le cadre général de plusieurs descriptions du monde au xiie siècle. Dans ce type, on distingue deux sortes d’élaborations.

  • 7 Il n’est pas exclu que la partie géographique de l’Imago mundi soit aussi une description de mappe (...)
  • 8 Omnibus his per diversas linguas diversa sunt vocabula, quapropter ex Arabicis nominibus eas Latin (...)

12– Premier cas : les régions de l’orbis terrarum sont simplement énumérées, sans aucun autre apport émanant de textes ; le rapport à la carte est alors plus ou moins directement exprimé. Hermann de Carinthie, l’un des grands traducteurs de l’arabe du xiie siècle, dans sa traduction du traité astrologique d’Albumasar (Introductorium maius in astrologiam), veut montrer les influences célestes sur la surface de la terre. Pour cela, il énumère (VI, 8) de façon ordonnée les provinces de l’orbis terrarum en plaçant ce passage sous l’autorité de ceux qu’il appelle geographi (Orbem terrarum geographi nostri bipartito discrimant). Albumasar avait donné lui aussi une liste, évidemment composée de noms arabes, mais sans aucun ordre géographique. À première vue, on est frappé par les ressemblances de cet excursus avec l’Imago mundi d’Honorius Augustodunensis (début du xiie siècle)7 ; mais les différences de détail, dans l’ordre des régions et dans certains qualificatifs qui leur sont parfois attribués, montrent qu’il a analysé une carte probablement assez proche de celle utilisée par Honorius, afin d’obtenir cette présentation ordonnée des situs et des loca qui manquait dans sa source arabe8.

  • 9 Éd. Roger Baron, p. 140.

13Le procédé est semblable dans la mappa mundi que Hugues de Saint-Victor a jointe à son Chronicon à peu près au même moment, dans les années trente du xiie siècle. Il s’agit là encore d’une simple énumération, mais les provinces sont classées en grands ensembles localisés entre montagnes et fleuves d’une part, et d’autre part grâce à des indications qui renvoient directement à l’aspect de la carte, par exemple : Ab aquilone ad austrum sub Macedonia sunt : Archadia, Ellada, Tessalia, Achaia9.

  • 10 Voir par exemple le texte intitulé Alius sermo cuiusdam, provenant de l’Espagne ou du midi de la F (...)
  • 11 Éd. Albert Derolez, p. 96-99, 104.

14– Deuxième possibilité : la mappemonde est utilisée avec d’autres sources, mais c’est elle qui a donné le cadre général où les emprunts textuels sont insérés. Il serait fastidieux d’analyser en détail tous les textes qui en témoignent10. Ce procédé est particulièrement visible dans trois textes qui sont, dans l’ordre chronologique, le Liber Floridus de Lambert de Saint-Omer, la Cronosgraphia de Gui de Bazoches et la Chronique de Giovanni Codagnello. Le Liber Floridus est une collection d’extraits et d’images – en particulier des cartes – dont l’intention principale est d’exalter les opera mirabilia du Créateur (entre 1112-1115 et 1121). On y trouve un texte intitulé De provintiis mundi qui semble à première vue reproduire le livre XIV des Étymologies d’Isidore de Séville11. Mais à y regarder de plus près on observe que, si l’ordre de l’exposé d’Isidore est conservé, les localisations sont différentes, par exemple : Frigia a Frigia Europis filia dicta inter Troiam et Pergamum sita est. Les îles, en particulier, sont toutes localisées par rapport à la région continentale dont elles sont voisines (Mevania insula contra columpnas Herculis… Scanzia contra Gothiam sita est in Oceano…). Une telle précision, dont il n’y a aucun exemple dans les textes antérieurs, n’a pu être obtenue que grâce à la visualisation d’une image cartographique.

15Les descriptions du monde de Gui de Bazoches († 1203) et de Giovanni Codagnello († peu après 1235) ont un point commun : elles sont fondées sur la fiction d’un voyage qui permet de rédiger une description textuelle. Il s’agit de jeux mettant en œuvre la culture ou la virtuosité de l’un et l’autre auteur.

16Dans son Libellus de regionibus mundi, Gui de Bazoches répond à ses détracteurs qui lui reprochaient sa librorum dilectio par un exposé sur l’utilité et le plaisir de la lecture qui prend la forme d’un voyage en esprit sur l’ensemble de l’orbis terrarum, sans les inconvénients du voyage réel, avec une attention particulière pour les mirabilia et les propriétés des êtres et des choses :

  • 12 Paris, Bnf, lat. 4998, fol. 39va.

Tunc mihi manifestantur immensitas celi, firmamenti speciositas, spaciositas maris, amplitudo telluris, nature rerum mundi mirabilia, memorabilia regionum, proprietates animalium, diversitates gentium, situs urbium, nomina fluminum, devexa montium, profunda vallium, aperta camporum, operta silvarum, virtutes gemmarum, vires herbarum, mores populorum, exempla sanctorum, status ecclesiarum, decreta conciliorum et pontificum Romanorum, leges imperatorum, triumphi regum et fortia gesta maiorum. Tunc datur michi facultas girum mundi carnis et mentis oculo pervagari, circuire terram et perambulare eam, fit accessus in recessus visos non aliter, et nisi taliter inaccessos, licet intueri si libet quod Libero patri, quod Herculi, quod Magno libuit, sed non licuit Alexandro12.

17Ce voyage est en très grande partie fondé sur Isidore de Séville pour l’ordre d’exposition, et sur Solin pour les mirabilia décrits dans chaque région. Mais alors qu’Isidore se bornait à les énumérer, selon un ordre sous-jacent mais non explicité, les provinces sont chez Guido comme visualisées en fonction d’éléments cartographiques, et leur succession est exposée de façon continue :

  • 13 Ibid., fol. 39vb-40ra.

Ab hiis ad Bractos [sic] irrumpo, quibus fortissimi sunt cameli… A quibus egressus vasta superioris Scithie terga perambulo, porrecta versus occeanum, inter aquilonem et orientem estivum. Quibus in locis dicuntur esse Hypopodes… Antropofagi… Hos ultra reperiuntur Albani… Succedunt hiis adiacentes mari Caspio regiones… Ex hinc superiorem Asie Sitiam inferiorem Europe derelinquens, convertor ad partes in quibus Europam et Asiam angustia Bosphorani separat Hellesponti. Transilio montes Armenie de quibus Eufrates precipitatur et Tigris… Transeo Capadociam altricem equorum13….

  • 14 Ibid., fol. 41ra ; éd. Wilhelm Wattenbach, p. 419.

E Macedonia limes in Traciam michi porrigitur, quam facit terrarum inter alias excellentem, civitas olim dicta Bizantium, nunc vero Constantinopolis et Grecie caput… Huius terre longitudo vastis diffusa spaciis Sithiam utramque contingit, quarum superior, ut predictum est, ab orientis estivi finibus ad confinia medie noctis et septentrionem per Asiatice plage terga descendit. Inferior de sub lateribus aquilonis emergens per feroces animis et incultas barbarie gentes… ad Germanias usque pertingit14.

18En outre, des détails traduisent la visualisation de réalités topographiques qui n’apparaissent que sur des cartes, ainsi des îles Britanniques :

  • 15 Ibid., fol. 41ra ; éd. Wattenbach, p. 419.

Longe trans Angliam inter occidentis et septrentrionalis occeani concurrentia sibi brachia vaste diffusa iacet Hibernia15.

19On pourrait considérer que, tout en décrivant la Méditerranée, Gui de Bazoches a résumé dans le passage suivant sa méthode fondée sur l’œil qui lit des textes, mais qui contemple aussi la carte :

  • 16 Ibid., fol. 40vb ; éd. Wattenbach, p. 418.

Postquam me dilecta michi collateralis et individua comes investigatio scripturarum, non pede sed oculo, non corpore sed animo, non agendo sed legendo, et in uno quietum loco per tam multa deduxit, offert irrumpentis ab occasu linguam occeani, que latus Gallicum et Italicum littus obequitans, Siciliam circumdans et obsidens Cretam, ad meridiem revertitur in Egiptum, dehinc in septentrionem per anfractus varios se retorquens, et Asiam ab Europa dividentis evadens angustias Hellesponti, pro gentium et locorum diversitate multiphariam nominata in Meotidem usque pertingit16.

20Dans la Chronique de Giovanni Codagnello, deux frères Karimus et Leucius parcourent les provinces de l’orbis terrarum en suivant l’ordre d’Isidore de Séville mais, comme chez Guido, cet ordre purement discursif est transformé en continuité spatiale par des procédés dont il sera question dans la deuxième partie :

  • 17 Paris, Bnf, lat. 4931, fol. 7ra.

De mense autem Martii iter nostrum incipimus. Intravimus primo in Asia, unde videndum est de provinciis Asie et de eius finibus quas nos vidimus, et per eas ambulantes manibus nostris scripsimus… Prima provintia Asie est Syria in qua est Ierusalem et Dalmascum Acheron et Antiochia… Coheret ei a mane mare Rubrum Meditaraneum [sic], a meridie Egyptus et in parte mare Rubrum, a nulla [scil. hora] montes Armenie, a mane flumen Eufrates. Vltra fluuium Eufrates usque ad locum in quo Tygris ingreditur in eum et usque ad montes Armenie appellatur Mesopotania [sic]. Idem inter duos fluvios posita, est ibi Babilonia et multe alie civitates. Vltra Tygrum est Persia, cui a nulla montes Armenie, a meridie mare Rubrum, a mane provincia Medorum, in qua sunt innumerabiles civitates et loca. Cui provincie Medorum coheret a meridie mare Rubrum, a nulla montes Armenie, a mane Asiria, in qua civitates multe comprehenduntur. Cui Asyrie coheret a meridie mare Rubrum, a mane India superior, a nulla montes Armenie, in qua est civitas Niniue magna et innumerabiles civitates. Verumtamen iste tres provincie generaliter Marchia appellantur. India uero a tribus partibus circumdata est mare, et in parte tangit provinciam Medorum, et in parte provinciam Arabum, in qua multe civitates connumerari possunt17.

  • 18 De même Gui de Bazoches fait l’Euphrate rejoindre le Tigre ; mais cela provient chez lui des Colle (...)

21En outre, à ma connaissance, aucun texte médiéval ne fait déboucher l’Euphrate dans le Tigre : ceci provient d’une image18.

  • 19 Assiria est obliquata ad Tygridem, pertingens usque ad Caucasum, et superiorem Parthiam continens. (...)

22Les œuvres de Gui de Bazoches et de Giovanni Codagnello ont d’évidentes prétentions littéraires, et les traces de l’utilisation d’une mappa mundi sont certaines, mais relativement difficiles à percevoir. Il n’en va pas de même pour un texte anonyme que l’on lit dans un manuscrit du xiie siècle et auquel j’ai donné le titre Descriptio totius mundi. C’est un traité de géographie clairement élaboré à l’aide de la Cosmographie du Pseudo-Aethicus (à laquelle le rédacteur renvoie dans le cours du texte) et des Étymologies d’Isidore de Séville. Mais une mappemonde s’y ajoute, dont le modèle ultime remontant à l’Antiquité tardive était proche des cartes connues (à tort) comme « cartes de saint Jérôme » conservées dans le manuscrit de la British Library, Addit. 10049. Les éléments provenant de l’observation de la carte sont mêlés à ces extraits textuels. Les formes vues sur la carte sont en effet transcrites d’une façon imagée qui n’a absolument aucun parallèle dans les textes géographiques purs : c’est ainsi que l’Assiria est « en oblique vers le Tigre » et le fleuve Arbem la « fait obliquer19. » Dans une phrase qui provient de la Cosmographia du Pseudo-Aethicus, le rédacteur a ajouté : Ad dexteram orientis, hoc est ad sinistram nostram, est Imaui montis iugum… : l’emploi du possessif suppose un auditoire qui, face à la carte où l’orient est à droite, doit transposer cette indication dans son propre système de repères, donc à gauche pour lui. Il s’ensuit que la mappemonde était orientée à l’est.

Transcriptions de mappae mundi

  • 20 Un exemple chez Leonid S. Chekin, Northern Eurasia in medieval cartography. Inventory, text, trans (...)

23Ce dernier cas procure une transition vers les textes qui n’ont pas d’autre contenu que la carte que les auteurs avaient sous les yeux. Il arrive que ce fait soit clairement exprimé, l’auteur parlant à la première personne et assumant son entreprise de transcription. Ces textes sont plus ou moins élaborés. Ils peuvent se borner à énumérer des noms de régions dans une succession ordonnée rappelant un type de mappemonde où les parties de l’orbis terrarum sont simplement remplies de noms de provinces20. Une « Geography in verse » en anglais intitulée Recapitulatio omnium terrarum civitatumque tocius mandi [sic], qui date du xiiie siècle, s’interprète de cette façon.

24Mais d’autres exemples sont plus développés. Vers 1130, la Descriptio mappae mundi de Hugues de Saint-Victor décrit de façon explicite une grande mappemonde représentée dans le cloître de l’abbaye. Vers la fin du siècle, le chroniqueur Roger de Howden décrit une carte presque totalement semblable à la carte de Hereford mais antérieure d’un siècle, en transcrivant soigneusement ses légendes textuelles et en décrivant ses vignettes.

  • 21 Cité du Vatican, Biblioteca Apostolica Vaticana, Rossi 47, fol. 116rb.

25Voici encore deux témoignages postérieurs de la même pratique. Un texte du xive siècle, produit très probablement en Italie, porte l’incipit Incipit mapula mundi, et est intitulé Descriptio civitatum et regionum que sunt in mapula mundi. L’auteur s’exprime à la première personne : Et nota quod descripsi ab Albania usque ad Pheniceam regionem inclusive terras que sunt ultra mare iuxta maritimam, procedendo a septentrione versus meridiem21. Comme l’ordre de la description est rigoureux au début, mais devient moins structuré par la suite, l’on suppose que ce texte est le résultat d’un exercice scolaire.

26Le dernier témoignage est particulièrement curieux, car il émane d’un humaniste du début du xvie siècle. Francesco Pescennio Negro ou, sous forme latinisée Franciscus Niger, est l’auteur de nombreux textes, dont une encyclopédie en douze livres intitulée Cosmodystychia. Dans le douzième livre consacré à la Vierge, l’auteur a l’idée étrange de lui faire montrer la terre par Adam qui guide son regard vers la carte à l’échelle 1/1 vue du haut des cieux :

  • 22 Cité du Vatican, Biblioteca Apostolica Vaticana, Vat. lat. 3971, fol. 371v.

Europa nanque ab occidentali plaga incipiens, en a leva inspice, Iberniam insulam istam attollit, cui maria adiacent quattuor, promontoria sex, fluvii quindecim, urbes decem, populi decem et septem, insule novem22.

  • 23 Voir sur sa personnalité et ses œuvres l’étude de Giovanni Mercati, F. Pescennio Negro veneto prot (...)

27La description a pour modèle la Géographie de Ptolémée, qui est résumée péniblement par le total des provinces, cités, montagnes, fleuves, etc. Nous sommes ici en présence d’un pur jeu littéraire destiné à montrer avant tout les connaissances et les compétences d’un humaniste dont toutes les œuvres attestent une forte conscience de soi-même23.

Méthodes de description

28La simple transcription des noms ou de quelques légendes trouvés sur une mappemonde ne nécessite pas une méthode de lecture de la carte particulièrement élaborée, ainsi qu’on le voit dans plusieurs des textes mentionnés (Situs orbis terre vel regionum ; Alius sermo cuiusdam ; Hermann de Carinthie ; Gui de Bazoches ; Giovanni Codagnello ; Geography in verse…). Mais lorsqu’un auteur décide de transmettre des informations à partir d’une carte complètement décrite, il doit choisir un mode d’exposition adapté à l’objet qu’il a sous les yeux. Cela implique d’employer des procédés descriptifs précis. Chaque description est susceptible d’employer tous ces procédés ; mais certaines expriment des préférences.

29 Limites. La façon la plus simple d’exprimer ce qu’on lit sur la carte consiste à transcrire les limites d’une étendue, à l’aide de prépositions, et à insérer cette cellule descriptive dans une énumération, par une série de contiguïtés. Ainsi, telle province va de tel lieu à tel autre, « ab X usque ad Y » ou se trouve « inter X et Y ». Ces lieux sont des accidents naturels, ou d’autres provinces. À l’aide de ce système, on obtient des séquences ou des emboîtements de régions. Par exemple Giovanni Codagnello utilise de façon concomitante ou successive des adjectifs numéraux (prima provincia, secunda, etc.) ; des étendues (Ab hac vero parte est Yrcania et Cilicia, Capadocia, Asia minor que protenditur usque ad mare Pontum) ; des contiguïtés (telle province coheret à telle autre) ; et des emboîtements (… in finibus Gallie Cisalpine in qua sunt Francia, Guasconia, Proenza et plures alie).

30 Localisations. Tous ces textes utilisent des prépositions et des locutions prépositives, des adverbes de lieu et des expressions adverbiales pour situer les provinces dans une continuité spatiale : sub, supra, infra, post, deinde, contra, versus, iuxta, prope, circa, inde, ex opposito, e directo, recta linea, lateraliter, a latere, in capite, per transversum. Pour Gui de Bazoches, la Sicile est ainsi a latere Calabriae. De façon encore plus frappante la Descriptio totius mundi emploie la notion d’« obliquité » déjà citée.

31 Comparaisons. Pour faire percevoir les formes, il est possible de recourir à des comparaisons. Pour l’auteur de la Mapula mundi, l’Hispania est triangulaire, en forme de clippeus, l’Italie est toute ronde, l’Achaïe preterquam a septentrione circumdata est mari in rotundum. A septentrione quoque aliquantulum est aperta. L’auteur de l’Expositio mappe mundi voit sur la carte des angles (Laodicia in summo angulo maris), des cornes (Ostrochena civitas, supra cornu montis quod dividit Egiptum et Palestinam ; Berenice in summo corniculo Sirtis maioris) ; la mer Caspienne est pour lui en forme de botte (caliga) et son extrémité méridionale est un pied avec un talon (Ad cuius fluminis ostia maris lingua a circio in eurum progressa in modum extente calige formatur et inscribitur : mare Caspium ; Extra murum usque ad pedem maris Caspii scribitur…) ; telle île est triangula, etc.

32 Points de repère généraux. Les fleuves et les montagnes jouent un rôle essentiel, car ce sont les éléments les plus visibles dans le tissu spatial. Hugues de Saint-Victor en fait les articulations essentielles de ses descriptions, aussi bien dans le Chronicon que dans la Descriptio mappe mundi, et en théorise l’emploi dans cette dernière :

  • 24 VII, 1 (Patrick Gautier Dalché, La « Descriptio mappe mundi » de Hugues de Saint-Victor. Texte iné (...)

Sed quicumque harum partium regiones voluerit cognoscere, oportet eum primitus scire montes precipuos vel flumina quibus fere omnis regio vel provincia disterminatur24.

33Dans la Descriptio, chaque pars de l’orbis terrarum est précédée par une liste de ses fleuves et de ses montagnes : ils doivent permettre de situer les régions. Roger de Howden dans l’Expositio mappe mundi recourt surtout aux fleuves ; c’est une nécessité, car il énumère les très nombreuses cités qui se trouvent sur chacun d’eux.

  • 25 Éd. Derolez, p. 104.

34Les douze vents qui entourent l’orbis terrarum représentés sur les mappae mundi permettent de localiser précisément les régions continentales voisines ou les îles (Galba A vii, Descriptio mappe mundi, Expositio mappe mundi). Mais les îles elles-mêmes constituent des points à partir desquels on peut décrire les régions continentales avoisinantes, comme le font Lambert de Saint-Omer et Roger de Howden. Le système de Lambert est simple : Malacum insula contra Indiam in oceano25. Celui de Roger de Howden est plus complexe. Il mentionne d’abord telle île, puis explore ensuite in mediterraneo, dans l’intérieur des terres :

  • 26 Expositio mappe mundi, éd. cit., I, 7, p. 144.

E regione Terraconte insule inter Laxatem flumen et Euchin, qui Colchorum provinciam circuit, duos fines una linea distinguuntur, ad cuius aquilonem partem prope flumen Cliteron sic scribitur: Essedones Scithe. Solinus… [Collectanea, 15, 13]. Paulo inferius: Scithotauri Scithe pro hoste cedunt advenas26.

  • 27 Ibid., I, 32, p. 146.

35Les procédés de transposition de la carte en texte mériteraient certainement une étude beaucoup plus approfondie que ces quelques remarques. On distingue dans l’ensemble des témoignages de description deux tendances. Soit l’auteur suit ce qu’il voit sur la carte, comme le font la Descriptio totius mundi et l’Expositio mappe mundi : méthode à tendance descriptive. Soit il découpe dans la continuité de l’espace des éléments signifiants et les regroupe, comme le fait Hugues de Saint-Victor : méthode à tendance analytique. Mais quelle que soit cette tendance, les auteurs des descriptions les plus élaborées mettent en œuvre des techniques d’analyse extrêmement subtiles, établissant des relations complexes entre objets voisins ou éloignés vus sur la carte. Le Chronicon et la Descriptio mappe mundi de Hugues en offrent un témoignage très remarquable. Roger de Howden, avec des procédés différents, fait de même. Pour conclure cette partie, qu’il suffise de citer ce qu’il écrit à propos du fleuve asiatique Oxus et de la situation du Panda oppidum, en séparant chaque unité descriptive27 :

Supra Seres opidum (préposition ; localisation de Panda)
inter pedem Caspii et Oxum flumen (limites, et image du « pied » de la Caspienne)
qui ad radicem Tauri montis (préposition ; localisation de la source de l’Oxus) contra fontes Gangis ad aquilonem effusus (préposition ; rapport avec la source du Gange)
versus occidentem decurrit (direction du cours de l’Oxus)
et ab australi parte copulato sibi Bactro fluvio (origine du Bactrus et direction de son cours jusqu’à l’Oxus)
Caspii talum ingreditur (image du « talon » ; localisation de l’embouchure de l’Oxus)
est Panda opidum Sogdianorum.

Buts et fonctions

  • 28 Hartmut Kugler, « Imago mundi. Kartographische Skizze und literarische Beschreibung », dans Wolfga (...)

36Il est difficile d’expliquer de façon globale les raisons qui ont conduit les auteurs de ces descriptions à abandonner le primat des textes géographiques autorisés. À première vue, on pourrait penser que certaines d’entre elles ont été simplement composées en vue de fabriquer une mappa mundi. Ainsi, la Descriptio mappe mundi de Hugues de Saint-Victor et l’Expositio mappe mundi de Roger de Howden ont été comprises, notamment par Hartmut Kugler, comme des sortes de manuel indiquant de façon précise la place de chacun des lieux et des vignettes d’une carte projetée, ainsi que le contenu des légendes qui les accompagnent28. Ces « Texthefte » seraient le « missing link » qui expliquerait la fabrication des grandes mappae mundi, lesquelles ne seraient pas, comme le pensaient les savants depuis le xixe siècle, de simples copies de modèles figurés préexistants.

  • 29 Sur la carte de Théodulf d’Orléans : Patrick Gautier Dalché, « Notes sur la “carte de Théodose II” (...)

37Plusieurs faits s’opposent radicalement à cette conjecture. Il est bien certain que les grandes mappemondes du Moyen Âge ont été munies, à différents stades de leur réalisation, de légendes textuelles de différentes origines : principalement des encyclopédies antiques et médiévales et des récits de voyage. Mais il est aussi prouvé que le genre des grandes mappae mundi tout entier remonte à des modèles figurés élaborés dans l’Antiquité tardive et qu’un processus répété de copie a conduit à enrichir leur contenu avec des sources textuelles souvent plus récentes. Des témoins de grandes mappemondes sont attestés dès l’époque carolingienne, avant l’apparition de ces « textes cartographiques » (par exemple la carte dite de Théodulf d’Orléans ou la mappemonde de Saint-Sever dont on a vu qu’un prototype devait exister dès le ixe siècle29) ; or il n’existe pas de « textes cartographiques », datant de ces époques, qui auraient permis de les réaliser.

  • 30 Renato Bordone, « Castelli e pennoni nelle miniature del “codex Malabaila” alla ricerca di un sist (...)

38De plus, le principal argument en faveur de cette thèse serait que l’Expositio mappe mundi donne des indications précises pour la confection d’une carte. Or ces prétendues instructions sont à l’indicatif, par exemple : ponitur, scribitur, pinguntur. S’il s’agissait d’un manuel, on attendrait le subjonctif : ponatur, scribatur, pingantur. Plusieurs textes qui sont sans conteste des guides pour la réalisation de figures d’une autre nature que cartographique emploient tout naturellement à cet effet le subjonctif. Par exemple, le Liber iurium du Commun d’Asti en Italie du Nord (codex Astensis, dernières décennies du xive siècle) comporte de nombreuses miniatures représentant les possessions de la ville d’Asti. Dans les espaces laissés libres pour des miniatures qui n’ont pas été exécutées, les instructions pour l’enlumineur sont au sujonctif : hic depingatur30 … Un livret contenant les instructions très précises de l’humaniste Jean Lebègue pour réaliser le programme iconographique d’un manuscrit des œuvres de Salluste est rédigé entièrement au subjonctif. On y lit à propos de la mappa mundi qui accompagne le texte du Jugurtha :

  • 31 Oxford, Bodleian Library, D’Orville 141, fol. 46v ; voir Donald Byrne, « An early French humanist (...)

Soit faite et pourtraite une mappe munde en laquelle on pourra veoir comment par les legas des Romains fut divisé le royaume de Numidie entre Atherbal et Jugurta et quele portion ung chascun d’eulx en ot31.

39Enfin, l’incipit de l’Expositio mappe mundi ne laisse aucun doute sur les intentions de l’auteur de la description :

  • 32 Éd. Patrick Gautier Dalché, p. 143.

Declaraturi, domino auxiliante, picturam et descriptionem mundane mappe, a fluvio Thanay… sumamus exordium, et inde versus orientem per occeani latera progredientes obvia queque vel hinc vel inde occurrentia, calamo perstringamus. […] primo ponitur insula Terraconita […]. Paulo superius in maris margine scribitur: Solinus. Scitharum interius habitantium asperior ritus est32….

  • 33 Voir notamment, puisqu’il s’agit d’un texte composé en Angleterre, le Dictionary of medieval Latin (...)

40Il est clair que celui qui écrit : « … en partant du fleuve Tanais et en progressant vers l’orient en suivant les bords de l’océan, effleurons de notre plume tout ce qui se présente d’un côté et de l’autre… Tout d’abord est placée l’île de Terraconita… Un peu plus haut sur le bord de la mer, il est écrit… » a sous les yeux une image composée de figures (picturam) et de légendes (descriptionem) qu’il décrit avec le plus grand soin. Le verbe declaro, qui est le premier mot du texte, signifie « montrer, faire voir » ou, au sens figuré, « exprimer, signifier » : dans tous les cas, il ne saurait être employé pour qualifier un projet à réaliser ; il manifeste un processus qui se réalise in actu. De même, Kugler affirme – mais sans donner de référence – que le substantif expositio peut en latin médiéval signifier « Entwurf » ou « Vorlage », « wie heute der Terminus “Exposition” verwendet wird, im Sinnes eines Plan, eines detaillierten Exposés, das den praktischen Ausarbeitung eines Werks vorangeht ». Je ne connais pas de dictionnaire de latin qui soutienne cette affirmation33.

  • 34 Die Ebstorfer Weltkarte, t. II, p. 55. Toutefois il ne signale pas dans cet ouvrage que cette cart (...)
  • 35 Il ne connaît pas la première version du texte de Hugues, qui est une reportatio exprimant le plus (...)

41En ce qui concerne la Descriptio mappe mundi de Hugues, H. Kugler reconnaît qu’elle « servit vraisemblablement à l’explication d’une carte déterminée34 » ; mais il ajoute qu’il tient pour évident qu’elle « put » être utilisée pour la confection d’une nouvelle carte, et que la mappemonde d’Ebstorf utilisa pour cela un manuel de contenu voisin. Cette supposition contradictoire n’est pas démontrée35.

  • 36 Voir par exemple, pour les manuscrits du Commentum in Somnium Scipionis de Macrobe, Alfred Hiatt, (...)

42Une interprétation plus riche de significations culturelles me paraît légitime, surtout si l’on refuse de prendre en considération un ou deux textes isolés de l’ensemble. Comme on l’a vu dans la première partie, beaucoup d’entre eux émanent d’un milieu scolaire (Situs orbis terre vel regionum, Alius sermo cuiusdam, Descriptio mappe mundi et Chronicon de Hugues de Saint-Victor, Descriptio totius mundi certainement, probablement aussi les Versus de Asia et de universi mundi rota et la Mapula mundi). L’usage de cartes dans l’enseignement, bien qu’en général ignoré par l’historiographie, est une pratique assez bien attestée dans l’Antiquité tardive. Au Moyen Âge, plusieurs des textes qui faisaient partie du canon scolaire étaient munis de cartes ou de diagrammes (Salluste, Lucain). Il arrive souvent que ces images migrent d’un texte dans un autre tout différent ou qu’elles soient placées en frontispice de l’ensemble d’un codex36. Une telle pratique prouve que les mappae mundi jouissaient d’un statut qui leur conférait une valeur élevée pour la connaissance de l’espace. À leur manière ces textes descriptifs confirment qu’elles étaient généralement considérées en premier lieu comme des représentations exactes de l’orbis terrarum.

  • 37 Patrick Gautier Dalché, « Nouvelles lumières… », art. cité, p. 10.

43De plus, la Descriptio mappe mundi et le Chronicon de Hugues de Saint-Victor montrent de la manière la plus explicite comment et pourquoi un maître pouvait commenter une mappa mundi. La Descriptio du maître victorin est connue en deux versions. La première est une reportatio, c’est-à-dire un ensemble de notes prises par un élève, où le maître parle à la première personne, y compris, de façon très remarquable, en signalant qu’il a oublié de signaler un objet représenté sur la carte : Sane quod pene pretermisi duo flumina sunt in India que mittit ad Medos, alter Coaspis vel Brixon37… La seconde est une mise au net revue par Hugues lui-même. Elle est munie d’une préface qui justifie la description en affirmant que les vignettes des cartes ne peuvent être comprises que si elles sont accompagnées d’une légende portée sous la carte ou explicitées par le maître :

  • 38 Éd. Patrick Gautier Dalché, p. 133.

Sed et singulis rebus que in hac mappa mundi depinguntur, titulus scripture apponitur, quia rerum incognitarum imagines sine scripture vel sermonis magisterio aut nullatenus aut difficile intelliguntur38.

44D’autres auteurs soulignent le lien très fort qu’on concevait au Moyen Âge entre la représentation figurée et la représentation verbale et/ou textuelle. Plusieurs recommandent de ne pas séparer carte et texte dans l’apprentissage de la géographie, et ils ne se limitent pas au milieu monastique. Ainsi le grammairien et rhéteur italien Boncompagno da Signa souligne dans sa Rhetorica novissima (1235) que l’on doit d’abord observer la mappemonde, et ensuite lire Solin (cet auteur qui est utilisé notamment par Gui de Bazoches et par l’auteur de l’Expositio mappe mundi), les philosophes et les poètes. On remarque que la carte vient en premier :

  • 39 Boncompagno da Signa, Rhetorica novissima, éd. Augusto Gaudenzi, Scripta anecdota glossatorum, t.  (...)

Quomodo possit aliquis provinciarum, urbium, diversorum locorum et fluminum nomina memorie commendare. Qui desiderat provinciarum, urbium, fluminum et locorum nomina memoria (sic) commendare, inspiciat mappam mundi in qua sunt omnes provincie orbis, insule, deserta, famose civitates, maria et flumina cum subscriptionibus suis depicta. Legat etiam Solinum qui partes orbis terrarum nominat et distinguit, et specificat duodecim mirabilia mundi. Legat philosophos atque poetas, qui de huiusmodi tractaverunt, nec omittat vetus testamentum et historias Romanorum in quibus poterit magnam copiam invenire39.

45Au siècle suivant, le chroniqueur francisain Paulin de Venise († 1344) exprime la même idée de l’association nécessaire de la carte et du texte. De même que Hugues de Saint-Victor, il considère que la carte seule ne suffit pas et qu’il faut lui ajouter un commentaire écrit :

  • 40 Paulin de Venise, De mapa mundi, Cité du Vatican, Bibliotheca Apostolica Vaticana, Vat. lat. 1960, (...)

Sine mappa mundi ea quae dicuntur de filiis ac filiis filiorum Noe et quae de quatuor monarchiis ceterisque regnis atque provinciis tam in divinis quam humanis scripturis non tam difficile quam impossibile dixerim ymaginari aut mente posse concipere. Requiritur autem mapa duplex, picture et scripture. Nec unum sine altero putes sufficere, quia pictura sine scriptura provincias seu regna confuse demonstrat. Scriptura vero non enim sufficienter sine adminiculo picture provinciarum confinia per varias partes celi sic determinat ut quasi ad oculum conspici valeant40.

  • 41 Patrick Gautier Dalché, « Les sens de mappa (mundi) (ive-xive siècle) », Archivum latinitatis medi (...)

46Durant tout le Moyen Âge l’expression mappa mundi désigne aussi bien une carte qu’un traité géographique41. Et de même, dans l’enseignement, carte et analyse verbale étaient complémentaires. Si l’on considère que de nombreux esprits avaient été formés, à l’école, à un type d’exercice consistant à savoir analyser une mappemonde, il n’y a pas lieu de s’étonner que certains aient jugé profitable de transposer dans leurs propres œuvres la pratique du commentaire de carte couramment pratiqué à l’école.

47D’autre part les textes de Hugues de Saint-Victor, de Boncompagno da Signa et de Paulin de Venise placent tous la pictura en premier par rapport aux textes, qu’il s’agisse du commentaire du maître ou des légendes textuelles de la mappemonde elle-même. Focalisé sur la seule carte d’Ebstorf, Hartmut Kugler ne s’est pas demandé pour quelle raison c’est à partir du xiie siècle qu’apparaissent en assez grand nombre des textes qui décrivent des mappae mundi, et pourquoi les témoins les plus nombreux et les plus précis de cette pratique remontent précisément au xiie siècle. La réponse relève d’un phénomène bien connu. Au temps de la « renaissance » du xiie siècle, la culture visuelle connut un développement extraordinaire attesté par la multiplication des images de toute nature : diagrammes exprimant des séries de concepts dans différentes matières, des encyclopédies aux traités de théologie ou de philosophie naturelle, et aussi mappae mundi dont le nombre explose alors. Alors que les textes descriptifs antérieurs (Versus de Asia, Alius sermo cuiusdam) ne recouraient qu’exceptionnellement à la carte, et ne l’utilisaient que partiellement, on rencontre désormais des descriptions complètes de cartes. Leur origine ultime est le milieu scolaire ; les auteurs de ces descriptions lui accordent un statut tel qu’ils se pensent légitimés à la décrire et à l’expliciter, et même à en faire l’objet de jeux littéraires.

Conclusion

  • 42 John Rous, Historia regum Angliae, Th. Hearnius, Oxford, 1716, p. 4.

48Les descriptions textuelles que j’ai présentées permettent de formuler deux conclusions. Les textes démontrent que les grandes mappae mundi comportant des détails topographiques étaient plus nombreuses que celles qui ont été conservées. On rapprochera cette conclusion d’une remarque de l’humaniste John Rows qui, vers la fin du xve siècle, déclarait en passant, dans son Historia regum Angliae, que toutes les églises urbaines et rurales possédaient une mappa mundi42. C’était sans doute exagéré ; mais cette exagération même atteste que le Moyen Âge a connu une véritable et complexe culture cartographique.

  • 43 Voir en ce sens les travaux de Marcia Kupfer, par exemple : « Reflections in the Ebstorf map. Cart (...)

49Ensuite, ces mappae mundi sont décrites comme telles, sans y ajouter des considérations de quelque type que ce soit. Certes, certaines mappemondes furent élaborées de façon à exprimer des valeurs théologiques extrêmement complexes et à servir de support à la contemplation monastique43. Mais les considérer exclusivement – et anachroniquement – comme « symboliques » les dépouille d’une partie importante de leur nature. Lorsque les auteurs décrivent des mappemondes, sans aucune référence autre que la « réalité » de l’espace terrestre, elles sont pour eux et pour ceux qui les lisent un reflet exact de cette « réalité ». En ce sens, les esprits médiévaux partageaient la même illusion que nous : la carte est le territoire.

Annexes

APPENDICE

Descriptions textuelles de mappemondes

Versus de Asia et de universi mundi rota, dans Itineraria et alia geographica, t. I, Turnhout, Brepols, 1965 (CCSL 175), p. 441-454.

Airbertach mac Cosse, Geography of Ros Ailithir, Th. Olden, « On the Geography of Ros Ailithir », Proceedings of the Royal Irish Academy, 2nd series, 2, 1879-1888, p. 230-249.

Situs orbis terre vel regionum, éd. Patrick Gautier Dalché, Revue d’histoire des textes, 12-13, 1982-1983, p. 149-180.

Alius sermo cuiusdam, éd. Patrick Gautier Dalché, dans Donatella Nebbiai-Dalla Guarda et Jean-François Genest (dir.), Du copiste au collectionneur. Mélanges d’histoire des textes et des bibliothèques en l’honneur d’André Vernet, Turnhout, Brepols, 1999 (Bibliologia 18), p. 49-56.

Baudri de Bourgueil, Carmen 134 Adelae Comitissae, v. 723-948, éd. JeanYves Tilliette, Les œuvres poétiques de Baudri de Bourgueil, t. II, Paris, Les Belles Lettres, 2002 (Auteurs latins du Moyen Âge), p. 23-31.

Descriptio totius mundi (Naples, Bibl. Naz. IV D 21), voir Patrick Gautier Dalché, « Eucher de Lyon, Iona, Bobbio : le destin d’une mappa mundi de l’Antiquité tardive », Viator, 41, 2010, p. 1-22.

Lambert de Saint-Omer, Liber floridus (c. XXV), éd. fac-similé Albert Derolez, Lamberti S. Audomari canonici Liber Floridus. Codex autographus bibliothecae Universitatis Gandavensis, Bruxelles, Story-Scientia, 1968, p. 96-99.

Hermann de Carinthie (trad.), Introductorium in astronomiam Albumasaris Abalachi, Augsbourg, Ratdolt, 1489 ; transcription Patrick Gautier Dalché, « Maps in words. The descriptive logic of medieval geography, from the eighth to the twelfth century », dans Paul D. A. Harvey (éd.), The Hereford World Map. Medieval World Maps and Their Context, Londres, The British Library Publishing Division, 2006, p. 235-236.

Hugo de Saint-Victor, Chronicon (Mappa mundi), éd. Roger Baron, « Hugues de Saint-Victor lexicographe », Cultura neolatina, 16, 1956, p. 139-145.

Hugo de Saint-Victor, Descriptio mappe mundi, éd. Patrick Gautier Dalché, La « Descriptio mappe mundi » de Hugues de Saint-Victor. Texte inédit avec introduction et commentaire, Paris, Études augustiniennes, 1988.

Roger of Howden ( ?), Expositio mappe mundi, éd. Patrick Gautier Dalché, Du Yorkshire à l’Inde. Une « géographie » urbaine et maritime de la fin du xiie siècle (Roger de Howden ?), Genève, Droz, 2005.

[De insulis occeani], Londres, British Library, Cotton Galba A. vii, fol. 38v-39r ; éd. Patrick Gautier Dalché, « Maps in words : the descriptive logic of medieval geography, from the eighth to the twelfth century », dans Paul D. A. Harvey (éd.), The Hereford World Map : Medieval World Maps and their Context, Londres, The British Library Publishing Division, 2006, p. 234-235.

Guido de Bazochiis, Libellus de regionibus mundi, Paris, BnF, lat. 4998 ; extraits dans Wilhelm Wattenbach, « Die Apologia des Guido von Bazochiis », Sitzungsberichte der Preussischen Akademie der Wissenschaften, Philol.-hist. Cl., 1893, no 1, p. 395-420.

Geography in verse, éd. Thomas Wright et James Orchard Halliwell, Reliquiae antiquae, t. I, Londres, John Russel Smith, 1841, p. 271-273.

Mapula mundi (Cité du Vatican, Biblioteca Apostolica Vaticana, Rossi 49).

Francesco Pescennio Negro, Cosmodystychia (Cité du Vatican, Biblioteca Apostolica Vaticana, Vat. lat. 3971, fol. 370r-381r).

Notes

1 Voir Bettina Schöller, « Transfer of knowledge : mappae mundi between texts and images », Peregrinations : Journal of medieval art and architecture, 4, 2013, p. 42-55. Sur la lecture médiévale des mappemondes comme constitution d’un « espace narratif » : Ingrid Baumgärtrner, « Erzählungen kartieren. Jerusalem in mittelalterlichen Kartenräumen », dans Projektion – Reflexion – Ferne. Räumliche Vorstellungen und Denkfiguren im Mittelalter, Berlin/Boston, De Gruyter, 2011, p. 193-223.

2 C. 22, éd. Alexander Riese, Geographi Latini minores, Heilbronnae, apud Henningeros fratres, 1878, p. 38 ; Salvatore Monda, La Cosmographia di Giulio Onorio. Un exceptum scolastico tardo-antico, Rome, Aracne, 2008, p. 51.

3 Salvatore Munda, La cosmografia, op. cit., p. 14.

4 Est aussi exclue la célèbre description par Baudri de Bourgueil de la mappemonde ornant le sol de la chambre de la comtesse Adèle. La forme poétique rend difficile l’appréhension des procédés descriptifs – quelle que soit la réalité de l’objet décrit, dont on dispute ; voir Christine Ratkowitsch, Descriptio picturae. Die literarische Funktion der Beschreibung von Kunstwerken in der lateinischen Grossdichtung des 12. Jahrhunderts, Vienne, VÖAW, 1991, p. 86-106.

5 Mappemonde dite de Saint-Sever (Paris, BnF, lat. 8878, fol. 45 bis v-45 ter r).

6 Str. 13, 25-28 ; sur les rapports avec la carte de Saint-Sever, voir Dag Norberg, La poésie latine rythmique du haut Moyen Âge, Stockholm, Almqvist & Wiksell, 1954 (Studia Latina Holmiensia, 2), p. 84-86.

7 Il n’est pas exclu que la partie géographique de l’Imago mundi soit aussi une description de mappemonde, du fait, en particulier, de l’emploi de recta linea (Hae superius dictae regiones, ab oriente incipiente, recta linea ad Mediterraneum mare extenduntur, I, 18), comme le remarquait Otto Doberentz, « Die Erd-und Völkerkunde in der Weltchronik des Rudolfs von Hohen-Ems », Zeitschrift für deutsche Philologie, 13, 1882, p. 54.

8 Omnibus his per diversas linguas diversa sunt vocabula, quapropter ex Arabicis nominibus eas Latinis appellationibus aptare impossibile est, nisi determinatione primum cognitas, maxime cum nec ordine aliquo, sed sparsis quibusdam comentis hic [scil. Albumasar] demonstrat.

9 Éd. Roger Baron, p. 140.

10 Voir par exemple le texte intitulé Alius sermo cuiusdam, provenant de l’Espagne ou du midi de la France entre le ixe et le xie siècle. Dans un manuscrit des Étymologies de la fin du xiie siècle, le chapitre du livre XIV consacré à l’Asie se poursuit, après l’Aegyptus, par un chapitre sur les Sères qui porte le titre De angulis ; la Scithia est introduite par un titre Angulares septentrionales. Ces titres peuvent provenir de la considération d’une carte (Douai, Bibl. mun. 318, fol. 113v et 114r).

11 Éd. Albert Derolez, p. 96-99, 104.

12 Paris, Bnf, lat. 4998, fol. 39va.

13 Ibid., fol. 39vb-40ra.

14 Ibid., fol. 41ra ; éd. Wilhelm Wattenbach, p. 419.

15 Ibid., fol. 41ra ; éd. Wattenbach, p. 419.

16 Ibid., fol. 40vb ; éd. Wattenbach, p. 418.

17 Paris, Bnf, lat. 4931, fol. 7ra.

18 De même Gui de Bazoches fait l’Euphrate rejoindre le Tigre ; mais cela provient chez lui des Collectanea de Solin (37, 6) qu’il suit pour l’ensemble des mirabilia évoqués.

19 Assiria est obliquata ad Tygridem, pertingens usque ad Caucasum, et superiorem Parthiam continens. In hac est fluvius Arbem eam obliquans, et urbs Thesiphons, et Assur, et Ninive civitates (Naples, Bibl. Naz. IV. D. 21, fol. 13v).

20 Un exemple chez Leonid S. Chekin, Northern Eurasia in medieval cartography. Inventory, text, translation, and commentary, Turnhout, Brepols, 2006 (Terrarum Orbis, 4), p. 62 et suiv.

21 Cité du Vatican, Biblioteca Apostolica Vaticana, Rossi 47, fol. 116rb.

22 Cité du Vatican, Biblioteca Apostolica Vaticana, Vat. lat. 3971, fol. 371v.

23 Voir sur sa personnalité et ses œuvres l’étude de Giovanni Mercati, F. Pescennio Negro veneto protonotario apostolico, dans id., Ultimi contributi alla storia degli umanisti, t. II, Cité du Vatican, Biblioteca Apostolica Vaticana, 1939, p. 24-109 et Appendice.

24 VII, 1 (Patrick Gautier Dalché, La « Descriptio mappe mundi » de Hugues de Saint-Victor. Texte inédit avec introduction et commentaire, Paris, Études augustiniennes, 1988, p. 138).

25 Éd. Derolez, p. 104.

26 Expositio mappe mundi, éd. cit., I, 7, p. 144.

27 Ibid., I, 32, p. 146.

28 Hartmut Kugler, « Imago mundi. Kartographische Skizze und literarische Beschreibung », dans Wolfgang Harms et Jarn-Dick Müller, Mediävistische Komparatistik. Festchrift für Franz Joseph Worstbrock zum 60. Geburtstag, Stuttgart, Hirzel, 1997, p. 77-93 ; id., Die Ebstorfer Weltkarte, t. II. Untersuchungen und Kommentar, Berlin, Akademieverlag, 2007, p. 53-56.

29 Sur la carte de Théodulf d’Orléans : Patrick Gautier Dalché, « Notes sur la “carte de Théodose II” et sur la “mappemonde de Théodulf d’Orléans” », Geographia antiqua, 3, 1994-1995, p. 91-108 (reproduit dans Géographie et culture. La représentation de l’espace du vie au xiie siècle, Aldershot, Variorum Reprints, 1997 [Variorum, Collected Studies Series], no IX).

30 Renato Bordone, « Castelli e pennoni nelle miniature del “codex Malabaila” alla ricerca di un sistema iconografico medievale », dans id. (dir.), Bianca Lancia d’Agliano fra il Piemonte e il regno di Sicilia. Atti del Convegno (Asti-Agliano, 28-29 Aprile 1990), Alessandria, Edizioni dell’Orso, 1992, p. 238.

31 Oxford, Bodleian Library, D’Orville 141, fol. 46v ; voir Donald Byrne, « An early French humanist and Sallust : Jean Lebègue and the iconographical programme for the Catiline and Jugurtha », Journal of the Warburg and Courtauld institute, t. 49, 1986, p. 41-65.

32 Éd. Patrick Gautier Dalché, p. 143.

33 Voir notamment, puisqu’il s’agit d’un texte composé en Angleterre, le Dictionary of medieval Latin from British sources, s. v. « expositio ». Le Mittellateinisches Wörterbuch ne connaît pas non plus ce sens ; le seul emploi cité qui pourrait – mais de très loin – s’en rapprocher est celui de « idem quod actus (corporaliter) exponendi, exhibendi – das Aussetzen » ; les exemples donnés viennent d’un traité alchimique (Ps. Geber, Summa perfectionis) : « de corporum expositione super acutorum vapores narremus. » Mais dans le cas de l’Expositio mappe mundi nous ne sommes pas dans le « corporaliter » : le terme a le sens habituel de narratio, relatus (Erzählung, Darstellung, Schilderung, Bericht) ou d’explanatio, interpretatio, elucidatio (Erklärung, Auslegung, Verdeutlichung).

34 Die Ebstorfer Weltkarte, t. II, p. 55. Toutefois il ne signale pas dans cet ouvrage que cette carte a été identifiée : une copie réduite qui présente tous les détails particuliers exprimés dans la Descriptio se trouve dans le ms. de Munich, Bayerische Staatsbibl., clm 10058, contemporain de l’entreprise de Hugues de Saint-Victor (Patrick Gautier Dalché, La Descriptio mappe mundi, op. cit., p. 81-85). Dans un article précédent, Kugler refusait pourtant d’admettre que cette même Descriptio décrit – et ne fait que décrire – une mappa mundi. L’auteur relève que j’aurais daté du xie le manuscrit de cette copie réduite, alors que « Sie wird allgemein in 12. Jarhundert datiert » (« Imago mundi. Kartographische Skizze und literarische Beschreibung », art. cité, p. 85, n. 17) ; on comparera avec ce que j’ai écrit : « Elle est contenue dans le manuscrit de Munich, Bayerische Staatsbibliothek, clm 10058, au fol. 154v. Ce codex du xiie siècle est originaire de la France du Nord » (La Descriptio mappe mundi de Hugues de Saint-Victor, op. cit., p. 81)…

35 Il ne connaît pas la première version du texte de Hugues, qui est une reportatio exprimant le plus clairement du monde que l’auteur décrit une mappemonde existante (Patrick Gautier Dalché, « Nouvelles lumières sur la Descriptio mappe mundi de Hugues de Saint-Victor », dans Géographie et culture, op. cit., no XII, p. 10) ; il ne connaît pas non plus la présentation détaillée de l’Expositio mappae mundi (Patrick Gautier Dalché, Du Yorkshire à l’Inde. Une « géographie » urbaine et maritime de la fin du xiie  siècle [Roger de Howden ?], Genève, Droz, 2005) qui apporte de nombreux compléments à l’article « Décrire le monde et situer les lieux au xiie siècle : l’Expositio mappe mundi et la généalogie de la mappemonde de Hereford », Mélanges de l’École française de Rome, 113, 2001, p. 343-409, qui est seul cité.

36 Voir par exemple, pour les manuscrits du Commentum in Somnium Scipionis de Macrobe, Alfred Hiatt, « The map of Macrobius before 1100 », Imago mundi, 59, 2007, p. 149-176.

37 Patrick Gautier Dalché, « Nouvelles lumières… », art. cité, p. 10.

38 Éd. Patrick Gautier Dalché, p. 133.

39 Boncompagno da Signa, Rhetorica novissima, éd. Augusto Gaudenzi, Scripta anecdota glossatorum, t. II (Scripta anecdota antiquissimorum glossatorum), Bologne, Bottega d’Erasmo, 1892 (Bibliotheca iuridica medii aevi), p. 279 ; réimpr. anast., Turin, 1962.

40 Paulin de Venise, De mapa mundi, Cité du Vatican, Bibliotheca Apostolica Vaticana, Vat. lat. 1960, fol. 13v.

41 Patrick Gautier Dalché, « Les sens de mappa (mundi) (ive-xive siècle) », Archivum latinitatis medii aevi, 62, 2004, p. 187-202.

42 John Rous, Historia regum Angliae, Th. Hearnius, Oxford, 1716, p. 4.

43 Voir en ce sens les travaux de Marcia Kupfer, par exemple : « Reflections in the Ebstorf map. Cartography, theology and dilectio speculationis », dans Mapping Medieval Geography. Geographical Encounters in the Latin West and beyond, 300-1600, Cambridge, Cambridge Universdity Press, 2014, p. 100-126.

Auteur

Institut de recherche et d’histoire des textes (CNRS) École pratique des hautes études

© Éditions de la Sorbonne, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site