Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Figures de l'autorité médiévale

 | 
Pierre Chastang
, 
Patrick Henriet
, 
Claire Soussen

Première partie. Pratiques de l'écrit

« Écritures juives » et historiographie

Dire et écrire en Catalogne à la fin du Moyen Âge

Claude Denjean

Texte intégral

1Malgré son titre, ce texte n’est naturellement pas un pastiche du travail de Michel Zimmermann. Certes les mélanges visent à rendre hommage à un maître, certes les élèves ont tendance à suivre leur maître – bien qu’aujourd’hui il ne faille plus comme au Moyen Âge masquer la nouveauté sous l’autorité de l’ancien mais peut-être plutôt saluer la place à part d’un chercheur, voire son originalité –, cependant la réflexion présentée ici salue le récipiendaire de cet ouvrage simplement (si l’on peut dire) pour ce qu’on a lu et entendu de lui. Nous tenterons donc de témoigner de la fertilité d’une approche qui prête attention aux mal nommées « sciences auxiliaires » de l’histoire : la paléographie et l’historiographie. Sciences désormais si bien exclues de nos universités qu’affirmer que nous sommes indignes de poursuivre le travail ne sera pas une captatio benevolentiae de pure forme mais une vérité affirmée sans fausse modestie.

  • 1 « No sabent que el nou document trobat hagués estat estudiat enllocn em va decidir a traduirlo i p (...)
  • 2 Les documents hébraïques européens sont mis en ligne grâce au projet http://www.hebrewmanuscript.c (...)

2Les textes en caractères hébraïques, peu nombreux dans les archives, sont connus en Catalogne depuis les origines de l’histoire érudite et universitaire. Chacun fut pendant longtemps étudié comme un émouvant unicum, bel objet à transcrire et publier, épave d’une production plus abondante rappelant l’âge d’or séfarade1. Le goût actuel pour la recollection de documents dans des bases de données2 permet désormais sinon une véritable approche sérielle, du moins une étude qui attire l’attention sur le contexte de production des documents, leur nature et leur mise en forme. Nous allons présenter l’évolution de l’attention aux documents hébraïques catalans, et plus largement ibériques et méridionaux, les thèmes qui peuvent ainsi être éclairés, avant de proposer une réflexion sur une étude de cas perpignanais.

  • 3 Jean Regné, Étude sur la condition des Juifs de Narbonne du ve au xive siècle, Narbonne, Caillard, (...)
  • 4 « Primer centenario de la publicacion del BRAH », Boletín de la Real Academia de la Historia, t. C (...)
  • 5 Francisco de Bofarull y Sans, Los Judios en territorio de Barcelona (siglos 10 al 13) : reinado de (...)
  • 6 Francisco Bofarull, « Jaime I y los Judíos », Primero Congreso de Historia de la Corona de Aragón,(...)

3Les historiens de la Catalogne ont signalé très tôt la présence de documents « en caractères hébraïques » parmi des écrits en caractères latins. L’emploi de cette expression et les transcriptions qu’ils effectuèrent prouvent que les fondateurs de l’école catalane avaient pris la mesure de ce phénomène : les actes sont conservés dans des fonds royaux ou ecclésiastiques au milieu de dossiers latins, les termes en langue catalane sont nombreux et éclairent particulièrement la toponymie et une anthroponymie où la fréquence des homonymes rend l’interprétation difficile comme le soulignait dès l’origine Jean Regné3. Au début du xxe siècle, l’histoire des juifs se développa grâce à la collaboration de spécialistes venus collecter des sources avec les archivistes et érudits locaux. Le temps des « antiquaires » et des premiers professeurs de la chaire barcelonaise d’hébreu nous offre ainsi l’essentiel de notre documentation éditée. La première figure est celle du Père Fidel Fita, archéologue, épigraphiste et philologue que la Compagnie de Jésus envoya en Catalogne en 1867 après des séjours en Leon et en France. Il se fixa à Banyoles après 1870, où il put ainsi connaître les richesses archivistiques de Gérone. Élu à la Real Academia en 1877, il permit, avant sa mort en 1918, la publication d’analyses sur les documents jugés importants en assurant la régularité du Boletín de la Real Academia de la Historia4. Des spécialistes de paléographie latine, hébraïque et arabe portaient ainsi à l’attention du public les « monuments » de l’histoire espagnole, parmi lesquels les textes hébraïques. Entre 1883 et 1911, aux Archives de la Couronne d’Aragon Francisco Bofarull renforçait cette tradition en insérant des travaux concernant les juifs dans une production bibliographique peu spécialisée, avec Los Judíos en el Territorio de Barcelona5. Il souligna l’antiquité de chartes en hébreu au milieu d’actes de Jacques le Conquérant, parmi les actes les plus anciens contemporains de la constitution des archives royales6.

  • 7 Adolphe Neubauer, recension de Los Judíos en Gerona, Gérone, Cumané, 1870, dans la Revue critique (...)
  • 8 La compilation de David Romano, reprend les articles anciens concernant cette ville : Per a una hi (...)
  • 9 Ytzhak Fritz Baer, Studien zur Geschichte des Juden Im Konigreich Aragonien Warhend des 13. und 14 (...)
  • 10 Jean Regné, History of the Jews in Aragon. Regesta and documents, 1213-1327, éd. Yom Tov Assis, Je (...)
  • 11 Isidore Loeb, « Actes de vente hébreux originaires d’Espagne », Revue des études juives, 1885, p.  (...)
  • 12 Revue des études juives, t. X, p. 108 ; dans le BRAH t. 6, 1885, Isidore Loeb décrit en détail les (...)

4Comme l’histoire ibérique intégrait alors des fins connaisseurs des archives locales dans un réseau international de savants, les seuls dépôts nationaux ne furent pas exploités. Enrique Claudio Girbal, correspondant en Catalogne de la Real Academia, dont le travail fut salué par Neubauer7, permit d’identifier l’importance de la ville de Gérone.8 De la collaboration entre les forces locales et nationales et les étrangers témoigne l’accueil réservé à Jacobs, puis à Baer9 et Regné10, les échanges épistolaires avec les pionniers français de la Revues des études juives : Isidore Loeb et Moïse Schwab11. Les catalogues des premiers – compilations d’analyses d’actes –, les articles des seconds demeurent les piliers des recherches actuelles. L’édition des documents de la Pia Almonia de la Seu de Gérone réunit par exemple les efforts de Fita, de Loeb et de Girbal12.

5L’école catalane de langue et de paléographie hébraïques était suffisamment établie pour que l’enseignement universitaire suscite des vocations dans le domaine à la fois linguistique et historique qui est la marque de l’organisation universitaire ibérique, grâce entre autre à l’enseignement de Francesc Barjau i Pons, le maître de José Millás i Vallicrosa. Barjau, découvreur de documents barcelonais, fut professeur d’hébreu à Séville puis à Barcelone de 1904 à 1922, où il succéda à Delfí Donadiu i Puignau. Il apprit du révérend Josep Mas, archiviste de la cathédrale de Barcelone, l’existence de vingt-huit documents en hébreu datés entre le xie et le xive siècle. Les caractères de l’historiographie catalane de l’histoire des juifs étaient en place : initiative locale endogène des recherches, lien étroit entre l’université, l’érudition et les archives publiques ou ecclésiastiques, prééminence de la formation linguistique chez ceux qui faisaient de l’histoire, ouverture internationale forte d’un groupe à la fois ancré dans la nation espagnole et profondément marqué par l’identité catalane, intérêt pour les documents de la pratique et les aspects juridiques malgré des bibliographies témoignant de centres d’intérêt très divers. Ainsi par exemple, Itzak Fritz Baer a relu l’édition de textes produits par José Millas i Vallicrosa en 1927, qui reste l’un des ouvrages essentiels pour tous ceux qui étudient l’activité économique des juifs catalans. Les premiers documents géronais ne furent pas seulement transcrits et traduits mais également identifiés comme formant un dossier au sujet de la famille de Rabi Samuel ben Isaac Hassardi et la famille Hasdai.

  • 13 Monserrat Casas Nadal et Maria Teresa Navarro Salazar, « In memoriam David Romano Ventura (1925-20 (...)
  • 14 Élève de Millas Vallicrosa et Vicens Vives. Thèse doctorale de l’université de Madrid soutenue en  (...)
  • 15 Elka Klein, Jews, Christian Society, and Royal Power in Medieval Barcelone, Ann Arbor, University (...)
  • 16 Navarra Judaica publiée entre 1994 (t. 1) et 1998 (t. 8) ; les registres du sceau et les actes not (...)
  • 17 Catalonia Hebraica I à XIII, Barcelone, 2003-2007, où l’on trouve des livres de comptes, des colle (...)

6À cette période fondatrice succéda durant la seconde partie de la carrière de Millás i Vallicrosa une époque où l’étude des juifs resta en retrait, tant pour des raisons politiques et historiques que pour des motifs proprement universitaires et personnels. Les élèves barcelonais du professeur Millás, en particulier David Romano13 et Edouard Feliu ne virent pas se développer autant que leurs maîtres les travaux sur ce thème, même si les caractères originaux de l’école catalane se maintinrent. Les études n’échappèrent pas à la fragmentation, de nouveaux documents qui auraient pu ouvrir de nouveaux chantiers ne furent pas découverts dans le domaine qui nous intéresse ici. Les travaux d’envergure, l’exploitation des documents édités n’eut pas lieu bien que David Romano ait tracé de nombreuses esquisses d’études possibles14. Seule, dans son œuvre tôt interrompue Klein reprit les dossiers issus des archives barcelonaises15. Pourtant, la fin du xxe siècle vit l’essor de collections qui visaient à éditer systématiquement les documents concernant les juifs. Si rien n’égala en Catalogne le caractère monumental de la série Navarra Judaica et son volume de documents hébraïques publié par José Luis Lacave16, plus récemment, les efforts de José Ramón Magdalena Nom de Déu, titulaire de la chaire d’hébreu de Barcelone conjugués à ceux de Yom Tov Assis, de l’université hébraïque de Jérusalem reprirent la traditionnelle collaboration entre Barcelone et Mount Scopus. Le renouveau fut initié par la parution de volumes de la Catalunya Hebraica publiés par José Ramón Magdalena Nom de Déu et Meritxell Blasco Orellana17.

  • 18 Voir Claire Guiu et Stéphane Péquignot. « Historiographie catalane, histoire vive. À propos de que (...)
  • 19 Claude Denjean, Juifs et chrétiens. De Perpignan à Puigcerda, xiiie-xive siècles, Perpignan, Éditi (...)
  • 20 « Iudei Nostri ». Pouvoir royal, communautés juives et société chrétienne dans les territoires de (...)
  • 21 Claude Denjean, « Être juif à Perpignan et dans sa collecta après 1260 », Colloque du Huitième cen (...)
  • 22 Par exemple dans le travail de Claire Soussen.

7De fait, à l’extrême fin du xxe siècle, l’intérêt pour l’histoire des juifs reprit un nouvel essor en Catalogne. C’était aussi naturellement le cas en Provence, d’abord et surtout, mais aussi en Italie et en Allemagne, voire plus tard dans une France du nord ou une Angleterre pourtant moins gâtées par l’abondance documentaire. Dans les archives catalanes qui s’ouvraient et se réorganisaient (en particulier les archives comarcales) et à l’université, divers héritages se conjuguaient pour susciter un foisonnement de recherches, certes dénué de planification même s’il n’était pas véritablement spontané. La profusion de travaux suscitait de nouvelles curiosités, permettait l’émergence de nouveaux réseaux de recherche. La tradition de l’histoire catalane issue de Vicens Vives retrouvait une nouvelle vitalité à la faveur des réflexions sur les trois cultures qui exprimaient les espoirs de l’Espagne post-franquiste. Les anciennes institutions culturelles, tel l’Institut d’Estudis catalans, comme les piliers de la recherche nés à l’époque franquiste, parmi lesquels le CSIC tant madrilène que barcelonais, publiaient les résultats des nombreuses monographies dans les revues Sefarad, Calls puis Tamid. La tradition des échanges franco-catalans était bien ancrée, en particulier ceux qu’entretenaient les universités de Barcelone et de Toulouse avec Philippe Wolff et ses élèves, parmi lesquels Michel Zimmermann, se poursuivait pour la troisième génération. Elle se renouvelait18. Cependant, les nouveaux points de vue provenaient de l’étude des abondants fonds latins dont enfin l’analyse systématique avait été entreprise, tant dans les archives locales qu’aux Archives royales19. Certes, chez les chercheurs français, la conscience que la confrontation avec les documents hébraïques était nécessaire existait. Les travaux de Joseph Shatzmiller avaient encouragé dans cette voie. Le projet de thèse de Claire Soussen, mes propres incursions dans des domaines nouveaux témoignaient de ce souci20. D’autre part, le regard porté sur les dossiers connus à Perpignan restait timide et le travail largement inabouti21. Enfin, les documents analysés demeuraient les textes édités, essentiellement ceux à caractère normatif, des responsa22.

  • 23 Cette démarche est résumée dans Claude Denjean et Juliette Sibon, « Être historien des juifs médié (...)
  • 24 Claude Denjean et Laurent Feller (éd.), Expertise et valeur des choses. 1. Le besoin d’expertise, (...)
  • 25 Lors d’une mission exploratoire pour le projet Jacov, par Claude Denjean et Juliette Sibon.
  • 26 Annegret Holtmann-Mares, « Jewish Settlement and Economic Activity in the Franche-Comté (first hal (...)

8Dans les années de 1996 à 2004, divers thèmes à l’honneur dans les programmes de recherche renouvelaient le regard porté sur la place des juifs dans la société, en particulier les travaux au sujet du crédit et ceux concernant la fiscalité. Les historiens de l’aire catalane tenaient une place remarquable dans ces équipes en raison de la richesse des fonds d’archives qu’ils étudiaient. Ces deux domaines intégraient naturellement les spécialistes de l’histoire des juifs d’autant plus que les juifs médiévaux étaient réputés jouer un rôle éminent dans ces activités. L’intérêt de ces projets du point de vue de cette histoire particulière était justement d’intégrer les prêteurs ou les collecteurs d’impôts juifs, la fiscalité communautaire au sein d’un espace plus large. Ils ont largement contribué à décloisonner l’histoire et à dépasser les apports de l’histoire des minorités. Les motivations de l’histoire économique s’allièrent à celles des études juives, à la recherche d’une méthode de travail et de réponse à de nouvelles questions23. Des thématiques nouvelles issues de ces recherches conduisirent à s’interroger sur la culture écrite des juifs à même de produire des documents hébraïques permettant la légitimation d’actes commerciaux ou la gestion d’entreprises : méthodes des écritures comptables, apparition et modalités de l’expertise sur les marchés24. Du point de vue de l’histoire des juifs catalans, ce projet de recherche (qui est d’autre part issu de recherches toutes différentes sur la conversion des objets) s’appuyait sur des dossiers des archives départementales des Pyrénées orientales ou des textes découverts dans les Archives de la Couronne d’Aragon. Il put s’enrichir ensuite d’un premier inventaire et de l’analyse des documents géronais avant même leur classement25. L’attention était portée de manière subsidiaire aux processus de légalisation des actes et aux possibilités de falsification ou de fraude dont nous trouvons des échos dans des dénonciations antijuives. La relecture des articles des premiers numéros de la Revue des études juives, des tirés à part de Millás i Vallicrosa, l’édition d’un livre de compte par Annegret Holtman faisaient espérer la découverte de nouvelles voies26.

  • 27 Réédités par David Romano, Per a una historia…, op. cit., p. 65-67 et 486-500.
  • 28 Alors directrice des Archives historiques de Gérone.
  • 29 Mauro Perani témoigne de cette aventure dans « A 2009 updated Overview on the “Gerona Genizah” a K (...)

9Il faut croire que redoubler d’attention et avoir espoir en des pistes novatrices est véritablement performatif. Le renouveau surgit d’une convergence du désir de chercheurs d’origines diverses, conjonction sans doute totalement accidentelle mais que nous pouvons rattacher aux publications des années 1920 et 1930 en Catalogne, en particulier le dossier concernant les Hasdai de Gérone et l’édition du livre de comptes d’Astruch Salbarra datant du xve siècle27. L’intérêt politique, économique et culturel de la société catalane des années 1990 pour l’histoire des juifs catalans, dont témoignent de façon désordonnée et parfois contradictoire l’organisation de nombreux colloques, la parution de revues, la création d’associations culturelles associé avec la passion de certains directeurs d’archives comme Montserrat Hosta Rebés28 ou de certains chercheurs comme Mauro Perani produisirent des rencontres fructueuses et aboutirent à l’exhumation de nouveaux dossiers dont les textes connus jusque-là n’étaient que la partie émergée29. L’Arxiu Històric de Girona fut le premier dépôt d’archives à s’attacher à un projet traumatisant pour un conservateur : défaire les reliures des registres notariés pour en extraire les papiers contrecollés qui avaient servi à confectionner des couvertures solides. Le projet consistait en une succession d’étapes délicates associant spécialistes du livre, du papier, des archives, de la paléographie, de l’histoire : défaire soigneusement les reliures supposées receler des trésors inconnus, en extraire le remplissage, décoller les feuillets agglomérés et découpés, reconstituer le puzzle lorsque c’était possible, inventorier et classer les fragments, les communiquer aux chercheurs et au public après avoir reconstitué les couvertures en injectant de la pâte à papier.

  • 30 Eveline Brugger et Birgit Wiedl, Regesten zur Geschichte der Juden in Österreich im Mittelalter, (...)
  • 31 Les côtes permettent toutefois de reconstituer les unités.

10Il ne s’agissait plus seulement de publier des vestiges émouvants de la vie quotidienne des juifs catalans même si les paléographes s’attachent naturellement à cette tâche fondamentale. Le renouvellement de la recherche catalane s’inséra aisément dans un réseau européen. Certes, l’essentiel des recherches de documents hébraïques recyclés dans les reliures des livres concernait les bibliothèques et les chercheurs soucieux de découvrir de nouvelles versions de textes du Talmud, de commentaires et de traités médiévaux de médecine par exemple, voire de voir apparaître quelque hapax. Les travaux catalans de José Ramon Magdalena et Meritxell Blasco concernent naturellement ces domaines. Toutefois, le cas catalan s’attache d’une manière originale aux documents de la pratique : actes de ventes, comptabilités, chartes de créances et de quittances, contrats divers. En cela, il rejoint les travaux menés sur les documents autrichiens, qui font la part belle aux interactions économiques avec les chrétiens30. La constitution de bases de données et la publication de catalogues et de transcriptions d’actes conduisent à une réflexion sur la méthode, qui allie une approche sérielle avec les apports de la micro-histoire. Le caractère lacunaire et parcellaire, voire l’émiettement de cette documentation rend toutefois ce type d’analyse difficile, la constitution de corpus restant un exercice d’équilibre délicat et toujours contestable. La rareté des documents hébraïques leur conserve un statut sinon d’icône, du moins d’objet de fascination qui a conduit entre autres actes à parler de geniza pour le fond géronais alors qu’il s’agit au contraire de morceaux de papier ou de parchemin jetés et recyclés, loin de tout souci de sacralité. Les documents en hébreu ont également été récemment classés dans des chemises à part des actes latins avec lesquels ils forment pourtant un ensemble documentaire31.

11La constitution de ce fonds comme celle des dossiers déjà déposés posent donc des questions de grand intérêt. Un rapide examen des éléments archivistiques nous permettra de proposer quelques hypothèses en rappelant un cas perpignanais d’accusation de falsification d’écriture.

  • 32 L’étude s’appuie sur le dépouillement des neuf premières caisses de documents classés : Carnet de (...)
  • 33 Richard W. Emery, The Jews of Perpignan in the Thirteenth Century. An Economic Study Based on Nota (...)

12Tel qu’il est désormais opéré, le classement du fonds géronais sépare les documents hébraïques des documents latins, brisant un lien qui nous semble pourtant consubstantiel puisque la collecte des vieux papiers doit être comprise pour en savoir plus sur leur origine32. La proximité entre les lieux de pouvoir, en particulier ceux où se rendait la justice et où étaient écrits les actes, et l’atelier du relieur, le lien entre les chanoines, les notaires, les artisans juifs et chrétiens est une évidence qui explique sans doute le recyclage de procédures judiciaires et d’écritures notariales ou privées concernant des entrepreneurs et hommes d’affaires. Nous savons qu’à Perpignan ou à Marseille des registres de comptes étaient déposés chez un notaire, comme le prouve la découverte des carnets d’Arnau de Codalet ou de Mordachays Joseph33.

  • 34 Isidore Loeb, « Actes de vente hébreux originaires d’Espagne », dans David Romano, Per a una histo (...)

13Nous laisserons de côté les textes issus de pages d’ouvrages : en particulier de commentaires sur le Talmud, la Michna, ou encore d’ouvrages médicaux, pour nous intéresser aux actes de la pratique. Il faut cependant remarquer que les reliures des livres notariés de la Gérone de la fin du xive siècle contiennent des pages dont on comprend mal la transformation en matériau de bourrage des couvertures de livres ! Cette question devra donc un jour être étudiée de manière précise. Si la ketubah de Castello d’Empuries peut avoir été laissée car elle n’avait plus de valeur le mariage ou la vie des époux étant terminés, la présence de textes bibliques ou talmudiques ont fait imaginer une relation entre les émeutes antijuives et la destruction de documents en caractères hébraïques. Que les révoltés qui pillent les maisons s’attaquent aux coffres contenant les actes, car ils espèrent détruire une créance, est également attesté dès le xiiie siècle avec la demande de la famille Hasdai de réécrire les actes perdus sur la foi des témoins34. Cependant, s’il est possible que certains papiers soient recyclés après des violences antijuives, il est difficile de comprendre la structure du fonds en s’appuyant sur cette hypothèse. La violence, même grave, dramatique et récurrente, est accidentelle, elle ne dit pas la structure de l’ensemble, n’explique pas la typologie. La question devrait plutôt être formulée différemment : quelle est la relation entre le livre et le document de la pratique, entre les lectures religieuses et la vie de prêteur et d’homme d’affaires pour les hommes du xive siècle ? Quels sont les papiers qui méritent d’être conservés et ceux qui sont jugés périmés, à quelle date peut-on fixer la péremption de chaque type de document ?

  • 35 Ibid.
  • 36 Un article coécrit avec Juliette est en cours de composition.

14L’examen des papiers en caractères latins montre que divers sermons joliment écrits avec leurs titres colorés de vert et de rouge ont eux aussi été jetés au rebut. Nous sommes en présence d’un ensemble dont il faut chercher la cohérence auprès des notaires les plus proches du pouvoir épiscopal et de la cour de justice, non loin d’ailleurs du call, le quartier juif de Gérone. Les reliures ont livré un ensemble où documents latins et documents hébraïques sont à peu près aussi nombreux les uns que les autres, alors que la population juive ne représente que dix pour cent de la population chrétienne. Le nombre d’hommes d’affaires juifs n’est pas équivalent à la moitié de l’ensemble. Il faut donc souligner qu’au xive siècle, lors du recyclage de vieux papiers, les textes hébraïques sont surreprésentés. Certes les juifs de Gérone, de par leur culture et leur position sociale, produisent proportionnellement plus de documents que les chrétiens, mais en l’occurrence, l’ensemble documentaire juxtaposerait des actes issus des pouvoirs locaux – telles des chartes, des procédures judiciaires, des textes issus du milieu épiscopal, des chanoines ou des frères mendiants – des sermons avec des écritures privées d’affaires – lettres de marchands chrétiens, carnets de prêteurs juifs, de rares actes de l’aljama et un ensemble de textes de commentaires talmudiques. La sous-représentation d’actes des pouvoirs publics et communautaires s’explique par la qualité de ces textes, qui visent à la conservation, alors que les actes privés et économiques liés au crédit perdent de leur intérêt (au sens propre également !) lorsqu’acteurs et témoins ont disparu. Un acte de vente mérite d’être conservé par une famille et est réécrit en cas de perte, une créance non35. L’analyse élargie aux nouvelles bribes de textes extraits des couvertures dont l’inventaire n’est pas encore disponible, devra offrir une contextualisation extrêmement précise, délicate à mener36.

  • 37 Michel Zimmermann, « Textus efficax : énonciation, révélation et mémorisation dans la genèse du te (...)

15Dans son article Textus efficax, Michel Zimmermann a proposé une réflexion sur l’écriture dans la société catalane, dont l’importance « n’est pas le seul fruit d’une éducation ou d’un choix personnel », où « le texte a pour mission de dire et transmettre la vérité »37. Les papiers retrouvés à Gérone (et ailleurs) ont eu eux aussi cette mission, mais pour une durée limitée. D’autres parchemins ou papiers avaient, eux, à transmettre une tradition, avant, soit d’en être jugés indignes, soit de passer dans des mains inexpertes ou malveillantes, avec violence ou simplement faute de propriétaires qui en comprendraient le sens. La scansion chronologique de la présence de ces textes dans les reliures ne permet pas pour l’instant d’envisager la prééminence des causes politiques (les violences antijuives) ni même démographiques (la diminution du nombre de familles juives en raison de la peste). Il se pourrait bien que ces types de cause viennent s’ajouter à la réalité plus prosaïque et courante du besoin de matériau pour bourrer et renforcer les couvertures des livres notariés. Ainsi, les notaires, clients ou proches des collecteurs de vieux papiers, se trouvaient-ils spécialement bien placés pour évaluer et déclarer les dates de péremption documentaire, lors d’un processus qui n’était en rien exceptionnel. Certainement, les prêteurs dont les carnets ont été recyclés, ainsi que leurs héritiers, avaient terminé leur carrière, les possesseurs des commentaires talmudiques avaient disparu ainsi que leurs enfants, ou bien ces copies-là étaient-elles contestées. Rappelons donc combien l’emploi du terme geniza pour le fonds géronais est impropre, car il implique une démarche de conservation toute différente.

16Un autre fait mérite attention : les carnets de comptes et cahiers jusque-là analysés ne concernent pas des opérations géronaises des prêteurs mais des villages aux alentours si l’on en croit les 37 extraits analysés. De même que la ketubah provient de Castello d’Empuries, les onze folii d’une comptabilité, les sept feuillets qui mentionnent des prêts sur gage et les neuf listes synthétiques de créances, d’un format qui s’apparente à celui du rouleau, concernent le plus souvent des prêts consentis à Maçanet de la Selva. À part un acte de la fin du xiiie siècle – 1261 – la plupart des prêts en nature – blé, huile – ou en argent datent des années entre 1324 et 1331, puis 1338 à 1340. Les annotations marginales confirment ce que nous savons par ailleurs : ces créances à court terme sont en fait encore non honorées mais valides deux ou trois ans plus tard. Certaines même durent plus de dix et vingt ans. En fait, les archivistes et paléographes peuvent reconstituer des ensembles en petit nombre. Cette destination ne concerne donc finalement que peu de documents sur la masse produite. L’ensemble actuellement en ligne sur le site des archives historiques de Gérone forme donc un tout. Ces pages ont bourré des reliures entre 1361 et 1363, soit environ un siècle après la production des premiers textes et plus de vingt ans après la production des derniers. Il est probable que les créances et comptes en question étaient désormais périmés et s’il y eut quelque héritier ou associé du prêteur de Maçanet, il avait conduit les débiteurs récalcitrants à un réengagement ou les avait cités au tribunal. La mise en contexte de cet ensemble documentaire devra être poursuivie et nous disposons aujourd’hui essentiellement d’hypothèses. Néanmoins, les premiers examens, catalogage et analyses nous font saisir les modes de gestion habituelle des prêteurs juifs de Gérone.

  • 38 Selon l’expression trouvée par Juliette Sibon.

17L ‘ exploitation de ce fonds-gigogne de Gérone38 peut être éclairée par la lecture des dossiers conservés aux Archives départementales des Pyrénées orientales, bien que la provenance de ces documents avant la constitution de la série B soit mal connue. A priori, la différence est de taille, puisque dans le cas perpignanais, les actes ont été volontairement et non accidentellement conservés. Ici aussi, le regroupement des actes concernant les juifs nous a privés de l’établissement de quelques évidences simples. Les dossiers comprenant des documents hébraïques sont conservés sous les côtes 1B328, 1B330, 1B332, 1B334, 1B335 et 1B336. Ici aussi, le cheminement qui a conduit à leur catalogage aux ADPO reste mystérieux et marqué par un goût de la collection plutôt que par une réflexion proprement historique. Dans ce cas également nous trouvons une ketubah de Mayrona, fille de Bonafos Vidal Bonfil mariée à Mordafay Salamies. Excepté cet acte privé, les documents concernent la vie de l’aljama au début du xve siècle, alors que la communauté connaît de nombreux conflits tant au sujet des comptes que de la fiscalité. Interviennent des juifs et certains convertis qui furent secrétaires ou trésorier de l’aljama avant leur conversion. De fait les conversions des membres de l’élite marchande furent nombreuses vers 1415. Deux faits nous intéresseront ici puisqu’ils éclairent exceptionnellement ce processus d’énonciation et d’écriture dont il nous faut comprendre l’articulation.

  • 39 Isidore Loeb, « Histoire d’une taille levée sur les Juifs de Perpignan en 1413-1414 », Revue des é (...)
  • 40 Claude Denjean, Juifs et chrétiens. De Perpignan à Puigcerda, xiiie-xive siècles, Perpignan, Éditi (...)

18Tout d’abord, ces liasses contiennent un dossier lié à la fiscalité que gérait l’aljama : le prélèvement de le talha judeorum mais aussi l’arrentement des bancs de la synagogue. Ces listes fiscales en caractères hébraïques ont naturellement attiré très tôt l’attention des érudits39. Elles nous permettent d’établir des listes de membres de la communauté, de manière à élaborer une étude démographique, ainsi qu’une étude de la fiscalité40. Elles nous renseignent sur l’anthroponymie juive. Elles sont surtout redoublées par une version en caractères latins dans un petit cahier non relié où des pages en hébreu et des pages en latin et catalan se regardent. Nous pouvons donc saisir l’attention portée par les scribes pour obtenir l’expression la plus proche de l’énonciation des noms des contribuables. En effet, à côté des graphies latines qui utilisent les orthographes, d’ailleurs variables, conservées dans les registres notariés, la graphie hébraïque des noms des juifs montre que ces appellations utilisaient bien la langue vernaculaire et mêlaient des anthroponymes marqueurs de judéité avec des noms pris – pas au hasard mais selon le sens et les habitudes locales – dans un stock commun avec les chrétiens. C’est alors que ces textes uniques en leur genre nous font entendre l’accent des juifs et des chrétiens perpignanais.

  • 41 Voir à ce sujet la communication de Judith Schlanger au sujet de documents anglais en caractères h (...)
  • 42 Cas présenté lors de la dernière réunion de l’équipe « Expertise et valeur des choses », « Paroles (...)

19Par ailleurs, des actes de procès nous expliquent pourquoi des chartes hébraïques de la communauté perpignanaise ont été conservées dans cet ensemble documentaire : un procès nécessitait l’expertise de l’ancien trésorier de la communauté désormais converti au christianisme car il fallait déclarer si une signature (écrite en caractères hébraïques, faisant foi en droit hébraïque) était vraie ou était au contraire un faux. Il s’agissait donc d’une expertise en écriture, d’une analyse graphologique demandée par les avocats et le juge pour établir la validité et la date d’un document faisant foi. Ce recours était assez fréquent si l’on en croit les procédures judiciaires concernant les juifs et les chrétiens, où les écritures privées telles les livres de comptes étaient admises comme preuves, comme les chartes suivant des règles et un droit différent du droit des chrétiens. L’accusation de falsification d’écritures était à l’origine de quelques procès aux conséquences graves en cas de condamnation41. Dans ces cas, l’expert appelé était un témoin particulièrement à même de répondre à la question posée parce qu’il connaissait bien les faits et les écritures, parce qu’il avait vu et entendu (et donc bien souvent participé à la procédure qui avait conduit à l’écriture), qu’il était homme d’autorité et de bonne réputation. C’est donc l’expérience et l’autorité qui érigent ce témoin en expert, faisant de l’expertise en écriture un cas un peu particulier de l’expertise technique, même si nous ne disposons actuellement que de traces très fugaces de la procédure suivie42. In fine, l’énonciation orale et la connaissance obtenue par une présence physique qui a vu et entendu permettent véritablement d’établir les faits. Quant à la connaissance technique de l’écriture, elle ne relève pas d’une capacité à déterminer l’écriture d’un individu par les moyens que nous utilisons aujourd’hui en paléographie pour repérer « les mains » qui ont collaboré à la production d’un manuscrit. Au contraire s’agissait-il de la (re) connaissance du geste qui avait en quelque sorte dessiné les lettres, et qui ne nécessite pas exactement, du moins pas d’abord, une capacité d’écriture du témoin. On arguera à juste titre que dans le cas perpignanais, le trésorier savait lui-même parfaitement écrire en caractères hébraïques. Cependant, insistons sur ce point, il ne prouve pas la véracité de la signature par ses capacités de lecteur scripteur expert et expérimenté mais par une connaissance que l’on pourrait qualifier de photographique, qui est issue de la mémoire du rituel et du geste.

Notes

1 « No sabent que el nou document trobat hagués estat estudiat enllocn em va decidir a traduirlo i publicar-lo » dit José Millàs i Vallicrosa, « Documents hebraïcs de Jueus catalans », Memòries de l’Institut d’Estudis catalans, Secció d’Històrico-arqueològia, 1927, vol. 1, fasc. 3, Barcelone, Institut d’Estudis Catalans, p. 63.

2 Les documents hébraïques européens sont mis en ligne grâce au projet http://www.hebrewmanuscript.com/. L’Arxiu Històric de Girona a effectué un travail énorme et pionnier de classement et d’inventaire sous la direction de Montserrat Hosta Rebés : http://manuscritshebreus.cultura.gencat.cat/manuscrits/consulta?ln=ca.

3 Jean Regné, Étude sur la condition des Juifs de Narbonne du ve au xive siècle, Narbonne, Caillard, 1912, p. 5 cité par José Marie Millás i Vallicrosa, p. 65.

4 « Primer centenario de la publicacion del BRAH », Boletín de la Real Academia de la Historia, t. CLXXIV, no 1, 1977, p. 80 ; J. M. Abascal Palazón, Fidel Fita. Su legado documental en la Real Academia de la Historia, Madrid, Real Academia de la Historia, 1999.

5 Francisco de Bofarull y Sans, Los Judios en territorio de Barcelona (siglos 10 al 13) : reinado de Jaime I, 1213-1276, Barcelone, Altés, 1910.

6 Francisco Bofarull, « Jaime I y los Judíos », Primero Congreso de Historia de la Corona de Aragón, II, Barcelone, 1913, p. 818.

7 Adolphe Neubauer, recension de Los Judíos en Gerona, Gérone, Cumané, 1870, dans la Revue critique d’histoire et de littérature, no 38, 1872, p. 178-180, cit. par Jordi Casanovas, Epigrafia hebrea, Madrid, Real Academia de la Historia, 2005, p. 57.

8 La compilation de David Romano, reprend les articles anciens concernant cette ville : Per a una historia de la Girona jueva, Gérone, Ajuntament de Girona, 1988 (2 vol.)

9 Ytzhak Fritz Baer, Studien zur Geschichte des Juden Im Konigreich Aragonien Warhend des 13. und 14. Jahrhunderts, Berlin, E. Ebering, 1913 ; Die Juden im christlichen Spanien : Urkunden und Regesten Erster Teil : Aragonien und Navarra, Berlin, Akademie Verlag, 1936.

10 Jean Regné, History of the Jews in Aragon. Regesta and documents, 1213-1327, éd. Yom Tov Assis, Jerusalem, Magnes Press, 1978 (« Catalogue des actes des Jaime Ier, Pedro III et Alfonso III concernant les juifs », Revue des études juives, 73, 1910-1924)

11 Isidore Loeb, « Actes de vente hébreux originaires d’Espagne », Revue des études juives, 1885, p. 110-113, repris dans David Romano, Per a una historia de la Girona jueva, op. cit. p. 487-491.

12 Revue des études juives, t. X, p. 108 ; dans le BRAH t. 6, 1885, Isidore Loeb décrit en détail les échanges épistolaires avec Enrique Claudio Girbal : « Grâce à l’obligeance de M. Enrique-Claudio Girbal, le savant auteur de l’Histoire des Juifs de Girone (Los Judíos en Gerona, Gérone, 1870), nous avons pu nous procurer les photographies de cinq pièces hébraïques conservées aux Archives de l’hospice provincial de Géirone et provenant de la Pia Limosna del Pan de la Seo, à Girone […] M. Girbal nous a communiqué un plan manuscrit d’une partie de la ville de Girone […] ».

13 Monserrat Casas Nadal et Maria Teresa Navarro Salazar, « In memoriam David Romano Ventura (1925-2001), Catedrático de Lengua y Literatura Italiana, Maestro y amigo », Espacio, Tiempo y Forma, Serie III, Historia Medieval, t. 14, 2001, p. 391-410 citent fort à propos en exergue de leur texte Dante dans le Paradis, XXIV, 46-48 : Si come il baccellier s’arma e non parla. Fin che ‘l maestro la question propone. Per aprowarla, non per terminar.

14 Élève de Millas Vallicrosa et Vicens Vives. Thèse doctorale de l’université de Madrid soutenue en 1951 : La organización administrativa de la Corona de Aragón en el siglo xiii (La familia Ravaya y su labor como tesoreros y bailes). Il n’obtint pas de chaire liée à l’histoire des juifs. David Romano, Judíos al servicio de Pedro el Grande de Aragón, 1276-1285, Barcelone, CSIC, 1985 ; De historia judía hispánica, Barcelone, Universitat de Barcelona, 1991.

15 Elka Klein, Jews, Christian Society, and Royal Power in Medieval Barcelone, Ann Arbor, University of Michigan Press, 2006.

16 Navarra Judaica publiée entre 1994 (t. 1) et 1998 (t. 8) ; les registres du sceau et les actes notariés sont édités par Juan Carrasco Pérez, Fermín Miranda García et Eloísa Ramírez Vaquero ; les documents hébraïques par José Luis Lacave (t. 7 de la série)

17 Catalonia Hebraica I à XIII, Barcelone, 2003-2007, où l’on trouve des livres de comptes, des collection de responsa, des manuscrits de pharmacopée, un traité de Profiat Duran.

18 Voir Claire Guiu et Stéphane Péquignot. « Historiographie catalane, histoire vive. À propos de quelques ouvrages récents », dans Mélanges de la Casa de Velázquez, 36/1, Madrid, 2006, p. 285-306.

19 Claude Denjean, Juifs et chrétiens. De Perpignan à Puigcerda, xiiie-xive siècles, Perpignan, Éditions du Trabucaire, 2004 ; Claire Soussen, « Judei nostri ». Juifs et chrétiens dans la Couronne d’Aragon à la fin du Moyen Âge, Toulouse, Méridiennes, 2011.

20 « Iudei Nostri ». Pouvoir royal, communautés juives et société chrétienne dans les territoires de la Couronne d’Aragon ( xiiie-1re moitié du xive siècle), thèse de doctorat soutenue en 2005 à l’université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines sous la direction de Michel Zimmermann.

21 Claude Denjean, « Être juif à Perpignan et dans sa collecta après 1260 », Colloque du Huitième centenaire de la Charte de Perpignan, 1197-1997, 23-25 octobre 1997, dans Louis Assier-Andrieu et Raymond Sala (éd.), La ville et les pouvoirs, Perpignan, Artémis-ICRESS-Université de Perpignan, 2000, p. 109-118 ; « Les Juifs soumis à l’impôt, discours croisés. Les communautés méridionales et catalanes, les convertis, les chrétiens et le roi, aux xiiie-xive siècles », Denis Menjot et Manuel Sanchez, coord. Les mots de la fiscalité, La Rochelle, octobre 2002.

22 Par exemple dans le travail de Claire Soussen.

23 Cette démarche est résumée dans Claude Denjean et Juliette Sibon, « Être historien des juifs médiévaux en France après Bernhard Blumenkranz », Philippe Buc, Martha Keil et John Tolan (éd.), Jews and Christians in Medieval Europe : the Historiographical Legacy of Bernhard Blumenkranz, Leyde, Brepols, 2015, p. 349-366,

24 Claude Denjean et Laurent Feller (éd.), Expertise et valeur des choses. 1. Le besoin d’expertise, Madrid, Casa de Velázquez, 2014.

25 Lors d’une mission exploratoire pour le projet Jacov, par Claude Denjean et Juliette Sibon.

26 Annegret Holtmann-Mares, « Jewish Settlement and Economic Activity in the Franche-Comté (first half of the fourteenth century) », Jewish Studies, 40, 2000, p. 69-82 et sa thèse Juden in der Grafschaft Burgund im Mittelalter, Hanovre, 2003.

27 Réédités par David Romano, Per a una historia…, op. cit., p. 65-67 et 486-500.

28 Alors directrice des Archives historiques de Gérone.

29 Mauro Perani témoigne de cette aventure dans « A 2009 updated Overview on the “Gerona Genizah” a Ketubbah of 1377 from Castelló d’Empúries and other documents reused as binding », Hispania Judaica Butlletí n. 7, 2010. Dans le même temps, des chercheurs réunis par le projet Juifs et convertis dans les villes pyrénéennes et catalanes, xiiie-xve siècles (appel d’offres SEUID/CNRS 2002) que je coordonnais avec Flocel Sabaté (université de Lérida) découvraient le 25 janvier 2004 à Gérone ces documents et construisaient leur programme de recherches en fonction des premières lectures de Gérard Nahon puis de José Ramon Magdalena Nom de Deu et de Meritxell Blasco (projet Jacov, université de Toulouse).

30 Eveline Brugger et Birgit Wiedl, Regesten zur Geschichte der Juden in Österreich im Mittelalter, Innsbruck, Vienne, Bozen, Institut für Jüdische Geschichte Österreichs, 2010.

31 Les côtes permettent toutefois de reconstituer les unités.

32 L’étude s’appuie sur le dépouillement des neuf premières caisses de documents classés : Carnet de Juceff Salbarra ; Gi 1, 140 ; Gi 1, 160 ; Gi 1, 231, Gi 1, 234 ; Gi 1, 237 ; Gi 1, 256 ; Gi 1, 264 ; Gi 1, 7 ; Gi 1, 198 ; Gi 1, 211 ; Gi 1, 212 ; Gi 1, 219 ; Gi 1, 258 ; Gi 1, 51 ; Gi 1, 56 ; Gi 1, 90 ; Gi 2, 81 ; Gi 5, 136 ; Gi 7, 71 ; Gi 1, 180 et Ketubah, qui nous furent communiqués par Montserrat Hosta Rébes.

33 Richard W. Emery, The Jews of Perpignan in the Thirteenth Century. An Economic Study Based on Notarial Records, New York, Columbia University Press, 1959 ; Juliette Sibon, Juliette Sibon, « Le pinqas de Modacays Joseph (1374-1375), corailleur juif de Marseille », Revue des études juives (à paraître).

34 Isidore Loeb, « Actes de vente hébreux originaires d’Espagne », dans David Romano, Per a una historia…, op. cit., p. 486-500.

35 Ibid.

36 Un article coécrit avec Juliette est en cours de composition.

37 Michel Zimmermann, « Textus efficax : énonciation, révélation et mémorisation dans la genèse du texte historique médiéval. Les enseignements de la documentation catalane (xe-xiie siècles) », dans Shoichi Sato (éd.), Genesis of Historical Texte. Text/Context, Nagoya University, Graduate School of Letters, 2005, p. 139.

38 Selon l’expression trouvée par Juliette Sibon.

39 Isidore Loeb, « Histoire d’une taille levée sur les Juifs de Perpignan en 1413-1414 », Revue des études juives, 14, 1887, p. 55-79.

40 Claude Denjean, Juifs et chrétiens. De Perpignan à Puigcerda, xiiie-xive siècles, Perpignan, Éditions du Trabucaire, 2004, p. 159-165 ; « Les Juifs soumis à l’impôt, discours croisés. Les communautés méridionales et catalanes, les convertis, les chrétiens et le roi, aux xiiie-xive siècles », dans Denis Menjot et Manuel Sanchez, coord. Les mots de la fiscalité, La Rochelle, octobre 2002, repris dans Identités juives entre ancrage et passages en Catalogne, xiie-xve siècles, Paris/Louvain, Peeters, 2014, p. 151-174.

41 Voir à ce sujet la communication de Judith Schlanger au sujet de documents anglais en caractères hébraïques falsifiés : « Hebrew Documents from England and their Role as a Source for Neighbourly Contacts between Jews and Christians », Xth Congress of the European Association of Jewish Studies, Paris, juillet 2014, qui montre que des cas de ce type peuvent être découverts dans d’autres aires culturelles.

42 Cas présenté lors de la dernière réunion de l’équipe « Expertise et valeur des choses », « Paroles d’experts. Dire ou écrire l’expertise. Dire la valeur ou expertiser l’écriture ? Expertise et transactions dans le monde juif catalan, xive-xve siècle », Madrid, Casa de Velàzquez, 2012. Ce séminaire avait permis de constater combien il était difficile de collecter des « écrits d’experts », témoins des procédures.

© Éditions de la Sorbonne, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site