Version classiqueVersion mobile

Figures de l'autorité médiévale

 | 
Pierre Chastang
, 
Patrick Henriet
, 
Claire Soussen

Première partie. Pratiques de l'écrit

Le refus de la royauté d’Aragon par Raimond Bérenger IV selon Guillaume de Newburgh

Martin Aurell

Texte intégral

1Quelques mois avant sa mort, survenue en 1198, le chanoine augustin Guillaume de Newburgh compose une Histoire des affaires anglaises, irremplaçable pour les règnes d’Henri II et de Richard Cœur de Lion. Il s’arrête longuement sur la campagne que le premier de ces rois mène, l’été de 1159, contre Toulouse, revendiquée au nom de sa femme Aliénor d’Aquitaine († 1204). À l’occasion, Guillaume se penche sur Raimond Bérenger IV, comte de Barcelone, qui apparaît, avec le roi Malcom IV d’Écosse, comme le plus en vue des membres de l’expédition. Le chroniqueur, qui l’admire pour son alliance avec le roi d’Angleterre, le dit « grand et puissant, en rien inférieur aux rois ». Il argumente longuement son jugement, tandis qu’il retrace son dialogue avec les Aragonais qui lui ont confié, en 1137, leur royaume avec la main de Pétronille († 1173), héritière de la couronne :

  • 1 Historia rerum Anglicarum, Chronicles of the Reigns of Stephen, Henry II, and Richard I, éd. par R (...)

Les grands aragonais lui expliquèrent que, puisqu’il possédait désormais le royaume, il devait aussi en assumer solennellement ses insignes, c’est-à-dire la couronne et la pourpre. Il les refusa cependant, en raisonnant de la sorte : « Aucun de mes ancêtres n’a été placé au-dessus d’un comte. Je suis donc comte par nature. Je m’en contente, car je n’en vaux pas plus. Je ne souhaite pas être supérieur à mes parents. Afin que la fortune ne dépasse pas en moi la nature, je renonce aux insignes du roi. Du reste, pour que la fortune serve en moi la nature, si je garde le titre comtal, je ne rejette nullement la grandeur de la royauté ni son pouvoir (potestas). En effet, si je venais à assumer la dignité royale, plusieurs rois me devanceraient en richesse et en gloire. Puisque je dispose désormais des moyens d’un royaume avec le pouvoir royal, aucun comte au monde ne pourra égaler celui de Barcelone. Je préfère, somme toute, être le premier des comtes que même pas le septième des rois. » C’est ainsi que cet homme admirable manifestait un noble mépris envers l’honneur royal. Il se disputait avec ses amis qui lui conseillaient de l’accepter, ou il se moquait d’eux. Il ne voulut jamais être appelé roi ni duc, mais seulement comte de Barcelone. Pourtant, à l’époque où il entra en possession du royaume d’Aragon, il était déjà maître du duché de Provence, une région qui s’étend du Rhône jusqu’en Italie.
À sa mort, son fils fut solennellement sacré roi par le pontife romain, selon la prérogative qui lui venait de sa mère1.

  • 2 D. J. Smith, « Motivo y significado de la coronación de Pedro II de Aragón », Hispania, 60, 2000, (...)
  • 3 Els pergamins de l’arxiu comtal de Barcelona de Ramon Berenguer II a Ramon Berenguer IV, éd. par I (...)
  • 4 M. de Riquer, Heràldica catalana del any 1150 al 1550, Barcelone, Quaderns Crema, 1983, t. 1, p. 1 (...)
  • 5 « We cannot be sure that Matilda ever called herself queen of England, though some chroniclers gav (...)

2Guillaume de Newburgh écrit dans son Yorkshire natal plus d’un demi-siècle après l’événement. Il est pourtant bien renseigné. Quelques inévitables erreurs factuelles émaillent certes son récit : au moment de ses fiançailles, Raimond Bérenger IV, qu’il dit « jeune fils du comte de Barcelone », a déjà perdu son père ; son fils Alphonse II n’a pas été sacré par le pape, mais son petit-fils Pierre II en 12042 ; au xiie siècle, la Provence est désignée comme un comté, jamais comme un duché… Les autres informations sur la maison de Barcelone n’en sont pas moins exactes. Raimond Bérenger IV n’a jamais porté le titre de roi d’Aragon, qu’ont conservé son beau-père Ramire II le Moine (1134-1137) et son épouse Pétronille. Il s’intitule plutôt « Prince du royaume d’Aragon » ou « Seigneur (dominator) du royaume d’Aragon3 ». Son sceau le représente en position équestre, jamais assis en majesté sur un trône4. Mutatis mutandis son statut rappelle celui du père d’Henri II lui-même, Geoffroi le Bel (1128-1151), comte d’Anjou et mari de l’impératrice Mathilde († 1167), héritière du trône d’Angleterre, qu’elle n’est pourtant pas parvenue à occuper5.

  • 6 Documentos de Ramiro II de Aragón, éd. par A. Ubieto, Saragosse, Universidad de Zaragoza, 1988. Vo (...)
  • 7 L’une des filles de son premier lit s’appelle aussi Pétronille, Grand Cartulaire de Fontevraud, éd (...)
  • 8 S. de Vajay, « Ramire II le Moine, roi d’Aragon, et Agnès de Poitou dans l’histoire et dans la lég (...)

3Guillaume de Newburgh s’arrête longuement sur la naissance de Pétronille d’Aragon. Il succombe toujours à la tentation de raconter une bonne histoire, et il ne peut passer sous silence le rocambolesque mariage du roi Ramire II, que la mort sans enfants de ses frères a rendu, contre toute attente, héritier de l’Aragon. Pour éviter que le royaume soit légué aux Templiers, la noblesse locale le tire, d’abord, de son monastère et de son évêché. Elle l’oblige, ensuite, à se donner une descendance en le mariant d’office à Agnès de Poitiers († 1159), fille de Guillaume IX (1086-1126), duc d’Aquitaine, qui prêta jadis main-forte aux rois d’Aragon contre les Almoravides6. Cette jeune veuve a déjà prouvé sa fécondité par les quatre garçons et les deux filles qu’elle a donnés au vicomte de Thouars. Aussitôt après avoir mis au monde Pétronille7, c’est auprès d’eux, dans le nord du Poitou, qu’elle revient8. C’est pourquoi son histoire est loin d’être inconnue dans l’entourage d’Henri II.

  • 9 N. F. Partner, Serious Entertainments : The Writing of History in Twelfth-Century England, Chicago (...)
  • 10 Ad procreandos qui succederent liberos uxorem ducere compulerunt, necessitatis obtentu excusantes (...)
  • 11 Uxorem quoque, non carnis libidine, sed sanguinis ac proienici restauracione, duxi, Documentos de (...)

4Guillaume de Newburgh se sert de l’anecdote du roi moine d’Aragon en « divertissement sérieux9 », qui égaille autant les veillées à la cour qu’il propose à ses joyeux commensaux d’amender leur conduite. Il dit Ramire II angoissé par ses scrupules. Puisqu’il a déjà procréé, il n’a qu’une seule obsession : revenir expier son péché au monastère, d’où il a été extirpé. Le chroniqueur reconnaît que des circonstances atténuantes mitigent le méfait des grands aragonais : « Ils s’excusaient d’une telle transgression par le besoin d’obtenir un résultat ; ils argumentaient que nécessité fait loi10. » Soixante ans plus tôt, Ramire II n’a rien dit d’autre dans l’une de ses chartes : « J’ai pris femme, non pas pour satisfaire le désir de la chair, mais pour restaurer ma lignée11. » Toujours d’après Guillaume, il n’en veut pas moins aux Aragonais de l’avoir poussé à la faute :

Que le Dieu tout-puissant nous épargne, vous et moi, très chers. Je me suis, en effet, comporté en fou parce que vous m’y avez contraint. Mais ne faut-il pas suggérer à celui qui est tombé de se lever ? Ne faut-il pas que, une fois cessée l’abominable nécessité, que vous admettez exister en dehors de toute loi, l’infraction à cette loi soit réparée ? N’avez-vous donc pas une héritière du royaume en celle que j’ai engendrée ? Qu’on lui pourvoie des noces honorables et que le royaume délibère. Que votre moine retourne à sa règle et que sa conscience malade soit enfin guérie ! » Tous le réclament, mais il est impossible de le dissuader de mener à terme une résolution si pieuse et heureuse. Du conseil des sages, la fille est fiancée au très illustre et jeune fils du comte de Barcelone.
Avec la fille, on lui remet le royaume. L’homme mémorable, contempteur supérieur du monde, ne supporte plus les angoissants scrupules de sa conscience : il dépose la pourpre pour revêtir le froc et il échange la royauté pour le cloître.

  • 12 Chronique de Robert de Torigni, abbé du Mont-Saint-Michel, éd. par L. Delisle, Rouen, Le Brument, (...)
  • 13 Depuis le xviiie siècle, le nom de Bérengère lui est parfois attribué : Histoire générale du Langu (...)
  • 14 Ce mariage « redouble » celui qui vient d’être contracté entre Henri le Jeune et Marguerite de Fra (...)
  • 15 Aurell, Les Noces…, op. cit., p. 378. Richard finira par épouser, en 1191, Bérengère de Navarre, o (...)
  • 16 Vajay, « Ramire II… », art. cité, p. 740-741. Le chroniqueur d’Alphonse VII de Castille, ennemi de (...)
  • 17 Plutarque, Vies parallèles : Alexandre-César, éd. et trad. par R. Flacelière, É. Chambry, Paris, L (...)

5L’anecdote est développée, avec moins de truculence certes, par un autre chroniqueur du domaine anglo-normand. Robert de Torigni, abbé du Mont-Saint-Michel, la rapporte dans sa Chronique, à laquelle il travaille entre 1150 et sa mort en 118612. Il la raconte au sujet du « pacte d’amitié » passé, début 1159, à Blaye, dans l’estuaire de la Gironde, entre Henri II et Raimond Bérenger IV qui fiancent, pour l’occasion, Richard Cœur de Lion, âgé de deux ans, et une fille anonyme du comte13. À l’époque, les traités princiers sont habituellement entérinés par une promesse de mariage, souvent sans lendemain. Deux ans plus tard, pour sceller la réconciliation entre les rois d’Angleterre et de France, Richard est promis à Alix, fille de Louis VII14 ; Douce, la seule fille connue de Raimond Bérenger IV et Pétronille d’Aragon, épousera, en 1174, Sanche Ier de Portugal15. Pour revenir au mariage de Ramire II, constatons que l’abbé du Mont-Saint-Michel atténue la faute de l’oncle par sa femme d’Henri II dont il est le conseiller fidèle. Il lui invente, contrairement à Guillaume de Newburgh, une « dispense (licentia) du pontife romain », impossible pour un moine profès, de surcroît élu évêque, et pour la sœur du duc d’Aquitaine, soutien de l’antipape Anaclet16. Comme Guillaume, en revanche, Robert insiste sur le refus de la royauté par Raimond Bérenger IV : « Le comte, bien qu’il possédât l’Aragon et qu’il pût être fait, s’il le souhaitait, roi, refusa catégoriquement de le devenir, réservant à son fils le royaume qui lui revenait par généalogie maternelle. » Les deux chroniqueurs ne manifestent que de l’admiration pour le rejet de la couronne par Raimond Bérenger IV. À lire aujourd’hui Guillaume de Newburgh, le lecteur pourrait pourtant déceler un soupçon d’orgueil dans son attitude : « Je préfère être le premier des comtes que même pas le septième des rois », se serait-il vanté. On croirait entendre l’ambitieux Jules César, se voyant mieux le premier d’un village de barbares que le second à Rome17. Une telle récrimination n’effleure pas l’esprit du chroniqueur augustin qui multiplie les épithètes laudatives à l’endroit du « grand », « puissant », « très illustre », « noble » et « admirable » Raimond Bérenger IV, l’allié d’Henri II au service duquel il met sa plume.

  • 18 M. Aurell, « Henry II and Arthurian Legend », dans Ch. Harper-Bill, N. Vincent (dir.), Henry II : (...)
  • 19 C. Girbea, La Couronne ou l’auréole : royauté terrestre et chevalerie celestielle dans la légende (...)

6Guillaume de Newburgh insiste sur la modestie du comte. Son refus de la royauté répond à l’humilité du fils loyal qui ne veut pas s’élever au-dessus de son père, ni forcer l’ordre hiérarchique de la Création qui impose à chacun de garder son statut. Raimond Bérenger IV oppose, en effet, la « nature », qui l’a fait naître simple comte, à la « fortune », qui lui fait miroiter les insignes royales. Cette roue hasardeuse défie la Providence. Elle fait monter et descendre les téméraires. Sa rotondité renvoie à la couronne que la légende arthurienne, si appréciée à la cour d’Henri II et de ses fils18, connote trop souvent de façon péjorative. Cette littérature oppose, en effet, le cycle païen de l’éternel retour, symbolisé par la Table Ronde, à une histoire du salut linéaire, verticale et eschatologique, toute tendue vers la fin des temps, dont l’image est la table carrée du Graal. Elle exalte la piété et la vertu de la chevalerie célestielle au détriment du péché du roi19.

  • 20 [Roger de Howden], Gesta regis Henrici Secundi Benedicti abbatis, éd. par W. Stubbs (RS 49), Londr (...)

7La péroraison de Raimond Bérenger IV renfermerait-elle du mépris pour la fonction royale ? Le comte de Barcelone ne se voit pas en septième roi. Ce chiffre n’est peut-être pas choisi au hasard. Il coïncide, en tout cas, avec les sept têtes du dragon de l’Apocalypse, que son auteur identifie implicitement à sept rois persécutant l’Église (Apc 17, 10). À la fin du xiie siècle, Joachim de Flore en dresse la liste : Hérode, Néron, Constance, Mahomet, Melsemut, émir almohade, Saladin et l’Antéchrist. Roger de Howden, un chroniqueur anglais de la génération de Guillaume de Newburgh et de Robert de Torigni, a entendu cette exégèse des lèvres du prophète lui-même en Sicile, où il hiverne, en 1190-1191, avec la flotte de Richard Cœur de Lion en route pour la troisième croisade20.

8Si le comte de Barcelone méprise la royauté, il n’en va pas de même pour Henri II, né d’un père comte et d’une mère reine. Ses ennemis ne manquent pas de lui rappeler cet héritage au rabais par les femmes. En mai 1166, alors que son conflit avec Thomas Becket bat son plein, il reçoit, au château d’Angers, l’un des plus fidèles soutiens de l’archevêque de Cantorbéry, exilé avec lui en France. Il s’agit de l’exégète hébraïsant Herbert de Bosham. Dans sa Vie de saint Thomas (1173-1174), Guillaume fitz Stephen rapporte leur dialogue de sourds :

  • 21 « Vita Sancti Thomæ Cantuariensis archiepiscopi et martyris », Materials for the History of Thomas (...)

Le roi dit : « Quelle impudence ! Quelle chose si indigne que ce fils de prêtre perturbe mon royaume et trouble sa paix ! » Herbert riposta : « Pas du tout. Je ne suis pas fils de prêtre, car je n’ai pas été conçu dans le sacerdoce, puisque mon père a été ordonné après, mais toi, non plus, tu n’es pas fils de roi puisque ton père n’est pas roi. » Alors, l’un des assistants, Jordan de Tesson s’écria : « De qui qu’il soit le fils, je voudrais bien donner la moitié de mes terres pour qu’il devienne le mien21 ! »

  • 22 C. S. Jaeger, The Envy of Angels : Cathedral Schools and Social Ideals in Medieval Europe, 950-122 (...)

9L’anecdote a été couchée par écrit par l’un des plus proches collaborateurs de Thomas, toujours prêt à exalter ses partisans et leurs qualités, y compris courtoises, voire mondaines22. L’une d’entre elles, un sens de la répartie fort ironique, donne à Herbert le dessus sur Henri II, ravalé au rang des comtes d’Anjou malgré sa couronne anglaise.

  • 23 « Historia rerum Anglicarum », p. 125.
  • 24 . R. V. Turner, Aliénor d’Aquitaine, Paris, Fayard, 2011 [2009], p. 70-71, 166-171 ; J. P. Martinda (...)
  • 25 L. Macé, Les Comtes de Toulouse et leur entourage ( xiie-xiiie siècles), Toulouse, Privat, 2000, p (...)
  • 26 P. Benito, Tractats i negociacions diplomàtiques amb Occitània, França i els estats italians (1067 (...)
  • 27 Nothing like such an army can have been seen save on a major crusade, W. L. Warren, Henry II, Berk (...)
  • 28 Raimond Bérenger IV comptait sans doute sur son succès pour rembourser une partie de ses dettes au (...)
  • 29 Recueil des actes d’Henri II, roi d’Angleterre et duc de Normandie, éd. par L. Delisle, Paris, Kli (...)

10Le pourquoi de l’admiration de Guillaume de Newburgh à l’égard de Raimond Bérenger IV est simple : « Que ce soit pour son amitié avec le roi d’Angleterre ou pour son inimité contre le comte de Saint-Gilles, il se rendit à l’expédition de Toulouse à l’aide de l’immense troupe de ses sujets23. » L’été de 1159, Henri II entend conquérir la capitale languedocienne pour faire valoir les droits de sa femme Aliénor d’Aquitaine, qui avait déjà poussé, en 1141, son premier mari Louis VII à cette aventure faillie24. L’alliance entre le roi d’Angleterre et Raimond Bérenger IV s’impose d’autant plus que ce dernier est en guerre contre Raimond V (1148-1198) de Toulouse pour le contrôle du Languedoc oriental et de la Provence25. En 1158, il parvient à rallier les plus en vue des princes languedociens à son camp : Ermengarde de Narbonne, Raimond Trencavel, vicomte de Béziers, Carcassonne et Albi, son frère Bernard Aton V, vicomte de Nîmes et d’Agde, Guillaume VII de Montpellier, Sicard de Lautrec, les Anduse, l’aristocratie du Béarn26… Bien de ces seigneurs participent avec leur ost au siège de Toulouse. Ils y rejoignent la troupe immense d’Henri II, vraisemblablement la plus importante qu’il n’a jamais levée27. En dépit des moyens déployés, la campagne échoue28. À la Toussaint de 1159, après quelque trois mois de siège, l’armée du roi d’Angleterre se retire. Tout au plus rattache-t-elle au duché d’Aquitaine Cahors et une partie du Quercy et du Rouergue29.

  • 30 . Même argumentation autour des liens familiaux dans la « Continuatio Beccensis », Chronicles…, éd. (...)
  • 31 « Historia rerum Anglicarum », p. 125.
  • 32 Urbem tamen Tolosam noluit obsidere, deferens Ludovico regi Francorum, qui eandem urbem contra reg (...)
  • 33 Regibus Anglorum facinus miserabile, regem/frangere Francorum, deditione premi, « Draco normannicu (...)
  • 34 Ob reverentiam presentiæ ipsius, « Ymagines historiarum », Opera Historica, éd. par W. Stubbs (RS (...)
  • 35 Rex Ludovicus Tholosæ auxilium ferebat comiti Raimundo, qui sororem eius Constantiam habebat uxore (...)
  • 36 Sed Francorum rege Lodovico civitatem prædictam tuente, frustrata est intentio regis Anglorum : na (...)

11Jamais Henri II n’a osé commander l’assaut de Toulouse. Ses chroniqueurs en donnent la raison. Il ne veut pas agresser Louis VII, qui est entré dans la ville assiégée pour protéger son beau-frère Raimond V et ses neveux. En 1154, cinq ans auparavant, le roi de France a donné sa sœur Constance au comte, affermissant son pacte avec lui contre Henri II, qui vient de lui prendre Aliénor et, avec elle, le duché d’Aquitaine. Cette « alliance », au sens plus anthropologique que politique, semble essentielle à Guillaume de Newburgh : « Le comte de Saint-Gilles prit peur devant la force d’une telle armée, et il implora l’aide du roi de France, frère de sa femme et oncle maternel de ses fils. Soucieux de ses neveux, le roi eut vite fait d’accourir et d’entrer dans Toulouse avec une armée considérable ». Après avoir insisté sur les devoirs qu’impose la parenté30, le chroniqueur décrit la réaction d’Henri II qui renonce à l’attaque « par déférence envers la personne du roi qui se trouvait dans la cité31 ». Un respect identique pour Louis VII de la part du roi d’Angleterre est avancé par Robert de Torigni32. La même justification de la retraite, plus par magnanimité que par lâcheté, revient sous la plume d’Étienne de Rouen († c. 1170), moine du Bec (Normandie)33, de Raoul de Diceto († 1202), doyen de la cathédrale de Londres34, de Geoffroi de Breuil († c. 1184), prieur de Vigeois (Limousin)35, et, dans une moindre mesure, de Gervais († c. 1210), moine de Cantorbéry36. En définitive, les chroniqueurs proches d’Henri II louent ses égards envers le roi de France, qu’il a, disent-ils, volontairement épargné.

  • 37 Voir récemment A. Duggan, Thomas Becket, Londres, Bloomsbury Academic, 2004, et M. Staunton, Thoma (...)
  • 38 « Vita Sancti Thomæ… », op. cit., p. 33-34.
  • 39 J. D. Hosler, « The Brief Military Career of Thomas Becket », The Haskins Society Journal, 15, 200 (...)

12Un tout autre discours tient Guillaume fitz Stephen, dans sa Vie de Thomas Becket que quatre chevaliers du roi d’Angleterre assassinent brutalement en 117037. Avant d’être ordonné évêque et de se brouiller avec lui, Thomas a été le chancelier dévoué, brillant et dispendieux d’Henri II qui lui confie l’éducation de ses garçons. Selon son hagiographe, il se rend, en 1159, à Toulouse à la tête de sept cents chevaliers : « Protégé du heaume et du haubert, il conquit de haute main, avec les siens, trois châteaux forts qui semblaient imprenables. » Les hommes du chancelier sont les plus courageux, toujours en première ligne. C’est pourquoi leur chef déteste la poltronnerie d’Henri II, qui lève le siège sans coup férir : « S’ils avaient suivi son conseil, ils auraient pénétré dans la ville de Toulouse et ils l’auraient prise. Ils auraient capturé alors le roi de France, qui s’y était introduit pour soutenir sa sœur, la comtesse Constance. » Fitz Stephen s’en prend surtout à la motivation, à ses yeux fallacieuse, qui pousse Henri II à respecter Louis VII : « Il suivit d’autres avis que celui de Thomas : il ne voulut pas se jeter sur la ville, où se trouvait son seigneur le roi de France, par une vaine superstition et par révérence38. » Le conseil militaire qui déboute le chancelier – un clerc fougueux, mais inexpérimenté à la guerre – est composé par des chevaliers, habitués au siège patient des places fortes39.

  • 40 Rege assumente hominium Henrici ducis de ducatu Normanniæ (Chronique de Robert de Torigni…, op. ci (...)
  • 41 Recueil des actes d’Henri II…, op. cit., t. 1, p. 194-195, no 88 (1158). Voir Y. Sassier, Louis VI (...)
  • 42 Y. Sassier, « Reverentia : Henri II face à Louis VII », dans V. Gazeau, A.-M. Flambard Héricher (d (...)

13Henri II suit d’autant moins Thomas Becket qu’il éprouve, à en croire les chroniqueurs unanimes de ses terres, de la « déférence » ou de la « révérence », une sorte de crainte respectueuse, sinon servile, envers son seigneur Louis VII. Depuis 1151, il lui a prêté l’hommage40. C’est probablement en 1158 qu’il vient de lui jurer fidélité. Pour être usuelles, les formules, prononcées sous serment et en toute solennité, de cette cérémonie récente ne sauraient laisser indifférent le comte d’Anjou : « Je sauvegarderai la vie, les membres et le patrimoine du roi de France en tant que mon seigneur […]. Je suis son homme, et pour sa domination, son honneur et son amour41… » S’il ne tient pas sa parole, Henri II risque de perdre sa réputation terrestre et son salut éternel42. Son serment l’empêche d’agresser le roi de France.

  • 43 Ioannis Saresberiensis episcopi Carnotensis Policratici siue de nugis curialium et uestigiis philo (...)
  • 44 Ioannis Saresberiensis…, op. cit., t. 1, p. 17, 388d, l. 27-28, Prol. ; t. 2, p. 423-424, VIII, 25 (...)
  • 45 The Letters of John of Salisbury, éd. et trad. angl. par W. J. Millor, C. N. L. Brooke, Oxford, Ox (...)

14Est-ce bien là une vana superstitio ? Écrits à peine quatre ans après le meurtre dans la cathédrale, les mots de Guillaume fitz Stephen pourraient être une attaque à la sacralité royale, que Thomas Becket a tant combattue, après sa conversion, au nom de la théocratie. Jean de Salisbury, son éminence grise, n’est pas en reste. Il écrit dans son Policraticus : « Le roi est assujetti à ceux qui représentent Dieu sur terre », ou « Le prince est le serviteur du prêtre et il lui est inférieur43 ». C’est précisément à l’époque de la campagne de Toulouse que Jean finit ce livre qu’il dédie à Thomas44, dont il espère secrètement qu’il renoncera à César pour Dieu. Il déteste d’autant plus l’expédition languedocienne qu’elle entraîne une lourde fiscalité pour l’Église45. Or, sa contestation du gouvernement d’Henri II, de son efficacité administrative et de ses impôts ne lui est pas exclusive. Elle est fréquente parmi les intellectuels du clergé anglo-normand de la fin du xiie siècle.

  • 46 « Historia rerum Anglicarum », p. 139-143 et 160-165, II, 16 et 25.

15Guillaume de Newburgh a eu vent des idées antiroyales de l’entourage de Thomas Becket. Il n’y communie cependant pas. Ailleurs dans son Histoire, il décrit avec détachement et sens des nuances la défense acharnée des tribunaux ecclésiastiques par l’archevêque de Cantorbéry, sa détermination, parfois excessive, son action opiniâtre et son assassinat46. Le mépris envers la couronne qu’il attribue au comte de Barcelone ne relève donc pas d’un quelconque penchant pour la théocratie, mais de son admiration sincère pour un allié fidèle d’Henri II.

  • 47 Dimisit omnem suum honorem ac filios in baiulia, tuicione et deffensione domini Enrici, regis Angl (...)

16En juillet 1162, Raimond Bérenger IV vient de mater définitivement en Provence la révolte du puissant lignage des Baux soutenus par Raimond V de Toulouse. Il prend le chemin de Turin pour rencontrer l’empereur Frédéric Barberousse qui soutient, depuis peu, la domination de sa maison à l’est du Rhône. Une dernière maladie le surprend pourtant à Borgo San Dalmazzo (Piémont), où il dicte son testament, confiant la tutelle de ses enfants à Henri II47. Son aîné a été appelé, comme lui, Raimond, mais il ceint, à l’instar de son tuteur, la couronne royale, non sans avoir au préalable pris le nom d’Alphonse Ier d’Aragon, son oncle maternel.

  • 48 Écrire et lire en Catalogne : ixe-xiie siècle, Madrid, Casa de Velásquez, 2003, t. 1, p. 346.
  • 49 Les Gesta Comitum Barchinonesium (versió primitiva), la Brevis historia i altres textos de Ripoll,(...)
  • 50 The Gesta Normannorum Ducum of William of Jumièges, Orderic Vital and Robert de Torigni, éd. par E (...)
  • 51 « Draco Normannicus », p. 718-723, III, 4, v. 191-340.

17L’accès à la royauté encourage Alphonse II à prendre des distances légales envers le roi de France, dont relèvent, depuis les conquêtes carolingiennes, les comtés catalans. À juste titre, Michel Zimmermann souligne toute la portée de la décision du premier comte de Barcelone devenu roi d’Aragon d’arrêter de dater, à partir de 1180, les actes de sa chancellerie selon les années de règne des Capétiens48. À l’époque, les Gestes des comtes de Barcelone insèrent la légende du fondateur de la lignée, Guifred le Velu, qui arrache la pleine indépendance de ses terres au roi de France, après s’être battu contre ses représentants49. Les fidèles d’Henri II adoptent un discours similaire pour faire échapper ses possessions continentales de la seigneurie capétienne : Robert de Torigni prône l’allodialité de la Normandie50, et Étienne de Rouen propose à l’empereur romain germanique de combattre l’usurpateur Louis VII51. L’idéologie commune coïncide avec une solide alliance politique. Pour de longs siècles encore, la Couronne d’Aragon et le royaume d’Angleterre s’entendent afin de combattre la Castille et la France.

Notes

1 Historia rerum Anglicarum, Chronicles of the Reigns of Stephen, Henry II, and Richard I, éd. par R. Howlett (RS 82), Londres, 1884, t. 1, p. 124-125, II, 10.

2 D. J. Smith, « Motivo y significado de la coronación de Pedro II de Aragón », Hispania, 60, 2000, p. 163-179.

3 Els pergamins de l’arxiu comtal de Barcelona de Ramon Berenguer II a Ramon Berenguer IV, éd. par I. J. Baiges et alii, Barcelone, Fundació Noguera, 2010, t. 4, p. 1661-1662, no 1028 et 1029, etc.

4 M. de Riquer, Heràldica catalana del any 1150 al 1550, Barcelone, Quaderns Crema, 1983, t. 1, p. 112-113.

5 « We cannot be sure that Matilda ever called herself queen of England, though some chroniclers gave her the title », M. Chibnall, The Empress Matilda : Queen Consort, Queen Mother and Lady of the English, Oxford, Wiley, 1999 [1991], p. 104.

6 Documentos de Ramiro II de Aragón, éd. par A. Ubieto, Saragosse, Universidad de Zaragoza, 1988. Voir M. Aurell, Les Noces du comte : mariage et pouvoir en Catalogne (785-1213), Paris, Publications de la Sorbonne, 1994, p. 361-371.

7 L’une des filles de son premier lit s’appelle aussi Pétronille, Grand Cartulaire de Fontevraud, éd. par J.-M. Bienvenu, R. Favreau, G. Pon, Poitiers, Antiquaires de l’Ouest, 2000, t. 1, p. 518, no 529 (1117-1130). Ce nom correspond également à la féminisation de celui de son oncle paternel le roi Pierre Ier.

8 S. de Vajay, « Ramire II le Moine, roi d’Aragon, et Agnès de Poitou dans l’histoire et dans la légende », dans P. Gallais, Y.-J. Rioux (dir.), Mélanges offerts à René Crozet, Poitiers, Société d’études médiévales, 1966, p. 742-743. L’édition récente du Grand Cartulaire de Fontevraud infirme la retraite monastique d’Agnès dans ce monastère, dont elle est certes bienfaitrice. Voir ibid., p. 173, n. 2, pour son homonyme Agnes comitissa « d’Ais », prieure d’Orsan (Berry).

9 N. F. Partner, Serious Entertainments : The Writing of History in Twelfth-Century England, Chicago, University of Chicago Press, 1977.

10 Ad procreandos qui succederent liberos uxorem ducere compulerunt, necessitatis obtentu excusantes excessum, et necessitatem legi non esse subjectam allegantes, Historia rerum Anglicarum, p. 123-124.

11 Uxorem quoque, non carnis libidine, sed sanguinis ac proienici restauracione, duxi, Documentos de Ramiro II…, op. cit., p. 144, no 119 (XI 1137).

12 Chronique de Robert de Torigni, abbé du Mont-Saint-Michel, éd. par L. Delisle, Rouen, Le Brument, 1872, t. 1, p. 317-318. Voir ibid., p. iii ; V. Gazeau, Normannia monastica ( xe-xiie siècle), Caen, Presses universitaires de Caen, 2007, t. 2, p. 220-225.

13 Depuis le xviiie siècle, le nom de Bérengère lui est parfois attribué : Histoire générale du Languedoc, Paris, 1737, t. 2, p. 483 ; J. Flori, Aliénor d’Aquitaine : la reine insoumise, Paris, Payot, 2004, p. 110 ; F. L. Cheyette, Ermengarde de Narbonne et le monde des troubadours, Paris, Perrin, 2006 [2001], p. 278. Précis et fin généalogiste, Robert de Torigni passe pourtant sous silence son nom, sans doute parce qu’elle est morte peu après (voir ci-dessous note 15). La seule fille attestée de Raimond Bérenger IV s’appelle Douce. Peut-être les Mauristes la confondent-ils avec Bérengère de Navarre, future épouse de Richard ? À moins qu’ils l’aient faussement identifiée à la sœur de Raimond Bérenger IV, mariée depuis 1128 à Alphonse VII de Castille ?

14 Ce mariage « redouble » celui qui vient d’être contracté entre Henri le Jeune et Marguerite de France, L. Diggelmann, « Marriage as Tactical Response : Henry II and the Royal Wedding of 1160 », English Historical Review, 119, 2004, p. 954-964.

15 Aurell, Les Noces…, op. cit., p. 378. Richard finira par épouser, en 1191, Bérengère de Navarre, obtenant le soutien de son beau-père Sanche IV contre l’aristocratie gasconne en révolte, J. Gillingham, « Richard I and Berengaria of Navarre », Bulletin of the Institute of Historical Research, 53, 1980, p. 157-173. Il est peu prudent d’avancer que, si une fille d’Alphonse II d’Aragon avait été alors nubile, elle lui aurait été préférée (ibid., p. 167, n. 54). En effet, les tractations pour le mariage de sa fille Constance avec Emeric († 1204), futur roi de Hongrie, pourraient bien avoir commencé en 1190 (Aurell, Les Noces…, p. 494, n. 1).

16 Vajay, « Ramire II… », art. cité, p. 740-741. Le chroniqueur d’Alphonse VII de Castille, ennemi des Aragonais, ne se prive pas de les dénigrer : Hoc autem peccatum erat magnum coram Domino, sed Aragonenses, amisso charo Domino, hoc ideo faciebant ut filii suscitarentur ex semine regio, « Chronica Adefonsi Imperatoris », Chronica hispana saeculi XII, Pars I, éd. par A. Maya, Turnhout, Brepols, 1990, p. 178-179, I, 62, l. 6-8.

17 Plutarque, Vies parallèles : Alexandre-César, éd. et trad. par R. Flacelière, É. Chambry, Paris, Les Belles Lettres, 1975, t. 9, p. 157, XI, 3. Il y a peu de chances que l’anecdote circule au xiie siècle : Plutarque n’est pas traduit en latin avant 1373, F. Hartog, « Plutarque entre les Anciens et les Modernes », dans Plutarque, Vies parallèles, Paris, Gallimard, 2001, p. 22.

18 M. Aurell, « Henry II and Arthurian Legend », dans Ch. Harper-Bill, N. Vincent (dir.), Henry II : New Interpretations, Woodbridge, Boydell Press, 2007, p. 362-394.

19 C. Girbea, La Couronne ou l’auréole : royauté terrestre et chevalerie celestielle dans la légende arthurienne ( xiie-xiiie siècles), Turnhout, Brepols, 2007, p. 157-252.

20 [Roger de Howden], Gesta regis Henrici Secundi Benedicti abbatis, éd. par W. Stubbs (RS 49), Londres, Longman, Green, Reader and Dyer, 1867, t. 2, p. 152.

21 « Vita Sancti Thomæ Cantuariensis archiepiscopi et martyris », Materials for the History of Thomas Becket, archbishop of Canterbury, éd. par J. C. Robertson (RS 67), Londres, 1878, t. 3, p. 101. Voir B. Smalley, The Becket Conflict and the Schools : A Study of Intellectuals in Politics, Oxford, Rowman and Littlefield, 1973, p. 61-64, 70-74, 82-85.

22 C. S. Jaeger, The Envy of Angels : Cathedral Schools and Social Ideals in Medieval Europe, 950-1220, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 1994, p. 297-308.

23 « Historia rerum Anglicarum », p. 125.

24 . R. V. Turner, Aliénor d’Aquitaine, Paris, Fayard, 2011 [2009], p. 70-71, 166-171 ; J. P. Martindale, « ‘ An Unfinished Business’ : Angevin Politics and the Siege of Toulouse, 1159 », Anglo-Norman Studies, 23, 2000, p. 143-154.

25 L. Macé, Les Comtes de Toulouse et leur entourage ( xiie-xiiie siècles), Toulouse, Privat, 2000, p. 28-29 ; M. Aurell, « L’expansion catalane en Provence au xiie siècle », Estudi general, 5-6, 1985-1986, p. 177-179.

26 P. Benito, Tractats i negociacions diplomàtiques amb Occitània, França i els estats italians (1067-1213), Barcelone, IEC, 2009, p. 56-59.

27 Nothing like such an army can have been seen save on a major crusade, W. L. Warren, Henry II, Berkeley, University of California Press, 1998 [1973], p. 86 ; the largest military expedition of Henry II’s reign, R. Benjamin, « A Forty Years War : Toulouse and the Plantagenets », Bulletin of the Institute of Historical Research, 61, 1988, p. 270-285.

28 Raimond Bérenger IV comptait sans doute sur son succès pour rembourser une partie de ses dettes aux banquiers de Montpellier : si aportaretur ei averum de rege anglico vel de Yspania, Els pergamins…, op. cit., t. 4, p. 1725, no 1076 (IX 1160).

29 Recueil des actes d’Henri II, roi d’Angleterre et duc de Normandie, éd. par L. Delisle, Paris, Klincksieck 1916, t. 1, p. 252, l. 3, no 141 (V 1160) ; Cartulaire des Templiers de Vaour (Tarn), éd. par Ch. Portal, E. Cabié, Albi, Nouguiès, 1894, p. 6, no viii (100) du 29 XII 1161. Voir D. Panfili, Aristocraties méridionales : Toulousain-Quercy ( xie-xiie siècles), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010, p. 67-68 ; Martindale, « ‘ An Unfinished Business’ », art. cité, p. 133, 141-142.

30 . Même argumentation autour des liens familiaux dans la « Continuatio Beccensis », Chronicles…, éd. par Howlett (RS 82), t. 4, p. 321.

31 « Historia rerum Anglicarum », p. 125.

32 Urbem tamen Tolosam noluit obsidere, deferens Ludovico regi Francorum, qui eandem urbem contra regem Henricum Angliæ muniverat, et die ac nocte volens ferre auxilium Raimundo, sororio suo, custodiebat, Chronique…, op. cit., p. 321.

33 Regibus Anglorum facinus miserabile, regem/frangere Francorum, deditione premi, « Draco normannicus », Chronicles…, éd. par Howlett (RS 82), t. 2, p. 609, I, 12, v. 459-464.

34 Ob reverentiam presentiæ ipsius, « Ymagines historiarum », Opera Historica, éd. par W. Stubbs (RS 68), Londres, 1876, t. 1, p. 303.

35 Rex Ludovicus Tholosæ auxilium ferebat comiti Raimundo, qui sororem eius Constantiam habebat uxorem. Tunc rex Anglorum urbem nolebat appetere ob reverentiam Ludovici, Chronica Gaufredi, éd. par Ph. Labbe, Nova bibliotheca manuscriptorum librorum, Paris, 1657, t. 2, p. 310, § 58. Mis en forme tardivement vers 1380, le Chronicon Angliæ petriburgense est le seul à mentionner la peste qui aurait contaminé l’armée d’Henri II au cours du siège, éd. par J. A. Giles, Londres, 1845, p. 97.

36 Sed Francorum rege Lodovico civitatem prædictam tuente, frustrata est intentio regis Anglorum : nam obsidione soluta […] (Chronica, éd. par W. Stubbs [RS 73], Londres, 1879, t. 1, p. 167).

37 Voir récemment A. Duggan, Thomas Becket, Londres, Bloomsbury Academic, 2004, et M. Staunton, Thomas Becket and his Biographers, Woodbridge, Boydell and Brewer, 2006.

38 « Vita Sancti Thomæ… », op. cit., p. 33-34.

39 J. D. Hosler, « The Brief Military Career of Thomas Becket », The Haskins Society Journal, 15, 2004, p. 97-98.

40 Rege assumente hominium Henrici ducis de ducatu Normanniæ (Chronique de Robert de Torigni…, op. cit., t. 1, p. 255). L’existence de l’hommage mentionné par Roger de Howden à l’année 1155 a été contestée, avec des arguments convaincants, par J. Gillingham, « Doing Homage to the King of France », dans Henry II : New Interpretations, op. cit., p. 70, 73.

41 Recueil des actes d’Henri II…, op. cit., t. 1, p. 194-195, no 88 (1158). Voir Y. Sassier, Louis VII, Paris, Fayard, 1991, p. 281, 285-286 ; J. Dunbabin, « Henry II and Louis VII », dans Henry II : New Interpretations, op. cit., p. 53-54.

42 Y. Sassier, « Reverentia : Henri II face à Louis VII », dans V. Gazeau, A.-M. Flambard Héricher (dir.), 1204 : la Normandie entre Plantagenêts et Capétiens, Caen, Publications du Crahm, 2007, p. 31-33.

43 Ioannis Saresberiensis episcopi Carnotensis Policratici siue de nugis curialium et uestigiis philosophorum libri VIII, éd. par C. C. J. Webb, Oxford, 1909, t. 1, p. 283, 540b, l. 1-2, V, 2 ; p. 239, 516a, l. 17, IV, 3. Voir C. J. Nedermann, G. Cambell, « Priests, Kings and Tyrants : Spiritual and Temporal Power in John of Salisbury’s Policraticus », Speculum, 66, 1991, p. 572-590.

44 Ioannis Saresberiensis…, op. cit., t. 1, p. 17, 388d, l. 27-28, Prol. ; t. 2, p. 423-424, VIII, 25, 821d. Voir J. Barrau, « Ceci n’est pas un miroir, ou le Policraticus de Jean de Salisbury », dans F. Lachaud, L. Scordia (dir.), Le Prince au miroir de la littérature politique de l’Antiquité aux Lumières, Rouen, Publications des universités de Rouen et du Havre, 2007, p. 89-90 ; Martindale, « ‘ An Unfinished Business’ », art. cité, p. 121-122.

45 The Letters of John of Salisbury, éd. et trad. angl. par W. J. Millor, C. N. L. Brooke, Oxford, Oxford University Press, 1979, t. 2, p. 104, no 168 ; Metalogicon, éd. par J. B. Hall, Turnhout, Brepols, 1991, p. 183, IV, 42 ; Ioannis Saresberiensis…, t. 2, p. 54, 616b, l. 4-5, VI, 18. Voir H. Liebschütz, Medieval Humanism in the Life and Writings of John of Salisbury, Londres, Warburg Institute, 1968 [1950], p. 13-16 ; Martindale, « ‘ An Unfinished Business’ », art. cité, p. 131-132.

46 « Historia rerum Anglicarum », p. 139-143 et 160-165, II, 16 et 25.

47 Dimisit omnem suum honorem ac filios in baiulia, tuicione et deffensione domini Enrici, regis Anglie (Liber Feudorum Maior, éd. par F. Miquel, Barcelone, CSIC, 1945, t. 1, p. 533, no 494 [4 VIII 1162]). Assez fiables, les Annales de la Corona de Aragón (1562-1579) de Jerónimo Zurita (éd. par J. Canellas, Saragosse, Institución Fernando el Católico, 1967, p. 240, II, 20) affirment qu’une ambassade menée par Bernard Tort, archevêque de Tarragone, apporte la nouvelle en Angleterre à Henri II. Josep Blanch († 1672) ajoute que ce prélat meurt à Londres le 26 juin 1163, Arxiepiscopologi de la Santa Església metropolitana i primada de Tarragona, éd. par J. Icart, Tarragone, Agrupació de Bibliòfils de Tarragona, 1985, p. 94. Toutefois, aucune source médiévale ne corrobore ce voyage ni ce décès. Renseignements aimablement fournis par Marta Serrano.

48 Écrire et lire en Catalogne : ixe-xiie siècle, Madrid, Casa de Velásquez, 2003, t. 1, p. 346.

49 Les Gesta Comitum Barchinonesium (versió primitiva), la Brevis historia i altres textos de Ripoll, éd. par S. M. Cingolani, Valence, Publicacion de l’Universitat de València, 2012, p. 119-123. Voir ibid., p. 31-51.

50 The Gesta Normannorum Ducum of William of Jumièges, Orderic Vital and Robert de Torigni, éd. par E. Van Houts, Oxford, Clarendon Press, 1992, t. 2, p. 286. Voir Sassier, Louis VII, op. cit., p. 219.

51 « Draco Normannicus », p. 718-723, III, 4, v. 191-340.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search