Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Figures de l'autorité médiévale

 | 
Pierre Chastang
, 
Patrick Henriet
, 
Claire Soussen

Michel Zimmermann, un grand historien au travail

Pierre Riché

Texte intégral

1Je connais Michel Zimmermann depuis longtemps. Nous nous sommes rencontrés souvent, nous avons correspondu, car nous avons travaillé dans des domaines voisins, lui sur la Catalogne aux xe et xve siècles, moi sur Gerbert d’Aurillac, un homme qui a passé trois ans en Catalogne et grâce à quoi il est devenu le plus grand savant de son temps. C’est pourquoi je suis heureux d’apporter mon témoignage sur la carrière de ce collègue et ami. Né le 17 décembre 1937 à Villefranche-sur-Saône, Michel Zimmermann fit ses études supérieures à l’université de Lyon. Il obtint son Diplôme d’études supérieures (mention très bien) en septembre 1960. Deux ans après, il est reçu au CAPES d’histoire (2e), puis la même année à l’agrégation d’histoire.

2Après avoir été professeur dans les lycées de Limoges puis de Saint-Germain-en-Laye, il est assistant d’histoire médiévale à la Sorbonne, devenu en 1968 université de Paris-I, de 1967 à 1983, puis maître assistant (1983-1986) et maître de conférences en janvier 1986.

3On lui demande alors de faire partie du jury du CAPES, puis de l’agrégation. Il est élu membre du Conseil national des universités (21e section) et le 19 décembre 1992 il soutient sa thèse de docteur d’État à Toulouse-Le Mirail (mention très honorable à l’unanimité du jury). On attendait avec impatience cette thèse. Me dédicaçant son livre, En ets origens de Catalunya, en 1989, il m’écrit : « Cette ébauche d’un travail dont il doit désespérer. » Je ne désespérais pas, mais je savais que, très dévoué à des étudiants de Paris 1, il avait un peu retardé ses recherches.

4En décembre 1992, je suivais de loin cette soutenance, Pierre Bonnassie, auteur de « La Catalogne du milieu du xe siècle à la fin du xie siècle » (1976), étant rapporteur de la thèse. Je me suis réjoui du résultat d’une brillante soutenance. Je parlerai plus loin de cette thèse.

5Par la suite, Michel Zimmermann devint membre de différentes commissions et en juin 1993, il est élu professeur d’histoire du Moyen Âge à l’université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines. Mais en plus de ses cours, il continue à faire partie de jury de concours, d’être membre du CEVU de l’université de 1997 à 2000. Quelle activité ! Enfin, en octobre 2002, il prend sa retraite et devient professeur émérite de son université.

6Mais existe-t-il une retraite pour le professeur d’Université ? Le travail continue. Sans doute on a plus de temps pour vivre en famille. Michel Zimmermann avait épousé Marie-Claire, qui était professeur de langues et culture catalane à l’université Paris-IV Sorbonne et ils avaient fait ensemble deux livres sur la Catalogne en 1997. Ils eurent trois enfants et maintenant cinq petits-enfants. Mais revenons aux travaux et publications de notre Collègue. Ils sont très nombreux : soixante-quatorze articles, plus des publications pédagogiques, des travaux de vulgarisation, des communications à des colloques, etc. Et ce n’est pas fini, puisque sont sous presse dix articles. On le voit, un professeur d’Université n’a pas de retraite. Évidemment, beaucoup d’articles ont pour sujet la Catalogne médiévale, en préparation de la thèse qui fut éditée en 2003 par la Casa de Velásquez et qui reçut l’année suivante le prix Duseigneur décerné par l’Académie des inscriptions et belles-lettres.

7Michel Zimmermann est resté très lié avec la Casa de Velásquez. De 1971 à 1974, il avait été membre de la section scientifique de cette célèbre institution, avec un détachement à Barcelone et il est resté en relation avec Madrid. C’est tout à fait juste que la thèse soit publiée par la Casa de Velásquez. Depuis 2010, il est membre correspondant de l’Academia de Bones Lletres de Barcelone.

8Venons-en à cette thèse, qui a pour titre : Écrire et lire en Catalogne ( ixe- xiie siècles) ». C’est un monument scientifique assez exceptionnel, comme le dit Pierre Toubert dans sa préface. Mille trois cent quatre-vingt-treize pages en deux tomes avec pour finir, Sources, Bibliographie, Annexes, Résumé en différentes langues, Tableaux, Index, Table des matières générales. Le lecteur est conquis par ce travail exceptionnel. Le titre peut étonner, mais on le comprend aisément en ouvrant la première partie du livre. L’auteur a été surpris par la richesse de la documentation qu’il a trouvée dans les manuscrits et a voulu montrer le rôle et l’importance de l’écriture dans la société catalane, ce qui est assez exceptionnel à cette époque. Cela permet de recenser les souscriptions autographes, de compter les laïcs sachant écrire, etc. Tout un développement est consacré au notariat catalan et à son évolution. Tout cela est très nouveau.

9Vient en seconde partie une étude sur les mouvements et les pulsions de l’Écriture. Son rôle dans la relation avec le monde, dans la pédagogie, dans la vie religieuse, le passage du latin à la langue vernaculaire, etc.

10La troisième partie est consacrée aux bibliothèques et à l’équipement culturel. Qui possède des livres ? Qui les reçoit ? Quelles sont les grandes bibliothèques ? Et l’on parle évidemment de Ripoll, de Vic, d’Urgell…

11La quatrième partie est appelée « Genèse culturelle ». Sont étudiés l’influence wisigothique, l’accès à la culture grecque, l’empreinte carolingienne et la tentation scientifique en raison du voisinage avec l’Espagne musulmane. C’est là que nous retrouvons Gerbert d’Aurillac.

12On aimerait une étude comparable pour les autres états de l’Occident. Elle est impossible en raison du nombre beaucoup moins important des documents. La Catalogne est unique en son genre et elle méritait bien une étude aussi complète. Encore une fois, je suis très heureux d’ouvrir les « Mélanges » offerts à mon collègue et ami, et je lui souhaite une excellente continuation de ses travaux.

© Éditions de la Sorbonne, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site