Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Penser la paysannerie médiévale, un défi impossible ?

 | 
Alain Dierkens
, 
Nicolas Schroeder
, 
Alexis Wilkin

Organisation des terroirs et de l'espace rural

Ruraux, abbaye, évêque : les acteurs de la fortification de Thuin

Michel de Waha

Texte intégral

  • 1 É. Peytremann, « Identifier les résidences des élites au sein des habitats ruraux du vie au xie si (...)
  • 2 M. Bur, Le château, Turnhout, Brepols (Typologie des sources du Moyen Âge occidental, 79), 1999, p (...)
  • 3 C. Kropp, Th. Meier, « Entwurf einer Archäologie der Grundherrschaft im älteren Mittelalter », Bei (...)

1Jusqu’à l’an mil, au sein des agglomérations rurales de France, l’habitat privilégié ne jouit pas d’une protection supérieure à celui des non privilégiés, constate Édith Peytremann, le premier se distinguant du second par une surface plus considérable1. Dans le même temps, naîtrait le château, résidence fortifiée d’un puissant et de sa famille, comme le définit Michel Bur2. Cette structure, par définition, exclut de la « protection » qu’elle peut apporter les populations non privilégiées. Les inermes se trouveraient exclus de toute activité militaire, sans capacité de se défendre par eux-mêmes, sans accès aux structures protégeant les habitats. L’émergence de l’Adelsburg ne représente toutefois qu’une facette d’un phénomène plus complexe dont d’autres aspects, davantage liés à l’histoire des paysans, méritent d’être mis en évidence. La recherche allemande souligne l’existence, au haut Moyen Âge, de Burgen occupés tantôt de manière temporaire, tantôt permanente par des populations de statut mélangé. L’étude de ces occupations, tant sur le plan chronologique que sur le plan de la caractérisation sociale, est aujourd’hui un thème majeur de recherche, dont la progression exige toutefois la fouille extensive de l’intérieur de ces fortifications3.

  • 4 J.-P. Devroey, Le polyptyque et les listes de biens de l’abbaye Saint-Pierre de Lobbes ( ixe- xie  (...)
  • 5 Ibid., p. 24, 27.
  • 6 Ibid., p. 18, 48.
  • 7 P. Mignot, J.-M. Poisson (dir.), Archéologie des résidences aristocratiques du xe siècle en Franci (...)

2Le but de cet article est d’apporter une contribution à cette réflexion large sur les fortifications ouvertes aux populations non privilégiées, en reprenant un dossier très prometteur. En effet, le polyptyque et les listes de biens de Lobbes que Jean-Pierre Devroey a longuement étudiés et dont il a donné l’édition définitive4 contiennent, sur les fortifications de la région de Lobbes-Thuin, deux mentions de places-fortes, le castellum Tudinium5 mais aussi le castellum Hunia6, ainsi que des indications très intéressantes. Celles-ci invitent à approfondir la question de la protection des habitats ruraux, donnant ainsi un pendant aux recherches consacrées à l’émergence du château7.

  • 8 J.-P. Devroey, Le polyptyque…, op. cit., p. 5.
  • 9 Ibid., p. 27.
  • 10 Ibid.
  • 11 Belgique, Pr. Hainaut, Ardt. et ct. Thuin.
  • 12 Belgique, Pr. Hainaut, dépendance de Thuin, ch. l. ardt. ; voir Institut Géographique National, ca (...)
  • 13 P.-P. Bonenfant, E. Huysecom, « Retranchements préhistoriques à Thuin. Campagne de fouilles, 1981  (...)
  • 14 Folcuin, Gesta abbatum Lobbiensium, ch. 16, éd. par G. H. Pertz, Monumenta Germaniae Historica. Sc (...)

3Le texte du polyptyque de Lobbes invite à faire une différence entre deux espaces, l’un localisé in Tudinio8 et l’autre, in castello Tudinio. La liste du temporel affecté en 889 à l’hôpital abbatial dénombre in castello Tudinio une maison et grange, deux moulins et deux brasseries9. Y habitaient un haistaldus et six haistalde. Quatre de ces dernières servaient in Forescia, à Forestaille10. Si le lieudit situé sous Lobbes est bien connu, il en existe un autre, sous Biesme-sous-Thuin11, plus proche du Bois du Grand Bon Dieu12. Or des sondages archéologiques, mal publiés certes, indiquent que l’oppidum préhistorique du Bois du Grand Bon Dieu a connu une phase attribuable au haut Moyen Âge13. Même si ces recherches devraient être reprises, il n’en apparaît pas moins que le castrum attesté approximativement un siècle plus tard, sous l’évêque Notger (972-1008) ne se situe pas à l’emplacement de la fortification du haut Moyen Âge. Celle-ci avait encore offert, en 880-882, un refuge sûr aux reliques des saints lobbains et aux populations des environs14.

  • 15 Folcuin, Gesta abbatum Lobbiensium, op. cit., ch. 16, p. 61. Le compilateur de la liste longue des (...)
  • 16 L. Bourgeois, « La mise en défense des établissements religieux à l’époque carolingienne : les exe (...)
  • 17 J.-P. Devroey, Le polyptyque…, op. cit., p. 24.
  • 18 Ibid., p. 27.
  • 19 G. Streich, Burg und Kirche während des deutschen Mittelalters. Untersuchungen zur Sakraltopograph (...)
  • 20 U. Nonn, Pagus und Comitatus in Niederlothringen. Untersuchungen zur politischen Raumgliederung im (...)
  • 21 Dernière mise au point avec bibliographie : M. Margue, « Face à l’évêque, le comte. Politique otto (...)
  • 22 J.-P. Devroey, Le polyptyque…, op. cit., p. 27.
  • 23 J.-P. Devroey, « Corvées de labour et prestations de travail des paysans en Pays mosan de part et (...)
  • 24 E. Meyer-Marthaler, F. Perret, Bündner Urkundenbuch, t. 1, 390-1199, Chur, Staatsarchiv Graubünden (...)
  • 25 W. Levison, « Das Testament des Diakon Adalgisel-Grimo vom Jahre 634 », Trierer Zeitschrift, 7, 19 (...)

4Au xe siècle, Folcuin (mort en 990) revendique pour son abbaye la propriété de la fortification thudinienne : quoniam adiacens Thudinii castrum, idque nobis proprium et munitissimum15. Il n’en semble pas moins plus que contestable d’attribuer à l’abbaye la première mise en défense du territoire. Et ce pour trois raisons principales. Semblable mission ne fait pas partie de l’idéal monastique ni de ce que l’on sait de sa pratique. La fortification des abbayes, comme vient encore de le montrer Luc Bourgeois16, est une conséquence directe des invasions normandes et des mouvements d’insécurité qui agitèrent l’empire carolingien et les États qui lui succédèrent. Or c’est dans la liste du temporel affecté à l’office du coûtre de Saint-Pierre rédigée vers 88917 et dans celle du temporel affecté à l’hôpital datant également des environs de 88918 que le castello Tudinio est mentionné, à un moment où le développement des fortifications d’église, courant au xe siècle19, n’était encore pas la règle. C’est aussi ce que fait apparaître l’attention portée aux circonscriptions géographiques et « administratives » : Lobbes appartient au pagus Hainoensis et à l’évêché de Cambrai, tandis que Thuin (aussi bien l’ancien castellum que le nouveau castrum) relève de l’évêché de Liège et du pagus Lommensis20. La recherche actuelle ne fait plus du pagus une entité rigide et imperméable21, mais il n’en serait pas moins étrange que le castellum de Thuin ait pour origine l’action d’une institution religieuse située dans un autre pagus, et qui plus est à une époque antérieure à celle qui vit le mouvement de fortification des abbayes évoqué par Luc Bourgeois. Si le patrimoine possédé par l’abbaye à l’intérieur du castellum n’est pas négligeable, tant la superficie de celui-ci (13 ha) que la nécessité élémentaire d’y disposer d’une force de surveillance infirment l’idée que l’abbaye soit propriétaire de tout le castellum, ni que sa population soit composée des seuls dépendants de l’abbaye. Lobbes n’est, à la fin du ixe siècle, pas le seul propriétaire de la fortification du Grand Bon Dieu. La liste du temporel affecté à l’hôpital monastique en 88922 atteste sans le moindre doute possible une occupation permanente du castellum composée aussi bien d’éléments d’infrastructure économique que d’habitants, notamment ces haistaldi et haistaldae « dépendants sans tenure, pour la plupart des jeunes, habitant chez d’autres et dépourvus de terres » sur lesquels Jean-Pierre Devroey a judicieusement attiré l’attention23. Des habitations de non privilégiés se trouvent en permanence dans le castellum de Thuin, comme dans d’autres, à Sagogn24 ou à Tholey25, dans les castra du sud de la France ou dans des implantations d’Allemagne.

Les acteurs de la fortification

Les populations

  • 26 Voir Institut géographique national, carte au 1/10.000e, Thuin 52/2 Nord et levé radar de la Régio (...)
  • 27 J. Halkin, C.-G. Roland, Recueil des chartes de l’abbaye de Stavelot-Malmedy, Bruxelles, Kiessling (...)
  • 28 M. Hensch, « Neue archäologische Aspekte zur mittelalterlichen Geschichte des Frauenbergs », dans (...)

5Il faut mettre nettement en évidence la situation que nous venons d’évoquer. À côté des habitats où non privilégiés et privilégiés se côtoyaient sans la moindre protection, d’autres, fortifiés, assurent une protection efficace, tant à des populations non privilégiées qu’à des groupes que l’on qualifierait volontiers d’aristocratiques. La question la plus épineuse est donc de déterminer l’évolution de ces différents habitats. Par une comparaison des sites du Bois du Grand Bon Dieu qui s’étend sur quelque 13 ha et de Thuin26, on ne peut mieux montrer l’opposition entre deux conceptions défensives. L’implantation de la fortification de l’évêque de Liège Notger, au xe siècle, (voir infra) possède sans nul doute une meilleure position militaire, tandis que le castellum plus ancien permet un accès facile à l’eau d’approvisionnement, génératrice de force motrice ; elle comporte des surfaces (aujourd’hui boisées) susceptibles d’accueillir non seulement des « maisons », comme à Thuin, mais aussi d’offrir des pâtures au cheptel des habitants. Une opposition typologique entre fortification liée à une communauté d’habitants et place stratégique se laisse entrevoir, exactement comme dans un autre site de l’Est de la Belgique, à Logne, qui était une place forte éloignée de l’habitat27. Le cas de Thuin semble se rattacher à une fortification qui, à l’origine, n’était pas réservée à des occupants d’un statut social privilégié mais abritait également des « non-privilégiés », certains encore dépourvus de tenure28.

  • 29 J.-P. Devroey, Le polyptyque…, op. cit., p. 18, 25.
  • 30 Archives de l’État à Mons, Cartulaire de l’abbaye de Lobbes = Cartulaire 33, fo 87 v °-88 : Thierr (...)
  • 31 U. Nonn, Pagus und Comitatus…, op. cit., p. 146-147.
  • 32 Belgique, Pr. Hainaut, ardt. Charleroi, ct. Châtelet.
  • 33 P.-P. Bonenfant, « Le retranchement du bois du Boubier près de Charleroi », Annales d’histoire de (...)
  • 34 Le regretté Jacques Breuer nous avait parlé de ces trouvailles, que nous avons pu voir dans les an (...)
  • 35 S. Bormans, É. Schoolmeesters, Cartulaire de l’église Saint-Lambert de Liège, Bruxelles, F. Hayez (...)

6Le castellum de Thuin n’est pas la seule fortification mentionnée dans les documents d’administration de Lobbes. Tant dans la description du groupement domanial de Jumet (vers 960-965) que dans la liste longue des biens, on trouve une description qui énumère ce qui se trouve in castello Hunia29. En 1216 (et ce serait même le cas jusqu’à la fin du xviiie siècle), le tracé de la fortification et ses fossés subsistaient30. Jumet et Heigne se trouvaient dans le pagus de Darnau31. Dès lors, ce castellum ne concurrençait pas celui de Thuin. L’oppidum celtique du bois du Boubier (sous Bouffioulx)32, qui ne relevait pas du pagus Sambrensis, a connu une importante réutilisation au haut Moyen Âge33. Jacques Breuer y avait trouvé des céramiques à pâte blanche et décor à la molette34. De manière convaincante, Claire Billen, suggère d’associer cette fortification aux villas de Funderlo et Marcinas mentionnées dans un diplôme de Louis le Pieux (840)35. Toutes ces fortifications communautaires ont été trop négligées : trop souvent elles ne sont connues que par des coupes dans les remparts, qui ne livrent en général que de trop rares indices de datation. Leur intérieur n’a pas été approché et il est souvent impossible de savoir s’il s’agit de refuges occupés en cas de danger, de sièges d’un habitat permanent et dans ce cas sa détermination sociale demeure inconnue. La typologie de ces fortifications s’esquisse à peine.

  • 36 H. Mouillebouche, « Cercles de paix, cimetières et châteaux en Bourgogne », dans P. Corbet, J. Lus (...)
  • 37 Une base de départ, à affiner cependant est fournie par Henri Diament dans The Toponomastic Reflex (...)
  • 38 Belgique, Pr. Namur, ardt. Philippeville, ct. Walcourt ; J.-P. Devroey, Le polyptyque…, op. cit., (...)
  • 39 Ibid., p. 23, 30, 44, 57.

7À ce propos, Hervé Mouillebouche a attiré l’attention sur les enclos ecclésiaux, tout en soulignant la disparition fréquente de tout indice de fortification dans de très nombreux villages36. Dans le pagus de Lomme, les toponymes37 de Castilion et Castricio attirent l’attention. À Chastrès38, l’église se situe à une rupture de pente, peu impressionnante mais suffisante. À Castillon39, le toponyme seul évoque la fortification. On suggérerait prudemment qu’une différence se marquerait entre de grandes fortifications comme le Boubier ou le castellum de Thuin, et des structures plus petites, moins puissantes déjà dans leurs dispositions naturelles, peut-être davantage associées à des habitats permanents et à des terroirs relevant de communautés plus réduites, témoins de l’évolution de l’habitat vers le village.

  • 40 Belgique, Pr. Namur, ardt. Philippeville, ct. Walcourt. A. Dierkens, L’implantation du christianis (...)
  • 41 R. Brulet, « Fortifications de hauteur et habitat perché de l’Antiquité tardive au début du haut M (...)

8Le site de Pry40 appartient à un autre type sur lequel Raymond Brulet a fait le point : les fortifications romaines ou du Bas-Empire, qui ont abrité des garnisons germaniques, ne sont pas occupées de manière continue, ni réutilisées, à la différence des oppida préhistoriques que nous avons évoqués41. La remarque fait sens : des sites abandonnés depuis plusieurs siècles ont été remis en usage, refortifiés à des périodes variables qui, dans l’état actuel des connaissances, s’étendent jusqu’au xe siècle au moins, ce qui implique l’existence d’une autorité locale communautaire, puisque nous voyons notamment à Heigne que l’abbaye n’intervient en aucune façon dans la gestion et l’organisation de la fortification.

9La région de Thuin-(Charleroi)-Châtelet Thuin offre donc plusieurs sites susceptibles de témoigner de l’infrastructure militaire des communautés villageoises avant l’an mil. Elle apparaît comme une zone où des fortifications qui ne sont pas immédiatement liées aux évêques, comtes et puissants sont attestées en un nombre non négligeable. Ceci invite à porter un autre regard sur l’organisation et la conception de la défense des populations, dans un cadre chronologique que l’archéologie devra affiner.

  • 42 Folcuin, notre seule source sur les événements de 880-882, se borne à indiquer que le castrum offr (...)
  • 43 Folcuin, Gesta abbatum Lobbiensium, op. cit., ch. 25, p. 66 : Sed nostri non satis creduli… munire (...)
  • 44 Die Urkunden Arnolfs, éd. par P. F. Kehr, Berlin, Weidmannsche Buchhandlung (Monumenta Germaniae H (...)

10Les événements de 954 sont très révélateurs des enjeux attachés à la fortification thudinienne42. Une menace surgit, mais la fortification ne peut remplir le rôle qui lui est spécifiquement assigné43. Un intrus, et potens, le comte Régnier III, qui n’exerce pas les pouvoirs comtaux sur Thuin, mais peut-être sur Lobbes, soucieux de se protéger d’un autre potens, l’évêque de Liège, avait déjà infligé à la fortification des destructions visant à la rendre non opérationnelle, la réoccupe et en interdit l’usage aux moines et aux habitants. On devine à quelles conditions Régnier y aurait admis moines et habitants : une soumission à son autorité. L’évêque de Liège, qui a reçu l’abbaye de Lobbes d’Arnulf en 88844 et qui entretient – mais on ne sait si c’est en permanence ou à certains moments précis –, une militia leodiensis dont la composition et notamment les éléments locaux nous échappent complètement, ne peut ni, dans un premier temps, faire échec au comte, ni par la suite assurer la défense de la place ; en effet, il est à ce moment confronté à la menace hongroise, dont l’axe de pénétration mettait tout d’abord Liège en danger. Deux puissants – un comte, un évêque –, en arrivent au même résultat pour des motifs certes différents : priver les populations rurales de toute protection.

  • 45 Folcuin, Gesta abbatum Lobbiensium, op. cit., ch. 25, p. 66. Folcuin construit habilement sa phras (...)
  • 46 J.-P. Devroey, Puissants et misérables. Système social et monde paysan dans l’Europe des Francs (v (...)

11Devant le danger, moines de Lobbes et habitants font alors alliance : Sublata itaque spe Tudinium potiundi, nullaque exstante fiducia in re militari – siquidem laudata illa et cunctis seculis praedicta Lothariensis militia in Hungrorum adventu iusto Dei iudicio hebetata, suis munitionibus passim tenebatur inclusa – nostra que residua erat Deo dilecta monachorum turma et sibi satis fida ecclesiae milicia montem ubi sanctorum corpora Ursmari et Ermini venerantur, diu ante deliberans scandit, et de Dei fisa adiutorio, cum plaustrorum vel qualiumcunque surculorum vel sepium impedimentis eum in modum munitionis cingit, agente id ut credimus Deo, ut ostenderet, numquam deesse divinum, ubi humanum cessat auxilium45. Du texte de Folcuin deux éléments se dégagent. Tout d’abord, l’abbé, auquel les nuances de la langue latine sont familières, n’hésite pas à qualifier de milicia la force armée paysanne alors rassemblée ; il use du même terme, dans la même phrase, pour qualifier la force épiscopale, Leodiensem militiam. Il ne s’agit donc pas d’une horde de gueux armés en diable, alors même que le récit eût dans cette hypothèse davantage exalté la gloire des saints protecteurs auxquels il voulait rendre hommage ! Ensuite cette milicia est satis fida. Le mot est redoutable à interpréter, davantage encore sous la plume d’un Folcuin, habile à défendre les prérogatives de son abbaye et qui considère que la fortification est propriété de celle-ci. Jean-Pierre Devroey a finement expliqué toutes les nuances des « fidélités » et les ambiguïtés que peut générer un discours sur ce thème46 d’autant plus lorsque, comme ici, il n’exprime que la position d’une partie.

12En affirmant que la fortification appartient à Lobbes, Folcuin n’est pas neutre : il défend les intérêts de son abbaye. Rien ne prouve toutefois que Lobbes ait été propriétaire de la fortification à quelque moment que ce soit.

13Si Folcuin avance ses pions, comme le récit l’atteste, cette milicia entendait utiliser la fortification, sur laquelle elle devait probablement avoir des droits d’usage. Les populations rurales sont encore en état de faire entendre leur voix, à défaut de réussir à exercer leur droit de jouissance de la fortification face au « comte » extérieur qui met aussi l’évêque en échec. Dans le processus de dépossession qui les atteint, l’attaque hongroise leur offre une occasion de réagir à l’emprise de l’abbaye et de s’affirmer encore. Elles n’ont pas renoncé à se défendre elles-mêmes et les moines, n’ayant alors pas d’autre soutien, s’allient avec elles pour construire une fortification « provisoire » qui montra son efficacité, grâce à un miracle selon Folcuin, grâce aux compétences au combat et même au corps à corps des ruraux retranchés avec les moines.

  • 47 M. Hensch, « Neue archäologische Aspekte… », art. cité, p. 341-422.

14La déficience de l’évêque, les besoins criant des moines forcent les habitants qui osent encore refuser les conditions mises à leur protection par le comte à se défendre. Ceux-ci prouvent ainsi leurs compétences militaires et proclament leurs droits d’usage de la fortification. Celle-ci était fort vaste, puisqu’elle s’étendait sur 13 ha. À peu de choses près, elle aurait pu, sans ces défections des troupes comtales puis épiscopales, voir collaborer à sa défense guerriers « professionnels » et populations locales, comme dans certains « Burgen » allemands, notamment le Frauenberg47. La suprématie des guerriers professionnels ou liés à des puissants apparaît, en 954, moins nettement qu’on pourrait le croire.

Un district : le Sambriensis

  • 48 J.-P. Devroey, Le polyptyque…, op. cit., p. 28-30 : liste courte rédigée vers 889 ; p. 43-46 : lis (...)
  • 49 U. Nonn, Pagus und Comitatus…, op. cit., p. 146-147 ; C.-G. Roland, « Les pagi de Lomme et du Cond (...)
  • 50 A. Dierkens, « Note sur un acte perdu du maire du palais Carloman pour l’abbaye Saint-Médard de So (...)

15L’étude de la géographie politique du haut Moyen Âge, dans la région, plaide encore pour le fait que le castellum de Thuin ait servi de place forte de référence unique, dans l’espace du pagus Sambriensis. Les documents d’administration lobbains situent en effet un certain nombre de localités in pago Sambriensi sive Lommacensi48. Les spécialistes pensent que ce pagus faisait partie d’un ensemble plus large, le Lomensis49. Tous les lieux du Sambriensis ou Lommacensis sont connus par des documents lobbains, à l’exception d’Hanzinne citée (villa sua quae dicitur Hancinas et in alio loco Faliciolas seu Ascutecas in pago Sambrio) dans un acte du maire du palais Carloman des environs de 745, indépendant des documents lobbains50. Le seul fait qu’Hanzinne appartienne au pagus Sambriensis, mais ne soit pas une possession de Lobbes, montre que cette même circonscription n’était pas constituée exclusivement de biens lobbains et possédait donc une existence non liée à la seule abbaye, qui ne pouvait donc être à son origine. Cet argument est suffisant pour ne pas attribuer à celle-ci l’initiative de la fortification du Bois du Grand Bon Dieu.

  • 51 Carte : J.-P. Devroey, Le polyptyque…, op. cit., p. xliii.
  • 52 Ibid., p. 30.
  • 53 Ibid., p. 44. La double localisation de Castillon s’expliquerait par la volonté de la communauté l (...)

16Reportés sur carte, les lieux précités déterminent une zone non symétrique qui atteint au plus dix kilomètres à partir de Thuin, Hanzinne étant un peu plus éloignée51. À l’exception de Castilion, placée in pago Lomensi dans la liste courte de 88952 et in pago Lommacensi seu Sambriensi dans la liste longue53, aucune localité du Sambriensis n’est placée de manière ambiguë dans les documents.

  • 54 Vita Landelini abbatis Lobbiensis et Crispiniensis, éd. par W. Levison, Passiones vitaeque sanctor (...)
  • 55 Folcuin, Gesta abbatum Lobbiensium, op. cit., ch. 1, p. 55-56 : Est locus, ubi intra terminos pagi (...)
  • 56 Sigebert de Gembloux, Gesta abbatum Gemblacensium, éd. par G. H. Pertz, Monumenta Germaniae Histor (...)
  • 57 Hariulf, Vita sancti Arnulfi episcopo Suessionensi, éd. par J.-B. Sollerius et al., Acta Sanctorum (...)
  • 58 S. Bormans, E. Schoolmeesters, Cartulaire de l’église Saint-Lambert de Liège…, op. cit., t. 1, no  (...)
  • 59 Archives de l’État à Mons, Cartulaires, Cartulaire de l’abbaye de Lobbes, 33, f° 142.
  • 60 Sources du droit rural du Quartier d’Entre-Sambre-et-Meuse, éd. par L. Génicot, M.-R. Allard, Brux (...)
  • 61 De fundatione et lapsu…, op. cit., ch. 2, p. 558 : in Sambrino usque Bermereias…
  • 62 Ibid., ch. 12, p. 552 : in Sambrino pago.
  • 63 Ibid., p. 554.

17Le Sambriensis fut une réalité bien vivante, encore attestée dans la Vita prima Landelini (BHL 4696) rédigée à Crespin vers 920-93154, dont s’inspire Folcuin55. Sigebert de Gembloux fait naître l’abbé Olbert à Leernes in confinio Sambriensis pagi56 et Hariulf de Saint-Riquier place Hanzinnes in pago Sambrico dans la vie de l’évêque Arnould de Soissons (1081-1084) qu’il rédige vers 111957. Si le record de 1164 ne cite pas ce terme, son contenu n’en montre pas moins combien la structure territoriale axée sur la Sambre demeurait présente dans l’organisation économique et militaire de Thuin et de Lobbes. L’acte épiscopal pour Aulne de 115858, un document de 117459 et la charte d’Ossogne de 1239 (cum aliis hominibus suis de Sambrino60) attestent aussi la persistance de l’ancienne circonscription. Les sources lobbaines du xiie siècle la connaissent : on la retrouve chez le prieur Hugues61 et dans le De fundatione et lapsu62, qui la qualifiera même de pagi Lobiensis et Sambrini63.

18Apparaissent ainsi à l’observateur des « sous-pagi » du Lomensis, qui se structurent autour de fortifications : on compte ainsi Gembloux pour le Darnuensis, Namur pour le Namucensis, qui donnera naissance à la principauté territoriale. Parmi ceux-ci, le Lommacensis-Sambriensis semble se définir comme un territoire ordonné autour d’une fortification ancienne, un oppidum préhistorique réutilisé, comme dans nombre d’autres cas, pour servir de refuge à un ensemble de populations dont les habitats ne sont pas éloignés de plus de 10 kilomètres. La seule fortification connue du pagus Sambrensis est le castellum de Thuin ; les autres, attestées ou probables, se trouvent toutes en dehors de celui-ci, ce qui plaide pour sa cohérence territoriale et organisationnelle.

  • 64 L’auteur du De fundatione et lapsu…, op. cit., ch. 6, p. 550 affirme même avoir vu, dans la « bibl (...)
  • 65 Urkundenbuch der Reichsabtei Hersfeld, éd. par H. Weirich, Marburg, Elwertschen Buchhandlung (Verö (...)
  • 66 Mais si H. Brachmann, Der frühmittelalterliche…, op. cit., p. 81-86 voit une initiative comtale vo (...)

19Le castellum de Thuin remplirait ainsi des fonctions centrales et, en particulier de lieu de rassemblement des hommes y assurant la défense du territoire64. Par-là, il constituerait un élément structurant fort des communautés chargées de cette défense. À ce titre, il était constitutif d’une forme d’identité exprimée par le terme Sambriensis dépassant la simple dénomination géographique. Sa fonction se comparerait à celle des urbes – en fait des Burgen – mentionnées comme centres de perception de la dîme et donc comme unités structurantes d’administration par la « collection des dîmes » de l’abbaye d’Hersfeld. Ces documents rédigés, pour la partie qui nous concerne, entre 880 et la fin du ixe siècle étaient toujours pertinents en 97965. Dans les deux cas, les fortifications semblent mêler des occupants de statuts différents, être des lieux de centralité au potentiel attractif : Brachmann souligne ainsi que l’« Altenburg » à Merseburg accueillera dès 900 plusieurs familles aristocratiques66.

20En guise de conclusion provisoire : jusqu’au milieu du xe siècle, une circonscription, le pagus Sambriensis, s’organise autour d’une forteresse communautaire qui n’est pas l’apanage de privilégiés. Ce territoire est le noyau d’une identité spécifique qui demeure vivace jusqu’à la fin du xiie siècle. Les communautés qui le charpentent doivent faire face aux empiètements du comte du pagus voisin qui, membre d’une grande famille lotharingienne, entend étendre un pouvoir territorial, mais se défier aussi de l’abbaye qui revendiquera la propriété de la fortification et l’exercice d’une autorité sur la force armée des communautés rurales.

L’abbaye

  • 67 Folcuin, Gesta abbatum Lobbiensium, op. cit., ch. 16, p. 61. Voir n. 27.
  • 68 J. Halkin, C.-G. Roland, Recueil des chartes…, op. cit., t. 1, no 165, p. 338-341 : Castellum itaq (...)

21Dans l’extrait cité plus haut, Folcuin revendiquait pour son abbaye la propriété de la fortification thudinienne67. Il n’est d’ailleurs pas le seul à développer semblable raisonnement : au xiie siècle, l’abbé Wibald de Stavelot affirmait que le château de Logne avait été fortifié de toute antiquité par les moines68.

  • 69 J.-P. Devroey, Le polyptyque…, op. cit., p. cix-cxi.
  • 70 F. Mouthon, Les communautés rurales en Europe au Moyen Âge. Une autre histoire politique du Moyen (...)

22Au fil du temps, un processus de prise en main de la fortification par l’abbaye s’esquisse. Comme le montre le polyptyque et le met en relief l’exégèse qu’en a donnée Jean-Pierre Devroey, Lobbes prélève, tout comme Saint-Germain-des-Prés, une redevance ad hostem sur ses dépendants69. S’étant substituée à eux dans l’accomplissement de leurs devoirs militaires « offensifs », propriétaire à l’intérieur du castellum, l’abbaye participait de droit à sa gestion au sein de la communauté70. Elle tendait à se substituer à ses dépendants dans tout ce qui touchait au domaine militaire, puis à revendiquer une autorité sur l’ensemble des bénéficiaires du castellum, voire la propriété de celui-ci.

  • 71 Liber possessionum Wiziburgensis, éd. par C. Dette, Mayence, Verlag der Gesellschaft für mittelrhe (...)
  • 72 A. Schäfer, « Mauerbaupflicht fränkischer Königsleute zu Ladenburg und an der karolingerzeitlichen (...)
  • 73 Das Polyptychon von Saint-Germain-des-Prés. Studienausgabe, éd. par D. Hägermann, Cologne, Böhlau, (...)
  • 74 Une illustration suggestive est donnée par la maquette de l’habitat privilégié de Méaulte dans J. (...)
  • 75 Folcuin, Gesta abbatum Lobbiensium, op. cit., ch. 25, p. 66.
  • 76 B. Diestelkamp, « Quellensammlung zur Frühgeschichte der deutschen Stadt », dans C. Van De Kieft, (...)
  • 77 M. Innes, State and Society in the Early Middle Ages. The Middle Rhine Valley, 400-1000, Cambridge (...)

23Là encore, des exemples extérieurs sont instructifs : au milieu du ixe siècle, la strate la plus ancienne du polyptyque de Wissembourg rapporte des activités de construction demandées à ses dépendants dans certaines localités où elle venait de s’implanter et où les bâtiments d’exploitation en dur n’existaient pas encore71. De même, ceux de l’abbaye du Nonnemünster de Worms fournissaient des matériaux pour les murs d’une fortification préhistorique remise en état, à la période carolingienne72. Le polyptyque de Saint-Germain des Prés charge des dépendants de clôturer des structures73 : une simple palissade constituée de branchages de petit calibre, mais solidement entrelacés, constitue un obstacle considérable74. Ce fut en partie ainsi que les moines de Lobbes, aidés par la population, se défendirent en 954 contre l’attaque hongroise75. Les « Burgenbauordnungen » rhénanes, dont celle de Worms qui date des environs de 900, consignent les « corvées » de construction et d’entretien des murs urbains dues par la population de la ville et des environs. À Worms, les groupes astreints à ces prestations ne relèvent pas tous des domaines épiscopaux76. Matthew Innes considère que le document est représentatif de la manière dont des collectivités sont identifiées puis soumises à des demandes « publiques », qui déboucheront et sur des revendications de propriété et sur des prétentions à l’exercice de la juridiction par des puissants. Dans ce texte, c’est l’évêque de Worms qui s’y affirme. En général, ces renégociations se situent dans un contexte neuf : les relations sociales de l’époque carolingienne se trouvent complètement bouleversées dans la seconde moitié du xe siècle77.

  • 78 Die Urkunden Ottos I., éd. par T. Sickel, Hanovre, Hahnsche Buchhandlung (Monumenta Germaniae Hist (...)

24En 965, Otton I octroie à Wissembourg un précepte78 où il astreint au service de fortification tous ses « dépendants », serfs, lides, colons, ceux qui relèvent du fisc ou paient le cens, qu’ils habitent près du monastère ou dans ses différentes propriétés et ce au profit du seul monastère. Ils ne peuvent se voir affectés à des corvées de fortification ailleurs qu’au profit de l’abbaye. Le précepte, non seulement transfère à celle-ci le pouvoir public de fortification, mais lui accorde également l’exercice des droits de service militaire. C’est précisément pour ce dernier droit que l’abbaye de Lobbes s’est substituée à ses dépendants, dès l’époque de rédaction du polyptyque. Ces documents, d’autant plus précieux que rares, montrent que, lorsque le besoin se faisait sentir, les propriétaires terriens imposaient à leurs dépendants des corvées domaniales qui ressemblaient de fort près aux travaux effectués en vertu des réquisitions publiques.

25De facto, Lobbes a donc pu imposer sa présence « dominatrice » sur la fortification du Bois du grand Bon Dieu dès la fin du ixe ou au début du xe siècle. On comprend l’affirmation de Folcuin que son abbaye était propriétaire du castellum de Thuin. Mais la subsistance d’un autre refuge collectif, le castellum d’Heigne (infra) montre que le phénomène n’avait rien d’absolu ni de nécessaire. La proximité de Thuin, l’importance vitale de cette protection pour les moines de Lobbes ont probablement avivé leur volonté de contrôler la fortification. À Logne-Stavelot, l’abbaye a pu mener le processus à son terme, comme l’indique l’acte de l’abbé Wibald qui date de 1138. À Lobbes, par contre, en dépit de l’affirmation qui est peut-être davantage une revendication de Folcuin, la démarche fut interrompue par l’intervention de l’évêque de Liège.

L’évêque de Liège

  • 79 Folcuin, Gesta abbatum Lobbiensium, op. cit., ch. 25, p. 66.

26En 889, l’évêque de Liège reçoit d’Arnulf de Carinthie l’abbaye de Lobbes, par un diplôme qui ne fait pas état d’une quelconque fortification. Si l’on ne peut douter que l’évêque fut en charge de celle-ci, et si Folcuin juge positivement le rôle militaire de Francon79, la première mention explicite de la présence d’une militiam Leodiensem est donnée de manière laconique par Folcuin.

  • 80 Ibid., ch. 41, p. 73.
  • 81 D. Ingels, « Thuin. Redécouverte de la collégiale », Chronique de l’Archéologie wallonne, 6, 1998, (...)
  • 82 J.-P. Devroey, Le polyptyque…, op. cit., p. 5.
  • 83 J.-P. Devroey, « Corvées de labour… », art. cité, p. 98-100.
  • 84 J.-P. Devroey, Le polyptyque…, op. cit., p. 5 et Id., « Corvées de labour… », art. cit.

27Un miracle de saint Ursmer, rapporté par Folcuin, et donc antérieur à son décès, en 990, situe l’action à Tudinium denique, nobis adiacens castrum, locum habebat ecclesiae sancti Ursmari memoria sacrum80. Dans ce bâtiment, qui n’est autre que l’église confiée en 972 (infra) au collège de chanoines de Lobbes, se dit l’Evangile. Assistent au prodige une femme très noble et l’avoué de l’abbaye. Le texte montre l’importance prise par cette église, celle de l’actuelle ville de Thuin. Cet édifice, dont des fouilles récentes ont montré l’ancienneté, est associé à des structures, notamment un puits, qui révèlent l’ampleur de l’habitat thudinien ancien81. Le polyptyque de Lobbes décrit des biens situés à « Thuin-centre », qui étaient, pour notable partie, propriété de l’abbaye de Lobbes82. Jean-Pierre Devroey pointe le nombre important de sessi dans cette agglomération83, qui était donc un noyau de peuplement qui faisait preuve d’un dynamisme prometteur84. C’est donc après 889 et avant 990 que la fortification a été déplacée sur le site de l’actuelle ville de Thuin, à l’initiative de l’évêque Notger, comme nous le verrons.

  • 85 Sources du droit rural…, op. cit., t. i, xxxv, Lobbes, 1, p. 428-430. Jumet : Belgique, Pr. Hainau (...)
  • 86 Die Urkunden Ottos I., op. cit., no 53 ; J.-L. Kupper, Liège et l’Église impériale xie- xiie siècle (...)
  • 87 J. Vos, Lobbes, son abbaye et son chapitre ou histoire complète du monastère de Saint-Pierre à Lob (...)
  • 88 J. Warichez, L’abbaye de Lobbes, depuis les origines jusqu’en 1200. Étude d’histoire générale et s (...)
  • 89 A. Dierkens, Abbayes et chapitres…, op. cit., p. 122-123.
  • 90 G. Weyn, « Les avoués de Thuin. Contribution à l’histoire de l’abbaye de Lobbes et des seigneurs d (...)
  • 91 Belgique, Pr. Hainaut, ardt. Thuin, ct. Binche.
  • 92 Hantes-Wihéries : Pr. Hainaut, ardt. Thuin, ct. Merbes-le-Château.
  • 93 G. Weyn, « Les avoués de Thuin… », art. cité, p. 89.
  • 94 J. Warichez, L’abbaye de Lobbes…, op. cit., p. 226 ; A. Dierkens, Abbayes et chapitres…, op. cit.,(...)
  • 95 Belgique, Pr. Hainaut, ardt. et ct. Thuin.
  • 96 Belgique, Pr. Namur, ardt. Philippeville, ct. Walcourt ; C. Hennuy, « Le domaine de Viscourt », Pu (...)

28Penchons-nous maintenant sur les ressorts d’entretien de la nouvelle forteresse, et sur l’identité des autorités qui avaient le pouvoir de mobiliser la force de travail paysanne à cet effet. En octobre 1164, pour aplanir les conflits pendant entre l’abbaye de Lobbes et les bourgeois de Thuin, le prince-évêque de Liège Alexandre d’Orée publie un record des échevins de Thuin qui précise les obligations des « ruraux » en matière de corvées de fortification au profit de la forteresse de Thuin : Pro muris vero castelli detinendis quoties necesse fuerit ad incendium calcis furni extra bannitum locum castri, de Gymiaco, de Gyslero, de Lerna, de Alna, de Rydionacis, de Tuillies, de Castillon, de Viscort, de Stratis, de Claromonte, de Fontanis, quilibet mansus terre debet quattuor carratas lignorum de communi sylva rusticorum, exceptis beneficiatis et indominicato85. Le territoire soumis à la corvée peut être comparé à celui de l’immunité restreinte ou precincta de l’abbaye décrit dans le précepte octroyé à Lobbes par Otton II en 97386 à la demande de Notger et probablement rédigé dans son entourage : ambitum quoque monasterii quem precinctam vocant, sicut ab antecessoribus nostris determinatus est, nos quoque concedimus, ut sint undique termini : rivulus videlicet Hlodosa dictus et confines villae quae dicitur Anderlobia et mons Martini, fluvius quoque Ur et ultra terminos villae Alsoniae, inde ad locum qui dicitur Wiscenelata et finiatur in villa Hantas dicta. Après Joachim Vos87, Joseph Warichez88 a proposé un périmètre, repris avec quelques variations par Alain Dierkens89, tandis que Guy Weyn90 consacrait un copieux article aux divisions administratives de Lobbes et de Thuin. Certaines limites posent des difficultés d’identification. Une première est de savoir si Anderlues91 et Hantes92 sont inclues au périmètre ou non. Plus épineuse est l’identification de mons Martini pour lequel Guy Weyn propose Martimont « lieu-dit, situé sur la rive gauche de la Sambre à Monceau93 » où se trouvait une « borne de séparation ». Joachim Vos, Joseph Warichez et Alain Dierkens y voient Mont-Saint-Martin une dépendance de Montigny-le-Tilleul94. Selon les identifications retenues pour ces toponymes, l’endroit du cours de l’Eau d’Heure qui sert de limite se placera plus en aval ou plus en amont de la rivière. La villa Alsoniae désigne Ossogne aujourd’hui dépendance de Thuillies95. Le locum qui dicitur Wiscenelata doit se trouver entre Ossogne et Hantes. Claude Hennuy, avec de bons arguments, l’identifie avec Viscourt aujourd’hui sous Clermont96.

  • 97 Belgique, Pr. Hainaut, ardt. et ct. Thuin ; dont J.-P. Devroey écrivait « nous avons interprété le (...)

29Des convergences significatives et certaines divergences apparaissent entre le territoire soumis à la corvée de fortification en 1164 et celui de la precincta de 973. Telle que tracée par Joseph Warichez, la precincta se trouve toute entière soumise à la corvée, à l’exception de Donstiennes97. Les convergences entre l’acte de 1164 et la description de la precincta du DO ii 53 permettent de fixer plus sûrement les limites de celle-ci, sur lesquelles les difficultés de localisation de certains toponymes faisaient peser un doute.

  • 98 A. Dierkens, Abbayes et chapitres…, op. cit., p. 120 ; J.-P. Devroey, Le polyptyque…, op. cit., p. (...)
  • 99 Belgique, Pr. Hainaut, ardt. Charleroi.
  • 100 A. Hansay, « Chartes de l’ancienne abbaye de Lobbes », Bulletin de la Commission Royale d’Histoire (...)
  • 101 Ibid.

30Que tous les villages de la precincta soient soumis à la corvée de fortification suggère que celle-ci a été établie en même temps ou après la precincta, même si le DO ii 53 prétend confirmer des limites antérieures. En effet, le fait que les villas de Strée et Gozée, cédées en précaire et restituées à l’abbaye sous le prédécesseur de Notger, Eracle entre 960 et 96598 figurent parmi les localités incluses à la precincta, permet de douter que ses limites aient été établies avant 973. Ces villas concédées en précaire étaient en effet passées sous contrôle de l’évêque, comme Jumet99 dont on conserve l’acte de restitution100. Les restitutions épiscopales sont liées à la restauration de la vie monastique entreprise par Eracle, peu avant 973101. Il apparaît dès lors que l’étendue de la precincta est établie lors de la rédaction du DO ii 53, qui use de l’argument de l’ancienneté pour consolider cette décision.

31La zone couverte par la precincta et le territoire soumis à la corvée de fortification sont étroitement associés mais pas identiques. Trois domaines (Gilly, Jumet et Leernes) ne font pas partie de la première, mais sont ajoutés au district de la corvée. Cette addition a pour but d’en assurer l’efficacité, mais aussi d’alléger quelque peu la charge pesant sur les villages de la precincta solidairement assujettis à cette corvée.

  • 102 J.-P. Devroey, Le polyptyque…, op. cit., p. xxix-xxx, xlii-xliv, lxxxviii-lxxxix ; U. Nonn, Pagus (...)
  • 103 J.-P. Devroey, Le polyptyque…, op. cit., p. 34-35 ; U. Nonn, Pagus und Comitatus…, op. cit., p. 14 (...)
  • 104 J.-P. Devroey, Le polyptyque…, op. cit., p. 32, 34, 35 ; U. Nonn, Pagus und Comitatus…, op. cit., (...)
  • 105 J.-L. Kupper, Liège et l’Église impériale…, op. cit., p. 421-445.

32Les trois villages non inclus à la precincta, Gilly, Jumet et Leernes, mais redevables de la corvée, n’appartiennent pas au pagus Sambrensis seu Lommacensis102, mais au Darnau103 pour Jumet et Gilly, et au Hainaut, pour Leernes104 (voir infra). On voit mal l’abbé de Lobbes soumettre les villages de la precincta, qui formaient le cœur de la mense conventuelle, à une corvée de fortification au profit d’une forteresse soumise à l’évêque. On le voit tout aussi mal faire à celui-ci le cadeau d’imposer cette même charge à trois autres villages dépendant de l’abbaye. Il n’est qu’une autorité capable de soumettre l’immunité et les possessions de l’abbaye à semblable charge, mais aussi de bouleverser les cadres traditionnels des pagi pour construire pas à pas ce qui sera bientôt (987) une principauté territoriale : l’évêque de Liège105.

  • 106 Die Urkunden Otto des ii., éd. par T. Sickel, Hannovre, Hahnsche Buchhandlung (Monumenta Germaniae (...)
  • 107 Ibid., no 45.
  • 108 H. Zimmermann (éd.), Papstregesten 911-1024, 2e éd., Vienne, Böhlau, 1998, p. 189 no BZ 610 [= J. (...)
  • 109 J.-L. Kupper, Liège et l’Église impériale…, op. cit., p. 422-525.
  • 110 L. Génicot, « Sur le vocabulaire et les modalités de l’avouerie avant l’an mil dans la Belgique ac (...)

33Les documents diplomatiques montrent de manière insistante l’intérêt épiscopal pour l’espace considéré, en particulier sous l’évêque Notger. Le précepte de 973, rédigé dans l’entourage de Notger, rappelait que Lobbes avait été conférée à l’évêché de Liège (suae ecclesiae a nostris antecessoribus collata) ; il prenait l’abbaye sous la defensio impériale, donnait aux moines le choix de leur avoué et créait le chapitre Saint-Théodard, doté de l’église in Tudiniis. En 980106, Notger présente à Otton II precepta quedam, parmi lesquels ne figure pas celui de 973 super universas possessiones eiusdem matris ecclesie quarum iste sunt capitales : Hoium, Fosses, Lobies, Tungres, Maslines, et super cetera loca cum omnibus rebus et hominibus ad ea pertinentibus, ut omni publica potestate exclusa in manu episcopi singulariter consistant. Par un précepte dont la formule de date a été amputée, mais qui se situe après les privilèges qui lui confèrent les pouvoirs comtaux sur l’ensemble des terres de l’évêché, Notger obtient d’Otton III107 la confirmation des abbayes de Lobbes et de Fosses, le comté de Brugeron, les biens et droits du fisc à Maestricht. Cet ensemble de possessions précède une donation nouvelle, celle de l’abbaye de Gembloux : on y ajoute que Leodiensis episcopi provisioni ordinationi, advocationi tuitioni subiaceat talemque in loco illi Leodiensis episcopus tutorem et advocatum preficiat sub quo res et homines abbatie defendantur et conserventur. Or, en 983, Gembloux avait obtenu un privilège de Benoît VII qui lui garantissait la liberté d’élection de l’abbé et limitait l’intervention de l’évêque à la bénédiction de l’élu108. Le sort de Gembloux change après les diplômes impériaux sur lesquels Jean-Louis Kupper a magistralement attiré l’attention109. Les dispositions très particulières, comme l’a remarqué Léopold Genicot110, qui donnent l’avouerie de Gembloux à l’évêque ne se trouvent pas dans les diplômes concernant Lobbes, ce qui constitue un bon indice chronologique.

  • 111 Folcuin, Gesta abbatum Lobbiensium, op. cit., ch. 41, p. 73.
  • 112 R. Deprez, « La politique castrale dans la principauté épiscopale de Liège du xe au xive siècle »,(...)
  • 113 G. Kurth, Notger de Liège et la civilisation au xe siècle, t. 2, Appendices, Paris, Alphonse Picar (...)
  • 114 De fundatione et lapsu…, op. cit., ch. 12, p. 554 : Evracro succedens Nothgerus episcopus – et suc (...)
  • 115 G. Mora-Dieu, « Questionnements autour de l’an mil : essai sur les fortifications notgériennes », (...)
  • 116 A. Dierkens, Abbayes et chapitres…, op. cit., p. 82 et note 107.

34Pour assurer le développement de ce nouveau castrum, Notger a utilisé une implantation humaine prometteuse, le centre de Thuin, là où Jean-Pierre Devroey dénombrait, comme on l’a vu plus haut, une population importante, ce qui lui donnait un indispensable support économique. Folcuin111 accole à cette implantation qui remonte à l’époque mérovingienne, le terme de Tudinium… castrum, qui permet d’attribuer avec certitude à Notger112 cette fortification, alors que les sources les plus explicites sur le sujet, la Vita Notgeri113 et le De fundatione et lapsu114, ne datent que du xiie siècle. Le contraste avec ce qui est observé ailleurs est saisissant : les recherches archéologiques menées à Liège peinent à identifier l’enceinte attribuée à Notger115, tandis qu’à Fosses, les structures architecturales visibles sont largement postérieures au prélat116.

35Cette suite de documents affine la chronologie de la construction du pouvoir temporel de l’évêque de Liège. Si Notger poursuit le redressement monastique de Lobbes, il affirme nettement l’emprise de l’évêque sur l’abbaye, définit le territoire de son immunité puis, en une démarche caractéristique de la construction du pouvoir seigneurial, impose à cette immunité et à trois autres domaines de lourdes charges militaires. Celles-ci sont associées au castrum de Thuin, qui n’est plus le castellum cité dans le polyptyque, mais une fortification nouvelle entièrement aux mains de l’évêque. La fortification de Thuin-centre naît à l’époque de Notger, a pour origine une implantation volontaire de la part du prélat, dans le cadre de la politique qui caractérise son épiscopat et lui vaut d’obtenir en 987 les diplômes qui établissent le caractère spécifique de la principauté-ecclésiastique de Liège.

  • 117 À titre de comparaison, ouvrant suggestions et questions, invitant à la fouille : M. Hensch, « Neu (...)

36Notger fait éclater la communauté rurale qui gérait l’ancien castellum, déclasse de fait celui-ci et fait dépendre une éventuelle protection des ruraux de sa volonté. Ainsi se disloque l’ancienne structure communautaire qui associait les paysans au maintien et contrôle de ces sites fortifiés. Le district militaire du Sambriensis est lié à la jouissance d’une fortification particulièrement vaste (13 ha) par les communautés qui vivent sur son territoire117. Des villages appartenant à plusieurs propriétaires pouvaient s’y regrouper, pour jouir d’une seule défense, avec d’autant plus de facilité que les propriétaires ne contrôlaient pas la totalité d’un village. Le comte Régnier a tenté de s’approprier la fortification à son seul usage. L’évêque Notger, en fondant un nouveau castrum, exclut les populations rurales de la chaîne de décision militaire. La fortification où habitaient encore en 889 des ruraux ne défend désormais plus les populations, mais assume des fonctions essentiellement militaires au service d’une stratégie plus large et décidée à un autre niveau, celui de l’évêque, qui ne se préoccupe guère du sort des populations locales.

Perspectives

37Notre démarche a laissé de côté des sources qui évoquent la violence des garnisons castrales, leurs exactions aux dépens des moines et des paysans.

  • 118 Voir les réserves de J.-P. Devroey, Le polyptyque…, op. cit., p. lxxxii-lxxxiv et l’appréciation d (...)

38Datant du xiie siècle, rédigées dans un contexte qui fera l’objet d’un autre travail, elles ne peuvent être utilisées de manière rétrospective sans précautions118.

39Les sources de la région de Thuin-Châtelet-Charleroi mettent en évidence l’existence d’un nombre non négligeable de fortifications communautaires remontant au haut Moyen Âge. Elles traduisent une situation économique et sociale que les documents lobbains édités et étudiés par Jean-Pierre Devroey permettent d’approcher plus avant. Ces fortifications doivent faire l’objet de nouvelles recherches archéologiques portant sur l’intérieur du périmètre défendu. L’oppidum du Bois du Grand Bon Dieu à Thuin, remis en activité au haut Moyen Âge, abritait des ruraux et n’était pas réservé aux élites. Il dut en être de même de celui du Boubier. La protection de populations non privilégiées doit être soulignée, puisqu’elle tranche sur la situation qu’Édith Peytremann observe, mais s’accorde aux recherches menées sur un certain nombre de fortifications dans l’espace germanique.

40Certains toponymes donnent à penser que d’autres structures purent bénéficier d’une protection, dès le xe siècle. La transformation qui mène des grandes fortifications servant de refuge, à l’instar du Bois du Grand Bon Dieu, vers le village fortifié traduit également l’évolution des structures d’habitat vers le village.

  • 119 À titre de seul exemple, parmi bien d’autres, J. Burnouf, I. Catteddu, Archéologie du Moyen Âge, o (...)
  • 120 Sur cette notion : M. de Waha, « “Oppida quaedam ipsorum novitia” : des fortifications lotharingie (...)

41Archéologues et historiens ont profondément renouvelé leurs champs d’investigation119. L’habitat non privilégié fait désormais partie de leurs préoccupations. Il serait regrettable d’exclure a priori tout habitat non privilégié des habitats « défendables120 ». Le paysan doit entrer dans l’histoire de la fortification.

42On l’a vu ici : à l’articulation du haut Moyen Âge et du Moyen Âge central, les différents niveaux de fonction de la fortification vont changer : auparavant, il n’était pas nécessaire qu’un « aristocrate » se trouve à la tête de chacune des sous-circonscriptions qui possédaient une fortification ; un pagus Sambrensis pouvait exister à l’intérieur d’un Lomensis, à la tête duquel se trouvait un comte. Ces ensembles ont été réaménagés pour céder la place à un seul niveau, celui de forteresse épiscopale. Les non privilégiés qui habitaient à l’intérieur du castellum et jouissaient de sa protection s’en trouvent exclus à la fin du xe siècle, par suite de la fortification épiscopale. Les populations rurales se trouvent disqualifiées dans la défense du territoire et la mise en sécurité de leurs propres biens dans une fortification collective est désormais aléatoire. La dislocation de la structure communautaire du pagus Sambriensis ou Lommacensis a eu pour effet d’alourdir les charges de la paysannerie. Le rôle de l’évêque est ainsi fondamental dans ce processus.

  • 121 J.-P. Devroey, Puissants et misérables…, op. cit., p. 507-512.
  • 122 M. de Waha, N. Schroeder, J. Verdoot, « Multi et magnifici viri qui de castello deservire tenentur (...)
  • 123 M. de Waha, « Le sauvement… », art. cité, p. 97-122.

43De manière plus large, le cas de Thuin-Lobbes est révélateur des pressions subies par le monde rural, du phénomène de dépossession121 de celui-ci, de l’imposition de charges mais aussi de nouvelles formes d’autorité (celles-ci, à Lobbes, sont évoquées par ces sources du xiie siècle qui méritent une critique spécifique122). Le sort des populations rurales s’est dégradé : accroissement des charges, exclusion de la chaîne décisionnelle, menaces extérieures123.

  • 124 F. Mouthon, Les communautés rurales…, op. cit., p. 23.

44Il ne faudrait toutefois pas s’arrêter à ces aspects de dégradation du sort des ruraux. En effet, alors que la charte épiscopale pour les Cisterciens d’Aulne (1158) utilise la terminologie classique (usu rusticorum, iustis usuariis rusticorum et castelli mei de Tuin), le record de 1164, après avoir indiqué que fundus sylvae indominicatae et aliorum sylvarum ibidem adiacentium sunt de indominicato ecclesiae mentionne une communi sylva rusticorum, laissant entendre que ceux-ci avaient gardé quelques droits sur les espaces boisés, pourtant objet de l’appropriation royale (on songe aux espaces de chasse du fisc des Estinnes) et monastique124.

  • 125 S. Bormans, Recueil des ordonnances de la Principauté de Liège. Première série, 974-1506, Bruxelle (...)
  • 126 A. Hansay, « Chartes de l’ancienne abbaye de Lobbes… », art. cité, p. 91 : Si advocatus (sic) opus (...)

45S’il n’y a pas de mention individuelle de village fortifié dans la région avant le xive siècle, une ordonnance de l’évêque Raoul de Zähringen en établit toutefois plus que l’existence, l’importance. L’évêque n’aurait, en effet, pas pris la peine de légiférer sur un phénomène marginal125. Est-ce pure coïncidence si le règlement d’avouerie de Jumet, où la fortification de Heigne connue au xe siècle était toujours visible, atteste des capacités à manier l’arc et l’épée d’habitants126, capacités que l’oncle du comte de Hainaut, soucieux d’y asseoir sa seigneurie, n’hésite pas à utiliser à son profit ?

  • 127 Voir note précédente et J.-M. Cauchies, F. Thomas (dir.), Chartes-lois en Hainaut (xiie- xive sièc (...)
  • 128 Sources du droit rural…, op. cit., t. I, xxv, Lobbes, 2, p. 430-431.
  • 129 J.-M. Cauchies, « Service du seigneur et service du comte : ost et chevauchée dans les chartes de (...)
  • 130 Ibid., p. 101.
  • 131 Le titre de l’ouvrage relève d’une conception dépassée. Toute agglomération appelée ville n’est pa (...)

46Après un silence qui tient à l’origine cléricale et aristocratique des sources, le début du xiiie siècle reconnaît à nouveau aux « ruraux » privilégiés le droit de posséder des armes, des arcs voire des épées, connaît l’émergence de troupes armées paysannes, comme à Jumet en 1201 ou à Fontaine l’Evêque en 1212127. La charte d’Ossogne de 1239128 stipule que abbas Lobiensis homines de Alsonia pro custodiendo castro Tudiniensi et pro defensione terre ipsius cum aliis hominibus suis de Sambrino quocienscumque necesse fuerit… ducere poterit. Elle montre ainsi que les paysans ont gardé une compétence militaire qui n’est pas à négliger. Jean-Marie Cauchies a justement souligné, dans son analyse des charteslois rurales du comté de Hainaut, la présence de clauses militaires, qui sont tout autre chose que des taxes de remplacement129. La charte-loi de Chièvres interdit ke li segneur ne poront prendre as sers por parcon leur armes ne a boriois por melleur catel130. L’ouvrage certes vieilli du Père Camille Joset sur les « villes » du Luxembourg souligne lui aussi cette compétence militaire des ruraux131. Les traces ainsi mises en évidence ne peuvent qu’être ténues, mais ne doivent pas être négligées : elles constituent les rares points d’émergence d’un phénomène oblitéré par une culture occidentale peu favorable aux ruraux.

Aux origines d’une ministérialité ?

  • 132 Insérée dans les Gesta Abbatum Lobbiensium continuata, ch. 9, éd. par W. Arndt, Monumenta Germania (...)
  • 133 M. de Waha, « Le sauvement… », art. cité, p. 97-122.
  • 134 J.-L. Kupper, Liège et l’Église impériale…, op. cit., p. 212-234.
  • 135 J. Halkin, C.-G. Roland, Recueil des chartes…, op. cit., t. 1, no 286, p. 531-533.
  • 136 E. Linck, Sozialer Wandel in klösterlichen Grundherrschaften des 11. bis 13. Jahrhunderts. Studien (...)
  • 137 M. Colardelle, E. Verdel (dir.), Les habitats du lac de Paladru (Isère) dans leur environnement, P (...)
  • 138 J.-P. Devroey, Le polyptyque…, op. cit., p. cx.
  • 139 Gesta Abbatum Lobbiensium continuata, op. cit., ch. 11, p. 314-316.
  • 140 M. de Waha, « Le sauvement… », art. cité, p. 114-117.

47Il nous reste enfin un dernière point à évoquer, en guise d’ouverture vers des enquêtes futures. Il nous est rapporté dans les Gesta de Lobbes que les moines se sont plaints à l’évêque Otbert qu’auxit idem abbas fiscatis suis solidis fiscis fiscos superaddens et solidos132. La fin du xie siècle, marquée par la pression militaire des comtes de Hainaut133, rompt un équilibre ancien et amène l’abbé Arnoul à augmenter le nombre de ses fiscati. Un parallèle pourrait être établi avec l’abbaye de Stavelot et la ministerialité liée au château de Logne. Cette dernière commence à apparaître, dans ses composants individuels, à la fin du xie siècle134. La liste liée au service de garde à Logne montre une répartition par paroisse des tâches de garde et une assignation des revenus sur une paroisse plutôt qu’une rémunération par des terres135. Nous tenons pour fort probable que pareil système exista également à Lobbes-Thuin. La comparaison avec Logne136 induirait alors un recrutement de ces ministeriales militaires dans le « milieu local », dans les paroisses, c’est-à-dire peut-être chez les officiers domaniaux, les maires qui, à Lobbes-Thuin, administrent la gestion des corvées, ou chez les paysans eux-mêmes, en un système qui s’apparenterait à celui que suggère l’analyse archéologique de Charavinnes (paysanschevaliers)137. On ne peut exclure, et il semble même probable, que la confiscatio à laquelle les abbés de Lobbes durent procéder eut pour effet d’élever le niveau économique de certains officiers domaniaux ou ruraux, dans un système où la forte monétarisation de l’économie lobbaine permit dans un premier temps de ne pas abandonner des terres de l’abbaye à ces porte-glaives138. Mais, avant 1086, ce même abbé avait diligenté une plainte à Henri IV contre l’avoué général, c’est-à-dire contre un officier et ministériel épiscopal139. On peut penser que l’augmentation des fisci, concédés par l’abbé à des hommes dépendant de l’abbaye, était une réponse à l’accroissement du nombre et du poids des milites épiscopaux, dans le but de rétablir un certain équilibre entre les différentes forces internes au diocèse de Liège, actives à Thuin et dans les domaines de Lobbes. Face à elles, le comte de Hainaut organisait la garnison de Beaumont de la même manière, en assignant des revenus à ceux qui étaient astreints au service d’estage140.

Notes

1 É. Peytremann, « Identifier les résidences des élites au sein des habitats ruraux du vie au xie siècle dans la moitié nord de la France », dans Hierarchies in Rural Settlements. Ruralia ix, Götzis, 2011, Turnhout, Brepols, 2013, p. 183-197.

2 M. Bur, Le château, Turnhout, Brepols (Typologie des sources du Moyen Âge occidental, 79), 1999, p. 23-24.

3 C. Kropp, Th. Meier, « Entwurf einer Archäologie der Grundherrschaft im älteren Mittelalter », Beiträge zur Mittelalterarchäologie in Österreich, 26, 2010, p. 97-124 ; H. Steuer, « Herrensitze im merowingerzeitlichen Süddeutschland. Herrenhöfe und reich ausgestattete Gräber », Zeitschrift für Archäologie des Mittelalters, 38, 2010, p. 1-41 ; H. Brachmann, Der frühmittelalterliche Befestigungsbau in Mitteleuropa. Untersuchungen zu seiner Entwicklung und Funktion im germanisch-deutschen Gebiet, Berlin, Akademie Verlag (Schriften zur Ur-und Frühgeschichte, 45), 1993 ; H. W. Böhme et al., Burgen in Mitteleuropa. Ein Handbuch, Stuttgart, Konrad Theiss, 1999 ; P. Ettel, « Die Entwicklung des frühmittelalterlichen Burgenbaus in Süddeutschland bis zur Errichtung von Ungarnburgen und Herrschaftszentren im 10. Jahrhundert », dans A.-M. Flambard-Héricher, C. O’Brien (dir.), L’origine du château médiéval. Actes du colloque de Rindern, Allemagne (2010), Turnhout, Brepols (Château-Gaillard, 25), 2012, p. 139-157 et les autres travaux de cet auteur ; P. Ettel, L. Werther (dir.), Zentrale Orte und Zentrale Räume des Frühmittelalters in Süddeutschland. Tagung des Römisch-Germanischen Zentralmuseums Mainz und der Friedrich-Schiller-Universität Jena vom 7-9.10.2011 in Bad Neustadt an der Saale, Mayence, Verlag des Römisch-Germanischen Zentralmuseums (RZGM Tagungen, 18), 2013.

4 J.-P. Devroey, Le polyptyque et les listes de biens de l’abbaye Saint-Pierre de Lobbes ( ixe- xie siècles). Édition critique, Bruxelles, Palais des Académies (Commission Royale d’Histoire), 1986.

5 Ibid., p. 24, 27.

6 Ibid., p. 18, 48.

7 P. Mignot, J.-M. Poisson (dir.), Archéologie des résidences aristocratiques du xe siècle en Francia Media. Actes des tables rondes d’Amay, 2011 et de Lyon, 2012, Namur, Service Public de Wallonie, sous presse.

8 J.-P. Devroey, Le polyptyque…, op. cit., p. 5.

9 Ibid., p. 27.

10 Ibid.

11 Belgique, Pr. Hainaut, Ardt. et ct. Thuin.

12 Belgique, Pr. Hainaut, dépendance de Thuin, ch. l. ardt. ; voir Institut Géographique National, carte au 1/10.000e, Thuin 52/2 Nord. Voir aussi la carte de Philippe Vandermaelen, disponible sur le portail cartographique de la Région Wallonne.

13 P.-P. Bonenfant, E. Huysecom, « Retranchements préhistoriques à Thuin. Campagne de fouilles, 1981 », Annales d’histoire de l’art et d’archéologie, 4, 1982, p. 103-113.

14 Folcuin, Gesta abbatum Lobbiensium, ch. 16, éd. par G. H. Pertz, Monumenta Germaniae Historica. Scriptores, t. 4, Hanovre, Hahnsche Buchhandlung, 1841, p. 61 : Sed nostrorum patronorum non necesse fuit longius asportari, quoniam adiacens Thudinii castrum, idque nobis proprium et munitissimum, fecerat affluentes indempnes haberi ; villarum vero longe positarum erat multi exterminii desolatio ; pour la date : A. Dierkens, Abbayes et chapitres entre Sambre et Meuse ( viie- xie siècles). Contributions à l’histoire religieuse des campagnes du haut Moyen Âge, Sigmaringen, Thorbecke (Beihefte der Francia, 14), 1985, p. 111 ; Id., « Notger, Folcuin et Rathier. L’abbaye de Lobbes et les évêques de Liège à la fin du xe siècle », dans A. Wilkin, J.-L. Kupper (dir.), Évêque et prince. Notger et la Basse-Lotharingie aux alentours de l’an Mil, Liège, Presses universitaires de Liège, 2013, p. 271-294 ; L. Genicot, P. Tombeur, Index Scriptorum Operumque Latino-Belgicorum Medii Aevi. Nouveau répertoire des œuvres médiolatines belges, Bruxelles, Académie Royale de Belgique, 1973, t. 1, p. 97 ; Narrative Sources, ID F013.

15 Folcuin, Gesta abbatum Lobbiensium, op. cit., ch. 16, p. 61. Le compilateur de la liste longue des biens rédigée entre la fin du xe siècle et 1038, qui connaît vraisemblablement la position prise par Folcuin (voir N. Mazeure, La vocation mémorielle des actes. L’utilisation des archives dans l’historiographie bénédictine des Pays-Bas méridionaux, xe- xiie siècles, Turnhout, Brepols [Artem, 20], 2014, p. 253-294) mais qui est conscient des pertes causées à l’abbaye par la mainmise épiscopale sur le nouveau castrum de Thuin proclame l’union fondamentale entre l’abbaye et la fortification : Laubacus cum appenditiis ejus Tudinio castello (J.-P. Devroey, Le polyptyque…, op. cit., p. 42). L’auteur du De fundatione et lapsu monasterii, éd. par G. Waitz, Monumenta Germaniae Historica. Scriptores, t. 14, Hanovre, Hahnsche Buchhandlung, 1883, p. 553, pour sa part, essaie en liant les prestations militaires dues à son époque de justifier les droits de l’abbaye sur la fortification : Ante enim quam episcopi Leodienses per Franconem obtinuissent honorem tantum Lobiensis abbatiae, sicut supra dictum est, antiqui eius abbates sibi communierunt castellum Tudinium et sartatectis eius et custodiis ordinaverunt cura magna reditus et excubias et cetera omnia, quae extunc observantur ex magna parte usque in hodiernum diem ; unde, quia ipsum castellum ab antiquis abbatibus diligenter est munitum et nobiliter confiscatum ad tuendam abbatiam, propter hoc Tudinium a tuendo ab antiquo vocatum, tenet ex re nomen.

16 L. Bourgeois, « La mise en défense des établissements religieux à l’époque carolingienne : les exemples de Saint-Hilaire de Poitiers (Vienne) et de Saint-Maixent (Deux-Sèvres) », dans M. Lauwers (dir.), Monastères et espace social. Genèse et transformation d’un système de lieux dans l’Occident médiéval, Turnhout, Brepols (Collection d’Études médiévales de Nice, 15), 2014, p. 473-502 ; M. Lauwers, « De l’incastallamento à l’inecclesiamento. Monachisme et logiques spatiales du féodalisme », dans D. Iogna-Prat et al. (dir.), Cluny. Les moines et la société au premier âge féodal, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013, p. 326.

17 J.-P. Devroey, Le polyptyque…, op. cit., p. 24.

18 Ibid., p. 27.

19 G. Streich, Burg und Kirche während des deutschen Mittelalters. Untersuchungen zur Sakraltopographie von Pfalzen, Burgen und Herrensitzen, Sigmaringen, Jan Thorbecke (Vorträge und Forschungen, Sonderband 29), 1984.

20 U. Nonn, Pagus und Comitatus in Niederlothringen. Untersuchungen zur politischen Raumgliederung im früheren Mittelalter, Bonn, Ludwig Röhrscheid (Bonner Historische Forschungen, 49), 1983, p. 143-150 ; C.-G. Roland, « Les pagi de Lomme et du Condroz et leurs subdivisions », Annales de la Société Archéologique de Namur, 34, 1920, p. 1-126.

21 Dernière mise au point avec bibliographie : M. Margue, « Face à l’évêque, le comte. Politique ottonienne et pouvoir comtal en Lotharingie à l’époque de Notger », dans A. Wilkin, J.-L. Kupper, (dir.), Évêque et prince…, op. cit., p. 258-260.

22 J.-P. Devroey, Le polyptyque…, op. cit., p. 27.

23 J.-P. Devroey, « Corvées de labour et prestations de travail des paysans en Pays mosan de part et d’autre de l’an Mil », dans A. Wilkin, J.-L. Kupper (dir.), Évêque et prince…, op. cit., p. 93-120, spécialement p. 100-101.

24 E. Meyer-Marthaler, F. Perret, Bündner Urkundenbuch, t. 1, 390-1199, Chur, Staatsarchiv Graubünden, 1955, no 17, p. 15 ; W. Meyer, « Vorgeschichtlich-frühmittelalterliche Traditionen im frühen Burgenbau Rätiens », Forschungen zu Burgen und Schlössern, 9, 2006, p. 9-20.

25 W. Levison, « Das Testament des Diakon Adalgisel-Grimo vom Jahre 634 », Trierer Zeitschrift, 7, 1932, p. 69-85.

26 Voir Institut géographique national, carte au 1/10.000e, Thuin 52/2 Nord et levé radar de la Région Wallonne.

27 J. Halkin, C.-G. Roland, Recueil des chartes de l’abbaye de Stavelot-Malmedy, Bruxelles, Kiessling et Imbrechts (Commission Royale d’Histoire, in-4°), 1909, t. 1, no 165, p. 339. Dans cet ordre d’idée, il est regrettable qu’à ce jour, les fortifications médiévales de Thuin n’aient livré aucun vestige antérieur au xiiie siècle. La reconstitution proposée par Maurice-Aurélien Arnould sur la base de documents écrits largement postérieurs oppose une partie solidement fortifiée et une sorte de basse-cour qui couvre l’essentiel de la ville actuelle : M.-A. Arnould, « La destruction par les Hainuyers des fortifications liégeoises de la Sambre (1408-1410) », Documents et rapports de la Société royale d’archéologie et de paléontologie de Charleroi, 57, 1974-1978, p. 81-118, avec plan p. 99.

28 M. Hensch, « Neue archäologische Aspekte zur mittelalterlichen Geschichte des Frauenbergs », dans M. Rind (dir.), Der Frauenberg oberhalb Kloster Weltenburg. Weltenburg II, Ratisbonne/Bonn, Universitäts verlag Regensburg/R. Habelt (Regensburger Beiträge zur Prähistorischen Archäologie, 16), 2006, t. 1, p. 341-422.

29 J.-P. Devroey, Le polyptyque…, op. cit., p. 18, 25.

30 Archives de l’État à Mons, Cartulaire de l’abbaye de Lobbes = Cartulaire 33, fo 87 v °-88 : Thierry de Bierbais notifie au duc de Brabant qu’il a transmis à l’abbaye de Lobbes tous ses biens situés intra fossata de Hunia ; S. Brigode, « Heigne-sous-Jumet. Histoire, archéologie, folklore », Documents et rapports de la société de paléontologie et d’archéologie de Charleroi, 43, 1938, p. 18 ; R. Hug, « La villa de Jumet d’après la descriptio villarum de l’an 868 », Documents et rapports de la société de paléontologie et d’archéologie de Charleroi, 57, 1974-1978, p. 135, n. 11, type de l’éperon barré ; Id., « Comment s’est constitué le domaine carolingien de Jumet », Bulletin trimestriel d’information de la Société royale d’archéologie de Charleroi, 1, 1978, n. p. ; R. Arcq, Jumet. Pages d’histoire, Jumet, Graphing, 1973, p. 12-13, 34, 79 avec plan de situation et reproduction du plan Archives Générales du Royaume, plan manuscrit 2306.

31 U. Nonn, Pagus und Comitatus…, op. cit., p. 146-147.

32 Belgique, Pr. Hainaut, ardt. Charleroi, ct. Châtelet.

33 P.-P. Bonenfant, « Le retranchement du bois du Boubier près de Charleroi », Annales d’histoire de l’art et d’archéologie, 2, 1980, p. 135-138 ; Id., « Structure du rempart laténien du bois du Boubier près de Charleroi », Annales d’histoire de l’art et d’archéologie, 3, 1981, p. 156-158 ; Id., « Les fortifications protohistorique et historique du bois du Boubier à Châtelet », Documents et rapports de la Société paléontologique et archéologique de Charleroi, 57, 1974-1978, p. 120-125.

34 Le regretté Jacques Breuer nous avait parlé de ces trouvailles, que nous avons pu voir dans les années 1970, grâce à l’obligeance de notre collègue Raymond Brulet, professeur à l’université catholique de Louvain (Louvain-la-Neuve). Les réorganisations et déménagements du « musée archéologique » de Charleroi rendent ces pièces aujourd’hui inaccessibles.

35 S. Bormans, É. Schoolmeesters, Cartulaire de l’église Saint-Lambert de Liège, Bruxelles, F. Hayez (Commission Royale d’Histoire, in-4°), t. 1, no 1, p. 4-5 ; C. Billen, « De la villa du ixe à la seigneurie du xive siècle : le domaine de Pont-de-Loup et Châtelet », dans Centenaire du séminaire d’histoire médiévale de l’Université libre de Bruxelles 1876-1976, Bruxelles, La Renaissance du Livre, 1976, p. 107-126 ; L. Berteaux, « “Funderlo” et “Marcinas”. Villae royales carolingiennes », Documents et rapports de la Société de paléontologie et d’archéologie de Charleroi, 47, 1948-1949, p. 17-45.

36 H. Mouillebouche, « Cercles de paix, cimetières et châteaux en Bourgogne », dans P. Corbet, J. Lusse (dir.), Ex animo. Mélanges d’histoire médiévale offerts à Michel Bur, s. l. (Langres), Dominique Guéniot, 2009, p. 73-138 ; M. Lauwers, « Circuit, cimetière, paroisse. Réflexions sur l’ancrage ecclésial des sites d’habitat (viie-xiiie siècle) », dans J.-M. Yante, A. M. Bultot-Verleysen (éd.), Autour du « village ». Établissements humains, finages et communautés rurales entre Seine et Rhin ( ive- xiiie siècles). Actes du colloque international de Louvain-la-Neuve, 16-17 mai 2003, Louvain-la-Neuve, Institut d’études médiévales de l’université catholique de Louvain (Publications de l’Institut d’Études Médiévales, 25), 2010, p. 301-324 ; M. Lauwers, « De l’incastallamento à l’inecclesiamento… », art. cité, p. 315-338.

37 Une base de départ, à affiner cependant est fournie par Henri Diament dans The Toponomastic Reflexes of “Castellum” and “Castrum”. A Comparative Pan-Romanic Study, Heidelberg, Carl Winter, 1972 ; J. Vannérus, Le limes et les fortifications gallo-romaines de Belgique. Enquête toponymique, Bruxelles, Palais des Académies (Académie Royale de Belgique, Mémoires de la Classe des lettres, in-4°, 2e série, 11, fasc. 2), 1943.

38 Belgique, Pr. Namur, ardt. Philippeville, ct. Walcourt ; J.-P. Devroey, Le polyptyque…, op. cit., p. 30, 46.

39 Ibid., p. 23, 30, 44, 57.

40 Belgique, Pr. Namur, ardt. Philippeville, ct. Walcourt. A. Dierkens, L’implantation du christianisme dans les campagnes de l’Entre-Sambre-et-Meuse. Abbayes et paroisses ( viie- xie siècles), t. 3, Paroisses, annexes, bibliographie, partie inédite de la thèse de doctorat dirigée par Georges Despy, Université libre de Bruxelles, 1982, p. 722-725.

41 R. Brulet, « Fortifications de hauteur et habitat perché de l’Antiquité tardive au début du haut Moyen Âge, entre Fagne et Eifel », dans H. Steuer, V. Bierbrauer (dir.), Höhensiedlungen zwischen Antike und Mittelalter von den Ardennen bis zur Adria, Berlin/New York, Walter de Gruyter (Ergänzungsbände zum Reallexikon der Germanischen Altertumskunde, 58), 2008, p. 13-70.

42 Folcuin, notre seule source sur les événements de 880-882, se borne à indiquer que le castrum offrit une protection aux corps saints et aux populations. À la différence de son récit de l’attaque hongroise aucun miracle n’est invoqué pour justifier la « résistance », ce qui suggère que ce sont les populations qui assurèrent la défense de la place. La discrétion même de Folcuin n’est pas dénuée de sens chez un homme qui construit l’histoire de l’abbaye de Lobbes de manière fondamentalement différente de celle dont il avait usé pour évoquer l’histoire de l’abbaye de Saint-Bertin : N. Mazeure, La vocation mémorielle des actes…, op. cit., p. 149-245.

43 Folcuin, Gesta abbatum Lobbiensium, op. cit., ch. 25, p. 66 : Sed nostri non satis creduli… munire Tudinium temptant, quod Raginerus, suspectam habens Leodiensem militiam, iam pridem destruxerat ; sed misso rursus milite, prohibiti sunt munitionem firmare.

44 Die Urkunden Arnolfs, éd. par P. F. Kehr, Berlin, Weidmannsche Buchhandlung (Monumenta Germaniae Historica. Diplomata regum Germaniae ex stirpe Karolinorum, 3), 1940, no 64, p. 94-96.

45 Folcuin, Gesta abbatum Lobbiensium, op. cit., ch. 25, p. 66. Folcuin construit habilement sa phrase, puisque ecclesiae peut être à la fois le datif régi par fida et un génitif dépendant de militia.

46 J.-P. Devroey, Puissants et misérables. Système social et monde paysan dans l’Europe des Francs (vie-ixe siècles), Bruxelles, Académie royale de Belgique (Mémoire de la Classe des lettres. Collection in-8°), 2006, p. 153-165.

47 M. Hensch, « Neue archäologische Aspekte… », art. cité, p. 341-422.

48 J.-P. Devroey, Le polyptyque…, op. cit., p. 28-30 : liste courte rédigée vers 889 ; p. 43-46 : liste longue.

49 U. Nonn, Pagus und Comitatus…, op. cit., p. 146-147 ; C.-G. Roland, « Les pagi de Lomme et du Condroz… », art. cité, p. 35-44.

50 A. Dierkens, « Note sur un acte perdu du maire du palais Carloman pour l’abbaye Saint-Médard de Soissons (c. 745) », Francia, 12, 1984, p. 635-644 ; Id., « Hanzinne », dans Dictionnaire d’Histoire et de Géographie Ecclésiastiques, Paris, Letouzey et Ané, 1990, t. 23, col. 316-318.

51 Carte : J.-P. Devroey, Le polyptyque…, op. cit., p. xliii.

52 Ibid., p. 30.

53 Ibid., p. 44. La double localisation de Castillon s’expliquerait par la volonté de la communauté locale de se rattacher à la seule structure défensive opérationnelle proche, le castellum de Thuin. Cette volonté se serait manifestée après la rédaction de la liste courte et avant celle de la liste longue.

54 Vita Landelini abbatis Lobbiensis et Crispiniensis, éd. par W. Levison, Passiones vitaeque sanctorum aevi Merovingici, Hanovre/Leipzig, Hahnsche Buchhandlung (Monumenta Germaniae Historica. Scriptorum rerum Merovingicarum, 6), p. 441 : profectus est in pagum nuncupatum Hainou super fluvium Sambram situm qui ex nomine rivuli decurrentis in praefatum flumen vocatur Laubacus… construxit aliud monasterium in pago Sambreo nomine Alneo discretum a Laubaco tribus iuxta Sambram milibus. ; A. Dierkens, Abbayes et Chapitres…, op. cit., p. 91 ; L. Genicot, P. Tombeur, Index Scriptorum Operumque…, op. cit., t. 1, p. 153.

55 Folcuin, Gesta abbatum Lobbiensium, op. cit., ch. 1, p. 55-56 : Est locus, ubi intra terminos pagi, quem… iuniores a nomine praefluentis fluvii Haynau vocaverunt, et pago Sambrino Sambra fluens blanda et amoena ripa decurrit, quem hinc inde prominentibus collibus planicies quaedam et nemorum opacitas et oportunitas loci gratissimum reddit. In quo loco rivulus delabitur in Sambram, quem Laubacum vocant…

56 Sigebert de Gembloux, Gesta abbatum Gemblacensium, éd. par G. H. Pertz, Monumenta Germaniae Historica. Scriptores, t. 8, Hanovre, Hahnsche Buchhandlung, 1848, p. 536.

57 Hariulf, Vita sancti Arnulfi episcopo Suessionensi, éd. par J.-B. Sollerius et al., Acta Sanctorum, Augusti III, Paris, Victor Palmé, 1867, p. 234.

58 S. Bormans, E. Schoolmeesters, Cartulaire de l’église Saint-Lambert de Liège…, op. cit., t. 1, no xlviii, p. 81-84 :… si vero… contingerit villam de Alna transferri quantum terrarum in ea rusticos constiterit possidere, tantumdem fratres infra territorium de Sambrui mutuo dabunt. Une lecture Sambriu est donnée par Léopold Devillers dans son édition du même document comme annexe 1 bis de son « Mémoire sur un cartulaire et sur les archives de l’abbaye d’Aulne, suite et fin », Annales du Cercle archéologique de Mons, 5, 1864, p. 374.

59 Archives de l’État à Mons, Cartulaires, Cartulaire de l’abbaye de Lobbes, 33, f° 142.

60 Sources du droit rural du Quartier d’Entre-Sambre-et-Meuse, éd. par L. Génicot, M.-R. Allard, Bruxelles, Ministère de la Justice (Recueil des Anciennes Coutumes de la Belgique, Coutumes du Pays de Liège, 4), 1968, t. 1, xxv, Lobbes, 2, p. 430-431.

61 De fundatione et lapsu…, op. cit., ch. 2, p. 558 : in Sambrino usque Bermereias…

62 Ibid., ch. 12, p. 552 : in Sambrino pago.

63 Ibid., p. 554.

64 L’auteur du De fundatione et lapsu…, op. cit., ch. 6, p. 550 affirme même avoir vu, dans la « bibliothèque » de son abbaye des actes passés actum in castro Tudinio. Dans l’état du chartriercartulaire de Lobbes, il n’est pas possible de vérifier ces assertions qui, si elles étaient fondées (mais le document est partial) feraient du castellum préhistorique un centre administratif, à la manière de ce qui est attesté pour Huy. A. Joris, G. Despy, « Étude sur une charte privée rédigée à Huy en 866 pour l’abbaye de Cornelimünster », Bulletin de la Commission Royale d’Histoire, 126, 1960, p. 103-134.

65 Urkundenbuch der Reichsabtei Hersfeld, éd. par H. Weirich, Marburg, Elwertschen Buchhandlung (Veröffentlichungen der Historischen Kommission für Hessen und Waldeck, 19/1), 1936, no 37, p. 67 : Hec sunt urbes, que cum viculis suis et omnibus locis ad se pertinentibus decimationes dare debent ad sanctum Uvigberhdvm ad Herolvesfeld : Helphideburc, Niuuenburg, Altstediburg, Merseburg, Scrabenlababurg, Brunstediburg, Seoburg, Gerburgoburg, Vizenburg, Curnfirdeburg, Scidingeburg, Uuibineburg, Muchileburg, Gozzesburg, Cucunburg, Liudineburg, hunelebaburg ; item Vuibinaburg, Suemeburg ; 979 voir Die Urkunden Ottos i., éd. par T. Sickel, Hanovre, Hahnsche Buchhandlung (Monumenta Germaniae Historica, Diplomata regum et imperatorum Germaniae, 1), 1884, no 191, réédité no 60, p. 112-116 avec commentaire.

66 Mais si H. Brachmann, Der frühmittelalterliche…, op. cit., p. 81-86 voit une initiative comtale voire royale dans la création de ces fortifications, leur analyse typologique montre par leur diversité le rôle des communautés locales. Dans l’hypothèse de Brachmann, on aurait une collaboration intéressante entre pouvoir comtal et communautés locales, laquelle me semble impliquée aussi par la dénomination de pagus Sambriensis qui s’inclut dans la géographie administrative locale.

67 Folcuin, Gesta abbatum Lobbiensium, op. cit., ch. 16, p. 61. Voir n. 27.

68 J. Halkin, C.-G. Roland, Recueil des chartes…, op. cit., t. 1, no 165, p. 338-341 : Castellum itaque Longie, quod ad tuitionem totius terre nostre ab antecessoribus nostris viris utique prudentibus et religiosis edificatum est et necessariis custodibus ac vigiliis datisque multis et magnis possessionibus dilgenter ordinatum, quoniam fere totum collapsum erat et raris inhabitatoribus incolebatur… ; voir J. Yernaux, Histoire du comté de Logne. Étude sur le passé politique, économique et social d’un district ardennais, Liège/Paris, E. Droz (Bibliothèque de la Faculté de Philosophie et Lettres de l’Université de Liège, 77), 1937, p. 18-25 et N. Schroeder, Les hommes et la terre de saint Remacle. Histoire sociale et économique de l’abbaye de Stavelot-Malmedy, viie- xive siècle, Bruxelles, Éditions de l’université de Bruxelles (Histoire), 2015, p. 100 et 186-189. Cet acte sera mis en œuvre dans notre autre contribution portant sur les relations entre la fortification de Thuin et l’abbaye de Lobbes aux xie et xiie siècles.

69 J.-P. Devroey, Le polyptyque…, op. cit., p. cix-cxi.

70 F. Mouthon, Les communautés rurales en Europe au Moyen Âge. Une autre histoire politique du Moyen Âge, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2014, p. 16-36 ; J.-P. Devroey, Puissants et misérables, op. cit., p. 146-153, 450-451.

71 Liber possessionum Wiziburgensis, éd. par C. Dette, Mayence, Verlag der Gesellschaft für mittelrheinischen Kirchengeschichte (Quellen und Abhandlungen zur mittelrheinischen Kirchengeschichte, 59), 1987, p. 105, 108 par exemple : partem suam de sepe facere et quando opus est dominicum edificium meliorare, 109, 110, 111, 112, 130, 136, 146, 155. Id., « Die Grundherrschaft Weissenburg im 9. und 10. Jahrhundert im Spiegel ihrer Herrenhöfe », dans W. Rösener (dir.), Strukturen der Grundherrschaft in frühen Mittelalter, Gottingue, Vandenhoeck & Ruprecht (Veröffentlichungen des Max Planck Instituts für Geschichte, 92), 1993, p. 181-199.

72 A. Schäfer, « Mauerbaupflicht fränkischer Königsleute zu Ladenburg und an der karolingerzeitlichen Ringwallanlage “Heidenlöcher” bei Deidesheim », Zeitschrift für die Geschichte des Oberrheins, 113, 1965, p. 429-435.

73 Das Polyptychon von Saint-Germain-des-Prés. Studienausgabe, éd. par D. Hägermann, Cologne, Böhlau, 1993, p. 95 : Claudunt in curte dominica de tunino perticas. iiii . in prato perticas. iiii . de sepe, ad messem vero quantum sufficit. Ibid., p. 113 : Claudit in curte dominica de tunino parietem. i ., ad messes perticas iiii .

74 Une illustration suggestive est donnée par la maquette de l’habitat privilégié de Méaulte dans J. Burnouf, I. Catteddu, Archéologie du Moyen Âge, Rennes, Ouest-France/Inrap, 2015, p. 50.

75 Folcuin, Gesta abbatum Lobbiensium, op. cit., ch. 25, p. 66.

76 B. Diestelkamp, « Quellensammlung zur Frühgeschichte der deutschen Stadt », dans C. Van De Kieft, J. F. Niermeyer (dir.), Elenchus fontium historiae urbanae, volumen primum, Leyde, Brill (Acta collegii historiae urbanae societatis historicorum internationalis), 1967, no 9, p. 43-44 ; G. Bönnen, « Stadttopographie, Umlandbeziehungen und Wehrverfassung : Anmerkungen zu mittelalterlichen Mauerbauordnungen », dans M. Matheus (dir.), Stadt und Wehrbau im Mittelrheingebiet, Stuttgart, Franz Steiner (Mainzer Vorträge, 7), 2003, p. 21-45 ; L. Carlen, « Die Stadtmauer im Recht », dans Stadt und Landmauern, t. 1, Beiträge zum Stand der Forschung, Zürich, Institut für Denkmalpflege an der Eidgenössische Technische Hochschule, 1994, p. 15-22.

77 M. Innes, State and Society in the Early Middle Ages. The Middle Rhine Valley, 400-1000, Cambridge, Cambridge University Press, 2000, p. 162-164 ; voir aussi pour une appreciation plus large : G. Bönnen, « Stadttopographie, Umlandbeziehungen… », art. cité, p. 21-45.

78 Die Urkunden Ottos I., éd. par T. Sickel, Hanovre, Hahnsche Buchhandlung (Monumenta Germaniae Historica. Diplomatum regum et imperatorum Germaniae, 1), 1884, no 287 : Unde pro statu et incolumitate regni vel imperii nostri,… statuimus et iubemus, ut servi vel lidi vel coloni vel qui dicuntur fiscales vel censuales qui in proprietate beati Petri apostolorum principis in abbatia Uuizinburg vel ubicumque commorantur et habitant, seu ad opus monachorum deserviant seu fidelibus nostris beneficiales existant, ad nullam aliam civitatem vel castellum muniendum ab aliquo cogantur vel distrigantur, nisi tantum ad idem praescriptum monasterium quod nos ob amorem Dei et pro remedio animae nostrae in suam, ut ab antiquis, dignitatem restituimus, ut illud muniant et custodiant et ad iussum abbatis Erkanberti qui eidem monasterio modo praeesse videtur, vel successorum eius vel advocati aut ministrorum eius ad hoc opus moneantur et distringantur.

79 Folcuin, Gesta abbatum Lobbiensium, op. cit., ch. 25, p. 66.

80 Ibid., ch. 41, p. 73.

81 D. Ingels, « Thuin. Redécouverte de la collégiale », Chronique de l’Archéologie wallonne, 6, 1998, p. 44-45.

82 J.-P. Devroey, Le polyptyque…, op. cit., p. 5.

83 J.-P. Devroey, « Corvées de labour… », art. cité, p. 98-100.

84 J.-P. Devroey, Le polyptyque…, op. cit., p. 5 et Id., « Corvées de labour… », art. cit.

85 Sources du droit rural…, op. cit., t. i, xxxv, Lobbes, 1, p. 428-430. Jumet : Belgique, Pr. Hainaut, ardt. Charleroi, ch. l. ct. ; Gilly : Hainaut, ardt. et ct. Charleroi ; Leernes : Hainaut, ardt. Charleroi, ct. Fontaine-l’-Evêque ; Aulne : Hainaut, Thuin, dépendance de Gozée ; Ragnies : Hainaut, ardt et ct. Thuin ; Thuillies : Hainaut, ardt. et ct. Thuin. ; Castillon : Pr. Namur, ardt Philippeville, ct. Walcourt ; Viscourt : Pr. Namur, ardt. Philippeville, ct. Walcourt, dép. Clermont ; Strée : Pr. Hainaut, ardt. et ct. Thuin ; Clermont : Pr Namur, ardt. Philippeville, ct. Walcourt ; Fontaine-Valmont : Pr. Hainaut, ardt Thuin, ct. Merbes-le-Château.

86 Die Urkunden Ottos I., op. cit., no 53 ; J.-L. Kupper, Liège et l’Église impériale xie- xiie siècles, Paris, Les Belles Lettres (Bibliothèque de la Faculté de Philosophie et Lettres de l’Université de Liège, 228), p. 422.

87 J. Vos, Lobbes, son abbaye et son chapitre ou histoire complète du monastère de Saint-Pierre à Lobbes et du Chapitre de Saint-Ursmer à Lobbes et à Binche, Louvain, Ch. Peeters, 1865, t. 1, p. 294.

88 J. Warichez, L’abbaye de Lobbes, depuis les origines jusqu’en 1200. Étude d’histoire générale et spéciale, Louvain/Paris, Casterman (Université de Louvain. Recueil de travaux publiés par les membres des conférences d’histoire et de philologie, 24), 1909, p. 226-227.

89 A. Dierkens, Abbayes et chapitres…, op. cit., p. 122-123.

90 G. Weyn, « Les avoués de Thuin. Contribution à l’histoire de l’abbaye de Lobbes et des seigneurs de Marchienne, Mont-sur-Marchienne et Montigny-le-Tilleul », Documents et rapports de la Société paléontologique et archéologique de Charleroi, 58, 1979-1981 (1982), p. 73-168.

91 Belgique, Pr. Hainaut, ardt. Thuin, ct. Binche.

92 Hantes-Wihéries : Pr. Hainaut, ardt. Thuin, ct. Merbes-le-Château.

93 G. Weyn, « Les avoués de Thuin… », art. cité, p. 89.

94 J. Warichez, L’abbaye de Lobbes…, op. cit., p. 226 ; A. Dierkens, Abbayes et chapitres…, op. cit., p. 123.

95 Belgique, Pr. Hainaut, ardt. et ct. Thuin.

96 Belgique, Pr. Namur, ardt. Philippeville, ct. Walcourt ; C. Hennuy, « Le domaine de Viscourt », Publications trimestrielles du Centre d’Histoire et d’Art de Thudinie, avril-juin 1975, p. 3-8.

97 Belgique, Pr. Hainaut, ardt. et ct. Thuin ; dont J.-P. Devroey écrivait « nous avons interprété les blancs qui figurent dans la description du domaine de Donstiennes comme autant de signes de l’absence de contrôle de cette possession par l’abbaye en 868-869. La situation s’est-elle redressée par la suite ? Il ne semble pas : les bulles de confirmation du xiie siècle ignorent Donstiennes et rattachent Ossogne à Thuillies. On assiste donc à Donstiennes à une éviction, sans doute rapide, de l’abbaye, sans que l’on puisse déterminer avec précision ses causes et son bénéficiaire ». J.-P. Devroey, Recherches sur l’histoire rurale du haut Moyen Âge 800-1050. Les polyptyques de Saint-Remi de Reims et de Saint-Pierre de Lobbes, thèse dirigée par Georges Despy, université libre de Bruxelles, 1982, annexe 1, p. 546. L’acte épiscopal de 1164, comme les bulles du xiie siècle, confirment ainsi les doutes que soulèvent déjà les documents carolingiens.

98 A. Dierkens, Abbayes et chapitres…, op. cit., p. 120 ; J.-P. Devroey, Le polyptyque…, op. cit., p. xcii.

99 Belgique, Pr. Hainaut, ardt. Charleroi.

100 A. Hansay, « Chartes de l’ancienne abbaye de Lobbes », Bulletin de la Commission Royale d’Histoire, 5e série, x, 1900, p. 84-85.

101 Ibid.

102 J.-P. Devroey, Le polyptyque…, op. cit., p. xxix-xxx, xlii-xliv, lxxxviii-lxxxix ; U. Nonn, Pagus und Comitatus…, op. cit., p. 146.

103 J.-P. Devroey, Le polyptyque…, op. cit., p. 34-35 ; U. Nonn, Pagus und Comitatus…, op. cit., p. 146-147.

104 J.-P. Devroey, Le polyptyque…, op. cit., p. 32, 34, 35 ; U. Nonn, Pagus und Comitatus…, op. cit., p. 121-132.

105 J.-L. Kupper, Liège et l’Église impériale…, op. cit., p. 421-445.

106 Die Urkunden Otto des ii., éd. par T. Sickel, Hannovre, Hahnsche Buchhandlung (Monumenta Germaniae Historica. Diplomata regum et imperatorum Germaniae, 2), 1893, no 210.

107 Ibid., no 45.

108 H. Zimmermann (éd.), Papstregesten 911-1024, 2e éd., Vienne, Böhlau, 1998, p. 189 no BZ 610 [= J. F. Böhmer, Regesta Imperii herausgegeben von der Kommission für die Neubearbeitung der Regesta Imperii bei der österreichischen Akademie der Wissenschaften und der deutschen Kommission für die Bearbeitung der Regesta Imperii, t. 2, Sächsische Zeit. Fünfte Abteilung] ; Papsturkunden 896-1046, éd. par H. Zimmermann, t. 1, 898-996, Vienne, Österreichische Akademie der Wissenschaften (Philosophisch-Historische Klasse. Denkschriften, 174), 1984, no 275, p. 540-541 ; sur ce document, M. de Waha, « Le manuscrit civ. Rep. ii 69 de l’Universitätsbibliothek Leipzig, la ‘ Vita Wichberti’ (BHL 8882) et les ‘ Gesta Abbatum Gemblacensium’de Sigebert de Gembloux », dans J.-P. Straus (éd.), Sigebert de Gembloux. Actes des journées « Sigebert de Gembloux », Bruxelles-Gembloux 5 et 6 octobre 2012, Turnhout, Brepols (Textes et Études du Moyen Âge, 79), 2015, p. 117-156 et spécialement p. 150-151.

109 J.-L. Kupper, Liège et l’Église impériale…, op. cit., p. 422-525.

110 L. Génicot, « Sur le vocabulaire et les modalités de l’avouerie avant l’an mil dans la Belgique actuelle », dans L’avouerie en Lotharingie, Actes des 2es journées lotharingiennes, 22-23 octobre 1982, Centre universitaire de Luxembourg, Luxembourg, Joseph Beffort (Publications de la Section historique de l’Institut Grand-Ducal de Luxembourg, 98), 1984, p. 23, 27-29.

111 Folcuin, Gesta abbatum Lobbiensium, op. cit., ch. 41, p. 73.

112 R. Deprez, « La politique castrale dans la principauté épiscopale de Liège du xe au xive siècle », Le Moyen Âge, 65, 1959, p. 501-538 est trop largement tributaire de ces sources tardives.

113 G. Kurth, Notger de Liège et la civilisation au xe siècle, t. 2, Appendices, Paris, Alphonse Picard, 1905, p. 12, ch. 6 : Tuinum castrum fecit et communivit in defentionem marchie episcopalis et protectionem Lobiensis ecclesie. Sur l’auteur probable, le chanoine Reimbald de Dongelberg et la date de l’œuvre, 1140, voir J.-L. Kupper, « Note sur une ‘Vie de l’évêque de Liège Notger’ », dans Retour aux sources. Textes, études et documents d’histoire médiévale offerts à Michel Parisse, Paris, Picard, 2004, p. 913-916.

114 De fundatione et lapsu…, op. cit., ch. 12, p. 554 : Evracro succedens Nothgerus episcopus – et successu meliore-magnis firmis iterum muris et turribus firmis Tudinium munivit et firmavit, quod firmum manet usque in hodiernum diem. Sur l’œuvre : A. Dierkens, « Entre Cambrai et Liège : l’abbaye de Lobbes à la fin du xie siècle », dans M. Maillard-Luypaert, J.-M. Cauchies (dir.), Autour de la Bible de Lobbes (1084). Les institutions. Les hommes. Les productions, Bruxelles, Facultés universitaires Saint-Louis (Centre de recherches en histoire du droit et des institutions. Cahier, 28), 2007, p. 17 ; GT, 3, vol. 2, p. 163-164 ; Narrative Sources, D 014. La date vraisemblable de composition de l’œuvre ne permet pas de considérer l’information comme indépendante de celle de la Vita Notkeri.

115 G. Mora-Dieu, « Questionnements autour de l’an mil : essai sur les fortifications notgériennes », Bulletin de l’Institut archéologique liégeois, 119, 2015, p. 5-70.

116 A. Dierkens, Abbayes et chapitres…, op. cit., p. 82 et note 107.

117 À titre de comparaison, ouvrant suggestions et questions, invitant à la fouille : M. Hensch, « Neue archäologische Aspekte… », art. cité, p. 341-422.

118 Voir les réserves de J.-P. Devroey, Le polyptyque…, op. cit., p. lxxxii-lxxxiv et l’appréciation de A. Dierkens, « Entre Cambrai et Liège… », art. cité, p. 14-17.

119 À titre de seul exemple, parmi bien d’autres, J. Burnouf, I. Catteddu, Archéologie du Moyen Âge, op. cit.

120 Sur cette notion : M. de Waha, « “Oppida quaedam ipsorum novitia” : des fortifications lotharingiennes », dans M. Gaillard et al. (dir.), De la mer du Nord à la Méditerranée. Francia Media. Une région au coeur de l’Europe (c. 840-c. 1050). Actes du colloque international (Metz, Luxembourg, Trèves, 8-11 février 2006), Luxembourg, CLUDEM, 2011, p. 208.

121 J.-P. Devroey, Puissants et misérables…, op. cit., p. 507-512.

122 M. de Waha, N. Schroeder, J. Verdoot, « Multi et magnifici viri qui de castello deservire tenentur. Groupes militaires et ascension sociale à Thuin-Lobbes et Savelot-Malmedy », à paraître dans N. Ruffini-Ronzani, J.-F. Nieus, E. Renard (dir.), Nouveaux regards sur l’avouerie. Les avoués des abbayes et des sièges épiscopaux entre Loire et Rhin (fin ixe-milieu xiiie siècle), Turnhout, Brepols, 2017 et les mêmes « Tudimiensis castellanus quod adjacet nobis, castri totam prefecturam abbatiae debet tenere in manu sua. Les relations tumultueuses de l’abbaye de Lobbes et du châtelain de Thuin », à paraître dans la Revue bénédictine.

123 M. de Waha, « Le sauvement… », art. cité, p. 97-122.

124 F. Mouthon, Les communautés rurales…, op. cit., p. 23.

125 S. Bormans, Recueil des ordonnances de la Principauté de Liège. Première série, 974-1506, Bruxelles, Gobbaerts (Commission Royale pour la Publication des anciennes Lois et Ordonnances de la Belgique), 1878, p. 21-22. M. de Waha, « Château et village : le gui et le chêne ? », dans J.-M Yante, A.-M. Bultot-Verleysen (dir.), Autour du « village »…, op. cit., p. 422-425.

126 A. Hansay, « Chartes de l’ancienne abbaye de Lobbes… », art. cité, p. 91 : Si advocatus (sic) opus est gente sua pro guerra propria, homines qui arcum et gladium ferre poterunt in expeditionem suam proficiscentur et ab hora qua in terram advocati venerint, si opus fuerit, eidem deservient ad expensas suas per tres dies ; tertia vero die poterunt reverti.

127 Voir note précédente et J.-M. Cauchies, F. Thomas (dir.), Chartes-lois en Hainaut (xiie- xive siècle). Édition et traduction, Mons, Hannonia (Analectes d’histoire du Hainaut, 9), 2005, p. 164-168.

128 Sources du droit rural…, op. cit., t. I, xxv, Lobbes, 2, p. 430-431.

129 J.-M. Cauchies, « Service du seigneur et service du comte : ost et chevauchée dans les chartes de franchises rurales du Hainaut (xiie-xiiie siècles) », dans Guerre, pouvoir, principauté, Bruxelles, Facultés universitaires Saint-Louis (Centre de recherches en histoire du droit et des institutions. Cahier, 18), 2002, p. 37-51.

130 Ibid., p. 101.

131 Le titre de l’ouvrage relève d’une conception dépassée. Toute agglomération appelée ville n’est pas nécessairement urbaine. L’ouvrage concerne essentiellement les franchises rurales : C.-J. Joset, Les villes au Pays de Luxembourg (1196-1383), Bruxelles-Louvain (Université de Louvain, Recueil de travaux d’histoire et de philologie. 3e série, 5), 1940.

132 Insérée dans les Gesta Abbatum Lobbiensium continuata, ch. 9, éd. par W. Arndt, Monumenta Germaniae Historica. Scriptores, t. 21, Hanovre, Hahnsche Buchhandlung, 1869, p. 313 ; ce document est analysé dans notre étude complémentaire. Voir aussi le De origine et lapsu…, op. cit., ch. 11, p. 553 : abbas sub episcopo habet homines sibi confiscatos.

133 M. de Waha, « Le sauvement… », art. cité, p. 97-122.

134 J.-L. Kupper, Liège et l’Église impériale…, op. cit., p. 212-234.

135 J. Halkin, C.-G. Roland, Recueil des chartes…, op. cit., t. 1, no 286, p. 531-533.

136 E. Linck, Sozialer Wandel in klösterlichen Grundherrschaften des 11. bis 13. Jahrhunderts. Studien zu den familiae von Gembloux, Stablo-Malmedy und St. Trond, Gottingue, Vandenhoeck & Ruprecht (Veröffentlichungen des Max-Planck Instituts für Geschichte, 57), 1979, p. 67-73.

137 M. Colardelle, E. Verdel (dir.), Les habitats du lac de Paladru (Isère) dans leur environnement, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme (Documents d’Archéologie française, 40), 1993 ; Id., Chevaliers-Paysans de l’an mil au lac de Paladru, Paris-Grenoble, Errance, 1993.

138 J.-P. Devroey, Le polyptyque…, op. cit., p. cx.

139 Gesta Abbatum Lobbiensium continuata, op. cit., ch. 11, p. 314-316.

140 M. de Waha, « Le sauvement… », art. cité, p. 114-117.

© Éditions de la Sorbonne, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540