Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Penser la paysannerie médiévale, un défi impossible ?

 | 
Alain Dierkens
, 
Nicolas Schroeder
, 
Alexis Wilkin

Penser la domination : statut des personnes

Du chevage et de la ministérialité en Hesbaye

À propos d’une charte des environs de l’an Mil

Jean-Louis Kupper

Volltext

  • 1 Lettre du prince-évêque de Liège au roi de France (1328) : Jean de Hocsem, Chronicon, lib. ii, ch. (...)

[Nobilium] nonnulli feodales ecclesie ratione feodi episcopo quidam in domo, quidam extra exhibere ministeria certa tenentur1.

  • 2 G. Duby, L’économie rurale et la vie des campagnes dans l’Occident médiéval (France, Angleterre, E (...)

1Voici quelques dizaines d’années, Georges Duby, évoquant les cens annuels, – qu’ils soient en piécettes d’argent voire en cire d’abeille –, pesant sur la tête ou « chef » de certains « dépendants », d’où le nom de « chevage » (census capitis) donné à cette redevance, observait qu’il s’agissait de « la plus précoce des perceptions qui s’instituèrent dans la seigneurie domestique », puis ajoutait : « l’histoire de toutes ces perceptions demeure encore assez mal connue. On ne discerne pas avec précision le moment où elles pénétrèrent dans la coutume. Le chevage existait certainement au xe siècle, et paraît de pratique plus ancienne encore »2.

2La prudence du propos, comme nous allons le voir, était appropriée.

  • 3 L. Verriest, Le servage dans le comté de Hainaut. Les sainteurs. Le meilleur catel, Bruxelles, Hay (...)

3Depuis les travaux de Léo Verriest, bien antérieurs à ceux de Georges Duby, la question, pourtant, semblait résolue. Il paraissait clair, en effet, que le « chevage », payable chaque année à une date déterminée, très souvent le jour même de la fête de tel saint protecteur, dans un endroit, lui aussi, bien déterminé, de préférence sur l’autel de l’église dédiée à ce même saint, était la redevance la plus caractéristique des individus dénommés « sainteurs » ou « tributaires d’église », car par ce geste, effectué dans le cadre d’une seigneurie ecclésiastique, ils se plaçaient sous la protection du saint et de son église. Cet « assainteurement », obtenu grâce au versement d’un cens modique de quelques deniers d’argent, ne comportait aucune charge servile : échappant à la taille et à la corvée, disposant librement de ses biens, le sainteur ainsi défini demeurait un homme libre. En dehors du cens, dont le caractère symbolique et récognitif était évident, le dépendant n’était redevable de rien. Le cens avait donc pour objet essentiel celui de rappeler, d’année en année, l’existence d’un fil de subordination et d’éviter que ce dernier se rompît et que cette rupture générât la prescription3.

  • 4 L. Genicot, L’économie rurale namuroise au bas Moyen Âge, t. 3, Les hommes. Le commun, Louvainla-N (...)

4Étudiant les origines du chevage dans l’espace namurois, Léopold Genicot en relevait l’existence dès l’époque carolingienne, dans les domaines de l’abbaye de Lobbes, et tenait cette institution pour une marque de dépendance en même temps qu’une garantie de sécurité : le cens était de nature à rappeler au maître son devoir de protection, voire de sollicitude vis-à-vis du censitaire. Dans le cas présent, on serait devant une forme de paternalisme seigneurial4.

  • 5 J.-P. Devroey, Puissants et misérables. Système social et monde paysan dans l’Europe des Francs ( (...)

5Cela dit, que notre propos soit clair : le « chevage » ou « capitation » ne concernait pas uniquement les sainteurs, créés par une soumission volontaire, gage de protection et de sécurité. Il pouvait également devenir le statut d’anciens serfs affranchis qui, de la sorte, maintenaient un lien, ténu certes mais bien réel, avec leur ancien patron5. Il concernait aussi, comme nous allons le voir, les fiscalini, c’est-à-dire des hommes et des femmes installés sur des fiscs ou domaines royaux.

*

  • 6 Dommartin : Belgique, prov. de Liège, arr. de Waremme, comm. de Saint-Georges-sur-Meuse.
  • 7 Nous publions ce document en annexe.

6Par un acte non daté, délivré dans les environs de l’an Mil, un certain Adalbert, fils d’Herman, exécutant les volontés de son défunt père, donnait à l’église de Saint-Martin sur le Publémont, dans la cité de Liège, tout ce qu’il possédait dans la villa de Dommartin en Hesbaye6. À savoir : Unibert avec son praedium et son épouse ; Gohelt avec ses enfants ; Albold avec son praedium et son épouse ; Egehart avec ses enfants ; Tritbert avec son épouse Gérarde. Eux tous, conformément à « la stricte loi fiscale » (recta fiscalina lex), devront verser la somme de quatre deniers, qui correspond, comme nous le verrons, à un « cens capital », entendez : un « chevage » ou une « capitation ». En dehors de cette obligation « ils feront ce qu’ils voudront comme s’ils étaient libres ». La donation fut effectuée « de manière légitime » en présence d’un certain Arnoul, qui assuma pour l’heure les fonctions d’avoué, avec le témoignage de deux garants, Elbert et Baudouin, et de neuf personnes parmi lesquelles un prévôt du nom de Lambert, un doyen Agebold et un coûtre Bernon. Le document se clôture par la souscription d’un notaire dénommé Hardulfe qui déclare agir sur l’ordre de Notger7.

  • 8 J.-L. Kupper, dans S. Weinfurter, O. Engels (dir.), Series episcoporum Ecclesiae catholicae occide (...)

7La mention du « seigneur Notger vénérable évêque », qui n’est évidemment nul autre que l’évêque de Liège, nous autorise, dès à présent, à dater la charte des années 972-1008, qui correspondent au début et à la fin de son épiscopat8. Nous verrons plus loin qu’il est possible d’encore resserrer ces termini chronologiques.

  • 9 Par Julien Delaite. Voir sur ce point l’étude d’Édouard Poncelet citée note suivante, qui fait lit (...)

8La véracité du document fut naguère contestée, encore qu’elle l’ait été avec légèreté9.

  • 10 É. Poncelet dans Jacques de Hemricourt, Œuvres, éd. par C. de Borman, A. Bayot, É. Poncelet, Bruxe (...)
  • 11 Voir les chartes d’assainteurement de l’abbaye hesbignonne de Saint-Trond, au Nord-Ouest de Saint- (...)

9Au terme d’une critique diplomatique plus rigoureuse, prenant en compte le formulaire du document, son auteur, les garants, les témoins et la souscription notariale assortie de la jussio de l’évêque Notger, Édouard Poncelet démontra que le document était vrai et que « rien dans le texte de cette charte, ni dans les redevances serviles qu’elle concède à l’église de Saint-Martin, ne permet d’en suspecter la véracité ; au contraire, tout, dans sa rédaction et dans ses détails, doit la faire accepter comme parfaitement sincère10 ». Aux observations d’Édouard Poncelet nous ajouterons que la comparaison de l’acte avec des documents similaires des xe et xie siècles renforce l’impression de véracité : il est bel et bien conforme aux usages diplomatiques des alentours de l’an Mil11.

  • 12 Le prévôt Lambert, le doyen Agebold et le coûtre Bernon sont fort vraisemblablement les dignitaire (...)

10Quant aux personnages mentionnés dans la charte – en dehors de l’évêque Notger et des dignitaires ecclésiastiques cités qui appartiendraient à la nouvelle collégiale liégeoise de Saint-Martin-en-Publémont12 –, ils n’entrent pas en discordance avec ce que l’on sait des réalités historiques de la fin du xe ou du début du xie siècle. Observons également le radical « -bert » qui indique qu’Unibert et Tietbert étaient peut-être des frères ou, à tout le moins, des agnats. Ce même radical réapparaît dans la liste des garants et des témoins de l’acte : Elbert, Eilbert et Gislebert ; ici encore, on perçoit un indice de parenté.

  • 13 Leodicensis episcopus lx [loricatos] mittat cum Hermanno aut Ammone (K. Uhlirz, Jahrbücher des Deu (...)

11L’auteur du document, Adalbert, n’est pas connu par ailleurs. En revanche son père, Herman, pourrait faire l’objet d’une identification significative. Peut-être s’agit-il de cet Herman qui fut pressenti, en 981, (selon l’Indiculus loricatorum, spécifiant l’importance de l’effort militaire des grands seigneurs de l’Empire), pour conduire jusqu’en Italie, auprès de l’empereur Otton II, un contingent de 60 loricati ou « cavaliers lourds » fournis par l’évêque de Liège Notger13. Or, ainsi que nous le verrons plus loin, cette identification n’est en rien hasardeuse. Par ailleurs, si notre hypothèse s’avérait exacte, elle nous autoriserait à situer le document entre l’année 981, date à laquelle le dénommé Herman était donc toujours en vie, et l’année 1008, correspondant au décès de l’évêque Notger.

  • 14 Arnulphus qui vice advocati illam traditionem recepit. Qu’elle reçoive ou qu’elle donne, une églis (...)
  • 15 A. Dierkens, Abbayes et chapitres entre Sambre et Meuse ( viie -xie siècles). Contributions à l’hi (...)
  • 16 Il est fort probable qu’il s’agisse du même personnage que l’Arnulfus marchio mentionné dans la li (...)
  • 17 Le comté de Haspinga (Hesbaye) occupait l’espace compris entre la Meuse et le Geer, à l’ouest de L (...)
  • 18 J.-L. Kupper, Liège et l’Église impériale. xie-xiie siècles, Paris, 1981, p. 120, 509 ; Id., « La (...)
  • 19 Voir, par exemple, Ch. Piot (éd.), Cartulaire de Saint-Trond…, op. cit., t. 1, no 8, p. 13-14 (déb (...)

12Un autre personnage mentionné dans l’acte retiendra l’attention. Il s’agit d’Arnulphe ou Arnoul qui intervint en lieu et place de l’avoué dans la « tradition » des censitaires de Dommartin14. Dans les parages politiques de Notger, nous avons repéré trois seigneurs laïcs – car l’avoué était alors nécessairement laïc –, portant ce prénom et pouvant dès lors entrer en ligne de compte : Arnoul Ier de Florennes († 1002-1003), puissant seigneur de l’Entre-Sambreet Meuse15, le comte Arnoul de Valenciennes († 1012) qui appartenait au groupe des fidèles de l’empereur16, ou encore le comte Arnoul de Haspinga († av. 1040)17, frère de l’évêque Baldéric II, successeur de Notger18. Même si nous ne sommes pas en mesure d’accorder notre préférence à l’une ou l’autre de ces identifications, il reste que ces personnages, quels qu’ils soient, faisaient alors partie de la constellation politique des Otton ou, ce qui revient pratiquement au même, de celle de l’évêque Notger. Quoi qu’il en soit, l’intervention, à titre d’avoué, d’un de ces trois Arnoul est parfaitement idoine et renforce, elle aussi, la conviction que nous sommes en présence d’un document vrai. Quant au notarius Hardulf, qui instrumente sur l’ordre de Notger, il procède en conformité avec la tradition diplomatique de ce temps19.

  • 20 Sur les affectations successives de l’église du Publémont, voir J.-L. Kupper, « Les origines de la (...)

13Il nous reste à dire que la charte d’Adalbert comporte la première mention connue de la collégiale liégeoise de Saint-Martin-en-Publémont, bénéficiaire de la donation : cette église « de hauteur », fondée en 965 par le prédécesseur immédiat de Notger, l’évêque Eracle (959-971), eut au départ pour vocation celle de devenir la nouvelle cathédrale Sainte-Marie et Saint-Lambert de Liège ; le projet d’Eracle fut abandonné quelques années plus tard par Notger qui décida de réédifier la cathédrale dans la vallée, à son emplacement primitif ; les constructions, inachevées sans doute, du Publémont furent alors réaffectées à la fondation d’un chapitre de chanoines dédié à Saint-Martin. Nous y reviendrons20.

*

14Cela dit, quelle fut la portée de la donation d’Adalbert, visiblement encouragée par l’évêque Notger ?

  • 21 Georges Duby observe avec raison qu’en dessous de la somme de quelques sous – le sou, rappelons-le (...)
  • 22 Unibertus cum praedio suo […] Et Alboldus itidem cum praedio.
  • 23 Sur le sens du mot praedium, synonyme du mot allodium, voir les remarques de L. Genicot, L’économi (...)
  • 24 Étant bien entendu que, conformément au proverbe selon lequel les petits ruisseaux font les grande (...)

15Au premier abord, la générosité du donateur paraît mesquine. Quelques dizaines de deniers versés annuellement ne représentaient pas, pour une collégiale, un revenu bien considérable21. Les censitaires Unibert et Albold, il est vrai, étaient l’un et l’autre en possession d’un praedium22, c’est-à-dire, à ce qu’il semble, de morceaux de la villa primitive de Dommartin23. Mais tout indique qu’Unibert et Albold restaient propriétaires de ces biens qu’ils possédaient donc en alleu : cela reviendrait à dire que l’église Saint-Martin de Liège, en dehors d’une possession indirecte, et même purement fictive, ne percevrait pas le moindre revenu sur ces terres, en dehors bien sûr des quelques deniers récognitifs pesant exclusivement sur les têtes24.

16Si, économiquement parlant, la donation d’Adalbert à Saint-Martin de Liège n’était guère substantielle, fut-elle pour autant dénuée de toute importance ? Ne pouvait-elle pas revêtir une signification qui, au premier abord, nous échapperait ?

  • 25 Ce que Léo Verriest martelait avec conviction : ibid., p. 211-212. Georges Duby, lui aussi, entend (...)

17Il est intéressant d’observer que les hommes et les femmes de Dommartin cédés par Adalbert resteraient « libres » et auraient le droit de « faire ce qu’ils voudront » dès lors qu’ils auraient versé le cens de quatre deniers. Cette particularité est conforme à ce que nous savons déjà des sainteurs et des individus soumis au chevage qui n’étaient donc pas serfs mais bel et bien libres… tout en restant, malgré tout, dépendants25. Toute symbolique fût-elle, cette dépendance, en elle-même, pouvait se révéler fort utile puisqu’elle maintenait dans l’orbite d’un grand seigneur foncier sinon une véritable main d’œuvre, du moins un potentiel humain qui pourrait, tôt ou tard, d’une manière ou d’une autre, s’avérer fort précieux.

18Il était même avantageux pour une église de disposer en permanence de moyens de persuasion, voire de pression, sur des hommes et, le cas échéant, d’exercer sur eux la puissance judiciaire, le redoutable droit de punir, puisque le chevage les plaçait sous la juridiction de leur « patron », que ce dernier soit saint au Ciel ou seigneur sur terre.

19Par ailleurs, offrir à la collégiale Saint-Martin des censitaires issus de Dom-Martin en Hesbaye – geste qui ne pouvait être le fruit d’un pur hasard – c’était, de la part d’Herman et de son fils Adalbert, honorer l’apôtre des Gaules et participer à son rayonnement, au départ du nouveau sanctuaire de la cité liégeoise. Dans cette donation, la part de l’immatériel, à tout prendre, ne fut sans doute pas négligeable.

20Telles sont bien les particularités, toujours complexes, souvent mystérieuses et parfois oscillantes, de la société et de la mentalité médiévales.

21Cela dit, nous ne pensons pas avoir, d’ores et déjà, répandu sur l’événement toute la clarté souhaitable.

*

22À ce stade de l’enquête, en effet, il est nécessaire de formuler deux observations.

  • 26 Voir, sur ce point, J.-G. Schoonbroodt (éd.), Inventaire analytique et chronologique des chartes d (...)
  • 27 D. Van Derveeghde (éd.), Le polyptyque de 1280 du chapitre de la cathédrale Saint-Lambert à Liège,(...)
  • 28 14 deniers dus par le desservant de la chapelle ; 20 deniers dus par les Templiers de Haneffe ; 10 (...)
  • 29 Le texte précise que cette seconde part fut attribuée Deo servientibus per aecclesias et per monas (...)
  • 30 Anselme, Gesta episcoporum Leodiensium, ch. 29, éd. par R. Koepke, Monumenta Germaniae Historica. (...)

23Après l’an Mil, pour autant que nous le sachions, il n’est plus question, dans les archives de la collégiale Saint-Martin, de l’un ou l’autre chevage prélevé dans la villa de Dommartin26. Or il ne semble pas que ces droits se soient estompés avant de se volatiliser. Il est plus vraisemblable qu’ils rejoignirent assez tôt le patrimoine de la cathédrale Saint-Lambert de Liège : dans le Polyptyque établi par cet établissement vers 1300, apparaissent effectivement, sous la rubrique apud Dont Martin, quelques revenus exclusivement libellés en deniers d’argent27. La somme de ces cens est relativement faible : elle ne dépasse pas six sous28. Tout se passe donc comme si les cens donnés par Adalbert vers l’an Mil avaient été ultérieurement cédés à la cathédrale liégeoise. Il est même probable que cette opération, s’il en est, ait été effectuée à l’initiative de l’évêque Notger dans les années qui suivirent la donation. On sait, en effet, que ce dernier, véritable fondateur du territoire liégeois et premier « prince-évêque » de Liège, réorganisa l’ensemble des possessions de son Église tout en procédant à une nouvelle répartition de ses revenus et de ses biens dont il constitua trois parts : la première fut réservée à son usage personnel (il s’agissait de la mense épiscopale) ; la seconde fut attribuée aux églises (en l’occurrence à la cathédrale [la mense capitulaire] et aux collégiales de la cité29) ; quant à la troisième, elle fut réservée à ceux qui exerceraient le métier des armes ou milicia30. C’est alors, à ce qu’il nous semble, que les quelques cens de Dommartin furent incorporés – par échange sans doute – aux revenus de la cathédrale Saint-Lambert nouvellement reconstruite.

  • 31 Ministeriales […] Eustachius de Dommartin, charte de l’évêque de Liège Henri II de Leez en faveur (...)
  • 32 Le premier miles appartenant à la familia de saint Lambert est Bodon de Hozémont, mentionné en 118 (...)
  • 33 Bellum civium cum militibus de Dono-Martini : Lambert le Petit, Annales Sancti Jacobi Leodiensis, (...)
  • 34 Non interfuerunt exceptis paucis illi de Dono Martini, quia, sicut credimus, non fuerunt digni. Na (...)
  • 35 Les ministeriales pouvaient effectivement en détenir (voir ci-dessous n. 40) : cette possibilité é (...)

24Apparu aux alentours de l’an Mil dans la charte d’Adalbert, le nom de Dommartin disparaît des sources durant un siècle et demi. Il resurgit en 1161, comme cognomen ou « surnom » toponymique, pour désigner un certain Eustache de Dommartin, membre de la « ministérialité » épiscopale liégeoise31. De ce ministerialis ou « officier épiscopal » Eustache nous savons qu’il fit vraisemblablement partie de la familia militaire de l’Église de Liège32. À telle enseigne qu’en 1184, selon une source rigoureusement contemporaine, une « guerre » – tout au moins des combats violents – opposa les bourgeois de la cité de Liège aux milites ou « guerriers de Dommartin33 ». De ce groupe de milites il est à nouveau question en 1213, à la veille de la bataille décisive de Steppes qui opposa l’évêque de Liège Hugues de Pierrepont au duc Henri Ier de Brabant : la plupart de « ceux de Dommartin » firent alors faux bond à leur seigneur-évêque ; ils furent même accusés, en ce moment crucial, d’avoir « pactisé » avec l’ennemi34 ; au demeurant on est en droit de les soupçonner d’avoir obtenu des fiefs du prince brabançon35.

  • 36 Le Triumphus sancti Lamberti in Steppes, évoquant les préparatifs de la bataille de 1213, note que (...)
  • 37 Voir les observations de É. Poncelet, dans Jacques de Hemricourt, Œuvres…, op. cit., t. 3, p. lxxx (...)
  • 38 Voir J.-L. Kupper, « Sur les émeutes… », art. cité, p. 18-19.
  • 39 Sur la rivalité entre l’évêque et le duc de Brabant : J. Lejeune, Liège et son pays. Naissance d’u (...)
  • 40 J.-L. Kupper, Liège et l’Église impériale…, op. cit., p. 230-231. Ci-dessous note 102.

25Qu’il s’agisse des événements de 1184 ou de ceux de 1213, c’est visiblement du même groupe dont il est question : celui des ministériaux-guerriers de l’Église de Liège ou de saint Lambert, dont le noyau était sans doute le lignage de Dommartin autour duquel l’ensemble de la familia militaire36 venait s’agglutiner et dans lequel elle se reconnaissait. Édouard Poncelet, avec raison selon nous, désigna ce groupe par l’expression milites confederati, entendez : une « ligue chevaleresque » regroupant l’essentiel de la cavalerie lourde hesbignonne qui cherchait alors à s’affranchir de la tutelle exercée par son seigneur ecclésiastique, l’évêque de Liège. Tous les signes de cette volonté d’émancipation – celle de guerriers dépendants qui aspirent à s’élever dans l’échelle sociale et à se confondre avec la « petite noblesse37 » – sont bel et bien présents dans la seconde moitié du xiie siècle et au début du suivant : conflit armé avec les bourgeois de Liège, intéressés sans doute à la défense des droits de l’évêque (1184)38, absentéisme coupable à la veille de la confrontation avec le duc de Brabant et même entente ignominieuse avec ce dernier alors qu’il était incontestablement devenu « l’ennemi national39 » ; s’ajoute le fait qu’à partir de la seconde moitié du xiie siècle, la familia militaire de saint Lambert fit usage du cognomen toponymique (Dommartin mais aussi Hozémont, Hemricourt, Lowaige ou Flémalle)40, processus bien connu d’identification, de conscience de soi et de prétention à l’autonomie ou très grande « liberté ».

  • 41 Levons toute ambiguïté. Nous parlons ici de la ministérialité ou familia militaire, appartenant au (...)
  • 42 Folcuin, Gesta abbatum Lobbiensium, ch. 25, éd. par G. Waitz, Monumenta Germaniae Historica. Scrip (...)

26Il est certain que les guerriers de l’Église épiscopale de Liège41 existaient bien avant le milieu du xiie siècle. Sans doute est-il déjà question d’eux, vers 950, lorsqu’il est fait mention de la Leodiensis militia affectée au service de garde de la forteresse de Thuin sur la Sambre ; ils se dissimulent, à ce qu’il semble, derrière les hii qui miliciam exercerent mentionnés sous Notger, les gregarii milites de l’évêque Wazon (1042-1048), les indominicati milites qui apparaissent sous l’évêque Théoduin (1048-1075), la Leodiensis militia mentionnée en 1119 ou encore les ecclesiastici présents en 1151 à la bataille d’Andenne sur la Meuse42.

27Aussi bien, la question qu’il convient à présent de se poser est de savoir s’il est possible d’établir un lien entre les censitaires de Dommartin cités vers l’an Mil dans la charte d’Adalbert et la ligue guerrière des Dommartin qui apparaît cent cinquante années plus tard.

  • 43 J.-L. Kupper, Liège et l’Église impériale…, op. cit., p. 422, n. 5.
  • 44 Nous utilisons cette dernière expression pour distinguer cette chevalerie de la chevalerie féodale (...)

28Précisons d’emblée que c’est dans ces terres de Hesbaye, là-même où s’étendait la villa de Dommartin, que l’Église de Liège détenait certaines de ses plus anciennes possessions43 et que c’est dans ce même terroir qu’elle avait implanté les milites sancti Lamberti, c’est-à-dire sa « chevalerie propre44 ».

  • 45 A. Marchandisse, La fonction épiscopale à Liège aux xiiie et xive siècles. Étude de politologie hi (...)
  • 46 Ces informations proviennent d’une source tardive (xe siècle) qui paraît s’appuyer sur un fond his (...)
  • 47 Yernawe : Belgique, prov. de Liège, arr. de Waremme, comm. de Saint-Georges-sur-Meuse : P. Harsin, (...)
  • 48 La collégiale y prélevait la dîme ou 10e gerbe : P.-J. Debouxtay, « Les possessions de la collégia (...)
  • 49 J. Evrard, « Documents relatifs à Flône… », art. cité, no 1, p. 282-285 (1092). Cet hospice fut éd (...)
  • 50 Almanium cum abbatia et advocatia et omnibus appenditiis : Die Urkunden Friedrichs i. 1152-1158, é (...)
  • 51 L’abbé devait assumer, un mois durant, les fonctions de chapelain épiscopal : J.-L. Kupper, Liège (...)
  • 52 Soit 95 hectares, environ.
  • 53 Centum bonuaria silve nostre site in territorio Amaniensi in illo loco qui appellatur Rourou : É. (...)
  • 54 É. Poncelet (éd.), Les feudataires de la principauté de Liège sous Englebert de La Marck, Bruxelle (...)

29Cet espace hesbignon incorporé plus tard au bailliage puis quartier de Moha dont il constitua la partie est45 avait été, à ce qu’il semble, intégré au patrimoine de l’Église de Tongres-Maestricht – future Église de Liège – au début du viie siècle. Il aurait été cédé à l’évêque par Ode, fondatrice de l’église Saint-Georges d’Amay et grand propriétaire foncier au nord comme au sud de la Meuse, à hauteur de ce même sanctuaire46. Plusieurs indices corroborent ce fait : l’abbaye bénédictine de Saint-Jacques à Liège, fondée par l’évêque Baldéric II en 1015, recevra pour dotation le domaine de Yernawe proche d’Amay et provenant de la mense capitulaire de la cathédrale Saint-Lambert, à l’exception de l’église et de la none du même lieu47 ; la collégiale liégeoise de Saint-Paul, fondée par Eracle et parachevée par son successeur Notger eut à sa collation, au même endroit, les églises et les dîmes de Saint-Georges (avec les chapelles de Dommartin et Yernawe) et de Verlaine48 ; à la fin du xie siècle, l’évêque de Liège Henri de Verdun participe activement à la fondation de l’hôpital de Flône, en aval d’Amay, en offrant le lieu même où il sera construit49 ; quant à l’église d’Amay, ses annexes et son avouerie, elle resta possession directe de l’Église de Liège50 et fut même le siège d’une « abbaye-chapellenie » de l’évêché51 ; au milieu du xiiie siècle l’évêque de Liège disposait encore d’une forêt de cent bonniers52 « dans le territoire d’Amay53 » ; en 1358, un certain Colard, fils de Gauthier maïeur de Horion, tient en fief de l’évêque un bonnier de terre situé à Dommartin même54.

  • 55 J. Brassinne, « Les paroisses de l’ancien concile… », art. cité, p. 268-269, 280.

30Du point de vue de l’organisation paroissiale la chapelle de Dommartin dépendait de l’église-mère de Saint-Georges qui fut, après l’église d’Amay, le principal établissement religieux de la contrée55.

  • 56 Ibid., p. 277 ; J. Herbillon, « Toponymes hesbignons », Bulletin de la Commission royale de topony (...)

31De par sa dédicace, de même que par la structure de son toponyme, il apparaît que la chapelle de Dommartin fut fondée à une date fort reculée, à l’époque sans doute où les souverains mérovingiens puis carolingiens vouaient à saint Martin un culte privilégié56.

  • 57 Voir sur ce point R. Chevallier, Les voies romaines, Paris, Armand Colin, 1997, p. 293, 311, qui s (...)
  • 58 L’actuelle route nationale 614 épouse son tracé, depuis Tongres jusqu’à la vallée de la Meuse.
  • 59 M.-H. Corbiau, « La voie romaine Metz-Arlon-Tongres. Itinéraire, équipement et chronologie », dans (...)

32Situé au cœur des plus anciennes possessions de l’Église de Tongres-Maestricht-Liège la villa de Dommartin et son sanctuaire témoignent de la christianisation très ancienne de l’espace hesbignon. Or on sait que dans la Gaule romaine puis mérovingienne les villages bordant les voies antiques furent souvent les premiers à s’ouvrir à la pénétration du christianisme57. Tel fut sans doute le cas de la petite agglomération apud Dominum Martinum jalonnant la voie romaine Tongres-Arlon-Metz58, qui franchissait la Meuse juste en aval d’Amay par le gué ou le pont d’Ombret59. Il n’en faut guère davantage pour se convaincre que la villa du « seigneur Martin » ne fut pas un lieu quelconque et fut loin d’être un endroit insignifiant…

*

33Derechef, posons-nous la question. Existerait-il une « continuité » entre le domaine de Dommartin aux alentours de l’an Mil et le clan chevaleresque synonyme de la seconde moitié du xiie siècle ? La distance chronologique, nous en conviendrons, est bien longue. Toutefois ne serait-il pas possible de réunir ces deux périodes apparemment fort éloignées l’une de l’autre par une forme de « passerelle » ?

34Revenons à la charte de donation d’Adalbert en faveur de la collégiale Saint-Martin et souvenons-nous que les dépendants qui y sont mentionnés sont régis par une « loi fiscale stricte » (recta fiscalina lex).

  • 60 En dehors des domaines d’Ode d’Amay qui furent intégrés très tôt dans le patrimoine de l’Église de (...)
  • 61 Fexhe vient de fiscus, « domaine royal » ; l’église paroissiale de cette localité était, elle auss (...)
  • 62 Voir F. Rousseau, « La Meuse et le pays mosan en Belgique. Leur importance historique avant le xii (...)
  • 63 Voir J. Godinas, Le culte de saint Martin dans le diocèse de Liège (397-1559), mémoire de licence (...)
  • 64 J. Godinas, Le culte de saint Martin…, op. cit., t. 1, p. 69, 71 ; C. Mériaux, Gallia irradiata. S (...)

35La présence de « censitaires fiscaux » dans ce coin de la Hesbaye n’aurait rien de surprenant : un simple coup d’œil sur la toponymie locale prouve l’existence, dans ce terroir agricole exceptionnellement riche, d’anciens fiscs ou domaines royaux60 : le nom de Fexhe-le-Haut-Clocher, entre Tongres et Saint-Georges-sur-Meuse, est très caractéristique à cet égard61 ; au nord et à l’est de Fexhe, on mentionnera, par exemple, la villa royale de Lowaige (néerl. Lauw), aux abords de Tongres, et celle d’Awans62. À ces constatations s’ajoute le fait qu’en dehors de la chapelle de Dommartin, nombre d’églises de la région furent dédiées à saint Martin : Fexhe-le-Haut-Clocher, Fize-le-Marsal, Hermalle-sous-Huy et, plus à l’ouest, Wasseiges63. Or le culte de Martin, ainsi que nous venons de le voir, est non seulement très ancien, mais il fut aussi très souvent prôné par l’aristocratie rurale et adopté par les églises édifiées dans la curtis ou « centre d’exploitation » des domaines appartenant au fisc royal64.

  • 65 J.-L. Kupper, « Les origines de la collégiale Saint-Martin… », art. cité, p. 18-20.
  • 66 Anselme, Gesta episcoporum Leodiensium, ch. 55, op. cit., p. 221-222, qui s’inspire de la Vita san (...)

36Autre observation : lorsqu’il lui fallut choisir un nouveau protecteur à l’ancienne cathédrale Sainte-Marie et Saint-Lambert entamée sur le Publémont par son prédécesseur Eracle, l’évêque Notger se prononça pour saint Martin qui devint de ce fait le gardien d’une des portes de la cité de Liège ; en optant pour ce saint, Notger, sans doute, entendait rendre hommage à l’impératrice Adélaïde, veuve d’Otton Ier, qui vouait à Martin un culte particulier65. Toutefois il ne faut pas perdre de vue que saint Martin († 397), avant qu’il ne devienne évêque de Tours, avait été légionnaire dans l’armée romaine. Il était donc tenu, tout comme saint Georges, pour un patron guerrier. Incontestablement, il fut perçu comme tel dans le diocèse de Liège : décrivant la lutte d’un successeur de Notger, l’évêque Wazon, contre le duc Godefroid de Lotharingie (1047-1048), le chroniqueur Anselme mettra en scène le prélat liégeois, bellator Christi, brandissant la Croix, à l’instar de saint Martin lui-même66 !

  • 67 Voir É. Poncelet, dans Jacques de Hemricourt, Œuvres…, op. cit., t. 3, p. lxxxvi, n. 2 ; le même a (...)
  • 68 Une mise au point ici s’impose. Warfée, qui jouxte Dommartin, est l’emplacement primitif de la tou (...)

37On imagine sans peine que les Dommartin du xiie siècle partagèrent le même sentiment religieux et adoptèrent le saint-guerrier Martin comme protecteur éponyme et « naturel ». Sur ce point, il est curieux de rappeler que ce clan eut pour « identifiant » un petit village et une modeste chapelle. Édouard Poncelet n’était pas exactement dans le vrai lorsqu’il affirmait qu’il n’y avait jamais eu de maison fortifiée à Dommartin67. À 500 mètres au sud-est de ce hameau, s’élevait jadis, au lieu-dit Warfée, la tour qui symbolisera la puissance militaire du lignage. Il ne faut pas confondre, ainsi qu’on l’a fait jusqu’à nos jours, cette forteresse de Warfée avec le château de Warfusée, construit plus tard et bien plus loin, à 3 kilomètres de là68. C’est donc le hameau de Dommartin, sa chapelle et sa tour de Warfée, en bordure de la voie romaine, qui servirent de point de cristallisation au lignage et à la ligue chevaleresque qui en est issue.

  • 69 Recourir à cette méthode nous paraît d’autant plus légitime que dans le cadre de l’Église impérial (...)

38Nous évoquions tout à l’heure une « passerelle » qui nous aurait permis d’enjamber l’hiatus documentaire qui existerait entre la donation d’Adalbert, aux alentours de l’an Mil, et « ceux de Dommartin » mentionnés dans la seconde moitié du xiie siècle. Cet « arc », nous pensons l’avoir découvert dans un autre évêché – relevant, tout comme celui de Liège, de l’Église impériale germanique, il importe de le souligner – qui n’est pas affligé, sur ce point tout au moins, de la même carence des sources : l’évêché de Worms sur le Rhin69.

  • 70 Au lendemain de sa victoire contre les Vikings, à Louvain, en octobre 891, cet Arnoul, dit de Cari (...)
  • 71 Die Urkunden Arnolfs, éd. par P. F. Kehr, Berlin, Weidmannsche Buchhandlung (Monumenta Germaniae H (...)

39Par un diplôme daté de 897, l’empereur Arnoul70 attribuait à la cathédrale Saint-Pierre de Worms les « propriétés » qu’il avait cédées au clerc Willolf dans la cité épiscopale et dans différentes villae ; par surcroît, il cédait à l’évêque six de ses « serviteurs » (servitores) avec leurs « possessions » tenues de lui ; enfin il donnait « au siège de l’évêque de Worms » onze de ses fiscalini servi ou « serfs fiscaux » affectés aux fonctions de parafridi, « palefreniers », entendez : « hommes de cheval », lors des expéditions militaires du souverain et appartenant à l’institutio ou societas parafridorum, à l’« association des palefreniers » ; toutes les redevances dues au roi par ces fiscalini servi reviendront à l’Église de Worms qui exercera désormais les anciens droits royaux sur cette familia et leurs descendants71.

  • 72 Ce diplôme stipule que les monetarii ou « agents monétaires » de Worms ne peuvent assumer aucun of (...)

40Or, de cette donation impériale de la fin du ixe siècle, nous retrouvons des survivances, incontestables et même vivaces, dans un document de la première moitié du xie siècle, dont nous allons parler et même, plus tard encore, dans un diplôme de l’empereur Frédéric Ier Barberousse délivré en faveur de l’Église de Worms en 116572.

  • 73 C’est de cette manière que nous interprétons la phrase : inter eos alia aliqua loquax persona supr (...)
  • 74 C’est-à-dire une des fonctions dites « auliques » de la cour épiscopale.
  • 75 En Italie ou sur les frontières orientales ou occidentales du Saint-Empire. La même coutume existe (...)
  • 76 Les fiscalini viri sont également tenus de participer aux trois plaids généraux ou séances judicia (...)
  • 77 Si episcopus fiscalem hominem ad servitium suum assumere voluerit, ut ad alium servitium eum poner (...)

41La célèbre Lex familiae Wormatiensis ecclesiae, établie entre 1023 et 1025 par le non moins célèbre évêque Burchard de Worms, mentionne des fiscalini homines ex familia – dans le groupe duquel quelques « grandes gueules » ont coutume de se manifester pour obtenir « quelque chose de neuf », entendez : une élévation de leur statut73 – auxquels on reconnaît le privilège que voici : si l’évêque souhaite prendre à son service un de ces « hommes fiscaux », il ne pourra pas lui proposer autre charge qu’un office de camérier, d’échanson, de sénéchal, de maréchal74 ou de ministerialis ; si le candidat pressenti refuse d’exercer ledit office, il en aura parfaitement le droit, pour autant qu’il verse quatre deniers pour le rachat du « service royal » et six deniers au cas où il ne participerait pas à une « expédition » militaire du souverain75. Dans la mesure où ils se seraient de la sorte acquittés de leurs redevances ou obligations76, les « hommes fiscaux de la familia » auraient même la possibilité de se mettre au service de n’importe quelle personne de leur choix77.

42Ce document, à nos yeux, fait apparaître pas moins de sept choses :

43Les « hommes fiscaux », appartenant à la familia de l’Église de Worms ont notamment pour vocation celle d’exercer des fonctions auliques à la cour épiscopale, auxquelles viennent s’ajouter, nous allons en parler, celles de ministerialis.

44S’ils déclinent l’offre de l’évêque, il leur reviendra de « racheter », pour la somme de quatre ou six deniers annuels, le service royal ou, le cas échéant, leur participation à une expédition militaire du souverain.

45S’ils se dégagent de leurs différentes obligations (office curial, service du roi ou redevance de quelques deniers) ils seront libres de se mettre au service d’un autre seigneur que le roi ou l’évêque ; selon nous, on peut supposer que c’est précisément ce dernier privilège que les fiscalini de l’Église de Worms revendiquaient, privilège qui leur a donc été accordé sous conditions ; tel sera désormais un des aspects particuliers de leur « liberté ».

  • 78 Sur cet aspect fondamental de l’Église impériale ottonienne et salienne, voir J.-L. Kupper, Liège (...)
  • 79 Sur le statut privilégié des fiscalini servi et la « loi » (lex) particulière à laquelle ils sont (...)

46Les « hommes fiscaux » de l’Église de Worms, en dépit de leurs devoirs vis-à-vis d’elle, avaient néanmoins gardé des obligations envers le roi : ils restaient à sa disposition ; il convient de rappeler, en effet, que l’Église impériale de Worms, tout comme celle de Liège du reste, était « chose » du roi et « portion » de l’État78. Bien que donnés à l’Église de Worms, les fiscalini regis continuaient d’être placés sous la haute juridiction du souverain : ils restaient soumis, simultanément, aux autorités épiscopale et royale et étaient tenus de « servir » l’une et l’autre et même, prioritairement, la seconde des deux79.

  • 80 On songe prioritairement à l’office de villicus ou « maïeur ». Voir K. Schulz, « Das Wormser Hofre (...)
  • 81 Comme l’indique la redevance de six deniers ad expeditionem.
  • 82 Selon l’Indiculus loricatorum de 981, cité ci-dessus n. 13, l’évêque Hildebald (de Worms) devait c (...)

47Parmi les offices que l’évêque de Worms peut attribuer aux fiscalini, il y a notamment celui de ministerialis. Selon nous, ce terme, volontairement vague et qui peut recouvrir diverses fonctions, fait référence à des charges administratives : messagers, convoyeurs, essarteurs, gestionnaires de domaines80, mais aussi constructeurs et gardiens de fortifications ou hommes d’armes81. En d’autres termes, ces fiscales homines sont susceptibles d’intégrer la milicia de l’évêque de Worms, que ce dernier l’emploie pour son propre compte ou – ce qui revient pratiquement au même – la mette au service de l’Empire82.

  • 83 Des dispositions prises par Otton III en 998 concernant les possessions ecclésiastiques en Italie (...)

48Le versement annuel d’un cens de 4 ou 6 deniers est fondamental : comme nous l’avons vu, cette somme, infime certes mais hautement symbolique, est le signe indestructible du lien qui unit les « hommes fiscaux » de l’Église de Worms à leur souverain et à son évêque83. Car donnés à une Église, les fiscalini deviennent censitaires épiscopaux tout en restant royaux.

  • 84 Voir K. Schulz, « Das Wormser Hofrecht Bischof Burchards… », art. cité, p. 275-276.

49Enfin, il apparaît clairement que les fiscalini appartenant à la familia de Worms mentionnés en 1023-1025 sont les descendants des fiscalini servi donnés à cette même Église par l’empereur Arnoul en 89784. Au début du xie siècle, ces individus jouissant d’un statut particulier forment incontestablement une des principales pépinières dans lesquelles l’évêque de Worms recrute sa ministérialité, que celle-ci soit aulique, domaniale ou militaire.

50À ce stade de l’enquête, un rapprochement s’impose entre la familia de Worms et celle de Liège ou, plus précisément, avec les censitaires de quatre deniers, soumis à la « loi fiscale » mais pratiquement « libres », qui apparaissent dans la charte d’Adalbert délivrée aux alentours de l’an Mil. Une relation s’impose également entre les 40 loricati de l’évêque Hildebald de Worms et les 60 cavaliers lourds que l’évêque Notger de Liège, au même moment, met à la disposition de son souverain et qui seront conduits par Herman qui, vraisemblablement, disposait, lui aussi, de son propre détachement militaire. Il n’est pas impossible que cet Herman, ainsi que nous l’avons vu, soit le père d’Adalbert qui cède peu après les fiscalini de Dommartin à la collégiale Saint-Martin de Liège.

51Bien qu’éparse, dans le temps tout comme dans l’espace, la documentation sur laquelle nous travaillons atteint désormais un degré de cohérence suffisant qui nous permette d’aller de l’avant. Nous quittons, à ce qu’il nous semble, la sphère du hasard et des coïncidences. Nous progressons, à présent, sur une « passerelle »…

*

  • 85 La problématique des Königsfreien fut ouverte par Theodor Mayer en 1943 ; ces hommes, qui se dissi (...)

52Au vrai, que l’on observe le phénomène dans l’évêché de Liège ou dans celui de Worms, on ne peut manquer de songer ici aux Königsfreien, aux « libres du roi » du haut Moyen Âge tenus au versement d’un « cens royal », disposant de terres publiques à titre héréditaire et soumis, en ordre principal, à des obligations militaires ou « paramilitaires » au profit du souverain. Il s’agissait le plus souvent d’affirmer dans certains secteurs stratégiques – le long d’une route, par exemple, telle la chaussée romaine reliant Tongres à la vallée de la Meuse et passant par Dommartin – la présence armée du souverain85.

  • 86 Exactement comme la femme libre Imera, devenue « sainteur » de l’abbaye de Saint-Trond et tenue de (...)

53Tout indique finalement que les « censitaires à quatre deniers » demeurant à Dommartin et donnés par Adalbert à Saint-Martin de Liège, à la demande de son père Herman, étaient des Königsfreien cédés par le souverain, à une date indéterminée, à l’une ou l’autre famille aristocratique du duché de Lotharingie, voire à Herman lui-même, afin d’en renforcer le potentiel militaire. Ces individus et leurs descendants, incorporés ultérieurement au patrimoine de Saint-Martin puis à la familia de Saint-Lambert, furent néanmoins tenus, conformément à une tradition liée à leurs origines « fiscales », de verser d’année en année un cens, à la fois royal et épiscopal, au saint guerrier Martin et, plus concrètement, sur l’autel de la chapelle de leur domaine d’origine : celle de la villa de Dommartin. On mesurera pleinement l’importance et, par voie de conséquence, la pérennité de ce geste symbolique en apprenant qu’il existe, incontestablement, un lien direct entre l’établissement de colonies militaires de liberi homines ou « hommes du roi » et la propagation du culte de saint Martin86.

  • 87 On ne peut manquer de rapprocher ces événements de la mention des « personnes loquaces » ou « mene (...)

54L’usage aurait subsisté, d’où le nom « de Dommartin » qui fut attribué aux descendants de cette lignée à vocation guerrière. Le cognomen fera « tache d’huile » et, dans le courant du xiie siècle, comme nous l’avons dit, deviendra l’identifiant de la ligue chevaleresque regroupant la majorité des milites de l’Église de Liège. Ce groupe, conscient de sa valeur, de sa supériorité et de sa force, se distinguera bientôt par son « arrogance » de plus en plus insupportable et cherchera même à se fondre dans la « petite noblesse » du pays de Liège, tout en revendiquant l’entière « liberté » de ses actions et de ses choix87.

*

55Replacer dans un contexte plus large – que ce soit du point de vue temporel, géographique ou du point de vue de la problématique qu’elle soulève – une charte hesbignonne rédigée aux alentours de l’an Mil, tel était l’objet de la présente enquête dont nous pouvons désormais tirer le bilan que voici.

  • 88 Voir les travaux cités ci-dessus, note 85.
  • 89 Comparables au réseau des vassi dominici carolingiens qui fournissaient les cadres de l’armée et f (...)

56Durant le haut Moyen Âge, particulièrement du vie au ixe siècle88, les souverains francs et leurs successeurs parsemèrent leur royaume de « colonies militaires89 » qui devaient notamment assumer la protection de certains lieux stratégiques et, particulièrement, celle des routes.

  • 90 À savoir un tiers de sou : il est possible qu’il s’agisse de la « survivance numérique » du triens(...)

57Ces hommes étaient astreints au versement annuel d’un cens, capitation ou chevage, à caractère recognitif, de quelques deniers (souvent quatre)90. Ce versement était effectué dans un lieu revêtu d’une valeur symbolique particulière : le centre du domaine royal, une église, une chapelle, un autel.

  • 91 F.-L. Ganshof, « Note sur la concession d’alleux à des vassaux sous le règne de Louis le Pieux », (...)
  • 92 Voir W. Metz, Das karolingische Reichsgut. Eine verfassungs-und verwaltungsgeschichtliche Untersuc (...)
  • 93 Comparables aux « sainteurs » qui, quant à eux, se rattachaient à tel saint de telle Église. On pe (...)

58Ces censitaires royaux (servi fiscalini) pouvaient être donnés à tel membre de l’aristocratie ou à telle Église – tout comme on donnait alors un alleu91, un tonlieu ou le droit de frapper monnaie92 – sans perdre pour autant leur caractère « fiscal », ce qui faisait d’eux des censitaires différents des autres et même supérieurs aux autres93.

  • 94 Voir l’identification proposée ci-dessus, note 13.
  • 95 Notger, refondateur de la cathédrale Saint-Lambert, fondateur des collégiales Saint-Jean, Sainte-C (...)

59Telle fut probablement la destinée des censuales de la villa de Dommartin cédés tout d’abord à un certain Herman – astreint lui-même, sans doute, à des obligations militaires envers l’empereur94 – qui les fit à son tour transférer par son fils Adalbert à la toute récente collégiale liégeoise de Saint-Martin, avant qu’ils ne passent, peu après semble-t-il, sous la juridiction de l’Église cathédrale Saint-Lambert. L’intervention de l’évêque Notger conférait à ces tractations les allures d’une affaire publique95.

60Ces « hommes de cens », dotés d’un statut privilégié, correspondent point par point aux Königsfreien, « libres du roi », dont il n’est pas aisé, faute de documents, de suivre la trace dans la documentation.

61Les sources du diocèse de Worms, plus riches sous ce rapport, nous ont permis de mieux saisir le processus.

62On s’aperçoit, dès lors, que les Königsfreien furent habilités, dans les deux siècles postérieurs à l’an Mil, à constituer, en partie tout au moins, la ministérialité épiscopale, que celle-ci soit aulique, domaniale ou militaire.

  • 96 Au sujet de ce « système » dont la réalité fut naguère contestée, voir en dernier lieu J.-L. Kuppe (...)

63Pour quelles raisons ? Parce que nous sommes en présence d’un « système », celui de l’Église impériale, qui se fonde sur une étroite complicité entre les Églises épiscopales et le roi96.

64Dans le courant de la seconde moitié du xe siècle, les Ottoniens avaient enrichi ces mêmes Églises de façon inouïe. Pour gérer leur cour, administrer et protéger leurs richesses foncières, les évêques – dont celui de Liège – firent appel à des domestiques, des officiers et des guerriers qu’ils avaient tout intérêt, par souci d’efficacité, à recruter parmi leurs propres ouailles : nobles, simples libres, voire serfs ; ou, mieux encore, dans la « réserve » des « libres du roi » qui résidaient dans les parages de leur cité et de leurs possessions. Dotés de terres par le souverain, soumis au versement d’un cens ou chevage royal ou fiscal, ces individus, de par leurs traditions familiales, étaient plus que les autres des « hommes du roi ».

65Sans doute auraient-ils pu glisser sous l’autorité du représentant attitré du pouvoir royal dans les différentes régions de l’Empire (Saxe, Bavière, Souabe, Franconie et Lotharingie, ultérieurement divisée en Haute et Basse-Lotharingie) : à savoir sous l’autorité du « duc national » (Stammesherzog). Or l’évêque de Liège, en rivalité avec « son » duc, apparaissait de plus en plus, au xie siècle, comme le principal défenseur des droits du souverain dans le diocèse liégeois, c’est-à-dire dans une très large portion du « duché national » de Basse-Lotharingie, couvrant l’espace situé entre le Rhin et l’Escaut.

  • 97 Le cens récognitif ou capitation était signe de sujétion à l’Église et à l’Empire. Il est vraisemb (...)

66Dès lors qu’ils furent devenus membres de la familia de Saint-Lambert, les Dommartin demeurèrent néanmoins illi de Dono-Martini par ce que, depuis les temps les plus reculés – peut-être même depuis l’époque lointaine de l’empereur Arnoul – ils versaient une capitation de quatre deniers annuels, signe de leur statut fiscal, de leur appartenance privilégiée, donc de leur « liberté », sur l’autel de la chapelle domaniale dédiée à saint Martin, en bordure de l’antique voie publique reliant Tongres à la vallée de la Meuse. Ces « hommes du roi » devinrent « hommes de l’évêque et du roi97 ».

67Du jour où ils apparurent comme le « socle » principal d’une « ligue militaire » au service de l’Église de Liège, les Dommartin gardèrent évidemment leur nom et l’étendirent à l’ensemble du groupe armé dont ils formaient la souche. Par ailleurs, pour ces hommes de guerre, conscients de leur force, avides de liberté et d’émancipation, maintenir le référent « Saint-Martin », aussi vénérable que prestigieux, était une manière de se distinguer du reste de la familia de « saint Lambert ».

  • 98 Participèrent à la bataille les milices bourgeoises de Liège, Huy et Dinant ; elles y jouèrent un (...)
  • 99 Voir ci-dessus, n. 33. Sur le devenir du lignage de Dommartin aux xiiie et xive siècles, voir les (...)

68La bataille de Steppes, en 1213, sera bien un « triomphe de saint Lambert », en l’absence bien coupable de « ceux de saint Martin » ! Ce combat fut aussi la victoire de la bourgeoisie des villes liégeoises, en particulier celle de la cité de Liège98, restée fidèle à l’évêque, bourgeoisie qui avait déjà combattu les Dommartin trente ans plus tôt99.

  • 100 Comme l’a souligné, avec pertinence et nuances, L. Genicot, Le xiiie siècle européen, Paris, Press (...)

69La fin du xiie siècle et le début du xiiie siècle correspondent en Europe occidentale à une période de changements profonds100.

  • 101 Le décès de l’empereur Henri VI († 1197), suivi par l’assassinat de son frère, le roi Philippe dit (...)

70Telles qu’elles avaient subsisté dans l’Empire des Ottoniens, des Saliens et des Staufen, les traditions carolingiennes se craquelèrent et s’estompèrent sans guère d’espoir de restauration101.

  • 102 Aux xiiie et xive siècles, dans le pays de Liège, du rapprochement des nobiles, des ministeriales (...)

71Dans pareil contexte, les Dommartin, bien qu’ils fussent vraisemblablement les lointains héritiers de fiscalini ou censitaires royaux carolingiens, aspirant à plus de « liberté » ou, ce qui revenait au même, à la noblesse vers laquelle, irrésistiblement, le métier des armes les portait, ne devaient pas hésiter à s’engouffrer dans la brèche102. Censitaires et d’un évêque désormais livré à lui-même et, indirectement, d’un roi de plus en plus évanescent, ils aspiraient à ne plus être les censitaires de personne. Ils entendaient gravir les ultimes échelons qui les séparaient encore des « hommes vraiment libres » ou, plus concrètement, de la « petite noblesse » du pays.

Anhänge

Annexe

Adalbert, fils d’Herman, conformément aux dernières volontés de son père, donne à la collégiale Saint-Martin-en-Publémont, à Liège, un groupe de censitaires vivant sur le domaine de Dommartin, en Hesbaye.

[972 (ou 981) – 1008]

La date approximative du document est établie en fonction de celles de l’épiscopat de Notger (972-1008). Il est possible de ramener le terminus a quo à l’année 981 si l’on veut bien admettre l’identification d’Herman proposée ci-dessus, note 13. L’édition de Schoonbroodt comportant une lacune importante, il nous a paru nécessaire de proposer une nouvelle édition.

A. Original perdu.

B. Copie des environs de 1600 à la Bibliothèque de l’université de Liège, ms. 1972, f° 304 r° (peut-être d’après A).

C. Copie du xviiie siècle aux Archives de l’État à Liège, Fonds de la collégiale Saint-Martin, no 17bis, p. 17-18 (peut-être d’après une copie fautive).

D. Copie du xviiie siècle aux Archives de l’État à Liège, Manuscrits Lefort, 2e partie, reg. 18, p. 2-3 (d’après C ou la copie fautive sur laquelle C s’appuierait).

Édition :

Jean-Guillaume Schoonbroodt, Inventaire analytique et chronologique des chartes du chapitre de Saint-Martin, à Liège, Liège, 1871, no 1, p. 257 (d’après C et D).

Analyses : Stanislas Bormans, « Notice d’un manuscrit intitulé : Cartulaire de Van Den Berch, conservé aux archives de l’État, à Liège », Bulletin de la Commission royale d’histoire, 3e sér., 2, 1861, p. 278. – Alphonse Wauters, Table chronologique des chartes et des diplômes imprimés concernant l’histoire de la Belgique, Bruxelles, 1885, t. vii, 1, p. 116. – Diplomata Belgica, no 12535.

In nomine sanctae et individuae Trinitatis, omnibus in Xhristo pie viventibus, catholicamque fidem tenentibus, pax, vita et salus perpetua.

Qui debitum sibi nexumque pro Deo relaxat servitium percipere in futuro non diffidat premium.

Quapropter1, ego Adalbertus, legitimus post patrem meum heres, secundum ipse pater meus Herimannus103 mihi2 iniunxerat, tradens dedi et3 dans tradidi ecclesie Sancti Martini ad communes usus fratrum in Publico Monte degentium quicquid4 possidere videbar in villa Dommartin nominata104.

Id est Unibertum cum praedio suo et uxorem5 eius ; Gohelt6 cum infantibus suis ; et Alboldum itidem cum predio et uxorem eius ; Egehart cum infantibus suis7, et Tritbertum8 et uxorem eius Gerrardam9.

Eo videlicet tenore ut recta fiscalina lege, sive masculus sive femina, ad usus fratrum loci illius, ut predictum est, iiiior denarios persolvet10 in unoquoque anno. Ac de cetero, sicut11 liberi solent, quicquid voluerint faciant.

Ne autem hec traditio a me legitime facta a quocumque12 successorum meorum posset13 infringi vel inmutari, cartam eis quae testium nominibus roboraretur describere consensimus.

Signum meimet Adeberti qui hanc traditionem feci. Signum Arnulfi105 qui vice advocati illam traditionem recepit. Signum Eilberti et Balduini qui fideiussores fuerunt. Signum Bernardi. Signum Eilberti. Signum Gisleberti. Signum Eirardi. Signum Lantberti prepositi. Signum Ageboldi decani. Signum Bernonis custodis106. Signum Gisleberti.14 Signum Bernoldi. Ego Hardulfus notarius107 iubente domino meo Notgero venerabili episcopo subscripsi15.

Anmerkungen

1 Lettre du prince-évêque de Liège au roi de France (1328) : Jean de Hocsem, Chronicon, lib. ii, ch. 15, éd. par G. Kurth, Bruxelles, Kiessling, 1927, p. 208.

2 G. Duby, L’économie rurale et la vie des campagnes dans l’Occident médiéval (France, Angleterre, Empire, ixe-xve siècles), 2e éd., Paris, Flammarion, 1977 [1962], t. 2, p. 81, 83.

3 L. Verriest, Le servage dans le comté de Hainaut. Les sainteurs. Le meilleur catel, Bruxelles, Hayez, 1910, p. 201-202 ; Id., « Les faits et la terminologie en matière de condition juridique des personnes au Moyen Âge », Revue du Nord, xxv / 98, 1939, p. 101-127 ; J. Foviaux, De l’empire romain à la féodalité, t. 1, Droit et institutions, Paris, Economica, 1986, p. 284, 288 : le chevage ou capitation correspond souvent à 4 deniers ; E. Linck, Sozialer Wandel in klösterliche Grundherrschaften des 11. bis 13. Jahrhunderts. Studien zu den familiae von Gembloux, Stablo-Malmedy und St. Trond, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht (Veröffentlichungen des Max-Planck-Instituts für Geschichte, 57), 1979, p. 138-140, 252-253 : membres de la familia de tel monastère, les dépendants ne sont pas pour autant servi ; ils ont même la possibilité de devenir des milites ; L. Feller, Paysans et seigneurs au Moyen Âge, viiie-xve siècles, Paris, Armand Colin (U), 2007, p. 171-172 : les quatre deniers ne sont pas un véritable prélèvement mais plutôt un rite qui aurait pour finalité celle d’entretenir la mémoire ; voir note suivante.

4 L. Genicot, L’économie rurale namuroise au bas Moyen Âge, t. 3, Les hommes. Le commun, Louvainla-Neuve/Bruxelles, Bibliothèque de l’université (Recueil de travaux d’histoire et de philologie. Série 6, 25), 1982, p. 236-237, 243. Sur les tributaires d’église ou sainteurs dans le pays mosan on verra la synthèse de J. Maquet, dans S. Dubois, B. Demoulin et J.-L. Kupper (dir.), Les institutions publiques de la principauté de Liège (980-1794), Bruxelles, Archives générales du Royaume (Studia, 133), 2012, t. 1, p. 232-235 (avec bibliographie complémentaire).

5 J.-P. Devroey, Puissants et misérables. Système social et monde paysan dans l’Europe des Francs ( vie- ixe siècles), Bruxelles, Académie royale de Belgique, 2006, p. 270, 283, 513-514.

6 Dommartin : Belgique, prov. de Liège, arr. de Waremme, comm. de Saint-Georges-sur-Meuse.

7 Nous publions ce document en annexe.

8 J.-L. Kupper, dans S. Weinfurter, O. Engels (dir.), Series episcoporum Ecclesiae catholicae occidentalis, Series V, Germania, t. 1, Archiepiscopatus Coloniensis, Stuttgart, A. Hiersemann, 1982, p. 67-68 ; J.-L. Kupper, Notger de Liège (972-1008), Bruxelles, Académie royale de Belgique (Mémoires de la Classe des lettres, Collection in-8°), 2015.

9 Par Julien Delaite. Voir sur ce point l’étude d’Édouard Poncelet citée note suivante, qui fait litière des arguments peu probants de cet historien de nos jours bien oublié.

10 É. Poncelet dans Jacques de Hemricourt, Œuvres, éd. par C. de Borman, A. Bayot, É. Poncelet, Bruxelles, Académie royale de Belgique (Publications in-4° de la Commission royale d’histoire), 1931, t. 3, p. lxxix-lxxx.

11 Voir les chartes d’assainteurement de l’abbaye hesbignonne de Saint-Trond, au Nord-Ouest de Saint-Georges-Dommartin : Ch. Piot (éd.), Cartulaire de l’abbaye de Saint-Trond, Bruxelles, Hayet (Collection de documents inédits relatifs à l’histoire de Belgique), 1870, t. 1, nos 4-5, 8, 10, p. 7-9, 13-14, 16 (actes établis entre 938 et 1055).

12 Le prévôt Lambert, le doyen Agebold et le coûtre Bernon sont fort vraisemblablement les dignitaires ecclésiastiques de la collégiale liégeoise de Saint-Martin. C’est leur première et unique apparition. Pour intéressantes qu’elles soient, ces informations sont neutres du point de vue de la critique diplomatique. Voir É. Schoolmeesters, « Liste des doyens du chapitre de Saint-Martin », Leodium, 6, 1907, p. 25 et Id., « Liste des prévôts de la collégiale de Saint-Martin à Liège », Leodium, 6, 1907, p. 32.

13 Leodicensis episcopus lx [loricatos] mittat cum Hermanno aut Ammone (K. Uhlirz, Jahrbücher des Deutschen Reiches unter Otto II. und Otto III., Leipzig, Duncker & Humblot, 1902, t. 1, p. 247 propose la meilleure édition de ce document). Il est possible que cet Herman soit commémoré au 3 juillet dans L’obituaire de la cathédrale Saint-Lambert de Liège, éd. par A. Marchandisse, Bruxelles, Palais des Académies (Publications de la Commission royale d’histoire), 1991, p. 92 : Commemoratio Herimanni comitis.

14 Arnulphus qui vice advocati illam traditionem recepit. Qu’elle reçoive ou qu’elle donne, une église le faisait habituellement par la main de son avoué, ou défenseur laïc, qui assumait de la sorte ses devoirs de protection de l’établissement religieux et de ses biens. Dans le cas présent, l’avoué chargé de la sauvegarde des possessions de la collégiale Saint-Martin étant indisponible, on désigna un « vice-avoué ».

15 A. Dierkens, Abbayes et chapitres entre Sambre et Meuse ( viie -xie siècles). Contributions à l’histoire religieuse des campagnes du haut Moyen Âge, Sigmaringen, Thorbecke (Beihefte der Francia, 14), 1985, p. 263-264, 269, n. 47 et 50, p. 279. Le fait qu’Arnoul ait été enterré dans l’église paroissiale de Florennes, dédiée à saint Martin précisément, n’est peut-être que le résultat du hasard. C’est l’évêque Notger qui consacra l’église Saint-Gengulphe de Florennes construite par Arnoul : D. Misonne, « Note sur un calendrier-obituaire de l’abbaye de Florennes », Revue bénédictine, 121, 2011, p. 217, n. 15.

16 Il est fort probable qu’il s’agisse du même personnage que l’Arnulfus marchio mentionné dans la liste de 981 citée ci-dessus n. 12. Voir également C. Lays, « La date exacte de la mort d’Arnoul comte de Valenciennes », Le Moyen Âge, 59, 1953, p. 63-68.

17 Le comté de Haspinga (Hesbaye) occupait l’espace compris entre la Meuse et le Geer, à l’ouest de Liège ; la villa de Dommartin en faisait partie : J. Baerten, « Le comté de Haspinga et l’avouerie de Hesbaye (ixe-xiie siècles) », Revue belge de philologie et d’histoire, 40, 1962, p. 1149-1167 (avec carte).

18 J.-L. Kupper, Liège et l’Église impériale. xie-xiie siècles, Paris, 1981, p. 120, 509 ; Id., « La donation de la comtesse Ermengarde à l’Église de Liège (1078) », Bulletin de la Commission royale d’histoire, 179, 2013, p. 23 (avec réf. aux travaux de Jean Baerten).

19 Voir, par exemple, Ch. Piot (éd.), Cartulaire de Saint-Trond…, op. cit., t. 1, no 8, p. 13-14 (début du xie siècle) : Ego Assolfus, rogatus, scripsi. Le notaire Hardulf n’est mentionné nulle part ailleurs : G. Kurth, Notger de Liège et la civilisation au xe siècle, Paris/Bruxelles/Liège, Champion, 1905, t. 1, p. 208.

20 Sur les affectations successives de l’église du Publémont, voir J.-L. Kupper, « Les origines de la collégiale Saint-Martin », dans M. Laffineur-Crépin (dir.), Saint-Martin. Mémoire de Liège, Liège, Éditions du Perron, 1990, p. 15-22. Quant à la mention des trois principaux dignitaires de la nouvelle collégiale, le prévôt (chef du chapitre et administrateur du temporel), le doyen (responsable de la discipline des clercs) et le coûtre (gardien du sanctuaire, de ses reliques, du trésor et des archives, mais aussi responsable de la perception des chevages), elle va de soi. Voir A. Wilkin, La gestion des avoirs de la cathédrale Saint-Lambert de Liège des origines à 1300, Bruxelles, Académie royale de Belgique (Mémoires de la Classe des lettres, Collection in-8°, 46), 2008, p. 142-145, 148-150 et n. 209, p. 335-340.

21 Georges Duby observe avec raison qu’en dessous de la somme de quelques sous – le sou, rappelons-le, correspondant à 12 deniers – la redevance n’avait guère de « réelle signification économique » : G. Duby, L’économie rurale…, op. cit., t. 2, p. 81.

22 Unibertus cum praedio suo […] Et Alboldus itidem cum praedio.

23 Sur le sens du mot praedium, synonyme du mot allodium, voir les remarques de L. Genicot, L’économie rurale namuroise au bas Moyen Âge (1199-1429), t. 1, La seigneurie foncière, Louvain, Bibliothèque de l’université, 1943, p. 74 et n. 1 et 2.

24 Étant bien entendu que, conformément au proverbe selon lequel les petits ruisseaux font les grandes rivières, l’accumulation de deniers provenant de chevages très nombreux pouvait générer des revenus appréciables ! Voir L. Verriest, Le servage dans le comté de Hainaut …, op. cit., p. 208.

25 Ce que Léo Verriest martelait avec conviction : ibid., p. 211-212. Georges Duby, lui aussi, entendait distinguer avec netteté la non-liberté (ou servage, survivance de l’esclavage adaptée au climat du christianisme) et la dépendance matérialisée par le chevage, à savoir le versement d’un cens de quelques deniers : G. Duby, La société aux xie et xiie siècles dans la région mâconnaise, 2e éd., Paris, Armand Colin, 1971, p. 112-116 et n. 26 et 34. Les censitaires Unibert et Albold de notre document semblent bien être les propriétaires de leur praedium, or la propriété est précisément un des signes de la liberté : L. Feller, Paysans et seigneurs…, op. cit., p. 67, 103-104, 119. À l’inverse, on observe que dès l’époque carolingienne des alleutiers libres cèdent leurs biens à des seigneurs immunistes (notamment à des églises) afin de perdre leur liberté et échapper de la sorte au service militaire ! É. Renard, « La politique militaire de Charlemagne et la paysannerie franque », Francia, 36, 2009, p. 22-23, 27.

26 Voir, sur ce point, J.-G. Schoonbroodt (éd.), Inventaire analytique et chronologique des chartes du chapitre de Saint-Martin, à Liège, Liège, J. Desoer, 1871 ; F. Bihain, « L’histoire du domaine de Saint-Martin au Moyen Âge », dans Saint-Martin. Mémoire de Liège…, op. cit., p. 23-26.

27 D. Van Derveeghde (éd.), Le polyptyque de 1280 du chapitre de la cathédrale Saint-Lambert à Liège, Bruxelles, Palais des Académies, 1958, p. 138-139 ; sur la date de ce document, voir A. Wilkin, « Datation et analyse du contexte de rédaction du Polyptyque dit de 1280 de la cathédrale Saint-Lambert de Liège », Bulletin de la Commission royale d’histoire, 173, 2007, p. 15-45.

28 14 deniers dus par le desservant de la chapelle ; 20 deniers dus par les Templiers de Haneffe ; 10 deniers du béguinage Saint-Christophe de Liège ; 6 deniers de l’abbaye du Val-Notre-Dame à Antheit ; 10 deniers dus par une certaine Béatrice, veuve d’un certain Robert ; 6 deniers dus par Béguin de Warfusée ; 6 deniers d’Herman de Strathem. En tout 72 deniers équivalant à 6 sous.

29 Le texte précise que cette seconde part fut attribuée Deo servientibus per aecclesias et per monasteria : il faut comprendre par ces termes l’église cathédrale et, en ordre principal, les collégiales de la cité reconstruites, parachevées ou fondées par Notger.

30 Anselme, Gesta episcoporum Leodiensium, ch. 29, éd. par R. Koepke, Monumenta Germaniae Historica. Scriptores, Hanovre, Hahnsche Buchhandlung, 1846, t. 7, p. 206 et J.-L. Kupper, Liège et l’Église impériale…, op. cit., p. 434-435. L’évêque de Liège se conformait ici aux traditions carolingiennes concernant l’effort militaire exigé des Églises par le souverain : J.-P. Devroey, « Problèmes de critique autour du polyptyque de l’abbaye de Saint-Germain-des-Prés » [1989], repris dans Id., Études sur le grand domaine carolingien, Aldershot/Brookfield, Variorum, 1993, III, p. 457-462.

31 Ministeriales […] Eustachius de Dommartin, charte de l’évêque de Liège Henri II de Leez en faveur de l’abbaye de Saint-Denis-en-Broqueroie près de Soignies : P.-V. Bets (éd.), Histoire de la ville et des institutions de Tirlemont, Louvain, C.-J. Fonteyn, 1861, t. 2, p. 210 (1161) ; ailleurs, cet Eustache apparaît sous la rubrique de familia sancti Lamberti.

32 Le premier miles appartenant à la familia de saint Lambert est Bodon de Hozémont, mentionné en 1180 ; le premier des Dommartin à porter ce titre est Fastrade en 1189 ; toutefois ces deux lignages sont déjà mentionnés en 1157 (Hozémont) et 1161 (Dommartin). Voir note précédente ainsi que J. Stiennon, Étude sur le chartrier et le domaine de l’abbaye de Saint-Jacques de Liège (1015-1209), Paris, Les Belles-Lettres (Bibliothèque de la Faculté de philosophie et lettres de l’Université de Liège, 124), 1951, p. 451 (1189) et J.-L. Kupper, Liège et l’Église impériale…, op. cit., p. 230-231 (avec indication des autres sources). Sur la ministérialité en Basse-Lotharingie, voir l’étude fondamentale de F.-L. Ganshof, Étude sur les ministeriales en Flandre et en Lotharingie, Bruxelles, Lamertin, 1926. Excellente synthèse par J. Maquet, dans S. Dubois, B. Demoulin, J.-L. Kupper (dir.), Les institutions publiques…, op. cit., t. 1, p. 222-231 (avec bibliographie complémentaire). Ci-dessous, n. 99.

33 Bellum civium cum militibus de Dono-Martini : Lambert le Petit, Annales Sancti Jacobi Leodiensis, éd. par J. Alexandre, Liège, L. Grandmont-Donders (Publications de la Société des bibliophiles liégeois, 12), 1874, p. 43 (1184) ; sur ces événements, voir J.-L. Kupper, « Sur les émeutes ou “émotions” populaires dans la cité de Liège, du xe au xiie siècle », Bulletin de la Société d’art et d’histoire du diocèse de Liège, 70, 2013, p. 18-22.

34 Non interfuerunt exceptis paucis illi de Dono Martini, quia, sicut credimus, non fuerunt digni. Nam sicut audemus presumere, pacem fecerant perfidi cum perfido duce. Renier de Saint-Jacques, Annales Sancti Jacobi Leodiensis, éd. par J. Alexandre, Liège, L. Grandmont-Donders (Publications de la Société des bibliophiles liégeois, 12), 1874, p. 105 (1213) : contemporain des faits, le chroniqueur, selon nous, juge les Dommartin « indignes » de récolter les lauriers de la victoire que saint Lambert apportera ce jour à l’armée épiscopale ; humiliation suprême pour ces guerriers parjures qui avaient précisément pour mission de protéger les droits et les biens de saint Lambert !

35 Les ministeriales pouvaient effectivement en détenir (voir ci-dessous n. 40) : cette possibilité était source de danger puisqu’elle risquait de placer ces dépendants sous la domination de plusieurs maîtres…

36 Le Triumphus sancti Lamberti in Steppes, évoquant les préparatifs de la bataille de 1213, note que lorsque l’évêque voulut disposer les « siens » en ordre de bataille, il n’y avait pas plus de trente guerriers : [ pontifex] suos etiam ad bellandum ordinare voluit, in quibus 30 milites sunt inventi : Triumphus sancti Lamberti in Steppes, ch. 10, éd. par J. Heller, Monumenta Germaniae Historica. Scriptorum, Hanovre, Hahnsche Buchhandlung, 1880, t. 25, p. 182. Or le prince de Liège était en mesure d’en aligner jusqu’à 700 ! J.-L. Kupper, Liège et l’Église impériale…, op. cit., p. 450.

37 Voir les observations de É. Poncelet, dans Jacques de Hemricourt, Œuvres…, op. cit., t. 3, p. lxxxii, lxxxvii, n. 1. E. Linck, Sozialer Wandel…, op. cit., p. 253-255 : à Stavelot, au xiie siècle, la ministérialité militaire, affectée tout particulièrement à la garde du château de Logne, forme un groupe homogène qui correspond à la portion « la plus libre » de l’ensemble des dépendants de l’abbaye (liberior familia) et se recrute parmi les censuales mais aussi parmi les nobles qui, de ce fait, entrent dans la familia. L’expression « petite noblesse » (der niedere Adel) est une manière commode, sans plus, de distinguer dans le sein de la classe noble, les aristocrates de vieille souche et de haute volée des hobereaux d’origine plus récente ou « nouvelle noblesse ». Voir ci-dessous n. 102.

38 Voir J.-L. Kupper, « Sur les émeutes… », art. cité, p. 18-19.

39 Sur la rivalité entre l’évêque et le duc de Brabant : J. Lejeune, Liège et son pays. Naissance d’une patrie ( xiiie -xive siècles), Liège, Faculté de philosophie et lettres de l’université de Liège (Bibliothèque de la faculté de philosophie et lettres de l’université de Liège, 112), 1948, p. 96-119.

40 J.-L. Kupper, Liège et l’Église impériale…, op. cit., p. 230-231. Ci-dessous note 102.

41 Levons toute ambiguïté. Nous parlons ici de la ministérialité ou familia militaire, appartenant au groupe des dépendants de l’Église liégeoise ; non pas des nobiles-liberi, « nobles-libres » entrés dans l’entourage noble de l’évêque par un contrat féodo-vassalique. Cela dit, il ne faut pas perdre de vue qu’au fil du temps les membres de la familia revendiquèrent le droit de détenir des fiefs ; ils en tiennent, à ce qu’il semble, dès le xie siècle : Ganshof, Ministeriales…, op. cit., p. 285-290.

42 Folcuin, Gesta abbatum Lobbiensium, ch. 25, éd. par G. Waitz, Monumenta Germaniae Historica. Scriptores, Hanovre, Hahnsche Buchhandlung, 1841, t. 25, p. 66. J.-L. Kupper, Liège et l’Église impériale, op. cit., p. 232.

43 J.-L. Kupper, Liège et l’Église impériale…, op. cit., p. 422, n. 5.

44 Nous utilisons cette dernière expression pour distinguer cette chevalerie de la chevalerie féodale composée de « nobles-libres ». Ci-dessus, n. 30, 41.

45 A. Marchandisse, La fonction épiscopale à Liège aux xiiie et xive siècles. Étude de politologie historique, Genève, Droz (Bibliothèque de la faculté de philosophie et lettres de l’université de Liège, 272), 1998, p. 353-354, 359-360 ; F. Jeuris, dans S. Dubois, B. Demoulin, J.-L. Kupper (dir.), Les institutions publiques…, op. cit., t. 1, p. 575 ; J. Ruwet, La principauté de Liège en 1789, Bruxelles, Palais des Académies, 1958, p. 48-53, 59-63 : Amay s’étendait alors sur la commune d’Ombret-Rausa (rive droite de la Meuse) ; Horion-Hozémont, Lowaige, Hemricourt (Remicourt) se trouvaient dans le baillage de Hesbaye, à l’est de celui de Moha. La dénomination « baillage » de Moha vient du fait que ce château, acquis par l’Église de Liège en 1227, était devenu résidence épiscopale en même temps que centre administratif et lieu de perception. Voir : P. Mignot, dans J. Maquet (dir.), Le patrimoine médiéval de Wallonie, Namur, Institut du Patrimoine wallon (Patrimoine de Wallonie, 9), 2005, p. 384-385.

46 Ces informations proviennent d’une source tardive (xe siècle) qui paraît s’appuyer sur un fond historique bien réel : sancta Oda […] multum non solum Leodicense, sed et alia episcopia praediis suis vidua ditavit, ad ultimum in Leodicensi parrochia requievit. Annales Lobienses, éd. par G. Waitz, Monumenta Germaniae Historica. Scriptores, Hanovre, Hahnsche Buchhandlung, 1881, t. 13, p. 227 ; Annales Stabulenses, ibid., p. 41, n. 7. Voir M. Coens, « La vie de sainte Ode d’Amay », Analecta Bollandiana, 65, 1947, p. 196-244 et A. Dierkens (éd.), Le sarcophage de sancta Chrodoara. 20 ans après sa découverte exceptionnelle. Actes du Colloque international d’Amay, 30 août 1997, Amay, Cercle archéologique Hesbaye-Condroz (Bulletin du Cercle archéologique Hesbaye-Condroz, 25), 2006. Sur les possessions de sainte Ode autour d’Amay, sur les deux rives de la Meuse, voir la description établie par J. Evrard, « Documents relatifs à l’abbaye de Flône », Analectes pour servir à l’histoire ecclésiastique de la Belgique, 2e série, t. 7 (= t. 23), 1892, p. 274-276 : liste intéressante qui mériterait néanmoins une analyse rigoureuse.

47 Yernawe : Belgique, prov. de Liège, arr. de Waremme, comm. de Saint-Georges-sur-Meuse : P. Harsin, « Contribution à l’étude de la paléographie liégeoise. Les chartes de Saint-Jacques du xie siècle », Bulletin de la Société d’art et d’histoire du diocèse de Liège, 22, 1930, p. 71 (charte fausse de 1016) ; J. Stiennon, Chartrier et domaine de Saint-Jacques…, op. cit., p. 219. L’église de Yernawe n’était pas paroissiale : elle était chapelle de Saint-Georges. La none ou 9e gerbe appartenait à l’église Notre-Dame-aux-Fonts de Liège. Ibid. et note suivante.

48 La collégiale y prélevait la dîme ou 10e gerbe : P.-J. Debouxtay, « Les possessions de la collégiale de Saint-Paul de Liège au xiie siècle », Leodium, 26, 1933, p. 48 (bulle pontificale de 1145) ; J. Brassinne, « Les paroisses de l’ancien concile de Hozémont », Bulletin de la Société d’art et d’histoire du diocèse de Liège, 12, 1900, p. 268 ; Jacques de Hemricourt, Œuvres…, op. cit., t. 3, p. lxxxi, n. 3 ; M. Ghiot, A. Wilkin, « La formation du domaine de la collégiale Saint-Paul de Liège. Des origines à 1300 », Bulletin de l’Institut archéologique liégeois, 112, 2001-2002, p. 146.

49 J. Evrard, « Documents relatifs à Flône… », art. cité, no 1, p. 282-285 (1092). Cet hospice fut édifié en bordure de la voie romaine juste avant le franchissement de la Meuse à Ombret. Voir C. Dereine, Les chanoines réguliers au diocèse de Liège avant saint Norbert, Bruxelles, Palais des Académies (Mémoires de la Classe des lettres, 47/1), 1952, p. 106-120. Sur le doc. de 1092 qui est probablement un faux fabriqué peu avant 1138 mais qui, de notre point de vue, est utilisable, voir J.-L. Kupper, Liège et l’Église impériale…, op. cit., p. 226, n. 72.

50 Almanium cum abbatia et advocatia et omnibus appenditiis : Die Urkunden Friedrichs i. 1152-1158, éd. par H. Appelt, Hanovre, Hahnsche Buchhandlung (Monumenta Germaniae Historica. Diplomata regum et imperatorum Germaniae, 10/1), 1975, no 123, p. 207 (1155).

51 L’abbé devait assumer, un mois durant, les fonctions de chapelain épiscopal : J.-L. Kupper, Liège et l’Église impériale…, op. cit., p. 237-238 ; R. Forgeur, « Les abbayes séculières épiscopales au diocèse de Liège », Bulletin de l’Institut archéologique liégeois, 98, 1986, p. 169-170.

52 Soit 95 hectares, environ.

53 Centum bonuaria silve nostre site in territorio Amaniensi in illo loco qui appellatur Rourou : É. Poncelet, « Les maréchaux d’armée de l’évêché de Liège », Bulletin de l’Institut archéologique liégeois, 32, 1902, no 14-15, p. 273-274 (1249 n. st.). Au nord-ouest d’Amay existe de nos jours encore un bois et une ferme dénommés de Saint-Lambert ; un autre bois Saint-Lambert s’étend sur la rive droite de la Meuse, au sud du gué d’Ombret.

54 É. Poncelet (éd.), Les feudataires de la principauté de Liège sous Englebert de La Marck, Bruxelles, Palais des Académies, 1948, p. 622.

55 J. Brassinne, « Les paroisses de l’ancien concile… », art. cité, p. 268-269, 280.

56 Ibid., p. 277 ; J. Herbillon, « Toponymes hesbignons », Bulletin de la Commission royale de toponymie et dialectologie, 33, 1959, p. 36-37 : ce toponyme composé de dom (= dominus) est antérieur à sanctus ; il est comparable aux types toponymiques Dompierre, Donceel, Domléger ou Domrémy. Sur le culte de saint Martin au haut Moyen Âge, voir E. Ewig, « Le culte de saint Martin à l’époque franque » [1961] et « Der Martinskult im Frühmittelalter » [1962], dans Id., Spätantikes und Fränkisches Gallien : gesammelte Schriften, Sigmaringen, Thorbecke (Beihefte der Francia, 3), 1979, t. 2, p. 355-370 et 371-392.

57 Voir sur ce point R. Chevallier, Les voies romaines, Paris, Armand Colin, 1997, p. 293, 311, qui souligne les liens entre la christianisation et le culte de saint Martin le long des routes antiques ; G. Duby, La société mâconnaise…, op. cit., p. 46.

58 L’actuelle route nationale 614 épouse son tracé, depuis Tongres jusqu’à la vallée de la Meuse.

59 M.-H. Corbiau, « La voie romaine Metz-Arlon-Tongres. Itinéraire, équipement et chronologie », dans J. Witvrouw, G. Gava (dir.), Le pont romain et le franchissement de la Meuse à Amay. Archéologie et histoire, Amay, Cercle archéologique Hesbaye-Condroz, 2008 (Bulletin du Cercle archéologique Hesbaye-Condroz, 29, 2005), p. 31-33 : cette voie porta, de manière caractéristique, le nom de « voie romaine » ou « verte chaussée ».

60 En dehors des domaines d’Ode d’Amay qui furent intégrés très tôt dans le patrimoine de l’Église de Tongres-Maestricht.

61 Fexhe vient de fiscus, « domaine royal » ; l’église paroissiale de cette localité était, elle aussi, dédiée à saint Martin. Voir J. Herbillon, « Toponymes hesbignons », Bulletin de la Commission royale de toponymie et de dialectologie, 35, 1961, p. 72-74 ; F.-L. Ganshof, La Belgique carolingienne, Bruxelles, La renaissance du Livre, 1958, p. 77-78.

62 Voir F. Rousseau, « La Meuse et le pays mosan en Belgique. Leur importance historique avant le xiiie siècle », Annales de la Société archéologique de Namur, 39, 1930, p. 234 ; G. Rotthoff, Studien zur Geschichte des Reichsgutes in Niederlothringen und Friesland während der sächsisch-salischen Kaiserzeit. Das Reichsgut in den heutigen Niederlanden, Belgien, Luxemburg und Nordfrankreich, Bonn, Röhrscheid (Rheinisches Archiv, 44), 1953, p. 123-125. Lowaige fut également le lieu d’implantation d’un lignage militaire de la casa sancti Lamberti : J.-L. Kupper, Liège et l’Église impériale…, op. cit., p. 231 et n. 98.

63 Voir J. Godinas, Le culte de saint Martin dans le diocèse de Liège (397-1559), mémoire de licence dirigé par J.-L. Kupper, université de Liège, 2002-2003, t. 2, nos 58, 68-69, 99, 261, p. 30, 33, 46.

64 J. Godinas, Le culte de saint Martin…, op. cit., t. 1, p. 69, 71 ; C. Mériaux, Gallia irradiata. Saints et sanctuaires dans le nord de la Gaule du haut Moyen Âge, Stuttgart, Franz Steiner Verlag, 2006, p. 123-124, 127-129, 135-137.

65 J.-L. Kupper, « Les origines de la collégiale Saint-Martin… », art. cité, p. 18-20.

66 Anselme, Gesta episcoporum Leodiensium, ch. 55, op. cit., p. 221-222, qui s’inspire de la Vita sancti Martini de Sulpice Sévère. Voir J. Godinas, Le culte de saint Martin…, op. cit., t. 1, p. 117-118. J.-L. Kupper, « Les origines de la collégiale Saint-Martin… », art. cité, p. 20.

67 Voir É. Poncelet, dans Jacques de Hemricourt, Œuvres…, op. cit., t. 3, p. lxxxvi, n. 2 ; le même auteur observe que Dommartin fut non seulement le cri de guerre des Dommartin-Warfusée mais aussi celui d’un grand nombre de lignages liégeois : ibid., p. cclxix ; ils firent le choix de Martin, précisément, alors qu’ils auraient pu se tourner vers saint Georges dont le culte, au départ d’Amay, s’était également développé en Hesbaye : M. Coens, « Sainte Ode d’Amay… », art. cité, p. 214-215, 218 n. 3, p. 222-223.

68 Une mise au point ici s’impose. Warfée, qui jouxte Dommartin, est l’emplacement primitif de la tour lignagère qui fut transférée ultérieurement à plusieurs kilomètres vers le sud, au lieudit Stockay. Cette nouvelle forteresse prit le nom de Warfusée qui est issu du même prototype que Warfée. Pourquoi ? Sans doute parce que la forme Warfusée (wallon : warfizêye) semblait plus conforme à la tradition et plus aristocratique que Warfée (wallon : warfêye). Voir les observations de J. Herbillon, « Toponymes hesbignons », Bulletin de la Commission royale de toponymie et dialectologie, 51, 1977, p. 37-39. Sur les liens étroits qui existèrent entre les Dommartin et la tour de Warfusée (lire : Warfée), voir É. Poncelet, dans Jacques de Hemricourt, Œuvres…, op. cit., t. 2, p. 395, 482-485 ; F.-L. Ganshof, Les ministeriales…, op. cit., p. 157-158, 418-419 ; M. Yans, « Warfusée, patrie du prince-évêque Charles-Nicolas d’Oultremont », Annuaire d’histoire liégeoise, 31 (t. 7), 1963, p. 13, n. 2, p. 40, n. 2, p. 123. Construite sur une éminence, la ferme de Warfée a gardé jusqu’à nos jours le caractère défensif d’une forteresse : voir la notice de Catherine Malaise-Dhem, dans Le patrimoine monumental de la Belgique, Wallonie, vol. 18/2, Province de Liège, arr. de Waremme, Liège, Mardaga, 1994, p. 551-553. Le donjon de Warfusée fut rasé au xviiie siècle lors de la construction du château actuel.

69 Recourir à cette méthode nous paraît d’autant plus légitime que dans le cadre de l’Église impériale des xe et xie siècles, les relations entre les diocèses de Liège et de Worms furent, sinon privilégiées, du moins occasionnelles ; entre l’évêque Notger et son confrère Hildebald de Worms (979-998) les liens furent incontestables : J.-L. Kupper, Liège et l’Église impériale…, op. cit., p. 241 ; Id., « Episcopus, ingenui, cives et rustici. La chronique d’Anselme et la vie économique du pays mosan aux xe-xie siècles », dans J.-M. Duvosquel, A. Dierkens (dir.), Villes et campagnes au Moyen Âge. Mélanges Georges Despy, Liège, Le Perron, 1991, p. 406-408 ; Id., Notger de Liège…, op. cit., p. 87-90, 108, 140. Les cadres institutionnels de Worms et de Liège sont donc comparables.

70 Au lendemain de sa victoire contre les Vikings, à Louvain, en octobre 891, cet Arnoul, dit de Carinthie, avait emprunté la voie romaine qui passait par la villa de Dommartin ; sur les rives de la Meuse, à hauteur d’Amay et d’Ombret, son armée avait fait halte avant de poursuivre sa route vers le sud-est. Voir J.-L. Kupper, « Sur les incursions normandes dans le pays mosan : le roi Arnoul, l’évêque Francon, le duc Henri, Franchimont, Limbourg et la porte Hasseline de Liège, Bulletin de l’Institut archéologique liégeois, 116, 2012, p. 16-19.

71 Die Urkunden Arnolfs, éd. par P. F. Kehr, Berlin, Weidmannsche Buchhandlung (Monumenta Germaniae Historica. Diplomata regum Germaniae ex stirpe Karolinorum, 3), 1940, no 158, p. 239-240 (7 août 897, corr.). Voir également ibid., no 157, p. 237-239 (7 août 897, corr.) : acte similaire concernant la cession de servitores-fideles impériaux et de leurs biens, avec leurs descendants, au monastère Saint-Cyriaque de Neuhausen (à Worms), à charge pour eux de verser le cens annuel d’une once (ou 1/12e de livre), le jour de la Saint-Cyriaque, là où son corps est inhumé, à Neuhausen ; ce second document fut délivré sur la requête de l’évêque de Worms.

72 Ce diplôme stipule que les monetarii ou « agents monétaires » de Worms ne peuvent assumer aucun office propre à la ministérialité en dehors des fonctions de maréchal, de sénéchal, d’échanson ou de camérier et que nul ne peut les contraindre à exercer des inferiora officia : Appelt (éd.), Friedrich I…, op. cit., t. 2, no 491, p. 413 (1165). On observe donc, à Worms, l’existence incontestable d’une « passerelle » qui relie la fin du ixe siècle à la seconde moitié du xiie siècle. Voir Th. Zotz, « Bischöfliche Herrschaft, Adel, Ministerialität und Bürgertum in Stadt und Bistum Worms (11.-14. Jahrhundert) », dans J. Fleckenstein (dir.), Herrschaft und Stand. Untersuchungen zur Sozialgeschichte in 13. Jahrhundert, Göttingen, Max-Planck Institut, 1979, p. 92-136.

73 C’est de cette manière que nous interprétons la phrase : inter eos alia aliqua loquax persona supradicte familie novi aliquid subinferre posset. Voir la source citée n. 77, p. 640. Sur la « loi de Worms », voir K. Schulz, « Das Wormser Hofrecht Bischof Burchards », dans W. Hartmann (dir.), Bischof Burchard von Worms, 1000-1025, Mayence, Selbsverlag der Gesellschaft für Mittelrheinische Kirchengeschichte, 2000, p. 251-278.

74 C’est-à-dire une des fonctions dites « auliques » de la cour épiscopale.

75 En Italie ou sur les frontières orientales ou occidentales du Saint-Empire. La même coutume existe en Hesbaye. En 1095, un serf de l’abbaye de Saint-Trond est tenu de verser pour sa terre un cens annuel de 30 deniers au cas où il refuserait de servir l’abbaye conformément à l’« usage militaire » (mos militis). L’intervention intempestive du duc de Lotharingie Godefroid de Bouillon, en dehors de sa volonté d’exister en tant que duc, s’explique, selon nous, parce qu’il était aussi le magister militiae Lotharingiae : Ch. Piot (éd.), Saint-Trond…, op. cit., t. 1, no 21, p. 28-29 (1095). Voir G. Despy, « Godefroid de Bouillon et l’abbaye de Saint-Hubert en 1095 », Saint-Hubert d’Ardenne. Cahiers d’histoire, 1, 1977, p. 47-49 ; J.-L. Kupper, Liège et l’Église impériale…, op. cit., p. 466 et n. 15. E. Linck, Sozialer Wandel…, op. cit., p. 146-148. Les chartes de l’abbaye Saint-Sauveur de Monte Amiata en Toscane mettent en scène, aux viiie et ixe siècles, des liberi homines contraints de participer à l’ost royal avec chevaux et équipements : au cas où ils effectueraient ce service militaire, au sein du contingent fourni par l’abbé, ils seraient libérés du versement de la redevance annuelle due à ce dernier : A. Sigoillot, « Destins d’hommes libres à l’époque carolingienne d’après les chartes de Saint-Sauveur de Monte Amiata », Journal des Savants, 2013, part. aux p. 167-169.

76 Les fiscalini viri sont également tenus de participer aux trois plaids généraux ou séances judiciaires tenues annuellement dans leur circonscription.

77 Si episcopus fiscalem hominem ad servitium suum assumere voluerit, ut ad alium servitium eum ponere non debeat, nisi ad camerarium aut ad pincernam vel ad infertorem vel ad agasonem vel ad ministerialem, et si eum ad tale servitium facere noluerit, quatuor denarios persolvat ad regale servitium et vi ad expeditionem et tria iniussa placita querat in anno et serviat cuicumque voluerit. Constitutiones et acta publica imperatorum et regum, éd. par L. Weiland, t. 1, 911-1197, Hanovre, Hahnsche Buchhandlung, 1893, no 438, § 29, p. 643. Le texte ici reproduit est « restitué » conformément aux bonnes leçons : voir K. Schulz, « Das Wormser Hofrecht Bischof Burchards… », art. cité, p. 274, n. 103.

78 Sur cet aspect fondamental de l’Église impériale ottonienne et salienne, voir J.-L. Kupper, Liège et l’Église impériale…, op. cit., p. 10. Id., Notger de Liège, op. cit., p. 133, 137.

79 Sur le statut privilégié des fiscalini servi et la « loi » (lex) particulière à laquelle ils sont soumis, voir notamment l’intéressant diplôme d’Otton II en faveur de l’église Saint-Pierre d’Aschaffenbourg : Die Urkunden Otto des ii ., éd. par T. Sickel, Hanovre, Hahnsche Buchhandlung (Monumenta Germaniae Historica. Diplomata regum et imperatorum Germaniae, 2), 1888, no 284, p. 331 (982).

80 On songe prioritairement à l’office de villicus ou « maïeur ». Voir K. Schulz, « Das Wormser Hofrecht Bischofs Burchards… », art. cité, p. 258, 266, 274.

81 Comme l’indique la redevance de six deniers ad expeditionem.

82 Selon l’Indiculus loricatorum de 981, cité ci-dessus n. 13, l’évêque Hildebald (de Worms) devait conduire 40 cavaliers lourds.

83 Des dispositions prises par Otton III en 998 concernant les possessions ecclésiastiques en Italie du nord allaient dans le même sens : restitution aux Églises des biens qui leur auraient été dérobés, interdiction aux dépendants des terres d’Église de se libérer : J.-F. Böhmer et M. Uhlirz (éd.), Die Regesten des Kaiserreiches unter Otto III., 980 (983)-1002, Graz/Cologne, Böhlau, 1956, nos 1291-1292, p. 696-698 ; K. Görich, Otto III., Romanus, Saxonicus et Italicus. Kaiserliche Rompolitik und sächsische Historiographie, Sigmaringen, Thorbecke, 1993, p. 241 et n. 326-327.

84 Voir K. Schulz, « Das Wormser Hofrecht Bischof Burchards… », art. cité, p. 275-276.

85 La problématique des Königsfreien fut ouverte par Theodor Mayer en 1943 ; ces hommes, qui se dissimulaient derrière des termes tels que liberi, franci ou ingenui étaient « libres » en ce sens qu’ils se trouvaient placés directement sous l’autorité du roi ; installés dans les régions où les domaines royaux étaient compacts (Königsländer) ils furent simultanément des colons et des guerriers ; par surcroît ils versaient un « cens » au souverain : T. Mayer, « Königtum und Gemeinfreiheit im frühen Mittelalter » [1943], repris dans Id., Mittelalterliche Studien. Gesammelte Aufsätze, Lindau/Constance, Thorbecke, 1959, p. 139-163 ; H. Dannenbauer, « Die Freien im karolingischen Heer », dans Aus Verfassungs-und Landesgeschichte. Festschrift für Theodor Mayer, Lindau/Constance, Thorbecke, 1954, t. 1, p. 49-64, en particulier p. 53-56 ; K. Bosl, « La société allemande moderne : ses origines médiévales », Annales E. S. C., 17, 1962, p. 843-844 (synthèse de ses propres travaux) ; voir également H. Krause, dans Handwörterbuch zur Deutschen Rechtsgeschichte, Berlin, E. Schmidt, 1978, t. 2, col. 1029-1032 ; K. Elmhaüser, dans Lexikon des Mittelalters, t. V, 6, Zurich/Munich, Artemis, 1991, col. 1327-1328 (avec bibl. complémentaire). Ces colonies militaires représentèrent un groupe important, numériquement et institutionnellement, sous les rois mérovingiens et carolingiens, avant de tomber progressivement sous la coupe des comtes (fonctionnaires devenus princes territoriaux) et des seigneurs ecclésiastiques (évêques ou abbés). L’institution des Königsfreien fait songer à celle des kibboutzniks de l’État d’Israël d’aujourd’hui. Sur la question des liens entre les « libres du roi » et les arimanni de Lombardie voir les pages substantielles de P. Toubert, L’Europe dans sa première croissance. De Charlemagne à l’an mil, Paris, Fayard, 2004, p. 233-246.

86 Exactement comme la femme libre Imera, devenue « sainteur » de l’abbaye de Saint-Trond et tenue de verser annuellement, le jour de la fête de saint Trudon, un denier dans le calice déposé sur son autel, dans son église abbatiale, de censu capitis mei : C. Piot (éd.), Saint-Trond…, op. cit., t. 1, no 10, p. 16 (1055). Sur les liberi homines et le culte de Martin, voir H. Dannenbauer, « Die Freien… », art. cité, p. 61-62.

87 On ne peut manquer de rapprocher ces événements de la mention des « personnes loquaces » ou « meneurs » dans la Lex familiae Wormatiensis ecclesiae (voir ci-dessus, n. 73) Au sein de la liberior familia de l’abbaye de Stavelot qui s’adonne au métier des armes le comportement solidaire et les liens de parenté développent une conscience de groupe aspirant à plus de privilèges et de libertés : E. Linck, Sozialer Wandel…, op. cit., p. 268-269. L. Feller, Paysans et seigneurs…, op. cit., p. 126-127 observe, pertinemment, que « les ministériaux [étaient] fort bien placés pour réussir de spectaculaires ascensions sociales, parfois contrecarrées par des phénomènes de rejet ou par la colère d’un saint ».

88 Voir les travaux cités ci-dessus, note 85.

89 Comparables au réseau des vassi dominici carolingiens qui fournissaient les cadres de l’armée et formaient dans toutes les régions de l’Empire un vaste réseau de fidélité. Comparables, sans plus, puisque ces hommes pourvus de bénéfices par le roi, étaient de condition sociale élevée : L. Halphen, Charlemagne et l’empire carolingien, Paris, Albin Michel, 1968 [1947], p. 178-179 ; M. Bloch, La société féodale, Paris, Albin Michel, 1968 [1939-1940], p. 227, 243 ; J. Foviaux, De l’empire romain à la féodalité…, op. cit., p. 335 ; J.-P. Devroey, Puissants et misérables…, op. cit., p. 185-192, 233, 488-489.

90 À savoir un tiers de sou : il est possible qu’il s’agisse de la « survivance numérique » du triens (ou tiers de sou d’or) de l’époque mérovingienne. Quoi qu’il en soit, le chevage de quatre deniers était largement répandu. Voir, par exemple, J.-P. Devroey, Puissants et misérables…, op. cit., p. 270-274, 283, 289, 513-514, 543. Ci-dessus, note 3.

91 F.-L. Ganshof, « Note sur la concession d’alleux à des vassaux sous le règne de Louis le Pieux », dans Storiografia e storia. Studi in onore di Eugenio Duprè Theseider, Rome, Bulzoni, 1974, p. 589-599.

92 Voir W. Metz, Das karolingische Reichsgut. Eine verfassungs-und verwaltungsgeschichtliche Untersuchung, Berlin, De Gruyter, 1960, p. 218.

93 Comparables aux « sainteurs » qui, quant à eux, se rattachaient à tel saint de telle Église. On peut comprendre, du reste, qu’un fiscalinus donné à une Église puisse être progressivement assimilé aux sainteurs de cette même Église.

94 Voir l’identification proposée ci-dessus, note 13.

95 Notger, refondateur de la cathédrale Saint-Lambert, fondateur des collégiales Saint-Jean, Sainte-Croix, Saint-Martin, Saint-Denis et Saint-Paul (collégiale d’Éracle qu’il paracheva), eut les mains relativement libres pour rebrasser la fortune foncière de son Église afin de la répartir, de manière équilibrée, entre la cathédrale et les collégiales, la mense épiscopale et les guerriers de l’Église de Liège. Dès lors que ce remembrement fut effectué, les biens étant désormais « figés », une vaste redistribution n’était plus possible : seuls des échanges ponctuels étaient encore envisageables, au gré des circonstances. Voir ci-dessus, note 30.

96 Au sujet de ce « système » dont la réalité fut naguère contestée, voir en dernier lieu J.-L. Kupper, Notger de Liège…, op. cit., p. 133-143. Sur les « hommes du roi » en tant que groupe originel de la ministérialité germanique, voir H. Dannenbauer, « Die Freien… », art. cité, p. 64 et n. 85.

97 Le cens récognitif ou capitation était signe de sujétion à l’Église et à l’Empire. Il est vraisemblable que les Dommartin de la seconde moitié du xiie et du début du xiiie siècle aient voulu se soustraire à ce versement qui leur paraissait de plus en plus humiliant. Un des moyens utilisés fut peut-être celui de la donation, pieuse mais intéressée, à l’une ou l’autre institution religieuse, de l’alleu que les censitaires possédaient encore dans l’ancienne villa de Dommartin : en même temps que la terre l’obligation du versement du cens serait passée à l’institution bénéficiaire. Le census capitis, « capitation » ou « chevage » se serait alors subrepticement transformé en census terrae ou « censive ».

98 Participèrent à la bataille les milices bourgeoises de Liège, Huy et Dinant ; elles y jouèrent un rôle important : C. Gaier, Art et organisation militaires…, op. cit., p. 257, 260-262.

99 Voir ci-dessus, n. 33. Sur le devenir du lignage de Dommartin aux xiiie et xive siècles, voir les pages excellentes de C. Gaier, Grandes batailles de l’histoire liégeoise au Moyen Âge, Liège, Eugène Wahle, 1980, p. 71-87. Ce n’est point par hasard, sans doute, qu’en 1325, les lignages hesbignons des Awans et des Waroux, issus l’un comme l’autre des Dommartin, firent choix, pour le combat à outrance qu’ils se livrèrent alors en champ clos, d’un lieu hautement symbolique : le terrain situé entre Warfée (Dommartin) et la voie romaine. C. Gaier, Ibid.

100 Comme l’a souligné, avec pertinence et nuances, L. Genicot, Le xiiie siècle européen, Paris, Presses universitaires de France, 1968, p. 1-2 : changements « dans l’ordre politique sans doute » mais aussi « dans la plupart des secteurs de la vie sociale ». Il en fut de même pour la condition juridique des sainteurs : C. Wirtz, « Le problème de la condition juridique des tributaires d’église en Belgique : une question mal posée », Annales de la Société royale d’archéologie de Bruxelles, 50, 1956-1961, p. 275-296.

101 Le décès de l’empereur Henri VI († 1197), suivi par l’assassinat de son frère, le roi Philippe dit de Souabe († 1208), eut des conséquences catastrophiques pour la survivance de l’autorité impériale et du système de la Reichskirche qui lui était étroitement lié.

102 Aux xiiie et xive siècles, dans le pays de Liège, du rapprochement des nobiles, des ministeriales et des milites, naît une « nouvelle noblesse » que, pour notre part, nous appellerons « petite noblesse » (voir ci-dessus n. 37) : J. Lejeune, Liège et son pays…, op. cit., p. 237-254. Sur l’importance des ministeriales et des milites dans la formation de la « petite noblesse » de l’Empire dans le courant du xiiie siècle, voir : J. Fleckenstein, « Die Entstehung des niederen Adels und das Rittertum » [1977], repris dans Id., Ordnungen une formende Kräfte des Mittelalters. Ausgewählte Beiträge, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1989, p. 333-356. Th. Zotz, « Bischöfliche Herrschaft... », art. cité, p. 102-103, 111, 117-118.

103 Voir ci-dessus, note 13.

104 Voir ci-dessus, note 6.

105 Sur ce vice-avoué, voir ci-dessus, notes 15, 16 et 18.

106 Prévôt, doyen et coûtre de la collégiale Saint-Martin. Seules mentions connues. Voir cidessus, notes 12 et 20.

107 Seule mention connue.

Endnoten

1 Quapropter, manque dans D.

2 mihi, manque dans C.

3 et, manque dans C.

4 quidquid, dans C.

5 uxore, D.

6 Goselt, C.

7 Les mots et Alboldum […] infantibus suis manquent dans C et D.

8 Tretbertum, C. Tietbertum, D.

9 Gerardam, D.

10 persolvant, C. – persolvent, D.

11 seu, C., D.

12 quoquam, C. – quoque, D.

13 possit, C.

14 Signum Gisleberti, manque dans D.

15 Après le mot subscripsi, B, C et D ajoutent : Sine data. Successit Notgerus Everacro anno dcccclxxi .

© Éditions de la Sorbonne, 2017

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540