Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Penser la paysannerie médiévale, un défi impossible ?

 | 
Alain Dierkens
, 
Nicolas Schroeder
, 
Alexis Wilkin

Les polyptyques et au-delà. Produire, échanger, administrer et consommer au miroir des documents médiévaux

Le Breve memorationis du monastère de Bobbio (834-836) : introduction et édition

Marie-Aline Laurent et Vincent Vandenberg

Texte intégral

  • 1 Citons ici J.-P. Devroey, Le polyptyque et les listes de cens de l’abbaye Saint-Remi de Reims ( ix(...)
  • 2 M.-A. Laurent, Penser et décrire le patrimoine foncier du monastère de Bobbio aux temps carolingie (...)

1Les domaines auxquels Jean-Pierre Devroey a appliqué sa sagacité sont nombreux et variés. Sa contribution précieuse en tant qu’éditeur de documents de gestion du Moyen Âge doit notamment être mise en exergue1. Ce n’est dès lors pas un hasard si, lorsqu’une jeune doctorante lui fit part de ses réserves quant à la qualité des éditions dont elle dépendait pour ses recherches, il lui suggéra non sans malice de pallier elle-même cette lacune. Il n’en fallait pas davantage pour réorienter une thèse de doctorat : une ambitieuse étude comparatiste des pratiques de gestion du monastère de Bobbio au ixe siècle fut donc remise à plus tard, au profit d’un exercice d’édition et d’analyse en profondeur d’un corpus documentaire remarquable à plus d’un titre2.

  • 3 À propos de Bobbio et de son monastère, voir par exemple : E. Destefanis, Il monastero di Bobbio i (...)
  • 4 Voir M.-A. Laurent, Penser et décrire le patrimoine foncier…, op. cit. Voir aussi A. Castagnetti e (...)
  • 5 Édition par A. Castagnetti et al. (dir.), Inventari altomedievali di terre…, op. cit., p. 169-175.
  • 6 Ibid., p. 177-192.

2Bobbio est aujourd’hui une charmante cité du Nord de l’Italie, située dans la province de Plaisance, en Émilie-Romagne. Elle se niche au cœur d’une vallée fertile au fond de laquelle s’écoule la Trébie. Occupée dès l’Antiquité, la localité accueille en 613-614 un monastère fondé par l’Irlandais Colomban avec l’appui du roi lombard Agilulf3. Durant le règne des souverains carolingiens en Italie (774-875), le monastère bénéficie de plusieurs diplômes royaux qui lui accordent notamment l’immunité. Trois documents de gestion importants sont également rédigés à la même époque : le breve memorationis lié à l’abbé Wala (834-836) et deux adbreviationes (862 et 883)4. Ces deux derniers documents comportent une liste structurée de biens du monastère : chacun d’entre eux bénéficie d’un bref développement comportant une série d’indications relatives notamment aux terres, aux produits, aux hommes ou aux redevances. Un fragment d’un troisième adbreviatio comparable est daté, sans qu’il soit possible d’être plus précis, des ixe-xe siècles5. Enfin, un dernier document est fréquemment associé aux trois adbreviationes – malgré une forme et un contenu significativement différents : le breviarium des xe-xie siècles, simple énumération de biens avec leurs titulaires6.

  • 7 Une analyse détaillée est proposée par M.-A. Laurent, Penser et décrire le patrimoine foncier…, op (...)

3L’étude comparée de ces divers documents, auxquels il faut ajouter une série de diplômes de confirmation des biens du monastère par les souverains successifs, constitue un enjeu d’un grand intérêt, tant pour l’histoire du monastère de Bobbio lui-même que pour celle des pratiques de gestion d’un temporel monastique au haut Moyen Âge. Dans le cadre de ce bref article, toutefois, nous concentrerons notre attention sur le document exceptionnel qui se présente comme le plus ancien du corpus : le Breve memorationis. Nous proposons ici une nouvelle édition du texte, précédée d’une discussion introductive mettant en évidence les principales spécificités et difficultés du texte, ainsi que la valeur de son contenu7.

  • 8 Voir édition ci-dessous.

4« Bref de rappel » : C’est par cette formule sans fioritures que commence ce texte dont il n’existe qu’un seul exemplaire connu, conservé aux Archives d’État de Turin et provenant des archives du monastère de Bobbio (démantelé en 1801). Le document est vraisemblablement une copie, comme le suggère la répétition complète d’une section de texte. La sobriété de l’apparence formelle du document est frappante : l’unique feuille de parchemin, bien conservée, est couverte d’une écriture régulière et continue – datée par certains du ixe, par d’autres du xiie siècle8 – posée sur des lignes prétracées dont quelques-unes restent vierges dans le bas du document. Une seconde main tardive a opéré une unique modification dans la liste de biens de la première partie du texte.

5La matérialité du document ne trahit ni sa fonction, ni les conditions de sa rédaction. Le texte lui-même est énigmatique : le préambule ne se préoccupe que d’énoncer les objectifs et la structuration générale du propos. Ce faisant, il fournit néanmoins un nom et, par voie de conséquence, un début de contexte. Ce nom est celui d’un personnage qui fut brièvement abbé de Bobbio (834-836) à la fin de sa vie : Wala.

  • 9 Voir, par exemple, L. Weinrich, Wala. Graf, Mönch und Rebell. Die Biographie eines Karolingers,(...)
  • 10 Voir B. Kasten, Adalhard von Corbie. Die Biografie eines karolingischen Politikers und Klostervors (...)

6La carrière de Wala9 est celle d’un membre influent des élites carolingiennes, lié à la famille impériale et pleinement engagé dans la politique de son temps. Il semble avoir fait partie de l’entourage proche de Charlemagne à la fin du règne de celui-ci, avant de revêtir l’habit monastique à Corbie lorsque Louis le Pieux monta sur le trône impérial. Cet exil plus ou moins volontaire fait écho à celui que le célèbre Adalhard10, frère de Wala et abbé de Corbie, subit au même moment. Dès 822, Wala réintègre le jeu politique carolingien, puis succède à son frère en tant qu’abbé de Corbie. Il séjourne longuement en Italie auprès de Lothaire et est impliqué dans les conflits répétés entre Louis et ses fils aînés. Il suit finalement Lothaire en Italie, en 834, quand celui-ci doit s’incliner face à son père. Il y obtient l’abbatiat de Bobbio et meurt en 836.

  • 11 E. Dümmler (dir.), « Radbert’s Epitaphium Arsenii », Abhandlungen der königlichen Akademie der Wis (...)

7Le Breve est la seule trace concrète de son activité en tant qu’abbé du monastère italien. Malgré les efforts de Paschase Radbert, son biographe, pour donner de lui l’image de l’abbé idéal11, il semble évident que Wala est resté tout au long de sa carrière un homme de pouvoir. Son élection opportune en qualité d’abbé d’un riche monastère proche de Pavie et de la cour de Lothaire ne laisse guère de place au doute : il est resté jusqu’à la fin de sa vie un grand du royaume vraisemblablement peu impliqué dans la gestion quotidienne de son monastère. C’est aussi dans ce contexte qu’il convient vraisemblablement de lire le Breve.

8Incipit de curtibus quas domnus abba Vuala ad victum vel ad vestimentum ordinavit fratrum seu de singulis infra monasterium ministeriis quomodo qualiterve exerceri a fratribus debeant : le texte se présente comme un exposé en deux parties bien distinctes, d’abord une liste de curtes dont les revenus sont affectés à des usages spécifiques, ensuite une liste descriptive d’offices monastiques. Wala est cité (au passé) en tant qu’ordonnateur de la première liste, tandis que la seconde liste est introduite de manière plus impersonnelle.

9La liste de curtes du monastère est explicitement subdivisée en trois parties correspondant à la satisfaction d’autant de besoins essentiels de la communauté monastique : le victum, le vestimentum et les ceteras necessitates – nourriture, vêtement et autres nécessités. Tous les biens cités voient donc leurs revenus réservés à l’usage des frères : il n’est en aucun endroit fait référence aux biens nécessaires à l’abbé pour assumer ses responsabilités. Ce document pourrait donc être considéré comme la première indication pour Bobbio de l’existence d’une distinction claire entre mense conventuelle (décrite par le texte) et mense abbatiale (absente du texte).

  • 12 Voir M.-A. Laurent, Penser et décrire le patrimoine foncier…, op. cit., vol. 1, p. 133-140 ; M.-A. (...)

10L’identification et le positionnement géographique des curtes ont soulevé de nombreux désaccords entre les éditeurs et commentateurs successifs du Breve. On regrettera une tendance à la surenchère qui a amené chacun à proposer un certain nombre d’identifications volontiers hasardeuses. Au-delà de quelques biens parfaitement connus au travers de nombreux documents et pour lesquels la transposition toponymique ne pose guère de difficultés, il semble opportun de rester prudent dans les autres cas. Il s’agit notamment de prêter une attention soutenue à la juxtaposition systématique de certains lieux dans divers documents du corpus de Bobbio. Ces précautions éclairent le Breve d’un jour nouveau : la succession des possessions y apparaît non pas aléatoire mais bien organisée selon une logique géographique spécifique définissant un certain nombre de zones et de parcours12.

  • 13 J. Semmler (dir.), Statuta seu Brevia Adalhardi abbatis Corbeiensis, dans Corpus consuetudinum mon (...)

11La liste des ministeria exercés au sein du monastère, pour sa part, se caractérise par une structuration à la fois hiérarchique et fonctionnelle : débutant par le prévôt et le doyen, elle se poursuit ensuite, en grande partie, par des regroupements de charges selon des secteurs d’activité relativement clairs : trésor, subsistance, accueil, artisanat. On constate une absence significative : celle de l’abbé lui-même, seulement évoqué indirectement au travers de la description de certaines charges qui lui sont étroitement liées (prévôt, doyen, camérier de l’abbé). Cette seconde partie du texte, en particulier, a volontiers été rapprochée des Statuts d’Adalhard pour le monastère de Corbie (822)13. Il paraît toutefois plus prudent d’éviter toute assimilation a priori de documents dont l’ampleur, le format, la structuration et – pour autant qu’il soit possible d’en juger – les motivations diffèrent sensiblement.

  • 14 Une édition « photographique » du texte est proposée par M.-A. Laurent, Penser et décrire le patri (...)
  • 15 Ibid., vol. 1, p. 99-102. Sans rentrer ici dans le détail de l’argumentaire développé par Marie-Al (...)

12L’édition courante présentée dans les pages qui suivent est conçue afin de respecter la structure du texte tout en clarifiant sa lecture. Le document qui sert de base à ce travail ne comporte ni titre, ni initiale marquée, ni saut de ligne, ni espacements vierges significatifs. Des signes de ponctuation (des points) sont présents dans le texte : ils délimitent régulièrement des « phrases », parfois des mots isolés, mais sont utilisés sans systématisme. Il a donc été jugé préférable de ne pas en tenir compte dans l’édition courante14. Le texte a ici été séquencé (sauts de ligne et paragraphes) en respectant la structuration annoncée dans le préambule : trois groupes de biens, organisés selon leurs rôles dans l’approvisionnement de la communauté monastique, puis une liste présentant les ministeria et, le cas échéant, le contenu de la charge de chacun d’entre eux. Pour les noms de lieux dont l’identification fait l’objet d’un large consensus, une actualisation est proposée en note. Les biens repris dans la liste initiale sont normalement séparés par « ; », à une exception près15.

Breve memorationis (Bobbio, 834-836)

  • 16 Bobbio n’est pas nommé explicitement dans le document, mais la liste de biens, le nom de l’abbé ai (...)

13Résumé. Dans une première partie, liste de curtes affectées, sur la décision de l’abbé Wala (834-836), à la satisfaction des besoins (victum, vestimentum et autres nécessités) d’une communauté monastique (Bobbio16). Dans une seconde partie, liste de ministeria exercés au sein du monastère, précisant, dans la plupart des cas, les responsabilités des uns et des autres.

14Copie (B). Turin, Archives d’État, Materie ecclesiastiche, Abbazie, S. Colombano di Bobbio, mazzo 1, n. 9. Parchemin unique de forme rectangulaire (approximativement 29 cm de hauteur et 25 cm de largeur), dans un bon état de conservation. Plusieurs rognures et quelques trous de faible diamètre sont présents mais n’affectent généralement pas la lecture du document. Deux mains différentes sont intervenues dans la rédaction : la seconde intervient sur une zone grattée et utilise une encre de couleur marron plus foncée que celle utilisée par le premier rédacteur. Parmi les éditeurs successifs du document, C. Cipolla date la première écriture du xiie siècle et la seconde du xve siècle. A contrario, L. M. Hartmann et M. Tosi évoquent une première main du ixe siècle et une seconde des xie-xiie siècles. Les lignes d’écriture sont prétracées et régulières. Le texte comporte 33 lignes au total, 2 lignes prétracées sont laissées vierges dans le bas du document. Au verso du parchemin, dans le coin inférieur gauche, mention archivistique d’une main du xviie siècle « 69.i.K ».

15Éditions antérieures. L. A. Muratori, Antiquitates Italicae Medii Aevi, Milan, 1738, t. 5, p. 379-380 ; L. M. Hartmann, « Zur Wirtschaftsgeschichte des Klosters Bobbio im 9 Jahrhundert », dans Id., Zur Wirtschafsgeschichte Italiens in frühen Mittelalter, Gotha, F. A. Perthes, 1904, p. 129-131 ; C. Cipolla, « Una adbreviatio inedita dei beni dell’abbazia di Bobbio », Rivista storica benedettina, 1, 1906, p. 22-24 ; C. Cipolla, G. Buzzi (dir.), Codice Diplomatico del Monastero di S. Colombano di Bobbio fino all’anno mccviii , Rome, Istituto storico italiano (Fonti per la storia d’Italia, diplomi secoli vi-xiii, 52-54), 1918, vol. 1, p. 22-24 ; J. Semmler (dir.), Breve memorationis Walae abbatis, dans Corpus consuetudinum monasticarum, Siegburg, Franz Schmitt, 1963, t. 1, p. 420-422 ; M. Tosi, « I monaci colombiani del secolo vii portano un rinovamento agricolo-religioso nella fascia littorale Ligure », Archivum Bobiense, 14-15, 1992-1993, p. 122-123 (édition partielle) ; M.-A. Laurent, Penser et décrire le patrimoine foncier du monastère de Bobbio aux temps carolingiens. Édition et analyse du Breve et de deux polyptyques, thèse de doctorat dirigée par J.-P. Devroey et M. Montanari, Université libre de Bruxelles/Università di Bologna, 2009.

Édition

16Breve memorationis. Incipit de curtibus quas domnus abba Uuala ad victum vel ad vestimentum ordinavit fratrum seu de singulis infra monasterium ministeriis quomodo qualiterve exerceri a fratribus debeant.

  • 1 Identifié à Ranzi (Varzi, province de Pavie)
  • 2 Casasca] Hartmann
  • 3 Valverde (prov. Pavie)
  • 4 Espace (correspondant à une vingtaine de lettres) gratté et sur lequel une main postérieure a écri (...)
  • 5 Tovazza (Zavatarello, Pavie)
  • 6 Caminata (Nibbiano, Plaisance)
  • 7 Montelungo (Ruino, Pavie)
  • 8 Borgoratto Mormorolo (prov. Pavie)
  • 9 Vicobarone (Ziano Piacentino, Plaisance)
  • 10 Travo (prov. Plaisance)
  • 11 Borgo Val di Taro (prov. Parme)
  • 12 répétition d’une séquence complète du texte, de « Ceredello cum Variano » à « Carice ». Répétition (...)
  • 13 Calice (Bedonia, Parme)
  • 14 Caregli (Borzonasca, Gênes)
  • 15 Comorga (Carasco, Gênes)
  • 16 Torrio (Ferriere, Plaisance)
  • 17 Dans l’interligne par la première main

17Has enim curtes ad victum instituit fratrum id est : Rancis1 ; Casasco2 ; Audelasci et cum ceteris appenditiis suis ; Virdi3 cum omnibus appenditiis suis : Uulpiclini, Ovilias ; <prato Silvando>4 ; Tubatia5 ; sanctum Simphorianum6 ; Montelongo7 ; Memoriola8 ; Barbata cum Solariolo ; Uico Baroni9 cum prato Agiuli ; Ceredello cum Uariano ; Linare ; sancta Resurrectione in Cariano ; Travano10 cum appenditiis suis ; Turris11 cum appenditiis suis ; Carice1213 ; Carelio14 ; Comorga15 ; Turio16 et omnes cellas seu laborationem quę in ipsa valle sunt (in)17 qua situm est monasterium et sanctum Georgium.

  • 18 Mot omis par Hartmann
  • 19 Suivi d’un espace blanc de 0,5 cm
  • 20 Casscinas] Hartmann
  • 21 vallée de Gênes

18Has quippe ad camaram deputavit fratrum id est : Uilianum18 ; Purpurariam ; Sarnam19 ; Carustum ; Cassinas20 ; Granaria cum valle gennaria21.

  • 22 Hec] Hartmann
  • 23 Superius] Hartmann
  • 24 Le second « l » en décalage au dessus de la ligne prétracée ; Rivalta] Hartmann et Cipolla
  • 25 casa Leovani] Hartmann

19Heę22 enim supersunt23 ad ceteras necessitates id est : cella in Papia ; Rivallta24 ; cella sancti Columbani cum Argile et senodochium quod est Casaleovani25 ; Garda deputavit ad oleum ; Luliaticam ad ferrum ; Fraxenedum et curtes in Tuscia deputavit ad quascumque necessitates quę evenire solent.

20Nunc vero de ministeriis quę infra monasterium aguntur memorandum est.

  • 26 Specialiter] Cipolla
  • 27 B stipendi sans signe d’abréviation et suivi d’un espace blanc de 1,3 cm

21Prepositus primus sit post abbatem in monasterio infra extraque, tamen spetialiter26 hęc sint in sua potestate, id est omnis laboratio agrorum et vinearum et edifitiorum figulorumque, pastorum atque omnium cellarum hac in valle consistentium, pręter illas quę aliorum fratrum providentia depputantur seu omnes curtes quę ad stipendi[um]27 pertinent, caballi domiti indomitique et ipse mansiones in monasterio cui necessarie sunt distribuat.

  • 28 Suivi d’un espace blanc de 0,7 cm
  • 29 Specialiter] Cipolla

22Decanus28 ubique spetialiter29 curam habeat intra extraque de conversatione fratrum et cottidianus cum fratribus in oboedientia sit et si defuerit abbas seu prępositus cuncta ad ipsum respiciant.

23Custos eclesię provideat luminaria et omne ornamentum eiusdem seu conpetentiam orarum et ipse recipiat elemosinam quę fratribus advenerit.

24Bibliothecarius omnium librorum curam habeat, lectionum atque scriptorum.

  • 30 « Moni » est séparé de « menta » par un espace blanc de 0,7 cm

25Custos cartarum omnia pręvideat monasterii monimenta30.

  • 31 Probablement « ceellararius » à l’origine car entre le « e » et le « l » une lettre a été grattée, (...)
  • 32 Suivi d’un espace blanc de 1,2 cm
  • 33 Fuerunt] Hartmann
  • 34 Lettres manquantes (parchemin endommagé sur sa bordure)

26Cellararius31 pręvideat32 quicquid ad cibum et ad potum pertinet postquam in monasterio adducta fuerint33, pręter panem et pomam atque dispenset et ad ipsius curam pertineat quod in refectorio vel in quoquina agi[tur]34.

  • 35 Preposito] Cipolla

27Cellararius familie provideat potum illorum sub pręposito35.

28Iunior cellararius custodiat refectorium et omnia vasa eius.

  • 36 Lettres manquantes (parchemin endommagé sur sa bordure)

29Custos pa[nis]36 provideat annonam, postquam in monasterio adducta fuerit, panem et pistores.

  • 37 Lettres manquantes (parchemin endommagé sur sa bordure)

30Portarius hospites omnes suscipiat primum et nuntiet, de[ci]mas37 omnium rerum accipiat, de quibus iuxta constitutum tribuat hospitalario pauperum.

31Hospitalarii religiosorum ipsi recipiant eos qui in refectorio venire debent et ministrent ac ducant, habentes domum super se ubi dormiant.

  • 38 passage illisible (trou dans le parchemin, mentionné par Hartmann mais pas par Cipolla)

32Hospitalarius pauperum recipiat eos et ministret eis et accipiat a portario stipendium eo[rum]38.

33Custos infirmorum pręvideat eos cum adiutoribus suis.

  • 39 Suivi d’un espace blanc de 1,4 cm
  • 40 Omis par Cipolla

34Cantor39 ipse40 ordinet quicquid ad cantum pertinet.

35Camararius primus provideat omnia vestimenta vel pannos ad diversos usus fratrum seu calciamenta pedum ac manuum et sutores calciamentorum ac vestimentorum seu conpositores pellium et calderarios provideat, quibus administret opus eorum et curtes ad cammaram deputatas, de quibus hec prefata exigenda sunt et omnia erea vasa quę ad usus fratrum data sunt.

  • 41 Pergamentarios] Cipolla
  • 42 Feramenta] Cipolla

36Camararius abbatis provideat omnes fabros, scutarios, sellarios, tornatores, pergamenarios41, furbitores et ipse pręvideat omnia ferramenta42.

37Iunior prępositus super opera et operarios ceteros, pręter eos qui in diversis officinis deputati sunt.

38Magister carpentarius provideat omnes magistros de ligno et lapide, pręter eos qui ad cetera officina deputati sunt, id est qui butes et bariles seu scrinia vel molendina, casas atque muros faciunt.

39Custos vinearum vineas pręvideat.

  • 43 « a » écrit dans l’interligne

40Ortolanus ortos pręvide(a)t43.

41Decanos iuniores.

42Circatores.

43Lucernarios.

44Custos pomorum.

Notes

1 Citons ici J.-P. Devroey, Le polyptyque et les listes de cens de l’abbaye Saint-Remi de Reims ( ixe- xie siècle). Édition critique, Reims, Matot-Braine (Travaux de l’Académie nationale de Reims, 163), 1984 ; Id., Le polyptyque et les listes de biens de l’abbaye Saint-Pierre de Lobbes. Édition critique, Bruxelles, Commission royale d’Histoire, 1986.

2 M.-A. Laurent, Penser et décrire le patrimoine foncier du monastère de Bobbio aux temps carolingiens. Édition et analyse du Breve et de deux polyptyques, thèse de doctorat dirigée par J.-P. Devroey et M. Montanari, Université libre de Bruxelles/Università di Bologna, 2009, 2 vol.

3 À propos de Bobbio et de son monastère, voir par exemple : E. Destefanis, Il monastero di Bobbio in étà altomedievale, Florence, V & P università, 2002 ; B. Boccaccia (dir.), Bobbio. Città d’Europa, Castelsangiovanni, Pontegobbo, 2004 ; M. Tosi (dir.), Guida storica artistica ambientale della città e dintorni, Bobbio, Archivi storici bobiensi, 1983 ; V. Polonio, Il monastero di San Colombano di Bobbio dalla fondazione all’epoca carolingia, Gênes, Palatio archiepiscopali Ianuensi, 1962 ; A. Piazza, Monastero e vescovado di Bobbio : dalla fine del x agli inizi del xiii secolo, Spolète, Centro italiano di studi sull’alto Medioevo, 1997 ; M. Richter, Bobbio in the Early Middle Ages : The Abiding Legacy of Columbanus, Dublin, Four Courts Press, 2008 ; A. Zironi, Il monastero longobardo di Bobbio : crocevia di uomini, manoscritti e culture, Spolète, Centro italiano di studi sull’alto Medioevo, 2004 ; F. G. Nuvolone, « L’abbazia di Bobbio dai Carolingi agli Ottoni », dans G. Spinelli (dir.), Il monaschesimo italiano dall’età longobarda all’étà ottoniana (secc viii-x). Atti del vii convegno di studi storici sull’Italia benedettina, Nonantola (Modena), 10-13 sett. 2003, Cesena, Badia di Santa Maria del Monte (Italia benedettina, 27), 2006, p. 321-335.

4 Voir M.-A. Laurent, Penser et décrire le patrimoine foncier…, op. cit. Voir aussi A. Castagnetti et al. (dir.), Inventari altomedievali di terre, coloni e redditi, Rome, Istituto storico italiano (Fonti per la storia d’Italia, 104), 1979, p. 121-144 et p. 145-165.

5 Édition par A. Castagnetti et al. (dir.), Inventari altomedievali di terre…, op. cit., p. 169-175.

6 Ibid., p. 177-192.

7 Une analyse détaillée est proposée par M.-A. Laurent, Penser et décrire le patrimoine foncier…, op. cit., vol. 1, p. 53-193.

8 Voir édition ci-dessous.

9 Voir, par exemple, L. Weinrich, Wala. Graf, Mönch und Rebell. Die Biographie eines Karolingers, Lübeck, Matthiesen, 1963 ; H. Mayr-Harting, « Two Abbots in Politics : Wala of Corbie and Bernard of Clairvaux », Transactions of the Royal Historical Society, 5/40, 1990, p. 217-238.

10 Voir B. Kasten, Adalhard von Corbie. Die Biografie eines karolingischen Politikers und Klostervorstehers, Düsseldorf, Droste, 1986 ; D. Ganz, Corbie in the Carolingian Renaissance, Sigmaringen, Thorbecke, 1990.

11 E. Dümmler (dir.), « Radbert’s Epitaphium Arsenii », Abhandlungen der königlichen Akademie der Wissenschaften zu Berlin, Phil-Hist Kl. 2, 1899-1900, p. 1-98 ; A. Cabaniss, Charlemagne’s Cousins : Contemporary Lives of Adalhard and Wala, Syracuse, Syracuse University Press, 1967.

12 Voir M.-A. Laurent, Penser et décrire le patrimoine foncier…, op. cit., vol. 1, p. 133-140 ; M.-A. Laurent, « Organisation de l’espace et mobilisation des ressources autour de Bobbio », dans J.-P. Devroey, L. Feller, R. Le Jan (dir.), Les élites et la richesse durant le haut Moyen Âge, Turnhout, Brepols, 2011, p. 479-494.

13 J. Semmler (dir.), Statuta seu Brevia Adalhardi abbatis Corbeiensis, dans Corpus consuetudinum monasticarum, Siegburg, Franz Schmitt, 1963, t. 1, p. 355-408 ; A. E. Verhulst, J. Semmler, « Les Statuts d’Adalhard de Corbie de l’an 822 », Le Moyen Âge, 68, 1962, p. 91-123 et p. 233-269.

14 Une édition « photographique » du texte est proposée par M.-A. Laurent, Penser et décrire le patrimoine foncier…, op. cit., vol. 2, p. 3-4.

15 Ibid., vol. 1, p. 99-102. Sans rentrer ici dans le détail de l’argumentaire développé par Marie-Aline Laurent dans sa thèse de doctorat, la formulation très spécifique du passage, ainsi que les recoupements avec d’autres documents, nous incitent à considérer « Uulpiclini » et « Ovilias » comme des dépendances de « Virdi » plutôt que comme des biens indépendants. Un «  : » les introduit dès lors. Selon notre analyse, « prato Silvando », ajouté par une main tardive, est probablement venu recouvrir la fin de la liste des dépendances de « Virdi ». Des arguments syntaxiques et documentaires similaires nous poussent, par ailleurs, à considérer que « Casasco » et « Audelasci » forment une liste (tronquée à l’aide du « et cum ceteris appenditiis suis ») de dépendances de « Rancis ».

16 Bobbio n’est pas nommé explicitement dans le document, mais la liste de biens, le nom de l’abbé ainsi que la situation archivistique du Breve ne laissent aucun doute sur l’identité du monastère concerné.

Notes de fin

1 Identifié à Ranzi (Varzi, province de Pavie)

2 Casasca] Hartmann

3 Valverde (prov. Pavie)

4 Espace (correspondant à une vingtaine de lettres) gratté et sur lequel une main postérieure a écrit « prato silvando »

5 Tovazza (Zavatarello, Pavie)

6 Caminata (Nibbiano, Plaisance)

7 Montelungo (Ruino, Pavie)

8 Borgoratto Mormorolo (prov. Pavie)

9 Vicobarone (Ziano Piacentino, Plaisance)

10 Travo (prov. Plaisance)

11 Borgo Val di Taro (prov. Parme)

12 répétition d’une séquence complète du texte, de « Ceredello cum Variano » à « Carice ». Répétition notée par Hartmann et Cipolla

13 Calice (Bedonia, Parme)

14 Caregli (Borzonasca, Gênes)

15 Comorga (Carasco, Gênes)

16 Torrio (Ferriere, Plaisance)

17 Dans l’interligne par la première main

18 Mot omis par Hartmann

19 Suivi d’un espace blanc de 0,5 cm

20 Casscinas] Hartmann

21 vallée de Gênes

22 Hec] Hartmann

23 Superius] Hartmann

24 Le second « l » en décalage au dessus de la ligne prétracée ; Rivalta] Hartmann et Cipolla

25 casa Leovani] Hartmann

26 Specialiter] Cipolla

27 B stipendi sans signe d’abréviation et suivi d’un espace blanc de 1,3 cm

28 Suivi d’un espace blanc de 0,7 cm

29 Specialiter] Cipolla

30 « Moni » est séparé de « menta » par un espace blanc de 0,7 cm

31 Probablement « ceellararius » à l’origine car entre le « e » et le « l » une lettre a été grattée, dont la forme résiduelle et la jonction avec le « l » correspondent aux autres « e » du texte

32 Suivi d’un espace blanc de 1,2 cm

33 Fuerunt] Hartmann

34 Lettres manquantes (parchemin endommagé sur sa bordure)

35 Preposito] Cipolla

36 Lettres manquantes (parchemin endommagé sur sa bordure)

37 Lettres manquantes (parchemin endommagé sur sa bordure)

38 passage illisible (trou dans le parchemin, mentionné par Hartmann mais pas par Cipolla)

39 Suivi d’un espace blanc de 1,4 cm

40 Omis par Cipolla

41 Pergamentarios] Cipolla

42 Feramenta] Cipolla

43 « a » écrit dans l’interligne

© Éditions de la Sorbonne, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540