Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Penser la paysannerie médiévale, un défi impossible ?

 | 
Alain Dierkens
, 
Nicolas Schroeder
, 
Alexis Wilkin

Les polyptyques et au-delà. Produire, échanger, administrer et consommer au miroir des documents médiévaux

Les transactions dans la Vie de Géraud d’Aurillac

Laurent Feller

Texte intégral

  • 1 Le texte a fait l’objet d’une édition et d’une traduction récente d’excellente qualité : Odon de C (...)
  • 2 Voir sur ces thèmes le collectif : L. Feller, A. Rodriguez (dir.), Objets sous contrainte. Circula (...)

1Le propos de ce texte est de s’interroger sur la présence de réalités économiques dans l’un des textes hagiographiques les plus riches et les plus complexes du haut Moyen Âge, la Vita sancti Geraldi d’Odon de Cluny, et en particulier sur la nature des transactions qui y sont mentionnées : peut-on ou non parler d’échange marchand ou de transactions marchandes dans le cadre de cette hagiographie1 ? Le texte d’Odon fait allusion, de façon parfois très claire, parfois de façon indirecte, à la question de la valeur des choses. Il présente des situations où des objets circulent contre de l’argent et amène donc à se demander quelle est la signification des interactions où le saint et d’autres hommes interviennent en même temps que des objets ou de l’argent. Je vais donc parler, dans ces quelques pages, de la place de l’échange marchand et de la mesure de la valeur à l’intérieur d’une société où le don, qu’il soit charitable ou rituel, mais aussi le pillage et le vol sont des manières ordinaires et légitimes d’accéder aux choses que l’on désire ou dont on a besoin2.

  • 3 F.-L. Ganshof, « Note sur un passage de la Vie de saint Géraud d’Aurillac », dans Mélanges d’histo (...)

2Des commentaires très riches mais pouvant être problématiques ont été proposés autour de ce thème. Il y a d’abord une érudition ancienne, de très haute qualité, allant de F.-L. Ganshof à V. Fumagalli, en passant par J. Schneider et qui pose parfois la question de la place de la vie économique dans cette Vita3. C’est surtout le cas de F.-L. Ganshof qui, se penchant sur le passage particulier où Géraud est en contact avec des marchands vénitiens, s’intéresse essentiellement à la réapparition du grand commerce en Italie padane et à la chronologie que la mention de la Vita Geraldi permet d’établir.

  • 4 P. Bonnassie, « La monnaie et les échanges en Auvergne et en Rouergue aux ixe-xie siècles, d’après (...)

3L’importance du nombre de transactions faisant appel à la monnaie a cependant été relevée pour la première fois par Pierre Bonnassie dans un article fameux mais qui appelle la discussion4. Bonnassie, mobilisant les apports de la critique historique, présentait une interprétation finalement très positiviste du texte. Les mentions de monnaies dans la Vita permettraient ainsi selon lui d’établir la réalité d’une circulation monétaire dense et donc la monétarisation de l’économie dès le xe siècle, préludant aux grandes transformations sociales du xie siècle. Les habitudes mentales d’évaluation et de calcul, de mesure de la valeur par l’établissement d’un prix ne se seraient pas perdues en Aquitaine, depuis l’Antiquité. La Vita Geraldi comme les Miracles de sainte Foy de Conques montreraient une vie économique réglée par l’échange marchand où des choses circuleraient en contrepartie de monnaies. Les textes utilisés permettent cependant de poser d’autres problèmes, notamment ceux de l’usage chrétien de la richesse et de la conversion des biens en instrument de salut, celui surtout du rôle du prince dans la mesure de la valeur des choses.

  • 5 D’une bibliographie en train de devenir vraiment abondante, on retiendra, outre Iogna-Prat, « La V (...)
  • 6 C. Lauranson-Rosaz, « La Vie de Géraud, vecteur d’une certaine conscience aristocratique dans le M (...)

4Les apports bibliographiques intervenus depuis Bonnassie, et au premier chef ceux dont Jean-Pierre Devroey est l’auteur, mais aussi ceux proposés par Dominique Iogna-Prat ou Giacomo Todeschini, amènent à poser différemment les problèmes économiques tels qu’ils apparaissent dans ce type de documents5. Les vitae sont écrites en effet pour établir la sainteté d’un personnage et, par conséquent, leurs auteurs subordonnent l’ensemble de leur dispositif narratif à leur but principal, montrer que, à travers le héros de l’histoire, la grâce de Dieu s’est manifestée et, en guidant l’ensemble de ses actions, a éclairé le monde de sa lumière et favorisé son accession au salut. Les faits rapportés ne le sont donc pas gratuitement ou par simple souci de mémoire mais pour mettre en valeur les vertus héroïques du saint et leur donner valeur d’exemplarité : une interprétation littérale des anecdotes rapportées risque de conduire au mieux à des erreurs d’interprétation et au pire à des contresens. Les Vitae sont des « vecteurs de l’idéel », non des instruments de présentation du réel. Ce sont, pour reprendre les mots d’Anita Guerreau-Jalabert, des « concentrés de discours idéologiques ». D’autre part, et cela a été particulièrement bien mis en lumière dans le cas de la Vita Geraldi, il existe des enjeux locaux, dans ce cas la perplexité de l’épiscopat face à la réputation de sainteté de Géraud, au développement de son culte et à la prolifération de miracles autour de sa tombe. La pression exercée par l’aristocratie sur les biens monastiques auvergnats appelle aussi à une réponse qu’Odon fournit à travers la Vita Geraldi6.

Hagiographie et économie

5Il devrait être vain, dans ces conditions, de chercher beaucoup de réel dans les anecdotes rapportées (et il y en a, selon P. Bonnassie, 105 dans la Vita Geraldi), ou dans les appréciations narratives plus générales sur la façon qu’avait le saint de mener sa vie, celles concernant par exemple l’exercice de la justice ou l’attitude adoptée envers les pauvres. Les faits qui apparaissent comme étant des « faits économiques » risquent d’être détournés de leur sens initial pour dire autre chose que ce qu’ils semblent dire de prime abord.

  • 7 VG, Prefatio, l. 21… quia Geraldus potens et diues fuit et cum deliciis uixit, et utique sanctus e (...)

6On peut, cependant, avec beaucoup de cautèle, s’en servir pour comprendre certains ressorts du fonctionnement des sociétés anciennes et, en ce qui concerne notre propos, de celui de leur économie et des structures de l’échange. En particulier, la question de l’échange marchand peut y être posée. Le texte résiste : il nous informe malgré tout sur le réel parce que les sujets abordés ne peuvent l’être sans qu’un rapport au moins indirect ne soit établi entre le concret des choses et l’abstrait des vertus du saint, entre la réalité matérielle et sa présentation dans l’ordre de l’idéel. Ainsi, la richesse et son usage constituent-ils l’un des axes principaux de la Vita Geraldi du fait de l’expression constante de son désir de pauvreté, condition expresse et preuve d’une conversion de vie authentique, rencontrant sans cesse l’obstacle de la richesse et de la puissance. Il faut que Géraud administre les choses et gouverne les hommes : il se sauve, bien qu’il soit puissant et riche. Les mots utilisés différencient les deux ordres, il est bien locuples ou dives et potens7. C’est donc à partir de ce paradoxe et de l’étonnement qui saisit les autorités ecclésiastiques que se structure le projet hagiographique d’Odon. Géraud réussit à faire de sa richesse un instrument de son salut, ce que le narrateur constate lorsque, à la fin de son second livre, il note :

Voici des faits reconnus : il a été le gardien des biens qui lui ont été remis par ses parents ou par des rois en les administrant non comme un serviteur mais comme s’il en était le maître ; ses richesses sur terre s’accrurent sans dommage pour personne, mais pourtant il a amassé des trésors dans les cieux. Il fut illustre par la naissance mais il demeura pauvre en esprit. Pour toutes ces raisons on ne doit trouver ni étonnant ni incroyable que – cela apparaîtra par la suite – ses biens se soient consolidés dans le Seigneur.

  • 8 Matt. 25,14-30, Luc 19, 11-27.
  • 9 Matt. 6, 19 et Luc 12, 33-34.
  • 10 Matt. 5, 3 et Luc 6, 20. Sur le destin de ces paraboles au Moyen Âge et leur commentaire par l’exé (...)
  • 11 Voir par exemple les pages dédiées à Géraud par Georges Duby qui ont très fortement marqué tous le (...)
  • 12 V. Toneatto, Banquiers du seigneur : évêques et moines face à la richesse ( ive siècle-début ixe s (...)

7Autrement dit, Géraud a accompli la parabole des talents et il a fait fructifier ce qui lui a été confié8. Mais il l’a fait dans des conditions qui conviennent à son état de laïc et de prince, comme un maître, non comme un serviteur. Cela pourrait d’ailleurs renvoyer davantage à la parabole de l’Évangile de Luc qu’à celle de Matthieu, l’intendant de Luc étant au service d’un grand qui devient roi. Géraud s’est de la sorte constitué un trésor dans les Cieux9, tout en demeurant pauvre en esprit, suivant en cela la première Béatitude10. La vita, dans ses deux premiers livres, fournit ainsi le matériau permettant d’établir la conformité de la vie de Géraud à un modèle de vie évangélique inlassablement poursuivi dans tous les actes de sa vie. La question des biens, de la richesse, des trésors et, au bout du compte, celle de la pauvreté en esprit – qu’il faut entendre ici comme l’humilité – constituent effectivement le thème central de la narration d’Odon. Tout cela a déjà été dit, et souvent fort bien, par les commentateurs récents ou moins récents qui se sont affrontés à l’œuvre d’Odon11 et il n’y a rien à ajouter à ce que l’on sait de la richesse et de son administration par un grand qui était aussi un saint. Je voudrais insister ici sur un point essentiel mais négligé par les commentateurs, sauf Pierre Bonnassie, à savoir l’importance de l’échange marchand dans la Vita Geraldi et sur sa centralité dans la question de la richesse de Géraud. Cela contraint cependant à se placer à un haut niveau de généralités sur la charité, le traitement réservé aux pauvres, les méthodes utilisées pour convertir les richesses en mérites comptabilisables pour le salut12.

8Parce qu’il parle d’un laïc dont l’état est de gouverner la société, c’est-à-dire les autres laïcs, Odon est amené à traiter des questions matérielles qu’un homme du rang de Géraud ne peut éviter : acheter et vendre, nourrir son armée en campagne, donner de l’argent. Il aborde par conséquent de nombreux sujets inattendus ou inhabituels dans une hagiographie : le travail, la condition des paysans soumis à l’arbitraire, la guerre, les incidences des campagnes militaires sur la vie des populations. Ces thèmes ne sont toutefois pas structurants et ce n’est pas d’eux qu’il est d’abord parlé, mais ils sont présents parce que Odon doit aussi rappeler ce que sont les devoirs d’état d’un prince.

Posséder, évaluer, échanger

9Pierre Bonnassie a sans doute été le premier à le remarquer, Géraud a toujours des pièces d’argent à sa disposition pour faire face à un grand nombre de situations, soit qu’il les ait sur lui, soit que l’un de ses serviteurs soit commis à les lui fournir lorsqu’il en a besoin. Il ne se contente pas de donner, toutefois, mais intervient dans toutes sortes de transactions. Cela l’oblige à savoir ce que valent les choses et à pratiquer une économie où la mesure de la valeur est omniprésente.

10De ce fait, les questions du commerce, de l’achat et de la vente prennent dans la Vita Geraldi un air de banalité. Ainsi, s’agissant des vêtements donnés aux pauvres, Géraud les achète. Il semble même qu’il affecte une fraction non négligeable de ses revenus à cette pratique, liée au demeurant à la fonction nourricière qu’il assume. Si l’on peut supposer sans risque que les distributions alimentaires proviennent directement de la production domaniale, il n’en va pas de même pour les vêtements et les chaussures.

  • 13 VG, I, 14, p. 158, l. 16-18, p. 159 : Vi autem Phariseorum iustitiam iuxta preceptum Domini, preir (...)

11En outre, pour surpasser la justice des Pharisiens, selon le précepte du Seigneur, Géraud faisait mettre de côté 1/9e des revenus de ses terres, dont il nourrissait les pauvres dans certaines de ses maisons. Avec ces ressources, il leur achetait aussi des vêtements et des chaussures13.

12Le texte sous-entend qu’il existe une branche entière de l’économie domaniale vouée au secours des pauvres, puisque Géraud semble entretenir des hospices et que, d’autre part, il achète des vêtements – ce qui suppose qu’il vende autre chose pour se procurer des moyens de paiement, ou qu’il troque pour obtenir des vêtements. Cela implique aussi que les vêtements donnés ne sont pas produits par les domaines, qu’il y a donc des artisans, dont au demeurant on ignore tout, qui transforment et travaillent et qu’il y a des échanges, donc des lieux de l’échange, des marchés, et que des prix sont établis. La none sert donc à alimenter un trésor qui permet de solder ces échanges et, en même temps, elle fournit les produits alimentaires nécessaires à l’entretien des hospices : elle procure à la fois de quoi consommer et de quoi échanger sur le marché. L’échange commercial apparaît ici comme un élément normal, sous-tendant les actions de charité et celle-ci, avec les distributions qu’elle entraîne, est l’un des éléments qui permettent la mise en circulation des biens par des transactions marchandes. L’exercice de la charité active également les circuits de production. Charité, échange marchand, production pour le marché et production pour la consommation directe ont partie liée. Bref, derrière la normalité affichée et la banalité de l’action se trouvent quelques problèmes fondamentaux de l’histoire économique – qui font difficulté s’agissant d’un texte et d’une situation du xe siècle. L’institution de marchés, les processus de formation des prix, la disponibilité de moyens de paiement, monétaires ou non monétaires sont ainsi sous-jacents à une proposition de cette nature, et demandent que le rôle de Géraud soit là-dedans explicité.

13Beaucoup des anecdotes ou des exempla rapportés par Odon peuvent ainsi faire l’objet d’une relecture. Il me semble que trois directions doivent être privilégiées, la guerre et la prédation seigneuriale, le travail, l’échange marchand à proprement parler.

  • 14 Voir R. Keller, « Pillage et pouvoirs aux marges orientales de la Germanie ottonienne (919-1024) » (...)
  • 15 Sur la question de la valeur des objets de luxe au haut Moyen Âge, L. Feller, « Évaluer les objets (...)
  • 16 VG, I, 36, p. 186-187.
  • 17 VG, I, 38, p. 186-187.
  • 18 VG, I, 39, p. 188-189.
  • 19 VG, I, 33, p. 180-181.

14La guerre est très présente dans la Vita Geraldi, ce qui, s’agissant d’un puissant, n’a effectivement rien de très étonnant. La guerre a des incidences matérielles évidentes. Il faut d’abord déplacer et entretenir les troupes lorsqu’elles sont en campagne. Il faut aussi donner à l’action guerrière une finalité et définir des buts : parmi ceux-ci, le transfert des biens de l’ennemi à l’envahisseur tient une place importante. Le sac des villes est certes une action punitive. C’est aussi une façon d’aspirer la richesse de l’adversaire et de faire passer ses valeurs mobilières (bijoux, vêtements précieux et argent) au vainqueur. En bataille, le butin minimal est constitué, pour le vainqueur, des armes des vaincus. Leur remise signifie la défaite et le déshonneur et, en contrepartie, assure au vainqueur la possession d’objets doublement valorisés : à la fois parce qu’ils rappellent le fait guerrier honorable, l’issue du combat et la gloire qui en a découlé et parce qu’ils sont négociables et ont une valeur vénale14. Vecteurs de l’honneur de qui les porte ou est parvenu à se les approprier, les armes n’en ont pas moins aussi une valeur d’échange éventuellement mesurable et compensable par de la monnaie15. Géraud est ainsi sévèrement critiqué par ses hommes pour laisser des vaincus quitter le champ de bataille avec leurs armes16. La valeur d’échange des armes compte sans doute moins que la valeur symbolique de leur appropriation et du contexte de celui-ci, le combat. Il n’en demeure pas moins que la prédation fait partie de la vie économique et est l’une des formes attendues de l’acquisition des richesses : le chapitre 38 mentionne ainsi un pillage d’Aurillac, suivi de la restitution des biens emportés17 et le chapitre 39 rapporte le vol, assez lamentable suggère Odon, de sept chevaux lors d’un assaut manqué contre une forteresse où Géraud se trouvait en prière18. Ces pratiques font partie de la guerre et sont socialement admises. Au-delà, elles constituent un élément constitutif du revenu des guerriers et une façon de mettre en circulation des biens immobilisés, par l’usage de la force et de la contrainte, en dehors de toute idée marchande. Rien n’empêche, cependant, de vendre ce que l’on s’est approprié au combat. Il est de même admis que l’on vive sur le pays où l’on a conduit l’armée, ce qui est une forme très banale de faire butin, mais constitue aussi une façon d’approvisionner une troupe en campagne qui ne peut pas avoir emporté avec elle des quantités infinies de vivres. Or, cette dernière pratique, Géraud l’interdit, pour lui-même comme pour ses troupes. L’exemple vaut d’être rapporté19.

  • 20 VG, 33, p. 180 : Qua causa incole sibi timentes facultatibus expositis fugiebant, nec inueniri pot (...)

15Alors que Géraud est à l’armée avec Guillaume le Pieux, duc d’Aquitaine, les vivres qu’il a apportés viennent à manquer. Guillaume, figure ambiguë du pouvoir princier dans la narration d’Odon, laisse ses troupes piller et vivre, fort bien suggère la Vita, du produit de leurs rapines, Géraud, pour sa part, interdit aux siens de procéder ainsi. Ils ne peuvent rien emporter ni prélever de la richesse des habitants. Or, ceux-ci ont fui laissant leurs biens sans défense et comme à la disposition des pillards, ce dont ne profitent pas les troupes de Géraud, poussant l’ascétisme extrêmement loin. Il n’y a pas en effet de véritable pénurie : des biens alimentaires existent mais, alors qu’ils sont considérés comme disponibles par Guillaume, ils ne le sont pas par Géraud parce qu’il est impossible de trouver leurs propriétaires et donc d’organiser des échanges. On ne peut, faute de partie transactante, acheter quoi que ce soit. Ce n’est pas qu’il n’y ait rien à vendre, c’est qu’il n’y a personne à qui acheter, alors même que Géraud a de l’argent et alors même que des produits sont présents et disponibles : personne n’est cependant disposé à en faire marchandise. Le marché n’existe pas et cela rend impossible la circulation des objets, sinon par un prélèvement direct, justement interdit. De façon paradoxale, la guerre ici ne crée pas de droit particulier et elle n’est en tout cas pas une revendication sur la propriété des biens d’autrui, même en cas de nécessité. L’absence de marché provoque une pénurie (penuria) dans les rangs des troupes de Géraud qui, pourtant, ne cède pas et ne prend rien, puisqu’il ne trouve personne pour lui vendre quoi que ce soit20. On a là un thème fort édifiant : le refus de transformer sa puissance en un avantage économique et donc d’organiser l’exploitation économique du pouvoir.

16En conséquence, l’achat apparaît ici pour Géraud comme la modalité normale de l’acquisition du ravitaillement et c’est l’impossibilité d’organiser un échange marchand au cours duquel la nature, la quantité et le prix des objets désirés seraient discutés qui crée la pénurie et une forme de désordre puisque les soldats de Géraud ont à souffrir de la faim, alors même que leur conduite est irréprochable. Géraud apparaît ici en rupture avec l’ordre des choses militaires le plus communément admis jusqu’à l’époque contemporaine. Le marché et l’échange commercial sont ici constitutifs d’un ordre juste où la guerre n’atteindrait pas le droit de propriété. Il va de soi que la réalité a pu être tout autre et que la conduite de Géraud a pu passer, voire est passée, pour totalement aberrante.

  • 21 VG, 22, p. 170-171.
  • 22 VG, 23, p. 170-171.

17Deux autres exemples sont mobilisables pour consolider cet argument, l’épisode des pois chiches21 et celui des cerises22. Dans un cas, il s’agit de don, dans l’autre de vol, deux modalités de mise en circulation des richesses en dehors du marché. Dans le premier exemple, Géraud se déplaçant en paix, des jeunes gens de sa suite prennent des pois chiches dans un champ que le paysan est en train de récolter, pour les mâchonner. Géraud se précipite aussitôt vers le travailleur et lui demande si on les lui a pris. Pas du tout, répond celuici : il les a donnés. Et Géraud de maugréer « Bene, faciat tibi Deus ». Il semble probable que le paysan, affronté à la sévérité du maître, n’ait pas voulu nuire aux jeunes gens. Le second exemple renforce celui-ci : des serviteurs, toujours dans un contexte pacifique, ont cueilli des cerises sans autorisation pour agrémenter le déjeuner agreste de leur maître : le propriétaire de l’arbre étant venu protester, Géraud le rembourse et paye les fruits (a reclamante rusticano argenti precio comparauit). Les deux anecdotes disent deux choses complémentaires : un cadeau est acceptable, un vol ne l’est pas et toute chose non donnée doit être payée à prix d’argent ou recevoir une contrepartie équivalente en valeur. Dans le cas du don, la bénédiction du comte (que Dieu te le rende, faciat tibi Deus) tient lieu de contrepartie dans l’échange, tout en dégageant d’ailleurs les bénéficiaires de quelque obligation que ce soit. Odon parle bel et bien ici de prix et d’achat (comparare) et situe donc cette action dans le registre marchand, non dans celui de la contrepartie attendue pour un don. L’exemplum a une signification sociale et politique : le pouvoir du seigneur ne s’étend pas sans limite sur les choses produites par le travail, même s’agissant de fruits, et ses agents ne peuvent pas prendre n’importe quoi comme si c’était leur bien. De ce fait, encore une fois, le marché et l’argent apparaissent comme des éléments stabilisateurs des relations sociales. Mais, en même temps, Odon présente un monde où les princes respectent les règles du jeu économique et limitent leurs exigences, le pouvoir ne créant pas un droit absolu sur les choses : on est là dans un registre purement idéologique et non pas dans une description du réel et il serait hasardeux d’en inférer quoi que ce soit sur les rapports de domination effectivement imposés à cette société. Tout au plus peut-on dire que, sur des points cruciaux, Odon donne des arguments pour l’exercice d’un pouvoir princier tempéré. On est extrêmement loin de la seigneurie banale et de son exploitation économique du ban. Au contraire, celui-ci est refusé – au moins dans l’idéal politique qu’Odon présente en construisant la figure de Géraud.

18Mais il n’y a pas que cela : la présence de l’échange marchand et l’importance qu’il prend dans toutes les scènes de la vie sociale donnent à Géraud une autre fonction qui apparaît en filigrane, de garant de la valeur des choses et ce, parfois, contre les logiques marchandes. Cet aspect-là n’est pas totalement étranger à l’idéologie d’un pouvoir marqué par l’emprise carolingienne et qui pourrait considérer que, par le biais de l’institution monétaire et celui de la définition des poids et mesures, le souverain protège et organise l’échange marchand.

  • 23 VG, I, 21, p. 168-169. Voir le commentaire de Devroey, « Femmes au miroir des polyptyques… », art. (...)
  • 24 Ibid., l. 10-12 […] tantos ei nummos dari iubet quanti dies scionis superesse uidebantur, quatinus (...)

19On connaît l’épisode de la femme au labour. Une femme travaille la terre en conduisant elle-même un araire. C’est une tâche masculine dont elle devrait être exclue. Géraud lui donne de l’argent afin qu’elle puisse payer un ouvrier agricole qui se substitue à elle23. Il ne le fait pas n’importe comment : il évalue d’abord la quantité de travail qu’il reste à faire, c’est-à-dire le nombre de jours durant lesquels l’araire doit encore être passé, et donne ensuite une somme correspondant aux gages d’un ouvrier agricole pour cette durée24. Géraud a donc mesuré le temps à employer, évalué le montant de la journée de travail et donné un prix à la tâche à effectuer qui tienne compte de sa nature et du temps nécessaire à l’effectuer. Connaître et mesurer la valeur et garantir celle-ci peut ainsi faire partie des devoirs d’un prince. Cela ne s’étend pas seulement aux choses mais concerne également le travail : la mesure de sa valeur est la contrepartie du respect de son ordre sexué. Bref, l’anecdote est sous-tendue par une double figure. D’une part le scandale de la femme exécutant un travail d’homme doit être réparé. D’autre part, la réparation se produit grâce au versement d’un salaire qui implique la mesure du temps et la valorisation d’une tâche. Autrement dit, l’organisation du travail dans le respect de l’ordre social et la mesure de sa valeur sont deux faces d’une même réalité, l’évaluation et le paiement faisant partie intégrante d’un processus de production qui ne semble pas, ici, englober le travail forcé. La production et l’échange relèvent donc des préoccupations toujours présentes à l’esprit de Géraud autant que la question de la consommation en partie déterminée et définie par l’obligation caritative.

  • 25 VG, I, 27, p. 174-175 : Tum iubet empta pallia coram afferri. Erat autem unum ex his preciosissimu (...)
  • 26 VG, I, 27, p. 174-175, l. 18 :… tot solidos eis commendauit quot Venecius ultra datum precium dixe (...)
  • 27 F.-L. Ganshof, « Note sur un passage… », art. cité ; H. Laurent, « La morale économique dans le ha (...)

20L’échange doit être juste : cela ne signifie pas qu’il doive respecter les logiques du marché. On en arrive ici à une aporie dont il est difficile de sortir. À Pavie, de retour de Rome, Géraud fait voir des soieries qu’il s’y est procurées à des marchands vénitiens. Ceux-ci s’enquièrent du prix qu’il les a payées et s’étonnent du bon marché qu’il en a obtenu, faisant remarquer que cette qualité de produit lui aurait coûté plus cher à Constantinople25. Horrifié, Géraud fait porter au vendeur, à Rome, la différence du prix26. Cette anecdote a entraîné des réflexions sur la nature du commerce des objets de luxe au xe siècle et sur la chronologie de sa reprise27. Cette attestation est en effet l’une des plus anciennes que l’on possède sur l’activité des Vénitiens à Pavie et sur leur spécialisation (soieries et épices).

  • 28 F.-L. Ganshof, « Note sur un passage… », art. cité.
  • 29 L. Feller, « Sur la formation des prix dans l’économie du haut Moyen Âge », Annales. Histoire, Sci (...)

21Ce récit doit aussi nous amener à réfléchir sur la place de l’échange marchand dans cette société et sur les processus de formation des prix. L’information sur les prix pratiqués à Constantinople est disponible à Pavie – du moins pour les Vénitiens. Le marchand est surpris par une anomalie : normalement, le prix payé en Italie devrait être bien supérieur à ce qu’il est à Constantinople puisqu’il a fallu assumer le paiement des taxes impériales ainsi que le coût de transport. Et même à Constantinople, c’est-à-dire sans tenir compte des taxes ou du transport, la marchandise vaudrait davantage. Or, Géraud a payé moins à Rome que ce qu’il aurait payé à Constantinople. On peut évidemment supposer qu’il existe plusieurs canaux d’importation de la soie et que le monopole d’État de Byzance est parfois battu en brèche mais ce n’est pas ce que dit le texte28. La meilleure offre, quelle que soit la raison qui l’a rendue possible, n’est pas acceptable pour Géraud, qui refuse par là même l’un des mécanismes fondamentaux du marché et qui est de pouvoir jouer de la disponibilité de l’information. Il fait même fonctionner ce mécanisme à rebours, puisqu’il choisit de payer le prix le plus élevé, comme si celui-ci rendait compte au plus près de la valeur de l’objet en transaction. Le prix d’une chose semble ainsi faire partie de sa substance même et n’en être pas dissociable : comme le fait remarquer Ganshof, le prix est ici un absolu et non pas un élément relatif et variable soumis aux fluctuations du marché, au jeu de l’offre et de la demande ou à l’habileté plus ou moins grande des parties transactantes. Il ne peut donc pas y avoir, dans ce contexte, de processus de formation des prix, ni de fixation de ceux-ci : le prix est inhérent à la chose négociée et n’est pas le résultat de la négociation. La transaction qui a eu lieu se déroule idéalement en dehors du marché, puisque le prix ne peut pas se discuter et qu’il doit être considéré ici comme une qualité intrinsèque de la chose cédée. C’est ici le rôle du prince de refuser la définition de la valeur telle qu’elle pourrait ou devrait se faire sur le marché, par le croisement des deux fonctions d’offre et de demande et la mobilisation de l’information. Le refus ne doit pas être porté au débit d’un personnage qui ne comprendrait pas un mécanisme fondamental du jeu économique, mais au contraire au crédit d’un homme qui s’efforce de moraliser les échanges sous toutes leurs formes. Il n’y a donc pas de transaction marchande dans ce cas précis. S’agissant d’un objet de haute valeur et de fort prestige, son évaluation au plus haut est peutêtre aussi une nécessité sociale : on est là dans le régime de l’ostentation et la valeur doit aussi intégrer l’effet social de l’acquisition, ce qui n’est sans doute pas nécessaire s’agissant des vêtements destinés aux misérables ou du salaire de l’ouvrier agricole. Il y a en effet plusieurs scènes sociales et plusieurs déterminants dont il faut tenir compte : il n’est pas nécessaire que les acquisitions de biens de prestige obéissent aux règles d’humilité qui président aux autres actes de la vie économique de Géraud29. Au contraire, il y a avantage à faire savoir que l’on a payé cher un bien précieux. Le comte montre ainsi sa richesse en même temps que sa capacité à être juste, à rendre justice à un marchand en lui rendant en quelque sorte la monnaie. Il établit aussi qu’il est en dernière analyse garant des règles de l’échange, même lorsqu’elles doivent fonctionner à son détriment.

22Si l’échange marchand est bien au cœur de la circulation des biens dans la Vita Geraldi, deux problèmes doivent encore être soulignés. D’une part la question du gain, d’autre part celle de l’usure. Nulle part il n’est dit qu’il doit y avoir un bénéfice dans l’acte d’échange qui est opposé au vol ou au pillage et est implicitement présenté comme une condition de la rémunération du travail : on achète les vêtements, on rétribue l’ouvrier agricole. Cela suppose une circulation d’argent et une affectation de valeur aux objets comme au temps passé au travail. Cela ne signifie en aucune manière que l’enrichissement sans cause, celui dont Géraud aurait pu bénéficier s’il avait accepté de jouer le jeu du marché à Pavie, soit acceptable : Géraud vit dans un monde dont la morale sociale s’oppose parfois à la vie comme elle va et, notamment, au fonctionnement concret du marché et de ses règles, tout en ayant sans cesse recours à l’échange marchand et à la monnaie, et tout en maîtrisant les procédures de mesure de la valeur. Enfin, le prestige et l’ostentation comme modalités d’exercice du pouvoir ne sont jamais bien loin et ils peuvent aussi s’exprimer dans les dépenses que l’on fait et dans les prix que l’on débourse. Il peut y avoir gain, mais celui-ci n’est pas le but de l’échange : il est purement accidentel et peut être rejeté, avec horreur même.

  • 30 VG, I, 24, p. 170-171 et 1 ; 28, p. 174-175.
  • 31 Là-dessus, voir l’article fondamental de François Bougard : F. Bougard, « Le crédit dans l’Occiden (...)
  • 32 VG, I, 24 : Hoc uero quod, non sine mea uerecundia quendam nuper garrientem audiui : scilicet quod (...)

23Second point, l’usure. Géraud la pratique : il prête à intérêt et accepte des gages, sans doute des gages fonciers30. Il ne s’en cache pas et c’est au demeurant une pratique tout à fait ordinaire et juridiquement acceptable dans certaines limites31. Géraud prête lui-même et ne laisse pas ses régisseurs le faire à sa place, ce qui lui permet de ne pas déléguer le contrôle d’un secteur crucial de la vie économique. Maître de la terre et du pouvoir, il l’est aussi du crédit qui permet (ou non) de survivre à une mauvaise année mais qui permet aussi d’établir, à travers la relation de crédit, des dépendances plus ou moins formalisées mais sans aucun doute efficaces. Il semble montrer du côté de cette activité la même bienveillance et le même esprit de charité que dans ses autres activités. Il ne réclame en effet pas d’augmentation de gages, c’est-à-dire qu’il ne réclame pas d’intérêt sur les sommes en jeu, et renonce même parfois à se faire rembourser le capital. Cela, c’est ce que dit Odon. La réalité pourrait avoir été autre et être plus proche d’un rapport économique où les dettes sont remboursées, intérêt et principal, tous les témoins ne s’accordant pas sur une totale bienveillance du saint qui pourrait même avoir été dur en affaires32.

24La figure que construit Odon est donc passablement complexe. L’abbé de Cluny compose un récit où la présence du réel est effective et permanente et atteint également les sphères de la vie économique, produire, échanger et consommer. Il nous montre un saint impliqué dans des négoces temporels qui ne peuvent pas fonctionner sans que l’échange marchand ne soit à tout moment appelé en cause. Il récuse certaines formes normales de la vie économique aristocratique, la prédation et la razzia, pour tenter de leur substituer des formes plus civiles de l’échange : il faut payer ce que l’on prend et ni la razzia ni le butin n’apparaissent comme des formes légitimes d’acquisition des biens. Au rebours, le prix doit être fixé conformément aux normes de la morale sociale et à la représentation que l’on a des objets désirés : ceux-ci ne sont pas tout à fait des marchandises, même s’il faut les acquérir à prix d’argent, parce que leur valeur fait partie de leur substance même et ne peut donc pas faire l’objet d’une quelconque négociation. La mesure de ce que vaut l’objet fait partie du pouvoir du prince qui est à tout le moins garant de l’échange et de son équité. C’est le prince, comme dans l’exemple de la femme à la charrue, et non le marché qui fixe le prix. C’est au prince de savoir ce qu’est la valeur des choses et, parmi ses fonctions, se trouve celle de garantir l’équité de l’échange, sauvegardant ainsi, voire en mettant en valeur, son prestige et son pouvoir.

Notes

1 Le texte a fait l’objet d’une édition et d’une traduction récente d’excellente qualité : Odon de Cluny. Vita sancti Geraldi Auriliacensi, éd. par A.-M. Bultot-Verleysen, Bruxelles, Société des Bollandistes, 2009. Voir la brève mise au point sur le dossier de Géraud faite par Dominique Iogna-Prat : D. Iogna-Prat, « La Vita Geraldi d’Odon de Cluny », dans M. Lauwers (dir.), Guerriers et moines. Conversion et sainteté aristocratiques dans l’Occident médiéval ( ixe- xiie siècle), Antibes, Éditions APDCA, 2002, p. 143-156 ; I. Rosé, Construire une société seigneuriale. Itinéraire et ecclésiologie de l’abbé Odon de Cluny (fin du ixe-milieu du xe siècle), Nice/Turnhout, Brepols, 2008. On citera le texte sous la forme VG qui renvoie à l’édition et à la traduction de Mme Bultot-Verleysen.

2 Voir sur ces thèmes le collectif : L. Feller, A. Rodriguez (dir.), Objets sous contrainte. Circulation des richesses et valeur des choses au Moyen Âge, Paris Publications de la Sorbonne (Série du Lamop), 2013.

3 F.-L. Ganshof, « Note sur un passage de la Vie de saint Géraud d’Aurillac », dans Mélanges d’histoire offerts à Nicolas Iorga, Paris, J. Gamber, 1933, p. 295-307 ; H. Laurent, « La morale économique dans le haut Moyen Âge », Revue belge de philologie et d’histoire, 12, 1933, p. 947-950 ; V. Fumagalli, « Note sulla vita Geraldi di Odone di Cluny », Bullettino dell’Istituto Storico Italiano per il Medio Evo, 76, 1964, p. 217-240 ; J. Schneider, « Aspects de la société dans l’Aquitaine carolingienne d’après la Vita Geraldi Auriliacensis », Comptes-rendus de l’Académie des inscriptions et belleslettres, 117/1, 1973, p. 8-19.

4 P. Bonnassie, « La monnaie et les échanges en Auvergne et en Rouergue aux ixe-xie siècles, d’après les sources hagiographiques », Annales du Midi, 1978, p. 275-289 [repris dans Les sociétés de l’an mil. Un monde entre deux âges, Bruxelles, De Boeck, 2001, p. 199-213].

5 D’une bibliographie en train de devenir vraiment abondante, on retiendra, outre Iogna-Prat, « La Vita Geraldi… », art. cité ; Id., « Préparer l’au-delà, gérer l’ici-bas : les élites ecclésiastiques, la richesse et l’économie du christianisme (perspectives de travail) », dans J.-P. Devroey, L. Feller, R. Le Jan (dir.), Les élites et la richesse au haut Moyen Âge, Turnhout, Brepols, 2011, p. 59-70 ainsi que Devroey, Puissants et misérables…, op. cit., et Id., « Femmes au miroir des polyptyques : une approche des rapports du couple dans l’exploitation rurale dépendante entre Seine et Rhin au ixe siècle », dans S. Lebecq, A. Dierkens, R. Le Jan, J.-M. Sansterre (dir.), Femmes et pouvoirs des femmes à Byzance et en Occident ( vie- xie siècle). Colloque international organisé en mars 1996 à Bruxelles et Villeneuve d’Ascq, Lille, Centre de recherche sur l’histoire de l’Europe du Nord-Ouest/Université Charles de Gaulle-Lille 3, 1999, p. 227-249 et G. Todeschini, Richesse franciscaine. De la pauvreté volontaire à la société de marché, Paris, Verdier, 2008 ; L. Feller, « Measuring the Value of Things in the Middle Ages », dans Economic Sociology. The European Electronic Newsletter, 15/3, 2014, p. 30-40. Sur les limites, les contraintes mais aussi les possibilités de l’analyse des hagiographies en histoire sociale, voir A. Guerreau-Jalabert, Saint Gengoul dans le monde : l’opposition de la cupiditas et de la caritas, dans M. Lauwers (dir.), Guerriers et moines. Conversion et sainteté aristocratique dans l’Occident médiéval, Antibes, Éditions APDCA, 2002, p. 265-266.

6 C. Lauranson-Rosaz, « La Vie de Géraud, vecteur d’une certaine conscience aristocratique dans le Midi de la Gaule », dans Lauwers, Guerriers et moines…, op. cit., p. 157-181.

7 VG, Prefatio, l. 21… quia Geraldus potens et diues fuit et cum deliciis uixit, et utique sanctus est…

8 Matt. 25,14-30, Luc 19, 11-27.

9 Matt. 6, 19 et Luc 12, 33-34.

10 Matt. 5, 3 et Luc 6, 20. Sur le destin de ces paraboles au Moyen Âge et leur commentaire par l’exégèse : E. Bain, Église, richesse et pauvreté dans l’Occident médiéval. L’exégèse des Évangiles aux xiie- xiiie siècles, Turnhout, Brepols, 2014, p. 22-75.

11 Voir par exemple les pages dédiées à Géraud par Georges Duby qui ont très fortement marqué tous les commentateurs : G. Duby, Les trois ordres ou l’imaginaire du féodalisme, Paris, Gallimard, 1978, p. 125-127.

12 V. Toneatto, Banquiers du seigneur : évêques et moines face à la richesse ( ive siècle-début ixe siècle), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2012.

13 VG, I, 14, p. 158, l. 16-18, p. 159 : Vi autem Phariseorum iustitiam iuxta preceptum Domini, preiret, nonam partem de redditibus agrorum reponi seorsum faciebat, inde in quibusdam suis domibus pauperes alebantur. Hinc eis indumenta uel calcaria coemebantur.

14 Voir R. Keller, « Pillage et pouvoirs aux marges orientales de la Germanie ottonienne (919-1024) », dans L. Feller, A. Rodriguez (dir.), Objets sous contrainte. Circulation des richesses et valeur des choses au Moyen Âge, Paris, Publications de la Sorbonne, 2013, p. 241-255 ; on attend l’édition de sa thèse : R. Keller, Les profits de la guerre. Prédation et pouvoir dans le monde franc ( vie- xe siècle), thèse de doctorat sous la direction de G. Bührer-Thierry et R. Le Jan, université de Paris-Est-Marnela-Vallée, 2013.

15 Sur la question de la valeur des objets de luxe au haut Moyen Âge, L. Feller, « Évaluer les objets de luxe au Moyen Âge », dans F. de Asís García García, L. Rodriguez, P. Martinez Taboada (dir.), « Splendor ». Artes suntuarias en la Edad Media hispánica. vii Jornadas complutenses de arte medieval, Madrid, Publicaciones universidad complutense de Madrid [= Anales de Historia del Arte, 24, 2014], 2014, p. 133-146.

16 VG, I, 36, p. 186-187.

17 VG, I, 38, p. 186-187.

18 VG, I, 39, p. 188-189.

19 VG, I, 33, p. 180-181.

20 VG, 33, p. 180 : Qua causa incole sibi timentes facultatibus expositis fugiebant, nec inueniri poterat qui ministris eius stipem uendidisset.

21 VG, 22, p. 170-171.

22 VG, 23, p. 170-171.

23 VG, I, 21, p. 168-169. Voir le commentaire de Devroey, « Femmes au miroir des polyptyques… », art. cité.

24 Ibid., l. 10-12 […] tantos ei nummos dari iubet quanti dies scionis superesse uidebantur, quatinus per singulos dies agricolam sibi locando conduceret, et ipsa dehinc a uirili opere cessaret.

25 VG, I, 27, p. 174-175 : Tum iubet empta pallia coram afferri. Erat autem unum ex his preciosissimum ; quod Venetius intuens querit quidnam pro eo datum sit. Cumque summam precii cognouisset : « Vere », inquit, « si Constantinopolim esset, etiam plus ibi ualeret ».

26 VG, I, 27, p. 174-175, l. 18 :… tot solidos eis commendauit quot Venecius ultra datum precium dixerat pallium ualere…

27 F.-L. Ganshof, « Note sur un passage… », art. cité ; H. Laurent, « La morale économique dans le haut Moyen Âge », Revue belge de philologie et d’histoire, 12, 1933, p. 947-950.

28 F.-L. Ganshof, « Note sur un passage… », art. cité.

29 L. Feller, « Sur la formation des prix dans l’économie du haut Moyen Âge », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 66/3, 2011, p. 627-661.

30 VG, I, 24, p. 170-171 et 1 ; 28, p. 174-175.

31 Là-dessus, voir l’article fondamental de François Bougard : F. Bougard, « Le crédit dans l’Occident du haut Moyen Âge : documentation et pratique », dans J.-P. Devroey, L. Feller, R. Le Jan (dir.), Les élites et la richesse…, op. cit., p. 439-478.

32 VG, I, 24 : Hoc uero quod, non sine mea uerecundia quendam nuper garrientem audiui : scilicet quod debitum quadii nequaquam debitori relaxare solitus esset, omnino falsum est, sicut illi testantur qui presepe uiderunt quod non solum augmentum wadii sed etiam capitale debitum relaxabat. Debitum wadii et augmentum wadii doivent s’entendre comme signifiant intérêt porté par le gage, celui-ci étant productif dès lors qu’il s’agit de biens fonciers. Voir Bougard, « Le crédit… », art. cité, p. 453.

© Éditions de la Sorbonne, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540