Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Concordia

Un idéal de la classe dirigeante romaine à la fin de la République

Aux deux derniers siècles de la République, et surtout à partir des tribunats des Gracques, les membres de la classe dirigeante romaine utilisèrent la notion de concordia dans les débats qui les opposaient les uns aux autres. Par leurs discours, ils entreprenaient de garantir ou de restaurer les conditions nécessaires à cette concorde des citoyens, et surtout à celle des principaux d'entre eux, les aristocrates, dont l'histoire démontrait qu'elle avait été réalisée par les ancêtres.

Da...


Lire la suite

Note de l’éditeur

Ouvrage publié avec le concours du Conseil scientifique de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

  • Éditeur : Éditions de la Sorbonne
  • Collection : Histoire ancienne et médiévale | 122
  • Lieu d’édition : Paris
  • Année d’édition : 2013
  • Publication sur OpenEdition Books : 29 juillet 2019
  • EAN (Édition imprimée) : 9782859447380
  • EAN électronique : 9791035101541
  • DOI : 10.4000/books.psorbonne.27860
  • Nombre de pages : 499 p.

Première partie. La représentation de la concordia dans la Rome d'avant les Gracques

Seconde partie. La rupture de la concordia dans la seconde partie du iie siècle : la fin du metus hostilis et les tribunats des Gracques

Troisième partie. La concordia de la classe dirigeante pendant la période syllanienne

Quatrième partie. Concordia de la classe dirigeante et concordia ordinum chez Cicéron, de la préture au consulat (66-63)

Cinquième partie. L'époque du premier triumvirat (62-50)

Sixième partie. La concorde et le pouvoir personnel : la période de domination césarienne à Rome (49-44)

Septième partie. De l'assassinat de César à celui de Cicéron

© Éditions de la Sorbonne, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Mots clés

Thématique

Chronologique

Personnes citées