Version classiqueVersion mobile

Milieux naturels, espaces sociaux

 | 
Franco Morenzoni
, 
Élisabeth Mornet

Échanges et liens sociaux

Giacomo Badoer et le commerce des esclaves

Michel Balard

Texte intégral

  • 1 U. Dorini - T. Bertelè, Il libro dei conti di Giacomo Badoer (abrégé ci-après GB), Il Nuovo Ramusi (...)
  • 2 G. Luzzatto, Storia economica di Venezia dal XI al XVI secolo, Venise, 1961, p. 172-179.

1Parmi les livres de comptes que nous ont laissés les hommes d’affaires du Moyen Âge, celui de Giacomo Badoer est sans aucun doute le plus documenté, le plus précis sur les échanges entre l’Orient et l’Occident dans la première moitié du XVe siècle1. Rédigé sous forme de grand livre durant le séjour à Constantinople de son auteur, du 5 septembre 1436 au 20 août 1439, ce volume de plus de 400 folios enregistre de manière très détaillée toutes les affaires effectuées par le marchand vénitien, achats, ventes, assurances, changes, nolisements et associations commerciales. Giacomo est en effet en relations constantes avec son frère, Girolamo, resté à Venise, et avec un nombre considérable de patriciens, parmi lesquels Pietro Soranzo et Pietro Michiel sont en première ligne. Le livre de Giacomo Badoer fait voyager le lecteur de la mer Noire à Majorque, et de Venise à Alexandrie, en passant par toutes les escales habituelles des navires vénitiens. C’est dire qu’il donne une vision d’ensemble du réseau d’affaires tissé par Badoer, au cours de ses trois années de séjour à Constantinople, qui reste une place commerciale de grande ampleur quinze années à peine avant sa conquête par les Ottomans2.

  • 3 Ch. Verlinden, L’esclavage dans l’Europe médiévale, t. 2 : Italie, colonies italiennes du Levant, (...)

2Giacomo Badoer, comme l’ensemble de ses confrères, n’est pas un négociant spécialisé. Tous les objets de commerce l’intéressent, à condition d’en pouvoir tirer quelque profit. C’est ainsi qu’à côté des ventes de draps, de toiles, d’huile ou de vin, des achats de pelleteries, de cire, d’épices ou d’alun, notre homme d’affaires ne néglige pas la traite des esclaves, soit au détail, soit en gros, comme le rappelle une quinzaine de pages de son registre. Étudiés de manière très analytique, sans considération d’ensemble, par Ch. Verlinden3, les comptes de ventes d’esclaves ont fait l’objet d’un séminaire à l’École pratique des Hautes Etudes, dans le cadre de la préparation d’une étude globale du registre, resté après la publication de Bertelè sans introduction, sans index, sans commentaire. Nous remercions Jacques Lefort de nous avoir permis d’utiliser les données rassemblées à cette occasion.

  • 4 GB, p. 90. Le style vénitien, selon lequel est tenu l’ensemble du livre de comptes de Giacomo Bado (...)
  • 5 GB, p. 442 et 524.

3Une première remarque s’impose. Les acquisitions et les ventes d’esclaves effectuées par Giacomo Badoer s’échelonnent tout au long de son séjour à Constantinople : elles débutent le 15 janvier 1437 (1436 selon le style vénitien4) et s’achèvent le 20 août 1439, lorsque s’interrompent les comptes du registre. En dehors de la première rubrique qui se réfère à un achat d’esclave pour l’usage personnel de Badoer, la plupart des achats et des ventes sont effectuées du début de l’été à la fin de l’automne, sans doute au moment où les navires des traitants reviennent de mer Noire avec leurs cargaisons d’esclaves. La plus importante d’entre elles – 182 « têtes » envoyées à Majorque au compte d’une compagnie à laquelle participe Badoer lui-même – est enregistrée en juillet et le solde des comptes de cette affaire apparaît en janvier suivant5. La traite est donc affectée de variations saisonnières, qui correspondent sans aucun doute aux flux commerciaux venus des régions pontiques.

  • 6 J. Heers, Esclaves et domestiques au Moyen Âge dans le monde méditerranéen, Paris, 1981, p. 84-89  (...)
  • 7 D. Gioffrè, Il mercato degli schiavi a Genova nel secolo XV, Gênes, 1971, p. 18.
  • 8 G. Vernadsky, A History of Russia. T. III : The Mongols and Russia, New Haven 1953 p. 283.

4C’est de là en effet que provient la majorité des esclaves négociés par Badoer. La traite y naît de traditions esclavagistes séculaires, aggravées par les vagues d’invasions et les guerres, les difficultés économiques et les disettes frumentaires qui amènent jusqu’aux rivages de la mer des troupes d’hommes et de femmes, d’adolescents et d’enfants que viennent acquérir, souvent par troc, les hommes d’affaires italiens6. Les notations ethniques recueillies par Badoer le démontrent. Parmi les soixante-deux sujets mis en vente, vingt-neuf, soit près de la moitié, sont distingués par leur origine ethnique. Il y a là des Russes, des Tatars, des Circassiens, des Abkhazes et un Zygue. Avec douze représentants, les Russes l’emportent sur les autres « nations ». Rien d’étonnant à cela, puisque l’on a remarqué que l’esclavage d’origine russe est un phénomène typique en Italie pendant la première moitié du XVe siècle7. Les luttes civiles entre Basile II et les partisans de son oncle Iouri, ainsi que les guerres entre la principauté de Moscou, la Lithuanie et les khanats tatars jettent sur le marché un nombre élevé de pauvres hères, victimes des turbulences guerrières de leur terre8.

  • 9 G. Interiano, La vita e sito de’ Zichi chiamati Ciarcassi : historia notabile, Venise, 1502, cité (...)
  • 10 Ch. Verlinden, op. cit., t. 2, p. 604-622 ; D. Gioffrè, op. cit., p. 21-26.

5Les esclaves caucasiens constituent un groupe presque égal au précédent. Les Circassiens ou Zygues, qui avaient pratiquement disparu dans les circuits de la traite au début du XIVe siècle, reviennent en force au siècle suivant. D’après G. Interiano, auteur d’une relation sur ce peuple caucasien à la fin du XVe siècle9, les esclaves constituaient l’échelon inférieur de la société tcherkesse, et le commerce dont ils étaient l’objet de la part des princes et des nobles constituait un trait caractéristique de l’économie de ce peuple. Dans les comptes de Giacomo Badoer, ils sont confondus avec les Abkhazes, élément d’un peuple établi sur le littoral caucasien au sud de Savastopoli, alors que les Circassiens occupent les régions du Kouban, au sud de la mer d’Azov. L’importance numérique des esclaves caucasiens dans le livre de comptes de Badoer – dix têtes – paraît correspondre aux tendances du marché italien à la même époque : à Venise aussi bien qu’à Gênes, les Circassiens et les Abkhazes représentent un groupe nombreux10. Il n’est donc pas étonnant que Badoer s’en procure pour ses clients vénitiens.

  • 11 R. Delort, Quelques précisions sur le commerce…, p. 218-222 ; M. Balard, op. cit., p 794-796 ; Ch. (...)
  • 12 CH. Verlinden, op. cit., t. 2, p. 346-347, 456-457.
  • 13 GB, p. 346.

6En revanche, les Tatars qui constituaient la majeure partie du troupeau d’esclaves des villes italiennes dans la seconde moitié du XIVe siècle11, tendent à décroître : sept seulement sont l’objet de transactions de la part de Badoer, une flexion qui a pu également être constatée à Gênes et à Venise. Reste le cas des esclaves qualifiés de balaban par notre homme d’affaires : trente-deux sujets au total, tous masculins. Le mot d’origine turque désigne primitivement un faucon, et, par métaphore, un jeune homme robuste et bien planté, apte aux exercices physiques12. C’est sans doute pour cette raison que le terme a été appliqué de manière plus restrictive aux esclaves pontiques, destinés à pourvoir aux besoins de l’Égypte mamlûke. Il désigne alors un esclave-soldat. Mais les traitants italiens l’ont utilisé pour tout esclave d’origine pontique, qu’il soit destiné à renforcer les corps d’armées mamlûkes ou à partir pour l’Occident. Cette dernière destination est d’ailleurs prévue par notre livre de comptes, dans lequel treize esclaves balaban sont embarqués pour Majorque13. Le terme devient un qualificatif de qualité lorsqu’il est accolé à un adjectif ethnique : deux esclaves tatars et un russe sont appelés ainsi par Badoer.

  • 14 GB, p. 272 : chiamada in so lengua Oraxi.
  • 15 GB, p. 90.

7L’origine récente de la servitude chez tous ces sujets ressort de l’étude des prénoms qu’ils portent. Six seulement, soit 10 % de l’échantillon, ont reçu un prénom, le plus souvent chrétien. En ce qui concerne les femmes, on retrouve les trois prénoms le plus souvent attribués aux esclaves, en signe d’humble dépendance : Maria, Magdalena et Catherina, auxquelles s’ajoute une Lucia et une Oraxi, prénom que Badoer distingue comme étant d’origine indigène14. Deux prénoms masculins seulement sont cités : un Giorgio (Zorzi) et un Terzo. On remarquera que deux de ces esclaves ont été achetés par Badoer pour son service personnel. Entendant les garder, il leur a fait conférer le baptême, ce qu’il dit expressément pour l’esclave Terzo qu’il envoie à Venise à Polo Figon15. Mais, en général, il ne prend pas ce soin pour ceux qui ne sont pas destinés à séjourner à Constantinople. Leur futur maître en Occident aura tout le temps de les faire baptiser.

  • 16 Ch. Verlinden, L’esclavage en Sicile au bas Moyen Âge, Bulletin de l’Institut Historique Belge de (...)
  • 17 GB, p. 442.

8L’importance du groupe des balaban met en évidence la prédominance de l’élément masculin parmi les esclaves mis en vente par Badoer. Sur soixante-deux sujets qui apparaissent dans les comptes, on ne dénombre que vingt-et-une femmes, soit le tiers de l’effectif. En Occident, les femmes étaient beaucoup plus demandées que les hommes, soit pour les services domestiques, soit à titre de nourrices et parfois de concubines. Dans les troupeaux serviles, le rapport des sexes est le plus souvent inverse de celui que nous présente le livre de comptes de Badoer, sauf dans des régions particulières, comme la Sicile, où l’on recherche avant tout une main d’œuvre artisanale et agricole16. Sur le marché constantinopolitain, deux raisons expliquent la prédominance de l’élément masculin : les envois vers l’Égypte, qui n’est pourtant jamais citée comme but des expéditions, et ceux vers Majorque. En juillet 1438, les treize esclaves qui prennent cette destination sont tous de sexe masculin. L’île devait avoir un gros besoin de main d’œuvre agricole, puisqu’elle reçoit une grosse cargaison de 182 têtes en juillet 1438, un envoi malheureusement indifférencié pour ce qui est de la répartition par sexes, par âges et par origines ethniques17.

  • 18 M. Balard, Remarques sur les esclaves à Gênes dans la seconde moitié du XIIIe siècle, Mélanges d’A (...)

9On ne peut pas accorder une valeur absolue aux estimations des âges déclarés par Badoer. Elles proviennent des approximations faites par le premier acheteur ou de l’apparence physique de l’esclave au moment de son achat à Constantinople. Comme devant les notaires occidentaux rédigeant des contrats de vente, les âges sont donc donnés avec une grande incertitude : sept hommes ont de vingt à vingt-cinq ans, deux femmes de dix-huit à vingt ans, deux autres de vingt à vingt-deux ans. On remarquera surtout que les nombres impairs d’années sont rarement utilisés : font exception un jeune russe de treize ans, un russe et un tatar de quinze ans et le chiffre de 25 utilisé en plusieurs occasions. Mais, comme c’est aussi le cas à Gênes au XIIIe siècle18, point d’esclaves de 17, de 19, de 21 ou de 23 ans : on préfère les chiffres pairs qui donnent un ordre de grandeur et non pas un âge précis, impossible à déterminer.

  • 19 R. Delort, Quelques précisions…, p. 230-233 ; M. Balard, Remarques…, p. 64-655, D. Gioffrè, op. ci (...)
  • 20 M. Balard, La Romanie génoise…, t. 1, p. 298.

10Ces restrictions faites, qu’indiquent les estimations portant sur trente-huit têtes, soit 61 % de l’échantillon ? Peu d’esclaves très jeunes, cinq en dessous de quinze ans, peu d’esclaves aussi dépassant vingt-cinq ans, quatre seulement. Les dix-huit adolescentes ont un âge moyen de 19,4 ans, et leurs vingt compagnons un âge moyen de vingt-et-un ans. L’écart est du même ordre à Gênes, mais inversé, les femmes étant un peu plus âgées que les hommes ; mais l’âge moyen atteint 22 ans dans la première moitié du XVe siècle19. Sur le marché de Caffa, la jeunesse des captifs est plus grande encore ; l’âge va donc en augmentant à mesure que l’on s’éloigne des lieux de traite20.

  • 21 GB, p. 272 et 496.
  • 22 GB, p. 90, 588, 624.

11Il va de soi que la qualité de la marchandise détermine son prix. Les valeurs indiquées présentent une grande diversité qui tient sans doute aux caractéristiques physiques de l’individu mis en vente, à son âge et à son sexe. Le sujet le plus prisé est une grande tatare de dix-huit ans, Oraxi, qui trouve preneur à 135 hyperpères. Le moins cher est un balaban dont l’âge n’est pas indiqué, mais qui ne vaut pas plus de trente hyperpères, 22 % seulement du prix de l’autre21. Une russe aux cheveux roux vaut 115 hyperpères, une russe tatarisée (sic), mais grande, 110 ; une Tatare qui a reçu un coup sur le front est quand même appréciée à 120 hyperpères, tandis qu’un russe ben fato n’est acquis que pour 8422. Les écarts de prix sont donc importants, mais pas toujours explicables par les traits physiques reconnus par Badoer.

  • 23 R. Delort, Quelques précisions…, p. 242 ; M. Balard, Remarques sur les esclaves…, p. 659-661 ; D. (...)

12La première différence tient au sexe de l’esclave. Les plus hautes valeurs de l’échantillon sont atteintes par des femmes qui, seules, dépassent le seuil des cent hyperpères. À l’inverse, les valeurs les plus basses concernent de jeunes hommes, qui descendent à 70 et même, pour l’un d’entre eux, à 30 hyperpères. Cette différence se reflète dans les valeurs moyennes : les femmes atteignent un prix moyen de 98,6 hyperpères, alors que les hommes stagnent à 76,6 hyperpères. L’écart est donc important, beaucoup plus élevé que celui que l’on constate à Gênes ou à Venise, où il ne dépasse pas, selon les époques, cinq à douze livres23. L’âge estimé de l’esclave introduit aussi de notables différences : les plus hauts prix sont obtenus par des sujets âgés de dix-huit à vingt ans, en pleine force de travail, alors que les valeurs tombent à moins de quatre-vingt -dix hyperpères, en dessous de seize ans et au-delà de vingt-cinq ans. Les acheteurs sont extrêmement sensibles aux capacités productives immédiates de l’esclave qu’ils acquièrent. À noter toutefois que pour un même âge, des prix assez divers peuvent être offerts. C’est ainsi que pour les dix-huit esclaves âgés de vingt ans, les prix s’échelonnent de 70 à 120 hyperpères, le haut de l’échelle étant occupé par des femmes, alors qu’un seul homme atteint 100 hyperpères. La valeur de l’esclave est donc une donnée incertaine ; les moyennes générales que l’on peut établir masquent la diversité des cas particuliers.

  • 24 GB, p. 272, 346 et 496.
  • 25 S. Y. Labib, Handelsgeschichte Aegyptens im Spätmittelalter, 1171-1517, Wiesbaden 1965, p. 85 ; D.(...)
  • 26 GB, p. 90 et 272 ; J. Heers, Gênes au XVe siècle. Activité économique et problèmes sociaux, Paris, (...)
  • 27 GB, p. 90, 272, 346, 358, 362, 578, 588, 610 et 624.

13Il peut être risqué de se consacrer, dans ces conditions, au commerce de la marchandise humaine. Il devait être toutefois d’un bon profit, si l’on en juge par la participation de Badoer à la traite. En dehors des deux esclaves qu’il acquiert pour son service personnel au cours de sa première année de séjour à Constantinople, Badoer sert surtout d’intermédiaire, achetant des esclaves et s’efforçant de les revendre avec bénéfice. Ses fournisseurs sont de toutes origines. Il y a là quelques traitants orientaux, tels Ovanes Ziamaloto, un Arménien, un autre Arménien anonyme et un Grec, Vasili mastro, qui ne semblent pas être autre chose que des marchands occasionnels24. Deux groupes « nationaux » dominent le marché, les Génois et les Vénitiens. On ne saurait être étonné du rôle joué par les Génois qui dominent encore à cette date le commerce pontique et dont la réputation comme pourvoyeurs d’esclaves en Égypte et en Occident remonte à de nombreuses décennies25. On note parmi eux deux représentants des plus insignes alberghi (clans) génois, un certain Imperiale Spinola et un Paolo Doria, peut-être celui-là même qui finit sa carrière comme « protecteur » du Banco di San Giorgio en 146926. Benedetto da Magnerne qui fournit huit esclaves à Badoer en août 1437 semble bien avoir une origine ligure, qui est tout à fait certaine pour Lodovico Guazego, qualifié de Génois par Badoer, pour Nicoloso della Porta, Bartolomeo de Franchi, Bartolomeo Rosso, Bernardo Bonavita, Giovanni Montano da Nervi (bourgade de la Riviera du Levant), Paris Gambone, Bartolomeo Gentile et peut-être pour Domenico Bontempo27. Au total, si l’on accepte ces identifications, les traitants génois auraient fourni à Badoer 26 « têtes » sur les 62 qu’il acquiert, soit 42 % de ses achats.

  • 28 GB, p. 496.
  • 29 GB, p. 90, 168, 346, 450 et 588.

14Parmi les Vénitiens, un traitant se détache, Niccolò Contarini, qui, en octobre 1438, fournit quatorze esclaves à Badoer, tous qualifiés de balaban28. Notre homme d’affaires a aussi recours à d’autres compatriotes, tels Polo Figon, Marino Zeno, Francesco Corner, Aldrovandin di Zusti et peut-être Filippo da Lauto29. Les Vénitiens ont ainsi vendu 27 esclaves à Badoer, mais l’un d’eux, Aldrovandin di Zusti se distingue davantage comme acquéreur que comme vendeur. Les autres fournisseurs ont un rôle mineur : Marino de Naples et Giovanni de Malte vendent un esclave à Badoer, Giovanni de Sienne, trois. Il est donc incontestable que les deux grandes nations marchandes, Gênes et Venise, conservent un rôle majeur dans la traite en mer Noire et à Constantinople.

  • 30 GB, p. 610.
  • 31 GB, p. 442.
  • 32 GB, p. 496.
  • 33 GB, p. 90 et 272.

15Badoer est, nous l’avons dit, un intermédiaire. Quels sont ses clients ? À l’exception de Marco Filomati, un Grec30, ce sont tous des Vénitiens, à commencer par lui-même, agissant soit pour le compte de la compagnie formée avec son frère à Venise, soit au nom d’autres compagnies, comme celle à laquelle il participe, aux côtés de Zuan Mocenigo et d’Alessandro Zeno31 : dans ce dernier cas, il s’occupe d’un envoi massif de 182 « têtes », dont 13 à son nom personnel, de Constantinople à Majorque. Durant son séjour à Constantinople, Badoer se rend acquéreur de 24 esclaves. Il en conserve deux à son service et envoie les autres à Venise, à Majorque et en Crète. Tout aussi important dans la redistribution des esclaves est Aldrovandin di Zusti qui, en septembre et octobre 1438 acquiert 17 esclaves, mais le compte établi à son nom32 ne permet pas d’en savoir la destination. Parmi les traitants, on peut encore citer Piero di Belveder et Nofri da Chalzi, tous deux acheteurs de quatre « têtes »33. Viennent enfin des acquéreurs plus modestes, qui semblent davantage satisfaire les besoins de leur famille que ceux de l’exportation : Michele Grimani, Troilo Contarini, Marin Barbo, Zaccaria Contarini, Piero Michiel et Francesco di Garzoni. Dans la majorité des cas, il s’agit de patriciens vénitiens en relations d’affaires avec Badoer et qui lui ont commandé un ou une esclave qu’ils font envoyer à Venise.

  • 34 GB, p. 524.
  • 35 GB, p. 346 et 358.

16La Sérénissime est en effet l’une des premières destinations de la traite d’après le livre de comptes de Badoer. D’abord pour les « têtes » qu’il acquiert au nom de la compagnie formée avec son frère, ensuite pour celles qui lui sont commandées par ses clients habituels. Une vingtaine d’esclaves, soit près du tiers de l’échantillon, prennent ainsi le chemin de la Lagune. Cette destination est pourtant dépassée par les exportations vers Majorque, dont on connaît mal le détail. En juillet 1438, Badoer acquiert 13 esclaves que l’on retrouve dans la compagnie qu’il forme avec Zuan Mocenigo et Alessandro Zeno pour envoyer 182 « têtes » à Palma. Mais le registre cite aussi une autre compagnie sous la rubrique « Viazio de Maioricha »34, composée d’Aldrovandin di Zusti, Dominico da Cà Pexaro et Marco Balanzan, qui se charge d’envoyer 164 esclaves à Majorque sur la nef Giustiniana. On ignore tout sur la composition de cette cargaison. Un dernier courant de traite va de Constantinople en Crète35, mais il est loin d’avoir l’importance des précédents.

  • 36 GB, p. 346.
  • 37 GB, p. 371.
  • 38 E. Basso, Pirati e pirateria nel Mediterraneo medievale : il caso di Giuliano Gattilusio, in Oi Ga (...)
  • 39 GB, p. 498.
  • 40 J. Heers, Gênes au XVe siècle…, p. 213 : taux de 4 à 5 % pour un voyage de Gênes à Chio, de 5 % po (...)

17Ces reventes apportent à Badoer un bénéfice que l’on peut estimer médiocre, eu égard aux risques encourus. Dans une douzaine de cas seulement, nous pouvons le déduire de la comparaison entre prix d’achat et prix de vente. Il varie de trois à douze hyperpères, lorsqu’il s’agit d’une vente à Venise : le bénéfice ne dépasse pas alors 12 % dans le cas le plus favorable. Il ne s’élève que pour le voyage de Majorque : des esclaves achetés 70 et 80 hyperpères sont alors revendus 107 hyperpères et demi, ce qui laisse à Badoer un bénéfice de 150 % environ36. Le jeu en valait-il la chandelle lorsque l’on sait les risques du voyage ? La mortalité à bord de navires où les passagers serviles s’entassent à fond de cale ; la piraterie, dont le livre de Badoer donne un exemple lorsqu’il cite le pillage par le seigneur de Mytilène de la nef de Giacomo Marcello, qui transportait quatre « têtes »37. Les Gattilusio, dynastie d’origine génoise, fondaient leur richesse sur la vente de l’alun insulaire mais aussi sur des actes de piraterie endémique38. Badoer réussit toutefois à racheter la prise en négociant avec un ambassadeur des Gattilusio39. Il est vrai qu’il avait pris une assurance pour le transport de ces esclaves, assurance dont il nous indique le taux pour un autre envoi d’esclaves de Modon en Sicile : 9 %, soit une prime beaucoup plus élevée que pour les autres marchandises parcourant la Méditerranée au XVe siècle40. Les risques encourus par la traite sont bien évidemment supérieurs à ceux qui peuvent perturber le trafic des céréales ou de l’alun.

LES ESCALAVES CHEZ GIACOMO BADOER

LES ESCALAVES CHEZ GIACOMO BADOER
  • 41 R. S. Lopez, Benedetto Zaccaria, ammiraglio e mercante nella Genova del Duecento, rééd. Florence, (...)
  • 42 F. C. Lane, Andrea Barbarigo, mercante di Venezia 1418-1449, in Id., I mercanti di Venezia, Turin, (...)
  • 43 T. Bertelè, Il giro di affari di Giacomo Badoer, in Akt en des XI. Internationalen Byzantinistenko (...)

18Giacomo Badoer est un homme d’affaires de calibre moyen, qui ne saurait être comparé à Benedetto Zaccaria41 ou même à son contemporain, Andrea Barbarigo42. Son chiffre d’affaires et son réseau commercial, tout importants qu’ils soient43, sont loin d’équivaloir à ceux des maîtres de l’alun génois, les Zaccaria au XIIIe siècle ou Francesco Draperio, deux siècles plus tard. C’est une raison de plus pour considérer avec attention sa participation à la traite. Il acquiert deux esclaves pour son service personnel et en loue une pour 7 ducats, soit 21 hyperpères par an, met en vente vingt-deux esclaves entre mai 1437 et mai 1439, participe à une compagnie convoyant des « têtes » vers Majorque, et est en relations constantes avec des traitants d’envergure comme Aldrovandin di Zusti, Zuan Mocenigo ou Niccolò Contarini qui s’intéressent à des envois de 164 et même de 182 esclaves sur un même bateau. Et pourtant, dans toutes les activités de Badoer, la traite n’occupe qu’une place modeste, à peine une vingtaine de feuillets sur plus de quatre cents. Les négociations qu’il mène pour l’acquisition ou la revente d’esclaves pontiques démontrent néanmoins que la mer Noire reste un réservoir d’esclaves dans la première moitié du XVe siècle, et que la capitale d’un empire byzantin aux abois demeure une plaque tournante de la traite pour satisfaire, par l’entremise des marchands génois et vénitiens, aussi bien l’Égypte mamlûke que l’Occident.

Notes

1 U. Dorini - T. Bertelè, Il libro dei conti di Giacomo Badoer (abrégé ci-après GB), Il Nuovo Ramusio III, Istituto Poligrafico dello Stato italiano, Rome, 1956.

2 G. Luzzatto, Storia economica di Venezia dal XI al XVI secolo, Venise, 1961, p. 172-179.

3 Ch. Verlinden, L’esclavage dans l’Europe médiévale, t. 2 : Italie, colonies italiennes du Levant, Levant latin, Empire byzantin, Gand, 1977, p. 904-910.

4 GB, p. 90. Le style vénitien, selon lequel est tenu l’ensemble du livre de comptes de Giacomo Badoer, fait commencer l’année deux mois après le 1er janvier de notre comput. Il faut donc ajouter une unité au millésime indiqué pour les comptes passés en janvier et février : cf. V. Grumel, Traité d’études byzantines. 1 : La Chronologie, Paris, 1958, p. 225.

5 GB, p. 442 et 524.

6 J. Heers, Esclaves et domestiques au Moyen Âge dans le monde méditerranéen, Paris, 1981, p. 84-89 ; M. Balard, La Romanie génoise, 2 vol., befar no 235, Gênes-Rome, 1978, t. 2, p. 790-796 ; R. Delort, Quelques précisions sur le commerce des esclaves à Gênes vers la fin du XIVe siècle, Mélanges d’Archéologie et d’Histoire publiés par l’École Française de Rome, t. 78 (1966) p. 215-250.

7 D. Gioffrè, Il mercato degli schiavi a Genova nel secolo XV, Gênes, 1971, p. 18.

8 G. Vernadsky, A History of Russia. T. III : The Mongols and Russia, New Haven 1953 p. 283.

9 G. Interiano, La vita e sito de’ Zichi chiamati Ciarcassi : historia notabile, Venise, 1502, cité par D. Gioffrè, op. cit., p. 22.

10 Ch. Verlinden, op. cit., t. 2, p. 604-622 ; D. Gioffrè, op. cit., p. 21-26.

11 R. Delort, Quelques précisions sur le commerce…, p. 218-222 ; M. Balard, op. cit., p 794-796 ; Ch. Verlinden, op. cit., p. 566-603 ; I. Origo, The domestic Enemy : the Eastern Slaves in Tuscany in the XIVth and XVth Centuries, Speculum, 1955, p. 371.

12 CH. Verlinden, op. cit., t. 2, p. 346-347, 456-457.

13 GB, p. 346.

14 GB, p. 272 : chiamada in so lengua Oraxi.

15 GB, p. 90.

16 Ch. Verlinden, L’esclavage en Sicile au bas Moyen Âge, Bulletin de l’Institut Historique Belge de Rome, 1963, p. 13-114 ; H. Bresc, Un monde méditerranéen. Économie et société en Sicile 1300-1450, 2 vol., befar, no 262, Rome, 1986, t. 1, p. 463-466.

17 GB, p. 442.

18 M. Balard, Remarques sur les esclaves à Gênes dans la seconde moitié du XIIIe siècle, Mélanges d’Archéologie et d’Histoire publiés par l’École Française de Rome, t. 80 (1968), p. 654.

19 R. Delort, Quelques précisions…, p. 230-233 ; M. Balard, Remarques…, p. 64-655, D. Gioffrè, op. cit., p. 113.

20 M. Balard, La Romanie génoise…, t. 1, p. 298.

21 GB, p. 272 et 496.

22 GB, p. 90, 588, 624.

23 R. Delort, Quelques précisions…, p. 242 ; M. Balard, Remarques sur les esclaves…, p. 659-661 ; D. Gioffrè, op. cit., p. 138.

24 GB, p. 272, 346 et 496.

25 S. Y. Labib, Handelsgeschichte Aegyptens im Spätmittelalter, 1171-1517, Wiesbaden 1965, p. 85 ; D. Gioffrè, Il mercato degli schiavi…, p. 147-165 ; M. Balard, Esclavage en Crimée et sources fiscales génoises au XVe siècle, in Figures de l’esclave au Moyen Age et dans le monde moderne, H. Bresc éd., Paris, 1995, p. 77-87.

26 GB, p. 90 et 272 ; J. Heers, Gênes au XVe siècle. Activité économique et problèmes sociaux, Paris, 1961, p. 122.

27 GB, p. 90, 272, 346, 358, 362, 578, 588, 610 et 624.

28 GB, p. 496.

29 GB, p. 90, 168, 346, 450 et 588.

30 GB, p. 610.

31 GB, p. 442.

32 GB, p. 496.

33 GB, p. 90 et 272.

34 GB, p. 524.

35 GB, p. 346 et 358.

36 GB, p. 346.

37 GB, p. 371.

38 E. Basso, Pirati e pirateria nel Mediterraneo medievale : il caso di Giuliano Gattilusio, in Oi Gatelouzoi tès Lesvou, A. Mazarakis éd., Athènes, 1996, p. 343-371.

39 GB, p. 498.

40 J. Heers, Gênes au XVe siècle…, p. 213 : taux de 4 à 5 % pour un voyage de Gênes à Chio, de 5 % pour Péra et de 9 % pour Caffa, mais cela dans les années suivant la prise de Constantinople par les Ottomans.

41 R. S. Lopez, Benedetto Zaccaria, ammiraglio e mercante nella Genova del Duecento, rééd. Florence, 1996.

42 F. C. Lane, Andrea Barbarigo, mercante di Venezia 1418-1449, in Id., I mercanti di Venezia, Turin, 1982, p. 3-121.

43 T. Bertelè, Il giro di affari di Giacomo Badoer, in Akt en des XI. Internationalen Byzantinistenkongresses, München 1958, Munich, 1960, p. 48-57.

Table des illustrations

Titre LES ESCALAVES CHEZ GIACOMO BADOER
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/27752/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 65k

© Éditions de la Sorbonne, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search