Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Milieux naturels, espaces sociaux

 | 
Franco Morenzoni
, 
Élisabeth Mornet

Échanges et liens sociaux

Un opérateur « international » au XVe siècle : Jean de Prétin

Henri Dubois

Texte intégral

Jean de Prétin, trésorier de Salins

  • 1 Prétin : Jura, ar. Lons-le-Saunier, c. Salins. AD, Côte d’Or (désormais : C.O.), Recueil de Peince (...)
  • 2 Equivalences monétaires : 1 franc = 1 livre tournois, monnaie du roi. 1 livre tournois = 0,9 livre (...)
  • 3 D., B 291, fol. 1, 3, 3v, 12, 14v. C.O., B 1757, fol. 72, B 6006, fol. 1. Testaments…, I, p. 124.
  • 4 D., B 291, fol. 1, 14v : elle assiste à l’inventaire et saisie de ses biens.
  • 5 D., B 291, fol. 12.

1Prétin est un village proche de Salins. La famille « de Prestin » était une famille salinoise que malheureusement nous connaissons assez mal. Les trois frères, Pierre, Besançon et Jean, orphelins de père, eurent pour tuteur en février 1435 leur oncle messire Hugues, curé de Chissey, qui testa en 1462, et en 1440 leur curateur était messire Jacques de Prétin, sans doute un autre oncle1. Un autre oncle encore, Pierre, était moine clunisien et fut prieur de Vaux sur Poligny. Les frères : Besançon de Prétin fut licencié en lois et travailla à l’occasion pour la saunerie de Salins. Pierre, moine clunisien, était prieur de Frontenay en 1458. Jean a tenu à Salins un commerce de draperie, et s’est mêlé de commerce de harengs et de porcs. Il fut, en association, amodiateur des rentes et revenus dus aux bénéficiers de Savoie au comté de Bourgogne et peut-être receveur d’une taxe sur les vins « étrangers » entrant au Bourg-Dessus de Salins. Surtout, il a été institué trésorier ducal en la saunerie par Philippe le Bon le 8 octobre 1447 et a pris ses fonctions le 1er janvier 1448. Il avait cautionné à hauteur de 1 000 1. estevenantes2 et donné comme pleiges ses frères Besançon et Pierre3. Ce qui a dû l’aider puissamment à s’insérer dans le petit monde des officiers de la saunerie, c’est son mariage avec Symonne, fille d’un ancien trésorier de la saunerie, Me Bernard Noiseux4. Son horizon intellectuel est difficile à connaître. Il possédait trois livres : un traité latin sur les bains et les eaux chaudes et leurs propriétés ; un livre sur la « nature et norriture… et médecine » des chevaux ; enfin, un exemplaire du livre du roi Modus et de la reine Ratio, signe probable de son intérêt pour la vénerie5.

  • 6 C.O., quinze comptes, entre B 6006 et B 6022.
  • 7 C.O., B 6019. Naturellement la « dépense » comporte les paiements faits au duc ou pour lui.
  • 8 C.O., B 1751, fol. 39. Les foires de Genève étaient un vecteur commode des transferts entre pays d (...)

2Le trésorier ducal à la grande saunerie de Salins y était le représentant financier du seigneur, le duc-comte. Alors que les « receveurs » se bornaient à y percevoir les deniers dus aux « parsonniers » du prince, les « partages » de Chalon et de Vignory, le trésorier intervenait dans l’administration de la saline et en supervisait la comptabilité établie par les « clercs des rôles ». En tant que trésorier, Jean de Prétin eut à rendre à son maître trois sortes de comptes annuels : 1°– comptes de l’« ordinaire », comportant résumé de la fabrication et des ventes de sel, le produit de ces ventes, les dépenses communes aux trois associés, le calcul de la part du duc dans la recette et, par soustraction des dépenses à la charge du duc seul, établissement de la recette nette au profit du duc. 2°– comptes du « communal », c’est-à-dire de rentes sur la saline perçues ou versées par le duc. 3°– comptes des achats de bois de la saunerie. Une partie de ces comptes est parvenue jusqu’à nous6. Ces comptabilités avaient un poids très inégal. Les comptes des rentes ne portaient que sur des sommes modestes et un peu de sel, tandis que ceux de l’ordinaire pouvaient brasser des sommes considérables : celui de 1460-61, par exemple, faisait apparaître une recette de 24 726 livres tournois et une dépense de 27 000 livres7. C’était la plus grosse recette des pays de par-delà, et une recette domiciliée assez près de Genève, la ville des foires. Cette recette allait au receveur général de Bourgogne à Dijon, soit sous forme de paiements à sa caisse, soit sous forme d’assignations parmi lesquelles se rencontrent des paiements faits à Genève par le trésorier pour le receveur, comme dans l’année 1462-63, où ce receveur fait recette de 12 333 francs 4 gros en deniers payés par Prétin à Genève au « banc et change » des Médicis, en remboursement partiel d’un emprunt contracté par le duc et le comte de Charolais auprès d’Angelo Tani et Tommaso Portinari, directeurs de la filiale de Bruges des Médicis8.

  • 9 C.O., B 6020, fol. 93.
  • 10 D. B 2133, du 23 déc. 1448 au 30 sept. 1468, fol. 7, 17v, 18v, 23v, 33v-34, 56, 67, 70v-71, entre (...)

3L’activité de Jean de Prétin comme trésorier avant 1454 ne semble avoir donné lieu à aucun reproche. Les balances de ses comptes sont normales, avec des recettes entre 24 393 et 29 009 livres et des dépenses entre 25 227 et 29 990 livres tournois. Lors de son « estat » ou situation, établi le 30 septembre 1460 encore, il n’était débiteur par ses différents comptes que de la somme de 1 017 l. t.9. Dans son activité, notre homme apparaît comme un officier zélé et consciencieux. Parmi les sels dont il rapporte la vente figure du sel « moitenal d’Amont » vendu « es Alemaignes » à Bienne, Berne et Soleure, ce qui illustre les bonnes relations existant à cette époque entre le duc Philippe, Berne et les alliés de Berne. Prétin est actif sur ce terrain : le relevé fait à l’époque des voyages entrepris pour la saunerie nous le montre dès la fin de 1448 dans des voyages à Berne, Bienne, Soleure, Fribourg, puis à Neuchâtel (où une perturbation inattendue intervient avec l’incendie de la ville en 1450). Il est, en 1448, l’un des contractants au traité de fourniture de sel passé avec Berne ; en 1453, il besogne à la conclusion d’un nouvel accord avec les marchands bernois Peter Brüggler et Peter Schopfer, membres de la compagnie Diesbach-Watt, mais, trois ans plus tard, il plaide contre eux devant la justice de Berne pour un gros achat de sel resté impayé. Ces mentions de voyages nous confirment d’ailleurs combien les gens de Salins avaient du mal à se faire payer des Suisses pour du sel vendu à crédit et à faire honorer leurs obligations10.

Marchand de sel « es Alemaignes »

  • 11 H. Vander Linden, Itinéraires de Philippe le Bon duc de Bourgogne 1419-1467, Bruxelles, 1940, p. 3 (...)
  • 12 En 1453, par rapport à 1452, diminution de 8,2 % de la recette de la saunerie : C.O., B 6011, 6014 (...)

4Un événement de première importance marque l’année 1454 : le voyage du duc Philippe à Ratisbonne, puis son retour et son séjour aux pays bourguignons. On sait qu’après avoir solennellement fait vœu de partir pour une croisade (vœu du Faisan, Lille, 17 février 1454), le duc a voulu rencontrer l’empereur Frédéric III. À l’aller, Philippe n’est pas passé par Salins, a été très bien reçu à Berne, est allé à Zurich et à Constance. À son retour, à la fin de juillet, il est venu à Salins et y est revenu en décembre11. Ainsi a-t-il pu prendre la mesure des difficultés de la vente du sel en Suisse et apprendre que les dirigeants de la saunerie s’inquiétaient d’une diminution de leurs ventes en 1453 ; c’est en conséquence de ces contacts qu’a été rédigé le « traité » du 8 décembre 1454, approuvé par le duc le 11 décembre12.

  • 13 De fait, c’est en 1446 que Bertrand Closier, « moutier » de la saunerie, avait été chargé de « don (...)

5L’exposé des motifs du document rappelle les efforts faits par la saunerie depuis huit ans pour vendre son sel à Berne, Morat, le Haslital, Bâle et ailleurs13. Dans ce commerce, pour « rebouter » les sels allemands concurrents, il fallait vendre à crédit, les créances rentraient très mal et une partie en était jugée irrecouvrable par Jean de Prétin qui refusait de les faire entrer dans son « estat au vray » et dans son « estat » ou prévision annuelle de recette. Après examen de la situation par les plus hauts officiers de finances, l’un des commis sur les finances Pierre Duchaisne, le receveur général de toutes les finances Guillaume de Poupet, le pardessus de la saunerie Humbert de Plaine, un accord était intervenu :

  1. Jean de Prétin constituait une compagnie qui s’engageait à acheter en saunerie pendant neuf ans un maximum de 6 000 charges de sel « d’Amont » dont 1 200 en pains, et le reste en sel broyé (« trié »). Ce sel serait mené, via Neuchâtel, à Berne, Thoune, Unterseen, le Haslital, « et dois là tirant contre Lombardie », ainsi qu’à Morat et, éventuellement Bienne, Nidau, Soleure, et de là à Baden, Lucerne, Zurich et Bâle. Les marchés en cours d’exécution avec les marchands de Berne et les habitants de Bienne devaient être « entretenus ». Le sel était vendu à Prestin à un prix de dumping, 21 s. est. la charge, alors que le prix précédent était de 31 à 33 sols. C’est ce prix de 21 s. qui serait porté en comptabilité à la charge de Prétin et au crédit du duc et de ses « parsonniers ».
  2. Des mesures de dédommagement étaient prévues pour le cas où la compagnie serait empêchée d’acheter ce sel ou de le diffuser en Suisse.
  3. La compagnie recevait pour ce commerce un monopole de neuf ans.
  4. Les vieilles dettes des Suisses, éparpillées de Neuchâtel à Lucerne et Brienz, restant dues depuis huit ans, ainsi que les sels invendus se trouvant en Suisse devaient être inventoriés et comptabilisés au 31 décembre 1454 à 60 s. bernois la charge. De ces créances, sauf de celles jugées perdues, Prétin acceptait de se charger et d’en payer le prix en cinq fois à la fin de chacune des cinq années à venir, moyennant un escompte de « quinze pour cent ».
  5. En échange de ces conditions avantageuses, Prétin acceptait de « faire estat », c’est-à-dire d’évaluer sa recette annuelle, à 22 000 l. t. au lieu de 19 000, à payer, comme les autres receveurs, par acomptes.

6À ce marché, apparemment, tout le monde trouvait son compte : le duc, parce que la vente de sel en Suisse, à laquelle il tenait beaucoup, continuait, et parce que l’« estat » de son trésorier augmentait ; la saunerie, qui gardait un débouché et dont les vieilles créances étaient consolidées ; les Suisses, qui étaient demandeurs de sel ; enfin Prétin lui-même, à qui le prix d’achat très bas permettait d’escompter un fructueux bénéfice.

  • 14 C.O., B 6012/2, 6017/2, 6019, 6020, 6022/1. L’exercice annuel est modifié à partir de 1459 et est (...)
  • 15 C.O., B 1747, fol. 141, 152-152v. B 1750, fol. 156, 158-159. B 1751, fol. 199, 226, 227, 249v-250.
  • 16 P. X. Weber, Das älteste Luzerner Bürgerbuch (1357-1479), Der Geschichtsfreund, t. 75, p. 319-379  (...)
  • 17 C.O., B 6017/2, fol. 53v. D., B 2055. Dès la fin de 1456, il s’était fait autoriser par le duc à r (...)

7Mais les comptes de l’« ordinaire » de la saunerie montrent que le marché n’a pas été bien exécuté. Prétin n’a pris les 6 000 charges prévues que dans la première année, 1455. En 1456, il n’a acheté que 4 400 charges, 3 437 en 1459-60, remontant à 5 226 en 1460-61, mais tombant à 1 422 charges en 1461-6214. Le trésorier était très souvent sur le terrain et c’est souvent en Suisse que devaient aller le chercher les messagers et chevaucheurs envoyés de Dijon par le receveur général : en mai 1461 à Berne, puis Lucerne ; en juillet à Berne, puis Fribourg, et retour à Berne ; en octobre toujours à Berne ; un an plus tard on le cherche à Fribourg et on le trouve à Berne etc15. Il vient y visiter le réseau de clercs et facteurs qu’il a mis en place et qui traitent avec les marchands locaux : Huguenin Fauquette, clerc et facteur et beau-frère de Prétin, en plus de la vente en Saanen, Haslital, Thoune, Valais et val d’Ossola, avait une responsabilité plus générale, « conduisoit et ancores fait son fait en Allemaigne » ; Oudot Ami, établi à Neuchâtel après les Cordier, s’occupait de Morat, Fribourg, Bienne,Soleure et Nidau ; Jean Naisey était à Berne ; Huguenin Pleure était à Lucerne et Aarau et s’est même fait recevoir bourgeois de Lucerne. À Pontarlier, Prétin avait un voiturier spécialisé dans les transports vers la Suisse, Perrenot Chamole. À Salins même, trop souvent absent, il faisait tenir les comptes de la saunerie par son principal clerc, Jean Couchart de Vaux16. Quant aux vieilles dettes de Suisse, évaluées à 17 900 florins d’or, soit 15 000 florins après escompte, Prétin affirme en avoir payé les acomptes à la saunerie, sauf un reste de 7 ou 8 000 francs, de 1455 à 145917.

  • 18 C.O., Comptes de Huguenin de Falletans : B 1739, 1742, 1747, 1750 et 1751. Comptes de J. de Prétin (...)

8Ces difficultés commerciales s’accompagnent d’une forte dégradation comptable. Alors que, on l’a vu, Prétin avait en 1454 accepté un « estat » annuel de 22 000 l. t., ses versements à la recette générale de Bourgogne, comptabilisés par le receveur Huguenin de Falletans, sont bien loin de ce chiffre : 12 863 1. en 1458, 7 100 en 1459, pour 1460-61, 18 000 livres, ce qui est presque normal, mais seulement 6 000 francs en 1461-62 et 12 333 francs en 1462-63. De surcroît, les comptabilités de Prétin et de Falletans révèlent d’inquiétantes divergences : pour l’exercice 1461-62, le compte de Salins se solde par une dette de 15 573 l. t. de Prétin envers le duc, mais le receveur général ne le crédite que de 6 000 l. t. Même scénario en 1462-63 où le trésorier doit au duc 18 461 livres, alors que le receveur ne reçoit de lui que 12 333 francs18. Selon un état dressé par les gens des comptes de Dijon, à la date du 30 septembre 1462, Prétin devait encore au duc 17 929 l. t. auxquelles sont venues s’ajouter l’année suivante les 18 428 l. de déficit du compte annuel. Il y a mieux : selon le receveur général, en 1462-63, Prétin aurait payé pour lui à la foire de Genève de la Saint-Barthélemy 1463, à la banque Médicis, 12 333 francs 1/3 en remboursement d’un prêt consenti au duc et au comte de Charolais par les Médicis de Bruges, et Falletans lui en a donné décharge ; or les investigations ultérieures montreront que ce paiement n’a pas eu lieu ! La lueur n’est pas faite sur l’utilisation des sommes ainsi dissimulées. Des déclarations ultérieures des deux compères, il semble résulter que Falletans prêtait aux foires de Genève, mais aussi qu’il obligeait Prétin à y emprunter pour lui, « a change et fiait » pour faire face à ses propres déficits envers le duc.

La chute

  • 19 Jean de Falletans, damoiseau, en 1361 et 1365 : Testaments de l’officialité…, I, p. 437, 444. Mora (...)

9Ainsi le receveur général, qui ne pouvait ignorer les obligations de Prétin, couvrait-il l’insuffisance des versements du trésorier, laissant ce dernier disposer de ses reliquats et celant le fait aux autorités supérieures. De leur côté, les gens des comptes de Dijon laissaient passer sans sourciller les énormes déficits de Prétin dont ils avaient parfaitement connaissance. Il y a là tout un réseau de complicités et de complaisances entre Salins et Dijon. Le receveur général Huguenin de Falletans appartenait à une famille originaire de Salins, et signalée comme noble dès le XIVe siècle. En 1465, il y avait trois Falletans au service du duc Philippe : outre Huguenin, Perrenet son cousin, facteur de Prétin en Allemagne, et Étienne de Falletans écuyer tranchant du duc19.

  • 20 On peut être tenté d’expliquer cette curiosité assez soudaine par la rigueur comptable exigée par (...)
  • 21 D., B 2055 : « Advertissement en brief sur le fait du recepveur general de Bourgoingne et du treso (...)
  • 22 Rapports des 1er mars, 4 mars, 9 mars, 15 mars, 13 avril, 5 juin, 7 juin, 27 octobre (Le Carbonnie (...)
  • 23 D., B 291, pièces 12 et 13. B 2056.

10À la fin de 1464 ou au début de 1465, les commis ducaux sur le fait des finances se sont enfin inquiétés des irrégularités des deux comptables20. Ils les ont convoqués à Bruxelles où ils sont arrivés le 2 février 1465 et ont comparu. Falletans a reconnu une dette de 12 300 livres de 40 gros envers le duc et Prétin a admis une dette de 36 900 francs envers le receveur. Le Grand Conseil a alors ordonné leur incarcération au château de Vilvorde, où eurent lieu les interrogatoires subséquents menés par deux des commis, le chancelier de Brabant Pierre Duchaisne, et Pierre Bladelin. Les deux officiers furent suspendus et les commis envoyèrent à Dijon, avec un sergent ducal, un maître des Comptes de Lille, Pierre le Carbonnier, pour récupérer sur les biens des deux hommes le plus possible de créances ducales, et aviser à leur remplacement. Le Carbonnier fut lui-même commis à la recette générale de Bourgogne et il commit à la trésorerie de Salins Jean Couchait de Vaux, puis Philibert Courtet21. On a conservé dix des rapports adressés à Pierre Bladelin par Pierre le Carbonnier, entre le 1er mars et le 7 décembre 1465, textes très vivants qui éclairent le déroulement de la mission et les difficultés rencontrées par Le Carbonnier, notamment pour vendre les biens des deux coupables22. En ce qui concerne Jean de Prétin, ses papiers et biens ont été inventoriés à Salins par un maître et un auditeur des Comptes de Dijon dès le 16 février, et vus à nouveau par Le Carbonnier et deux autres auditeurs des comptes le 16 avril. L’inventaire, conservé, des papiers et biens n’apprend pas grand’chose sur la comptabilité de Prétin qui tenait, selon l’habitude de l’époque, des « grands livres » ou recueils des comptes particuliers de tous ceux avec qui il était en compte, mais Le Carbonnier juge sévèrement cette comptabilité : « Il avoit deux grans pappiers, en l’un desquelz dès l’an 1454, que lors il fut commis a faire et exercer l’office de ladicte tresorie ou nom et comme commis de Guillaume de Pouppet, il commença a escripre et faire les comptes particulliers de ceulx avec lesquelz il avoit a besoigner, tant a cause dudit office de tresorie comme de ses propres besongnes et autres affaires dont il s’entremectoit ; et en l’autre y a continué jusques a ce qu’il s’en est allé pardela, et semble par iceulx que l’en lui devoit de grans deniers, mais il y a bien simplement besoingné et tenu trespetit ordre… »23. Le trésorier de Salins n’est pas riche : ses biens meubles ne rapporteront que 540 francs. D’après l’inventaire, Prétin possédait des pièces de vigne à Salins, Marnoz et Arbois et occupait à Salins cinq maisons, dont une seule grande et, semble-t-il, deux louées. Ses biens immeubles ont été vendus 2 400 francs seulement.

  • 24 D., B 2055, rapport du 5 juin : il a envoyé par chevaucheurs à Bruxelles la somme de 12 643 livres

11Au cours de ses investigations, Le Carbonnier a appris, peut-être de Prétin lui-même, puis certainement de Huguenin Pleure, le clerc de Prétin que les gens des comptes avaient fait arrêter et incarcérer à Dijon, l’existence d’un bien de Jean de Prétin nullement mentionné dans ses papiers ni dans sa comptabilité de Salins : une mine de plomb argentifère en Allemagne. Le fait intéresse d’autant plus Le Carbonnier qu’il est alors pressé de nombreuses demandes de fonds de la part de Bruxelles : c’est l’époque où le comte de Charolais prépare son armée pour sa campagne de France24.

Une mine d’Allemagne

  • 25 D., B 2055. Le voyage en question est confirmé par D., B 2133, fol. 124 v, 25e semaine de l’année  (...)

12Dès son quatrième rapport, du 15 mars, Le Carbonnier évoque cette mine sur laquelle il a eu des informations par Jean de l’Aule, lieutenant du pardessus de la saunerie, qui s’était rendu pour la saunerie « esdictes Alemaignes » deux ans auparavant, avait vu la mine, pensait que « c’estoit peu ou neant selon la grant estimacion que l’en en faisoit » et savait que trente ans plus tôt, des financiers dijonnais y avaient investi, mais y avaient perdu et avaient revendu leurs parts25. Malgré cette note pessimiste, Le Carbonnier a demandé aux amis de Prétin d’envoyer un orfèvre de Dijon expertiser cette mine dont Huguenin Pleure, le clerc de Prétin emprisonné par les gens des comptes, déclarait « qu’elle vauldroit merveilles » au duc s’il l’avait. Cette mission n’a pas eu lieu mais, le 6 mai, Le Carbonnier peut envoyer à Bruxelles un rapport sur la mine établi le 23 mars par Perrenet de Falletans, clerc de Prétin en Allemagne, pour ce Jean de Vaux, clerc du même à Salins, dont Le Carbonnier écrira qu’« il est habille et riche homme et de tous les clers et facteurs que ledit de Prestin avoit, il n’y a homme qui ait riens vaillant si non lui ».

  • 26 D., B 2056, rapport de Bernard Ymbelot et Etienne Seran, du 26 août 1465.
  • 27 A. Schlageter, Der mittelalterliche Bergbau im Schauinslandrevier, Schau-ins-Land, 88 (1970), p. 1 (...)
  • 28 Schlageter, p. 158, 161, 161-162. H. Dubois, Marchands d’outre-Jura en Bourgogne à la fin du Moyen (...)

13Cette mine est parfaitement identifiée. Elle se trouvait « a une journee oultre Basle » dans la vallée de la Britznach débouchant dans la vallée de Münster près de Staufen, dans la petite région de Forêt Noire dite Schauinsland, à quinze kilomètres au sud de Fribourg26. L’activité minière de cette région a été très bien étudiée par Schlageter et d’autres27. Le rapport de Perrenet de Falletans précise bien qu’il s’agit de la « myne de Seguen en la ville de Munster ». Cette mine zer Segen est attestée depuis 1374 au moins et semble avoir connu un renouveau d’activité au milieu du XVe siècle. En 1452, son associé principal était le grand marchand (et forgeron) bâlois Wemli Freidigman, membre de la Diesbach-Watt Gesellschaft, dont j’ai montré ailleurs qu’il avait été actif en Bourgogne, qui s’est intéressé aussi aux mines de Plancher, dans les Vosges comtoises. Peut-être est-ce à lui que Jean de Prétin avait acheté ses droits28 ?

  • 29 D. B 2055. Les objets de Girardin Eschevin trouvés chez Prétin : D., B 291, pièce 12, fol. 8. Il p (...)

14La lettre de Perrenet de Falletans à Jean de Vaux relative à la mine est du 23 mars 1465. C’est un rapport optimiste – « la chose est de present de grant prouffit » – et les espérances sont plus grandes encore car on vient de terminer le percement d’un « voaige » pour évacuer l’eau. La mine comporte six martinets pour la fonte du minerai. Perrenet recommande le secret le plus absolu sur l’affaire Jean de Prétin : si elle est ébruitée, « les Alemans [qui sont] estranges gens et ne sont subgectz a personne… reprendront ceste myne » et « quant l’en esclaindera la chose, l’en n’en aura riens ». Cet optimisme, succédant après deux ans au pessimisme de Jean de Vaux, ne doit pas surprendre : les progrès techniques avaient relancé la production de plomb argentifère. Le rapport, très complet, donne en annexe la liste des clercs de Prétin ayant tenu le compte de la mine depuis le 18 avril 1463 (sans doute date de l’entrée de notre homme dans la mine) : Girardin Eschevin, un Lorrain, mort en service, et qui avait laissé des objets personnels en dépôt chez Prétin ; Jean Alemant d’Auxonne, Henry de Mercey et P. de Falletans lui-même29. Un compte de la mine est joint au rapport, faisant apparaître la construction de « martinets » depuis 1463 et une recette de 2 378 florins contre une dépense de 918 florins (investissements à la mine : 405 fl. ; dépense courante : 256 fl. ; redevances aux seigneurs de Staufen : 257 fl. ; l’exploitant devait aux seigneurs le trente-et-unième pfennig, plus la valeur d’une semaine de production par an), donc un profit de 1 460 florins, mais sur une durée qui n’est pas certaine, peut-être seulement l’année 1463. Enfin, Falletans a joint, document particulièrement précieux, une évaluation des possibilités de production de la mine :

  • 30 « vendues » de chacune 5 q de minerai par semaine, soit 150 q
  • 5 q de minerai donnent 2 q de plomb (soit 60 q)
  • 2 q de plomb rendent une once d’argent (soit 30 onces).

15Le personnel de la mine comprend un secrétaire, 14 mineurs, leurs valets, un « maître de la montagne », payés à la semaine, et des fondeurs et affineurs payés à la tâche.

16Enfin, Perrenet indique que Huguenin Fauquette s’occupe de vendre le plomb. Il est justement parti pour Milan pour négocier avec le duc une livraison de 3 ou 4 000 quintaux pour la couverture du Castello Sforzesco. De Milan, il se rendra à Rotenburg pour négocier avec « ceulx de la myne de Bavière » une fourniture de plomb pour extraire l’argent de leur minerai. Deux autres facteurs de Prétin sont en route pour Rotenburg pour y amener du plomb. Précisions visant aussi à expliquer que Fauquette n’est pas près de se rendre à la convocation de P. Le Carbonnier.

  • 30 D., B 2056. E. Seran était d’Auxonne. Or, c’est à Auxonne que Wernli Freidigman est signalé dès 14 (...)
  • 31 D., B 2056.

17Pour vérifier le bien-fondé de ce rapport, Le Carbonnier envoie trois missions à la mine de Münster. La première, composée de Bernard Ymbelot, orfèvre de Dijon, et de Étienne Seran d’Auxonne, visite la mine le 27 juillet et fait un rapport très favorable. Toutefois, elle n’estime la capacité de production en minerai qu’à 15 « vendues » de 5 quintaux par semaine. Prétin possède 28 parts de la mine sur 62, mais a amodié les 34 autres. Il est bien vu des seigneurs de Staufen pour avoir relancé la mine30. Une autre mission, avec Guyon Vauchart, clerc des rôles de la saunerie, Jean Naisey, clerc de Prétin et Perrenet de Falletans, en présence de Huguenin Fauquette, entre dans la mine le 6 août 1465, mais la rupture d’un « roaige » entraîne la mort de G. Vauchart et de P. de Falletans, que Fauquette fait enterrer au cloître de l’abbaye Saint-Trudpert de Münster, alors que Naisey n’est que blessé. C’est donc Fauquette qui envoie le rapport aux officiers de la saunerie. Il y joint un nouveau compte de la mine, d’après lequel on a produit, en 1463, 928 « vendues » de minerai et, en 1464, 705. Du temps de Perrenet de Falletans, on a vendu 894 quintaux de plomb à Rotenburg où la mine a un facteur, Jean Egly31. La liste des créanciers de la mine fait apparaître plusieurs personnes de Fribourg, ainsi que l’abbé de Münster. Mais, si Fauquette veut bien écrire, il continue à refuser de déférer à la convocation de Le Carbonnier à qui il explique que plusieurs obligations entre lui et Prétin sont des engagements oraux et fait comprendre qu’il ne veut pas subir le sort de Huguenin Pleure. De fait, Le Carbonnier essaie de le faire arrêter par les justices de Neuchâtel et de Berne. En octobre, Fréry Boudran et Jean de Vaux (tous deux proches de Prétin) visitent à leur tour la mine et font rapport. Ils confirment que la vente de plomb à Rotenburg a produit 7 à 800 florins, et que les ouvriers ont pu être payés. Optimistes, ils opinent qu’on pourrait atteindre une production annuelle de 100 milliers (1000 quintaux) de plomb, vendables de 14 à 15 francs le millier.

  • 32 C.O., B 1757. fol. 149-149v.

18Le Carbonnier ne se rend pas lui-même à Münster. Mais ces rapports favorables finissent par le convaincre de la rentabilité de la mine. À la mi-mars 1466, il emmène à Bruxelles un certain Richard de Constantinople, naguère clerc et serviteur de J. de Prétin, jamais mentionné auparavant, pour le « faire ouyr et interroguer par monditseigneur et messeigneurs de son grant conseil de ce qu’il povoit savoir du fait de la mine que ledit J. de Prestin a es Allemaines »32.

Retour en grâce

19Prétin, qui était encore au château de Vilvorde le 14 mars 1466, a dû en sortir en mai puisque des lettres ducaux en sa faveur sont du 10 mai. Il était à Salins le 16 juin et réclamait l’inventaire, promis par les gens des comptes, de ses biens saisis. Sa libération est évidemment intervenue à la suite d’une transaction, dont nous n’avons pas le texte. Nous avons un projet d’accors non daté, seulement antérieur, entre Prétin et le duc dont plusieurs clauses ont, de fait, été retenues dans l’accord définitif :

  • Prétin reconnaissait qu’il lui était dû 37 000 francs en Suisse, Lombardie et Bourgogne, et promettait d’en contenter le duc avant Pâques 1466 (= le 6 avril) en échange de sa rentrée en grâce.
  • Ayant dû, à cause de l’insuffisance de ses rentrées en Suisse, « abandonner sa chevance et trouver et pranre argent tant a Geneve comme aultre part », afin de payer le receveur général et les parsonniers du duc, il aurait ainsi dépensé 10 000 francs, dont il demande à être dédommagé « sur le communal de la saunerie », c’est-à-dire sur l’ensemble de la saunerie.
  • Il reste 7 000 francs d’obligations non recouvrées en Suisse sur le total de 18 000 florins qu’il s’était engagé en 1454 à recouvrer en cinq ans. Il demande à ce que le duc se charge du recouvrement des créances restantes.
  • Il demande aussi une indemnité de 5 000 francs pour services rendus !
  • 33 AD, Nord, B 2058, fol. 127v, 203. C.O., B 6024, B 6028/2. D., B 291, pièce 13, B 187 fol. 1, 5, 7v (...)

20Prétin a au moins obtenu satisfaction sur deux points : par lettres du 10 mai 1466, réitérées le 19 décembre, le duc a ordonné de recouvrer les 7 000 francs de vieilles dettes sur la saunerie, ce qui a provoqué immédiatement protestation et appel des parsonniers. D’autre part, en excipant auprès des gens des comptes de Dijon d’un accord fait avec la saunerie avant son incarcération et après l’expiration de son premier marché (en fait, le 21 novembre 1464), il a obtenu d’eux le 18 juillet des lettres l’autorisant à prendre, pendant deux ans, 4 000 charges par an de sel destiné à Neuchâtel, Fribourg et Morat, et a obtenu de la saunerie l’exécution de ce marché, à partir du 1er octobre 1466. Il est donc à nouveau, pour la saunerie, « marchant des selz… que l’on menne es pais d’Alemaigne », mais il entre en conflit en 1467 avec l’entreprise qui lui reproche une concurrence déloyale à Neuchâtel, Bienne, Fribourg, Morat, Gruyères alors que, selon la saunerie, il ne devait vendre que « a Berne et oultre ». Pourtant, le marché suit son cours malgré ces protestations et Prétin obtient du sel jusqu’après même l’expiration de son contrat, le 28 novembre 1468. Il est manifeste que, contre la saunerie, Jean de Prétin a retrouvé des appuis33.

  • 34 E. Bauer, Négociations et campagnes de Rodolphe de Hochberg 1427( ?)-1487, Neuchâtel, 1928, p. 68, (...)
  • 35 C.O., B 6028/3. D., B 187, fol. 217.

21Après cette date, Prétin n’apparaît plus parmi les vendeurs de sel de la saunerie. Le sel vendu à Berne en 1469-70 l’a été par un autre marchand. Ensuite, à partir de 1472 surtout, la dégradation des relations entre Berne et le duc Charles a dû restreindre les achats bernois et rendre délicate la position de Prétin, très lié à Berne. En mars 1474, il fait passer aux gens des comptes de Dijon des informations sur les alliances anti-bourguignonnes en préparation34. Peut-être se consacre-t-il alors à sa mine ? Le 12 juillet 1477, le prince d’Orange, gouverneur de la Comté pour Marie de Bourgogne, invite la saunerie à « délivrer » à Prétin 2 000 charges de sel, dont 500 charges à crédit, pour mener vendre « a Berne et leurs aleances anciennes », mais la saunerie proteste énergiquement contre ce crédit qui va ruiner l’entreprise. Jean de Prétin a retrouvé un protecteur et il est toujours lié aux Bernois, mais il n’apparaît plus ensuite dans les documents de Salins35.

Conclusion

22Le marché de Prétin pour les sels de Suisse expirait en 1463 et il semble bien que son intervention dans la mine de Staufen date du début de cette même année. Or, on l’a vu, c’est à partir de 1461-62 que sa dette envers le receveur de Bourgogne et le duc avait commencé à se creuser. De là à penser qu’une partie de l’argent dissimulé a pu s’investir dans la mine, il n’y a qu’un pas.

23La solidarité de Huguenin de Falletans avec Prétin – avant leurs malheurs – ne fait guère de doute. Le dernier manager de la mine pour Prétin n’était-il pas un cousin du receveur ? Les deux hommes s’entr’aidaient aussi aux foires de Genève. Ils ont manifestement bénéficié de la complaisance des gens des comptes de Dijon, laquelle avait frappé Le Carbonnier dès son deuxième rapport : « chascun an [ils] ont certifficacion des clers des rooles de ladicte saulnerie » et pourtant « n’ont pas fait faire recepte audit Faltens chascun an de la juste valeur de ladicte saulnerie selon la certifficacion ». Prétin a toujours su trouver des appuis : à Dijon, mais aussi à Bruxelles, car il lui en a bien fallu pour sortir de prison, peut-être à la demande des Bernois. La crise illustre aussi la difficulté qu’il y avait à contrôler, de Bruxelles, une recette régionale éloignée confiée à des notables locaux.

24Quelle que fût l’origine de ses fonds, Prétin a certainement été un remarquable administrateur, comme le montre l’organisation de ses réseaux de Suisse et d’Allemagne. Ses clercs étaient nécessairement bilingues et peut-être lui-même l’était-il aussi.

25L’affaire confirme que les pays bourguignons étaient ouverts sur l’économie rhénane. Elle a pu contribuer à éveiller l’intérêt de conseillers ducaux pour des possibilités de profit dans la région de l’Alsace et du Breisgau.

Notes

1 Prétin : Jura, ar. Lons-le-Saunier, c. Salins. AD, Côte d’Or (désormais : C.O.), Recueil de Peincedé, XXV, 774. AD, Doubs (désormais : D.), B 291, fol. 14. Testaments de l’officialité de Besançon, U. Robert éd., I, p. 115.

2 Equivalences monétaires : 1 franc = 1 livre tournois, monnaie du roi. 1 livre tournois = 0,9 livre est-evenante et = 0,9 livre de 40 gros de Flandre. 30 sols de Berne = 20 sols tournois. 1 florin d’or de Rhin = 11 s. 6 d. monnaie de Rappes. 1 s. de Rappes = 14 engrognes de Bourgogne. 1 engrogne = 1 d. 2/3 tournois.

3 D., B 291, fol. 1, 3, 3v, 12, 14v. C.O., B 1757, fol. 72, B 6006, fol. 1. Testaments…, I, p. 124.

4 D., B 291, fol. 1, 14v : elle assiste à l’inventaire et saisie de ses biens.

5 D., B 291, fol. 12.

6 C.O., quinze comptes, entre B 6006 et B 6022.

7 C.O., B 6019. Naturellement la « dépense » comporte les paiements faits au duc ou pour lui.

8 C.O., B 1751, fol. 39. Les foires de Genève étaient un vecteur commode des transferts entre pays de par delà et pays de par deçà.

9 C.O., B 6020, fol. 93.

10 D. B 2133, du 23 déc. 1448 au 30 sept. 1468, fol. 7, 17v, 18v, 23v, 33v-34, 56, 67, 70v-71, entre autres. H. Ammann, Die Diesbach-Watt Gesellschaft. Ein Beitrag zur Handelsgeschichte des 15. Jahrhunderts, Saint-Gall, 1928, p. 29, et p. j. 185, p. 57*.

11 H. Vander Linden, Itinéraires de Philippe le Bon duc de Bourgogne 1419-1467, Bruxelles, 1940, p. 326-338. Le duc a quitté la Bourgogne après le 10 février 1455.

12 En 1453, par rapport à 1452, diminution de 8,2 % de la recette de la saunerie : C.O., B 6011, 6014. Traité dans BNF, Bourgogne 59, fol. 14 et suiv.

13 De fait, c’est en 1446 que Bertrand Closier, « moutier » de la saunerie, avait été chargé de « donner cours » au sel à Berne et autres lieux d’« Alemaigne » : D., B 299.

14 C.O., B 6012/2, 6017/2, 6019, 6020, 6022/1. L’exercice annuel est modifié à partir de 1459 et est désormais pris du 1er octobre au 30 septembre.

15 C.O., B 1747, fol. 141, 152-152v. B 1750, fol. 156, 158-159. B 1751, fol. 199, 226, 227, 249v-250.

16 P. X. Weber, Das älteste Luzerner Bürgerbuch (1357-1479), Der Geschichtsfreund, t. 75, p. 319-379 : 1458… : Huguenin der saltzman von Bregung. D., B 2055 et 2056, passim.

17 C.O., B 6017/2, fol. 53v. D., B 2055. Dès la fin de 1456, il s’était fait autoriser par le duc à reporter à la fin de son contrat les 3 000 florins dus annuellement à ce titre.

18 C.O., Comptes de Huguenin de Falletans : B 1739, 1742, 1747, 1750 et 1751. Comptes de J. de Prétin pour l’ordinaire de la saunerie : B 6019, 6020, 6022/1.

19 Jean de Falletans, damoiseau, en 1361 et 1365 : Testaments de l’officialité…, I, p. 437, 444. Moraux de F., écuyer, prévôt du Bourg-Dessous en 1375 : BNF, Nouv. Acq. fr. 8729, fol. 5. C.O., B 1750, fol. 83 et AD, Nord, B 2051, fol. 9. Sur Huguenin de F., cf. J. Bartier, Légistes et gens de Finances au XVe siècle. Les conseillers des ducs de Bourgogne, Bruxelles, 1952 (Mémoires de l’Académie de Belgique, Classe des Lettres), passim.

20 On peut être tenté d’expliquer cette curiosité assez soudaine par la rigueur comptable exigée par le comte de Charolais, dont on sait l’influence croissante à cette époque. Charolais touchait d’ailleurs une partie de sa pension sur les recettes des pays de par delà.

21 D., B 2055 : « Advertissement en brief sur le fait du recepveur general de Bourgoingne et du tresorier de Salins, a present prisonniers de monditseigneur le duc en son chastel de Vilvoorde ».

22 Rapports des 1er mars, 4 mars, 9 mars, 15 mars, 13 avril, 5 juin, 7 juin, 27 octobre (Le Carbonnier s’est rendu à Bruxelles en juillet-août), 7 décembre dans D., B 2055. Rapport du 6 mai dans D., B 2056.

23 D., B 291, pièces 12 et 13. B 2056.

24 D., B 2055, rapport du 5 juin : il a envoyé par chevaucheurs à Bruxelles la somme de 12 643 livres.

25 D., B 2055. Le voyage en question est confirmé par D., B 2133, fol. 124 v, 25e semaine de l’année 1462-63. Les financiers dijonnais : feus Jean de Visen, Oudot et Jacques Douay.

26 D., B 2056, rapport de Bernard Ymbelot et Etienne Seran, du 26 août 1465.

27 A. Schlageter, Der mittelalterliche Bergbau im Schauinslandrevier, Schau-ins-Land, 88 (1970), p. 125-171. Je remercie le Professeur Th. Zotz de m’avoir aidé à consulter ce travail.

28 Schlageter, p. 158, 161, 161-162. H. Dubois, Marchands d’outre-Jura en Bourgogne à la fin du Moyen Âge (v. 1340-v. 1440), in Cinq siècles de relations franco-suisses, Hommage à Louis-Edouard Roulet, Neuchâtel, 1984, p. 21-30. Sur Freidigman, P. Jeannin, Note sur l’abbaye de Lure au XVIe siècle. Aspects économiques et sociaux de la géographie historique, Bull. Phil. Hist., année 1967, Paris, 1969, p. 483-525. C’est à tort que le Dr H. Gachot, Vom alten Bergbau im Münstertal, Ann. de la Soc. d’histoire du val de Münster, 1933, p. 122-149, a placé cette mine en Alsace.

29 D. B 2055. Les objets de Girardin Eschevin trouvés chez Prétin : D., B 291, pièce 12, fol. 8. Il possédait, outre ses « bagues », 31 florins d’or, 4 écus du roi, 52 écus de Savoie et 1 salut d’or.

30 D., B 2056. E. Seran était d’Auxonne. Or, c’est à Auxonne que Wernli Freidigman est signalé dès 1426 et qu’il vivait en 1450-1451 : H. Ammann, Die Diesbach-Watt Geselschaft…, p. 58-59. Prétin a facilement pu entrer en contact avec Freidigman à cette époque.

31 D., B 2056.

32 C.O., B 1757. fol. 149-149v.

33 AD, Nord, B 2058, fol. 127v, 203. C.O., B 6024, B 6028/2. D., B 291, pièce 13, B 187 fol. 1, 5, 7v, 30v, 44, 44v, 47, 50, 65, 69, 70-70v.

34 E. Bauer, Négociations et campagnes de Rodolphe de Hochberg 1427( ?)-1487, Neuchâtel, 1928, p. 68, η. 1.

35 C.O., B 6028/3. D., B 187, fol. 217.

© Éditions de la Sorbonne, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540