Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Milieux naturels, espaces sociaux

 | 
Franco Morenzoni
, 
Élisabeth Mornet

Les animaux et les hommes

La faune germanique médiévale

Une brève histoire de noms

Laurence Moulinier

Texte intégral

  • 1 Les animaux ont une histoire, Paris, 1984, p. 224 et 45.
  • 2 Subtilitatum naturarum diversarum creaturarum libri novem (Physica), PL 197, col. 1117-1352, (désor (...)

1Dans son ouvrage pionnier sur le monde animal, Robert Delort saluait en Hildegarde de Bingen (1098-1179) « l’une des premières observatrices de la faune », voire « la première véritable zoologue », du Moyen Âge1. Cette abbesse bénédictine des bords du Rhin a en effet consacré quatre livres de son encyclopédie naturelle2 aux animaux répartis en autant de catégories, dans l’ordre, de piscibus, de avibus, de quadrupedibus et de reptilibus. Quand elle ignorait la traduction latine, elle donnait le nom allemand, mais certaines appellations ne se laissent pas aisément résoudre, et plusieurs solutions sont souvent possibles car Hildegarde, préférant les subtilitates des choses à leur apparence physique, ne livre aucune description de la morphologie des animaux, dont elle est pourtant capable de rapporter fidèlement certains comportements, comme le frai des poissons.

  • 3 L’œuvre scientifique de Hildegarde de Bingen, Université de Paris VIII, 1993, vol. 3, p. 60-67.
  • 4 J’ai pu étudier différents textes lors d’un séjour en Italie durant l’été 1996, grâce à une bourse (...)
  • 5 Voir Signa loquendi : die cluniacensischen Signa-Listen, W. Jarecki éd., Baden Baden, 1981.

2J’ai tâché d’attribuer à chaque espèce une identité et un nom scientifique dans ma thèse, dirigée par Robert Delort3 ; en hommage à celui qui m’a initiée à Hildegarde femme de science, je voudrais évoquer ici brièvement, à partir de ces tables, l’histoire de quelques espèces et de leurs noms en territoire germanique, et m’appuierai pour cela sur d’autres sources, y compris des glossaires anonymes4, en aval comme en amont : ainsi au XIe siècle le Ruodlieb présente dix-huit espèces de poissons pêchées localement, neuf sous leur nom latin et neuf sous leur nom allemand, et les Constitutiones attribuées à l’abbé Guillaume de Hirsau, dont une partie est consacrée au langage des signes à utiliser pour respecter la règle du silence5, livrent un aperçu sur la faune locale en nommant les animaux qui y étaient consommés ou employés ; plus près de Hildegarde dans le temps et dans l’espace, on peut tirer des renseignements du Summarium Heinrici, compendium inspiré des Étymologies d’Isidore de Séville et composé vers 1100 dans la région de Worms, ou encore de l’Hortus deliciarum, l’encyclopédie de l’abbesse Herrade ; au XIIIe siècle, on ne saurait négliger l’apport du De animalibus d’Albert le Grand qui cite nombre d’animaux sous leur nom allemand, ni, au XVIe siècle, le Livre des quadrupèdes du strasbourgeois Michel Herr ou la colossale somme de connaissances rassemblée par Conrad Gesner.

  • 6 Faute de place, j’ai dû éliminer les renvois aux dictionnaires d’allemand ou d’allemand médiéval ut (...)

3Hildegarde pouvait citer en latin des espèces alors familières, mais l’inverse est très rare, et on peut postuler que les noms germaniques renvoient ici à des réalités locales, ou directement connues. C’est donc aux dénominations traduisant l’appartenance de la faune à une aire culturelle et géographique donnée que nous nous intéresserons, en privilégiant une approche lexicologique6 : les noms vernaculaires exprimant la nature des animaux sont parfois tout ce qui reste d’espèces aujourd’hui disparues, et surtout, au Moyen Âge, certains de ces noms germaniques ont définitivement remplacé les noms latins traditionnels.

  • 7 Cf. Summarium Heinrici, R. Hildebrandt éd., Berlin-New York, 1982, 2 vols, t. 2, p. 63 (désormais a (...)
  • 8 R. Duguy, D. Robineau, Guide des mammifères marins d’Europe, Neuchâtel-Paris, 1982, p. 138.
  • 9 Cf. Summ., p. 64 : crebez, et Constitutiones Hirsaugienses, PL 150, col. 942 (désormais abrégé Hirs (...)

4Le liber de piscibus énumère trente-six noms mais une même espèce peut apparaître sous des appellations différentes. En outre cetus, merswin et cancer ne sont pas des poissons mais en cela, l’abbesse procède comme le Summarium Heinrici qui les regroupait sous la rubrique De piscibus marinis seu fluvialibus. Ils n’en sont pas moins des habitants des eaux qu’elle a pu voir : cetus7 peut désigner un type de baleine (épaulard ?) comme celui encore capturé aux portes de Bâle en 1689 ; le Summarium Heinrici fait dûment état du marsouin, « espèce connue pour remonter les fleuves8 » ; enfin la présence de l’écrevisse dans les cours d’eaux d’Allemagne au Moyen Âge, est bien attestée9.

  • 10 Summ, p. 63.
  • 11 Il habitait aussi la Moselle d’après le ms. Pal. Lat. 1414 (sturgio, fol. 225r).
  • 12 Hirs., col. 941 : Pro signe sturionis.
  • 13 P. Gradoz, C. Kempf et AL., Toute l’Alsace. Le monde animal, Wettolsheim, 1984, p. 59.

5Les poissons à proprement parler sont tous d’eau douce, à part la lotte et le hareng, et certains se sont beaucoup raréfiés, comme l’esturgeon, l’alose, le saumon ou la truite. Le poisson nommé huso, esturgeon béluga, n’a pour sa part apparemment jamais habité le Rhin mais cet animal ouvre la liste des pisces dans le Summarium Heinrici10, immédiatement suivi par l’autre espèce d’esturgeon, storo, comme dans le liber de piscibus de l’abbesse ; ce poisson marin remontait autrefois le Rhin jusqu’à Bâle11 et sa mention dans les Constitutiones Hirsaugienses montre qu’il était alors consommé à Hirsau12 mais, « victime de la pollution et de la récolte abusive de ses œufs », il est aujourd’hui fort rare13.

  • 14 Beatae Hildegardis causae et curae, P. Kaiser éd., Leipzig, 1903, p. 192.
  • 15 Ruodlieb, der atteste Roman des Mittelalters, F. Seiler éd., Halle, 1882, XIII, 45.
  • 16 Summ., p. 63.
  • 17 De Animalibus, p. 263.
  • 18 P. Gradoz, C. Kempf et al., op. cit., p. 58.

6Welca est une faute de copiste dans le manuscrit de la Physica, Paris, BNF, lat. 6952 qui a servi de support à l’édition Migne : celui de Florence (Biblioteca Medicea-Laurenziana, Ashbumham 1323) dit welra, comme le Causae et curae, second volet de l’œuvre scientifique attribuée à Hilde garde14. C’est le poisson appelé walra dans le Ruodlieb15, walirun dans le Summarium Heinrici16, et welre chez Albert le Grand17, le silure glâne, « poisson chat géant » qui peut atteindre 300 kg dans le Danube mais qui a sans doute toujours été occasionnel dans le Rhin18.

  • 19 Voir Icones animalium… quae in Historiae animalium C. Gesneri libro I et II describuntur, editio se (...)
  • 20 Hirs., col. 941 : pro signe lassonis, idem, quod et salmonis, addito signe similitudinis.

7Le lasz est le saumon atlantique. Chaque année, entre décembre et juin, les saumons venus de la mer remontaient le Rhin pour s’y reproduire, mais selon l’époque où ils étaient pêchés, ils recevaient une désignation différente, comme l’explique Gesner19 : lahs et salmo sont le même poisson, mais salmo correspond à l’animal pêché entre la fin novembre et le 25 juillet. Notons que le Summarium Heinrici et les Constitutiones Hirsaugienses font également place aux deux formes20.

  • 21 Cf. Summ. : culhoubit.
  • 22 Icones animalium…, p. 291.

8Le chabot, copprea (Groppe en allemand) apparaît lui aussi deux fois : typique des rivières à truites, aimant les eaux vives, bien oxygénées, froides, il se cache derrière Kulheubt21 plus bas dans la liste (Ruhlheubt est une autre faute du manuscrit de Paris) et Gesner expliquera les différentes appellations de l’animal par la grosseur ou la forme ronde de sa tête22.

  • 23 La Moselle d’Ausone, H. de La Ville de Mirmont éd. et trad., Bordeaux, 1889, v. 120, p. 12.
  • 24 Cf. Ruodlieb (prahsina) et Hirs. (brahsima).
  • 25 De Animalibus, p. 15 : piscis qui vocatur apud nos halsa, qui non apparet nisi in principio veris u (...)

9L’abbesse nomme le brochet selon sa langue maternelle contrairement au Ruodlieb ou aux Constitutiones Hirsaugienses (Ausone avait fourni le premier témoignage sur ce poisson dans un fleuve du Nord, expliquant qu’on lui avait donné par dérision un prénom latin, lucius)23. La brème, caractéristique des cours d’eau lents et des eaux dormantes24, est distinguée ici de la brème bordelière, blicka (bleiche dans le Summarium Heinrici), et Elsua (allemand Else, Eltze), « hotu », serait la première attestation sous cette forme de ce poisson mangeur d’algues, qui vit au fond de l’eau et retiendra aussi l’attention d’Albert le Grand25.

  • 26 P. Gradoz, C. Kempf et al., op. cit., p. 58.

10Kolbo marquerait le premier emploi de ce terme pour désigner le flet, poisson occasionnellement présent dans le Rhin, qui le remontait autrefois jusqu’à Mayence ; la truite de mer, fornha, disparue du Rhin suite à la trop grande pollution du fleuve, était en revanche un poisson commun à l’époque26.

  • 27 J. Tischler, Fische, in Reallexikon der Germanischen Altertumskunde, H. Beck, H. Jankuhn et al. éd. (...)

11Monuwa ressemble au munuwa synonyme de capito dans le Summarium Heinrici mais selon J. Tischler27, Hildegarde évoquerait pour sa part la chevaine, poisson que sa forme hydrodynamique rapproche d’autres espèces rhéophiles comme le vairon, le hotu, la vandoise, le barbeau et le goujon.

12Bersich désigne la perche, poisson carnassier qui chasse en bande en poursuivant ses proies, et Meysisch est une autre erreur du scribe pour meyfisch, grande alose, poisson marin qui vient déposer ses œufs en rivière et remontait autrefois le Rhin jusqu’en amont de Bâle.

  • 28 P. Gradoz, C. Kempf et al., op. cit., p. 62.

13Amateur d’eaux fraîches, l’ombre commun, ascha, était très répandu à l’époque ; très sensible à la pollution, il se maintient aujourd’hui dans le Rhin grâce à l’alevinage opéré par les fédérations de pêche28.

  • 29 Phy, V, 27, col. 1281 : Slya de calore paludum est, et noctem diligit, et circa fundum et littus ve (...)

14Pour Rotega, on peut hésiter entre le rotengle et le gardon (rodouga dans le Summarium Heinrici), deux espèces se ressemblant beaucoup, limnophiles comme l’ablette, la brème, la carpe ou la tanche (l’abbesse a bien remarqué que la tanche, typique des étangs vaseux, tombe en léthargie en hiver et s’enfouit dans la vase dès que le milieu s’assèche29). Il n’est pas sûr qu’elles étaient alors distinguées et on penchera pour le gardon, sans doute plus commun du temps de Hildegarde.

  • 30 Cf. Summ., p. 63 : cresso.
  • 31 Cf. H. J. Roth, Frühe Naturforschung im Rheingau : Hildegard von Bingen, bibliographische Anmerkung (...)
  • 32 On peut rapprocher de ce chapitre le chapitre du liber de lapidibus, intitulé De Berlin : Berlin de (...)

15Le goujon, crasso30, réapparaît plus bas sous le nom de gerundula, Hasela est la vandoise, et Pafenduno (vieil haut allemand pfaffendumo), la bouvière, un petit poisson souvent confondu avec des espèces voisines comme le gardon et le rotengle ; Hildegarde aurait été la première à le décrire31 et c’est peut-être encore lui qui se cache derrière la périphrase piscis conchas habens puisque les œufs de la bouvière sont déposés et éclosent dans une coquille de bivalve d’eau douce (Unionidae)32.

  • 33 Phy, V, 29, col. 1282.

16Stechela n’est pas l’épinoche, Sticheling en allemand, comme on pourrait le croire, mais la grémille ; encore appelé « perche goujonnière », ce poisson vorace doté lui aussi de piquants s’attaque au frai des autres poissons, ce qui correspond à ce qu’en dit Hildegarde : de natura hechtes et birsches est33.

  • 34 De Animalibus, p. 268.
  • 35 Cf. H. Balss, Albertus Magnus als Biologe, Werk und Wirkung, Stuttgart, 1947, p. 36.

17Steynbisza est soit la lamproie de rivière soit la loche de rivière, mais aucun doute ne plane en revanche sur l’identité du poisson appelé alroppa : c’est la lotte, carnassier vorace et nocturne, dont la plupart des noms germaniques sont forgés sur la racine rupe, rutte (terme issu du latin rubeta) comme en témoigne Albert : qui aput nos vocatur alrute et quidam vocant ipsam alrupe ; quidam autem simpliciter ruptam vocant34 Le terme de punbelen pose plus de problèmes : on pourrait penser au vairon, encore appelé Bambeli en Allemagne35 et Bummeli en dialecte bernois, petite espèce très fréquente qui devait pulluler au temps de Hildegarde.

18Dans le liber de avibus, la part des termes vernaculaires est tout aussi impressionnante : sur soixante-douze noms d’oiseaux ou d’animaux considérés comme tels – Hildegarde regroupe dans une même catégorie oiseaux, chauve-souris et insectes, alors que le Summarium Heinrici, suivant Isidore, faisait le départ entre aves et minuti volatiles – près des deux tiers sont germaniques. C’est le livre zoologique le plus important de la Physica, et l’on peut y chercher une image des habitants ailés des forêts du Rhin au XIIe siècle.

  • 36 Cité ibid., p. 37.
  • 37 Summ., p. 65.

19Reyger vient du vieil haut allemand reigaro, heigaro, selon une onomatopée imitant le cri du héron, et la cigogne est citée sous le nom d’Odebero (= Adebar), surtout utilisé dans les régions parlant le bas-allemand et signifiant selon Grimm « qui apporte le bonheur »36 ; le Summarium Heinrici y ajoute le nom en vieil haut allemand de la cigogne, storc vel otivaro37, et c’est ce terme, issu de l’indo-germanique *ster, « raide », évoquant les échasses de l’oiseau, qui survit dans l’actuel Storch.

20Halegans est moins univoque, et les spécialistes que j’ai consultés à ce sujet penchent pour la bernache, petite espèce d’oiseau à plumage sombre vivant aujourd’hui dans l’extrême Nord et sur nos côtes en hiver.

  • 38 Summ., p. 66 ; De Animalibus, p. 525.
  • 39 Historiae animalium lib. III qui est de avium natura, Zurich, 1551, p. 475.
  • 40 C. Kempf, Oiseaux d’Alsace, Strasbourg, 1977, p. 115.

21L’oiseau nommé Urhun (ortigometra, « mère des cailles », en grec – orhun dans le Summarium Heinrici et chez Albert38) est le grand coq de bruyère ; formés sur le même radical, Rephun (indo-germanique rebh, « brun ») désigne la perdrix et Birckhun, littéralement (et à juste titre selon Gesner) « poule du bouleau »39, le petit coq de bruyère : cet animal qui s’est maintenu dans les Vosges jusqu’au début du XXe siècle semble avoir été autrefois très commun40.

  • 41 Sur ce mot, voir B. Van den Abeele, La fauconnerie au Moyen Âge, Paris, 1994, p. 76-79. Je remercie (...)
  • 42 Cf. A. Blaise, Lexicon latinitatis medii aevi, Turnhout, 1986, p. 856.
  • 43 Les animaux ont une histoire, p. 134.
  • 44 Phy, VII, 22, col. 1298 : et non alte volat.
  • 45 Cf. Summ., p. 66 : larus musare. Voir aussi le glossaire latin-allemand du ms. Vatican, B.A.V., Pal (...)

22Parmi les rapaces, habich désigne l’autour, et sperwere l’épervier, qu’Isidore appelait accipiter41 ; la fortune de Sperwer, qui éclipsa ses équivalents latins et donna épervier en français, après avoir engendré un sparvarius attesté au IXe siècle42, est très représentative d’un phénomène souligné par Robert Delort, « l’irruption, en Occident, des mots germaniques qui évincèrent un certain nombre de mots latins »43. Quant à Weho, le Summarium Heinrici fait de wio une traduction de milvus, « milan », mais puisque cet oiseau a été présenté au chapitre précédent de la Physica on verra plutôt dans Weho le busard, Weihe en allemand, qui survole les champs en vol glissé à basse altitude44. Musar est la buse45, qui se nourrit de rongeurs, comme le dit son nom formé de Mäuse et Aar, « aigle des souris ».

23Krewa et Kraha, « corneille » et « choucas », sont des formes onomatopéiques : sur ce radical ont été forgés Nebelkraha, « corneille mantelée », et le nom du cormoran (alacra en vieil haut allemand), qui combine Aal et Krâhe et évoque le goût de cet oiseau pour les anguilles.

24Le nom du butor, roredumbil en vieil haut allemand, aujourd’hui Rohrdommel, résume bien cet échassier vivant dans les marais, tandis que Mewa, d’origine inconnue, est l’étymon du nom français de la mouette, maoue ou mauve en ancien français.

  • 46 Icones avium, p. 66 ; cf. Summ., p. 66 et le ms. Pal. Lat. 1382, fol. 30v : Palumbus holztube.

25La mention de la colombe sous son nom latin n’appellerait aucun commentaire si le même chapitre n’évoquait aussi les oiseaux ringelduba et holzduba, termes qui ont survécu en allemand ; le premier désigne le pigeon ramier (ou palombe), et le second, un oiseau de plus petite taille, « croiseau ou biset » selon Gesner46.

  • 47 Voir encore le ms. Pal. Lat. 1382 : Bubo huve, fol. 30v.
  • 48 Cf. entre autres Summ., p. 65.
  • 49 Voir les Carnets de Villard de Honnecourt, A. Erlande-Brandebourg, R. Pernoud et AL. intr. et comm. (...)

26Hera signifie geai (le glossaire du ms. Ashburnham 1323 donne Orix Heere, celui du ms. Pal. lat. 1382, Orix heher) et comme dans le Summarium Heinrici, huwo désigne ici le hibou grand-duc47. Sisegomo est la traduction de pellicanus48 mais l’abbesse semble avoir croisé sa description avec celle d’un oiseau nocturne qui pourrait être le hibou, oiseau qui lui est souvent associé, dans les psaumes et jusque dans les dessins de Villard de Honnecourt49.

  • 50 Phy, VI, 40, col. 1303.

27Snepha est sans doute la bécasse des bois, voire la bécassine ; Specht est le pic, et le chapitre qui lui est consacré cite le pic vert (specht qui viridem colorem habet50).

  • 51 Cf. Albert, De Animalibus, p. 401 : in Germania grasemushe vocatur et est similis filomene.
  • 52 Ibid., p. 1400 : turdela… vulgo droschelo vocatur.
  • 53 Cf. Summ., p. 66 : witehopfo, et Withopfe dans le glossaire du ms. Pal. Lat. 1382, fol. 30v.

28Grasemucka est un oiseau chanteur, la fauvette51, comme la mésange, Meysa, le merle, Amsla (qui réapparaît sous la forme latine Merla un peu plus bas), la grive, Drosela52, et le rossignol, Nachtgalla, littéralement « le chanteur de la nuit ». Lercha est alors courant pour désigner l’alouette, et le nom de la huppe, Vedehoppo53, contient le terme du vieil haut allemand witu, « forêt ». Isenbrado, le martin-pêcheur, en allemand Eisvogel, vient du vieil haut allemand isarno-vogal, « oiseau de fer » (en raison de sa couleur) ; le nom qu’il revêt ici évoque à la fois son plumage bleu et roux et son long bec (brado, « barbe »).

  • 54 Cf. le ms. Pal. Lat. 1382 : Quascula vel quisquila wahtel.
  • 55 vinco (Summ., p. 66), vink dans le ms. Pal. Lat. 1382.
  • 56 Cf. Summ., p. 66, cruricula warcengil, et Albert, De Animalibus, p. 510 : Kylian autem in graeco es (...)
  • 57 Historiae animalium lib. III qui est de avium natura, Zurich, p. 558.

29Puis viennent des oiseaux de plus petite taille, caille54, étourneau, pinson55 (sur Vynco a été forgé Distelwincke, « chardonneret », où l’on retrouve le radical évoquant les chardons qu’il picore dans son nom latin), bruant (dont le nom viendrait aussi de sa nourriture, vieil haut allemand amaro, « épeautre d’été ») et pie-grièche56 ; le nom de cette dernière est présenté par Gesner comme une appellation typiquement germanique à l’origine obscure : Germanice circa Argentoratum, Francfordiam et alibi Werkengel vel Warkengel nominatur nescio qua ratione57.

  • 58 Ibid., p. 593.
  • 59 Ibid., p. 609-610.
  • 60 Cf. Summ., p. 66 : Ydrox wazerstelza.

30L’oiseau appelé ici beynstercza est la bergeronnette, comme il ressort des propos de Gesner : quiksterz id est alba aut fusca motacilla, a s. Hildegardi Begesterz vel Wegesterz, avis temperamentum illa calidum et humidum esse scribit58 (vegester, de wehg, « bouger », traduisant la mobilité de sa queue59). Sur cette racine a été composé le nom d’un autre oiseau des bords du Rhin, qui dit son habitat, la bergeronnette des ruisseaux60.

  • 61 H. Balss, op. cit., p. 37.
  • 62 Phy, VII, 60, col. 1308 : quia modicus est.
  • 63 De Animalibus, p. 1505 : oryoli… aput germanos widewali vocantur. Voir aussi p. 511 : aput nos aute (...)

31Pour Cungelm, le ms. Pal. lat. 1382 offre une piste, fol. 30v (Puriscilus [ou Purisalus ?] kuneglin) et on ne peut d’autre part s’empêcher de penser au roitelet, kuningilin en vieil haut allemand, encore appelé Chünigli en Suisse61, d’autant que c’est un des rares oiseaux dont Hildegarde évoque la petitesse62. Le loriot, décrit comme très commun par Albert63, est le dernier oiseau à proprement parler du liber de avibus qui s’achève sur une succession d’insectes, le chapitre De Parice ne figurant que dans l’édition princeps de la Physica : signalons seulement que Meygelana est peut-être le hanneton, Maikäfer, sans que le terme ici employé livre le secret de son origine.

  • 64 De Animalibus, p. 1400 : equicervus… quem nos lingua germana elent vocamus.
  • 65 Icones animalium quadrupedum, p. 34.
  • 66 Cf. R. Delort, op. cit., p. 134.

32Le liber de animalibus est moins riche, mais il reflète lui aussi la faune d’antan, et la langue vernaculaire y reste une fenêtre directement ouverte sur les animaux locaux. Loups, chevaux sauvages, ours, lynx, loutres et castors mais aussi élans, bisons, aurochs, et autres mammifères peuplaient alors les forêts du Rhin : l’élan ou le bison, par exemple, sont décrits par Albert le Grand64, Gesner parle d’une corne de bison remontant au XIIe siècle encore visible à Strasbourg au XVIe siècle65, et la spécificité germanique de ces espèces imprègne encore notre vocabulaire66.

  • 67 Cf. Summ., p. 58 : caper steinboch.
  • 68 Cf E. Halna-Klein, Sur les traces du lynx, Médiévales, 29 (1995), p. 119-128.

33Mais depuis le Moyen Âge, l’ensemble des grands herbivores comme le cerf et le chevreuil a nettement régressé en raison de nombreux défrichements, et des animaux cités par Hildegarde, certains ont disparu complètement d’Allemagne comme le cheval sauvage ou le bison. Le bouquetin, Steynbock67, a dû se trouver dans le massif vosgien jusqu’à la fin du XVIIe siècle, de même que le chamois, réintroduit dans les Vosges dans les années 50. Le lynx, Luchs, sans doute fréquent au XIIe siècle, semble avoir été vu pour la dernière fois en Forêt Noire et dans le Palatinat, entre 1811 et 1850, et on tente actuellement de le réintroduire en Alsace68. Quant à l’ours, les derniers individus ont été tués ou aperçus dans le massif vosgien vers 1760.

  • 69 Phy, VII, 30, col. 1331 ; cf. Summ., p. 59 : lustrus otter.
  • 70 Ibid., p. 60 : illttiso vel puto, -onis.
  • 71 Ibid., p. 61 : melus dahs ; cf. Albert, p. 1375 : Daxus.

34D’autres animaux terrestres de moindres dimensions habitaient apparemment les abords de la Rhénanie au Moyen Âge : outre le castor, différents mustélidés comme la loutre69, la martre, ou le vison (aujourd’hui disparu du sud de l’Allemagne et présent, quoique rare, dans les régions du nord seulement), la zibeline, l’hermine et la belette, le putois70, ou le blaireau71.

  • 72 Cf. Summ., p. 60 : igil ericius.
  • 73 Voir Bestiaires du Moyen Âge, G. Bianciotto trad. et prés., Paris, 1980, p. 35 et 86.
  • 74 Cf Summ., p. 60 : spiriolus eihurno.
  • 75 Voir Albert, De Animalibus, p. 1375 : cricetus… quod nos hamester germanice vocamus, ou Thomas de C (...)
  • 76 Op. cit., p. 38.
  • 77 Cf. Albert, p. 548 : est mus quidam parvulus rubeus qui nocte clamat sicut stridat dentibus et voca (...)

35Le hérisson figure sous son nom latin mais la Physica en distingue deux sortes, l’un à nez de chien et l’autre à nez de porc, et le nom germanique swinegel72 dit bien cette ressemblance avec un porcelet dont font état d’autres bestiaires73 ; l’écureuil pour sa part est présenté sous le nom d’Eichhorn, du vieil haut allemand eihhurno74, formé lui-même sur la racine signifiant « chêne », Eiche. Hamstra, le hamster, bien attesté au XIIIe siècle75, se trouve aujourd’hui encore en Alsace ; parmi les petits mam-mifères nommés dans la langue vernaculaire, relevons le lérot, Lira : son nom dérive du latin classique glis dont le g initial est tombé, comme dans le français loir, et à l’époque contemporaine, il était toujours appelé Leiermaus dans la région de la Nahe d’après H. Balss76. Quant au Spiczmus, c’est peut-être la musaraigne77, ou encore le spermophile, petit rongeur à abajoues volumineuses, qui vit dans les terriers où il entasse les graines.

  • 78 De Animalibus, p. 1423.
  • 79 Gründtlicher Unterricht aller vierfüssigen Thier, Strasbourg, 1546, fol. LXIIv, « Natur und Eygens (...)
  • 80 Historiae animalium lib. I de quadrupedibus viviparis, Zurich, 1551, p. 970. Voir aussi le ms. Pal. (...)

36Notons pour finir que la mention en allemand du macaque, littéralement « chat d’outre-mer », surprend de prime abord : qu’en était-il de la présence de cet animal en Allemagne au temps de Hildegarde ? Le Ruodlieb (V, 170) et Albert le Grand l’évoquent aussi78, au XVIe siècle, Michel Herr le décrit en détails79 et peut-être peut-on extrapoler le constat que fait Gesner : advehuntur aliquando in Germania cercopitheci parvi (kleine Meerkatzen) barba caput totum ambiente callitriches forte aut congeneres80.

  • 81 Cf. Summ., p. 61 : cecula blindeslicho.
  • 82 Cf. Summ., p. 63 : krota, et Herrade of Hohenbourg, Hor tus deliciarum, R. Green éd., Londres-Leyde (...)
  • 83 Le ms. Ashb. 1323 dit ranunculus herume.
  • 84 Cf. P. Gradoz, C. Kempf et al., op. cit., p. 29-30.

37Le liber de reptilibus, enfin, est le plus court : à côté d’espèces héritées de sources livresques, il évoque quelques reptiles et batraciens directement observés. Certains se sont maintenus en Rhénanie, comme l’orvet, dont le nom vulgaire du vieil haut allemand blintslihho81 associe la cécité supposée de l’orvet (caecula chez Isidore) à sa reptation silencieuse, ou certains amphibiens : le crapaud commun, Credda82, se rencontre aujourd’hui dans toutes les régions, et la rainette verte et la grenouille verte, dans le Sundgau et dans la plaine rhénane. Harumna est plus problématique83 : est-ce le sonneur à ventre jaune ? Il se trouve encore dans le Jura, le Sundgau, et dans la plaine rhénane, alors que la Salamandre tachetée (Moll, équivalent du latin stellio dans toutes nos sources), présente dans le Jura, le Sundgau et les Vosges, s’est raréfiée dans la plaine rhénane84.

  • 85 Gründtlicher Unterricht… aller vierfüssigen Thier, cap. 56, « Schiltkrott ».
  • 86 Historiae animalium lib. III de quadrupedibus oviparis, p. 91.

38La tortue bourbeuse (allemand Sumpfschildkröte), encore citée par Michel Herr au XVIe siècle85, a pour sa part disparu de la plaine rhénane. Le témoignage de Hildegarde est donc précieux et celui de Gesner le corrobore : Germani Schiltkrot vel Tallerkrot id est rubetam testa scuti aut orbis effigie intectam Aliqui Germanice scherzenfider nimirum quod pedes earum quodammodo alas referant, praecipue marinarum86.

  • 87 Op. cit., p. 136.

39Des termes demandent certes toujours à être éclaircis, en raison de spécificités linguistiques de Hildegarde ou d’erreurs des scribes, et l’histoire de certains animaux est encore à écrire. Toutefois, une approche lexicologique de ces livres zoologiques confirme pleinement un des constats de Robert Delort, à savoir que l’histoire linguistique de l’Occident reflète à la fois les mentalités et les modes de vie, mais aussi la force suggestive de la bête vivante, que traduisent les affections et désaffections successives de noms d’animaux87 : les animaux ont une histoire que l’on peut aussi déchiffrer dans leur nom, et les livres que l’abbesse a consacrés aux habitants des eaux et des forêts rhénanes sont de ce point de vue un observatoire sans égal au ΧΙIe siècle.

Les noms des animaux dans la Physica d’Hildegarde de Bingen

Chapitres du Liber de piscibus1

  • 1 Je remercie Michel Desfayes, François Poplin et Charles Rouy pour l’aide qu’ils m’ont apportée dans (...)

1. De Cete

Épaulard ?

Orcinus orca

2. De Husone

Esturgeon Béluga

Huso huso

3. De Merswin

Marsouin

Phocoena phocoena

4. De Storo

Esturgeon commun

Acipenser sturio

5. De Salmone

Saumon

Salmo salar

6. De Welca

Silure glâne

Silurus glanis

7. De Lasz

Saumon

Cf. cap. 5

8. De Copprea

Chabot

Cottus gobio

9. De Hecht

Brochet

Esox lucius

10. De Barbo

Barbeau

Barbus barbus

11. De Carpone

Carpe

Cyprinus carpio

12. De Bresma

Brème

Abramis brama

13. De Elsua

Hotu

Chondrostoma nasus

14. De Kolbo

Flet

Pleuronectes flesus

15. De Fornha

Truite

Salmo trutta

16. De Monuwa

Chevaine ?

Squalius cephalus

17. De Bersic h

Perche

Perca fluviatilis

18. De Meysisch

Grande alose

Alos a alos a

19. De pisce conchas habente

Bouvière ?

Cf. cap. 26

20. De Ascha

Ombre commun

Thymallus thymallus

21. De Rotega

Gardon

Rutilus rutilus

22. De Allec

Hareng

Clupea harengus

23. De Crasso

Goujon

Gobio gobio

24. De Hasela

Vandoise

Leuciscus leuciscus

25. De Blicka

Brème bordelière

Blicca bjoerkna

26. De Pafenduno

Bouvière

Rhodeus sericus Pall.

27. De Slya

Tanche

Tinca tinca

28. De Gerundula

Goujon

Cf. cap. 23

29. De Stechela

Grémille

Gymnocephalus cernuus

30. De Steynbisza

Loche de rivière ?

Cobitis taenia

31. De Rulheubt

Chabot

Cf. cap. 8

32. De Cancro

Écrevisse

Potamobius astacus

33. De Anguilla

Anguille

Anguilla anguilla

34. De Alroppa

Lotte de rivière

Lota lota

35. De Punbelen

Vairon ?

Phoxinus phoxinus

36. De Lampreda

Lamproie de rivière

Petromyzon fluviatilis

Chapitres du Liber de avibus

1. De Griffone

Griffon

2. De Strusz

Autruche

Struthio camelus

3. De Pavone

Paon

Pavo cristatus

4. De Grue

Grue

Grus grus

5. De Cygno

Cygne tuberculé ou muet

Cygnus olor (GM)

6. De Reyger

Héron

Ardea sp.

7. De Vulture

Vautour

Gypaetus barbatus ?

8. De Aquila

Aigle

Aquila sp.

9. De Odeber o

Cigogne blanche

Ciconia ciconia

10. De Ansere

Oie cendrée

Anser sp.

11. De Halegans

Bernache ?

Branta bernicla

12. De Aneta domest ica

Canard domestique

Anas platyrhynchos aberratio domestica

13. De Aneta silvestri

Canard sauvage

Anas platyrhynchos

14. De Gallo et Gallina

Coq et Poule

Gallus gallus

15. De Urhun

Grand coq de bruyère

Tetrao urogallus

16. De Rephun

Perdrix grise

Perdix perdix

17. De Birckhun

Petit coq de bruyère, tétras-lyre

Lyrurus tetrix

18. De Falcone

Faucon pèlerin

Falco peregrinus Tunst.

19. De Habich

Autour des palombes

Accipiter gentilis

20. De Sperwere

Épervier d’Europe

Accipiter nisus

21. De Milvo

Milan royal

Milvus milvus

22. De Weho

Busard

Buteo sp.

23. De Corvo

Grand corbeau

Corvus corax

24. De Krewa et Kraha

Corneille et Choucas

Corvus sp. et Corvus Monedula

25. De Nebelkraha

Corneille mantelée

Corvus corone cornix

26. De Musar

Buse

Buteo buteo O. Kl.

27. De Ordumel

Butor étoilé

Botaurus stellaris

28. De Alkreya

Cormoran

Phalacrocorax carbo

29. De Mewa

Mouette rieuse

Larus ridibundus

30. De Columba

Colombe, Pigeon biset

Columba livia aberratio domestica

31. De Turture

Tourterelle des bois

Streptolia turtur

32. De Psittaco

Perroquet

Psittacus erithacus

33. De Pica

Pie

Pica pica

34. De Hera

Geai

Garrulus glandarius

35. De Ulula

Hulotte ?

Strix aluco

36. De Huwone

Hibou grand-duc

Bubo bubo

37. De Sisegonino

Pélican ?

Pelecanus onocrotalus

38. De Cuculo

Coucou gris

Cuculus canorus

39. De Snepha

Bécasse des bois

Scolopax rusticola

40. De Specht

Pic cendré ou vert

Picus sp.

41. De Passere

Moineau

Passer domesticus

42. De Meysa

Mésange

Parus sp.

43. De Amsla

Merle

Turdus merula

44. De Drosela

Grive

Turdus sp.

45. De Lercha

Alouette des champs

Alauda arvensis

46. De Isenbrado

Martin-pêcheur

Alcedo atthis

47. De Vedehoppo

Huppe fasciée

Upupa epops

48. De Wachtela

Caille des blés

Coturnix coturnix

49. De Nachtgalla

Rossignol philomène

Luscinia megarhynchos Brehm

50. De Stara

Étourneau sansonnet

Sturnus vulgaris

51. De Vynco

Pinson des arbres

Fringilla coelebs

52. De Distelwincke

Chardonneret

Carduelis carduelis

53. De Amera

Bruant

Emberiza citrinella

54. De Grasemucka

Fauvette

Sylvia sp.

55. De Wargkrengel

Pie-grièche

Lanius sp.

56. De Merla

Merle

Cf. cap. 43

57. De Wassersceltza

Bergeronnette des ruisseaux

Motacilla cinerea

58. De Beynstercza

Bergeronnette grise

Motacilla alba

59. De Hirundine

Hirondelle

Hirundo sp.

60. De Cungelm

Troglodyte ? Roitelet ?

Troglodytes troglodytes ? Regulus sp. ?

61. De Vespertilione

Chauve-souris

Vespertilio murinus

62. De Vidderwalone

Loriot d’Europe

Oriolus oriolus

63. De Api

Abeille

Apis mellifera

64. De Musca

Mouche

Musca domestica

65. De Cicada

Grillon

Gryllus sp.

66. De Locus ta

Criquet ?

Tettigonia viridissima

67. De Mugga

Moustique

Culex sp.

68. De Humbelen

Bourdon

Bombus sp.

69. De Wespa

Guêpe

Vespa sp.

70. De Glimo

Ver luisant

Lampyris noctiluca

71. De Meygelana

Hanneton ?

Melolontha melolontha ?

72. De Parice

Mésange rémiz ?

Remiz pendulinus

Chapitres du Liber de animalibus

1. De Elephante

Éléphant

Elephas maximus en Asie, Loxodonta africana Blum en Afrique

2. De Camelo

Chameau

Camelus bactrianus

3. De Leone

Lion

Panthera leo

4. De Urso

Ours

Ursus arctos

5. De Unicorni

Licorne

6. De Tigride

Tigre

Panthera tigris

7. De Panthera

Panthère

Panthera pardus

8. De Equo

Cheval

Equus caballus

9. De Asino

Âne

Equus asinus

10. De Cervo

Cerf

Cervus elaphus

11. De Rech

Chevreuil

Capreolus capreolus

12. De Steynbock

Bouquetin

Capra ibex

13. De Wisant

Bison

Bison bonasus

14. De Bove

Bœuf

Bos taurus

15. De Ove

Mouton

Ovis aries

16. De Hirco

Bouc

Capra hircus

17. De Porco

Porc

Sus scrofa f. domestica et f. ferus

18. De Lepore

Lièvre

Lepus capensis

19. De Lupo

Loup

Canis lupus

20. De Cane

Chien

Canis familiaris

21. De Vulpe

Renard

Vulpes vulpes

22. De Bibere

Castor

Castor fiber

23. De Otther

Loutre

Lutra luira

24. De Simea

Singe

Simiae sp.

25. De Merkacza

Macaque

Macaca sylvanus ?

26. De Catto

Chat

Felis catus

27. De Luchs

Lynx

Lynx lynx

28. De Dasch

Blaireau

Meles meles

29. De Illediso

Putois

Mustela putorius

30. De Ericio

Hérisson

Erinaceus europaeus

31. De Eichhorn

Écureuil

Sciurus vulgaris

32. De Hamstra

Hamster

Cricetus cricetus

33. De Marth

Martre

Martes martes

34. De Wassermarth

Vison

Mustela lutreola

35. De Zobel

Zibeline

Martes zibellina

36. De Harmini

Hermine

Mustela erminea

37. De Talpa

Taupe

Talpa europaea

38. De Wisela

Belette

Mustela nivalis

39. De Mure

Souris

Mus musculus

40. De Lira

Lérot

Eliomys quercinus

41. De Spiczmo

Musaraigne ?

Sorex araneus

42. De Pulice

Puce (de l’homme)

Pulex irritans

43. De Formica

Fourmi

Formicae sp.

44. De Helim

Élan

Alces alces

45. De Dromeda

Dromadaire

Camelus dromedarius

Chapitres du Liber de reptilibus

1. De Dracone

Dragon

2. De quodam Serpente

Un certain serpent

Natrix natrix ?

3. De Blintsleich

Orvet

Anguis fragilis

4. De Credda

Crapaud commun

Bufo bufo

5. De Frosch

Grenouille

Rana sp.

6. De Laubfrosch

Rainette verte

Hyla arborea

7. De Harumna

Crapaud Sonneur ?

Bombina sp.

8. De Moll

Salamandre

Salamandra salamandra

9. De Lacer ta

Lézard

Lacertidae sp.

10. De Aranea

Araignée

Araneus diadematus Clerck ?

11. De Vipera

Vipère

Vipera sp.

12. De Basilisco

Basilic

Basiliscus sp. ? (Iguanidae ?)

13. De Scorpione

Scorpion

Scorpio europaeus

14. De Darant

Tarentule ?

Tarantula aculeata Clerck ?

15. De Tyriaca

Vipéridé ?

Vipera aspis ? Vipera de Redi ?

16. De Scherzbedra

Tortue bourbeuse

Emys orbicularis

17. De Ulwurm

Lombric

Lumbricus sp.

18. De Testudine

Escargot

Helix pomatia et Umax sp.

Notes

1 Les animaux ont une histoire, Paris, 1984, p. 224 et 45.

2 Subtilitatum naturarum diversarum creaturarum libri novem (Physica), PL 197, col. 1117-1352, (désormais cité Phy), livres V, VI, VII et VIII.

3 L’œuvre scientifique de Hildegarde de Bingen, Université de Paris VIII, 1993, vol. 3, p. 60-67.

4 J’ai pu étudier différents textes lors d’un séjour en Italie durant l’été 1996, grâce à une bourse Lavoisier du Ministère des Affaires étrangères envers qui j’exprime ici toute ma gratitude.

5 Voir Signa loquendi : die cluniacensischen Signa-Listen, W. Jarecki éd., Baden Baden, 1981.

6 Faute de place, j’ai dû éliminer les renvois aux dictionnaires d’allemand ou d’allemand médiéval utilisés pour cette étude.

7 Cf. Summarium Heinrici, R. Hildebrandt éd., Berlin-New York, 1982, 2 vols, t. 2, p. 63 (désormais abrégé Summ.) : wal.

8 R. Duguy, D. Robineau, Guide des mammifères marins d’Europe, Neuchâtel-Paris, 1982, p. 138.

9 Cf. Summ., p. 64 : crebez, et Constitutiones Hirsaugienses, PL 150, col. 942 (désormais abrégé Hirs.) : cancer. Cancri figure aussi parmi les 38 noms de poissons de la Moselle au Moyen Âge au fol. 225r du ms. Vatican, B.A.V, Pal. Lat. 1414 (XIIIe-XIVe siècle). Cf. Chr. Schmitt, Isti pisces inveniuntur in Mosa. Ein Beitrag zur französischen Ichtyonymie, in Studien zur romanischen Wortgeschichte. Festschrift fur H. Kuen, Stuttgart, 1989, p. 161-173.

10 Summ, p. 63.

11 Il habitait aussi la Moselle d’après le ms. Pal. Lat. 1414 (sturgio, fol. 225r).

12 Hirs., col. 941 : Pro signe sturionis.

13 P. Gradoz, C. Kempf et AL., Toute l’Alsace. Le monde animal, Wettolsheim, 1984, p. 59.

14 Beatae Hildegardis causae et curae, P. Kaiser éd., Leipzig, 1903, p. 192.

15 Ruodlieb, der atteste Roman des Mittelalters, F. Seiler éd., Halle, 1882, XIII, 45.

16 Summ., p. 63.

17 De Animalibus, p. 263.

18 P. Gradoz, C. Kempf et al., op. cit., p. 58.

19 Voir Icones animalium… quae in Historiae animalium C. Gesneri libro I et II describuntur, editio secunda, Zurich, 1560, p. 328.

20 Hirs., col. 941 : pro signe lassonis, idem, quod et salmonis, addito signe similitudinis.

21 Cf. Summ. : culhoubit.

22 Icones animalium…, p. 291.

23 La Moselle d’Ausone, H. de La Ville de Mirmont éd. et trad., Bordeaux, 1889, v. 120, p. 12.

24 Cf. Ruodlieb (prahsina) et Hirs. (brahsima).

25 De Animalibus, p. 15 : piscis qui vocatur apud nos halsa, qui non apparet nisi in principio veris usque ad tonitrua et tunc moritur ; cf. Phy, V, 13, col. 1278 : sed quod iste piscis aliquando in aquis moritur… cum tonitrua audit, cavernulis ita se infigit, quod se ab eis extrahere non potest.

26 P. Gradoz, C. Kempf et al., op. cit., p. 58.

27 J. Tischler, Fische, in Reallexikon der Germanischen Altertumskunde, H. Beck, H. Jankuhn et al. éd., Berlin-New York, 1994, Bd. 9, p. 120-126, p. 125. Je remercie chaudement Philippe Morel de m’avoir communiqué cet article.

28 P. Gradoz, C. Kempf et al., op. cit., p. 62.

29 Phy, V, 27, col. 1281 : Slya de calore paludum est, et noctem diligit, et circa fundum et littus versatur.

30 Cf. Summ., p. 63 : cresso.

31 Cf. H. J. Roth, Frühe Naturforschung im Rheingau : Hildegard von Bingen, bibliographische Anmerkungen, Jb. nass. Ver. Naturk., 101, Wiesbaden, 1971, p. 53-58.

32 On peut rapprocher de ce chapitre le chapitre du liber de lapidibus, intitulé De Berlin : Berlin de quibusdam conchis animalium nascuntur, scilicet quae in conchis jacent, et quae et in mari in quibusdam magnis fluminibus manent… (Phy, IV, 22, col. 1264) ; au XVIe siècle, Otto Brunfels nous confirme que Berlin est synonyme de Unio : Berlin werden im Latein genennet Uniones darumb das in einem eyden schnecken nur eine funden würdt… (Reformation der Apothecken welche inhaltet vil güter Stück die einem yeglichen fast nützlich sein so seinen Gesundtheyt gern acht haben will… Von edlen Steynen wie die zukennen und was zu sie nütz sein, Strasbourg, 1536, fol. XLVII).

33 Phy, V, 29, col. 1282.

34 De Animalibus, p. 268.

35 Cf. H. Balss, Albertus Magnus als Biologe, Werk und Wirkung, Stuttgart, 1947, p. 36.

36 Cité ibid., p. 37.

37 Summ., p. 65.

38 Summ., p. 66 ; De Animalibus, p. 525.

39 Historiae animalium lib. III qui est de avium natura, Zurich, 1551, p. 475.

40 C. Kempf, Oiseaux d’Alsace, Strasbourg, 1977, p. 115.

41 Sur ce mot, voir B. Van den Abeele, La fauconnerie au Moyen Âge, Paris, 1994, p. 76-79. Je remercie chaudement l’auteur pour sa relecture attentive et ses précieuses suggestions.

42 Cf. A. Blaise, Lexicon latinitatis medii aevi, Turnhout, 1986, p. 856.

43 Les animaux ont une histoire, p. 134.

44 Phy, VII, 22, col. 1298 : et non alte volat.

45 Cf. Summ., p. 66 : larus musare. Voir aussi le glossaire latin-allemand du ms. Vatican, B.A.V., Pal. lat. 1382, copié dans le Sud-Ouest de l’Allemagne dans la deuxième moitié du XIVe siècle, fol. 30v-32v.

46 Icones avium, p. 66 ; cf. Summ., p. 66 et le ms. Pal. Lat. 1382, fol. 30v : Palumbus holztube.

47 Voir encore le ms. Pal. Lat. 1382 : Bubo huve, fol. 30v.

48 Cf. entre autres Summ., p. 65.

49 Voir les Carnets de Villard de Honnecourt, A. Erlande-Brandebourg, R. Pernoud et AL. intr. et comm., Paris, 1986 : la planche 1 représente ensemble un pélican en train de lacérer sa poitrine et un hibou.

50 Phy, VI, 40, col. 1303.

51 Cf. Albert, De Animalibus, p. 401 : in Germania grasemushe vocatur et est similis filomene.

52 Ibid., p. 1400 : turdela… vulgo droschelo vocatur.

53 Cf. Summ., p. 66 : witehopfo, et Withopfe dans le glossaire du ms. Pal. Lat. 1382, fol. 30v.

54 Cf. le ms. Pal. Lat. 1382 : Quascula vel quisquila wahtel.

55 vinco (Summ., p. 66), vink dans le ms. Pal. Lat. 1382.

56 Cf. Summ., p. 66, cruricula warcengil, et Albert, De Animalibus, p. 510 : Kylian autem in graeco est avis aput nos quae warckengel vocatur.

57 Historiae animalium lib. III qui est de avium natura, Zurich, p. 558.

58 Ibid., p. 593.

59 Ibid., p. 609-610.

60 Cf. Summ., p. 66 : Ydrox wazerstelza.

61 H. Balss, op. cit., p. 37.

62 Phy, VII, 60, col. 1308 : quia modicus est.

63 De Animalibus, p. 1505 : oryoli… aput germanos widewali vocantur. Voir aussi p. 511 : aput nos autem invenitur in omnibus silvis.

64 De Animalibus, p. 1400 : equicervus… quem nos lingua germana elent vocamus.

65 Icones animalium quadrupedum, p. 34.

66 Cf. R. Delort, op. cit., p. 134.

67 Cf. Summ., p. 58 : caper steinboch.

68 Cf E. Halna-Klein, Sur les traces du lynx, Médiévales, 29 (1995), p. 119-128.

69 Phy, VII, 30, col. 1331 ; cf. Summ., p. 59 : lustrus otter.

70 Ibid., p. 60 : illttiso vel puto, -onis.

71 Ibid., p. 61 : melus dahs ; cf. Albert, p. 1375 : Daxus.

72 Cf. Summ., p. 60 : igil ericius.

73 Voir Bestiaires du Moyen Âge, G. Bianciotto trad. et prés., Paris, 1980, p. 35 et 86.

74 Cf Summ., p. 60 : spiriolus eihurno.

75 Voir Albert, De Animalibus, p. 1375 : cricetus… quod nos hamester germanice vocamus, ou Thomas de Cantimpré, Liber de natura rerum, H. Boese éd., Berlin-New York, 1973, p. 134 : Hemtra, ut dicit liber rerum, in partibus Germaniae animal modicum admodum est.

76 Op. cit., p. 38.

77 Cf. Albert, p. 548 : est mus quidam parvulus rubeus qui nocte clamat sicut stridat dentibus et vocatur apud Germanos inferiores schernus et aput superiores vocatur spicimus ; et catti non comedunt hunc murem et abstinent ab eo ac si sit venenosus eis. Le ms. Pal. Lat. 1382 donne Sorex cismuse.

78 De Animalibus, p. 1423.

79 Gründtlicher Unterricht aller vierfüssigen Thier, Strasbourg, 1546, fol. LXIIv, « Natur und Eygenschafft der Möhrkatzen ».

80 Historiae animalium lib. I de quadrupedibus viviparis, Zurich, 1551, p. 970. Voir aussi le ms. Pal. lat. 1382 : Spinga merkatze.

81 Cf. Summ., p. 61 : cecula blindeslicho.

82 Cf. Summ., p. 63 : krota, et Herrade of Hohenbourg, Hor tus deliciarum, R. Green éd., Londres-Leyde, 1979, vol. 2, p. 39 : bufones croten.

83 Le ms. Ashb. 1323 dit ranunculus herume.

84 Cf. P. Gradoz, C. Kempf et al., op. cit., p. 29-30.

85 Gründtlicher Unterricht… aller vierfüssigen Thier, cap. 56, « Schiltkrott ».

86 Historiae animalium lib. III de quadrupedibus oviparis, p. 91.

87 Op. cit., p. 136.

Notes de fin

1 Je remercie Michel Desfayes, François Poplin et Charles Rouy pour l’aide qu’ils m’ont apportée dans l’établissement de ces listes.

© Éditions de la Sorbonne, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540