Version classiqueVersion mobile

Milieux naturels, espaces sociaux

 | 
Franco Morenzoni
, 
Élisabeth Mornet

La nature et les hommes

Bulletins météorologiques au XIIIe siècle

Jacques Le Goff

Texte intégral

  • 1 R. Vaughan, Matthieu Paris, Cambridge, 1958, 2e éd. 1979.
  • 2 Chronica majora, H. R. Luard éd., 7 vol., Londres, 1872-1883.
  • 3 M. R. James, The Drawings of Matthew Paris, in Walpole Society, 14 (1925-1926). Particulièrement i (...)

1Le bénédictin anglais Matthieu Paris, entré dans la grande abbaye de St Albans en 1217 (à l’âge de 20 ans environ probablement), y mourut en 1259. Il eut de nombreux contacts avec le roi d’Angleterre Henri III et de grands personnages ecclésiastiques et laïques et alla, à la demande du pape Innocent IV, réformer en Norvège l’abbaye de St Benet Holm1. Son œuvre la plus connue est sa continuation de la chronique universelle de Roger Wendover, appelée Chronica majora2. Matthieu Paris a souvent illustré lui-même ses manuscrits de dessins, d’esquisses, de cartes géographiques et d’armoiries3.

  • 4 Sur histoire et chronique au Moyen Âge, on consultera avec profit les deux fascicules de la Typolo (...)
  • 5 P. Alexandre, Le climat en Europe au Moyen Âge. Contribution à l’histoire des variations climatiqu (...)

2Matthieu Paris a continué la forme annalistique de la chronique de Roger Wendover4. Mais il a introduit à la fin de chaque année dans la partie personnelle des Chronica, c’est-à-dire à partir de 1234, sous le terme de conclusio ou annalis conclusio quelques lignes sur les principaux événements climatiques de l’année. Ces textes sont du même ordre que les notations que l’on trouve habituellement dans les chroniques médiévales5. Elles relèvent de la littérature des mirabilia météorologiques interprétés par les auteurs chrétiens comme signa. Mais ce résumé climatique de l’année montre la transformation des notations éparses mentionnées dans l’ordre chronologique au cours du récit des événements de l’année en une sorte de portrait synthétique des événements climatiques et l’effort pour définir une tonalité météorologique de l’année. Cette synthèse témoigne peut-être de l’influence des méthodes d’exposition ordonnée de la scolastique sur les chroniques narratives.

  • 6 Matthieu Paris, Chronica majora, H. R. Luard éd., t. III, p. 529.
  • 7 Ibid., p. 539.
  • 8 Ibid., p. 566.
  • 9 R. Folz, Tradition hagiographique et culte de Saint Dagobert, roi des Francs, MA, 69 (1963), p. 17 (...)
  • 10 J. Le Goff, Le dossier de sainteté de Philippe Auguste, L’Histoire, 100 (1987), p. 22-29.

3Ces conclusions sont en général courtes. Elles vont de trois lignes (de l’édition Luard) pour 1242 à 35 lignes pour 1257. Elles sont en général plus longues après 1250, entre dix et vingt lignes alors que de 1234 à 1250 elle se tiennent le plus souvent en-dessous de dix lignes. Dans le détail l’irrégularité est encore plus grande. Il n’y a pas de conclusion pour 1235 ni pour 1239, année où les notations météorologiques apparaissent à trois reprises au cours de l’année : à Pâques pour signaler en cinq lignes des inondations exceptionnelles6, le 3 juin pour mentionner une éclipse de soleil7 et surtout le 24 juillet où dix-neuf lignes sont consacrées d’abord au passage d’une comète et ensuite au sauvetage miraculeux de moissons que les pluies abondantes du printemps et du début de l’été auraient dû anéantir8. La définition explicite de ce phénomène comme miracle permet de retrouver dans ces conclusions annalistiques la catégorie des miracles de la troisième fonction indo-européenne souvent attribuées à des rois faisant naître des moissons sous leurs pas, comme Dagobert II9, ou les sauvant des destructions humaines ou climatiques comme on le voit encore à l’époque de Matthieu Paris, dans la tentative avortée de canonisation de Philippe Auguste10.

  • 11 Chronica majora, III, p. 305.

4Parfois la conclusion comprend à côté de la synthèse météorologique le bref rappel des principaux événements politiques et religieux de l’année et plus particulièrement un bilan nécrologique. Étant donné l’accent mis sur les intempéries dans la conclusion climatique on peut penser que l’idée qui préside à ce rapprochement est celle d’une évocation de calamités diverses. Mais les événements d’ordre politique peuvent être aussi bien positifs que négatifs. Par exemple, en 1234, après la caractérisation de l’année comme stérile du point de vue agricole, Matthieu signale que cette même année le roi d’Aragon et les Marseillais ont repris l’île de Majorque qui, aux mains des Musulmans, était Christianis nirnis nociva11.

  • 12 Ibid., fin du livre III.

5En revanche, à la fin de 1239, année pour laquelle la conclusion météorologique fait défaut, les dernières lignes évoquent deux événements, l’un heureux, l’autre malheureux : les Tartares (Mongols) ont été battus en Hongrie, mais Ferdinand III de Castille a échoué dans sa tentative pour reprendre Séville aux Musulmans12.

6Le résumé de l’année associe donc le plus souvent les événements climatologiques et les événements politiques. Cette association signifie aussi que l’histoire se fait dans un double registre, celui des hommes (États et peuples) et celui de la nature. Tous deux sont régis en commun par la divine providence. La volonté divine décide de cette double histoire à la fois.

7Dans les deux domaines des structures similaires se manifestent. La grille de lecture des événements fournit une appréciation par opposition. Le bon et le mauvais dans le bilan de chaque année prédominent, s’équilibrent ou se succèdent. La roue de la fortune dans l'histoire humaine comme dans l’histoire naturelle oscille imprévisible avec une tendance au malheur procédant d’une tradition idéologique (bénédictine ?) fondée sur les oppositions binaires, la peur d’un Dieu qui châtie dans les deux histoires, l’humaine et la naturelle, les péchés des hommes, Dieu qui déchaîne davantage les calamités et les fléaux qu’il n’y manifeste sa bonté et ses bienfaits.

8Le voile du secret de l’histoire ne se soulève un peu qu’en de rares allusions mais elles sont révélatrices.

  • 13 Ibid.. III, p. 380.

9Si le 23 décembre 1236 des intempéries exceptionnelles se déchaînent, elles manifestent la punition de Dieu contraint, par les péchés des hommes, de sévir. Matthieu replace ces calamités dans la longue durée de l’histoire sainte, évoquant le déluge, le fléau de Dieu et les prédictions menaçantes de l’Évangile : erit in terris premura gentium prae confusione sonitus maris et fluctuum (Luc XXI, 25)13.

  • 14 Ibid., V, p. 197.
  • 15 Ibid., V, p. 46-47.

10La menace de la fin du monde est toujours là, même les années que l’histoire n’a pas retenues comme ayant suscité des peurs collectives particulièrement spectaculaires. Ainsi, l’année 1248 que Matthieu estime exceptionnellement désastreuse pour la Chrétienté, détruisant ses trésors dans presque toutes les régions, et en particulier en Terre Sainte, en Italie, en Allemagne, en Angleterre, en France, la colère divine frappant particulièrement la curie romaine. D’où la conclusion que tous ces malheurs laissent présager la fin du monde selon la même prédiction de l’Évangile : surget gens contra gentem, et terrae motus erunt per loca (Luc XXI, 10-11) ; quant à la nature, cette année-là, elle fait craindre le pire par son exceptionnelle douceur et générosité. Si en 1250 ce sont des prodiges célestes terrifiants qui se manifestent contra naturae cursum consuetum14, en 1248 c’est le contraire qui est aussi « contre nature » et inquiétant. Si on excepte une maladie des arbustes attaqués par des vers et une inégalité de la production des fruits selon les régions, la température a été modérée et l’air serein, les greniers ont regorgé de grains et les pressoirs de raisins à tel point que l’abondance de froment et de vin en a fait très fortement tomber le prix. Mieux encore : l’hiver semble s’être changé en printemps, il n’y a eu ni neige ni gel, on a vu les arbres bourgeonner en février et en même temps les petits oiseaux y chanter et y folâtrer comme en avril15. N’est-ce pas un signe inquiétant ?

11L’espace géographique sur lequel informent les résumés de conclusion annuelle de Matthieu Paris varie pour des raisons évidentes selon le registre : politique ou naturel. Dans le premier cas, toute la Chrétienté est concernée ainsi que la Terre Sainte et son environnement proche-oriental. Dans le second, l’information se limite en général à l’Angleterre et aux îles britanniques et à la France avec la Gascogne anglaise. Ces pays ne sont pas toujours cités explicitement mais, lorsqu’il y a une localisation des phénomènes météorologiques, elle se situe presque toujours dans cette aire géographique. Le bulletin synthétique annuel des événements est donc général pour toute la Chrétienté dans le domaine politique et régional – limité à la Chrétienté du nord-ouest dans le domaine climatique. Quand des prix de denrées sont cités, il s’agit très probablement de ceux ayant cours à St Albans et dans les environs.

  • 16 Ibid., p. 534-537.

12La conclusion la mieux articulée est sans doute celle de l’année 1255 qui comprend un obituaire de 41 lignes et une anni finalis conclusio réunissant une partie « politique » plus longue (44 lignes) regroupant quatre lignes « météorologiques » (l’année a été féconde en moissons et en fruits – frugifer et fructifer – si bien que le prix du froment est tombé à deux sous et celui de l’avoine à douze deniers) et douze lignes mentionnant des massacres dus aux fureurs guerrières, en Flandre à cause de la mauvaise comtesse Marguerite (altera Medea), en France et en Allemagne, et en Terre Sainte où, malgré la trêve intervenue entre Chrétiens et Sarrasins, les Juifs en furent les victimes16.

  • 17 Ibid., p. 197.
  • 18 A. Frugoni, Il Giubileo di Bonifacio VIII, Bollettino dell’Istituto Storico per il Medioevo e Arch (...)

13La synthèse qui clôture l’année 1250 est tout à fait particulière. C’est un bilan des cinquante premières années du siècle qui doivent être rappelées en cette « année jubilaire »17. Il existe donc alors, dans certains milieux monastiques du moins, une mentalité jubilaire. On voit que la fameuse institution du jubilé par Boniface VIII en 130018 qui inaugura une tradition à peu près régulière jusqu’à aujourd’hui est arrivée à l’issue d’une assez longue préparation.

  • 19 Chronica majora, V, p. 191.
  • 20 J. Le Goff, Saint Louis, Paris, 1996, p. 568-569 et alibi.

14Si l’esprit pénitentiel du jubilé non encore institutionnalisé n’est pas affirmé dans le texte de 1250 de Matthieu Paris, cependant, dans l’esprit de ses Chronica majora, les événements rappelés pour caractériser le dernier demi-siècle, identifié comme le vingt-cinquième du temps de la grâce, c’est-à-dire depuis l’Incarnation (50 x 25 = 1250), a été essentiellement catastrophique, davantage marqué que les vingt-cinq précédents par les mirabilia et insolitae novitates (ce dernier terme étant alors pour un bénédictin fortement péjoratif)19. Cette mentalité pré-jubilaire est donc surtout apocalyptique. Elle contribue à expliquer par exemple ce que j’ai appelé le tournant eschatologique du règne de Saint Louis après son retour de Terre Sainte (1254)20.

  • 21 Matthieu Paris avait prévu d’arrêter sa Chronique en 1250, ce qui surdétermine ce terminus ante. J (...)

15Parmi les événements mentionnés par Matthieu Paris comme les plus importants de la première moitié du XIIIe siècle figurent, conformément à la tradition des chroniques, des signes célestes exceptionnels21.

  • 22 Creditur quoque non vacare a significatione, quod..., Chronica majora, V, p. 197.
  • 23 Je n’ai pu identifier cette région dont Matthieu Paris dit qu’elle est cretosa et compacta.

16Pendant un sermon en Allemagne de maître Olivier de Paderborn, grand prédicateur de la croisade, mort en 1227, apparut dans le ciel le Christ sur la croix. En 1250, de façon significative22, tous les éléments subissent des manifestations catastrophiques, d’une façon inouïe et contraire aux lois de la nature (insolitum et irregulare). Le feu brilla de façon terrible pendant la nuit de Noël. L’air en Norvège et dans les régions limitrophes sur une grande étendue céleste fut assombri par des fumées, avec des bruits de tonnerre contre nature et hors de saison qui durèrent longtemps avec d’épais nuages. On n’avait jamais entendu même l’été pendant aussi longtemps d’aussi terribles grondements de tonnerre ni vu de tels éclairs. La mer, sortant de ses limites, dévasta les côtes. La terre trembla en Angleterre et même en Ciltria23.

  • 24 Chronica majora, V, p. 81.

17On peut ajouter à ces phénomènes non seulement catastrophiques mais hors normes un phénomène plus « merveilleux » que tous les autres survenu en 1240. Des monstres marins, parmi lesquels onze baleines mortes, furent vomis par la mer sur les côtes anglaises. Marins et gens âgés habitant aux extrémités du littoral affirmèrent qu’il y avait eu un combat inouï entre poissons et monstres marins qui s’étaient entre-tués dans des combats répétés avant que leurs cadavres soient rejetés sur les côtes. Un monstre d’une monstruosité inouïe parvint dans la Tamise et passa sans être blessé entre les piles d’un pont. Une foule de marins le poursuivit et le tua avec des cordes, des balistes et des arcs24.

  • 25 Ibid., p. 177.

18De façon exceptionnelle aussi quoique moins inouïe, en 1241, le gel, la neige et le froid extraordinaire qui avait recouvert la terre et gelé les rivières avaient causé une hécatombe d’oiseaux de toutes sortes25.

  • 26 Sur la distinction entre le merveilleux et le miraculeux, voir J. Le Goff, Le merveilleux dans l’O (...)
  • 27 Par exemple, à propos d’une épidémie de paludisme en 1238, il écrit : Hinc contigit quod ingruente (...)

19On voit que, malgré sa tendance à privilégier dans les conclusions climatiques les intempéries particulièrement spectaculaires, Matthieu distingue ces phénomènes « merveilleux » des signes célestes « contre nature » qui constituent des miracles apocalyptiques26. La frontière toutefois entre les deux catégories est vague et Matthieu Paris a tendance à englober l’ensemble dans les mirabilia. Les bilans météorologiques annuels sont dominés par cette vision catastrophique de la nature. À plusieurs reprises, il déclare qu’on n’a pas vu telle calamité naturelle de mémoire d’homme27, et accorde donc une grande importance dans les mentalités à la mémoire catastrophique.

20Malgré cet intérêt pour les événements climatiques naturels (ou contre nature), Matthieu Paris s’attache essentiellement aux conséquences de ces phénomènes pour les hommes. Ses conclusions annuelles s’inscrivent dans une histoire humaine des calamités.

  • 28 Je renvoie aux grands travaux de J. Delumeau sur la peur au Moyen Âge et aux Temps Modernes.

21Ces conséquences, en dehors du retentissement psychologique qui engendre une forme de peur28, sont de trois ordres.

22D’abord démographiques. Ces catastrophes sont meurtrières. La mort, surtout par noyade lors des inondations, en est souvent l’effet. L’homme est impuissant face à un syndrome diluvien où se manifestent la violence de la nature et la colère de Dieu qui frappe les hommes avec ce fléau.

23Alimentaires ensuite. La grande inquiétude face aux intempéries c’est la crainte des mauvaises récoltes. Les nombreuses mentions d’années plus ou moins stériles mettent en évidence certaines caractéristiques des problèmes de nourriture au XIIIe siècle. D’abord la part dominante des céréales (notamment du froment et du pain blanc) et des fruits dans l’alimentation mais aussi l’importance des produits de l’élevage. Les troupeaux d’ovins et de bovins sont souvent décimés par les intempéries ou les épidémies et cette mortalité affecte la consommation humaine de viande et la production de laine, sans que toutefois Matthieu Paris mentionne explicitement ces conséquences. Le plus intéressant est que le chroniqueur souligne surtout l’abondance ou l’insuffisance des récoltes et les conséquences pour les prix qui montent ou qui s’effondrent, ce qui prouve l’existence sans doute assez générale d’un marché et la diffusion de l’économie monétaire mais si ces chertés peuvent laisser supposer des disettes plus ou moins graves et plus ou moins étendues, il n’y a aucune mention de famine. Il se confirme ainsi que les famines ont connu un recul au XIIIe siècle.

  • 29 Chronica majora, V, p. 661 (nec tamen homines usque ad mortem famis tabe praegravari).
  • 30 Ibid., V, p. 728 (nisi de ultra marinispartibus venalis annona portatetur).

24En 1257 le manque de nourriture (inedia) joint au manque d’argent, tua une multitude d’humains et en réduisait beaucoup d’autres à la pauvreté mais la famine seule ne les conduisit pas à la mort29. En 1258 les mêmes causes : mauvaise récolte, cherté des grains, manque de numéraire, malgré la vente de leurs troupeaux par les paysans, commencèrent par causer une telle mortalité que l’on entassa plusieurs corps dans des fosses communes et les Anglais auraient sans aucun doute péri si l’on n’avait pas acheté et importé des vivres d’Orient, d’Outremer30.

  • 31 Ibid., III, p. 470.
  • 32 Ibid., III, p. 522.
  • 33 Ibid., IV, p. 654. On sait qu’il n’y a pas eu de peste proprement dite entre le VIIe et le milieu (...)

25Sanitaires enfin. Les épidémies les plus fréquemment mentionnées sont celles de fièvre quarte, maladie identifiée à l’époque moderne avec le paludisme. En 1237 et 1238, le nombre de paludéens aurait atteint un chiffre jusqu’alors inconnu. L’année 1237 est mentionnée par Matthieu Paris comme sanitati inimicus31. En 1238, en plus de la fièvre quarte, il y eut à l’automne de nombreux risques de maladies diverses32. En 1247 une épidémie (pestis) suivie de mortalité fit enterrer en un seul jour jusqu’à neuf ou dix cadavres dans le cimetière de l’église Saint-Pierre à St Albans33.

26Tels sont ces inventaires résumés annuels de calamités naturelles et humaines que Matthieu Paris a inséré dans ses Chronica majora. L’insuffisance d’information, le manque de rigueur dans l’établissement des faits et dans le récit, la tendance à ne retenir que le merveilleux et à exagérer le caractère catastrophique des caprices de la nature et de la volonté punitive de Dieu rendent ces données peu fiables. Elles doivent être à tout le moins contrôlées par d’autres sources. Mais comme témoin des attitudes d’un bénédictin anglais du milieu du XIIIe siècle révélant une crainte plus largement diffuse de la faiblesse humaine face aux événements météorologiques, malgré certains progrès de la lutte contre la famine et les intempéries, Matthieu Paris nous renseigne remarquablement sur la mentalité et l’idéologie de l’époque. Il fait de l’année une unité de mesure des variations de la roue de fortune météorologique.

Résumé des conclusions annuelles

27– 1234 (III, 305). Année stérile en tous fruits, ayant des moissons très peu abondantes mais de bonne qualité inespérée, rares en Angleterre, encore plus rares en France (Gallia), presque nulles en Gascogne, les promesses du printemps et de l’été ayant été ruinées par les pluies d’automne.

28– 1235 Manque.

29– 1236 (III, 369, 370, 379-380). Le 12 novembre inondations maritimes et fluviales, vent très fort, raz-de-marée pendant deux jours et une nuit, littoral ravagé, arbres déracinés, maisons détruites, nombreuses morts d’hommes et d’animaux, ovins et bovins. Le 23 décembre dans la nuit vents très forts avec tonnerre, pluies destructrices, retour de la tempête d’équinoxe. Hivers exceptionnellement pluvieux suivant un été sec et intolérablement chaud pendant quatre mois sans discontinuer : étangs profonds à sec, moulins à eau inactifs, terre aux crevasses béantes, épis de céréales très courts.

30– 1237 (III, 470). Année orageuse au ciel troublé, calamiteuse pour les hommes et mauvaise pour la santé, fièvre quarte très supérieure à ce que la mémoire a retenu en ce domaine.

31– 1238 (III, 521-522). Année nuageuse et pluvieuse au début, le printemps faisant disparaître tout espoir pour les moissons semées et étant suivi par plus de deux mois d’été exceptionnellement arides. Le retour inespéré de la pluie et de l’humidité en automne revigore les moissons et la récolte est très abondante, mais le retour des inondations prive de récolte ceux qui ont trop attendu pour récolter. Le risque de diverses maladies apparaît en automne et on ne se souvient pas d’avoir vu autant de cas de fièvre quarte en un seul mois.

32– 1239 manque. Grandes inondations de pluie à Pâques mais les moissons sont ensuite sauvées de façon inespérée.

33– 1240 (IV, 80). Trois mois d’aridité continue à partir de mars, pluies ensuite mais pourtant année abondante pour les moissons et les fruits, ceux-ci étant détruits par un automne nuageux et pluvieux. Pluies torrentielles en Italie dévalant des montagnes en pente dans la plaine, n’épargnant presque aucun pont en Italie. Batailles de poissons et de monstres marins s’échouant pour la plupart morts sur les côtes anglaises. Monstre marin remontant la Tamise (IV, 81).

34– 1241 (IV, 176-177). Assez bonne récolte de grains et de fruits mais de l’Annonciation à la fête des saints Simon et Jude (28 octobre) grande sécheresse qui assèche les étangs, les fleuves, les viviers, arrête les moulins et fait périr les troupeaux de moutons de faim et de froid. Pendant l’Avent (décembre) gel et neige recouvrent la terre et font prendre les fleuves dans les glaces et une extraordinaire multitude d’oiseaux périt.

35– 1242 (IV, 236). Année abondante en moissons et en fruits quoique sèche et brûlante, ce qui amène à la fin de l’année des fièvres dont la fièvre quarte.

36– 1243 (IV, 283). Année orageuse, mais assez abondante en moissons et en fruits.

37– 1244 (IV, 402). Année abondante en moissons et en fruits, ce qui fait descendre le prix du froment à deux sous.

38– 1245 (IV, 503). Année redoublant de fertilité pour les récoltes, la prospérité de l’année précédente venant enrichir celle de cette année, aussi le froment reste à deux sous. Mais intempéries estivales qui volent à l’année la consolation du fruit des arbres.

39– 1246 (IV, 589). Les turbulences signalées sont uniquement politiques et militaires, en Terre Sainte, dans l’Empire, en France et en Angleterre. L’Église y est partout ballottée et la curie romaine très agitée se couvre d’opprobre.

40– 1247 (IV, 654-655). Épidémies et mortalité pendant trois mois chez les hommes, notamment à Saint Albans ; année riche en moissons mais stérile en fruits.

41– 1248 (V, 46-47). Année à l’air tempéré et serein, les greniers s’emplissant d’abondantes moissons et les pressoirs produisant abondance de vin. D’où chute des prix du froment à deux sous et du tonneau de vin de choix à deux marcs. La récolte de fruits des vergers abondante ici est ailleurs détruite par une invasion de vers dévorateurs. L’hiver changé en printemps, la surface de la terre ignorant la neige et le gel. Les arbres se couvrent de feuilles vertes en février, les oiseaux chantent alors comme en avril.

42– 1249 (V, 93). Année moins fertile bien que les arbres commencent à avoir des fleurs en hiver. Fruits toutefois abondants. Mais l’automne étouffe les promesses des moissons et le pain blanc est changé en pain de son et en pain noir.

43– 1250 (V, 197-198). Une année de signes célestes catastrophiques clôture un demi-siècle de calamités affectant les quatre éléments.

44– 1251 (V, 265-266). Année suffisante en moissons et en fruits et même abondante, quoique orageuse, troublée, illuminée d’éclairs redoutables.

45– 1252 (V, 357). Année moyennement abondante, troupeaux décimés par une épidémie.

46– 1253 (V, 420). Année suffisamment abondante faisant tomber le prix du froment à trente deniers. Mais si la terre est favorable, la mer est hostile et déborde, d’où des masses d’hommes et de troupeaux noyés, surtout de nuit.

47– 1254 (V, 483). Année abondante pour les moissons et les fruits, le prix du froment tombant à deux sous. Dans une semblable proportion les prix de l’avoine et de toutes sortes de récoltes et de légumes permettent une large consommation populaire. Du milieu de l’automne à l’hiver des tempêtes font périr, par exemple près de Bedford, plus d’une quarantaine d’hommes et de très nombreux troupeaux.

48– 1255 (V, 536-537). Malgré les faibles mérites des hommes, l’année est abondante en moissons et en fruits, le prix du froment tombe à deux sous, celui de l’avoine à douze deniers.

49– 1256 (V, 600). Année médiocrement abondante. De l’Assomption de la Vierge jusqu’à sa Purification, fin d’été et automne avec des pluies quotidiennes incessantes qui rendent les routes et chemins impraticables et les champs stériles, si bien qu’à la fin de l’automne la récolte avec les épis pourrit sur pied.

50– 1257 (V, 660-661). Année stérile et maigre. Ce que l’hiver avait semé, le printemps transformé en promesse des fleurs, et l’été fait mûrir, les inondations de l’automne l’étouffèrent. De plus le manque de numéraire, résultat du dépouillement du royaume d’Angleterre par le pape et le roi, causa une pauvreté inouïe. Les terres restèrent incultes et une multitude de peuples périt du manque de nourriture. Aux environs de la Noël montée du prix du froment à dix sous. Rareté des pommes, plus encore des poires, des figues, des glands, des cerises et des prunes et de tous les fruits conservés en vase. Année qui produit aussi des fièvres mortelles, par exemple à St Edmund où, l’été, surtout au début de la canicule, plus de deux mille cadavres remplissent de vastes cimetières. En certains endroits le froment monte à un marc et même à vingt sous. Pourtant la disette ne fait pas mourir les hommes de faim. Le froid, le temps clair et le gel ne font pas geler les étangs comme d’habitude et l’eau en tombant des toits ne forme pas des gouttes gelées mais des pluies et des brouillards continuels obscurcissent l’air jusqu’à la Purification de la Vierge.

51– 1258 (V, 728). Année d’épidémies et de morts, de tempêtes et surtout de pluies. Les moissons et les fruits promettent en été mais les inondations continues de l’automne étouffent récoltes, moissons et fruits. Partout en Angleterre à l’époque de l’Avent les moissons pourries restent sur pied et les greniers sont vides. Hommes et troupeaux sans fourrage sont minés par la faim. Malgré le manque de numéraire en Angleterre, on achète du mauvais blé pour seize sous ; les pauvres spécialement s’affaiblissent. Il en meurt pourtant et on jette plusieurs cadavres dans la même fosse. On vend les troupeaux, les familles diminuent, les terres restent incultes. On n’a même pas la force de nourrir l’espoir qui console les désespérés. Et si l’on n’avait pas acheté et fait venir d’Outremer des vivres, l’Angleterre réduite à elle-même aurait certainement péri.

Notes

1 R. Vaughan, Matthieu Paris, Cambridge, 1958, 2e éd. 1979.

2 Chronica majora, H. R. Luard éd., 7 vol., Londres, 1872-1883.

3 M. R. James, The Drawings of Matthew Paris, in Walpole Society, 14 (1925-1926). Particulièrement intéressants sont les dessins illustrant les Chronica majora dans le manuscrit 16 du Corpus Christi College, Cambridge.

4 Sur histoire et chronique au Moyen Âge, on consultera avec profit les deux fascicules de la Typologie des Sources du Moyen Âge occidental éditée sous la direction du regretté Léopold Génicot à Louvain (Brepols, Turnhout) : M. Mc Cormick, Les annales du haut Moyen Âge, fasc. 14, 1975 et K. H. Krüger, Die Universalchroniken, fasc. 16, 1979. Je renvoie au livre classique de B. Guenée, Histoire et culture historique dans l’Occident médiéval, Paris, 1980, nelle éd., 1991.

5 P. Alexandre, Le climat en Europe au Moyen Âge. Contribution à l’histoire des variations climatiques de 1000 à 1425 d’après les sources narratives de l’Europe occidentale, Paris, 1987.

6 Matthieu Paris, Chronica majora, H. R. Luard éd., t. III, p. 529.

7 Ibid., p. 539.

8 Ibid., p. 566.

9 R. Folz, Tradition hagiographique et culte de Saint Dagobert, roi des Francs, MA, 69 (1963), p. 17-35.

10 J. Le Goff, Le dossier de sainteté de Philippe Auguste, L’Histoire, 100 (1987), p. 22-29.

11 Chronica majora, III, p. 305.

12 Ibid., fin du livre III.

13 Ibid.. III, p. 380.

14 Ibid., V, p. 197.

15 Ibid., V, p. 46-47.

16 Ibid., p. 534-537.

17 Ibid., p. 197.

18 A. Frugoni, Il Giubileo di Bonifacio VIII, Bollettino dell’Istituto Storico per il Medioevo e Archivio Muratoriano, 1950, p. 1-121, repris dans Incontri nel Medio Evo, Bologne, 1979, p. 73-177.

19 Chronica majora, V, p. 191.

20 J. Le Goff, Saint Louis, Paris, 1996, p. 568-569 et alibi.

21 Matthieu Paris avait prévu d’arrêter sa Chronique en 1250, ce qui surdétermine ce terminus ante. Je n’analyse pas ici le registre « politique » de ce résumé jubilaire auquel j’ai l’intention de consacrer une étude ultérieure. Le présent article est essentiellement consacré au registre « météorologique », en hommage à Robert Delort qui a magistralement élargi le territoire de l’histoire à l’histoire des animaux, de la nature et de l’environnement. Cette conclusion jubilaire de l’année 1250 occupe les pages 191 à 198 de l’édition Luard.

22 Creditur quoque non vacare a significatione, quod..., Chronica majora, V, p. 197.

23 Je n’ai pu identifier cette région dont Matthieu Paris dit qu’elle est cretosa et compacta.

24 Chronica majora, V, p. 81.

25 Ibid., p. 177.

26 Sur la distinction entre le merveilleux et le miraculeux, voir J. Le Goff, Le merveilleux dans l’Occident médiéval, in L’Étrange et le Merveilleux dans l’Islam médiéval, M. Arkoun, J. Le Goff, T. Fahd et M. Rodinson éd., 1978, p. 61-79, repris dans J. Le Goff, L’Imaginaire médiéval, Paris, 1985, p. 17-39 et Le merveilleux scientifique au Moyen Âge, in Zwischen Wahn, Glaube und Wissenschaft, J.-F. Bergier éd., Zurich, 1988, p. 87-113.

27 Par exemple, à propos d’une épidémie de paludisme en 1238, il écrit : Hinc contigit quod ingruente discrasia non se meminit aliquis tot vidisse antea in uno anno quartenarios.

28 Je renvoie aux grands travaux de J. Delumeau sur la peur au Moyen Âge et aux Temps Modernes.

29 Chronica majora, V, p. 661 (nec tamen homines usque ad mortem famis tabe praegravari).

30 Ibid., V, p. 728 (nisi de ultra marinispartibus venalis annona portatetur).

31 Ibid., III, p. 470.

32 Ibid., III, p. 522.

33 Ibid., IV, p. 654. On sait qu’il n’y a pas eu de peste proprement dite entre le VIIe et le milieu du XIVe siècle.

© Éditions de la Sorbonne, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search