Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Milieux naturels, espaces sociaux

 | 
Franco Morenzoni
, 
Élisabeth Mornet

La nature et les hommes

Une catastrophe en Dauphiné (septembre 1219). Témoignages contemporains

Jacques Berlioz

Texte intégral

  • 1 R. Delort, La vie au Moyen Âge, Paris, 1982, p. 11.
  • 2 S. Briffaud, Vers une nouvelle histoire des catastrophes, in Histoire des catastrophes naturelles. (...)
  • 3 Ibid., p. 4.

1La catastrophe naturelle a eu finalement bien peu d’historiens. Robert Delort est l’un d’entre eux, qui a montré combien il était possible « de mettre en évidence et des variations séculaires et des variations très brèves de presque toutes les composantes si complexes du milieu géographique »1. Récemment Serge Briffaud invitait à poursuivre et à approfondir, à travers l’étude de l’événement calamiteux, l’exploration de cette dimension écologique de l’histoire2. « … La catastrophe naturelle, écrit-il, ponctue l’histoire des relations des sociétés à leur environnement ; phénomène d’interface, elle nous parle avant tout du dialogue entre un système social et un écosystème »3. De cette relation entre l’homme et la nature, les textes médiévaux témoignent. En voici un exemple, emprunté au Dauphiné du XIIIe siècle.

  • 4 R. Delort, peu après la publication de mon article sur la catastrophe du Mont Granier, en Savoie, s (...)

2De toutes les inondations qui ravagèrent Grenoble au cours des siècles, celle qui eut lieu dans la nuit du 14 au 15 septembre 1219 fut l’une des plus furieuses, meurtrières et dévastatrices. Elle frappa la ville alors que se tenait la foire de septembre et que de nombreux marchands s’y étaient rendus, selon un des auteurs qui évoquent le drame, « de diverses parties du monde ». Quatre documents contemporains, un mandement épiscopal, un exemplum, un passage d’encyclopédie, un extrait de chronique rendent compte de l’événement. Je voudrais seulement ici donner la traduction de ces textes, et en fournir un bref commentaire, présenté volontairement de façon schématique4.

Le dossier de textes (XIIIe siècle)

31. Mandement de Jean de Sassenage, évêque de Grenoble, aux prieurs, chapelains, et recteurs, clercs et laïcs de son diocèse sur le « déluge » causé par le lac de l’Oisans, septembre 1219 (trad. d’après l’éd. M. Guettard, Mémoires sur la minéralogie du Dauphiné, 2, Paris, 1779, n. 1, p. 452-54).

  • 5 Probable allusion au fait que l’église Notre-Dame est l’église cathédrale de Grenoble.

4Jean, par la miséricorde divine évêque de Grenoble à tous ses fils biens aimés dans le Christ, aux prieurs et chapelains, et aux autres clercs et recteurs des églises ainsi qu’aux laïcs du diocèse de Grenoble, salut et abondance d’infinie piété quand nous pensons combien de maux nous et les nôtres avons souffert dans les eaux du déluge ; il nous faut plutôt pleurer que de dire quelque chose, parce que Marie5 est toute de douleur et de souffrance ; c’est pourquoi il nous arrive souvent que, alors que nous voulons parler, les pleurs et les paroles sont contraints de se mêler. Qui donc aurait le cœur assez dur, de fer ou d’acier, pour ne pas être ému et enclin à la compassion, après avoir vu et entendu parler du naufrage si important de notre cité, car à peine après avoir été submergée, celle-ci supporte la perte, digne de pitié, de tous ses biens, elle pleure et se languit, démunie de tous ses biens. Et bien que la nouvelle de ce malheur soit colportée dans le monde entier par ceux qui étaient venus de diverses parties du monde aux foires de Grenoble, nous voulons la porter en toute foi à la connaissance de tous nos fidèles et leur dire quand et comment les événements survinrent et quelle fut l’ampleur du désastre.

5Que tous sachent qu’en l’an de l’incarnation du Seigneur 1219, au mois de septembre, le deuxième jour de la lune, le jour de l’Exaltation de la sainte Croix, dans le premier silence de la nuit, notre adversaire le diable, pour pouvoir détruire un plus grand nombre de gens à la fois et causer un plus grand dommage aux Chrétiens, par un artifice subtil et inopiné de sa ruse, le barrage qui retenait le lac de l’Oisans s’étant rompu violemment, conduisit un déluge d’une telle fureur, d’une telle violence, dans un tel rugissement et un tel bruit que tous, à son écoute, désespérant de la vie, abandonnèrent tout, ne pensant qu’à sauver leur propre personne. Certains montèrent sur l’église la plus importante et sur son clocher ; certains occupèrent nos maisons et celles de nos vénérables frères les chanoines ; certains montèrent sur les tours et les maisons les plus hautes et les plus solides de la ville, et restèrent non sans peine sur les toits des maisons, durant cette nuit de malheur ; et ce, jusqu’à l’aube, dans l’angoisse. Ah douleur ! si la multitude des fidèles avait trouvé la porte du pont ouverte – elle qui avait été fermée –, au lieu de périr, elle en aurait, nous en sommes persuadé, réchappé. La porte enfin enfoncée, plusieurs personnes purent s’échapper grâce au pont. Mais pleines de compassion à l’égard des disparus, elles se lamentaient sur ceux qui étaient restés dans la cité et, ayant perdu leurs biens, elles restaient affligées et misérables, également en très mauvaise posture. La force des eaux de ce déluge fut telle que fut refusé à l’Isère son cours habituel : celle-ci quitta son lit, reflua sur près de deux lieux et envahit toute la plaine. Cependant, la rage du déluge s’étant quelque peu calmée du fait de l’écoulement des eaux, ladite rivière rentra violemment dans son lit et revint avec une telle force que ce que le déluge avait épargné, elle l’emporta et – c’est là le principal dégât –, renversa et détruisit complètement notre noble pont. Malheur ! malheur ! malheur ! quelle voix, quelle langue, quel sens pourraient exprimer cette misère et l’infortune de ce temps, la tristesse, la douleur atroce et la crainte des hommes, des femmes et des enfants qui périssaient, dont les cris, les pleurs, les larmes et les gémissements qui emplissaient la vallée perforaient du glaive de la pitié le cœur de ceux qui les entendaient.

  • 6 Saint Hugues de Châteauneuf (1053-1132) ; évêque de la ville en 1080.
  • 7 Les excommuniés n’étaient pas admis en terre chrétienne, au cimetière. Cf. À réveiller les morts. L (...)

6Quant à ceux qui restèrent dans la ville – dans le plus grand danger, à demi-morts, et supportant difficilement des gênes infinies –, ils soulignaient vivement le fait, à propos de leur propre dommage et de celui de nos vénérables chanoines, que nous avions passé sous silence la perte commune du pont dévasté ; ils étaient contraints d’implorer une aide fort pitoyable à tous ceux qui l’avaient jadis emprunté et de gémir par de vraies larmes. Or il est assurément préférable de réfléchir à la réfection de ce pont. Et pour ce faire avec rapidité et application nous vous sollicitons, vous tous qui devez être appelés pour répondre à cette inquiétude, nous vous en prions avec la plus grande instance, nous vous l’enjoignons pour la rémission de tous vos péchés, nous vous l’ordonnons fermement en vertu de l’obéissance : il convient de rétablir précisément maintenant un ouvrage sacré ; et ce, selon vos possibilités : de ce que vous a donné le Seigneur, donnez-en la part convenable. Confiants en la miséricorde de Dieu, le Père tout Puissant, du Fils et du Saint-Esprit, en la clémence et en la piété de la sainte Marie toujours Vierge, et en les mérites de saint Hugues, qui le premier construisit notre pont6, nous pardonnons à tous ceux qui se montreront frères de la confrérie de notre pont, selon leurs possibilités, tous leurs péchés dont ils se sont confessés et dont ils se sont vraiment repentis, leur remettant la quatrième partie de la pénitence enjointe, comme, dans notre miséricorde, les péchés véniels qu’ils auraient pu oublier. Et à ceux qui se sont un jour comportés de la pire sorte envers leur père et leur mère que Dieu a ordonné d’honorer, ou qui, poussés par un instinct diabolique, sous l’emprise de la colère, ont porté la main sur eux, si leur père ou leur mère sont déjà morts, après confession pure et vraie, qu’ils soient pardonnés. En outre, quand les confrères de notre pont mourront, à moins que de leur propre faute ils soient enterrés à part7, qu’ils soient reçus par l’Eglise et jouissent de l’honneur d’une sépulture chrétienne. De plus quand les quêteurs pour le pont se rendront dans tout le diocèse pour recueillir les fonds, nous demandons et nous ordonnons à tous de bien les traiter et de les accueillir de façon honorable, de leur donner aide et conseil ; nous décidons aussi qu’une fois dans l’année les églises sous le coup de l’interdit soient ouvertes selon la volonté desdits quêteurs pour le pont et qu’y soient célébrés les divins offices (en seront exclus les excommuniés qui l’auront été de leur propre faute).

72. Vincent de Beauvais, Miroir historique (Speculum historiale), 30, 85 (éd. Douai, 1624, col. 1262).

  • 8 L’Isère conflue avec le Rhône au nord de Valence.
  • 9 Confusion avec la vallée de l’Isère (pour gagner le Rhône) ou avec la vallée de la Romanche (pour g (...)

8Approximativement à la même époque [1218], le lac de Saint-Laurent fit subitement irruption et, se ruant dans l’Isère et le Rhône8, par Grenoble et la vallée de la Maurienne9, noya plusieurs milliers d’hommes, inonda et ravagea un grand nombre de terres.

93. Continuation de la Chronique de Saint-Marien d’Auxerre (O. Holder-Egger éd., MGH, Scriptores, 26, Hanovre, 1882, p. 284-285).

  • 10 Le diocèse de Grenoble appartient en effet à la Province ecclésiastique de Vienne.
  • 11 En fait, dès le début du XIe siècle, Bourg d’Oisans s’appelle Sanctus Laurentius de secum lacum, c’ (...)

10Il arriva à la même époque [1219] dans la province de Vienne10 une chose affligeante. Douze ans ou plus auparavant, dans la région de Grenoble, deux montagnes, alors qu’un torrent au flot impétueux se frayait entre elles un étroit chemin, finirent par se rejoindre, creusées à leur pied par le ravinement de l’eau. Une énorme quantité d’eau fut ainsi enfermée. Cette retenue des eaux était appelée le lac de Saint-Laurent, car elle avait submergé le monastère de Saint-Laurent ainsi que le village voisin11. Cette année-là [1219], le 6 septembre, le verrou que formaient les montagnes céda et l’eau, retrouvant son lit habituel, se mit à dévaler dans un si grand vacarme et avec une telle impétuosité que tous ceux qui voyaient ou entendaient ce spectacle étaient frappés d’horreur et de terreur. C’est ainsi que de nombreux marchands qui s’y étaient rassemblés périrent, saisis en pleine activité par la violence de l’eau. Cette cité ne fut pas la seule gravement frappée : bien d’autres, villages ou places fortes, le furent également. C’est ainsi que l’eau susdite, après s’être jetée dans l’Isère, fleuve des plus violents, tenta de se précipiter dans le Rhône, et renversa les ponts, arracha les arbres, détruisit châteaux et villages, charriant dans ses flots tumultueux hommes, bêtes et tout de qui se présentait devant elle.

114. Étienne de Bourbon, Traité des diverses matières à prêcher (Tractatus de diversis materiis predicabilibus), ms. Paris, BNF, lat. 15970, fol. 468d-469a.

12Neuvièmement, l’avarice engloutit l’homme dans divers dangers, tant pour l’âme que pour le corps. […] De même, voilà ce qui arriva à Grenoble, vers l’année du Seigneur 1220, alors que se tenaient des foires, au mois de septembre, lors de la fête de la sainte Croix. Des montagnes de par leur chute avaient obstrué <le lit> d’une rivière ; celle-ci grossit durant de nombreuses années pour former un très grand lac. Ce dernier, lors de ladite fête, fit irruption et vers le milieu de la nuit envahit lesdites foires où se trouvaient un grand nombre d’hommes venus de diverses parties du monde. Beaucoup d’entre eux, qui auraient pu s’échapper en se réfugiant sur les hauteurs, plus préoccupés de leurs biens que d’eux-mêmes – voulant emporter ces biens avec eux et ployant sous leur poids –, perdirent, esclaves de leur marchandise, et leur vie et leurs biens.

Les documents et leurs auteurs

  • 12 Une copie du XVe siècle – que je n’ai pu consulter pour la présente contribution – est conservée au (...)
  • 13 Cf. A. Prudhomme, Histoire de Grenoble, Grenoble, 1888, p. 100-108.

13Jean de Sassenage, évêque de Grenoble, est, avec le dauphin, seigneur de la ville ; Jean s’adresse dans une longue lettre, sitôt après le drame, à tous ses diocésains12. C’est alors un vieil homme : âgé de plus quatre-vingts ans, il occupe sa charge depuis 1164 ; sa mort survient peu de temps après, le 12 janvier 122013. Certes, note-t-il, la nouvelle du « naufrage » de sa cité sera diffusée par les marchands venus aux foires et ayant échappé à la mort, mais il tient à exposer lui-même les circonstances du « déluge ». Au delà de la simple information de ses fidèles, il s’agit pour lui d’implorer leur pitié afin de recueillir des fonds destinés à réparer les considérables dégâts.

  • 14 Sur Vincent de Beauvais et le Speculum historiale, cf. J. B. Voorbij, The Speculum Historiale : som (...)

14Vincent de Beauvais, dominicain, mort en 1264, achève la première version de son Miroir historial (Speculum historiale) vers 124414.

15Continuation originale (1211-1220), rédigée à Saint-Marien d’Auxerre, et ajoutée à la chronique de Robert d’Auxerre, chanoine de Saint6Marien (né en 1156/1157 et mort en 1212).

  • 15 Cf. J. Berlioz, Étienne de Bourbon, in Dictionnaire des lettres françaises. Moyen Age, 2e éd., G. H (...)
  • 16 Voir ci-dessus, n. 4.

16Étienne de Bourbon, dominicain, inquisiteur, est né vers 1190-1195 à Belleville-sur-Saône, dans le Beaujolais, et mort à Lyon vers 1261. Ayant étudié à Mâcon puis à Paris, il est attaché au couvent dominicain de Lyon d’où il rayonne (Bourgogne, Champagne, Forez, Massif Central, Savoie) pour des missions de prédication et d’inquisition (à partir de 1236). Vers 1250, il se retire à Lyon pour rédiger en latin un recueil d’exempla. Cet ouvrage, inachevé, le Traité des diverses matières à prêcher, organisé selon les sept dons du Saint-Esprit, contient près de 3000 récits, ainsi que des citations bibliques et patristiques. Si la plus grande partie des exempla est de source savante, un nombre important provient de l’expérience personnelle d’Étienne ou est due à des informateurs, clercs ou laïcs15. Le récit de la catastrophe du lac d’Oisans est certes tardif – trente à quarante ans après les faits – mais il provient d’un homme qui connaît bien la région alpine pour l’avoir maintes fois parcourue ; Étienne propose par ailleurs un témoignage précieux sur la catastrophe du Mont Granier, survenue en Chartreuse, à la fin de l’année 124916.

17Sur ce dossier, trois remarques :

  • 17 Histoire et culture historique dans l’Occident médiéval, Paris, 1980, p. 79.

18La date des documents s’échelonne entre le lendemain de la catastrophe (15 septembre 1219) et la date de rédaction du traité d’Étienne de Bourbon (v. 1250 - v. 1261), soit tout au plus une quarantaine d’années après le drame. Ce qui appartient au domaine de la tradition orale, qui reste vive durant une génération, comme B. Guenée l’a souligné : « Aussi le passé proche d’un historien compte-t-il toujours au moins une trentaine d’années »17.

19Le témoignage de Jean de Sassenage est de première importance, puisque comme saisi sur le vif. Les autres auteurs ne fournissent pas leur source, mais paraissent (Continuation, Étienne de Bourbon) bien informés (source orale ?).

  • 18 Sur le genre du récit exemplaire au Moyen Âge, cf. Cl. Bremond, J. Le Goff, J.-Cl. Schmitt, L’Exemp (...)

20Les auteurs sont des religieux (un séculier ; sans doute un chanoine ; deux dominicains), écrivant en latin. Les documents relèvent de types différents : une lettre épiscopale, dont le but est l’appel à l’effort collectif ; un exemplum qui vise à provoquer un changement de comportement (en l’occurrence l’abandon du péché d’avarice)18 ; un extrait de chronique ; un passage d’un ouvrage encyclopédique.

Le contexte historique

La formation du lac d’Oisans

  • 19 Cf. R. Blanchard, Le lac de l’Oisans, Recueil des travaux de l’Institut de Géographie alpine, 2 (19 (...)
  • 20 Cf. H. Ferrand, Le Lac Saint-Laurent. Son histoire. Les erreurs commises sur sa durée, Bulletin de (...)

21La plaine de l’Oisans, située à une quarantaine de kilomètres au sud-est de Grenoble, est traversée par la Romanche. Cette rivière prend sa source dans le massif des Écrins-Pelvoux et descend vers l’ouest pour rejoindre le Drac à 13 kilomètres en amont de Grenoble. La plaine de l’Oisans reste horizontale jusqu’au défilé de l’Aveyna, au delà duquel la Romanche s’enfonce brusquement. A l’entrée de cette gorge débouchent dans la rivière deux torrents placés l’un en face de l’autre : la Vaudaine et l’Infernet. En 1191 des roches importantes furent précipitées de part et d’autre de la gorge pour former un barrage naturel qui refoula vers l’amont les eaux de la Romanche19. Un lac existait déjà dans la plaine de l’Oisans, ou tout au moins l’occupait à certains intervalles20. Mais la catastrophe de 1191 eut pour effet de gonfler la nappe d’eau dont le niveau fut relevé de 10 à 15 mètres, au point de noyer le Bourg d’Oisans. La plaine tout entière dut être envahie, au moins jusqu’au débouché de la vallée du Vénéon. L’existence de ce lac dura vingt-huit ans. La chute du trop plein tronqua le cône qui avait fait barrage et les eaux subitement libérées se précipitèrent par la voie du Drac sur Grenoble et tous les pays d’aval, dont Vizille (cf. carte). Et même si la nappe d’eau avait déjà subi, semble-t-il, une première diminution, entre 1191 et 1219, le volume d’eau relâché restait considérable.

[Extrait de : L’Histoire, 103 (1987), p. 87]

Grenoble

22La ville, placée sous l’autorité (conflictuelle) du dauphin – qui tend à s’imposer – et de l’évêque connaît alors une belle expansion économique (notamment grâce à ses foires). Une nouvelle enceinte, en 1219, englobe le bourg commerçant de l’Île.

Éléments de commentaire

Le drame et ses causes

  • 21 Cf. A. Giry, Manuel de diplomatique, Paris, 1894, p. 157.
  • 22 La fête de l’Exaltation de la sainte Croix, née à Jérusalem, sans doute au Ve siècle, se répandit r (...)
  • 23 La référence à la fête liturgique reste essentielle.

23– La date. La catastrophe intervint dans la nuit du 14 au 15 septembre 1219. Jean de Sassenage tient, en bon clerc, à préciser immédiatement la date du sinistre, en ayant recours, ce qui était usuel (notamment dans les chartes), à l’indication du quantième de la lune, et à l’indication d’une fête religieuse : « … l’an de l’incarnation du Seigneur 1219, au mois de septembre, le deuxième jour de la lune, le jour de l’Exaltation de la sainte Croix… ». Le deuxième jour de la lune tombe effectivement en 1219 le 14 septembre21, qui est la date de l’Exaltation de la sainte Croix22. Étienne de Bourbon, précis quant au jour du drame – fourni aussi en référence à la fête liturgique –, avoue ne pas en connaître exactement l’année. Le continuateur de Saint-Marien, ne se trompe pas pour l’année, mais avance la catastrophe d’une huitaine de jours : « Cette année-là [1219], le 6 septembre… ». Quant à Vincent de Beauvais, il se trompe – peut-être du fait de ses sources, qu’il faudrait déterminer – d’une année (1218), et ne fournit pas la date. Aucun auteur n’indique qu’il s’agissait d’un samedi23. La catastrophe survint de nuit, comme le notent deux auteurs : « … dans le premier silence de la nuit », écrit Jean de Sassenage ; « vers le milieu de la nuit », dit le dominicain lyonnais, alors que les deux autres sources restent silencieuses. Sans doute les eaux arrivèrent-elles vers Grenoble peu avant minuit.

24– Les causes naturelles. Si la formation du barrage paraît indifférente à Jean de Sassenage et à Vincent de Beauvais, elle est exposée de façon détaillée – et fort exacte, eu égard aux récents travaux des historiens et géologues - par la Continuation. Étienne de Bourbon n’est pas en reste, même s’il est moins précis.

  • 24 Cf. C. Abry, J. Berlioz, A. Joisten, Le dialogue des esprits maléfiques dans la montagne (Savoie, D (...)

25– Les causes surnaturelles. Jean de Sassenage évoque le diable, « notre adversaire », qui aurait « conduit le déluge », ce qui n’est pas sans rappeler les croyances populaires alpines autour des puissances démoniaques conduisant des avalanches ou des glissements de terrain24. Étienne de Bourbon ne fait pas de l’appât du gain la cause première du déluge, mais plutôt une cause de mortalité : les marchands ne surent pas se séparer de leurs biens (et gagner le salut en se réfugiant sur les hauteurs) et périrent. Tout se passe comme si les auteurs avaient considéré que, somme toute, la nature avait été la raison première de la catastrophe, avant quelque punition divine ou action démoniaque.

L’inondation

26– La foire. Il y avait foire à Grenoble, les auteurs le notent tous, à l’exception de Vincent de Beauvais, mais dont la relation est fort courte. Jean de Sassenage y fait allusion en affirmant que ceux qui « étaient venus de diverses parties du monde aux foires de Grenoble » colporteront toute l’étendue du désastre. « Des foires se tenaient en ce moment à Grenoble », indique le continuateur de Saint-Marien. Quant à Etienne de Bourbon, il précise bien que le lac, « lors de ladite fête, fit irruption et vers le milieu de la nuit envahit lesdites foires où se trouvaient un grand nombre d’hommes venus de diverses parties du monde ». Cet afflux de population à Grenoble fait dire à l’évêque de Grenoble que « notre adversaire le diable » avait bien choisi son moment : ainsi pouvait-il, en ce temps de foire et à cette heure, « détruire un plus grand nombre de gens à la fois et apporter un plus grand dommage aux Chrétiens ».

  • 25 À en croire la Continuation, le drame a eu lieu de jour, surprenant les marchands dans leurs opérat (...)

27– Réactions immédiates de la population. Jean de Sassenage note bien la panique de la population grenobloise, comme leur réflexe de survie, puisque certains habitants montent sur les toits des maisons les plus hautes. L’évêque note aussi que des vies auraient pu être sauvées si la catastrophe avait eu lieu en plein jour : de nuit, la porte du pont qui menait à l’extérieur de la ville était fermée ; et d’ajouter que, la porte enfin enfoncée, plusieurs personnes purent traverser l’Isère et se réfugier sur les hauteurs de Chalemont d’où ils assistèrent à la ruine de leurs biens, en se lamentant sur le sort des disparus et en plaignant ceux qui étaient restés dans la cité. Etienne de Bourbon note au contraire que beaucoup purent s’échapper en se réfugiant sur la montagne ; mais il souligne que ceux qui se préoccupèrent plus de leurs biens que d’eux-mêmes, voulant les emporter avec eux et ployant sous leur poids, perdirent, esclaves de leur marchandise, et leur vie, et leurs biens. Il est vrai que pour le dominicain ce dramatique épisode a pour fin d’illustrer que « l’avarice noie l’homme dans divers dangers, tant du corps que de l’âme ». Et d’ailleurs, selon Étienne, seuls les lieux de foire furent touchés… Si, selon le continuateur de Saint-Marien, la panique saisit les habitants et si la population marchande fut particulièrement touchée, aucune coloration morale n’est donnée à cette dernière constatation25.

28– Le ressac. Le phénomène de ressac a été parfaitement décrit par l’évêque de Grenoble : les eaux démesurément gonflées du Drac, qui se jette en aval de Grenoble dans l’Isère, ont barré celle-ci qui a reflué sur plusieurs kilomètres au nord-est de la ville, dans la vallée du Grésivaudan. Et c’est le ressac de l’Isère qui fut certainement l’agent le plus meurtrier et destructeur. On peut penser que les tentatives des marchands pour sauver leurs biens, dont parle Etienne de Bourbon, se placent précisément avant le retour furieux des eaux de l’Isère, donc avant la destruction du pont (qui avait été construit un siècle auparavant par l’évêque de Grenoble, saint Hugues Ier de Châteauneuf).

Les conséquences de l’inondation

29– Victimes et dégâts. Les contemporains furent frappés par les désastres causés par cette inondation et qui furent considérables. Vincent de Beauvais et le continuateur de Saint-Marien insistent sur le fait que ce ne fut pas seulement Grenoble qui se vit touchée, mais aussi les bourgs et les populations sises tant en amont qu’en aval de la ville delphinale. L’évêque de Grenoble ne cite pas de chiffre pour le nombre des victimes, ne mentionnant que pitoyables plaintes.

  • 26 La levée – une fois par an – de l’interdit (peine canonique qui interrompait toute vie religieuse – (...)

30– La reconstruction. Pour Jean de Sassenage, il s’agit de reconstruire le pont – outil économique indispensable – le plus vite possible. Il en appelle donc par mandement à l’esprit de solidarité de tous ses diocésains. Il institue une confrérie du pont et ordonne de bien accueillir les quêteurs ; il accorde des avantages spirituels aux confrères26. Son éloquent appel fut-il entendu ? Toujours est-il que la reconstruction du pont demanda au moins une dizaine d’années. La dauphine Béatrix dut également y contribuer, par un legs testamentaire.

  • 27 Cf. Histoire de Grenoble, V. Chomel dir., Toulouse, 1976, p. 54-60.
  • 28 R. Blanchard, Le lac de l’Oisans, p. 438.
  • 29 Cf. R. Blanchard, Les Alpes occidentales. II/2. Les Cluses préalpines et le sillon alpin, Grenoble- (...)

31– Conséquences politiques et économiques. La catastrophe permit d’accélérer le rapprochement entre les deux seigneurs de Grenoble, le dauphin et l’évêque. Ainsi s’entendirent-ils pour encourager le repeuplement de la zone dévastée en y attirant des immigrants27. Dans la plaine de l’Oisans, on vit, aussitôt après l’évacuation des eaux, les nobles du pays se précipiter au partage des terres libérées, les paysans les mettre en culture. Le lac d’Oisans devait encore faire parler de lui. En effet, dès que les « ruines » barraient la Romanche dans la gorge de Livet, le lac se reformait pour se vider quand, sous l’effet de la rivière, le barrage était de nouveau rompu. De nouvelles débâcles de ce « lac à éclipses », pour reprendre l’expression du grand géographe Raoul Blanchard28, se produisirent, avec des conséquences toutefois moins graves, en 1465, en 1612 et en 1666. À la moindre chute de pierres, provenant de l’un ou l’autre torrent, Grenoble s’inquiétait et se mettait en mesure de briser le barrage, pour éviter une débâcle trop redoutable. Comme en août 1612 où les deux premiers consuls de la ville se rendirent sur place pour faire hâter les travaux de déblaiement : le lac n’eut que cinq jours d’existence, mais il avait déjà envahi la plaine de l’Oisans sur la moitié de sa longueur et détruisit le pont de Gavet lors de sa débâcle. Si elle fut désormais épargnée par les eaux du lac d’Oisans, Grenoble, privée de défenses naturelles face au Drac et à l’Isère, ne se trouva jamais à l’abri des inondations29. Malgré les travaux effectués au XVe siècle, les crues restèrent fréquentes et redoutables. Les XVIIe et XVIIIe siècles furent rythmés par des inondations répétées. C’est ainsi qu’en novembre 1651 l’eau abattit encore le pont et submergea la ville jusqu’au deuxième étage des maisons. Et ce n’est pas avant le XIXe siècle que furent achevés les nécessaires travaux de protection.

Conclusion

32Les documents doivent être critiqués ; issus d’hommes d’Église, ils sont nécessairement de parti pris et ne reflètent pas la criante vérité. Étienne de Bourbon insiste sur la rapacité des marchands, Jean de Sassenage sur la détresse – certes bien réelle – des victimes de l’inondation pour susciter pitié… et dons.

  • 30 Cf. ci-dessus, n. 20.

33Les documents écrits doivent s’accompagner des résultats des recherches géologiques et archéologiques afin de reconstituer les causes et l’ampleur du drame30.

  • 31 S. Briffaud, Vers une nouvelle histoire des catastrophes, p. 4.

34Ces textes, malgré leurs limites documentaires, mettent toutefois en valeur ce que S. Briffaud a appelé le « pouvoir structurant » de l’événement calamiteux31 : tant les réactions de la population que celles de leurs responsables (ici l’évêque) peuvent être perçues, malgré certains silences des sources (que fit le dauphin devant le drame ?). La catastrophe dite naturelle doit être donc associée aux structures du quotidien et être étudiée en tant que telle.

Notes

1 R. Delort, La vie au Moyen Âge, Paris, 1982, p. 11.

2 S. Briffaud, Vers une nouvelle histoire des catastrophes, in Histoire des catastrophes naturelles. Paysages - Environnement, Rencontres de Toulouse, 15 juin 1991, Sources. Travaux historiques, 33 (1993), p. 2-5.

3 Ibid., p. 4.

4 R. Delort, peu après la publication de mon article sur la catastrophe du Mont Granier, en Savoie, survenue au milieu du XIIIe siècle (L’effondrement du Mont Granier en Savoie (fin 1248). Production, transmission et réception des récits historiques et légendaires (XIIIe-XVIIe siècles), Le Monde alpin et rhodanien, 1/2, (1987), p. 7-68), m’avait dit l’intérêt qu’il trouvait à ce travail, notamment grâce aux traductions des textes latins contemporains qui y étaient fournies, et qui pouvaient servir aux étudiants à l’apprentissage du commentaire de texte. C’est pourquoi, en hommage au professeur et pédagogue, je présente ce court dossier qui, je le souhaite, sera utile pour nourrir quelque travail dirigé. Pour ce qui est du commentaire de documents en lui-même, je me permets de renvoyer à mon petit livre : Le Commentaire de documents en histoire médiévale, Paris, 1996. La présente étude a été précédée par un article dans L’Histoire, revue dont Robert Delort est l’un des fondateurs : 1219 : la catastrophe du Lac d’Oisans, L’Histoire, 103 (1987), p. 86-88 ; une présentation plus ample (avec l’édition des textes latins) prendra place dans mon recueil d’articles Les catastrophes naturelles au Moyen Age. Récits et croyances, Florence-Turnhout, sous presse.

5 Probable allusion au fait que l’église Notre-Dame est l’église cathédrale de Grenoble.

6 Saint Hugues de Châteauneuf (1053-1132) ; évêque de la ville en 1080.

7 Les excommuniés n’étaient pas admis en terre chrétienne, au cimetière. Cf. À réveiller les morts. La mort au quotidien dans l’Occident médiéval, D. Alexandre-Bidon et C. Treffort dir., Lyon, 1993.

8 L’Isère conflue avec le Rhône au nord de Valence.

9 Confusion avec la vallée de l’Isère (pour gagner le Rhône) ou avec la vallée de la Romanche (pour gagner Vizille et Grenoble). Mais la vallée de la Maurienne est également connue pour ses inondations. Peut-être faut-il prendre « Maurienne » au sens plus générique de Savoie (fort proche).

10 Le diocèse de Grenoble appartient en effet à la Province ecclésiastique de Vienne.

11 En fait, dès le début du XIe siècle, Bourg d’Oisans s’appelle Sanctus Laurentius de secum lacum, c’est-à-dire Saint-Laurent sur le bord du lac. Cf. A. Allix, L’Oisans au Moyen Âge Paris, 1929, p. 29-30.

12 Une copie du XVe siècle – que je n’ai pu consulter pour la présente contribution – est conservée aux AD de l’Isère, B 3237, fol. 1. Cf. U. Chevalier, Regeste dauphinois…, 2, Grenoble, 1913, no 6508, p. 118-119.

13 Cf. A. Prudhomme, Histoire de Grenoble, Grenoble, 1888, p. 100-108.

14 Sur Vincent de Beauvais et le Speculum historiale, cf. J. B. Voorbij, The Speculum Historiale : some aspects of its genesis and manuscript tradition, in W. J. Aerts, E. R. Smits et J. B. Voorbu éd., Vincent of Beauvais and Alexander the Great, Groningen, 1986, p. 11-55 ; Lector et compilator. Vincent de Beauvais, frère prêcheur. Un intellectuel et son milieu au XIIIe siècle, Grâne, 1996.

15 Cf. J. Berlioz, Étienne de Bourbon, in Dictionnaire des lettres françaises. Moyen Age, 2e éd., G. Hasenohr et M. Zink dir., Paris, 1992, p. 418-420.

16 Voir ci-dessus, n. 4.

17 Histoire et culture historique dans l’Occident médiéval, Paris, 1980, p. 79.

18 Sur le genre du récit exemplaire au Moyen Âge, cf. Cl. Bremond, J. Le Goff, J.-Cl. Schmitt, L’Exemplum, Turnhout, 1982 ; J. Berlioz, L’exemplum homilétique, in Comprendre le XIIIe siècle. Mélanges Marie-Thérèse Lorcin, Lyon, 1995, p. 87-96.

19 Cf. R. Blanchard, Le lac de l’Oisans, Recueil des travaux de l’Institut de Géographie alpine, 2 (1914), p. 427-449, en particulier p. 439-441.

20 Cf. H. Ferrand, Le Lac Saint-Laurent. Son histoire. Les erreurs commises sur sa durée, Bulletin de géographie historique et descriptive, 1909, p. 205-222 ; Th. Sclafert, Le Haut-Dauphiné au Moyen Âge, Paris, 1926, p. 182-186 ; L. Cortes, Le lac d’Oisans, Bulletin de la Société dauphinoise d’ethnologie et d’archéologie, 1924, p. 62-78 ; A. Allix, L’Oisans au Moyen Âge, p. 28-37 ; M.-Ch. Bailly-Maître, G. Montjuvent, V. Mathoulin, Le paléo-lac d’Oisans. Nouvelles données sur son histoire, Revue de géographie alpine, sous presse.

21 Cf. A. Giry, Manuel de diplomatique, Paris, 1894, p. 157.

22 La fête de l’Exaltation de la sainte Croix, née à Jérusalem, sans doute au Ve siècle, se répandit rapidement dans tout l’Orient. Elle se diffusa en Occident à partir du VIIIe siècle. À Rome, la fête du 14 septembre fut longtemps marquée par une procession, qui partait de Sainte-Marie-Majeure pour aller au Latran vénérer la Croix avant que ne commence la messe. La plupart des Églises d’Occident connaissaient un rite identique. Cf A. G. Martimort, L’Église en prière. Introduction à la Liturgie. IV. La Liturgie et le temps, Paris, t. 4, 1983, p. 114-115.

23 La référence à la fête liturgique reste essentielle.

24 Cf. C. Abry, J. Berlioz, A. Joisten, Le dialogue des esprits maléfiques dans la montagne (Savoie, Dauphiné et Valais romand), Le Monde alpin et rhodanien, 1er-2e tr. 1988. La haute montagne. Vision et représentations, p. 61-86 ; C. Abry, A. Joisten, Êtres fantastiques conducteurs de coulées dans les Alpes. Du hasard et de la nécessité des spéculations dans la narration, in Le Monde alpin et r hodanien, 1er tr. 1995, p. 39-66.

25 À en croire la Continuation, le drame a eu lieu de jour, surprenant les marchands dans leurs opérations, ce qui est contredit par l’évêque de Grenoble et Etienne de Bourbon.

26 La levée – une fois par an – de l’interdit (peine canonique qui interrompait toute vie religieuse – liturgique et sacramentelle – sur un territoire donné, et à laquelle recourait le pape ou son légat dans les cas les plus graves) est aussi un moyen pour l’évêque d’assurer son pouvoir d’exemption.

27 Cf. Histoire de Grenoble, V. Chomel dir., Toulouse, 1976, p. 54-60.

28 R. Blanchard, Le lac de l’Oisans, p. 438.

29 Cf. R. Blanchard, Les Alpes occidentales. II/2. Les Cluses préalpines et le sillon alpin, Grenoble-Paris, 1948, p. 607-617.

30 Cf. ci-dessus, n. 20.

31 S. Briffaud, Vers une nouvelle histoire des catastrophes, p. 4.

Table des illustrations

Légende [Extrait de : L’Histoire, 103 (1987), p. 87]
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/27536/img-1.jpg
Fichier image/, 339k

Auteur

CNRS, Paris

© Éditions de la Sorbonne, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540