Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Milieux naturels, espaces sociaux

 | 
Franco Morenzoni
, 
Élisabeth Mornet

Un médiéviste sans frontières

Jacques Le Goff

Texte intégral

1Robert Delort est un des médiévistes les plus originaux et les plus importants de notre temps. Si, en particulier depuis la création des Annales, les historiens ont été nombreux à s’efforcer d’abaisser ou de détruire les barrières entre l’histoire et les sciences sociales, très rares sont ceux qui ont eu le courage – l’audace même – et la compétence pour franchir la frontière séparant l’histoire des sciences de la nature et pour les faire dialoguer entre elles. Robert Delort est de ceux-là, au premier rang.

2Est-ce un dessein formé dès ses jeunes années ou cette orientation est-elle naturellement sortie d’une curiosité et d’une capacité précoce pour l’étude de front des deux grands domaines que notre culture et notre tradition scolaire et universitaire séparent : les sciences et les « lettres » (devenues sciences humaines et sociales) ? Je ne sais, mais le fait est que le Robert Delort que j’ai vu entrer à l’École Normale Supérieure en 1953 avait été en 1949 bachelier ès sciences et bachelier ès lettres dans le même temps ; et s’il avait choisi comme discipline l’histoire tant à l’agrégation (1957) et à la VIe Section de l’École Pratique des Hautes Études, dont il obtint le diplôme en 1960, qu’au cours des recherches menées – comme membre de l’École française de Rome – dans la ville-carrefour de Venise, pour le doctorat d’État soutenu en 1975, il poursuivait en même temps des études « scientifiques » qui le conduisirent à l’obtention d’une licence d’enseignement ès sciences de la nature et de la vie (1980). Telle est la première image de Robert Delort qui s’impose : celle d’un franchisseur de frontières, d’un savant « biparti ».

3De cette double formation, « scientifique » avec un intérêt spécial pour les phénomènes de la nature et de la vie, « littéraire » autour d’une histoire à la fois attentive aux techniques du métier d’historien, à l’ouverture sur tous les aspects des sociétés médiévales et pratiquant le dialogue avec les sciences sociales, Robert a tiré profit pour édifier une œuvre d’une grande richesse interdisciplinaire et d’une nouveauté souvent pionnière.

4L’aspect le plus fondamental de ses intérêts et de son travail de recherche concerne les rapports de l’homme et de la nature. L’aboutissement – provisoire – de sa réflexion est présenté dans des textes récents de synthèse et de programme, « Percevoir la nature au Moyen Âge : quelques réflexions » (1995), « L’homme et la nature au Moyen Âge. Paléo-environnement des sociétés européennes » (1996). Dès 1985, Robert Delort a proposé une vision très large et très nouvelle de l’histoire dans « L’histoire entre le Cosmos et le hasard ». Cette vision l’a amené à s’intéresser à des événements où se rencontrent les structures naturelles, l’organisation des sociétés et le hasard chronologique, comme les catastrophes naturelles, dans un article de 1981 « Les tremblements de terre ont-ils changé le cours de l’histoire ? » et dans sa substantielle introduction aux journées de Flaran de 1993 sur « Les catastrophes naturelles dans l’Europe médiévale et moderne » (1996).

5L’histoire de la nature au contact des sociétés humaines devait conduire Robert Delort, dans le contexte du monde actuel, à devenir un des premiers historiens de l’environnement et de l’écologie. D’où des textes pionniers : Uberlegungen zu einer historischen Ökologie. Eine Übersicht (1984), « Pour une histoire de l’environnement » (1993). Robert Delort, je l’espère, ne m’en voudra pas de révéler qu’un gros manuscrit sur l’histoire de l’environnement européen dans la très longue durée – de la préhistoire à aujourd’hui-, fruit de longues recherches et réflexions et d’une très grande nouveauté, attend des remaniements pour être publié. Ce sera un des monuments de l’historiographie contemporaine.

6À l’intérieur du vaste domaine des rapports historiques de l’homme et de la nature, Robert Delort a très tôt élu une composante essentielle de cette thématique à laquelle il a consacré des ouvrages et des études qui constituent jusqu’à maintenant son apport majeur à l’historiographie : l’histoire des relations entre hommes et animaux. Le premier fruit de ces recherches fut sa thèse d’État : Le commerce des fourrures en Occident à la fin du Moyen Âge (vers 1300-1450) (1978). De la Russie et des régions de l’Est productrices d’animaux à fourrure jusqu’aux consommateurs des sociétés de l’Europe de l’Ouest, de la Mer du Nord à l’Atlantique et à la Méditerranée, Robert Delort suivit les marchands dans une étude qui combinait l’histoire géographique, l’histoire des routes, l’histoire zoologique, l’histoire économique, l’histoire sociale, l’histoire du goût et de la mode. Cette « grande thèse » était aussi une thèse pionnière. Quelques années plus tard, Robert Delort publiait un second chef d’œuvre qui toucha le grand public : Les animaux ont une histoire (1984). La zoo-histoire avait désormais son grand historien. L’histoire apparaissait d’entrée de jeu dans des revues nouvelles (Anthropozoologica, 1, 1984). Robert Delort s’affirmait comme un conquérant, un dilatateur du territoire de l’historien.

7Les amateurs d’histoire se familiarisèrent avec le bestiaire médiéval et adoptèrent de nouveaux acteurs de l’histoire : le lapin (1979), les éléphants (1980 et 1990), l’hermine et la zibeline (1980), les criquets (1981), le loup (1983), le chat, dont la présence et l’image furent problématiques au Moyen Âge (1983) et qu’il présenta dans un article synthétique du Lexikon des Mittelalters (1991), le chien (1983), le rat (1984), la baleine (1993). Il montrait les rapports des animaux avec les hommes soit dans le monde des animaux domestiques (1993) soit dans l’univers des bêtes sauvages, apportant une importante contribution à deux grands thèmes de l’histoire médiévale, la forêt et la chasse (1988, 1990, 1996). Et il traquait aussi les animaux dans la ville (1989).

8Il présentait ces animaux non seulement avec la précision de l’érudit mais avec l’imagination de l’historien et le talent du conteur : c’étaient la « longue marche » du lapin et des criquets, la « guerre » du loup, l’« étrange destin » des chats, la « saga » du chien, les éléphants « piliers du monde ». Mieux même, il montrait que le bestiaire médiéval n’était pas seulement un ensemble de bêtes réelles mais que, dans les rapports entretenus par les hommes avec ces animaux, la réalité se doublait d’images, de symboles, de mythes (1985, 1993). Bref, il a aussi enrichi ce nouveau domaine de l’histoire si fertile dans l’historiographie de la fin du XXe siècle : l’histoire des représentations (1985) et de l’imaginaire (1993). La publication de L’animal exemplaire est imminente.

9L’autre grand domaine historique qu’a illustré Robert Delort est aussi un domaine pionnier, fortement impulsé par l’influence des Annales, en quête d’une histoire globale, à la fois plus extensive et plus intensive, explorant plus loin et plus profondément : l’histoire du quotidien, histoire des objets et des gestes de la vie quotidienne, du temps de tous les jours, du vécu habituel, du concret. Dès 1972, il publiait un très beau et très riche ouvrage : Le Moyen Âge. Histoire illustrée de la vie quotidienne, qui connut un juste succès et qu’il remania pour une troisième édition : La vie au Moyen Âge (1982). Et, en 1990, il publiait une définition, une synthèse et un bilan de cette histoire du quotidien médiéval dans une publication autrichienne, les historiens autrichiens tenant une place importante, avec certains historiens allemands, dans ce domaine de la recherche historique. Dans cette recherche du quotidien, Robert Delort accorde une particulière attention au vêtement, à l’alimentation, aux maladies.

10J’espère avoir esquissé l’ampleur et la générosité de l’œuvre historique de Robert Delort. Cette évocation n’épuise pas la richesse et la fécondité de l’activité de l’historien et de l’homme.

11Ce grand chercheur est aussi un grand enseignant, de la Sorbonne où il fut assistant, puis maître-assistant de 1963 à 1968, à l’École Normale Supérieure où il enseigna de 1973 à 1986. Mais en faisant preuve, là aussi, de son esprit d’ouverture. Dès 1968, et jusqu’en 1986, il participe à l’aventure de l’Université de Paris VIII-Vincennes qui le garde comme professeur émérite en 1992 ; puis, changeant d’horizon, il part enseigner dans l’environnement européen, libre et excitant de l’Université de Genève, qui l’a élu professeur ordinaire. Homme de mobilité, de rencontres et d’échanges, il a enseigné à Tunis, à Bielefeld, à Berlin (Wissenschaftskolleg, 1983-1984), à Montréal, à Londres, à Saint-Marin. Il a prononcé des conférences à Moscou, Bruxelles, Göttingen, Rome, ainsi qu’au Canada, à Ottawa et au Québec.

12Homme de devoir, tenant à prendre sa part de responsabilités et de travail, il a occupé des postes importants au Comité National du CNRS, où il a présidé la commission 40 de 1983-1987 et le programme scientifique d’Histoire de l’environnement (1986-1992), au comité consultatif des Universités (1969-1975), au jury d’agrégation d’histoire (1970-1972) et au jury du concours de l’École Normale Supérieure (1973-1986), à la Société des Médiévistes dont il fut le secrétaire général de 1970 à 1975, aux Universités de Paris VIII et de Genève, où il a été président ou directeur d’UFR, de section et de département. Il a joué un rôle important dans l’organisation de nombreux congrès et colloques où il aimait faire progresser la science historique, nouer et approfondir ses liens avec de nombreux historiens.

13Enfin ce grand chercheur, ce grand enseignant a été aussi un grand « vulgarisateur » – terme noble pour moi – soucieux d’aider à l’information et à la formation, des étudiants et du grand public, en grand serviteur de l’histoire.

14Pour les étudiants il a publié des documents commentés (1969) et une Introduction aux sciences auxiliaires de l’histoire (1969) qui a aussi rendu de grands services à des chercheurs et à des enseignants comme moi. Robert Delort y développe, pour reprendre les termes de la présentation du présent volume d’hommages, les méthodes de la recherche historique les plus diversifiées, de la linguistique à l’archéologie, des statistiques à l’analyse littéraire et iconographique, abordant aussi bien l’histoire économique, sociale et politique que celle des comportements ou encore de la biologie des espèces animales à fourrure. Médiéviste sans frontières, il a élargi la réflexion à la fois sur le plan chronologique et géographique bien au-delà de la période médiévale et de l’Occident européen.

15Au service du grand public, il dirige depuis 1972 la collection L’Aventure humaine et il a été membre du comité de rédaction de la revue L’Histoire (1978-1990) où il a publié de nombreux articles neufs et importants.

16Dans cette triple activité de chercheur, d’enseignant et de vulgarisateur, il a bénéficié de connaissances linguistiques exceptionnelles. Germaniste, renouvelant une démarche du jeune Marc Bloch, il a passé une année (1955-1956) comme étudiant à l’Université de Hambourg, dans le domaine de l’histoire de l’Europe de l’Est et de la slavistique. Il s’y est familiarisé avec le russe, grand atout pour ses recherches sur l’histoire du commerce des fourrures. Membre de l’École Française de Rome il a acquis une excellente connaissance et pratique de l’italien. Il a pu ainsi parcourir avec fruit dans le passé comme dans le présent les voies qui relient l’Europe de l’Ouest à l’Europe de l’Est, l’Europe du Nord à l’Europe du Midi, couvrant, jusque sur ses marges, tout le territoire de l’Europe médiévale.

17Ce volume d’études qui lui est offert témoigne du nombre et de la qualité des historiens qui ont voulu lui témoigner leur reconnaissance, leur admiration, leur amitié. Il reflète aussi l’ampleur du domaine et des problèmes qu’il a enrichis et souvent découverts.

18Les milieux naturels d’abord, selon sa juste conception de phénomènes qu’on ne peut pas isoler et qu’on ne peut comprendre que dans l’imbrication de la vie et de l’histoire. Puis, le grand intérêt de son œuvre scientifique : les animaux et les hommes. Un second volet complète le premier : celui des espaces sociaux. Car Robert Delort se situe dans l’histoire sociale. La nature et les animaux l’intéressent essentiellement dans leurs rapports avec les hommes et les sociétés humaines dont les structures, les comportements, les mentalités, l’évolution sont les moteurs de cette histoire. Ici encore les deux volets reflètent l’œuvre de Robert Delort : celui du quotidien ou plutôt des environnements quotidiens et celui des échanges et liens sociaux où les textes étudient sur des cas particuliers le jeu de la mobilité géographique et sociale et des rapports humains qui en résultent. Ce beau recueil est ainsi digne de Robert Delort, historien complet et explorateur des territoires et des méthodes toujours renouvelés de l’histoire.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/27512/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 324k

© Éditions de la Sorbonne, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.