Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Spinoza transalpin

 | 
Chantal Jaquet
, 
Pierre-François Moreau

Présentation des auteurs

Volltext

1Franco Biasutti est professeur ordinaire d’éthique publique à la faculté de lettres et de philosophie de l’université de Padoue. Ses centres de recherche portent sur la philosophie classique allemande, la pensée du xviie siècle, en référence plus particulièrement à Spinoza, la culture italienne du xviiie siècle. Il fait partie du collège directorial de l’école doctorale de recherche en philosophie de l’université de Padoue. Il est membre de la Société italienne des études kantiennes ; du Séminario Spinoza (Universidad de Castilla-La Mancha) ; de l’Association italienne « Amici di Spinoza » ; de l’International Spinoza Society (The Netherlands) ; de la Société européenne de culture. Il est sociétaire de l’Accademia Galileiana di Scienze, Lettere ed Arti de Padoue.

2Principales publications : La dottrina della scienza in Spinoza (1979), Assolutezza e soggettività. L’idea di religione in Hegel (1979), Ricerche sulla fortuna di Spinoza nel Settecento italiano (1984), Prospettive su Spinozaa (1990), Dialettica e metodo in Hegel l (1999), Filosofia della religione come scienza filosofica (2002), L’occhio del concetto. Pensiero e trasparenza della storia in Hegel (2002), Momenti della filosofia hegeliana. Ethos, Arte, Religione, Storia (2008).

3Daniela Bostrenghi est actuellement chercheuse en philosophie théorétique au département des Sciences de l’homme de l’université d’Urbino. Spécialiste de la philosophie du xviie siècle, ses recherches portent tout particulièrement sur la pensée de Descartes, Hobbes et Spinoza. Membre du comité directorial de l’’Associazione Italiana degli Amici di Spinoza a depuis sa constitution, elle a fondé et anime à Urbino, avec Cristina Santinelli, le Séminaire permanent sur Spinoza et la pensée philosophique moderne.

4Parmi ses principales publications figurent Forme e virtù della immaginazione in Spinoza, Bibliopolis, Naples, 1996 ; La questione dell’alterità in Thomas Hobbes, « Paradigmi », XX, n. 60, 2002, p. 571-586 ; Labriola e Spinoza : il « motivo etico del sistema », dans Spinoza. Ricerche e prospettive. Per una storia dello spinozismo in Italia, Atti delle Giornate di Studio in ricordo di Emilia Giancotti (Urbino, 2-4 ottobre 2002), a cura di D. Bostrenghi e C. Santinelli, Bibliopolis, Naples, 2007, p. 389-404 ; Ontologia, temporalità e politica tra Descartes e Spinoza, dans Ontologia e temporalità. Spinoza e i suoi lettori in età moderna, Atti del Convegno di Napoli-Salerno, 26-28 marzo 2009, a cura G. D’Anna e V. Morfino, Mimesis, Milan, 2010.

5Paolo Cristofolini, ancien professeur à l’université de Pise et à la Scuola Normale Superiore, a été professeur associé à la Sorbonne à trois reprises (1989, 1992, 1997). Ses premiers travaux sur le cartésianisme et ensuite sur la littérature philosophique clandestine française ont abouti à : Cartesiani e sociniani. Studio su Henry More, Urbino, Argalì a, 1974, et Il cielo aperto di Pierre Cuppé . Con una edizione critica del « Le ciel ouvert à tous les hommes », Firenze, Olschki, 1981. Ses recherches sur Vico, outre l’édition critique des œuvres à laquelle il collabore, sont connues en français grâce à Vico et l’histoire, Paris, PUF, 1995. Il a consacré à Spinoza ses travaux principaux, et notamment : La scienza intuitiva di Spinoza, Naples, Morano, 1987 (nouv. éd. Pise, ETS, 2010) ; Spinoza per tutti, Milan, Feltrinelli, 1993 (trad. fr. Spinoza. Chemins dans l’Éthique, Paris, PUF, 1996-1998) ; La sagesse de Spinoza et le bonheur, dans Penser le bonheur, M. Méheut (éd.), Paris, Ellipses, 1997 ; Spinoza edonista, Pise, ETS, 2002 ; L’uomo libero. L’eresia spinozista alle radici dell’Europa moderna, Pise, ETS, 2007 ; Peuple et multitude dans le lexique politique de Spinoza, dans La multitude libre, C. Jaqquet, P. Sévérac, A. Suhamy (eds), Paris, Éd. Amsterdam, 2008. Il vient de publier la nouvelle édition critique de l’Éthique de Spinoza, avec traduction italienne, Pise, ETS, 2010. Il est le fondateur et directeur de la revue internationale Historia Philosophica.

6Giuseppe d’Anna enseigne l’histoire de la philosophie ainsi que la théorie et l’histoire de la connaissance à l’Università degli Studi de Foggia. Il se consacre à la pensée de Spinoza, en référence plus particulièrement aux thématiques gnoséologiques, ontologiques et métaphysiques de la pensée spinoziste.

7Parmi ses principales publications figurent : Spinoza e la figura di Cristo (2000) ; Uno intuitu videre. Sull’ultimo genere di conoscenza in Spinoza (2002) ; La scienza intuitiva di Spinoza : tra relazionalità ed immediatezza (2003) ; Considerazioni sulla trascendenza nella metafisica di Spinoza (2006) ; Ontologia e trascendenza : per una teoria delle relazioni in Spinoza (2007); La forza della ‘relazione’ : l’attualità di Spinoza (2009). Il s’est en outre intéressé à l’ontologie contemporaine en référence plus particulièrement à Nicolai Hartmann (G. d’Anna, Nicolai Hartmann. Dal conoscere all’essere, 2009) et à des problématiques de philosophie interculturelle (G. D’Anna, Interculturalità. Tra etica e politica, 2010).

8Augusto Illuminati, ancien professeur ordinaire d’histoire de la philosophie à l’université d’Urbino, a étudié la philosophie politique de Kant et Rousseau, d’Averroès et de l’averroïsme latin. Collaborateur de « Alfabeta » (années 1980) et « Alfabeta 2 » (actuellement). Il a notamment publié Del comune. Cronache del general intellect, Manifestolibri, Roma, 2003 ; « Spinoza postfordista. Di alcune recenti letture italiane », dans Spinoza – ricerche e prospettive. Per una storia dello spinozismo in Italia. Atti delle Giornate di studio in ricordo di Emilia Giancotti. Urbino, 2-4 ottobre 2002, a cura di Daniela Bostrenghi e Cristina Santinelli, Bibliopolis, Naples, 2007, p. 657 et suiv. ; Spinoza disobbediente, dans Spinoza : individuo e moltitudine, Atti del convegno internazionale di Bologna, 17-19 novembre 2005, a cura di Riccardo Caporali, Vittorio Morfino, Stefano Visentin, ed. Il Ponte Vecchio, Cesena, 2007, p. 203 et suiv. ; Spinoza atlantico, Mimesis, Milan, 2008 ; Lezioni di Putney, Spinoza e la rivoluzione inglese, dans Storia politica della moltitudine. Spinoza e la modernità, a cura di Filippo Del Lucchese, DeriveApprodi, Rome, 2009, p. 42-50.

9Vittorio Morfino est chercheur en histoire de la philosophie à l’université de Milano-Bicocca. Il est l’auteur de Substantia sive Organismus (1997), Sulla violenza. Una lettura di Hegel (2000), Il tempo e l’occasione. L’incontro Spinoza Machiavelli (2002), Incursioni spinoziste (2002), Il tempo della moltitudine (2005 ; traduction française 2010 chez Amsterdam) et Spinoza e il non contemporaneo (2009). Il a édité Spinoza contra Leibniz (1994), La Spinoza Renaissance nella Germania di fine Settecento (2000), L’abisso dell’unica sostanza (2009) et, en outre, l’édition italienne des derniers écrits de Louis Althusser (2000) et Logica e teoria della scienza de Jean Cavaillès (2006). Il dirige la collection « Althusseriana » aux éditions Mimesis et la collection « Spinoziana » aux éditions « Ghibli ». Il est rédacteur de Quaderni materialisti.

10Cristina Santinelli est professeure associée d’histoire de la philosophie dans le Département des Sciences de l’homme de l’Università degli Studi « Carlo Bo » d’Urbino. Elle s’occupe de l’histoire des idées à l’âge moderne, et s’intéresse plus particulièrement aux thèmes de la métaphysique et de la théorie de la connaissance dans la sphère de la philosophie du xviie siècle.

11Elle a notamment publié Mente e corpo. Studi su Cartesio e Spinoza, Urbino, 2000 ; Meditare l’infinito. La corrispondenza di N. Malebranche con J.-J. Dortous de Mairan, Urbino, 2004. Elle s’est surtout consacrée à la pensée spinozienne en lien avec l’histoire de sa réception en Italie. Elle a récemment dirigé avec D. Bostrenghi le volume Spinoza. Ricerche e prospettive. Per una storia dello spinozismo in Italia, Naples, 2007.

12Emanuela Scribano a enseigné dans les universités de Florence et de Venise, et depuis 1996, elle enseigne l’histoire de la philosophie à l’université de Sienne. Son domaine de recherche est l’histoire de la philosophie moderne. Parmi ses publications récentes figurent : L’existence de Dieu, Paris, Seuil, 2002 ; Angeli e beati. Modelli di conoscenza da Tommaso a Spinoza, Rome-Bari, Laterza, 2006 ; Guida alla lettura dell’”Etica” di Spinoza, Rome, Laterza, 2008 ; Guida alla lettura delle “Meditazioni metafisiche” di Descartes, Rome-Bari, Laterza, 1997 (nouvelle édition 2010).

13Pina Totaro est chercheuse à l’ILIESI, Institut pour le lexique intellectuel européen et l’histoire des idées du Conseil national des recherches de Rome. Ses champs de recherche sont l’histoire de la philosophie moderne, l’histoire de la terminologie philosophique, l’histoire de la pensée théologique et politique, en référence plus particulièrement à la philosophie de Spinoza et à l’histoire du spinozisme.

14Parmi ses principales publications figurent : « Sphaera ». Forma Immagine e metafora tra medioevo ed età moderna, a cura di P. Totaro e L. Valente, Florence, Olschki, 2011 ; Tradurre filosofia. Esperienze di traduzione di testi filosofici del Seicento e Settecento, a cura di P. Totaro, Florence, Olschki, 2010 ; P.Totaro, Instrumenta mentis. Contributi al lessico filosofico di Spinoza, Florence, Olschki, 2009 ; Spinoza, Opera posthuma, Riproduzione fotografica integrale dell’edizione 1677, a cura e con una Nota introduttiva di P. Totaro, Macerata, Quodlibet, 2008 ; B. de Spinoza, Tractatus theologicopoliticus – Trattato teologico-politico, introduzione, traduzione e note di P. Totaro, Naples, Bibliopolis, 2007.

15Stefano Visentin est chercheur confirmé en histoire des doctrines politiques à l’Università degli Studi « Carlo Bo » d’Urbino, et chargé du cours Pensée politique de la globalisation à la faculté de sciences politiques. Ses principaux thèmes de recherche concernent : la pensée politique de Spinoza ; le républicanisme hollandais de la fin du xvie et du xviie siècle ; la pensée de Machiavel et sa réception ; le débat sur la liberté religieuse et sur l’absolutisme dans la France du xvie siècle ; le débat contemporain sur la crise de la démocratie ; les études postcoloniales et l’œuvre de Franz Fanon.

16Il est l’auteur de La libertà necessaria. Teoria e pratica della democrazia in Spinoza, Pise, 2001, et de nombreux articles sur Spinoza et sur la pensée politique hollandaise, ainsi que co-éditeur de Spinoza. Individuo e moltitudine (Cesena, 2007) ; il a traduit en italien le De haereticis de Sébastien Castellion, Turin, 1997, a participé à la première traduction italienne intégrale du De jure belli ac pacis de Grotius (à paraître). Parmi ses publications les plus récentes figurent : How does ‘the People’ act ? Philip Pettit’s Reception of Machiavelli’s Republicanism (dans Anglo-American Faces of Machiavelli. Machiavelli e machiavellismi nella cultura anglo-americana (secoli xvi-xx), Monza, 2009) ; Verità e visibilità della politica in Rancière e Badiou (dans Verità ideologia politica, Naples, 2009) ; Le langage de la violence : Frantz Fanon et les Subaltern Studies (à paraître).

© Éditions de la Sorbonne, 2012

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540