Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le de excidio britanniae de Gildas

 | 
François Kerlouégan

Deuxième partie. La latinite du de Excidio Britanniae

Chapitre huitieme. Le conservatisme de la syntaxe

Texte intégral

1Pour étudier la syntaxe du DEB, j'adopterai l'ordre suivant :

  • cas et prépositions

  • adjectifs

  • pronoms et pronoms-adjectifs

  • verbe

  • phrase et subordination

  • adverbes et conjonctions.

8.1. CAS ET PREPOSITIONS

GENITIF PARTITIF

  • 1 On la rencontre :
    a) après les interrogatifs-indéfinis :
    quidnam horum : 95 (78.28) ;
    quisnam supra di (...)
  • 2 Quinte-Curce 7.1.15.
  • 3 L. Bieler, Corrrn., p. 134.
  • 4 H. Goelzer, Avit, p. 101 et sq., p. 185 et sq. Il signale en particulier l'usage que fait Avit du g (...)

2Cette construction est bien attestée dans le DEB1. Après un pronom neutre singulier ou un adverbe de quantité, le tour est familier à Gildas puisqu'on relève chez lui 24 exemples de ce type. Après un interrogatif-indéfini, nous en trouvons 39 ex., contre 10 du tour concurrentiel avec de ou ex. Un tour comme de equis dédit eis qui equos amiserant2 est absent dans le DEB. Nous sommes donc loin d'un auteur comme Patrice, chez qui L. Bieler relève un nombre égal de génitifs partitifs et de de partitifs3. Gildas semble beaucoup plus près d'un auteur comme Avit4

DATIF D'AGENT

  • 5 Voir Schrijnen-Mohrmann, Studien zum Syntax der Briefe des hl. Cyprian, 1, p. 102 et sq.

3Selon HS, p. 97, cette construction est à l'époque classique plus courante en poésie qu'en prose. Les auteurs vulgaires tardifs l'utilisent comme un reste. Chez les Chrétiens, ce datif est limité à la prose artistique5.

4Exemples du DEB :

51 (25.6) : mihi statutum est ;

611 (31.23) : persecutoribus insectatum et iam iamque aomprehendendum ;

783 (73.2) : quae omnia spiritaliter intellegenda erunt uobis ;

897 (79.16) : qui omni ecclesiastico doctori imitandus est.

  • 6 On a en regard, avec a/ab et l'ablatif : 8 (31.2),-9 (31.4) ; 35 (46.23) ; 50 (55.26) ; 66 (62.21)  (...)

9Les exemples des c. 1,83 et 97 sont corrects du point de vue classique. Seul celui du c. 11, si persecutoribus est bien un datif6 est inhabituel, encore que persecutoribus dépende aussi de comprehendum.

DATIF COMPLEMENT DU COMPARATIF

  • 7 Cf. Grégoire de Tours (Bonnet, p. 544) : utiliorem sibi, s ibi prudentiorem, iuniorem sibi ; luci c (...)

10Gildas écrit en 18 (34.23) : gentibus nequaquam sibi fortioribus. C'est un tour d'emploi très limité. Il apparaît surtout avec inferior et quelques comparatifs irréguliers (maior, minor, superior). Oribase l'emploie une fois avec fortior7

DATIF FINAL

11Gildas l'emploie de deux façons :

12a) soit seul : 109 (84.28) : innumera crimini habentes

13b) soit dans la construction dite du double datif :

1415 (33. 21) : ut esset arcendis hostibus turba instructus terrori ciuibusque tutamini ;

1521 (37. 16) : qui exemplo esse ormi plebi debuerint.

  • 8 Grégoire de Tours (Bonnet, p. 548 et note 1) emploie encore le datif prédicatif (dispectui habeor) (...)

16D'après HS, p. 100, cette construction recule devant l'emploi du nominatif prédicatif. Les auteurs postclassiques et en particulier les écrivains formés à la rhétorique lui préfèrent en effet le nominatif. De même en latin tardif8.

ABLATIF

17L'ablatif absolu est bien représenté

ABSOLU

  • 9 Relevé des ablatifs absolus du DEB
    1 (25.8) ; 1 (25.12) ; 1 (26.9) ; 2 (27.27) ; 3 (28.8) ; 4 (29.7) (...)

18dans le DEB puisqu'on en trouve 113 exemples répartis dans 97 passages9.

19Ces exemples appellent les remarques suivantes :

  1. Gildas observe généralement la règle classique selon laquelle, l'ablatif étant un déterminant "autonome", il n'est pas normalement possible d'en faire accorder les termes avec un autre mot de la phrase (ET, p. 104).

  2. Comme dans le cas des propositions participiales, l'ablatif absolu se rencontre avec des conjonctions (conditionnelles, concessives, comparatives etc... HS, p. 140.).

20Ainsi :

2112 (32.22) : quasi, uia facta trans Oceanum ;

2226 (40.21) : cessantibus licet externis bellis ;

  • 10 HS, loc. cit. ; quasi se rencontre depuis Cicéron ; licet depuis Ovide en poésie et Apulée en prose

2367 (63. 10) : non interuenientibus licet interea promiscuis criminibus10.

  • 11 L. Bieler, Comm., p. 102 et The Place of St Patrick, VC 6, p. 85. Chez Patrice, on relève : iubente (...)

243) L'ablatif absolu ne semble pas être un tour populaire. L. Bieler y voit un tour littéraire, très rare dans Patrice11.

  • 12 Constructions qui se développent sous l’Empire et en latin tardif : HS, p. 139.

254) Gildas n'utilise pour l'ablatif absolu ni le participe futur ni l'adjectif verbal en -ndus12

  • 13 Tour du latin tardif : HS, p. 445 : Victor de Vita, Grégoire de Tours, Règle de S. Benoît (cf. J. V (...)

265) Gildas n'emploie pas excepto figē13.

LES PREPOSITIONS

27AB, DE, EX :

28Ces prépositions seront étudiées ensemble, étant donné qu'elles ont des emplois communs et qu'une concurrence tend à se produire entre elles au profit de de.

29Répartition des différentes formes :

30Ab/abs/à :

31Dans la phrase, les emplois de ab, abs et à sont réglés par l'initiale du mot suivant et sont soumis aux mêmes règles qu'en composition, avec toutefois dans l'usage plus de liberté. On attend ainsi ab devant voyelle, h et d,l,n,r,s ; abs devant c,t,p ; ā devant m,u,b.

Gildas emploie

ab devant voyelle

21 fois

H

3 fois

i cons

1 fois

ā d,l,n,r,s

17 fois

i cons

3 fois

m,u,b

10 fois

c,t

8 fois

f,p,qu

7 fois

32Soit ab 25 fois, dont 21 devant voyelle et 4 devant consonne (dont 3 pour h) et à 45 fois, devant consonne exclusivement, abs n'étant pas attesté. On remarque donc une tendance à réserver ā à l'emploi préconsonantique, au détriment de abs.

  • 14 Juret, p. 91.
  • 15 Bonnet, p. 147 et 444.
  • 16 L. Bieler, The Place of St Patrick, p. 74 et sq. et note 49.

33C'est également le cas chez Filastrius, qui emploie ab devant voyelle, devant h, devant i consonne et devant sp, et a devant consonne14. De même pour Grégoire de Tours, qui utilise ab devant voyelle, h et sp, st, et â devant les autres consonnes15. Dans les deux cas, abs n'est plus utilisé. Or L. Bieler fait remarquer que, si ab est généralement employé devant voyelle pour éviter l'hiatus, les Classiques sont loin de donner l'exclusivité à â devant consonne, contrairement à l'enseignement des grammairiens. La répartition que nous constatons chez Gildas serait ainsi la trace de cette correction qu'impose l'école, particulièrement quand la tradition tend à se relâcher16.

34E/ex :

  • 17 E. Lôfstedt, Philologischer Kommentar zur Peregrinatici Aetheriae, p. 89 et sq.
  • 18 Bonnet, p. 447.
  • 19 Juret, p. 99

35La règle des grammairiens est la suivante : ex s'emploie devant voyelle, c,qu,s et t ; è s'emploie devant b,d,g,1,m,n,r,i et u consonnes ; on a e ou ex devant p. Mais dans la langue parlée la répartition est tout autre. Ainsi E. Löfstedt a montré que ex est la forme populaire et courante, et ē la forme de l'expression artistique17. Par exemple, Ethérie a 1 ex. de e (devant consonne : è contra). Firmicus Maternus, De errore prof, relig., a 77 ex et seulement 2 ē (devant d). Chiron présente un seul è (devant r) contre environ 800 ex. Grégoire de Tours donne 6 e (dont 5 devant c)18 et FilasFilasti !)) trius a 11 fois e (devant des consonnes) contre environ 80 ex19 De même Pétrone n'a que 5 ê, et jamais dans la conversation des affranchis. La poésie ancienne préfère ex. Tacite donne 270 ë et 280 ex devant consonne. Mais Cicéron, dans ses poèmes, présente 22 ë contre 2 ex : ce qui n'est pas le cas dans sa prose, signe que l'emploi de ē dans ses poèmes est un enjolivement.

Dans le DEB, on trouve

ex devant voyelle 10 fois
ex devant c, qu, s, d, l, r, u, p, 20 fois
è
devant l, r, f 5 fois.

  • 20 On a 3 fois e contrario : 1 (26.11), 9 (31.11), 50 (55.27). Bonnet, p. 447, comme Löfstedt, op. cit (...)

36Au total 30 ex contre 5 ë, soit 85.7 % ; devant consonne, 20 ex contre 5 ë, soit 8020. L'usage du DEB est à peu près identique à celui de Filastrius (87.9 %), ces deux auteurs étant au reste dans l'emploi de ex plus réservésqu'un Firmicus Maternus (98 %) ou que les autres auteurs cités. Il semble que Gildas offre une certaine résistance à l'usage de la langue parlée (cf. Tacite, qui a à peu près autant de ê que de ex devant consonne).

Emploi des prépositions

  • 21 Ab : point de départ :
    3 (28.7) ; 18 (35.3) ; 22 (37.23) ; 31 (43.19) ; 32 (44.3) ; 38 (49.2) ; 77 ( (...)
  • 22 De : partitif :
    34 (45.16) ; 38 (49.5) ; 47 (54.4) ; 62 (60.10), 2 ex. ; 92 (76.37).
    Point de départ  (...)
  • 23 Ex : point de départ temporel :
    4 (29.3) ; 26 (40.16).
    Partitif : 15 (33.19) ; 72 (66.28) ; 73 (67.25 (...)

Ab

a) point de départ

8

b) direction d'où

1

c) séparation

13

d) provenance

10

e) agent

36

f) après adjectif

121

69

De

a) partitif

6

b) point de départ

2

c) "au sujet de"

53

d) provenance

26

e) manière

122

88

Ex

a) point de départ temporel

2

b) partitif

6

c) changement

6

d) séparation

2

e) provenance

10

f) divers

923

35

37Conclusion sur l'emploi de ab, de, ex.

  • 24 HS, p. 262 et sq., 267, Löfstedt, Kommentar, p. 103 et sq.

38En latin tardif, de et, à un degré moindre, ab tendent24 à remplacer ex. D'autre part, les prépositions en question prennent des emplois nouveaux et concurrencent de ce fait d'autres prépositions ou des emplois casuels.

39a) Extension de de

Quelques chiffres :

Image 100000000000025A000001CA5E9FE090.jpg

  • 25 Juret, p. 94 et 99.

Note 2525

  • 26 Lavarenne, op. cit., p. 159.

Note 2626

40De est chez Gildas la préposition la plus employée de ce groupe. Elle tend à gagner :

    • 27 HS, p. 262 et sq., signale ce fait dès Caton et Cicéron. De même en latin vulgaire. En latin tardif (...)

    dans l'emploi de provenance. On trouve de là où les auteurs classiques emploient ex ou ab. C'est très net quand le préverbe est ex - : de indigatione extorquetur, emergimi de curucis, erumpens de cubili, exiret de uulua, de corde euulsit, extirpatione de terra, de altari euecto, eiectus de consilio, de arca euolitantes, de manibus exquirantur27.

  1. pour marquer le point de départ Juret, op. cit., p. 95, note que l'emploi classique est ab. Gildas a déjà 2 ex. de de, en face de 8 de ab (6 au sens spatial, 2 au sens temporel).

  2. dans l'emploi partitif : 6 ex.

41b) maintien de ex

  • 28 HS, p. 261 et 266.
  • 29 Ibid., p. 265.
  • 30 Juret, p. 94

42Ex est mieux représenté que chez Filastrius. On note qu'il se maintient dans le tour facere aliquem ex aliquo, 6 ex., où ex est plus ancien que de28, dans le tour partitif, avec les pronoms29, dans l’emploi de séparation, alors que chez Filastrius ab a l'exclusivité de cet emploi30.

43c) les emplois nouveaux ou vulgaires de ces prépositions ne sont pas représentés :

    • 31 HS, p. 256.

    ab partitif, type a praedictis multa31

    • 32 Ibid.., p. 256.

    ab "en ce qui concerne", type uidetur ab ingenio senex32

    • 33 Ibid., p. 264

    de avec ablatif d'agent33

    • 34 Ibid., p. 264.

    de avec les verbes type utor34

    • 35 Juret, p. 94.
    • 36 HS, p. 262, Juret, p. 97, Blaise, Dic.

    de "au lieu de35 de causal36

    • 37 HS p. 126 et 262, Juret, p. 97, Blaise, Dic.

    de exprimant le moyen37

    • 38 HS, p. 262, Löfstedt, Kommentar, p. 105.

    de en construction intransitive38

    • 39 HS, p. 267, Blaise, Dic.
    • 40 HS, p. 266, Juret, p. 100, Blaise, Dic.

    ex avec ablatif d'agent39 ex indiquant le moyen40

    • 41 Juret, p. 98

    de et ex partitifs fonctionnant comme régimes directs41.

ABSQUE, SINE

  • 42 Absque : 3 (28.10) ; 4 (29.6) ; 8 (31.1) ; 11 (32.10) ; 15 (33.22) ; 43 (52.5) ; 53 (57.9) ; 66 (62 (...)

44Gildas emploie 14 fois absque contre 5 fois sine42. Absque est pris 13 fois au sens de sine. L'emploi prépositionnel pour sine date des Archaïsants et passe dans la langue parlée (voir supra, p. 238 et note 56). Il est très fréquent dans la Vulgate (presque 2 colonnes dans la Concordance de Peultier) et Salvien l'emploie plus que sine.

  • 43 HS, p. 258.

45Une fois, absque a le sens de praeter, "à l'exception de", en 3 (28.10). Ce sens apparaît à partir d'Aulu-Gelle et se rencontre souvent dans les traductions de la Bible43.

  • 44 HS, p. 272.

46Sine, employé 5 fois, est ici réservé à deux formules : sine dilatione et sine respectu, ce qui confirme son rôle en retrait. Il n'a jamais le sens de praeter44.

APUD

  • 45 Apud :
    9 (31.4) ; 13 (33.6) ; 13 (33.8) ; 17 (34.7) ; 23 (38.21) ; 38 (49.4) ; 107 (83.17) ; 108 (84 (...)
  • 46 HS, p. 224, Schrijnen-Mohrmann 1, p. 126, Lôfstedt, Kommentar, p.252 et sq., Syntactica 2, p. 286, (...)
  • 47 HS, p. 224 et sq.

478 exemples dans le DEB45. Gildas l'emploie 7 fois avec des noms de personnes et 1 fois avec un nom de ville (question ubi dans tous les cas). Ce dernier emploi est vulgaire, mais il se rencontre chez Cicéron, César, Tacite46. Notons qu'apud est évité dans la poésie et dans la prose d'art ; il est remplacé dans cette dernière par penes47.

CAUSA, GRATIA

  • 48 Causa :
    1 (26.30) ; 24 (39.10).
    Gratia : 11 (31.23) ; 66 (62.6) ; 66 (62.23) ; 75 (69.4) ; 108 (84.4) (...)

48Gildas emploie 2 fois causa et 6 fois gratia48. Causa et gratia y sont toujours postposés, alors que causa présente des exemples d'antéposition dès le latin ancien et que gratia se rencontre antéposé à partir de Quintilien.

  • 49 HS, p. 133.

49Ces deux mots sont évités en poésie. Causa est d'emploi général ; gratia est plus fréquent en vieux latin, mais plus rare que causa chez Cicéron. Valère-Maxime a 25 gratia contre 12 causa ; gratia est fréquent chez Salluste et dans le B. Afr49.

  • 50 C. Moussy, Gratia et sa famille, p. 303, 309 et 318.

50Causa signifie d'abord "dans l'intérêt de" et prend ensuite un sens final, "en vue de", et un sens causal, "à cause de" (= propter causal). Gratia a le plus souvent le sens final et est rarement causal (pas avant Salluste)50.

51C'est ce dernier sens qui est le plus fréquent dans le DEB : caritatis gratia, pinguedinis gratia, auaritiae gratia, popularis aurae potius quam praecepti gratia, soit 4 ex. sur 6.

CORAM

522 ex. dans le DEB :

5311 (32. 2) : coram impiis ;

5434 (45. 18) : coram omnipotente Deo.

55Cette préposition n'est pas populaire : on ne la trouve ni chez Pétrone ni dans Ethérie. Toutefois elle n'est pas rare en latin tardif, sous l'influence de la Vetus Latina. La Concordance de la Vulgate en donne plus de deux pages et HS, p. 259, signale pour cette version de la Bible l'emploi de ante, contra, in conspectu avec le sens de coram. Gildas n'utilise pas ces prépositions dans cette acception.

CUM

56Attesté 32 fois antéposé et 4 fois postposé à un pronom. Ses emplois sont le plus souvent normaux. Il faut toutefois noter :

571) cum + ablatif = apud + accusatif :

5810 (31.14) : magnificau.it misericordiam suam nobiscum.

  • 51 Sur cette question, HS, p. 225 et 260, Goelzer, Avit, p. 203, Bonnet, p. 603 et sq., B. Löfstedt, M (...)

59Cette confusion et la confusion inverse sont répandues dans les textes postérieurs au VIe s., et spécialement dans le latin vulgaire de Gaule, au point que l'on y a vu parfois un celticisme (cf. irl. la, "avec" et "chez"). Mais ces deux confusions se retrouvent en fait dans le latin de toute époque et de toute province. Il s'agit donc plutôt d'une tendance du latin tardif à la confusion des prépositions, bien plus que d'une question de substrat51

602) cum instrumental :

6142 (51. 28) : cum latis diuitiis oneratis.

  • 52 P. Grosjean, Notes... 32. Emendations au texte du De Excidio, AB 75, 1957, p. 201. Pour lui, l'empl (...)

62Le passage est d'explication assez difficile52. Toutefois, P. Grosjean voit bien dans cum la préposition et non la conjonction.

  • 53 HS, p. 126, ET, p. 91, Merkx, Cyprien, p. 55, Juret, p. 102, Goelzer, Avit, p. 203, Bonnet, p. 603 (...)

63L'emploi de cum instrumental est assez répandu en latin tardif53

IN

64Il y a dans le DEB 215 ex. de in, soit :

65168 ex. : in + ablatif

6646 ex. : in + accusatif

671 ex. : in praesentiarum en 9 2 (77.3)

68Ou encore :

69158 ex. : in + substantif à l'ablatif

702 ex. : in locatif + indéclinable

7139 ex. : in + substantif à l'accusatif

721 ex. : in de direction + indéclinable

732 ex. : 'in + gérondif ou adjectif verbal et substantif, à l’ablatif

746 ex. : in + ablatif locution adverbiale

756 ex. : in + accusatif locution adverbiale

761 ex. : in praesentiarum.

77Voici les emplois qui appellent un commentaire :

781) in + ablatif au sens prédicatif :

  • 54 Bonnet, p. 620.

79HS, p. 275, donne quelques exemples où in + acc. a le sens prédicatif ; in+ abl. se rencontre également, par ex. chez Grégoire de Tours54. Le tour apparaît en particulier avec accipere, intellegere, "comprendre, interpréter". Ainsi, à côté de Quintilien : Vrbem Romam aacipimus ou d'Augustin : Dominus Iesus accipiatur Deus, on a in + acc. chez Cicéron et dans la Rhet. ad Her., in + abl. chez Cicéron : εύταξία in qua intellegitur ordinis conseruatio, Jérôme : potest radix in malis cogitationibus accipi.

80De même on a dans le DEB :

8170 (65.29) : quae accipiuntur in sanctorum corporibus ;

8271 (66.8) : quae intelleguntur in uoluptatibus, à côté de :

8370 (65.21) : quae propria uoluntas intellegitur ;

8471 (66.20) : qui interpretati accipiuntur sensus humani inuidiae, auaritiae ;

8587 (74.13) : quae spiritaliter ecclesia uel anima intellegitur.

862) in instrumental :

87HS, p. 126, signale cet emploi, particulièrement fréquent dans la Bible.

88On relève dans le DEB :

891 (27.21) ; in zelo igitur domus Domini sacrae legis... coactus ;

9026 (41.9) : quibus nostra infirmitas in sacris orationibus... sustentatur ;

9169 (64.21) : rapiendo in fuscinulis... ex ollis cames ;

9288 (74.20) : prophetam monentem uos in uerbo Dei audite.

93A ces emplois, on peut ajouter les expressions suivantes, qui se rapportent à l'instrumental de manière :

943 (28. 15) : culmina... in edito forti compage pangebantur ;

  • 55 Il s'agit peut-être aussi de in + abl. avec nom de nombre, HS, p. 275.

9569 (65. 2) : in tricentenario numero55 ;

9698 (79. 32) : quisnam supra dictorum his omnibus in ueritate caruit ? (in ueritate-. "en vérité, véritablement" : nombreux ex. dans la Bible) ;

97107 (83.10) : haec quidem... nequaquam a uobis in iudicio impleta

98(in iudicio : "avec jugement, réflexion" ou "selon la justice" : nombreux ex. dans la Bible) ;

  • 56 On a ailleurs dans le DEB nullo modo, hoc modo.

99108 (83.37) : in nullo modo monito uirtutemque seruastis56

100Peut-être également les exemples suivants où in + ablatif équivaut à un instrumental de mesure :

10167 (63.12) : in eo isti propensius uel desperatius errant quo non ab apostolis... emunt sacerdotia (= eo... quo) ;

  • 57 Sur in instrumental, ET., p. 91, Merkx, Cyprien, p. 48, Bieler, Commentary, p. 115, Goelzer, Avit, (...)

10237 (48.28) : nulli... dubium est in quantis grauiora sunt peccata huius temporis quam primi (=quanto)57

1033) in + ablatif d'un adjectif substantivé au singulier :

104On relève dans le DEB :

1053 (28.8) : octingentorum in longo milium, ducentorum in lato spatium ;

10622 (38.4) : quae in breui tantam... multitudinem eternit ;

  • 58 In medio : devant tous, en public (trad. Williams : in the open). Cf. dans la Bible : Iud. 15.4, Ps (...)

10724 (39.23) : bestiarum uolucrumque uentres in medio sepultura58.

1084) in + ablatif pluriel neutre :

  • 59 HS, p. 276 (type in primis), Svennung, p. 276. Nous avons peut-être ici un croisement entre le type(...)

109C'est l'exemple de in quantis relevé ci-dessus. Le tour équivaut à un adverbe59

1105) in + adjectif substantivé à l'accusatif neutre :

111HS, p. 276 en relève plusieurs exemples.

112Dans le DEB :

11312 (32.22) : fratres in unum habitantes (= "ensemble") ;

11412 (32.14) : bilustro supra diati turbinis necdum ad integrum expleto (=''complètement") ;

11566 (62.24) : uultus arroganter in altum habentes.

116In medium dans in medium pro ferre : 1 (29.18), 96 (78.33), in medium producere : 28 (42.16), in medium ferre : 108 (83.27) est à disjoindre : il s'agit, avec mouvement cette fois, de la même expression que in medio ci-dessus étudié.

1176) in + adverbe :

118C'est le type in semel étudié par HS, p. 276. J'y rangerais in breui, déjà vu, si breui est à interpréter ici comme adverbe.

1197) in + nom de temps :

  • 60 HS, p. 148, ET, p. 99, Merkx, p. 61, Schrijnen-Mohrmann 1, p. 121 (in die iudiaii notamment), Juret (...)

120En latin classique, quand un substantif comme dies, annus est précisé par un déterminant, on n'emploie pas la préposition : die septimo, prima iuuentute. Le latin vulgaire, les poètes et les auteurs tardifs utilisent au contraire la préposition60.

121Ainsi chez Gildas :

12228 (42.6), 34 (46.1), 96 (79.8), 110 (85.14) : in die iudicii ;

123107 (83.18) : in eodem die ;

124107 (83.9) : in die vestrae ordinationis ;

12533 (45.6) : in primis adolescentiae tuae annis ;

12632 (44.20) : in hoc saeculo ;

12736 (48.12) : in hoc tempore accepto ;

12896 (79.14) : in hac uita ;

129109 (85.12) : in hac uita.

OB, PROPTER

  • 61 HS, p.246, Lôfstedt, Kommentar, p. 219. Quelques chiffres dans Lôfstedt :

130Propter remplace ob dans la langue parlée et dans la prose courante : la Rhet. ad Heren., Vitruve, César, Pétrone n'emploient ob que dans des formules. Stace, Martial, Juvénal ne donnent qu'un seul exemple de ob. Cette préposition est absente dans Ethérie, Filastrius, Oribase. Au contraire, propter est évité par les stylistes et les Archaïsants : Salluste, Tacite (2 propter, 161 ob), Apulée61.

  • 62 Propter :
    Sens causal : 1 (26.25) ; 1 (26.26) ; 110 (85.14). Sens local : 32 (44.11) ; 40 (50.18).
    Ob (...)

131Le DEB présente 25 ob contre 5 propter (dont 3 seulement ont le sens causal62.

PER

Le DEB contient 29 ex. de per :

  • 63 Per :
    Local :
    1 (25.14) ; 3 (28.12) ; 9 (31.5) ; 6 (30.11) ; 18 (35.7) ; 22 (38.1) ; 27 (41.19) ; 33 (...)

Sens local :

10 ex.

Sens temporel

3 ex.

Per + nom de personne agent

2 ex.

Per + nom de personne moyen

8 ex.

Per + nom de chose moyen

6 ex.63.

132Les cas suivants appellent des remarques :

1331) per + acc. de nom de personne agent :

  • 64 Il faut voir ici le per utilisé dans un serment ou à la fin d'une prière : Mat. 26.63 : adiuro te p (...)

13421 (37.4) : ungebantur reges non per Deum64

135107 (83.17) : non solum per uos non annuntiantur.

  • 65 HS, p. 127 et 240, Merkx, p. 54, Lavarenne, p. 172, Bonnet, p. 590.

136A l'époque classique, les exemples de ce tour sont isolés65. Chez Gildas, la construction normale est, nous l'avons vu, ab + abl. (36 ex.).

1372) per + acc. de nom de personne moyen :

13830 (43.10) : qui per prophetam inquit ;

13933 (45.11) : iudice dicente per prophetam ;

14036 (4 7.19) : Dei... per prophetam impios prouocantis ;

14140 (50.12) : sententia Domini dirigitur per prophetam ;

14271 (66.18) : non Deum per prophetam consulenti ;

14374 (68.2 6) : dicentem per prophetam ;

14476 (69.15) : quid Dominus per prophetas loquatur ;

14584 (73.11) : alienatio intendatur per Amos prophetam.

  • 66 HS, p. 127 et 240, Bonnet, p. 590.
  • 67 L. Bieler, Comm., p. 107.

146Cette construction est régulière à l'époque classique66. Il faut noter que cet emploi concerne ici uniquement une expression du type : dixit Dominus per prophetam, qui est une formule de citation67.

1473) per + acc. de nom de chose moyen :

14813 (33.4) : per retia periurii adnectens ;

14932 (44.19) : ut per emendationem morum thesaurises ;

15070 (65.15) : ut per hoc reputaretur iustitia ;

15193 (77.29) : quorum pater non laudatur per opera ;

152101 (81.5) : per malum exemplum et per adulationem.

  • 68 HS, p. 127 et 240, Merkx, p. 52, Schrijnen-Mohrmann, p. 117 et sq., Lavarenne, p. 171, Bonnet, p. 5 (...)

153Cet emploi est attesté à date ancienne et se répand à l'époque tardive68.

1544) per temporel :

155Un exemple paraît curieux. Il s'agit de : 20 (36.8) : inimicis per multos annos... praedas agentibus strages dabant : "qui pillaient le pays depuis de nombreuses années". Il semble d'après HS, p. 41, que per + acc. ne s'emploie dans ce sens qu'en proposition négative. Y aurait-il là une extension au tour positif ? Voir toutefois une autre solution p.384, note 210.

POST, SECUNDUM

  • 69 HS, p. 243. Goelzer, Avit, p. 159, parle à ce propos de post employé de façon elliptique et compare (...)

156Chez Grégoire de Tours, post prend le sens de secundum. Ainsi Grégoire, Glor. conf. 56 : quod (sc. monasterium) ipse post magistri dogmata aedificauit69.

157Gildas emploie secundum 14 fois et dans le DEB post (61 ex., dont 38 post pauca, post aliquanta) n'a jamais le sens de secundum.

158Il faut toutefois noter un emploi prégnant de post : 66 (63.2) : et in eodem... caeno post sacerdotalem episcopatus uel presbyterii sedem... uolutantes, post sedem signifie "après l'obtention du siège". De même avec ante :

  • 70 HS, p. 827, signale cet emploi chez Sénèque et Tertullien.

1592 (27.27) : ante promissum... pauca de situ... dicere conamur : ante promissum : "avant d'accomplir ce que j'ai promis70

  • 71 HS, p. 249.

160A propos de secundum, remarquons ce passage, en 40 (50.22) : sed ne forte secundum supra dictum Achab "spiritus mendax..." seducat uos", secundum = "comme, à la façon de". C'est un emploi tardif71.

PRAE

161Un seul exemple dans le DEB : 96 (79.6) : non solum enim prae tantis malorum criminibus...sed etiam pro his, qui uestro cotidie exemplo pereunt, poenali poena plectemini.

162Prae a ici le sens causal. L'usage ancien est d'employer prae causal dans une proposition négative et avec un substantif de sentiment. Mais dans la Vulgate par exemple apparaissent des tours positifs : Luc 21.25, 22.45.

PRAETER

1635 ex. dans le DEB :

1641) "outre, excepté, en plus de" :

1651 (27.21) : cui praeter illa nefanda... peccata... accedit etiam illud ;

16624 (39.23) : ut... nulla esset... praeter domorum ruinas... sepultura ;

16732 (44.7) : quid praeter innumerabiles casus... furciferam germanam eius... suspicis ?

168109 (85.10) : qua ratione aliquid ligabitis quod... ligetur... praeter uosmetipsos ? ("que lierez-vous en plus de vous ?" ou "plus que vous ?").

1692) "le long de" :

17075 (69.3) : unum adhuc praeter magnarti uerbis uolans sanctorum siluam... ponam.

  • 72 HS, p. 244, Bieler, Comm., p. 97, Bonnet, p. 592.

171Le sens local est peu attesté en latin tardif. Ainsi chez Patrice et chez Grégoire de Tours, praeter n'a plus que le sens d'"excepté" ou "en addition à72

PRO

  • 73 Pro
    causal :
    21 (37.5) ; 38 (49.5) ; 76 (69.17) ; 83 (72.34) ; 96 (79.7) ; 96 (79.10) ; 100 (81.1) ; (...)

17246 ex. dans le DEB.ET, p. 122, signale qu'en latin vulgaire ob et propter furent remplacés par pro. On a dans le DEB quelques ex. de pro causal73. Nous avons vu que ob était resté très vivant chez Gildas.

PROCUL

1731 seul ex. :

17472 (66.34) : procul dubio. Cette locution est particulièrement attestée en latin tardif (HS, p. 271).

SUPER

1752 ex. :

17638 (49.20) : ut paenitentiam agat, subauditur super duris malorum praecordiis ;

17772 (66.29) : improuiso super bellico apparatu tremefacto (puero).

  • 74 Voir aussi Schrijnen-Mohrmann 1, p. 172 et sq., Goelzer, Avit, p. 222, Bonnet, p. 621. Noter que Gi (...)

178Dans ces deux cas, super a le sens de de, "au sujet de". Pour HS, p. 281, c'est un fait de la langue courante, attesté dès Plaute et fréquent en latin tardif où il est passé dans la langue littéraire74

SUPRA

17917 ex. dont 14 dans l'expression supra dictus et 1 ex. ut supra diximus (soit 15 ex. de l'emploi adverbial).

180Voici les emplois prépositionnels :

18132 (44.15) : quibus suppetit supra mundum alligandi potestas ;

182109 (85.10) : aliquid quod supra modum ligetur.

  • 75 Expression superlative, notamment dans la Bible : 2 Mac. 7. 20, 2 Cor. 1.8 ; 4.17, Gal. 1.13 :"au-d (...)

183Supra modum est une expression courante (HS, p.251)75. Quant à supra mundum, qui s'oppose à in mundo et doit correspondre à in caelis/in terra de Mat. 16.19, il semble nécessaire de donner à supra le sens de "après", qui est celui que l'on a par ex. dans CIL 6 2554 3. : supra sororem suam uixit menses VI ("au-dessus de", assez rare d'après HS, p. 250, conviendrait aussi, en interprétant "au dessus de ce monde" comme "au ciel").

TENUS

184On le rencontre 2 fois, postposé à un substantif à l'ablatif au sens de "jusqu'à" :

18519 (35.14) : omnen partem muro tenus capessunt ;

18631 (43.19) : ab imi s uertico tenus.

  • 76 D'après Ernout-Meillet, tenus n'apparaît plus après Apulée et Ammien, qui du reste ne l'emploient q (...)

187C'est le tour classique : Cicéron, puis Archaïsants (HS, p. 267). L'antéposition, nous l'avons vu, date du IVe s.76

TRANS

188A le sens de "au-delà" dans :

18917 (34.17) : agmina auxiliares... trans maria fugauerunt, quia anniuersarias... praedas... trans maria exaggerabant ;

19070 (65.19) : quis eorum populo Dei finales terminos trans Iordanem... os tendit ?

191On peut encore y voir ce sens dans :

19215 (33.18) : ratibus trans Oceanum aduecta ;

19319 (35.8) : sunt trans Tithicam uallem euecti ;

19412 (32.22) : uia facta trans Oceanian.

195Mais dans les cas suivants trans signifie : "à travers" et équivaut à per :

19611 (32.5) : simile iter ignotum trans Tamesis nobilis fluuii alueum cum mille uiris sicco ingrediens pede : le contexte insiste bien sur la traversée du fleuve ;

19715 (33.21) : quos iussit construere inter duo maria trans insulam murum : trans insulam ne peut signifier que "en travers de l'île, d'un bord à l'autre".

VSQUE

  • 77 Vsque :
    Vsque ad :
    9 (31.5) ; 18 (35.3) ; 22 (37.23) ; 24 (39.10) ; 26 (40.17) ; 70 (65.16) ; 106 (82 (...)

198On a usque ad 7 fois, ad... usque 2 fois et usque 1 fois77.

199L'emploi de usque seul comme préposition est attesté surtout à partir de l'époque postclassique ; en latin tardif, la postposition est de règle, alors que Cicéron antépose. D'autre part, usque s'emploie d'abord uniquement avec des noms propres ; la construction avec les noms communs est populaire (HS, p. 254). L'exemple de Gildas est donc classique.

200Ad... usque est poétique mais s'introduit dans la prose à partir de Tacite.

VERSVS

201On en a 2 ex. :

2023 (28.6) : circium occidentemque uersus... librata ;

2035 (29.25) : orientem uersus.

204HS, p. 221, indique que l'emploi avec un nom commun date de Pline l'Ancien (Nat. 5.43 : orientem uersus). Le tour classique est in ou ad... uersus. L'antéposition date du latin tardif.

  • 78 Total des emplois :
    Ad : 110, aduersus : 3, ante : 5, citra : 1, contra : 6, extra : 2, inter : 8, i (...)

205Les autres prépositions employées dans le DEB n’appellent pas de commentaires : ad, aduersus, ante, citra, contra, extra, inter, intra, prope, sub78.

8.2. LES ADJECTIFS

ADJECTIF D'APPARTENANCE ET GENITIF

  • 79 ET, p. 45 et sq

206La relation d'appartenance peut être marquée par l'adjectif déterminatif d'appartenance ou par le génitif. On peut dire qu'en principe adjectif d'appartenance et génitif se valent et il semble que cette équivalence ait effectivement fonctionné. Mais à l'époque classique l'adjectif désigne plutôt la catégorie, tandis que le génitif se rapporte à une personne précise, sans que cette répartition n'ait jamais rien d'absolu79.

  • 80 J. Marouzeau, Traité, p. 218 et sq.
  • 81 C. Mohrmann, Etudes, 1, p. 172.
  • 82 C. Mohrmann, loc. cit.,p. 173 et sq., donne l'exemple de Sédulius, Juvencus, Prudence et Fortunat.

207Il faut noter cependant qu'à partir de l'Empire l'adjectif d'appartenance tend dans bien des cas à remplacer le génitif, et cela en particulier chez les auteurs chrétiens. Le caractère de cet usage reste d'une certaine façon problématique. Il est vraisemblable qu'à l'origine l'emploi de l'adjectif est littéraire et même oratoire : il est bien développe dans la poésie, parce que l'adjectif a plus d'expressivité80. C'est sans doute la raison pour laquelle les Chrétiens diffusèrent cet usage dans la langue usuelle. Mais il faut noter que chez eux les adjectifs ainsi employés ont un caractère spécifiquement chrétien : angelicus, apostolious, caelestis, etc,81. Aussi les poètes chrétiens traditionnels, qui évitaient tout exotisme par fidélité aux traditions de la poésie profane, ont-ils peu utilisé les formules dans lesquelles entraient ces adjectifs spécifiquement chrétiens, sans pour autant refuser le principe du remplacement du génitif par un adjectif82.

208Il me semble bon de commencer par considérer l'attitude de Gildas vis-à-vis de ces adjectifs particulièrement fréquents dans la prose chrétienne.

2091) Les adjectifs formés sur des noms communs du vocabulaire chrétien :

210Voici les exemples relevés chez Gildas, avec en regard, ceux du génitif correspondant :

angelicus

1

ange li

1

apostolicus

8

apostoli,-orum

6

caelestis

18

caeli,-orum

6

diabolicus

2

diaboli

0

zabolicus

1

zabuli

1

diuinus

5

Dei

31

deificus

1

dominicus

4

Domini

15

ecclesiasticus

5

ecclesiae

4

euangelicus

4

euangelii

0

propheticus

10

prophetae,-arum

5

sacerdotalis

8

sacerdotis,-um

2

211Ce qui frappe dans cette liste, c'est que pour la plupart des cas l'emploi adjectival est majoritaire. Fait exception le groupe Deus-Dominus.

  • 83 C. Mohrmann, loc. cit., p. 175.

212Ainsi, pour le premier lot, on compte 57 adjectifs pour 25 génitifs, dans le second au contraire, 10 adjectifs contre 46 génitifs. Ce manque d'homogénéité est surprenant. Nous avons vu que les poètes chrétiens évitent l'adjectif de ce type. Ethérie fait de même sur un point précis : elle ne connaît que dies dominica mais elle écrit toujours passio Domini, uerba Domini83 '. C'est apparemment chez elle un trait de préciosité : comme les poètes, elle évite des expressions que l'usage quotidien a rendues banales. L'emploi de Dei et de Domini dans le DEB va peut-être dans le même sens, alors qu'au contraire le reste de la liste nous montre un écrivain qui ne se distingue pas des autres prosateurs.

  • 84 Adjectifs correspondant à un génitif objectif : spei caelestis 34 (45.25), 29 (42.28), honor diuinu (...)
  • 85 C. Mohrmann, loc. cit., p. 171 et sq.

213Il faut ici remarquer que l'adjectif correspond généralement dans notre texte à un génitif d'appartenance ou à un génitif subjectif. Les cas où il équivaut à un génitif objectif sont peu nombreux84. Or c'est l'usage général des Chrétiens, tel que le décrit C. Mohrmann85.

2142) Les adjectifs dérivés de noms géographiques ou personnels

  • 86 Loc. cit., p. 173.

215C. Mohrmann signale encore chez les auteurs chrétiens une prédilection marquée pour les adjectifs dérivés de noms géographiques ou personnels86.

216En voici la liste chez Gildas :

217Aegyptiacus : 4 (29.11) : portento ;

218Caesariensis : 75 (69.4) : episcopum ;

219Romanus : 4 (29.14) : imperatorum, 6 (30.7) : regni, 7(30.17) :

220seruitutis, 11 (32.2) : stigmata, 13 (32.27) : nomen, 13 (33.4) :

221statum, 15 (33.16) : imperio, 18 (34.20) : stigmata, 20 (36.1) :

222potestatis, 25 (40.12) : gentis, 32 (44.5) : lingua, 74 (68.4) : ecclesiam ;

223Smyrnensis : 75 (68.33) : ecalesiae ;

224Arrianus : 12 (32.21) : perfidia, 75 (69.6) : caeno ;

225Isaianus : 37 (48.16) : illud ;

226Israeliticus : 11 (32.3) : uiae ;

227Iudaicus : 70 (66.3) : uelleris.

228En face de ces adjectifs, on trouve les génitifs (ou les indéclinables des formes suivantes :

229Esaias : 72 (67.4) : labia ;

230Israel, Israhel : 38 (49.2) : populo, 40 (50.11) : regibus, 40 (50.17) : regi, 41 (51.7) : currus et auriga, 4 1 (51.14) : loam

231regem, 61 (59.22) : plagam ;

232Iudaei : 73 (67.27) : pericula ;

233Romani : 5 (29.24) : reges, 17 (34.6) : nomen ; soit 20 adjectifs pour 10 génitifs.

  • 87 On trouvera quelques listes dans Lavarenne, p. 179 et dans Goelzer,
    Avit, p. 645 et sq.
    Au Ve s. les (...)

234Il apparaît toutefois que cette tendance à remplacer le génitif du substantif par l'adjectif correspondant ne se limite pas chez les auteurs chrétiens à quelques mots de leur vovabulaire particulier. Prudence par exemple et Avit utilisent des adjectifs comme amnicus, igneus, saxeus ; ciuicus, corporeus, flammeus87.On peut donc examiner à propos du DEB si l'usage de l'adjectif tend à se développer dans le vocabulaire général.

235Voici un choix de quelques adjectifs, avec en face, éventuellement, le substantif dont le génitif est employé dans le DEB :

aetheralis

1 ex.

bellicus

1

bellum

2 ex

carnalis

2

ciuilis

4

ciuis

1

gentilis

1

gens

7

humanus

12

homo

6

insularis

1

insula

3

marinus

3

mare

1

militaris

4

montanus

2

mons

1

mundialis

2

mundus

5

patemus

3

pater

2

regalie

1

regius

3

saeoularis

2

salutaris

2

salus

1

terrenus

2

terra

3

tyrarmicus

3

tyrannus

2

49

34

236La tendance à employer l'adjectif déterminatif se précise donc. Elle est conforme à ce que nous savons du développement du latin littéraire à date tardive.

MEDIUS ADJECTIF ET MEDIUM

237Pour signifier "au milieu de", le latin classique a recours à l'adjectif medius : in media insula ="au milieu de l'île".

238Gildas utilise deux fois ce tour :

23911 (32.4) : stante diu arca... testamenti in medio Iordanis canali (en face de Ios 3.17 : et sacerdotes, qui portabant arcam foederis Domini, stabant super siccam humum in medio Iordanis) ;

24030 (43.8) : iam solus ac si arbor in medio campo arescens.

  • 88 HS, p. 275, Svennung, p. 362 et sq.

241Mais apparaît medium avec le génitif : ainsi Virgile, En.7.59 : laurus erat tecti medio in penetralibus altis ; Tite-Live 1.57.9 : in medio aedium sedentem. Dans ces tours, in medio a encore le sens de "au milieu de", alors que dans la langue populaire, il prend celui de " dans" : Gen. 18.26 : si inuenero Sodomis quinquaginta iustos in medio ciuitatis, Zach. 5.4 : in medio domus eius, 5.7 : in medio amphorae88.

  • 89 In medio platearum se lit dans Deut. 13.6, Prou.22.13, Is.5.25. In medio + génitif est fréquent dan (...)

242Il semble que Gildas fait usage de ce dernier tour dans : 2 4 (39.20) : in medio platearum ima... saxa, sacra aitarla, cadauerum frusta... mixta uiderentur.89

243En 107 (83.19) : Vetro in medio discipulorum surgente, in medio a le sens de "au milieu de".

COMPARATIF POUR SUPERLATIF

  • 90 HS, p. 162 : Vetus Latina : iunior traduisant (...)

244La substitution du comparatif au superlatif apparaît dans la langue courante90. Or on lit chez Gildas :

24511 (31.23) : Quorum prior... (quorum = Albanum, Aaron,Iulium, ceteros) ;

24611 (32.7) : (ut) priorem carnificem tanta prodigio uidentem in agnum ex lupo mutaret.

247Dans le premier cas, il y a plus de deux martyrs : c'est donc primus qui est attendu. Dans le second :,, le sens de priorem n'est pas net. Est-ce le chef des bourreaux (et combien sontils ?). Mais le texte de la légende rapportée par les mss. de Paris et de Turin ne parle que d'un bourreau. Faut-il alors traduire avec H. Williams : "il changea en premier, d'abord, avant d'autres" ? Dans ce cas, primum serait plus normal.

SUPERLATIF POUR COMPARATIF

  • 91 HS, p. 162, Svennung, p. 280 et sq. (p. 281, note 1, un ex. du CIL 6 8401 avec primum quam pour pri (...)

248Le tour inverse se rencontre également et c'est aussi un fait de la langue courante91

249Exemples dans le DEB :

2502 (28.4) : de saeuiore multo primis hoste (Saxons opposés aux Pictes et aux Scots) ;

25123 (39.1) : comperiens primo agmini fuisse porsperatum (les Saxons n'ont alors envoyé qu'une expédition) ;

25235 (46.19) : spernuntur namque primae post monachi uotum inritum nuptiae (Gildas reproche à Maglocunus un second mariage) ;

25337 (48.29) : in quantis grauiora sunt peccata huius temporis quam primi (il s'agit, avec primi, d'opposer l'époque des Prophètes au temps présent).

254En revanche, prior est employé correctement plusieurs fois :

2551 (27.24) : quorum priores... (deux groupes sont opposés) ;

25616 (33.24) : illi priores inimici (il s'agit des Pictes et des Scots) ;

25728 (42.16) : sed nec adhuc priorum retibus malorum expeditus (Gildas oppose aux péchés passés de Constantinus ses fautes présentes).

8.3. LES PRONOMS ET LES PRONOMS-ADJECTIFS

8.3.1. PERSONNELS ET POSSESSIFS

PRONOM PERSONNEL SUJET

  • 92 HS, p. 173, montre l'affaiblissement du pronom personnel dans la langue courante. C. Mohrmann, The (...)

258Le pronom personnel sujet (1ère et 2ème personnes) ne s'emploie d'abord que dans les cas de nécessité : oppositions, insistance emphatique. Mais cet emploi tendit à devenir mécanique ; surtout dans la langue courante. Dès le Ve s. on relève une propension à utiliser le pronom personnel sujet en dehors de toute intention92.

259Dans le DEB on dénombre les emplois suivants :

  • 93 Pronoms personnels dans le DEB :
    Ego :
    1(26.7).
    Tu :
    1 (27.7) ; 30 (43.3) ; 31 (43.18) ; 32 (44.3) ; 33 (...)

260Ego : 1 ex., tu : 8 ex., nos : 2 ex., uos : 13 ex.93

261De ces emplois, on peut constater que :

  1. il y a des cas très nets d'opposition, dans lesquels uos ou tu s'opposent à Me, is ou à un substantif : 10 7 (83.2 3 et sq.) : 3 ex., 108 (84.2), 108 (84.4), 109 (84.33), 109 (84.35), 109 (85.7), 31 (43.22) : immo tu ab eis uoraris : "bien plus c'est toi qui est dévoré", 74 (68.21) : au total 10 ex.

  2. on rencontre des interrogations fortes : 1 (27.7) ; en tête de chapitre : 30 (43.3), 31 (43.18), 33 (44.24), 30 (43.9) : insistance à côté de centennis et opposition avec pater et fratres ; 68 (64.10) : après une longue énumération, interpellation du peuple breton : au total 6 ex.

  3. après et, "aussi", le pronom personnel est attendu : 32 (44.3), 69 (64.19) : 2 ex.

    • 94 On remarquera ici que Gildas aime juxtaposer le démonstratif objet et le personnel sujet : ista ego(...)

    dans les cas suivants enfin, la présence du pronom personnel est plus difficile à justifier : 1 (26.7), 42 (51.26), 83 (73.6), 94 (78.12), 103 (81.22), 105 (82.15) : 6 ex.94.

  • 95 HS, p. 174 ; ex. CIL 6 18439d : ego do meis libertis

262Les cas où le pronom personnel sujet ne paraît pas indispensable sont donc très peu nombreux : au plus 6 ex. sur 24. Cette observation est à rapprocher du fait que dans le DEB le pronom n'est pas en général placé immédiatement avant le verbe, alors que l'ordre roman se laisse déjà deviner chez les auteurs vulgaires du latin tardif et dans les inscriptions95

LE REFLECHI PLEONASTIQUE

  • 96 Ces constructions ont été étudiées par Eric Dahlén, Etude syntaxique sur les pronoms réfléchis pléo (...)

263Dans la construction verbale dite prono minale, le pronom a le plus souvent un sens réfléchi. Mais par affaiblissement le tour prenait une simple valeur intransitive : res se bene habet remplace res bene habet. A époque tardive, l'emploi pronominal s'étend à toutes sortes de verbes intransitifs et nous avons là l'origine du tour français : "se mourir, s'en aller, se taire"96.

  • 97 Sibi horrescere ne figure pas dans les relevés de E. Dahlén. Quant au réfléchi sibi, il apparaît co (...)

264Dans le DEB, j'ai relevé l'exemple suivant : 108 (83.33) : uulnus... quod tumore iam uel fetore sibi horrescens cauterio et publico ignis medicamine eget. Quel que soit le sens de horrescens, ("donner la nausée" ou "être dégoûtant"), il semble bien que nous ayons ici un témoin de ces constructions, avec le réfléchi au datif97

8.3.2. DEMONSTRATIFS

265Les démonstratifs sont en principe d'un usage bien défini Hic est le démonstratif de l'objet le plus rapproché du sujet parlant (et de ce fait peut s'employer comme démonstratif de la 1ère personne) ; Me est le démonstratif de l'objet éloigné (et de ce fait peut s'employer comme démonstratif de la 3ème personne) ; iste enfin désigne l'objet intermédiaire (et renvoie fréquemment à l'interlocuteur, à la 2ème personne). Is, quant à lui, n'est pas à proprement parler un démonstratif : c'est l'anaphorique, le pronom de rappel. Quant à idem, il marque l'identité, ipse servant à opposer (lui-même et pas un autre").

266Toutefois cette répartition ne dura guère et dès le Ier s. après J.-C. les différents démonstratifs tendent à s'employer les uns pour les autres, ce fait étant surtout évident dans la langue parlée.

267Is est le plus faible et est remplacé par hic et surtout ille. Comme démonstratif, iste prend la place de hic. Ipse perd sa valeur spéciale et sert d'anaphorique ; il remplace aussi hic et se substitue à idem.

268Cette évolution peut se schématiser dans le tableau que voici :

Image 100000000000020D000000564E27D70A.jpg

  • 98 On trouvera les éléments de cette introduction dans les manuels, par exemple ET, p. 187 et sq., Vaa (...)

269(la flèche indique : x remplace y)98.

  • 99 ET., p. 192 et sq., Vaananen, op. cit., p. 129 et sq.

270On remarque en même temps qu'une amorce d'article s'annonce avec certains emplois de ille99.

271Il me paraît donc intéressant d'étudier dans le DEB le fonctionnement des démonstratifs. Voici le total des emplois :

Is

129

35.3 %

Hic

110

30.1 %

Iste

11

3 %

Ille

62

16.9 %

Ipse

21

5.7 %

Idem

32

8.7 %

365

99.7 %

  • 100 Travail que ne facilite pas l'absence de relevés chiffrés. Ceux que j'utilise proviennent en partic (...)

272Nous voyons déjà que is est chez Gildas en excellente position. Mais ce tableau reste trop sommaire et pour mieux juger de la situation exacte du DEB il faut comparer avec d'autres auteurs100

HIC ET ISTE

Image 10000000000002880000027B3AE8B02F.jpg

  • 101 Chiffres de B. Löfsted.

Note 101101

  • 102 Chiffres de Juret, p. 27.

Note 102102

  • 103 Chiffres de C. Mohrmann, The Latin of St Patrick, p. 18. Cf. L. Bieler, Comm., p. 100, note 29.

Note 103103

  • 104 Dépouillements personnels.

Note 104104

  • 105 Chiffres de P.W. Hoogterp, art. cit., p. 190 et sq.

Note 105105

  • 106 HS, p. 181 et 184, Svennung, p. 309 et sq.
  • 107 Voir ce que dit HS, p. 184 et Zusatze. Il faut toutefois remarquer que dans bien des emplois iste r (...)

273Ce tableau nous permet de comparer la position de hic et de iste. Ces deux pronoms-adjectifs peuvent en effet être rapprochés et comparés du fait que très tôt iste se trouve utilisé pour hic106 Les langues romanes d'autre part nous montrent que iste a été conservé, mais non hic (sauf quelques traces). On peut donc en conclure que iste a fini par éliminer hic. Du moins dans la langue parlée. Car le témoignage des textes ne va guère dans ce sens107. La résistance de hic a. été très forte dans la langue écrite.

274Quoi qu'il en soit de ce problème, je constate que Gildas ne fait pas exception. Mon tableau montre que hic reste très largement préféré : la plus faible proportion atteint 79.4 % dans les Edicta de St-Gall et la plus haute se trouve dans Chiron, avec 98.6 %. Gildas se situe dans cette liste à une place moyenne : 90.9 %.

  • 108 Les emplois du paradigme de hic sont les suivants dans le DEB :
  • 109 De même HS, p. 181 : hoc et haec se maintiennent mieux que les autres formes. Juret, p. 27, remarqu (...)

275Il faut toutefois préciser que, si hic reste vivant chez les écrivains, c'est grâce à l’emploi de certaines formes du paradigme108. Ainsi dans le DEB les formes les plus courantes sont :
hoc ablatif 31 ex., hoc nom.-acc. neutre 25 ex., haec nom-acc. neutre pluriel 20 ex. (les deux nom.-acc. du neutre étant généralement les formes les plus résistantes), his 12 ex., soit 88 ex. sur 110. On remarque que chez Filastrius hoc et haec, nom.-acc. neutre, sont bien représentés : 54 et 37 ex. ; de même hoc ablatif : 42 ex. B. Löfstedt fait remarquer, op. cit., p. 254, que hoc neutre apparaît fréquemment dans les textes du latin tardif en général109. Sur ce point encore, Gildas paraît respecter l'usage des écrivains tardifs.

  • 110 Cf. Juret, p. 32 : exemples chez Filastrius des emplois de iste pour hic.
  • 111 Le sens péjoratif conviendrait aussi pour les rois et le clergé. Mais il est difficile d'assurer l' (...)

276D'autre part, même si hic reste bien employé, on peut constater que iste dans tous ses emplois concurrence hic110. Ainsi en 1 (26.7) : ista ego et multa alia à côté de 1 (26.29) : haec igitur et multo plura. De même on a en 97 (79.21) : quia competenter istius aeui sacerdotibus cum populis coaptabitur, alors qu'on lit ailleurs : huius temporis : 37 (48.29), 38 (49.8), huius aetatis 37 (4 8.26), aeui huius : 37 (48.15), hoc tempore : 28 (42.5), 36 (48.12). Les autres exemples de iste montrent également que cette forme s'applique à ce dont parle Gildas : ista gente (les Bretons) : 26 (40.16) ; isti (les rois) : 38 (49.22), 40 (50.11), 40 (50.17), 62 (60.21) ; isti (les membres du clergé) : 67 (63.12, 18 et 21), 68 (64.14)111.

277Le DEB n'est donc en aucune façon original en ce qui concerne les rapports de hic et de iste.

IS, ILLE ET IPSE

  • 112 Voir HS, p. 185 et sq., 190 ; Schrijnen-Mohrmann 1, op. cit.,p. 155.
  • 113 Cf. B. Löfstedt, op. cit., p. 258 et sq.
  • 114 Nous le voyons toutefois figurer parmi les écrivains qui emploient le plus is : Chiron : 79.6 %, Jo (...)

278Dans un second tableau, nous mettons en parallèle is, ille et ipse. Nous avons vu plus haut que ille et ipse ont tendance à remplacer is112. Mais nous remarquons une fois de plus que, dans les textes littéraires, is se maintient fort bien et assez souvent est le mieux représenté de la série is-ille-ipse113 Ici encore Gildas ne s'écarte pas de l'usage114.

  • 115 Chiffres dans B. Löfstedt, op. cit., p. 251.
  • 116 Chiffres dans C. Mohrmann, op. cit., p. 18 et L. Bieler, Libri Epistolarum Sancti Patricii Episcopi (...)
  • 117 Dépouillements personnels.
  • 118 Chiffres dans P.W. Hoogterp, art. cit., p. 251.

Ie

Ille

Ipee

Chiron115

Ca. 1200 79.6 %

Ca. 100 6.6 %

206 13.6 %

Ethérie Trager

275 42.6 %

158 24.4%

212 32.8 %

Van Oorde (115)

319 44.1 %

162 22.4 %

241 33.3 %

Augustin Conf. (115)

1335 48.6 %

899 32.7 %

509 18.5 %

Patrice116

44 25.4 %

86 50.8 %

40 23.6 %

Salvien, Eccl. 1 et 2 117

92 32.2 %

97 34 %

96 33.6 %

Sidoine, Ep. 1 et 2 (117)

34 26.9 %

54 42.9 %

38 30. %

Ruricius, Ep. L2 (117)

64 24.4 %

94 35.8 %

104 39.6

Gildas

129 60.8 %

62 29.2 %

21 9.9 %

Vies des Pères du Jura118

36 17.5 %

91 44.3 %

78 38 %

Jordanès, Getica (115)

320 65.2 %

82 16.7 %

88 17.9 %

Reg. Benedia. (115)

161 55.1 %

44 15 %

87 29.7 %

Grégoire de Tours (115) (extraits)

54 50.9 %

37 34.9 %

15 14.1 %

Edic. Sangall. (115)

267 47.5 %

113 20.1 %

182 32.3 %

  • 119 Tableau des formes de is dans le DEB :
  • 120 HS, p. 186, Bonnet, p. 384, Juret, p. 26, B. Löfstedt, op. cit., p. 257, E. Lòfstedt, Synt. 2, p. 4 (...)
  • 121 Mais B. Lòfstedt fait remarquer, op. cit., p. 259 et sq., que l'usage des écrivains des VIe et VIIe (...)

279Les formes de is : Comme pour hic, il est intéressant de relever les formes de is que le DEB emploie119. On notera l'absence des nominatifs is, ea, ei, eae, absence qui n'a rien de surprenant puisque dès l'époque classique ces formes reculent et qu'elles manquent fréquemment dans les textes tardifs120. En revanche les formes des cas obliques sont bien attestées : chez Gildas comme chez les autres auteurs tardifs elles restent vivantes121

  • 122 B. Lòfstedt, op. cit., p. 260

280Les emp lois de is122.

281- is pronom :

    • 123 Is pronom de 3ème personne :
      1 (25.4, 25.7, 26.32, 27.17,27.17, 27.20), 7 (30.19), 8 (31.2), 15 (33. (...)

    is pronom de 3ème personne. Il est très fréquent ; j'en relève 98 ex., auxquels on peut ajouter 10 id est et 3 id temporis123.

    • 124 Is qui : 10 (31.15), 19 (35.18), 26 (40.23), 27 (41.19), 32 (44.14), 49 (55.10), 92 (77.5), 94 (78. (...)

    is qui : 13 ex. ; eo quod : 2 ex. ; eo quo : 1 ex124

282- - is adjectif :

    • 125 Is adjectif anaphorique :
      25 (40.16), 33 (45.1). Sur la rareté de is adjectif dans les textes du lat (...)

    is adjectif anaphorique est très rare  : 2 ex. seulement et cela est en accord avec la tendance du latin tardif125.

  1. tour is uir qui : aucun exemple (même remarque que pour is adjectif).

283Les formes de ille :

  • 126 Les formes de ille :

284A considérer les formes de126, on constate que les nominatifs sont bien représentés : Me 14, illud 14, Mi 5, Ma fém. sing. 3, Ma plur. neutre 2 (seul Mae est absent). Les formes correspondantes de is faisant défaut, il est normal que d'autres formes s'y substituent. Nous allons voir précisément que Me tend plus généralement à occuper la place de is.

  • 127 B. Löfstedt, op. cit., p. 263.

285Les emplois de Me127 :

    • 128 Ille démonstratif :
      26 (41.2), 35 (46.21), à quoi il faut ajouter les ex. où illud est suivi d'un ad (...)

    ille reste démonstratif, mais cet emploi est relativement peu fréquent : 13 ex.128

    • 129 Ille substitut de is :
      - ille
      = is : 1 (25.20), 1 (26.24), 1 (27.19), 1 (27.26), 16 (33.24), 17 (34. (...)

    ille substitut de is129 :

2861) comme pronom :

  • ille = is pronom de 3ème personne : 21 ex.

  • tour Me qui : 5 ex.

2872) comme adjectif :

  • ille adjectif anaphorique (déjà "article" ?) 16 ex.

  • tour ille uir qui : 7 ex.

288Les formes de ipse :

  • 130 Les formes de ipse : on a encore 1 ex. de ipsa, nom fém. sing., ipsam, ipso, ipsi, nom. masc. plur. (...)

289Ipse est assez peu attesté. Les formes les plus utilisées sont : ipse 6 ex., ipsos 4 ex., ipsis 3 ex., ipsa neutre plur. 3 ex.130.

  • 131 HS, p. 189 et sq., Svennung, p. 308, Juret, p.33 et sq., B. Löfstedt, op. cit., p. 261 et sq.

290Les emplois de ipse131 :

  • ipse conserve le sens qu'il a à l'époque classique dans quelques ex. : 5 pour "lui-même", 1 comme substitut du réfléchi

  • ipse = idem : aucun ex.

  • ipse substitut de is

2911) comme pronom :

  • ipse-is 3 ex. + 3 ex. à part

  • -tour ipse qui : 1 ex.

2922) comme adjectif :

  • ipse adjectif anaphorique : 5 ex.

    • 132 Emplois de ipse :
      - "lui-mème" : 21 (37.15), 27 (41.24), 28 (42.7), 66 (62.15), 98 (80.6) ; substitu (...)

    tour ipse uir qui : aucun ex.132.

  • 133 C. Mohrmann, The Latin of St Patrick, p. 19. Gildas s'accorde sur ce point avec Patrice, qui présen (...)

293Pour terminer cette étude sur is, Me, ipse, il faut remarquer que dans le DEB le substitut de is est beaucoup plus souvent Me que ipse : on compte 49 ex. de Me = is, contre 13 pour ipse, ce qui concorde du reste avec la fréquence totale de Me et ipse : 62 Me, 21 ipse. On sait que Me dominait dans la latinité occidentale sauf en Sardaigne, à Majorque, dans une partie de la Catalogne et de la Gascogne et sur les rivages de la Gaule méditerranéenne133.

IDEM

  • 134 HS, p. 188, Schrijnen-Mohrmann 1, p. 154, Svennung, p. 301 et sq., Juret, p. 33.
  • 135 Ainsi dans 1 (26.6), 1 (26.21), 3 (28.12), 3 (28.19), 8 (31.3), 17 (34.11), 31 (43.23), 42 (51.27), (...)
  • 136 Ibidem : 18 (35.3), 66 (63.3), 77 (70.2). Ibi : 1 (26.9). Cf. HS 2, p. 188, Svennung, p. 303.

294Ce pronom-adjectif est attesté 32 fois. On remarquera qu'idem peut remplacer is assez tôt et qu'en latin tardif il s'y substitue facilement134. Dans le DEB, cette substitution se rencontre 13 fois135. On peut rattacher à idem le cas de ibidem qui est attesté 3 fois dans le DEB contre lex. de ibi, avec le même sens que ibi136.

295En conclusion, j'observerai que le DEB ne s'écarte pas de l'usage du latin en ce qui concerne l'emploi des démonstratifs.

8.3.3. DIVERS.

QUIS = QUIBUS

  • 137 Quibus relatif : 1 (26.18), 4 (29.9), 4 (29.13), 6 (30.5), 6 (30.7), 17 (34.13), 19 (35.8), 19 (35. (...)

296Le DEB présente 20 quibus (datif-ablatif pluriel du relatif), 1 quibus interrogatif contre 6 quis (relatif), soit 1 quis pour 3,5 quibus137.

  • 138 Voici quelques relevés d'indices :

297Quis a été éliminé par quibus, au moins dans la prose courante. Mais il s'est conservé chez les poètes et les prosateurs amateurs d'archaïsmes : Virgile, Saliuste, Tacite par exemple138.

8.4. LE VERBE

DEPONENTS

  • 139 HS, p. 139 et 292, ET, p. 203 et sq. La dernière étude sur la question est due à P. Flobert, Les ve (...)

298Au cours de l'histoire du latin, le déponent est pris entre deux tendances. D'une part il tend à se réduire : des déponents peuvent être remplacés par la forme active correspondante ou prendre la valeur passive ; d'autre part il se développe : des actifs deviennent déponents139.

299Dans le DEB nous rencontrons surtout des déponents qui ont pris le sens passif. C'est une tendance très ancienne. Le participe en -tus du déponent pouvant avoir un sens passif, cette valeur s'est étendue aux formes périphrastiques (perfectum) et gagna même l'infectum. Ce glissement apparaît fréquemment dans un tour comme l'ablatif absolu, où l'adjectif en -tus est utilisé. Voici les exemples relevés :

300Comminor : 8 (31.2) ; comminata a principe morte ;

301Emetior : 26 (40.19) : mense iam uno emenso ;

302Insector : 11 (31.23) : aonfessorem persecutori-bus insectatum ;

303Interpreter : 70 (66.2) : quod moraliter interpretation ;

30471 (66.20) : qui interpretati accipiuntur sensus humani ;

3059 3 (78.1) : uelim... haec scripturae sacrae testimonia...historico uel morali sensu interpretari ;

306Largior : 21 (37.14) : ac si nihil mundo medicinae a uero omnium medico largiretur ;

307Minor : 40 (50.19) : quid illi quoque scelerato regi... minatur ? ;

308Vaticinar : 23 (38.21) : auguriis quibus uaticinabatur ;

  • 140 Sur ces 10 ex., on notera le grand nombre d'adjectifs en -tus :
    comminata, emenso, insectatum, inter
    (...)

309Veneror : 4 3 (52.6) : parasitorum uenerata uestrorum ora140.

  • 141 Insecto et uenero sont attestés dès Plaute. Inversement insector et ueneror fonctionnent encore com (...)

310Nous n'avons pas de preuves certaines que dans le DEB certains déponents aient pris la forme active. Les deux formes que l'on peut citer, 27 (41.19) : fures insectantes et 66 (62.14) : angelos uenerantes, sont équivoques. Il peut s'agir de participes présents de déponents comme de participes présents de verbes activés141.

  • 142 Interprétés habituellement comme hyperurbanismes. On considère en effet généralement que la tendanc (...)
  • 143 ET, p. 201 et sq. Voici les 3 ex. de conuertor : 1 (26.8) ; 30 (43.14) ; 109 (85.12). Le TLL indiqu (...)
  • 144 Reuertor est attesté 7 fois. On a en particulier reuertuntur en 21 (36.16), reuertantur en 35 (47.9 (...)

311De même en ce qui concerne les actifs devenus déponents142. Conuertor au sens de "se tourner, se convertir" n'est pas un actif devenu déponent. Il s'agit du passif de conuerto qui prend une valeur moyenne (sens réfléchi) : c'est ce qu'on appelle un medio-passif143. Quant à reuertor, il s'agit d'un verbe qui a la forme déponente à l'infectum et la forme active au perfectum. Il n'y a donc rien à dire sur les attes144 tations du DEB. Enfin le placito sunt de 42 (51.27) n'est pas nécessairement le perfectum d'un placeor : il s'agit plutôt de l'adjectif placitus avec la copule.

FORMES SYNCOPEES DU PERFECTUM

312On relève dans le DEB les formes syncopées suivantes :

Indicatif parfait

2ème pers. sing,

captasti 35 (47.5)

3ème pers. sing,

interiit 73 (67.20)

2ème pers. plur.

seruastis 108 (83.38)
auscultastis 108 (83.37)
reuolastis 95 (78.26)
audistis 107 (83.18), 107 (83.22), 109 (84.22)

3ème pers. plur.

seruarunt 2 6 (41.1)
norunt 26 (41.13), 92 (77.2)

Subjonctif parfait

3ème pers. sing,

recusarit 92 (77.7)

3ème pers. plur.

deuiarint 1 (26.34)
audierint 6 6 (62.21)
perierint 110 (85.14)

Subjonctif P.Q.F.

3ème pers. sing,

optasset 39 (50.4)

3ème pers. plur.

firmassent 5 (29.27)

Infinitif parfait

exaltasse 74 (68.31)
introiisse 1 (25.10)
perdisse 1 (2 5.11)

  • 145 Figurent ici dans la même liste des formes qui peuvent être les formes primitives (norunt ; perfect (...)

313Soit 20 exemples145.

314Il n'est pas question ici de traiter de l'origine des deux séries de formes, syncopées et non syncopées, mais d'en décrire l'usage, afin de voir les choix opérés par Gildas.

  • 146 Cicéron, Or. 47.157.
  • 147 Quintillien, Inst. Orat. 1.6.17.
  • 148 Pour Ennode, voir Dubois, p. 288 et sq., pour Grégoire, Bonnet, p. 438 et sq.

315Au 1er s. avant J.-C., la forme pleine et la forme contracte sont également utilisées. Cicéron nous signale que la forme pleine est recta ("régulière, conforme à la règle") et la forme contracte usitata ("entrée dans l'usage, usuelle")146. Au siècle suivant les formes pleines sont sorties de l'usage et Quintilien se moque de ceux qui les emploient encore147. Le roman de son côté atteste que seules avaient survécu dans l'usage courant les formes contractes. La tendance de la langue parlée était donc à l'élimination des formes pleines. Mais l'usage littéraire a pu être différent et il nous sera utile de savoir quelle était l'habitude des écrivains du latin tardif. Nous avons deux bons témoins avec Ennode et Grégoire de Tours148.

a) devant r : la syncope est pratiquée pour les séquences - āuer, Image 10000000000000410000001953E045C4.jpg nombreuses exceptions chez Grégoire) ; il n'y a pas de syncope dans les séquences-ēuer-,-ōuer- nos auteurs maintiennent par exemple creuerunt, consueuerant noueront.

316b) devant ss : la contraction est de règle : flagitasset, explesset. Mais la séquence-ōuiss-reste intacte : cognouisse.

317c) devant si : la contraction est de règle et il n'y a pas d'exception, narrasti, implesti, nostis.

318d) les composés de eo présentent les contractions, selon l'usage. Toutefois il y a quelques exceptions chez Ennode (transiuit pour transiit) ; et chez Grégoire le-u- est fréquemment conservé dans les Miracles, ce qui n'est pas le cas pour l'Historia Francorum.

319Que nous donne le DEB ?

320a) Gildas a la forme contracte comme Ennode et Grégoire :

1) dans la séquence - āuer- : 3 ex.
dans la séquence Image 10000000000000410000001953E045C4.jpg : 1 ex.

3212) devant ss : 3 ex.

3223) devant st : 7 ex.

  • 149 Formes contractes :
    1) séquences -āuer-, -īuer- : seruarunt, recusarit, deuiarint audierint
    2) devant (...)

3234) composés de eo : 4 ex. Total : 18 ex.149

  • 150 Non contraction : Séquence -ēuer- : requieuerunt, defleuerat, increuerat, compleuerat, defleuero, d (...)

324b) Gildas a la forme non contracte, comme Ennode et Grégoire :
Cas du maintien de la séquence -ëuer : 7 ex.150.

325c) Gildas a une forme contracte là où Ennode et Grégoire ont une forme pleine : Séquence-ōuer->-ōr- : norunt : 2 ex.

326d) Gildas a une forme pleine là où Ennode et Grégoire ont une forme contracte :

1) dans la séquence - āuer- : 11 ex.
dans la séquence Image 10000000000000410000001953E045C4.jpg - : 3 ex.

3272) devant ss : 2 ex.

  • 151 Non contraction :
    1) séquence -āuer- : fugauerunt, degenerauerat, plantauerat, disceptauero, pronunt (...)

3) devant st : 2 ex.

Total : 18 ex.151.

  • 152 Il est certain que les types de séquences non contractes sont moins nombreux que les autres. Gildas (...)
  • 153 La résistance de Gildas est particulièrement sensible dans le cas des séquences-auer-,-iuer-(14 ex. (...)

328Gildas suit l'usage de nos témoins 25 fois et il s'en écarte 20 fois. Quand il s'en écarte, c'est moins pour suivre un usage novateur (2 ex. seulement)152 que pour garder la forme pleine là où elle pourrait être remplacée par la forme contracte (18 ex., soit autant que les formes contractes correspondantes)153 Il y a donc chez Gildas une nette tendance à conserver la forme pleine là où l'usage littéraire de l'époque était d'employer une forme contracte. On peut reconnaître dans ce conservatisme l'influence d'une tradition scolaire qui, s'appuyant sur le recte de Cicéron, aurait maintenu les formes pleines contre l'usage courant et qui se serait perpétué dans certains secteurs de la latinité.

TROISIEME PERSONNE DU PLURIEL DU PARFAIT EN-ĒRE

  • 154 -Ēre : 5 (29.26) ; 9 (31.9) ; 9 (31.11) ; 11 (32.12) ; 26 (40.23) ; 37 (48.26) ; 70 (65.20).
  • 155 -(...)

Gildas présente 7 exemples de cette désinence de 3ème personne du pluriel du parfait154,en face de 9 - Image 10000000000000360000001C22144F68.jpg et de 3 -runt155.

329Quelle que soit la forme exacte de -erunt (-ěrunt populaire ou -ērunt, bien vivant en poésie), il faut reconnaître que -ēre lui fait dans le DEB une forte concurrence. Quelle est en latin la place de-ēre ?

  • 156 Ernout, Morphologie3, p. 216.
  • 157 F. Bader, Le système des désinences de troisième personne du pluriel du perfectum latin, BSL 62, p. (...)
  • 158 Ernout, Morphologie 3, p. 216, F. Bader, art. cit., ibid, et note 9.
  • 159 F. Bader, art. cit., ibid. C'est ce qu'a démontré H. Hagendahl, op. cit., p. 192 et sq. Je résume s (...)
  • 160 Des exemples où figure -ēre :

330Dans la poésie dactylique, -ērunt est préféré à -erunt pour éviter le crétique du type amāuěrūnt156 et le choix entre -ērunt et-ēre est dicté par les besoins du mètre157 ; Chez les prosateurs, l'emploi de -ēre est limité aux textes à couleur volontairement archaïque (ainsi Salluste, puis Tacite)158, tandis que dans la latinité tardive, -ère est recherché pour des raisons de clausule159. Nous pourrions donc nous attendre à ce que chez Gildas -ère soit employé pour des raisons de clausule. Or il ne semble pas que ce soit le cas160.

  • 161 Ainsi aucun -ēre ni chez Ethérie ni chez Patrice (L. Bieler, The Place of St Patrick, VC 6, p. 85).
  • 162 Bonnet, p. 441 et sq. Il y a chez Grégoire, pour les livres 1 et 2 de l'Historia Francorum, 12- ēre(...)
  • 163 On peut évidemment se demander pourquoi Gildas utilise la forme populaire -ěrunt, au lieu de -ērunt(...)

331Il s'agit peut-être dès lors d'une affectation d'archaïsme ou au moins du souci de se distinguer de la langue familière. qui n'emploie jamais-ēre161 On remarquera que Grégoire de Tours emploie -ēre quand le ton monte162. Le caractère particulier de cette désinence se serait donc conservé dans une certaine tradition littéraire163.

CONJUGAISON DU PERFECTUM PASSIF OU DEPONENT

332Dans le DEB, la conjugaison du per fectum passif présente la forme d'ensemble suivante :

Indicatif parfait :

le type amatus sum est seul représenté : 44 formes ;

Indicatif P.Q.P. :

responsium fuerat, collocatae fuerant, ultus fuerat : 3 formes ;

Indicatif Futur II :

fuero prosecutus : 1 forme ;

Subjonctif parfait :

inuentae sint, minatus sit (2 ex.), sit effatus, sit solution : 5 formes ; infitiatus fuerit : 1 forme ;

Subjonctif P.Q.F. :

ingesta fuisset, despecta fuissent, tectum fuisset 3 formes ;

Infinitif parfait :

insertion fuisse, fuisse prosperatum, factum fuisse 3 formes.

333On constate que la forme du perfectum fui a partout remplacé l'infectum sum sauf au parfait indicatif (44 ex.) et dans 5 ex. sur 6 du subjonctif parfait.

  • 164 Dans Ciotta 11, p. 192 et sq., cité par Schrijnen-Mohrmann 2, p. 29.

334Voici quel était l'état de la réflexion en latin tardif, d'après une étude de M. Leumann164 :

Indicatif parfait :

locutus sum (en principale et subordonnée ; jamais fui) ;

Indicatif P.Q.P.. :

locutus eram (en majorité dans les principales),
locutus fueram
(en majorité dans les subordonnées) ;

Indicatif Futur II :

locutus ero (rare), si locutus fuero (dans les conditionnelles ; jamais ero) ;

Subjonctif parfait :

quid locutus sim (en discours indirect ; jamais fuerim) ;

Subjonctif P.Q.P. :

loautus essem (en discours indirect, rare en temporelles), si loautus fuissem (de règle dans la conditionnelle à l'irréel, rare dans la principale correspondante ; usuel dans toutes subordonnées) ;

Infinitif parfait :

locutum fuisse et, plus rare, esse.

  • 165 Voir par ex. HS, p. 394, § 211 avec renvois :
    amatus fui : § 179, Zusatz b) : rare en général, n'app (...)
  • 166 Les indicatifs P.Q.P. et Futur II, les subjonctifs parfaits et P.Q.P. du DEB sont tous employés en (...)

335Les spécialistes sont en général d'accord avec cette étude, où l'on ne voit guère à rectifier que le point relatif à loautus fuerim165. Il apparaît en effet que le type locutus fuerim est bien attesté en latin tardif. Nous constatons donc que Gildas utilise la flexion du perfectum passif et déponent telle qu'elle était couramment employé en latin tardif 166.

DICAT ALIQUIS

  • 167 Ainsi Avit, p. 23-25 : dicat aduersarius (Goelzer, p. 44). Salvien écrit souvent dicit aliquis. Not (...)

336On lit en 69 (64.17) : Sed forsitam aliquis diaat. D'après HS, p. 333, ce tour s'emploie à partir de Térence. Selon F. Thomas, Recherches, p. 101 et sq., Cicéron écrit d'abord diaet aliquis puis emploie dixerit aliquis. Sous l'Empire, le tour dixerit aliquis se développe (ET, p. 237, note qu'il est le plus fréquent) mais il disparait après le IVe s. L'expression courante au Ve s. paraît être diaat aliquis167. Aliquis dixerit appartient à la langue littéraire et ne put jamais s'introduire dans la langue courante.

L'EXPRESSION DE L'IRREEL DU PRESENT DANS L'APODOSE

  • 168 Subjonctif imparfait pour l'irréel du présent dans l'apodose :
    a) Avec protase au subjonctif imparfa (...)

337En règle générale, Gildas use de l'imparfait du subjonctif pour exprimer l'irréel du présent dans l'apodose168.

  • 169 En roman, l'imparfait du subjonctif est l'héritier du P.Q.P. latin. Un exemple dans Arnobe, parmi b (...)

338On sait que la tendance de la langue, en particulier de la langue vulgaire, était de remplacer l'imparfait du subjonctif par le plus-que-parfait dans l'expression même de l'irréel du présent169. Le maintien du tour avec l'imparfait du subjonctif peut être interprété chez Gildas comme un trait de conservatisme, dû à l'influence possible de l'école.

L'EXPRESSION DU POTENTIEL PASSE

339On rencontre dans le DEB l'impar fait du subjonctif pour noter le potentiel passé :33 (4 5.10) : quid pro hoc solo, retributionis a iusto iudice sperares etsi non talia sequerentur, quae secuta sunt ? : "que pouvais-tu espérer ?".

  • 170 Voir F. Thomas, op. cit., p. 220 et sq. : la substitution du P.Q.P. à l'imparfait apparaît dès Cicé (...)

340Selon HS, p. 334, ce potentiel du passé à l'imparfait du subjonctif ne s'est conservé en latin tardif que dans la langue littéraire170.

341D'autre part, on rencontre l'imparfait du subjonctif pour rendre l'irréel du passé (primitivement non distinct du potentiel passé et rendu par l'imparfait) :
39 (50.6) : ni pro contribulibus... mori optasset... inconsideratam cordis elationem propria morte piaret.

  • 171 Opinion de F. Thomas, op. cit., p. 234 et sq. En revanche d'autres auteurs y voient un vulgarisme ((...)

342On pourrait reconnaître ici l'ancien emploi de l'imparfait du subjonctif qui, abandonné après Cicéron, se serait à nouveau épanoui aux IIIe et IVe s. avec des écrivains comme Tertullien et Augustin peut-être par réaction de lettrés contre les tendances de la langue parlée171.

343A considérer ces deux derniers paragraphes, il apparaît que le subjonctif imparfait est bien vivant dans le DEB. Cela fait contraste avec les tendances de la langue de l'époque et doit pouvoir s'expliquer par l'influence d'un milieu conservateur.

L'ORDRE ET LA DEFENSE

  • 172 Ordre et défense :
    1 (25.5) : ne putet ; 1 (27.7) : speculare, fare ; 1 (27.16) : non refugito ; 26 (...)

344Le relevé des exemples172 fait appa raître l'état suivant :

a) Ordre :

Impératif présent :

2ème pers. sing. :

9

2ème pers. plur. :

31

futur

2ème pers. sing. :

2

Subjonctif prés.

3ème pers. sing. :

5

3ëme pers. plur. :

5

1ère pers. plur. :

13

2ème pers. sing. :

1

66

b) Défense

Ne + subjonctif

présent 2ème pers. sing. :

2

Ne + subjonctif

présent 3ème pers. sing. :

2

Non + impératif

futur 2ème pers. sing. :

1

Non + subjonctif

présent 3ème pers. plur. :

1

Nec + subjonctif

présent 3ème pers. sing. :

1

7

345On peut compter parmi les emplois classiques :

a) Ordre :

Impératif

présent 2ème pers. sing. :

9

Impératif

présent 2ème pers. plur. :

31

Subjonctif

présent 3ème pers. sing. :

5

Subjonctif

présent 3ème pers. plur. :

5

Subjonctif

présent 1ère pers. plur. :

13

b) Défense :

Ne + subjonctif

prés. 3ème pers. sing. :

2

65

346Ces emplois n'appellent aucun commentaire.

347On peut compter parmi les emplois exceptionnels, au moins en prose classique :

a) Ordre :

Subjonctif

présent 2ème pers. sing. :

1

Impératif

futur 2ème pers. sing. :

2

b) Défense :

Ne + subjonctif

présent 2ème pers. sing. :

2

Non + impératif

futur 2ème pers. sing. :

1

Non + subjonctif

prés. 3ème pers. plur. :

1

Neo + subjonctif

prés. 3ème pers. sing. :

1

8

348Ce sont ces emplois qui vont retenir notre attention.

349a) Le subjonctif présent à la 2ème pers. du sing, pour exprimer l'ordre :

  • 173 Qu'il s'agisse en particulier d'un tour poétique, les linguistes sont d'accord sur ce point : en pl (...)

350Gildas n'en donne qu'un seul ex. (scias) contre 9 pour l'impératif présent. US, p. 335, signale cet emploi dans la langue courante, chez les poètes (Horace, Tibulle, Properce, Ovide etc...) et chez quelques prosateurs (Tite-Live)173

351b) L'impératif futur pour exprimer l'ordre et la défense :

352Gildas présente 2 impératifs futurs 2ème pers. sing, pour l'ordre (ausculatato, caueto) et 1 pour la défense (non refugito : pour la négation, voir infra), soit en face de 40 impératifs présents (9 à la 2ème pers. sing, et 31 à la 2ème pers. plur.) 3 impératifs futurs 2ème pers. sing, et aucun de 2ème pers. plur.

  • 174 Svennung, op. cit., p. 470 et sq

353Sauf exception, l'impératif futur, bien attesté dans les lois anciennes, recule. Svennung remarque qu'il est fréquent chez des auteurs techniques comme Columelle, Pline l'Ancien, Marcellus Empiricus, Chiron. Pour lui, cet impératif, évité par les classes cultivées de l'époque classique, se serait conservé plus longtemps parmi les couches inférieures. Il aurait ainsi survécu jusqu'au Ve s. chez les gens du commun alors qu'il était depuis longtemps considéré comme rustique par les gens cultivés174.

  • 175 L. Löfstedt, op. cit., p. 38 et sq.

354Contre cette hypothèse, qui ferait des formes en -to un vulgarisme, L. Löfstedt fait remarquer que dans les documents de style non affecté les formes en -to tombent en désuétude dès le IVe s., tandis qu'elles se conservent en poésie, certainement par nécessité métrique, et font en somme partie du style élevé. La présence des formes en -to dans les traités techniques ne s'explique pas dès lors comme vulgarisme, mais comme forme artificielle : souci de variété, hyperurbanisme et incertitude se style175.

355c) Ne et le subjonctif présent 2ème pers. sing, pour exprimer la défense :

356Ce tour apparaît 2 fois (ne consumas, ne contemnas). On remarque que Gildas ignore les tours de la prose cicéronienne : ne feceris et noli facere.

  • 176 Pour F. Thomas, op. cit., p. 134, le parfait n'est plus utilisé dans le latin parlé au temps de Cic (...)
  • 177 Cela au IVe s. : Servius, Ad Aen. 6.544 : Ne saeui : ne irascere ; Terentius : "Ne saeui tanto oper (...)

357Ne facias a fini par éliminer ne feceris. On n'est guère d'accord sur l'époque exacte de cette élimination, qui paraît acquise en tout cas après le Ier s. après J.-C176 On ne trouve plus alors ne feceris que dans les textes traduits du grec. En latin tardif, le type normal pour la défense est ne facias, comme le fait remarquer Servius 177.

358d) La défense à l'impératif futur :

  • 178 L. Löfstedt, op. cit., p. 61, cite ne tollito de Prudence, Psych. 613 et ne trutinato de Fortunat, (...)

359Nous en avons un exemple avec non refugito. Il semble qu'en latin tardif l'emploi de l'impératif futur avec négation soit très rare et se limite, en dehors de notre exemple, à deux passages de poètes178.

360e) Les négations non et nec avec le subjonctif et l'impératif :

3611) non à la place de ne :

  • 179 L. Löfstedt, op. cit., p. 15, HS, p. 337,ET, p. 234, Goelzer, Avit, p. 47, Dubois, p. 436.

362- au subjonctif : le DEB en contient un exemple : non supplaudant, en face de ne putet 2 ex., ne putent. La tendance au remplacement de ne par non est bien marquée au 1er s. après J.-C. et s'accentue en latin tardif, sans que ne disparaisse totalement des textes 179.

  • 180 L. Löfstedt, op. cit., p. 16, HS, p. 340, ET, p. 253 et sq.,149, Goelzer, Avit, p. 46.

363- à l'impératif : c'est le cas de non refugito. Le remplacement de ne par non est également courant en latin tardif180.

3642) nec

365La règle classique est la suivante : après une prohibition, la particule négative copulative est neue (neu) ; après un jussif, la particule est neque (nec). En dehors de la prose classique, on remarque que neque (nec) empiète sur neue (neu).

366Notre cas est particulier. Voici comment il se présente : 109-110 (85.9 et sq.) : quaque ratione aliquid in terra ligabitis... qui ita ligati iniquitatibus in hoc mundo tenemini ut in caelis nequaquam ascendatis, sed infaustis tartari ergastulis... decidatis ? Nea sibi quisquam sacerdotum... supplaudat.

  • 181 On sait qu'à côté de neque (nec) existe un nec non copulatif. Sur son usage, E. Löfstedt, Synt. 1, (...)

367Nec commence une phrase et même un chapitre sans être précédé d'un ordre ou d'une défense. L. Löfstedt, op. cit p. 18, a remarqué cette construction dans les Lettres des MGH (ex. MGH epist. II 308.1, Gréq. le Grand : nea habebis luctum, III 294,11 : nea enim habebis licentiam). Elle propose pour ce nec le sens de "et encore", ou "puis", ou "à propos''+ prohibition, sans écarter la possibilité d'un nea équivalent de non181

L'INFINITIF

368La répartition des formes est la suivante :

Image 10000000000001F9000000D1935BD7FC.jpg

  • 182 P. Perrochat, Recherches sur la valeur et l'emploi de l'infinitif subordonné en latin, p. 70 et sq.(...)

369On note l'absence de l'infinitif futur passif, type amatum iri. Cette forme tend à disparaître en latin tardif et manque chez de nombreux auteurs. Elle est remplacée par divers tours : posse + infinitif présent passif, infinitif présent passif (avec les verbes "promettre"), adjectif verbal en-ndus182. De ces procédés de remplacement, Gildas utilise de préférence l'adjectif en-ndus :
1 (26.22) : legebam apostoli uoce oleastri ramum bonae oliuae insertimi fuisse, sed a soaietate radiais pinguedinis eiusdem, si non timuisset, sed alta saperet, excidendum ;
29 (43.2) : nam si haec comtempseris scias te... ignium torrentibus iam iamque inferni rotandum urendumque. Il a aussi recours à un tour comme 32 (44.21) : alioquin scies et uidebis etiam in hoc saeculo, quam malum et amarum est reliquisse te Dominimi Deum et non esse timorem eius apud te et in futuro taetro igniurn globo aeternorum te exuri nec tamen ulto modo mori. Ici ce sont les présents exuri et mori qui sont utilisés après les futurs uidebis et scies (assimilables à un verbe "promettre" ?).

370On notera encore qu'à l'infinitif futur actif esse n'est jamais exprimé.

371L'infinitif pouvant fonctionner comme substantif ou comme verbe, nous verrons séparément ces deux types de construction.

372a) L'infinitif employé comme substantif (nom verbal)

3731) L'infinitif sujet ou attribut de esse :

3744 (29.7) : quid enim deformius quidque iniquius potest uel esse uel

375intromitti negotium quam Deo timorem... denegare... et frangere diuino sensui humanoque fidem et... libidinibus regi ;

37638 (49.21) : dixit scelus idolatriae esse nolle Deo adquiescere ;

  • 183 HS, p.343.

3771 (27.6) : alioquin hoc est dixisse pedi :"..." 183. 5 ex.

3782) L'infinitif complément d'objet d'un verbe :

379- l'infinitif est accompagné d'un adjectif attribut :

38062 (60.12) : pauca... huic opusculo inserere necessarium duxi ;

  • 184 HS, p. 43.

381106 (82.22) : recurrere... usque ad lectiones illas... necessarium duximus184 2 ex.

382- après mitto :

  • 185 HS, p. 344 et sq, Perrochat, op. cit., p. 162 et sq. Ce type de complément est bien représenté chez (...)

38377 (70.1) : misso a Iudaea prophetare in Bethel185 1 ex.

384- après les verbes de volonté et d'effort :

385Verbes à sens positif :

386uolo : audire 12 (32.24), delere, inhabitare 22 (37.22), dimicare 41 (51.5), emendare, purgare 22 (37.(20-21), imponere 62 (60.13), incidere 39 (50.2), mercari 67 (63.12) ;

387opto : mori 39 (50.4) ;

388exopto : mori, uiuere 71 (66.5) ;

389festino : ulcisci 6 (30.8), implere 106 (83.4) ;

390curo : implere 66 (62.9) ;

391conor : dicere 2 (28.5), pro ferre 4 (29.18) ;

392dispono : mutire 1 (27.8).

393Verbes à sens négatif :

394nolo : adquiescere 38 (49.21), mouere 62 (60.14) ;

  • 186 La construction de ces différents verbes avec l'infinitif est attestée à des dates diverses. Voir H (...)

395desino : increpare 89 (75.24)186. 21 ex.

396- après les verbes "pouvoir" :

397possum : apiari 21 (37.10), cohiberi, extingui 5 (30.1), credere 72 (66.32), dicere 64 (61.18), 109 (84.24), euadere 17 (34.16), uexari, fatigari 18 (34.20-21), fieri 9 (31.8), 65 (61.29), 108 (83.32), habere 7 (30.20), humare 22(38.5), implere 93 (77.26), inducere 50 (55.29), esse, intromitti 4 (29.5), intueri 72 (66.31), inueniri 6 (31.6), inuenire 67 (63.28), operari 31 (43.26), perfici 62 (60.19), sanari 108 (83.34), sufficere 93 (7 7.15), esse 32 (44.10), uidere 74 (68.19) ;

398queo : satiare 29 (42.21) ;

  • 187 HS, p. 347.

399nequeo : uidere 72 (67.22) 187

400- après les verbes de connaissance :

401nosco, noui : insidere 103 (81.23), largivi 92 (77.2) ;

402comperio : fuisse prosperatum 2 3 (39.1) ;

  • 188 HS, p. 347.

403memini : habere 21 (36.20)188 4 ex.

404- après les verbes "devoir" :

  • 189 HS, p. 347.

405debeo : decermi 22 (38.11), euelli 69 (65.7), esse 21 (37.16), 69 (65.1), 108 (84.7)189. 5 ex.

406- après verbes divers :

407soleo : accidere 21 (37.1), inuolui 34 (45.19) ;

408egeo : audire 9 5 (78.32) ;

409horresco : irmorari 109 (84.24) ;

410pertimesco : inuri 1 (27.15). 5 ex.

4113) L’infinitif sujet d’un impersonnel :

412statutum est : enuntiare 1 (25.5) ;

413pudet : proferre 96 (79. 1) ;

414prodest : palpare, ungere 108 (83.32) ;

415libet : edicere 37 (48.22) ;

416sufficit : dixisse 47 (54.4), 62 (60.10) ;

  • 190 HS, p. 348 et sq

417piget, delectat : transnauigare, transmeare 68 (64.1)190 9 ex.

4184) L'infinitif dépendant d'un verbe sentiendi ou declarandi au passif :

419uideor : dici 9 7 (79.21) ;

420feror : dixisse 75 (69.6) ;

421inuenior : claudicare 69 (64.27) ;

  • 191 HS, p. 364.

422audior : dicere 108 (84.8)191. 4 ex.

4235) L'infinitif complément d'un adjectif :

424paratus : dimicare 6 (30.9) ;

  • 192 HS, p. 350 : ex. de paratus et de dignus avec l'infinitif.

425dignus : pati 73 (67.18)192 2 ex.

426b) L'infinitif employé comme verbe (proposition infinitive)

4271) avec les verbes déclaratifs :

428dico : oculum euelli debere 69 (65.7),eum esse debere 108 (84.7), nos terrores incutere 37 (48.28), me uelle imponere, nolle mouere 62 (60.13-14), scelus esse nolle 38 (49.21) ;

429puto : aliquid adcrescere 18 (35.1), me uitam carpere 26 (41.8), nos talia denuntiare 92 (76.39), se intrare 73 (67.14), uos esse christianos 74 (68.4), quem se esse 109 (84.30), me edictunm 1 (25.5) ;

430lego : populum cecidisse 1 (25.15), Dominum dixisse 1 (26.10), foedus intulisse exitium 1 (25.18), legislatorem non introiisse 1 (25.10), palliolum strauisse 1 (25.17), filios periisse 1 (25.11), ramum insertum fuisse 1 (26.21) ;

431audio : Dominum dixisse 109 (84.31), Petrum respondisse 109 (84.31) ;

432uideo : montem erigi 65 (61.24), quod pullulare 104 (82.3) ;

433scio : eos esse castos 69 (64.19), te exuri et mori (scio et uideo) 32 (44.21) ;

434nescio : quem superesse 29 (42.18), uos reos teneri 102 (81.11) ;

435denego : adulteros posse 32 (44.10) ;

436praedico : eleemosynam esse dandam 6 6 (62.14) ;

437testor : se depopulaturos 2 3 (39.9) ;

438deuincio : se facturum 28 (42.2) ;

439quaeso : ueniam impertiri 65 (61.28) ;

  • 193 HS, p. 356 et sq.

440denuntio : se posse 18 (34.20)193. 35 ex.

4412) avec les verbes de volonté :

442uolo : ormes saluos fieri 10 (31.15), haea testimonia interpretari 93 (78.1), eos scire 64 (61.13) ;

443nolo : animarti interire 50 (55.28), se fore 1 (27.16) ;

444opto : auctionem concedi 49 (55.11), hoc inesse 108 (84.9) ;

445sitio (et opto) : me esse participem 65 (61.30) ;

446iubeo : quos construere murimi 15 (33.21) ;

447impetro : annonas dari 2 3 (39.6) ;

448prohibeo : dona offerre 4 2 (51.26) ;

449sino : eadem distribuì 4 2 (51.28) ;

  • 194 HS, p. 355 et sq.

450compello : multos dare manus 20 (36.6)194. 13 ex.

4513) avec les verbes de sentiment :

  • 195 Perrochat, op. cit., p. 99, 111 et sq.

452queror : epimenia contribui 23(39.7)195. lex.

4534) avec le verbe facio :

  • 196 Perrochat, op. cit., p. 210 : construction écartée par la prose classique mais courante dans la lat (...)

454facio : omnes errare 93 (77.28), (carnificem) palmam sitire et excipere 11 (32.8), eos orare 32 (44.15), fratres seiungi 12 (32.22), women haerere 7(30.17)196. 6 ex.

4555) avec les verbes impersonnels :

456oportet : uos imitari et audire 74 (68.25) ;

457necesse est : nos peccata odire 41 (51.6), quos me lapidare 65 (61.27) ;

458certum est : aliquos esse doctores 40 (50.25), quod uenisse 67 (63.26) ;

459indicium est : eum non esse pastorem 92 (77.5) ;

460patet : non esse sacerdotes qui 106 (82.27), aetema supplicia mansura eos 106 (82.27) ;

461apparet : eum non esse Christianum 108 (8 3.31) ;

462monstratur : innoxios debere 6 9 (65.1) ;

  • 197 HS, p. 358 et sq.

463cognitum est : quod factum fuisse 40(50.21)197. 12 ex.

4646) la proposition infinitive sujet d'un prédicat :

465o mirabile quoddam dixisse eum... et uos uerba exaltasse : 74 (68.27-31) ;

466quid enim tam impium... est quam... quempiam uelle mercari : 67 (63.12) 3 ex.

4677) divers :

468praecaueo : prophetae praecaueret se maledictum esse prohibentem 69 (65.7). 1 ex.

469A propos de l'infinitif, il faudrait encore, avant de conclure, mentionner deux points :

4701) infinitif parfait "aoristique" :

  • 198 HS, p. 351 et sq. Les prosateurs adoptent ce tour pour raison de rythme ou par désir d'imiter les p (...)

471Il est possible d'interpréter 1 (27.6) : alioquin hoc est dixisse pedi comme "autrement c'est dire au pied" et non "c'est avoir dit". L'infinitif parfait est employé ici sans sa valeur passée. Cet usage remonte au latin archaïque ; on le rencontre par la suite chez les poètes et chez les prosateurs à partir de Tite-Live198.

4722) infinitif de narration :

  • 199 P. Perrochat, L'infinitif de narration en latinparticulièrement p. 41-70 pour les historiens, p. 73 (...)

473Il n'y en a aucun exemple dans le DEB. Pourtant il s'est maintenu par tradition littéraire jusqu'au Ve s. On sait que l'infinitif de narration, évité par des historiens à tempérament "objectif", comme César, Cornelius Nepos et Suétone, était au contraire fort prisé par Salluste, Tite-Live et Tacite. Par ailleurs Virgile en use largement dans l'Enéide et à sa suite Lucain, Silius Italicus, Valerius Flaccus, Stace ne le negligent pas199

474Conclusion :

475Plusieurs points sont à souligner :

  1. L'infinitif futur passif est complètement éliminé. C'est un fait du latin tardif, qui n'est pas particulier à Gildas. Ses substituts dans le DEB sont ceux qu'emploient les auteurs tardifs.

    • 200 P. Perrochat, Recherches, p. 68 et sq.
    • 201 Posse est employé 2 fois :
      18 (34.20) ; 32 (44.10). Le sens de "pouvoir" est net. Velie est égalemen (...)

    En revanche l'infinitif futur actif n'a pas disparu puisqu'il est attesté 5 fois. On sait qu'en latin tardif l'infinitif en -turum (esse) connaît des restrictions d'emploi, qu'il subit la concurrence de tours avec posse et uelle ou que l'infinitif présent peut s'employer à sa place200. Or dans le DEB je ne remarque ni emploi de l'infinitif présent pour l'infinitif futur ni appel aux périphrases avec posse ou velie201. Au contraire nous avons un cas où Gildas emploie l'infinitif futur alors que le présent serait plus régulier (nolentis se fore). Gildas marque donc sur ce point une certaine réserve par rapport à l'usage de ses contemporains.

    • 202 Infinitive avec sujet identique à celui de la principale : 1 (27.16) ; 65 (61.30).

    L'emploi de la proposition infinitive après les verbes de volonté, quand le sujet est le même que celui de la principale, est un fait de la langue courante et se rencontre en particulier en latin tardif. On ne le trouve que 2 fois dans le DEB, alors que les verbes de volonté y sont employés 21 fois avec l'infinitif et au total 13 fois avec la proposition infinitive202.

  2. Je n'ai pas abordé le problème de la concurrence entre proposition infinitive et proposition conjonctionnelle. Je le réserve pour la suite. Toutefois je note que facio ut + subjonctif est absent alors que faaio + proposition infinitive se rencontre 6 fois. Et nous pouvons déjà remarquer que la proposition infinitive est bien représentée avec les verbes déclaratifs (35 ex.).

  3. Signalons enfin l'absence de l'infinitif de narration.

LE PARTICIPE

476Les différents participes : présent et futur actifs, passé passif, représentés dans le DEB appellent les observations suivantes :

477a) Le participe présent

478On remarque les emplois suivants :

4791) le participe présent employé dans le syntagme à l'ablatif absolu : 56 ex., dont deux avec conjonction, soit 54 ex.

480A ces ablatifs absolus, on peut ajouter 1 ex. d'ablatif de la circonstance concomitante : incalescante en 19 (35.9).

4812) Le participe employé comme adjectif :

  • 203 ET, p. 275.
  • 204 Participes présents employés comme adjectifs :
    arenti :
    11 (32.4) ;
    decenti :
    1 (27.15) abl. ;
    ferue (...)

482De nombreuses formes de participes étaient employées couramment ou même exclusivement comme adiectifs203 On en204 relève 25 ex. dans le DEB

4833) Le participe employé comme substantif :

  • 205 HS, p. 156, ET, p. 275.
  • 206 Participes présents employés comme substantifs :
    accubantibus :
    3 (28.21) ;
    adulterantes
     : 27 (41.17) (...)

484Cet usage est également fréquent à toute époque (sauf au nominatif singulier)205. On en relève 21 ex. dans le DEB206.

4854) Le participe présent équivalent du gérondif à l'ablatif :

  • 207 Goelzer, Avit, p. 293 et sq., Bonnet, p. 650. Pour Cicéron, Goelzer, p. 293, note 1, renvoie à J. L (...)
  • 208 Participe présent = gérondif Cet emploi n'est pas toujours facile à identifier. Les ex. suivants me (...)

486Comme nous le verrons plus loin, le gérondif a tendu dans certains de ses emplois à se confondre avec le participe présent. D'où, en sens inverse, des exemples où le participe présent remplace un gérondif, alors que le sens implique l'instrument ou le moyen. C'est un tour qui paraît assez développé en latin tardif mais dont on aurait des exemples dès Cicéron207Le DEB n'ignore pas cet emploi : j'en relève 4 ex.208.

4875) Le participe présent à sens passé :

  • 209 HS, p. 386 et sq., ET, p. 274, Goelzer, Avit, p. 289, Dubois, p. 427, Svennung, p. 467, Bonnet, p.  (...)
  • 210 Les exemples qui suivent me semblent devoir être retenus : 1 (25.7) : situi... spatio bilustri temp (...)

488Normalement le participe présent marque la simultanéité entre le procès qu'il représente et celui du verbe personnel figurant dans la même proposition. Or on constate dès le début de l'époque impériale de façon certaine que les auteurs utilisent le participe présent pour noter l'antériorité du procès secondaire. Le latin tardif développa cet emploi, qui209 palliait l'absence de participe passé actif. Les exemples de ce tour ne manquent pas dans le DEB, où j'en relève 24, d'appréciation variable toute fois210.

4896) Le participe présent utilisé avec la valeur d'un verbe personnel :

  • 211 HS, p. 388. C'est un tour dont on a des exemples dès le latin ancien et qui est bien attesté en lat (...)
  • 212 HS, p. 389. L. Bieler, Comm. donne des exemples. Pour lui," the construction is typical of low Lati (...)

490Si l'on ne rencontre pas chez Gildas la tournure analytique participe présent + sum comme équivalent d'un verbe personnel211, on rencontre plusieurs fois le participe présent seul fonctionnant comme verbe personnel. Ce tour apparaît d'abord chez les poètes de l'époque impériale puis il se répand en latin tardif, jusque dans les chartes mérovingiennes et lombardes. On rencontre ce participe dans les principales, mais aussi dans les subordonnées, en particulier relatives. Il arrive que la même phrase en contienne plusieurs à la suite ou que ces participes soient coordonnés à un verbe212 personnel. J'en relève 3 ex. dans le DEB.

4917) Le participe présent dépendant d'une conjonction :

  • 213 HS, p. 385, ET, p. 284 et sq.
  • 214 Participe présent avec conjonction :
    Avec ac si (=quasi) : 24
    (39.21) ; 34 (45.21 et sq.) ;
    avec ceu ( (...)

492Pour souligner le rapport logique unissant le tour participai au verbe de la proposition, les conjonctions utilisées avec les propositions subordonnées circonstancielles s'adjoignent peu à peu au participe dès l'époque classique213. Dans le DEB, je compte 11 ex. de ces constructions, avec ac si, ceu, licet, quamquam, quasi, quippe et l'adverbe statim 214.

  • 215 Goelzer, Avit, p. 283 et sq.

493Le total des emplois intéressants à un titre ou à un autre s'élève à 144. Les autres exemples n'appellent pas de remarque particulière, sinon que Gildas, comme les écrivains de la latinité tardive, recherche l'emploi des participes.215 Dans les listes relatives aux cas que je viens d'étudier, nous avons déjà rencontré des propositions où figurent à la suite trois ou quatre participes. Je pourrais ici en citer plusieurs autres. Sont particulièrement frappants à cet égard les développements des c. 27 et 66, dans lesquels Gildas brosse le portrait moral des rois et des clercs, en énumérant les traits caractéristiques de leur conduite, par groupes antithétiques. Ce sont fréquemment des participes présents, accordés à reges ou à sacerdotes, qui expriment les actions relevées par Gildas : 23 pour le c. 27,31 pour le c. 66. On peut également évoquer les locutions qui servent à introduire une citation scripturaire. Pour ne parler que de dicens et d'inquiens, on compte 13 dicens et 23 inquiens annonçant ou commençant une citation après un verbe personnel. De même, avec un verbe "dire" ou assimilé, introduisant une citation, on rencontre 20 fois un participe exprimant une circonstance concomitante.

494b) Le participe passé

495On note les emplois remarquables suivants :

4961) Le participe passé employé dans le syntagme à l'ablatif absolu : 57 ex., dont 1 avec conjonction, soit 56 ex.

497A ces ablatifs absolus, on peut ajouter 8 ex. de participes employés dans le syntagme de l'ablatif de la circonstance concomitante, de qualité ou de manière.

4982) Le participe passé employé dans la conjugaison périphrastique du perfectum passif : 70 ex.

4993) Le participe passé employé comme adjectif : 64 ex.

5004) Le participe passé employé comme substantif : 22 ex.

  • 216 Participes passés employés avec des conjonctions :
    Avec ac si :
    65 (61.22) ; 71 (66.23) ;
    avec licet :(...)

5015) Le participe passé employé avec des conjonctions : On le rencontre dans le DEB avec ac si, licet, quasi et utpote : 9 ex.216

5026) Le participe passé employé à la place d'un verbe personnel : J'en relève 9 ex.

5037) Le participe passé équivalent d'un substantif verbal :

  • 217 HS, p. 393, ET, p. 280.

504Le tour est ancien, en particulier avec des prépositions217 comme ante, post (Plaute, Ep. 144 : ante solem occasum. J'en relève 1 ex. dans le DEB :

5051 (25.16) : post ingressum ignotae ac si Iordanis portae urbisque aduersa moenia solis tubarum clangoribus iussu Dei subruta, palliolum... multos strauisse (post moenia subruta : "après l'écroulement des remparts").

5068) Le participe passé dans le syntagme du nominatif absolu 1 ex. en 50 (55.26).

  • 218 On remarquera l'emploi de supra dictus (ou supradictus) : 18 ex. La formule est bien employée à épo (...)

507Au total 239 emplois. Les autres n'appellent pas de commentaire particulier218.

508c) Le participe futur actif

509On relève dans le DEB 31 ex. de participe futur actif. Ces exemples se répartissent de la façon suivante :

5101) Le participe futur avec, en principe, esse formant l'infinitif futur : 4 ex. : depopulaturos 23 (39.9), edicturum 1 (25.5), facturum 28 (42.2), mansura 106 (82.27).

511On remarquera que Gildas n'exprime jamais esse. HS, p. 391, note que de tous temps le type nego me uicturum a été plus fréquent que le type nego me uicturum esse.

5122) Le participe futur avec sum, formant un temps de mode personnel : 2 ex. + 1 : facturus est 1 (27.1), esset moriturus 75 (69.6).

  • 219 HS, p. 309 et 312, ET, p. 278 et sq., Schrijnen-Mohrmann 2, p. 20.

513En principe la périphrase facturus sum indique une action imminente, comme déjà commencée. C'est dans la langue populaire post-classique (Pétrone) et en latin tardif que la périphrase est l'équivalent d'un futur simple ordinaire (ex. dans les Lettres de Cyprien, chez Arnobe, Victor de Vita, Salvien etc...). Ici notre facturus est contient une nuance d'imminence assez sensible (=" que va-t-il faire ?"), que ne rendrait pas faciet219.

  • 220 ET, p. 395. La périphrase -turus + sum au subjonctif exprime le futur au subjonctif. Elle appartien (...)

514La périphrase esset moriturus rend le futur dans le passé, dans une complétive avec quod (minae huiuscemodi intenterentur220 quod, nisi... Arriano caeno... macularetur, esset omnio moriturus)

  • 221 Selon ET, p. 278, jusqu'à la fin de l'époque républicaine, ce fut presque exclusivement la seule fo (...)

515Nous avons un cas particulier avec 73 (67.24) : quis... crucis affixus pro reuerentia Christi patibulo, quern non minus morte quam vita honoraturus,.. extremum halitum fudit ? On attend la périphrase normale honoraturus erat. Or on ne peut dire, contrairement aux participes présent et passé, qu' honoraturus est l'équivalent d'un verbe personnel. Il faut ici exprimer l'imminence dans le passé, qui n'a pas d'expression synthétique en latin. Je considère donc qu'il y a ici une p221hrase nominale en subordonnée.

516Ces deux emplois sont courants dès l'époque classique. Les autres emplois se développent surtout à partir de l'époque impériale.

5173) Le participe futur épithète :

  • 222 HS, p. 390, ET, p. 279.
  • 223 Participes futurs épithètes :
    magi deuoturi
     : 1 (27.16) ;
    flammas de fecturas : 29 (42.20) ;
    leaenae f (...)

518Le tour est bien attesté à partir de Virgile et surtout d'Ovide. Il apparaît aussi dans la prose d'art. Mais en latin tardif, à l'exception de poètes comme Prudence, il est peu connu222. j'en relève 8 ex. chez Gildas223.

5194) Le participe futur substantivé :

  • 224 HS, p. 157, ET, p. 280 ; cf. Goelzer, Avit, p. 309.

520Cet emploi n'apparaît pas avant Salluste ; il est assez fréquent dans la latinité d'argent et en latin tardif224.

521Nous en avons 2 exemples :

52223 (29.6) : barbari, ueluti militibus et magna... discrimina subituris (à des gens qui allaient se charger de"), impetrant sibi annonas dari ;

  • 225 Effacement qui se retrouve dans les participes substantivés : HS, p. 391, Svennung, p. 430 et note (...)

52327 (41.21) : in sede arbitraturi sedentes. Ici arbitraturi peut avoir le sens présent d'arbitrantes. HS, p. 157, signale cet effacement du sens futur225.

5245) Le participe futur prédicatif (= en apposition) :

  • 226 HS, p. 390, ET, p ; 279, Goelzer, Avit, p. 309 et sq., Bonnet, p. 653.
  • 227 Participes futurs prédicatifs :
    7 (30. 17-18-19) : suorum quosdam relinquentes praepositos... solo n (...)

525Ce tour devient fréquent avec Virgile et Tite-Live. Il reste vivant jusqu'en latin tardif226. Le participe futur y prend parfois le sens final. J'en relève 14 ex. dans le DEB227.

526Conclusion : le participe futur est bien représenté dans le DEB, qui se distingue particulièrement sur ce point de la langue parlée. Gildas suit l'usage des auteurs du latin tardif et spécialement des poètes (emploi du participe futur attributif).

LE GERONDIF

527Je relève dans le DEB 26 exemples de gérondif. Ces exemples se répartissent de la façon suivante :

  • 228 HS, p. 368 et sq., ET, p. 262 et sq., Goelzer, Avit, p. 276 et sq.
  • 229 Le latin classique n'admet un complément à l'accusatif qu'au génitif et à l'ablatif instrumental (H (...)

5281) Le gérondif, nom verbal, employé comme complément à l'accusa-tif, au génitif et à l'ablatif. C'est l'emploi traditionnel228. On en dénombre 17 ex. dans le DEB229

  • 230 HS, p. 379 et sq., ET, p. 266 et sq., Schrijnen-Mohrmann 1, p. 38, Svennung, p. 425, Juret, p. 128, (...)
  • 231 Gérondif et participe présent :
    La nuance est fine entre le gérondif de la circonstance concomitante (...)

5292) Un emploi particulier doit être mentionné. A l'ablatif, le gérondif pouvait exprimer la circonstance concomitante. Assez tôt, le contact s'opéra avec le participe présent notant l'action secondaire qui accompagne l'action principale et certains gérondifs fonctionnent alors comme équivalents d'un participe présent : cela dès le 1er s. avant J.-C., chez Lucrèce ou Salluste. Le mouvement s'accentua au IIIe s., particulièrement chez les écrivains moins soignés : c'est le seul emploi du gérondif qui ait survécu en roman230. Je relève 9 ex. de ce type dans le DEB231.

  • 232 HS, p. 369.

530On remarque que les emplois les plus nombreux sont à l'ablatif 19 ex. sur 26, soit presque 75 %. C'est la tendance générale du latin tardif232.

L'ADJECTIF VERBAL

531L'adjectif verbal est beaucoup mieux représenté dans le DEB oùj'en dénombre 71 ex.

532Ces exemples se répartissent de la façon suivante : 1) L'adjectif verbal substitut du gérondif, dans les cas où ce dernier se construirait avec un régime direct : 27 ex.

  • à l'accusatif prépositionnel : 18 ex.

  • au génitif : 2 ex.

  • au datif : 2 ex.

    • 233 Adjectif verbal substitut du gérondif :
      1) Accusatif :
      - avec ad
      6 (30.6) ; 15 (33.15) ; 20 (36.6) ; 2 (...)

    à l'ablatif : 5 ex233.

533Quand le nom verbal a un régime direct, Gildas préfère généralement l'emploi de l'adjectif verbal :

534Accusatif prépositionnel : 18 adj. verbaux/1 gérondif

535Génitif : 2 adj. verbaux/O gérondif

536Datif : 2 adj. verbaux/O gérondif

537Ablatif prépositionnel : 3 adj. verbaux/0 gérondif.

538C'est seulement avec l'ablatif instrumental qu'il utilise de préférence le gérondif : 6 gérondifs/2 adj. verbaux. Dans ce dernier cas, il suit l'usage du latin tardif, tandis qu'avec l'accusatif prépositionnel et le génitif, il respecte la norme classique.

5392) L'adjectif verbal à sens d'obligation :

  • 234 Adjectif verbal à sens d'obligation :
    93 (77.17) ; 66 (62.21) ; 37 (48.14) ; 66 (62.14) ; 27 (41.24) (...)

540Il est généralement employé comme attribut du sujet, avec la copule. Dans le DEB, j'en relève 14 ex.234 :

5413) L'adjectif verbal est employé comme attribut du complément d'objet après les verbes donner, demander, etc... (emploi prédicatif) :

  • 235 HS, p. 371 et sq., ET, p. 286. C'est l'emploi qui exprime l'intention ou la fin.
  • 236 Adjectif verbal attribut de l'objet :
    69 (65.5) ; 11 (32.1) ; 6 (30.11) ; 18 (34.24).

542Cet emploi est ancien et s'étend en latin tardif235. Il y en a 4 ex. dans le DEB236.

5434) L'adjectif verbal employé comme épithète :

  • 237 HS, p. 371, ET, p. 287.
  • 238 Adjectif verbal épithète :
    1 (25.9) ; 38 (49.3) ; 17 (34.11) ; 24 (39.14) ; 19 (35.22) ; 69 (65.10)  (...)

544Cet emploi, qui exprime par affailissement l'idée de possibilité (comme l'adjectif en -bilis), est limité à quelques adjectifs vervaux, mais il est ancien237. J'en relève 13 ex. chez Gildas238.

5455) L'adjectif verbal substantivé :

  • 239 Adjectif verbal substantive :
    19 (35.12) ; 98 (80.6). HS, p. 371.

546Cet emploi apparaît dès Catulle et Saliuste. Il reste limité. On en trouve 3 ex. chez Gildas239.

5476) L'adjectif verbal à sens futur :

  • 240 HS, p. 312, pour la conjugaison périphrastique, 374 pour l'emploi attributif : dans les deux cas le (...)
  • 241 Adjectif verbal à sens futur :
    1) Avec sum (facultatif, HS, p. 313) : 94 (78.4) ; 1 (26.22) ; 29 (43 (...)

548L'adjectif verbal en est arrivé à ne plus marquer que la notion de futur. Il joue alors le rôle d'un participe futur passif. On le trouve employé avec sum (à l'infinitif, -ndum esse remplace alors -turn iri) ou fonctionnant comme épithète (attributif)240. Du premier type on a 4 ex. dans le DEB et du second 6 ex.241.

549Conclusion : Le DEB présente l'éventail complet des emplois de l'adjectif verbal, que ceux-ci soient déjà attestés à l'époque classique ou qu'ils se développent seulement en latin tardif. Parfois il respecte la règle classique (cas du type cupidus uidendae urbis ou du type ad uidendam urbem) ; d'autres fois il suit plutôt les innovations (type uidendo urbem ; adjectif verbal à sens futur).

  • 242 HS, p. 369. Le gérondif est plus fréquent en latin ancien mais dans les Discours de Cicéron on a 20 (...)
  • 243 Juret, op. cit., p. 127.

550Ce qui frappe, c'est la proportion des gérondifs et des adjectifs verbaux dans le DEB. Alors qu'à l'époque classique l'adjectif verbal domine, on constate en revanche qu'en latin tardif il a tendance à céder la place au gérondif242. Il apparaît que dans le DEB la situation est inverse. Si dans Filastrius il y a 50 gérondifs au génitif, à l'ablatif et à l'accusatif prépositionnel contre 10 adjectifs verbaux243, Gildas donne de son côté 26 gérondifs contre 27 adjectifs verbaux. Il y a dans le DEB une nette réaction contre la tendance illustrée par Filastrius.

8.5. LA PHRASE. LA SUBORDINATION

551Autant que possible, j'essaierai de décrire la syntaxe de la subordination en partant non des différents concepts logiques (but, condition, cause etc...) mais des conjonctions elles-mêmes et de leurs emplois. Des tableaux permettront de faire la synthèse selon le catalogue traditionnel.

QUOD

552Quod conjonction est attesté 13 fois dans le DEB :

  • 244 Quod complétif :
    1 (26.27) ; 6 (30.12) ; 23 (38.21) ; 38 (49.21) ; 42 (51.25) ; 69 (64.20) ; 73 (67. (...)

553a) conjonction introduisant une complétive : 8244 ;

  • 245 Quod explicatif :
    38 (49.5) ; 73 (67.22) ; 75 (69.5) ; 76 (69.17).

554b) conjonction explicative, avec corrélatif 4245 ;

  • 246 Quod causal :
    19 (35.25).

555c) conjonction causale :1246.

  • 247 HS, p. 576 et sq.

556Les exemples de quod complétif se rencontrent avec des verbes dicendi et sentiendi ou assimilés (6 ex.), avec un verbe "remercier" (gratias agere) (1 ex.), avec un impersonnel (prodest) (1 ex.)247..

557Modes employés :

  • 248 Avec quod employé avec les verbes dicendi et sentiendi la situation est confuse. Certains auteurs e (...)
  • 249 HS, p. 575 : en latin tardif on a des subjonctifs employés sans raison, à la place de l'indicatif. (...)

Indicatif

Subjonctif

Quod complétif

3

5 (6 verbes)248

Quod explicatif

2 (3 verbes)

2

Quod causal

1249

  • 250 HS, p. 575. Eo... quo pour eo... quod est assez fréquent en latin tardif (Cyprien, Fulgence, August (...)

558Il faut souligner des eo... quo pour eo... quod : 6 7 (63. 13) : sed in eo isti propensius uel desperatius errant, quo non ab apostolis uel apostolorum suacessoribus, sed a tyrannis et a patre eorum diabolo fucata et numquam profutura emunt saoerdotia. HS signale eo... quo pour eo... quod comme tour de la langue populaire250.

QVIA

559J'en relève 14 ex. qui se répartissent ainsi :

  • 251 Quia causal :
    1 (25.5) ; 1 (27.9) ; 17 (34.17) ; 18 (34.25) ; 18 (35.6) ; 31 (43.25) ; 35 (47.12) ; (...)

560a) quia causal : 13251

  • 252 Quia complétif :
    50 (56.1).

561b) quia complétif :1252.

  • 253 HS, p. 586. Quia est moins souvent annoncé par un corrélatif que quod. Id circo est connu depuis Pl (...)
  • 254 12 ex. C'est l'usage du latin classique et de la latinité d'argent. Les subjonctifs non motivés app (...)
  • 255 HS, p. 586 et sq.
  • 256 HS, p. 577. Après quia causal l'indicatif est d'abord de règle (Cyprien). Plus tard le subjonctif d (...)

562On ne rencontre un corrélatif (idcirco) qu'une seule fois253. Le mode employé avec quia causal est l'indicatif.254 L'emploi de quia comme complétif n'est pas classique : il apparaît d'abord chez Pétrone, dans la littérature de traduction, puis chez les auteurs chrétiens255. Le mode employé dans notre unique exemple est l''indicatif256.

QVIN

563Quin est attesté 8 fois dans le DEB mais 6 fois il s'agit d'emplois adverbiaux qui seront étudiés plus loin. Les deux autres concernent un emploi qui paraît être complétif/explicatif :
72 (66.32) : ita ut,.. poterit (sic)... credere quin fortior fortior (sic) esset (Deus) ad saluandum quam inimici ad pugnandum ;
109 (84.24) : unum ueridice possum dicere, quin haec omnia in contrarios actus mutentur.

564Dans le premier cas, tout se passe comme si credere quin remplaçait credere quod (complétif) ; dans le second, unum... quin fonctionne comme unum... quod (explicatif). Je n'ai trouvé aucun autre exemple de ces tours mais il est possible de les justifier. Notons l'emploi du subjonctif, qui peut s'expliquer de deux façons : mode normal après quin, mode fréquent après quod, dont quin est ici le substitut.

565Conclusion : L'examen de ces trois conjonctions nous permet déjà de tirer des conclusions en ce qui concerne les complétives après verbes dicendi et sentiendi.

  • 257 HS, p. 577. Les premiers ex. de quod et de quia après verbes déclaratifs datent du Bel. Hisp. et de (...)

566On remarquera d'abord que, des conjonctions employées comme complétives après ces verbes en latin tardif : quod, quia, quoniam, quomodo, Gildas n'emploie que quod et quia, la première étant majoritaire, ce qui nous renverrait à une tradition, sinon relativement ancienne, du moins plus littéraire que populaire 257

  • 258 La situation générale est la suivante (HS, p. 576 et sq.). Les conjonctives l'emportent sur les inf (...)

567Ensuite, si l'on atteint le total de 7 complétives après verbes dicendi et sentiendi, il faut remarquer qu'après le même type de verbes le DEB compte 35 propositions infinitives (voir supra, p.380) soit 1 complétive pour 5 infinitives258. Gildas se range nettement du côté des auteurs chez qui la proposition infinitive est encore très vivante et qui représentent la majorité, les autres textes comprenant les ouvrages de traduction et les oeuvres nettement marquées par la langue populaire. Sans atteindre les proportions de Tertullien ou de Cyprien, Gildas se situe, surtout si l'on tient compte de l'époque et de l'évolution sur ce point, dans une honnête moyenne.

  • 259  HS, p. 578, Svennung, p. 440.

568Il faut remarquer, pour finir, que Gildas n'use pas de la construction conjonction de subordination + proposition infinitive, tour bien représenté en latin tardif chez les écrivains chrétiens et les auteurs proches de la langue vulgaire259. Nous pouvons voir là une nouvelle preuve du caractère soigné du latin de Gildas.

CUM

569On en compte 16 ex. dans le DEB, qui peuvent se classer ainsi :

  • 260 Cum temporel :
    1 (26.34) ; 1 (27.11) ; 25 (40.8) ; 26 (41.1) ; 32 (44.15) ; 74 (68.2) 75 (69.5).

570a) cum temporel : 8260

  • 261 Cum causal :
    59 (58.34).
    Il faut noter que le
    turn de 36 (47.14) : sed monita tibi profecto non desun (...)

571b) cum causal :1261

  • 262 Cum adversatif-concessif :
    5 (29.24) ; 6 (30.7) ; 23 (38.17) ; 50 (55.30) ; 74 (68.28-29) ; 110 (85. (...)

572c) cum adversatif-concessif : 7262.

573Cum temporel appelle les remarques suivantes. Il est toujours construit avec le subjonctif :

imparfait :

2

parfait :

4

p.q.P. :

2

  • 263 HS, p. 622, ET, p. 365. Il s'agit de cum recessissent (principale au présent de narration), cum suc (...)

574Cette construction est normale dans le cas de cum historicum (ou narrativum), qui rapporte la circonstance, occasion de l'événement de la principale. Les temps employés sont l'imparfait et le plus-que-parfait263.

  • 264 Il s'agit de cum deuiarint (principale au parfait), cum alligauerint et cum soluerint (principale a (...)

575Dans le cas de cum itératif, on a chez Gildas le subjonctif au parfait. Cette construction est également attestée, plus particulièrement à date tardive264.

  • 265 Il s'agit bien d'un cum inversum : l'action de la temporelle est postérieure à celle de la principa (...)

576Avec cum inversum, l'indicatif est d'usage courant. Le cum legèrim du DEB 1(27.11) paraît assez isolé265.

  • 266 HS, p. 264 et sq., ET, p. 347. Sur l'indicatif en latin tardif, voir Bonnet, p. 681. Dans le DEB : (...)

577Cum causal : le subjonctif est de règle depuis l'époque classique mais en latin tardif on relève des exemples d'indicatif. Gildas emploie le subjonctif266.

  • 267 HS, p. 624 et sq., ET, p. 353 et sq., Bonnet, p. 681, à propos de l'indicatif. Cela concerne : cum (...)

578Cum adversatif-concessif : la construction est la même que pour cum causal. Gildas a toujours le subjonctif267.

ANTEQUAM PRIUSQUAM

  • 268 Antequam et priusquam :
    38 (49.2) ; 69 (64.21) ; 47 (54.5).
  • 269 HS, p. 600. Antequam l'emporte chez Cicéron, Tacite, Tertullien, Cyprien, Ammien et les écrivains d (...)
  • 270 HS, p. 600.

579Ces deux conjonctions sont attestées chacune 2 fois, et toujours avec le subjonc-tif268. Elles se concurrencent jusqu'en latin tardif, antequam paraissant l'emporter269. Gildas est peut-être ici conservateur. Quant au mode, le latin tardif tend à n'employer que le subjonctif270.

POSTQUAM

  • 271 Postquam :
    11 (31.23) ; 34 (45.14).
    HS,
    p. 598 et sq. Postquam s'emploie avec l'indicatif (le subjonc (...)

5802 exemples dans le DEB, avec l'indicatif parfait. On note l'absence de posteaquam271.

DUM

581Dum se présente 6 fois dans le DEB avec les emplois suivants :

  • 272 Dum temporel : 1 (26.5).

582a) dum temporel : "pendant que", "tandis que" : 1 ex.272

  • 273 Dum causal :
    22 (38.2) ; 38 (49.22) ; 67 (63.22) ; 69 (64.22) ; 108 (83.29).

583b) dum causal : "puisque" : 5 ex.273.

  • 274 HS, p. 612 et sq., ET, p. 370 et sq.

584Le sens temporel est ancien et bien attesté dans toute la latinité. L'indicatif est l'usage classique, mais le subjonctif est habituel en latin tardif. Les temps passés de l'indicatif sont représentés, à côté du présent274.

  • 275 HS, p. 614, ET, p. 349 et sq. Le subjonctif peut se rencontrer en latin tardif. On remarquera que d (...)

585Le sens causal apparaît secondairement. Le mode employé est l''indicatif.275

586Ce qui frappe ici, c'est d'une part l'absence de dum "jusqu'à ce que", d'autre part le développement de dum causal.

DONEC

  • 276 Donec :
    12 (32.21) ; 24 (39.12).
  • 277 Le sens de "aussi longtemps que" est secondaire et apparaît avec Lucrèce en poésie, Tite-Live en pr (...)

5872 exemples avec le subjonctif276. Donec a ici uniquement son sens premier de "jusqu’à ce que", dans lequel il sert de suppléant à dum. L'emploi de donec n'est pas ancien ; il est utilisé couramment à partir de Tite-Live et de Tacite. Le subjonctif est conforme à l'usage du latin post-classique et tardif277.

EX QUO

  • 278 Ex quo : 4 (29.3). A ici le sens de "depuis que". HS, p. 636, y voit un usage de la langue courante (...)

5881 exemple278.

LICET

589Le DEB présente 19 exemples de licet, qui se distribuent ainsi :

590a) licet concessif, avec un mode personnel : 6 ex.

591b) licet concessif, avec une forme nominale : 13 ex.

  • 279 Licet avec un mode personnel :
    Avec le subjonctif :
    1 (27.17) ; 36 (47.30) ; 39 (49.23) ; 69 (64.19)  (...)
  • 280 HS, p. 605, Svennung, p. 467, Goelzer, Avit, p. 338, Dubois, p. 471, Bonnet, p. 683.

592Les 6 ex. de licet + mode personnel nous donnent 5 fois le subjonctif et 1 fois l'indicatif279 Licet n'est fréquent comme conjonction qu'à date relativement tardive et se construit avec le subjonctif ; l'indicatif apparaît en latin tardif mais de façon assez sporadique 280.

593Les 13 ex. de licet + forme nominale se répartissent ainsi :

  • participe présent : 2 (à l'ablatif absolu)

  • participe passé : 3

    • 281 Licet + forme nominale :
      Participe présent :
      26 (40.21) ; 67 (63.10) ; participe passé : 1 (25.18) ; (...)

    adjectif : 8281.

  • 282 HS, p. 140 et 385.

594L'emploi avec participe se rencontre depuis Sénèque le Rhéteur, avec l'ablatif absolu depuis Ovide et Apulée282

ETSI

595On en a 2 exemples :

596a) etsi avec mode personnel :33 (45.10) : etsi non talia sequerentur

597b) etsi avec substantif + adjectif :72 (66.27) : etsi non perpetua lepra.

  • 283 HS, p. 385, 671. Le mode est celui qui accompagne si.

598Etsi se rencontre tôt mais sa fortune est diverse283.

QUAMQUAM

599Un seul exemple, avec une série d'adjectifs et de participes :

  • 284 HS, p. 385. Tour en usage depuis Salluste.

6001 (27.20) : quamquam ingrato ac furibundo et innoxia eius latera caedenti284.

UT

601La conjonction ut est représentée 181 fois dans le DEB. Elle présente les emplois suivants :

602a) Comparatif :

  • 285 (413) Ut comparatif :
    Avec verbe :
    1 (25.7) ; 1 (25.20) ; 1 (27.11) ; 1 (27.23) ; 3 (28.7) ; 6 (30.5) (...)

1) Avec verbe :

58

2) Sans verbe :

46

104285

  • 286 Ut consécutif :
    1 (26.6) ; 1 (27.13) ; 4 (29.16) ; 6 (30.12) ; 7 (30.19) ; 9 (31.8) ; 9 (31.12) ; 11 (...)

603b) Consécutif : 31286

  • 287 Ut final :
    3 (28.10) ; 15 (33.21) ; 20 (36.6) ; 23 (38.17) ; 26 (40.16) ; 26 (41.9) ; 30 (43.15) ; 3 (...)
  • 288 Ut complétif :
    1 (27.4) ; 18 (34.21) ; 21 (36.13) ; 23 (38.13) ; 49 (54.38) ; 72 (66.27) ; 106 (82.2 (...)

c) Final :

38287

d) Complétif :

8288

  • 289 HS, p. 636. Ut temporel a toujours été assez rare.
  • 290 HS, p. 648. Ut causal est de développement tardif et restreint.
  • 291 HS, p. 647. L'emploi de ut comme conjonction concessive paraît s'arrêter au IIe s.

604On notera tout d'abord l'absence d'emplois divers : ut temporel289, ut causal290, ut concessif291. Quant aux emplois attestés, il convient de faire à leur sujet les remarques suivantes :

605a) ut comparatif :

  • 292 Sicut ut : 1 (25.8). Le tour le plus fréquent est ita... ut. Sic ut est rare en latin archaïque et (...)

6061) Gildas emploie peu souvent les corrélatifs ou assimilés. On a 1 fois sic, 1 fois aeque, 1 fois similiter292

6072) Le mode employé est toujours l'indicatif.

608b) ut consécutif :

  • 293 Sur les 22 ex. de ita... ut, on a 15 fois ita ut en contact direct, ce qui, selon HS 640, serait un (...)

6091) L'emploi des corrélatifs est la règle. Pour 31 ex. de ut consécutif, on a 22 ita, 2 tantus, 1 sic, talis et tam ; 4 fois le corrélatif est absent293

  • 294 HS, p. 639. L'indicatif apparaît en latin tardif : dans les inscriptions à partir du milieu du IIe (...)

6102) Le mode employé est toujours le subjonctif294. Puisqu'on rencontre l'indicatif chez de nombreux auteurs tardifs, ce respect de la règle est une indication précieuse en faveur de la correction du latin de Gildas.

6113) Le temps : voir plus loin.

  • 295 Ce que l'on rencontre parfois, c'est ne pour ut non, en particulier en latin tardif. Le remplacemen (...)

6124) La négation est normalement non. On a 3 ex. de ut non, à côté d'un ex. de ut ne en 37 (48.23)295.

613c) ut final :

  • 296 L'indicatif se rencontre en latin tardif chez Chiron, Grégoire de Tours (Bonnet, p. 681, avec ne fi (...)

6141) Le mode employé est toujours le subjonctif296.

  • 297 Pour HS, p. 643, ad hoc ut, employé en 106 (82.22) et que j'ai classé dans les complétifs, est un t (...)

6152) Gildas n'emploie pas de corrélatif297.

  • 298 En 26 (41.9), 39 (50.4), 66 (63.6). Ut non se rencontre en latin tardif : ainsi chez Salvien (Rochu (...)

6163) La forme négative est ne : elle sera étudiée plus loin. On rencontre toutefois ut non 3 fois298.

617d) ut complétif :

618On trouve ut complétif dans le DEB :

    • 299 Rogo ut est classique (ET, p. 301) ; (persuadeo ut : HS, p. 646, ET, p. 301.

    après rogo, suadeo299

    • 300 Dignum est ut : postclassique (HS, p. 645). Moris est ut : signalé par HS, p. 62 dans Cicéron, Verr (...)

    après talis 2 fois ; après moris est, rectum est, dignum est300

  • 301 HS, p. 632.

619Pour conclure sur ut, on peut remarquer que cette conjonction est encore très employée par Gildas, sans être pour autant, pas plus que quod du reste, devenue dans le DEB la conjonction universelle, puisqu'elle n'a ici que les emplois comparatifs, consécutifs, finaux et complétifs. Ses concurrents du latin tardif, quo, quod et quomodo, apparaissent dans le DEB le plus souvent à leur place traditionnelle. On a l'impression qu'est ici maintenu un état assez éloigné de la langue courante de l'époque tardive301

UTI

  • 302 Uti :
    24(39.26) ; 37(48.14) ; 106(82.24)

620Il faut signaler 3 exemples de cette conjonction. Ils se répartissent ainsi : 1 ex. final, 1 ex. consécutif, 1 ex. complétif302.

621Je remarquerai :

  • 303 HS, p. 646 et sq. Doceo ut/ne est donné par le TLL pour Plaute, Cicéron et des auteurs chrétiens.

622a) doceo ut(i) paraît être un développement du tour complétif après les verbes "ordonner, dire de303

623b) le mode employé est toujours le subjonctif.

  • 304 HS, p. 643. Ut ne réapparaît d'abord chez les Archaīsants puis chez des auteurs comme Tertullien, R (...)

624c) Deux de ces uti sont suivis de la négation ne (uti ne pour ne). Or nous sommes dans les deux cas dans un tour final ou complétif final. Il s'agit probablement de l'équivalent de ut ne final de l'époque archaïque remis en honneur en latin tardif304.

  • 305 HS, p. 632. Irénée : 160 uti/ 430 ut, Vulgate : 1 uti. Chiron pour sa part l'ignore.

625d) La forme uti, assez fréquente chez Lucrèce et Saliuste, est absente chez plusieurs auteurs post-classiques mais apparaît dans la Vetus Latina et chez Irénée305.

SICUT

626Il y a dans le DEB 14 exemples de cette conjonction comparative :

627a) 8 ex. avec un verbe

  • 306 Sicut :
    a) avec verbe :
    21 (36.13) ; 21 (37.18) ; 36 (47.18) ; 85 (73.17) ; 92 (77.7) ; 93 (77.30) ; (...)

628b) 6 ex. sans verbe306.

629La forme sicuti est absente.

VELUT

630On en relève 10 exemples :

631a) 1 avec un verbe

  • 307 Velut :
    a) avec verbe : 38 (49.11).
    b) sans verbe :
    8 (30.21) ; 12 (32.18) ; 24 (39.22) ; 28 (42.14) ; (...)

632b) 9 sans verbe307.

VELUTI

  • 308 Veluti :
    1 (26.7) ; 1 (27.2) ; 1 (27.3) ; 1 (27.10) ; 3 (28.12) ; 3 (28.19) ; 3 (28.20) ; 11 (32.10) (...)

633On en compte 17 exemples dans le DEB, sans verbe308.

QUO

634Il s'agit de quo final. Le DEB n'en présente qu'un ex. :
67 (63. 15) : quin potius uelut cülmen tectumque malorum omnium quoddam, quo non facile eis improperentur a quoquam admissa prisca uel noua et cupidatis quiaeque desideria utpote praepositi multorum facilius rapiant, scelestae uitae structurae superponunt.

  • 309 HS, p. 679 et sq. : chez Plaute, Saliuste, Horace, Ovide, Tacite, puis en latin tardif, chez les po (...)

635On trouve fréquemment le quo final quand il y a dans la subordonnée un comparatif. Mais l'emploi de quo final sans comparatif est assez bien attesté, particulièrement en latin tardif309 Si l'on peut parler d'une concurrence de quo à l'égard de ut, surtout en latin tardif, on remarquera que dans le DEB le rôle de quo est bien mince à côté de celui de ut.

NE

636Le DEB présente 40 exemples de ne, adverbe et conjonction, qui se répartissent ainsi :

637a) nequidem : 8

638b) ne = ne quidem : 1

639c) ne multa : 2

640d) ne dans la défense : 4

641e) ne complétif :

  1. négation de ut : 2

  2. après verbes "empêcher, craindre" : 6

642f) ne final : 14

  • 310 Ne :
    a) ne.. quidem : sera étudié plus loin
    b) ne = ne.. quidem : sera étudié plus loin
    c) ne multa : (...)

643g) ut (i) ne : 3310

644On remarquera :

645a) emploi de ne complétif :

  • 311 Voir HS, p. 646 et ET, p. 301.

6461) négation de ut : avec moneo et precor, le tour est attesté chez Cicéron311.

  • 312 HS, p. 533 : emploi ancien,-ET. p. 307. On a dans le DEB 1 ex. de prohibere avec la proposition inf (...)
  • 313 Retracto signifie ici "refuser", ce qui n'est pas le sens habituel. Ce sens est signalé par Ernout- (...)

6472) avec verbes "empêcher, craindre" : prohibere ne, cauere ne sont bien attestés312 ; pour retractare, voir note313.

648b) emploi de ne final :

  • 314 Seducere signifie "corrompre" : voir Blaise, Dic. Ne ne peut alors être que final. Mais on peut sup (...)

649Un cas peut être discuté, celui de seducere ne en 40 (50.23)314. On remarquera qu'à côté de 14 ex. de ne final on a 3 fois ut non et 1 fois uti ne ; à côté de 2 ex. de ne complétif final, on a 1 fois uti ne.

QUOMINUS

650Nous n'en avons qu'un seul exemple dans le DEB : 3 7 (4 8.16) : ne formidolosos nos aut lassos putent quominus illud Isaianum infatigabiliter caueamus : "...

  • 315 HS, p. 681, donne une liste d'auteurs tardifs qui l'ignorent. Il note que quominus se maintient che (...)

651Quominus s'emploie après une proposition positive ou négative marquant l'empêchement, l'opposition, le refus. Ici les notions dont il dépend sont exprimées par formidolosus et lassus. Le premier adjectif évoque l'idée de crainte, le second, celle de fatigue et par là d'empêchement. En tout cas quominus est une conjonction qui tend à disparaître315.

QUAM

652Sur les 48 exemples de quam, 2 fonctionnent en interrogation indirecte :
29 (42.28) : senties, quam suauis est Dominus (avec l'indicatif) ;
108 (83.29) : non uidetis, quam longe a meritis eius distetis.

653On remarque que quam porte ici sur un adjectif et sur un adverbe, ce qui est l'emploi normal.

QUANTUM

654Quantum est employé 6 fois :

655a) interrogatif indirect : 2 (dont 1 fois avec l'indicatif)

  • 316 Quantum :
    a) interrogatif indirect :
    1) (26.28) ; 37 (40.20).
    b) comparatif :
    4 (29.19) ; 17 (34.8) ; 3 (...)

656b) comparatif : 4316.

QUANTUS

657Quantus est employé 13 fois :

  • 317 Quantus interrogatif indirect : 9 (31.9-11) ; 37 (48.28) ; 93 (77.16).

658a) interrogatif indirect :9317 dont 8 avec l'indic, pour 2 verbes)

  • 318 Quantus exclamatif : 34 (45.23),-34 (45.26) ; 34 (46.3).

659b) exclamatif : 3318.

  • 319 Il s'agit de 22 (38.4) : quae in breui tantam eius multitudinem sternit, quantam ne possint uiui hu (...)

660c) un emploi vraisemblablement fautif, où tantus... quantus remplace tantus... ut319.

QUARE

  • 320 On a aussi un cas où le verbe n'est pas exprimé : 87 (74.16) : "et id quare, ostendit".

661Sur 5 exemples, un seul en interrogation indirecte, avec l'indicatif. 42 (51.31) : et hoc quare facit ostendit320..

QUOMODO

6621 exemple d'interrogation indirecte, sur 4 : 42 (51.32) : simulque ostendens, quomodo placa retur.

QUALITER

6631 exemple d'interrogation indirecte sur 2 :105 (82.7) : etenim euidenter ostendit, qualiter se exhibeant suo officio sacerdotes.

QUISNAM

6641 exemple d'interrogation indirecte sur 2 : 95 (78.28) : quidnam horum feceritis, recogitate.

UTRUM...

665AN 1 exemple :26 (40.17) : ut... experiretur Dominus solito more praesentem Israelem, utrum diligat eum an non.

AN

6663 exemples (plus le précédent) d'interrogation indirecte sur 6 :
92 (77.11) : ita deprehendent an secundum rectam rationem sacerdotali cathedrae insideant ;
106 (82.3 7) : rimamini namque pectoris uestri profunda, an sobrii sitis et perfects sacerdotalem gratiam... conseruetis ;
107 (83.13) : recogitate, an haec... conculcentur.

  • 321 HS, p. 542, et sq. :en latin tardif an s'emploie après n'importe quel verbe, tandis que num dispara (...)

667Il faut remarquer à propos de an que cette particule est exclue par la prose classique de l'interrogation indirecte simple (en dehors des cas du type dubito an). Mais à partir de l'époque impériale an tend à remplacer num321

QUIS

668Est employé 35 fois dans l'interrogation indirecte :

669a) avec l'indicatif : 3 ex. (+3 incertains)

  • 322 Quis dans l'interrogation indirecte :
    a) avec l'indicatif :
    40 (50.11) ; 62 (60.14) ; 77 (69.29).
    Cas (...)

670b) avec le subjonctif : 32 ex.322

  • 323 HS, p. 537 et sq., ET, p. 314.
  • 324 Ainsi chez Salvien (Rochus, p. 87). Pour Jérôme, Goelzer, p. 355 et sq. : le subjonctif est plus fr (...)

671Le mode employé dans l'interrogation indirecte, avec les différentes formes interrogatives que nous venons de voir, attire notre attention. On relève chez Gildas 8 exemples de l'indicatif (+ 3 incertains) contre 42 exemples du subjonctif.323 La situation en latin est la suivante : la langue courante archaïque et tardive présente l'indicatif dans l'interrogation indirecte, et cela dans des cas assez bien délimités. En revanche la langue classique n'emploie que le subjonctif. On voit apparaître l'indicatif chez Varron et Pétrone, chez les Archaïsants et en latin tardif on le rencontre chez plusieurs auteurs324.

  • 325 HS, p. 543 et sq., ET, p. 319 et sq. En latin tardif, on a ce si très fréquemment dans la Vulgate ; (...)

672Il faut noter également l'absence de si comme conjonction interrogative indirecte. Cet emploi de si est annoncé dès l'époque archaïque et il se développe en latin tardif. Sur ce point Gildas se montre très conservateur325.

SI

673Le DEB contient 39 exemples de si qui se distribuent de la façon suivante :

674a) si conditionnel

6751) si - avec l'indicatif : 9 (pour 10 verbes)
-avec le subjonctif : 13

6762) si non :

  • avec l'indicatif : 2

  • avec le subjonctif : 10 (11 verbes)

6773) si non sans verbe : 2

678b) si concessif : 2

  • 326 Si
    a) conditionnel :
    1) si : avec l'indicatif :
    26 (41.10) ; 29 (43.1) ; 41 (51.2) ; 41 (51.5) ; 44 (5 (...)

679c) si temporel (itératif) : 1326.

NISI

6804 exemples dans le DEB :

  • 327 Nisi = "si ne... pas" :
    18(34.23) ; 75 (69.5).

681a) nisi = "si ne... pas ; à moins que" :327

  • 328 Nisi = "excepté" :
    66(63.7) ; 69(65.1).

682b) nisi = "excepté, sauf" : 2328.

NI

  • 329 Ni :
    1 (27.24) ; 23 (39.8) ; 39 (50.3).

683Le DEB en présente 3 exemples329.

684L'emploi de ces conjonctions conditionnelles appelle les remarques suivantes :

685a) ni et nisi : ni est un doublet de nisi (c'est une ancienne négation nei). Dans le DEB, on a 3 ni en face de 4 nisi.

686Avec l'indicatif (dans le DEB, 1 ex. : ni fallor), on ne le trouve plus beaucoup après l'époque classique.

  • 330 HS, p. 667 et sq. 447 et 535, ET, p. 383 et sq.Löfstedt, Syntaotica 2, p. 284 et 312 : chez Tertull (...)

687Avec le subjonctif du potentiel et de l'irréel (ici un exemple au c. 39 ; cumularetur, quant à lui, est un subjonctif de style indirect), il n'est guère employé au contraire par les prosateurs classiques, sinon dans des formules ; en revanche les poètes et les prosateurs amateurs d'archaïsme (Salluste, Tacite) le recherchent330.

688b) nisi et si non :

689Si non conditionnel a dans le DEB un emploi largement majoritaire : 14 ex. contre 2 pour nisi "si ne... pas", "à moins que".

  • 331 HS, p. 667, ET, p. 384, Schrijnen-Mohrmann, 2, p. 114.

690Nisi a d'abord une valeur restrictive : "à moins que" ; mais la conjonction passe au sens purement négatif de "si ne... pas" et cet emploi est courant. Dans ce dernier sens toutefois, nisi était remplacé par si non quand la négation devait être mise en relief pour marquer une opposition : si... /si non... Cette opposition eut du mal à se maintenir et si non se développa aux dépens de nisi, chez des poètes comme Ovide et Juvénal, puis dans la littérature de traduction du latin tardif et chez les auteurs chrétiens331.

691Dans le DEB, nous avons :

  • 332 "A moins que" : nisi macularetur ("si ne.. pas" convient aussi) ; "si ne.. pas" : nisi dissolueretu (...)

692- nisi : "à moins que" 1 ex.
"si ne... pas" 1 ex.332

  • 333 "A moins que" : ni cumularetur si ne.. pas" convient aussi) ; "si ne.. pas" : ni fallor, ni optasse

693- ni :"à moins que" 1 ex.
"si ne... pas" 2 ex.333.

  • 334 Si non :
    a) emploi d'opposition :
    1 (26.21) ; 1 (27.8),-21 (37.9) ; 30 (43.4).
    b) = nisi :
    1 (26.31), 1 (...)

694- si non : emploi d'opposition :
4= nisi "si ne... pas", "à moins que" : 10 ex.334
Si non tend donc à remplacer nisi et son doublet ni.

695c) nisi "excepté, sauf" :

  • 335 HS, p. 668, ET, p. 384.
  • 336 Par ex. Schrijnen-Mohrmann 1, p. 32 pour Cyprien.

696Cet emploi se rencontre ordinairement après des expressions négatives ou de sens négatif335. Gildas nous donne un tour particulier : non nisi, qui est surtout postclassique et tardif336

697d) si concessif :

  • 337 HS, p. 671 et sq., ET, p. 351. Nous avons dans nos 2 ex.si non ; la négation non est normale.

698Si concessif se rencontre avec l'indicatif et son usage s'étend jusqu'au latin tardif. Il a comme correspondant dans la principale divers adverbes ou conjonctions, dont tamen et saltern337

699e) si temporel :

  • 338 HS, p. 663 et sq., ET, p. 399 et 402, Goelzer, Avit, p. 355 et sq.

700A la nuance itérative. Le subjonctif s’impose en latin tardif dans cet emploi338.

701f) l'emploi des modes dans les conditionnelles :

  • 339 103 (81.22) ; 64 (61.16).

7021) l'indicatif : l'emploi de l'indicatif dans la subordonnée (10 avec Si, 2 avec si non, 1 avec ni : total 13) n'appelle pas de commentaire. Il faut toutefois noter dans la principale 2 subjonctifs inattendus339.

7032) le subjonctif se rencontre 13 fois avec si, 11 fois avec si non, 2 fois avec nisi et 2 fois avec ni : total 28.

704Il faut distinguer :

  1. les subjonctifs de style indirect, équivalents d'un futur : 5.

  2. les subjonctifs répondant à un subjonctif de la principale : 12.

    • 340 Le subjonctif avec sin,si non etc... :
      1) les subjonctifs de style indirect, équivalents d'un futur  (...)

    les subjonctifs inattendus : 11340

SI TAMEN

  • 341 Si tamen :
    17 (34.16) ; 24 (39.24) ; 25 (40.2) ; 33 (45.5) ; 62 (60.19) ; 65 (61.25) ; 92 (77.3) ; 1 (...)
  • 342 HS, p. 496 et 673, Schrijnen-Mohrmann 2, p. 116, Rochus, p. 109. Dans le DEB, si tamen garde le sen (...)

705On en relève 8 exemples dans le DEB341. Il a le sens restrictif de "si toutefois" (=si modo, si quidem dans certains de ses emplois). Si tamen est surtout postclassique et tardif (en latin tardif il s'affaiblit et prend le sens de). Cette conjonction se construit avec l'indicatif et le subjonctif potentiel342.

SI DUMTAXAT

706Je relève en 66 (62.21) : ad praecepta sanctorum, si aliquando dumtaxat audierint, quae ab illis saepissime audienda erant, oscitantes. HS, p. 618, relève si dumtaxat chez Aulu-Gelle 1.13.6 comme équivalent de si modo restrictif ("si toutefois") avec le subjonctif.

SI QUIDEM

7076 exemples dans le DEB, qui se répartissent ainsi :

708a) causal : 3 ex., dont un en phrase nominale.

  • 343 Si quidem :
    a) causal :
    29 (42.22) ; 32 (42.22) : Mommsen met un point avant si quidem ; l'emploi du (...)

709b) conjonction explicative : = enim : 3 ex.343

710Le sens causal dérive du sens premier explicatif : il est fréquent à l'époque postclassique, avec des variations selon les auteurs. Les écrivains chrétiens le recherchent volontiers. On peut avoir l'indicatif et le subjonctif, ce dernier mode étant fréquent chez certains auteurs tardifs.

  • 344 HS, p. 673 et sq., ET, p. 375. Avec si quidem causal, on a dans le DEB 1 fois l'indicatif et 1 fois (...)

711Comme équivalent de enim, si quidem est fréquemment postposé et se construit avec 1'indicatif344.

VEL SI

  • 345 HS, p. 502 et 659, ET, p. 351. Le subjonctif fuerint peut être un potentiel.

712Un exemple en 4 (29.20) : quippe quae, uel si qua fuerint... non compareant. Le sens est "même si". Cette locution est de formation postclassique et équivaut à et (iam) si. Elle fonctionne encore en latin tardif345

TAMQUAM

713Le DEB n'en présente qu'un exemple :18 (35.7) : ualedicunt tamquam ultra non reuersuri.

  • 346 HS, p. 596, ET, p. 355, 388 et sq. Tam quam n'est que tam.. quam avec jonction du relatif et du cor (...)
  • 347 HS, p. 596. Lucrèce a 90 quasi pourlO tamquam. César et Salluste l'ignorent. Tamquam. manquechez Fr (...)

714Tamquam a en latin deux fonctions : "comme", comparaison, et "comme si", comparaison hypothétique346. De bonne heure tamquam fut concurrencé par quasi347. Le seul emploi du DEB est particulier, nous l'avons vu, puisque tamquam y fonctionne comme complétif.

715QUASI

716est beaucoup mieux représenté dans le DEB puisqu'on en relève 19 exemples qui se distribuent comme suit :

717a) "comme si" : avec un verbe personnel : 2.
 : avec une forme nominale : 6 (dont un emploi complétif).

718b) "comme" (comparaison objective) : 8.

719c) "en quelque sorte" : 2.

  • 348 Quasi :
    a) "comme si"
    1) avec verbe :
    107 (83.22) ; 108 (84.8).
    2) avec formes nominales
    12 (32.22) ; 2 (...)

720d) 1 cas obscur : 1348

AC SI

721On en relève 27 exemples qui se classent ainsi :

722a) = quasi : avec un verbe personnel : 4 ("comme si").
 : avec un participe : 4 (" ").

723b) = uelut : 12 ("comme").

  • 349 Ac si :
    a) = quasi "comme si" :
    1) avec verbe : 1(26.28) ; 21 (37.14) ; 73 (67.12) ; 108(84.6).
    2) ave (...)

724c) "en quelque sorte" : 7349.

  • 350 HS, p. 675 et sq., ET, p. 390.

725Ac si ne s'est d'abord construit qu'après un terme impliquant une comparaison. Mais dès le Bellum Hispanense il apparaît seul, fonctionnant comme quasi. En latin tardif par ailleurs il a souvent le sens de uelut350

CEU

726présente 11 exemples dans le DEB :

727a) "comme si" : 1 (avec un participe).

728b) "comme " : 9.

  • 351 Ceu :
    a) "comme si" :
    25 (40.4).
    b) "comme" :
    3 (28.19),-12 (32.21) ; 16 (34.3) ; 17 (34.9) ; 22 (37.21 (...)

729c) un exemple discutable : l351.

  • 352 HS, p. 634, ET, p. 390.

730Ceu se rencontre surtout chez les poètes augustéens. Son usage s'étend par la suite à la prose352

PROUT

  • 353 HS, p. 270 et 595. Apparaît dès Titinius.

7311 exemple dans le DEB :27 (41.24) : prout possunt353. Le sens est"selon que".

QUIPPE

732On en rencontre 5 exemples dans le DEB :

733a) avec le relatif : 3.

734b) avec un participe : 1.

  • 354 Quippe.
    a) avec un relatif :
    1 (25.3) ; 1 (25.12) ; 4 (29.20) ;
    b) avec un participe :
    66 (62.5) ;
    c) = (...)

735c) = "car" : 1354.

  • 355 HS, p. 510.

736Quippe n'est guère employé dans la langue courante et en latin tardif (sauf chez les historiens). En revanche Salluste, Tite-Live, Tacite, les Archaïsants l'utilisent volontiers. La particule n'apparaît pas en roman et doit être d'un usage savant plus que populaire355.

  • 356 HS, p. 560. L'emploi de l'indicatif à époque tardive paraît être un archaïsme. ET, p. 336 et sq

737Avec le relatif, Cicéron emploie de façon constante le subjonctif, alors qu'en latin archaïque comme chez Salluste on a toujours l'indicatif. En latin tardif, l'indicatif, sans chasser totalement le subjonctif, est bien représenté356, Nous aurions donc chez Gildas, qui emploie toujours le subjonctif, un trait de conservatisme classique.

  • 357 HS, p. 510. Exemples chez Plaute, Terence, Salluste.

738Le cas de quippe + participe a été examiné plus haut. Quant au sens de "car" (= enim, nam), il est attesté de bonne heure357.

UTPOTE

739est attesté 6 fois :

      1. avec une forme nominale : 4.

      2. avec un adverbe : 1.

        • 358 Utpote :
          a) avec forme nominale :
          1 (26.4) ; 35 (46.26) ; 76 (69.18) ; 100 (81.2).
          b) avec adverbe :
          66 (...)

        avec un verbe :1 358.

740L'emploi avec forme nominale ne comporte qu'un exemple de participe. Dans les autres cas, il s'agit de substantifs ou d'un adjectif. Pour l'emploi avec participe, voir plus haut.

  • 359 A propos de licet, HS, p. 385, signale dans les Lettres de Cyprien l'emploi exclusif avec participe (...)

741L'emploi avec adverbe peut surprendre. Il semble toutefois que le passage ne peut être compris autrement et qu'on a, pour licet, des exemples de cette construction359.

  • 360 HS, p. 560, ET, p. 337.

742Il en est de même pour la construction avec verbe. Le tour normal est utpote qui + subjonctif360. Mais il est possible que la particule utpote, ayant par elle-même le sens causal avec forme nominale, ait été également utilisée seule avec un verbe dans ce sens, comme une conjonction.

QUAM

743On en a 48 exemples dans le DEB et ses emplois sont les suivants :

744a) interrogatif indirect : 2.

745b) exclamatif : 2.

746c) après comparatif : adjectif, adverbe : 6.

747non minus quam : 4
magis quam : 4
potius quam : 8.

748d) avec le superlatif : 4.

  • 361 Quam :
    a) interrogatif indirect :
    29 (42.28), 108 (83.29).
    b) exclamatif :
    34 (45.25) ; 65 (61.25).
    c) a (...)

749e) tarn... quam : 7.
non tam... quam : 11361

  • 362 On sait que magis tend à remplacer potius :HS, p. 498 et 166, Goelzer, Avit, p. 682, Jérôme, p. 427 (...)

750L'emploi de quam par lui-même ne pose pas de problème. Je reviendrai plus loin sur les syntagmes tam... quam, non tam... quam, magis quam/potius quam362

TABLEAUX

COMPLETIVES

Quod : 8
Quia : 1
Quin : 1
Ut : 7
Ne : 8
Ut-i ne : 1
Quominus : 1
Tamquam + participe futur : 1
Quasi + participe futur : 1

CAUSALES

Quod : 1
Quia : 13
Cum : 1
Dum : 5
Si quidem : 3
Quoniam : 0

  • 363 HS, p. 585, et sq. Chez Filastrius, 62 quia, 17 quod. On remarquera que pour les complétives Gildas (...)
  • 364 HS, p. 627. Quoniam est absent dans les Vies des Pères du Jura (Hoogterp, p. 205), dans la Vie d'Hi (...)

751Comme conjonction causale, quia est répandu dans la langue courante du vieux latin. A l'époque classique, quod l'éclipse. C'est en latin tardif que quia dépasse quod et finit par l'éliminer363. guidas est donc ici tout-à-fait dans le courant de son époque. Quant à quoniam, il recule à partir du milieu du IIIe s. et disparaît chez certains auteurs364

TEMPORELLES

Cum : 8
Antequam : 2
Pviusqucam : 2
Postquam : 2
Dum : 1
Donec :
2 Ex quo :
1 Si : 1

  • 365 Quando temporel est évité de bonne heure dans la langue distinguée : HS, p. 607.
    Ut temporel est for (...)

752On note l'absence de quando, ubi, ut temporel365.

Image 100000000000029C000000826027D1DF.jpg

CONCESSIVES

Licet avec verbe personnel : 6
avec forme nominale : 13
Etsi avec verbe personnel : 1
avec forme nominale : 1
Quamquam avec forme nominale : 1
Cum adversatif : 7
Si concessif : 2

  • 366 Quamquam est d'origine populaire : son succès est varié (HS, p. 602).
    Pour quamuis, mêmes remarques  (...)

753On remarque l'absence de quamuis, tametsi, etiamsi et le faible rendement de quamquam et etsi366. En donnant la préférence à licet Gildas suit l'usage de son époque. Il faut toutefois noter la place importante de cum adversatif.

COMPARATIVES

Ut avec verbe : 58
sans verbe : 46
Sicut avec verbe : 8
sans verbe : 6
Velut avec verbe : 1
sans verbe : 9
Veluti avec verbe : 0
sans verbe : 17
Quasi sans verbe : 8
Ac si sans verbe : 12
Ceu sans verbe : 9
Quantum sans verbe : 3

754Seuls, ut, sicut et uelut fonctionnent comme conjonctions de subordination introduisant un verbe.

COMPARATIVES CONDITIONNELLES

Quasi

avec verbe : 2
avec forme nominale : 5

Ac si

avec verbe : 4
avec forme nominale : 4

Ceu

avec forme nominale : 1

CONJONCTIONS EMPLOYEES AVEC UNE FORME NOMINALE

  • 367 Ac si :
    24(39.21) ; 34 (45.21) ; 65(61.22) ; 71(66.23).
  • 368 Ceu :
    25(40.4).
  • 369 Etsi :
    72(66.27).
  • 370 Licet :
    26(40.21) ; 67(63.10) ; 1(25.18) ; 17(34.14) ; 72(66.27) ; 1(25.1) ; 1(26.5) ; 14(33.10) ; 2 (...)
  • 371 Quamquam :
    1(27.20).
  • 372 Quasi :
    42(52.1) ; 23(38.24) ; 12(32.22) ; 66(62.16) ; 21(37.16) ; 29(42.18) ;
  • 373 Quippe :
    66(62.5).
  • 374 Statim :
    35(47.3)
  • 375 Tamquam :
    18(35.7).
  • 376 Utpote :
    35(46.26) ; 1(26.4) ; 100(81.2) ; 66(63.3) ; 76(69.18).

TOTAL

Ac si

Part, présent :2
" passé 2

4367

Ceu

" présent : 1

1368

Etsi

Subst. + Adj. : 1

1369

Licet

Part, présent : 2
" passé : 3
Adjectif : 8

13370

Quamquam

Adj. et part.
présent : 1

1371

Quasi

Part, présent : 1
" futur :
1 passé :2
Adjectif : 2

6372

Quippe

Part. présent 1

1373

Statim

" " 1

1374

Tamquam

" futur 1

1375

Utpote

" passé 1
Adjectif
Substantif 1
Adverbe 1
Subst + Adj 1

5376

LES RELATIVES AVEC QUI ET LE RELATIF INDEFINI

755Les propositions relatives introduites par un pronom sont nombreuses dans le DEB. Je relève en effet 270 exemples du relatif qui et 2 exemples du relatif indéfini quisquis

756La syntaxe de ces relatives appelle les remarques suivantes :

  • 377 Quisquis :
    1 (25.1) ; 7 (30.20).

757a) Le relatif indéfini est rare et, quand il apparaît, on a uniquement quisquis (quicumque est inconnu dans le DEB)377..

758b) Le mode des relatives est généralement l'indicatif. On rencontre le subjonctif 23 fois :

  1. 19 ex. avec qui (20 verbes)

  2. 1 ex. avec quisquis

    • 378 Pronom relatif et subjonctif :
      1) avec qui
      1 (26.29) ; 10 (31.17) ; 21 (37.4) ; 21 (37.13) ; 21 (37.1 (...)

    3 ex. avec quippe qui378.

  • 379 Ainsi :
    110 (85.26) ; 1 (26.29) ; 10 (31.17) ; 76 (69.15) ; 109 (85.10) ; 110 (85.20).
    Pour l'emploi (...)

759L'emploi de ce mode est normal dans les 3 ex. de quippe qui. Il se justifie ou peut se justifier dans quelques autres cas379. Mais dans la majorité des exemples (13) on voit mal ou pas du tout ce qui peut expliquer le subjonctif. Quoi qu'il en soit, on peut dire qu'au total Gildas ne s'écarte guère des normes de la langue classique.

760c) Le relatif de liaison. Gildas a recours au relatif de liaison 36 fois (soit dans 13 % des cas) :

  1. en ablatif absolu : 4

    • 380 Relatif de liaison (selon la ponctuation de l'éd. Mommsen)
      a) en ablatif absolu :
      6 (30.5) ; 6 (30.7) (...)

    autres ex. : 32380

  • 381 HS, p. 569 et sq., ET,p. 438. et sq., Pour Svennung, p. 479, là où le relatif de liaison apparaît d (...)

761Il est intéressant de noter que le relatif de liaison, très recherché par Cicéron et les historiens de l'époque postclassique, est presque absent des textes vulgaires381.

762d) Un certain nombre de faits particuliers sont à noter :

7631) Non répétition d'un verbe commun à la principale et à la relative : 1 ex. :

7641 (26.4) : et quod illi intolerabiliter utpote praedpuo (sa. aresaebat ou creuerat) mihi quoque licet abiecto, utcumque ad cumulum doloris crescebat.

7652) Rupture d'accord en nombre entre l'antécédent et le relatif : 1 ex. :

76626 (41. 13) : quippe quid celabunt dues, quae non solum norunt sed exprobrant iam in cirauitu nationes ?

  • 382 HS, p. 431. Exemples dans Plaute et Cicéron. Anacoluthe de la langue courante.

767Il peut s'agir de tours où le neutre singulier à sens collectif est suivi d'un relatif au pluriel382.

7683) Relatives sans verbe personnel (phrase nominale) : on en a 3 ex. : 3 (28.11) ; 70 (66.2) ; 73 (67.24).

7694) Relatives coordonnées :

  • 383 Dans le 1er ex. la répétition est nécessaire dans la mesure où les 2 relatifs ne renvoient pas au m (...)

770Les exemples sont peu nombreux. Quand dans la relative se trouvent plusieurs verbes et que le relatif garde la même fonction, Gildas le plus souvent ne répète pas le pronom. Je note toutefois : 21 (37.8) : et omnia quae displicuerunt Deo et quae placuerunt ; 92 (77.2) : illis... qui apostolicam sedem legitime obtinent quique bene norunt largivi spiritalia... cibaria383.

  • 384 HS, p. 565.

771Bien entendu, si le relatif doit être à un autre cas, il est répété dans la forme voulue :
96 (78.32) : populi, quibus praeestis uel potius quos decepistis384.

772Parfois le relatif n'est pas repris mais il est remplacé par un démonstratif :
3 1 (43.22) : quos ut uinum optimum sorbes, immo tu ab eis uoraris.

  • 385 US, p. 565-566 ; ET, p. 334 ; Bieler, Comm., p. 103. Comparer avec 92 (77.2) et 96 (78.32). ci-dess (...)

773Ce tour n'est pas inconnu de Cicéron et des écrivains385 tardif(8)

774On rencontre une fois deux relatives coordonnées, alors que l'antécédent du second relatif, Balaam, n'est pas le même que celui du premier relatif, asina étant sujet des deux verbes, et Balaam se trouvant dans la première relative : 1 (27.15 et sq.) : asinae... quae in angusto maceriae uinearum resolution eius (sc. Balaam) attriuit pedem... cuique angelum caelestem demonstrauit.

  • 386 Ou encore, avec un tour assez gauche mais correct, cui ".. le pied de Balaam, à qui (Balaam) elle m (...)
  • 387 HS, p. 566.
    Il y a peut-être ici hypercorrection. Sachant que le relatif était parfois indûment remp (...)

775A la place de cuique on attend et ei386. Ce tour est propre au vieux latin et aux Lettres de Cicéron387.

776Le cas suivant représente une faute assez compréhensible de la part d'un auteur qui affectionne les phrases à rallonges. Il s'agit d'une relative dont l'antécédent, uita, figure dans la relative précédente et qui n'est pas le même que celui du 1er relatif, hi, ce dernier antécédent, à la différence de l'exemple précédent, ne jouant aucun rôle dans la seconde proposition relative :

  • 388 Ce fait est fréquent en latin tardif. HS, p. 475, donne de nombreuses références. Ajouter Goelzer, (...)

77765 (61.28 et sq.) : ab his... quorum uitam non solum laudo, uerum etiam cunctis mundi opibus praefero, cuiusque me... esse aliquamdiu participem opto et sitio. Il faut relire : ab his... quorum uitam laudo cuius (uitae) me esse participem opto et, pour éviter la lourdeur, couper la phrase et faire de cuius un relatif de liaison.388

778Un autre passage enfin présente une difficulté de construction :

  • 389 L'interprétation : "cuius (colludio + uxoris dolo)", soit "par la connivence duquel et grâce à la r (...)

77940 (50.17) : cuius (sa. regis) colludio et uxorie dolo Naboth... oppressus est. Il semble qu'ici nous ayons affaire à un ordre de mots particulier, qui a été étudié plus haut et qu'il faille comprendre : cuius (sc. regis) uxoris colludio et dolo Naboth, oppressus est389.

7805) Des relatives sans lien avec une principale apparaissent comme formules d'introduction de citations.

7816) On peut rencontrer le relatif là où l'on attendrait l'interrogatif indirect :

  • 390 Formules d'introduction de citations :
    93 (77.24) ; 94 (78.9) ; 95 (78.21) ; 99 (80.13) ; 103 (81.17 (...)
  • 391 HS, p. 538, ET, p. 314.

782107 (83.18) : audistis forte... quod in lec390tione Actus apostolorum lectum est, Petro... surgente qui dixit..., en face de 62 (60.14) : audiamus quid propheta dixit. Des exemples de semblables confusions se trouvent chez Plaute et Cicéron391.

LES EMPLOIS DU SUBJONCTIF

783La question de l'emploi du subjonctif présente une grande importance. La répartition des formes entre les divers temps me retiendra d'abord : on sait qu'en roman seuls le présent et le plus-que-parfait du subjonctif latin se sont maintenus. Il sera donc utile de voir si Gildas suit ici la tendance de la langue courante. Au passage, je verrai la distribution du mode dans les différents types de propositions. D'autre part il faudra examiner si l'emploi du mode est toujours correct (point qui a été vu en grande partie dans les pages précédentes) et la même opération sera cette fois nécessaire pour les temps : le problème de la concordance des temps sera donc ici à sa place.

Répartition des formes retenues (327 au total)

Image 1000000000000275000000D662A470BE.jpg

784A) Emplois en indépendantes et principales :

  • 392 On ne trouve pas davantage le subjonctif dans les emplois énumérés par F. Thomas, Recherches, p. 70 (...)

785a) le parfait est absent dans cet emploi. On remarque en effet que Gildas n'utilise pas ce temps dans les tours du latin classique ne feceris et dixerit aliquis. Dans le DEC, on trouve pour la défense à la 2ème personne ne facias, non fadto ; de même pour l'affirmation atténuée dicat aliquis a392 remplacé dixerit aliquis. Les conclusions de F. Thomas relatives à la disparition plus ou moins totales de ce temps en indépendante et principale même dans la langue littéraire au cours du latin tardif se vérifient donc à propos du DEB, qui sur ce point suit le courant de la langue et ne conserve pas les usages littéraires classiques.

786b) le plus-que-parfait n'est attesté que 3 fois en indépendante et principale :

  • 393 On doit voir ici un exemple du P.Q.P. du subjonctif pour l'imparfait du subjonctif (irréel du prése (...)

78750 (55.29) :quis e contrario ex corde ad Deum repedantibus... uindictam non potuissent induce re393 ;

78867 (63.19) : nam si talis profedo coemptionis condicio ab impudentibus istis... ingesta fuisset, eadem responso accepissent quae... ;

789110 (85.16) : alioquin non dixisset apostolus.

790Si Gildas n'avait pas d'autres occasions d'employer ce temps selon les normes classiques, si nous le voyons, dans notre premier exemple, donner au plus-que-parfait l'avantage sur l'imparfait, il faut en revanche signaler un exemple d'imparfait du subjonctif à la place du plus-que-parfait. Il s'agit de :

  • 394 Pour 33 (45.10) : quid sperares (potentiel du passé) le P.Q.P. du subjonctif n'a jamais été très ré (...)

79139 (50.6) : ni pro contribulibus... mori optasset... inconsideratam cordis elationem propria morte piaret394.

  • 395 Fait signalé par HS, p. 328, ET, p. 383 : le tour si + P.Q.P. du subjonctif/P.Q.P. de l'indicatif d (...)

792On ne peut donc pas dire que le plus-que-parfait gagne beaucoup de terrain, dans ce type de proposition, puisqu'en face d'un emploi nouveau de ce temps, Gildas, avec quelques autres auteurs tardifs, maintient un vieil usage de l'imparfait au moins une fois. Remarquons aussi que Gildas ne suit pas la tendance du latin tardif à remplacer le plus-que-parfait du subjonctif par le même temps de 1'indicatif395. Le DEB apparaît donc ici plutôt conservateur.

  • 396 Imparfait du subjonctif irréel du présent :
    98 (79.32) ; 62 (60.16) ; 34 (45.25) ; 34 (45.26) ; 34 ( (...)

793c) De l'imparfait, je dirai qu'il est le plus souvent employé comme irréel du présent (10 ex. sur 12)396. Nous venons de voir d'autre part un imparfait remplaçant un plus-queparfait après protase au plus-que-parfait : piaret en 39 (50.6) et un potentiel du passé : sperares en 33 (45.10). Sur ce point se manifeste, rappelons-le, une tendance au conservatisme.

794d) Le présent a une gamme d'emplois beaucoup plus large, ce qui explique qu'il soit si bien représenté.

  • nous avons déjà relevé le cas de l'ordre et de la défense : 30 ex.

  • le souhait apparaît une fois : sed absit, ut uobis eueniat quod sequitur en 49 (54.38).

    • 397 Potentiel et subjonctif présent : 36 (47.30) ; 35 (47.4) ; 93 (77.22) ; 35 (47.2) ; 1 (27.6).
      Affirm (...)

    on a 9 ex. de potentiel397

  • enfin 3 ex. assez curieux de subjonctif : intendatur 85 (73.11), noscatis 103 (81.23) et possimus 64 (61.18).

795De cet ensemble des subjonctifs en proposition indépendante ou principale, il faut donc retenir que Gildas suit généralement l'usage de la langue littéraire de son époque, avec une légère touche de conservatisme (un ex. d'imparfait pour le P.Q.P ; persistance du subjonctif P.Q.P., déjà concurrencé chez certains bons auteurs par l'indicatif).

796B) Emplois en subordonnée.

797La répartition des subjonctifs du DEB dans les différentes propositions est la suivante :

798Propositions introduites par :

quod

9 :

complétif 6
explicatif 2
causal 1

quin

2 :

complétif

quominua

1 :

complétif

quis

30 :

interrogatif indirect

autres

interrog.

10 :

quisnam 1, an 4, utrum 1, quam 1, qualiter 1, quomodo 1, quantus 1

ut

93 :

final 41 (dont 1 uti)
consécutif 39 (dont 1 uti)
complétif 12
complétif final avec uti 1

ne

23 :

final 15
complétif 8

si

25 :

conditionnel 24
temporel 1

nisi

2 :

conditionnel

ni

2 :

si quidem

1 :

causal

si tamen

3 :

restrictif

si dumtaxat

1 :

"

uel ai

1 :

concessif

etsi

1 :

licet

5 :

"

sicut

1 :

comparatif

quasi

2 :

conditionnel-comparatif

ac si

4 :

" "

cum

19 :

temporel 8 adversatif-concessif 9 causal 2

antequam

2:

temporel

priusquam

2 ; :

temporel

donec

2 : :

temporel

quo

1 :

final

utpote

1 :

causal

quantus

1 :

consécutif

qui

20 :

relatif

quisquis

1 :

relatif indéfini

quippe qui

3 :

relatif causal

Total

268

799Emploi du mode :

800Dans la grande majorité des cas, Gildas utilise le subjonctif correctement, c'est-à-dire soit en conformité avec l'usage classique, soit selon l'usage de son époque. Il reste toutefois des exemples où le subjonctif est sans justification évidente. Ces exemples ont déjà été vus :

801quod explicatif 2
causal 1
si conditionnel 11
si tamen restrictif 1
cum temporel 1
qui relatif 13.

802Ainsi, sur un total de 268 formes verbales, 29 seulement me paraissent faire problème, soit 10.78 %. Pour l'époque le chiffre n'est pas très élevé.

803Emploi des temps :

804Dans les différentes propositions, les temps se répartissent de la façon suivante :

Image 1000000000000235000003E868F742D0.jpg

  • 398 HS, P. 550 et sq. ET, p. 413 et sq.

805Le problème ici posé est celui de la concordance des temps. On sait que la correspondance bien connue Présent dans la principale : Présent ou Parfait du subjonctif dans la subordonnée ; Passé dans la principale : Imparfait ou Plus-queparfait dans la subordonnée ne fonctionne de façon à peu près systématique que dans quelques types de propositions : interrogatives indirectes, complétives avec ut/ne, finales et relatives finales ; que les consécutives ont des règles particulières398 ; et que d'autre part des fautes sont toujours possibles.

806J'aurai à faire pour le DEB les remarques suivantes :

  • 399 HS, p. 408, déclare que les écrivains sont libres de faire la concordance d'après le sens ou d'aprè (...)

807a) après le présent de narration, Gildas fait généralement la concordance au passé, quel que soit le type de subordonnées. Les écrivains classiques paraissent plus souples sur ce point399.

  • 400 ET, p. 416 et sq.
  • 401 Concordance à l'imparfait dans les consécutives : 4 (29.17) ; 19 (35.23) ; 11 (32.7 et 8) ; 9 (31.9 (...)
  • 402 HS, donne à ce sujet peu de renseignements : cf. p. 638. F. Thomas, "Remarques sur la concordance d (...)

808b) dans les consécutives, après verbe principal au passé, on peut avoir soit l'imparfait soit le parfait du subjonctif, du moins à l'époque classique, selon que l'on distingue la finalité, la durée ou la virtualité de la simple conséquence400. Je remarque que dans le DEB la concordance se fait massivement à l'imparfait401. Il est clair, à regarder le contexte, que Gildas n'observe pas la distinction des Classiques. Or cette distinction, introduite pour séparer conséquence et finalité, notions que la langue rendait de la même façon, avec les mêmes conjonctions et les mêmes modes, n'a pas eu un grand rendement. Le parfait ne s'est jamais imposé de façon nette et durable402.

  • 403 Présent pour passé :
    a) dans les propositions à concordance stricte :
    70 (65.19) ; 26 (40.17) ; 106 ( (...)
  • 404 HS, p. 552 (Tertullien, Salvien, d'après Rochus, p. 87), Goelzer, Avit, p. 372. Pour ce dernier, c' (...)

809c) le présent à la place du passé. On rencontre dans le DEB quelques subjonctifs présents là où l'on attendrait un imparfait403. Des désaccords de ce genre sont signalés en latin404,

  • 405 Passé pour présent :
    83 (73.3) ; 39 (49.24) ; 93 (78.1).

810d) le passé à la place du présent. Les exemples en sont moins nombreux405

  • 406 Plus-que-parfait pour imparfait :
    62 (60.16) ; 9 (31.8) ; 21 (37.9) :"si même les "péchés" n'étaient (...)
  • 407 Il y a en revanche expression de l'antériorité dans :
    34 (45.25) ; 39 (50.4) ; 34 (46.3) ; 34 (46.5) (...)
  • 408 Imparfait pour plus-que-parfait :

811e) le plus-que-parfait pour l'imparfait. J'en relève 3 exemples possibles406. La même chose se produit dans les principales : voir p. 372 et notes 168, 169 et p. 414407. f) l'imparfait est parfois employé au lieu du plus-que-parfait dans des cas où il y aurait lieu de marquer l'antériorité408..

812g) le parfait est généralement employé correctement :

  • après une principale au présent, il marque l'antériorité dans les interrogatives indirectes, les propositions avec si etc...

  • après une principale au passé, il transpose le parfait de l'indicatif comme temps absolu (il a donc sa place dans la concordance au passé, à côté de l'imparfait et d plus-que-parfait, temps relatifs).

    • 409 Le parfait :
      a) après principale au présent :
      après quis, quisnam : 14 ex. ;
      avec ut final : 109 (85.7 (...)

    les exceptions sont rares409.

  • 410 Participe et concordance :
    a) la principale est au présent ; le participe présent note la concomitan (...)

813h) des problèmes de concordance peuvent se poser quand la subordonnée dépend d'un participe inclus dans la principale. En général Gildas suit ici l'usage410..

  • 411 S’agit-il, avec timuisset, d’un P.Q.P. pour l'imparfait comme dans Lucifer, De non conu. 5 : direct (...)

814i) il faut enfin signaler une alternance de temps en 1 (26.21) : legebam... ramum... si non timuisset, sed alta saperet, excidendum411.

815Ainsi, quelques cas mis à part, Gildas utilise correctement les temps du subjonctif. Il suit donc ici encore la tradition des meilleurs écrivains du Ve siècle.

8.6. LA NEGATION. LES ADVERBES. LES CONJONCTIONS DE COORDINATION

8.6.1. LES NEGATIONS

NON

816Je relève dans le DEB 182 emplois de non. Parmi ceux-ci, certains méritent d'être relevés.

  • 412 Et non.
    8 (30.22) ; 10 (31.25) ; 21 (37.15) ; 22 (38.3) ; 24 (39.14) ;
    62 (60.23) ; 67 (63.25) ; 76 ( (...)

817a) Et non : 18 exemples412.

  • 413 ET, p. 441 et sq., HS, p. 480 : et non justifié se rencontre fréquemment chez les prosateurs classi (...)
  • 414 Sont normaux les cas suivants :
    a) opposition :
    22 (38.3) ; 62 (60.23) ; 76 (69.28) ; 95 (78.18) 108 (...)

818Et suivi de non (ou d'une forme négative) se transforme normalement en neque (neque ullus par ex.). Mais et non se maintient si par exemple la négation et la coordination n'appartiennent pas à la même proposition, si la négation porte sur un seul mot et non sur le même membre coordonné (cas de la litote, de l'opposition, de la rectification)413. Il convient donc de séparer dans le DEB ce qui est emploi correct de ce qui ne l'est pas : 14 cas contre 4414

  • 415 Si non : exemples relevés plus haut. Nous avons 14 ex. de si non conditionnel et 2 de si non conces (...)

819b) Si non : 16 exemples415.

  • 416 Ut non :
    consécutif : 1 (27.14), 7 (30.19), 26 (41.7),
    final : 26 (41.9), 39 (50.4), 66 (63.6).

820c) Ut non : 6 exemples416.

821d) Non dans l'expression de la défense à l'impératif ou au subjonctif : 2 ex.

  • 417 Non solum :
    Non solum..sed :

    26 (41.11) ; 26 (41.13) ;
    non solum..sed etiam :
    8 (30.22) ; 96 (79.6) ; 1 (...)

822e) Non solum : 12 exemples, dont 2 de non solum... non et 1 de non solum... non... et non417

  • 418 Non modo :
    68 (64.11) ; 93 (77.28) ; 99 (80.12).
    Sur non solum et non modo, voir HS, p. 518 et sq. : (...)

823f) Non modo : 3 exemples : toujours non modo... non418.

  • 419 Non tant.. quam : liste plus haut. Signifie "pas autant que plutôt", c'est-à-dire "moins que" (HS, (...)

824g) Non tam... quam : 11 exemples419

  • 420 Non minus.. quam : liste plus haut. Signifie "pas moins que", c'est-à-dire : "autant que".

825h) Non minus... quam : 4 exemples420.

  • 421 Non nisi : 66 (63.7) ; 69 (65.1).

826i) Non nisi : 2 exemples421.

827j) Nullus non - nullus : voir infra p. 4 25.

  • 422 HS, p. 252 : 1 ex. chez Arnobe ; Blaise, Dic. 2 autres ex.

828k) Ultra non = non iam : 14 (33.12) ; 18 (35.7)422

  • 423 La litote. Les exemples ne sont pas toujours faciles à bien reconnaître. J’ai ainsi écarté : non af (...)

829l) La litote : Gildas y recourt plusieurs fois et j'en retiens 13 exemples423

830Les 93 exemples de reste n'appellent pas de commentaire particulier.

NEC, NEQUE

  • 424 Nec et neque :
    4 (29.10 et 13) ; 6 (30.9) ; 6 (30.13),-13 (32.27) ; 13 (33.1) ; 13 (33.7) ; 20 (36.4 (...)
  • 425 Ernout-Meillet, s.u.ne etat (ataue, ac) ; E. Löfstedt, Syntactica 1, p. 331 et sq., note qu'à l'épo (...)

831Nec est représenté 26 fois dans le DEB et neque 3 fois424. La première question qui se pose est celle de l'emploi des doublets neo et neque et de la prédominance chez Gildas de nec. En latin neque alterne avec nec dans les mêmes conditions que atque avec ac, c'est-à-dire que neque est le plus souvent employé devant voyelle et h, nec devant consonne, sans que cette règle soit absolument stricte425. Or dans le DEB la répartition est la suivante :

neque :

cas normal devant voyelle et h : 1
cas exceptionnel devant consonne : 2

nec :

cas normal devant consonne : 20
cas exceptionnel devant voyelle et h : 6.

  • 426 HS, p. 451 et sq. Cf. E. Löfstedt, Synt., p. 336.
    Auteurs classiques : Salluste, dans les Ep. ad Cae (...)
  • 427 E. Lôfstedt, Synt. 1, p. 333 : neque s’emploie dans le couple neque..neque, nec s'emploie isolé. La (...)
  • 428 Gildas a nec tamenet non neque tamen : 13 (32.27), 20 (36.11), 32 (44.22), 35 (46.16), 66 (62.20), (...)

832On a au total 7 emplois devant voyelle et 22 emplois devant consonne. Du point de vue de la distribution théorique, on attendrait donc 7 neque et 22 nec, alors qu'on a 3 neque et 26 nec. De cette constatation, on pourrait conclure à une tendance relative au suremploi de nec : gain de 18 % pour nec, perte de 57 % pour neque. Mais il faut aller plus loin. Nec remplace neque 6 fois sur 7, tandis que neque remplace nec 2 fois seulement sur 22 (soit, pour avoir un repère unique, 66 fois sur 77 pour le premier contre 7 fois sur 77 pour le second) : nec remplace presque totalement neque sur son domaine, tandis que neque gagne très peu sur le terrain de nec, dont les pertes sont très largement compensées par les gains. La tendance au sur-emploi de nec est donc plus forte qu'on ne pourrait le penser au premier abord. Or cela concorde avec l'évolution générale en latin, et en particulier en latin vulgaire. Si neque est la forme dominante du latin littéraire classique, nec apparaît comme la forme vivante, utilisée par les auteurs vulgaires et même par les grands écrivains dès l'âge postclassique426. Neque se maintient surtout dans les427 formules neque... neque et dans les expressions neque enim, neque tamen428.

833La seconde question concerne les emplois de la négation copulative, qu'il s'agisse de nec ou de neque :

  • 429 ET, p. 150, Löfstedt, Synt.1, p. 340. HS, p. 451, parait vouloir dire que nec n’est pas purement né (...)

834a) en tête de phrase, nec (neque) peut remplacer non comme forme plus pleine et sans valeur copulative, en particulier dans les formules neque tamen, neque enim429. On a ainsi : nec tamen 3 5 (46. 16), nec enim 95 (78.24), nec mora 13 (33.7), 23 (39.9).

  • 430 HS, p. 448 et sq. Pour HS, il faut rapprocher cet emploi de nec des formes comme necopinans et des (...)

835b) à l'intérieur de la phrase, nec peut également avoir la simple valeur négative. Ainsi : 13 (33.1) ; 28 (42.16) ; 50 (55.29) ; 66 (63.3) ; 69 (64.19) ; 107 (83.10) ; 110 (85.15)430.

  • 431 Necdum : HS, p. 449, ET, p. 149 et sq. (voit dans necle nec archaïque). Ex. tardifs dans Cyprien (S (...)

836c) necdum = nondum. Cet emploi est à rapprocher du précédent. Necdum dans le sens de nondum est fréquent en prose à partir de Tite-Live431. Gildas l'emploie une fois : 12 (32.14) : bi500lustro supra diati turbinio necdum ad integrum expleto, à côté de 66 (63.5) : sed qui nondum ad integram fidem sunt uel malorum paenitentia idonei.

  • 432 Nec = ne.. quidem : HS, p. 449 et sq, ET, p. 152 (surtout au sens de "non plus"). Ex. tardifs : Cyp (...)
  • 433 Ne.. quidem : HS, p. 447. Rare en poésie ; irrégulièrement représenté en latin tardif (manque dans (...)

837d) nec = ne quidem. Il s'agit d'un développement nouveau, auquel je viens de faire allusion, note 430. Cet emploi ne paraît pas attesté sûrement avant les poètes augustéens et il devient courant à partir de Tite-Live432. chez Gildas nous avons déjà vu (note 430) deux exemples de nec qui pouvaient être interprétés de cette façon. En regard, je relève 8 ex. de ne... quidem433

838e) nec : dans l'expression de la défense. Un exemple de 110(85.12) qui a été étudié p. 376-377.

  • 434 HS, p. 480 (ex. peu nombreux), ET, p. 442 (plus détaillé).

839f) nec (neque) pour et non. Dans le DEB et non pouvait remplacer neque, tantôt de façon régulière, tantôt arbitrairement. On trouve inversement en latin des cas où (nec) (neque) remplace et non434, chez Gildas je relève l'exemple suivant : 20 (36. 12) : recesserunt hostes a ciuibus nec dues a suis sceleribus. L'opposition appellerait et non.

  • 435 HS, p. 451 et sq., p. 516. Ainsi Cyprien, Traités : neque enim 51, nec enim 3 mais nec.. nec 40, ne (...)

840g) neque... neque ; nec... nec. Nous avons dit que neque se maintenait en particulier dans les couples neque... neque. Mais même là neque subit la concurrence de nec435.

841Ainsi Gildas écrit :

8426 (30.13) : quod Britanni nec in bello fortes sint nec in pace fideles ;
109 (84.19) : ubi nec pater nec filius... conspicitur cas tus.

843Par ailleurs il utilise des formules panachées :

8444 (29.10 et 13) : omittens... nec enumerans... neque nominatim inclamitans ;

  • 436 HS, p. 516. Mélanges de formes pures.
    Il faut enfin noter deux cas tout à fait normaux :
    62 (60.22) :(...)

8456 (30.9) : non militaris... classis... nec quadratum agmen neque dextrum cornu aliiue belli apparatus436.

NE

846Nous ne sommes concernés ici que par :

847a) ne... quidem

  • 437 Ne., quidem :
    9 (31.8) ; 22 (38.5) ; 26 (40.20) ; 26 (41.4) ; 28 (42.9) ; 29 (42.21) ; 74(68.4) ; 92 (...)

848Il faut noter que ne... quidem est bien représenté dans le DEB et que nec le concurrence modestement (si les deux cas révélés sont à retenir) nous avons 8 ex. de ne... quidem437.

849b) ne pour ne... quidem, dont HS, p. 447 et sq., relève seulement quelques exemples qu'il attribue à la langue vulgaire. Dans le DEB on pourrait ainsi interpréter :

85022 (3 8.5) : tantam eius nrulti.tud.inem... stemit, quantam ne possint uiui humare (pour l'interprétation du passage, voir note 319, les deux solutions possibles ne me paraissent pas mettre en cause le sens de ce ne).

EQUIVALENTS EXPRESSIFS DE LA NEGATION

851Comme dans beaucoup de langues, les négations du latin sont souvent remplacées, surtout dans la langue parlée, par des formes plus expressives, qui parfois tendent à les éliminer. Dans le DEB, je relève quelques cas de ce genre :

  • 438 HS, p. 454.
  • 439 Nequaquam :
    18(34.19) ; 18 (34.23) ; 22 (37.23) ; 28 (42.1) ; 28 (42.4) ; 29 (42.19) ; 30(43.10) ; 3 (...)

852a) Nequaquam : qui signifie d'abord "en aucune façon, nullement, absolument pas" mais peut souvent être compris comme un non expressif438. On en relève 16 exemples439. Le cas de 107 (83.9), étudié, note 430, étant mis à part, peut-on compter les 15 exemples restants comme équivalents expressifs de la négation ? A mon avis, il faut au moins retenir 18 (34.18), 28 (42.1), 28 (42.4), 29 (42.19), 30 (43.16), 83 (73.6), 100 (81.1), 109 (85.11). De toute façon, il ne s'agit jamais d'un non pur et simple.

  • 440 A côté de nullo modo, HS, p. 454, signale in nullo : in nullo modo 108 (83.37) représente cet emplo (...)

853b) Nullo modo440. On en relève 4 exemples : 18 (3 4.24) : inermes... uinciendas nullo modo, sed instructas peltis... protenderei manus ;
3 8 (49.9) : adulteriumne uel parricidium feoit ? nullo modo ;
108 (83.37) : sed in nullo modo monito, uitutemque seruastis à quoi on peut ajouter :
32 (44.22) : te exuri nec tamen ullo modo mori.

  • 441 HS, p. 454, et sq., Löfstedt, Synt. 1, p. 353 et sq.
  • 442 Comme il s'agit du Jourdain, asséché par Yahweh, cette voie n’a jamais été pratiquée (H. Williams t (...)

854c) Minus. L'emploi de minus comme forme de négation relève particulièrement de la langue parlée (raisons sociales d'atténuer la négation). Mais minus finit par fonctionner comme négation441 à sens général. Le cas suivant doit illustrer cet emploi :442 11 (3 2.4) : illi Israeliticae arenti uiae minusque tritae

  • 443 HS, p. 455.

855d) Parum peut être un concurrent de minus443. On en a 3 exemples dans le DEB :
33 (45.9) : parum cogitans propheticum dictum ;
35 (47.5) : siquidem parum auribus captasti propheticam obiurgationem ;
83 (72.32) : parum namque cogitatis uel facitis quod...

856Les sens de "trop peu", "guère", "ne... pas" peuvent tous se défendre. Je note qu'ailleurs Gildas reproche aux clercs et aux rois de ne pas écouter et méditer du tout les avertissements de l'Ecriture (ainsi 83 (73.6) : sed haec uos nequaquam auditis), ce qui pourrait être un argument pour l'interprétation franchement négative.

DEUX NEGATIONS SE RENFORCANT

857On a dans le DEB un exemple de ce type de construction : 6 9 (64.28) : quis eorum salutari in area... nullum Deo aduersantem... non admisit ?

  • 444 HS, p. 803 et sq. : distingue plusieurs types. Le type non précédé ou suivi d'une autre forme négat (...)

858Redoubler la négation, non pour l'annuler mais pour la renforcer, est un procédé courant dans les langues et caractèrise l'oral. En latin, il apparaît à l'époque archaïque puis chez certains auteurs tardifs. Les grammairiens le blâment, les bons444 auteurs l'évitent (Cicéron en présente toutefois 2 exemples)

8.6.2. LES PARTICULES INTERROGATIVES

EST-CE QUE ?

859Le latin disposait de différentes particules pour poser une question. Voici celles qui sont attestées dans le DEB :

  • 445 Nonne :
    30 (43.1) ; 30 (43.5) ; 33 (45.6) ; 34 (45.14) ; 108 (84.14).

860a) Nonne : 5 ex., tout en interrogation directe445

  • 446 Num :
    30 (43.9).

861b) Num : 1 ex., en interrogation directe446

  • 447 Numquid :
    59 (58.25).

862c) Numquid : 1 ex., en interrogation directe447

  • 448Ne :
    1 (27.3) (interrogation directe, comme le prouvent tibiet, accessoirement, l'indicatif commit (...)

863d) -Ne : 4 ex., tous en interrogation directe448

  • 449 An :
    a) interrogation directe :
    29 (42.21) ; 102 (81.10) ;
    b) interrogation indirecte :
    92 (77.11) ; 10 (...)

864e) An : 6 ex., dont 2 en interrogation directe et 4 en interro449 gation indirecte

865De ces particules, on peut dire ce qui suit :

  • 450 HS, p. 462, p. 158.

866Nonne n'est pas très fréquent en poésie. En prose il est concurrencé par non,-me et numquid non ; il est toutefois assez bien représenté en latin tardif450.

  • 451 HS, p. 463, ET, p. 158 ; cf. Rochus, p. 110, Bonnet, p. 324.

867Num disparaît de la langue populaire au début de l'Empire et est remplacé par numquid. Il manque chez certains auteurs vulgaires, tandis que chez d'autres écrivains, comme Salvien, Grégoire de Tours, numquid est la règle451

  • 452 HS, p. 463, ET, p. 158 ; Cf. L. Bieler, Comm., 200.

868Numquid non est fréquent en latin vulgaire où il remplace nonne452.

  • 453 HS, p. 461, ET, p. 157, Bonnet, p. 323. et sq.

869Ne disparaît de plus en plus de la langue populaire de l'Empire ; il est rare dans la Vulgate et chez Grégoire de Tours453.

  • 454 HS, p. 466, ET, p. 158 (interrogation directe). HS, p. 542, (interrogation indirecte) : an remplace(...)

870An, qui peut introduire une interrogation simple, paraît dans le DEB concurrencer num, surtout dans l''interroga454 tion indirecte

871En somme, nonne est dans le DEB bien représenté (5 ex.) à côté de son concurrent numquid non (1 ex.). De même -ne (4 ex.), tandis que num a la portion restreinte (1 ex.) et qu'en interrogation indirecte an paraît prendre la place de num (4 ex. contre O de num).

872Ainsi les remplacements et les disparitions qui se produisent dans la langue vulgaire ne pénètrent pas tous dans le DEB de façon constante.

POURQUOI ?

873Voici les particules employées par Gildas pour demander une raison :

  • 455 Quid :
    1 (27.7) ; 19 (35.19) ; 29 (42.18) ; 29 (42.19) ; 29 (42.20) ; 31 (43.18) ; 31 (43.21) ; 31 ( (...)

874a) Quid : 18 ex., tous en interrogation directe455

  • 456 Utquid :
    32 (44.3).

875b) Utquid : 1 ex. en interrogation directe456

  • 457 Quare :
    a) interrogation indirecte :
    32) (44.5) ; 33 (44.28) ; 106 (82.33) ;
    b) interrogation indirect (...)

876c) Quare : 5 ex., dont 3 en interrogation directe et 2 en interrogation indirecte457

  • 458 Quid : HS, p. 458. Ce remplacement se rencontre chez Grégoire de Tours, (Bonnet, p. 325).
    Utquid : H
    (...)

877On remarque l'absence de cur. Dans l'interrogation directe, aur est remplacé par quid et par utquid458

COMMENT ?

  • 459 Quomodo :
    42 (51.32) ; 100 (80.30) ; 109 (85.7).

878Pour interroger sur la manière, Gildas utilise quomodo : 3 ex., dont 2 en interro gation directe459.

  • 460 HS, p. 649.

879Signalons que quomodo ne prend pas ici le sens de cur, quare, quid ita, qu'il a parfois en latin postclassique et tardif460.

8.6.3. LES ADVERBES DE LIEU

IBIDEM

880J'en relève 3 exemples dans le DEB :

88118 (35.3) : inter urbes, quae ibidem ob metum hostium collocatae fuerant ;
66 (63.3) : post sacerdotalem sedem, qui nec ibidem usquam sederunt ;
77 (70.2) : prohibitoque, ne quid ibidem cibi gustaret contre un seul de ibi : 1 (26.9).

  • 461 HS, p. 188, Svennung, p. 303 et 388, note 2. Cf. supra : idem = is.

882De même qu'idem a pu remplacer is, ibidem s'est parfois employé à la place de ibi. Dans les trois exemples cités cidessus, y a-t-il insistance ("là-même) ou localisation pure et simple ?461.

NUSQUAM, USQUAM

883Nusquam se rencontre 4 fois :

88414 (33.11) : iuuentute... quae comitato uestigiis supra diati tyranni donrum nusquam ultra rediit ;
20 (36.7) : quae multos eorum cruentis compulit praedonibus... uictas dare manus..., alios uero nusquam ;
31 (44.1) : cor siquidem contritum et humiliation... nusquam Christus spemit ;
95 (78.26) : nusquam ad earn puro corde reuolastis.

885D'usquam on a également 4 exemples :

88613 (33.1) : insignibus, quae nec decenter usquam gessit ;
62 (60.19) : heu ! quis uicturus est... quando ista a ciuibus perficiantur si tamen usquam perfici possunt ;
66 (63.3) : post sacerdotalem... sedem, qui nec ibidem usquam sederunt ;
23 (3 8.15) : quo utique nihil ei usquam pemiciosius... factum est.

  • 462 H. Williams ne traduit qu'une fois, en 62 (60.19) par anywhere.

887Ce qui est curieux dans ces emplois, c'est que le sens local n'apparaît jamais avec évidence462.

888a) On peut traduire par "jamais" : c. 14 ; "qui ne revint jamais" ; c. 20 : "qui poussa les uns à livrer leurs mains, mais les autres jamais" ; c. 31 : "le Christ ne méprise jamais" ; c. 95 : "vous n'êtes jamais revenus" ; c. 13 : "qu'il ne porta jamais", c. 23 : "rien n'a jamais été fait" ; c. 62 : "si toutefois ces choses peuvent jamais être accomplies" ; c. 66 "eux qui ne siégèrent jamais là".

  • 463 Autres ex. donnés par Forcellini : Cicéron, Verr. 4.146, Térence, Eun. 4.3.17. On lit dans Aurelius (...)

889On peut remarquer en effet que dans les manuscrits latins les leçons hésitent parfois entre nusquam et numquam. Ainsi à César, B.G. 7.15.5, β, adopté par L. Constans, a numquam infecta ve, mais α donne nusquam incepta ve. A Virgile, En. 2.260, P a nusquam, adopté par Goelzer, mais M et Servius (au v. 801) donnent numquam463. Chez Gildas, la situation des manuscrits est la suivante :
c. 14 : nusquam ultra P Q Bède ; ultra nusquam D ; nunquam ultra X ;
c. 20 : nusquam C D H P ; nunquam Bède ; c. 31 : numquam A ; c. 95 numquam A ; c. 13 : numquam A ; c. 23 : tarn A ; c. 62 : unquam A ; c. 66 : numquam A ; usquam Q ; saepe P ; umquam D.

  • 464 Il est curieux de noter que d'après Ernout-Meillet usquam n'est plus attesté après le Ier s. S’agir (...)

890Les leçons en numquam ou umquam se retrouvent partout et le flottement de la tradition manuscrite semble indiquer qu'à une certaine époque nusquam s'est confondu avec numquam dans le sens temporel. On a par ex. chez Patrice, Conf. 23 : vogauevunt me ut nusquam ab illis discedevem, où le sens temporel est manifeste464.

  • 465 Cf. chez Grégoire (Bonnet, p. 320). Les 3 ex. de numquam dans le DEB :
    36 (48.11) ; 66 (62.8) ; 67 ( (...)
  • 466 Cicéron, Verr. 5. 108 : fidem tuam, quae nusquam erat neque umquam fuerat, implorant.
    HS renvoie à F (...)

891b) Une autre traduction possible est non. HS, p. 454, signale ce sens pour numquam465 et pour nusquam466.

892c) Enfin Ernout-Meillet donne comme sens premier : "en nulle façon", "en quelque façon". Selon Souter et Blaise, ce sens apparaît encore dans Cyprien.

893Conclusion : ou l'on maintient le sens temporel partout ou l'on admet :

894a) le sens local dans quae nec decenter usquam gessit, si tamen usquam perfici possunt, quo... nihil ei usquam pemiciosius factum est.

895b) le sens purement négatif dans : nusquam ultra rediit (=ultra non : "ne... plus"), Christus nusquam spemit (le Ps. 50. 19 donne cor contritum et humiliation Deus non despici es)alios uero nusquam ("les autres non").

896c) le sens temporel, qui ne peut faire de doute, dans : qui nec ibidem usquam sederunt (localisation et négation déjà exprimées), nusquam ad eam puro corde reuolastis ("ils sont partis et ne sont jamais revenus").

8.6.4. LES ADVERBES DE TEMPS

ANTE, ANTEA

  • 467 Ante :
    28 (42.9) ; 37 (48.25) ; 67 (63.28).
    On a en 72 (66.27) ante ea, que D donne comme
    Antea :

    1 (26 (...)
  • 468 HS, p. 223. Löfsted, Kommentar, p. 74 : Ethérie ne connaît que ante. Löfstedt donne encore d'autres (...)

897Gildas emploie 3 fois ante et 6 fois antea467. Antea n'est pas la forme populaire. Cicéron le préfère à ante mais la poésie et les prosateurs - surtout vulgaires - l'évitent (au contraire Oribase utilise plus antea que ante468.

DEIN

  • 469 Dein :
    11 (31.25) ; 34 (45.17) ; 65 (61.25) ; 67 (64.3).
  • 470 Ernout-Meillet, s.u. deinde, dein. Deinda est seul attesté épigraphiquement.

898On trouve 4 fois dein dans le DEB469. Aucun exemple de deinde. Dein est une forme plus récente, qui ne se rencontre que devant consonne470. Le TEL donne le tableau suivant :

Deinde

Dein

Cicéron

853

12

Salluste

64

45

Virgile

38

0

Tite-Live

942

124

Sénèque

405

0

Pline Nat.

202

232

Tacite

64

122

Hist. Auguste

207

1

899Cette répartition ne paraît pas avoir inspiré de commentaires aux linguistes. Je remarque que Tacite préfère dein, comme Pline l'Ancien du reste. D'autre part, dein chez Gildas est toujours employé devant consonne, ce qui pourrait expliquer l'absence de deinde.

DEINCEPS

900En 21 (36.17) : Picti in extrema parte insulae tuna primum et deinceps requieuerunt, deinaeps est peut-être à interpréter comme deinde. Deinceps signifie "successivement, à la suite". Chez certains auteurs, il a pris le sens de deinde : ainsi Avit (Goelzer, p. 681), Augustin, Conf. 12.29 (où il s'oppose à primo), Sidoine, Ep. 7.9.3.

DEMUM

901Je relève en 28 (42.1) un emploi certainement rare de demum. Il s'agit de : post horribile sacramentum iuramenti, quo se deuinxit nequaquam dolos ciuibus, Deo primum iureque iurando, sanctorum demum choris et genetrice comitantibus fretis, facturum. Demum signifie habituellement "précisément", "seulement" ; mais ici il suit primum et peut se comprendre comme "ensuite" ou "enfin". Le TLL donne un exemple de Tite-Live 11.22.1 : primum... deinde... demum. Le sens de "enfin" se rencontre encore dans Sénèque, Ep. 94.74, Suétone, Cal. 6 et Cl. Mamert, St. an. praef.

POST, POSTEA

  • 471 Post :
    21 (37.5) ; 27 (41.27) ; 80 (71.8) ; 107 (83.21).

902Gildas donne 4 fois post471, alors que postea n'est pas représenté dans le DEB. On peut avoir une idée de la distribution de ces deux adverbes :

Post

Postea

Plaute

plus fréquent

Cicéron

Ecrits philos. :

également représentés

Discours

plus fréquent

César

plus fréquent

Vitruve

4

30

Pétrone

0

5

Hist. Auguste

20

100

  • 472 HS, p. 242.

903Tacite plus fréquent472

904Il semble que postea ait été plus populaire que post. Dans le cas du DEB, il est finalement difficile de juger du fait que post apparaît uniquement dans le tour fixé paulo post.

  • 473 Saepe :
    1 (26.31) ; 23 (38.22) ; 27 (41.15) ; 66 (62.21) ; 94 (78.11).
    Subinde :

    67 (63.26).
  • 474 HS, p. 280 : apparaît avec Velleius JPaterculus, Sénèque le père, Phèdre, Pétrone ; fréquent en lat (...)
  • 475 Turn :
    5 (29.26) ; 11 (32.2) ; 20 (36.8) ; 23 (38.12) ; 23 (38.19) ; 29 (42.28) ; 34 (46.6) ; 48 (54 (...)
  • 476 HS, p. 519 et sq. Répartition des deux adverbes chez quelques auteurs : Prose :

SAEPE ET SUBINDE

Saepe est représenté 5 fois dans le DEB et subinde 1 fois473. Le sens habituel de subinde est "immédiatement après". Dans la langue populaire, il prend tôt un sens itératif et équivaut alors a saepe474.

TUM ET TUNC

Gildas donne 8 tum contre 7 tunc475.Tum est d'abord la particule courante et l'emporte largement chez Cicéron : tuna est absent des Catilinaires et de plusieurs autres oeuvres. De même chez César : 95 % contre 5 % pour tunc. C'est dans la prose postclassique que tuna commence à l'emporter. Dans la langue courante tum disparaît. En poésie on observe la même évolution : tuna l'emporte à partir de Perse et de Martial476 L'égale répartition des deux formes chez Gildas atteste donc une forte influence du conservatisme scolaire.

DIU ET MULTO TEMPORE

Diu apparaît 2 fois dans le DEB :

90511 (32.4) : stante diu arca prope glareas testamenti ;

906109 (84.24) : his nimirum horresaens diu immorari.

907En revanche des formes longues, composées de tempore + adjectifs, sont mieux attestées :
multo tempore "longtemps" :
1 (27.22) : persoluo debitum multo tempore antea exaction ;
23
(39.6) : quae multo tempore impertitae clauserunt... canis faucem ; non paruo tempore "depuis longtemps" ;
1 (27.11) : hi non paruo... tempore... luctabantur ; post non longum temporis "au bout de peu de temps" : 21 (36.16) : post non longum temporis reuersuri.

  • 477 Longo tempore : Cassius, Felix, Anthimus, Caelius Aurelianus. Chez ces deux derniers auteurs, diu e (...)

908HS, p. 758, signale l'emploi de longo (multo, magno, plurimo) tempore pour diu. Löfstedt, Syntactica 2, p. 41 et sq., signale ce remplacement et l'attribue à la langue populaire477.

8.6.5. LES CONJONCTIONS COPULATIVES

  • 478 Neque et nec ont été étudiés plus haut.

909Les conjonctions copulatives utilisées par Gildas sont celles du latin de toute époque : -que, et, atque et ac, neque et neo478 A ces conjonctions se rattachent les particules marquant l'addition etiam et quoque.

ET,-QUE, ATQUE, AC

Un premier travail s'impose : évaluer les occurrences de ces différentes conjonctions :

Image 10000000000001190000009E5369F7AE.jpg

  • 479 Je ne donnerai que la liste des emplois particuliers. Pour -que sont comptés les 4 ex. de iam iamqu (...)

Note 479479

910Mais, comme pour évaluer le rapport et/-que il ne faut retenir que les emplois copulatifs, je vais auparavant décompter et étudier les emplois non copulatifs de et.

911Et : a son emploi copulatif normal, sauf dans :

912a) et = etiam additif

  • 480 Sed et :
    1 (26.22) ; 1 (26.27) ; 52 (56.33) ; 53 (56.37) ; 54 (57.26) ; 55 (57.30) ; 59 (58.19) ; 64 (...)
  • 481 HS, p. 483 et 524. On a le sens de sed en 1 (26.22) et peut-être en 1 (26.27). Ailleurs sed et = et

913- sed et : 11 ex480. Alors qu'en latin classique le sens additif de et est sensible, en latin tardif sed et a le sens de sed ou de et481

  • 482 Sicut et :
    1 (25.8) ; 21 (46.13) ; 21 (37.18) ; 104 (82.2).
  • 483 HS, p. 483. Ethérie l'emploie beaucoup (Löfstedt, Kommentar, p. 43). Patrice utilise aussi sicut et (...)

914-sicut et : 4 ex.482. Cette locution paraît appartenir à la langue parlée483.

  • 484 Nam et : 19 (35.23) ; 40 (50.25) ; 70 (69.17).
  • 485 HS, p. 483.

915- nam et : 3 ex484. Apparaît sporadiquement chez Cicéron485

  • 486 Et = etiam : 11 (31.24) ; 21 (36.21) ; 26 (40.19) ; 32 (44.3) ; 49 (55.10) ; 69 (64.19) ; 70 (65.22 (...)
  • 487 HS, p. 483. Dans le DEB, cet et porte 5 fois sur des pronoms.

916-et = etiam : 12 ex486. Emploi assez fréquent avec les pronoms487.

  • 488 Sed et - sed etiam. 21 (36.23) ; 21 (37.15) ; 27 (41.20). US, p. 483, signale non modo., sed et dès (...)

917- sed et - sed etiam : 3 ex488.

  • 489 Et.. quoque : 21 (37.1).
  • 490 HS, p. 524 : Apulée, Tertullien. Svennung, p. 493.

918b)...et... quoque - quoque : 1 ex.489 Il s'agit de l'addition d'une particule copulative à une particule additive490

  • 491 Quia et : 18 (34.25) ; 18 (35.6).
  • 492 US, p. 451.

919c) quia et : 2 ex491. Il s'agit d'un emploi affaibli de et, attesté depuis la Vetus Latina492

  • 493 Idem et : 108 (84.8) : "comme si on ne comprenait pas ou comme si on comprenait que ces mots veulen (...)
  • 494 HS, p. 478.

920d) idem et : 1 ex493. Cette construction est classique494.

921Le total de ces emplois non copulatifs s'élève à 37. Restent donc 37 4 emplois copulatifs de et. Dans ces conditions, le rapport et/-que copulatif est le suivant : et : 374 soit 65.38 %

922-que : 198 soit 34.61 %, c'est-à-dire, en gros, 2 et pour 1-que.

  • 495 US, p. 473, et sq. Lôfstedt, Synt. 2, p. 341 et sq. Pour Cyprien, Schrijnen-Mohrmann 2, p. 68 : -qu (...)
  • 496 A. Ernout, Philologica, 3, Paris, 1965, p. 103.
  • 497 J. Perret, compte-rendu de Philologica dans REL 43,1965, p. 528.

923La situation en latin est la suivante, -que est pendant la période archaïque plus utilisé que et. Mais à l'époque classique -que recule devant et. -que disparaît en latin vulgaire : on le note dès Pétrone. Mais il est encore bien employé dans les récits (Jordanès, Grégoire de Tours, Vitae Patrum)495. Pour Ernout, -que a cessé d’être vivant dès l'époque d'Auguste496. Mais J. Perret estime que c'est "antidater une décadence qui ne se produira que plus tard et dans certains milieux" : -que est à égalité numérique avec et chez Lucrèce, dans les Philippiques, le Bellum Gallicum, les Géorgiques ; chez Tacite, Suétone, Pline le Jeune, - que est encore avec et dans le rapport 1/2497. Ces précisions nous montrent que de ce point de vue Gildas conserve un état qui est celui de la fin du 1er s. après J.-C.

  • 498 Et iterum :
    a) introduit une 2ème citation : 1 (26.12) ; 24 (39.16) ; 35 (47.11) ; 36 (47.23) ; 36 ( (...)
  • 499 L. Bieler, Comm., p. 108. Cf. Io. 19.37, Rom. 15.10.

924Un mot pour finir sur et iterum. Gildas emploie cette expression 39 fois pour introduire une citation498. L. Bieler remarque qu'introduire une 2ème citation par et iterum dicit appartient au style biblique499

925Atque et ac relèvent du style élevé et oratoire. Dès la fin de

  • 500 US, p. 476 et sq. Lôfstedt, Synt. 2, p. 341 et sq. Pour Ethérie, Lôfstedt, Kormentar, p. 85 et sq.  (...)

926la République ils disparaissent de la langue parlée mais sont fréquents chez les Archalsants : Saliuste, Tite-Live, Tacite, Fronton, Aulu-Gelle. En latin tardif, la plupart des auteurs vulgaires (Vetus Latina, Irénée, Ethérie) l'utilisent rarement. Certains auteurs techniques les emploient à partir de sources plus anciennes. Ces particules sont fréquentes chez Cyprien, Hilaire, Ambroise, Jérôme et Augustin500, Ce qu'il faut retenir de l'emploi de -que et atque/ac, considérées comme particules littéraires, c'est que Gildas les utilise volontiers : environ 40 % des copulatives.

  • 501 HS, p. 477. Löfstedt, Synt. 1, p. 375, note 4.

927Répartition de ac et atque. En principe atque est la forme antévocalique et ao la forme antéconsonantique. Mais cette règle n'est observée ni en prose, ni en poésie. Atque est en fait la forme plus élevée, celle qui l'emporte chez Salluste par exemple, ac est la forme ordinaire, que l'on trouve plutôt chez Caton, Varron et Pline l'Ancien. De même la poésie préfère atque501. Dans DEB, la répartition est la suivante :

Antéconsonantique

Antévocalique

Ac

54

0

Atque

7

3

928Ac est de loin mieux représenté que atque. Mais il est toujours employé devant consonne, comme c'est la règle phonétique. Atque au contraire est deux fois plus employé en dehors de son domaine normal. On trouvera chez les grands auteurs des rapports de ce genre : Salluste : 370 atque, dont 184 antéconsonantiques, Horace, Satires : 101/51, Epitres : 31/28, Odes : 31/26. On a l'impression que Gildas a appris une règle phonétique et qu'il l'applique au mieux, mais qu'il n'est pas sans savoir que cette règle est en contradiction avec les habitudes des grands auteurs : aussi se risque-t-il à utiliser atque, la particule noble, contre la règle phonétique. Atque - etiam. On lit en 1 (27.25) : quorum priores, ni fallor, cum lacrimis forte, quae ex Dei caritate profluunt, alii enim atque cum tristitia, sed quae de indignatione et pusillanimitate deprehensae conscientiae extorquetur, illud excipient.

  • 502 p. Grosjean, Notes, AB 75, Emendations au texte du De Excidio, p. 199.

929Le passage alii enim atque cum tristitia fait problème. Une première solution consiste à considérer, avec P. Grosjean, que enim atque, admis par P, est une erreur pour uero, transmis par A502.

  • 503 HS, p. 379. Le TLL donne la référence à ces deux auteurs : Martianus Capella 6.667 : Africa uero ac (...)

930On peut aussi admettre que enim - autem (voir plus loin) et qu'ici atque s'emploie pour etiam, ce qui donnerait : alii autem etiam cum tristitia. Cet emploi est très rare ; il apparaît dans Martianus Capella et Venance Fortunat.503

931Coordination de plusieurs membres :

932Quand il s'agit de relier trois ou plus de trois termes positifs, l'usage classique est réglé de la façon suivante :

933a) aucune particule n'est employée : uiri, mulieres, pueri

934b) et est répété entre chaque terme (et même exprimé devant le premier) : (et) uiri et mulieres et pueri

  • 504 ET, p. 443.

935c) le dernier terme est seul coordonné, mais uniquement par-que : uiri, mulueres, puenque504

936Gildas présente des combinaisons beaucoup plus variées :

937a) type A B -que C-que :

938Ex. : 19 (35.11) : sanguinis fundendi auiditate concordes furciferosque... uultus... tegentes cognitaque condebitorum reuersione... confidentiores ;

939b) 1) type A ac B C-que :

940Ex. : 11 (32.11) : siluis ac desertis abditisque speluncis ; 2) type A B -que ac C :

941Ex. : 17 (34.12) : ac si montanus torrens... auctus 3onoroque meatu alueos exundans ac sulcato dorso... mirabiliter spumans ;

942c) 1) type A ac B et C :

943Ex. : 7 (30.17) : facturos ac... maceraturoa et... accommodaturos ; 2) type A et B ac C :

944Ex. : 67 (64.4) : pingunt et... acies librant ac... ingerunt ;

945d) 1) type A et B C-que :

946Ex. : 72 (67.7) : ob praecepta Dei et minas caelitus datas ueritatemque uel non audientibus proferendam ;

9472) type A B -que et C :

  • 505 HS, p. 515 : type évité par les Classiques mais bien employé par les poètes, dans les passages de s (...)

948Ex. : 3 (28.21) : fontibus... pemitidisque riuis... et lacubus505 ;

949e) type A B-que C :

950Ex. : 3 (28.16) : campis late pansis collibusque... aptis, montibus ;

951f) (1) type ABC et D E-que :

952Ex. : 18 (34.22) : terram, substantiolam, coniuges et... libertatem uitamque ;

9532) type ABC ac D :

954Ex. : 12 (32.18) : basilicas... fondant, construunt, perficiunt ac... propalant ;

955g) type A ac B et C et D :

956Ex. : 66 (63.7) : non nisi sanati atque perfecti et apostolorum imitatores et irreprehensibiles ;

957h) type A B ac CD :

  • 506 On a encore par ex. : A B C-que D-que : E F G H - que : 1 (26.32) : populo, semini regali gentique (...)

958Ex. : 20 (36.7) : de ipsis montibus, speluncis ac saltibus, dumis consertis506.

959Il faut remarquer que, des combinaisons données par HS, p. 515 et sq. : A B -que et C, A -que et B et C, A -que B-que et C, Gildas ne présente d'exemples que de la première. Il fait preuve par ailleurs d'une grande liberté dans l'utilisation de types très variés.

960je passerai maintenant aux particules additives.

961ETIAM est attesté 27 fois dans le DEB.

962a) "encore, en plus" : 16 ex.

963b) non solum (ou toute autre formule équivalente)... sed (ou toute autre particule adversative) etiam : 8 ex.

  • 507 Etiam :
    a) "encore, en plus" : 1 (25.20) ; 1 (26.8) ; 1 (27.2) ; 4 (29.4) ; 4 (29.17) ; 13 (33.1) ; (...)

964c) même : 3 ex.507

  • 508 HS, p. 484 ; ET, p. 445.

965Le sens de "encore" (avec "non seulement... mais encore") et de "même” sont normaux508. Rappelons que l'on a dans le

966DEB 3 sed et contre 8 sed (uerum) etiam et 12 et = etiam contre 16 etiam "encore".

  • 509 Quoque : 1 (26.5) ; 18 (35.5) ; 21 (37.1) ; 22 (38.6) ; 24 (39.14) ; 30 (43.3) ; 31 (43.18) ; 40 (5 (...)
  • 510 HS, p. 485, Lôfstedt, Kommentar, p. 137 et sq., Svennung, p. 493, note 1, L. Bieler (FC 6, p. 83) : (...)
  • 511 Quoque Etiam (voir Lôfstedt, Kommentar, p. 137, note 1).
    Ethérie O 80
    Vitruve 14 Plus de 200
    Pétrone 3 (...)

QUOQUE

25 exemples dans le DEB509. Cette conjonction n'appartient pas à la langue populaire. Ethérie, Filastrius l'évitent ; elle est rare chez Vitruve et Pétrone, alors qu'on la rencontre souvent chez les stylistes : Tacite, Cyprien, Ammien (mais aussi chez Irénée, Palladius et Chiron)510. Le rapport de quoque/etiam montre une fois de plus que Gildas ne se range pas du côté des écrivains vulgaires511.

8.6.6. LES CONJONCTIONS DISJONCTIVES

967Les conjonctions disjonctives du latin sont -ue, aut, uel et siue (ou seu ; sans valeur subordonnante). Gildas emploie ces 4 conjonctions avec la fréquence suivante :

Image 100000000000010B0000009DEA7B31C0.jpg

  • 512 En comptant le seude 72 (66.32), que P. Grosjean (AB 75, p. 197) propose d'admettre avec C contre A(...)

Note 512512

  • 513 HS, p. 499 et 501. Térence emploie aut proportionnellement beaucoup plus que.uel ; Pétrone n'emploi (...)
  • 514 HS, p. 499 et 501. Ainsi Terentianus Maurus emploie 90 uel contre 49 aut et 16 ue.
  • 515 HS, p. 502 et sq., absent dans les parties vulgaires du Satiricon, rate chez Sénèque le Rhéteur et (...)
  • 516 HS, p. 503 et sq. Voir aussi A. Ernout, Philologica 3 et son compterendu par J. Perret dans REL 43, (...)

968Ces différentes particules apparaissent en latin de la façon suivante. Aut est le mot populaire et le seul qui soit resté sur presque toute la Romania513. Vel est au contraire le terme de la langue élevée et devient la particule la plus employée seulement à partir des écrivains tardifs514. Dès le latin archaïque-ue est en régression. Il se maintient en prose classique à cause de la clausule et en poésie pour la commodité métrique. Mais dans la langue vivante il disparaît dès le début de l'Empire515. Quant à siue (seu), il se lit chez les poètes, ainsi que chez les prosateurs postclassiques et tar-difs516. On voit que Gildas suit en gros l'usage littéraire du latin tardif plutôt que l'usage vulgaire.

  • 517 Seu : 1 (27.21) ; 66 (62.16) ; 72 (66.32). P. Grosjean, AB 75, p. 197, comprend : montent plenum cu (...)
  • 518 HS, p. 503 et sq. Ici 66 (62.16).
  • 519 HS, p. 504. cf. Svennung, p. 495 et sq., Lòfstedt, Rammentar, p. 198, Bonnet, p. 315.
  • 520 - Ve : 1 (25.22) ; 4 (29.20) ; 6 (30.10) ; 22 (38.10) ; 92 (76.39) ; 108 (8 3.32).
  • 521 HS, p. 503. Exemples anciens ; assurés en tout cas pour l'époque postclassique. Cf. Svennung, p. 49 (...)
  • 522 Aut : 4 (29.13) ; 4 (29.21) ; 24 (39.27) ; 37 (48.16) ; 65 (61.23).
  • 523 HS, p. 498, ET, p. 446.
  • 524 HS, p. 498.
  • 525 Dans ce dernier cas, on peut reconnaître également l'emploi copulatif après négation : HS, p. 499, (...)

SEU

4 exemples517. Seu non subordonnant signifie normalement "ou" et ce sens peut convenir dans un de nos exemples518. Mais, en latin tardif, comme aut, uel et ue, il peut être copulatif et valoir et. Cela conviendrait pour le cas de 72 (66.32)519 Dans les deux autres ex., seu entre dans des combinaisons : seu... uel ; uel... seu (voir plus loin).

-VE

6 exemples520. sur ces 6 exemples, celui de 6 (30.10) sera examiné plus loin. Les cinq autres admettent facilement l'interprétation ue = et521.

AUT

6 exemples522. Aut primitivement implique que l'un des deux termes exclut l'autre, tandis que uel laisse le choix entre les deux termes523. Mais très vite ce sens fort s'est affaibli et aut est fréquemment employé pour séparer des notions légérement différentes ou plus ou moins synonymes (= "ou encore")524. Aut finit par prendre le sens copulatif525.

  • 526 Dans ce dernier cas, on peut reconnaître également l'emploi copulatif après négation : HS, p. 499, (...)
  • 527 Sur aut..aut copulatif, HS, p. 500 : usage vulgaire. Ici lés documente ont été ou brûlés ou emporté (...)

969Dans notre texte, aut apparaît 2 fois en combinaison multiple (A aut b uel C ; A uel B aut C) : voir plus bas. Nous avons un exemple où le sens peut être discuté : soit "et", soit "ou” affaibli ("ou encore") : 37 (48.16)526. En 24 (35279.7) le sens doit être copulatif (voir Isaîe 17.5-6). Nous avons enfin le couple aut... aut en 4 (29.21) ; s'il arrive que aut... aut vaille et... et, ici le sens ne paraît pas être coordinatif mais disjonctif

  • 528 Vel "ou bien" : 1 (25.7) ; 1 (27.10) ; 4 (29.12) ; 30 (43.10) ; 37 (48.14) ; 38 (49.9) ; 62 (60.22) (...)

VEL

Particule de loin la mieux représentée enlatin tardif et chez Gildas, uel pe528ut avoir des emplois variés :

970a) son emploi primitif : "ou (si tu veux)" : 18 ex..

  • 529 Vel = et. HS, p. 502. Latin tardif et particulièrement auteurs vulgaires. Cf. Löfstedt, Kommentar, (...)

971b) uel = et : 21 ex.529

  • 530 Vel : "ou" ou "et" : 5 (30.3) ; 6 (30.6) ; 62 (60.11) ; 66 (62.25) ; 66 (63.1) ; 93 (78.1) ; 106 (8 (...)

972c) cas ambigus : 7 ex.530

  • 531 En formule d'introduction de citation : 94 (78.9) ; 95 (78.21) ; 99 (80.13) ; 10.3 (81.24).

973d) à ces 2 usages peut se rattacher uel en formule de liaison dans les introductions de citation : 4 ex531.

  • 532 Vel potius : 32 (44.9) ; 66 (62.17) ; 67 (64.4) ; 95 (78.32) ; 107 (83.22) ; 108 (84.14). La formul (...)

974e) de même uel potius se rattache à uel "ou" : 6 ex532.

  • 533 Vel - "même" : ET, p. 446. Exemples du DEB : 17 (34.7) ; 66 (62.15) ; 67 (64.3) ; 72 (67.7) ; 98 (8 (...)

975f) uel = "même" : 6 ex.533

  • 534 Vel = ormino : HS, p. 502. Largement répandu en latin tardif dans le DEB : 68 (64.13) "au total, en (...)

976g).= uel - ormino 1 ex534.

  • 535 Vel si - et(iam) si : voir plus haut. US, p. 502, 659,ET, p. 351. Dans le DEB : 4 (29.20).

977h) uel si = et (iam) si : 1 ex535.

  • 536 4 (29.5).
  • 537 HS, p. 502. Dans le DEB : 70 (65.15-16) H. Williams traduit "either..or".
  • 538 5 (30.1) (voir plus haut non..uel).

978i) uel... uel : 3 ex., soit 6 occurrences : - uel... uel peut signifier "ou bien... ou bien"536
- uel... uel peut signifier "et... et"537
- non uel... uel - "ni... ni"538

979Combinaisons variées :

  • 539 4 (29.13). HS, p. 522. Ici la négation initiale permet de poser "ni..ni".

980a) aut... uel - "et... et" (ou "ni...ni") : 1 ex539.

  • 540 65 (61.23).

981b) uel... aut="e t... et" : 1 ex540.

  • 541 110 (85.14). HS, p. 522, donne un uel..seu chez Grégoire de Tours, Steli. 35.

982c) uel... seu : 1 ex541.

  • 542 1 (27.21). A rapprocher d'Avit (Goelzer, p. 688) : et..seu..uel : "et..et., et". H. Williams tradui (...)

983d) seu...uel : 1 ex542.

  • 543 6 (30.10). Cela se rapproche du type nec..et - nec..nec HS,p. 517.

984e) non... nec...neque... -ue : 1 ex543.

985Conclusion : Dans la répartition et l'usage des conjonctions disjonctives, Gildas suit largement le latin littéraire tardif. Les vulgarismes qu'on y relève sont attestés également chez tel ou tel bon auteur (emploi des disjonctives comme copulatives par exemple).

8.6. 7. LES CONJONCTIONS ADVERSATIVES

986Ernout-Thomas, p. 447 et sq., distingue 3 groupes :

987a) les adversatives qui marquent une opposition forte : sed, uerum, at, immo, quin.

988b) les adversatives qui rendent une opposition plus faible : autem, uero.

989c) les adversaires qui marquent une opposition en rapport avec une concession : tamen, nihilominus, quidem.

990Ces différentes conjonctions sont représentées dans le DEB.

GROUPE A

991SED 132 exemples parmi lesquels on relève :

  • 544 Voir p.4 32 ;

992a) sed et : 11 ex.
-= et : 9 ex.
-= sed : 2 ex544.

  • 545 Voir plus haut, HS, p. 486, ET, p. 448. Il faut ajouter sed nec multum en 107 (83.10) : voir plus h (...)

993b) sed dans les combinaisons du type non solum... sed (etiam) : 15 ex. (les 3 ex. de sed et - sed etiam en font partie)545. Sed est ici en opposition après une négation.

  • 546 c'est l'usage courant : HS, p. 486, ET, p. 447 et sq. 1 (25.4), 1 (26.21), 5 (30.1), 6 (30.10), 7 ( (...)

994c) sed en opposition après une négation (à l'intérieur de la phrase) : même type d'emploi que b) : 40 ex546.

  • 547 1 (26.21), 1 (26.23), 1 (26.26), 1 (27.25), 5 (30.2), 19 (35.11), 23 (38.24), 26 (40.21), 27 (41.15 (...)

995d) sed en opposition avec une affirmation (à l'intérieur de la... phrase) : 27 ex547.

  • 548 1 (27.8)+, 2 (27.27)+, 22 (38.5)+, 26 (40.20) 1er ex. +, 28 (42.16) :+, 36 (47.14)+, 37 (48.15)+, 3 (...)

996e) sed en début de phrase : 34 ex548.

  • 549 1 (27.23), 94 (78.1), 107 (83.9), 108 (83.32), 108 (83.37).

997f) tour quidem... sed (dans la phrase ou à cheval sur deux phrases) : 5 ex549.

  • 550 HS, P. 495. Cicéron emploie volontiers uerum dans les premiers Discours, en particulier dans le gro (...)
  • 551 HS, p. 488 et sq., ET, p. 448. At, en poésie surtout, peut simplement servir à souligner l'enchaîne (...)
  • 552 HS, p. 489, ET, p. 449. Comme ce qui suit est pris à Virgile, il s'agit probablement d'un mot empru (...)
  • 553 Immo : 23 (38.13) ; 26 (41.10) ; 31 (43.22) ; 67 (63.21) ; 67 (63.25) ; 67 (64.7).
    HS, p. 492.

VERUM

1 exemple dans l'opposition non solum... uerum etiam : 65 (61.29) : quorum uitam non solum laudo, uerum etiam cunctis mundi opibus praefero550.

AT

3 exemples :
1 (26.25) : beatissimum dicebam Petrum... at Iudam infelicissimum ;
17 (34.8) : at illi... commoti tantae bistorta tragoedia... infigunt... ungues ;
26 (41.1) : at illis decedentibus... ita cuncta ueritatis ac iustitiae moderamina concussa ac subuersa sunt ut551.

AST

1 exemple :
17 (34.15) : ac si montanus torrens... mirabiliter spumans ast uno obiectas sibi euincit gurgite moles552.

IMMO

6 exemples553. Dans le DEB, a le sens de "au contraire.

998Immo s'emploie volontiers avec des particules intensives (immo potius en 67 (63.21) : dès Plaute) ou adversatives (quin immo en 67 (63.25) : à partir de Pline l'Ancien).

  • 554 Quin : 13 (32.28) ; 20 (36.7) ; 67 (63.14) ; 67 (63.25) ; 93 (77.26) ; 95 (78.24).
    HS, p. 676 et sq.

QUIN

6 exemples nous intéressent ici554 :

999a) quin immo : 1 ex. : voir ci-dessus,s.u. immo

1000b) quin potius : 5 ex. Quin intensif a pris dans la langue courante le sens de immo et s'est dès Plaute employé avec potius.

GROUPE B

  • 555 Autem : 21 (36.19) ; 62 (60.13) ; 72 (66.34) ; 95 (78.19) ; 101 (81.6) ; 109 (84.33).
    HS, p. 490, TL (...)

AUTEM

6 exemples555. a nettement le sens adver satif dans 21 (36.1), 62 (60.13), 72 (66.34), 109 (84.33). En 95 (78.19) et 101 (81.6), autem signifie plutôt "d'autre part" ce qui est son sens primitif.

VERO

17 exemples :

1001a) = autem, opposition assez forte : 10 ex.

1002b) = "d'autre part" : 5 ex.

  • 556 Vero :
    a) 1 (27.24) ; 4 (29.14) ; 11 (32.13) ; 20 (36.7) ; 21 (36.23) ; 21 (37.6) ; 35 (47.1) ; 72 ( (...)

1003c) = "quant à" : 1 ex. d) = "en vérité" : 1 ex556.

GROUPE C

TAMEN

24 exemples :

1004a) opposition

1005-en rapport avec une concession :
1) licet... tamen : 6 ex.
2) si non... tamen : 1 ex.

1006-sans concession : nec tamen : 1 ex.

1007b) restrictif :

1008- si tamen : 8 ex.

1009- tamen... non : 1 ex.

1010- tamen : 1 ex.

1011c) adversatif :

  • 557 Tamen :
    a) - 1 (25.1) ; 9 (31.4) ; 35 (46.19) ; 39 (49.24) ; 69 (64.20) ; 97 (79.21) ; 64 (61.18)
    - 2 (...)

1012- nec tamen : "mais pas" : 5 ex557.

1013- nequaquam tamen : "mais pas" : 1 ex.

  • 558 HS, p. 497.
  • 559 Quidem : a) "peut-être", "sans doute", “assurément" : 1 (27.23) ; 27 (41.19) ; 93 (77.30) ; 95 (78. (...)

NIHILOMINUS

est utilisé 1 fois par Gildas avec son sens adversatif "néanmoins" :
1 (25.9) : situi... legebam nihilominus. Ce sens est bien conservé en latin tardif, à côté d'une nouveauté (nihilominus = aeque, pariter)558.

QUIDEM

se trouve 11 fois dans le DEB avec les emplois suivants :
a) il prépare une opposition et le second membre est souvent introduit par une particule adversative (sed) ="peut-être, mais" : 8 ex.
b) il introduit une limitation, une opposition : "pourtant", mais" : 3 ex559.

NE...QUIDEM

Voir plus haut sous ne

1014.

1015Reste à comparer les fréquences. Rappelons les chiffres :

1016sed : 132 ex. (dont 9 sed et = et) autem : 6 ex. tamen : 2 4 ex.

1017uerum : 1 ex. uero : 17 ex. nihilominus : 1 ex.

1018at : 3 ex. quidem : 11 ex.

1019ast : 1 ex. ne... quidem : 8 ex.

1020immo : 6 ex.

1021quin : 6 ex.

  • 560 HS. p. 487. Chez Plaute, at/sed : 1 : 2.
  • 561 HS, p. 490 et 494.
  • 562 HS, p. 491.

1022Sed/at : sed appartient avant tout à la prose et particulièrement au style sans prétention, tandis que at relève du style solennel (poésie, Salluste) et que uerum ne paraît pas être un mot populaire. Sed est le terme préféré des auteurs vulgaires, dont certains évitent at et uerum et dont beaucoup utilisent plus sed que autem560. Gildas paraît bien suivre cette dernière tendance. Autem/uero : terme favori de Cicéron, autem est relativement rare chez les historiens et en latin tardif il recule devant uero chez certains auteurs (Jordanès, Anthime, Reg. Bened.)561, alors que uero adversatif est rare chez Ethérie et Commodien, paraissant ainsi peu apprécié de la langue courante562 De ce point de vue, Gildas se comporte comme Jordanés.

  • 563 HS, p. 493, Lôfstedt, Kommentar, p. 322 et sq.
  • 564 Sana : 1 (26.19) ; 37 (48.14) ; 42 (51.25) ; 66 (62.25) ; 95 (78.18) ; 95 (78.32) ; 108 (83.31).

SANE

a primitivement le sens de "assurément, bien entendu". Mais en latin tardif, il prend le sens adversatif (= uero, tamen)563. Or chez Gildas le sens de sane (7 ex.) est toujours confirmatif564.

8.6.8. LES CONJONCTIONS EXPLICATIVES

1023Les deux principales conjonctions explicatives sont enim et nam ("car, "en effet"), avec leurs composés etenim et namque. Chez Gildas les chiffres sont les suivants :

Nam

 : 14 ex.

soit 25.45 %

Namque

 : 17 ex.

soit 30.90 %

Enim

 : 17 ex.

soit 30.90 %

Etenim

 : 7 ex.

soit 12.72 %

55 ex.

NAM

14 ex. Se présente avec les emplois suivants :

1024a) = "en effet" : 4 ex. (dont 2 nam et : voir plus haut sous et.

1025b) = autem (particule de liaison ou adversative) : 5 ex.

1026c) nam si - si autem : 4 ex.

  • 565 Nam :
    a) "en effet" : 19 (35.23) ; 28 (42.9) ; 40 (50.25) ; 62 (60.16) ;
    b) = autem : 11 (32.11) = dέ (...)

1027d) nam et = nam "par exemple" : 1 ex565.

NAMQUE

17 exemples qui se répartissent ainsi :

1028a) = "en effet" : 6 ex.

1029b) affirmatif : "alors, donc !" : 3 ex.

  • 566 Namque :
    a) "en effet" : 21 (36.13) ; 22 (38.9) ; 24 (39.10) ; 35 (46.19) ; 37 (48.28) ; 107 (83.23) (...)

1030c) = autem (particule de liaison ou adversative) : 5 ex. d) dans une parenthèse : 3 ex566.

ENIM

17exemples, dont les emplois sont les suivants :

1031a) "en effet" : 7 ex.

1032b) = autem (copulatif ou adversatif) : 8 ex.

1033c) = sane "assurément" : 1 ex.

  • 567 Enim :
    a) "en effet" :
    4 (29.4) ; 24 (39.25) ; 28 (42.12) ; 67 (63.9) ; 74 (68.4) ; 92 (77.1) ; 96 (7 (...)

1034d) dans une parenthèse : 1 ex567.

ETENIM

7 exemples :

1035a) "en effet" : 2 ex.

  • 568 Etenim :
    a) "en effet" : 26 (40.22) ; 62 (60.34) ;
    b) = autem : 5 (29.24) début de récit : liaison ; (...)

1036b) = autem (particule copulative ou adversative) : 5 ex568.

QUIPPE

Voir plus haut, p. 406.

SIQUIDEM

Voir plus haut, p. 404.

1037Observations sur les fréquences : nous avons 14 nam, 17 namque, 17 enim, 7 etenim (pour le sens de "en effet" : nam 4 ex., namque 6 ex., enim 7 ex., etenim 2 ex.)

  • 569 HS, p. 505. Dans les Vies des Pères du Jura. 14 enim/17 nam.

1038Nam est plus fréquent qu' enim chez Salluste et César, B. G., mais on a la situation inverse dans César, B.C. Enim n'est pas très recherché chez les poètes, en dehors de Lucrèce, Horace et Juvénal. En latin tardif, Filastrius préfère de loin enim a nam569.

  • 570 HS p. 507, Löfstedt, Synt. 2, p. 280 et note 2 (Tacite,An., 16 namque, 200 nam). Hoogterp, p. 198 : (...)

1039Namque s'emploie surtout devant voyelle ; en prose César Cicéron, Tacite l'emploient beaucoup plus en cette position ; en poésie, les poètes à partir de Lucrèce l'admettent devant consonne. Chez Gildas, on a 3 ex. devant voyelle et 14 ex. devant consonne. Namque n'est pas très utilisé dans la prose classique, sauf chez Salluste, C. Nepos. Certains écrivains l'évitent : Irénée, Filastrius (1 ex.), Jérôme (8 ex.), Pétrone (rare), Ethérie (nam 102 ex., namque O). Nam serait donc la forme de la langue courante.570 De ce point de vue, Gildas s'écarte de la langue parlée, en employant 17 namque contre 14 nam.

1040Etenim n'apparaît pas chez César, mais on le trouve dans Cicéron, les Juristes, Cassien, tandis qu'il est rare chez Cyprien, Hilaire, Ambroise, Jérôme, Augustin.

1041Conclusion : on remarque que, sur les 55 exemples de ces conjonctions, 23 seulement ont le sens de "en effet" et 22 le sens d'autem. Ce développement des explicatives en copulatives/adversatives est surtout tardif et Gildas suit sur ce point l'usage de l'époque. Où il paraît suivre une tradition plus relevée, c'est dans l'emploi de namque.

8.6.9. LES CONJONCTIONS CONCLUSIVES

1042Dans le DEB sont surtout représentés ergo, igitur et itaque.

ERGO

15 exemples :

1043a) "donc" conclusif plus ou moins fort : 6 ex.

1044b) = profecto : 2 ex.

1045c) "donc", renforçant une interrogation ou une exhortation : 5ex

  • 571 Ergo :
    a) "donc" : 21 (36.16) renvoie à ce qui a été dit plus haut et le reprend : recesserunt hoste (...)

1046d) = autem : 2 ex571.

IGITUR

14 exemples :

1047a) "donc" conclusif plus ou moins fort : 7 ex.

1048b) "donc" plus lâche, en tête d'un chapitre : 4 ex.

  • 572 Igitur :
    a) "donc" conclusif : 1 (26.29) ; 1 (27.10) ; 1 (27.21) ; 4 (29.8) ; 10 (31.14) ; 23 (39.4) (...)

1049c) "donc" renforçant une interrogation ou une exhortation : 3 ex572.

ITAQUE

9 exemples :

1050a) "donc" conclusif : 2 ex.

  • 573 HS, p. 512. H. Williams traduit "from that source". On peut comprendre : "d'où", "de là" conclusifs

1051b) "donc" en tête de chapitre : 3 ex. c) "donc" renforçant une exhortation : 4 ex573.

  • 574 HS, p. 511-513. Quelques chiffres d'après le TLL ; Igitur Ergo itaque Prose Cicéron 2304 617 César (...)

1052Sur la fréquence des emplois en latin, il faut reconnaître que la situation est assez confuse et sans ordre. Igitur appartient plutôt à la prose, ou du moins il est senti comme prosaïque car la haute poésie l'évite (Virgile, Tibulle, Horace, Lucain). Ergo n'apparaît chez César que dans B.G. 7 et dans B.C. (ailleurs on a itaque). A l'époque postclassique, il est fréquent chez Sénèque, Pline l'Ancien, Quintilien et en latin tardif chez Lactance, Ethérie (qui ignore igitur). Itaque est rare chez les poètes574.

1053On remarquera chez Gildas une tendance à employer assez souvent les sens plus ou moins affaiblis et à utiliser ces particules comme mots de liaison.

ITA

a peut-être le sens conclusif dans :

105417 (34.15) : ita aemulorum agmina auxiliares... fugauerunt ;

  • 575 HS, p. 514.

105592 (77.11) : conueniant namque singuli... et ita deprehendent an...575.

  • 576 HS. p. 227 : mot assez rare.
  • 577 HS, p. 515.
  • 578 HS, p. 512. H. Williams traduit "from that source". On peut comprendre : "d'où", "de là" conclusifs
  • 579 HS, p. 237 et 515.

IDCIRCO

1 exemple :
1 (27.9) : quia inclinati tanto pondere pressi sunt, idcirco spatium respirandi non habent576

IDEO

1 exemple :
67 (63.25) : et ideo non magnopere detestantur in filiis577.

INDE

1 exemple :
23 (3 9.2) : mittit... catastarti. Inde germen iniquitans... pullula578.

QUAMOBREM

1 exemple :
30 (43.13) : quam ob rem "excutere de faetido puluere" tuo579.

CONCLUSION SUR LA SYNTAXE

J'ai intitulé ce chapitre "Le conser vatisme de la syntaxe". Titre qui ne doit pas tromper et qu'il s'agit de bien interpréter. Loin de moi en effet la pensée de suggérer que la syntaxe de Gildas est celle de Cicéron ou de Quintilien.

  • 580 On peut se demander à propos du premier dans quelle mesure il s'agit d'une synchronie réelle : comm (...)

1056J'ai relevé au cours de cette étude nombre de traits qui appartiennent originellement à la langue parlée et qui ont pénétré plus ou moins la langue écrite soit des textes dits vulgaires, comme ceux de Pétrone, de Palladius ou d'Ethérie, soit même des auteurs réputés littéraires. Prenons comme exemple la substitution du comparatif au superlatif et son inverse, le réfléchi pléonastique, la proposition infinitive après les verbes de volonté quand le sujet est le même que celui de la principale,580 la préférence accordée à nec sur neque, les équivalents expressifs de la négation, le remplacement de diu par des formes plus étoffées, l'importance donnée à sed par rapport à at et autem. Sans entrer dans le débat théorique - très intéressant au demeurant - concernant le latin vulgaire et les vulgarismes, je dirai d'abord que Gildas ne présente pas un nombre considérable de ces traits, comparé à Ethérie par exemple, que certains d'entre eux ont pu lui venir par l'intermédiaire de la langue écrite qui les avait intégrés et qu'enfin il ne faut pas s'étonner de rencontrer chez lui des expressions qui n'appartenaient qu'à la langue parlée et aux documents écrits qui en sont les plus proches. Gildas n'a pas appris le latin que dans les livres. Il est peu vraisemblable que ses maîtres, quel qu'ait été leur souci de correction, aient parlé comme ils pouvaient écrire ou comme ils enseignaient qu'on devait écrire.

1057Il ne faut pas oublier que le DEB atteste assez souvent un vif souci de se distinguer de la langue parlée : ainsi dans l'emploi de la désinence de 3ème pers. du plur. du parfait -ère, de l'imparf. du subjonctif comme potentiel passé, du relatif de liaison, de -que en face de et, dans l'absence de si interrogatif indirect, dans le maintien d'un large éventail de conjonctions de subordination, alors que quad et ut tendent dans l'usage courant à devenir les conjonctions bonnes à tout faire.

1058Enfin je n'ai pas relevé d'hypercorrections notables. On sait que l'hypercorrection apparaît quand, dans un milieu où la langue évolue, où l'on commet des "fautes" par rapport à une norme valable antérieurement, les sujets mieux formés mais pas toujours assez sûrs tombent dans la faute inverse par crainte de commettre une erreur. L'hypercorrection est le signe que la langue du milieu ambiant est jugée fautive. Ce sera le cas pour certains Insulaires des siècles postérieurs. Mais l'absence de ces hyperurbanismes dans le DEB semble indiquer que dans le cercle de Gildas personne n'avait l'impression que les utilisateurs du latin - assez rares sans doute - commettaient des fautes graves contre la langue des modèles utilisés.

  • 581 The Earliest Continental Irish Latin, VC 16, p. 216 et sq. C. Mohrmann cite J.F. Kenney, qui écrit  (...)

1059Si nous ne devons pas accorder une importance exagérée aux vulgarismes du DEB, il faut en revanche mettre l'accent sur le fait que Gildas suit fréquemment l'usage des bons auteurs du Ve siècle : usage qui intègre des éléments issus de la prose classique mais aussi des auteurs archaïques et de la poésie, aboutissant ainsi à la constitution d'une prose d'art à la syntaxe multicolore. Ce qui est remarquable en soi si l'on place la rédaction du DEB dans la première moitié du VIe siècle. A propos de Colomban, C. Mohrmann parle de latin anachronique, en comparant ses écrits à ceux des auteurs continentaux contemporains581. Du point de vue de la syntaxe, on pourrait dire à peu près la même chose de Gildas.

1060Mais il est encore plus intéressant de relever dans le DEB des traits qui au Ve siècle tendent même à s'effacer de la langue littéraire. Je citerai à titre d'exemple le datif final, l'usage des formes pleines du perfectum actif, le maintien de l'imparfait du subjonctif pour l'irréel du présent dans l'apodose, la survie de l'infinitif futur actif, la résistance de l'adjectif verbal. J'ai l'impression qu'ici l'influence de l'école se fait sentir directement et que nous sommes au coeur de ce que j'appelle le conservatisme syntaxique de Gildas. L'écrivain formé dans un milieu où l'école et la langue parlée se font contre-poids prend ses aises vis-à-vis de la syntaxe. En revanche, celui qui n'a que l'école comme point de repère, parce que la langue usuelle n'est pas celle qu'on y pratique, s'efforce de suivre les règles qu'on lui a inculquées. Et, si dans les écoles de l'Empire devait exister un souci de rivaliser avec les grands modèles de la littérature métropolitaine, combien vif devait être ce désir dans un canton éloigné de la plus reculée des anciennes provinces romaines, alors que l'Empire n'était déjà plus qu'un souvenir.

Notes

1 On la rencontre :
a) après les interrogatifs-indéfinis :
quidnam horum : 95 (78.28) ;
quisnam supra dictorum : 98 (79.31) ;
quisquam sacerdotum
 : 110 (85.13) ;
quosdam suorum : 7 (30.16) ;
quidam nostrorum : 92 (77.8) ;quidam nostrum : 38 (49.10) ;
unam alarum : 13 (33.5) ;
nullus hominum : 28 (42.5) ;
nulli sapientium : 37 (48.28),-
nullo eorum : 98 (79.33) ;
quis eorum : 69 (64.22, 27 ; 65.11), 70 (65.16, 18, 24), 71 (65.5,17), 72 (66.26, 33 ; 67.7.9), 93 (77.25) ;
cuius eorum : 72 (67.3) ;
quis uestrum : 73 (67.15, 20), 74 (67.31), 94 (78.7), 102 (81.15), 103 (81.30), 106 (83.3), 107 (83.22) ;
quern uestrum : 95 (78.29), 99 (80.11) ;
quis sacerdotum : 93 (77.20) ;
multis perfidorum : 7 (30.14) ;
multos eorum : 2 0 (36.5) ;
quorum multos : 66 (62.28),-
cuncta insulae : 23 (39.9) ;
Soit 39 ex. Voir ET, p. 48, HS, p. 52 et sq., pour unus et nullus, p. 56 et sq.
En regard, je relève les ex. concurrentiels avec de ou ex suivants :
quaedam de mandatis 38 (49.5) ;
pauca de multis : 47 (54.4) ;
pauca de Sapientia : 62 (60.10),-
multa de deifico tenore monachorumque decretis : 34 (45.16) ;
quis ex illis : 72 (66.28) ;
quis ex uobis : 73 (67.25), 75 (68.32 ; 69.9), 108 (84.9) ;
haec de minis : 62 (60.10).
Soit 10 ex.
b) après formes au neutre : ET, p. 48 et sq., HS, p. 52 et sq. :
-
Génitif dépendant d'un adverbe de quantité :
tantum gaudii ac suauitatis : 34 (46.6) ;
quantum maeroris ac luctus : 34 (46.7) ;
quantum securitatis : 1 (26.28) ;
parum quid panis et aquae
 : 77 (70.3) ;
parum auri : 1 (26.16) ; ;
pauxillum cibi : 20 (36.7) ;
multum nequitiae : 96 (79.13).
- Génitif dépendant d'un pronom neutre :
id temporis : 24 (39.24), 34 (45.15), 69 (64.26) ;
hoc criminis : 73 (67.21) ;
quicquam adiutorii : 20 (36.4) ; aliquid noui : 12 (32.24) ;
aliquid cormodi : 18 (35.1) ;
nihil medicinae : 21 (37.14) ;
quidquid aeris, argenti uel auri : 7 (30.20) ;
quantulumcumque interni auditus : 89 (75.18) ;
quid quantumque... minarum :
37 (48.20-22) ;
quid... minarum : 76 (69.15-16) ;
quid cibi : 77 (70.2) ;
quid mali : 96 (79.8) ;
quid seueritatis : 98 (80.5) ;
quid retributionis : 33 (45.10) ;
dierum quod reliquum est :
31 (43.25).
Soit 24 ex.
A ces cas, il faut joindre les exemples où le substantif au génitif est le complément d'un adjectif neutre substantivé, du type sub obscurum noctis. Ce tour est familier aux poètes et fréquent en prose après Tite-Live : ET, p. 50, HS, p. 53. Dans le DEB, je relève : presso in altum cordis dolore : 5 (30.4) ; in edito arcis : 19 (35.18) ; post non longum temporis : 21 (36.16) ; ex intimo cordis : 35 (46.26) ; in angusto maceriae : 1 (27.17).
Au pluriel, la construction apparaît dans toute la latinité. Ex. du DEB : arduis caeli : 24 (39.24).

2 Quinte-Curce 7.1.15.

3 L. Bieler, Corrrn., p. 134.

4 H. Goelzer, Avit, p. 101 et sq., p. 185 et sq. Il signale en particulier l'usage que fait Avit du génitif après nullus et quidam.

5 Voir Schrijnen-Mohrmann, Studien zum Syntax der Briefe des hl. Cyprian, 1, p. 102 et sq.

6 On a en regard, avec a/ab et l'ablatif : 8 (31.2),-9 (31.4) ; 35 (46.23) ; 50 (55.26) ; 66 (62.21) ; 67 (63.18),-72 (66.27) ; 73 (67.20) ; 76 (69.9) ; 77 (69.30) ; 77 (70.2) ; 107 (83.8) ; 107 (83.10) ; 107 (83.14) ; 109 (84.33) ; 109 (84.34). Chez Filastrius, on relèvre quelques ablatifs avec a/ab et l'adjectif en -ndus (P.C. Juret, Etude grammaticale sur le latin de S. Filastrius, p. 80). De même chez Grégoire de Tours (Bonnet, p. 598), Cette construction n'est pas inconnue de Cicéron (ET, p.74).

7 Cf. Grégoire de Tours (Bonnet, p. 544) : utiliorem sibi, s ibi prudentiorem, iuniorem sibi ; luci clarior, breuior Tohanni. De même eidem minor dans les Vies des Pères du Jura (Hoogterp, p. 177).

8 Grégoire de Tours (Bonnet, p. 548 et note 1) emploie encore le datif prédicatif (dispectui habeor) mais il n'a plus le double datif. Il apparaît, d'après E. Löfstedt, Synt. 1, p. 194 et sq., Svennung, Untersuchungen., p. 202 et sq., que le datif est un tour populaire qui est remplacé dans la poésie et la prose rhétorique par le nominatif ou l'accusatif. Toutefois à date tardive on trouve encore des imitateurs de l'ancienne langue.
Gildas n'ignore pas le tour par le nominatif ou l'accusatif :
1 (25.7) : ut mihi testis estDominus
1 (25.13) : oui cibus caelestis panis ;
26 (41.6) : tam breuis numerus habentur ;
93 (77.23) : quis... refugium... habetur ?
Dans une formule comme celle du c. 15, Gildas a pu se souvenir de modèles comme Tite-Live 26.2. 10 : praesidio sociis, hostibus terrori esse.

9 Relevé des ablatifs absolus du DEB
1 (25.8) ; 1 (25.12) ; 1 (26.9) ; 2 (27.27) ; 3 (28.8) ; 4 (29.7) ;
5 (29.24) ; 5 (29.26) ; 5 (30.2) ; 5 (30.4) ; 6 (30.5) ; 6 (30.7) ;
6 (30.11) ; 7 (30.14) ; 8 (31.2) ; 9 (31.12) ; 11 (31.25) ; 11 (32.4) ;
11 (32.6) ; 12 (32.14) ; 12 (32.22) ; 13 (32.26) ; 13(32.28) ;
16 (33.24) ; 16 (34.1) ; 17 (34.14) ; 17 (34.17) ; 18 (35.2) ;
19 (35.8) ; 19(35.13) ; 19(35.20) ; 19 (35.26) ; 21 (36.19) ; 21 (37.6)
22 (37.20) ; 22 (38.1) ; 23 (38.23) ; 23 (39.9) ; 24 (39.19) ;
25 (40.8) ; 25 (40.9) ; 25 (40.10) ; 25 (40.13) ; 25 (40.15) ;
26 (40.19) ; 26 (40.21) ; 26 (41.1) ; 26 (41.5) ; 28 (42.11) ;
31 (43.18) ; 31 (43.22) ; 31 (43.23) ; 32 (44.7) ; 32 (44.15) ;
33 (45.5) ; 34 (45.16) ; 34 (45.18) ; 34 (45.21) ; 34 (45.26) ;
34 (46.8) ; 34 (46.9) ; 34 (46.10) ; 34 (46.13) ; 35 (47.9) ;
37 (48.29) ; 39 (49.26) ; 41 (51.6) ; 50 (55.26) ; 50 (55.28) ;
50 (55.30) ; 50 (56.16) ; 65 (61.27) ; 65 (61.31) ; 66 (62.25) ;
66 (63.4) ; 67 (63.10) ; 67 (63.27) ; 67 (63.28) ; 67 (64.3) ;
69 (64.27) ; 69 (65.2) ; 71 (66.7) ; 71 (66.12) ; 72 (66.30) ;
72 (67.3) ; 72 (67.5) ; 72 (67.6) ; 73 (67.13) ; 74 (68.32) ;
76 (69.19) ; 77 (70.3) ; 95 (78.25) ; 98 (79.34) ; 107 (83.19) ;
108 (83.34) ; 108 (84.11) ; 110 (85.24).
Soit.au total 97 passages, dont certains contiennent plusieurs ablatifs absolus (113 participes : 57 participes passés passifs, 56 participes présents).
Il est parfois difficile de faire la distinction entre l'ablatif absolu et l'ablatif de concomitance, de manière ou de qualité. Les exemples donnés ci-dessous peuvent appartenir à ces dernières catégories :
17 (34.4) ; 17 (34.13) ; 22 (37.24) ; 22 (38.4) ; 19 (35.9) ; 62 (60.28) ; 73 (67.23).

10 HS, loc. cit. ; quasi se rencontre depuis Cicéron ; licet depuis Ovide en poésie et Apulée en prose.

11 L. Bieler, Comm., p. 102 et The Place of St Patrick, VC 6, p. 85. Chez Patrice, on relève : iubente Corotico, Ep. 12, fauente Deo, Ep.S et deux formules : effusis lacrimis, Ep. 7 (Tite-Live, Tacite, Valerius Flaccus) ; morte deuicta, Conf. 4 (Tertullien, Irénée, Marinus Victorinus). L'emploi exclusif de formules-types se retrouve chez Cyprien (Schrijnen-Mohrmann 1, p. 34 et sq.), Filastrius (Juret, p. 81 : nombreux ex. de dicente Domino), Ennode (Dubois, p. 400).

12 Constructions qui se développent sous l’Empire et en latin tardif : HS, p. 139.

13 Tour du latin tardif : HS, p. 445 : Victor de Vita, Grégoire de Tours, Règle de S. Benoît (cf. J. Vendryes, EC 8, p. 187). Quand Gildas utilise exceptus, il l'accorde : 1 (25.12), 3 (28.8), 19 (35.26), 26 (41.5).

14 Juret, p. 91.

15 Bonnet, p. 147 et 444.

16 L. Bieler, The Place of St Patrick, p. 74 et sq. et note 49.

17 E. Lôfstedt, Philologischer Kommentar zur Peregrinatici Aetheriae, p. 89 et sq.

18 Bonnet, p. 447.

19 Juret, p. 99

20 On a 3 fois e contrario : 1 (26.11), 9 (31.11), 50 (55.27). Bonnet, p. 447, comme Löfstedt, op. cit., p. 90, en fait une locution dont l'orthographe ne varie pas et qui compte peut-être pour un seul mot.

21 Ab : point de départ :
3 (28.7) ; 18 (35.3) ; 22 (37.23) ; 31 (43.19) ; 32 (44.3) ; 38 (49.2) ; 77 (70.1) ; 100 (80.30).
Direction : 14 (33.13).
Séparation : 1 (36.21) ; 1 (26.34) ; 20 (36.12) ; 34 (46.2) ; 93 (77.27) ; 96 (79.12) ; 106 (82.24) ; 108 (83.29) ; 108 (83.34) ; 109 (85.7) ; 110 (85.22) ; 110 (85.24).
Provenance : 11 (32.12) ; 17 (34.5) ; 33 (45.10) ; 36 (47.19) ; 36 (48.12),-4 (51.27) ; 67 (63.13) ; 67 (63.19).
Agent : 4 (29.14) ; 8 (31.2) ; 9 (31.4) ; 19 (35.21) ; 19 (35.22) ; 21 (37.5) ; 21 (37.14) ; 24 (39.25) ; 31 (43.22),-35 (46.23) ; 36 (47.15) ; 41 (51.2) ; 42 (51.26) ; 49 (55.11) ; 50 (55.26) ; 65 (61.28) ; 66 (62.21) ; 67 (63.15) ; 67 (63.18) ; 68 (64.10) ; 72 (66.27) ; 73 (67.20) ; 75 (69.5) ; 75 (69.9) ; 77 (69.30) ; 77(70.2) ; 85 (73.11) ; 94 (78.12) ; 106 (82.33) ; 107 (83.8) ; 107 (83.10) ; 107 (83.14) ; 109 (84.33) ; 109 (84.34) ; 110 (85.16).
Après adjectif : 1 (27.14).

22 De : partitif :
34 (45.16) ; 38 (49.5) ; 47 (54.4) ; 62 (60.10), 2 ex. ; 92 (76.37).
Point de départ : 24 (39.10) ; 35 (46.23).
Au sujet de : 2 (27.27 et sq.), 24 ex. ; 6 (30.5) ; 26 (41.10) ; 39 (50.7) ; 42 (51.17) ; 44 (52.25) ; 47 (54.7) ; 50 (56.22) ; 52 (56.33) ; 59 (58.19) ; 59 (58.29) ; 61 (59.21) ; 62 (60.26) ; 62 (64.25) ; 70 (65.28) ; 78 (70.9) ; 87 (74.12) ; 87 (74.13) ; 89 (75.18) ; 89 (75.19) ; 92 (77.1) ; 92 (77.3) ; 95 (78.30) ; 101 (81.6) ; 104 (81.34) ; 106 (82.29) ; 107 (83.22) ; 109 (85.1) ; 110 (85.13).
Provenance :
1 (25.17) ; 1 (27.25) ; 8 (30.22) ; 19 (35.8) ; 19 (35.9) ; 19 (35.17) ; 20 (36.7) ; 23 (38.19) ; 25 (40.9) ; 26 (40.18) ; 34 (45.24) ; 41 (50.29) ; 47 (54.6) ; 66 (62.28) ; 69 (65.8) ; 69 (65.11) ; 70 (65.17) ; 72 (67.3) ; 73 (67.14) ; 73 (67.16) ; 74 (68.21) ; 95 (78.25) ; 96 (79.8) ; 107 (83.23) ; 110 (85.15).
Manière :
23 (39.8).

23 Ex : point de départ temporel :
4 (29.3) ; 26 (40.16).
Partitif : 15 (33.19) ; 72 (66.28) ; 73 (67.25) ; 75 (68.33) ; 75 (69.9) ; 108 (84.9).
Changement : 11 (32.17) ; 34 (45.23) ; 34 (46.1) ; 34 (46.2) ; 67 (63.22) ; 67 (64.4).
Séparation : 15 (33.19) ; 15 (33.20).
Provenance : 1 (25.13) ; 1 (26.31) ; 1 (27.25) ; 4 (29.20) ; 29 (42.25) ; 35 (46.26) ; 38 (49.3) ; 66 (62.14) ; 69 (64.22) ; 106 (82.25).
Divers : 1 (26.28) ; 27 (41.21) ; 19 (35.11) ; 38 (49.9) ; 48 (54.23) ; 49 (55.23) ; 50 (55.27) ; 34 (45.14) ; 108 (83.30).

24 HS, p. 262 et sq., 267, Löfstedt, Kommentar, p. 103 et sq.

25 Juret, p. 94 et 99.

26 Lavarenne, op. cit., p. 159.

27 HS, p. 262 et sq., signale ce fait dès Caton et Cicéron. De même en latin vulgaire. En latin tardif, ex recule de plus en plus. Cf. Löfstedt, Kommentar, p. 103.

28 HS, p. 261 et 266.

29 Ibid., p. 265.

30 Juret, p. 94

31 HS, p. 256.

32 Ibid.., p. 256.

33 Ibid., p. 264

34 Ibid., p. 264.

35 Juret, p. 94.

36 HS, p. 262, Juret, p. 97, Blaise, Dic.

37 HS p. 126 et 262, Juret, p. 97, Blaise, Dic.

38 HS, p. 262, Löfstedt, Kommentar, p. 105.

39 HS, p. 267, Blaise, Dic.

40 HS, p. 266, Juret, p. 100, Blaise, Dic.

41 Juret, p. 98

42 Absque : 3 (28.10) ; 4 (29.6) ; 8 (31.1) ; 11 (32.10) ; 15 (33.22) ; 43 (52.5) ; 53 (57.9) ; 66 (62.13) ; 66 (63.8) ; 71 (66.11) ; 71 (66.18) ; 73 (67.13) ; 94 (78.3) ; 109 (84.25).
Sine :
20 (36.6) ; 21 (37.7) ; 34 (45.17) ; 62 (60.21) ; 70 (65.14).

43 HS, p. 258.

44 HS, p. 272.

45 Apud :
9 (31.4) ; 13 (33.6) ; 13 (33.8) ; 17 (34.7) ; 23 (38.21) ; 38 (49.4) ; 107 (83.17) ; 108 (84.8).

46 HS, p. 224, Schrijnen-Mohrmann 1, p. 126, Lôfstedt, Kommentar, p.252 et sq., Syntactica 2, p. 286, note 2.

47 HS, p. 224 et sq.

48 Causa :
1 (26.30) ; 24 (39.10).
Gratia : 11 (31.23) ; 66 (62.6) ; 66 (62.23) ; 75 (69.4) ; 108 (84.4) ; 108 (84.11).

49 HS, p. 133.

50 C. Moussy, Gratia et sa famille, p. 303, 309 et 318.

51 Sur cette question, HS, p. 225 et 260, Goelzer, Avit, p. 203, Bonnet, p. 603 et sq., B. Löfstedt, Malsachanus, p. 117 et sq

52 P. Grosjean, Notes... 32. Emendations au texte du De Excidio, AB 75, 1957, p. 201. Pour lui, l'emploi de cum instrumental se justifierait par le désir d'empêcher la confusion du datif oneratis avec l'ablatif latis diuitiis

53 HS, p. 126, ET, p. 91, Merkx, Cyprien, p. 55, Juret, p. 102, Goelzer, Avit, p. 203, Bonnet, p. 603 et sq.

54 Bonnet, p. 620.

55 Il s'agit peut-être aussi de in + abl. avec nom de nombre, HS, p. 275.

56 On a ailleurs dans le DEB nullo modo, hoc modo.

57 Sur in instrumental, ET., p. 91, Merkx, Cyprien, p. 48, Bieler, Commentary, p. 115, Goelzer, Avit, p. 212 et sq., Bonnet, p. 616, Lôfstedt, Synt. 2, p. 452 et sq.

58 In medio : devant tous, en public (trad. Williams : in the open). Cf. dans la Bible : Iud. 15.4, Psal. 81.1, Mat. 14.6, Ioh. 8.3 et 9, Actes 4.7. In medio, in medium sont du reste des expressions courantes.

59 HS, p. 276 (type in primis), Svennung, p. 276. Nous avons peut-être ici un croisement entre le type in primis et le tour relevé in eo.

60 HS, p. 148, ET, p. 99, Merkx, p. 61, Schrijnen-Mohrmann 1, p. 121 (in die iudiaii notamment), Juret, p. 104.

61 HS, p.246, Lôfstedt, Kommentar, p. 219. Quelques chiffres dans Lôfstedt :
Image 1000000000000294000000A0724CBE76.jpg

62 Propter :
Sens causal : 1 (26.25) ; 1 (26.26) ; 110 (85.14). Sens local : 32 (44.11) ; 40 (50.18).
Ob : uniquement causal : 1 (25.9), 1 (25.18), 1 (26.24), 1 (26.25), 1 (27.17), 6 (30.5), 10 (31.19), 15 (33.14), 18 (34.20), 18 (35.3), 22 (37.23), 26 (40.23), 26 (41.5), 30 (49.3), 30 (43.14), 35 (46.21), 46 (53.25), 66 (62.8), 66 (62.26) 69 (64.22), 72 (67.7), 73 (67.18), 74 (68.1), 96 (79.14), 109 (85.8).
On a quam ob rem 2 fois : 30 (43.14) et 46 (53.25), ob id : 1 (27.17), ob quod : 35 (46.21), ob hoc : 22 (37.23) et 26 (40.23), soit 6 ex.

63 Per :
Local :
1 (25.14) ; 3 (28.12) ; 9 (31.5) ; 6 (30.11) ; 18 (35.7) ; 22 (38.1) ; 27 (41.19) ; 33 (45.6) ; 35 (46.18) ; 93 (77.28).
Temporel :
1 (26.33) ; 1 (27.5) ; 20 (36.8).

64 Il faut voir ici le per utilisé dans un serment ou à la fin d'une prière : Mat. 26.63 : adiuro te per Deum uiuum ; finale des oraisons : per Christum Dominum nostrum.

65 HS, p. 127 et 240, Merkx, p. 54, Lavarenne, p. 172, Bonnet, p. 590.

66 HS, p. 127 et 240, Bonnet, p. 590.

67 L. Bieler, Comm., p. 107.

68 HS, p. 127 et 240, Merkx, p. 52, Schrijnen-Mohrmann, p. 117 et sq., Lavarenne, p. 171, Bonnet, p. 590.

69 HS, p. 243. Goelzer, Avit, p. 159, parle à ce propos de post employé de façon elliptique et compare avec l'ex, de Grégoire ici donné : post dogmata = après avoir reçu les commandements. Voir Bonnet, p. 224, note 2 et 591, note 4

70 HS, p. 827, signale cet emploi chez Sénèque et Tertullien.

71 HS, p. 249.

72 HS, p. 244, Bieler, Comm., p. 97, Bonnet, p. 592.

73 Pro
causal :
21 (37.5) ; 38 (49.5) ; 76 (69.17) ; 83 (72.34) ; 96 (79.7) ; 96 (79.10) ; 100 (81.1) ; 102 (81.10) ; 103 (81.33).

74 Voir aussi Schrijnen-Mohrmann 1, p. 172 et sq., Goelzer, Avit, p. 222, Bonnet, p. 621. Noter que Gildas n'a pas d'ex, de super + acc. dans ce sens : Svennung, p. 382, Goelzer, Avit, p. 222, Bonnet, p. 621.

75 Expression superlative, notamment dans la Bible : 2 Mac. 7. 20, 2 Cor. 1.8 ; 4.17, Gal. 1.13 :"au-delà de toute expression, de toute mesure, à outrance". Mais le contexte est tel - (lier sur terre, lier au ciel ; cf. l'autre ex. en 32 (44.15) - qu'on peut se demander s'il ne faut pas ici adopter la correction de P ; supra mundum.

76 D'après Ernout-Meillet, tenus n'apparaît plus après Apulée et Ammien, qui du reste ne l'emploient qu'au sens dérivé de "d'après".

77 Vsque :
Vsque ad :
9 (31.5) ; 18 (35.3) ; 22 (37.23) ; 24 (39.10) ; 26 (40.17) ; 70 (65.16) ; 106 (82.22).
Ad... usque :
12 (32.17) ; 25 (40.11).
Vsque : 38 (49.2).

78 Total des emplois :
Ad : 110, aduersus : 3, ante : 5, citra : 1, contra : 6, extra : 2, inter : 8, intra : 1, prope : 1, sub : 6.

79 ET, p. 45 et sq

80 J. Marouzeau, Traité, p. 218 et sq.

81 C. Mohrmann, Etudes, 1, p. 172.

82 C. Mohrmann, loc. cit.,p. 173 et sq., donne l'exemple de Sédulius, Juvencus, Prudence et Fortunat.

83 C. Mohrmann, loc. cit., p. 175.

84 Adjectifs correspondant à un génitif objectif : spei caelestis 34 (45.25), 29 (42.28), honor diuinus 4 (29.14), diuinae caritatis 10 (31.20), deifico tenore 34 (45.16).

85 C. Mohrmann, loc. cit., p. 171 et sq.

86 Loc. cit., p. 173.

87 On trouvera quelques listes dans Lavarenne, p. 179 et dans Goelzer,
Avit, p. 645 et sq.
Au Ve s. les auteurs non chrétiens ne sont plus légion. Il serait intéressant de savoir si dans la période précédente les écrivains profanes usent de l'adjectif aussi facilement que les Chrétiens. Meillet-Vendryes,
Traité de grammaire comparée des langues classiques2, p. 587,dit simplement que l'usage de l'adjectif s'est conservé surtout en poésie.

88 HS, p. 275, Svennung, p. 362 et sq.

89 In medio platearum se lit dans Deut. 13.6, Prou.22.13, Is.5.25. In medio + génitif est fréquent dans la Bible, au sens de "au milieu de" et de "dans".

90 HS, p. 162 : Vetus Latina : iunior traduisant Image 100000000000007C0000001F954F8813.jpg ; prior pour Image 1000000000000044000000221FDA6D71.jpg (Vulg. primus), Chiron, Oribase,-Schrijnen-Mohrmann 1, p. 147, Svennung, p. 277.

91 HS, p. 162, Svennung, p. 280 et sq. (p. 281, note 1, un ex. du CIL 6 8401 avec primum quam pour prius quam), Löfstedt, Syntactica 2, p. 385 et sq. (l'accent est mis sur le fait que la confusion touche surtout prior/primus).

92 HS, p. 173, montre l'affaiblissement du pronom personnel dans la langue courante. C. Mohrmann, The Latin of St Patrick, p. 18, signale le cas d'Ethérie (ego, nos), des Sermons d'Augustin, de Patrice (environ 20 ego dans la Confessio, 3 tu). Cf. L. Bieler, Comm., p. 88 et sq

93 Pronoms personnels dans le DEB :
Ego :
1(26.7).
Tu :
1 (27.7) ; 30 (43.3) ; 31 (43.18) ; 32 (44.3) ; 33 (44.24) ; 30 (43.9) ; 31 (43.22) ; 68 (64.10).
Nos : 42 (51.26) ; 69(64.19).
Vos :
74 (68.21) ; 83 (73.6) ; 94 (78.12) ; 103 (81.22) ; 105 (82.15) ; 107 (83.23 et sq.) ; 108 (84.22) ; 108 (84.4) ; 109 (84.33) ; 109 (84.35) ; 109 (85.7).

94 On remarquera ici que Gildas aime juxtaposer le démonstratif objet et le personnel sujet : ista ego : 1 (26.7), haec uos : 83 (73.6), hunc uos : 103 (81.22). Il faut peut-être admettre ici une forme d'opposition.

95 HS, p. 174 ; ex. CIL 6 18439d : ego do meis libertis

96 Ces constructions ont été étudiées par Eric Dahlén, Etude syntaxique sur les pronoms réfléchis pléonastiques en latin. Cf. encore HS, p. 294, ET, p. 214, Löfstedt, Syntactica 2, p. 387 et sq., Rammentar, p. 140 et sq.

97 Sibi horrescere ne figure pas dans les relevés de E. Dahlén. Quant au réfléchi sibi, il apparaît couramment (voir les listes données chez les linguistes cités) et Löfstedt, comme les romanistes, y voit la forme la plus répandue (cf. HS, p. 295).
On peut toutefois envisager la possibilité de construire sibi avec eget.

98 On trouvera les éléments de cette introduction dans les manuels, par exemple ET, p. 187 et sq., Vaananen, op. cit., p. 128 et sq. (le schéma lui est emprunté).

99 ET., p. 192 et sq., Vaananen, op. cit., p. 129 et sq.

100 Travail que ne facilite pas l'absence de relevés chiffrés. Ceux que j'utilise proviennent en particulier de listes données par B. Löfstedt dans ses Studien über die Sprachen der langobardischen Gesetze, p. 254 et sq. : les auteurs cités dans ces listes appartiennent ou bien au latin vulgaire ou à une latinité très tardive. Pour avoir des chiffres à propos d'auteurs de tradition rhétorique, j'ai dû procéder à des sondages chez Salvien, Sidoine et Ruricius.

101 Chiffres de B. Löfsted.

102 Chiffres de Juret, p. 27.

103 Chiffres de C. Mohrmann, The Latin of St Patrick, p. 18. Cf. L. Bieler, Comm., p. 100, note 29.

104 Dépouillements personnels.

105 Chiffres de P.W. Hoogterp, art. cit., p. 190 et sq.

106 HS, p. 181 et 184, Svennung, p. 309 et sq.

107 Voir ce que dit HS, p. 184 et Zusatze. Il faut toutefois remarquer que dans bien des emplois iste remplace hic : cf. Juret, p. 27 ; et ici, ci-dessous.

108 Les emplois du paradigme de hic sont les suivants dans le DEB :

Image 100000000000029F000000EA0420040D.jpg

Remarquons que hoc ablatif singulier totalise 31 exemples, dont 12 hoc modo et que hoc, nom.-acc.-neutre singulier compte 25 exemples, dont 6 hoc est.
Tableau chez Filastrius (Juret, p. 27) :

hic 15 haec 12hoc 54 (nom.-acc.)hunc 10hanc 23huius 2 (tous genres)huic 6 (tous genres)hoc 42 (masc. et neutre.)hac 12hie 11hae 1haec 37 (nom.-acc.)hos 5has 1horum 4 (masc. et neutre.) harum 1his 12 (dat. et abl. tous genres)

109 De même HS, p. 181 : hoc et haec se maintiennent mieux que les autres formes. Juret, p. 27, remarque aussi que "au neutre, hoc et haec sont bien plus fréquents que les autres formes".

110 Cf. Juret, p. 32 : exemples chez Filastrius des emplois de iste pour hic.

111 Le sens péjoratif conviendrait aussi pour les rois et le clergé. Mais il est difficile d'assurer l'existence de cette nuance dans nos exemples.

112 Voir HS, p. 185 et sq., 190 ; Schrijnen-Mohrmann 1, op. cit.,p. 155.

113 Cf. B. Löfstedt, op. cit., p. 258 et sq.

114 Nous le voyons toutefois figurer parmi les écrivains qui emploient le plus is : Chiron : 79.6 %, Jordanès : 65.2 %, Gildas : 60.8 %. Mais B. Löfstedt, op. cit., p. 259, fait remarquer qu'une telle fréquence (il s'agit de Jordanès) n'a rien de singulier.

115 Chiffres dans B. Löfstedt, op. cit., p. 251.

116 Chiffres dans C. Mohrmann, op. cit., p. 18 et L. Bieler, Libri Epistolarum Sancti Patricii Episcopi, Classica et Mediaeualis 11., p. 132.

117 Dépouillements personnels.

118 Chiffres dans P.W. Hoogterp, art. cit., p. 251.

119 Tableau des formes de is dans le DEB :

Image 1000000000000273000000DA0467935F.jpg

Tableau de is chez Filastrius :

Image 1000000000000279000000E42DB3A4E9.jpg

Tableau de is dans les Edicta Sangall.

Image 1000000000000276000000CB5E187A11.jpg

120 HS, p. 186, Bonnet, p. 384, Juret, p. 26, B. Löfstedt, op. cit., p. 257, E. Lòfstedt, Synt. 2, p. 46 et sq. note l'absence de is, ea, ii, eae chez Filastrius et la rareté de id et ea neutre (id apparaissant 120 fois sur 125 dans id est : cf. les Edic. Sangall où les 42 ex. de id sont dans la formule id est ; en revanche chez Gildas 110 id est sur 19 id) ; dans les Vitae Patrum, les monosyllabes is et id tendent à disparaître, sauf dans id est, is qui, id quod ; chez Victor de Vita, aucun ex. de is et ea, et id n'apparaît que dans id est ; dans Chiron, on a 5 ex. de ea, 1 de is (dans un ms.), ii et eae manquent, id apparaît 48 fois, dont 28 pour id est. Cette tendance à éviter les monosyllabes est ancienne : ainsi chez Pétrone : quelques is autonomes, 2 is ipse, 1 is quid, id est absent de la prose (sauf 7 id est, 2 id quod),ii, eae manquent. On remarquera que Gildas emploie assez bien id en dehors de la formule id est, ce qui n'est pas le cas de Filastrius, d'Ethérie, des Edicta, de Victor de Vita par ex.

121 Mais B. Lòfstedt fait remarquer, op. cit., p. 259 et sq., que l'usage des écrivains des VIe et VIIe siècles peut correspondre à la langue courante des III e et IV e s. La langue écrite a toujours un développement très lent. Voir encore HS, p. 187. Cela vaut également pour hic (en face de iste).

122 B. Lòfstedt, op. cit., p. 260

123 Is pronom de 3ème personne :
1 (25.4, 25.7, 26.32, 27.17,27.17, 27.20), 7 (30.19), 8 (31.2), 15 (33.19), 17 (34.7), 18 (35.6), 19 (35.23), 20 (36.4 et 5), 21 (37.1), 21 (37.6), 21 (37.15), 21 (37.19), 22 (38.4), 22 (38.6), 22 (38.9), 23 (38.15), 23 (38.19), 23 (38.21), 23 (38.24), 23 (39.8), 25 (40.10), 26 (40.17), 26 (41.3), 26 (41.6) ; 28 (42.5), 29 (42.23), 30 (43.14), 31 (43.22), 31 (44.1), 32 (44.4), 32 (44.8), 32 (44.14), 34 (45.24), 37 (48.21), 37 (48.21), 37 (48.27), 39 (49.26), 39 (50.7), 59 (58.34), 59 (58.34), 62 (60.13), 64 (61.13), 66 (62.6), 67 (63.13), 67 (63.15), 67 (63.26), 69 (64.19), 69 (64.22), 69 (64.25), 69 (64.27), 69 (65.11), 70 (65.16), 70 (65.18), 70 (65.18), 70 (65.24), 71 (66.5), 71 (66.17), 72 (66.26), 72 (66.27), 72 (66.33), 72 (67.3), 72 (67.7), 72 (67.9),74 (68.1), 74 (68.3), 74 (68.28), 74 (68.30), 75 (69.1), 76 (69.13), 76 (69.19), 77 (70.3), 83 (72.34), 87 (74.16), 92 (76.39), 93 (77.26), 93 (77.26), 95 (78.26), 98 (79.34), 103 (81.23), 106 (82.24), 106 (82.27), 107 (83.9), 107 (83.24), 108 (83.29), 108 (84.7), 108 (84.10), 109 (84.31), 109 (84.39), 109 (85.2), 110 (85.14), 106 (82.27), 106 (82.27) ; id est : 1 (26.2), 1 (26.3), 8 (31.3), 62 (60.13), 68 (64.13), 70 (65.23), 70 (65.26), 71 (66.6), 95 (78.25), 100 (80.30),- id temporis : 24 (39.24), 34 (45.15), 69 (64.26).

124 Is qui : 10 (31.15), 19 (35.18), 26 (40.23), 27 (41.19), 32 (44.14), 49 (55.10), 92 (77.5), 94 (78.7), 96 (79.13), 102 (81.15), 103 (81.30), 108 (83.30), 110 (85.13) ;
Eo quod : 38 (49.5), 76 (69.17) ;
Eo quo : 67 (63.12).

125 Is adjectif anaphorique :
25 (40.16), 33 (45.1). Sur la rareté de is adjectif dans les textes du latin tardif, cf. B. Löfstedt, op. cit., p. 260 et sq.

126 Les formes de ille :

Image 1000000000000286000000D29916E73A.jpg

127 B. Löfstedt, op. cit., p. 263.

128 Ille démonstratif :
26 (41.2), 35 (46.21), à quoi il faut ajouter les ex. où illud est suivi d'un adjectif ou d'un génitif pour signifier "cette parole de N..." et introduire une citation (noter que pour ces expressions on ne rencontre que illud) : 20 (36.10 : Philonis, 22 (38.5) : Esaiae, 36 (48.4) : Salomonis, 21 (37.9), 35 (47.3), 36 (48.1), 64 (61.18) : propheticum, 64 (61.17 et 20) : apostolicum, 37 (48.16) : Isaianum, 109 (84.38) : illud seul (sur cet emploi de illud, qui est peut-être à ranger plutôt dans l'"article", voir HS 191, ET, p. 192).

129 Ille substitut de is :
- ille
= is : 1 (25.20), 1 (26.24), 1 (27.19), 1 (27.26), 16 (33.24), 17 (34.8), 19 (35.8), 26 (41.1), 38 (49.11), 39 (50.4), 62 (60.22), 66 (62.21), 66 (63.1), 71 (66.12), 72 (66.28), 72 (66.30), 76 (69.14), 107 (83.24 et 25), 108 (84.2) 108 (84.5) ;
- ille qui : 4 (29.18), 35 (46.24), 41 (51.4), 74 (68.25), 92(77.1) ;
- ille adjectif anaphorique : 1 (26.4), 1 (27.2), 8 (30.22), 11 (32.3), 16 (33.24), 21 (37.10), 23 (38.13), 24(39.25), 34(46.1), 36 (48.10), 50 (55.26), 60 (59.6), 73 (67.24), 74 (68.21), 76 (69.17), 77 (69.27) ;
- tour ille uir qui : 1 (27.1), 4 (29.9), 30 (43.12), 34 (45.19), 40 (50.16), 106 (82.22), 109 (84.28).

130 Les formes de ipse : on a encore 1 ex. de ipsa, nom fém. sing., ipsam, ipso, ipsi, nom. masc. plur., ipsorum.

131 HS, p. 189 et sq., Svennung, p. 308, Juret, p.33 et sq., B. Löfstedt, op. cit., p. 261 et sq.

132 Emplois de ipse :
- "lui-mème" : 21 (37.15), 27 (41.24), 28 (42.7), 66 (62.15), 98 (80.6) ; substitut du réfléchi (en proposition participiale) : 3 (28.21) 3 (28.21) - = is : 41 (51.8), 69 (65.12), 97 (79.17)
Cas à part : 29 (42.23), 74 (68.29), 110 (85.23). Ipse dans ces trois cas est anaphorique (adjectif en 110). Mais il renvoie soit au Christ (2 premiers ex.), soit à Dieu. Pour HS, p. 190, ipse dans ce cas est l'équivalent de Image 100000000000005C0000001AF6A54029.jpg (cf. en latin classique l'emploi de ipse pour désigner le "patron", le "maître" : ET, p. 190 ; Cicéron traduit le grec Image 100000000000006A0000001909568649.jpgappliqué à Pythagore par ipse dixit, Hat. 1.10). L. Bieler, Commentary., p. 107 et p. 149, note 116, rapproche cet ipse de Image 100000000000004500000018DB7B099C.jpg emphatique.
- ipse qui : 76 (69.29). Il faut ici noter une controverse entre L. Bieler, Commentary, p. 149, qui soutient que ipse qui déterminatif n'apparaît pas avant la fin du VIe s. et C. Mohrmann, The Latin of St Patrick, p. 19, qui relève des exemples de ipse qui déterminatifs chez Ethérie. R.P.C. Hanson, St Patrick, p. 120, se range à l'avis de C.Mohrmann.
- ipse adjectif anaphorique, proche de l'"article" (cf. B. Löofstedt, op. cit., p. 261 et sq.) : 4 (29.11), 4 (29.13), 20 (36.7), 29 (42.21), 85 (73.16)
. Restent les cas suivants, liés à l'expression de la réciprocité, HS, p. 176 et 178 :
- ipsos mutuo : 19 (35.23). Ipse sert de réfléchi direct à partir de Quinte-Curce et est fréquent dans cet emploi en latin tardif (HS, p. 176 et 190, ET, p.186).
- se ipsos : un exemple en 68 (64.11), qui exprime la réciprocité. En 49 (55.10) : eos qui se ipsos non deflebant, se ipsos n'est probablement que réfléchi : HS,p. 190, signale un tour où suus et ipse sont joints.

133 C. Mohrmann, The Latin of St Patrick, p. 19. Gildas s'accorde sur ce point avec Patrice, qui présente 86 ille et 40 ipse (soit 2 pour 1 ; Gildas : 62/21, soit 3 pour 1), alors qu'Ethérie préfère ipse. Est-ce un argument pour affirmer que Gildas, s'il a eu des contacts avec Lérins, n'a pas été influencé linguistiquement par le latin de cette région (pour Patrice, voir J. Gagnepain, EC 10, p. 596) ? Le latin de Gildas serait de ce point de vue proche du latin de la Gaule centrale.

134 HS, p. 188, Schrijnen-Mohrmann 1, p. 154, Svennung, p. 301 et sq., Juret, p. 33.

135 Ainsi dans 1 (26.6), 1 (26.21), 3 (28.12), 3 (28.19), 8 (31.3), 17 (34.11), 31 (43.23), 42 (51.27), 67 (63.20), 71 (66.12), 77 (69.30), 109 (84.18), 110 (85.15).

136 Ibidem : 18 (35.3), 66 (63.3), 77 (70.2). Ibi : 1 (26.9). Cf. HS 2, p. 188, Svennung, p. 303.

137 Quibus relatif : 1 (26.18), 4 (29.9), 4 (29.13), 6 (30.5), 6 (30.7), 17 (34.13), 19 (35.8), 19 (35.17), 21 (36.21), 23 (38.20), 25 (40.9), 32 (44.15), 34 (45.19), 37 (48.20), 37 (48.22), 40 (50.12), 71 (66.8), 83 (73.6), 95 (78.32), 96 (79.14) ;
Quibus interrogatif indirect : 103 (81.33) ;
Quis : 25 (40.15), 50 (55.27), 76 (69.15), 92 (76.37), 108 (84.15), 110 (85.13).

138 Voici quelques relevés d'indices :

QuibusQuisLucrèce285Virgile3510Tibulle34Pline le Jeune n'a aucun quis mais de très nombreux quibus. Le lexique de Tacite donne 36 lignes pour quibus contre 14 pour quis. Sur quis : Lòfstedt, Synt. 2, p. 285 (chez Tacite), 290 (chez Salluste), J. Perret, La formation du style de Tacite, Revue des Etudes Anciennes 56, 954 p. 90 (quis s'affirme chez Tacite de plus en plus vigoureusement) et 102, note 1.

139 HS, p. 139 et 292, ET, p. 203 et sq. La dernière étude sur la question est due à P. Flobert, Les verbes déponents latins des Origines à Charlemagne.

140 Sur ces 10 ex., on notera le grand nombre d'adjectifs en -tus :
comminata, emenso, insectatum, interpretation, interpretati, uenerata,
soit 6 ex.
Sur les 8 verbes relevés, un seul est employé pour la première fois comme passif : minor. Les autres ont des emplois passifs dont la première attestation est de date plus ou moins ancienne : comminor : Apulée, emetior : Virgile, insector Bel. Afr., interpretor : Cicéron, largior : Tibulle, uaticinor : Jérôme, ueneror :Cicéron.
Gildas emploie certains de ces déponents avec le sens actif : Largior : 92 (77. 2) ;
Minor
 : 41 (51.15) ; 46 (53.25) ; 53 (56.37) ; 60 (59.6) ; Veneror : 67 (63.26).

141 Insecto et uenero sont attestés dès Plaute. Inversement insector et ueneror fonctionnent encore comme déponents à date tardive.

142 Interprétés habituellement comme hyperurbanismes. On considère en effet généralement que la tendance est au remplacement du déponent par l'actif, position qui n'est pas celle de P. Flobert, op. cit., par ex. p. 588 et sq.

143 ET, p. 201 et sq. Voici les 3 ex. de conuertor : 1 (26.8) ; 30 (43.14) ; 109 (85.12). Le TLL indique que conuerti et se conuertare alternent dans les mss.

144 Reuertor est attesté 7 fois. On a en particulier reuertuntur en 21 (36.16), reuertantur en 35 (47.9) et reuertar en 75 (68.32).

145 Figurent ici dans la même liste des formes qui peuvent être les formes primitives (norunt ; perfectum de eo et de ses composés), conservées à côté des formes refaites en-u- et assimilées aux formes syncopées, et des formes qui sont manifestement secondaires (verbes de la 1ère et de la 4ème conjugaisons).
Voici les formes non syncopées du DEB :

Indicatif parfait 2ème pers. sing.Adsciuisti 35 (47.1)2ème pers. plur.Spreuistis 108 (84.3)3ème pers. Plur fugauerunt 17 (34.17)
requieuerunt 21 (36.17)
quiuerunt 29 (42.21)Indicatif P.Q.P.3ème pers. sing.defletterai 1 (25.20)
inareuerat 1 (26.29)
degenerauerat
24 (39.25) plantauerat 28 (42.13) compleuerat 38 (49.5)3ème pers. plur.nequiuerant 73 (67.22)Indicatif futur II1ère pers. sing.disceptauero 26 (41.12)
defleuero
26 (41.12)Subjonctif parfait3ème pers. sing. pronuntiauerit 47 (54.7)
concupiuerit
50 (55.30)
disceptauerit
59 (58.19)
87 (74.12)
uiolauerit 69 (64.21)
deleuerit
74 (68.28)
denuntiauerit
89 (75.2) si anauerit 106 (82.29)3ème pers. plur.alligauerint 32 (44.16)
adimpleuerint
106 (82.28)Subjonctif P.Q.P.3ème pers. sing.postulauisset 7 (30.18)Inifnitif parfait
Soit 25 exstrauisse 1 (25.17).

146 Cicéron, Or. 47.157.

147 Quintillien, Inst. Orat. 1.6.17.

148 Pour Ennode, voir Dubois, p. 288 et sq., pour Grégoire, Bonnet, p. 438 et sq.

149 Formes contractes :
1) séquences -āuer-, -īuer- : seruarunt, recusarit, deuiarint audierint
2) devant ss : optasset, formassent, exaltasse
3) devant st : captasti, seruastis, auscultastis, reuolastis, audistis (3 ex.)
4) composés de eo : interiit, perierint, introiisse, periisse.

150 Non contraction : Séquence -ēuer- : requieuerunt, defleuerat, increuerat, compleuerat, defleuero, deleuerit, adimpleuerint.

151 Non contraction :
1) séquence -āuer- : fugauerunt, degenerauerat, plantauerat, disceptauero, pronuntiauerit, disceptauerit (2 ex.), uiolauerit, denuntiauerit, signauerit, alligauerint ; séquence -iuer- : quiuerunt, nequiuerant, concupiuerit
2) devant ss : postulauisset, strauisse
3) devant st : adsciuisti, spreuistis.

152 Il est certain que les types de séquences non contractes sont moins nombreux que les autres. Gildas avait donc moins d'occasions de les utiliser ou de les refuser. Mais, quand il les rencontre, c'est pour les conserver : 7 ex. contre 2.

153 La résistance de Gildas est particulièrement sensible dans le cas des séquences-auer-,-iuer-(14 ex. de conservation contre 4 de contraction). Cela peut paraître normal dans la mesure où c'est précisément le point sur lequel Grégoire admet le plus d'exceptions. Mais chez ce dernier ces exceptions sont sensiblement inférieures en nombre aux cas de contraction. Or c'est l'inverse dans le DEB.
On peut ici mentionner que chez Cyprien on rencontre la contraction amassem mais non la contraction amaram. Au IIIe s., la séquence -auer- devait donc être conservée dans la tradition littéraire, alors que la séquence -auiss- était déjà réduite. Grégoire ne connaît que -ass-, Gildas a 2-auiss- contre 3 -ass-, tandis que le premier a encore de nombreux -auer- et que le second préfère de loin -auer 11 ex. contre 3). La forme -auer- a donc tenu plus longtemps dans l'usage littéraire, mais avec des succèse différents. Dans le DEB, sa survie est particulièrement frappante.

154 -Ēre : 5 (29.26) ; 9 (31.9) ; 9 (31.11) ; 11 (32.12) ; 26 (40.23) ; 37 (48.26) ; 70 (65.20).

155 - : 9(31.6) : potuerunt ; 17 (34.17) ; fugauerunt ; 20 (36.11) : recesserunt ; 21 (36.17) : requieuerunt ; 1 (37.8) : displicuerunt, placuerunt ; 23 (39.6) : clauserunt ; 29 (42.21) : quiuerunt ; 66 (63.3) : sederunt.
-Runt : 26 (41.1) : seruarunt ; 26 (41.13) et 92 (77.2) :
norunt (je prends ces désinences -runt d'un point de vue purement synchronique). Peut-ontrancherentre - ěrunt et -ērunt ? Les clausules pourraient peut-être nous donner quelques indications. Sur les 9 ex. de -erunt, 6 sont en position de clausule (dont 5 à l'intérieur de la phrase, devant ponctuation)

Image 10000000000001FA000000C01AA56F64.jpg

Si l'on en juge d'après les résultats de mon étude sur les clausules en fin de phrase (voir infra, p. 453 et sq.), nous obtenons les résultats suivants :

1 Cl.1 indifférente14 évitée25 recherchée16 évitée36 recherché17 recherchée41 indifférente14 évitée57 indifférente18 recherchée611 recherchée 10 évitée19 indifférenteIl faudrait donc préférer 4 fois la forme -ěrunt, qui est la désinence de la langue parlée (Ernout, Morphologie 3, p. 215 et sq.), au détriment de -ěrunt, forme plus répandue chez les poètes dactyliques, mais déjà chez Plaute (Meillet-Vendryes, Traité de grammaire comparée des langues classiques, p. 350).

156 Ernout, Morphologie3, p. 216.

157 F. Bader, Le système des désinences de troisième personne du pluriel du perfectum latin, BSL 62, p. 91 et H. Hagendahl, La prose métrique d'Arnobe, p. 193 (-ēre commode au 5ème pied de l'héxamètre).

158 Ernout, Morphologie 3, p. 216, F. Bader, art. cit., ibid, et note 9.

159 F. Bader, art. cit., ibid. C'est ce qu'a démontré H. Hagendahl, op. cit., p. 192 et sq. Je résume son exposé. L'époque où les formes en -ēre commencent à servir dans la prose comme un moyen métrique est fixée au milieu du règne d'Auguste, avec des exemples de Sénèque le Rhéteur. Plus tard, nous trouvons cet usage chez QuinteCurce, Sénèque et Pomponius Mela. L'apogée de l'évolution qui débute avec Sénèque le Rhéteur se situe chez Arnobe et les panégyristes gaulois,-il faut noter que les premiers écrivains chrétiens, Tertullien, Minucius Felix, Cyprien, utilisent peu -ēre et qu'après Arnobe-ere est assez rare chez les Ecclésiastiques. Arnobe présente 36 fois -ēre, dont 34 (soit 95 %) s'expliquent par la clausule, -ēre formant la première partie, en général crétique, de la clausule et se trouvant de ce fait dans le mot pénultième ou antépénultième.

160 Des exemples où figure -ēre :

Image 100000000000017C000000D6B1BF5310.jpg

La clausule 15 est évitée. La clausule 19 est indifférente. La conclusion paraît donc négative. D'autant plus que, si toutes ces formes en -ēre sont en position de clausule, à la finale ou à l'intérieur devant ponctuation, une seule est vraiment en position pénultième (oessauere bella), une autre en cette même position étant soumise à l'élision (diuiser(e), ostendit). Les cinq autres sont en dernière position et la forme en -ērunt y remplirait le même rôle.

161 Ainsi aucun -ēre ni chez Ethérie ni chez Patrice (L. Bieler, The Place of St Patrick, VC 6, p. 85).

162 Bonnet, p. 441 et sq. Il y a chez Grégoire, pour les livres 1 et 2 de l'Historia Francorum, 12- ēre pour 40-.

163 On peut évidemment se demander pourquoi Gildas utilise la forme populaire -ěrunt, au lieu de -ērunt (si ma conclusion est juste), quand par ailleurs il recherche -ēre. Je n'y vois pour ma part aucune difficulté de principe. Gildas peut utiliser dans des passages ordinaires une forme populaire et réserver la forme archaīsante ou réputée noble pour les passages relevés.

164 Dans Ciotta 11, p. 192 et sq., cité par Schrijnen-Mohrmann 2, p. 29.

165 Voir par ex. HS, p. 394, § 211 avec renvois :
amatus fui : § 179, Zusatz b) : rare en général, n'apparaît pas bien établi avant le VIIe s. ;
amatus fueram § 179, Zusatz a) : latin tardif, en subordonnée et aussi en principale ;
amatus fuero : § 180, Zusatz g ;
amatus fuissem
 : § 179, Zusatz a). Bien établi à la fin du Ve s. et usuel dans toutes sortes de subordonnées ;
amatum fuisse : § 179, Zusatz b) ;
amatum fuerim : § 179, Zusatz b). Renvoie à Merkx, p. 108 et sq., qui montre que ce type est connu de Filastrius (Juret, p. 51), d'Avit (Goelzer, p. 35) et de Grégoire de Tours (Bonnet, p. 642).

166 Les indicatifs P.Q.P. et Futur II, les subjonctifs parfaits et P.Q.P. du DEB sont tous employés en subordonnée.

167 Ainsi Avit, p. 23-25 : dicat aduersarius (Goelzer, p. 44). Salvien écrit souvent dicit aliquis. Noter que Cicéron n'emploie pas dicat aliquis (F. Thomas, p. 101). Avec quis interrogatif on a dans le DEB : quis di cat : 35 (47.4), quid dicam (subjonctif ou futur ?) : 42 (51.17) et en incise non dicam (subjonctif ou futur ?) : 26 (41.3), 67 (63.18). En ce qui concerne notre passage, il faut probablement exclure la construction de forsitan avec le subjonctif.

168 Subjonctif imparfait pour l'irréel du présent dans l'apodose :
a) Avec protase au subjonctif imparfait : 10 (31.20) ; 62 (60.16) ; 98‘(79.32).
b) Sans protase, mais suivi de sed : 93 (77.15) ; 108 (83.31).
c) Avec protase au P.Q.P. du subjonctif : 34 (45.25) ; 34 (46.1) ; 34(46.4).
A cet ensemble on peut ajouter 34 (45.26) ; 62 (60.16) ; 65 (61.27).

169 En roman, l'imparfait du subjonctif est l'héritier du P.Q.P. latin. Un exemple dans Arnobe, parmi beaucoup d'autres : Nat. 1.33 ipsa denique hiscere si animantia muta potuissent (=possent)..., si arbores... uocis sonitum quirent et uerborum articulos integrare. Voir sur ce sujet HS, p. 321 et 662, ET, p. 383, F. Thomas, op. cit., p. 220 et sq., Vaananen, op. cit., p. 142

170 Voir F. Thomas, op. cit., p. 220 et sq. : la substitution du P.Q.P. à l'imparfait apparaît dès Cicéron et se retrouve chez les poètes et les prosateurs des siècles suivants. Cf. ET, p. 238 et 244.

171 Opinion de F. Thomas, op. cit., p. 234 et sq. En revanche d'autres auteurs y voient un vulgarisme (HS, p. 321, Schrijnen-Mohrmann, p. 42 et sq., Merkx, p. 123), qui peut être d'origine grecque. Cf. encore HS, p. 332 et sq., 662.

172 Ordre et défense :
1 (25.5) : ne putet ; 1 (27.7) : speculare, fare ; 1 (27.16) : non refugito ; 26 (41.9) : ne putet,-29 (42.22) : respice, ueni ; 29 (42.23) : ueni ; 29 (49.25) : redi ; 29 (43.1) : scias ; 30 (43.8) : recordare ; 30 (43.14) : conuertere ; 31 (43.24) : ne consumas ; 32 (44.14) : fac ; 33 (45.4) : auscultato ; 36 (47.15) : caueto ; 36 (47.18) : ne contemnas ; 37 (48.24) : respondeant ; 37 (49.22) : non supplaudant ; 37 (49.35) : transeamus + 63 (60.36), 99 (80.7) ; 40 (50.12) : audite + 47 (54.8), 53 (56.37), 55 (57.30), 78 (70.10), 88 (74.20), 89 (75.2), 104 (81.33) ; 41 (51.15) : adtendite + 52(56.33) 54 (57.26), 56 (58.3), 59 (58.19), 60 (59.6), 61 (59.21), 80 (71.7), 84 (73.8), 87 (74.12), 90 (75.37) ; 96 (78.32), 102 (81.10) ; 43 (52.4) : occipite ; 47 (54.4) : sufficiat + 62 (60.14), ;106 (82.28) 57 (58.6) : intuemini + 97 (79.21) ; 62 (60.25) : loquatur ; 65 (62.1) : uolitent ; 73 (67.12) : audiant ; 74 (68.17) : discutite ; 76 (69.15) : uideamus + 92 (76.39), 92 (77.12), 95 (78.26), 97 (79.15), 106 (83.5), 109 (84.16) ; 86 (73.21) : percipite ; 89 (75.19) : auscultate ; 92 (76.37) : sufficiant ; 92 (77.10) : conueniant ; 95(78.29) : recogitate + 107 (83.13) ; 96 (79.9) : inspicite ; 106 (82.36) : rimanini ; 110 (85.13) : nec su pplaudat ; 110 (85.24) : conseruet, faciat (prière). Total : 73 formes.

173 Qu'il s'agisse en particulier d'un tour poétique, les linguistes sont d'accord sur ce point : en plus de HS, voir ET, p. 231 et sq., L. Löfstedt, Les expressions du commandement et de la défense et leur survie dans les langues romanes, p. 114, 120 et 134, Goelzer, Avit, p.47.
Le cas de scias relève-t-il de cet emploi ? Sci n'est pas utilisé et la forme courante est scito. Gildas aurait-il négligé la forme ordinaire alors qu'il emploie d'autres impératifs en -to (mais plus rares) au profit de l'expression poétique ? D'après L. Lôfstedt, op. cit., p. 42 et sq., il ne semble pas que scias soit particulièrement lié à la poésie. C'est en latin tardif, où il apparaît surtout, un concurrent largement répandu de scito ; aussi bien chez les écrivains soignés que chez les auteurs peu cultivés.

174 Svennung, op. cit., p. 470 et sq

175 L. Löfstedt, op. cit., p. 38 et sq.

176 Pour F. Thomas, op. cit., p. 134, le parfait n'est plus utilisé dans le latin parlé au temps de Cicéron et au début de l'Empire. L. Lôfstedt, op. cit., p. 132, retarde quelque peu cette date : pour elle, après le Ier s. après J.-C-, le subjonctif parfait prohibitif est sans doute un archaïsme.

177 Cela au IVe s. : Servius, Ad Aen. 6.544 : Ne saeui : ne irascere ; Terentius : "Ne saeui tanto opere." Et antique dictum est ; nam nunc "ne saeuias" dicimus. Ne facias est par ailleurs bien représenté en poésie.

178 L. Löfstedt, op. cit., p. 61, cite ne tollito de Prudence, Psych. 613 et ne trutinato de Fortunat, Carm. 3.22.6. En dehors de ces ex., cet impératif futur avec négation apparaît chez Caton et dans les lois anciennes, ainsi que dans Ovide, Pont. 1.2.105 : nonpetito.
Au reste l'impératif présent avec négation n'est pas courant en prose. Mais il est bien attesté chez les poètes (HS, p. 340, ET, p. 233, F. Thomas, op. cit., p. 132 et 136, Goelzer, Avit, p. 46 et sq.). Le témoignage des grammairiens tardifs indique qu'au IVe s. il est considéré comme un archaïsme (cf. Servius supra ; pour Donat et Macrobe, voir L. Lôfstedt, op. cit., p. 63) qui se conserve chez les poètes : Prudence, Cyprianus Gallus, Avit (ibid. p. 63 et sq.).

179 L. Löfstedt, op. cit., p. 15, HS, p. 337,ET, p. 234, Goelzer, Avit, p. 47, Dubois, p. 436.

180 L. Löfstedt, op. cit., p. 16, HS, p. 340, ET, p. 253 et sq.,149, Goelzer, Avit, p. 46.

181 On sait qu'à côté de neque (nec) existe un nec non copulatif. Sur son usage, E. Löfstedt, Synt. 1, p. 338 et sq., Kommentar, p. 88 et sq., Svennung, p. 404 et 497. ET, p. 151 cite un ex. de Cicéron, Off. 1.134 où nec est en tête de phrase : nec excludat alios

182 P. Perrochat, Recherches sur la valeur et l'emploi de l'infinitif subordonné en latin, p. 70 et sq. Pour le détail, Juret, p. 46 (manque chez Filastrius), HS, p. 313 : absent chez Symmaque, Victor de Vita, Cassiodore, dans l'Histoire Auguste ; p. 381 : absent chez Vitruve, Sénèque le Rhéteur, Valére Maxime, Celse, Pline Le Jeune, Suétone ; cf. Goelzer, Avit, p. 315 et note 1 : type à peu près inconnu des écrivains gallo-romains.
Remplacements : posse + infinitif passif : HS, p. 313 et 358. infinitif présent : HS, p. 3 58. -ndum esse (dès Tertullien) : HS, p. 313.

183 HS, p.343.

184 HS, p. 43.

185 HS, p. 344 et sq, Perrochat, op. cit., p. 162 et sq. Ce type de complément est bien représenté chez Plaute, Térence, puis en latin tardif.

186 La construction de ces différents verbes avec l'infinitif est attestée à des dates diverses. Voir HS, p. 346 et sq.

187 HS, p. 347.

188 HS, p. 347.

189 HS, p. 347.

190 HS, p. 348 et sq

191 HS, p. 364.

192 HS, p. 350 : ex. de paratus et de dignus avec l'infinitif.

193 HS, p. 356 et sq.

194 HS, p. 355 et sq.

195 Perrochat, op. cit., p. 99, 111 et sq.

196 Perrochat, op. cit., p. 210 : construction écartée par la prose classique mais courante dans la latinité tardive : cf. HS, p. 356, ET, 329, Goelzer, Jérôme, p. 373.

197 HS, p. 358 et sq.

198 HS, p. 351 et sq. Les prosateurs adoptent ce tour pour raison de rythme ou par désir d'imiter les poètes. Voir Merkx, p. 126, Lavarenne, p. 125, Goelzer, Avit, p. 30, Bonnet, p. 637.

199 P. Perrochat, L'infinitif de narration en latinparticulièrement p. 41-70 pour les historiens, p. 73-75 pour les poètes, p. 75 pour le latin tardif. Ammien Marcellin n'en a qu'un ou deux ex. ; la plupart des auteurs de l'Histoire Auguste le négligent. HS, p. 367, note que la survie de l'infinitif de narration est assez faible en latin tardif,-cf. J. Perret, art. cit., p. 102.

200 P. Perrochat, Recherches, p. 68 et sq.

201 Posse est employé 2 fois :
18 (34.20) ; 32 (44.10). Le sens de "pouvoir" est net. Velie est également employé 2 fois :
62 (60.13) ; 67 (63.12). Le sens de "vouloir" est net.

202 Infinitive avec sujet identique à celui de la principale : 1 (27.16) ; 65 (61.30).

203 ET, p. 275.

204 Participes présents employés comme adjectifs :
arenti :
11 (32.4) ;
decenti :
1 (27.15) abl. ;
feruenti : 11 (32.3) abl. ;
" :72 (66.30) abl. ;
fulgentium : 72 (66.32) 
imminenti : 15 (33.20) abl. ;
-es : 19 (35.19) ;
-em : 71 (66.19) ;
lactantis : 71 (66.10) ;
lasciuientibus : 37 (48.20) ;
praecedentium : 24 (39.10) ;
praepollenti : 3 (28.17) ;
21 (36.21) abl. ;
praesentem :
26 (40.17) ;
praesentis :
26 (41.2) ;
praesentem
 : 29 (42.18) ;
rigentia :
4 (29.12) ;
semidormitantes : 67 (64.6) ;
sequens :
95 (78.29) ;
spumanti
 : 34 (46.12) abl. ;
trementibus
 : 19 (3 5.15) ;
ueridicantis
 : 73 (67.27) ;
uiuentis
 ; 35 (46.21) ;
"  :
72 (66.34) ;
-i
 : 72 (67.1).

205 HS, p. 156, ET, p. 275.

206 Participes présents employés comme substantifs :
accubantibus :
3 (28.21) ;
adulterantes
 : 27 (41.17),-
agentibus : 66 (62.18) ;
audientibus : 72 (67.8) ;
bacchantium : 34 (46.13),-
comitantibus 28 (42.2) ;
condelectantis : 1 (25.4) ;
condolentis : 1 (25.4) ;
consequentibus. : 39 (50.7) ;
displicentia : 21 (37.9) ;
fugantibus : 6 (30.10) ;
habentibus
 : 42 (51.28) ;
intuentium
 : 10 (31.19) ;
permanentibus :
40(50.28) ;
prohibentem
 : 69 (65.8) ;
sapientiwn
 ; 37 (48.28) ;
scientium : 66 (62.27) ;
sequentia :
99 (80.7) ;
" :
109 (84.16) ;
spernentis
 : 1 (25.2) ;
subsequentibus
 : 101 (81.6).

207 Goelzer, Avit, p. 293 et sq., Bonnet, p. 650. Pour Cicéron, Goelzer, p. 293, note 1, renvoie à J. Lebreton, Etude sur la langue et la grammaire de Cicéron, Paris, 1901, p. 401.

208 Participe présent = gérondif Cet emploi n'est pas toujours facile à identifier. Les ex. suivants me paraissent incontestables :
30 (43.6-7) : nonne pacem patriae mortiferum ceu serpentem odiens (= "par le fait de häīr") ciuiliaque bella et crebras iniuste praedas sitiens (="par le fait d’avoir soif de”) animae tuae caelestis portas pacis ac refrigera praecludis ? ;
27 (41.26) : quos dolo sui potius quam merito proterunt catenis onerantes (="par le fait de charger") ;
29 (42.28) : et turn spei caelestis ac si saporem praegustiens (="par le fait d'avoir un avant-goût") senties quam suauis est Dominus.

209 HS, p. 386 et sq., ET, p. 274, Goelzer, Avit, p. 289, Dubois, p. 427, Svennung, p. 467, Bonnet, p. 636 et sq.Cf.S. Lyer, Le participe présent exprimant l'antériorité, REL 7, p. 322-333 : noter p. 328 des ex. de Prudence, Sidoine, Jordanès : reuertens pour reuersus, egrediens pour egressus, oriens pour ortus et p. 333 la conclusion : usage littéraire venu du besoin de rendre en latin le participe aoriste du grec à sens passé.

210 Les exemples qui suivent me semblent devoir être retenus : 1 (25.7) : situi... spatio bilustri temporis uel eo amplius praetereuntis ;
13(33. 3 et sq.) : qui... finitimos quosque pagos uel prouincias... facinoroso regno adnectens et unam alarum ad Hispaniam, alteram ad Italiam extendens et thronum iniquissimi imperii apud Treueros statuens tanta insania in dominos debacchatus est ut duos imperatores legitimos, unum Roma, alium religiossima uita pelleret ;
15 (33.18 et sq.) : quae (legio) ratibus... aduecta et cominus cum grauibus hostibus congresso magnamque ex eis multitudinem sternens et ormes... depulit et subiectos dues... liberauit ;
18 (34.19 et sq.) : Igitur Romani patriae denuntiantes nequaquam se tam laboriosis expedi tionibus posse frequentius uexari... sed ut potius sola... libertatem uitamque totis uiribus uindicaret..’. suadentes... murum... librauit ;
20 (36.9) : et turn primum inimicis per multos annos praedas in terra agentibus strages dabant ;
24 (39.12) : donec cunctam paene exurens insulae superficiem rubra occidentalem trudque oceanum lingua delamberet ;
32 (44.8) : quid... germanam eius, perpetuam Deo uiduitatis castimoniam promittentem,... suspids ? ;
34 (45.14 et sq.) : nonne postquam tibi ex uoto dolenti regni fantasia cessit, cupiditate inlectus ad uiam reuertendi rectam... primum multa ruminons, dein popularis aurae cognitioni proferens, nonachum (te)... ruptis... retibuq... uouisti... ;
50 (55.26) : illi pauci inuenientes uiam angustam amota spatiosa prohibiti a Deo ne...
67 (64.5) : et dudum summitates montium conspicantes nunc recte ad aethera... acies librant ;
69 (65.2 et sq.) : quis uictoribus solum..., liberato iusto, regum quinque uictriciumque turmarum exercitus ferales uincentibus et nequaquam aliena cupientibussacrificium offerens, ut Melchisedech, benedixit ? ;
71 (66.10 et sq.) : quis orationibus holocaustoque laetantis agni Philistinorum metum depellens, insperatae tonitruorum uoces nubiumque imbres concitans, absque adulatione regem constituens, eundem Deo non placentem abiciens, uncto pro illo meliore in regno, ut Samuel, ualedicturus populo astabit hoc modo dicens... ?
71 (66.17 et sq.) : quis eorum, igne caelesti centum superbos exurens, quinquaginta humiles seruans et absque adulationis fuco... mortem imminentem iniquo regi annuntians, omnes prophetas simulacri Baal... prostrauit et zelo Dei commotus, iniquorum terrae imbres adimens aetherales... fame, siti moribundus in deserto conquestus est... ?
95 (78.24 et sq.) : quin potius coruino assimilati nigrori ac semel de arca... euolitantes inuentis carnalium uoluptatum fetoribus nusquam ad earn puro corde reuolastis.

211 HS, p. 388. C'est un tour dont on a des exemples dès le latin ancien et qui est bien attesté en latin tardif, en particulier dans la Bible (cf. Bieler, Commp. 91 : 2 ex. dans Patrice, et Svennung, p. 432 : latin vulgaire et traductions).

212 HS, p. 389. L. Bieler, Comm. donne des exemples. Pour lui," the construction is typical of low Latin." Cf. Svennung, p. 433.

213 HS, p. 385, ET, p. 284 et sq.

214 Participe présent avec conjonction :
Avec ac si (=quasi) : 24
(39.21) ; 34 (45.21 et sq.) ;
avec ceu (emploi attesté dès Sénèque) :
25 (40.3 et sq.) ;
avec licet (emploi attesté depuis Sénèque le Rhéteur, fréquent en latin tardif) :
26 (40.21) ; 67 (63.10). Dans ces deux cas, il s'agit d'ablatifs absolus : HS, p. 140 : depuis Ovide et Apulée ;
avec quamquam (emploi attesté depuis Salluste) :
1 (27.20). Le participe est ici accompagné d'adjectifs ; avec quasi (emploi attesté depuis Cicéron) : 42 (52.1) ; avec quippe (emploi attesté depuis Lucrèce et Salluste) :
66 (62.5) ;
avec statim (emploi attesté depuis Cicéron) :
35 (47.3).

215 Goelzer, Avit, p. 283 et sq.

216 Participes passés employés avec des conjonctions :
Avec ac si :
65 (61.22) ; 71 (66.23) ;
avec licet :
1 (25.18) ; 17 (34.14) ; 72 (66.27) ;
avec quasi :
12 (32.22) ; 66 (62.16) ;
avec utpote (HS, p. 385 : depuis Horace et Tite-Live) :
35 (46.26).

217 HS, p. 393, ET, p. 280.

218 On remarquera l'emploi de supra dictus (ou supradictus) : 18 ex. La formule est bien employée à époque tardive : voir Blaise, Souter, Goelzer, Avit, p. 21 et 492. Pour D. Norberg, Beitrage zur spätlat. Syntax, p. 70, la formule est originaire de la Chancellerie et des diplômes. On note qu'en latin tardif elle est concurrencé par praefatus, suprascriptus, ante fatus, memoratus, praedictus, supramemoratus, saepedictus (Goelzer, Jérôme, p. 191, Bonnet, p. 479, note 1, Norberg, op. cit., p. 72). Gildas ne connaît que supra dictus.

219 HS, p. 309 et 312, ET, p. 278 et sq., Schrijnen-Mohrmann 2, p. 20.

220 ET, p. 395. La périphrase -turus + sum au subjonctif exprime le futur au subjonctif. Elle appartient surtout à la langue littéraire et se limite à certains tours (interrogation indirecte par ex.)

221 Selon ET, p. 278, jusqu'à la fin de l'époque républicaine, ce fut presque exclusivement la seule fonction du participe futur que de former avec sum une périphrase à sens futur. HS, p. 390 : le développement du participe futur date d'Ovide en poésie et de Tite-Live en prose. En roman, il disparaît complètement : il est probable que la langue vulgaire ne l'a pas connu. En latin tardif, il est peu utilisé (cf. Svennung, p. 431).

222 HS, p. 390, ET, p. 279.

223 Participes futurs épithètes :
magi deuoturi
 : 1 (27.16) ;
flammas de fecturas : 29 (42.20) ;
leaenae fracturae : 32 (44.12) ;
furorem maceraturum : 32(44.13) ;
adstipulationem testaturam : 33 (45.6)
flegmate roscidaturo :
34 (46.12)
imbribus irruituris
 : 37 (48.23)
sacerdotia profutura
 : 67 (63.14).

224 HS, p. 157, ET, p. 280 ; cf. Goelzer, Avit, p. 309.

225 Effacement qui se retrouve dans les participes substantivés : HS, p. 391, Svennung, p. 430 et note 3.

226 HS, p. 390, ET, p ; 279, Goelzer, Avit, p. 309 et sq., Bonnet, p. 653.

227 Participes futurs prédicatifs :
7 (30. 17-18-19) : suorum quosdam relinquentes praepositos... solo nomen Romanae seruitutis haerere facturos,... callidam gentem maceraturos, et... ensem... lateri eius accomodaturos ;
21 (36.17) : reuertuntur... Hibemi domos, post non longum temporis reuers uri ;
25 (40.2) : alii... manus hostibus dabant in aeuum seruituri ;
23 (38.24) : terribiles infixit ungues quasi pro patria pugnaturus, sed earn certius impugnaturus ;
34 (46.2) : si non lupus'... ille... te ab ouili dominico..., facturus lupum ex agno sibi similem, rapuisset ;
36 (48.11) : ille... te... torrens... inuoluet semper cruciaturus et numquam consumpturus ;
37 (48.21) : quibus (equis) eius (Faraonis) periturus mari prouoeatur exercitus strenue rubro ;
67 (64.9) : diabolica organa... patriae ingerunt, uiolenter manus non tam uenerabilibus aris quam flammis... dignas... Christi sacrificiis extensuri
71 (66.13) : quis, ut Samuel, ualedicturus astabit hoc modo dicens... ? Avec conjonctions :
23 (38.24) : quasi pro patria pugnaturus ;
18 (35.7) : ualedicunt tamquam ultra non reuersuri

228 HS, p. 368 et sq., ET, p. 262 et sq., Goelzer, Avit, p. 276 et sq.

229 Le latin classique n'admet un complément à l'accusatif qu'au génitif et à l'ablatif instrumental (HS, p. 373, ET, p. 264) ; et encore assez rarement. Gildas donne un complément accusatif au gérondif à l'ablatif instrumental et à l'accusatif régi par ad. Cet usage est connu des écrivains de l'Empire, puis du latin tardif dans le 1er cas, des auteurs tardifs dans le second (HS, p. 373).
Le datif du gérondif n'est pas ici représenté. Il disparaît en latin tardif de basse époque (US, p. 3 77). Le but est marqué par ad + gérondif accusatif.

230 HS, p. 379 et sq., ET, p. 266 et sq., Schrijnen-Mohrmann 1, p. 38, Svennung, p. 425, Juret, p. 128, Goelzer, Avit, p. 281.

231 Gérondif et participe présent :
La nuance est fine entre le gérondif de la circonstance concomitante et le participe, quand ce n'est pas entre le gérondif instrumental de moyen et le gérondif de la circonstance concomitante. C'est pourquoi je propose le dégradé suivant :
35 (46.18) : per extensos scelerum campos... raptatur, augendo prisais noua piaculis : instrumental ou circ. concom.;
1 (25.1) : in hac epistola quicquid deflendo potius quam declamando... fuero prosecutus : circ. concom. ;
1 (27.8) : quid tu nugando mutire disponis ? : circ. concom. ;
27 (41.26) : inter aitarla turando demorantes :. circ. concom. ou participe ;
73 (67.29) : post admirabilem praedicando Christi euangelium orbis paene circuitium : circ. concom. ou participe ;
38 (49.4) : ex cuius ore spiritus sanctus cunctis mundi potestatibus intonuit, denuntiando... Sauli pro eo quod quaedam de mandatis Domini non compleuerat, dicens... circ. concom. ou participe ;
39 (50.4) : ni... movi optasset dicendo = dicens ;
109 (84.39) : itidemque quod sequitur eadem sonat dicendo = dicens.

232 HS, p. 369.

233 Adjectif verbal substitut du gérondif :
1) Accusatif :
- avec ad
6 (30.6) ; 15 (33.15) ; 20 (36.6) ; 21 (36.13) ; 21 (36.14) ; 21 (36.15) ; 22 (38.10) ; 23 (38.14) ; 39 (49.24) ; 70 (65.24-25) ; 93 (77.14) ; 108 (84.14).
- avec ob : 72 (67.8) ; 73 (67.18).
Ad + adjectif verbal s'emploie depuis Ennius (HS, p. 377) ob + adjectif verbal est également ancien (HS, p. 238). Nous avons vu que ce type de construction est classique (HS, p. 373, ET, p. 264). En face de ces 18 ex., le DEB n'a qu'un ex. de ad + gérondif + régime direct.
2) Génitif :
18 (35.5) ; 19 (35.11)
. Les deux constructions (gérondif et adjectif verbal) sont possibles mais les Classiques préfèrent l'adjectif verbal, tandis que le latin tardif utilise plutôt le gérondif (HS, p. 373 et sq., ET, p. 264). Gildas ne connaît que l'adjectif verbal. 3) Datif : 3 (28.17) 15 (33.21)
. La construction normale est avec l'adjectif verbal (HS, p. 373, ET, p. 264). L'expression du but par le datif a concurrencé l'usage de ad + accusatif chez certains auteurs (Tite-Live, Tacite) mais ne s'est pas imposée (HS, p. 376 et sq., ET, p. 265 et sq.). En latin tardif de basse époque, le datif du gérondif comme de l'adjectif verbal disparaît (chez Fortunat, aucun ex. du datif du gérondif, 1 ex. du datif de l'adjectif verbal). 4) Ablatif : - instrumental : 19 (35.24) ; 28 (42.1).
- prépositionnel : 108 (84.15) ; 109 (84.37).
En ce qui concerne l'ablatif instrumental, nous avons vu que Gildas suit plutôt l'usage du latin tardif : 6 ex. du gérondif + régime direct, contre 2 de l'adjectif verbal.
Quant à l'ablatif prépositionnel, la construction normale est l'adjectif verbal (HS, p. 373). Les deux prépositions pro et in sont bien attestées dans cet emploi à travers toute la latinité (HS, p. 380).

234 Adjectif verbal à sens d'obligation :
93 (77.17) ; 66 (62.21) ; 37 (48.14) ; 66 (62.14) ; 27 (41.24) ; 97 (79.17) ; 83 (73.2) ; 38(49.20) ; 42 (51.25) ; 109(84.36) ; 1(26.30) ; 108 (84.16) ; 106 (82.37).
Voir ET, p. 285.

235 HS, p. 371 et sq., ET, p. 286. C'est l'emploi qui exprime l'intention ou la fin.

236 Adjectif verbal attribut de l'objet :
69 (65.5) ; 11 (32.1) ; 6 (30.11) ; 18 (34.24).

237 HS, p. 371, ET, p. 287.

238 Adjectif verbal épithète :
1 (25.9) ; 38 (49.3) ; 17 (34.11) ; 24 (39.14) ; 19 (35.22) ; 69 (65.10) ; 24 (39.22) ; 108 (84.13) ; 28 (42.9) ; 61 (59.20) ; 19 (35.19) ; 28 (42.2) ; 28 (42.6).
Mirandas
apparaît dès Plaute, miserandus dès Terence, laudandus, admirandus, horrendus dans Virgile, uenerandus chez Cyprien.

239 Adjectif verbal substantive :
19 (35.12) ; 98 (80.6). HS, p. 371.

240 HS, p. 312, pour la conjugaison périphrastique, 374 pour l'emploi attributif : dans les deux cas les exemples sont pour la plupart pris au latin tardif ; ET, p. 287, Goelzer, Avit, p. 314 et sq

241 Adjectif verbal à sens futur :
1) Avec sum (facultatif, HS, p. 313) : 94 (78.4) ; 1 (26.22) ; 29 (43.2).
2) Emploi d'épithète : 30 (43.16) ; 11 (31.24) ; 18 (35.1) ; 93 (77.30) ; 34 (46.3).

242 HS, p. 369. Le gérondif est plus fréquent en latin ancien mais dans les Discours de Cicéron on a 2048 adjectifs verbaux contre 1020 gérondifs. Plus tard l'adjectif verbal recule, en dehors de son emploi dans la conjugaison périphrastique. Il disparaît du latin parlé : Pétrone l'utilise 1 fois dans les passages où parlent des affranchis, il est rare chez Chiron et Ethérie.

243 Juret, op. cit., p. 127.

244 Quod complétif :
1 (26.27) ; 6 (30.12) ; 23 (38.21) ; 38 (49.21) ; 42 (51.25) ; 69 (64.20) ; 73 (67.17) ; 109 (84.37).

245 Quod explicatif :
38 (49.5) ; 73 (67.22) ; 75 (69.5) ; 76 (69.17).

246 Quod causal :
19 (35.25).

247 HS, p. 576 et sq.

248 Avec quod employé avec les verbes dicendi et sentiendi la situation est confuse. Certains auteurs emploient plutôt le subjonctif que l'indicatif (Cyprien, Fulgence, Victor de Vita, Grégoire de Tours) mais chez d'autres on trouve à part égale les deux modes.

249 HS, p. 575 : en latin tardif on a des subjonctifs employés sans raison, à la place de l'indicatif. C'est sans doute le cas ici. Voir ET, p. 348 et sq.

250 HS, p. 575. Eo... quo pour eo... quod est assez fréquent en latin tardif (Cyprien, Fulgence, Augustin etc...). Il faut noter ici que nous avons en fait in eo... quo et non eo... quo. Mais on peut admettre que ce sont deux formules presque équivalentes. In eo... quod se rencontre chez Cicéron (HS, p. 583).

251 Quia causal :
1 (25.5) ; 1 (27.9) ; 17 (34.17) ; 18 (34.25) ; 18 (35.6) ; 31 (43.25) ; 35 (47.12) ; 36 (48.8) ; 38 (49.9) ; 50 (55.29) ; 69 (64.18) ; 97 (79.21) ; 110 (85.15).
Sur quia et 18 (34.25) et 18 (35.6) voir HS, p. 451 ; de même quia nec 50 (55.29) avec sens copulatif volatilisé : depuis Tertullien et la Vetus Latina.

252 Quia complétif :
50 (56.1).

253 HS, p. 586. Quia est moins souvent annoncé par un corrélatif que quod. Id circo est connu depuis Platue

254 12 ex. C'est l'usage du latin classique et de la latinité d'argent. Les subjonctifs non motivés apparaissent en latin tardif :HS, p. 586 Cf. quod).

255 HS, p. 586 et sq.

256 HS, p. 577. Après quia causal l'indicatif est d'abord de règle (Cyprien). Plus tard le subjonctif devient plus fréquent, sans toutefois dépasser l'indicatif.

257 HS, p. 577. Les premiers ex. de quod et de quia après verbes déclaratifs datent du Bel. Hisp. et de Pétrone (HS, p. 576 et 586'. Chez les premiers écrivains chrétiens, c'est quod qui l'emporte (Juret, p. 145 et sq.).
Quia
gagne cependant sans cesse du terrain et finit par l'emporter, en particulier dans les textes portant des traces de langue vulgaire : Augustin, Sermons, quia 2. 5/quod 1, Itala Mat. cod. d 40/3, Ethérie 7/2, Didasc. apost.10/3.
Quant à quoniam, il n'apparaît qu'avec l'Itala de Tertullien et Tertullien lui-même. Il figure chez de bons écrivains mais paraît développé surtout chez les écrivains vulgaires (HS, p. 577 et 628). L'emploi complétif de quomodo est sporadique (HS, p. 650).

258 La situation générale est la suivante (HS, p. 576 et sq.). Les conjonctives l'emportent sur les infinitives dans la littérature de traduction : Itala Sap. : quia et quoniam nombreux/1 infinitive, Vitae Patrum : 526 conj./272 infinitives. Mais dans bien des textes tardifs la proposition infinitive prédomine. Ainsi Augustin :

Après la conversionInfinitivesConjonctivesCiu.23 25126Conf.41687Ep.1220134396134711.5/1Avant la conversion

Acad4005SeulementBeat.1004Quod500955/1Ces données rapides sont confirmées par les chiffres suivants :

InfinitivesConjonctivesTertullien250074 (ou 67)33/1Cyprien91874 (ou 62)12/1Lucifer6381016.3/1Filastrius4501203.7/1Ennode entre560/700708-10/1Fortuna226249.4/1Grégoire de TH.F. 8 54 20 2.7/1 En fafce de : traduction de la Bible Tertullien4464Cyprien31113Lucifer2367Auteurs

Ethériemoins de 2222Patrice417Références : Perrochat, Infinitif, p. 146, Juret, p. 146, Bieler, Comm. p. 103, C. Mohrmann, Latin of St Patrick, p. 20, Bonnet, p. 666

259  HS, p. 578, Svennung, p. 440.

260 Cum temporel :
1 (26.34) ; 1 (27.11) ; 25 (40.8) ; 26 (41.1) ; 32 (44.15) ; 74 (68.2) 75 (69.5).

261 Cum causal :
59 (58.34).
Il faut noter que le
turn de 36 (47.14) : sed monita tibi profecto non desunt, turn habueris praeceptorem paene totius Britanniae magistrum elegantem peut être corrigé en cum : cf. P. Grosjean, Notes. AB 75, p. 195.

262 Cum adversatif-concessif :
5 (29.24) ; 6 (30.7) ; 23 (38.17) ; 50 (55.30) ; 74 (68.28-29) ; 110 (85.13).

263 HS, p. 622, ET, p. 365. Il s'agit de cum recessissent (principale au présent de narration), cum successisset, cum duceretur, cum intentarentur.
Cette construction est bien attestée depuis l'époque classique. D'après ET, p. 367, l'indicatif apparaît en latin tardif.

264 Il s'agit de cum deuiarint (principale au parfait), cum alligauerint et cum soluerint (principale au présent). Le subjonctif a été employé comme mode de la répétition, particulièrement au passé (d'où l'emploi assez fréquent du subjonctif imparfait et p.q.p. comme itératif) : ET, p. 400 et sq., HS, p. 624 (cum + le subjonctif itératif s'étend surtout à partir de la latinitité d'argent : auparavant on a l'indicatif). Quand il s'agit de vérités générales, de faits habituels, le subjonctif parfait marquant l'antériorité fut substitué à l'indicatif : ET, p. 402. On a des ex. de ce subjonctif parfait après principale au présent chez Vitruve, Avit (Goelzer, p. 340), Grégoire (Bonnet, p. 684) après principale au parfait : Avit (ibid.).

265 Il s'agit bien d'un cum inversum : l'action de la temporelle est postérieure à celle de la principale (luctabantur... cum legerim) ; le verbe de la principale est à l'imparfait d'emploi duratif (HS, p. 623). HS relève des emplois du subjonctif, mais avec nuance concessive, ce qui n'est pas le cas ici.

266 HS, p. 264 et sq., ET, p. 347. Sur l'indicatif en latin tardif, voir Bonnet, p. 681. Dans le DEB : cum sciret, turn (=cum) habueris.

267 HS, p. 624 et sq., ET, p. 353 et sq., Bonnet, p. 681, à propos de l'indicatif. Cela concerne : cum obtinuissent... firmassent, cum nuntiarentur... festinaret, cum abessent, cum concupiuerit, cum deleuerit, cum fecerit, cum exquirantur.

268 Antequam et priusquam :
38 (49.2) ; 69 (64.21) ; 47 (54.5).

269 HS, p. 600. Antequam l'emporte chez Cicéron, Tacite, Tertullien, Cyprien, Ammien et les écrivains de langue vulgaire. Priusquam l'emporte chez César, Salluste, Tite-Live, les Archaīsants, Irénée. En gros, en latin tardif, antequam l'emporte sur priusquam.

270 HS, p. 600.

271 Postquam :
11 (31.23) ; 34 (45.14).
HS,
p. 598 et sq. Postquam s'emploie avec l'indicatif (le subjonctif est vulgaire : rare à l'époque classique, un peu plus fréquent en latin tardif). Quant au temps, on a soit l'imparfait et le p.q.p. (temps relatif), soit le parfait ou le présent de narration (temps absolu) : cf. HS, p. 549. Les classiques préfèrent le parfait ; l'imparfait et le p.q.p. se rencontrent chez Tite-Live, Tacite.

272 Dum temporel : 1 (26.5).

273 Dum causal :
22 (38.2) ; 38 (49.22) ; 67 (63.22) ; 69 (64.22) ; 108 (83.29).

274 HS, p. 612 et sq., ET, p. 370 et sq.

275 HS, p. 614, ET, p. 349 et sq. Le subjonctif peut se rencontrer en latin tardif. On remarquera que dum est toujours employé dans le DEB avec l'indicatif, ce qui paraît une preuve que dum n'est pas confondu par Gildas avec cum (fait fréquent en latin tardif, HS, p. 614, auquel cas dum se construit avec le subjonctif).

276 Donec :
12 (32.21) ; 24 (39.12).

277 Le sens de "aussi longtemps que" est secondaire et apparaît avec Lucrèce en poésie, Tite-Live en prose. Tite-Live et Tacite préfèrent donec à dum et l'utilisent avec ses deux sens. Certains écrivains (Quintilien, Suétone, Cyprien, Prudence, Ethérie) s'en tiennent au sens premier. Quant au mode, avec donee "jusqu'à ce que", on a d'abord l'indicatif, mais, à partir de Tacite, le subjonctif, déjà attesté précédemment, l'emporte : HS, p. 268 et sq., ET, p. 372 et sq., Goelzer, Avit, p. 342.

278 Ex quo : 4 (29.3). A ici le sens de "depuis que". HS, p. 636, y voit un usage de la langue courante (ex. Martial 6.50.3). Se construit ici avec l'indicatif.

279 Licet avec un mode personnel :
Avec le subjonctif :
1 (27.17) ; 36 (47.30) ; 39 (49.23) ; 69 (64.19) ; 97 (79.21) ; avec l'indicatif : 9 (31.4).

280 HS, p. 605, Svennung, p. 467, Goelzer, Avit, p. 338, Dubois, p. 471, Bonnet, p. 683.

281 Licet + forme nominale :
Participe présent :
26 (40.21) ; 67 (63.10) ; participe passé : 1 (25.18) ; 17 (34.14) ; 72 (66.27) ; adjectif : 1 (25.1) ; 1 (26.5) ; 14 (33.10) ; 22 (38.1) ; 25 (40.7) ; 29 (42.25) ; 35 (46.19) ; 66 (62.18).

282 HS, p. 140 et 385.

283 HS, p. 385, 671. Le mode est celui qui accompagne si.

284 HS, p. 385. Tour en usage depuis Salluste.

285 (413) Ut comparatif :
Avec verbe :
1 (25.7) ; 1 (25.20) ; 1 (27.11) ; 1 (27.23) ; 3 (28.7) ; 6 (30.5) ; 6 (30.8) ; 7 (30.18) ; 8 (31.1) ; 10 (31.16) ; 17 (34.4) 17(34.13) ; 22(37.24) 22 (38.2) ; 23 (38.18) ; 23 (38.19) ; 23 (39.5) ; 23 (39.6) ; 25 (40.10) ; 26 (40.19) ; 27 (41.23) ; 28 (42.7) ; 29 (42.23) ; 30 (43.3) ; 30 (43.11) ; 32 (44.8) ; 32 (44.13) ; 32 (44.16) ; 34 (45.17) ; 34 (45.18) ; 35 (46.25) ; 35 (47.12) ; 35 (47.13) ; 36 (48.8) ; 38 (49.9) ; 38 (49.11) ; 40 (50.11) ; 40 (50.28) ; 42 (52.6) ; 49 (55.10) ; 62 (60.18) ; 62 (60.25) ; 62 (60.35) ; 65 (61.28) ; 66(62.4) ; 68(64.10) ; 70(65.25) ; 70(65.27) ; 71(66.21) ; 72(67.9) ; 77(70.2) ; 92(77.1) ; 93(77.23) ; 94(78.17) ; 95(78.18) ; 96(78.33) ; 105(82.15) ; 109(85.8).
sans verbe :
1 (25.8) ; 5 (30.3) ; 18 (35.1) ; 22 (38.9) ; 26 (40.20) ; 31 (43.20) ; 31 (43.21) ; 37 (48.25) ; 41 (51.14) ; 67 (63.26) ; 67 (64.7) ; 68 (64.14) ; 69 (64.17) ; 69 (64.23) ; 69 (64.28) ; 69 (65.4) ; 69 (65.5) ; 69 (65.8) ; 69 (65.11) ; 69 (65.12) ; 70 (65.24) ; 70 (66.1) ; 70 (66.4) ; 71 (66.6) ; 71 (66.10) ; 71(66.13) ; 71(66.21) ; 72 (66.28) ; 72 (66.30) ; 72 (67.4) ; 72 (67.6) ; 72 (67.8) ; 72 (67.9) ; 73 (67.17) ; 73 (67.19) ; 73 (67.20) ; 73 (67.21) ; 73(67.24) ; 73 (67.30) ; 74 (67.31) ; 75 (68.33) ; 75 (69.6) ; 76 (69.14) ; 93 (77.20) ; 95 (78.20) ; 108 (81.2).

286 Ut consécutif :
1 (26.6) ; 1 (27.13) ; 4 (29.16) ; 6 (30.12) ; 7 (30.19) ; 9 (31.8) ; 9 (31.12) ; 11 (32.3) ; 11 (32.10) ; 13 (33.6) ; 19 (35.22) ; 21 (36.20) ; 21 (36.22) ; 21 (37.9) ; 21(37.18) ; 22 (38.5) ; 24(39.17) ; 26 (41.3) ; 26 (41.6) ; 28 (42.8) ; 34 (46.13) ; 37 (48.23) ; 64(61.17) ; 69 (64.25) ; 70 (65.15) ; 72 (66.31) ; 72 (67.1) ; 93 (77.27) ; 106 (83.4) ; 109 (84.25) ; 109 (85.11).

287 Ut final :
3 (28.10) ; 15 (33.21) ; 20 (36.6) ; 23 (38.17) ; 26 (40.16) ; 26 (41.9) ; 30 (43.15) ; 32 (44.18) ; 33 (45.1) ; 39 (49.24) ; 39 (50.4) ; 41 (51.8) ; 65 (61.26) ; ; 66 (62.18) ; 66 (63.7) ; 67 (64.1) ; 67 (64.2) ; 69 (64.28) ; 69 (65.5) ; 70 (65.19) ; 70 (65.20) ; 72 (67.3) ; 74 (68.17) ; 76 (69.14) ; 77 (70.2) ; 89 (75.17) ; 93 (77.15) ; ; 95 (78.22) ; 99 (80.13) ; 106 (82.26) ; 107 (83.9) ; 107 (83.24) ; 107 (83.25) ; 109 (84.26) ; 109 (85.7) ; 110 (85.21) ; 66 (63.6).

288 Ut complétif :
1 (27.4) ; 18 (34.21) ; 21 (36.13) ; 23 (38.13) ; 49 (54.38) ; 72 (66.27) ; 106 (82.22) ; 109 (84.29).

289 HS, p. 636. Ut temporel a toujours été assez rare.

290 HS, p. 648. Ut causal est de développement tardif et restreint.

291 HS, p. 647. L'emploi de ut comme conjonction concessive paraît s'arrêter au IIe s.

292 Sicut ut : 1 (25.8). Le tour le plus fréquent est ita... ut. Sic ut est rare en latin archaïque et plus fréquent à l'époque classique. Acque ut : 40 (50.11). Paraît être limité, avec quelques exceptions, au latin archaïque. Similiter ut : 67 (63.26). Assez dispersé à l'époque classique. On le rencontre encore chez Grégoire de Tours (Bonnet, p. 320 : similiter sicut). Pour ces expressions, voir HS, p. 633.

293 Sur les 22 ex. de ita... ut, on a 15 fois ita ut en contact direct, ce qui, selon HS 640, serait un fait de langue populaire. Quant à l'omission du corrélatif, c'est un fait très fréquent (HS, p. 640).

294 HS, p. 639. L'indicatif apparaît en latin tardif : dans les inscriptions à partir du milieu du IIe s., dans la Vetus Latina, chez Lucifer, Chiron, Ethérie, Grégoire de Tours (Bonnet, p. 679 et sq.).

295 Ce que l'on rencontre parfois, c'est ne pour ut non, en particulier en latin tardif. Le remplacement s'explique à partir d'hésitations entre tour final et tour consécutif (//S, p. 642). Inversement ut non tend à remplacer ne dans la langue populaire (HS, p. 535). Ut ne peut résulter d'un croisement entre ut non et ne, à moins qu'il ne s'agisse du ut ne final de l'époque archaïque, repris en latin tardif, et employé ici comme consécutif (HS, p. 643).

296 L'indicatif se rencontre en latin tardif chez Chiron, Grégoire de Tours (Bonnet, p. 681, avec ne final).

297 Pour HS, p. 643, ad hoc ut, employé en 106 (82.22) et que j'ai classé dans les complétifs, est un tour comprenant ut final et le corrélatif ad hoc. Ad hoc ut date de Tite-Live.

298 En 26 (41.9), 39 (50.4), 66 (63.6). Ut non se rencontre en latin tardif : ainsi chez Salvien (Rochus, p. 98), chez Palladius (Svennung, p. 513) et che.z Ennode (Dubois, p. 370). C'est la tendance signalée plus haut à remplacer ne par ut non. HS, p. 643

299 Rogo ut est classique (ET, p. 301) ; (persuadeo ut : HS, p. 646, ET, p. 301.

300 Dignum est ut : postclassique (HS, p. 645). Moris est ut : signalé par HS, p. 62 dans Cicéron, Verr. 2.1.66. Absit ut : ex. dans Apulée et Jérôme. Le cas de talis ut ne me paraît pas signalé par HS

301 HS, p. 632.

302 Uti :
24(39.26) ; 37(48.14) ; 106(82.24)

303 HS, p. 646 et sq. Doceo ut/ne est donné par le TLL pour Plaute, Cicéron et des auteurs chrétiens.

304 HS, p. 643. Ut ne réapparaît d'abord chez les Archaīsants puis chez des auteurs comme Tertullien, Rufin, Prudence. HS, p. 535, signale un uti ne (final sans doute) chez Irénée. Goelzer, Avit, p. 349, s'étonne de rencontrer uti ne chez Avit, cette forme ne se retrouvant presque plus après Cicéron. Pour ET, p. 301 et 342, ut ne a valeur d'insistance.

305 HS, p. 632. Irénée : 160 uti/ 430 ut, Vulgate : 1 uti. Chiron pour sa part l'ignore.

306 Sicut :
a) avec verbe :
21 (36.13) ; 21 (37.18) ; 36 (47.18) ; 85 (73.17) ; 92 (77.7) ; 93 (77.30) ; 97 (79.17) ; 104 (82.2)„
b) sans verbe :
19 (35.22) ; 66 (62.13) ; 70 (65.15) ; 70 (65.19) ; 73 (67.11) ; 106 (82.34).

307 Velut :
a) avec verbe : 38 (49.11).
b) sans verbe :
8 (30.21) ; 12 (32.18) ; 24 (39.22) ; 28 (42.14) ; 30 (43.5) ; 35 (46.17) ; 35 (46.23) ; 67 (63.14) ; 110 (85.17).
Je note que dans ce cas la comparaison introduite par uelut est fréquemment soulignée par l'emploi de quidam (5 ex).

308 Veluti :
1 (26.7) ; 1 (27.2) ; 1 (27.3) ; 1 (27.10) ; 3 (28.12) ; 3 (28.19) ; 3 (28.20) ; 11 (32.10) ; 17 (34.5),-23 (39.5) ; 33 (44.27) ; 34 (46.4) ; 37 (48.22) ; 66 (62.17) ; 73 (67.14) ; 110 (85.15) ; 110 (85.20).

309 HS, p. 679 et sq. : chez Plaute, Saliuste, Horace, Ovide, Tacite, puis en latin tardif, chez les poètes comme chez les prosateurs. C'est une des formes qui concurrencent ut. Cf. ET, p. 343.

310 Ne :
a) ne.. quidem : sera étudié plus loin
b) ne = ne.. quidem : sera étudié plus loin
c) ne multa : 34 (46.6), 72 (67.9).
Probablement ne final avec ellipse du verbe (ne multa dicami).
d) ne dans la défense : 1 (25.2) ; 26 (41.8) ; 31 (43.24) ; 36 (47.18).
Etudié plus haut.
e) ne complétif :
1) négation de ut : 25(40.11) ; 94(78.12) ;
2) après verbes "craindre, empêcher" : 1(25.8) ; 36(47.15) ; 50(55.26) ; 50(55.28) ; 53(57.9) ; 77(70.2)
f) ne final : 7(30.14) ; 10(31.16) ; 17(34.6) ; 36(48.3) ; 37(48.15) ; 37(48.26) ; 40(50.22) ; 40(50.23) ; 62(60.12) ; 65(61.26) ; 70(65.15) ; 83(73.2) 92(76.38) ; 94(78.2).
g) ut(i) ne : 37(48.14) ; 37(48.23) ; 106(82.24). Etudié plus haut.

311 Voir HS, p. 646 et ET, p. 301.

312 HS, p. 533 : emploi ancien,-ET. p. 307. On a dans le DEB 1 ex. de prohibere avec la proposition infinitive en 42 (51.26) : HS, p. 356. Prohibere peut encore se construire avec quod (HS, p. 582) et ut, HS, p. 647).

313 Retracto signifie ici "refuser", ce qui n'est pas le sens habituel. Ce sens est signalé par Ernout-Meillet, s.u. tracto.

314 Seducere signifie "corrompre" : voir Blaise, Dic. Ne ne peut alors être que final. Mais on peut supposer un seducere ne "détourner de, conseiller de ne. pas" avec ne complétif.

315 HS, p. 681, donne une liste d'auteurs tardifs qui l'ignorent. Il note que quominus se maintient chez les archaïsants et chez les écrivains qui cherchent à écrire comme les Classiques (ainsi Cyprien, SchrijnenMohrmann 2, p. 117 et sq). Chez Cyprien la construction est assez libre : quominus se rencontre avec des verbes qui ont un rapport assez éloigné avec les verbes d'empêchement. Nous ne devons donc pas être étonnés de trouver quominus après les adjectifs formidolosus et lassus.

316 Quantum :
a) interrogatif indirect :
1) (26.28) ; 37 (40.20).
b) comparatif :
4 (29.19) ; 17 (34.8) ; 34 (46.7) ; 106 (83.4).

317 Quantus interrogatif indirect : 9 (31.9-11) ; 37 (48.28) ; 93 (77.16).

318 Quantus exclamatif : 34 (45.23),-34 (45.26) ; 34 (46.3).

319 Il s'agit de 22 (38.4) : quae in breui tantam eius multitudinem sternit, quantam ne possint uiui humare. Si l'on comprend : "(la peste) qui en peu de temps abat une telle multitude que les vivants ne peuvent même pas l'enterrer", c'est tantus.. ut qui conviendrait.
Je pense qu'il s'agit d'une confusion entre tantus..ut et tantus.. quantus, d'autant plus facile qu'en latin tardif tantus.. quantus se construit parfois avec le subjonctif (Baehrens dans Mnemosyne 38, 1910, p. 410.
Si l'on comprend : "(la peste) qui abat autant d'hommes que les vivants ne peuvent même pas en enterrer", tantus.. quantus est correct.

320 On a aussi un cas où le verbe n'est pas exprimé : 87 (74.16) : "et id quare, ostendit".

321 HS, p. 542, et sq. :en latin tardif an s'emploie après n'importe quel verbe, tandis que num disparaît. Chez Gildas on a seulement 1 ex. de num en interrogation directe ; en interrogation indirecte an l'a évincé totalement. Voir encore ET p. 317 et sq

322 Quis dans l'interrogation indirecte :
a) avec l'indicatif :
40 (50.11) ; 62 (60.14) ; 77 (69.29).
Cas douteux, où l'interprétation par la relative est possible (HS, p. 538, ET, p. 314) : 55 (57.30) ; 64 (61.13) ; 66 (62.21).
b) avec le subjonctif :
22 (38.10) ; 37 (48.22) ; 42 (51.14) ; 46 (53.25) ; 47 (54.7) ; 50 (55.31) ; 52 (56.33) ; 54 (57.26) ; 56 (58.3) ; 57 (58.6) ; 59 (58.19) ; 60 (59.6) ; 61 (59.21) ; 70 (65.19) ; 76 (69.15), 80 (71.6) ; 84 (73.7) ; 87 (74.11) ; 89 (75.1) ; 89 (75.17) ; 89 (75.37) ; 92 (76.39) ; 92 (77.12) ; 97 (79.16) ; 102 (81.10) ; 103 (81.33) ; 104 (81.34) ; 106 (82.28) ; 106 (83.5) 109 (84.30).

323 HS, p. 537 et sq., ET, p. 314.

324 Ainsi chez Salvien (Rochus, p. 87). Pour Jérôme, Goelzer, p. 355 et sq. : le subjonctif est plus fréquent que l'indicatif ; pour Avit, Goelzer, p. 323 et sq. : le subjonctif est majoritaire ; pour Ennode, Dubois, p. 444 et sq. : l'indicatif est bien représenté ; pour Grégoire, Bonnet, p. 675 et sq. : l'indicatif est bien représenté mais il est moins fréquent que le subjonctif.

325 HS, p. 543 et sq., ET, p. 319 et sq. En latin tardif, on a ce si très fréquemment dans la Vulgate ; un ex. dans les Lettres de Cyprien (Schrijnen-Mohrmann 2, p. 131 et sq.).

326 Si
a) conditionnel :
1) si : avec l'indicatif :
26 (41.10) ; 29 (43.1) ; 41 (51.2) ; 41 (51.5) ; 44 (52.26) ; 74 (68.2) ; 76 (69.28) ; 89 (75.18) ; 103 (81.22).
avec le subjonctif :
7 (30.18) ; 9 (31.18) ; 15 (33.16) ; 27 (41.23) ; 36 (47.29) ; 62 (60.15) ; 62 (60.16) ; 65'(61.29) ; 67 (63.17) ; 98 (79.32) ; 108 (84.10) ; 108 (84.15) ; 110 (85.14).
2) si non :
- avec l'indicatif :
1 (26.31) ; 68 (64.14).
- avec le subjonctif :
1 (26.21) ; 10 (31.18) ; 21 (37.9) ; 34 (45.24) ; 34 (46.1) ; 34 (46.4) ; 35 (47.9) ; 65 (61.22) ; 67 (63.26) ; 109 (84.18).
3) si non, sans verbe : 1 (27.8) ; 30 (43.4).
b) si concessif : 1 (27.13) ; 64 (61.16).
c) si temporel : 21 (37.6).

327 Nisi = "si ne... pas" :
18(34.23) ; 75 (69.5).

328 Nisi = "excepté" :
66(63.7) ; 69(65.1).

329 Ni :
1 (27.24) ; 23 (39.8) ; 39 (50.3).

330 HS, p. 667 et sq. 447 et 535, ET, p. 383 et sq.Löfstedt, Syntaotica 2, p. 284 et 312 : chez Tertullien, dans le De Pallio, 4 ni/ 5 nisi mais dans l'Apologie 1 ni (ni fallor)/ 30 nisi, Dans l'Ad Nationes et le De Baptismo o ni. Voir encore J. Perret, La formation du style de Tacite, REA 56, p. 102, note 1.

331 HS, p. 667, ET, p. 384, Schrijnen-Mohrmann, 2, p. 114.

332 "A moins que" : nisi macularetur ("si ne.. pas" convient aussi) ; "si ne.. pas" : nisi dissolueretur.

333 "A moins que" : ni cumularetur si ne.. pas" convient aussi) ; "si ne.. pas" : ni fallor, ni optasset

334 Si non :
a) emploi d'opposition :
1 (26.21) ; 1 (27.8),-21 (37.9) ; 30 (43.4).
b) = nisi :
1 (26.31), 10 (31.18), 34 (45.24), 34 (46.1), 34 (46.4), 35 (47.9) : (les deux sens "à moins que” et "si ne. pas" sont possibles), 65 (61.22), 67 (63.26), 68 (64.14) : les deux sens sont possibles), 109 (84.18) : les deux sens sont possibles).

335 HS, p. 668, ET, p. 384.

336 Par ex. Schrijnen-Mohrmann 1, p. 32 pour Cyprien.

337 HS, p. 671 et sq., ET, p. 351. Nous avons dans nos 2 ex.si non ; la négation non est normale.

338 HS, p. 663 et sq., ET, p. 399 et 402, Goelzer, Avit, p. 355 et sq.

339 103 (81.22) ; 64 (61.16).

340 Le subjonctif avec sin,si non etc... :
1) les subjonctifs de style indirect, équivalents d'un futur :
1 (26.21) ; 15 (33.16) ; 23 (39.8) ; 75 (69.5).
2) les subjonctifs de possibilité : 10 (31.18) ; 18 (34.23) ; 34 (45.25) ; 34 (46.1) ; 34 (46.4) ; 36 (47.9) ; 39 (50.3) ; 62 (60.15) ; 62 (60.16) ; 65 (61.22) ; 67 (63.17) ; 98 (79.32)
. 3) les subjonctifs inattendus : 7 (30.18) ; 9 (31.8) ; 21 (37.9) ; 27 (41.23) ; 35 (47.9) ; 65 (61.29) ; 67 (63.26) ; 108 (84.10) ; 108 (84.15) ; 109 (84.18) ; 110 (85.14).
On peut proposer des explications pour certains de ces subjonctifs inattendus.
Reste seulement 21 (37.9) : "si non gratiora fuissent", pour lequel je ne vois pas d'explication.

341 Si tamen :
17 (34.16) ; 24 (39.24) ; 25 (40.2) ; 33 (45.5) ; 62 (60.19) ; 65 (61.25) ; 92 (77.3) ; 108 (83.33).

342 HS, p. 496 et 673, Schrijnen-Mohrmann 2, p. 116, Rochus, p. 109. Dans le DEB, si tamen garde le sens de "si toutefois". On a 5 ex. de l'indicatif et 3 du subjonctif (si tamen non continuo trucidarentur s'explique mal : répétition ?). La négation est non.

343 Si quidem :
a) causal :
29 (42.22) ; 32 (42.22) : Mommsen met un point avant si quidem ; l'emploi du subjonctif m'invite à voir dans cette proposition une subordonnée ; 38 (49.22)
. b) conjonction explicative :
22 (38.8) ; 31 (43.30) ; 35 (47.5).

344 HS, p. 673 et sq., ET, p. 375. Avec si quidem causal, on a dans le DEB 1 fois l'indicatif et 1 fois le subjonctif. Comme conjonction explicative, si quidem est postposé au moins 2 fois.

345 HS, p. 502 et 659, ET, p. 351. Le subjonctif fuerint peut être un potentiel.

346 HS, p. 596, ET, p. 355, 388 et sq. Tam quam n'est que tam.. quam avec jonction du relatif et du corrélatif. La comparaison objective peut donc se marquer également par tam quam. Ainsi : 25 (40.9) ; 32 (44.5) ; 32 (44.22) ; 33 (44.24) ; 33 (45.2) ; 67 (63.9) ; 76 (69.16).
Sur Tam..quam etiam en 33 (44.24), voir HS, p. 590. Ce renforcement du second membre par une particule copulative est postclassique (Valère Maxime, puis Tertullien, Cyprien, Lactance etc..).

347 HS, p. 596. Lucrèce a 90 quasi pourlO tamquam. César et Salluste l'ignorent. Tamquam. manquechez Fronton et Apulée.

348 Quasi :
a) "comme si"
1) avec verbe :
107 (83.22) ; 108 (84.8).
2) avec formes nominales
12 (32.22) ; 21 (37.16) ; 23 (38.24) ; 29 (42.18) ; 42 (52.1) ; 66 (62.16).
b)"comme" :
9 (31.13) ; 12 (32.16) ; 19 (35.9) ; 23 (38.14) ; 26 (41.9) ; 66 (62.12) ; 69 (64.25) ; 72 (67.1).
c) "en quelque sorte" :
21(37.7) ; 24 (39.6) ;
d) cas à interpréter :
31 (43.23).
Quasi "comme si" avec verbe se construit avec le présent et le parfait du subjonctif ; il y a transposition à l'imparfait et au P.Q.P. selon la concordance {HS, p. 675,ET, p. 388). Le passage 107 (83.22) est correct. Mais en 108 (84.8) on a quasi non audiretur à côté de contemnitur. ET, p. 389, signale que quasi peut se trouver, sans concordance passée, avec l'imparfait du subjonctif.
Les emplois avec participe ont été étudiés plus haut.
Pour l'emploi de quasi,"comme", voir en particulier Schrijnen-Mohrmann, 1, p. 133, pour Cyprien, où cet emploi de quasiest. bien représenté.
Le sens de "en quelque sorte" n'est pas signalé par HS.

349 Ac si :
a) = quasi "comme si" :
1) avec verbe : 1(26.28) ; 21 (37.14) ; 73 (67.12) ; 108(84.6).
2) avec un participe :
24 (39.21) ; 34 (45.21),-65 (61.22) ; 71 (66.23).
b) = uelut "comme" :
12 (32.19) ; 16 (33.24) ; 17 (34.11) ; 27 (41.26) ; 30 (43.8) ; 35 (46.17) ; 39 (49.24) ; 66 (62.12) ; 66 (62.22) ; 68 (64.14) ; 74 (68.21) ; 110 (85.20).
c) "en quelque sorte" :
1 (25.15) ; 1 (27.12) ; 28 (42.8) ; 29 (42.21) ; 29 (42.28) ; 36 (48.10) ; 86 (73.21).
On a 4 fois ac si avec un verbe personnel. Le mode est le subjonctif, imparfait ou P.Q.P., ce qui est normal avec cette conjonction.

350 HS, p. 675 et sq., ET, p. 390.

351 Ceu :
a) "comme si" :
25 (40.4).
b) "comme" :
3 (28.19),-12 (32.21) ; 16 (34.3) ; 17 (34.9) ; 22 (37.21) ; 30 (43.6) ; 32 (44.8) ; 33 (45.1) ; 65 (61.24) ;
c) l'exemple controversé est le suivant :
72 (66.32) : une correction de ceu par seu est possible, P. Grosjean, AB 75, p. 197.

352 HS, p. 634, ET, p. 390.

353 HS, p. 270 et 595. Apparaît dès Titinius.

354 Quippe.
a) avec un relatif :
1 (25.3) ; 1 (25.12) ; 4 (29.20) ;
b) avec un participe :
66 (62.5) ;
c) = "car" :
26 (41.13).

355 HS, p. 510.

356 HS, p. 560. L'emploi de l'indicatif à époque tardive paraît être un archaïsme. ET, p. 336 et sq

357 HS, p. 510. Exemples chez Plaute, Terence, Salluste.

358 Utpote :
a) avec forme nominale :
1 (26.4) ; 35 (46.26) ; 76 (69.18) ; 100 (81.2).
b) avec adverbe :
66 (63.3).
c) avec verbe :
67 (63.16).

359 A propos de licet, HS, p. 385, signale dans les Lettres de Cyprien l'emploi exclusif avec participe et adverbe et renvoie à SchrijnenMohrmann 2, p. 107 et sq., où il n'est question que de participes et d'un adjectif. Gaffiot indique de son côté la construction avec adverbe.
Volutantes 66 (63.3) fait partie de la série irruentes, redimentes, tractos et il est coordonné à cette série par et. Utpote porterait donc sur indigne et ce groupe de mots déterminerait qui nec ibidem usquam sederunt : "eux qui ne se sont jamais assis sur ces sièges (presbytéraux et épiscopaux), parce qu'indignement" : ils s'y sont assis, mais indignement, ce qui compte pour rien aux yeux de Gildas. La traduction d'H. Williams esquive la difficulté.

360 HS, p. 560, ET, p. 337.

361 Quam :
a) interrogatif indirect :
29 (42.28), 108 (83.29).
b) exclamatif :
34 (45.25) ; 65 (61.25).
c) après comparatif :
1) après adjectif ou adverbe :
4 (29.5) ; 37 (48.29) ; 66 (62.19) ; 72 (66.33) ; 109 (84.29) ; 110 (85.16).
2) non minus quam :
10 (31.15), 62 (60.11) ; 64 (61.13) ; 73 (67.24).
3)
magis quam :
19 (35.12) ; 39 (50.2) ; 40 (50.26) ; 108 (84.6).
4)
potius quam :
1 (25.1) ; 13 (33.3) ; 26 (41.12) ; 27 (41.25) ; 66 (63.1) ; 73 (67.16) ; 92 (76.38) ; 108 (84.10). d) avec le superlatif : 10 (31.18) ; 21 (37.16) ; 27 (41.16) ; 66 (62.3).
e)
tam.. quam :
25 (40.10) ; 32 (44.6) ; 32 (44.23) ; 33 (44.24) ; 33 (45.2) ; 67 (63.9) ; 76 (69.16).
non tam.. quam : 1 (25.5) ; 4 (29.22) ; 5 (30.3) ; 7 (30.18) ; 15 (33.23) ; 26 (41.12) ; 66 (62.18) ; 67 (64.1) ; 67 (64.8) ; 92 (77.7) ; 94 (78.2).

362 On sait que magis tend à remplacer potius :HS, p. 498 et 166, Goelzer, Avit, p. 682, Jérôme, p. 427. C'est le cas ici au moins pour les ex. des c.39 et 40.
Quand on écarte une éventualité, c'est potius quam qui est employé. Mais ce même potius quam peut aussi être utilisé quand la première affirmation ne va pas jusqu'à effacer complètement la seconde (ET, p. 357 et sq.).

363 HS, p. 585, et sq. Chez Filastrius, 62 quia, 17 quod. On remarquera que pour les complétives Gildas préfère quad, tandis que, pour les causales, c'est quia qui l’emporte.

364 HS, p. 627. Quoniam est absent dans les Vies des Pères du Jura (Hoogterp, p. 205), dans la Vie d'Hilaire d'Arles, dans la Vie d'Honorat. Il est rare chez Grégoire (Bonnet, p. 661), chez Avit (Goelzer, p. 346).

365 Quando temporel est évité de bonne heure dans la langue distinguée : HS, p. 607.
Ut temporel est fortement concurrencé par les autres conjonctions. Il est assez rare et en latin tardit apparaît surtout dans l'Hist. Apollonii et les Romuli fabulae, où il remplace cumet postquam :
HS,
p. 636.

366 Quamquam est d'origine populaire : son succès est varié (HS, p. 602).
Pour quamuis, mêmes remarques : HS, p. 604. Pour etiamsit tametsi :
HS,
p. 672. Licet paraît être la conjonction la plus courante :
HS, p. 605, Goelzer, Avit, p. 338. HS, p. 624 et sq., n'indique rien sur la fréquence de cum adversatif.

367 Ac si :
24(39.21) ; 34 (45.21) ; 65(61.22) ; 71(66.23).

368 Ceu :
25(40.4).

369 Etsi :
72(66.27).

370 Licet :
26(40.21) ; 67(63.10) ; 1(25.18) ; 17(34.14) ; 72(66.27) ; 1(25.1) ; 1(26.5) ; 14(33.10) ; 22(38.1) ; 25(40.7) ; 29(42.25) ; 35(46.19) ; 66(62.18).

371 Quamquam :
1(27.20).

372 Quasi :
42(52.1) ; 23(38.24) ; 12(32.22) ; 66(62.16) ; 21(37.16) ; 29(42.18) ;

373 Quippe :
66(62.5).

374 Statim :
35(47.3)

375 Tamquam :
18(35.7).

376 Utpote :
35(46.26) ; 1(26.4) ; 100(81.2) ; 66(63.3) ; 76(69.18).

377 Quisquis :
1 (25.1) ; 7 (30.20).

378 Pronom relatif et subjonctif :
1) avec qui
1 (26.29) ; 10 (31.17) ; 21 (37.4) ; 21 (37.13) ; 21 (37.15) ; 22 (38.9) ; 24 (39.24) ; 37 (48.22) ; 62 (60.11) ; 68 (64.13) ; 72 (66.26) ; 76 (69.15) ; 83 (73.6) ; 92 (77.6) ; 96 (79.8) ; 106 (82.27) ; 109 (85.10) ; 110 (85.20) ; 110 (85.26).
2) avec quisquis :
7 (30.20).
3) avec quippe qui :
1 (25.3) ; 1 (25.12) ; 4 (29.20).

379 Ainsi :
110 (85.26) ; 1 (26.29) ; 10 (31.17) ; 76 (69.15) ; 109 (85.10) ; 110 (85.20).
Pour l'emploi de quisquis avec le subjonctif, cf. ET, p. 335, Goelzer, Avit, p. 327 et HS, p. 562, qui signale la tendance, apparaissant dès Tite-Live et prenant de l'ampleur en latin tardif, à l'usage de ce mode avec les pronoms indéfinis. Notons que Gildas utilise l'indicatif en une autre occasion.

380 Relatif de liaison (selon la ponctuation de l'éd. Mommsen)
a) en ablatif absolu :
6 (30.5) ; 6 (30.7) ; 34 (46.8) ; 50 (55.27).
b) autres cas :
1 (26.18) ; 1 (27.1) ; 1 (27.24) ; 9 (31.4) ; 10 (31.15) ; 11 (31.23) ; 13 (33.3) ; 15 (33.14) ; 15 (33.17) ; 15 (33.21),-15 (33.22) ; 23 (38.15) ; 23 (38.24) ; 23 (39.6) ; 25 (40.15) ; 26 (41.8) ; 28 (41.25) ; 30 (43.13) ; 33 (45.4) ; 35 (46.21) ; 40 (50.12) ; 40 (50.21) ; 41 (51.5) ; 53 (57.9) ; 66 (62.28) ; 69 (64.19) ; 69 (64.23) ; 74 (68.2) ; 83 (73.2) ; 96 (79.7) ; 96 (79.10) ; 108 (84.8).

381 HS, p. 569 et sq., ET,p. 438. et sq., Pour Svennung, p. 479, là où le relatif de liaison apparaît dans les textes vulgaires, il s'agit souvent d'un emprunt poussé à l'excès à la langue littéraire, avec entassement des relatifs (cf. son index, p. 668, s.u. Relativischer Anschluss) : cf. Ethérie 25.1 : quae praedicationes, 2 fois de suite. On ne remarque pas de pareilles maladresses dans le DEB.

382 HS, p. 431. Exemples dans Plaute et Cicéron. Anacoluthe de la langue courante.

383 Dans le 1er ex. la répétition est nécessaire dans la mesure où les 2 relatifs ne renvoient pas au même antécédent

384 HS, p. 565.

385 US, p. 565-566 ; ET, p. 334 ; Bieler, Comm., p. 103. Comparer avec 92 (77.2) et 96 (78.32). ci-dessus.

386 Ou encore, avec un tour assez gauche mais correct, cui ".. le pied de Balaam, à qui (Balaam) elle montra..".

387 HS, p. 566.
Il y a peut-être ici hypercorrection. Sachant que le relatif était parfois indûment remplacé par le démonstratif (cf. la construction lâche ci-dessus (31 (43.22), Gildas a pu ici remplacer le démonstratif et ei par cuique.

388 Ce fait est fréquent en latin tardif. HS, p. 475, donne de nombreuses références. Ajouter Goelzer, Avit, p. 319, pour Avit et Sidoine.

389 L'interprétation : "cuius (colludio + uxoris dolo)", soit "par la connivence duquel et grâce à la ruse de la femme duquel", ne rend pas compte du récit biblique où nous voyons la reine pousser son mari à tuer Naboth.

390 Formules d'introduction de citations :
93 (77.24) ; 94 (78.9) ; 95 (78.21) ; 99 (80.13) ; 103 (81.17) ; 103 (81.24).
Même s'il y a dépendance, cette dernière doit être assez lâche ; le verbe principal est parfois situé assez loin, avant les citations et les commentaires de Gildas.

391 HS, p. 538, ET, p. 314.

392 On ne trouve pas davantage le subjonctif dans les emplois énumérés par F. Thomas, Recherches, p. 70 et sq. (Le subjonctif parfait temps du perfectum).

393 On doit voir ici un exemple du P.Q.P. du subjonctif pour l'imparfait du subjonctif (irréel du présent dans l'apodose).

394 Pour 33 (45.10) : quid sperares (potentiel du passé) le P.Q.P. du subjonctif n'a jamais été très répandu : HS, p. 334, ET, p. 238.

395 Fait signalé par HS, p. 328, ET, p. 383 : le tour si + P.Q.P. du subjonctif/P.Q.P. de l'indicatif dans l'apodose est amorcé dès l'époque classique (Cic. Ep. 12.10.3 : uiceramus..nisi recepisset) ; exemples tardifs chez Ammien, Sidoine, Salvien (Rochus, p. 85 et sq. Avit (Goelzer, p. 357), Grégoire (Bonnet, p. 658).

396 Imparfait du subjonctif irréel du présent :
98 (79.32) ; 62 (60.16) ; 34 (45.25) ; 34 (45.26) ; 34 (46.1) ; 93 (77.15) ; 108 (83.31) ; 34 (46.4) ; 65 (61.27) ; 62 (60.16).
Dans tous ces ex. Gildas envisage une hypothèse périmée au moment où il écrit, ou dont il ne tient pas compte (cas des c. 93 et 108).

397 Potentiel et subjonctif présent : 36 (47.30) ; 35 (47.4) ; 93 (77.22) ; 35 (47.2) ; 1 (27.6).
Affirmation atténuée : 69(64.17) ; 93(77.29).

398 HS, P. 550 et sq. ET, p. 413 et sq.

399 HS, p. 408, déclare que les écrivains sont libres de faire la concordance d'après le sens ou d'après la forme, tandis que HS, p. 551, note que les Classiques font la concordance au présent et cite comme exception César,B.C.1. 17.3 : petit ut ad Caesarem mitteretur. Voir Goelzer, Avit, p. 368, Dubois, Ennode, p. 441. Voici les exemples du DEB :
En interrogation indirecte : 22 (38.11) ; 46 (53.25) ; 42 (51.32) ;
avec ut complétif : 23 (38.15) ; 18 (34.23 et 25) ;
avec ne final :
17 (34.6 et 7) ; 7 30.15) ;
avec ne complétif :
25 (40.11) ; 54 (57.9) ;
avec ut consécutif :
19 (35.23) ; 7 (30.19 et 20) ; 6 (30.12) ; 22 (38.6) ; 24 (39.19 et 22) si ces verbes dépendent de la citation immédiatement antérieure
(uenerunt, coinquinarunt)
ou de non quieuit accensus 24 (39.12), la remarque est sans objet. Elle est au contraire valable si ces verbes dépendent de completur 24 (39.14), introduisant la citation en question ;
avec si conditionnel :
15 (33.17) ; 7 (30.18) ;
avec ni conditionnel :
23 (39.8) ;
avec cum temporel :
25 (40.8) ;
avec cum adversatif :
6 (30.8).
Un seul cas où la concordance est au présent ;
22 (38.5).

400 ET, p. 416 et sq.

401 Concordance à l'imparfait dans les consécutives : 4 (29.17) ; 19 (35.23) ; 11 (32.7 et 8) ; 9 (31.9) ; 28 (42.9) ; 7 (30.19 et 20) ; 11 (32.11) ; 1 (26.6) ; 21 (36.22) ; 69 (64.25) ; 6 (30.12) ; 9 (31.13) ; 106 (83.4) ; 22 (38.6) ; 13 (33.7) ; 24 (39.19 et 22) ; 21 (37.19) ; 24 (39.26).
Soit 23 formes. En face, 2 parfaits :
21 (37.10) ; 72 (66.31).

402 HS, donne à ce sujet peu de renseignements : cf. p. 638. F. Thomas, "Remarques sur la concordance des temps du subjonctif en latin", RP.h 33, p. 146, développe ce que dit ET, loc. cit. et donne les chiffres suivants :

César, B.G.1 à 7 :73 imparfaits10 parfaitsB.G.8 :110B.C :730Bel. Alex. :192Bel.Afr. :160Bel. Hisp. :203

403 Présent pour passé :
a) dans les propositions à concordance stricte :
70 (65.19) ; 26 (40.17) ; 106 (82.22 et sq.) ; 106 (82.26) ; 40 (50.23) ; 62 (60.12) ;
b) dans les autres propositions :
62(60.11) ; 6 (30.13) ; 26 (41.4).
Le problème concerne le 1er groupe.

404 HS, p. 552 (Tertullien, Salvien, d'après Rochus, p. 87), Goelzer, Avit, p. 372. Pour ce dernier, c'est une question de uariatio. avec imitation des historiens qui se permettent ces libertés dans le style indirect.

405 Passé pour présent :
83 (73.3) ; 39 (49.24) ; 93 (78.1).

HS ; p. 552, signale le fait avec des finales, chez les juristes. Rochus, Salvien, p. 87, Goelzer, Avit, p. 372, donnent des exemples. Selon Goelzer, mêmes explications que ci-dessus.
Pour licet sufficeret la concordance est libre (ET, p. 411). Faut-il voir dans sufficeret un irréel ("cela pourrait suffire ; toutefois.." ?

406 Plus-que-parfait pour imparfait :
62 (60.16) ; 9 (31.8) ; 21 (37.9) :"si même les "péchés" n'étaient pas plus agréables".
Aucune idée d'antériorité ne paraît s'imposer.
US,
p. 321 et sq., 332 et sq., 552, 662, ET, p. 244, 382 et sq.. F. Thomas, Recherches, p. 222, Rochus, p. 87, Bieler, Comm.,p. 109, Goelzer, Avit, p. 36 et sq., Bonnet, p. 640.

407 Il y a en revanche expression de l'antériorité dans :
34 (45.25) ; 39 (50.4) ; 34 (46.3) ; 34 (46.5) ; 65 (61.24) ; 1 (26.4) ; 7 (30.18) ;
et de l'irréel du passé dans :
67 (63.19) ; 108 (84.15).

408 Imparfait pour plus-que-parfait :

23 (39.8) =ni cumulata esset ;75 (69.6)=nisi maculatusesset.Il s'agit de transposer un futur du style direct dans le style indirect. L'usage classique est du type hunc librum si legeris, laetabor, mais on trouve aussi si leges : ET, p. 375. Comparer par ex. avec 7 (30.18) : si res..postulauisset..accommodaturos.

409 Le parfait :
a) après principale au présent :
après quis, quisnam : 14 ex. ;
avec ut final : 109 (85.7) ;
avec si conditionnel : 108 (84.10),-27 (41.24) ;
avec si dumtaxat : 66 (62.21) ;
avec uel si : 4 (29.21),-
avec cum temporel : 32 (44.16) ;
avec qui : 96 (79.9) ;
b) après principale au passé (ET, p. 409 et sq.) :
après quod : 69 (64.21) ; 73 (67.22) ;
après si tamen : 24 (39.24) ;
après licet : 1 (27.18) ;
après cumtemporel : 1 (26.34) ; 1 (27.11) ;
près cum. adversatif ; 50 (55.30) ; 74 (68.28 et 31) ;
avec quippe qui : 1 (25.14).
c) Exceptions :
21 (37.16) ; 21 (37.14).

410 Participe et concordance :
a) la principale est au présent ; le participe présent note la concomitance ; concordance au présent :
27 (41.24) ; 36 (48.3) ; 66 (62.21) ; 76 (69.15) ;
b) la principale est au passé ; le participe présent note la concomitance ; concordance au passé :
1 (25.9) ; 73 (67.22) ; 94 (78.12) ; 109 (84.30) ;
c) la principale est au passé ; le participe passé marque l'antériorité ; concordance au passé ; 72 (66.27) ; 77 (70.2 et 3) ;
d) la principale est au présent de narration ; le participe présent marque la concomitance ; concordance au passé :
7 (30.18) ; 7 (30.19 et 20) ; 15 (33.17) ; 17 (34.6 et 7) ; 18 (34.23 et 25) ; 23 (38.15) ; 25 (40.11) ; 42 (51.32) ; 46 (53.25) ;
e) la principale est au présent de narration ; le participe passé peut marquer l'antériorité : concordance au passé :
7 (30.15).
Ces cas ne posent pas de problème particulier. En revanche, il y a parfois discordance entre le temps du verbe principal et celui du verbe subordonné, parce que le participe fonctionne comme temps absolu.
a) la principale est au présent ; le participe passé renvoie au passé ; concordance au passé :
38 (49.2) ;
b) la principale est au passé ; le participe présent renvoie au présent,-concordance au présent :
50 (55.29).
Restent deux cas : 74 (68.2) et 50 (55.27).

411 S’agit-il, avec timuisset, d’un P.Q.P. pour l'imparfait comme dans Lucifer, De non conu. 5 : directa est obsecratio ad Deum, ne..simul periremus, sed fuissemus segregati ou Victor de Vita 3. 27 : si haec praesens uita sola fuisset et aliam.. non spectaremus.
Cf. HS, p. 552, et 816. Dans ces 2 ex. on attend bien un imparfait. Ces faits se rencontrent en latin postclassique et tardif. Chez Gildas, c’est plutôt le contraire : on attend l'antériorité : sapiisset. Désir de uariatio ?

412 Et non.
8 (30.22) ; 10 (31.25) ; 21 (37.15) ; 22 (38.3) ; 24 (39.14) ;
62 (60.23) ; 67 (63.25) ; 76 (69.16) ; 76 (69.28) ; 89 (75.24) ;
92 (77.4) ; 95 (78.18) ; 98 (80.6) ; 106 (82.27) ; 108 (83.35 et sq.).

413 ET, p. 441 et sq., HS, p. 480 : et non justifié se rencontre fréquemment chez les prosateurs classiques, chez Tacite et, en poésie, à partir de l'époque d'Auguste.

414 Sont normaux les cas suivants :
a) opposition :
22 (38.3) ; 62 (60.23) ; 76 (69.28) ; 95 (78.18) 108 (83.35 et sq.).
b) litote :
8 (30.22) ; 67 (63.25) ; 76 (69.16).
c) groupes de mots comportant non :
10 (31.15) ; 21 (37.15) ; 98 (80.6).
Paraissent anormaux :
24 (39.12) ; 89 (75.24) ; 92 (77.4) ; 106 (82.27).
A ces ex. de et non, il faut ajouter des ex. de et nihil, et nullus, et nunquam :
a) cas normaux :
12 (32.25) (opposition) ;
36 (48.11) (opposition) ;
b) cas incorrects :
6 (30.5) ; 42 (51.27) ; 24 (39.22) ; 66 (62.8) ; 67 (63.14).
Gildas ignore umquam ; mais il a quisquam (3 ex. après négation), ullus (9 ex.) et usquam (4 ex.).
Sur cette question, HS, p. 480, ET, p. 442.

415 Si non : exemples relevés plus haut. Nous avons 14 ex. de si non conditionnel et 2 de si non concessif (dont 1 et si non, non compté dans la liste de et non).

416 Ut non :
consécutif : 1 (27.14), 7 (30.19), 26 (41.7),
final : 26 (41.9), 39 (50.4), 66 (63.6).

417 Non solum :
Non solum..sed :

26 (41.11) ; 26 (41.13) ;
non solum..sed etiam :
8 (30.22) ; 96 (79.6) ; 106 (82.22) ;
non solum..sed et :
21 (36.23) ; 21 (37.15) ; 27 (41.20) ;
non solum..uerum etiam :
65 (61.29) ;
non solum..non.. sed etiam :
107 (83.16) ;
non solum.. non.. et non.. sed etiam :
98 (80.6) ;
non solum., non., sed ne., quidem :
74 (68.3).

418 Non modo :
68 (64.11) ; 93 (77.28) ; 99 (80.12).
Sur non solum et non modo, voir HS, p. 518 et sq. : Non solum..uerum etiam : Cicéron, premiers Discours ; évité ensuite jusqu'à Tacite ; remis en honneur à la fin du 1er s. et particulièrement utilisé par Augustin ;
Non solum.. sed etiam :Cicéron, derniers Discours ;
Non solum..sed :utilisé
de Cicéron au latin tardif.
Si les deux membres sont négatifs, la forme normale est non modo non.. sed ne.. quidem ; Gildas emploie 1 fois non solum..non.. sed ne.. quidam. On notera qu'il préfère non solum à non modo : ce dernier est encore rare chez Cicéron et devient régulier seulement dans TiteLive ; c'est uniquement dans un 1er membre négatif qu'il est employé par Gildas.

419 Non tant.. quam : liste plus haut. Signifie "pas autant que plutôt", c'est-à-dire "moins que" (HS, p. 590).

420 Non minus.. quam : liste plus haut. Signifie "pas moins que", c'est-à-dire : "autant que".

421 Non nisi : 66 (63.7) ; 69 (65.1).

422 HS, p. 252 : 1 ex. chez Arnobe ; Blaise, Dic. 2 autres ex.

423 La litote. Les exemples ne sont pas toujours faciles à bien reconnaître. J’ai ainsi écarté : non affluenter 23 (39.7), non magnopere dispares 33 (45.7), non uehementer inuitum 34 (46.2), non desunt 36 (47.14), fide non dubia 70 (66.4), non crebro 96 (79.14) pour retenir :
1 (27.11) ; 3 (28.16) ; 3 (28.19) ; 8 (30.22) ; 10 (31.19) ; 21 (36.16) ; 22 (37.21) ; 26 (40.18) ; 28 (41.28) ; 29 (42.18) ; 67 (63.25) ; 76 (69.16) ; 109 (84.25).
HS, p. 777 et sq. : on rencontre en latin la litote avec un seul terme négatif. A ce type appartiennent non paruo, non proximae, non minimum (2 ex.), non longum, non magnopere, non bene. La litote avec 2 termes négatifs existe aussi : de ce type relèvent non improbabiliter, non indecentem, non ignoti, non ignarus, non nescio, non absque.

424 Nec et neque :
4 (29.10 et 13) ; 6 (30.9) ; 6 (30.13),-13 (32.27) ; 13 (33.1) ; 13 (33.7) ; 20 (36.4) ; 20 (36.11) ; 20 (36.12) ; 23 (39.9) ; 28 (42.16) ; 32 (44.22),-35 (46.16) ; 50 (55.29) ; 62 (60.22) ; 66 (62.20) ; 66(63.3) 66 (63.4) ; 69 (64.19) ; 95 (78.24) ; 107 (83.10) ; 108 (83.38) ; 109 (84.19) ; 110 (85.12) ; 110 (85.15).

425 Ernout-Meillet, s.u.ne etat (ataue, ac) ; E. Löfstedt, Syntactica 1, p. 331 et sq., note qu'à l'époque archaïque comme à l'époque tardive neo se trouve souvent employé devant voyelle.

426 HS, p. 451 et sq. Cf. E. Löfstedt, Synt., p. 336.
Auteurs classiques : Salluste, dans les Ep. ad Caesarem, ne connaît que ncque : 50 neque,O neo. Dans le Catilina, plus de 90 neque,O neo ; dans le Jugurtha, 1 nec. César, B.G. 2 à 6 (livres les plus soignés) évite nec.
Auteurs vulgaires : Pétrone : 160 nec, 27 neque (jamais dans les parties vulgaires) ; Chiron : nec domine ; inscriptions de Pompéi : neque absent ; Ethérie : 46 nec 1 neque.
Auteurs postclassiques et tardifs : Tacite emploie neque dans le style élevé des Annales 1-6, mais nec domine dans les Annales 11-15 Apulée emploie plus souvent neo que neque dans les Métamorphoses, en contraste avec l’Apologie. Pline l’Ancien : Livres 20-30 : 218 nec, 54 neque.
Tertullien, Apologie : 99 nec, 36 neque. Minucius Felix : 102 neo, 8 neque.Cyprien, Traités : 663 nec, 75 neque.Il faut remarquer que dans certaines traductions du grec neque l'emporte : ainsi Irénée 715 neque, 117 nee ;neque correspondrait aux dissyllabiques oὔιε, µήιε, oὐdέ, µηdέ « Patrice : neque et nec sont à peu près à égalité (L. Bieler, The place of St Patrick,VC 6 p. 83).
Poètes postclassiques : Tibulle : neque rare ; Sénèque le Tragique : 240 nec, 2 neque.
Pour plus de détails, voir Löfstedt, Syntactica p. 331 et sq.

427 E. Lôfstedt, Synt. 1, p. 333 : neque s’emploie dans le couple neque..neque, nec s'emploie isolé. La raison en est qu'avec neque... neque le parallélisme des membres apparaît mieux. On remarque que Gildas emploie :
4 (29.10 et 13) omittens..nec enumerans.. neque.. inclamitans ;
6 (30.9) : non..nec..neque..-ue ;
6 (30.13) : nec..nec ;
108 (83.38) : non..neque ;
109 (84.19) : nec..nec.
Ce moyen de rendre le parallélisme n’est plus utilisé dans le DEB.

428 Gildas a nec tamenet non neque tamen : 13 (32.27), 20 (36.11), 32 (44.22), 35 (46.16), 66 (62.20), 66 (63.4),nec enim et non neque enim : 95 (78.24).

429 ET, p. 150, Löfstedt, Synt.1, p. 340. HS, p. 451, parait vouloir dire que nec n’est pas purement négatif et que l'idée copulative s'y dégrade en "aussi". Pour nec enim, voir plus loin.

430 HS, p. 448 et sq. Pour HS, il faut rapprocher cet emploi de nec des formes comme necopinans et des formules archaïques (XII Tables 5.4 : cui suus. heres nec escit). Ce nec s'est maintenu dans la langue des juristes (res nec mancipi/res mancipi) et serait passé dans la langue littéraire comme archaïsme notoire utilisé dans des formules de défense. On le retrouve en latin tardif dans des tours juridiques ou religieux. Dans la langue populaire (Svennung, p. 497)
il peut continuer l'usage ancien mais il faut aussi compter avec un développement récent où nec - ne quidem (Löfstedt, Syntactica 1, p. 340 et sq.). On a des ex. de ce nec = non chez Cyprien (SchrijnenMohrmann 1, p. 323), Avit (Goelzer, p. 684), Prudence (Lavarenne, p. 210), Cassien (Coll.23.15.5 : uniuersa nec sunt bona) etc.. Pour nec = ne quidem, voir plus loin.
Parmi les ex. que je relève dans le DEB, nec decenter, nec uehementer, nec usquam (sur ce dernier, HS, p. 449 à propos de nec..ullus = nullus, nec uter = neuter) paraissent relever de la pure négation. Il est possible que, dans nec adhuc et quia nec Ionas, nec vaille ne..quidem. En 107 (83.10) : haec quidem ab apostolo mandata et in die uestrae ordinationis lecta (sunt), ut ea indirupte custodiretis, sed nequaquam a uobis in iudicio impleta, sed nec multum cogitata uel intellecta sunt, on peut comprendre : "ces textes ont été lus., mais non seulement ils n'ont pas été observés mais ils n'ont pas même été beaucoup médités et compris". HS, p. 519, signale en effet un nec..sed nec - non modo non..sed ne., quidem (nous avons vu en 74 (68.3) 1 ex. de non modo non..sed ne., quidem). Ici nous n'avons pas nec mais nequaquam, qui de toute façon est un équivalent de la négation (voir plus loin). Enfin, HS, p. 451 signale quia nea : "car aussi ne..pas" (ex. dans Tertullien, Novatien), ce qui pourrait s’appliquer à quia nec Ionas, mais moins sûrement à quia nec dulcior mors, nec me paraît purement négatif.
Il faut enfin signaler qu'Ernout-Meillet (cf. ET, p. 149) distingue nec du type necopinans et des formules archaïques du nec négation copulative, ce que refuse HS, p. 450.

431 Necdum : HS, p. 449, ET, p. 149 et sq. (voit dans necle nec archaïque). Ex. tardifs dans Cyprien (Schrijnen-Mohrmann 1, p. 34 et sq.), Salvien (Rochus, p. 106), Palladius (Svennung, p. 404), Avit (Goelzer, p. 685), Jérôme (Goelzer, p. 434), Ennode (Dubois, p. 368), Grégoire (Bonnet, p. 311).

432 Nec = ne.. quidem : HS, p. 449 et sq, ET, p. 152 (surtout au sens de "non plus"). Ex. tardifs : Cyprien (Schrijnen-Mohrmann 1, p. 33) ;
Prudence (Lavarenne, p. 210), Ethérie (Löfstedt, p. 88 et sq.). Salvien (Rochus, p. 105), Avit (Goelzer, p. 684), Ennode (Dubois, p. 367) ; Grégoire (Bonnet, p. 311).

433 Ne.. quidem : HS, p. 447. Rare en poésie ; irrégulièrement représenté en latin tardif (manque dans les parties vulgaires de Pétrone, chez Novatien) et souvent remplacé par nec (cf. HS, p. 450.

434 HS, p. 480 (ex. peu nombreux), ET, p. 442 (plus détaillé).

435 HS, p. 451 et sq., p. 516. Ainsi Cyprien, Traités : neque enim 51, nec enim 3 mais nec.. nec 40, neque.. neque 4.

436 HS, p. 516. Mélanges de formes pures.
Il faut enfin noter deux cas tout à fait normaux :
62 (60.22) : temptant Deum.. nec fidem seruant illi ;
108 (83.38) : quae non uident neque audiunt.

437 Ne., quidem :
9 (31.8) ; 22 (38.5) ; 26 (40.20) ; 26 (41.4) ; 28 (42.9) ; 29 (42.21) ; 74(68.4) ; 92 (77.6).

438 HS, p. 454.

439 Nequaquam :
18(34.19) ; 18 (34.23) ; 22 (37.23) ; 28 (42.1) ; 28 (42.4) ; 29 (42.19) ; 30(43.10) ; 30(43.16) ; 69(65.3) ; 69(65.9) ;
83(73.6) ; 100(81.1) ; 107 (83.9) ; 108 (83.34) ; 108 (84.5) ; 109 (85.11).

440 A côté de nullo modo, HS, p. 454, signale in nullo : in nullo modo 108 (83.37) représente cet emploi de in devant l’ablatif nullo.

441 HS, p. 454, et sq., Löfstedt, Synt. 1, p. 353 et sq.

442 Comme il s'agit du Jourdain, asséché par Yahweh, cette voie n’a jamais été pratiquée (H. Williams traduit pas "little-trodden", ce qui me semble mauvais).
L'autre ex. de minus, 9 (31.5) : quae., apud quos dam.. integre et alios minus.. permansere, relève-t-il de la négation ? On peut en discuter.

443 HS, p. 455.

444 HS, p. 803 et sq. : distingue plusieurs types. Le type non précédé ou suivi d'une autre forme négative est surtout tardif. Voir aussi ET, p. 154 et sq., Löfstedt, Synt. 2, p. 209 et sq.

445 Nonne :
30 (43.1) ; 30 (43.5) ; 33 (45.6) ; 34 (45.14) ; 108 (84.14).

446 Num :
30 (43.9).

447 Numquid :
59 (58.25).

448Ne :
1 (27.3) (interrogation directe, comme le prouvent tibiet, accessoirement, l'indicatif committitur) ;
38 (49.8) ; 68 (64.10) ; 68 (64.12).

449 An :
a) interrogation directe :
29 (42.21) ; 102 (81.10) ;
b) interrogation indirecte :
92 (77.11) ; 106 (82.37) ; 107 (83.13).

450 HS, p. 462, p. 158.

451 HS, p. 463, ET, p. 158 ; cf. Rochus, p. 110, Bonnet, p. 324.

452 HS, p. 463, ET, p. 158 ; Cf. L. Bieler, Comm., 200.

453 HS, p. 461, ET, p. 157, Bonnet, p. 323. et sq.

454 HS, p. 466, ET, p. 158 (interrogation directe). HS, p. 542, (interrogation indirecte) : an remplace num peu à peu et en Latin tardif num disparaît : on a an après n'importe quel verbe, ou numquid.

455 Quid :
1 (27.7) ; 19 (35.19) ; 29 (42.18) ; 29 (42.19) ; 29 (42.20) ; 31 (43.18) ; 31 (43.21) ; 31 (43.22) ; 32 (44.7) ; 32 (44.11) ; 33 (44.24) ; 33 (45.1) ; 62 (60.24) ; 73 (67.11) ; 74 (68.16) ; 74 (68.17) ; 106 (82.20) ; 108 (83.26).

456 Utquid :
32 (44.3).

457 Quare :
a) interrogation indirecte :
32) (44.5) ; 33 (44.28) ; 106 (82.33) ;
b) interrogation indirecte :
42 (51.31) ; 87 (74.16).

458 Quid : HS, p. 458. Ce remplacement se rencontre chez Grégoire de Tours, (Bonnet, p. 325).
Utquid : HS,
p. 460. Bonnet, p. 625. Très fréquent dans la Bible et chez les auteurs chrétiens, sous l'influence du grec cf : Jérôme (Goelzer, p. 431), Avit (Goelzer, p. 687).
Noter que quare ne prend pas chez Gildas le sens de quia (cf. Goelzer, Jérôme, p. 431).

459 Quomodo :
42 (51.32) ; 100 (80.30) ; 109 (85.7).

460 HS, p. 649.

461 HS, p. 188, Svennung, p. 303 et 388, note 2. Cf. supra : idem = is.

462 H. Williams ne traduit qu'une fois, en 62 (60.19) par anywhere.

463 Autres ex. donnés par Forcellini : Cicéron, Verr. 4.146, Térence, Eun. 4.3.17. On lit dans Aurelius Victor, Vir. Ill. 2 : Cum ad Capuae paludem exercitum lustraret, nusquam comparuit.

464 Il est curieux de noter que d'après Ernout-Meillet usquam n'est plus attesté après le Ier s. S’agirait-il alors d'un mot de glossaire, avec déformation du sens à partir des fautes de manuscrit ?

465 Cf. chez Grégoire (Bonnet, p. 320). Les 3 ex. de numquam dans le DEB :
36 (48.11) ; 66 (62.8) ; 67 (63.14) ne présentent pas ce sens purement négatif.

466 Cicéron, Verr. 5. 108 : fidem tuam, quae nusquam erat neque umquam fuerat, implorant.
HS renvoie à Fraenkel, MSL 19, p. 26 et sq.,qui donne : Plaute, Mil. 1199 et Lucrèce 3.1013. Fraenkel cite Wackernagel, KZ 33, p. 24, où l'on trouve en plus les ex. suivants : Horace, S. 2.5.102, Cicéron, CM, 79, Catulle, 17.20. Pour Wackernagel, le tour nusquam esse est une expression forte de la non-existence.
Cf. encore HS, p. 337 : dans la défense non remplace ne et dans la langue courante on trouve aussi nihil, numquam et nusquam. Je note que chez Virgile nusquam et usquam sont traduits assez souvent par "ne.. pas" : En. 2.620, 5.853, 6.91, 8.568.

467 Ante :
28 (42.9) ; 37 (48.25) ; 67 (63.28).
On a en 72 (66.27) ante ea, que D donne comme
Antea :

1 (26.9) ; 1 (27.22) ; 26 (40.20) ; 37 (48.14) ; 74 (68.22) ; 76 (69.14).

468 HS, p. 223. Löfsted, Kommentar, p. 74 : Ethérie ne connaît que ante. Löfstedt donne encore d'autres ex. confirmant la répartition. De même dans Synt. 2, 304, note 1. Schrijnen-Mohrmann 1, p. 131 et sq., fait des remarques dans le même sens : antea est absent dans les Lettres de Cyprien. Bieler, Comm. p. 98, note 24 : Patrice n’utilise que ante ; antea est "classicistic".

469 Dein :
11 (31.25) ; 34 (45.17) ; 65 (61.25) ; 67 (64.3).

470 Ernout-Meillet, s.u. deinde, dein. Deinda est seul attesté épigraphiquement.

471 Post :
21 (37.5) ; 27 (41.27) ; 80 (71.8) ; 107 (83.21).

472 HS, p. 242.

473 Saepe :
1 (26.31) ; 23 (38.22) ; 27 (41.15) ; 66 (62.21) ; 94 (78.11).
Subinde :

67 (63.26).

474 HS, p. 280 : apparaît avec Velleius JPaterculus, Sénèque le père, Phèdre, Pétrone ; fréquent en latin tardif (Svennung, p. 407 : Chiron, Oribase, Rufin, Commodien). Löfstedt,Synt. 2, p. 304, note 1 : subinde est le substitut populaire de saepe.
Je comprends le passage du c.67 ainsi : "et pour cette raison ils ne maudissent pas chez leurs fils, bien plus ils honorent ce qui est très certainement arrivé fréquemment, comme à eux, leurs pères. H. Williams traduit subinde par "afterwards".

475 Turn :
5 (29.26) ; 11 (32.2) ; 20 (36.8) ; 23 (38.12) ; 23 (38.19) ; 29 (42.28) ; 34 (46.6) ; 48 (54.23).
Turn
en 36 (47.14) est à corriger en cum, on l'a vu plus haut. Tunc :
4 (29.14) ; 9 (31.9) ; 21 (36.17) ; 24 (39.25) ; 36 (48.11) ; 44 (52.26) ; 108 (84.1).

476 HS, p. 519 et sq. Répartition des deux adverbes chez quelques auteurs : Prose :

TuncTumProseVitruve8635Sénèque, Ep.9510Pétrone1312Suétone3715Apulée, Met.12013Gaius2712Irénée0Filastrius0Ethérie0Vulgate0Commodien0Poésie0Ennius416Catulle128Horace515Properce1339Ovide,1333Perse101Martial182Voir Svennung, p. 407 et sq

477 Longo tempore : Cassius, Felix, Anthimus, Caelius Aurelianus. Chez ces deux derniers auteurs, diu est absent.
Multo tempore :
Commodien, Instrua. 1.1.4, Apol. 992, Victor de Vita 1.40, 2.15, Caelius Aurelianus, Grégoire de Tours.
Magno tempore :
Cl. Quadrigarius, frg. 81, Pétrone 125 etc..
On trouve aussi nullo tempore pour numquam mais dans le DEB cette forme longue n’apparaît pas.

478 Neque et nec ont été étudiés plus haut.

479 Je ne donnerai que la liste des emplois particuliers. Pour -que sont comptés les 4 ex. de iam iamque, mais non namque et itaque. Pour et sont comptés tous les emplois de et, mais non etenim.

480 Sed et :
1 (26.22) ; 1 (26.27) ; 52 (56.33) ; 53 (56.37) ; 54 (57.26) ; 55 (57.30) ; 59 (58.19) ; 64 (61.20) ; 88 (74.19) ; 93 (77.24) ; 103 (81.17).

481 HS, p. 483 et 524. On a le sens de sed en 1 (26.22) et peut-être en 1 (26.27). Ailleurs sed et = et.

482 Sicut et :
1 (25.8) ; 21 (46.13) ; 21 (37.18) ; 104 (82.2).

483 HS, p. 483. Ethérie l'emploie beaucoup (Löfstedt, Kommentar, p. 43). Patrice utilise aussi sicut et ceteri (C. Mohrmann, The Latin of St Patrick, p. 11 et 36) : c'est une formule qui apparaît dans des mss. de 1 Thess.5.6, mais qui peut aussi appartenir à la langue parlée. Chez Gildas on a 3 fois siaut et nunc, autre formule.

484 Nam et : 19 (35.23) ; 40 (50.25) ; 70 (69.17).

485 HS, p. 483.

486 Et = etiam : 11 (31.24) ; 21 (36.21) ; 26 (40.19) ; 32 (44.3) ; 49 (55.10) ; 69 (64.19) ; 70 (65.22) ; 95 (78.26) ; 96 (78.33) ; 109 (84.16) ; 109 (84.18) ; 109 (85.7).

487 HS, p. 483. Dans le DEB, cet et porte 5 fois sur des pronoms.

488 Sed et - sed etiam. 21 (36.23) ; 21 (37.15) ; 27 (41.20). US, p. 483, signale non modo., sed et dès Tite-Live, non tantum.. sed et dès Manilius.

489 Et.. quoque : 21 (37.1).

490 HS, p. 524 : Apulée, Tertullien. Svennung, p. 493.

491 Quia et : 18 (34.25) ; 18 (35.6).

492 US, p. 451.

493 Idem et : 108 (84.8) : "comme si on ne comprenait pas ou comme si on comprenait que ces mots veulent dire la même chose que uirum uxorum.

494 HS, p. 478.

495 US, p. 473, et sq. Lôfstedt, Synt. 2, p. 341 et sq. Pour Cyprien, Schrijnen-Mohrmann 2, p. 68 : -que n'est pas encore mort dans la langue courante cultivée. Sur et, HS, p. 479 ; élimine ses concurrents de la langue parlée ; là où il y a résistance à ses progrès, 11 s'agit de tendances "classistiques".

496 A. Ernout, Philologica, 3, Paris, 1965, p. 103.

497 J. Perret, compte-rendu de Philologica dans REL 43,1965, p. 528.

498 Et iterum :
a) introduit une 2ème citation : 1 (26.12) ; 24 (39.16) ; 35 (47.11) ; 36 (47.23) ; 36 (47.27) ; 36 (48.6) 44 (52.35) ; 48 (54.32) ; 49 (55.19) ; 50 (56.22) ; 62 (60.27) ; 64 (61.15) ; 64 (61.19) ; 74 (68.24) ; 74 (68.28) ; 75(69.7) ; 83(73.3) ; 88 (74.28) ; 89 (75.9) ; 89 (75.29) ; 90 (76.1) : 100 (80.26).
b) se trouve après une locution du type post aliquanta etc.. :
- après post aliquanta : 61 (59.34), 79 (70.29), 80 (71.22), 100 (80.31), 81 (72.1), 106 (82.38).
- après et infra : 43 (52.12), 91 (76.19), 98 (80.2), 107 (83.14).
- après et post pauca : 53 (57.24), 81 (71.31), 94 (78.5), 97 (79.25).
- divers : 82 (72.12) après itemque loquitur ; 100 (80.17) et 105 (82.11) : introduit une nouvelle Epitre.

499 L. Bieler, Comm., p. 108. Cf. Io. 19.37, Rom. 15.10.

500 US, p. 476 et sq. Lôfstedt, Synt. 2, p. 341 et sq. Pour Ethérie, Lôfstedt, Kormentar, p. 85 et sq. : 8 ex., en dehors des formules comme ac. sic, ac sic ergo. Pour Palladius, Svennung, p. 37, note p. 488 et sq. Pour Cyprien, Schrijnen-Mohrmann 2, p. 55 et sq. Dans la 1ère Lettre on a 27 et, 2 ac, 3 atque (soit 27 contre 5 : 15.6 % pour atque/ac) et la proportion pour les autres Lettres est sensiblement la même. Chez Gildas, on a 374 et copulatifs et 63 atque/ac, soit 14.4 % ; mais -que joue chez Gildas un rôle beaucoup plus important que chez Cyprien. Atque/ac s'emploient chez Cyprien comme 1) "et particulièrement" 2) en alternance stylistique 3) dans des expressions toutes faites ou comme simple copule.

501 HS, p. 477. Löfstedt, Synt. 1, p. 375, note 4.

502 p. Grosjean, Notes, AB 75, Emendations au texte du De Excidio, p. 199.

503 HS, p. 379. Le TLL donne la référence à ces deux auteurs : Martianus Capella 6.667 : Africa uero ac Lybia dicta ab Afro LibeHerculis filio, Fortunat, Carm. 3.9.58 : sed caro quae nasci, pertulit atque mori. C'est Lôfstedt, dans Kommentar, p. 139, qui ajoute le passage de Gildas. P. Grosjean ne parait pas avoir eu connaissance de cette information.

504 ET, p. 443.

505 HS, p. 515 : type évité par les Classiques mais bien employé par les poètes, dans les passages de style élevé.

506 On a encore par ex. : A B C-que D-que : E F G H - que : 1 (26.32) : populo, semini regali gentique sanctae..eiusque sacerdotibus, prophetis, regibus.., apostalo ministro membrisque illius primitiuae ecclesiae.

507 Etiam :
a) "encore, en plus" : 1 (25.20) ; 1 (26.8) ; 1 (27.2) ; 4 (29.4) ; 4 (29.17) ; 13 (33.1) ; 33 (44.25) ; 49 (55.22) ; 84 (73.7) ; 85 (73.12) ; 87 (74.12) ; 103 (81.24) ; 103 (81.30) ; 108 (84.9) ; 109 (84.28) ; 109 (85.10) ;
b) non solum..sed etiam 8 (30.23) ; 65 (61.29) ; 93 (77.29) ; 96 (79.7) ; 98 (80.6) ; 99 (80.13) ; 106 (82.23),-107 (83.17) ;
c) "même" ; 32 (44.20) ; 66 (62.27) ; 69 (64.24).

508 HS, p. 484 ; ET, p. 445.

509 Quoque : 1 (26.5) ; 18 (35.5) ; 21 (37.1) ; 22 (38.6) ; 24 (39.14) ; 30 (43.3) ; 31 (43.18) ; 40 (50.16) ; 41 (50.29) ; 51 (56.25) ; 57 (58.6) ; 58 (58.15) ; 61 (59.20) ; 65 (61.24) ; 77 (69.30) ; 78 (70.9) ; 80 (71.6) ; 83 (72.33) ; 102 (81.10) ; 103 (81.23),-107 (83.13) ; 108 (83.27) ; 108 (84.8) ; 109 (85.9) ; 110 (85.16).

510 HS, p. 485, Lôfstedt, Kommentar, p. 137 et sq., Svennung, p. 493, note 1, L. Bieler (FC 6, p. 83) : 3 ex. dans Patrice : "uox Biblica".

511 Quoque Etiam (voir Lôfstedt, Kommentar, p. 137, note 1).
Ethérie O 80
Vitruve 14 Plus de 200
Pétrone 36 env. 120 (Pétrone n'a que 2 quoque dans les parties
Tacite nombre à peu près égal vulgaires).
Gildas 25 27

512 En comptant le seude 72 (66.32), que P. Grosjean (AB 75, p. 197) propose d'admettre avec C contre A et l'édition de Josselin.

513 HS, p. 499 et 501. Térence emploie aut proportionnellement beaucoup plus que.uel ; Pétrone n'emploie autque dans les parties vulgaires de son livre qu'une fois ; Oribase, qui n'ignore pas uel, emploie aut très souvent dans des combinaisons à plusieurs membres.

514 HS, p. 499 et 501. Ainsi Terentianus Maurus emploie 90 uel contre 49 aut et 16 ue.

515 HS, p. 502 et sq., absent dans les parties vulgaires du Satiricon, rate chez Sénèque le Rhéteur et Vitruve.

516 HS, p. 503 et sq. Voir aussi A. Ernout, Philologica 3 et son compterendu par J. Perret dans REL 43, 1965, p. 528.

517 Seu : 1 (27.21) ; 66 (62.16) ; 72 (66.32). P. Grosjean, AB 75, p. 197, comprend : montent plenum curruum auxiliarium armatorum caelestis exercitus seu equitum.. cf. 2 Reg. 6.17 : mons plenus equorum et curruum igneorum ; 110 (85.14).

518 HS, p. 503 et sq. Ici 66 (62.16).

519 HS, p. 504. cf. Svennung, p. 495 et sq., Lòfstedt, Rammentar, p. 198, Bonnet, p. 315.

520 - Ve : 1 (25.22) ; 4 (29.20) ; 6 (30.10) ; 22 (38.10) ; 92 (76.39) ; 108 (8 3.32).

521 HS, p. 503. Exemples anciens ; assurés en tout cas pour l'époque postclassique. Cf. Svennung, p. 495, note 2, Lòfstedt, Synt. 1, p. 348, note 1 : le fait est fréquent avec l'interrogatif quis (cas ici en 22 (38.10).

522 Aut : 4 (29.13) ; 4 (29.21) ; 24 (39.27) ; 37 (48.16) ; 65 (61.23).

523 HS, p. 498, ET, p. 446.

524 HS, p. 498.

525 Dans ce dernier cas, on peut reconnaître également l'emploi copulatif après négation : HS, p. 499, Löfstedt, Synt. 1, p. 347, note 3 (cf. César, B. G. 7.33.2 : ne quid de iure aut de legibus eorum deminuisse uideretur).

526 Dans ce dernier cas, on peut reconnaître également l'emploi copulatif après négation : HS, p. 499, Löfstedt, Synt. 1, p. 347, note 3 (cf. César, B. G. 7.33.2 : ne quid de iure aut de legibus eorum deminuisse uideretur).

527 Sur aut..aut copulatif, HS, p. 500 : usage vulgaire. Ici lés documente ont été ou brûlés ou emportés.

528 Vel "ou bien" : 1 (25.7) ; 1 (27.10) ; 4 (29.12) ; 30 (43.10) ; 37 (48.14) ; 38 (49.9) ; 62 (60.22) ; 66 (62.26) ; 66 (63.3) ; 67 (63..11) ; 87 (74.13) ; 89 (75.19) ; 92 (76.38) ; 92 (77.7) ; 96 (79.15) ; 100 (81.1) ; 108 (84.8) ; 109 (84.29).

529 Vel = et. HS, p. 502. Latin tardif et particulièrement auteurs vulgaires. Cf. Löfstedt, Kommentar, p. 197 et sq., Svennung, p. 495, Schrijnen-Mohrmann, 2, p. 77 et sq., Bonnet, p. 315, Dubois, p. 481, Goelzer, Avit, p. 320, Hoogterp, p. 196. Voici les exemples proposés pour le DEB :
1 (29.25) ; 7 (30.20) ; 13 (33.3) ; 24 (39.27) ; 28 (42.4) ; 42 (51.18) ; 66 (63.4) ; 66 (63.5) ; 67 (63.12) ; 67 (63.13) ; 67 (63.16) ; 67 (64.5) ; 69 (64.17) ; 69 (65.1) ; 83 (72.33) ; 93 (77.30) ; 94 (78.4) ; 106 (82.23) ; 107 (83.10) ; 108 (83.28) ; 108 (83.33). Dans le cas de 67 (6.3.13), 67 (63.16), 69 (64.17), 107 (83.10) et peut-être 66 (6.3.5), on peut avoir, comme pour aut, négation + uel = "ni..ni" (HS, p. 499).

530 Vel : "ou" ou "et" : 5 (30.3) ; 6 (30.6) ; 62 (60.11) ; 66 (62.25) ; 66 (63.1) ; 93 (78.1) ; 106 (82.27).

531 En formule d'introduction de citation : 94 (78.9) ; 95 (78.21) ; 99 (80.13) ; 10.3 (81.24).

532 Vel potius : 32 (44.9) ; 66 (62.17) ; 67 (64.4) ; 95 (78.32) ; 107 (83.22) ; 108 (84.14). La formule est classique.

533 Vel - "même" : ET, p. 446. Exemples du DEB : 17 (34.7) ; 66 (62.15) ; 67 (64.3) ; 72 (67.7) ; 98 (83.26) ;

534 Vel = ormino : HS, p. 502. Largement répandu en latin tardif dans le DEB : 68 (64.13) "au total, en dernière analyse, si vous ne fuyez pas, vous tomberez".

535 Vel si - et(iam) si : voir plus haut. US, p. 502, 659,ET, p. 351. Dans le DEB : 4 (29.20).

536 4 (29.5).

537 HS, p. 502. Dans le DEB : 70 (65.15-16) H. Williams traduit "either..or".

538 5 (30.1) (voir plus haut non..uel).

539 4 (29.13). HS, p. 522. Ici la négation initiale permet de poser "ni..ni".

540 65 (61.23).

541 110 (85.14). HS, p. 522, donne un uel..seu chez Grégoire de Tours, Steli. 35.

542 1 (27.21). A rapprocher d'Avit (Goelzer, p. 688) : et..seu..uel : "et..et., et". H. Williams traduit uel..seu et eeu..uel par "ou".

543 6 (30.10). Cela se rapproche du type nec..et - nec..nec HS,p. 517.

544 Voir p.4 32 ;

545 Voir plus haut, HS, p. 486, ET, p. 448. Il faut ajouter sed nec multum en 107 (83.10) : voir plus haut.

546 c'est l'usage courant : HS, p. 486, ET, p. 447 et sq. 1 (25.4), 1 (26.21), 5 (30.1), 6 (30.10), 7 (30.19), 13 (33.2), 18 (34.21), 18 (34.24), 20 (36.9), 21 (37.4), 22 (37.24), 26 (40.20) 2ème ex., 26 (41.4), 28 (42.5), 30 (43.11), 33 (45.3), 34 (46.11), 35 (46.17), 35 (46.20), 35 (46.21), 38 (49.9), 50 (55.28), 65 (61.26), 66 (62.5), 66 (63.5), 67 (63.13), 67 (63.18), 67 (63.22), 71 (66.19). 74 (68.19), 74 (68.20),2 ex.,74 (68.31), 76 (69.18), 83 (73.6) 2ème ex., 92 (77.3), 92 (77.6), 106 (82.34), 109 (84.27), 109 (85.11).

547 1 (26.21), 1 (26.23), 1 (26.26), 1 (27.25), 5 (30.2), 19 (35.11), 23 (38.24), 26 (40.21), 27 (41.15 et sq.) : 10 ex., 33 (44.26), 66 (62.3), 66 (62.3), 66 (62.4) ; 2 ex. 66 (62.6), 66 (62.7), 66 (62.10) 66 (62.15). Usage également normal : HS, p. 487.

548 1 (27.8)+, 2 (27.27)+, 22 (38.5)+, 26 (40.20) 1er ex. +, 28 (42.16) :+, 36 (47.14)+, 37 (48.15)+, 39 (49.23)+, 40 (50.22)+, 49 (54.38)+, 50 (55.30), 62 (60.24)+, 63 (60.36), 65 (61.27)+, 67 (63.12)+, 67 (63.20)+, 69 (64.17) +, 69 (64.19)+, 73 (67.11), 75 (68.32), 83 (73.6) 1er ex. +, 89 (75.17) +, 92 (76.37), 93 (77.15)+ 95 (78.26), 96 (79.8)+, 97 (79.15), 99 (80.7), 100 (81.1)+, 106 (82.20), 106 (83.5), 109 (84.16), 109 (84.18) + 109 (85.7)+.
ET, p. 448. Le signe + indique les cas à redistribuer dans les deux emplois précédents : cf. HS, p. 486 et sq.

549 1 (27.23), 94 (78.1), 107 (83.9), 108 (83.32), 108 (83.37).

550 HS, P. 495. Cicéron emploie volontiers uerum dans les premiers Discours, en particulier dans le groupe non modo..uerum etiam.

551 HS, p. 488 et sq., ET, p. 448. At, en poésie surtout, peut simplement servir à souligner l'enchaînement d'un récit. C'est le cas en 17 (38.4).

552 HS, p. 489, ET, p. 449. Comme ce qui suit est pris à Virgile, il s'agit probablement d'un mot emprunté à la poésie (voir plus haut). Du strict point de vue grammatical, la phrase ne tient pas puisque la comparaison du torrent commence avec des participes qui sont brusquement suivis de ast = at + euincit (on attendrait spumans sed/autem euincens). Il s'agit sans doute, tout en donnant l'idée de ce torrent qui emporte tout, d'introduire une citation, un ornement présenté hors texte, ce que la présentation de Mommsen ne suggère pas (cf. mon Gildas, le dernier Romain de l'île de Bretagne, Hommages à Jean Cousin, Paris,1983, p. 286).

553 Immo : 23 (38.13) ; 26 (41.10) ; 31 (43.22) ; 67 (63.21) ; 67 (63.25) ; 67 (64.7).
HS, p. 492.

554 Quin : 13 (32.28) ; 20 (36.7) ; 67 (63.14) ; 67 (63.25) ; 93 (77.26) ; 95 (78.24).
HS, p. 676 et sq.

555 Autem : 21 (36.19) ; 62 (60.13) ; 72 (66.34) ; 95 (78.19) ; 101 (81.6) ; 109 (84.33).
HS, p. 490, TLL, s.u. pour le sens adversatif.

556 Vero :
a) 1 (27.24) ; 4 (29.14) ; 11 (32.13) ; 20 (36.7) ; 21 (36.23) ; 21 (37.6) ; 35 (47.1) ; 72 (67.1) ; 105 (83.14) ; 109 (85.3) ; b) 23 (38.22) ; 47 (54.5) ; 70 (65.16) ; 90 (75.37) ; 95 (78.29) ; c) 11 (32.9) ;
d) 109 (84.36) cf. 42 (51.25) : notandum sane quod, 38 (49.20) : notandum ergoest.
HS,
p. 494. En latin tardif, uero se rapproche souvent de autem. Le sens de "quant à" est signalé par ET, p. 450. Pour le sens de "en vérité", HS, p. 494. Ce sens se trouve encore en latin tardif, mais assez rarement.

557 Tamen :
a) - 1 (25.1) ; 9 (31.4) ; 35 (46.19) ; 39 (49.24) ; 69 (64.20) ; 97 (79.21) ; 64 (61.18)
- 25 (46.16) :
b) - si tamen : voir plus haut.
- 35 (46.26) ;
- 4 (29.20) ;
c) - 13 (32.27) ; 20 (36.11) ; 32 (44.22) ; 66 (62.20) ; 66 (63.4) ;
- 22 (37.23).
Pour le sens d'opposition, HS, p. 496, ET, p. 450 ; pour le sens restrictif, HS, p. 496, Lôfstedt, Kommentar,p. 27 et sq. ;pour le sens adversatif, HS, p. 451.

558 HS, p. 497.

559 Quidem : a) "peut-être", "sans doute", “assurément" : 1 (27.23) ; 27 (41.19) ; 93 (77.30) ; 95 (78.22) ; 105 (82.14) ; 107 (83.8) ; 108 (83.31) ; 108 (83.37) ; b) "pourtant", "mais" : 1 (25.12) ; 50 (55.30) ; 109 (84.35). Sur quidem..sed, HS,p. 486,ET, p. 450. Marouzeau, Ordre 3, p. 98 et sq. Sur quidem..uero, HS, p. 494 : peut correspondre à ce qui pourrait ici convenir.

560 HS. p. 487. Chez Plaute, at/sed : 1 : 2.

561 HS, p. 490 et 494.

562 HS, p. 491.

563 HS, p. 493, Lôfstedt, Kommentar, p. 322 et sq.

564 Sana : 1 (26.19) ; 37 (48.14) ; 42 (51.25) ; 66 (62.25) ; 95 (78.18) ; 95 (78.32) ; 108 (83.31).

565 Nam :
a) "en effet" : 19 (35.23) ; 28 (42.9) ; 40 (50.25) ; 62 (60.16) ;
b) = autem : 11 (32.11) = dέ dέ ; 39 (50.1) ; dέ ; 39 (50.7)= dέ ; 62 (60.21) = "or" ; 110 (85.19) = "mais" ;
c) nam si = si autem : 29 (43.1) ; 36 (47.29) ; 41 (51.2) ; 67 (63.17) ;
d) nam et = "par exemple" : 76 (69.17).
Pour le sens de "en effet”, HS, p. 505. Pour le sens copulatif ou adversatif, HS, p. 505, Löfstedt, Kommentar, p. 34 et sq., Bonnet, p. 317. Pour nam si - si autem, HS,p. 506 (latin tardif). Pour nam et = "par exemple", HS, p. 505 et 524.

566 Namque :
a) "en effet" : 21 (36.13) ; 22 (38.9) ; 24 (39.10) ; 35 (46.19) ; 37 (48.28) ; 107 (83.23) ;
b) Affirmatif : "donc !, alors !" : 62 (60.25) ; 92 (77.10) ; 106 (82.37) ;
c) = autem advèrsatif ou copulatif : 12 (32.20) "or" ; 22 (38.3) "or" ; 42 (51.26) ; 83 (72.32) ; 108 (84.6) ;
d) dans une parenthèse : 53 (57.13) ; 87 (74.13) ; 89 (75.19).
Pour le sens de "en effet", HS, p. 507. Pour le sens affirmatif, HS, p. 507 (ex. dans la Vetus Latina,Mat. 24.45). Pour le sens d'autem, HS, p. 507 : latin tardif. Pour l'emploi en parenthèses, HS, p. 472 (depuis Virgile et Tite-Live).

567 Enim :
a) "en effet" :
4 (29.4) ; 24 (39.25) ; 28 (42.12) ; 67 (63.9) ; 74 (68.4) ; 92 (77.1) ; 96 (79.6) ;
b) = autem : 1 (27.25) adversatif ; 33 (44.24) liaison ; cf. 43.3 : quid, tu quoque.. ? ; 65 (61.21) ; 93 (77.17) ; 98 (79.32) ; 103 (81.33) ; 106 (82.33) "or",-107 (83.17) ;
c) = sane : 95 (78.24) ;
d) en parenthèse : 50 (56.22).
Pour "en effet",HS, p. 508. Pour autem, HS, p. 508 et sq, Lôfstedt, Kommentar, p. 34 : Ennode, (Dubois, p. 482 et sq.), Cl. Mamert, Victor de Vita ; Bonnet, p. 317, Bieler, Comm., p. 88, B. Lôfstedt, Malsachanus, p. 32, note 1 (il peut aussi à son avis y avoir une raison matérielle à l'équivalence enim/autem : la confusion des abréviations insulaires dans les mss. continentaux ; mais pour le DEB, les mss. sont bien insulaires). Pour enim - sane, HS, p. 508. Pour enim en parenthèse, HS, p. 472 (plus fréquent que namque).

568 Etenim :
a) "en effet" : 26 (40.22) ; 62 (60.34) ;
b) = autem : 5 (29.24) début de récit : liaison ; 21 (36.21) ; 67 (63.26) ; 84 (73.16) : dans ces 4 ex. etenim marque la liaison ; 105 (82.7) opposition.
Sur "en effet", HS, p. 509. Sur le sens copulatif ou adversatif HS, p. 509.

569 HS, p. 505. Dans les Vies des Pères du Jura. 14 enim/17 nam.

570 HS p. 507, Löfstedt, Synt. 2, p. 280 et note 2 (Tacite,An., 16 namque, 200 nam). Hoogterp, p. 198 : 60 namque/17 nam dans les Vies des Pères du Jura.

571 Ergo :
a) "donc" : 21 (36.16) renvoie à ce qui a été dit plus haut et le reprend : recesserunt hostes a ciuibus ; 22 (38.2) "ainsi donc" ; 24 (39.13) "ainsi donc" ; 108 (83.30) ergo fort : intervient dans un raisonnement ; 109 (84.17) "même chose ; 109 (84.33) "ainsi donc" ;
b) = profecto : 59 (58.26) ; 59 (58.34) ;
c) "donc" renforçant une interrogation ou une exhortation : 38 (49.8) ; 50 (55.25) ; 93 (77.20) ; 98 (80.5) ; 106 (82.28) ;
d)= autem : 38 (49.21) "or" ; cf. la même expression avec en 42 (51.25) sane et en 109 (84.36) uero ; 92 (77.5) : "or".
Pour "donc" HS, p. 511, Bonnet, p. 318. Pour "profecto", HS, p. 512 (surtout chez Plaute et Térence). Pour l'emploi renforçant, Marouzeau, Ordre3, p. 118 (cas fréquent ; le sens d'ergo est ici affaibli). HS, p. 512 (ergo insiste sur l'urgence de la question). Pour autem, HS, p. 512, Bonnet, p. 318.

572 Igitur :
a) "donc" conclusif : 1 (26.29) ; 1 (27.10) ; 1 (27.21) ; 4 (29.8) ; 10 (31.14) ; 23 (39.4) ; 25 (40.8) ;
b) "donc" en tête de ce chapitre : 12 (32.14) ; 18 (34.19) ; 20 (36.1) ; 76 (69.13) ;
c) "donc" renforçant : 35 (47.1) ; 36 (47.15) ; 92 (76.39).
Sur "donc" conclusif, HS, p. 513. Sur "donc" en tête de chapitre, Marouzeau, Ordre 3,p. 113 (Salluste et Tacite en particulier). Sur "donc" renforçant, ibid., p. 114.

573 HS, p. 512. H. Williams traduit "from that source". On peut comprendre : "d'où", "de là" conclusifs.

574 HS, p. 511-513. Quelques chiffres d'après le TLL ; Igitur Ergo itaque Prose Cicéron 2304 617 César 1 5 Salluste 82 rare Tite-Live 160 77 647 Suétone 19 Pétrone 20 Quinte-Curce 98 10 O Sénèque rare 740 562 Tacite 219 35 3 Pline le Jeune 26 127 Ethérie O 135 Augustin 664 Poésie Lucrèce 39 11 Virgile 3 54 O Properce 8 0 Tibulle 0 Ovide 99 O Horace 6 25 1

575 HS, p. 514.

576 HS. p. 227 : mot assez rare.

577 HS, p. 515.

578 HS, p. 512. H. Williams traduit "from that source". On peut comprendre : "d'où", "de là" conclusifs.

579 HS, p. 237 et 515.

580 On peut se demander à propos du premier dans quelle mesure il s'agit d'une synchronie réelle : comment saisir comme synchronie une langue parlée dont nous avons des témoins dispersés sur plusieurs siècles et qui est par nature extrêmement mouvante ? Ou à tout le moins d'une réalité saisissable à travers les documents et de ce fait limitée à ce que nous en savons par eux ? Ou enfin d'un être de raison, d'une construction établie à partir de ce que nous connaissons de l'avant et de 1'après ?
A propos des seconds on peut d'abord poser la question suivante : un trait vulgaire qui entre dans la langue littéraire ne perd-il pas de ce fait son caractère vulgaire ? De sorte que le critère du vulgarisme serait le suivant : sera appelé vulgarisme le trait qui est passé dans les langues romanes, étant donné que celles-ci sont les héritières du latin parlé et non du latin écrit : ainsi le réfléchi pléonastique ou l'emploi d'amatus sum comme présent (—→"je suis aimé"). Mais la préférence accordée à sed ne serait pas un vulgarisme, puisque sed n'a pas subsisté dans les langues romanes (cf. fr. "mais" de magis). A quoi l'on répondra que toute syntaxe évolue souvent par renouvellement formel : les fonctions demeurent et ce sont seulement les formes qui sont abandonnées et remplacées par d'autres : sed a pu être vulgaire à telle époque et remplacé postérieurement par magis, de sorte que nous sommes ramenés à un problème de diachronie et qu'il faut admettre des variations entre le latin vulgaire du Ve s. et celui de l'époque "romane".

581 The Earliest Continental Irish Latin, VC 16, p. 216 et sq. C. Mohrmann cite J.F. Kenney, qui écrit : "He (Columban) has the appearence of a product of the Gaul of Sidonius Apollinaris dropped into the Gaul of Gregory of Tours".

© Éditions de la Sorbonne, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540