Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Publier la nouvelle

 | 
Marion Pouspin

Quatrième partie. L'agir social des pièces gothiques

Conclusion de la quatrième partie

Texte intégral

1Comme tout livre, les pièces gothiques sont des vecteurs culturels. Par leurs caractéristiques matérielles et leurs conditions de diffusion, elles apparaissent comme des médiateurs culturels à grande échelle. Ce qu’elles font passer, ce sont des discours communs, des connaissances, des valeurs, des messages idéologiques et des normes.

2Les pouvoirs publics ne semblent pas avoir utilisé ces brochures comme des instruments de médiation culturelle en direction de groupes sociaux déterminés. Il ne s’agit nullement d’un « dressage » ou d’un « endoctrinement » culturel impulsé par le haut vers le bas de la société – cela supposerait, au contraire, une participation active des autorités publiques dans la production de ces livrets.

3Néanmoins, les pièces apparaissent comme des relais des pouvoirs pour former l’opinion, l’âme et le comportement de leurs lecteurs/auditeurs : elles contribuent à leur formation pratique, morale, religieuse et idéologique, formation qui est toujours en accord avec l’ordre régnant et les valeurs officielles. Glissant du faire-savoir au faire-être, la communication politique véhiculée par ces imprimés semble ainsi se conformer sur la propaganda fide qui vise moins l’orthodoxie que l’orthopraxie.

4Agissant sur leurs publics, les pièces lancent véritablement une tradition. Paraissent en effet par la suite des brochures tout à fait semblables tant par le support éditorial que par leurs modes d’action sur leur public. Pensons aux « relations charitables » du xviie siècle dont les stratégies discursives et les codes iconographiques concourent à émouvoir les lecteurs en vue de les inciter à la charité et à l’aumône.

  • 1 Dans La grant monarchie de France (partie I, chap. 9), Claude de Seyssel écrit qu’il « est tres re (...)

5Les pièces semblent ainsi avoir contribué à la prise de conscience par les pouvoirs publics des possibilités offertes par l’imprimerie. Il est vrai que ces pouvoirs sont de plus en plus attentifs à l’opinion du peuple et aux moyens de l’orienter. Claude de Seyssel ne conseille-t-il pas au roi François Ier de soigner son image de roi Très-Chrétien afin que le peuple n’ait pas une « autre opinion de lui », opinion qui est perçue comme facteur de « grands scandales » et de « désordre »1 ?

Notes

1 Dans La grant monarchie de France (partie I, chap. 9), Claude de Seyssel écrit qu’il « est tres requis [et] necessaire que quiconque en soit roy, face [sic] congnoistre au peuple par exemple [et] demonstration actuelle [et] exterieure, q[u’i]l est zelateur [et] observateur de la foy [et] religion chrestienne [et] veut lentretenir [et] augmenter de son pouvoir. Car si le peuple avoit aultre oppinion de luy. Il le hayroit [haïrait] [et] par adventure luy obeiroit mal : pourtant que tous les inco[n]veniens [sic] qui adviendroient au royaulme : icelui peuple imputerait a la mauvaise creance [et] imparfaite religion du roy dont pourroye[n]t advenir grans sca[n]dales ainsi que l’on a veu quelques fois cy deva[n]t encores [sic] que le desordre vint plus par faulte d’aultres gens que des roys […] Dont entendans et congnoissans les roys de France estre necessaire vivre en extime [et] reputation de bons chrestiens pour avoir l’amour [et] l’obeissance entiere du peuple […], se gardant neantmoings de faire choses enormes [et] reprehensibles sinon tousjours [et] en tous affaires, à tout le moings le plus souvent » (La grant monarchie de France, Paris, pour Regnault Chauldière, 21 VII 1519 – Paris, BnF, Impr., Velins-2809, fol. b1-sv).

© Éditions de la Sorbonne, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540