Version classiqueVersion mobile

Publier la nouvelle

 | 
Marion Pouspin

Quatrième partie. L'agir social des pièces gothiques

Chapitre 12. Les pièces gothiques religieuses et littéraires : des médias qui façonnent l’âme et les comportements

Texte intégral

1Les pièces de dévotion, celles qui délivrent des discours moralisants et celles qui enseignent des savoirs techniques, pratiques et scientifiques invitent leurs lecteurs à observer des règles religieuses, morales et sociales. Elles constituent des vecteurs de normes dont les textes et les dispositifs visuels concourent à façonner l’âme et les comportements de leurs récepteurs.

De nouveaux canaux de la communication religieuse

Les brochures à sujets religieux : des appendices des prônes et des prêches ?

2Les pièces gothiques à sujets religieux surviennent dans ce contexte d’essor de la mystique qui a suscité une demande croissante en livres d’Heures, en images privées et en œuvres de piété en langue vernaculaire. Ayant pour sens commun le salut de l’homme, elles apparaissent comme une réponse aux attentes de ce public, laïc et religieux, inquiet de son salut ou en quête de contacts personnels avec Dieu.

  • 1 Praedicatio est manifesta et publica instructio morum fidei informationi hominum deserviens, ex ra (...)
  • 2 Jean-Claude Schmitt, « Du bon usage du Credo », dans Id., Le corps, les rites, les rêves, le temps (...)

3Les messages qu’elles délivrent oscillent entre le genre doctrinal et le genre moral, ce qui n’est pas sans rappeler la célèbre distinction de la théologie rationnelle et morale définie par Alain de Lille († 1203)1. D’une part, des livrets destinés à l’instructio fidei proposent à leurs lecteurs/auditeurs de s’amender, de faire pénitence, de se confesser, de se rendre à l’Église et de participer à la messe. De petits manuels de confession adressés au bas clergé et/ou à ses ouailles délivrent le contenu des rudiments de la foi « explicite2 » exigés des laïcs, le minimum qui évite les erreurs : les trois prières Pater, Credo et Ave Maria, augmentées des connaissances requises sur les articles de la foi, les commandements, les péchés, les vertus, les dons et les sacrements. D’autre part, des pièces destinées à l’instructio morum orientent le fidèle vers le chemin du salut, l’exhortent à la pratique de la vertu et au refus du vice et lui enseignent des modèles de vie de saints.

  • 3 Nicole Lemaître, « L’éducation de la foi dans les paroisses du xvie siècle », dans L’encadrement r (...)
  • 4 Jean Raguier, Statuta synodalia ciuitatis // [et] diocesis trecen[sis]. Impres // sa ex ordination (...)
  • 5 Marc Vénard (dir.), De la réforme à la Réformation (1450-1530), op. cit., p. 241 ; Hervé Martin, L (...)

4Les messages, doctrinaux et moraux, publiés par ces livrets correspondent tout à la fois à ce que Gerson demandait « aux humbles qu’il voulait conduire au sommet de la “Montagne de contemplation”3 » et aux exigences formulées dans les statuts synodaux des xve et xvie siècles. Ces derniers, tels que ceux de Troyes et de Paris datant respectivement de 1501 et de 1515, incitent effectivement à une pédagogie religieuse au quotidien et prescrivent la connaissance des douze articles de la foi, des dix commandements de Dieu, des sept sacrements et des sept péchés mortels4. Les pôles sur lesquels portent les livrets sont similaires à ceux des sermons de l’époque qui pourvoient les fidèles d’un « abécédaire de la doctrine chrétienne » et leur apprennent « quelles choses ils devaient croire et faire »5.

  • 6 Parmi les exigences les plus courantes des prédicateurs, on a la confession annuelle, la récitatio (...)
  • 7 ¶ Les dix belles et deuotes doctrines et // instructions pour paruenir a p[er]fectio[n] // nouuell (...)

5Ce que les prédicateurs exhortent à faire et à connaître6, les pièces gothiques l’enseignent. En effet, elles enseignent les choses auxquelles les fidèles doivent croire (le dogme de l’Eucharistie), celles qu’ils doivent craindre (la mort, le Jugement dernier, l’enfer, le purgatoire), désirer (salut et paradis), éviter (les sept péchés capitaux) et les obligations cultuelles qu’ils doivent exécuter (aller à la messe, se confesser, prier). Cette finalité didactique est fréquemment avouée par les « auteurs ». Par exemple, Cancien Hue, « confesseur des Filles Dieu de Paris », prétend « enseigner [à ses lecteurs] dix doctrines par leq[ue]lles [ sic] voz prieres et oraiso[n] s doresnavant seront exaulséez fructueuses meritoires et agreables à Dieu. Lesquelles doctrines s’il vous plaist vous garderez songneusement au coffre de vostre mémoire »7.

  • 8 ¶ Cy sensuyt la vie de // Monseigneur Sainct Albain roy de hongrie et martyr. // Nouuellement impr (...)

6Ces brochures professent la foi et la morale chrétiennes sur un ton parfois injonctif, appelant directement leurs récepteurs à l’imitation du modèle de vertus énoncé, à la confession ou à la contrition. Ainsi, un livret sur la Vie de saint Albain enjoint à tous ceux « qui liront ou qui oront lire ceste translation [à se] parforcer de y prendre bon exemple à tenir saluation [ sic] en considera[n] t la bonne penitence de monseign[eu]r sainct Albain8 », De même, Anthoine Belin, auteur d’une « co[n]fession tres utile po[ur] instruire les povres pecheurs et penite[n]s », s’adresse à son public en ces termes :

  • 9 Belin, Antoine. Confession tres vtile et brefue, enseignant // tous penitens et penitentes a eulx (...)

Notez mes ditz vous qui ses motz verrés
Et retenés ma petite doctrine
De paradis la gloire vous arés
Se à servir Dieu vostre pensée s’encline
Pour la povre ame avoir vraye medecine Contrition est du tout necessaire
Qui ne vouldra en enfer tousjours braire9.

  • 10 Gerson, Jean. (L)Es commande = // mens de saincte // eglise et la confes // sion generale du iour (...)
  • 11 Confession ge // nerale Pour aprendre a examiner la // Conscience dung chascun fide // lle Chresti (...)

7Si les éditeurs n’hésitent pas à afficher dans les titres des livrets cette finalité didactique assignée par les auteurs à leurs textes, c’est sans doute – en partie – à des fins publicitaires, en vue de persuader les gens d’acheter ces imprimés. Le Traité de Jean Gerson « qui aprent à bien mourir10 » et les confessions générales imprimées sont ainsi présentés comme des lectures utiles à « chascun fidelle Chrestient » qui veut « aprendre à examiner [sa] Conscience »11. Parfois, les images gravées en page de titre fonctionnent comme une métonymie de cette intention pédagogique. Des scènes stéréotypées d’enseignement annoncent à leur public la raison d’être du texte imprimé : il instruit.

8Professant ainsi un savoir minimum en matière de foi et de morale chrétiennes, ces livrets à sujets religieux se révèlent une forme de « prédication muette », qui se double d’une utilité pratique, celle de support aux obligations cultuelles exigées par l’institution ecclésiale de l’époque.

9L’assimilation des messages doctrinaux et moraux est favorisée par divers procédés qui relèvent des textes imprimés, de leur structure et des images gravées.

  • 12 Voir supra, chap. 7, p. 204 et suiv.
  • 13 Jacques Berlioz, « « Quand dire, c’est faire dire ». Exempla et confession chez Étienne de Bourbon (...)

10- L’exemplum : le recours à l’exemplum favorise la mémorisation et l’assimilation du message religieux. Les brochures qui enseignent les « prouffits de ouïr la messe » et le dogme de l’Eucharistie recourent abondamment aux exempla12. De par leurs caractéristiques – l’authenticité, le vraisemblable, la brièveté, le plaisir, l’appel à la mémoire et le caractère métaphorique13 –, ces anecdotes exemplaires devaient être aptes à susciter l’adhésion du fidèle à la vérité à croire et l’accomplissement de l’obligation cultuelle prescrite.

  • 14 Mary Carruthers, Le livre de la mémoire. Une étude de la mémoire dans la culture médiévale, Paris, (...)

11- La structure des textes : héritant des manuscrits leurs règles de division d’un livre en unités mémorielles telles que le demandait Hugues de Saint Victor14, la mise en pages des textes imprimés peut améliorer la capacité mnémotechnique du lecteur, par exemple par la hiérarchisation des éléments textuels ou leur disposition sous forme de liste. La structure des livrets de catéchisme rend leur contenu aisément mémorisable : les péchés, vertus et commandements sont organisés en brefs paragraphes surmontés de rubriques qui rythment l’énumération des divers points de doctrine et en révèlent la structure numérique. Des pieds-de-mouche, sorte de signes de parapraphe en forme de « c », révèlent le début des rubriques et des articles de la doctrine et scandent la progression du discours (fig. 60). Dans les premières pièces incunables, les pieds-de-mouche, rubriqués à la main à l’encre rouge, se détachent sur la page imprimée à l’encre noire, ponctuant encore davantage l’énumération des articles de la foi (fig. 61). Ces repères typographiques facilitent d’autant plus le repérage visuel du début de chaque article, que le schéma chromatique renforce la valeur mnémotechnique de la présentation du texte.

  • 15 Parmi les techniques médiévales de la mémoire, les diagrammes mnémotechniques qui décomposent le t (...)
  • 16 Le Vergier de Soulas est une collection sans texte de diagrammes dans le domaine de la piété, tels (...)
  • 17 Au verso de l’arbre des vertus, on lit la rubrique suivante : « Cy est la signification de chascun (...)

12Si l’on connaît le pouvoir mémoriel des diagrammes qui présentent à leurs spectateurs un texte déjà décomposé dans ses éléments, aucune pièce gothique religieuse ne présente de telles imagines agentes, comparables à celles qui s’étalaient auparavant dans les manuscrits médiévaux et dans les livrets xylographiques allemands, au même moment dans les éditions du Calendrier des bergers et plus tard dans les broadsheets anglais des xvie-xviie siècles15. Ces schémas plus ou moins complexes, en forme d’arbre, de tour ou de gant, amplifient les capacités de mémoire des lecteurs. Mais, requérant un certain niveau de compréhension pour leur pleine appréciation, de tels diagrammes sont essentiellement élaborés pour des lettrés, peut-être des clercs. Doit-on attribuer leur absence au sein des pièces gothiques au fait que le public visé serait moins lettré ou à la complémentarité des codes textuel et visuel au sein de ces brochures ? D’une manière générale, l’organisation de ces livrets est peu complexe, ce sont des publications moins élaborées que le Calendrier des bergers par exemple qui comportent des diagrammes hérités de la tradition manuscrite – je pense en particulier à ceux du Vergier de Soulas16. Les figures gravées sont insérées dans les pièces sans qu’il y ait la plupart du temps une relation directe entre le texte imprimé et l’image. Au contraire, ces schémas sur lesquels se fixent les images mentales sont d’ordinaire pensés avec le texte. Ainsi dans le Calendrier, les arbres « des vices et des paines [sic] d’enfer » illustrent et résument des développements textuels qui leur font expressément référence17 et la « tour de sapience » récapitule et compile l’ensemble des vertus chrétiennes.

Fig. 60-61. Mise en pages du discours dans des livrets de catéchisme : pieds-de-mouche et rubriques

Fig. 60-61. Mise en pages du discours dans des livrets de catéchisme : pieds-de-mouche et rubriques

Fig. 60. Confession de Jehan Gerson, Tours, BM, Rés. 2741 (4), fol. 2v

Fig. 61. Confession générale, Paris, BnF, Impr., Rés.D.80199, fol. 7v

  • 18 Sur la position traditionnelle de l’Église concernant les images, voir notamment Olivier Boulnois,(...)
  • 19 Dans un sermon publié en 1492, le dominicain Fra Michele da Carcano explique ce rôle mémoriel des (...)
  • 20 Horloge de la passion nostre seigneur, co[n]tena[n]t // xxiiii. Heures : dispousant vng chascun a (...)

13- Les images : les livres illustrés développent souvent dans leurs préfaces et avertissements aux lecteurs les lieux communs du discours sur l’image. Ces topoi proviennent de la position traditionnelle de l’Église sur les images religieuses : les penseurs antiques et médiévaux leur reconnaissent des fonctions pédagogique, mémorielle et émotive18. Le rôle de l’image comme un aide-mémoire de la croyance sera réaffirmé par le concile de Trente. Mémorielle, l’image sert à se souvenir d’une lecture ou des messages divulgués par les prêtres et prédicateurs19. La gravure peut ainsi relayer l’image mentale que le lecteur-auditeur s’était faite à l’audition du message religieux ou à la lecture d’une brochure imprimée. Par sa capacité active à toucher l’affect de son spectateur, la figure pieuse est prompte à fixer dans la mémoire cette image mentale appuyée sur une représentation matérielle et reliée au message verbal. Par exemple, le cycle de gravures que contient l’Horloge de la Passion a pu remplacer dans la mémoire du lecteur les développements textuels qu’elle met en images20.

14Mentionnant le topos de l’image comme « bible des illettrés », un livre d’Heures publié par la veuve Kerver en 1533 prête à la gravure pieuse une valeur pédagogique :

  • 21 Pierre Gasnault, Albert Labarre (dir.), Le livre dans la vie quotidienne, Paris, BnF, 1975, p. 81.

[Ces] Heures de la Vierge [ont] récemment [été] décorées de figures nouvelles, car cette intelligence que les lettres procurent aux doctes, les images l’assurent sans doute aux ignorants et aux simples selon cette sentence répandue : la peinture est l’écriture des laïcs ; c’est en effet par elle que ceux qui ne connaissent pas leurs lettres peuvent lire et comprendre le secret des choses21.

  • 22 Jacques Chiffoleau, « La religion flamboyante (v. 1320-1520) », art. cité, p. 117.
  • 23 Cet effet de feedback, aussi difficile à saisir qu’il soit, n’est pas éliminé pour autant des pièc (...)

15Même si aucune pièce gothique ne prête expressément une telle valeur pédagogique aux images qu’elle contient, les gravures de la vie et de la passion du Christ, celles de la Vierge, de la Trinité et du Jugement dernier doivent rappeler à leurs spectateurs ce qu’apprennent les textes qu’elles représentent, sinon le souvenir d’un enseignement lu ou entendu. Ces représentations matérielles offrent au fidèle les explications familières que lui prodiguent les sermons22. Ainsi, l’image du Christ souffrant témoigne du mystère de l’Incarnation et de la Rédemption, tandis qu’une scène d’Annonciation renvoie aux paroles de l’Évangile Missus est Angelus Gabriel. Cette valeur pédagogique de l’image suppose une interprétation correcte de ces illustrations de la doctrine. Si aucune notation contemporaine ne nous permet de vérifier les bonnes réception et lisibilité de ces messages ou de saisir un éventuel effet de feedback23, le fait que les images des pièces gothiques soient des images familières et narratives, des illustrations des scènes fondatrices et des thèmes traditionnels de la doctrine, semble limiter les risques d’écart entre le message initial et sa compréhension. La répétition de ces images martèle les mêmes contenus, facilitant d’autant plus leur assimilation et l’imprégnation profonde des thèmes les plus communs.

16L’essentiel des gravures religieuses insérées dans les pièces gothiques semble assumer d’autres fonctions encore. Du fait de leur contexte d’utilisation et de leur matérialité, celles-ci sont moins des images mémorielles et pédagogiques que les accompagnements d’un fait social et d’un acte dévotionnel. Si l’insertion de ces figures par le typographe peut être pragmatique (attirer le public, occuper les espaces vierges de textes dont les imprimeurs ont horreur, etc.), la gravure aux motifs pieux présente des qualités pédagogiques et agissantes.

  • 24 De telles mise en pages et complémentarité des codes iconographique et textuel perdurent dans des (...)
  • 25 Daniel Arasse, « Entre dévotion et culture : fonctions de l’image religieuse au xve siècle », dans(...)

17D’une manière générale, elle vise à déclencher l’émotion du fidèle. Des figures à sujets religieux semblent accompagner le marmottement des prières ordinaires et oraisons : une Annonciation ou une Vierge à l’enfant pour un Ave Maria, une scène de la vie ou de la passion du Christ pour un Pater noster, la Cène pour les Grâces à Dieu ou encore l’image d’un saint donné pour une oraison à prononcer en son honneur. À cet égard, l’emplacement de ces bois est tout particulièrement révélateur : ce sont généralement de petites figures d’angle, placées à la manière des lettrines en haut et à gauche de la prière24 (fig. 62). Les prières devant en premier lieu passer par la contemplation des images, ces gravures doivent avoir pour mission de susciter un « effet d’affect25 ». Elles soutiennent un dialogue religieux entre le fidèle et l’interlocuteur imaginé d’une certaine façon.

Fig. 62. Une petite figure d’angle à sujets religieux pour accompagner le marmottement des prières et oraisons. La Vie et Passion de sainte Marguerite, [vers 1583], Paris, BnF, fonds Rothschild, IV.3.109, fol. a12v (fig. : 60 × 43 mm)

  • 26 « Oratio deuotissima SAnctissima maria mater dei benignissima Ora p[ro]nobis peccatoribus ac fidel (...)

18Dans le Chappelet de Nostre Dame, une image stéréotypée de la Vierge, en l’occurrence une scène d’Annonciation, accompagne une oraison dont la lecture dévote « devant l’ymaige de nostre dame de Lorette » accorde « .xi.mille ans de vray pardon »26. Ce bois passe-partout, tissant un lien essentiellement thématique avec le texte imprimé, a pu, dans l’esprit de ses spectateurs tenir lieu de « l’ymaige de nostre dame de Lorette » et servir à une piété pragmatique (celle qui fait valoir au fidèle des indulgences).

19Par leurs motifs figuratifs, les gravures à sujets religieux sont propices à amener le fidèle à la dévotion du sujet représenté. Cet usage dévotionnel de l’image correspond à ce que, à l’époque de la production et de la diffusion des pièces gothiques, le prédicateur alsacien Geiler von Kaysersberg recommandait en particulier aux illettrés :

  • 27 Maurice Daumas, Images et sociétés dans l’Europe moderne (15e-18e siècle), Paris, Armand Colin, 20 (...)

Si vous ne savez pas lire, prenez donc une image sur papier représentant Marie et Elizabeth lors de leur rencontre, il vous en coûtera un sou. Regardez-la et songez à leur bonheur en cet instant, ainsi qu’à des choses agréables. […] Après quoi, manifestez-vous à elles par des marques de respect, baisez l’image sur le papier, inclinez-vous et agenouillez-vous devant elle27.

20La gravure peut aussi servir à un exercice dévotionnel : appuyé sur la contemplation d’une image pieuse, le fidèle dépasse l’image matérielle pour atteindre le prototype par la méditation. Une pièce sur les souffrances du Christ prodigue des instructions pour l’élaboration intérieure d’images mentales appropriées, autant de règles « que ung chascu[n] bon [et] loyal chrestien doit scavoir po[ur] icelle premediter [et] po[ur] son salus [sic] faire » :

  • 28 Tresdeuote meditation de la // tresdouloureuse et amere passion de nostre be = // noist sauueur [e (...)

Affin que nous puisio[n]s mieulx mediter par pitié [et] co[m]passion ymaginons que nous le voyons pe[n]du deva[n]t noz yeulx comme il fut à l’heure de sa benoiste [et] douloureuse passion. et ce povo[n]s pe[n]ser par ordre les pointz signez cy ap[re]s. […] toutes ces choses icy vous povez appre[n]dre en lisant ce petit livret. Regardez [et] lisez souve[n]t en pe[n]sant par bonne meditation [et] long arrest sur chascune partie : laq[uel]le devez regarder par merveilleuse co[m]passion [et] admiration : pensant quelle peine [le Christ] a voulu souffrir28.

21L’image mentale (fantasia) ainsi perçue par le lecteur-auditeur peut se fixer sur les diverses figures gravées dans ce manuel, à savoir la Vierge à l’Enfant entourée des armes de la Passion, le Christ au jardin des Oliviers, le baiser de Judas, le Christ amené devant Pilate, la flagellation de Jésus, le portement de la Croix, une Stabat Mater (voir fig. 30), une Pièta et une mise au tombeau. Hormis la figure du Christ en croix qui a été utilisée une seconde fois pour illustrer le récit de Longin lui perçant le flanc, ces scènes narratives de la vie du Christ illustrent le début de chacune des parties du livret. Au lieu de condenser l’histoire biblique, ces gravures viennent en quelque sorte actualiser et décomposer l’image mentale qu’a dû se faire le lecteur en plusieurs séquences au fil de la progression narrative du récit de la Passion.

  • 29 Dominique Rigaux, Le Christ du dimanche. Histoire d’une image médiévale, Paris, L’Harmattan, 2005, (...)
  • 30 Sur les arma Christi, voir Rudolf Berliner, « Arma Christi », Münchner Jahrbuch der Bildenden Kuns (...)

22Au sein des gravures à sujets religieux, des détails figuratifs s’adressent à la corde sensible du spectateur et doivent l’inciter à la dévotion. Ces détails, ce sont ceux qui accompagnent tout supplice : les arma du Christ, les marques de la flagellation ou encore la plaie du Christ, tant celle qui est représentée dans l’image du cœur crucifié ou sur le flanc du Crucifié que celle de la plaie béante en forme de fente inscrite dans une mandorle (fig. 63). Parfois coloriées en rouge, celui du sang de la Passion, la plaie sanglante et les marques de la flagellation mettent en exergue le corps souffrant du Sauveur (voir fig. 30). Conduisant leurs spectateurs à ressentir la souffrance du Christ, ces images doivent contribuer à moduler leur position, à provoquer leur sympathie ou empathie. Elles offrent l’occasion au fidèle de méditer sur le péché de l’homme qui est à l’origine des souffrances du Christ, ainsi que sur la « vertu salvifique du sang versé29 ». Elles fonctionnent tout à la fois comme une aspiration à croire en la rédemption du pécheur repenti et comme un avertissement à l’impénitent pour les fautes qu’il a commises30.

23De la même manière, les gravures eschatologiques et macabres prennent en charge l’angoisse de l’au-delà. Illustrant les préoccupations culturelles et religieuses de l’époque, les images de la Mort portant sa faux, du Jugement dernier et des tentations diaboliques conduisent leurs spectateurs à méditer sur leur propre finitude et sur la bonne mort.

Fig. 63. La plaie du Christ. La vie de Marguerite, [1577-1585], Paris, BnF, Impr., Rés.p.Ye.372, fol. a8v (fig. : 37 × 28 mm)

  • 31 ¶ La vie de ma Dame Saincte Margue = // rite : Vierge : [et] martyre, Auec // son Antienne : Verse (...)
  • 32 David S. Areford, The Viewer and the Printed Image…, op. cit., chap. 5, « Printing the Side Wound (...)
  • 33 Ce même pouvoir de protection est stipulé dans l’image xylographique conservée à Washington, qui a (...)

24Outre les finalités dévotionnelles des gravures des pièces gothiques, le texte imprimé attribue parfois à une image des vertus bienfaitrices, à l’exemple de la plaie du Christ imprimée au dernier feuillet d’une vie de sainte Marguerite (fig. 63). Prenant la forme d’une fente verticale à l’intérieur d’une mandorle, la figure gravée donne « la mesure de la playe du costé de nostre Seigneur Jesus Christ. laquelle fut aportée de Constantinople, à l’empereur Charlemaigne, dedans un coffre d’or : comme relicque tres precieuse31 ». Selon cette inscription qui encadre la figure gravée, l’image de la plaie reproduit l’original grandeur nature. Si plusieurs traités de dévotion et quelques images xylographiées recommandent de baiser l’image en s’imaginant qu’il s’agit de son prototype32, le texte de cette brochure lui attribue plutôt une valeur prophylactique. La lecture, l’audition ou le portement sur soi de celle-ci préviennent d’un malheur redouté (mort subite, tourments diaboliques, etc.)33.

  • 34 Hans Belting, Image et culte…, op. cit., p. 555.

25Mais n’enfermons pas les images dans une fonction unique : une même gravure peut rappeler un point du « mythe religieux » ou servir à la prière ordinaire, à la piété pragmatique, à l’éducation doctrinale, voire à l’expérience mystique34. Par exemple, tantôt une scène de crucifixion accompagne une oraison à prononcer en l’honneur du Christ, tantôt elle rappelle les mystères de l’Incarnation et de la Rédemption, ou encore, se prête à la méditation du prototype à partir de son simulacre.

  • 35 Les dominicaines de Saint-Nicolas-aux-Ondes de Strasbourg réalisaient des images de saints qu’elle (...)

26En fait, cette iconographie et les fonctions de ces images de dévotion sont relativement convenues dans le corpus des livres religieux imprimés à la fin du xve siècle et au xvie siècle – je pense notamment aux images et livres de piété réalisés par les dominicaines de Saint-Nicolas-aux-Ondes de Strasbourg35. Mais par leur contexte d’insertion et la diffusion potentielle des pièces gothiques que tout un chacun pouvait posséder, elles apparaissent comme les signes et les moyens de cet essor de la dévotion comme forme essentielle de la religion et de la privatisation du sacré. Ces livrets sont à la croisée des Flugschriften allemandes, avec qui elles partagent une matérialité commune, et des ouvrages de piété catholiques dont elles reprennent les gravures.

  • 36 Comme les enluminures, les sculptures et les peintures murales, la gravure se gratte, se découpe, (...)
  • 37 Id., Image et transgression au Moyen Âge, Paris, PUF, 2008, p. 129 et suiv.

27En tant que représentation, la gravure est agissante. Elle est efficace par les prières qu’elle reçoit et par les actions qu’on opère avec ou sur elle. Mais que pouvons-nous savoir de l’efficacité et de la vitalité des gravures des pièces gothiques à agir sur leurs spectateurs ? En dépit de l’absence, à ma connaissance, de récits et de notations contemporaines qui révéleraient les manipulations et manifestations dont ces images faisaient l’objet et les croyances et attentes que les fidèles leur prêtaient, un exemplaire des Commandements de Dieu et du diable nous offre l’exemple significatif d’une réaction active, extériorisée, de son spectateur : l’image de Satan tentant le Christ sur la montagne en lui proposant de changer des pierres en pains a été découpée de manière à faire disparaître les yeux du diable36 (fig. 64). Le découpage des yeux de cette figure du mal, « de loin l’atteinte la plus radicale au livre », devait avoir pour mission d’anéantir la présence du diable37. Un deuxième exemple de dégradation, certes moins radical, nous est fourni par l’un des livrets sur la vie de saint Mathurin. Dans cette scène où la fille de l’empereur Maximien est tourmentée par le diable, c’est encore le visage du Malin qui est visé, mais cette fois-ci l’image a été retouchée à l’encre (fig. 65). Ces dégradations attestent la croyance en la présence du modèle que représente la figure gravée et semblent confirmer la capacité de la gravure à émouvoir, à présentifier la force des créatures inférieures qu’elle donne à voir. La destruction et la retouche à l’encre se concentrent sur les yeux, c’est-à-dire sur ce qui, selon la conception médiévale de la vue, implique une relation physique entre la figure diabolique et le spectateur. Ces interventions sur l’image rompent ce flux entre les regards, ce flux qui fait transiter l’énergie nocive de la créature du mal vers le fidèle.

Fig. 64-65. Actions opérées sur des images agissantes : les yeux de Satan découpés ou retouchés à l’encre

Fig. 64-65. Actions opérées sur des images agissantes : les yeux de Satan découpés ou retouchés à l’encre

Fig. 64. Les commandements de Dieu et du diable, [1503], Paris, BnF, Impr., Rés.Ye.338, fol. 1

Fig. 65. La vie de Sainct Mathurin de Larchant hystoriée, [1526], Paris, BnF, Arsenal, 4-BL-3902, fol. b2 (69 × 61 mm)

Fig. 65. Détail.

28Appelant à la mémoire et servant à des actions dévotionnelles, les figures religieuses gravées au sein des pièces gothiques apparaissent comme des outils efficaces du faire croire et du faire dire.

Des médias au service de l’encadrement religieux des fidèles ? Ou la question des rapports entre l’institution ecclésiale et les éditeurs

29Les messages que ces pièces religieuses délivrent en matière de pédagogie de la doctrine pénitentielle et de la formation spirituelle des fidèles concordent avec les préoccupations et les exigences de l’institution ecclésiale de l’époque, si bien que ces livrets constituent par bien des aspects des appendices des prônes et des prêches. Dès lors, la question se pose de la relation entre l’institution ecclésiale (et ses relais) et les éditeurs de ces brochures.

  • 38 « Les Religieuses de la vierge Marie du refformé Monastere de la Nonciade de Fargues, en la Ville (...)
  • 39 Cette démarche pédagogique s’inscrit dans l’entreprise menée par des hommes d’Église à la fin du x (...)
  • 40 Cette collaboration nous est rapportée par le colophon : « Ce present traité ont fait imprimer deu (...)

30La publication de ces imprimés était-elle orchestrée par les instances ecclésiastiques ? Bien qu’aucun mandat ou acte notarié ayant pour objet l’impression d’une pièce gothique n’ait pu être retrouvé, quelques rares brochures attestent une collaboration ponctuelle entre les éditeurs et des compétences ecclésiastiques ou des individus liés de près ou de loin à celles-ci. D’après le péritexte d’une Vie de sainte Fébronie, le monastère de l’Annonciade d’Albi, ordre fondé à l’aube du xvie siècle par Jeanne de France, a commandé l’impression de ce récit hagiographique au Toulousain Jacques Colomiès, et ce à des fins pédagogiques, en vue de redresser spirituellement les recluses38. Cette demande, qui intervient à un moment où l’ordre se sent menacé par un relâchement de la règle, s’intègre dans une entreprise de redressement spirituel de celui-ci39. De même, vers 1510, « Thomas Varnet » et « Nouel Beda », deux universitaires de la faculté de théologie de Paris, « ont fait imprimer » un « traité » d’instruction religieuse par Jean Trepperel40. Au regard de ces deux seuls exemples de collaboration, l’impression des brochures à sujets religieux n’apparaît que très rarement comme une commande.

  • 41 Dominique Coq, « Les incunables : textes anciens, textes nouveaux », art. cité, p. 177-194.
  • 42 Instruction des curez, Nantes, J. Baudouin, in-4° goth., 96 ff., [1518] – Paris, BSG, 4 BB 239 INV (...)

31Ces livrets, qui contribuent à l’enseignement et à la formation de fidèles bien « endoctrinés » tels que les recommande au même moment le clergé paroissial, répondent-ils à une incitation des compétences officielles ? Il est vrai que les ordres mendiants et les compétences religieuses locales ont compris les possibilités nouvelles de propagande religieuse individuelle offerte par le livret xylographique et le livre typographique41. Il est probable que leur intérêt pour ce nouveau support qu’est le livret typographique ait pu rejoindre la formule éditoriale élaborée depuis peu par ces imprimeurs et libraires (le gros des brochures religieuses datant des débuts de la production de pièces gothiques) et favoriser le propre profit commercial de ces derniers. Parmi ces brochures, est omniprésente l’œuvre de Gerson, celle-là même que prescrivent les évêques et les chapitres aux curés et vicaires pour l’enseignement des humbles. On connaît certes l’exemple de L’Instruction des curez pour instruire le simple peuple de Denis Briçonnet, qui a été imprimée à Nantes en 1518 à l’intention des prêtres du diocèse de Saint-Malo42, mais aucun document n’atteste la prescription par une autorité ecclésiastique ou même la législation synodale de produire, d’acheter, de diffuser ou d’utiliser des pièces gothiques de dévotion ou de catéchisme.

  • 43 Jean Columbi fut le pénitencier du pape à Avignon, recteur du comtat en 1511 et évêque titulaire d (...)
  • 44 Faut-il identifier cet « Anthoine Farin » au bien connu Antoine Farinier dont Michel Menot soulign (...)
  • 45 Jean Tisserant, devenu le confesseur d’Anne de Bretagne, fut bachelier en théologie. Il a prêché l (...)
  • 46 Jean Gerson apparaît comme la figure de proue des professionnels de la Parole.
  • 47 Pierre d’Ailly (1351-1420) eut à cœur d’enseigner les fidèles, avec près de vingt-trois sermons re (...)
  • 48 Licencié en théologie en 1492, puis maître de Guillaume Briçonnet au Collège de Navarre, Louis Pin (...)
  • 49 Docteur en théologie en 1472, chanoine et pénitencier de Paris, Jean Quentin († 1503) est l’auteur (...)

32On peut émettre l’hypothèse d’un concours entre les compétences locales et les imprimeurs-libraires quant à la transmission des textes à publier. La question des « auteurs » de ces textes se pose. Les éditeurs se sont-ils entourés d’un groupe d’ecclésiastiques ou d’auteurs proches de compétences religieuses qui les approvisionnaient en textes à éditer ? La question des auteurs soulève le problème de l’anonymat de la plupart de ces livrets : environ 70 % des brochures à sujets religieux demeurent anonymes. Quant aux autres pièces dont les auteurs sont nommément mentionnés, sinon présumés, il ressort de l’enquête sur le statut social de ceux-ci que ces textes sont essentiellement produits par une équipe de religieux composée de « professionnels de la Parole » et de séculiers (tabl. 15). Citons notamment les frères mineurs Jean Columbi43, Anthoine Faren44, Olivier Maillard et Jean Tisserant45, auxquels s’ajoutent des séculiers tels que Jean Gerson46, l’évêque de Chartres Jean de Montagu (traducteur du Doctrinal aux simples gens [1385-1390] de Guy de Roye, archevêque de Reims de 1390 à 1409), l’évêque de Cambrai et cardinal Pierre d’Ailly47, l’évêque de Meaux Louis Pinelle48 et les chanoines Guillaume Crétin et Jean Quentin49 à Paris, Albin des Avenelles à Soissons, « Guillaume Flamang » à Langres et Jean de Lacu à Lille. À ces ecclésiastiques, le plus souvent contemporains, s’ajoutent quelques laïcs et universitaires tels que Martial d’Auvergne et sa danse macabre, Marguerite d’Angoulême et son opuscule mystique, Georges Chastelain et sa louange dédiée à la Vierge ou encore les deux universitaires mentionnés ci-dessus.

33Ces ecclésiastiques ou laïcs de la fin du xve siècle et du xvie siècle, qui apparaissent en tant que compositeurs, « translateurs » ou « réviseurs », ont bien pu transmettre leurs textes à un imprimeur, à moins que ce ne soient les éditeurs qui les aient sollicités. Même s’il est en effet difficile de faire la part entre l’initiative personnelle des imprimeurs et les incitations des compétences locales, au-delà des dévotions auxquelles les pièces sont censées servir, se nouent des enjeux éditoriaux (sans que cela implique pour autant un total désintéressement religieux de la part des imprimeurs-libraires). Des imprimeurs ont dû profiter, d’une part, de cette obligation des curés et de leurs desservants d’acquérir un minimum de connaissances en matière de foi et, d’autre part, de la demande de littérature pastorale qui en résulte, pour produire de petites impressions gothiques de dévotion d’un débit assuré. De plus, les éditeurs n’hésitent pas à préciser l’identité de l’auteur (compositeur, traducteur ou réviseur) dans les titres des livrets catéchétiques. Cette précision en page de titre de l’autorité qui a composé le texte, combinée à l’emploi d’adjectifs laudatifs au sujet de son caractère docte, peut constituer un facteur d’incitation à l’achat.

Tabl. 15. Répartition des pièces d’instruction religieuse et d’édification selon le statut social de leurs auteurs [n = 472]

  • 50 Dans la Catalogne du xviie siècle, des goigs en langue catalane chantées devant les reliques du sa (...)

34De là, les pièces d’instruction religieuse diffusent de fait une norme formulée par les élites ecclésiastiques en matière de savoir de la foi, contribuent à l’enseignement et à la formation de fidèles, comme le recommande le clergé paroissial, mais sans pour autant avoir été orchestrées par l’institution ecclésiale. Ces brochures ne s’inscrivent pas expressément dans une stratégie ecclésiale, contrairement aux livres de goigs imprimés en Catalogne au siècle suivant50.

Les relations prodigieuses : moraliser les comportements dans une orientation axiologique chrétienne

  • 51 De nombreux prodiges ont été consignés dans des livres de raison au xvie siècle. Si ces notations (...)

35Au Moyen Âge déjà, les faits de la nature et les prodiges attisaient la curiosité des hommes. Leurs relations s’exprimaient par le canal de la rumeur, du bruit et par les notations manuscrites dont regorgaient les chroniques médiévales et que les hommes du xvie siècle consignaient dans leur « livre de raison »51. Grâce aux possibilités offertes par l’imprimerie, la forte poussée de l’eschatologie a produit une grande diffusion de récits de prodiges, inondant tout d’abord l’Allemagne et l’Italie avant de gagner le royaume de France dans les années 1520. Contrairement aux Flugschriften allemandes et italiennes qui relient les apparitions monstrueuses à des événements politiques, religieux ou militaires spécifiques, les pièces gothiques de prodiges publiées dans le royaume de France sont autonomes par rapport à l’actualité politico-militaire. Apparaissant comme des vecteurs de normes morales à la manière des brochures pieuses et doctrinales publiées au même moment, elles concourent à façonner l’âme et les comportements de leurs lecteurs. Plus que des récits des prodiges qu’elles donnent à lire, elles tendent à ébranler les consciences, à infléchir les comportements des hommes pour les rendre conformes à l’ordre voulu par Dieu. Par la description détaillée et évocatoire du prodige et sa mise en images, ces pièces gothiques participent au dessein même de la manifestation prodigieuse qu’elles représentent. Selon le rôle modal assigné à ces relations imprimées par leurs auteurs, un procès de substitution du représenté au représentant s’opère : par la brochure imprimée, le prodige peut prendre corps et acquérir pouvoir.

Le discours et l’image, des germes de monstruosité

36Les pièces gothiques construisent les prodiges par divers procédés de mise en scène de la monstruosité. Le prodige est une apparition extraordinaire à l’intérieur du monde naturel qui se donne à voir et demande à être vue. La nouvelle relatant un prodige assume cette dimension visuelle au moyen de deux procédés : le discours et l’image.

  • 52 LA terrible [et] espoue[n]table comete la[que]lle apparut le. xi. Doctobre // lan. M.ccccc.xxvii. (...)
  • 53 Jehan de Bourdigné, Chroniques d’Anjou et du Maine, éd. par le comte de Quaterbarbes, Angers, 1842 (...)

37Les relations prodigieuses décrivent avec précision les causes et circonstances de la monstruosité d’un événement, son caractère hors norme. Ces « signes inacoustumés52 » colportés par de minces livrets imprimés – ou même enregistrés dans les livres de raison et les lettres de nouvelles – se manifestent sous diverses formes : créatures étranges, phénomènes célestes, telluriques ou météorologiques extraordinaires. L’anormalité de ces êtres peut parfois reposer sur leur caractère légendaire (à l’exemple du dragon aperçu dans le ciel français en 1528), sur le mélange des règnes animal et humain ou des genres masculin et féminin, sur la modification du rapport entre les organes, la multiplicité d’un organe normalement unique ou, à l’inverse, l’unicité d’organes multiples (oreilles, jambes, yeux…), ou encore sur la substitution d’un élément insolite à un élément habituel. Le prodige combine bien souvent ces éléments, à l’instar de ce que Jehan de Bourdigné note dans ses Chroniques pour l’année 1512 : lors de la bataille de Ravenne apparut « un monstre merveilleux ayant deux cornes sur la tête, et n’avoit nulz bras ; mais en lieu avoit deux aelles, et estoit hermapproditem, sçavoir est ayant sexe de homme et de femme, et avoit ung œil en l’ung de ses genoulx, et ung de ses piedz estoit comme celluy d’ung homme, et l’autre comme d’ung oyseau de proye53 ».

  • 54 Les nou = // uelles [et] merueilleux signes aduenuz au // Royaulme de Naples, de trois soleil [sic(...)
  • 55 LA terrible [et] espoue[n]table comete la [que]lle apparut le .xi. Doctobre // lan. M.ccccc.xxvii. (...)
  • 56 La terrible et // Merueilleux signe qui a este veu sur la // ville de Paris, auecque vent grand // (...)

38D’autres phénomènes encore, aussi naturels soient-ils – comme les comètes, les tremblements de terre, les inondations, les éruptions volcaniques – sont évoqués de telle sorte qu’ils apparaissent comme surnaturels. D’autant plus que de tels événements sont souvent accompagnés d’une perturbation d’ordre météorologique. Le rythme des jours et des nuits est perturbé, sinon le temps lui-même se dérègle. Ainsi, lors de l’apparition de trois soleils dans les Pouilles en 1531, le ciel « fut comme couvert et obvique » et, le jour suivant, il « feist unf si vehement et merveilleux froit que ceulx de la dicte province furent contrainctz eulx tenir aupres du feu. Combien d’icillà il n’y a pais si chault que icelluy mesmement au moys aoust »54. La matérialité de la manifestation prodigieuse se double d’une dimension acoustique, une sorte d’évocation surnaturelle du désert des Démons ou du désert de Lop. Tant les nouvelles éditées que les notations contemporaines manuscrites mentionnent le « grant bruit » produit par le prodige, dont le son est décrit par analogie. Le brandon de feu de 1528 fit, par exemple, un « terrible bruyt » et « gecta deux sons merveilleux l’ung incontinent après l’autre plus grans que deux coups de deux grosses bombardes, et au son des deux dictz sons le Rosne et la Saone redondirent beaucoup plus fort et plus longuemment que ne feroit la mer quant l’on y tire deux grans coups de canon »55. Le prodige prend parfois une dimension olfactive, à l’instar du dragon de 1528 dont un témoin atteste que « ledict serpent […] puoit qu’il sembloit avoir souffre qui brulit56 ».

  • 57 COPIE DVNE // Lettre venue de Naples contenant les terribles [et] mer = // ueilleux Signes [et] pr (...)
  • 58 Les nou = // uelles [et] merueilleux signes aduenuz au // Royaulme de Naples, de trois soleil [sic(...)

39Le langage a sa propre manière de figurer le prodige : il est décrit avec une foule de détails qui ébranlent l’imagination. Les auteurs de ces nouvelles recourent volontiers à l’analogie pour surpasser les limites du langage à décrire ce qui dépasse l’ordre naturel des choses. Ils procèdent par association avec des choses connues et en juxtaposant des termes évocateurs. Le cratère du volcan entré en éruption à Pozzol en 1538 « estoit semblable à une couppe renversée57 ». La queue des comètes vues dans le ciel de Naples en 1531 se terminait « en manière de poincte d’espée58 ». Outre les associations d’idées, le langage de la monstruosité se traduit également par l’accumulation, l’amplification et surtout l’abondance des adjectifs.

  • 59 Catherine Kerbrat-Orecchioni, L’énonciation. De la subjectivité dans le langage, Paris, Armand Col (...)

40Le langage scripturaire crée le prodige. Prenons l’exemple très probant des phénomènes de la nature : c’est à travers l’emploi combiné d’adjectifs « évaluatifs » et « axiologiques »59 pour décrire ces phénomènes (« terrible », « lamentable », « merveilleux ») et de termes connotant des passages bibliques relatifs à des châtiments divins (tel que le Déluge) que ces manifestations passent du naturel au prodigieux et deviennent des signes.

  • 60 La terrible et // Merueilleux signe qui a este veu sur la // ville de Paris, auecque vent grand // (...)

41Outre le discours, le prodige se construit également par l’image. Les brochures recourent fréquemment – si ce n’est systématiquement – à l’image pour figurer les prodiges. Ces gravures ne commentent pas le texte imprimé ; elles le traduisent visuellement : reprenant ainsi à leur compte les analogies et les associations d’idées opérées dans le récit, les figures gravées donnent à voir le signe tel qu’il a été perçu et décrit par des témoins. Ainsi, dans une pièce sur le monstre de 1528, ce qui est décrit tantôt comme un « serpent » tantôt comme un « terrible et espoventable [sic] dragon » avec une « teste grosse comme vng muitz » et une « queue longue de deux aulnes », est représenté en page de titre sous les traits d’un dragon survolant une ville et dont la bouche jette « feu et flambe »60 (fig. 66). De la même manière, l’image placée au titre du livret sur la comète survenue en 1527 en Allemagne illustre parfaitement le récit qui la suit, en ces termes :

  • 61 LA terrible [et] espoue[n]table comete la[que]lle apparut le .xi. Doctobre // lan. M.ccccc.xxvii. (...)

Fut veue par plusieurs ge[n]s une horrible comete […]. Ladicte comete estoit merveilleusement grande et rouge co[m]me sang en tira[n]t ung petit peu sur le jaulne. Et au dessus d’elle et joignant sembloit ester ung bras d’homme moytié plié, tenant en la main une espée merveilleusement grande, auecques laquelle l’on eust jugé que ledict bras vouloit frapper. Et au dessoubz de la poincte de ladicte espée apparoissoit une estoille, et ung peu plus hault en apparoissoit de chascun costé vne aultre : mais celle de dessoubz de la poincte estoit plus gra[n]de q[ue] les deux aultres, desquelles trois estoilles sortoyent des rayz en forme et maniere d’une grande et grosse queue. Item des deux costez desdictes estoilles depuis le hault jusques au bas se monstroyent certains rayz en forme de haches, picques, et petites espées : lesquelles sembloyent estre ensanglantées, entre lesquelles apparoissoyent des testes d’hommes hydeuses pour les grans cheveulx et barbes qu’ilz portoyent, Et sembloyent lesdictes texts estre de la couleur de une nuée obscure61.

42La vignette de cet opuscule donne à voir l’ensemble de ces détails : le bras tenant une épée au-dessus de la comète, les rayons lumineux en forme de queue d’étoiles filantes, les armes tranchantes, les visages humains barbus quelque peu difformes, ainsi que la nuée (fig. 67).

43L’association de l’image et du texte est le plus souvent lâche, ce qui suppose que le lecteur-auditeur établisse lui-même abstraitement la relation qui lie l’image au passage de la narration qui lui fait écho. Ainsi la description que le curé Vautier Remblach fait d’un enfant difforme né en pays de Thuringe en 1529 est précédée d’une gravure qui représente « l’effigie » du monstre telle que le curé s’était empressé « de le faire pourtraire ». Cette figure gravée transpose visuellement la narration qui en a été faite (fig. 68) :

  • 62 Le gra[n]t Miracle // Dung enfant ne, Par la voulente de Dieu en la // ville de Norden, au pays de (...)

Sa teste est parfaicte de tous pointz : mais le visaige est tout droict tourné vers le doz. Et le derriere de la teste droictement vers le ventre. Pareillement les genoulx et le bas de la jambe avec les piedz droictement à l’opposite sont tournez. Il fauldra donc que si ledict enfant vit jusques à l’aage [sic] qu’il puisse marcher, qu’il marche en reculant quant au doz et au ventre, non pas quant au visaige et au genoulx et le bas de la jambe : car ces parties là sont perverses. C’est à dire aultrement tournées que nature ne requiert62.

  • 63 Les nou = // uelles [et] merueilleux signes aduenuz au // Royaulme de Naples, de trois soleil [sic(...)

44Parfois, le lien entre l’image et le texte est direct et explicite. Ainsi, la description de l’apparition des « trois soleilz, deux ayans de chascun costé une queue en maniere de poincte d’espée […] et au dessus d’iceulx se apparessoit ung cercle au ciel contremont » renvoie explicitement à « la figure cy dessus imprimée »63 (fig. 69).

45Ainsi, le prodige se construit tout à la fois par le discours textuel et les gravures. Grâce au livret, le lecteur ou l’auditeur voit le prodige sans pour autant en avoir été le témoin direct.

Fig. 66. Dragon survolant une cité. La terrible et merveilleux signe, [1531], Paris, BENSBA, fonds Masson, no 22, fol. 1 (fig. : 44 × 50 mm)

Fig. 67. La main armée de Dieu lançant une pluie de poignards, d’épées et de têtes coupées, qui parent la chevelure de la comète. La terrible et espouventable comete, [1528], Londres, BL, g. 6697 (4), fol. a1 (fig. : 130 × 112 mm)

Fig. 68. Être difforme, sorte d’opisthodactyle, dont les pieds et la tête sont tournés dans le sens opposé. Le grant miracle d’ung enfant, [1529], Bulletin du bibliophile, 8, mai-juin 1890, p. 202

Fig. 69. Schéma de l’apparition de trois soleils. Les nouvelles et merveilleux signes, [1531], Paris, BnF, Arsenal, 8-H-6064 (4), fol. 1 (fig. : 76 × 50 mm)

Quand voir fait agir : les stratégies de persuasion mises en œuvre dans les relations imprimées de prodiges

46Le livret ne donne pas seulement à voir et à lire le prodige, il se substitue à la manifestation extraordinaire et agit sur son public : il le fait agir. Pour les auteurs de relations prodigieuses (mises ensuite en imprimé), le prodige ne trouve pas dans sa manifestation sa propre fin. C’est un avertissement qui doit être interprété. Porteuse d’un message, l’apparition suscite un prophète ou un astrologue pour en expliquer le sens. Le prodige affiche toujours une orientation axiologique chrétienne : qu’il s’agisse d’une créature étrange ou d’un phénomène terrestre ou céleste, c’est un signe par lequel Dieu montre aux hommes le mal dont ils ont fait preuve. La narration de la comète de 1528 est tout particulièrement prolixe sur le sens donné par les hommes à ces manifestations :

  • 64 LA terrible [et] espoue[n]table comete la[que]lle apparut le .xi. Doctobre // lan. M.ccccc.xxvii. (...)

Par ces p[ro]diges et signes inacoustumées[sic] […] nous povons veritablement certifier une chose, C’est assavoir q[ue] Dieu qui est souverainement juste, est offensé pour nostre ingratitude pource q[ue] ne teno[n]s co[n]te [sic] des sai[n]ctes escriptures, par lesq[ue]lles co[n]tinuelleme[n] t il nous admo[n]neste de nous corriger [et] ame[n] der et de retourner à luy faisa[n]t oeuvres chrestie[n]nes, à tout le moi[n]s admo[n]nestez par ces terribles signes lesq[ue] lz il a faict visibleme[n]t apparoistre, nous cessions de mal faire [et] retournio[n]s à luy, ou aultreme[n]t nous cherro[n]s en son ire. […] Reste doncq[ue]s que en cessant de mal faire, nous appaisio[n] s l’ire de nostre Dieu, par aumosnes, jusnes, [et] oraisons affin q[ue] puissio[n]s eviter les maulx desquelz ces signes nous menassent64.

47Stigmatisant ainsi les péchés et les vices contemporains, les prodiges et les témoignages qu’ils suscitent mettent en garde et accusent. Ils tendent à infléchir les comportements des hommes en vue de les rendre plus conformes au dessein de Dieu. La manifestation de ces signes facilite la prise de conscience publique des péchés commis par les hommes de l’époque ; elle fonctionne tout à la fois comme un avertissement eschatologique et comme une aspiration à croire encore en la miséricorde divine.

  • 65 Par exemple, Jehan de Bourdigné précise à propos d’une naissance monstrueuse l’avoir « ouy réciter (...)
  • 66 Les tristes nouuelles // de Rome, Aduenues le .viii. // iour Doctobre Lan // Mil.ccccc.xxx, [Lyon, (...)
  • 67 La terrible et // Merueilleux signe qui a este veu sur la // ville de Paris, auecque vent grand // (...)

48Ce qui est en jeu, on peut le présumer à travers les notations contemporaines dont la croissance est exponentielle aux xve et xvie siècles, dépasse le sort des hommes saisi à titre individuel mais gagne l’ensemble de l’humanité. Le prodige est tout à la fois un signe et le reflet du péché humain, non pas individuel mais bien collectif : sa manifestation interrompt l’ordre de la vie voulu par Dieu et fait entrer l’humanité dans une séquence d’une fragilité intense. Dès lors, la diffusion de la nouvelle du prodige est essentielle. Cette diffusion se fait à travers divers canaux : le bouche à oreille65 et, désormais, l’imprimé qui permet une diffusion plus vaste encore. Il s’agit de « communiquer [la nouvelle du prodige] affin que mieulx [vous, lecteurs] peussiez louer le Seigneur Dieu66 ». Dans la brochure sur l’apparition d’un dragon dans le ciel parisien, il est précisé qu’il « a esté ordonné de mettre [la narration de ce prodige] à l’impression affin qu’on prie Dieu pour la paix et union de toute chrestienté67 ». La relation du prodige et sa représentation imagée apparaissent alors comme des médiateurs, des instruments pédagogiques et des objets de réflexion sur le message chrétien transmis par la manifestation prodigieuse.

  • 68 Comme le récit de l’apparition du dragon dans le royaume de France, qui s’achève par cette exhorta (...)

49Ces relations imprimées et leurs gravures jouent pleinement le rôle « modal » du prodige : elles véhiculent la nouvelle du prodige et le message chrétien qu’il délivre. Au-delà de leur richesse documentaire, tous les éléments qui les composent concourent à agir sur leurs récepteurs en vue de les inciter à conformer leurs comportements à l’ordre voulu par Dieu. En raison du quasi-mutisme de nos sources, on ne peut systématiquement déduire l’efficacité de ces brochures de par les réactions qu’elles suscitent. Toutefois, l’analyse des stratégies discursives et de la « performativité » des images qui les agrémentent permet de saisir l’agir social de ces livrets. D’une part, comme les pièces d’actualité politique et militaire, les pièces gothiques de prodiges incitent directement leur public à l’action, et notamment à la prière. Ces récits de prodiges s’achèvent généralement par des oraisons adressées à la Vierge et au Christ appelant chacun à prier de toutes ses forces68. D’autre part, les images et les descriptions imprimées dans ces livrets sont si évocatrices et suggestives qu’elles doivent frapper l’imagination et susciter l’effroi de leurs spectateurs et lecteurs.

  • 69 Claude Lecouteux observe que, dans les langues romanes et germaniques, ces termes connotant le « m (...)
  • 70 Par exemple : « toutes lesquelles choses couroyent ensemble par l’air flamboyant et passant l’ung (...)

50L’efficacité de la relation prodigieuse repose sur sa force suggestive, variable d’un livret à un autre, et sa capacité à provoquer chez le récepteur l’étonnement, l’émerveillement, voire l’effroi. Omniprésents dans les titres et les textes de ces opuscules, les termes connotant le merveilleux manifestent la perception du caractère étrange, insolite, voire effrayant, des créatures décrites et des phénomènes relatés ; ils guident leurs lecteurs (et auditeurs) pour qu’ils éprouvent de telles réactions émotionnelles69. De la même manière, les nombreuses notations de la peur ressentie par les témoins70 tendent à transformer la situation du lectorat en l’amenant à partager ces émotions. Outre le recours à l’abondance des adjectifs, les relations de phénomènes (sur) naturels développent aussi la thématique du signe. Elles fonctionnent par références intertextuelles à la Bible. Ainsi, comparer l’inondation du Tibre à un déluge (ou au Déluge) ou encore développer le thème de l’engloutissement est hautement significatif puisque cela ramène la catastrophe à une causalité divine et l’assimile à un châtiment par référence culturelle. Par exemple, la relation de l’inondation de Rome en 1530 insiste tout à la fois sur la crainte ressentie par les habitants et sur l’engloutissement des hommes et des biens matériels :

  • 71 Les tristes nouuelles // de Rome, Aduenues le .viii. // iour Doctobre Lan // Mil.ccccc.xxx, [Lyon, (...)

Combien que le bruyt des eaues feusse à oultra[n]ce incredible [et] merveilleux, les crys du pouvre people perissant mesmeme[n]t des femmes [et] enfans surmontoie[n]t tout aultre bruyt, [et] les entendoit on plaindre et gemyr parmy les furieuses vndes, et qui pis est l’amy, le pare[n]t, le voisin voyoit l’autre noyer [et] perir sans y povoir donner aucun secours, ainsi bientost après il estoit re[n]versé [et] emporté rigoreuseme[n]t. Et si ava[n]t poussa la miraculeuse percussio[n] englottir la pouvre gent que le nombre des noyez est innumerable, et la perte des biens [et] richesses inestimable71.

  • 72 Copie des lettres // du terrible Deluge // aduenu en la noble // Ville et cite de Ro[m]me // depuy (...)

51Lorsque le signe n’a pas cette valeur connotative, l’assimilation au châtiment divin est explicite, non pas par des renvois directs à des passages bibliques relatifs à une manifestation de l’ire divine, mais par l’emploi de termes connotant le châtiment tels que « punition divine72 ».

  • 73 Meyer Schapiro, Words and Pictures. On the Literal and the Symbolic in the Illustration of a Text, (...)
  • 74 Les nou = // uelles [et] merueilleux signes aduenuz au // Royaulme de Naples, de trois soleil [sic(...)
  • 75 LA terrible [et] espoue[n] table comete la[que]lle apparut le .xi. Doctobre // lan. M.ccccc.xxvii. (...)

52La transcription du prodige dans des registres figuratifs contribue également à produire l’impact psychologique souhaité. Alors que le réemploi des bois est une pratique tout à fait habituelle, force est de constater que rares sont les figures gravées de prodiges dans les brochures françaises du début du xvie siècle qui ne sont pas spécifiques au texte imprimé. La plupart sont des « illustrations littérales » de la narration prodigeuse imprimée73. Cela est également vrai pour beaucoup de Flugschriften allemandes, comme celles qu’illustrent les gravures de Lucas Cranach. On ne peut expliquer ce choix presque systématique d’une image, qui traduit visuellement le texte accolé, que par l’inaccessibilité du texte pour certaines catégories de lecteurs-auditeurs. Selon l’auteur de la relation des trois soleils apparus à Naples en 1531, l’image du prodige permet de « plus evidemment congnoistre » le monstre74. De telles gravures ont une valeur documentaire. Leur force suggestive est parfois intensifiée par l’emploi de la couleur. Par exemple, dans l’une des éditions sur la comète apparue en Allemagne en 1527, la figure de ce prodige imite la couleur « rouge comme sang75 » de la comète au moyen d’un double passage sous la presse pour appliquer l’encre rouge (fig. 70).

Fig. 70. La couleur au service de la force suggestive des images de prodiges, l’exemple de la comète « rouge comme sang ». La terrible et espouventable comete, [1528], Paris, BENSBA, fonds Masson, no 682, fol. a1 (fig. : 130 × 112 mm)

  • 76 Au xiiie siècle, Guillaume Durant admet l’idée selon laquelle l’image émeut davantage que l’écritu (...)
  • 77 Le journal d’un bourgeois de Paris…, op. cit., p. 81-82. Par le récit et la description que le Bou (...)
  • 78 Pétrarque, Rerum memorandum libri, éd. par Giuseppe Billanovich, Florence, G. S. Sansoni, 1943, 4. (...)
  • 79 Sur la fonction mémorielle des récits de naissances monstrueuses, voir Lorraine Daston, Katharine (...)

53Contrairement aux figures pieuses des livrets de catéchisme, de Vies de saints et de quelques brochures d’actualité publiées à la même époque, ces images de prodiges ne soutiennent pas les actes de dévotion auxquels les lecteurs-auditeurs sont invités. Mais, donnant à voir la créature ou le phénomène décrit dans le texte, elles amènent leurs lecteurs à faire l’expérience de l’effroi du prodige. Frappant directement l’imagination et l’affect (en suscitant un sentiment d’horror), la mise en image du prodige permet aussi son inscription dans la mémoire, plus encore que l’écriture et l’audition76. C’est grâce à un livret vendu « publiquement en ce temps par la ville » de Paris et à la « figure pourtraictée » du prodige qu’il contient que le Bourgeois de Paris a mémorisé le récit d’une naissance monstrueuse77. Déjà au xive siècle, c’était par l’« image peinte » de jumeaux siamois vue durant son enfance que Pétrarque a pu se souvenir de cette naissance perçue comme prodigieuse78. Les figures des prodiges constituent des images mémorielles, c’est-à-dire des lieux de mémoire cristallisant, dans des représentations uniques, une histoire (l’apparition prodigieuse) et un enseignement (un appel à un comportement plus moral)79. Par sa capacité active à toucher l’affect de son spectateur, la gravure est prompte à fixer dans la mémoire l’image mentale que le lecteur-auditeur s’est faite à l’audition ou à la lecture du récit prodigieux.

54Les livrets de prodiges sont-ils des médias efficaces ? L’efficacité évoque le rapport de conformité entre l’effet produit par un médium et l’intention qui a présidé à sa réalisation. On peut considérer les relations imprimées de prodiges comme efficaces si elles accomplissent la fonction qu’on leur attribue, fonction qui n’est autre que le rôle même du prodige qu’elles représentent. Bien qu’on ne puisse pas savoir si les demandes de prières ont été suivies d’effets, on dispose toutefois de quelques indices pour saisir l’efficacité des actions psychologiques des brochures sur l’esprit de leurs récepteurs.

  • 80 Le journal d’un bourgeois de Paris…, op. cit.

55Les notations de prodiges dans les livres de raison de la première moitié du xvie siècle rendent compte de l’enregistrement et de l’assimilation de l’anecdote prodigieuse diffusée par l’imprimé, ainsi que des émotions qu’elle a pu provoquer. Par exemple, le récit de la naissance monstrueuse, que le Bourgeois de Paris a lu dans un livret, a retenu son attention, si bien qu’il a ressenti le besoin de conserver dans son journal la mémoire de ce signe. Il le consigne avec une étonnante précision qui suggère une certaine secousse dans la subjectivité de ce « Bourgeois80 ».

  • 81 Jack Goody, La peur des représentations. L’ambivalence à l’égard des images, du théâtre, de la fic (...)

56Les effets des images, visuelles ou linguistiques, ne sont pas universels si bien que, pour comprendre les impacts des livrets de prodiges et de leurs gravures, il convient de connaître les mentalités de la société dans laquelle elles surviennent81. L’analyse de ces brochures atteste que ces images se nourrissent des craintes et correspondent à l’imaginaire et aux croyances de leur public. L’accroissement du nombre de récits prodigieux s’inscrit dans un phénomène d’intensification de la soif de Dieu : l’angoisse des hommes et des femmes au sujet de leur salut individuel se double d’un sentiment d’urgence sous l’effet de l’essor des visions apocalyptiques et de l’idée de l’imminence de l’ire divine face à leurs péchés et à leurs vices. Les notations contemporaines et les brochures imprimées rendent compte de cette fascination panique à l’égard des prodiges. Reflétant la société dans laquelle les prodiges se manifestent, ceux-ci expriment la culture de la faute humaine dont on peut saisir l’ampleur dans les pièces gothiques – les mots et images évoquant le Jugement imminent y sont récurrents.

Des canaux de la propagande catholique ?

57Les prodiges, que les pièces gothiques diffusent, renvoient avant tout aux peurs des hommes. La forme des événements surnaturels et leur interprétation se nourrissent en effet des craintes du moment – la hantise de la destruction et l’angoisse au sujet du salut – dont l’imaginaire catholique a fait le signe annonciateur d’une destruction totale si le peuple ne s’amende pas : en témoignent les inondations et les tremblements de terre qui engloutissent hommes et maisons, ou encore le dragon, signe de la violence de Dieu, qui détruit les habitations des hérétiques. Parmi les gravures à sujets prodigieux, des détails figuratifs – ceux qui accompagnent toute représentation du Mal : la difformité, la bestialité, la laideur – s’adressent à la corde sensible du spectateur. Parés de tels récits et images, ces livrets participent à la diffusion du message chrétien qui incite leur public à une réforme morale.

  • 82 La terrible et // Merueilleux signe qui a este veu sur la // ville de Paris, auecque vent grand // (...)
  • 83 LA terrible [et] espoue[n]table comete la[que]lle apparut le .xi. Doctobre // lan .M.ccccc.xxvii. (...)

58Les prodiges relatés dans ces brochures contribuent également à la dénonciation des péchés qui ont cours dans la société, tels que l’hérésie. Mais celle-ci ne constitue pas le thème principal de ces pièces ; seuls quelques « canards » participent à la polémique antiluthérienne. Les prodiges que ceux-ci colportent se prêtent à une exploitation, politique ou religieuse, des infidèles. Les détails sur les lieux d’apparition instaurent un lien de causalité entre les origines géographiques et le caractère monstrueux des créatures engendrées. Ainsi, le dragon survole le bastion évangélique de « Miaux [Meaux] en Brie » avant de se diriger vers l’est, en direction des pays infectés d’hérésie. Cette course désigne ce qui suscite la colère divine : tout à la fois, elle accuse les hérétiques et met en garde ceux qui seraient tentés d’adhérer à l’hérésie. Dès lors, il est nécessaire de prier Dieu de telle sorte qu’« Il ne veuille pas punir le monde ainsi comme il le desert [= desire]82 ». De la même manière, le « brandon de feu », qui a traversé le royaume de France en avril 1528 en direction de l’Orient, a émis un son tout particulièrement retentissant lorsqu’il survola les villes de Lyon et de Genève, deux centres de diffusion des idées réformées83.

  • 84 Le gra[n]t Miracle // Dung enfant ne, Par la voulente de Dieu en la // ville de Norden, au pays de (...)

59On observe aussi un lien de causalité entre la monstruosité d’une créature et les circonstances familiales de son apparition. À cet égard, l’exemple du monstre enfanté en Frise en avril 1529 par une hérétique est tout à fait intéressant. Propageant les idées de Luther en dépit des avertissements du curé de sa paroisse, cette femme accoucha d’un enfant monstrueux, sorte d’opisthodactyle, dont les pieds et la tête étaient tournés vers le dos. Cette relation composée par un certain « Vautier Remblach », curé de la paroisse, livre la preuve du terrible jugement de Dieu qui guette les « mauldictz et abhominables chiens leutheriens84 ».

  • 85 La propagande protestante a abondamment exploité le canal de l’imprimé et de la gravure. Deux mons (...)

60Ces quelque brochures liées à la dénonciation de l’hérésie apparaissent comme des armes contre la Réforme. Mais, hormis le récit de la naissance monstrueuse survenue dans la ville de Norden, la rédaction de ces relations prodigieuses et leur mise en livret gothique ne semblent pas avoir été orchestrées par les autorités religieuses ou politiques. Ainsi, n’étant pas expressément éditées en vue de la croisade contre les infidèles, ces pièces gothiques ne participent qu’indirectement à la lutte menée par l’Église pour enrayer la propagation des théories de Luther dans le peuple. Dès lors, ces livrets sont sans commune mesure avec la myriade de feuilles volantes allemandes qui, annonçant des naissances monstrueuses et autres prodiges, était au service de la Réforme85.

  • 86 Même si ces angoisses relèvent de l’univers mental, le terme « imaginaire » est ici préféré à la n (...)
  • 87 Jack Goody, La peur des représentations…, op. cit., p. 270.

61En somme, les pièces gothiques de prodiges se prêtent aux projections de l’« imaginaire »86. Elles s’adressent à la corde sensible de leur public, auquel ce discours de la peur est compréhensible et accessible. Le vocabulaire est sans emphase mais propre à susciter l’effroi, tandis que les images sont immédiatement lisibles et facilement mémorisables puisque ce qu’elles représentent s’écarte de l’ordre de la nature. L’homme retient mieux tout ce qui fait écart par rapport à la norme, tout ce qui « viole les attentes du sens commun concernant les choses, les êtres et les processus ordinaires87 ».

Les brochures de la littérature moralisante et pratique : des vecteurs d’instruction morale et sociale

62Les brochures « littéraires » délivrent une moralité affirmée en matière de mœurs. Elles constituent des vecteurs de normes morales et éthiques.

L’exposition de modèles et de contre-modèles de comportement

  • 88 Sur ces normes du contrôle de la femme au Moyen Âge, on lira en particulier Christiane Klapisch-Zu (...)

63Tout en prétendant « récréer » leurs lecteurs (ou auditeurs), autrement dit les réjouir et leur délivrer une leçon morale, les pièces gothiques relevant du champ « littéraire » (théâtre, poésie, etc.) cherchent à imposer à leur public des modèles de comportements. Afin de saisir la place de ces brochures parmi les canaux de l’instruction morale dans la société des xve et xvie siècles, il convient de confronter les modèles exposés par ces opuscules avec les normes de comportements officielles (imposées par les Pères de l’Église, reprises par les prédicateurs et réitérées parfois dans les statuts synodaux que les curés devaient lire ou résumer à leurs paroissiens) ou implicites (celles qui sont rémanentes sans pourtant avoir été précisées dans les textes normatifs)88.

  • 89 Le Mesnagier de Paris, éd. par Georgina E. Brereton et Janet M. Ferrier, Paris, Le Livre de poche, (...)

64Le pôle principal sur lequel portent ces livrets est l’attitude de la femme et l’attitude à l’égard de la femme. Ces imprimés constituent de bons exemples pour l’étude des discours sur la femme aux xve et xvie siècles. Ils brossent le portrait de l’épouse idéale par le canal de deux procédés : d’une part, sur un ton injonctif, de courtes pièces adressées aux jeunes filles à marier ou récemment mariées esquissent le modèle de la « prudefemme89 » ; d’autre part, sur un ton satirique, les facéties et surtout les farces et sotties en proposent le versant négatif : le contre-modèle de la mauvaise épouse.

  • 90 « Ta convoitise te poussera vers ton mari et lui dominera sur toi » (Gen. 3, 16) ; « que les femme (...)
  • 91 Le Mesnagier de Paris consacre un chapitre à ce devoir d’obéissance des épouses (distinction I, ar (...)

65La vertu cardinale de la « prudefemme » est l’obéissance au mari. Dans le discours unanime des pièces gothiques, la femme doit se soumettre à son époux, ce qui est conforme à la conception défendue par l’Église90, légitimée par les penseurs chrétiens et relayée dans les traités pédagogiques adressés à des femmes tels que le Mesnagier de Paris91. C’est sur le ton du prêche que les pièces de « policement » des comportements féminins prescrivent l’allégeance de l’épouse, en ces termes :

  • 92 Le doctrinal // des filles Nou = // uelleme[n]t mariez, [Paris, Jean Trepperel], in-12 goth., 4 ff (...)

Femme est prisée qui garde humilité
Nouvellement mariées obeyssez
À voz maris en tout bien c’est assez
Puis que de vous ont domination
Si vous faillez si le congnoissez
Leur voulenté bonne ne transgressez
Quant ilz vous ont en leur subjection92.

66L’obéissance constitue le sujet de la Patience de Grisilidis qui enjoint à ses lectrices de prendre exemple sur Grisélidis, incarnant le modèle de la soumission féminine poussée à outrance :

  • 93 (L)A grande [et] mer = // ueilleuse patie[n]ce // de Grisilidis fille dung pouure homme ap = // pe (...)

[C]’Est le tres noble mirouer de vertu de patie[n]ce, d’obedie[n]ce, de vraye humilité, [et] de co[n]stance. Auquel se doive[n]t mirer toutes dames mariées voula[n]s [et] desira[n]s faire leur devoir en mariaige envers Dieu, et leurs maris, pour avoir l’amour de Dieu [et] de leurs seigneurs [et] maris. Et pour avoir la louenge [et] honneur de tout le mo[n]de, [et] comme elles se doive[n]t faire, [et] y est tenues. En prena[n]t exe[m]ple à la tres noble dame de haulte [et] merveilleuse vertu, la dame Grisilidis jadis marquise de Saluces qui eut toutes les vert[us] dessus dictes auecq[ue] s vraye amour, chasté [sic], [et] perseverance à son seigneur93.

  • 94 (B) Igorgne qui me[n] = // ge tous les hommes qui // font le commandement de leurs femmes, [Lyon, (...)
  • 95 Chicheface qui mange tou = // tes les bonnes femmes, [Lyon, s.n.], in-4° goth., 4 ff.n.c., [vers 1 (...)

67Ce thème de l’obéissance à l’époux se décline également dans le registre facétieux et satirique. Ainsi, Bigorne convie les époux à rester maîtres de leurs femmes s’ils ne désirent pas se faire dévorer par la bête94, tandis que Chicheface, qui se nourrit uniquement des « bonnes femmes », se lamente de ne rien avoir avalé depuis « bien deux cens ans »95. Les gravures placées sous le titre de ces publications, donnant à voir un Bigorne, bien en chair, et une Chicheface très amaigrie, participent à la dénonciation de l’attitude de la femme dans le mariage et de l’attitude de l’époux à son égard. La domination dans le couple est aussi mise en scène dans les farces imprimées sur le thème de la vie conjugale. L’ordre du mariage y est inversé : les femmes ne pensent qu’au plaisir, tentent de se décharger de leurs nourrissons et n’effectuent pas leurs tâches ménagères.

  • 96 Le Doctrinal des filles nouvellement mariées et le Doctrinal des nouveaux mariés développent ce th (...)
  • 97 Le Doctrinal des filles nouvellement mariées recommande aux femmes d’être charitables : « Nouvelle (...)
  • 98 Le Doctrinal des filles nouvellement mariées et le Doctrinal des filles proscrivent l’oisiveté en (...)
  • 99 « Nouvellement mariée soys devote // Et dessus toy ne porte habitz ne cotte // Que ton estat ne pu (...)
  • 100 « Maintenant elle me demande // chaperon d’etrange fasson // Robe coté et oppellande // Bonne foru (...)
  • 101 La satire de la femme est également fréquente dans les homélies élisabéthaines qui développent des (...)
  • 102 Marie-Anne Polo de Beaulieu, Éducation, prédication et cultures au Moyen Âge. Essais sur Jean Gobi (...)
  • 103 Didier Lett, Famille et parenté dans l’Occident médiéval ( ve-xve siècle), Paris, Hachette supérie (...)
  • 104 Étienne Pillet dit Brûlefer, Opuscula reverendi magistri fratris Stephani Brulefer, ordinis minoru (...)
  • 105 Jean de Clérée, Sermones quadragesimales, Paris, François Regnault, in-8° goth., 1524 – Paris, BnF (...)

68Parmi les autres attitudes de l’épouse idéale diffusées par les pièces gothiques, la femme doit diriger et surveiller la maison et les domestiques96 ; elle doit être dévouée aux pauvres et indigents97 ; elle ne doit ni rester oisive98, ni soigner d’une manière excessive sa parure. Sur le ton injonctif, le Doctrinal des filles nouvellement mariées condamne cet excès de soins apporté aux vêtements féminins99, tandis que dans la Complainte du trop tôt marié, le jeune époux énumère les innombrables dépenses sollicitées par son épouse, notamment en matière vestimentaire, et qui sont à l’origine de ses maux. Cette accumulation des objets de dépenses donne même un ton burlesque à cette pièce100. Ce portrait de l’épouse idéale correspond aux exigences formulées par les prédicateurs101, tels que Jean Gobi le Jeune († 1350)102, Bernardin de Sienne en son sermon sur le mariage (1380-1444)103, le frère Étienne Brûlefer104 et Jean Clérée († 1507)105.

69Sur le thème de la procréation, le court livret pédagogique intitulé Doctrinal des nouveaux mariés rappelle que la procréation doit être la fin légitime de l’acte sexuel :

  • 106 Le doctrinal des nouueaulx mariez, Paris, Jean Trepperel, in-4° goth., 6 ff.n.c, [vers 1493] – Par (...)

Nouveau marié, en ta couche
De mariage solennelle, Avec ta femme point ne touche
En seule plaisance charnelle
Mais affin que puisses en elle
Estre d’un enfant producteur
De ta semence naturelle,
Moyennant Dieu le créateur106.

  • 107 Le Mesnagier de Paris, I, iii, 101 (p. 112).
  • 108 Dans ses Sermones quadragesimales (publiés à Paris en 1525), le frère prêcheur Jean Clérée rappell (...)

70L’auteur du Mesnagier de Paris fait également cette recommandation à sa femme, la mettant en garde contre le péché d’aimer « pour son seul délit, sans espérance de engendrer lignée107 ». Cette contrainte de la mentalité collective à l’égard de la fécondité était aussi une prescription morale de la loi religieuse qui, reprenant la triade augustinienne (fides, proles, sacramentum), condamnait la contraception108.

71Ainsi, l’attitude de la femme et l’attitude à l’égard de la femme, que les pièces réglementent ou dénoncent, sont conformes à la conception défendue par l’Église, légitimée par les penseurs chrétiens, prêchée par les prédicateurs et relayée par les pédagogues qui composent à l’attention de leur épouse ou de jeunes filles des traités sur la manière de se comporter dans la société, dans la maisonnée et en mariage. Bavarde, querelleuse, autoritaire, responsable des maux en mariage et d’une sexualité exigeante, l’image de la femme des farces, des sotties et des facéties est modelée par l’antiféminisme ecclésiastique. Ce tableau noir de la femme se situe dans la continuité de la tradition antiféministe des fabliaux médiévaux, de la littérature misogyne de Jean de Meung et d’Eustache Deschamps et des recueils d’exempla.

  • 109 Il s’agit du sermon 31 du recueil de sermons de carême composés dans le troisième quart du xve siè (...)

72Outre le thème de la place de la femme face à la société et de ses rapports avec son époux, les brochures satiriques et parodiques (farces, sotties, moralités, sermons parodiques) n’épargnent aucune profession, aucun statut, ni les maris qui sont sots, jaloux, bornés et lâches, ni les moines, paillards, ni les prêtres, gourmands, ivrognes et d’une sensualité apparente, ni les nobles, libertins. Sont également dénoncées la cupidité et la malhonnêteté de la petite bourgeoisie des métiers, en particulier de ceux qui sont liés à l’argent. La Réformation des taverniers prend pour cible ces brouilleurs de vin, tandis que la Complainte du commun dénonce les malversations des usuriers, boulangers et taverniers. De tels propos stéréotypés sur ces marchands qui mélangent les produits (vin et eau) et fraudent sur les poids et mesures sont tenus par les prédicateurs à la même époque, à l’instar du sermon De mercatoribus du frère augustin Simon Cupersi109. Cette verve satirique sociale se situe dans la continuité de la tradition des sermons ad status qui sont ainsi transposés dans le registre burlesque et parfois dramatique.

73Il ressort de ces lignes que les éditeurs de ces brochures reprennent et publient des textes porteurs de discours stéréotypés sur la femme, l’époux et les métiers liés à l’économie. Ces points de morale et de mœurs divulgués tout au long du bas Moyen Âge sont encore adaptés à la société dans laquelle les pièces gothiques sont produites et diffusées, comme l’attestent les sermons et les statuts synodaux des xve et xvie siècles. En ce sens, ces livrets constituent de nouveaux canaux de l’instruction morale, une instruction morale qui s’exprimait déjà par le canal de la prédication, des homélies et du théâtre. Ainsi, cette manière de parler de la femme, des métiers liés à l’économie et des rapports sociaux ne varie guère ici que par la matérialité du discours.

Des moyens de « vulgarisation » de savoirs pratiques et techniques liés à la vie quotidienne

  • 110 « Tu as icy pour t’amuser Ce petit livret de receptes, Desquelles tu pourras user Soit en jours ou (...)
  • 111 (S)Ensuyuent ieux // p[e]tiz des eschectz // Composez nou = // uellement. Pour recreer tous nobles (...)

74Les pièces divulguant des savoirs pratiques et techniques liés à la vie quotidienne contribuent également à la moralisation de leur public : bien qu’elles apparaissent d’emblée comme strictement utilitaires, à l’instar des brochures délivrant des leçons d’escamotage ou des traités de jardinage, des notations internes spécifient qu’il s’agit de les manipuler afin de passer le temps honorablement, notamment lors des périodes chômées110, et d’éviter l’oisiveté. Ainsi une brochure sur le jeu d’échecs vise à « recreer tous nobles cueurs et pour eviter oysiveté à ceulx qui ont voulenté, desir et affection de le scavoir et apprendre111 ».

  • 112 Jacqueline Cerquiglini-Toulet, « Le loisir et le concept de “récréation” à la fin du Moyen Âge », (...)
  • 113 Comme le Mesnagier et les pièces gothiques, le Livre du chevalier de La Tour Landry de Geoffroi de (...)

75Au-delà de cette dimension moralisante, qui correspond à la fois à une préoccupation morale et courtoise et au topos de la justification littéraire112, ces pièces participent à la formation sociale de leurs récepteurs. Cette intention pédagogique est le plus souvent revendiquée. Comme pour les livrets à sujets religieux, les éditeurs ne manquent pas de préciser dans les titres l’utilité effective de ces pièces et le bénéfice que pourra en tirer le lecteur. Elles délivrent des savoirs en matière de jardinage, de gestion de la maisonnée et divertissements nécessaires pour tenir compagnie aux gens, ainsi que des considérations sur les maladies et des recettes domestiques (culinaires et sanitaires). Ces savoirs correspondent exactement aux exigences des pédagogues et des époux qui composent à l’intention des femmes, si ce n’est de leur femme, des traités didactiques. S’il fallait s’en convaincre, il suffirait de confronter les sujets traités par les pièces gothiques et ceux qu’aborde le Mesnagier de Paris par exemple, comme on peut le saisir dans le tableau ci-dessous (tabl. 16)113.

Sujets des savoir-faire

Les pièces gothiques

Mesnagier de Paris

Jardinage

La maniere de enter et planter en jardins : Pour « bien scavoir co[m]me[n]t l’en doit subtileme[n]t enter [et] planter et faire en jardins plusieurs choses bien estranges [et] tres plaisant en pratiqua[n]t la doctrine du livre de Pierre de Croissance [Crescense] » (Paris, BnF, Impr., Rés.S.711, fol. a2).

II, ii, 1-46 (p. 416-430) : « le second article est que au moins vous prenez vostre esbatement [plaisir] et vous saichier aucun peu congnoistre en curtilliage [horticulture] et jardinage, enter [greffer] en la saison et garder roses l’iver » (Prologue, v. 141-144, p. 30).

Recettes domestiques

Plusieurs belles nouveaultez joyeuses, prouffitables et honnestes Composez par Symon de Millan : recueil de « receptes » culinaires ou sanitaires à « faire en toute bonne compaignie », telles que la manière de faire cuire du poisson ou de se débarrasser des puces (Paris, BnF, Impr., Rés.Z.2758, fol. a1). Le livre difficile des Receptes : recueil de recettes culinaires, sanitaires et de leçons d’escamotage « bonnes et utiles » à ceux qui « desirent à faire leur prouffit et viure vertueusement » et « pour faire en toute bonne compaignie » (Paris, B. Mazarine, Inc. 1291 (2), fol. a1). La recepte pour prendre et faire mourir les pulces : recette contre les puces, insérée à la suite du Proces des femmes et des pulces (Paris, BnF, fonds Rothschild, V.4.102).

I, vii, 3 (p. 298-300) : Six recettes pour chasser les puces ;
I, viii, 5 (p. 300-302) : Huit recettes pour éloigner les mouches ;
II, iii, 9, 12-13 (p. 446, 450-452) : Énumération de recettes que doivent connaître les domestiques de la jeune épouse : « La Recepte de pouldre pour tuer les loups et regnars » (II, iii, v. 243-244), le remède contre « aucune tache d’uile ou autre gresse » (II, iii, v. 301).

Remèdes médicinaux

Receptes pour guerir de la peste : Remèdes pour guérir divers maux et maladies (mal des reins, coliques, peste, etc.).
Vertus des eaux et des herbes : Régime de santé énumérant une série de remède contre la goutte, les empoisonnements et diverses douleurs.

II, v. 297-311 (p. 760-768) :
« Buvrages » (beuvrages) et « potages pour les malades ».

Médecine équestre

Medicine pour les chevaux composée par le mareschal de Lozenne :
Recueil de remèdes « pour guerir tous chevaulx et bestes chevalines de quelque maladie que ce soit » (Paris, BnF, fonds Rothschild, IV. 3 (bis). 67, fol. a1).

II, iii, 32-39 (p. 471-472) :
énumération de remèdes équestres « pour gairir de rappe, crappe, et rongne et javart » (v. 629-631), de « malandre » (v. 640) et autres maux.

Jeux

Jeux des eschectz :
Recueil de vingt et une combinaisons du jeu d’échecs « pour recréer tous nobles cueurs et pour eviter oysiveté à ceulx qui ont voulenté, desir et affection de le scavoir et apprendre » (Paris, BnF, fonds Rothschild, IV. 4.76, fol. a1).

III, i (annoncé dans le prologue*, v. 163-165, p. 30-32) :
« Le premier article est tout de demandes d’esbatemens qui par le sort des dez, par rocs et par roys sont averées et respondues par estrange maniere. » Ce jeu « par rocs et par rois » pourrait être, selon Pichon, un tour d’échecs.

Arithmétiques

Petite introduction pour congnoistre à lire le chiffre :
imprimé à la suite d’un petit traité d’orthographe, ce court traité d’arithmétique enseigne les « choses necessaires à marchans changeurs et aultres gens de finances. Et que aulcuns n’entendent pas le latin et principallement les jeunes enfans » (Paris, BnF, fonds Rothschild, IV. 6.182, fol. d1).

III, i (annoncé dans le prologue*, v. 168-170, p. 32) :
« Le tier article est d’aucunes autres demandes qui regardent compte (calcul) et nombre et sont soubtiz à trouver ou à deviner. »

Conversation

L’art et science de bien parler et soit taire :
traité sur l’art de la conversation « tres utile à scavoir, et entendre à toute personne » qui veut savoir parler, mentir, dire vrai, parler sans pécher.

Prologue, v. 99-103, p. 26-28 :
« la troisième distinction est [traite] de jeux et esbatemens et aucunement plaisans pour avoir contenance et maniere de parler et tenir compaignie aux gens : et contient trois articles ».

  • 114 Les références au Mesnagier de Paris sont celles de l’édition de Georgina E. Brereton et Janet M. (...)

* Bien qu’annoncés dans le prologue, ces deux articles n’existent pas dans le corps du livre.
Tabl. 16. Table synoptique des sujets abordés par les pièces gothiques et le Mesnagier de Paris114

76Les brochures de formations et d’actions sociales désenclavent et vulgarisent ces savoirs utiles et pratiques en matière d’économie domestique, de diététique et de jeux, qui étaient jusqu’alors divulgués auprès d’un public relativement restreint.

Des médias de l’instruction morale à dessein réformateur ?

77Au-delà de leur utilité pratique ou de la « récréation » qu’elles procurent à leur public, ces pièces véhiculent des modèles et des contre-modèles de comportements et dictent des règles morales et sociales. En ce sens, elles constituent des vecteurs de normes. Ces normes, elles cherchent à les imposer à leurs lecteurs d’une manière soit explicite, soit implicite.

  • 115 Par exemple : « Nouveaux mariez, il vous fault // Savoir les loix de mariage // Et les garder sans (...)
  • 116 Par exemple : (S) Ingulier et proufitable exemple pour toutes femmes // mariees qui veulleut [sic] (...)
  • 117 Le purga // toire des mauuais Marys, auec // lenfer des mauuaises Fe[m]mes. Et // le purgatoire de (...)
  • 118 Ibid., fol c8.

78Les livrets de savoir-faire et de « policements des mœurs » (auxquels il faut ajouter la Patience de Grisilidis) incitent expressément leur public à agir, les uns sur le ton du prêche115 et les autres sur le mode du conseil116, tandis que les textes satiriques, facétieux et parodiques incitent leurs récepteurs à une amélioration morale par le procédé de la transgression négative. En stigmatisant les comportements immoraux, les pièces gothiques présentent les mœurs à suivre ; elles donnent à voir l’« exemple par le contre-modèle » sur divers thèmes : la vie conjugale, le travail et les occupations, les loisirs, la justice à l’école et les rapports sociaux. Par la parodie, le vocabulaire, le burlesque et le discours de la peur, ces comportements apparaissent aux lecteurs (ou auditeurs) comme transgressifs. De ces mêmes procédés dépend l’efficacité normative de ces contre-modèles. Prenons, par exemple, le Purgatoire des mauvais Maris, avec l’enfer des mauvaises femmes, qui transpose les peines infernales infligées aux pécheurs sur le thème de la vie conjugale117. À chaque chapitre est décrit un lieu du purgatoire propre à un exemple de mauvais mari ou de mauvaise femme, tels que le mari jaloux, le célibataire par peur d’être cocu, le mari violent, la femme volage, hypocrite ou celle, indiscrète, qui révèle les secrets de son époux. Chacun des prisonniers de l’enfer provisoire lance un appel au secours ou une lamentation à l’attention des vivants, avec la culpabilisation parfois appuyée qu’il comporte, en vue de « mo[n]strer […] les maulx [et] perilz q[ui] vie[n]ne[n]t po[ur] exercer les faitz [et] p[ro]pos d’où les peines so[n]t soustenues118 ». Les mots renvoyant à l’enfer et aux peines infernales, ainsi que la gravure représentant des diables, propres à provoquer chez le récepteur des réactions émotionnelles, concourent à moduler la position du lecteur (ou auditeur) et à infléchir ses comportements.

  • 119 Bartholomé Pozuelo, « Méthodologie pour l’analyse des satires formelles néo-latines », dans Rudolp (...)

79Cette présentation en négatif des mœurs à suivre est à même de susciter de nouvelles conduites, inscrites désormais dans la norme (chrétienne). Satiriques, ces textes diffusés par ces livrets ont pour objectifs certes de récréer leur public, mais aussi de provoquer une amélioration morale de leurs récepteurs et d’émettre des normes de comportement119.

80Enseignant des modèles de conduite et des manières de faire, les pièces gothiques invitent leurs lecteurs à observer des règles morales et sociales. Tantôt revendiquée, tantôt implicite, cette intention de formation pédagogique est toujours en accord avec l’ordre régnant et avec les valeurs officielles. Mais visent-elles pour autant une réforme subversive destinée à instaurer un nouvel ordre officiel enfin acceptable ? Si ces brochures constituent assurément des vecteurs de normes qui se révèlent conformes aux exigences des clercs, des Pères et des pédagogues, elles ne semblent pas s’inscrire pour autant dans une procédure de réformation des mœurs qui serait impulsée par les institutions officielles, conscientes des possibilités offertes par l’imprimé. Seuls l’identification des auteurs des textes mis en livret gothique (et de leur statut), ainsi que le dépouillement des comptes des municipalités, des confréries ou des autres commanditaires éventuels permettraient de vérifier une collaboration entre ces derniers et les éditeurs de ces livrets.

  • 120 Danielle Bohler (dir.), Le goût du lecteur à la fin du Moyen Âge, Paris, Le Léopard d’or, 2006.

81Ces éditions de littérature récréative et pratique semblent plutôt résulter d’une demande sociale. Le succès de cette littérature peut être mesuré à l’aune des éditions des pièces gothiques et des ouvrages plus volumineux abordant les mêmes sujets, en particulier les traités médicaux et les romans de chevalerie. Bien qu’il soit difficile de saisir le goût des lecteurs pour des périodes aussi anciennes120, le nombre des éditions et rééditions de ces textes tout au long du xvie siècle indique bien qu’il y avait là des attentes, des gens pour les lire. Si les pièces de théâtre imprimées s’adressaient de préférence à des praticiens, et celles d’arithmétique et d’orthographe à des « gens de finances », il apparaît que les livrets de remèdes pharmaceutiques ou de conseils diététiques étaient, quant à eux, proposés à un public étranger à la chose médicale mais soucieux de disposer de rudiments en matière d’hygiène et de santé. Cette littérature diététique connaissait déjà un essor avec les premières traductions vernaculaires dès le xiiie siècle, mais l’imprimerie et plus encore ces livrets bon marché, qui débitent de manière autonome les divers traités composant à l’ordinaire un livre médical, permettent une diffusion plus ample encore de ce savoir de diététique générale. Ainsi, les pièces gothiques désenclavent un savoir qui, avant l’imprimerie, n’était que du champ d’une culture d’un petit nombre.

  • 121 Sur les images de la femme à la fin du Moyen Âge et au xvie siècle, voir Françoise Borin, « Arrêt (...)

82Les gravures insérées dans ces livrets contribuent-elles à véhiculer les normes de comportement et les savoirs délivrés par les textes imprimés ? D’une manière générale, les images des brochures relevant de la littérature moralisante ne contribuent pas à la dimension pédagogique affichée par le texte édité. Alors que l’iconographie des xive et xve siècles, c’est-à-dire de l’époque de la composition de bien des substrats des pièces gothiques, rendait compte du rôle domestique de l’épouse (la femme paysanne apparaît vêtue du tablier, faisant la lessive, la cuisine, confectionnant le fromage, tondant les moutons et participant aux veillées, la quenouille à la main), la majorité des figures placées en page de titre des facéties ne participent pas à l’exposition d’un modèle féminin121. Les innombrables gravures représentant des personnages en train de dialoguer (bien souvent l’amant et l’amante), sinon une religieuse donnant une leçon à une jeune fille, fonctionnent comme un « protocole de lecture » (R. Chartier) qui annonce au public la nature du texte imprimé, voire le bénéfice à tirer de la lecture ou de l’audition de celui-ci. Ces images dénotent l’idée de joute verbale ou de transmission d’un message, d’un enseignement.

  • 122 Sur les illustrations des pièces imprimées de théâtre du xviie siècle, voir notamment Georges Fore (...)

83Si les gravures des farces et sotties mettent en scène le menu peuple, des femmes et des gens de métiers si souvent évoqués dans ce genre de pièces dramatiques (laboureur, marchand), elles ne se chargent pas des critiques acerbes formulées dans les textes au sujet des rapports sociaux et de la vie conjugale. Elles ne donnent pas à voir l’histoire racontée, ni la représentation théâtrale de la pièce, à la manière des illustrations des livrets de théâtre de la première moitié du xviie siècle122. Ce qu’elles montrent, ce sont des scènes de dialogue, parfois obtenues par la combinaison de plusieurs bois. Si, ponctuellement, le nombre de personnages représentés au titre correspond à celui des acteurs, ou encore si une image met l’accent sur une scène de la pièce de théâtre (une scène de bagarre, une scène courtoise), les gravures des farces et sotties entretiennent des relations très distendues avec le texte imprimé. Ces images présentes en grand nombre et disposées de manière particulière en fin d’ouvrage servaient-elles à éveiller l’appétit ou l’imagination du lecteur ? À l’encourager à lire le texte ? Le choix de ces figures relève-t-il d’une négligence du typographe ou d’une obsession à remplir les espaces vides au moyen d’images stéréotypées sans se préoccuper de leur relation avec le texte ? À moins que, derrière ce lien qui court entre le texte et les images dans les farces et sotties imprimées et que nous ne parvenons pas à comprendre, il y ait des allusions qui nous échappent. Il est vrai que les typographes avaient horreur du vide, mais ces gravures n’ont pas obligatoirement été choisies par hasard – je pense notamment aux scènes de femmes et d’enfants en train de tirailler des hommes, qui illustraient déjà les éditions du très misogyne Matheolus. C’est alors le réemploi qui charge ces images d’un discours antiféministe, un discours que le lecteur ne pouvait saisir, il est vrai, que s’il avait déjà vu ces mêmes figures dans cette autre littérature et s’il les reconnaissait.

84Cette contribution de l’image à la dimension satirique d’un texte est plus nette dans les quelques sermons et pronostications parodiques où les gravures traduisent littéralement la personnalité du principal protagoniste (un hareng pour saint Hareng, un oignon pour saint Oignon) ou donnent à voir un sot avec sa marotte.

85Certaines images condensent une démonstration ou une leçon. Elles semblent avoir pour mission de rendre intelligible et peut-être même mémorisable le texte. Les plus beaux exemples nous sont fournis par des livrets de savoir-faire. Pour apprendre à danser, des notations chorégraphiques traduisent visuellement, par des signes conventionnels, les descriptions des pas de danse. Pour chanter, des notations musicales donnent les tons vocaux des diverses règles de plain-chant. Pour mesurer la hauteur, la largeur ou la profondeur de « toutes choses visibles », des figures de géométrie et des représentations du savant en train de faire physiquement une démonstration illustrent et clarifient de manière schématique les leçons de géométrie exposées dans le texte. Pour jouer aux échecs, des diagrammes indiquant la disposition des pions et signalant leur mouvement par des lettres de couleur accompagnent page par page les vingt et une combinaisons décrites dans le livret (fig. 55). Étant donné la complexité de tous ces savoir-faire et de ces figures, de tels livrets s’adressaient initialement à une semi-élite lettrée et atteignaient plus largement la population en général, car il faut aussi tenir compte de la probabilité d’une lecture collective de ces textes à destination d’un public moins lettré.

86D’autres images, plutôt narratives, récapitulent un récit ou du moins un extrait de celui-ci. C’est le cas de quelques brefs romans bien illustrés et de livrets hagiographiques historiés (comme ceux de saint Mathurin), où les gravures assument un double rôle. D’une part, insérées dans le fil de l’histoire, elles aident plus ou moins parfaitement le lecteur à visualiser les diverses scènes narratives du récit. D’autre part, placées généralement en tête de chapitre au-dessous d’une rubrique qui leur sert de légende, elles rendent visible la structure du texte imprimé et rythment le déroulement de l’histoire en en soulignant les principales articulations.

*

87Ces brochures délivrant des messages religieux, moraux et techniques mettent à la portée de leurs lecteurs tout ce qui peut être utile à l’âme et au corps. Elles constituent des vecteurs de normes d’un genre nouveau : par leurs discours, elles se rattachent à la tradition médiévale tandis que, par leur matérialité, elles s’inscrivent pleinement dans la modernité.

Notes

1 Praedicatio est manifesta et publica instructio morum fidei informationi hominum deserviens, ex rationum semita et auctoritatum fonte proueniens. Alain de Lille, Ars praedicandi, col. 1, Patrologie latine, t. 210, 111 C : « la prédication est un enseignement tangible et public des mœurs et de la foi destiné à instruire les hommes, appuyé sur la raison et puisé aux sources de l’autorité ». Jean Longère, La prédication médiévale, Paris, Études augustiniennes, 1983.

2 Jean-Claude Schmitt, « Du bon usage du Credo », dans Id., Le corps, les rites, les rêves, le temps. Essais d’anthropologie médiévale, Paris, Gallimard, 2001, p. 97-126.

3 Nicole Lemaître, « L’éducation de la foi dans les paroisses du xvie siècle », dans L’encadrement religieux des fidèles au Moyen Âge et jusqu’au concile de Trente, t. 1, La paroisse, le clergé, la pastorale, la dévotion, Paris, Comité des travaux historiques et scientifiques, 1985, p. 429-440 (ici p. 435).

4 Jean Raguier, Statuta synodalia ciuitatis // [et] diocesis trecen[sis]. Impres // sa ex ordinatione reuere[n] di // In christo patris et domini d[omi]ni // Iacobi trecen[sis] episcopi, Troyes, Macé Panthoul, in-fol. goth., 63 ff.n.c., 4 ff.n.c., [1501], Paris, BSG, 4° D SUP 635 RES : les folios 3v-8v portent sur les péchés et la manière de se confesser et les pages 42v et suiv. sur les douze articles de la foi. Étienne de Ponchier, Decreta Sinodalia // Cum baculo curato[rum] Opus preciosissimum : sub paucis co[n]tine[n]s diuinas atq[ue] humanas leges ac doctrinas // in omnibus p[er] singula sacras scrutans ac indica[n]s scri // pturas : vt su[m] mu[m] rep[er] torium […], [Paris, Jean de Gourmont, pour] Jean Randin, [1515], [143] ff.n.c., in-4° goth. – Paris, BSG, C 4° 329, INV 388 FA : le contenu des fol. L53v-M3v correspond grosso modo aux pièces intitulées Confession générale telle celle qui est conservée à la BnF sous la cote Rés. D. 80199 (PGD-44d).

5 Marc Vénard (dir.), De la réforme à la Réformation (1450-1530), op. cit., p. 241 ; Hervé Martin, Le métier de prédicateur en France septentrionale à la fin du Moyen Âge (1350-1520), Paris, Cerf, 1988, p. 295 et 350.

6 Parmi les exigences les plus courantes des prédicateurs, on a la confession annuelle, la récitation du bénédicité au début de chaque repas et des grâces à la fin, ainsi que l’apprentissage des trois prières traditionnelles : « Secondement je dis que devons à l’Eglise le service spirituel, que chaque Chrétien est tenu d’accomplir. […] D’une part, les laïcs sont tenus de servir l’Eglise en quatre domaines : primo en prières, secundo en jeûnes, tertio en confession et quatro en communions. Si nous ne le faisons pas, nous enlevons une âme à Dieu. Primo ils sont donc tenus de servir l’Eglise dans leurs prières comme les enfants. Ceux-ci doivent savoir le Pater Noster, l’Ave Maria, le Credo petit et grand ; aussi les prêtres, le jour du baptême, disent-ils et recommandent-ils au parrain d’apprendre à son filleul le Pater Noster, l’Ave Maria et le Credo. […] De même, ils sont tenus de se confesser fréquemment pour le service spirituel, et les laïcs une fois l’an, et de recevoir le corps du Christ à Pâques ». Extrait du matériau rassemblé par le frère mineur Louis Peresi entre 1440-1480 (Clermont-Ferrand, BM, ms. 44, fol. 99 et 137, cité et traduit du latin par Hervé Martin, Le métier de prédicateur…, op. cit., p. 355-356).

7 ¶ Les dix belles et deuotes doctrines et // instructions pour paruenir a p[er]fectio[n] // nouuellement imprimees a Paris // pour Symo[n] Vostre librai = // re : demourant en la rue // neufue nostre dame // a lenseigne sainct // Iehan leua[n] = // geliste. // [Bois] // ¶ Du traictie premierent [sic], sensuit le Prologue // present, Paris, Simon Vostre, in-8° goth., 16 ff.n.c. – Paris, BnF, Impr., Rés.F.80047 ; Paris, BnF, Impr., Rés. C. 3293 (5) (PGD-65), fol. a1v.

8 ¶ Cy sensuyt la vie de // Monseigneur Sainct Albain roy de hongrie et martyr. // Nouuellement imprime a paris. V. c [ahiers]. // [Bois] // ¶ On les vend a Paris en la Rue neufue nostre Dame // a lenseigne Sainct Nicolas, Paris, Pierre Ratoire pour Pierre Sergent, in-4° goth., 20 ff.n.c., [vers 1545] – Paris, BnF, fonds Rothschild, IV. 6.54 (PGD-189), fol. a1v.

9 Belin, Antoine. Confession tres vtile et brefue, enseignant // tous penitens et penitentes a eulx confesser, [Lyon, Jean du Pré], in-4° goth., 10 ff.n.c., [post VIII 1491] – Paris, BnF, Impr., Rés p.Ye.220 (PGD-17), fol. a2.

10 Gerson, Jean. (L)Es commande = // mens de saincte // eglise et la confes // sion generale du iour de // pasques par les parois = // ses. Le petit traicte de maistre Iehan gerson qui aprent a // bien mourir. // [Bois] // On les vend a Paris en la rue neufue nostre dame a lensei = // gne de lescu de France, Paris, Vve Jean Trepperel et Jean Janot, in-4° goth., 12 ff.n.c., [1515] – Paris, BnF, Impr., Rés.D.80336 (1) (PGD-84b).

11 Confession ge // nerale Pour aprendre a examiner la // Conscience dung chascun fide // lle Chrestient, [s.l., s.n.], in-8° goth., 8 ff.n.c., [s.d.] – Chantilly, M. Condé, IV-D-088 (2) (PGD-44g).

12 Voir supra, chap. 7, p. 204 et suiv.

13 Jacques Berlioz, « « Quand dire, c’est faire dire ». Exempla et confession chez Étienne de Bourbon († v. 1261) », dans Faire croire. Modalités de la diffusion et de la réception des messages religieux du xiie au xve siècle, Rome, École française de Rome, 1981, p. 299-335.

14 Mary Carruthers, Le livre de la mémoire. Une étude de la mémoire dans la culture médiévale, Paris, Macula, 2002, p. 142-143.

15 Parmi les techniques médiévales de la mémoire, les diagrammes mnémotechniques qui décomposent le texte dans ses éléments perdurent à l’ère de l’imprimerie. Sur les images agentes insérées dans les livres imprimés, voir Lina Bolzoni, La chambre de la mémoire. Modèles littéraires et iconographiques à l’âge de l’imprimerie, Genève, Droz, 2005.

16 Le Vergier de Soulas est une collection sans texte de diagrammes dans le domaine de la piété, tels que l’arbre de la pénitence, l’arbre des vertus, l’arbre des vices, la roue des sept septenaires (Notre Père, les sacrements, les dons du Saint-Esprit, les pièces de l’armement spirituel, les œuvres de miséricorde, les vices et les vertus), ainsi que la tour de la Sagesse. Ces figures mettent en images des points doctrinaux mais apparaissent aussi comme des objets de réflexion dévotionnelle. Le Vergier de Soulas, fin du xiiie siècle, Paris, BnF, Ms. Fr. 9220, fol. 4, fol. 5v, fol. 6, fol. 11v et 12. Sur l’illustration du Vergier de Soulas, voir Jean-Claude Schmitt, « Les images classificatrices », BEC, 147, 1989, p. 311-341.

17 Au verso de l’arbre des vertus, on lit la rubrique suivante : « Cy est la signification de chascune vertu nommée en l’arbre precedent. […] et de chascune [vertu] viennent plusieurs autres vertus com[m]e l’arbre demonstre ». Le Compost et kalendrier des bergers, Paris, Guy Marchant, in-fol., 90 ff.n.c., 18 avril 1493, fol. g7v [fac-similé dans Calendrier des bergers, Paris, PUF, 2008].

18 Sur la position traditionnelle de l’Église concernant les images, voir notamment Olivier Boulnois, Au-delà de l’image. Une archéologie du visuel au Moyen Âge ( ve-xvie siècle), Paris, Seuil, 2008.

19 Dans un sermon publié en 1492, le dominicain Fra Michele da Carcano explique ce rôle mémoriel des images religieuses, introduites pour suppléer la mémoire auditive qui fait défaut à certains fidèles. Michael Baxandall, Painting and Experience in Fifteenth Century Italy, op. cit., p. 41.

20 Horloge de la passion nostre seigneur, co[n]tena[n]t // xxiiii. Heures : dispousant vng chascun a pitie // et deuotion et de la mort la meditacion, Paris, Guillaume Guerson de Villelongue, in-8° goth., 4 ff.n.c., [vers 1495-1500] – Chantilly, M. Condé, XII-B-060 (2) (PGD-93a) ; Sensuit lhorloge de la Passion de // nostre Seigneur Jesus Christ conte // nant vingt [et] quatre heures, auec plu // sieurs oraisons des saincts [et] sainctes, // nouuellement imprimees. Le tout // reueu, corrige et mis en fort belle or // dre mieux que auparauant, [Paris, Pierre Corbault], in-16 goth., 8 ff.n.c., [1596] – Paris, BnF, Arsenal, Rés. 8-T-7419 (1) (PGD-93b).

21 Pierre Gasnault, Albert Labarre (dir.), Le livre dans la vie quotidienne, Paris, BnF, 1975, p. 81.

22 Jacques Chiffoleau, « La religion flamboyante (v. 1320-1520) », art. cité, p. 117.

23 Cet effet de feedback, aussi difficile à saisir qu’il soit, n’est pas éliminé pour autant des pièces gothiques, dans la mesure où une image usée par ses emplois réitérés peut a contrario perdre sa propre signification. Tel avait été le cas de la Mater in sole : figure tout d’abord de l’Apocalypse, cette Vierge rayonnante debout sur un croissant de lune a été adoptée dès le xve siècle par les tenants de l’Immaculée conception (Sixten Ringbom, Les images de la dévotion [xiie-xve siècle], trad. par Alix Girod, Paris, Gérard Montfort, 1995, p. 66).

24 De telles mise en pages et complémentarité des codes iconographique et textuel perdurent dans des abécédaires imprimés au xixe siècle. Antoine Monaque, « L’illustration dans les abécédaires imprimés par les Deckherr à Porrentruy et Montbéliard (1810-1860) », dans Annie Charon-Parent, Isabelle Diu, Élisabeth Parinet (dir.), Textes imprimés et images ( xvie-xxe siècle), Paris/Genève, Droz, 2000, p. 151-167.

25 Daniel Arasse, « Entre dévotion et culture : fonctions de l’image religieuse au xve siècle », dans Faire croire…, op. cit., p. 131-146.

26 « Oratio deuotissima SAnctissima maria mater dei benignissima Ora p[ro]nobis peccatoribus ac fidelibus deffunctis. Ame[n]. Pape sixte .iii. de ce nom a co[m]posé ceste oraison. Et donne à to[us] ceulx et celles q[ui] la diront devottement deva[n]t l’ymaige de nostre dame de Lorette .xi.mille ans de vray pardon ». (L) A chappelle // de nostre dame de Lorette. A = // uec plusieurs miracles. // [Bois] // ¶ On les vend en la rue neuf = // ue nostre dame a le[n]seigne de // sainct Iehan baptiste, Paris, Jean Janot, in-8° goth., 8 ff.n.c. – Séville, BC, 15.2.14 (8) (PGD-23), fol. a3.

27 Maurice Daumas, Images et sociétés dans l’Europe moderne (15e-18e siècle), Paris, Armand Colin, 2000, p. 67.

28 Tresdeuote meditation de la // tresdouloureuse et amere passion de nostre be = // noist sauueur [et] rede[m]pteur Iesuchrist q[ui] la souf // fferte pour nous poures pecheurs en souffra[n] // mort en larbre de la croix, et respanda[n]t son pre // cieux sang. Et auec ce les rigles et enseigne = // me[n]s que vng chascu[n] bon [et] loyal chrestien doit // scauoir po[ur] icelle p[re]mediter [et] po[ur] son salut faire, Paris par Jean du Pré [à Paris] pour Jaspart Bernard [à Armentières], in-8° goth., 20 ff.n.c., [s.d.] – Paris, BnF, Impr., Rés.D.65774 (2) (PGD-118a), fol. a2v.

29 Dominique Rigaux, Le Christ du dimanche. Histoire d’une image médiévale, Paris, L’Harmattan, 2005, p. 45.

30 Sur les arma Christi, voir Rudolf Berliner, « Arma Christi », Münchner Jahrbuch der Bildenden Kunst, 6, 1955, p. 35-152 ; Robert Suckale, « Arma Christi. Überlegungen zur Zeichenhaftigkeit mittelalterlicher Andachtsbilder », Städel-Jahrbuch, 6, 1977, p. 177-208 ; ainsi que la synthèse de Charles Rohault de Fleury, Mémoire sur les instruments de la Passion de Notre Seigneur Jésus Christ, Paris, 1870.

31 ¶ La vie de ma Dame Saincte Margue = // rite : Vierge : [et] martyre, Auec // son Antienne : Verset, Res = // pons [et] Oraison // [Bois] // A ROVEN. // ¶ Chez Richard Aubert, libraire tenant // sa bouticque en la grand rue du gros/Horloge deuant la Cignongne, Rouen, Richard Aubert, in-8° goth., 8 ff.n.c., [vers 1577-1585] – Paris, BnF, Impr., Rés p.Ye.372 (PGD-214s), fol. a8v.

32 David S. Areford, The Viewer and the Printed Image…, op. cit., chap. 5, « Printing the Side Wound of Christ » ; Jean Wirth, L’image médiévale. Naissance et développements ( vie-xve siècle), Paris, Méridiens Klincksieck, 1989, p. 330.

33 Ce même pouvoir de protection est stipulé dans l’image xylographique conservée à Washington, qui affiche deux banderoles : l’une promet sept années d’indulgences et l’autre une protection contre la mort subite et le malheur. Cette image a été reproduite par David S. Areford, The Viewer and the Printed Image…, op. cit., p. 231.

34 Hans Belting, Image et culte…, op. cit., p. 555.

35 Les dominicaines de Saint-Nicolas-aux-Ondes de Strasbourg réalisaient des images de saints qu’elles vénéraient. Thomas Lentes a observé que, par ces images, les dominicaines ont tenté de résister aux autorités séculières et ecclésiastiques de la ville de Strasbourg, qui s’efforçaient de mettre fin aux derniers bastions du catholicisme dans cette région. Attaquées et isolées par les évêques et pasteurs luthériens entre 1576 et 1592, elles ont cherché à sauvegarder leur état de moniales, auquel elles étaient fortement attachées. Pour lutter contre ces réformateurs, elles faisaient des dons. Sur les 1 676 dons enregistrés dans leur Liber benefactorum, la grande majorité (plus de 1 000) sont des images religieuses, en particulier ces figures des saints dont la Réforme catholique répandait justement le culte. Thomas Lentes, « Mit Bildgeschenken gegen die Reformation. Das Geschenkbuch der Dominikanerinnen von St. Nikolaus in undis aus Straßbourg (1576-1592). Ein Editionsbericht », dans Jean-Claude Schmitt (dir.), Femmes, art et religion au Moyen Âge, Strasbourg/Colmar, Presses universitaires de Strasbourg/Musée d’Unterlinden, 2004, p. 19-33.

36 Comme les enluminures, les sculptures et les peintures murales, la gravure se gratte, se découpe, s’ingère comme médicament. Ces réactions face aux images viennent, selon David Freedberg, de la croyance de l’homme au « pouvoir » des images, une croyance qui dépendrait également de l’environnement culturel de l’individu si l’on suit l’approche culturaliste de Jack Goody au sujet des représentations de la peur. Sur la destruction des images, voir Gil Bartholeyns, Pierre-Olivier Dittmar, Vincent Jolivet, « Des raisons de détruire une image », Images re-vues. Histoire, anthropologie, histoire de l’art [en ligne], 2, 2006, document 1, mis en ligne le 1er janvier 2006 (http://imagerevues.revues.org/248).

37 Id., Image et transgression au Moyen Âge, Paris, PUF, 2008, p. 129 et suiv.

38 « Les Religieuses de la vierge Marie du refformé Monastere de la Nonciade de Fargues, en la Ville D’Alby […] l’ont fait Imprimer » (fol. a3v). [Vie de Sainte Febronie], Toulouse, [Jacques (I) Colomies], in-4° goth., 18 [19] ff.n.c., [vers 1529] – Paris, BnF, Impr., Rés.H.657 (PGD-204).

39 Cette démarche pédagogique s’inscrit dans l’entreprise menée par des hommes d’Église à la fin du xve siècle et au début du xvie siècle, qui souhaitaient consolider les connaissances des reclus et recluses, au premier rang desquels on trouve les Célestins et les Frontevristes. Geneviève Hasenohr, « Aspects de la littérature spirituelle en langue française (1480-1520) », Revue d’histoire de l’Église de France, 77, janvier-juin 1991, p. 29-45.

40 Cette collaboration nous est rapportée par le colophon : « Ce present traité ont fait imprimer deux vevenerables [sic] docteurs d[e] la faculté de theologie à Paris Maistre Thomas Varnet curé de sai[n]ct Nicolas des Champs [et] maistre Nouel Beda principal du tres reiglé college de mont Esgu. // Jehan Trepperel » (fol. 4). La doctrine [et] instructi // on necessaire aux chrestiens et chrestiennes. // [Bois] // Au nom du pere [et] du sainct esprit // Amen. Sensuit le liure de Iesus Et premiere // ment la saincte oraison quil a faicte, Paris, Jean Trepperel, in-8° goth., 4 ff.n.c., [vers 1510] – Paris, BnF, Impr., D. 54034 (PGD-64a).

41 Dominique Coq, « Les incunables : textes anciens, textes nouveaux », art. cité, p. 177-194.

42 Instruction des curez, Nantes, J. Baudouin, in-4° goth., 96 ff., [1518] – Paris, BSG, 4 BB 239 INV 462 RES.

43 Jean Columbi fut le pénitencier du pape à Avignon, recteur du comtat en 1511 et évêque titulaire de Troyes.

44 Faut-il identifier cet « Anthoine Farin » au bien connu Antoine Farinier dont Michel Menot souligne la « célébrité » dans l’un de ses sermons ? « Vous avez bonne mémoire de ces saints hommes, les frères Antoine Farinier, Tisserant, Jean Bourgeois et tant d’autres qui vous ont enseigné la façon dont vous pourriez échapper à la disgrâce de Dieu ». Sermon cité par Hervé Martin dans son Métier de prédicateur…, op. cit., p. 196.

45 Jean Tisserant, devenu le confesseur d’Anne de Bretagne, fut bachelier en théologie. Il a prêché le carême à Mâcon en 1476 et aurait prêché à Tours. Il s’est particulièrement illustré en convertissant les filles de joie à Paris. Sur Jean Tisserant, voir Hervé Martin, ibid., p. 182 (n. 115) et 196.

46 Jean Gerson apparaît comme la figure de proue des professionnels de la Parole.

47 Pierre d’Ailly (1351-1420) eut à cœur d’enseigner les fidèles, avec près de vingt-trois sermons recensés par son biographe, Louis Salembier.

48 Licencié en théologie en 1492, puis maître de Guillaume Briçonnet au Collège de Navarre, Louis Pinelle fut chancelier de Notre-Dame de Paris, avant d’être élu évêque de Meaux de 1511 à 1515. Sur Louis Pinelle, voir Hervé Martin, ibid., p. 134 (n. 8).

49 Docteur en théologie en 1472, chanoine et pénitencier de Paris, Jean Quentin († 1503) est l’auteur de recueils de sermons et de traités de dévotion. Avec François de Paule et Jean Standonck, il appartient au parti dévot qui gravite autour de Charles VIII et pousse activement à une Réforme de l’institution ecclésiale. Sur Jean Quentin, voir Hervé Martin, ibid., p. 137 (n. 19) et 138.

50 Dans la Catalogne du xviie siècle, des goigs en langue catalane chantées devant les reliques du saint patron d’une église paroissiale ou dans la chapelle de pèlerinage lors de sa fête sont souvent imprimées par des évêques de Catalogne avec autorisation ecclésiastique. Ces éditions, financées grâce aux aumônes, participent à la normalisation du culte des saints voulue par l’Église. Sur les recueils de prières en catalan, voir Dominique de Courcelles, L’écriture dans la pensée de la mort en Catalogne…, op. cit.

51 De nombreux prodiges ont été consignés dans des livres de raison au xvie siècle. Si ces notations demeurent ponctuelles dans la Chronique d’Anjou et du Maine de Jean Bourdigné et plus encore dans le Journal du Bourgeois de Paris sous le règne de François Ier, les prodiges et accidents climatiques constituent l’essentiel du journal de Benoît Maillard, docteur en décret et grand prieur de l’abbaye de Savigny en Lyonnais.

52 LA terrible [et] espoue[n]table comete la[que]lle apparut le. xi. Doctobre // lan. M.ccccc.xxvii. en Vvestrie region Dalemaigne. // ¶ Ite[m] le merueilleux brando[n] de feu q[ui] quasi trauersa toute la Fra[n]ce et // terrible bruit q[ui]l fist en passa[n]t dess[us] Lyo[n] le .v. dauril M.ccccc.xxviii. // ¶ Ite[m] la pluye de pierres laquelle se fist es parties Dytalie le mesme // iour [et] heure q[ue] le dessusd[it] bra[n]do[n] de feu veu passer par dessus Lyo[n], [Lyon, Pierre de Sainte-Lucie], in-4° goth., 4 ff.n.c., [post 5 IV 1528] Paris, BENSBA, fonds Masson, no 682 (PGA-218a), fol. a4v.

53 Jehan de Bourdigné, Chroniques d’Anjou et du Maine, éd. par le comte de Quaterbarbes, Angers, 1842, L. II, p. 301 (réédition annotée de l’Hystoire aggregative des annalles et cronicques d’Anjou, Angers, Charles de Boigne et Clément Alexandre, 1529). Sur le monstre de Ravenne, voir l’article d’Edmond Cros qui voit dans ce prodige de 1512 une figure diabolique qui s’articule avec le mythe de l’homme enceint étudié par Roberto Zapperi : Edmond Cros, « De la confusion et de la distinction des sexes : à propos du monstre de Ravenne », Bulletin hispanique, 92/1, 1990, p. 207-212.

54 Les nou = // uelles [et] merueilleux signes aduenuz au // Royaulme de Naples, de trois soleil [sic] // qui ce sont apparuz enuiron .ix. heu // res du matin. Et aussi une femme // agee de .iiii.xx. [et] xiiii. ans, laquelle // a eu enfant. Aussi une ieune fille de // lage de sept ans, laquelle gecte eaue // claire par ses mamelles, [Paris, Guillaume de Bossozel], in-8° goth., 4 ff.n.c., [vers 1531] – Paris, BnF, Arsenal, 8-H-6064 (4) (PGA-285), fol. 2.

55 LA terrible [et] espoue[n]table comete la [que]lle apparut le .xi. Doctobre // lan. M.ccccc.xxvii. en Vvestrie region Dalemaigne. // ¶ Ite[m] le merueilleux brando[n] de feu q[ui] quasi trauersa toute la Fra[n]ce et // terrible bruit q[ui]l fist en passa[n]t dess[us] Lyo[n] le .v. dauril M.ccccc.xxviii. // ¶ Ite[m] la pluye de pierres laquelle se fist es parties Dytalie le mesme // iour [et] heure q[ue] le dessusd[it] bra[n]do[n] de feu veu passer par dessus Lyo[n], [Lyon, Pierre de Sainte-Lucie], in-4° goth., 4 ff.n.c., [post 5 IV 1528] – Paris, BENSBA, fonds Masson, no 682 (PGA-218a), fol. a4v.

56 La terrible et // Merueilleux signe qui a este veu sur la // ville de Paris, auecque vent grand // clarte [et] lumiere, tempeste [et] fouldre, et // aultre signe, lesquez ont este veu p[ar] plu // sieurs lieux. Et principallement en la ville de Paris, [et] a este veu p[ar] plusieurs // gens : [et] estoit sur leure de dix heure de = // uant minuict, [et] fust le .xxi. iour de Ia[n] = // uier. Mil cinq cens [et] trente, [Paris, Alain Lotrian], in-8° goth., 4 ff.n.c., [post 21 I 1532 n.s.] – Paris, BnF, Impr., Rés.Lk7.27224 (PGA-278a), fol. 2.

57 COPIE DVNE // Lettre venue de Naples contenant les terribles [et] mer = // ueilleux Signes [et] prodiges aduenuz au lieu // [et] Ville de Pozzol distant dudict // Naples de sept mille. // [Bois] // 1538 // Imprime a Lyon chez le Prince, Lyon, Pierre de Sainte-Lucie, in-4° goth. et rom., 4 ff.n.c., [post 5 X 1538] – Paris, BnF, Impr., Rés. K. 1314 (PGA-337), fol. a3v.

58 Les nou = // uelles [et] merueilleux signes aduenuz au // Royaulme de Naples, de trois soleil [sic] // qui ce sont apparuz enuiron .ix. heu // res du matin. Et aussi une femme // agee de .iiii. xx. [et] xiiii. ans, laquelle // a eu enfant. Aussi une ieune fille de // lage de sept ans, laquelle gecte eaue // claire par ses mamelles, [Paris, Guillaume de Bossozel], in-8° goth., 4 ff.n.c., [vers 1531] – Paris, BnF, Arsenal, 8-H-6064 (4) (PGA-285), fol. 2. Les récits de prodiges consignés dans les livres de raison fournissent également beaucoup d’exemples d’analogie : le monstre enfanté par une femme à Précigné en Anjou en 1500 était « de forme humaine » mais « velu comme un ours ». De même, la créature produite par une vache « en la ville de Fribourg en Allemaigne » en 1522 était « ung monstre ayant façon humaine, toutesfoys layde et difforme, portant forme de tonsure sur la teste large et blanche, la façon du corps et une queue comme d’ung pourceau, et de couleur comme enfumé, ayant la peau à l’entour du col redoublée comme la cuculle d’ung moyne ». Jehan de Bourdigné, Chroniques…, op. cit., p. 285 et 333-334.

59 Catherine Kerbrat-Orecchioni, L’énonciation. De la subjectivité dans le langage, Paris, Armand Colin/Masson, 1997, p. 71 et suiv. et 185 et suiv.

60 La terrible et // Merueilleux signe qui a este veu sur la // ville de Paris, auecque vent grand // clarte [et] lumiere, tempeste [et] fouldre, et // aultre signe, lesquez ont este veu p[ar] plu // sieurs lieux. Et principallement en la ville de Paris, [et] a este veu p[ar] plusieurs // gens : [et] estoit sur leure de dix heure de = // uant minuict, [et] fust le .xxi iour de Ia[n] = // uier. Mil cinq cens [et] trente, [Paris, Alain Lotrian], in-8° goth., 4 ff.n.c., [post 21 I 1532 n.s.] – Paris, BnF, Impr., Rés.Lk7.27224 (PGA-278a), fol. 1v.

61 LA terrible [et] espoue[n]table comete la[que]lle apparut le .xi. Doctobre // lan. M.ccccc.xxvii. en Vvestrie region Dalemaigne. // ¶ Ite[m] le merueilleux brando[n] de feu q[ui] quasi trauersa toute la Fra[n]ce et // terrible bruit q[ui]l fist en passa[n]t dess[us] Lyo[n] le .v. dauril M.ccccc.xxviii. // ¶ Ite[m] la pluye de pierres laquelle se fist es parties Dytalie le mesme // iour [et] heure q[ue] le dessusd[it] bra[n]do[n] de feu veu passer par dessus Lyo[n], [Lyon, Pierre de Sainte-Lucie], in-4° goth., 4 ff.n.c., [post 5 IV 1528] Paris, BENSBA, fonds Masson, no 682 (PGA-218a), fol. a1v.

62 Le gra[n]t Miracle // Dung enfant ne, Par la voulente de Dieu en la // ville de Norden, au pays de Frise, en Allemaigne // A la confusion de lheresie de Martin Leuther, [Paris, s.n.], in-8° goth., 4 ff.n.c., [1529] – on connaît ce livret (*PGA-243) par sa reproduction dans la « Bibliographie d’un amateur. Description et analyse de livres anciens rares et curieux », Bulletin du bibliophile, 8, mai-juin 1890, p. 201-208, citation p. 207.

63 Les nou = // uelles [et] merueilleux signes aduenuz au // Royaulme de Naples, de trois soleil [sic] // qui ce sont apparuz enuiron .ix. heu // res du matin. Et aussi une femme // agee de .iiii.xx. [et] xiiii. ans, laquelle // a eu enfant. Aussi une ieune fille de // lage de sept ans, laquelle gecte eaue // claire par ses mamelles, [Paris, Guillaume de Bossozel], in-8° goth., 4 ff.n.c., [vers 1531] – Paris, BnF, Arsenal, 8-H-6064 (4) (PGA-285), fol. 2.

64 LA terrible [et] espoue[n]table comete la[que]lle apparut le .xi. Doctobre // lan. M.ccccc.xxvii. en Vvestrie region Dalemaigne. // ¶ Ite[m] le merueilleux brando[n] de feu q[ui] quasi trauersa toute la Fra[n]ce et // terrible bruit q[ui]l fist en passa[n]t dess[us] Lyo[n] le .v. dauril M.ccccc.xxviii. // ¶ Ite[m] la pluye de pierres laquelle se fist es parties Dytalie le mesme // iour [et] heure q[ue] le dessusd[it] bra[n]do[n] de feu veu passer par dessus Lyo[n], [Lyon, Pierre de Sainte-Lucie], in-4° goth., 4 ff.n.c., [post 5 IV 1528] Paris, BENSBA, fonds Masson, no 682 (PGA-218a), fol. a4v.

65 Par exemple, Jehan de Bourdigné précise à propos d’une naissance monstrueuse l’avoir « ouy réciter à gens dignes de foy » (Chroniques…, op. cit., p. 285).

66 Les tristes nouuelles // de Rome, Aduenues le .viii. // iour Doctobre Lan // Mil.ccccc.xxx, [Lyon, Olivier Arnoullet], in-4° goth., 8 ff.n.c., [post 8 X 1530] – Paris, BnF, Impr., Rés. K. 1303 ; Aix-en-Provence, B. Méjanes, Rés. D. 36, 3 (PGA-261a), fol. a2.

67 La terrible et // Merueilleux signe qui a este veu sur la // ville de Paris, auecque vent grand // clarte [et] lumiere, tempeste [et] fouldre, et // aultre signe, lesquez ont este veu p[ar] plu // sieurs lieux. Et principallement en la // ville de Paris, [et] a este veu p[ar] plusieurs // gens : [et] estoit sur leure de dix heure de = // uant minuict, [et] fust le .xxi iour de Ia[n] = // uier. Mil cinq cens [et] trente, [Paris, Alain Lotrian], in-8° goth., 4 ff.n.c., [post 21 I 1532 n.s.] – Paris, BENSBA, fonds Masson, no 22 (PGA-278b), fol. 4.

68 Comme le récit de l’apparition du dragon dans le royaume de France, qui s’achève par cette exhortation : « prio[n]s à Dieu qui ne veuille pas punir le mo[n]de ainsi co[m]me il le desert, car ce fust vne chose plus estimable q[ue] on vit jamais » (ibid., fol. 2v). Le livret sur le tremblement de terre et d’autres phénomènes survenus dans la province de Jérusalem et à Chypre en 1546 conclut sur une même exhortation, celle de « prier à Dieu le tout puissant qu’il luy plaise nous preserver de telles infortunes, [et] apaiser son ire par le merite de la passion de son filz unicq. Amen ». VNG MERVEIL = // leusement grandt mouuement de terre, et merueilleux // signes [et] dommages, maintenant de brief ad = // uenues en la ville [et] toute la province // de Iherusalem…, Anvers, J. de Ghele, in-4° goth., 3 ff.n.c., 1546 – Paris, BnF, Arsenal, 8-H-17380 (PGA-392), fol. a3v.

69 Claude Lecouteux observe que, dans les langues romanes et germaniques, ces termes connotant le « merveilleux » signifient l’étonnement et l’émerveillement qui résultent de la perception de l’étrange. Claude Lecouteux, Au-delà du merveilleux. Essai sur les mentalités du Moyen Âge, Paris, Presses de l’université Paris-Sorbonne, 1998, p. 14.

70 Par exemple : « toutes lesquelles choses couroyent ensemble par l’air flamboyant et passant l’ung parmy l’autre avecques si grand horreur et frayeur que aucuns de ceulx qui veirent ladicte comete si espouventable en moururent de paour », LA terrible [et] espoue[n]table comete la[que]lle apparut le .xi. Doctobre // lan. M.ccccc.xxvii. en Vvestrie region Dalemaigne. // ¶ Ite[m] le merueilleux brando[n] de feu q[ui] quasi trauersa toute la Fra[n]ce et // terrible bruit q[ui] l fist en passa[n]t dess[us] Lyo[n] le .v. dauril M.ccccc.xxviii. // ¶ Ite[m] la pluye de pierres laquelle se fist es parties Dytalie le mesme // iour [et] heure q[ue] le dessusd[it] bra[n]do[n] de feu veu passer par dessus Lyo[n], [Lyon, Pierre de Sainte-Lucie], in-4° goth., 4 ff.n.c., [post 5 IV 1528] Paris, BENSBA, fonds Masson, no 682 (PGA-218a), fol. a1.

71 Les tristes nouuelles // de Rome, Aduenues le .viii. // iour Doctobre Lan // Mil.ccccc.xxx, [Lyon, Olivier Arnoullet], in-4° goth., 8 ff.n.c., [post 8 X 1530] – Paris, BnF, Impr., Rés.K.1303 ; Aix-en-Provence, B. Méjanes, Rés. D. 36, 3 (PGA-261a), fol. a2v.

72 Copie des lettres // du terrible Deluge // aduenu en la noble // Ville et cite de Ro[m]me // depuys le septiesme // iour Doctobre Mil. // cinq cens xxx., [s.l.], in-8° goth., 4 ff.n.c., [post 7 X 1530] – Paris, BnF, Rés. K. 1296 (PGA-260a), fol. a1v.

73 Meyer Schapiro, Words and Pictures. On the Literal and the Symbolic in the Illustration of a Text, La Haye/Paris, Mouton, 1973, p. 14.

74 Les nou = // uelles [et] merueilleux signes aduenuz au // Royaulme de Naples, de trois soleil [sic] // qui ce sont apparuz enuiron .ix. heu // res du matin. Et aussi une femme // agee de .iiii.xx. [et] xiiii. ans, laquelle // a eu enfant. Aussi une ieune fille de // lage de sept ans, laquelle gecte eaue // claire par ses mamelles, [Paris, Guillaume de Bossozel], in-8° goth., 4 ff.n.c., [vers 1531] – Paris, BnF, Arsenal, 8-H-6064 (4) (PGA-285), fol. 2.

75 LA terrible [et] espoue[n] table comete la[que]lle apparut le .xi. Doctobre // lan. M.ccccc.xxvii. en Vvestrie region Dalemaigne. // ¶ Ite[m] le merueilleux brando[n] de feu q[ui] quasi trauersa toute la Fra[n]ce et // terrible bruit q[ui]l fist en passa[n]t dess[us] Lyo[n] le .v. dauril M.ccccc.xxviii. // ¶ Ite[m] la pluye de pierres laquelle se fist es parties Dytalie le mesme // iour [et] heure q[ue] le dessusd[it] bra[n]do[n] de feu veu passer par dessus Lyo[n], [Lyon, Pierre de Sainte-Lucie], in-4° goth., 4 ff.n.c., [post 5 IV 1528] – Paris, BENSBA, fonds Masson, no 682 (PGA-218a), fol. a1v.

76 Au xiiie siècle, Guillaume Durant admet l’idée selon laquelle l’image émeut davantage que l’écriture. De la même manière, en 1492, le dominicain Fra Michele da Carcano explique que nos sentiments sont suscités par les choses vues plus que par les choses entendues.

77 Le journal d’un bourgeois de Paris…, op. cit., p. 81-82. Par le récit et la description que le Bourgeois fait du prodige, il est fondé de supposer qu’il a manipulé une traduction du livret allemand sorti en 1523 de l’atelier de Johannes Hau-Grunenberg, installé à Wittenberg. Cette Flugschrift contient deux figures gravées par Lucas Cranach représentant le « Bapstesels zu Rom » et le « Munchkalbs zu Freyerberg ».

78 Pétrarque, Rerum memorandum libri, éd. par Giuseppe Billanovich, Florence, G. S. Sansoni, 1943, 4.120, p. 270.

79 Sur la fonction mémorielle des récits de naissances monstrueuses, voir Lorraine Daston, Katharine Park, Wonders and the Order of Nature, 1150-1750, New York, Zone Books, 1998, p. 182.

80 Le journal d’un bourgeois de Paris…, op. cit.

81 Jack Goody, La peur des représentations. L’ambivalence à l’égard des images, du théâtre, de la fiction, des reliques et de la sexualité, Paris, La Découverte, 2003, chap. 1, « Représentations et contradictions cognitives », p. 13-47.

82 La terrible et // Merueilleux signe qui a este veu sur la // ville de Paris, auecque vent grand // clarte [et] lumiere, tempeste [et] fouldre, et // aultre signe, lesquez ont este veu p[ar] plu // sieurs lieux. Et principallement en la // ville de Paris, [et] a este veu p[ar] plusieurs // gens : [et] estoit sur leure de dix heure de = // uant minuict, [et] fust le. xxi iour de Ia[n] = // uier. Mil cinq cens [et] trente, [Paris, Alain Lotrian], in-8° goth., 4 ff.n.c., [post 21 I 1532 n.s.] – Paris, BENSBA, fonds Masson, no 22 (PGA-278b), fol. a2v.

83 LA terrible [et] espoue[n]table comete la[que]lle apparut le .xi. Doctobre // lan .M.ccccc.xxvii. en Vvestrie region Dalemaigne. // ¶ Ite[m] le merueilleux brando[n] de feu q[ui] quasi trauersa toute la Fra[n]ce et // terrible bruit q[ui]l fist en passa[n]t dess[us] Lyo[n] le .v. dauril M.ccccc.xxviii. // ¶ Ite[m] la pluye de pierres laquelle se fist es parties Dytalie le mesme // iour [et] heure q[ue] le dessusd[it] bra[n]do[n] de feu veu passer par dessus Lyo[n], [Lyon, Pierre de Sainte-Lucie], in-4° goth., 4 ff.n.c., [post 5 IV 1528] – Paris, BENSBA, fonds Masson, no 682 (PGA-218a), fol. a2v.

84 Le gra[n]t Miracle // Dung enfant ne, Par la voulente de Dieu en la // ville de Norden, au pays de Frise, en Allemaigne // A la confusion de lheresie de Martin Leuther, [Paris, s.n.], in-8° goth., 4 ff.n.c., [1529], citation p. 207.

85 La propagande protestante a abondamment exploité le canal de l’imprimé et de la gravure. Deux monstres, longuement commentés par Luther et Melanchton, ont tout particulièrement été diffusés : « l’âne-pape » pêché dans le Tibre en 1496 et le « veau-moine » né en Saxe en 1522. Pour une étude des Flugschriften comme moyens de propagande religieuse, voir en particulier Christiane Andersson, « Popular Imagery in German Reformation Broadsheets », art. cité, 1986, p. 120-150.

86 Même si ces angoisses relèvent de l’univers mental, le terme « imaginaire » est ici préféré à la notion psychanalytique d’« inconscient », sinon de « non-conscient ». Il me semble plus pertinent en effet de considérer ces peurs dans le cadre de l’étude globale des mentalités, c’est-à-dire comme l’expression des valeurs admises, des lieux communs et idées reçues (en l’occurrence par les chrétiens à l’aube du xvie siècle), plutôt que comme des sortes d’invariants transhistoriques de la nature humaine. Sur le concept d’« imaginaire » et l’histoire psychanalytique, voir Jacques Le Goff (dir.), La nouvelle histoire, Paris, CEPL, 1978, p. 249-269.

87 Jack Goody, La peur des représentations…, op. cit., p. 270.

88 Sur ces normes du contrôle de la femme au Moyen Âge, on lira en particulier Christiane Klapisch-Zuber (dir.), Histoire des femmes en Occident, t. 2, Le Moyen Âge, Paris, Perrin, 2002, ici p. 33-180.

89 Le Mesnagier de Paris, éd. par Georgina E. Brereton et Janet M. Ferrier, Paris, Le Livre de poche, 1994, p. 10.

90 « Ta convoitise te poussera vers ton mari et lui dominera sur toi » (Gen. 3, 16) ; « que les femmes le soient [soumises] à leur mari comme au Seigneur : en effet, le mari est chef de sa femme, comme le Christ est chef de l’Église […] ; or l’Église se soumet au Christ ; les femmes doivent donc, et de la même manière, se soumettre en tout à leurs maris » (épître aux Éphésiens, 5, 21-24).

91 Le Mesnagier de Paris consacre un chapitre à ce devoir d’obéissance des épouses (distinction I, article vi). Plusieurs exempla portent sur l’allégeance de la femme à son mari (I, vi, 25, 28, 33, 39-42, 48-60).

92 Le doctrinal // des filles Nou = // uelleme[n]t mariez, [Paris, Jean Trepperel], in-12 goth., 4 ff.n.c., [1510] – Paris, BnF, Impr., Rés. 8 Z DON. 594 (441) (PGL-123j), fol. a1v.

93 (L)A grande [et] mer = // ueilleuse patie[n]ce // de Grisilidis fille dung pouure homme ap = // pelle Ianicolle, du pays de Saluces, Lyon, Claude Nourry, in-4° goth., 12 ff.n.c., 1525 – Paris, BnF, Impr., Rés. Y2.528 ; Paris, BnF, Arsenal, Réserve 8-BL-21132 (PGD-143j), fol. a2.

94 (B) Igorgne qui me[n] = // ge tous les hommes qui // font le commandement de leurs femmes, [Lyon, s.n.], in-4° goth., 4 ff.n.c., [1535] – Paris, BnF, fonds Rothschild, IV. 4.107 (PGL-19a) ; (B) Igorne q[ui] man = // ge to[us] les ho[m]es // q[ui] font le co[m]ma[n]d // eme[n]t de leurs femmes, [Lyon, s.n.], in-4° goth., 4 ff.n.c. – [1535] – Paris, BnF, Impr., Rés.Ye.919 (PGL-19b).

95 Chicheface qui mange tou = // tes les bonnes femmes, [Lyon, s.n.], in-4° goth., 4 ff.n.c., [vers 1537] – Paris, BnF, fonds Rothschild, IV. 4.88 (PGL-35).

96 Le Doctrinal des filles nouvellement mariées et le Doctrinal des nouveaux mariés développent ce thème de l’économie domestique : « Nouuellement mariée prend couraige // D’entrenir saigement ton mesnaige // Traicter nourri varletz et serviteurs // Selon les biens que tu as sans oultraige // Homme ne vit sans quelque labouraige // Se vivre veulx force est que tu labeures // […] // Nouvellement mariée qui es saige // Quant ton mary viendra du labouraige // Recepvoir le doibs tres benignement // Luy apprester pain vin et potaige // Puisque tu as la charge du mesnaige // Et par ainsi sera de toy content », Paris, BnF, Impr., Rés 8.Z.DON.594 (441) (PGL-123j), fol. a2-v ; « Nouveaux mariez, il vous fault // Savoir les loix de mariage // Et les garder sans nul default // De fait, de dit et de courage // Pour mieulx entretenir mesnage // Et vivre sans noise et sans blasme // Il fault tant obeir que c’est rage // Et le premier an à sa femme // […] // Nouveaux mariez, une foys // Pour les mesnage entretenir // La maison de l’art et de poys // À tout le moins, devez garnir // Tout bailler, sans rien retenir // Le regime de la maison // À vostre femme, et luy fournir // Los necessitez de saison », Le doctrinal des nouueaulx mariez, Paris, Jean Trepperel, in-4° goth., 6 ff.n.c., [vers 1493], Paris, BnF, fonds Rothschild, IV. 4.121 (PGL-125c), fol. a2.

97 Le Doctrinal des filles nouvellement mariées recommande aux femmes d’être charitables : « Nouvellement mariée de tes biens // Donne pour Dieu tant que tu les as // Metz charité tousjours devant tes yeulx // En confortant les paovres mendiens // Des biens mondains donne quant ilz sont riens // Par ce sera ton ame mise aux cieulx », Paris, BnF, Impr., Rés 8.Z.DON. 594 (441) (PGL-123j), fol. a3v.

98 Le Doctrinal des filles nouvellement mariées et le Doctrinal des filles proscrivent l’oisiveté en ces termes : « Nouvellement mariée se tu scavoys // Aulcun mestier fais le comme tu doibs // Tu ne doibs point vivre en oysiveté // Ouvré souvent ung peu se tu me crois // Car gens oysifz viennent aulcuneffoys // Finablement en grant capitvité », ibid., fol. 1v-2 ; « Filles ne soyés point oyseuse // Et delaissés plaisance vaine // Car oysiveté l’oyseux maine // À perdicion langoureuse », Le doctrinal des // filles, Toulouse, Jean de Guerlins, in-8° goth., 4 ff.n.c., (s.d.) – Paris, BnF, Impr., Rés.Ye.1209 (PGL-123p), fol. 2v.

99 « Nouvellement mariée soys devote // Et dessus toy ne porte habitz ne cotte // Que ton estat ne puisse maintenir // À chiers habitz de premier ne te frotte // Doubte fortune que ses biens ne te hoste // Regarde la fin où tu pourras venir », Paris, BnF, Impr., Rés 8.Z.DON. 594 (441) (PGL-123j), fol. a3.

100 « Maintenant elle me demande // chaperon d’etrange fasson // Robe coté et oppellande // Bonne forure pelisson // Surceintz ceintures sans raison // Matines riches fermeaulx // Patenostres gans et aneaux // Bandons, rubans et oreilles // Pigne, mirouer […]. » (L)A complai[n]te de trop // tost marie. Nouuelleme[n]t imprime. // ¶ Trop tost marie, Bordeaux, Jean Guyart, in-8° goth., 4 ff.n.c., [1530-1533] – Paris, BnF, Impr., Rés.Ye.3011 (PGL-49c), fol. 2.

101 La satire de la femme est également fréquente dans les homélies élisabéthaines qui développent des points sur le mariage, l’adultère, le péril de l’oisiveté et l’excès d’ornements vestimentaires. Marie-Thérèse Jones-Davies, « Les homélies élisabéthaines : du rappel de la mémoire à la recherche de l’oubli », dans Marie-Thérèse Jones-Davies (dir.), Les sermons au temps de la Renaissance, Paris, Klincksieck, 1999, p. 13-29 (ici p. 14).

102 Marie-Anne Polo de Beaulieu, Éducation, prédication et cultures au Moyen Âge. Essais sur Jean Gobi le Jeune († 1350), Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1999, p. 139-153 et 155-165. Au sujet des femmes, Jean Gobi le Jeune s’inscrit dans une longue tradition de dénonciation des soins de beauté que lui et d’autres prédicateurs associent à la condamnation de deux péchés capitaux, la luxure et l’orgueil.

103 Didier Lett, Famille et parenté dans l’Occident médiéval ( ve-xve siècle), Paris, Hachette supérieur, 2000, p. 169.

104 Étienne Pillet dit Brûlefer, Opuscula reverendi magistri fratris Stephani Brulefer, ordinis minorum, quorum numerus in fine omnium cuilibet patet, Paris, André Brocard pour Jean Petit, in-8° goth., 1500 – Paris, BnF, Impr., D. 80230 ; Le Mans, BM, RIA 041. Selon Brûlefer, les femmes doivent être dévouées à leur époux et garder le foyer (s. VIII, fol. b2v).

105 Jean de Clérée, Sermones quadragesimales, Paris, François Regnault, in-8° goth., 1524 – Paris, BnF, Impr., D. 15447, en particulier les chapitres intitulés « Feria secunda in quinquagesima, Sermo » et « Feria quinta post dominicam primam », où il précise la place de la femme dans la cellule familiale et insiste sur le dévouement qu’elle doit à son époux.

106 Le doctrinal des nouueaulx mariez, Paris, Jean Trepperel, in-4° goth., 6 ff.n.c, [vers 1493] – Paris, BnF, fonds Rothschild, IV. 4.121 (PGL-125c), fol. a3.

107 Le Mesnagier de Paris, I, iii, 101 (p. 112).

108 Dans ses Sermones quadragesimales (publiés à Paris en 1525), le frère prêcheur Jean Clérée rappelle pour les époux l’obligation d’engendrer, en définissant le mariage comme un remède à la fornication : Deus enim no[n] ordinavit fornicatione[m], sed in remedium ej[us] ordinavit matrimoniu[m] (« Dieu n’a pas ordonné la fornication, mais il a institué le mariage pour lui porter remède »), Paris, BnF, Impr., D. 15447, fol. a8v.

109 Il s’agit du sermon 31 du recueil de sermons de carême composés dans le troisième quart du xve siècle par Simon Cupersi (Bayeux, BM, ms 48, fol. 81-95). Sermon cité par Hervé Martin, Le métier de prédicateur…, op. cit., p. 399-400.

110 « Tu as icy pour t’amuser Ce petit livret de receptes, Desquelles tu pourras user Soit en jours ouvriers, ou aux festes En batissant choses honnestes pour resjouyr ton noble cœur Et guarir tant piedz, mains, que testes Qui te sera fruit, [et] honneur. » LE // Iardin des Rece = // PTES […], Poitiers, Jacques Bouchet, in-8° rom. et goth., 20 ff.n.c., [vers 1540] – Poitiers, Médiathèque, DP 1692 ; Londres, BL, C. 31. b. 36 (PGM-31), fol. a2.

111 (S)Ensuyuent ieux // p[e]tiz des eschectz // Composez nou = // uellement. Pour recreer tous nobles cueurs // et pour euiter oysiuete a ceulx qui ont voulen // te, desir et affection de le scauoir et apprendre […], Paris, Jean Janot, in-4° goth., 12 ff.n.c., [vers 1521] – Paris, BnF, fonds Rothschild, IV. 4.76 (PGM-32), fol. a1.

112 Jacqueline Cerquiglini-Toulet, « Le loisir et le concept de “récréation” à la fin du Moyen Âge », dans Jean-Marie André, Jacqueline Dangel, Paul Demont (dir.), Les loisirs et l’héritage de la culture classique, Bruxelles, Latomus, 1996, p. 503-512.

113 Comme le Mesnagier et les pièces gothiques, le Livre du chevalier de La Tour Landry de Geoffroi de La Tour impose aux « femmes mariées et à marier » des valeurs et des codes de conduite. Toutefois, s’adressant à un public féminin d’appartenance sociale – plus – élevée, le Livre ne comporte pas ou peu d’indications concrètes sur la tenue de la maison et la cuisine qui sont, à l’inverse, légion dans le Mesnagier et les pièces gothiques. Le livre du chevalier de La Tour Landry pour l’enseignement de ses filles, éd. par Anatole de Montaiglon, Paris, P. Jannet, 1854. Sur ce traité didactique, voir Anne Marie de Gendt, L’art d’éduquer les nobles damoiselles. Le livre du Chevalier de La Tour Landry, Paris, Honoré Champion, 2003.

114 Les références au Mesnagier de Paris sont celles de l’édition de Georgina E. Brereton et Janet M. Ferrier (op. cit.).

115 Par exemple : « Nouveaux mariez, il vous fault // Savoir les loix de mariage // Et les garder sans nul default // […] Il fault tant obeir que c’est rage // […] À tout le moins, devez garnir // Tout bailler, sans rien retenir // Le regime de la maison // À vostre femme, et luy fournir // Les necessitez de saison. » Le doctrinal des nouueaulx mariez, Paris, Jean Trepperel, in-4° goth., 6 ff.n.c., [vers 1493], Paris, BnF, fonds Rothschild, IV.4.121 (PGL-125c), fol a2.

116 Par exemple : (S) Ingulier et proufitable exemple pour toutes femmes // mariees qui veulleut [sic] faire deuoir en mariage // enuers dieu et leurs marys et auoir louenge du mo[n] de // lystoire de dame grisilidis [sic] Iadis marquise de saluces, Lyon, [s.n.], in-2° goth., 12 ff.n.c., [post 1495] – Paris, BnF, Impr., Rés p.Y2.221.

117 Le purga // toire des mauuais Marys, auec // lenfer des mauuaises Fe[m]mes. Et // le purgatoire des ioueurs de Dez // et de Cartes, [et] de to[us] autres ieux, Paris, Guillaume Nyverd, in-16° goth., 24 ff.n.c., [vers 1530] – Paris, BnF, Impr., Y2.2714 (PGL-290b).

118 Ibid., fol c8.

119 Bartholomé Pozuelo, « Méthodologie pour l’analyse des satires formelles néo-latines », dans Rudolph De Smet (dir.), La satire humaniste, Bruxelles, Peeters Press, 1994, p. 19-48, ici p. 24-25.

120 Danielle Bohler (dir.), Le goût du lecteur à la fin du Moyen Âge, Paris, Le Léopard d’or, 2006.

121 Sur les images de la femme à la fin du Moyen Âge et au xvie siècle, voir Françoise Borin, « Arrêt sur image », dans Georges Duby et Michelle Perrot (dir.), Histoire des femmes en Occident, t. 3, xvie-xviiie siècle, Paris, Perrin, 2002, p. 235-296, ainsi que Chiara Frugoni, « La femme imaginée », dans Christiane Klapisch-Zuber (dir.), Histoire des femmes en Occident, op. cit., t. 2, p. 488-511.

122 Sur les illustrations des pièces imprimées de théâtre du xviie siècle, voir notamment Georges Forestier, « Du spectacle au texte : les pratiques d’impression du texte de théâtre au xviie siècle », dans Larry F. Norman, Philippe Desan, Richard Strier (dir.), Du spectateur au lecteur. Imprimer la scène aux xvie et xviie siècles, Paris/Fasano, Presses de l’université Paris-Sorbonne/Schena editore, 2002, p. 85-110 ; Michael Hawcroft, « Le théâtre français du xviie siècle et le livre illustré », dans ibid., p. 318-348.

Table des illustrations

Titre Fig. 60-61. Mise en pages du discours dans des livrets de catéchisme : pieds-de-mouche et rubriques
Légende Fig. 60. Confession de Jehan Gerson, Tours, BM, Rés. 2741 (4), fol. 2v
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/27225/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 301k
Légende Fig. 61. Confession générale, Paris, BnF, Impr., Rés.D.80199, fol. 7v
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/27225/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
Légende Fig. 62. Une petite figure d’angle à sujets religieux pour accompagner le marmottement des prières et oraisons. La Vie et Passion de sainte Marguerite, [vers 1583], Paris, BnF, fonds Rothschild, IV.3.109, fol. a12v (fig. : 60 × 43 mm)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/27225/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 366k
Légende Fig. 63. La plaie du Christ. La vie de Marguerite, [1577-1585], Paris, BnF, Impr., Rés.p.Ye.372, fol. a8v (fig. : 37 × 28 mm)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/27225/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 299k
Titre Fig. 64-65. Actions opérées sur des images agissantes : les yeux de Satan découpés ou retouchés à l’encre
Légende Fig. 64. Les commandements de Dieu et du diable, [1503], Paris, BnF, Impr., Rés.Ye.338, fol. 1
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/27225/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 395k
Légende Fig. 65. La vie de Sainct Mathurin de Larchant hystoriée, [1526], Paris, BnF, Arsenal, 4-BL-3902, fol. b2 (69 × 61 mm)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/27225/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 517k
Légende Fig. 65. Détail.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/27225/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Légende Tabl. 15. Répartition des pièces d’instruction religieuse et d’édification selon le statut social de leurs auteurs [n = 472]
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/27225/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Fig. 66. Dragon survolant une cité. La terrible et merveilleux signe, [1531], Paris, BENSBA, fonds Masson, no 22, fol. 1 (fig. : 44 × 50 mm)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/27225/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Légende Fig. 67. La main armée de Dieu lançant une pluie de poignards, d’épées et de têtes coupées, qui parent la chevelure de la comète. La terrible et espouventable comete, [1528], Londres, BL, g. 6697 (4), fol. a1 (fig. : 130 × 112 mm)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/27225/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 217k
Légende Fig. 68. Être difforme, sorte d’opisthodactyle, dont les pieds et la tête sont tournés dans le sens opposé. Le grant miracle d’ung enfant, [1529], Bulletin du bibliophile, 8, mai-juin 1890, p. 202
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/27225/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 177k
Légende Fig. 69. Schéma de l’apparition de trois soleils. Les nouvelles et merveilleux signes, [1531], Paris, BnF, Arsenal, 8-H-6064 (4), fol. 1 (fig. : 76 × 50 mm)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/27225/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Légende Fig. 70. La couleur au service de la force suggestive des images de prodiges, l’exemple de la comète « rouge comme sang ». La terrible et espouventable comete, [1528], Paris, BENSBA, fonds Masson, no 682, fol. a1 (fig. : 130 × 112 mm)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/27225/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M

© Éditions de la Sorbonne, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search