Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Publier la nouvelle

 | 
Marion Pouspin

Troisième partie. Les modalités de la transmission des textes des pièces gothiques. Mise en livret et « illustration » des textes

Conclusion de la troisième partie

Texte intégral

1Cette troisième partie sur le travail d’adaptation des substrats aux pièces gothiques et sur ses implications dans la transmission et la réception des textes a révélé des traits spécifiques à ces brochures par rapport aux autres types de livres. Leur spécificité fondamentale tient à la faible intervention opérée sur les ouvrages dont s’emparent les éditeurs-imprimeurs. Hormis les quelques réécritures visant à adapter les textes aux capacités de leurs nouveaux lecteurs (le « dérimage » et surtout la traduction en langue française), les matériaux qu’ils reprennent et reproduisent sont rarement transformés en profondeur. Toutefois, la mise en livret gothique implique une conversion typographique qui pare ces œuvres d’éléments paratextuels verbaux et non verbaux. Aussi limitée qu’elle soit par rapport aux autres productions imprimées (romans par exemple), cette conversion intervient dans la réception des textes. Les signes typographiques et les rubriques manifestent l’ordre du discours. Les titres et les intertitres préparent le lecteur (ou l’auditeur) à son appréhension du texte et orientent sa lecture (ou l’audition). Quant aux images gravées, elles orientent ou réorientent la compréhension du « message » délivré dans le livret. Certaines accompagnent également les actions sociales auxquelles le lecteur (ou l’auditeur) est invité (prière, moralisation de ses mœurs, etc.).

2La mise en livrets gothiques d’un texte permet sa circulation à une échelle inédite. Elle crée le premier partage d’une information (dans son sens le plus large de valeurs, de connaissances, de croyances et de normes) ainsi offerte à un vaste public grâce aux choix éditoriaux d’ordre matériel et linguistique qui président à l’édition de ces imprimés.

3Outre leur qualité vectorielle, les pièces gothiques jouent aussi un rôle de filtres culturels. Les matériaux que les éditeurs-imprimeurs reprennent sont sélectionnés, judicieusement choisis selon les goûts, les attentes et les compétences de la clientèle qu’ils cherchent à atteindre. Ils publient sous cette forme éditoriale bon marché des œuvres médiévales à succès dont un large public était encore friand, parfois en en débitant des chapitres de manière autonome. Les rééditions de ces veines sûres sont vite rejointes par des textes d’une brûlante actualité et par des compositions littéraires et religieuses nouvelles qui pérennisent des genres et des thèmes répandus au Moyen Âge. Rééditant régulièrement ces mêmes textes avant que certains d’entre eux passent dans le répertoire de la « Bibliothèque bleue », ces brochures apparaissent comme des vecteurs de longue durée.

© Éditions de la Sorbonne, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540