Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Publier la nouvelle

 | 
Marion Pouspin

Troisième partie. Les modalités de la transmission des textes des pièces gothiques. Mise en livret et « illustration » des textes

Chapitre 10. Du texte à la pièce gothique : mise en livret, réédition et circulation des textes

Texte intégral

  • 1 Ezio Ornato a bien montré le bouleversement que le passage à l’imprimerie a induit dans les conditi (...)

1Entre éditions nouvelles, pseudo-nouveautés et rééditions avec toutes les variations possibles (reproduction textuelle, mimétisme matériel, réédition augmentée ou au contraire fractionnée), les pièces gothiques constituent un bon éclairage sur la manière dont les éditeurs adaptent leurs activités au monde du livre imprimé, dans ce monde où la publication en continu s’impose aux ateliers comme une nécessité pour rentabiliser le poids de l’investissement et où les éditeurs doivent sans cesse réorienter leur production. En période de prospérité où les livres se vendent mieux, ils doivent produire davantage, tandis que pour faire face aux phénomènes de saturation du marché, ils doivent proposer de nouveaux produits (ou du moins des produits présentés comme nouveaux), voire modifier l’orientation de leurs activités. Dans un tel contexte, la pièce gothique apparaît comme un produit rentable et bien adapté aux évolutions du marché du livre. La faible épaisseur des livrets permet d’économiser sur ce poste de dépense qu’est le papier et de maximiser les gains. Le capital investi étant beaucoup plus modeste que les frais imposés par les très gros ouvrages, la brochure permet également l’audace de proposer des textes nouveaux sans trop courir le risque, réel, que représente une telle démarche1.

2Lorsqu’on examine l’évolution de la production des pièces gothiques et les classes des textes publiés sous cette formule éditoriale, on est frappé par le poids des rééditions, en particulier pour les textes religieux, didactiques ou techniques qui ne s’inscrivent pas dans un contexte spécifique de publication, mais aussi par l’importance des textes d’un autre âge dont les éditeurs s’emparent. Beaucoup de ces petits cahiers gothiques mettent à la portée d’une très large clientèle des textes à usage religieux et séculier qui ne circulaient auparavant que dans le monde étroit des lettrés fortunés. Dans quelle mesure la mise en livret gothique transforme-t-elle les ouvrages que les éditeurs-imprimeurs reprennent ? En quoi ces modifications sont-elles révélatrices des intentions éditoriales ? En étudiant l’histoire de l’édition de ces textes, on peut identifier les modifications qui s’opèrent sur les textes d’une (ré)impression à l’autre et les significations dont elles sont investies.

  • 2 En ouvrant l’histoire du livre aux champs des pratiques culturelles et de la « bibliographie matéri (...)

3Nourri des nouvelles perspectives méthodologiques que des historiens et des spécialistes de la littérature ont tracées depuis une vingtaine d’années2, ce chapitre s’attache à identifier les modalités de l’intervention éditoriale sur les substrats que les éditeurs-imprimeurs reprennent et publient sous forme de pièces gothiques, mais aussi le statut et la portée de cette intervention sur la forme des textes, leurs usages et les conditions de leur réception. Il s’agit également de réfléchir sur les nouvelles conditions de transfert et de circulation des textes sous l’emprise de ces brochures.

L’acte éditorial : l’opération de publication

Les conditions de passage du texte au livre(t)

4Comment passe-t-on du texte au livret gothique ? L’opération de mise en livre (t) d’un texte manuscrit ou déjà édité mais remis sous presse implique une transposition de la matière textuelle dans le registre typographique. En quoi cette transposition interfère-t-elle sur la forme du texte ? Le medium qu’est la pièce gothique induit-il une conversion singulière du texte ?

5Pour saisir l’adaptation des textes aux pièces gothiques, il convient de suivre dans la mesure du possible l’histoire d’un texte et de saisir ses variations d’un support à un autre (manuscrit, vélin, ouvrage plus volumineux, inséré dans un recueil, etc.). Ce qui est frappant avec ces brochures, c’est la transformation de la présentation matérielle du texte. La matière textuelle est remodelée, segmentée en pages et en lignes, mais aussi parée d’énoncés paratextuels (vedettes, adresses, rubriques) et d’un encodage typographique. L’organisation en paragraphes et l’ordonnance de sauts de lignes, d’alinéas et de pieds-de-mouche façonnent des unités d’écriture et de sens. En l’absence de copies ou d’épreuves, il est difficile de distinguer le dispositif du compositeur de ce qui relèverait plutôt du travail de l’auteur (ou du copiste). Néanmoins, au vu des remaniements et des variations dans la structure d’un texte entre ses diverses éditions imprimées, on est fondé à penser que la présentation matérielle relève largement du dispositif mis en œuvre par le compositeur au sein de son atelier.

  • 3 Ces quatre livrets sont : La prinse et la reduction de // Naples et autres plusieurs // fortes plac (...)
  • 4 La lettre du gentilhomme est conservée aux Archives nationales de Paris dans le carton X1A 9321 (pi (...)

6La confrontation des lettres de nouvelles insérées dans les brochures d’actualité avec les missives originales conservées dans les fonds d’archives et de bibliothèques apporte un éclairage important sur l’adaptation d’un texte au registre typographique. Par rapport à la présentation des lettres conservées aux Archives nationales, on remarque que les versions imprimées introduisent des alinéas et segmentent le texte initial en ordonnant de nouveaux paragraphes. Celles-ci repoussent souvent à la ligne des passages du texte qui commencent par les conjonctions « et », « pareillement », « au surplus », c’est-à-dire des expressions et des conjonctions signalant l’adjonction par l’auteur d’une nouvelle information – de la même manière que dans les relations festives, les compositeurs opèrent un saut de ligne à chaque item, autonomisant sur la page chaque corps du cortège et chacun des éléments du cérémonial. Le cas des lettres de Charles VIII rédigées les 9, 11, 12 et 14 février 1495 au sujet de la prise de Mont-Saint-Jean par l’armée française et de la lettre anonyme adressée au parlement de Paris sur la prise de Naples est tout à fait remarquable. Ces dernières ont été collationnées et reproduites dans quatre livrets différents provenant de trois ateliers typographiques3. En étudiant conjointement les originaux de ces lettres et leurs versions imprimées, on peut donc tout à la fois observer la manière dont s’opère la transposition typographique mais aussi ses variations d’une copie à l’autre4.

7Dans les quatre livrets d’actualité, les lettres sont imprimées les unes à la suite des autres, mais par divers procédés, les imprimeurs rythment le parcours oculaire de leurs lecteurs sur la page typographique et spatialisent chaque « nouvelle ». Deux tendances se dégagent : soit des rubriques sont insérées au centre de la page calibrée et introduisent chacune des lettres, soit la première ligne des missives se démarque par le type et le module de ses caractères. Ainsi, dans les livrets attribués au Parisien Pierre Le Caron, cinq intertitres annoncent une à une les lettres imprimées en précisant leur date de rédaction ou le sujet qu’elles abordent : « Et p[re]mier celles du .ix. jo[ur] de fevrier » (fol. 1v), « Autres lettres Datées de .xi. jour de Fevrier » (fol. 2), « Autres lettres du .xii. jour de Fevrier » (fol. 2v), « Autres lettres du .xiiii. jour de Fevrier » (fol. 3) et, enfin, « la prinse de Napples ». Les éditions de Baptiste Bourguet et de Jacques Le Forestier jouent plutôt sur la variation typographique : le début des missives est imprimé en gros module et en textualis alors que le corps du texte est en bâtardes parisiennes.

8La lettre anonyme qui parachève chacun de ces livrets témoigne de l’adaptation des matériaux, que les éditeurs-imprimeurs recyclent, au calibrage qu’ils avaient au préalable déterminé (annexe 4). Les éditions de Pierre Le Caron présentent une forte segmentation par rapport à l’original conservé aux Archives, comme si le compositeur désirait remplir de texte la page imprimée. À l’inverse, celles de B. Bourguet et de J. Le Forestier compriment plutôt le texte en supprimant la plupart des sauts de ligne.

  • 5 Cy co[m]mence le secret des secretz aristote, qui ensei // gne a cognoistre la co[m]plexion des ho[ (...)
  • 6 [Ps. Aristote], Sensuyt le secret // des secretz de aristote. pour congnoistre les // conditions de (...)

9Il se dégage de ces lignes que la mise en imprimé d’un texte relève d’un travail de conversion. Celui-ci répond à des conventions qui ne sont pas fixes, l’usage des procédés typographiques se révélant fort variable d’une édition à une autre. Les livrets publiés sous le titre Le secret des secrets sont tout particulièrement intéressants puisqu’ils montrent bien cette variation de la forme d’un texte au gré des rééditions et de la normalisation de l’espace visuel des pièces gothiques5. Les éditions incunables de ce texte se caractérisent par des pages aux caractères et aux lignes serrés et par l’absence de paragraphes. L’ordre du discours de ce « texte-fleuve » est toutefois rendu visible, dans certains exemplaires, par des pieds-de-mouche manuscrits rouges ou bleus, qui, bien que non accompagnés d’un retour à la ligne, séparent le texte en unités d’écriture. Cette forme textuelle a évolué au gré des rééditions : vers 1530, la page imprimée est un peu plus aérée, le texte est fragmenté en petits paragraphes, chacun étant introduit par un pied-de-mouche typographique. La présentation matérielle du texte est partiellement modifiée : la fin du texte, composée d’une série de comparaisons du type « l’homme est hardi comme le lion, preux comme le bœuf », est désormais disposée sous forme de liste6.

  • 7 Roger Laufer, « L’espace visuel du livre ancien », dans Roger Chartier, Henri-Jean Martin (dir.), L (...)

10D’une manière générale, les ouvrages que les éditeurs-imprimeurs reprennent ne sont pas modifiés en profondeur. C’est donc essentiellement par la conversion vers le registre typographique et par l’apparat éditorial que la pièce gothique s’émancipe du texte pris en modèle. Or cette transformation formelle du texte, qui s’opère lors de la mise en livret gothique, paraît peu profonde et insignifiante. Tout ce qui forme, selon Roger Laufer, l’espace visuel canonique du livre imprimé dès les années 1530 ne se retrouve pas dans les brochures gothiques7. Les informations paratextuelles sont réduites : les éditeurs se limitent à reprendre des substrats – somme toute, adaptés à la lisibilité et aux propriétés de leurs lecteurs – et à les publier sous cette forme éditoriale bon marché et rapidement fabriquée, et ce sans les organiser en chapitres, sans les parer de préliminaires (préfaces, avis aux lecteurs) ou de matières annexes (tables, index, errata).

11Néanmoins, cette modification de la forme du texte, aussi limitée qu’elle soit par rapport à ce que l’on observe dans les romans et les éditions en lettres romaines du xvie siècle et des siècles suivants, peut agir sur le mode d’interprétation et la manière de lire le texte. Les alinéas, les retours à la ligne, les sauts de ligne et les pieds-de-mouche rendent visible l’articulation du discours. Les titres annonciateurs préparent le lecteur (ou l’auditeur) à l’appréhension du texte qu’il s’apprête à lire (ou à entendre), en l’informant du sujet principal de ce texte, de sa nature (lettre, complainte, etc.) ou encore du cadre spatio-temporel de l’épisode relaté. Les rubriques, brèves et laconiques en comparaison de celles des romans, annoncent le thème général du texte qu’elles introduisent. Au moyen de procédés typographiques et de mise en pages (saut de ligne, emplacement centré, pied-de-mouche, changement de module, voire de type), ces intertitres s’inscrivent dans un lieu typographique différencié sur la page imprimée et manifestent l’ordre du discours.

Des possibilités plurielles de reproduction textuelle : avec ou sans mimétisme matériel

  • 8 Sur la fabrication des manuscrits, on consultera les travaux de Carla Bozzolo, Dominique Coq, Danie (...)
  • 9 Dès 1631 et jusqu’en 1641, la Gazette se compose de deux cahiers de quatre pages chacun (les Nouvel (...)
  • 10 Par exemple, dans le livret des funérailles du gouverneur de Normandie, la fin du texte parvient à (...)

12Lors de la publication d’un écrit manuscrit ou d’un texte déjà édité par un autre atelier, les éditeurs-imprimeurs respectent la correspondance mot à mot avec le modèle, sans que cela implique pour autant une correspondance graphème par graphème. L’orthographe et l’usage des signes abréviatifs varient fortement d’une édition à une autre. L’impression des pièces gothiques paraît ainsi obéir aux mêmes impératifs de copie que ceux du codex médiéval : comme les copistes du Moyen Âge, les imprimeurs-libraires gardent leur liberté par rapport à leur modèle tant sur le plan des dimensions du cadre d’écriture et du nombre de lignes à la page que sur le plan de la structure des cahiers et du module des lettres8. Contrairement à la Gazette dont la forme demeure relativement inchangée9, le support qu’est la pièce gothique n’impose aucune contrainte aux imprimeurs, que ce soit en matière de dimensions ou de nombre de feuilles, contrainte qui induirait quasi inéluctablement des déformations du texte, par condensation ou par excision. Seuls les choix de l’imprimeur et les contingences matérielles conditionnent l’acte de publication des brochures. Les compositeurs usent de multiples astuces pour faire coïncider la quantité du texte avec les dimensions de la page. Pour faire tenir le texte dans un nombre réduit de feuillets, ils le tassent en démultipliant les abréviations et les coupures de mots, en supprimant les lignes blanches et en réduisant le module des caractères typographiques10. À l’inverse, ils démultiplient la segmentation et étirent un texte très bref afin de remplir un opuscule de six ou huit feuillets.

  • 11 1. Le[n]tree de tres excel // lente princesse ma dame Marie Dan = // gleterre, [et] Royne de france (...)

13Les quatre éditions de la relation de l’entrée de Marie d’Angleterre à Paris en 1514 témoignent bien de ces moyens d’adaptation dans la composition typographique des textes11. Deux de ces éditions comportent six feuillets, les deux autres en ont respectivement quatre et huit. Toutes respectent la structure matérielle et la fragmentation du texte, en faisant un saut de ligne pour chaque élément du cérémonial décrit et introduit par item, mais le nombre de lignes à la page et le module des caractères typographiques changent en fonction de l’épaisseur du livret que l’atelier avait au préalable calibré.

  • 12 [Ps. Aristote], Sensuyt le secret // des secretz de aristote. pour congnoistre les // conditions de (...)

14Quelques imprimeurs font le choix de rééditer un texte en reproduisant pas à pas l’édition d’un confrère, si ce n’est l’une de leurs propres impressions. Ainsi, l’édition du Secret des secrets de Aristote publiée à l’enseigne du « Pellican » pour Enguilbert de Marnef peu après 1530 imite le module de l’écriture et le nombre de lignes à la page d’une impression parisienne attribuée à Alain Lotrian12. L’étirement des espaces blancs dans le texte et en fin de lignes révèle l’ambition de reproduire un texte tout en imitant la présentation matérielle de l’édition modèle (fig. 13 a-b). Même l’image en page de titre est copiée, à savoir le clerc dans son studium surmonté d’un phylactère non inscrit. Les quelques libertés prises par l’atelier du Pélican résident dans la formulation et la coupure du titre, l’adresse et les abréviations.

Fig. 13 a-b. Le folio 3 de deux éditions du Secret des secrets : exemples de reproduction textuelle accompagnée d’un mimétisme matériel
a. Le secret des secrets, [1528], Paris, BnF, fonds Rothschild, V. 4.83, fol. 3 ;
b. Le secret des secrets, [post 1530], Paris, BnF, Impr., Rés. Ye. 3015, fol. 3

  • 13 Avant l’opération de publication, il faut estimer « la longueur totale de la copie », déterminer le (...)

15La réimpression (reprint ou Nachdruck) permet de s’affranchir des nécessités de calibrage préalable à toute publication. Il s’agit d’éviter toute une série d’opérations compliquées de la composition qu’ont identifiées Dominique Coq et Ezio Ornato13. En épargnant ces calculs destinés à estimer la longueur totale de la copie et à déterminer le nombre de lignes par page et de feuillets par cahier, cette pratique présente l’intérêt de réduire le temps imparti à la composition, c’est-à-dire à l’assemblage des caractères typographiques dans les pages de plomb à imprimer. Dès lors, cela permet de proposer à moindre prix des copies de textes.

16Alors que les pièces gothiques se présentent aux imprimeurs-libraires comme des publications permettant une épargne de temps et de coût de production, moins d’une cinquantaine de reprints ont pu être identifiés dans le corpus. Quelle est la répartition géographique et la fréquence des reprints ? Cette pratique est-elle plus répandue dans un atelier ou un centre d’imprimerie particulier ? Les ateliers imitent-ils formellement des éditions émanant d’autres officines, voire d’autres villes d’imprimerie ? Dans leur ensemble, les quelques reprints repérés ne sont pas suffisamment bien renseignés quant à l’identité de l’atelier émetteur et à la date de leur publication pour être en mesure de dégager de véritables tendances dans l’usage des reprints. De plus, on ne peut généraliser ces exemples et déduire de ces cas épars des habitudes éditoriales, une propension de tel centre d’imprimerie ou de tel atelier à recourir au reprint ou au contraire à préférer la « réédition libre ». Une telle analyse devrait porter non pas sur une forme éditoriale spécifique mais sur l’ensemble de la production d’un atelier, les éditeurs-imprimeurs ne se bornant pas à publier ces petits textes en grand nombre et à bas prix.

  • 14 Comme la Destruction de Hierusalem que publie à Lyon Jacques Arnoullet vers 1495 et à nouveau vers (...)
  • 15 Par exemple, Guillaume Nyverd reproduit le texte d’une pièce d’actualité publiée par son père en 15 (...)
  • 16 À l’instar des deux livrets du Chevalier delibéré issus de la firme Trepperel-Le Noir-Lotrian-Janot (...)

17Doit-on s’étonner de la faible quantité de reprints dans le répertoire des pièces gothiques, dont beaucoup sont des reproductions textuelles sans mimétisme matériel ? À dire vrai, par comparaison aux livres d’Heures et aux romans, ces brochures ne sont pas des productions livresques dévoratrices de papier et d’encre. Elles sont, par essence, produites à moindre coût. De plus, la pratique du reprint a son lot de contraintes. Elle exige que la chasse, c’est-à-dire l’encombrement horizontal, et le corps des caractères typographiques soient assez proches de ceux de l’édition prise en modèle. C’est pourquoi les quelques réimpressions de cette sorte relevées dans le corpus des pièces gothiques s’observent essentiellement chez le même imprimeur14, sinon chez ses successeurs15, plus rarement chez un membre de son réseau commercial ou familial16, et dans une moindre mesure encore dans un atelier donné. Comment doit-on apprécier ce type de rééditions par un même imprimeur ? Ces rééditions peuvent être révélatrices du succès relatif rencontré par un texte, un succès inattendu que n’ont pas pu couvrir les premiers tirages. De telles rééditions sur une période courte traduisent aussi le rapport des ateliers avec l’évolution du marché du livre qui nécessite de disposer régulièrement des ouvrages à usage religieux et séculier à succès sans courir le risque de conserver des stocks.

  • 17 Le salue regina en francoys fait nou // uellement a Paris a la louange de la // glorieuse vierge ma (...)

18La fréquence des reprints varie selon l’éditeur-imprimeur qui procède à la réimpression. Le laps de temps entre l’édition d’un texte et sa réédition par le même imprimeur est plus réduit que lorsque celle-ci est effectuée par un autre atelier. Ainsi, entre 1500 et 1504, les associés Pierre Mareschal et Barnabé Chaussard publient avec le même calibrage cinq éditions des Contenances de la table. À Bordeaux, Jean Guyart propose en 1530 et 1537 deux réimpressions du livret intitulé Les gestes des Solliciteurs publié une première fois vers 1529. En revanche, entre le modèle et sa réimpression par un atelier différent, le délai est souvent plus long. Lorsque Nicole de La Barre reproduit le Salue Regina à partir de l’édition de Jean Trepperel, une dizaine d’années se sont écoulées. N. de La Barre respecte les paramètres de mise en pages, excepté dans les deux derniers feuillets où le nombre de lignes est modifié : il opère un rééquilibrage pour faire tenir la dernière ligne dans le bas du folio 5v et ainsi commencer un nouveau couplet dans le haut de la page suivante. Pour cela, il opte pour une avant-dernière page de 32 lignes et une dernière page de 31 lignes, là où l’édition modèle affichait respectivement 31 et 32 lignes17.

  • 18 Maistre Aliboru[m] qui de tout // se mesle auec le cry des monnoyes, [Paris, Michel Le Noir], in-4° (...)

19Un autre facteur intervient aussi dans la variation de la fréquence des reprints : l’imitation de la présentation matérielle accompagnée d’une reproduction des images gravées. Lorsqu’il s’agit véritablement d’imiter une édition, non seulement son formatage mais aussi les figures qu’elle contient, cela exige de copier les gravures, ce qui accroît inéluctablement le laps de temps entre l’édition modèle et sa réimpression. L’édition des dits de « maître Aliborum » par l’atelier Trepperel en constitue un cas exemplaire : cette édition s’inspire du livret de Michel Le Noir publié une dizaine d’années auparavant. Non seulement le cahier, la page et la ligne mais aussi l’image gravée en page de titre trouvent dans cette réédition leur reproduction exacte18.

  • 19 Par exemple, le livret imprimé à Rouen contenant la « déploration de France sur la mort de Clément (...)

20Au demeurant, aucun reprint d’une édition contemporaine par un autre atelier n’a pu être identifié parmi les pièces gothiques, y compris parmi les livrets d’actualité qui fournissent pourtant la majorité des rééditions accompagnées de mimétisme matériel. Les quelques brochures publiées jouxte un exemplaire émis par un autre centre d’imprimerie sont en fait de simples reproductions textuelles et non des rééditions formellement identiques19. À moins que ces éditions modèles aient tout simplement – et systématiquement ! – disparu sans laisser de trace, il est clair que cette technique de reproduction textuelle et matérielle apparaît davantage comme un moyen d’éviter les lourdes opérations de calibrage que comme un objet de politique éditoriale agressive au service d’une compétitivité économique. Pour se faire concurrence sur le même terrain d’activité, les ateliers proposent plutôt leur propre édition du même texte.

  • 20 Alexis, Guillaume. Le debat de lhomme // et de la femme, Paris, Jean Trepperel, in-4° goth., 6 ff.n (...)
  • 21 (L)Es // contenances de la table, [Lyon, Jean Dupré], in-4° goth., 6 ff.n.c., [vers 1488-1492] – Pa (...)
  • 22 Les cinq reprints sont : 1. (L)E co[n] = // tenances d[e] la table ***, [Lyon, Pierre Mareschal et (...)

21À ce procédé du reprint, les officines préfèrent souvent l’économie de papier en serrant le texte et en adoptant des caractères d’un plus petit module. Ainsi lorsque Jean Trepperel réédite vers 1505-1510 le Débat de l’homme et de la femme, il ne reprend pas la présentation matérielle de son édition de 1493 : en faisant débuter le texte dès la page de titre, en augmentant le nombre de lignes par page (34 l. au lieu de 30) et en éliminant les deux pages blanches que contenait sa première édition (les folios 1v et 6v), il obtient un livret de quatre feuillets seulement20. Les éditions des Contenances de la table illustrent bien les deux attitudes qu’ont les imprimeurs-libraires en matière de réédition. Le Lyonnais Jean du Pré a publié ce texte vers 1489-1492 dans un livret de six feuillets, le texte étant segmenté à hauteur de 24 lignes à la page21. Éditant à leur tour ce texte, les associés lyonnais Pierre Mareschal et Barnabé Chaussard choisissent de réduire le volume de l’opuscule à quatre feuillets en supprimant les blancs entre les strophes. Par contre, c’est avec ce même calibrage qu’ils réimpriment cet ouvrage à plusieurs reprises entre 1500 et 1504 environ. On leur connaît au moins cinq reprints successifs22. Seules les abréviations, les coupures du titre, de l’intertitre et de l’explicit varient d’une édition à l’autre, ainsi que la présence ou non de signatures et de la marque typographique.

22Si la réédition d’un texte est fréquente, la pratique du reprint dans le répertoire des pièces gothiques demeure exceptionnelle. Les imprimeurs proposent plutôt des copies libres, reproduisant un texte sans chercher à imiter sa forme. Les principales libertés que les imprimeurs-libraires prennent avec le texte-source relèvent de la présentation matérielle, de la mise en pages. Lorsqu’ils s’émancipent davantage de leur modèle, c’est essentiellement en ajoutant au texte qu’ils reprennent des petits ouvrages ayant un thème en partage, sinon en fragmentant la matière textuelle ou, dans une moindre mesure, en la remaniant.

Les pièces gothiques : filtres et vecteurs de textes

23Retracer l’histoire des pièces gothiques implique d’évoquer la diffusion des textes dont elles se sont emparées. Lorsqu’un éditeur-imprimeur décide de publier un texte, deux possibilités s’offrent à lui : imprimer un texte inédit ou remettre sous presse un texte déjà édité. Dans la pratique, cette dialectique innovation/réédition vacille. D’autres alternatives sont possibles, telles qu’éditer un texte ancien qui, en dépit de sa longue tradition textuelle, n’a jamais eu les honneurs de l’imprimerie, ou encore réimprimer un texte sous une nouvelle forme, dans une autre langue, en le remaniant, en l’augmentant ou à l’inverse en tirant à part des extraits. Toutes ces attitudes sont attestées dans le répertoire de ces minces brochures. Il s’agit de saisir comment ces attitudes se répartissent dans le temps et dans l’espace et quels effets l’intervention de l’éditeur-imprimeur induit sur les textes qu’il reprend (son sens, ses usages), avant de mettre en valeur les modalités et les moteurs de la circulation et de la transmission des textes qui sont le poids des réseaux et le désenclavement culturel qu’opèrent ces livrets.

Les pièces gothiques : des textes médiévaux en plein triomphe de la Renaissance

24Par bien des aspects, les pièces gothiques prolongent la formule éditoriale lancée par Barthélemy Buyer dès 1473-1474, poursuivie par d’autres ateliers typographiques, et qui consistait à publier des textes en français afin d’atteindre un large public. Ces éditeurs-imprimeurs ont mis sous presse des textes médiévaux qu’ils ont fait traduire ou qui avaient déjà été remaniés et traduits aux derniers siècles du Moyen Âge. Outre les éditions de la Bible, des écrits moraux et doctrinaux, des encyclopédies et des chroniques historiques, nombre de leurs publications sont en fait des recueils de petites pièces religieuses qui comportent généralement un titre et une pagination propres. De là, chaque composante du recueil forme un petit ouvrage en soi d’une dizaine de feuillets en moyenne et peut être débitée séparément. Soit par facilité, soit par parti éditorial, des éditeurs-imprimeurs, tels que les Lyonnais Le Roy et Huss, les Brugeois Brito et Mansion et le Viennois Schilling, ont véritablement parié dès les années 1476-1477 sur l’édition de pièces autonomes délivrant des enseignements moraux ou proposant des modèles pour l’édification des fidèles, à l’instar du Miroir que décrit saint Jérôme touchant la mort, des Profitables oraisons à dire sur ceux qui sont constitués en l’article de la mort, des Distiques de Caton, de l’Enfant sage à trois ans et de l’Épître que saint Bernard fit et envoya à Raymond.

25Dans les années 1480, ces premières pièces gothiques sont rejointes par d’autres textes de la même veine publiés par les éditeurs précités, mais aussi par d’autres ateliers – viennois (Schenck), lyonnais (Siber, du Pré), parisiens (Caillaut, Dupré, Levet, Meslier, Marchant) et rouennais (Le Talleur, Le Forestier, Auzoult), gagnés aux publications de cette sorte. Ils reprennent fréquemment des compositions médiévales qui n’ont encore jamais eu les honneurs de l’imprimerie, mais dont la longue tradition manuscrite donne la preuve de leur fortune passée : les Dits moraux des philosophes, la fameuse lettre du prêtre Jean, mais aussi les œuvres les plus répandues de la littérature didactique et pastorale du Moyen Âge, comme les Contenances de la table et le Doctrinal de la foi catholique, et celles des poètes les plus connus du bas Moyen Âge qui, sans cesse imitées et arrangées, avaient déjà rencontré un succès prodigieux, et d’autres textes encore qui avaient suscité de vives polémiques, à l’instar de la Belle dame sans merci.

26Outre ces nouveaux textes, certaines officines reprennent les petits textes que d’autres avant elles avaient édités sous forme de recueils et qui pouvaient déjà circuler séparément. Le Débat du corps et de l’âme en constitue un bel exemple. Plusieurs brochures ont diffusé ce Débat de manière isolée à partir de la fin des années 1480 et jusqu’au milieu du xvie siècle. Cette traduction du Speculum animae peccatricis composé au début du xve siècle avait été auparavant insérée par le Viennois E. Frommolt dans son Miroir d’or de l’âme. Ce recueil imprimé vers 1481 compile des extraits de l’Opus tripartitum de Gerson en français, les Armes de Notre Seigneur, l’Examen de conscience, la Doctrine chrétienne, l’ABC des simples gens, les Principales Joies du paradis, le Débat du corps et de l’âme et l’Exhortation de bien vivre et de bien mourir. De la même manière, la Complainte de l’âme damnée a d’abord été publiée à la suite de la Danse macabre, avant d’être tirée à part et réimprimée une dizaine de fois jusqu’à l’orée du xvie siècle.

27Faire du neuf avec du vieux serait bien la devise des imprimeurs-libraires des pièces gothiques. Comment apprécier la reprise de ces textes ? Viennent-ils à point nommé pour combler un vide ? Des éditeurs-imprimeurs publient les textes écrits en français qu’ils estiment le mieux convenir au large public qu’ils cherchent à atteindre. Afin de s’assurer du bon écoulement de leurs productions, ils se doivent effectivement d’offrir une marchandise qui plaise au plus grand nombre. Tout en étant commandé par les attentes du public, leur choix des textes s’est porté vers ces veines sûres, ces ouvrages d’usage confirmé, dont on peut estimer le succès à l’aune du nombre des manuscrits ou des réécritures qu’ils ont suscités.

  • 23 Ce texte est connu par trois versions différentes au Moyen Âge : la première version, de soixante v (...)

28Lorsque le texte pris en modèle a fait l’objet d’une longue tradition textuelle, les imprimeurs pérennisent souvent l’une des versions, effaçant dans le même temps les traces de variances et de mobilité que ces textes avaient connues au Moyen Âge. Nombre de ces versions filtrées se trouveront par la suite régulièrement rééditées et publiées dans d’autres contextes, ouvrant la voie à de nouvelles réécritures, à de nouvelles interprétations, voire à des remaniements. C’est par exemple la version la plus tardive des Contenances de la table que retiennent une dizaine de livrets. Il s’agit de la troisième version de ce texte, celle du xve siècle qui se compose de trente-sept quatrains et d’une ballade23. De la même manière, les brochures imprimées sous le titre de la Belle dame sans merci reproduisent le poème d’Alain Chartier tel qu’il a été remanié par Anne de Graville. Dans son poème, Alain Chartier dénonçait les impasses de l’amour courtois traditionnel et la complaisance des amants à souffrir les volontés de leurs dames, lointaines et inaccessibles. Livrant une image ambiguë de la femme, ce poème a été interprété tantôt comme une défense, tantôt comme une condamnation de la femme. Au siècle suivant, Anne de Graville a arrangé ce poème en soixante et onze rondeaux qui rendent plus explicite et moins équivoque la position du poète dans le débat qu’il a suscité au sujet des femmes.

  • 24 (S)Ensuyt lhistoire // de Pierre de prou // uence et de la belle // Maguelonne Nouuelle // me[n]t i (...)
  • 25 Walther Suchier a étudié toute la tradition textuelle de ce texte. Walther Suchier, L’Enfant sage : (...)
  • 26 Lenfant saige a troys ans // interrogue par adrien empereur lequel luy rend responce // de chascune (...)
  • 27 Martha Kleinhaus, « L’Enfant sage à trois ans. Vom mittelalterlischen Dialog zum Volksbuch », Zeits (...)
  • 28 Ce texte manuscrit daterait du xvie siècle, vers 1500-1520 (Vienne, ÖNB, Cod. 3391 Han.) : « Lenfan (...)
  • 29 François Lebrun, « Le contenu idéologique de la littérature “populaire” du xvie au xixe siècle, d’a (...)

29Même lorsque plusieurs versions d’un texte ancien ont eu les honneurs de l’imprimerie, on observe généralement que seule l’une d’elles jouit d’une grande postérité. Pensons au cas bien connu du roman de Pierre de Provence qui a fait l’objet de deux versions imprimées : l’une n’a été publiée qu’une seule fois, tandis que l’autre a été réimprimée une vingtaine de fois aux xve et xvie siècles (dont deux livrets gothiques de vingt-quatre feuillets24), avant d’être éditée par les Oudot aux siècles suivants. Parfois l’imprimé ajoute une énième version à un texte écrit aux derniers siècles du Moyen Âge. Les éditions du fameux Enfant sage à trois ans en constituent un bel exemple. Ce texte d’enseignement religieux composé sous forme de dialogue, dont les plus anciens témoins remontent à la fin du xiiie siècle25, a joui d’une longue tradition manuscrite avant d’être diffusé par l’imprimerie. On connaît trois versions imprimées de ce texte : l’édition la plus ancienne, celle du Lyonnais Le Roy vers 1473-1477, est une réécriture d’une version provençale du texte médiéval ; le texte publié par le Rouennais Richard Goupil vers 1515 (que l’on connaît grâce à une réédition moderne de 1854) reproduit une version manuscrite de la première moitié du xve siècle (vers 1446) ; enfin, la troisième version, publiée vers 1503 à Paris par Gaspard Philippe26, s’écarte de la tradition médiévale, car toutes les questions théologiques éventuellement polémiques et toutes les traces de critique sociale – en particulier au sujet des chevaliers – ont été éliminées27. On connaît un manuscrit contenant cette version, mais celui-ci est de peu postérieur à l’édition de G. Philippe28. De là, on peut émettre l’hypothèse que cette version a été spécialement composée pour l’impression. Parmi ces trois versions imprimées, c’est celle de G. Philippe qui a été régulièrement rééditée dans le premier tiers du xvie siècle (on en connaît au moins six éditions), avant d’entrer dans le répertoire de la « Bibliothèque bleue » au xviie siècle29.

30Les éditeurs ont également la ressource de tirer à part des chapitres d’œuvres médiévales, ou datant du Moyen Âge tardif, qui ont eu une première existence éditoriale et dont le succès n’est plus à prouver. Trois œuvres sont débitées de la sorte sous forme de livrets gothiques : le Secret des secrets du Pseudo-Aristote, la Légende dorée de Jacques de Voragine, traduite par Jean de Vignay, et le Livre de la deablerie d’Amerval. À partir de l’étude des brochures qui disséminent ces ouvrages, il s’agit d’en savoir un peu plus sur les effets de ces publications autonomes sur les sens et les usages des textes qu’ils reprennent.

  • 30 ()Est le liure de gouuernement des roys et des princes appelle le secret des secres…, Lyon, Nicolau (...)
  • 31 Le secret des secretz, [Paris, Louis Martineau], in-4° goth., 6 ff.n.c., [1484] – Bordeaux, BM, T 6 (...)
  • 32 En 1497, Antoine Vérard « imprime » (fol. 79) le Secret des secrets, suivi du Gouvernement des prin (...)

311. Le Secret des secrets a d’abord fait l’objet d’éditions latines, avant d’être publié en français à Lyon par Nicolaus Philippi et Marcus Reinhart vers 147830. Cette édition de la traduction du Liber de secretis secretorum Aristotelis philosophi excellentissimi est suivie, comme dans sa tradition manuscrite, du « gouvernement des princes ». En 1484, le Parisien Louis Martineau publie de manière isolée le dernier chapitre de cet ouvrage, celui qui traite de la Physiognomia. Bien que cet opuscule ne contienne que l’un des chapitres du Secret des secrets, il paraît sous le titre de l’œuvre intégrale31. À partir de cette édition, les publications isolées du chapitre sur la physionomie font florès jusqu’au milieu du xvie siècle. Régulièrement édité à Paris jusque dans les années 1530 environ32, ce texte a également été émis à Bréhan-Loudéac dans les années 1480, à Anvers dans les années 1490, à Lyon dès 1510, à Rouen vers 1520, à Toulouse vers 1530, avant d’être imprimé pour Michel Angier à Caen en 1556. Dans toutes les rééditions, ce chapitre est précédé d’une introduction qui enseigne aux lecteurs la théorie des quatre humeurs, jugée utile « pour mieulx congnoistre et entendre la substance de ce petit liure ». L’édition autonome du chapitre accroît ainsi la portée didactique de l’œuvre pseudo-aristotélicienne.

322. Si la fortune qu’a eue la version française de la Légende dorée de Jacques de Voragine avec l’imprimerie est bien connue (plus d’une trentaine d’éditions imprimées entre les années 1470 et 1554 ont été répertoriées), on connaît moins la diffusion fractionnée de ce texte dominicain par les pièces gothiques. Sur la quarantaine de Vies de saints imprimées en gothiques que j’ai pu recenser, la moitié contiennent des chapitres de la Légende dorée traduite par Jacques de Vignay, les autres étant des Vitae en prose ou en vers composées principalement aux xive et xve siècles (Annexe 5). Comme dans ces livrets hagiographiques, les chapitres de la Légende dorée tirés à part sont presque systématiquement accompagnés de l’antienne et de l’oraison latines du saint, telles qu’on les lit dans les missels et les livres d’Heures (suffrages aux saints) publiés à la même époque. Est également ajoutée l’image du saint en page de titre et en ouverture des prières latines qui parachèvent ces publications. De telles brochures perpétuent le genre des libelli manuscrits, qui associent le fidèle à un fragment de la vie d’un saint.

  • 33 (L)A vie et les miracles // madame saincte eliza // beth Fille du roy de // hongrie, Paris, à l’ens (...)
  • 34 Jacques de Voragine, La Légende dorée, éd. par Alain Boureau et Monique Goullet, Paris, Gallimard, (...)
  • 35 (L)A vie des vnze mille // vierges, Paris, Jean Trepperel, in-4° goth., 6 ff.n.c., [s.d.] – Paris, (...)

33Globalement, les livrets reproduisent fidèlement le texte des chapitres de la Légende dorée, et ce dans leur intégralité. Quelques-uns contiennent plutôt des extraits de chapitres, telle La vie et les miracles madame saincte Elizabeth33. Cette édition du chapitre 164 ne reproduit pas l’ensemble des miracles post-mortem de la sainte. Jacques de Voragine ne les mentionnait d’ailleurs pas tous, signalant que « quelques-uns [des miracles] sont rapportés ci-dessous et beaucoup d’autres omis par souci de brièveté34 ». D’autres pièces encore juxtaposent plusieurs chapitres relativement courts afin de constituer un opuscule de six feuillets en moyenne. Ce que les éditeurs compilent, ce sont des Vies de saints ayant un « thème » en partage. Par exemple, le récit hagiographique des onze mille vierges est édité avec celui de la Vierge d’Antioche, alors que ces chapitres ne se suivent pas dans la légende dominicaine35. L’élément commun qui les réunit dans la brochure, c’est le mot « vierge » qui, dans la Légende dorée, est mentionné dans le titre de ces deux chapitres – c’est d’ailleurs ce motif que retient l’image de la page de titre, montrant les vierges folles et les vierges sages. Ce type de compilation de textes fédérés autour d’un motif commun est une pratique courante chez les éditeurs-imprimeurs de pièces gothiques, mais cela réorganise la structure initiale du texte dominicain où les Vitae étaient disposées les unes à la suite des autres selon le déroulement de l’année liturgique.

  • 36 En effet, des récits hagiographiques diffusés sous forme de livrets ont été ensuite ajoutés aux réé (...)

34D’une manière générale, les éditions d’extraits de la Légende dorée sont émises par des ateliers qui sont différents de ceux de l’œuvre intégrale. Le cas du Rouennais Richard Goupil se révèle d’autant plus riche qu’il est le seul, semble-t-il, à avoir imprimé tout à la fois l’ouvrage dans son intégralité et des chapitres isolés, ceux qui contiennent les Vies de saint Mathias et de saint Alexis. Il emploie les mêmes images pour illustrer ses deux livrets hagiographiques et sa Légende des saintz en francoys. La comparaison de l’état de ces bois permet d’identifier l’antériorité des pièces gothiques à son édition du texte dominicain datée du 17 septembre 1511. Si rien ne permet de confirmer l’idée selon laquelle l’impression de ces livrets a pu servir à financer la publication de l’œuvre intégrale de Voragine, il est clair que l’on ne peut étudier la circulation de la Légende dorée imprimée (et son iconographie) indépendamment des livrets hagiographiques, et inversement36.

  • 37 Alain Boureau, La « Légende dorée ». Le système narratif de Jacques de Voragine, Paris, Cerf, 1984, (...)
  • 38 Sonia Bledniak, « L’hagiographie imprimée : œuvres en français, 1476-1550 », dans Guy Philippart (d (...)

35Il faut également souligner le nouveau statut qu’acquièrent les chapitres de la Légende dorée ainsi tirés à part. Ces brochures extraient la Légende dorée du monde savant et l’orientent vers des usages neufs, la commémoration du saint et la dévotion. En faisant éclater l’œuvre du dominicain, elles individualisent, renouent avec les figures individuelles de sainteté, alors qu’au contraire, le propos initial de Voragine ne concernait pas « les individualités spirituelles mais des modes de manifestation du divin » qui permettaient de transmettre la doctrine de l’Église au xiiie siècle37. Le passage aux livrets imprimés a fait perdre aux Vies dont ils s’emparent leur force doctrinale. Ces récits hagiographiques forment désormais des livrets de dévotion qui proposent à leurs lecteurs les figures spirituelles singularisées dont ils attendent suffrages, secours et aide. Ils soutiennent la célébration personnelle que le fidèle adresse à son saint protecteur. Ces nouveaux usages sont assurés et confirmés par l’addition, à ces extraits du texte dominicain, d’un ensemble d’oraisons et de prières commémoratives du saint. Comme le souligne Sonia Bledniak, cet éclatement de la Légende dorée instaure « un nouveau rapport entre le lecteur et l’écrit hagiographique », entre le chrétien et le sacré38.

  • 39 Sur Eloy d’Amerval et son œuvre, voir Andreas C. Ott, Eloi d’Amerval und sein « Livre de la diabler (...)
  • 40 Anne Réach-Ngô, « La mise en recueil des narrations à la Renaissance ou l’art de la bibliothèque po (...)
  • 41 Lucifer de // mande frians et gourmans // pour les damner §, Lyon, James Meunier, in-8° goth., 4 ff (...)
  • 42 Le diable se moc // que des femmes qui no // sent filer le samedy // apres midy, [Lyon, Jacques Mod (...)
  • 43 Comment Sa = // tha[n] et le dieu Bac // chus accuse [sic] les // Tauerniers // qui brouil // lent (...)

363. Quant à la Grande Deablerie, qui a été composée à la fin du xve siècle par Eloy d’Amerval, prêtre originaire de Béthune, on en connaît au moins quatre éditions publiées à Paris entre 1508 et la fin des années 152039. Dans les années 1530-1540, des éditeurs – que le matériel typographique identifie comme lyonnais – s’emparent de ce texte et le démantèlent. Ils débitent de manière autonome des parties de cette œuvre sous forme de livrets de quatre feuillets, à un moment où, au contraire, les recueils et les compilations régulièrement remaniés connaissent un succès certain40. Ce qui constituait, dans l’œuvre originelle, le titre du chapitre devient la « vedette » de la brochure. Ainsi, sous le titre Lucifer demande friand et gourmand pour les damner est imprimé un extrait du chapitre 22 du second livre, tandis que le livret intitulé Comment le père et la mère doivent châtier leurs enfants en jeunesse regroupe les chapitres 141 et 142 de ce même livre. Quant aux trois brochures suivantes, L’avaricieux pensant jour et nuit à son trésor, Comment chacun se doit vêtir selon son état et Des enfants qui désirent la mort du père et de la mère, elles contiennent respectivement les chapitres 35, 37 et 14541. Commencée dans les années 1530 environ par le Lyonnais James Meunier, cette entreprise a été imitée par Jacques Moderne, à qui l’on attribue l’édition du chapitre 41 du premier livre de la Deablerie sous le titre Le diable se moque des femmes qui n’osent filer le samedi après midi42. On lui reconnaît également l’impression d’un pastiche du chapitre 100, qui porte sur les accusations des marchands et des artisans, en particulier les taverniers43. Lorsqu’on examine les thèmes de ces extraits débités de manière isolée, on est frappé par leur proximité avec ceux des livrets de la littérature moralisante, comme le mariage, les soins à donner aux enfants et la gourmandise par exemple.

  • 44 Seul le pastiche de la Grand Deablerie, que publie Jacques Moderne, affiche au titre une gravure tr (...)
  • 45 Le liure de la deablerie, Paris, Michel Le Noir, in-fol., 124 ff.n.c., [1508] – Paris, BnF, fonds R (...)

37La mise en livret gothique de ces chapitres s’accompagne d’une transformation de la forme du texte et du dispositif éditorial : le texte court désormais sur un objet typographique hâtif, avec des caractères typographiques d’un module plus gros et disposés sur une seule colonne. Si la matière textuelle n’a pas été remaniée en profondeur, une partie de l’hypotexte a tout de même été soustraite : ont été systématiquement éludées les sentences latines d’auteurs antiques, des Pères de l’Église et celles bibliques qui étaient insérées dans l’ouvrage original et qui, dans les éditions parisiennes, étaient signalées par des doigts pointés portant une manchette (fig. 14 a-b). En éliminant les sentences des auctoritates, qui segmentaient le texte et apportaient un enseignement théologique, les éditeurs-imprimeurs présentent désormais ces textes comme de simples dialogues entre deux personnages, Satan et Lucifer. Cette transformation se poursuit dans le registre iconographique : les gravures qui illustrent ces opuscules ne donnent plus à voir Lucifer faisant face à Satan ni la gueule infernale, mais plutôt des scènes de dialogue ou des personnages dont les gestes suggèrent la prise de parole44. En passant de l’œuvre intégrale aux cahiers gothiques, les éditeurs éliminent aussi la fin de l’ouvrage qui révélait justement l’identité de l’auteur et l’approbation de cet ouvrage par deux docteurs en théologie, Guillermus de Quercu et Pierre Charpentier45.

Fig. 14 a-b. Mise en livret d’un chapitre de la Grande Diablerie : transformation de la matière textuelle et du dispositif éditorial.
a. Le diable se mocque des femmes, [1540], Paris, BnF, fonds Rothschild, VI. 3 (bis) 66 (13), fol. a3 ;
b. S’ensuit la Grant dyablerie, [vers 1518-1520], Paris, BnF, Impr., Rés. Ye. 804, fol. e2

  • 46 Il est significatif que l’édition de cette œuvre par l’atelier de l’Écu de France en 1518 soit impr (...)
  • 47 Ce dicton se retrouve dans plusieurs manuscrits, mais l’ordonnance des vers y est différente. Il se (...)

38La publication isolée de ces chapitres dans des imprimés hâtifs au format réduit ainsi que les modifications imposées au texte et à sa forme créent de nouveaux usages et donnent un sens nouveau à ce texte qui n’est déjà plus tout à fait le même. Par la suppression des auctoritates et l’absence de l’approbation des docteurs en théologie, ces extraits de la Grande Deablerie perdent leur force doctrinale46 et se vouent d’une certaine manière à une lecture moralisante de « divertissement populaire ». D’autant plus que certaines de ces éditions fragmentées de la Deablerie comprennent également toute une série de textes moraux. Le chapitre 22 est par exemple suivi d’un dicton sur les vertus exigées des femmes (la contenance) et des hommes suivant leur statut social (l’humilité du clerc, la sapience du prélat, la prouesse du chevalier, l’obéissance du serviteur)47. De la même manière, au chapitre 41 est ajoutée une petite pièce en vers sur les « beaultez appartenantes à femme pour estre dicte belle », ainsi qu’un dicton sur les femmes. C’est là une pratique assez courante chez les éditeurs de livrets gothiques : ces derniers n’hésitent pas à compiler des textes fédérés autour d’un thème commun afin de constituer un opuscule de six ou huit feuillets en moyenne, d’actualiser une réimpression ou, tout simplement, pour « combler » un folio.

39Comment doit-on apprécier la transformation typographique qu’opèrent les éditeurs de pièces gothiques sur les œuvres dont ils s’emparent ? En raison de leur organisation en chapitres et de la diversité des sujets qu’ils abordent, ces ouvrages constituent des matériaux propices à des éditions fragmentaires. Et il est clair que les éditeurs-libraires ont su exploiter ce caractère composite en en publiant des extraits sous une forme éditoriale déjà éprouvée. Que ce soit pour le Secret des secrets, la Légende dorée ou la Grande Diablerie, l’éclatement d’une œuvre au moyen de livrets bon marché la rend accessible à de nouveaux publics et donne une nouvelle lisibilité au texte. Le sens et la portée originels de l’œuvre sont transformés et de nouveaux usages sont créés.

40Si ces textes hérités du Moyen Âge continuent d’être régulièrement réédités dans les années 1530-1550, ils sont rejoints par des compositions nouvelles qui, à bien des égards, prolongent les « temps médiévaux » en plein triomphe de la Renaissance.

Lancer des compositions nouvelles

41L’autre ressource qui s’offre aux éditeurs-imprimeurs est de lancer des compositions nouvelles. Parce que celles-ci sortent des mêmes officines que les ouvrages médiévaux susdits, leur publication semble être déterminée par l’extension du public et de ses attentes qui commande aux ateliers de publier des textes diversifiés, voire de nouveaux produits.

42Quelle que soit la nature de ces compositions nouvelles – opuscules à usage religieux ou séculier ou livrets relatifs à l’actualité –, l’audace éditoriale de l’inédit est d’une certaine manière garantie par la fortune des genres et des sujets abordés par ces nouveautés, ainsi que par le degré de réponse qu’ils apportent aux attentes et aux besoins des lecteurs (et auditeurs). Les premiers imprimeurs-libraires ont dû voir dans le besoin d’informations des hommes gravitant autour des cours judiciaires et du palais royal une nouvelle orientation possible à leurs activités, venant rejoindre les opuscules religieux ou séculiers qu’ils s’efforçaient déjà de diversifier.

43Lorsqu’on analyse le contenu de ces petits ouvrages de dévotion, littéraires ou techniques, on est frappé par la prégnance de la tradition médiévale. Ce sont des textes d’un autre âge, mais dont un large public était encore friand : Vies de saints adaptées en français dans la tradition de la Légende dorée, textes des « mystères » comme on en jouait sur le parvis des cathédrales dans les villes du xve siècle, proverbes, recettes médicales et décoctions de plantes de la pharmacopée traditionnelle, leçons de jardinage inspirées du traité d’agriculture de Pierre de Crescence du xiiie siècle, pronostications qui prédisent le bonheur en amour ou alertent contre les cataclysmes, mais aussi romans de chevalerie et textes parodiques, satiriques et parfois obscènes dans la tradition du monde à l’envers et du pays de cocagne.

  • 48 Jean d’Abundance est le pseudonyme d’un poète dont on ignore le nom et la vie. Il serait l’auteur d (...)
  • 49 Jacobus de Reno, Dialogus Senis et Iuvenis de amore di = // sputantium incipit, Paris, Wolfgang Hop (...)
  • 50 Sur le débat comme genre littéraire, voir Pierre-Yves Badel, « Le Débat », dans Daniel Poirion (dir (...)

44Ces compositions nouvelles débitées en lettres gothiques sont largement inspirées de la littérature médiévale, et notamment des œuvres qui avaient déjà eu les honneurs de l’imprimerie. Par exemple, publié à l’orée du xvie siècle, le Débat entre la langue, les membres et le ventre attribué à Jean d’Abundance imite, développe et commente le Dialogus linguae et ventris de Jean de Salisbury qui venait d’être édité en latin à plusieurs reprises à la fin du xve siècle48. De la même manière, le Débat du vieil et du jeune s’inspire d’un dialogue imprimé en latin en 1492 par le Parisien Wolgang Hopyl, puis à Anvers par Gérard Leeu quelques années plus tard49. Il est clair que l’imprimerie a redonné vigueur à des genres littéraires médiévaux, et en particulier au « débat » qui fleurit dans toute l’Europe jusqu’à Breughel et Rabelais50. Pour s’en convaincre, il suffit de passer en revue les titres des pièces gothiques qui contiennent des débats, ainsi que les traductions dont ils ont fait l’objet ailleurs en Europe. Parce que ces nouveaux textes religieux et séculiers prolongent la littérature médiévale à l’époque de la première modernité, on comprend la permanence du caractère gothique dans leurs éditions à un moment où la lettre romaine est, au contraire, privilégiée pour les lectures « modernes » et les « curiosités ».

  • 51 Remede tresutile contre fie = // ure pestilencieuse et autre manie // re de epydimie approuue par p (...)
  • 52 Les Chapitres ou articles // de la tressaincte confederation faicte entre n[ost]re sainct // pere l (...)
  • 53 [Joannem Dantiscus] Victoria // Sereniss [imi] Poloniae RE = // gis contra Vayevodam Muldaviae, // (...)

45Par facilité et/ou par parti éditorial, les éditeurs-imprimeurs de pièces gothiques mettent également à la portée d’un large public la traduction d’un texte qui a déjà été publié dans sa langue originelle. Sortant fréquemment du même atelier, le texte original et sa traduction sont généralement imprimés avec le même matériel typographique, y compris les gravures. L’état des bois confirme l’antériorité des éditions latines à leurs publications en langue française. Si le Parisien Ulrich Gering (l’un des fondateurs de l’atelier de la Sorbonne) publie vers 1480-1481 la traduction d’un recueil de remèdes quelque temps après son édition princeps en latin51, cette pratique éditoriale est avant tout attestée chez les éditeurs-imprimeurs ponctuels de livrets d’actualité, tels Guillaume Vosterman qui a d’abord imprimé le traité de Rome en latin, avant d’en donner deux éditions françaises52 et une autre flamande, ou encore de Gourmont, qui a publié en latin puis en vulgaire des textes de circonstance composés par Bernardin Rince. De la même manière, l’éditeur humaniste Wechel propose une première édition, latine, du récit de la victoire d’Obertyn remportée par Sigismond Ier sur le voïvode Pietr Raretz d’après un livret publié en octobre 1531 à Louvain par Rutger Rescius. Et peu de temps après, il édite une version française de ce même récit53. Ces ouvrages « translatés de latin en francoys » doivent permettre de valoriser un fonds de textes dont l’atelier s’est déjà emparé et de gagner à peu de frais un nouveau public.

  • 54 CHRI // Stianissimi // Francorum Regis, aduer = // sus Imperatorem Ele = // ctum prorogati // duell (...)
  • 55 Par rapport aux deux éditions françaises imprimées pour Galliot du Pré, le texte latin cidessus con (...)

46La publication successive d’un livret latin et de sa traduction en langue vernaculaire par un éditeur ponctuel (qui plus est humaniste) de pièces gothiques s’accompagne peu à peu d’un changement du type typographique, substituant les caractères gothiques aux lettres romaines. Les éditions du libelle sur le report du combat qui aurait dû opposer en septembre 1528 l’empereur à François Ier illustrent bien cette association du type typographique et de la langue. Ce libelle a d’abord été imprimé en latin en lettres romaines par Couteau et Vidoue pour Galliot du Pré54, avant d’être remis sous presse à deux reprises en gothiques en langue française par le même atelier55. Identique pour toutes ces éditions, l’encadrement d’un seul tenant en page de titre témoigne du processus de dégradation qui l’affecte au fil des réemplois.

  • 56 LA terrible [et] espoue[n]table comete la [que]lle apparut le .xi. Doctobre // lan. M.ccccc.xxvii. (...)
  • 57 Außlegung Peter Creutzers, etwan des // weytberümpte[n] Astrologi M. Io. Liechtenbergers discipel, (...)
  • 58 Le récit de la comète et la gravure de ce traité allemand sont repris par Conrad Lycosthenes dans s (...)
  • 59 (L)E double de Loriginal, q[ui]l // a este escript [et] mande par le/gra[n]d Turck, ensemble // le (...)

47Lorsqu’ils n’impriment pas une traduction de leurs propres éditions, les imprimeurs s’appuient sur des publications étrangères, généralement en langue vernaculaire (allemand, italien), qu’ils translatent en français au sein de leur atelier ou qu’ils font traduire. Des Flugschriften publiées en Allemagne ou en Italie ont ainsi déferlé en français dans le royaume de France. Ces traductions adressent aux lecteurs (ou auditeurs) français des « nouvelles » sur des événements certes lointains, mais qui correspondent à leurs préoccupations. Elles s’étendent sur les prodiges et l’avancée turque en Occident qui cristallisent les craintes de ce public. Le récit de la prétendue comète apparue en terres d’Empire en 1527 a, par exemple, été colporté par une brochure de Pierre de Sainte-Lucie56, qui n’est autre que la traduction partielle du traité astrologique de Peter Creutzer que Georg Wachter avait imprimé à Nuremberg en 152857. En copiant l’image qui illustre la page de titre de ce livret allemand, le Lyonnais donne également à voir ce prodige58. De la même manière, l’imprimeur-libraire genevois Wygand Köln édite des lettres de nouvelles sur la progression du danger turc qu’il a lui-même traduites dans un français fort maladroit. Sort notamment de son atelier l’édition de la lettre de Soliman dans laquelle il annonce la guerre contre le roi de Hongrie. Comme dans la plupart des publications allemandes de ce texte, la traduction de W. Köln est illustrée d’un portrait du Grand Turc59.

48La translation d’un opuscule de latin en français ou le passage d’une langue vernaculaire à une autre créent le premier partage d’une information ou d’un savoir désormais offert à un large public.

Puiser dans le répertoire des pièces gothiques

49Les éditeurs-imprimeurs ont comme dernière ressource la possibilité de rééditer des textes qui ont déjà eu une existence éditoriale sous forme de livret gothique. Si l’on examine l’ensemble du répertoire des brochures et leur production sur une longue durée, on observe que la réimpression d’un texte déjà édité sous cette forme éditoriale est la pratique dominante. Un même texte est souvent connu par plusieurs livrets, émanant d’un même imprimeur, d’une même firme ou d’une officine extérieure au réseau familial et commercial qui a émis l’édition princeps. Ces réimpressions offrent toutes les variations possibles, allant de la simple reproduction textuelle à la réédition mimétique, comme on l’a vu. Toutefois, si l’on compare les rééditions des textes des pièces gothiques sur le long terme, on observe que les éditeurs ne procèdent pas à des corrections ou à des réécritures constantes des textes qu’ils réimpriment.

  • 60 Cinq pièces gothiques ont été expressément revues et corrigées : 1. Les louanges // de Iesus Nostre (...)
  • 61 En sus de la pièce précédente, deux brochures sont présentées comme des éditions augmentées : 1. (I (...)
  • 62 Le réemploi repose sur l’insertion du vieux dans du neuf. La réécriture implique une transformation (...)
  • 63 Voir supra, chap. 6, p. 176. ¶ La prinse de Genes et la fuyte // des Espaignolz, [Rouen, Robert Bre (...)
  • 64 La desclara = // ration [sic] de la Guerre. faicte par // le treschrestian Roy de France // Contre (...)
  • 65 (E)vure nouuelleme[n]t // translatee de Italienne rime : en rime // francoyse contenant laduenement (...)

50À peine une dizaine de brochures sur les 2 200 opuscules recensés ont été actualisées : certaines ont été « veu(es) et corrigé(es)60 », d’autres amplifiées61, d’autres encore ont fait l’objet de réemplois62. Concernant presque systématiquement des pièces d’actualité, ces réemplois ne sont pas sans rappeler les occasionnels « regrattés » que dénoncent Pierre de L’Estoile et Ben Jonson. Des passages entiers de la lettre de nouvelles sur la prise de Gênes rédigée le 14 août 1527 ont été replâtrés dans une autre missive datée du 15 octobre 1527 relatant la prise de Pavie63. Cette réimpression actualisée, publiée par le même imprimeur-libraire que la lettre sur Gênes, est d’autant plus intéressante que, d’ordinaire, le réemploi n’affecte pas en profondeur le contenu du texte pris en modèle. La modification opérée sur le texte demeure généralement succincte, seule la date ou un mot du texte étant changé. La date de composition d’une lettre de François Ier au comte de Busancy et de Charvay du 10 juillet 1542 a été, par exemple, falsifiée dans sa réédition, comme s’il s’agissait de faire passer ce texte pour plus récent et de l’actualiser à l’année de publication de sa réimpression (1543)64. Dans la réédition d’une louange au roi Louis XII en guerre contre les Vénitiens, seul le mot « lyonnois » a systématiquement été remplacé par le terme « francois ». Ce poème de circonstance a fait l’objet de deux éditions lyonnaises successives attribuées à Noël Abraham, l’une le 9 juin 1509, l’autre neuf jours après65 ; par la substitution du mot « francois » au terme « lyonnoys », c’est désormais le peuple français qui est invité à prier pour la victoire du roi de France, et non plus exclusivement les Lyonnais (tabl. 11).

Édition du 9 juin 1509

Édition du 18 juin 1509

¶ Cest l’oraison des lyonnoys // Ou des vers a six vingtz et troys. // Ouvrés voz yeulx : mere du createur // Donnez bon heur : au peuple lyonnoys // Royne des cieulx : monstrés vostre doulx cueur // Au roy vainqueur : secourés ceste foys // Donnés honneur : à loys de valoys // Par dessus tous : et le faictes victeur // Mandés secours : par votre grant doulceur.

¶ Cest l’oraison des francoys // Ou des vers a six vingtz [et] troys //
Ouvrez voz yeulx : mere du createur
//Donnez bon heur : au peuple francoys // Royne des cieulx : mo[n]strez v[ost]re doulx cue[ur]
// Au roy vainqueur : secourez ceste foys
// Donnez honneur : à loys de valoys
// Par dessus tous : [et] le faictes victeur.
// Au bon seigneur : faictes valoir fra[n]coys //
Ma[n]dez secours : par v[ost]re grant doulceur.

Tabl. 11. Un exemple de rafraîchissement d’une pièce gothique : la réécriture partielle d’un livret de circonstance

51Hormis ces quelques livrets, les interventions éditoriales demeurent relativement peu complexes et essentiellement limitées à la présentation matérielle, qui varie selon les conventions typographiques fixées au sein des ateliers (passage à la disposition du titre de la brochure en cul-de-lampe, ajout de l’adresse en page de titre, etc.).

  • 66 Jean-François Maillard, « De la maquette autographe à l’imprimé : La somptueuse et magnificque entr (...)

52L’immanquable comparaison avec les autres types de publications est là encore riche d’enseignements. Comme l’écrit Jean-François Maillard, « l’objet-livre et son texte imprimé n’apparaissent jamais, du moins à cette époque, comme une réalité figée, déterminable d’une manière définitive et assurée66 ». À la Renaissance, les éditeurs imposent régulièrement des modifications aux œuvres dont ils s’emparent et qu’ils rééditent. La nouveauté étant un facteur d’incitation à l’achat, ils les rafraîchissent en les corrigeant, en les amplifiant et en les remaniant. Une telle pratique est courante pour les éditions de compositions littéraires « modernes » publiées en lettres romaines et pour les romans imprimés en caractères gothiques, mais elle est largement moins fréquente en ce qui concerne les pièces gothiques. Ces livrets sont effectivement rajeunis à peu de frais en les parant tout simplement de nouveaux ornements, en changeant les bandeaux et les vignettes. Tout au plus, les éditeurs leur ajoutent de petits ouvrages ayant un thème en partage et formant, au final, de véritables miscellanées.

  • 67 Ezio Ornato, « Les conditions de production et de diffusion du livre médiéval… », art. cité, p. 71.

53Pour inciter le lecteur à faire l’acquisition de ces rééditions, les éditeurs font la promotion de la nouveauté. Mais la manière dont ils procèdent varie suivant le type de publications. Les éditeurs des ouvrages « modernes » et des romans essaient de faire croire aux lecteurs que leur dernière édition dépasse toutes les précédentes, tant celles de la concurrence que les leurs67. Ils groupent tout cet argumentaire en un prologue ou une préface expressément composés et ajustés pour la réédition. Une telle promotion de la nouveauté est beaucoup plus concise et dépouillée dans les pièces gothiques. Elle se résume à l’expression « imprimé nouvellement » qui est mentionnée à la suite du titre ou dans l’adresse.

54Les « rafraîchissements », dont ces brochures font l’objet, présentent l’intérêt de faire passer des rééditions pour des livrets nouveaux, sans considérablement allonger le temps de la composition-impression ni alourdir leur coût de production.

55Comment se répartissent dans le temps et dans l’espace ces ressources qui s’offrent aux éditeurs-imprimeurs (rééditions, publications de textes inédits ou de compositions nouvelles) ? D’une manière générale, les imprimeurs de pièces gothiques pratiquent tout à la fois rééditions de textes et éditions de compositions nouvelles – gardons à l’esprit que les livrets ne représentent qu’une partie des activités de ces officines. Les brochures publiées par le Lyonnais Jean du Pré (ou du moins qui lui sont attribuées) fournissent un bon éclairage sur la diversification des attitudes dont font preuve les imprimeurs-libraires des années 1480-1510 dans le choix des textes à publier sous cette formule éditoriale : du Pré reprend des textes médiévaux déjà édités (la Complainte de l’âme damnée et le Congé pris du siècle séculier imprimés à Vienne cinq à dix années auparavant), mais publie aussi de manière inédite des ouvrages remaniés et traduits à la fin du Moyen Âge (La belle dame sans merci et Les contenances de la table) et lance également des compositions nouvelles, tant des livrets d’actualité que des textes écrits dans la tradition médiévale (des livrets hagiographiques de la même veine que les Vies de la Légende dorée, la Maniere de enter et planter en jardin inspirée du traité de Crescence et des débats dans la tradition médiévale, à l’instar du Débat des deux bons serviteurs). On aurait également pu développer l’exemple de la diversité des brochures de Pierre Mareschal et Barnabé Chaussard ou encore celles de Jean I Trepperel et de Pierre Le Caron, tant elles manifestent une imbrication des ressources éditoriales (rééditions, publications de textes nouveaux, etc.).

56Toutefois, la répartition de ces pratiques éditoriales dans le temps et dans l’espace n’est pas entièrement uniforme. Elle varie selon les régions, les ateliers et les époques. Mis à part les livrets d’actualité, la majorité des titres publiés sous forme de pièces gothiques est en place dès les années 1480-1510. Les générations suivantes des années 1520-1550 puisent pour partie leurs publications dans ce fonds de textes. Le reste de leurs livrets donne à lire des ouvrages nouveaux qui sont généralement de même nature que ceux qu’ils réimpriment. Dès lors que l’emploi du caractère gothique se raréfie, à partir du second tiers du xvie siècle, les éditeurs tendent davantage à rééditer les brochures religieuses et littéraires de leurs prédécesseurs qu’à proposer des compositions nouvelles.

  • 68 (L)a vie // saincte regne vierge et martire, Paris, Nicole de La Barre, in-4° goth., [14] ff.n.c., (...)

57Lorsqu’on examine la production de ces imprimés par centres typographiques, on est frappé par la propension singulière qu’ont les officines troyennes, dès le début du xvie siècle, à réimprimer des petits ouvrages à succès. Outre leurs éditions de missels, de livres d’Heures et de coutumiers à usage local, Jean Ier Lecoq, imprimeur de 1506 à 1524, et son petit-fils Jean II Lecoq, qui exerce à Troyes de 1550 à 1589, remettent sous presse des pièces de dévotion déjà débitées dans les autres centres d’imprimerie. Ainsi Jean II réédite-t-il des opuscules du Troyen du Ruau, ainsi que des textes sortis des presses parisiennes parfois plusieurs décennies auparavant. C’est ainsi que, vers 1560-1580, il imprime la Vie de sainte Reine composée par Jean Piquelin, que Nicole de La Barre avait publiée à Paris le 30 avril 150068.

  • 69 Alfred Morin, Catalogue descriptif de la Bibliothèque bleue de Troyes (almanachs exclus), Genève, D (...)
  • 70 Geneviève Bollème, La Bible bleue…, op. cit.

58Cette pratique – particulièrement tangible chez les Lecoq –, qui consiste à rééditer sous une forme bon marché des textes d’un autre âge mais dont un large public reste encore friand, se retrouve ensuite chez les artisans de la « Bibliothèque bleue ». À bien des égards, la pièce gothique préfigure les livrets de la « Bibliothèque bleue ». Non seulement la formule éditoriale est reprise par les Oudot, mais les cahiers gothiques ont également nourri en grande partie le fonds troyen. Les éditeurs troyens ont en effet puisé bon nombre de leurs titres dans ce fonds de textes « populaires » constitué par les éditeurs parisiens, lyonnais et rouennais à la fin du xve siècle et au xvie. Si on sonde le catalogue de la « Bibliothèque bleue »69 et l’anthologie qu’en propose Geneviève Bollème70, on retrouve toute une série de titres de pièces gothiques, sinon des publications de la même veine : des ouvrages d’usages religieux comme La complainte de l’âme damnée et des Vies de saints (celles de saint Nicolas, saint Roch, sainte Geneviève, sainte Catherine, sainte Marguerite, saint Antoine, saint Claude, sainte Reine, Notre-Dame-de-Liesse), des textes parodiques tels que La grande confrerie de Soulx Douurer, des ouvrages à vocation éducative comme les abécédaires, des initiations à l’arithmétique, des conseils en jardinage, des recettes de cuisine ou de médecine (Le médecin charitable), des noëls, des règles de la civilité puérile concernant les manières de table, une Instruction à l’usage des grandes filles. Pour être mariées proche du Doctrinal des jeunes filles à marier, etc.

La circulation et la transmission des textes sous l’emprise des pièces gothiques : réseaux et lectures partagées

  • 71 Dominique Coq, « Les incunables : textes anciens, textes nouveaux », dans Roger Chartier, Henri-Jea (...)

59Les historiens du livre s’accordent pour dire que les textes en langue française publiés à Lyon, à Genève, à Chambéry ou à Vienne en Dauphiné sont repris par les éditeurs parisiens dix ou quinze années plus tard71. Si cela est attesté pour les incunables, qu’en est-il des pièces gothiques dont les publications et les rééditions s’étendent parfois sur près d’un siècle ? Les textes de ces livrets circulent-ils systématiquement de Lyon vers Paris, des centres principaux vers les centres secondaires ? A-t-on des foyers d’innovation ? Et le cas échéant, lesquels ?

60Il est vrai que des ateliers installés à Paris, à Bréhan-Loudéac et à Rouen ont adopté la formule éditoriale qu’avaient lancée des éditeurs-imprimeurs lyonnais, viennois et brugeois, et qu’ils ont aussi repris à leur compte certains de leurs opuscules. Les textes publiés par Jean du Pré dans les années 1480-1490 ont effectivement tendance à être réédités par la suite à Paris, en particulier par Pierre Levet, Antoine Caillaut et Denis Meslier. Néanmoins, les éditions du Lyonnais précèdent en réalité de quelques années seulement leurs rééditions parisiennes (entre une et trois années en moyenne, guère plus).

61Dès lors que les pièces gothiques font florès et que les textes édités et les sujets abordés se diversifient, des firmes éditoriales se sont véritablement spécialisées dans ces publications, à bon marché et à faibles coûts de revient, de petits textes en langue française. À Paris, on a la famille Trepperel-Le Noir-Lotrian-Janot et les Nyverd, à Lyon les Mareschal et Chaussard, Nourry et Sainte-Lucie et, enfin, à Rouen, Le Forestier et Auzoult. Ces ateliers ne se limitent pas à reproduire des titres lyonnais, viennois ou brugeois. Ils ont à leur tour mis à la disposition du public un ensemble inédit de textes en langue vulgaire qui ont fait la fortune de ces firmes. Une grande partie de ces ouvrages se trouvent réédités quelques années plus tard au sein de ces mêmes ateliers, mais aussi dans les centres d’imprimerie de la première heure et par des éditeurs-imprimeurs gagnés peu à peu à cette formule éditoriale. La circulation des textes entre les centres principaux d’émission des brochures n’est donc pas unilatérale.

62D’une manière générale, les principales villes d’émission de pièces gothiques constituent tout à la fois des foyers d’innovations et de rééditions. En revanche, dans les centres secondaires, il s’agit plus largement – voire exclusivement – de rééditions des petits ouvrages produits par les grands ateliers susmentionnés, les textes des livrets gothiques se diffusant souvent depuis les centres principaux vers les périphéries.

63Il ne faut pas pour autant croire que tous les textes étaient systématiquement réimprimés dans les autres centres d’imprimerie. Certains sont exclusivement sortis des presses d’ateliers lyonnais (les patrons de broderie de Claude Nourry), parisiens (la Vie de saint Mathurin de Larchant, le petit traité de médecine pour chevaux, l’Enqueste et le Plaidoyé de Coquillart par exemple), rouennais (la Vie de saint Melon et des Vies de saints extraites de la Légende dorée), toulousains (les Gestes des solliciteurs). L’absence de rééditions de ces ouvrages dans d’autres centres typographiques n’est pas le signe de l’impopularité de ces textes, bien au contraire. La plupart d’entre eux ont été régulièrement réimprimés dans leur ville d’émission, et en particulier par les membres d’un réseau familial et commercial, ce qui manifeste leur succès intarissable. Cette absence de réédition par des officines extérieures s’explique en partie par le marché local auquel ces ouvrages sont destinés en priorité, comme les livrets de saints locaux et ceux qui servent à promouvoir un centre de pèlerinage par exemple. De la même manière, sont exclusivement émises à Rouen un grand nombre de pièces d’actualité qui rapportent des événements survenus dans les régions avoisinantes ou qui reprennent des textes adressés à, ou portant sur, des personnalités locales. De plus, la réédition n’était pas l’unique moyen de diffusion d’un texte : un texte pouvait circuler vers de nouveaux horizons grâce au média qui le supporte.

  • 72 Nous connaissons bien ces associations et réseaux d’imprimeurs-libraires grâce aux travaux d’Annie (...)

64Les pièces gothiques qui se prêtent volontiers aux rééditions sur plusieurs générations constituent un bon éclairage sur les pratiques éditoriales des imprimeurs-libraires appartenant à un même réseau familial et/ou commercial72. Lorsqu’on suit pas à pas les textes qu’ils réimpriment sous cette formule éditoriale, on est frappé par la grande circulation qui existe entre les membres de ces réseaux.

  • 73 Les Trepperel-Le Noir-Lotrian-Janot constituent une grande firme éditoriale dont le noyau central e (...)
  • 74 Plusieurs ouvrages composés par Guillaume Alexis ont circulé entre les membres de cette firme. Les (...)
  • 75 Comme les Repues franches de Villon, la Manière de planter en jardin et les Quinze Joies de Notre D (...)
  • 76 (L)A vie [et] lege[n]de de monseigneur sai[n]ct // Alexis auec la[n]tie[n]ne [et] loraison, Rouen, (...)

65C’est dans la plus grande firme spécialisée dans les imprimés de cette sorte, celle des Parisiens Trepperel-Le Noir-Lotrian-Janot, que le transfert de textes d’une génération à l’autre est le plus dense. On se transmet les textes de père en fils, de mari à femme et de beau-père à gendre73. Les publications de Jean I Trepperel sont reprises par sa veuve, par Jean II, mais aussi par les Le Noir, Lotrian et Janot avec lesquels les Trepperel entretiennent des relations commerciales et familiales74. De même, des textes publiés par Pierre Le Caron et sa veuve se retrouvent ensuite réimprimés par les Nyverd, comme la Maniere d’enter et planter en jardin et la Vie de saint Mathurin. À Lyon, seuls quelques textes des associés Barnabé Chaussard et Pierre Mareschal sont réédités par la veuve Chaussard75. De la même manière, le Livre des connoilles de Huss passe dans le répertoire de Claude Nourry, tandis que le Griselidis de Nourry est remis sous presse par Pierre de Sainte-Lucie. En ce qui concerne Rouen, il est à noter que les textes des pièces gothiques sont assez peu réédités, y compris par les imprimeurs-libraires de la génération suivante. Ces derniers préfèrent distribuer leurs publications en Normandie et en Bretagne, où sont établis leur atelier et leurs correspondants, que rééditer les textes de leurs prédécesseurs ou de leurs confrères. Quelques opuscules seulement de Richard Auzoult sont repris par ses successeurs, comme la Vie de saint Alexis, qui a été rééditée (d’après le matériel typographique) par Richard Goupil76.

  • 77 Voir infra, chap. 11, p. 334-335.

66L’intérêt de l’étude des rééditions est également de montrer la concurrence que se jouent les « grands » éditeurs parisiens de pièces gothiques. Les deux dynasties rivales, les Trepperel-Le Noir-Lotrian-Janot et les Le Caron-Nyverd, publient régulièrement les mêmes ouvrages, chacun reproduisant les textes édités à l’enseigne concurrente, à l’instar du compte rendu du sacre de Louis XII, de la liste des archevêchés et évêchés du royaume, de la confession de Maillard, de la Vie de sainte Marguerite, etc. Les éditeurs-imprimeurs imitent les publications de leurs confrères parfois jusqu’à la contrefaçon. Les éditions de la Maniere d’enter et planter, imprimées par Pierre Le Caron et Jean I Trepperel dans les années 1490, constituent un bon exemple de la reproduction non seulement textuelle et matérielle, mais aussi iconographique d’un livret pris en modèle : ces deux éditions affichent en page de titre une gravure très proche77.

67Parce que les livrets gothiques émis à Lyon et à Rouen visent des domaines laissés vacants par les autres ateliers de ces centres typographiques, la concurrence entre les officines au sein de ces deux villes est moins tangible. À Lyon, les associés Mareschal et Chaussard se sont spécialisés dans l’édition de textes de la littérature morale et moralisante, en particulier les ouvrages dramatiques et les pièces facétieuses, tandis que les Nourry-Sainte-Lucie adressent plutôt aux lecteurs des brochures de dévotion que les fidèles se procurent pour soutenir leurs prières, ainsi que de minces recueils de patrons de broderie. À Rouen, les officines de Richard Auzoult (et ses successeurs) et de Jacques Le Forestier ont parié, quant à elles, sur les livrets hagiographiques – chacune publiant des Vies de saints différentes –, tandis que Jean Lhomme domine le marché rouennais de la brochure d’actualité. Il se dégage de ces lignes que les alliances familiales et commerciales, mais aussi la concurrence favorisent la structuration du marché en spécialisation.

68À bien des égards, la pièce gothique est un vecteur de textes qui opère un désenclavement culturel. Comme tout imprimé, elle élargit le circuit de distribution d’un texte, d’une information ou d’un savoir et en permet la circulation à une échelle inédite.

  • 78 Voir supra, chap. 3, p. 83-84.
  • 79 Roger Chartier, Culture écrite et société. L’ordre des livres (xive-xviiie siècle), op. cit., p. 13 (...)
  • 80 Les Evangiles des connoilles – Chantilly, M. Condé, Ms. 0654. Il s’agit d’un manuscrit picard de 14 (...)

69Par leur intermédiaire, maintes compositions médiévales cessent d’être l’apanage de la gentilhommerie et des notables. Après avoir subi de multiples réécritures, comme la traduction, la condensation et la transposition en prose (« de-rimage »)78, des textes anciens ou étrangers gagnent un nouveau public, grâce à ce support accessible aux lecteurs moins huppés. Atteignant un public bien plus vaste et composite que celui que visent initialement leurs auteurs, les textes des pièces gothiques ne sont pas leurs « propres lectures », mais bien des objets de « lectures partagées »79. À l’époque de leur publication imprimée, ces textes ne sont pas tous tombés en disgrâce auprès des élites ; des manuscrits et des éditions imprimées plus élaborées adressent ces mêmes écrits à une élite lettrée et aux princes. Un cas parmi tant d’autres, celui du Livre des connoilles, permet d’apprécier cette production et diffusion parallèles de manuscrits et d’imprimés contenant le même texte : un manuscrit enluminé de ce traité moral est contemporain de l’édition imprimée qu’en propose le Brugeois Colard Mansion80. Les lectures partagées dont ces textes font l’objet ne sont nullement différées, contrairement aux livres de la « Bibliothèque bleue », mais bien synchroniques.

  • 81 Voir supra, chap. 6, p. 160.

70De la même manière, l’information, qui était jusque-là réservée aux réseaux privés de la correspondance épistolaire et aux circuits officiels du pouvoir politique, est désormais mise à la portée du plus grand nombre. Des écrits royaux se juxtaposent à des lettres d’hommes d’armes et à des chansons en strophes légères agencées par des soldats de fortune, comme l’a révélé l’investigation systématique des composantes des brochures d’actualité81. La pièce gothique dilate l’horizon initial de ces informations en les offrant à de larges secteurs de la population, ou peu s’en faut.

*

71Les pièces gothiques – bien plus encore que les autres types d’imprimés – permettent la circulation de textes à une échelle inédite parce que l’ensemble des choix éditoriaux, qui président à leur publication, concourent à abaisser le coût et le temps de leur fabrication et à les mettre à la portée d’un large public. Lorsque le même texte est adressé tout à la fois à un lectorat restreint, sinon huppé, et, grâce à ces brochures, à un public plus humble (et pas toujours le plus illettré), c’est dans les particularités formelles des livrets et dans les interventions éditoriales éventuelles opérées sur les textes dont ils s’emparent (traduction, « dérimage ») qu’il convient de reconnaître le caractère « populaire » de ces minces ouvrages.

72Les éditeurs de ces petits cahiers gothiques proposent une forme éditoriale qui est largement inspirée des libelli médiévaux, des livrets xylographiques et des recueils incunables dont les composantes pouvaient être débitées séparément. Et en orientant une part (voire tout un pan) de leurs activités vers l’impression et la vente d’éditions à bon marché, ils « lancent » véritablement une formule éditoriale, qui se retrouve aux siècles suivants avec les livres de la « Bibliothèque bleue » de Troyes.

73Jusqu’ici notre réflexion a principalement porté sur les dispositifs éditoriaux verbaux et typographiques (titre, intertitre, adresse, colophon, pied-de-mouche, saut de ligne, etc.). Nous n’avons encore prêté que peu d’attention aux gravures que les éditeurs-imprimeurs introduisent dans leurs publications. C’est donc à l’étude de ce travail d’illustration des textes mis en livret gothique que sera consacré le dernier volet de cette troisième partie.

Notes

1 Ezio Ornato a bien montré le bouleversement que le passage à l’imprimerie a induit dans les conditions de production du livre : contrairement à l’artisan du livre manuscrit, l’imprimeur publie un texte avant de connaître ses acheteurs et doit donc avancer une somme d’argent nécessaire à la publication avant même d’avoir vendu un seul exemplaire. Ezio Ornato, « Les conditions de production et de diffusion du livre médiéval (xiiie-xve siècle). Quelques considérations générales », dans Culture et idéologie dans la genèse de l’état moderne, Rome, École française de Rome, 1985, p. 57-84, en particulier p. 67-68.

2 En ouvrant l’histoire du livre aux champs des pratiques culturelles et de la « bibliographie matérielle », les travaux de quelques historiens majeurs (Roger Chartier, Robert Darnton, Donald Francis McKenzie, Henri-Jean Martin et Daniel Roche) ont imposé l’idée d’une profonde différenciation des textes suivant leur support, leur forme et les lecteurs (ou auditeurs) auxquels ils sont adressés. La Physical Bibliography, discipline appelée « bibliographie matérielle » ou « textologie », a en effet souligné le rôle déterminant des dispositifs écrits et typographiques dans la transmission et la réception d’un texte. De là, dans la perspective de l’histoire d’un texte, l’historien ne peut s’affranchir de l’étude de la forme de ce texte et de la matérialité de l’objet qui le contient. Et depuis une dizaine d’années, des historiens et des littéraires ont dépassé la matérialité de l’objet-livre pour s’intéresser aux pratiques que recouvre l’acte de publication. Roger Chartier, « De l’histoire du livre à l’histoire de la lecture : les trajectoires françaises », dans Hans Erich Bödeker, Histoires du livre. Nouvelles orientations, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1995, p. 23-45 (ici p. 39-40) ; Id., L’ordre des livres…, op. cit., p. 15 et suiv. ; Donald Francis McKenzie, La bibliographie et la sociologie des textes, Paris, Cercle de la librairie, 1991, p. 36.

3 Ces quatre livrets sont : La prinse et la reduction de // Naples et autres plusieurs // fortes places et beaux faitz // de guerre Auec le contenu // De quatre paires de lettres e[n]uoyees a mo[n]sieur de bourbon // par le roy n[ost]re sire depuis so[n] parteme[n]t de ro[m]me, [Rouen, Jacques Le Forestier], in-4° goth., 4 ff.n.c, [post 20 II 1495] – Paris, BnF, Impr., Rés. Lb28. 1 (6) (PGA-22a) ; La prinse et reduction de Nap // ples et autres plusieurs fortes places et be = // aulx fays de guerre auec le co[n]tenu de quatre // paires de lettres e [n] uoyees a mo[n] seigneur de bour // bo[n] de par le Roy depuis son p[ar]teme[n]ta ro[m]me, [Paris ou Rouen, Baptiste Bourguet ?], in-4o goth., 4 ff.n.c, [post 20 II 1495] – Paris, BnF, Ms, NAF. 7644 (ff. 151-154) (PGA-22b) ; (L)a pri[n] // se // de napples : // Auec les lettres que le Roy a enuoyees a mons[eigneu]r // de Bourbon depuis son partement de romme, [Paris, Pierre Le Caron], in-4° goth., 4 ff.n.c. [post 20 II 1495] – Nantes, BM, INC 115 (12) (PGA-22c) ; (L) a pri[n] // se // de napples : // Auec les lettres que le Roy a enuoyees a mons[eigneu]r // de Bourbon depuis son partement de romme, [Paris, Pierre Le Caron], in-4° goth., 4 ff.n.c. [post 20 II 1495] – Paris, BnF, Arsenal, Rés. 8-H-6044 (PGA-22d).

4 La lettre du gentilhomme est conservée aux Archives nationales de Paris dans le carton X1A 9321 (pièce no 141). Les quatre lettres royales ont quant à elles été reproduites par P. Pélicier d’après les lettres originales du roi adressées au parlement de Paris (AN, X1A 9321, pièce no 140). Lettres de Charles VIII, roi de France, t. 4, 1494-1495, éd. par Paul Pélicier, Paris, librairie Renouard, 1903, p. 166-176.

5 Cy co[m]mence le secret des secretz aristote, qui ensei // gne a cognoistre la co[m]plexion des ho[m]es [sic] [et] des fe[m] mes, [Paris, Antoine Caillaut], in-4° goth., 4 ff.n.c., [1484-1490] – Besançon, BM, INC 763. CASTAN 112 (PGM-4b).

6 [Ps. Aristote], Sensuyt le secret // des secretz de aristote. pour congnoistre les // conditions des Hommes. [et] des Femmes. // Lesquelz il fist pour le roy Alexandre son disci = // ple. // Au Pellican, Paris, « au Pélican » [Enguilbert de Marnef], in-8° goth., 8 ff.n.c., [post 1530] – Paris, BnF, Impr., Rés. Ye. 3015 (PGM-4m).

7 Roger Laufer, « L’espace visuel du livre ancien », dans Roger Chartier, Henri-Jean Martin (dir.), Le livre conquérant…, op. cit., p. 579-601.

8 Sur la fabrication des manuscrits, on consultera les travaux de Carla Bozzolo, Dominique Coq, Daniel Muzerelle et Ezio Ornato : « Noir et blanc. Premiers résultats d’une enquête sur la mise en pages dans le livre médiéval », dans Cesare Questa et Renato Raffaelli (éd.), Atti del convegno internazionale « II Libro e il testo » (Urbino, 20-23 settembre 1982), Urbino, Università degli studi, 1984, p. 215-221 ; Id., « Une machine au fonctionnement complexe : le livre médiéval », dans Roger Laufer (dir.), Le texte et son inscription, Paris, CNRS, 1989, p. 69-78. Voir également Pascale Bourgain, « L’édition des manuscrits », dans Roger Chartier, Henri-Jean Martin (dir.), Le livre conquérant…, op. cit., p. 48-75.

9 Dès 1631 et jusqu’en 1641, la Gazette se compose de deux cahiers de quatre pages chacun (les Nouvelles ordinaires et la Gazette). Puis, dès lors que le second cahier passe à huit pages à partir de 1642, la forme du périodique reste inchangée jusqu’en 1683. Stéphane Haffemayer, L’information dans la France du xviie siècle : la “Gazette de Renaudot”, de 1647 à 1663, Paris, Honoré Champion, 2002, p. 18-19.

10 Par exemple, dans le livret des funérailles du gouverneur de Normandie, la fin du texte parvient à tenir dans le quatrième et dernier feuillet en réduisant le module des caractères et en passant de vingt-six à trente-cinq lignes par page. (E) Nsuit lhonneur fait en leuterre // ment [sic] du feu Loys de breze grant // gouuerneur et senechal de Nor = // mendie en la ville de Rouen, [s.l., s.n.], in-8° goth., 4 ff.n.c., [post 18 VIII 1531] – Paris, BnF, Impr., Rés 8. Ln27.2990 (PGA-282).

11 1. Le[n]tree de tres excel // lente princesse ma dame Marie Dan = // gleterre, [et] Royne de france. En la no // ble ville cite [et] vniuersite de paris faicte le // lundy. vi. iour de Nouembre. Lan de // grace Mil cinq cens [et] quatorze, [Paris, Guillaume Varin/Guillaume Nyverd], in-8° goth., 8 ff.n.c., [post 6 XI 1514] – Paris, BnF, Impr., Rés. Lb29. 51 B ; Paris, B. Mazarine, 8° 35484 Rés. (PGA-127a). 2. Lentree de tresexcellen // te Princesse ma dame marie dangleterre // Royne de France en la noble ville cite et // vniuersite de paris faicte le lundi. vi. iour // de nouembre lan de grace mil v. c. [et] xiiii, [Paris, Guillaume Varin], in-8° goth., 6 ff.n.c., [post 6 XI 1514] – Paris, BnF, Impr., Rés. Lb29. 51 (PGA-127b). 3. Lentree de tresex // cellente Princesse dame marie dangleterre // Royne de france en la noble ville cite [et] vni // uersite de paris faicte le lundy. vi. iour de // nouembre lan de grace mil. ccccc. xiiii, Paris, Guillaume Varin, in-8o goth., 6 ff.n.c., [post 10 XI 1514] – Paris, BnF, Impr., Rés. Lb29. 51 A (PGA-127c). 4. Lentree de tresexcelle[n]te // Pri[n]cesse ma dame Marie // dangleterre royne de fran // ce en la Noble ville cite et // vniuersite de Paris faicte // Le lundi. vi. iour de Noue[m] // bre Lan de grace Mil cinq // cens et quatorze, [Rouen, s.n.], in-8° goth., 4 ff.n.c., [post 6 XI 1514] – Paris, BnF, Impr., Rés. Lb29. 51 C (PGA-127d).

12 [Ps. Aristote], Sensuyt le secret // des secretz de aristote. pour congnoistre les // conditions des Hommes. [et] des Femmes. // Lesquelz il fist pour le roy Alexandre son disci = // ple. // Au Pellican, Paris, « Au Pélican » [Enguilbert de Marnef], in-8° goth., 8 ff.n.c., [post 1530] – Paris, BnF, Impr., Rés. Ye. 3015 (PGM-4m).

13 Avant l’opération de publication, il faut estimer « la longueur totale de la copie », déterminer les « paramètres de mise en pages », définir « le nombre de feuillets par cahier », évaluer le « nombre de cahiers » et, enfin, formater « chaque section du modèle en pages de copie ». La reprise de la mise en pages d’un texte déjà édité permet de réduire le temps de composition. Dominique Coq et Ezio Ornato, « Les séquences de composition du texte dans la typographie du xve siècle. Une méthode quantitative d’identification », dans Histoire & mesure, 2/1, 1987, p. 87-136 (ici p. 93).

14 Comme la Destruction de Hierusalem que publie à Lyon Jacques Arnoullet vers 1495 et à nouveau vers 1497-1499. La // destruction de iherusalem et comment // pylate fina ses iours malleureusement [sic], Lyon, Jacques Arnoullet, in-2° goth., 14 ff.n.c., [vers 1495] – Wolfenbüttel, HAB, 516. 3 Th. 2° (2) (PGD-57e) ; (L)A // destruction // de iherusale[m]. La vengence de nostre sei = // gner [sic] : et comment pylate fina ses iours, [Lyon, Jacques Arnoullet], in-2° goth., 14 ff.n.c., [1497-1499] – Paris, BnF, Impr., Rés. 4. NFA. 1 (PGD-57f).

15 Par exemple, Guillaume Nyverd reproduit le texte d’une pièce d’actualité publiée par son père en 1544. Sa composition calque l’édition précédente, page par page, ligne par ligne, et même mot par mot. La reproduction est fidèle jusque dans les abréviations et les coupures de mots si bien que seul le verso du dernier folio les différencie. Dans l’édition de Jacques Nyverd († 1544), ledit folio contient la fin du texte et la marque typographique ; dans la réédition de Guillaume Nyverd, qui succède immédiatement à son père, seule la marque de ce libraire-imprimeur y figure. [Le traité de la paix de Crépy], Paris, Jacques Nyverd, in-4° goth., [4] ff.n.c., [post 20 IX 1544] – Paris, BnF, Impr., Rés. Lb30. 104 (PGA-387b) ; Le traicte de la paix // Faicte [et] accordee, Entre treshaultx [et] trespuissa[n]s prin = // ces Francoys par la grace de Dieu Roy de France // treschrestien, et Charles Empereur et Roy des // Espaignes. Publie a Paris par les Heraulx du Roy // nostre sire le Samedi vingtiesme iour de Septe[m]bre, // Lan de grace mil cinq cens Quarante quatre. // Cum priuilegio. // [Bois] // On les vend a Paris en la rue de la Iuyrie a len = // seigne sainct Pierre [et] saint Iaques, Paris, Guillaume Nyverd, in-4° goth., 4 ff.n.c., [post 20 IX 1544] – Paris, BnF, Impr., Rés 4. Lg6.26 (PGA-387c).

16 À l’instar des deux livrets du Chevalier delibéré issus de la firme Trepperel-Le Noir-Lotrian-Janot : (L) E cheualier delibere // Comprenant la mort // du duc de bourgongne. Qui trespassa deuant Nancy en lorraine, Paris, Michel Le Noir, in-4° goth., 20 ff.n.c., 20 IX 1519 – Paris, BnF, Impr., Rés. Y2.783 (PGL-220a) ; (L) E cheualier delibere // Co[m]prenant la mort // Du duc de Bourgongne. // Qu [sic] trespassa deuant Nancy en Lorraine, Paris, Denis Janot, in-4° goth., 20 ff.n.c., [vers 1530-1532] – Chantilly, M. Condé, IV-E-093 (PGL-220b).

17 Le salue regina en francoys fait nou // uellement a Paris a la louange de la // glorieuse vierge marie, Paris, Jean Trepperel, in-4° goth., 6 ff. nc., [vers 1490-1493] – Paris, BnF, Impr., Rés. Yf. 120 (PGD-169a) ; Le salue regina en fran // coys fait a la louenge de la glorieuse v[ier]ge marie, Paris, Nicole de La Barre, in-4° goth., 6 ff.n.c., [entre IX 1499 et 1506] – Paris, BnF, Impr., Rés p. Ye. 2664 (PGD-169c).

18 Maistre Aliboru[m] qui de tout // se mesle auec le cry des monnoyes, [Paris, Michel Le Noir], in-4° goth., 4 ff.n.c., [vers 1505] – Paris, BnF, Impr., Rés. Ye. 263 (PGL-234b) ; Maistre Aliborum qui de // tout se mesle auec le cry des monnoyes, [Paris, Vve Jean Trepperel], in-4° goth., 4 ff.n.c., [vers 1512-1525] – Paris, BnF, Impr., Rés. Ye. 269 (PGL-234d).

19 Par exemple, le livret imprimé à Rouen contenant la « déploration de France sur la mort de Clément Marot » est prétendument publié selon « l’exemple faicte à Paris » (Paris, BnF, fonds Rothschild, V.5.62 : PGA-390). Si l’on compare ce livret avec les « exemple(s) » parisiens aujourd’hui connus, tels que celui de Benoît Prévost (Paris, BnF, Impr., Rés. Ye. 1593), il ressort que l’édition rouennaise reproduit le texte sans chercher à imiter ni la présentation matérielle, ni les paramètres de mise en pages.

20 Alexis, Guillaume. Le debat de lhomme // et de la femme, Paris, Jean Trepperel, in-4° goth., 6 ff.n.c., 1493 – Chantilly, M. Condé, IV-E-099 ; Nantes, M. Dobrée, 448 (PGL-2b) ; Le debat de lo[m]me [et] de la fem = // me, Paris, Jean Trepperel, in-8° goth., 4 ff.n.c., [1505/1510] – Paris, BnF, fonds Rothschild, IV. 4.86 (PGL-2c).

21 (L)Es // contenances de la table, [Lyon, Jean Dupré], in-4° goth., 6 ff.n.c., [vers 1488-1492] – Paris, BnF, Impr., Rés. Ye. 843 (PGL-60i).

22 Les cinq reprints sont : 1. (L)E co[n] = // tenances d[e] la table ***, [Lyon, Pierre Mareschal et Barnabé Chaussard], in-4° goth., 4 ff.n.c., [vers 1500] – pièce non domiciliée dans un fonds de bibliothèque (Pouspin, PGL-60m ; GW, 7453 ; Baudrier, XI, 483 [1er art. des Contenances] ; Bechtel C-603 ; ISTC ic00869600). 2. (L)Es con = // tenances de la // table., Lyon, Pierre Mareschal et Barnabé Chaussard, in-4° goth., 4 ff.n.c., [post 1503] – pièce non domiciliée (Pouspin, * PGL-60n ; Baudrier, XI, 483 [2e art. des Contenances] ; Bechtel C-604). 3. (L)Es conte // nances de la // table ***, Lyon, Pierre Mareschal et Barnabé Chaussard, in-4° goth., 4 ff.n.c., [vers 1504] – Paris, BnF, Impr., Rés. Ye. 333 (PGL-60 o). 4. (L)es co[n]te // nances de la // table, Lyon, Pierre Mareschal et Barnabé Chaussard, in-4° goth., 4 ff.n.c., [vers 1504] – Paris, BnF, fonds Rothschild, IV. 4.157 (PGL-60p). 5. (L)Es conte // nances de la table ***, Lyon, Pierre Mareschal et Barnabé Chaussard, in-4° goth., 4 ff.n.c., [s.d.] – pièce non domiciliée (Pouspin, * PGL-60q ; Baudrier, XI, 484 [3e art. des Contenances] ; Bechtel C-603).

23 Ce texte est connu par trois versions différentes au Moyen Âge : la première version, de soixante vers octosyllabiques, composée à la fin du xiiie siècle, recommande notamment de s’essuyer les lèvres avant de boire – un unique verre était en effet partagé par toute la table –, de ne pas tremper sa viande dans la salière, etc. ; la deuxième version, de quarante-sept distiques, remanie la version précédente et aborde notamment la question de la serviette à table ; la troisième version, qui date du xve siècle, dilue et amplifie la seconde version des Contenances. C’est cette dernière version que les pièces gothiques mettent en imprimé.

24 (S)Ensuyt lhistoire // de Pierre de prou // uence et de la belle // Maguelonne Nouuelle // me[n]t i[m]prime a paris. v [cahiers] // [Bois] // ¶ On les vend a Paris en la rue neufue nostre // Dame a lenseigne de lescu de France, Paris, Vve Jean Trepperel, in-4° goth., 24 ff.n.c., [vers 1520-1525] – Paris, BnF, fonds Rothschild, VI. 7 (bis). 21 (PGL-274b) ; La belle maguelonne, Rouen, Richard Goupil pour Michel Angier à Caen, Jean Macé à Rennes et Richard Macé à Rouen, in-4° goth., 24 ff.n.c., [vers 1513-1515] – Londres, BL, 1079. f. 25 (PGL-274a).

25 Walther Suchier a étudié toute la tradition textuelle de ce texte. Walther Suchier, L’Enfant sage : Das Gespräch des Kaisers Hadrian mit dem klugen Kinde Epitus. Die erhalten Versionen herausgegeben und nach Quellen und Textgeschichte untersucht, Dresde, s. n., 1910.

26 Lenfant saige a troys ans // interrogue par adrien empereur lequel luy rend responce // de chascune chose quil luy demande, Paris, Gaspard Philippe, in-4° goth., 6 ff.n.c., [vers 1503] – Paris, BnF, Impr., Rés. Z. 1112 (PGL-133b). L’image et le calibrage de cette édition ont été repris dans une réédition anonyme de ce texte que les bibliographes attribuent à Gaspard Philippe : Lenfant saige a troys ans // Interrogue par adria[n] empereur. lequel luy // rend respo[n]ce de chascu[n]e chose q[ui]l luy dema[n]de, [Paris, Gaspard Philipe], in-4° goth., 5 ff.n.c., [vers 1503] – Aix-en-Provence, B. Méjanes, Inc. D. 69, 1 (PGL-133c).

27 Martha Kleinhaus, « L’Enfant sage à trois ans. Vom mittelalterlischen Dialog zum Volksbuch », Zeitschrift für romanische Philologie, 106, 1990, p. 289-313, ici p. 297 et suiv.

28 Ce texte manuscrit daterait du xvie siècle, vers 1500-1520 (Vienne, ÖNB, Cod. 3391 Han.) : « Lenfant saige a trois ans interrogie par Adrian empereur lequel lui rend response de chacune chose » (fol. 42-48).

29 François Lebrun, « Le contenu idéologique de la littérature “populaire” du xvie au xixe siècle, d’après L’Enfant sage à trois ans », dans La France d’Ancien Régime : études réunies en l’honneur de Pierre Goubert, Toulouse, Privat, 1984, t. 1, p. 355-365. Repris dans François Lebrun, Croyances et cultures dans la France d’Ancien Régime, Paris, Seuil, 2001, p. 183-199.

30 ()Est le liure de gouuernement des roys et des princes appelle le secret des secres…, Lyon, Nicolaus Philippi et Marcus Reinhart, in-4° goth., 44 ff.n.c., [vers 1478] – La Haye, RL II 911 (ISTC ia01050800).

31 Le secret des secretz, [Paris, Louis Martineau], in-4° goth., 6 ff.n.c., [1484] – Bordeaux, BM, T 6673/5 (PGM-4b).

32 En 1497, Antoine Vérard « imprime » (fol. 79) le Secret des secrets, suivi du Gouvernement des princes et de deux autres textes : Le Trésor de Noblesse de l’humaniste Diego de Valera, traduit en français par Hugues de Salves, et les Fleurs de Valère le Grant, réécriture des Facta et dicta memorabilia de Valère Maxime (Paris, BnF, Impr., Rés. E. 46).

33 (L)A vie et les miracles // madame saincte eliza // beth Fille du roy de // hongrie, Paris, à l’enseigne de l’écu de France [Jean Trepperel], in-4° goth., 14 ff.n.c., [ante 1506] – Paris, BnF, Arsenal, Rés. 4-H-6460 (2) (PGD-201).

34 Jacques de Voragine, La Légende dorée, éd. par Alain Boureau et Monique Goullet, Paris, Gallimard, 2004, p. 948.

35 (L)A vie des vnze mille // vierges, Paris, Jean Trepperel, in-4° goth., 6 ff.n.c., [s.d.] – Paris, BnF, Arsenal, Rés. 4-H-6460 (6) (PGD-230).

36 En effet, des récits hagiographiques diffusés sous forme de livrets ont été ensuite ajoutés aux rééditions de la Légende dorée. Les Vies de saint Claude et saint Roch ont par exemple été additionnées à la fin de la Légende dorée dans l’édition latine de 1507, puis dans la version française de 1511 par Richard Goupil.

37 Alain Boureau, La « Légende dorée ». Le système narratif de Jacques de Voragine, Paris, Cerf, 1984, p. 58.

38 Sonia Bledniak, « L’hagiographie imprimée : œuvres en français, 1476-1550 », dans Guy Philippart (dir.), Hagiographies. Histoire internationale de la littérature hagiographique latine et vernaculaire en Occident des origines à 1550, Turnhout, Brepols, 1994, ici p. 365.

39 Sur Eloy d’Amerval et son œuvre, voir Andreas C. Ott, Eloi d’Amerval und sein « Livre de la diablerie ». Ein Beitrag zur Kenntnis Frankreichs am Ausgang des Mittelalters, Erlangen, Hof-und Univ.- Buchdruckerei von Junge & Sohn, 1902 ; ainsi que les travaux de Robert Deschaux : « Le livre de la deablerie d’Eloy d’Amerval », dans Le diable au Moyen Âge, Senefiance, 6, 1979, p. 183-193 et « Eloy d’Amerval et l’éducation des enfants », dans L’enfant au Moyen Âge, Senefiance, 9, 1980, p. 375-388.

40 Anne Réach-Ngô, « La mise en recueil des narrations à la Renaissance ou l’art de la bibliothèque portative », dans Brigitte Ouvry-Vial, Anne Réach-Ngô (dir.), L’acte éditorial.., op. cit., p. 125-147.

41 Lucifer de // mande frians et gourmans // pour les damner §, Lyon, James Meunier, in-8° goth., 4 ff.n.c., [vers 1540] – Paris, BnF, fonds Rothschild, V. 7.86 (PGD-109) ; Comment le // pere et la mere doibuent cha // stier leurs enfans en ieunesse, // par Lexemple de celluy qui // arracha le nez de son pere en // le baisant. // priuilege, [Lyon, James Meunier], in-8° goth., 4 ff.n.c., [vers 1530-1540] – Paris, BnF, Impr., Rés. Ye. 1437 (PGD-36) ; Lauaricieux // pensant iour et nuyt // a son tresor, [Lyon, James Meunier], in-8° goth., 4 ff.n.c., [vers 1530-1540] – Paris, BnF, fonds Rothschild, V. 7.87 (PGD-11) ; Comment // chascun se doibt vestit [sic] // selon son estat. // Imprime a // Paris, Paris [pour] « Munier » [James Meunier à Lyon ?], in-8° goth., 4 ff.n.c., [vers 1530-1540] – Londres, BL, C. 39. a. 62 (PGD-35) ; § Des // enfans qui desirent // la mort du pere et // de la mere, [Lyon, James Meunier], in-8° goth., 4 ff.n.c., [vers 1540] – Paris, BnF, fonds Rothschild, V. 7.84 (PGL-134).

42 Le diable se moc // que des femmes qui no // sent filer le samedy // apres midy, [Lyon, Jacques Moderne], in-8° goth., 4 ff.n.c., [vers 1540] – Paris, BnF, fonds Rothschild, VI. 3 (bis) 66 (13) (PGD-58).

43 Comment Sa = // tha[n] et le dieu Bac // chus accuse [sic] les // Tauerniers // qui brouil // lent le Vin, [Lyon, Jacques Moderne], in-8° goth., 4 ff.n.c., [vers 1540] – Paris, BnF, fonds Rothschild, VI. 3 (bis) 66 (14) (PGD-37).

44 Seul le pastiche de la Grand Deablerie, que publie Jacques Moderne, affiche au titre une gravure très proche de celle de l’édition de 1518-1520 où l’on voit des diables faire cuire des damnés dans un chaudron (La grant dyablerie, Paris, BnF, Impr., Rés. Ye. 804). L’imitation du chapitre 100 de cet ouvrage se prolonge jusque dans son iconographie.

45 Le liure de la deablerie, Paris, Michel Le Noir, in-fol., 124 ff.n.c., [1508] – Paris, BnF, fonds Rothschild, IV. 1.25, fol. x6.

46 Il est significatif que l’édition de cette œuvre par l’atelier de l’Écu de France en 1518 soit imprimée en textualis, caractères typographiques spécifiques aux ouvrages théologiques (Bechtel, D-26).

47 Ce dicton se retrouve dans plusieurs manuscrits, mais l’ordonnance des vers y est différente. Il semblerait que le manuscrit français 2307 de la BnF (fol. 43v), composé dans la première moitié du xvie siècle, soit le seul à contenir le dicton tel qu’il est imprimé dans le livret gothique. Ce manuscrit et le livret se distinguent des autres manuscrits par un premier vers corrompu : « En povre loyaulté » au lieu de « En prince leaulté ».

48 Jean d’Abundance est le pseudonyme d’un poète dont on ignore le nom et la vie. Il serait l’auteur de cette traduction et réécriture du Dialogus linguae et ventris ou De membris conspirantibus. Il s’agit d’un opuscule latin que les historiens du livre et les bibliophiles (comme Leyser et Fabricius-Mansi) attribuent à Jean de Salisbury pour la seule raison qu’il figure à la fin de la première édition latine du Policraticus (Bruxelles, vers 1480). Cet opuscule est publié de manière autonome à partir des années 1490 ; on en connaît une dizaine d’incunables. Sur les tribulations des traductions imprimées du Policraticus, voir l’article de Nicolas de Araujo : « Une traduction oubliée du Policraticus de Jean de Salisbury par François Eudes de Mézeray (1639) », BEC, 164, 2006, p. 581-594.

49 Jacobus de Reno, Dialogus Senis et Iuvenis de amore di = // sputantium incipit, Paris, Wolfgang Hopyl, 1492 – Paris, BnF, Impr., Rés p. R. 24 ; Dialogus senis et Iuuene de // amore disputantium incipit, Louvain, Thierry Martens, [post 1498], in-4° goth. – Paris, BnF, Impr., Rés. R. 1116. Il s’agit d’un dialogue sur les avantages et les inconvénients de l’amour sur le modèle de la disputatio universitaire. L’auteur de ce texte, Jacobus de Reno, chanoine de Cologne, reprend ici le motif du traité d’Andrea Capella (De amore) et de l’œuvre d’Enea Silvio Piccolomini (De duobus amantibus). Sur cet ouvrage, voir l’article de Thomas Haye : « Ein Kölner Disput über die Liebe. Andreas Capellanus, Enea Silvio Piccolomini und Jacobus de Reno (Dyalogus de sene et iuvene de amore disputantibus) », Daphnis. Zeitschrift für Mittlere Deutsche Literatur, 38/3-4, 2009, p. 449-489.

50 Sur le débat comme genre littéraire, voir Pierre-Yves Badel, « Le Débat », dans Daniel Poirion (dir.), La littérature française aux xive et xve siècles, op. cit., p. 95-110.

51 Remede tresutile contre fie = // ure pestilencieuse et autre manie // re de epydimie approuue par plus // sieurs docteurs en medecine, [Paris, Ulrich Gering], in-4° goth., 8 ff.n.c., [vers 1480-1481] – Paris, BnF, Impr., Rés. Te30.13 A ; Cambridge, Harv. Countway Lib. (PGM-85a). Ce Remède a également été publié par Ulrich Gering en lettres rondes (Boston, Countway Library) ; cette édition serait, d’ailleurs, le seul incunable en langue française imprimé en caractères romains que l’on connaisse.

52 Les Chapitres ou articles // de la tressaincte confederation faicte entre n[ost]re sainct // pere le Pape, La Maieste Imperialle, et les Venitiens, // Contre les Turcqz // [Bois] // ¶ Par Guillaume Vosterman en la Licorne dor. // ¶ Cum Gratia et Priuilegio, Anvers, Guillaume Vosterman, in-4° goth., 4 ff.n.c., [post 8 II 1539] – Paris, BnF, fonds Rothschild, IV. 4.123 ; Gand, BU (PGA-339).

53 [Joannem Dantiscus] Victoria // Sereniss [imi] Poloniae RE = // gis contra Vayevodam Muldaviae, // Turcae tributarium [et] // subditum, // xxii. Augusti parta // [marque] // PARISIIS // Excudebat Christianus Wechelus, in vico // Iacobaeo, sub scuto // Basiliensi // 1531, Paris, Chrétien Wechel, in-4° rom., 3 ff.,. c., 1531 – Paris, BnF, Impr., Rés. M. 567 ; Turin, BR. Livret inspiré d’une édition de Louvain imprimée le 21 octobre 1531 par Rutgerus Rescius ; La Grand // victoire dv tres illvstre // Roy de Poloine, contre Vayevode duc de Muldavie, // tributaire [et] subiect au grand Turc, faicte le xxii // iour daoust, Lan mil cinq cens tre[n]te [et] vng // Translate de latin // en Francois. // [marque] // Imprime a Paris a lescu de Basle, Lan // M. D. xxxi. le quatorzies = // me de Nouembre, Paris, Chrétien Wéchel, in-4° goth. et rom., 4 ff.n.c., [post 22 VIII] 1531 – Paris, BnF, Impr., Rés p. M. 116 ; Paris, B. Mazarine, 8° 35889 (16) Rés. ; Washington, FSL (PGA-283).

54 CHRI // Stianissimi // Francorum Regis, aduer = // sus Imperatorem Ele = // ctum prorogati // duelli autore[m] // defensio, Paris, [par A. Couteau et P. Vidoue] pour Galliot Du Pré, in-4° goth., 8 ff.n.c., [post 10 IX 1528] – Paris, BnF, ms. fr. 17526, fol. 18-25.

55 Par rapport aux deux éditions françaises imprimées pour Galliot du Pré, le texte latin cidessus contenait en plus un intertitre imprimé en manchette et une pièce en vers au verso du dernier feuillet. La def = // fense du roy trescrestien // contre lesleu en em = // pereur delayant // le combat de[n] = // tre eulx, Paris [par A. Couteau et P. Vidoue] pour Galliot Du Pré, in-4° goth., 6 ff.n.c., [post 10 IX 1528] – Paris, BnF, Impr., Rés. F. 171 (14) ; Paris, BnF, Impr., Rés 4. Lb30. 51 ; Séville, BC, 4.1.4 (3) (PGA-222a). Ce texte a été réédité par le même atelier avec les mêmes paramètres de mise en pages et un encadrement identique en page de titre : La def = // fence du roy treschrestien // contre lesleu en em = // pereur delayant // le combat de[n] = // tre eulx, Paris, pour Galliot du Pré, in-4° goth., 8 ff.n.c., [vers septembre 1528] – Paris, BnF, Impr., Rés 4. Lb30. 51 (A) ; Paris, BnF, Impr., Rés 4. Lb30. 51 (A, alpha) ; Paris, BnF, fonds Rothschild, IV. 4.126 (PGA-222b).

56 LA terrible [et] espoue[n]table comete la [que]lle apparut le .xi. Doctobre // lan. M.ccccc.xxvii. en Vvestrie region Dalemaigne. // ¶ Ite[m] le merueilleux brando[n] de feu q[ui] quasi trauersa toute la Fra[n]ce et // terrible bruit q[ui]l fist en passa[n]t dess[us] Lyo[n] le .v. dauril M.ccccc.xxviii. // ¶ Ite[m] la pluye de pierres laquelle se fist es parties Dytalie le mesme // iour [et] heure q[ue] le dessusd[it] bra[n]do[n] de feu veu passer par dessus Lyo[n], [Lyon, Pierre de Sainte-Lucie], in-4° goth., 4 ff.n.c., [post 5 IV 1528] – Paris, BENSBA, fonds Masson, no 682 (PGA-218a) ; LA terrible [et] espoue[n]table comete la [que]lle apparut le .xi. Doctobre // lan. M.ccccc.xxvii. en Vvestrie region Dalemaigne. // ¶ Ite[m] le merueilleux brando[n] de feu q[ui] quasi trauersa toute la Fra[n]ce et // terrible bruit q[ui]l fist en passa[n]t dess[us] Lyo[n] le. v. dauril M.ccccc.xxviii. // ¶ Ite[m] la pluye de pierres laquelle se fist es parties Dytalie le mesme // iour [et] heure q[ue] le dessusd[it] bra[n]do[n] de feu veu passer par dessus Lyo[n], [Lyon, Pierre de Sainte-Lucie], in-4° goth., 4 ff.n.c., [post 5 IV 1528] – Aix-en-Provence, B. Méjanes, Aix, Rés. D. 36, 9 ; Londres, BL, g. 6697 (4) (PGA-218b). Contrairement au livret allemand pris en modèle, l’édition lyonnaise et son reprint contiennent non seulement le récit de la comète, mais aussi la relation de deux autres apparitions prodigieuses d’origine inconnue.

57 Außlegung Peter Creutzers, etwan des // weytberümpte[n] Astrologi M. Io. Liechtenbergers discipel, vber den er // schröcklichen Cometen, so im Westrich vn [d] vmb-ligenden grentzen erschi // nen, am .xi. tag Weinmonats, des M.D.xxvii. iars, zu[m] eeren den // wolgepornen Heern, herr Iehan, vnd Philips Franzen, // beyde, Will vnd Reyngrafen etc., [Nünberg, Georg Wachter], 4° goth., 8 ff.n.c., [1528] – Munich, Nayerische Staatsbibliothek, VD16 C 5801.

58 Le récit de la comète et la gravure de ce traité allemand sont repris par Conrad Lycosthenes dans sa chronique (1557), avant de passer ensuite dans les Histoires prodigieuses de Pierre Boaistuau (1560) et dans le Livre des monstres d’Ambroise Paré (1575).

59 (L)E double de Loriginal, q[ui]l // a este escript [et] mande par le/gra[n]d Turck, ensemble // le Roy de Cathey, [et] le roy // de Perse, a tous princes [et] seigneurs et estatz de toute la chrestie[n]te. // De Lempire Ro[m]main. // [bois] // Item la teneur co[m]mant [sic] Lempereur de // Turquie a deffie le Roy Dhungrie : // Lan M.D.xxvi // Nouuelleme[n]t tra[n]slate dallema[n]t en fra[n] = // coys, a Gen[eue]. par V. k, Genève, Wygand Köln, in-8° goth., 4 ff.n.c., [post I 1526] – Paris, BnF, fonds Rothschild, IV. 4.172 (PGA-187b). Cette figure est reproduite supra, chap. 6, p. 172 (fig. 12). Carl Göllner recense cinq éditions allemandes de cette lettre de Soliman (nos 189-190, 242-244). Carl Göllner, Turcica. Die europäischen Türkendrucke des XVI. Jahrhunderts, Bucuresti/Berlin, Editura Academiei RPR/Akademie-Verlag GMBH, 1968, 2 vol. ; Id., Turcica, t. 3 : Die Türkenfrage in der öffentlichen Meinung Europas im 16. Jahrhundert, Bucuresti/Berlin, Editura Academiei R. P. R./Akademie-Verlag GMBH, 1979.

60 Cinq pièces gothiques ont été expressément revues et corrigées : 1. Les louanges // de Iesus Nostre Saulueur // Oeuure tres excellent Diuin. [et] elegant. // Compose par maistre Victor Brodeau Se // cretaire [et] Varlet de chambre du Tres chresti // an Roy de France, Francoys premier de ce // nom : Et de noble [et] haulte Princesse La Ro // yne de Nauarre Sœur vnique dud[it] Seigneur // Auecques les louenges de la glorieuse vierge marie/= Psal. E. xl.vii. // Lauda Hierusalem Dominum,/Lauda Deum tuum Syon. // Nouuellement Imprime veu et corrige. // Laude la Natiuite Iesus Christ. // MDXL, [Paris, s.n.], in-8° goth., 22 ff.n.c., [vers 1540] – Paris, B. Mazarine, 8° 21562 (2) Rés. (PGD-16). 2. Le grand Lapi = // daire, ou sont declarez les noms des Pier = // res Orientalles. Auecques les vertus // et proprietez dicelles. Aussi les Is = // les et pays ou elles croissent, // [et] dou on les aporte. Com = // pose par messire Ian // de Mandeuille // cheualier. // ¶ Veu [et] corrige, par plusieurs marchans, ay = // ant este esdictz pays et regions, auecques // lopinion des habitans diceux, outre les // precedentes Impressions. Mil cinq cens // soixante et vn. // [Bois] // A PARIS // Pour Ian Bonfons Libraire, demourant en // la rue Neufue nostre Dame, a lenseigne // sainct Nicolas, Paris, Jean Bonfons, in-8° goth., 24 ff.n.c., 1561 – Paris, BnF, Arsenal, 8-S-7425 (PGM-52e). 3. Sensuit lhorloge de la Passion de // nostre Seigneur Iesus Christ conte = // nant vingt [et] quatre heures, auec plu = // sieurs oraisons des saincts [et] sainctes, // nouuellement imprimees. Le tout // reueu, corrige et mis en fort belle or // dre mieux que auparauant, [Paris, Pierre Corbault], in-16 goth., 8 ff.n.c., [1596] – Paris, BnF, Arsenal, Rés. 8-T-7419 (1) (PGD-93b). 4. Lart et science de // bien parler et soy taire auec la // maniere de mentire [et] dire vray // ensemble, Et aussi de mentir, // iocose sans peche. Lequel est // tres utile a scauoir, et entendre // a toute personne. Fait et corri // ge de nouueau. Mil cinq cens // xxvii.xvi. de Mars, Paris, Guichard Soquand, in-8° goth., 8 ff.n.c., 16 III 1527 – Paris, BnF, fonds Rothschild, V. 4.101 (PGM-9c). 5. § Le Te deu[m] pour // leglise Lutherie[n]ne : en // Francoys [et] en latin. // Auec la Ballade et la // Chanson dyceulx Lu = // theriens. tout de nou = // ueau imprime augme[n] // te [et] corrige. // [Bois] // ¶ Le Te deum de Luther, [s.l., s.n.], in-8° goth., 8 ff.n.c., [s.d.] – Séville, BC, 15.2.1 (9) (PGA-312).

61 En sus de la pièce précédente, deux brochures sont présentées comme des éditions augmentées : 1. (I) cy est la danse macabre des fe[m]mes // toute hystoriee [et] augme[n]tee de nou // ueaulx personnaiges auec plusieurs // dis moraulx en latin et francoys q[ue] // sont enseignemens de bien viure // pour bien mourir, Paris, Guy Marchant, in-4° goth., 14 ff.n.c., 2 V 1491 – Paris, BnF, Impr., Rés. Ye. 86 (PGD-51d). 2. Le blason des ar = // mes auec les armes des princes [et] seign[eu]rs // de Fra[n]ce. Auquel est de nouueau adiouste les // armes de empereurs [et] roys chrestiens // ¶ On les vend a Lyon en la maison de // Claude nourry dict le prince, Lyon, Claude Nourry, in-8° goth., 24 ff.n.c., [1525] – Paris, BnF, Impr., Rés. V. 3199 (PGL-20a).

62 Le réemploi repose sur l’insertion du vieux dans du neuf. La réécriture implique une transformation du contenu d’un texte tout en en conservant la forme. Monique Goullet la définit « comme la rédaction d’une nouvelle version (hypertexte) d’un texte préexistant (hypotexte), obtenue par des modifications appelées formelles pour autant qu’elles affectent le signifiant (et elles sont alors d’ordre quantitatif, structurel ou linguo-stylistique), et sémantiques (ou conceptuelles) pour autant qu’elles affectent le signifié ». Monique Goullet, Écriture et réécriture hagiographiques. Essai sur les réécritures de Vies de saints dans l’Occident latin médiéval (viiie-xiiie siècle), Turnhout, Brepols, 2005, p. 23.

63 Voir supra, chap. 6, p. 176. ¶ La prinse de Genes et la fuyte // des Espaignolz, [Rouen, Robert Brenouzet], in-8o goth., 4 ff.n.c., [post 14 VIII 1527] – Paris, BnF, Impr., Rés. Lb30. 47 (PGA-206) ; La prinse [et] assault de Pauie fai // [sic] cte par monsieur de Laustret, lieute // nant general du Roy nostre sire dela // les mons, auecques la fuyte des // Espaignolz, [Rouen, Robert Brenouzet], in-8° goth., 4 ff.n.c., [post 15 IX] 1527 – Paris, BnF, Impr., Rés. Lb30. 48 (PGA-210).

64 La desclara = // ration [sic] de la Guerre. faicte par // le treschrestian Roy de France // Contre Lempereur et tous ces // subiectz : tant par mer q[ue] p[ar] terre. // Cum priuilegio, Rouen, Jean Lhomme, in-4° goth., 4 ff.n.c., 10 VIII 1542 – Chantilly, M. Condé, IV-B-072 (1) (PGA-358) ; La preparation // de larmee du // grant Turcq, // Contre le Sophie, Roy de Perse, [s.l., s.n.], in-8° goth., 4 ff.n.c., [post 25 V 1534] – Chantilly, M. Condé, IV-B-072 (2) (PGA-296).

65 (E)vure nouuelleme[n]t // translatee de Italienne rime : en rime // francoyse contenant laduenement du // trescrestien Roy de france Loys. xii. de // ce nom a Millan […], Lyon, [Noël Abraham], 9 VI 1509 – Paris, BnF, fonds Rothschild, IV. 4.177 ; Lyon, BM, Rés. B 485488 CGA (PGA-84a) ; (E) vure nouvelleme[n]t transla = // tee de rime Italie[n]ne : en rime francoyse con = // tenant laduenement du trescrestien Roy // de france Loys .xii. de ce nom a Millan […], Lyon, [Noël Abraham], 18 VI 1509 – Paris, BnF, Impr., Rés. Ye. 1085 (PGA-84b).

66 Jean-François Maillard, « De la maquette autographe à l’imprimé : La somptueuse et magnificque entrée du roi Henri III à Mantoue par Blaise de Vigenère (1576) », dans Pierre Aquilon et Henri-Jean Martin (dir.), Le livre dans l’Europe de la Renaissance, op. cit., p. 71-90 (citation p. 79).

67 Ezio Ornato, « Les conditions de production et de diffusion du livre médiéval… », art. cité, p. 71.

68 (L)a vie // saincte regne vierge et martire, Paris, Nicole de La Barre, in-4° goth., [14] ff.n.c., 30 IV 1500 – Paris, BnF, fonds Rothschild, IV. 4.37 (PGD-225a) ; § La vie [et] le = // gende de madame saincte // Reigne, vierge et martyre // [Bois] // ¶ Imprime a Troyes, chez Iean Lecoq, Troyes, Jean II Lecoq, in-8° goth., 16 ff.n.c., [vers 1560-1580] – Paris, BnF, Arsenal, 8-BL-15407 (1) (PGD-225b).

69 Alfred Morin, Catalogue descriptif de la Bibliothèque bleue de Troyes (almanachs exclus), Genève, Droz, 1974.

70 Geneviève Bollème, La Bible bleue…, op. cit.

71 Dominique Coq, « Les incunables : textes anciens, textes nouveaux », dans Roger Chartier, Henri-Jean Martin (dir.), Le livre conquérant…, op. cit., p. 203-227, ici p. 212.

72 Nous connaissons bien ces associations et réseaux d’imprimeurs-libraires grâce aux travaux d’Annie Charon-Parent sur l’imprimerie à Paris dans le second tiers du xvie siècle (Annie Charon-Parent, Les métiers du livre à Paris au xvie siècle, 1535-1560, op. cit., p. 139-141), de David Shaw sur les éditions parisiennes de l’œuvre de Coquillart (David Shaw, « Early Parisian Editions of the Works of Coquillart », art. cité, p. 213-217) et de Jean-Dominique Mellot sur l’histoire de l’imprimerie à Rouen (Jean-Dominique Mellot, L’édition rouennaise et ses marchés…, op. cit.).

73 Les Trepperel-Le Noir-Lotrian-Janot constituent une grande firme éditoriale dont le noyau central est la famille Trepperel et son atelier à l’enseigne de l’Écu de France établi rue Neuve-Notre-Dame. Au moyen d’unions matrimoniales, les Trepperel ont tissé un véritable réseau d’éditeurs-imprimeurs parisiens. À la mort de Jean I Trepperel vers 1511-1512, sa veuve lui succède. Elle publie seule et parfois en association avec son gendre Jean Janot. Installé à l’enseigne Saint-Jean-Baptiste dans la même rue Neuve-Notre-Dame, cet imprimeur-libraire a en effet épousé Macée, l’une des filles de Jean I, qui lui succède à sa mort en 1522. Leur fils, Denis Janot (petit-fils de Jean I Trepperel donc), poursuit le travail jusqu’en 1545. Il a travaillé en association avec Alain Lotrian, qui a succédé à la veuve Trepperel en 1525 et qui exerce à la même adresse jusqu’à ce que Nicolas Chrestien le remplace en 1547. En mariant sa fille Jeanne, Jean I s’est également lié avec un grand éditeur-imprimeur, Michel Le Noir, spécialisé dans l’édition de romans, en particulier de chevalerie.

74 Plusieurs ouvrages composés par Guillaume Alexis ont circulé entre les membres de cette firme. Les Faintises du monde, par exemple, ont été imprimés à plusieurs reprises par Jean I Trepperel dans les années 1490, puis réédités par Michel Le Noir vers 1500 et 1510 et, enfin, par Alain Lotrian à la décennie suivante. On aurait également pu développer les exemples du Dit de maistre Aliborum et de la Doctrine du pere au filz qui ont d’abord été édités par Michel Le Noir avant de passer dans le répertoire de la veuve Trepperel et de Lotrian.

75 Comme les Repues franches de Villon, la Manière de planter en jardin et les Quinze Joies de Notre Dame.

76 (L)A vie [et] lege[n]de de monseigneur sai[n]ct // Alexis auec la[n]tie[n]ne [et] loraison, Rouen, [Richard Goupil,] pour François Regnault, in-8° goth., 4 ff.n.c., [vers 1507-1511] – Paris, BnF, Arsenal, 8-H-20881 (PGD-190c).

77 Voir infra, chap. 11, p. 334-335.

78 Voir supra, chap. 3, p. 83-84.

79 Roger Chartier, Culture écrite et société. L’ordre des livres (xive-xviiie siècle), op. cit., p. 138-139.

80 Les Evangiles des connoilles – Chantilly, M. Condé, Ms. 0654. Il s’agit d’un manuscrit picard de 1470 environ, contemporain de l’édition de Colard Mansion : Cy commence le traittie intitule les euuangiles [sic] des que = // noilles faittes a lonneur [et] exaucement des dames, [Bruges, Colard Mansion], in-2° goth., [22] ff.n.c., [vers 1479-1484] – Paris, BnF, Impr., Rés. Ye. 92 (PGL-230b).

81 Voir supra, chap. 6, p. 160.

Table des illustrations

Légende Fig. 13 a-b. Le folio 3 de deux éditions du Secret des secrets : exemples de reproduction textuelle accompagnée d’un mimétisme matériela. Le secret des secrets, [1528], Paris, BnF, fonds Rothschild, V. 4.83, fol. 3 ;b. Le secret des secrets, [post 1530], Paris, BnF, Impr., Rés. Ye. 3015, fol. 3
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/27210/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Légende Fig. 14 a-b. Mise en livret d’un chapitre de la Grande Diablerie : transformation de la matière textuelle et du dispositif éditorial.a. Le diable se mocque des femmes, [1540], Paris, BnF, fonds Rothschild, VI. 3 (bis) 66 (13), fol. a3 ;b. S’ensuit la Grant dyablerie, [vers 1518-1520], Paris, BnF, Impr., Rés. Ye. 804, fol. e2
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/27210/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 368k

© Éditions de la Sorbonne, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540