Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Publier la nouvelle

 | 
Marion Pouspin

Troisième partie. Les modalités de la transmission des textes des pièces gothiques. Mise en livret et « illustration » des textes

Introduction de la troisième partie

Texte intégral

  • 1 La notion de publication (et ses dérivés) a été revisitée dans l’ouvrage collectif codirigé par Ch (...)
  • 2 À plusieurs reprises, Roger Chartier a attiré l’attention des chercheurs sur le rôle que joue la f (...)

1Publier une pièce gothique revient à transmettre au public, sous la forme d’un livret de petit format, bon marché, peu soigné, d’usage confirmé et généralement illustré, un texte en langue française et d’usage pratique, voire de première nécessité1. C’est une formule éditoriale sur laquelle des firmes ont parié et que quelques ateliers ont adoptée à l’occasion. Comme tout autre objet typographique, l’acte de publication de ces brochures suppose toute une série d’opérations qui transforment formellement le texte, suivant des conventions fixées au préalable par l’éditeur-imprimeur. Après avoir sélectionné le texte à publier selon l’orientation que l’officine veut donner à ses activités éditoriales (diversification, spécialisation), la forme à donner au texte est définie en fonction des contraintes de l’atelier (capacités techniques), mais aussi des propriétés des lecteurs visés (attentes, compétences et dispositions culturelles). Le texte est alors paré d’un arsenal paratextuel, comprenant des signes verbaux et non verbaux. Si la manipulation de la matière textuelle répond à sa nécessaire adaptation aux exigences typographiques, les éléments du paratexte tels que la formulation des titres et le choix des images correspondent à l’interprétation que le compositeur a du texte qu’il met en forme. En filigrane des dispositifs éditoriaux, transparaissent les modes de lecture du public auquel le texte est adressé, du moins tels que l’éditeur-imprimeur se les imagine2.

  • 3 Je reprends cette expression « acte éditorial » au titre de l’ouvrage collectif codirigé par Brigi (...)

2Par un retour au texte et à l’objet-livre, l’étude de ces dispositifs permet de réfléchir sur la manière dont on passe du texte à la pièce gothique et de restituer la signification dont les textes sont investis. L’objectif est ici de saisir comment l’inscription d’un texte dans sa matérialité exige un travail d’adaptation au nouveau support (et au nouveau public) et comment cela interfère dans la transmission et la réception du texte mis en livret. On s’intéressera tout d’abord à la circulation des textes sous l’emprise des pièces gothiques et à l’« acte éditorial3 » dans ce qu’il a de plus concret (chap. 10), avant de mettre en valeur la place et le rôle des images dans ces brochures (chap. 11).

Notes

1 La notion de publication (et ses dérivés) a été revisitée dans l’ouvrage collectif codirigé par Christian Jouhaud et Alain Viala (De la publication. Entre Renaissance et Lumières, Paris, Fayard, 2002). Au-delà de la simple action qui consiste à rendre public un texte, les contributions de ce livre interrogent les conditions de production et de diffusion de textes de diverses natures, composés entre le xvie et le xviiie siècle, en réaffirmant la nécessité de prendre en compte les publics visés et le choix du support dans l’interprétation des œuvres. Publier un texte implique une série d’actes qui forment des « chaînes de publications successives, dont les supports matériels, les modalités d’action, les acteurs, les effets symboliques, sont multiples et imbriqués » (p. 7).

2 À plusieurs reprises, Roger Chartier a attiré l’attention des chercheurs sur le rôle que joue la forme d’un texte dans sa transmission et sa réception, soulignant que les « significations [des textes] sont dépendantes des formes à travers lesquelles ils sont reçus et appropriés par leurs lecteurs (ou leurs auditeurs). Ces derniers, en effet, ne sont jamais confrontés à des textes abstraits, idéaux, détachés de toute matérialité : ils manient ou perçoivent des objets et des formes dont les structures et les modalités gouvernent la lecture (ou l’écoute), portant la possible compréhension du texte lu (ou entendu). Contre une définition purement sémantique du texte – qui habite non seulement la critique structuraliste, en toutes ses variantes, mais aussi les théories littéraires les plus soucieuses de reconstruire la réception des œuvres –, il faut tenir compte que les formes produisent du sens et qu’un texte, stable en sa lettre, est investi d’une signification et d’un statut inédits lorsque changent les dispositifs qui le proposent à l’interprétation ». Roger Chartier, L’ordre des livres. Lecteurs, auteurs, bibliothèques en Europe entre xive et xviiie siècle, Aix-en-Provence, Alinéa, 1992, p. 15.

3 Je reprends cette expression « acte éditorial » au titre de l’ouvrage collectif codirigé par Brigitte Ouvry-Vial et Anne Réach-Ngô, spécialistes respectivement de la littérature du xxe siècle et de linguistique. Ce livre aborde les enjeux de l’intervention éditoriale sur la forme de l’œuvre et sur sa réception par les lecteurs. L’acte éditorial est conçu comme « acte médiateur de transmission, [qui] aménage, adapte le texte au support de lecture au point d’en déterminer les conditions et modalités de réception ». Ce livre réfléchit sur le rôle de la forme matérielle d’un texte sur sa réception, question qui rejoint les problématiques de la physical bibliography et de Roger Chartier. Ce livre soulève également des réflexions inédites d’ordre herméneutique et épistémologique : en analysant le péritexte de quelques œuvres littéraires de la Renaissance et du xxe siècle, les contributeurs à ce livre considèrent la publication comme un acte interprétatif. Le discours éditorial rend compte d’une interprétation des textes et contribue à l’identité littéraire de l’œuvre, à sa littérarité. Brigitte Ouvry-Vial, Anne Réach-Ngô (dir.), L’acte éditorial. Publier à la Renaissance et aujourd’hui, Paris, Garnier, 2010.

© Éditions de la Sorbonne, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540