Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Publier la nouvelle

 | 
Marion Pouspin

Deuxième partie. Les principales classes de textes des pièces gothiques. Composantes et spécificités

Chapitre 6. L’émergence d’une presse d’actualité

Texte intégral

  • 1 Le nombre des pièces d’actualité aujourd’hui connues est à peu près similaire à celui des relacion (...)

1Les livrets ayant trait à l’actualité représentent en nombre absolu 539 titres, soit 28 % du répertoire des pièces gothiques aujourd’hui conservées1. La plupart de ces brochures rapportent des nouvelles sur les conflits politico-militaires du moment et s’étendent sur les événements marquants de la « vie nationale ». Dans une moindre mesure, elles colportent les faits divers ou contribuent à la polémique religieuse (tabl. 7).

* Datation le plus souvent basée sur l’événement relaté dans les brochures d’actualité.
Tabl. 7. Répartition des pièces d’actualité (1482-1565 *) selon leur sujet [n = 539]

Les pièces gothiques et l’information politico-militaire

2Dès les années 1494-1495, la France et, avec elle, ses voisins rivaux et alliés entrent dans une période belliqueuse marquée par des affrontements, des négociations, des alliances, des déclarations de guerre et de paix. Les guerres d’Italie sont d’abord motivées par la récupération d’un héritage et par une politique expansionniste qui prend l’allure d’une quasi-croisade. Cette aventure italienne de Charles VIII, poursuivie par Louis XII, vient ébranler l’équilibre entre les principaux États régionaux établi depuis la Paix de Lodi de 1454, un équilibre qui commençait déjà à vaciller depuis, d’une part, la succession de Pierre de Médicis à son père à la tête de Florence en 1492 et, d’autre part, les dissensions entre Ludovic et le roi de Naples Alphonse d’Aragon. Après la mésaventure italienne de Louis XII, François Ier recouvre le Milanais, mais déjà la paix récemment signée en 1516 par ratification du concordat avec Léon X est menacée par l’ascension et l’hégémonie des Habsbourg. Les possessions de Charles Quint encerclent et menacent le royaume de France. Dès lors, est inévitable l’affrontement avec François Ier qui, en quête d’une gloire indispensable au prestige monarchique, s’efforce de maintenir la place de la France au sein du nouvel ordre européen.

3À l’est, un front nouveau : l’expansion ottomane, inaugurée par Mehmet II depuis la prise de Constantinople et poursuivie par ses successeurs en direction de la Moldavie, du Péloponnèse, de la Hongrie, de la Transylvanie et de la Syrie, place la chrétienté occidentale en confrontation directe avec les Turcs. L’Empire ottoman s’intègre désormais au jeu des États européens.

4Toutes ces conjonctures de guerre agitent le marché et stimulent une presse d’actualité en Europe occidentale : les avvisi en Italie, les relaciónes de sucesos en Espagne, les Neue Zeitungen en Allemagne, les pamphlets en Angleterre, ainsi que les pièces d’actualité en langue française produites essentiellement dans le royaume de France et épisodiquement dans les Pays-Bas, voire en Italie.

Des matériaux multiples : nouvelles par lettres, récits, traités, pièces de circonstance

5Prépondérantes sur l’ensemble de la période, les brochures sur les conflits politico-militaires constituent plus de 60 % des livrets d’actualité. Ces opuscules rapportent, célèbrent ou déplorent des événements survenus lors des conflits majeurs de la fin du xve et du xvie siècle. Beaucoup concernent les guerres d’Italie ; les autres s’étendent plutôt sur le conflit franco-breton sous le règne de Charles VIII, les affrontements franco-britanniques, ceux opposant la France et l’Empire germanique ou encore l’avancée turque.

Tabl. 8. Répartition des composantes élémentaires des pièces d’actualité politico-militaire (1482-1565) [n = 442 textes pour 335 brochures]

6Les éditeurs-imprimeurs de ces livrets recyclent des matériaux de diverses natures, rédigés par des acteurs et des témoins. Parmi ces substrats (tabl. 8), les principales classes de textes sont les pièces en vers (32 %) et les « nouvelles par lettres » (40 %), pour reprendre l’expression utilisée par le Bourgeois de Paris sous le règne de François Ier. Ce sont ces genres de textes qui fleurissent traditionnellement à l’occasion des conflits armés pour en colporter les nouvelles.

Graph. 6. Rythme de publication des principales composantes des pièces d’actualité politico-militaire (1484-1565)

7L’édition des pièces d’actualité politico-militaires suit assez fidèlement la conjoncture des événements qui se déroulent de l’autre côté des Alpes, dans le nord du royaume de France et, dans une moindre mesure, sur le front turc. Cependant, il y a des variantes dans le rythme de la production des diverses classes de textes qui composent ces livrets. Lorsqu’on examine la répartition chronologique des principales composantes (graph. 6), on observe que les poèmes de circonstance apparaissent volontiers à l’occasion des grandes victoires ou à des moments où la royauté de France rencontre des revers militaires, ou encore lorsqu’elle tente de justifier une guerre menée contre un ancien allié. Ainsi, suite aux victoires françaises en Italie en 1495 et en 1507-1509, une série de poèmes donnent la parole aux princes vaincus qui reconnaissent et louent la puissance du roi de France. Dans le cadre de la conquête de Venise, de la guerre contre le pape Jules II et du conflit ouvert dès 1512 dans le nord du royaume de France, ce sont des diatribes et des libelles contre l’ennemi qui viennent légitimer la politique du roi.

8Autre facteur de variation : plus le théâtre des événements est éloigné (guerres en Italie – 1495, 1507-1509, 1527-1528 – et avancées turques – 1526), plus les récits et les lettres de nouvelles sont nombreuses. À l’inverse, un conflit à la frontière stimule plutôt la rédaction et l’impression de chansons et de poèmes de circonstance. Les échos des événements survenus au-delà des monts et dans les pays envahis par les Turcs parviennent effectivement dans le royaume de France sous la forme de lettres du roi et de souverains étrangers, de généraux de l’armée et de gens d’armes, de gentilshommes et de banquiers, sinon d’autres témoins encore.

  • 2 Sur les lettres rédigées dans le contexte des guerres d’Italie, je me permets de renvoyer à mon ar (...)
  • 3 Les lettres échangées entre amis en temps de guerre constituent l’un des types d’échanges épistola (...)
  • 4 ¶ Epistre de la ve =//nue de la royne Alienor ou royaulme de France et du re//conureme[n]t de mess (...)
  • 5 ¶ Le voyage de mo[n]sieur//de Lautrec, faict ceste presente Annee, contenant la//Prinse du Bosque, (...)

9L’éloignement et le contexte de la guerre insufflent fréquemment, sinon toujours, une effervescence de lettres de nouvelles adressées à des proches ou à des amis demeurés dans leur région2. L’échange de « nouvelles » sur une situation militaire vécue, vue ou entendue est un véritable topos des lettres échangées entre des « amis » en temps de guerre3. « Obtenperant à la priere » de son correspondant, un certain Jean Serre, témoin de la libération des Enfants de France et de leur entrée à Bayonne en 1530, lui dépêche « les bonnes œuvres qui ont esté faictes ces jours nagueres passez »4. De même, un certain pèlerin dénommé Jean de Forges, qui a assisté aux événements de Pavie de 1527, adresse à Monsieur de Normauville « des Nouvelles de la guerre » et de ses « affaires ta[n] t de par dela que de par deca », comme il le lui avait « promis ava[n] t [son] despartie »5.

10Derrière ces nouvelles par lettres qui ont été aussitôt reproduites et diffusées par des imprimeurs, se tiennent toujours des acteurs ou des témoins oculaires des événements, tel un maréchal de Trévoul qui rédige « au camp » au soir du 22 mai 1511 le récit de l’entrée des troupes françaises à Bologne qu’il a vécue plus tôt dans la journée, tel un Gilbert Pointet qui a observé la bataille de Fornoue du 6 juillet 1495 depuis le point reculé des chariots transportant les bagages de l’armée.

11Les lettres de nouvelles sont rarement éditées de manière isolée, mais plutôt compilées par groupes de deux, trois, voire quatre missives, et ce quel que soit le statut du destinateur. Il arrive qu’elles soient combinées avec des poèmes de circonstance qui chantent ou déplorent les mêmes événements.

12Outre les lettres de gentilshommes et d’hommes d’armes, les imprimeurs-libraires recyclent également des lettres composées par le roi. Celles-ci sont de deux types.

  • 6 La « lettre missive » est une lettre à caractère privé émanant du cabinet du roi. Bernard Barbiche (...)

13D’une part, on a des lettres dites « missives », que le roi adresse souvent depuis l’étranger aux membres de son gouvernement6. En effet, rompant avec la tradition de sédentarité des souverains, les rois Charles VIII, Louis XII et, dans une moindre mesure, François Ier ont mené en personne des campagnes militaires. À la manière des hommes de leur armée, ces monarques ont dépêché depuis le front italien des nouvelles par lettres, adressées aux membres du Parlement et de la Chambre des comptes. Celles de Charles VIII sont généralement destinées à Pierre de Bourbon, lieutenant général du royaume en son absence. Ces « lettres missives » sont des outils d’informations entre les mains des rois pour diffuser des nouvelles sur l’état du conflit. Elles se révèlent aussi de véritables outils de gouvernement parce qu’elles permettent d’organiser à distance les réjouissances publiques afin de célébrer une victoire nouvellement obtenue. Par exemple, le 22 février 1495, Charles VIII écrit à Pierre de Bourbon en ces termes :

  • 7 (P) Luseurs [sic] lettres nouuelles enuoyees//de Napples Par le Roy n[ost]r [sic] //sire A monseig (...)

Tousjours vo[us] escriray [et] feray savoir de mes nouvelles [et] autres choses ainsi qu’elles surviendront. Je vous prie ma[n]dez moy des vostres. Et advertissez es bonnes villes [et] autres lieux de mon royaume de Fra[n] ce ainsi que verrez estre à faire de ce q[ue] vous escris cy dessus affin qu’ilz sache[n]t la bo[n]ne prosperité [et] victoire qu’il a pleu à Dieu me donner en ceste mon entreprinse [et] recouvreme[n] t de mo[n] royaume de Napples7.

14Les pièces gothiques mettent ainsi à la portée des lecteurs (et des auditeurs) des textes royaux qui n’étaient pourtant pas destinés à être diffusés auprès des sujets. Il est clair que, dans ce contexte de guerres menées hors du royaume avec un roi du coup absent, les imprimeurs ont dû trouver un double intérêt à éditer ces correspondances. En sus de transmettre des informations au même titre que les autres textes de nouvelles, la lettre royale donne d’une certaine manière un caractère officiel, du moins officieux, à l’imprimé édité. Cela augmente d’autant le crédit et l’authenticité du discours colporté et appâte mieux encore la clientèle potentielle.

15D’autre part, quelques rares lettres, dites « closes », sont également débitées de la sorte. Contrairement aux « lettres missives », celles-ci revêtent toujours un caractère officiel. La plupart de ces lettres closes, qui ont reçu les honneurs de l’imprimerie, étaient initialement adressées aux agents du pouvoir et aux juridictions pour leur transmettre des nouvelles sur les affaires du royaume. D’autres lettres closes du roi, également mises en imprimé, sont plutôt destinées à des officiers particuliers ou à des princes étrangers. Ainsi, la pièce intitulée La déclaration de la guerre reproduit la lettre de François Ier au comte de Busancy et de Charvay, amiral. Par cette lettre écrite en 1542, le roi autorise les troupes françaises à prendre les armes contre Charles Quint. Ce texte est tout à la fois un réquisitoire à l’encontre de Charles Quint et une justification de l’action militaire du roi, ce « prince de qualité » poussé à la guerre par les injures et les malversations de l’empereur. Une autre brochure publie la lettre de François Ier aux princes électeurs, dans laquelle il s’efforce de justifier son alliance avec les Turcs. Cette lettre est autant l’apologie de la politique française qu’une diatribe contre l’empereur.

16Il faut remarquer que nombre de ces lettres missives et closes ne sont pas éditées de manière isolée dans ces petits cahiers gothiques. Elles sont généralement combinées avec des textes poétiques ayant un thème en partage, à l’instar de la « lettre close » que François Ier a dépêchée auprès du consulat de Lyon en 1530 pour annoncer la libération des Enfants de France. Cette lettre est mise en livret avec trois autres petits textes : l’attestation de la proclamation de cette lettre, le récit de la procession qui s’ensuivit et enfin un rondeau final qui célèbre ladite libération.

  • 8 (L)A mauuaistie [et] ob//stinacion des veniciens contre le//roy auec vnes lettres enuoyes [sic] de (...)

17Troisième et dernière catégorie de lettres que les imprimeurs-libraires publient : des missives émanant de personnes au service de la Couronne. Certaines sont composées par des généraux de l’armée qui informent le roi des opérations menées en son nom. D’autres consistent en des correspondances d’ordre politique ou administratif qu’expédient des secrétaires d’État occasionnels ou détachés à cet office. Sortent ainsi des presses rouennaises les lettres que le chancelier Jean de Gannay a écrites en 1509 aux membres de l’Échiquier de Normandie et de l’hôtel de ville de Paris. Le chancelier leur ordonnait, conformément à la volonté du roi, de réaliser des réjouissances publiques en l’honneur de la victoire sur les Vénitiens8.

18Outre ces relations d’événements, les imprimeurs-libraires recourent également à des substrats d’une tout autre nature : les pièces de circonstance. Déjà publiés sous le règne de Charles VIII, ces textes en vers font une entrée massive sous Louis XII et François Ier.

  • 9 Cynthia J. Brown, Poets, Patrons, and Printers. Crisis of Authority in late medieval France, Ithac (...)

19Une grande partie de ces écrits relève de ce qu’on appelle la « littérature de guerre ». Bien que l’anonymat soit la règle, certaines compositions en vers ont pu être attribuées à des auteurs plus ou moins connus, tels que Jean Richier, Hugues Descousu, Adrien Charpentier ou Pierre Gringore. À des fins publicitaires, les éditeurs n’hésitent pas à révéler l’identité de l’auteur dans le titre et le colophon de leurs publications. Parfois, c’est l’auteur lui-même qui dévoile son nom en acrostiche9. Les derniers vers du Grant jubillé de Millan donnent tout à la fois le nom du poète et la solution pour parvenir à le lire :

  • 10 Le grant iu =//bille de Milla[n]//Lequel traicte des conspi =//rations et trahiso[n]s des mil =//l (...)

Le nom de l’acteur à bonne fin
Entendre par ses lignes sept
Moins ne plus si bien vous voulez
Ordonner de chascun verset
Ne metz ne oste riens qui soit
Droictement la premiere lettre
Excusez tant le sens que mectre10.

  • 11 Cette littérature de guerre s’inscrit dans la tradition des pièces médiévales des xiiie-xive siècl (...)

20Ces pièces en vers contiennent des lamentations, des complaintes et des textes parodiques sur le mode de présentation de la prière (les patenôtres des ennemis). Ces poèmes reprennent la trame de la dénonciation de l’ennemi et de la glorification de la figure royale ou des troupes françaises. Tous donnent la parole aux peuples, pays ou princes ennemis qui déplorent leur défaite11. Ainsi, le Pater noster des Genevoys superpose pater et « francois » (l’armée française) dans un registre clairement christomimétique :

  • 12 (L)E pater noster qui es in//celis Des geneuoys en balade Auec//vne Chanson fort ioyeuse et deux// (...)

Pater noster qui es hault in celis
Puisque pour no[us] : si gra[n]t tristesse essis
Tu es francoys Orés le cognoissons
Car pour pugnir : noz crismes et delitz
Porter noz faitz : les nobles fleurs de litz
Dont grumeler en : noz ceurs ne cessons […]
Nomen tuum. Francoys si bien soustiennent.
Et en ta loy tellement s’entretiennent
Que terre n’est : qui ne leur puisse eschapper12.

  • 13 TRIALOGVE//fort beau, plaisant [et] delectable aux lecteurs. //Les personnaiges sont//lambassadeur (...)
  • 14 J’ai pu relever quatre éditions différentes de L’entreprise de Venise (Paris, BnF, fonds Rothschil (...)

21Il est à noter que ces pièces en vers sortent toutes d’officines françaises ; seul le Trialogue, sorte de comédie hostile à François Ier, est édité par l’Anversois Pacquier Pissart en 154413. Dès le début des guerres d’Italie, apparaît effectivement dans le royaume de France une quantité de poèmes laudatifs sur l’expédition que le roi mène en Italie. De grands efforts ont été mobilisés pour justifier la guerre contre Venise (1508-1509). Des poètes à la solde de Louis XII (André de La Vigne, Pierre Gringore) ont excité l’opinion publique en célébrant les victoires et les traités de paix ou en vitupérant les ennemis par les poèmes suivants : les Ballades de Bruit commun, L’entreprise de Venise, La lamentation de Venise, La complainte de Venise, L’union des Princes, tous diffusés sous forme de pièces gothiques14. Dans L’Union des Princes, Pierre Gringore exploite une rhétorique tout à la fois exhortative – destinée aux Français et à leurs alliés – et condamnatoire – contre Venise.

  • 15 Michael A. Sherman, « Political Propaganda and Renaissance Culture : French Reactions to the Leagu (...)
  • 16 Jennifer Britnell, « Antipapal Writing in the Reign of Louis XII : Propaganda and Selfpromotion », (...)

22Certains ont vu dans ces poèmes (et même dans leurs supports) de la « propagande », mais sans jamais réellement s’interroger sur ce que recouvre ce concept si moderne. En effet, c’est à partir seulement de l’analyse des messages véhiculés par ces poèmes de circonstance que Michael A. Sherman déduit qu’une anti-Venetian propaganda appeared in print in Paris15. De la même manière, Jennifer Britnell prétend que Louis XII orchestred a campaign of propaganda against Julius II16. Il est vrai que ces textes sont favorables à la politique royale et qu’il est difficile de saisir le statut des compositions des « poètes de cour » et de distinguer ce qui relève de l’initiative individuelle ou plutôt de la volonté du prince. Si, depuis les travaux de Cynthia Brown, s’est imposée l’idée que le poète de cour pouvait jouer de son statut d’auteur et du langage poétique et politique pour faire son autopromotion auprès du prince, la notion de « propagande » est encore trop souvent, me semble-t-il, utilisée avec abus, sans définition préalable : la propagande implique une utilisation délibérée, de la part d’un pouvoir, d’éléments de son système de communication pour faire passer un message politique en vue de convaincre ou de persuader. De là, on doit s’interroger sur la pertinence de cette notion pour ces poèmes de circonstance : ces œuvres répondent-elles à des commandes ? Le prince est-il intervenu dans l’écriture même du texte ? Le message idéologique ne relèverait-t-il pas plutôt de l’intention que le poète plaque sur son œuvre suivant ce qu’il estime être les attentes de son patron ? À moins que cette image du prince, qui paraît extrêmement valorisante à nos yeux et à ceux des contemporains, corresponde en fait à l’image réelle du roi telle que le poète se l’imaginait. C’est l’argument qu’avance Claude de Seyssel dans sa préface de la Victoire du roy contre les Vénitiens (1510) pour justifier le ton élogieux de son discours. En d’autres termes, ne serait-il pas plus juste de parler de « littérature de cour », notion elle-même ambiguë, plutôt que de « propagande » ? De plus, ce qui constitue le « fait de propagande » tient moins dans le contenu que dans la façon dont le message est véhiculé. D’une manière générale, les historiens et les spécialistes de la littérature ne prennent pas suffisamment en compte deux aspects importants des textes qu’ils étudient : le statut et la matérialité du support qui les portent. En fonction du support, le statut du message n’est-il pas amené à changer ? Quelle intention l’imprimeur plaque-t-il sur les substrats qu’il reprend ? Ses éditions correspondent-elles à des commandes ?

23En fait, on ne sait si ces poèmes de circonstance édités dans les pièces gothiques, dans lesquels le poète célèbre les actions politiques et militaires ainsi que les joies ou les peines de l’existence de son « patron » (naissance, avènement, décès), ont été composés sur commande. Cela étant, leurs auteurs sont connus pour avoir fréquenté, même ponctuellement, la cour du prince au sujet duquel ils composent leurs poèmes de circonstance. Ainsi, Jean d’Auton, historiographe de Louis XII, célèbre les victoires de ce roi contre Venise. Autre exemple plus révélateur encore : tantôt Jean Lemaire de Belges hait la France pour le compte de Marguerite d’Autriche et tantôt il la chérit aux frais d’Anne de Bretagne lorsqu’il compose les regrets de cette reine peu de temps après son trépas. De là, il est vraisemblable que l’intention de ces auteurs est sinon commandée par leur patron, du moins conforme aux attentes de leur maître.

  • 17 Laurent Desmoulins, (L)e depucellage de//La Ville de Tournay. Auec les//pleurs [et] lame[n]tatio[n (...)
  • 18 La prosopopée est une figure de rhétorique qui consiste à donner la parole à des abstrations, à de (...)

24À partir de 1513, dès lors que le royaume de France est en prise avec l’Angleterre, des poèmes sont désormais engagés à dénoncer les Anglais. Des pièces en vers de Laurent Desmoulins se font l’écho des échecs militaires qu’accuse l’armée française dans le nord du royaume. Mais il est frappant que ces échecs ne sont jamais présentés comme des défaites imputables au roi de France17. Ce sont au contraire les villes passées à l’ennemi qui subissent le blâme. Au moyen de la prosopopée18, des villes comme Tournai déplorent leur manque de résistance à la force étrangère, trahissant ainsi le roi de France.

25En 1522, la nouvelle invasion des troupes du roi Henri VIII s’accompagne également d’un flux de pamphlets contre ce prince et ses alliés. Ces poèmes ont excité l’opinion publique en célébrant les victoires du roi de France et les traités de paix diffusés par les autres pièces d’actualité.

  • 19 Henry Guy, Histoire de la poésie française au xvie siècle, t. 1, L’école des rhétoriqueurs, Genève (...)
  • 20 Sensuyvent//plusieurs belles chansons nou//velles dont les noms sensuivent…, [Paris, Vve Jean Trep (...)
  • 21 (S)Ensuyt//la rencon//tre [et] des//co[n]fiture des hen//noyers faicte en//tre sainct pol et betun (...)

26Dès les deux premières décennies du xvie siècle, cette littérature de guerre se déploie comme jamais auparavant, alimentée par de multiples auteurs, traducteurs ou adaptateurs. Ces derniers ont accompli un travail de rédaction et d’adaptation de pièces versifiées en langue vernaculaire afin de répondre aux besoins croissants des imprimeurs et du lectorat. Des œuvres plus spontanées viennent rejoindre ces poèmes de circonstance dans les années 1515, puis vers 1521-1522, lorsque le roi de France mène une expédition en Italie et dans le nord de la France. Ce sont des chansons d’actualité qui tournent en petites strophes les gloires de la France, sous forme de mélodies souvent familières et dont le timbre est précisé dans le titre de la brochure. Elles sont le fait de soldats de fortune qui, entre deux affaires, pendant un siège, au camp ou après une journée de bataille, agencent en strophes légères et assonancées un peu de cette histoire nationale à laquelle ils travaillaient de leurs bras19. La chanson historique sur le conflit franco-anglais de 1521 est, par exemple, l’œuvre d’un franc-archier picard20, tandis qu’une autre chanson, portant sur la victoire des troupes françaises contre les Bourguignons, a été composée « Le jour sainct Marc environ minuyt D’ung compaignon qui a mainte journée En la guerre demené son deduit21 ».

  • 22 Après avoir réfuté en termes violents les accusations portées contre lui par le roi de France, Cha (...)

27Ponctuellement, les éditeurs-imprimeurs mettent également sous presse des déclarations ou des manifestes. Ces rares « harangues » aux propos finement argumentés prennent part aux controverses politiques, à l’instar du défi avorté du roi de France à l’empereur en 1528. Cet incident, qui met fin au projet de rencontre conçu par les deux monarques, a été publié à plusieurs reprises, à Paris et à Anvers22. Dans la mesure où les publications soutiennent la cause du prince qui règne sur le territoire où elles sont émises, il n’est pas étonnant que les brochures parisiennes, d’une part, et celles anversoises, d’autre part, fournissent deux interprétations différentes de cet événement particulièrement important. Les pièces de Galliot du Pré rejettent sur l’empereur la responsabilité du report du combat, alors que les versions anversoises insistent au contraire sur la trahison du roi de France car, en agissant de la sorte, il ne respecte pas le traité de Madrid.

28De la même manière, les pièces gothiques relaient le conflit sur la responsabilité de la guerre entre le roi de France et l’empereur. Depuis la paix de Cambrai (1529) et son alliance turque officialisée en 1535, François Ier écume une réputation d’allié douteux ; le conflit devient inévitable lorsqu’au début de l’année 1536, le territoire du duc de Savoie, oncle de l’empereur, est envahi par l’amiral Chabot. Dès le mois de juillet, Charles Quint envahit la Provence, tandis que le roi de France dévaste cette province, forçant l’empereur à battre en retraite en septembre. Les opérations menées tout à la fois en Picardie et dans le Piémont débouchent rapidement sur une trêve, signée à Mouzon en 1537. Durant ces quelques années de rivalités, sont publiés de nombreux textes engagés qui soutiennent les griefs du roi en exposant les raisons réelles ou prétendues de la guerre contre l’empereur. Ainsi, le Double d’une Lettre Escripte par vng seruiteur du Roy tres chrestien à vng Secretaire Alemant son amy reprend point par point une prétendue missive que cet ami lui avait envoyée, afin de démontrer la responsabilité de l’empereur dans la guerre qui l’oppose au roi de France. De même L’Epistre ou voirement Oraison tres parfaicte d’ung quidam Aleman, lettre fictive adressée aux princes électeurs, aux princes des autres cités et aux autres dignitaires, démontre la perfidie de Charles face à l’innocence et à la bonté de François Ier.

29Force est de constater la faible part numérique de ces libelles au sein du répertoire des pièces gothiques. S’il est vrai que la composition d’un texte d’actualité expressément composé pour être publié serait incompatible avec une formule éditoriale caractérisée par une volonté d’épargne de temps et d’argent, la rareté de ces écrits dans le répertoire gothique peut aussi s’expliquer par la modestie du caractère typographique gothique. C’est le caractère romain qui est, en effet, privilégié pour les publications de discours apologétiques aux propos argumentés et garnis d’artifices rhétoriques, la noblesse de la forme de la lettre romaine rehaussant d’autant plus celle du sujet abordé. Pour s’en convaincre, il suffit d’examiner les catalogues de livres imprimés qui attestent la préférence de ce caractère typographique dans l’édition des Discours, des Oraisons et des Harangues.

30Au premier rang des « besognes des villes », l’impression des traités de paix et de trêves incombe à des typographes choisis par les hérauts d’armes ou par les autorités civiles. L’édition de traités sous forme de livrets fait florès dans la seconde moitié du xvie siècle, mais cette pratique date en fait des premiers temps des pièces gothiques. L’une des toutes premières brochures d’actualité disséminait en effet les prévisions du traité d’Arras signé en 1482 entre Louis XI et Maximilien. Et c’est cette brochure qui lance cette tradition nouvelle de publier les traités récemment conclus, tradition dont l’importance ne cesse de s’accroître à Paris, à Lyon et à Rouen au temps des guerres d’Italie, puis plus largement au cours du xvie siècle. Citons les éditions imprimées des traités d’Étaples (1492), de Senlis (1493), de Moore (1525), l’accord de 1527 par lequel l’empereur Charles Quint s’engage à rendre les Enfants de France, le traité de la paix des Dames (1529), ceux de Cambrai (1529) et de Rome (1538), la trêve de Crépy (1544), la paix d’Ardres (1546) et celle de Cateau-Cambrésis (1559).

  • 23 Sensuyt la forme du//traicte [et] appointeme[n]t fait entre le treschre =//stien Roy de France Fra (...)
  • 24 (L)E double de Loriginal, q[ui]l//a este escript [et] mande par le//gra[n]d Turck, ensemble//le Ro (...)

31À la différence de la structure tripartite ordinaire des textes diplomatiques, les traités imprimés s’organisent en quatre parties : le protocole intial, le dispositif et le protocole final sont suivis d’une quatrième section, dont la teneur varie selon les éditions. Celle-ci consiste parfois en la description du sceau qui valide l’acte. Par exemple, la pièce sur la promulgation de la paix à Pavie le 13 octobre 1515 se termine ainsi : « Soubz le reply Francoys par le Roy duc de Millan. Robertet seellée en double queue de cyre jaune23. » Seul le Genevois Wygand Köln feint de reproduire un sceau. Dans la traduction de la lettre de Soliman qu’il publie en 1526, une gravure représente le sultan de profil. Cette figure est entourée d’une inscription circulaire en français, conformément à la description que donne le texte : « Item au Seau estoit une teste, et tout en tour la teste a esté escript en Grec. La Force de Dieu est le Seau de toutes gens24 » (fig. 12). Par la proximité du texte et de l’image, cette figure se donne à voir comme un sceau.

Fig. 12. Imitation typopgraphique d’un sceau. Le double de l’original mandé par le grand Turc, [1526], Paris, BnF, fonds Rothschild, IV.4.172, fol. a3v

  • 25 Sensuyt le traicte de//La paix faicte et p[ro]mise A tout iamais//entre le trescrestien Roy de fra (...)
  • 26 Comme le livret du traité de Saint-Germain-en-Laye par exemple, qui contient l’enregistrement du c (...)

32Le plus souvent, cette quatrième partie des traités imprimés contient le procès-verbal qui atteste la publication du texte par le crieur public. La version imprimée du traité de paix donné à Paris le 3 juin 1513 au sujet de la confédération de la ligue de Venise atteste, par exemple, que le crieur l’a « cryée et publiée […] à cry publicque et à son de trompe en la bonne ville, cité et université de Paris […] par les carrefours et lieux acoustumez25 ». Cette quatrième partie est d’autant plus riche qu’elle est révélatrice de la nature des traités mis en imprimé : ce que les éditeurs imprimeurs mettent à la disposition de leur clientèle, ce sont des doubles des traités de paix et de trêve tels qu’ils ont été couchés par écrit, puis sortis des registres après transformation, c’est-à-dire accompagnés de l’attestation de la publication de l’acte et de son enregistrement26.

33La spécificité fondamentale des éditions de traités sous forme de pièces gothiques tient au caractère composite de ces opuscules. Ces publications ne donnent pas seulement à lire l’acte enregistré : le traité est augmenté du compte rendu du cri et des processions, auquel s’ajoutent fréquemment d’autres textes (lettres, rondeaux, ballades). De là, les livrets gothiques de traités apparaissent à la manière des brochures sur les faits d’armes comme des bulletins d’informations, formant au final de véritables miscellanées. Ainsi, l’édition du traité de Saint-Germain-en-Laye en 1514 contient tout à la fois l’acte de la paix, son cri et une ballade. Cette pièce en vers donne la parole aux trois États de la France, qui célébrent tour à tour cette paix nouvellement conclue, paix qui annonce la fin des perturbations qui affectaient les affaires des marchands et des dommages prétendument causés par les gens d’armes aux paysans.

  • 27 Hec dua p[el]luncent cun//ctis i[n]signia sceptris. //Et sancte fidei cla//ra tropha gerunt. //Le (...)

34Toutefois, quelques petits recueils de traités publiés sous la forme de brochures gothiques commencent à apparaître dès le règne de François Ier. Par exemple, la pièce du concordat de Bologne compile à la fois la traduction des lettres patentes du roi au sujet des motifs et des raisons du concordat, les articles de l’accord et un résumé de lettres pontificales. Ce recueil est précédé d’une courte table qui doit faciliter sa consultation. De là, on peut supposer qu’un tel livret s’adresse de préférence à des hommes de loi, à des officiers liés au monde du droit ou à des étudiants en droit et qu’il sert à l’exercice de leur profession ou comme outil de référence dans le cadre de leurs études27.

  • 28 (L)E pas des armes de larc trium/phal Ou tout honneur est en//clos tenu a lentree de la Royne a Pa (...)
  • 29 Sur les hérauts, voir Philippe Contamine, « Office d’armes et noblesse dans la France de la fin du (...)

35À l’orée du xvie siècle, ces traités de paix et de trêve sont rejoints par toute une série de textes émanant des « instances diplomatiques », tel le discours que Claude de Seyssel a prononcé à Londres en 1506 en l’honneur du mariage de la fille de Louis XII ou encore le compte rendu de Monjoie, roi d’armes de ce roi, sur l’ambassade qu’il a menée en 1509 auprès de Crémone et de Venise. Ce même Monjoie a « redigé et mis par escripte » le récit des joutes organisées à Paris en l’honneur de la reine de France en 1514. Ayant été transmis à un éditeur-imprimeur de son choix, ce compte rendu a été édité à Paris pour être débité à Rouen28. Si, dès les xiie-xiiie siècles, les hérauts d’armes s’affirment comme les spécialistes des tournois, l’imprimerie accroît considérablement leurs missions29. Désormais, ils annoncent les joutes, présentent leurs participants et célèbrent leurs beaux faits tout à la fois oralement – par la déclamation publique – et par l’écrit.

Publier l’actualité politico-militaire

36Les textes politico-militaires, que les éditeurs-imprimeurs recyclent, sont transposés tels quels sur la page imprimée. Ils sont tout au plus juxtaposés, afin d’obtenir un livret de quatre à huit feuillets en moyenne. Ces matériaux sont néanmoins choisis. Leur contenu est orienté, tout acquis à la cause royale ou impériale suivant le lieu d’émission de l’imprimé. Ces lettres et ces récits ont été rédigés sur le vif, mais cela ne signifie nullement qu’ils soient plus objectifs ou moins tendancieux que les chroniques rédigées dans les cabinets les plus doctes. Les pièces produites en France, de loin majoritaires, couvrent les déplacements significatifs du roi et de ses représentants. Elles sont axées sur les actions du roi de France, si ce n’est sur les faits et gestes de l’armée royale ou des grands représentants du monarque (La Trémoïlle, G. d’Amboise) qui le présentifient sur le champ de bataille. Tantôt elles célèbrent la puissance militaire du roi, inscrite dans le projet de Dieu, tantôt elles rendent compte de la progression de la campagne en relatant l’ordonnance de l’armée, le passage des Alpes et les ambassades. Il est à noter que les brochures issues des officines françaises ne rapportent jamais les mésaventures de l’armée française, préférant s’étendre sur les victoires que remporte la France ou sur les déboires de ses ennemis. Du moins les revers militaires des troupes françaises n’apparaissent-ils jamais comme des défaites imputables au monarque et à sa politique. Aucune pièce de France ne colporte la bataille de Pavie de 1525, désastre français pourtant retentissant, comme on peut en juger à l’aune des publications étrangères. Parmi ces éditions étrangères, quatre brochures gothiques francophones (trois d’Anvers et une de Milan) diffusent le récit de la cette fameuse « deffaicte de l’armée des Francoys ».

  • 30 La prinse de Pa//uie par monsieur Danguien accom//paigne du Duc Durbin//[et] plusieurs capitaines/ (...)

37Il arrive que la portée réelle d’une bataille soit amplifiée jusqu’à être érigée en une (fausse) victoire, à l’exemple la bataille de Fornoue. Parmi ces nouvelles et rumeurs erronées que colportent quelques rares pièces gothiques, la brochure sur la (prétendue) victoire française de Pavie du 28 mai 1544 est tout à fait symptomatique. Il est vrai qu’il importe moins de reconnaître l’authenticité d’un fait colporté que la croyance en ce dernier. Mais le fait que cet épisode de 1544 soit resté inconnu de l’historiographie mérite que l’on s’y attarde. Seules deux batailles de Pavie sont (re-) connues : la fameuse bataille de 1525, au cours de laquelle François Ier a été fait prisonnier, et la victoire française sur Pavie en 1527. Nulle mention d’une bataille en cette même ville pour le 28 mai 1544 n’apparaît, que ce soit dans les chroniques et histoires ou dans les mémoires, tant françaises qu’italiennes. Cet événement ne nous est connu que par un seul texte de circonstance, dont deux éditions nous sont parvenues, l’une en gothique et l’autre imprimée en lettres italiques30.

  • 31 La prinse [et] assault de Pauie lai//cte [sic] par monsieur de Laustret, lieute//nant general du R (...)

38Ce texte est-il le remaniement d’une relation de 1527 ? Si les éditeurs-imprimeurs de « canards » changent volontiers la date des événements pour produire rapidement et à peu de frais un texte nouveau, les pièces gothiques contiennent rarement des matériaux « regrattés ». Le seul cas avéré d’un tel remaniement concerne la lettre de nouvelles sur la prise de Pavie de 1527 : cette lettre, imprimée par Robert Brenouzet, n’est en fait que le calque d’une autre missive sortie du même atelier peu de temps auparavant et qui relatait la prise de la ville de Gênes. De cette première lettre, la version remaniée reprend la structure et l’ensemble des propos en prenant soin de remplacer les allusions à la victoire sur Gênes par des informations relatives à l’assaut et à la prise de Pavie par les troupes de Lautrec31. Revenons à la pièce de 1544. Les éléments du récit sont propres au contexte de 1544. Les hommes mentionnés dans la pièce ne peuvent concerner que l’année 1544 ; le texte ne saurait donc être le remaniement d’une pièce de 1527. Lautrec conduisait l’armée française, tandis qu’en 1544, c’est bien le duc d’Enghien, François de Bourbon, que le roi a choisi comme lieutenant général en Piémont. Qu’en est-il de l’authenticité de l’événement relaté dans cette pièce de 1544 ? Les capitaines nommés dans la pièce sont réels, ce sont les mêmes que ceux de la bataille de Cérisoles survenue le 10 avril de la même année, soit un peu plus d’un mois avant cette prétendue prise de Pavie. On sait également que les troupes du roi demeurent en Italie jusqu’à la reprise de Carignan à la fin du mois de juin 1544. L’armée du duc d’Enghien se trouvait donc bien en Italie en mai 1544, mais dans le Piémont au-dessous de Turin, c’est-à-dire bien loin de Pavie. N’y aurait-t-il pas une erreur sur le nom même de la ville ? Le texte mêle deux écritures pour ce nom : tantôt il écrit « Pavie », tantôt « Parvis ». On peut alors avancer l’hypothèse que l’auteur ou le compositeur – lors de la composition-fabrication du livret – a confondu le nom de la cité de Pavie avec celui d’une bourgade italienne où il y aurait effectivement eu une victoire française. Cela dit, seules deux victoires françaises en Italie sont connues pour l’année 1544 : la victoire de Cérisoles et la reprise de Carignan. Du coup, le récit de la victoire de Pavie en 1544 est-il un faux, une relation d’une bataille fictive qui n’aurait pas de précédent dans le répertoire des pièces gothiques d’actualité ? Il est vrai que ce texte se distingue des autres récits de victoire par son ton fort apologétique et l’usage d’artifices rhétoriques. De plus, ce récit est suivi d’une pièce en vers dont la rubrique est évocatrice : « ballade Faicte à la Faveur du Roy nostre Sire pour animer les bons Capitaines et gens de Guerre pour obtenir Victoire contre noz Ennemys ». Sans que l’on puisse saisir la véritable nature de ce texte (récit fictif ou victoire réelle mais dont la localisation serait erronée), cette pièce participe d’une certaine manière à l’affrontement entre le roi et l’empereur dans ce contexte tendu des années 1542-1544.

39Les officines établies dans le royaume de France diffusent tout événement qui offre une image valorisante de l’armée française et du roi, tel que les actions d’éclat et les rebondissements saillants de la guerre. Mais les pièces gothiques qu’elles publient abandonnent peu à peu leurs traits spécifiques, qu’étaient la publication de lettres royales – le roi ne mène effectivement plus en personne la guerre –, le lien équivoque avec le pouvoir, le « franco-centrisme » des textes imprimés, etc. Elles s’orientent davantage vers une approche plus journalistique de la presse d’actualité (comme l’atteste la phraséologie des titres), comparable à celle des livrets étrangers. Sous le règne de François Ier, l’horizon des événements que colportent les brochures se dilate. En témoigne l’entrée massive, dans le répertoire des pièces gothiques, de traductions de lettres étrangères, en particulier celles relatives à la question turque.

De l’idéal de croisade au combat contre les Turcs

  • 32 (L)A prophecie, vision et reuelacion diui//ne Reuelee par tres hu[m]ble prophete Je//han michel. D (...)
  • 33 (L)Ouenge de la victoire//et conqueste du royau =//me de Napples. Auec les piteux regretz [et]//la (...)

40Les presses, principalement parisiennes et hollandaises, ont produit un flux plus ou moins régulier de pièces gothiques sur l’omniprésente menace turque. Face à la pression ottomane (prise de Constantinople en 1453, raids en Méditerranée), la croisade revient au-devant de la scène politique européenne dès les années 1490, lorsque Charles VIII a intégré l’argument de la croisade à sa campagne italienne. Pour justifier l’expédition, un texte prophétique rédigé par un certain Jean Michel, homonyme du médecin du roi, a été publié en latin, puis traduit en français en mars 1495 : cette Vision divine revelée à Jehan Michiel tres humble prophete présente, dans un discours apocalyptique, l’expédition italienne comme une mission que Dieu aurait ordonnée à Charles VIII. Cette mission consiste à soumettre le monde à la foi du Christ, à reconquérir Jérusalem et à assurer l’avènement de la quatrième monarchie qui annonce la parousie32. Dans les nouvelles par lettres imprimées dans ce livret, les correspondants vitupèrent les Infidèles, les « mammeluz sarrasins », auxquels sont associés les Juifs dans une même exécration : « Tremblez, tremblez me[m] meluz, sarrazins, Juifz, mescrea[n]s, marra[n]s, paya[n]s, turq[ui]ns »33.

  • 34 Copie des lettres//tra[n]smises par le [sic] imperiale maieste a la//douagiere de ho[n]grie. rege[ (...)

41Mais rapidement l’idéal disparaît et la présence française excite les puissances italiennes. Il faut attendre le traité de Cambrai en 1508, célébré par Nicaise Ladam et Jean Lemaire de Belges, pour que le projet de croisade resurgisse. Dès les années 1520, l’idée ne disparaît pas, mais un revirement s’opère : on veut moins libérer les lieux saints que mettre un terme à l’expansion des Turcs, cet ennemi commun à la chrétienté. Charles Quint mène alors des expéditions en Méditerranée, vers Alger et vers Tunis. Sa victoire sur les Barbaresques en 1535 est immédiatement relayée par la presse. Des pièces gothiques produites à Bruges et à Anvers célèbrent avec vivacité ce triomphe impérial. Elles reproduisent non seulement des lettres prétendument écrites par l’empereur à la reine Isabelle et à son ambassadeur en France, « monseigneur de Linkerke », mais aussi des panégyriques et des pièces de circonstance qui exhortent le lecteur et l’auditeur à « prier pour le imperateur34 ». Ces publications sont à nouveau éditées à Paris, à l’attention d’un public français ; néanmoins, pour celui-ci, les poèmes dithyrambiques sont éliminés pour ne conserver que les lettres contenant des informations purement factuelles.

  • 35 Nouuelles bonnes Lesquelles//sont produictes et venuez dorie[n]t bien briefnes [sic] entre//Sophin (...)
  • 36 (S)ensuyuent les faictz du chien in//saciable du sang chrestien, q[ui]l se//no[m] me Lempereur de (...)

42La poussée turque incarnée par Soliman II dit le Magnifique connaît son apogée en 1526. Cette date est celle de la bataille de Mohács, au cours de laquelle le roi Louis II de Hongrie périt. Ce conflit opposant le grand Turc au roi de Hongrie (et de Bohême) provoque un déferlement de lettres de nouvelles en Europe occidentale. Traduites parfois au sein même des ateliers typographiques, puis imprimées, celles-ci diffusent les vicissitudes des raids menés par les Turcs, tant leurs victoires (Mohács) que leurs défaites (Vienne). L’annonce de ces conquêtes turques et de leur corollaire, à savoir l’avancée du péril turc, sont autant des avertissements des pays progressivement investis que des appels au secours adressés « à Toutz cristie[n]s princes seign[eu]rs et baro[n]s avecq leurs subjectz35 ». Une pièce gothique sur la victoire de Soliman à Mohács assimile le Turc à un « chien insaciable du sang chrestien » et appelle les chrétiens d’Occident à prier pour leurs frères qui ont souffert le martyre36. Le combat contre les Turcs reste un combat mené au nom de Dieu et pour Dieu.

43La reprise de la guerre entre Charles Quint et François Ier réoriente les brochures vers l’ouest, si bien qu’en 1542, année de la déclaration de guerre, la pièce sur le trépas du roi de Hongrie et la perte du royaume détruit par Soliman clôt le répertoire des opuscules gothiques sur les affaires turques.

Commémorer et célébrer la vie des familles souveraines et des grands hommes

4430 % des pièces d’actualité commémorent les grands épisodes qui marquent la vie des familles souveraines d’Europe, en particulier la maison de France (77 % des pièces sur ce thème) et, dans une moindre mesure, la maison impériale (11 %), celles de Hongrie (3 %) et d’Angleterre (1 %), ainsi que le mariage ou le décès de grands personnages du royaume de France (8 %). Parmi les temps forts de la vie de la famille royale de France, la triade cérémonielle sacre-entrée-funérailles est surreprésentée. Ces rituels donnent lieu à des « livrets de cérémonies », qui prétendent retracer pas à pas les étapes du cérémonial, et à une myriade de poèmes de circonstance.

Les livrets de cérémonies : persuasion, publicité et mémoire

  • 37 Les livrets gothiques de cérémonies n’ont suscité qu’un intérêt scientifique secondaire par rappor (...)
  • 38 Triumphes//Dhonneur, faitz par le commandement//du Roy a Lempereur en la ville//de Poictiers, ou i (...)

45Dès le règne de Charles VIII est prise l’habitude de faire imprimer des descriptions de cérémonies royales avec plus ou moins de détails, en vers ou en prose37. Cette pratique de publier, dans le royaume de France, des comptes rendus de cérémonies est inaugurée pour les entrées solennelles du roi puis de la reine avant de s’étendre aux autres cérémonies royales – sacre, couronnement et funérailles –, aux cérémonies touchant l’entourage du roi – baptême du dauphin – et, enfin, à celles qui sont organisées en l’honneur des princes étrangers de passage dans les villes de France. Calquées sur le modèle de l’entrée royale, les entrées de Philippe d’Autriche en 1506 et de Charles Quint en 1539-1540 ont ainsi suscité des publications festives. Décidé à aller personnellement réprimer la rébellion de la ville de Gand, Charles Quint fait le choix de traverser la France, de novembre 1539 à janvier 1540, le périple étant plus sûr et plus rapide que s’il doit emprunter la route de l’Italie, de la Suisse et de l’Allemagne. François Ier lui accorde alors toutes les garanties exigées. Afin de préparer les entrées somptueuses de l’empereur dans les « bonnes villes » de France, le roi adresse aux responsables municipaux des lettres par lesquelles il leur enjoint de « recepvoir son frere L’Empereur venant D’Espaigne ; et passant en France, pour aucuns siennes affaires, au [sic : avec le] plus grand honneur, aisance : service [et] commodité qu’ilz pourroient, co[m]me sa propre personne38 ».

  • 39 Les funérailles de Georges d’Amboise ont fait l’objet de deux livrets en 1509, qui nous sont connu (...)

46Au xvie siècle, des livrets de funérailles commémorent également les obsèques d’hommes de cour, tels que Georges d’Amboise, archevêque de Rouen, et Louis de Bézé, gouverneur de Normandie39. Suivant l’exemple royal, ces publications décrivent minutieusement le défilé qui transporte la dépouille jusqu’au lieu de sépulture.

  • 40 Le plus ancien livre de cérémonie contient, décrit de manière très détaillée, le mariage de Consta (...)
  • 41 Ces deux pièces allemandes sont répertoriées dans Newe Zeitungen, Relationen, Flugschreiften, Flug (...)

47Cette pratique des livrets de cérémonies n’est pas exclusive à la France. Dès la fin du xve et tout au long du xvie siècle, des opuscules similaires sortent d’officines installées aux Pays-Bas, en Italie ou en terres d’Empire40. Ils colportent les temps forts du règne des princes, de l’empereur, des princes électeurs et des souverains étrangers. Peu à peu les relations des pompes funèbres et des entrées impériales rejoignent les premiers journaux allemands sur le couronnement et l’avènement de l’empereur. Ainsi, Johannes Winterburger, imprimeur à Vienne, publie en 1493 un journal sur l’avènement de l’empereur Maximilien ; en 1519, un livret édité à Augsbourg par Sigmund Grimm diffuse le récit de l’avènement de Charles Quint41, tandis que des éditeurs anversois en proposent une version francophone.

48Quant aux livrets relatifs à la famille royale castillane, ils se concentrent essentiellement sur les funérailles et les entrées, à l’exemple de la pompe funèbre du roi Ferdinand d’Aragon à Bruxelles en mars 1515 et de l’entrée de Charles Quint à Bruges la même année. Il est vrai que les ducs de Bourgogne ont pris l’habitude de répéter les entrées solennelles à chaque visite du pays et les cérémonies d’inauguration à chaque changement de statut du prince. Ces rituels castillans donnent lieu à des descriptions et même à des illustrations, sous forme manuscrite ou imprimée.

  • 42 La triumphante entree et cou//ronnement de Fernant//De la Royalle maieste de Honguerie, et de Bohe (...)

49Les grandes heures des cours étrangères ne sont pas en reste. Le couronnement du roi de Hongrie à Stoel-Wittenburg (Széhesfehérvar) en 1527, par exemple, a fait l’objet d’une publication à Anvers dont la forme est analogue à celles des brochures sur les cérémonies de la famille impériale42.

  • 43 Il est vrai toutefois que des pièces en vers sur les obsèques d’hommes d’Église sont imprimées en (...)
  • 44 Georges Fréchet, « Forme et fonction des livres de pompes funèbres », art. cité, p. 219-223.

50Le parallèle avec les livrets de cérémonies publiés en dehors du royaume de France permet de pointer un aspect important des pièces gothiques : le royaume de France fait figure de précurseur – compte tenu de l’état actuel des recherches – en matière de livrets de cérémonies imprimés, alors que l’intérêt pour les publications de brochures sur l’histoire immédiate a d’abord gagné l’Allemagne (pensons aux Einblättdrucke et aux Flugschriften). C’est en effet de Paris qu’émanent les premiers comptes rendus d’entrées solennelles et de pompes funèbres publiés sous forme de livrets, respectivement en 1484 et 149843. Cette tradition de publier le récit des cérémonies s’internationalise par la suite, à tel point que Georges Fréchet recense près d’une centaine de livres de pompes funèbres édités entre 1498 et 1610, provenant tant de France, d’Allemagne et de Flandres que d’Espagne, d’Italie et du Danemark44.

51Les livrets de descriptions festives, publiés dès le dernier tiers du xve siècle et tout au long du xvie siècle, affichent une structure interne relativement stable, transcrivant pas à pas l’ordre du cérémonial. Le livret d’entrée dans une ville débute avec le récit de l’accueil réservé au prince par les bourgeois de la ville ; il se poursuit avec la description de la procession et des tableaux vivants qui la ponctuent et s’achève avec le serment du roi sur le parvis de la cathédrale, puis avec le banquet au palais. De la même manière, les livrets sur les funérailles s’ouvrent sur la préparation du corps et son exposition au Palais et dans les églises (ce premier volet peut se décupler dans le cas d’expositions successives dans diverses églises). La relation festive se poursuit avec la description de la pompe et se termine avec l’inhumation. Quant aux comptes rendus du couronnement et du sacre, la description des étapes et des gestes du rituel constitue l’essentiel du récit. Enfin, le livret sur le baptême commence avec la procession de l’enfant depuis la chambre d’apparat jusqu’à l’église avant de se concentrer sur le rite lui-même.

  • 45 William Mc Allister Johnson observe cette ressemblance structurelle entre tous les récits d’entrée (...)
  • 46 Pierre Lardellier, Les miroirs du paon : rites et rhétoriques politiques dans la France de l’Ancie (...)
  • 47 Parmi les relations d’entrées reproduites par Bernard Guenée et Françoise Lehoux, beaucoup sont de (...)
  • 48 30 juin 1498. Délibération du Parlement relative à l’ordre dans lequel les corps constitués devron (...)

52La forte ressemblance structurelle entre ces relations festives imprimées suppose l’existence d’une « matrice textuelle45 ». Cherchant à identifier cette matrice, Pascal Lardellier voit ici l’influence d’une tradition pratiquée de longue date dans les registres consulaires, qui consiste à conserver par écrit le souvenir du déroulement des cérémonies46. Il ne faut pas oublier, me semble-t-il, que cette tradition n’est pas exclusive aux registres d’institutions urbaines ou gouvernementales ; des auteurs anonymes ont également rédigé des comptes rendus de cérémonies47. Les relations imprimées sont d’ailleurs plus proches de ces récits anonymes que des relations mises par écrit dans les registres d’institutions. Par exemple, la pièce de l’entrée parisienne de Louis XII en 1498 reconstitue l’ordre du défilé et transcrit les mystères, si bien que la seule confrontation de cette pièce avec les délibérations du Parlement révèle toute la richesse de la relation imprimée48.

  • 49 Les projets des entrées royales et princières étaient parfois dressés par un notaire sur parchemin (...)
  • 50 Tant les Grandes Chroniques de France que les chroniques bourguignonnes foisonnent en descriptions (...)
  • 51 Pierre Gringore, Les entrées royales à Paris de Marie d’Angleterre (1514) et Claude de France (151 (...)

53Explorons un peu plus loin l’identification de cette « matrice textuelle ». Sur ce point, la pièce sur les funérailles de Louis XII est fort éclairante. Elle contient non seulement le compte rendu du rituel funéraire, un récit au passé donc, mais aussi le programme composé par Pierre d’Urfé, écrit au futur, qui assigne au cortège un ordre spatial et temporel dans un décor minutieusement notifié49. La structure de ces deux textes est en tous points similaire : parce que le programme a soigneusement été respecté, la relation reproduit le déroulement et l’ordonnance de la cérémonie. L’ensemble du rite est transposé au récit. De là, la « matrice textuelle » serait le programme de la festivité ; la stabilité de la structure des relations festives s’expliquerait par celle du programme lui-même. Ce dernier est d’ordinaire élaboré à partir d’une tradition historique écrite et orale que transmettent la mémoire des chroniqueurs50 et des hérauts d’armes, mais aussi les programmes et les comptes rendus des cérémonies qui ont été couchés par écrit dans les registres urbains. Sans nier les innovations, les organisateurs s’inspirent des cérémonies antérieures. Pour préparer l’entrée parisienne de Marie d’Angleterre en 1514, le roi a notamment invité les officiers de l’hôtel de ville de Paris à réaliser ce « que fait a esté aux autres Roynes ». Selon les registres de délibérations de la ville, les officiers ont décidé de « recueillir, honorer et recevoir ladite Dame le plus grandement et honorablement que l’on pourra, ainsi que fait a esté derrenierement en tel cas à la deffuncte Royne [Anne de Bretagne] »51.

54Bien avant l’apparition des livrets imprimés, les cérémonies faisaient déjà l’objet de descriptions qui étaient insérées dans les chroniques et les histoires nationales ou rédigées de manière isolée. Ces livres consacrés à un événement cérémoniel particulier perdurent et coexistent avec les relations festives imprimées. Le livret imprimé permet une diffusion du souvenir de la cérémonie à une échelle inédite et oriente les récits festifs vers des usages neufs.

55Les livrets de cérémonies sont autant des descriptions de la fête qu’une explication de celle-ci. Ils font toujours preuve d’une volonté d’interpréter et d’orienter la compréhension de ce qui est dit et montré. Les oraisons, les antiennes, les promesses du sacre et les harangues prononcées au cours du rituel sont transcrites et traduites. Parce que les mystères et les étapes du cérémonial sont non seulement décrits mais aussi expliqués, les livrets s’inscrivent véritablement dans une perspective d’information. Ils livrent une description des échafauds et une explication – parfois simpliste et erronée – de l’intelligence secrète de leurs fatistes. L’auteur anonyme de la relation versifiée de l’entrée parisienne de Charles VIII en 1484 précise par exemple que la remise des clefs de la ville « estoit la signifiance que soubz luy [le roi] et en saulveté [les bourgeois] se mettoient par obeyssance ». Puis cette même pièce délivre la signification du mystère de la guérison des écrouelles en ces termes :

  • 52 [L’entrée du roy nostre sire en la ville et la cité de Paris], [Paris, Antoine Caillaut et Louis M (...)

Je vis ung mystere hault
car je y vis en facon d’ung liz
Ung arbre de grant estudie
Sur lequel estoit ung beau filz
Et au pié des gens grande syé
Qui estoient plains de maladye
Car couchiez estoient contre terre
Sy pensay fort je vous assué
Que vouloit dire ce mystere.
Sy vis que en regardant l’enfant
De la terre ilz se soubz levoient
Et se dressoient en estant
Comme ceulx qui cueur reprenaoient
Sy concluz lors qu’ilz denetoient
Que par nostre roy debonnaire De tous maulz relevez seroient
Ses subjetz et hors de misere52.

  • 53 Michael Baxandall, Les humanistes à la découverte de la composition en peinture, 1340-1450, Paris, (...)
  • 54 Triumphes//Dhonneur, faitz par le commandement//du Roy a Lempereur en la ville//de Poictiers, ou i (...)

56L’idéal du projet narratif est de donner à voir un tableau de la cérémonie. Quoiqu’elles réduisent la mise en scène complexe à une simple esquisse et se prêtent donc facilement aux déformations et aux contresens, ces descriptions des rituels permettent au lecteur (ou à l’auditeur) de mieux reconstruire et visualiser l’événement en lui mettant sous les yeux son image absente. C’est ce qui définit l’ekphrasis selon Daniel Arasse : l’ekphrasis, c’est un discours descriptif détaillé qui, grâce à ce qu’on appelle la « vivacité visuelle », met sous les yeux ce qu’il montre53 ; le texte fait tableau. Ainsi, le livret d’entrée, du sacre, du couronnement, des funérailles ou du baptême offre à voir « descendre » le défilé et les étapes du cérémonial sur la page typographique. Il remémore aux spectateurs ce qu’ils ont vu tout en affinant leur compréhension du rituel. Il donne aussi à voir l’événement à un lecteur (ou à un auditeur) potentiellement absent lors de la cérémonie. Ainsi l’entrée de l’empereur à Poitiers en 1539 est « mise par escript en bon ordre, et quasi painte en ce petit tableau […] affin que [le lecteur ou l’auditeur] prinsses autant de plaisir en lisant comme si [il] y eusses esté present54 ». Le livret sur les réjouissances données en l’honneur du mariage du duc de Clèves avec la fille du roi de Navarre s’adresse explicitement aux grands absents de la cérémonie :

  • 55 Recueil des//Triumphes faictz en la ville de Chastelle =//rauld, aux Nopces de tresillustres [et] (...)

Pour satisfaire au desir de ceulx qui n’ont peu veoir l’ordre du Festin, joustes, Tournois, [et] triu[m] phes faictz en la ville de Chastellerauld, garenne, et boys d’icelle, aux desirées Nopces de tres illustre prince le duc de Cleves [et] de Julliers, avec la tres illustre pri[n] cesse fille unique du roy [et] royne de Navarre, par la majesté royalle : [et] princes de France : [et] affin qu’ilz puissent y prendre plaisir comme si les dictes choses eussent esté par eulx veues, nous avo[n] s mis assez grossement p [ar] escript la pluspart des gentillesses, cheres : [et] ho[n] nestetez que nous mesmes y veismes : sinon en langaige tant poly : pour le moins est il veritable55.

57Informatifs, les livrets le sont. Ces relations festives présentent une vue d’ensemble de la cérémonie. Mais en dépit de leurs efforts de restitution et de conservation, elles en déforment la réalité. Cela résulte en partie de la reconstitution narrative de ce que fut le déroulement de la cérémonie. Parce qu’ils restituent difficilement la simultanéité, les livrets décomposent les éléments du cérémonial en une série d’actions et offrent une certaine linéarité de l’événement. Et c’est toute la durée et la nature de la représentation festive qui se trouvent perverties. Cette déformation de la réalité des cérémonies vient également du choix de la brièveté qu’opèrent les auteurs de ces comptes rendus ; ils ne prétendent pas inscrire l’intégralité de la déambulation rituelle des différents corps du cortège, ni transcrire l’ensemble des harangues prononcées, bien au contraire ; ces relations condensent en quelques lignes des différentes étapes de la cérémonie et éludent fréquemment la description des costumes, de l’apparat et du luxe sous prétexte « que [ce] seroient trop long à raconter ».

58La mise en pages des livrets accentue cette fragmentation du récit de la cérémonie. Ces livrets reproduisent typographiquement le déroulement de la cérémonie. Le cortège, qui est composé de toute une série de groupes distincts, semble défiler dans le livret : sur la page imprimée, chacun de ces groupes est autonome, séparé des autres par un retour à la ligne et un pied-de-mouche. L’itinéraire du principal protagoniste (roi, reine, empereur, etc.) rythme l’ensemble du discours. Ses haltes devant un tableau vivant structurent le récit de la même manière que sa propre apparition fixe la dynamique de l’entrée et articule les éléments dispersés du cérémonial. Au moyen de procédés typographiques et de mise en pages (sauts de ligne, pieds-de-mouche, alinéas), la description des échafauds et la transcription des panneaux s’inscrivent dans un lieu typographique différencié sur la page imprimée et rythment l’ordre du discours.

  • 56 Par exemple, les enluminures du Livret de l’entrée de la reine Marie à Paris en 1514 composé par P (...)

59Le parallèle avec les publications des éditeurs-imprimeurs humanistes permet de pointer la spécificité des pièces gothiques de cérémonies. D’une manière générale, les livrets gothiques ne recourent pas à l’expédient de la gravure pour reproduire avec exactitude l’aspect scénique du défilé ou des misteres. À l’inverse, les relations manuscrites et enluminées de cérémonies, ainsi que les opuscules imprimés en lettres romaines et italiques, reconstituent volontiers les apparati d’une manière plus adéquate à leur temporalité : des gravures circonstanciées ou des enluminures donnent à voir précisément le spectacle vivant56. De telles images ont été directement envisagées par les auteurs des comptes rendus comme s’ils avaient conscience des difficultés du langage à décrire ces décors complexes, souvent novateurs, qui nécessitaient l’emploi d’un vocabulaire apparenté à celui de l’architecture. Parce que le langage obscurcit la compréhension des scènes et des monuments au fur et à mesure qu’ils prétendent les expliciter, ces auteurs ont pris le parti de mettre en images les monuments éphémères. Cette pratique est inaugurée dans le royaume de France avec les livrets d’entrée de la reine et du dauphin à Lyon en 1533. Il est significatif que l’emploi d’images très circonstanciées se trouve dans des éditions mixtes, c’est-à-dire combinant caractères gothiques et lettres romaines. D’autant plus que ces éditions mixtes sont imprimées par un représentant de cette nouvelle génération d’éditeurs-imprimeurs qui utilisent volontiers les caractères romains et italiques, plus adaptés selon eux à véhiculer une pensée abstraite. Ces livrets de 1533, édités au début de la « transition typographique », annoncent d’une certaine manière ce que sera dans les décennies suivantes la relation festive entièrement imprimée en lettres romaines et italiques : des livres ou des livrets qui reproduisent en pleine page les décors éphémères, et dont la typographie imite les inscriptions gravées sur les marbres.

Les poèmes de circonstance sur les cérémonies

  • 57 La complainte était à l’origine un chant qui se lamentait sous une forme naïve sur un malheur, sou (...)

60Toujours sur le thème des cérémonies, les imprimeurs-libraires mettent également en livrets des poèmes de circonstance où les auteurs célèbrent les joies et les peines de l’existence de leur « patron » ou commanditaire (naissance, avènement, décès). Les heurs et les malheurs du règne sont célébrés par de grands poètes à la solde du prince défunt. Ainsi, André de La Vigne, secrétaire de la reine Anne de Bretagne, compose les épitaphes de Charles VIII (1498), puis celles de la reine (1514). De même, Jean Lemaire de Belges chante la mort de son protecteur le duc de Bourbon (1504) et Nicaise Ladam celles de Philippe d’Autriche (1506) et de la duchesse Marguerite de Savoie (1530). En ce qui concerne les grandes heures de la vie de cour, Jean Molinet fait l’éloge de la naissance de Charles Quint (1500) et Leblond de Branville celui du mariage de la fille de François Ier avec le roi d’Écosse (1537). Pour ces « grands rhétoriqueurs », de tels poèmes relatifs à l’histoire immédiate constituent des œuvres ponctuelles, sortes d’intermèdes à la rédaction de leurs chroniques. Ces pièces en vers témoignent de l’emprise des grands et du monarque sur la vie poétique du temps et de l’influence de la cour sur l’évolution de la poésie57.

  • 58 ¶ Les regrez Avec La chanson//De Messire Charles de Bourbon, [s.l, s.n.], in-8° goth., 4 ff.n.c., (...)

61Par ailleurs, des livrets commémoratifs célèbrent les faits d’armes des grands protagnonistes des guerres d’Italie morts sur le champ de bataille, tels que Charles de Bourbon et Florimond Robertet58. C’est un poète à la solde de Louis XII, Clément Marot, « valet de chambre » de ce roi, qui célèbre le trépas de Florimond Robertet en 1527-1528. Robertet était « Chevalier, Conseiller du Roy, Tresorier de France, Secretaire des finances » pendant près de quarante ans sous les règnes de Charles VIII, de Louis XII et de François Ier. En cette qualité, il avait accompagné le roi Charles VIII en Italie où il fut chargé de négociations importantes.

Les premiers « canards »

  • 59 Les livrets d’informations sur les faits divers prennent le nom de « canards » vers 1850 lorsque l (...)
  • 60 Jean-Pierre Seguin, L’information en France avant le périodique, 517 canards imprimés entre 1529 e (...)

62Contrairement aux pièces d’actualité relatives aux événements militaires et politiques, qui sont produites dans un flux presque régulier, d’autres brochures sont éditées d’une manière plus occasionnelle. Elles rapportent des faits insolites, frappants et extraordinaires : des cataclysmes perçus comme surnaturels, des apparitions célestes, des miracles et, dans une moindre mesure, des exécutions capitales, des querelles et des faits de violence. Par leur contenu, ces opuscules renvoient à un ensemble de récits de faits divers, que l’on appelle depuis le xixe siècle « canards »59. Ce terme a d’abord été utilisé pour désigner des feuilles de grand format qui colportent des « nouvelles » extraordinaires. Depuis les travaux de Jean-Pierre Seguin, ce terme s’applique à l’imprimé du xvie siècle « vendu à l’occasion d’un fait divers d’actualité ou relatant une histoire présentée comme telle60 ».

  • 61 Comme Pierre de L’Estoile, Ben Jonson critique à travers sa comédie The Staple of News (1631) cett (...)
  • 62 Voir infra, chap. 10, p. 276-281.

63Le mot a pris vers 1750 le sens figuré de « fausse nouvelle lancée dans la presse », sens tiré d’une expression d’origine inconnue : « bailler un canard à moitié », ce qui signifie « tromper ». Ce sens figuré et connoté négativement dit moins la nature des premiers faits divers colportés par les pièces gothiques que celle des livrets et des placards publiés dès la seconde moitié du xvie siècle. Leurs éditeurs n’hésitaient pas, en effet, à maquiller d’anciennes relations pour les redonner comme nouvelles aux lecteurs quelques années plus tard. Seules trois éditions « regrattées » (pour reprendre l’expression de Pierre de L’Estoile61), avec des dates rajeunies ou des détails replâtrés, ont pu être relevées dans le répertoire des pièces gothiques62. Cela étant, les quelques opuscules gothiques qui relatent des faits divers partagent deux traits communs avec les placards et les livrets postérieurs : d’une part, l’insistance constante sur la vérité des faits relatés (y compris dans les narrations maquillées) et, d’autre part, la finalité moralisatrice ou édifiante de ces récits.

  • 63 Jean-Pierre Seguin, L’information en France avant le périodique…, op. cit., p. 14.
  • 64 Dès la fin du Moyen Âge, des contemporains consignent dans leur livre de raison les apparitions pr (...)

64L’édition des récits de faits divers demeure timide jusqu’en 1600. Lorsqu’on examine l’histoire de l’édition des occasionnels (à partir du recensement effectué par Jean-Pierre Seguin, complété par mon dépouillement des pièces gothiques de faits divers63), on observe que seulement 4 % des « canards » sont imprimés entre 1528 et 1550, contre 22 % entre 1576 et 1600 et 66 % pour les années 1600-1631. La faible importance numérique de ces occasionnels en caractères gothiques s’explique par leur développement tardif par rapport aux autres pièces d’actualité. Les tout premiers « canards » sortent des presses françaises à un moment où la lettre gothique commence à péricliter. Dès la fin du xve et tout au long du xvie siècle64, des contemporains d’un peu partout dans le royaume de France consignaient déjà des récits de prodiges, mais il faut attendre les années 1520-1530, lorsque l’Empire déverse vers le royaume de France une « fantasmagorie panique » liée à la dénonciation de Luther (D. Crouzet), pour que de telles narrations en langue française fassent l’objet de minces livrets imprimés. Ces cahiers gothiques avec leurs images exceptionnellement circonstanciées sont d’ailleurs assez proches des Flugschriften allemandes et italiennes qui fleurissent depuis quelques décennies.

65Même si par leur nombre, les notations des contemporains et les brochures gothiques imprimées en France n’atteignent pas la même profusion que dans l’Empire ou en Italie, elles rendent compte d’une fascination des populations à l’égard du monde qu’elles voient se faire et se défaire. Apparus dans un contexte de forte poussée eschatologique, ces livrets imprimés de prodiges s’inscrivent dans un processus d’intensification de la soif de Dieu. Ce besoin religieux qu’ont les hommes et les femmes, angoissés par leur salut individuel, devient plus intense : cette angoisse se double d’un sentiment d’urgence sous l’effet de l’essor des visions apocalyptiques et de l’idée de l’imminence de l’ire divine face aux péchés et aux vices des hommes.

66Quelques opuscules rapportent des faits du quotidien au caractère moins insolite que frappant, tels que des épisodes délictueux et sanglants (exécutions capitales). La rareté de ces publications peut étonner s’agissant de faits qui relèvent, si l’on en croit les livres de raison, du paysage quotidien.

67En réalité, ce sont avant tout les événements importants quant à leur portée et à leur signification – eschatologique –, détonnants et exceptionnels quant à leurs sujets et à leur rythmicité d’apparition, qui ont tendance à recevoir les honneurs de l’imprimerie. Ce sont là des qualités intrinsèques pour appâter ces lecteurs en soif de Dieu.

  • 65 Jean Céard, La nature et les prodiges, L’insolite au xvie siècle, Genève, Droz, 1996, p. 471-473.
  • 66 LA terrible [et] espoue[n]table comete la[que]lle apparut le. xi. Doctobre//lan. M. ccccc. xxvii. (...)

68Plus nombreuses sont donc les brochures qui narrent des prodiges en tout genre : apparitions de monstres, de comètes, de feux et de soleils, inondations, tremblements de terre, chutes de grêle, éruptions volcaniques, visions et miracles. Dans le répertoire gothique, deux motifs l’emportent : les calamités naturelles et les phénomènes célestes. Si ces deux thèmes sont repris et développés par les éditions romaines de la seconde moitié du xvie siècle, ces dernières tendent à les traiter différemment : après un préambule souvent fort long dans lequel l’auteur rappelle l’impassibilité de l’homme face aux appels répétés de Dieu à faire pénitence, le récit merveilleux en caractères romains présente le lieu où le prodige est survenu, sa forme, ainsi que le nombre (volontairement gonflé) des témoins, avant de conclure l’opuscule par un appel au repentir et à la contrition. Les auteurs de ces canards s’étendent longuement sur les causes naturelles de la production de ces phénomènes qui perturbent la société65. À l’inverse, avec les canards gothiques, on ne trouve pas pour l’heure une structure aussi uniformisée. Ce sont tantôt des lettres de nouvelles, tantôt de courtes narrations qui précisent et décrivent brièvement les lieux d’apparition, la forme et la signification eschatologique des prodiges. Seule la pièce intitulée La terrible et épouventable comète de 1528 paraît plus structurée : elle contient trois récits de prodiges qui s’ouvrent systématiquement par une représentation du signe. Viennent ensuite, annoncées par un intertitre, la description du phénomène céleste et son interprétation. Cette forte structuration du livret n’est pas si étonnante puisqu’il s’agit en partie d’une traduction du traité astrologique de Peter Creutzer qui, organisé en dix chapitres, analyse et commente l’apparition de la comète en « Westrie » en 152766.

69Des histoires vraies ? Les titres des pièces gothiques proclament à l’envi le caractère sensationnel de la nouvelle qu’elles donnent à lire. L’apparition prodigieuse y est qualifiée de « terrible », de « merveilleuse », de « grande », d’« espouventable », de « lamentable » ou encore de « miraculeuse ». Il s’agit là d’une stratégie commerciale habile visant à attirer le lecteur en annonçant d’emblée ce qui est susceptible de provoquer le désir d’acheter le livret. Il n’en demeure pas moins que les titres de ces brochures sont également parés de toute une série de précisions sur le contexte de production du prodige afin de certifier d’entrée de jeu l’authenticité du récit qu’elles contiennent. La pièce sur l’apparition des dragons dans le royaume de France illustre bien ce souci qu’ont les éditeurs-imprimeurs de placer leurs publications sous le signe de la véracité :

  • 67 La terrible et//Merueilleux signe qui a este veu sur la//ville de Paris, auecque vent grand//clart (...)

La terrible et Merveilleux signe qui a esté veu sur la ville de Paris, avecque vent grand clarté [et] lumiere, tempeste [et] fouldre, et aultre signe, lesquez ont esté veu p[ar] plusieurs lieux. Et principallement en la ville de Paris, [et] a esté veu p[ar] plusieurs gens : [et] estoit sur l’eure de dix heure devant minuict, [et] fust le. xxi jour de Ja[n]vier. Mil cinq cens [et] trente67.

70Les auteurs des relations prodigieuses cherchent eux-mêmes à démontrer la sincérité de leurs récits en plaçant leurs descriptions minutieuses et fouillées sous le signe du témoignage direct. À moins qu’ils ne soient les témoins directs du prodige qu’ils relatent, ils fondent toujours leur relations sur les dires de témoins directs. La vision d’un même prodige en divers lieux ou au fur et à mesure de sa progression céleste, à l’exemple des dragons qui surgissent de manière mimétique en divers lieux (Paris, Saint Denis, Meaux), permet de multiplier les témoignages concordants et de prouver la réalité du phénomène.

71À en juger par les reprises et les appropriations des pièces gothiques de faits divers, on est fondé à penser que ces récits étaient lus et très certainement crus par les hommes du temps. Des chroniqueurs de la fin du xve et du début du xvie siècle se sont largement inspirés des « occasionnels » dans leurs écrits (Annexe 1). Hartmann Schedel est d’ailleurs exemplaire par le nombre de journaux allemands dans lesquels il a puisé ses récits sur les événements célestes contemporains. Et surtout, il intègre ces textes dans sa chronique sans émettre quelques soupçons quant à leur réalité historique. À la fin du xvie siècle, Pierre de L’Estoile témoigne de ce goût qu’ont les élites urbaines pour ces nouvelles et du scepticisme avec lequel elles les accueillent. Cette réserve des élites urbaines, dont L’Estoile est le représentant, contraste avec la position de la masse des gens qui prennent volontiers pour argent comptant ces « amuses-badauds » et ces « balivernes ».

Les livrets gothiques engagés dans les conflits religieux : des « raretés gothiques »

  • 68 ¶ La co[n]uersion//et reuocation des Lutheriens faicte en Ale//maigne presens les ambassadeurs du (...)

72Le dernier volet des pièces d’actualité concerne les événements de nature religieuse. On est frappé par leur faible quantité. Seulement 3 % des pièces d’actualité colportent des nouvelles religieuses, comme l’excommunication de la ville de Venise par le pape Jules II en 1509, la tenue du concile de Pavie en 1511, la bulle de 1533 qui institue deux juges pour les causes hérétiques ou encore la diète de Ratisbonne de 1538. Cette diète est relatée dans une pièce de « propagande » catholique68. Elle prétend que Luther et tous les « predicans » ont bien été confondus lors de ladite diète. En réalité, lors de cette assemblée initialement convoquée pour régler les affaires des luthériens, il ne fut question finalement que de Guillaume de Clèves, duc de Savoie, et des secours dont Fernand d’Autriche avait besoin pour se défendre contre les Turcs en Hongrie.

  • 69 (L)E testament de//Martin Leuter//auec ses disci =//ples, [s.l., s.n.], in-8° goth., 7 ff.n.c., [a (...)
  • 70 Le Te deu[m] pour//leglise Lutherie[n] ne : en//Francoys [et] en latin. //Auec la Ballade et la//C (...)
  • 71 Ces chansons sont reproduites par Sébastien Picotté dans sa Cronique du roy Francoys, premier de c (...)
  • 72 (L)A piteuse desolation du//monastere des cordeliers//de Maulx mis a feu et brusle, [Paris, s.n.], (...)

73Des poèmes de circonstance relaient également les idées antiluthériennes. Des chansons parodiques composées sur des airs populaires et des textes parodiant des genres dramatiques offrent des satires fort virulentes sur les hérétiques. Le Chapeau des luthériens voit Luther comme le précurseur de l’Antéchrist. Le Dialogue d’un Abbé, Courtisan et du Diable, allencontre le bon pape Adrian place Luther sous l’inspiration du diable. Le Testament de Martin Luther avec ses disciples dénonce les luthériens69. De même, le livret intitulé Le Te Deum pour l’église luthérienne70 contient diverses pièces en vers foncièrement hostiles à Luther et à ses disciples : une parodie du Te Deum vraisemblablement due à la plume d’Hilaire Courtois d’Evreux, avocat au Châtelet, mais aussi une chanson et une ballade anonymes qui sont de la même veine que celles que l’on chantait à Paris après la profanation d’une statue de Notre-Dame en 152871. Certaines brochures s’inscrivent plus encore dans l’actualité puisqu’elles sont émises en réponse à un incident religieux. Tel est le cas de La piteuse désolation du monastère des Cordeliers de Meaux mis à feu et brûlé qui vitupère la malfaisance des luthériens, lesquels ont incendié par vengeance le monastère des cordeliers de Meaux72.

  • 73 Le blazon//des hereti//ques, [Paris, Philippe Le Noir], in-8° goth., 24 ff.n.c., [vers 1530] – Sév (...)
  • 74 Discours des//Miseres de ce Temps,//A la royne Mere du Roy. //Par P. De Ronsard//Vandomois. //F. T (...)

74Des poètes de renom se font les chantres de la Réforme catholique. Dans son Blason des hérétiques, Gringore énumère toutes les hérésies qui se sont succédé avant de conclure que la nouvelle hérésie, celle de Luther, aurait le même sort que les précédentes73. Ce poème polémique traduit l’engagement du poète dans les conflits religieux de son temps : il reproche aux réformateurs de rejeter le culte de la Vierge, de recommander le mariage des prêtres et des religieuses et de vivre comme des pourceaux. De même, Ronsard, conseiller de la reine et versificateur à la cour de Charles IX, compose à ce titre des textes sur les conflits intérieurs du temps, en général hostiles à la Réforme. Une édition contrefaite – en gothique – de son Discours sur les misères de ce temps sort de l’atelier du Troyen François Trumeau en 156374, un an après la publication qu’en a faite le Parisien Gabriel Buon en lettres romaines.

75Au vu de ces rares brochures engagées, les pièces gothiques ne jouent qu’un rôle très marginal dans la dénonciation des partisans de Luther.

*

76Les pièces gothiques d’actualité autorisent les rapprochements avec nos journaux ou même avec le journal télévisé qui rapportent au jour le jour les derniers faits divers et événements en tout genre. Avec le journal télévisé, elles partagent certes le lien à l’actualité mais aussi des modalités de communication communes, telles que l’oralité et l’image, autrefois fixe et gravée et aujourd’hui animée et virtuelle. Mais, à l’inverse de nos journaux d’information, les brochures gothiques devaient être lues et relues des années après le fait qu’elles relatent, tout en conservant leur force suggestive.

Notes

1 Le nombre des pièces d’actualité aujourd’hui connues est à peu près similaire à celui des relaciones de sucesos publiées sur une plus longue période. Dans son inventaire, Mercedes Agulló y Cobo recense 789 livrets publiés entre 1477 et 1619. Mercedes Agulló y Cobo, Relaciones de sucesos, t. 1, Años 1477-1619, Madrid, CSIC, 1966.

2 Sur les lettres rédigées dans le contexte des guerres d’Italie, je me permets de renvoyer à mon article : Marion Pouspin, « Des lettres de nouvelles au temps des guerres d’Italie de Charles VIII (avril-mai 1495) », Cahiers de recherches médiévales, 18, novembre 2009, p. 459-478.

3 Les lettres échangées entre amis en temps de guerre constituent l’un des types d’échanges épistolaires définis dès 1215 par Boncompagno da Signa : Boncompagnus, livre 6, chap. 3, « De litteris quas amici tempore guerre aduinicem sibi transmittunt » (reproduit par Ludwig Rockinger dans Briefsteller und Formelbücher des 11. bis 14. Jahrhunderts, Aalen, Scientia Verlag, 1969, t. 1, p. 138).

4 ¶ Epistre de la ve =//nue de la royne Alienor ou royaulme de France et du re//conureme[n]t de messieurs les Daulphins et duc dorleans, [Paris], in-8° goth., 12 ff.n.c., [post 3 VII 1530] – Paris, BnF, fonds Rothschild, IV. 6.174 (2) (PGA-247), fol. a2.

5 ¶ Le voyage de mo[n]sieur//de Lautrec, faict ceste presente Annee, contenant la//Prinse du Bosque, et de Pauye. Ensemble la re =//duction de Genes, Dalexandrie, [et] aultres//Villes et Chasteaulx en la Duche de//Millan, prinses par ledict Sei//gneur, co[m]me il appert par//la p[re]sente, envoyee a mo[n]//sieur de Normauille, [s.l., s.n.], in-4° goth., 4 ff.n.c., [post 13 X 1527] – Paris, BnF, Impr., Rés. Lb30. 46 (PGA-209), fol. a1v.

6 La « lettre missive » est une lettre à caractère privé émanant du cabinet du roi. Bernard Barbiche, Les institutions de la monarchie française à l’époque moderne, xvie-xviiie siècle, Paris, PUF, 1999, p. 187.

7 (P) Luseurs [sic] lettres nouuelles enuoyees//de Napples Par le Roy n[ost]r [sic] //sire A monseigneur de Bor =//bon. Ensemble dautres nou//uelles, [Lyon, Jean du Pré/M. Huss], in-4° goth., 6 ff.n.c., [post 28 III 1495] – Paris, BnF, Impr., Rés. Lb28. 24 ; Chantilly, M. Condé, II-E-094 (PGA-29), fol. a4.

8 (L)A mauuaistie [et] ob//stinacion des veniciens contre le//roy auec vnes lettres enuoyes [sic] de//par mo[n] sieur le grant cha[n]selier, [Paris, Jean Trepperel], in-8° goth., 4 ff.n.c., [post 17 V 1509] – Paris, BnF, fonds Rothschild, IV. 9.69 (10) (PGA-90). Dans cette lettre, le chancelier fait allusion à une lettre que lui aurait expédiée le roi. Cette lettre, c’est celle que le Lyonnais Noël Abraham a éditée sous le titre : ¶ Le double des lettres en =//uoyez a la Royne et a mon//seigneur dangolesme : Touchant la noble victoire obtenue par//le trescrestien roy de fra[n]ce co[n]tre les venitie[n] s depuis le lundy//septiesme iour du moys de may Mil. CCCCC. [et]. ix., [Lyon, Noël Abraham], in-4° goth., 3 ff.n.c., [post 14 V 1509] – Paris, BnF, Impr., Rés. Lb29. 194 (PGA-85a).

9 Cynthia J. Brown, Poets, Patrons, and Printers. Crisis of Authority in late medieval France, Ithaca/Londres, Cornell University Press, 1995, p. 62.

10 Le grant iu =//bille de Milla[n]//Lequel traicte des conspi =//rations et trahiso[n]s des mil =//lannoys et lo[m] bars Impri =//me nouuellement, [s.l., s.n.], in-8° goth., 8 ff.n.c., [vers 1500] – Paris, BnF, Impr., Rés. Ye. 4194 ; Versailles, BM, fonds Goujet, in-8°, 19 (PGA-50), fol. b4v.

11 Cette littérature de guerre s’inscrit dans la tradition des pièces médiévales des xiiie-xive siècles, telles que la paraphrase et la parodie du Pange lingua par les habitants de la ville de Parme pour célébrer leur victoire sur Frédéric II en 1248. Ilvonen Eero, Parodies de thèmes pieux dans la poésie française du Moyen Âge, Pater, Credo, Ave Maria, Laetabundus, Paris, Honoré Champion, 1914.

12 (L)E pater noster qui es in//celis Des geneuoys en balade Auec//vne Chanson fort ioyeuse et deux//beaux Rondeaux desditz geneuoys//Compose par maistre andry de la//vigne secretaire de la Royne, [s.l., s.n.], in-8° goth., 4 ff.n.c., [vers 1507] – Aix-en-Provence, B. Méjanes, Inc. D. 69, 4 (PGA-67), fol. a1v.

13 TRIALOGVE//fort beau, plaisant [et] delectable aux lecteurs. //Les personnaiges sont//lambassadeur du Roy Francoys,//Cerberus portier d’enfer,//Et Pluto Prince des Diables, Anvers, pour Pacquier Pissart, in-4° goth. et rom., 12 ff.n.c., 1544 – Paris, BnF, Impr., Rés. Ye. 349 (PGA-388).

14 J’ai pu relever quatre éditions différentes de L’entreprise de Venise (Paris, BnF, fonds Rothschild, IV. 3.243 et IV. 9.69, 8 ; Paris, BnF, Impr., Rés. Ye. 1204 et Rés. Ye. 4108) ; une édition des Ballades de Bruit commun (Paris, BnF, fonds Rothschild, IV. 4.24, Paris, BnF, Impr., Rés p. Ye. 385) ; une édition de La lamentation de Venise (Paris, BnF, fonds Rothschild, IV. 3.235) et deux éditions de La complainte de Venise (Paris, BnF, fonds Rothschild, IV. 9.69, 9 et IV. 9.69, 11).

15 Michael A. Sherman, « Political Propaganda and Renaissance Culture : French Reactions to the League of Cambrai, 1509-10 », Sixteenth Century Journal, 8/2, 1977, p. 96-128 (citation p. 100).

16 Jennifer Britnell, « Antipapal Writing in the Reign of Louis XII : Propaganda and Selfpromotion », dans Jennifer Britnell, Richard H. Britnell (dir.), Vernacular Literature and Current Affairs in the Early Sixteenth Century : France, England and Scotland, Aldershot, Ashgate, 2000, p. 41-61 (citation p. 42).

17 Laurent Desmoulins, (L)e depucellage de//La Ville de Tournay. Auec les//pleurs [et] lame[n]tatio[n]s Ob =//stant sa defloration, [Paris, Guillaume Nyverd], in-8° goth., 8 ff.n.c., [1513] – Paris, BnF, Impr., Rés. Ye. 3823 ; Le depucellage de Tournay compose par L. D., [s.l., s.n.], in-8o goth., 8 ff.n.c., 1513 – Londres, BL, 6107. aa. 10 (PGA-118b).

18 La prosopopée est une figure de rhétorique qui consiste à donner la parole à des abstrations, à des idées ou à des concepts.

19 Henry Guy, Histoire de la poésie française au xvie siècle, t. 1, L’école des rhétoriqueurs, Genève, Slatkine, 1998 (1re éd. 1910), p. 65.

20 Sensuyvent//plusieurs belles chansons nou//velles dont les noms sensuivent…, [Paris, Vve Jean Trepperel et Jean Janot], in-8° goth., 4 ff.n.c., [vers 1521] – Chantilly, M. Condé, IV-D-111 (PGA-170b), fol. 4v : « Ceste chanson fut faicte//D’ung franc archier francois//Qui a sa maisonnette//Au plus pres de Beauuais//Il est doulx et courtois//Joyeulx ie vous assié//Qu’on va guerre mener//Dedans la Picardie. »

21 (S)Ensuyt//la rencon//tre [et] des//co[n]fiture des hen//noyers faicte en//tre sainct pol et betune [et] a la iournee de//fin faicte des hennoyers p[ar] noz ge[n]s mis//a fin et moult fort anoyez, Paris, Vve Jean Trepperel, in-4° goth., 8 ff.n.c., [vers 1522] – Paris, BnF, Impr., Rés. Ye. 1374 ; Versailles, BM, fonds Goujet, in-8°, 19 (PGA-176), fol. a3v.

22 Après avoir réfuté en termes violents les accusations portées contre lui par le roi de France, Charles Quint déclare accepter le combat qui doit avoir lieu sur les bords de la Bidassoa. Le cartel impérial et une déclaration longuement motivée sont remis au héraut Bourgogne qui parvient à Paris le 9 septembre 1528. Le lendemain, François Ier le reçoit dans la grande salle du palais en présence de tous les dignitaires du royaume. Le héraut déclare qu’il doit d’abord faire une autre communication et rien ne peut le décider à borner son message à la remise du cartel. Le roi refuse alors de céder et lève la séance. On connaît deux pièces gothiques parisiennes sur cet incident, publiées par Galliot du Pré (édition no 1 [PGA-222a] : Paris, BnF, Impr., Rés. F. 171 [14] ; Paris, BnF, Impr., Rés 4. Lb30. 51 ; Séville, BC, 4.1.4 [3] ; édition no 2 [PGA-222b] : Paris, BnF, Impr., Rés 4. Lb30. 51 [A] ; Paris, BnF, Impr., Rés 4. Lb30. 51 [A, alpha] ; Paris, BnF, fonds Rothschild, IV. 4.126). S’ajoutent quatre autres brochures, produites à Anvers par Vosterman (édition anversoise no 1 [PGA-222c] : Paris, BnF, fonds Rothschild, IV. 4.148 ; Paris, BnF, Arsenal, 4-H-2773 ; Chantilly, M. Condé, IV-E-057), Middelbourg (édition no 2 [PGA-222d] : Paris, BnF, fonds Rothschild, IV. 4.18) et Liesvelt (édition no 3 [PGA-222e] : Paris, BnF, Impr., Rés. Ye. 4930, ainsi qu’une édition (no 4) aujourd’hui disparue (*PGA-222f), intitulée La deffaia[n]che faicte au tres puis//sant et noble Empereur Charles, de par le Roy de//Fra[n]che et Roy De[n]gleterre Et aussy la di//te deffianche//Imprime en anuers […] p[ar] moi Iaques de Liesuelt (Brunet, II, 564 et Suppl., I, 356 ; Lignerolles, 2642 ; Bechtel, d-124).

23 Sensuyt la forme du//traicte [et] appointeme[n]t fait entre le treschre =//stien Roy de France Fra[n]coys premier de ce//nom : et Maximilian sforce sur le fait [et] estat//de la duche Millan : [et] de la prouision q[ue] le//dit seigneur do[n] ne audit. Maximilian, [Paris, s.n.], in-8° goth., 4 ff.n.c., [post 24 X 1515] – Paris, BnF, fonds Rothschild, IV. 3.230 (PGA-136), fol. 4v.

24 (L)E double de Loriginal, q[ui]l//a este escript [et] mande par le//gra[n]d Turck, ensemble//le Roy de Cathey, [et] le roy//de Perse, a tous princes [et] seigneurs et estatz de toute la chrestie[n]te. //De Lempire Ro[m] main. //[Bois]//Item la teneur co[m] mant [sic] Lempereur de//Turquie a deffie le Roy Dhungrie ://Lan M. D. xxvi//Nouuelleme[n]t tra[n]slate dallema[n]t en fra[n] =//coys, a Gen[eue]. par V. k, Genève, Wygand Köln, in-8° goth., 4 ff.n.c., [post I 1526] – Paris, BnF, fonds Rothschild, IV. 4.172 (PGA-187b), fol. a3v.

25 Sensuyt le traicte de//La paix faicte et p[ro]mise A tout iamais//entre le trescrestien Roy de france Loys//douziesme de ce nom Et la illustrissime//seigneurie de Venise Cryee et publiee,//a Paris Le vendredy troisiesme Iour//de Iuing Mil cinq cens et treze, Auec//vne belle ballade, Et le regrect que faict//vng angloys de Millort havart, [Paris, s. n.], in-8o goth., 4 ff.n.c., [post 3 VI 1513] – Paris, BnF, Impr., Rés. Ye. 1207 (PGA-115), fol. 2.

26 Comme le livret du traité de Saint-Germain-en-Laye par exemple, qui contient l’enregistrement du cri fait au Parlement : « Publications faictes en la ville de Paris p[ar] ung no[m]mé Norma[n] die herault d’armes du roy n[ost]re d[it] seign[eu]r Presens le prevost de Paris messieurs les lieuxtenans civil et criminel Le p[ro]cureur du Roy, aucuns des examinateurs Et moy greffier du chastellet de Paris Le mercredy. xvi. Jour d’aoust mil cinq cens et xiiii. Ainsi signe Almaury. » Sensuyt le traicte de la//paix faicte [et] p [ro]mise entre le trescre =//stien Roy de france Loys xii. Et le//trespuissant Roy dangleterre. //Auec vne balade faicte sur les qua//tre estraz, Paris, Guillaume Sanxon, in-8° goth., 4 ff.n.c., [post 16 VIII 1514] – Paris, BnF, fonds Rothschild, IV. 8.72 (PGA-124b), fol. 4v. La proclamation de cette paix conclue entre Louis XII et Henri VIII est conservée dans la série Y63 du Livre de couleur du Châtelet (AN, fol. 176 v ; Tuetey, no 1167).

27 Hec dua p[el]luncent cun//ctis i[n]signia sceptris. //Et sancte fidei cla//ra tropha gerunt. //Le concordat entre//nostre Saint Pere le pape Leon dixiesme de ce//nom. Et le tres chrestien roy Francoys//premier de ce nom. Trans//late de latin//en fran//coys. //Cum priuilegio, Paris, pour Durand Gerlier, in-4° goth., 20 ff.n.c., 13 VII 1521 – Paris, BnF, Impr., Rés. Ld7.26 (PGA-165).

28 (L)E pas des armes de larc trium/phal Ou tout honneur est en//clos tenu a lentree de la Royne a Pa//ris en la rue Saint anthoine pres les//tournelles par puissant seigneur mo[n]//seigneur le Duc de valloys et de Bre//taigne : ou to[us] nobles ho[m]mes doiue[n] t//pre[n]dre leur adresse : pour acquerir loz//honneurs et gloire militaire Redige et//mis par escript par Montioye Roy//darmes selon les co[m]paignees et iour//nees ainsi comme le tout a este faict. //Nouuellement imprime a Paris. //¶ Ilz se vendent a Rouen en la//rue nostre dame pres s. maclou, Paris pour Rouen, [s.n.], in-4° goth., 12 ff.n.c., [post 13 XI 1514] – Paris, BnF, Impr., Rés. Lb29. 188 (PGA-129), fol. a1.

29 Sur les hérauts, voir Philippe Contamine, « Office d’armes et noblesse dans la France de la fin du Moyen Âge », Bulletin de la société nationale des antiquaires de France, 1994, p. 310-322, ainsi que Gert Melville, « Der Brief des Wappenkönigs Calabre. Sieben Auskünfte über Amt, Aufgaben und Selbstverständnis spätmittelalterlicher Herolde (mit Edition des textes) », Majestas, 3, 1995, p. 69-119.

30 La prinse de Pa//uie par monsieur Danguien accom//paigne du Duc Durbin//[et] plusieurs capitaines//enuoyez par le//Pape, [s.l., s.n.], in-8° goth. et rom., 4 ff.n.c., [post 28 V 1544] – Chantilly, M. Condé, IV-D-069 (PGA-385) ; LA//PRINSE//de Pauie//Par Monseigneur d’Anguien, accompaigné//du Duc d’Vrbin, [et] de plusieurs aul =//tres Capitaines, enuoyez par//le Pape, Toulouse, Guyon Boudeville, in-4° ital., 8 ff.n.c., [post 28 V 1544] – Paris, BSG, OEXV 754 (15).

31 La prinse [et] assault de Pauie lai//cte [sic] par monsieur de Laustret, lieute//nant general du Roy nostre sire dela//les mons, auecques la fuyte des//Espaignolz, [Rouen, Robert Brenouzet], in-8° goth., 4 ff.n.c., [post 15 X] 1527 – Paris, BnF, Impr., Rés. Lb30. 48 (PGA-210) ; ¶ La prinse de genes et la fuyte//Des Espaignolz, [Rouen, Robert Brenouzet], in-8o goth., 4 ff.n.c., [post 14 VIII 1527] – Paris, BnF, Impr., Rés. Lb30. 47 (PGA-206).

32 (L)A prophecie, vision et reuelacion diui//ne Reuelee par tres hu[m]ble prophete Je//han michel. De la prosperite et victoire du trescrestien Roy//de france Charles. viii. De la nouuelle reformacion du siecle//Et du recouurement de la terre sainte a luy destinee, [Lyon, Jean du Pré/M. Husz], in-4° goth., 6 ff.n.c., [vers 1495] – Paris, BnF, Impr., Rés. Lb28. 23 (PGA-26a) ; La vision diuine reuelee a Jehan michiel tres hu[m] ble//prophete : de la prosperite du trescrestien roy de france. //Charles viii. De la nounelle [sic] reformation du siecle : [et] et [sic]//recuperation de hierusalem a lui destinee. Et quil sera de//tous les roys de terre le souuerain [et] dominateur sur tous//les domina[n]s [et] unique monarche du monde, [Paris, Pierre Le Caron], in-4° goth., 4 ff.n.c., [1495] – Nantes, BM, INC 115 (7) (PGA-26b).

33 (L)Ouenge de la victoire//et conqueste du royau =//me de Napples. Auec les piteux regretz [et]//lamentacions du roy Alphonce, Lyon, Matthias Huss, in-4° goth., 5 ff.nc., [post 20 II 1495] – Paris, BnF, Impr., Rés. Ye. 1055 (PGA-24a), fol. a2.

34 Copie des lettres//tra[n]smises par le [sic] imperiale maieste a la//douagiere de ho[n]grie. rege[n]te des pays//de[n] bas touchant la prinse de la goulet//te deffaicte du pirate marin barberous//se et pri[n]se de la cite de thunes//en affricque. //PL//–//VS [Bois] OVLTRE//Imprime en bruges par hubert de croach pour//Micquiel willan libraire demorant a lille en flandres, Bruges, Hubert de Crook, pour Michel Willant (Lille), in-4° goth., 4 ff.n.c., [post 23 VII 1535] – Paris, BnF, Impr., Rés. M. 559 (PGA-303).

35 Nouuelles bonnes Lesquelles//sont produictes et venuez dorie[n]t bien briefnes [sic] entre//Sophin ou Sophias nomme, et le grandt Turcq//et Souldan. comme[n]t le grandt Turcq a gaingne la//ville Damast Iherusalem Alkaye auecq plusieurs//aultres villes gisantes bien pres Et [com]ment le gra[n]dt//Turcq a ouy messe enuiron le sepulcre de n[ost]re seign[eu]r//et redempteur Ihesucrist//[Bois]//Auecq grace et priuilegez, Anvers, Guillaume Vosterman, in-4° goth., 4 ff.n.c., [post 8 V 1518] – Londres, BL, 1197. d. 14 (2) ; Amiens, BM, Lesc. 4942 (PGA-142a), fol. a1.

36 (S)ensuyuent les faictz du chien in//saciable du sang chrestien, q[ui]l se//no[m] me Lempereur de Turquie. //Lesquelz luy et les siens ont faict, apres q[ui]l//auoit gaigne la bataille. Le. xxviii. iour du//moys Daoust derriereme[n]t [sic] passe : aux n[ost]res//freres Chrestie[n]s : au pays Dungrie ://tout inhumaineme[n]t : [et] enco//re faict tous les iours. //Ofen. //Nouuelleme[n]t translate Dallema[n]t//en Francoys. A Gen[eve]. //p[ar] V. K[öln], Genève, Wylgand Köln, in-4° goth., 4 ff.n.c., [post 28 VIII 1526] – Chantilly, M. Condé, III-F-091 (PGA-190), fol. a1.

37 Les livrets gothiques de cérémonies n’ont suscité qu’un intérêt scientifique secondaire par rapport aux autres relations festives plus soignées, tant manuscrites qu’imprimées. Jean-Pierre Seguin fait figure de pionnier en étudiant dans les années 1950-1960 le profil bibliographique des pièces gothiques d’actualité dont font partie les livrets de cérémonies. Ainsi exhumés des fonds de bibliothèques, ces livrets ont intéressé dès les années suivantes les historiens qui dépouillaient les documents traitant de cérémonies (Bernard Guenée et Françoise Lehoux pour les livrets d’entrées et Georges Fréchet pour les livrets de pompes funèbres), puis ceux qui travaillaient sur les rituels du pouvoir (Alain Boureau, Lawrence Bryant, Ralph Giesey). L’ensemble de ces chercheurs ont systématiquement considéré les livrets gothiques de cérémonies comme des sources d’informations mais bien souvent sans les soumettre à la critique quant à leur forme, leur matérialité, leurs conditions d’élaboration et de diffusion, leur utilité et enfin leurs usages. Voir : Alain Boureau, Le simple corps du roi, l’impossible sacralité des souverains français xve-xviiie siècle, op. cit. ; Lawrence M. Bryant, « La cérémonie de l’entrée à Paris au Moyen Âge », Annales ESC, 41/3, mai-juin 1986, ainsi que son The King and the City in the Parisian Royal Entry Ceremony : Politics, Ritual and the Art in the Renaissance, Genève, Droz, 1986 ; Georges Fréchet, « Forme et fonction des livres de pompes funèbres », dans Jean Balsamo (dir.), Les funérailles à la Renaissance, Genève, Droz, 2002, p. 199-224 ; Ralph E. Giesey, Le roi ne meurt jamais. Les obsèques royales dans la France de la Renaissance, op. cit. ; Bernard Guenée, Françoise Lehoux, Les entrées royales françaises de 1328 à 1515, op. cit.

38 Triumphes//Dhonneur, faitz par le commandement//du Roy a Lempereur en la ville//de Poictiers, ou il passa ve =//nant Despaigne en Fran =//ce pour aller en Flan =//dres le neufuiesme//iour de Dece[m] bre//Lan Mil ci[n] q//ce[n] s. xxxix. //¶ Au vray. //¶ Auec priuilege. //¶ On les vend a Paris en la grand//salle du Palais au second pillier,//par Jehan du Pre Libraire. //Mil. D. xxxix., Paris, Jean III Du Pré, in-8° goth., 12 ff.n.c., [post 9 XII 1539] – Paris, BnF, Impr., Rés. Lb30. 81 ; Paris, BnF, fonds Rothschild, IV. 3.55 ; Aix-en-Provence, B. Méjanes, Réc. D. 9, 6 (PGA-342a), fol. a2.

39 Les funérailles de Georges d’Amboise ont fait l’objet de deux livrets en 1509, qui nous sont connus par des rééditions du xixe siècle. L’un relate la pompe funèbre à Lyon ; l’autre, la réception de son corps à Rouen. Le trépas de Louis de Bézé est commémoré par le livret suivant : (E) Nsuit lhonneur fait en leuterre//ment [sic] du feu Loys de breze grant//gouuerneur et senechal de Nor =//mendie en la ville de Rouen, [s.l., s.n.], in-8o goth., 4 ff.n.c., [post 18 VIII 1531] – Paris, BnF, Impr., Rés 8. Ln27.2990 (PGA-282).

40 Le plus ancien livre de cérémonie contient, décrit de manière très détaillée, le mariage de Constanzo Sforza avec Camilla d’Aragon. Composé de 85 pages, il a été publié le 9 novembre 1475 en lettres romaines à Vicenza par Hermannus Liechtenstein. Helen Watanabe-O’Kelly, « Festival Books in Europe from Renaissance to Rococo », The Seventeenth Century, 3/2, automne 1988, p. 181-201 (en particulier p. 182) et « The Early Modern Festival Book : Function and Form », dans J. R. Mulryne, Helen Watanabe-O’Kelly, Margaret Shewring (éd.), Europa Triumphans. Court and Civic Festivals in Early Modern Europe, Londres, Publications of the Modern Humanities Research Association, vol. 1, p. 3-17.

41 Ces deux pièces allemandes sont répertoriées dans Newe Zeitungen, Relationen, Flugschreiften, Flugblätter, Einblättdrucke, von 1470 bis 1820, Katalog 70 von J. HALLE, Munich, s.n., 1929. Le genre des funeralia se développe considérablement en Allemagne dès la seconde moitié du xvie siècle à l’occasion des funérailles des princes électeurs. Toutefois, ces publications sont plus proches du Triumphzug de Maximilien que des premiers journaux constitués de quelques feuillets seulement. Sur les livres de funérailles, voir Jill Bepler, « German Funeral Books and the Genre of the Festival Description : A Parallel Development », dans John D. Flood, William A. Kelly (dir.), The German Book, 1450-1750, Londres, The British Library, 1995, p. 145-160.

42 La triumphante entree et cou//ronnement de Fernant//De la Royalle maieste de Honguerie, et de Boheme//faicte a Stoelvvitenburch le dernier iour//Doctobre. Anno. M. CCCCC. //et xxvii, Anvers, Guillaume Vosterman, in-4° goth., 4 ff.n.c., [post 7 XI 1527] – Londres, BL, C. 33. e. 22. ; Bruxelles, Bibliothèque de Belgique, E 5 (PGA-212b).

43 Il est vrai toutefois que des pièces en vers sur les obsèques d’hommes d’Église sont imprimées en Italie dès les années 1470, à l’exemple des oraisons funèbres et des épigrammes du cardinal Angelus Bessarion († Rome, 1472 ; publ. à Rome) et de l’évêque de Mâcon Philibert Hugonet († Rome, 1484 ; publ. à Rome).

44 Georges Fréchet, « Forme et fonction des livres de pompes funèbres », art. cité, p. 219-223.

45 William Mc Allister Johnson observe cette ressemblance structurelle entre tous les récits d’entrées royales françaises à la Renaissance. Néanmoins, il me semble qu’il convient de distinguer, d’une part, les grands recueils in-folio, souvent enluminés, qui sont adressés aux acteurs principaux de l’entrée (le roi, son entourage et des hôtes de marque ayant pris part à la réception) et, d’autre part, les brochures imprimées sitôt la cérémonie qui sont bien moins précises que ces grandes relations. Bien que partageant les traits permanents propres au « livre d’entrée », ces grands recueils se distinguent des livrets imprimés par leur mission qui est moins de décrire et de commémorer que de glorifier l’événement et de proposer un discours dithyrambique à l’égard du principal protagoniste. Ces grandes relations s’arrêtent ainsi longuement sur les « sacrifices » occasionnés à la ville en l’honneur du protagoniste (prix des cadeaux, description du faste déployé) et sur son dévouement inconditionnel. William Mc Allister Johnson, « Essai de critique interne des livres d’Entrées royales français », dans Jean Jacquot et Élie Konigson (dir.), Les Fêtes de la Renaissance, t. 3, Quinzième colloque international d’étude humaniste, Tours, 10-22 juillet 1972, Paris, CNRS, 1975, p. 187-200.

46 Pierre Lardellier, Les miroirs du paon : rites et rhétoriques politiques dans la France de l’Ancien Régime, Paris, Honoré Champion, 2003.

47 Parmi les relations d’entrées reproduites par Bernard Guenée et Françoise Lehoux, beaucoup sont des récits anonymes manuscrits, à l’instar de la relation de la première entrée de Louis XI à Paris qui est tirée d’un manuscrit de la fin du xve siècle (Lille, BM, ms. 538, fol. 221-225, reprod. par Guenée et Lehoux, p. 86 et suiv.).

48 30 juin 1498. Délibération du Parlement relative à l’ordre dans lequel les corps constitués devront se rendre au-devant du roi Louis XII, le 2 juillet suivant, lors de sa première entrée dans Paris [AN, X1A 1504, fol. 128v-129].

49 Les projets des entrées royales et princières étaient parfois dressés par un notaire sur parchemin. Christian de Mérindol, « Entrées royales et princières à la fin de l’époque médiévale : jeux de taxinomie, d’emblématique et de symbolique », dans Christian Desplat et Paul Mironneau (dir.), Les entrées. Gloire et déclin d’un cérémonial, Biarritz, J. & D., 1997, p. 27-47.

50 Tant les Grandes Chroniques de France que les chroniques bourguignonnes foisonnent en descriptions de cérémonies. Sur ce point, voir l’étude de Nadia Mosselmans qui a parcouru les principales chroniques bourguignonnes pour y déceler les mentions des entrées solennelles de Philippe le Bon. Nadia Mosselmans, « Les villes face au prince : l’importance réelle de la cérémonie d’entrée solennelle sous le règne de Philippe le Bon », dans Jean-Marie Duvosquel et Alain Dierkens (dir.), Villes et campagnes au Moyen Âge. Mélanges Geogres Despy, Liège, Perron, 1991, p. 533-548. Voir également Bernard Guenée, « Les “Grandes Chroniques de France”. Le Roman aux roys. 1274-1518 », dans Pierre Nora (dir.), Les lieux de mémoire, t. 2, La Nation, vol. 1, Héritage, historiographie, paysages, Paris, Gallimard, 1986, p. 189-214. Outre les histoires et les chroniques, des livres tels que les Ordines de couronnement ou « livres de couronnement » se concentrent sur des cérémonies particulières. Leur fonction n’est pas liturgique, mais mémorielle et politique. En effet, indépendamment des libelli réservés à l’usage épiscopal, la transcription et la circulation des ordines de couronnement visent à perpétuer la mémoire de cet événement historique, à renforcer un rituel propre à la tradition française et, se faisant, à affirmer la royauté française. Sur ce point, voir : Éric Palazzo, « La liturgie du sacre », dans Jacques Le Goff, Éric Palazzo, Jean-Claude Bonne et Marie-Noël Colette, Le sacre royal à l’époque de saint Louis, d’après le manuscrit latin 1246 de la BnF, Paris, Gallimard, 2001, p. 37-89.

51 Pierre Gringore, Les entrées royales à Paris de Marie d’Angleterre (1514) et Claude de France (1517), éd. par Cynthia J. Brown, Genève, Droz, 2005, p. 18, n. 27.

52 [L’entrée du roy nostre sire en la ville et la cité de Paris], [Paris, Antoine Caillaut et Louis Martineau ?], in-4° goth., [12] ff.n.c., [post 8 VII 1484] – Paris, BHVP, Rés. 943276 INC (PGA-4), fol. 6v.

53 Michael Baxandall, Les humanistes à la découverte de la composition en peinture, 1340-1450, Paris, Seuil, 1989, p. 11.

54 Triumphes//Dhonneur, faitz par le commandement//du Roy a Lempereur en la ville//de Poictiers, ou il passa ve =//nant Despaigne en Fran =//ce pour aller en Flan =//dres le neufuiesme//iour de Dece[m]bre//Lan Mil ci[n] q//ce[n] s. xxxix. […], Paris, Jean III du Pré, in-8o goth., 12 ff.n.c., [post 9 XII 1539] – Paris, BnF, Impr., Rés. Lb30. 81 ; Paris, BnF, fonds Rothschild, IV. 3.55 ; Aix-en-Provence, B. Méjanes, Réc. D. 9, 6 (PGA-342a), fol. a1v. Cette idée de présenter un tableau de l’entrée est reprise par les auteurs des relations festives en lettres romaines, si bien qu’elle est devenue un lieu commun des prologues et des déclarations aux lecteurs. Par exemple, l’auteur de la relation de l’entrée du roi Henri II à Tours en 1552 (Paris, BnF, Impr., Rés. Lb31. 35) énonce clairement l’ambition de sa publication : « Toy qui has veu le roy entrer dans Tours//Te prent il point encore envie de veoir//les bons souldars avecq leurs beaulx atours//Bourgeoys aussi qui faisoient leur debvoir//Toy qui ne veoir cecy n’a eu pouvoir//Ly cy dedans car tout y est comprins//Montz, Chariotz, fontaines, et pourpris//Comme ilz estoient tu le pourras scavoir » (fol. a1v).

55 Recueil des//Triumphes faictz en la ville de Chastelle =//rauld, aux Nopces de tresillustres [et] ma =//gnanime prince le duc de Cleues, et//de Iulliers. [et] c. Et de la tresillu =//stre princesse de Navarre, fille//vnique des Roy et Royne//de Nauarre […], Paris, Denis Janot, in-8° goth., 12 ff.n.c., [post 19 VI] 1541 – Paris, BnF, Impr., Rés 8. Lk7.1980 (PGA-354), fol. a1v.

56 Par exemple, les enluminures du Livret de l’entrée de la reine Marie à Paris en 1514 composé par Pierre Gringore reconstituent les tableaux montés sur les échafauds à l’occasion de l’entrée de la reine à Paris (figures et texte reproduits par Cynthia J. Brown dans Les entrées royales à Paris de Marie d’Angleterre (1514) et Claude de France (1517), op. cit.). Adressées à la reine et à son entourage, ces enluminures leur offrent un souvenir concret des tableaux vivants pourtant éphémères. Le cas suivant est tout aussi remarquable par ses images circonstanciées qui transposent dans le registre visuel les échafauds montrés au prince lors de son entrée. Il s’agit du compte rendu de l’entrée de Charles Quint à Bruges qui a été mis par écrit par Remi du Puys, « secrétaire, indiciaire et historiographe » des Habsbourg depuis 1511. Cette relation a tout d’abord été présentée à l’empereur sous la forme d’un manuscrit enluminé, avant d’être publiée chez le Parisien Gilles de Gourmont. Trente-trois xylographies y représentent les étapes de l’entrée, en particulier les vingt-sept mystères qui ponctuaient le parcours du cortège impérial (reproduits en fac-simile par Sydney Anglo : La tryumphante Entrée de Charles prince des Espagnes en Bruges 1515, Amsterdam/New York, Theatrum Orbis Terrarum/Johnson Reprint Corporation, 1975).

57 La complainte était à l’origine un chant qui se lamentait sous une forme naïve sur un malheur, souvent un décès. Dès la seconde moitié du xve siècle, les rhétoriqueurs en ont fait un poème funèbre ayant pour objet de pleurer la disparition d’un grand personnage. Sur le développement des poèmes de circonstance relatifs aux funérailles princières, voir Christine Scollen-Jimack, « Funereal Poetry in France : From Octovien de Saint-Gelais to Clément Marot », dans Jennifer Britnell et Richard Britnell (dir.), Vernacular Literature and Current Affairs in the Early Sixteenth Century : France, England and Scotland, Aldershot, Ashgate, 2000, p. 153-170.

58 ¶ Les regrez Avec La chanson//De Messire Charles de Bourbon, [s.l, s.n.], in-8° goth., 4 ff.n.c., [vers mai 1527] – Chantilly, M. Condé, IV-D-114 ; Versailles, BM, Goujet in-8 164 anc. (PGA-203). Deploration sur le//trespas de feu messire Florymond Robertet seign[eu] r//Dalluye. Iadis Chevalier, conseiller du Roy,//Tresorier de France, Secretaire des finances du//dict seigneur, [Lyon, Claude Nourry], in-4° goth., 12 ff.n.c., [post 29 XI 1527] – Paris, BnF, Impr., Rés p. Ye. 2233 (PGA-211).

59 Les livrets d’informations sur les faits divers prennent le nom de « canards » vers 1850 lorsque la production atteint son apogée après la chute de l’Empire. Par exemple, Garson, grand graveur de canards à Paris au xixe siècle, grave plus de 150 canards entre 1830 et 1844. Jean-Pierre Seguin, « Un grand imagier parisien, Garson et notes sur les canardiers parisiens », Arts et traditions populaires, 2/2, avril-juin 1954, p. 97-146.

60 Jean-Pierre Seguin, L’information en France avant le périodique, 517 canards imprimés entre 1529 et 1631, op. cit., p. 8. Cette acception du terme « canard » a été reprise par Jean Céard (La nature et les prodiges, Genève, Droz, 1971) et Maurice Lever (Canards sanglants. Naissance du fait divers, Paris, Fayard, 1993).

61 Comme Pierre de L’Estoile, Ben Jonson critique à travers sa comédie The Staple of News (1631) cette falsification des dates des nouvelles pour les faire passer pour récentes. Roger Chartier, Inscrire et effacer : culture écrite et littérature ( xie-xviiie siècle), chap. IV, « Nouvelles à la main, gazettes imprimées. Cymbal et Butter », Paris, Gallimard/Seuil, 2005, p. 79-100.

62 Voir infra, chap. 10, p. 276-281.

63 Jean-Pierre Seguin, L’information en France avant le périodique…, op. cit., p. 14.

64 Dès la fin du Moyen Âge, des contemporains consignent dans leur livre de raison les apparitions prodigieuses dont ils sont les témoins ou qu’ils ont entendues, des monstres similaires à ceux que l’on peut lire dans les bibles moralisées, le Livre des merveilles de Mandeville et dans maintes histoires et chroniques d’ecclésiastiques.

65 Jean Céard, La nature et les prodiges, L’insolite au xvie siècle, Genève, Droz, 1996, p. 471-473.

66 LA terrible [et] espoue[n]table comete la[que]lle apparut le. xi. Doctobre//lan. M. ccccc. xxvii. en Vvestrie region Dalemaigne. //¶ Ite[m] le merueilleux brando[n]de feu q[ui] quasi trauersa toute la Fra[n]ce et//terrible bruit q[ui]l fist en passa[n]t dess[us] Lyo[n] le. v. dauril M. ccccc. xxviii. //¶ Ite[m] la pluye de pierres laquelle se fist es parties Dytalie le mesme//iour [et] heure q [ue] le dessusd [it] bra[n] do[n] de feu veu passer par dessus Lyo[n], [Lyon, Pierre de Sainte-Lucie], in-4° goth., 4 ff.n.c., [post 5 IV 1528] – Paris, BENSBA, fonds Masson, no 682 (PGA-218a) ; Außlegung Peter Creutzers, etwan des//weytberümpte[n] Astrologi M. Io. Liechtenbergers discipels, vber den er//schröcklichen Cometen, so im Westrich vn[d] vmbligenden grentzen erschi//nen, am. xi. tag Weinmonats, des M. D. xxvii. iars, zu[m] eeren den //wolgepornen Heern, herr Iehan, vnd Philips Franzen,//beyde, Will vnd Reyngrafen etc., [Nünberg], 4° goth., 8 ff.n.c., [1528] – Munich, Nayerische Staatsbibliothek, VD16 C 5801.

67 La terrible et//Merueilleux signe qui a este veu sur la//ville de Paris, auecque vent grand//clarte [et] lumiere, tempeste [et] fouldre, et//aultre signe, lesquez ont este veu p[ar] plu//sieurs lieux. Et principallement en la ville de Paris, [et] a este veu p[ar] plusieurs//gens : [et] estoit sur leure de dix heure de =//uant minuict, [et] fust le. xxi iour de Ia[n] =//uier. Mil cinq cens [et] trente, [Paris, Alain Lotrian], in-8° goth., 4 ff.n.c., [post 21 I 1531] – Paris, BnF, Impr., Rés. Lk7.27224 (PGA-278a).

68 ¶ La co[n]uersion//et reuocation des Lutheriens faicte en Ale//maigne presens les ambassadeurs du pape//de lempereur [et] du roy de Hongrie auec vne//oraison du sainct sacreme[n]t de laustel//Imprime nouuelleme[n]t a Roue[n] par Guillau//me de la motte. Par le conge de iustice//Lan mil cinq centz. xxxviii. //On les vent au portail des libraires, Rouen, Guillaume de La Motte, in-8° goth., 4 ff.n.c., [post 20 VII] 1538 – Paris, BnF, fonds Rothschild, IV. 3.233 (PGA-336).

69 (L)E testament de//Martin Leuter//auec ses disci =//ples, [s.l., s.n.], in-8° goth., 7 ff.n.c., [ante 1535] – Paris, BnF, Impr., Rés p. Ye. 242 (PGA-311).

70 Le Te deu[m] pour//leglise Lutherie[n] ne : en//Francoys [et] en latin. //Auec la Ballade et la//Chanson dyceulx Lu =//theriens. tout de nou =//ueau imprime augme[n]//te [et] corrige. //[Bois]//¶ Le Te deum de Luther, [s.l.], in-8o goth., 8 ff.n.c., [s.d.] – Séville, BC, 15.2.1 (9) (PGA-312).

71 Ces chansons sont reproduites par Sébastien Picotté dans sa Cronique du roy Francoys, premier de ce nom (éd. par G. Guiffrey, Paris, 1860, p. 446-464).

72 (L)A piteuse desolation du//monastere des cordeliers//de Maulx mis a feu et brusle, [Paris, s.n.], in-8° goth., 4 ff.n.c., [vers 1525] – Paris, BnF, Impr., Rés. Ye. 1366 (PGA-186).

73 Le blazon//des hereti//ques, [Paris, Philippe Le Noir], in-8° goth., 24 ff.n.c., [vers 1530] – Séville, BC, 15.2.16 (12) (PGA-269a). Il existe une autre édition de ce livret, aujourd’hui non localisée dans un fonds de bibliothèque (Moreau, 1524-675 ; Tchem., VI, 99 [reprod.] ; Bechtel, g-231) : Le blazon des hereti//ques. //De par la court, Paris, Philippe Le Noir, in-8° goth., 14 ff.n.c., [vers 1530] (*PGA-269b).

74 Discours des//Miseres de ce Temps,//A la royne Mere du Roy. //Par P. De Ronsard//Vandomois. //F. T., Troyes, François Trumeau, in-8° goth., 5 ff.n.c., [1563] – Paris, BnF, Impr., Rés. Ye. 4760 (PGA-412).

Table des illustrations

Légende * Datation le plus souvent basée sur l’événement relaté dans les brochures d’actualité.Tabl. 7. Répartition des pièces d’actualité (1482-1565 *) selon leur sujet [n = 539]
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/27189/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Tabl. 8. Répartition des composantes élémentaires des pièces d’actualité politico-militaire (1482-1565) [n = 442 textes pour 335 brochures]
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/27189/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Légende Graph. 6. Rythme de publication des principales composantes des pièces d’actualité politico-militaire (1484-1565)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/27189/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Légende Fig. 12. Imitation typopgraphique d’un sceau. Le double de l’original mandé par le grand Turc, [1526], Paris, BnF, fonds Rothschild, IV.4.172, fol. a3v
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/27189/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 389k

© Éditions de la Sorbonne, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540