Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Publier la nouvelle

 | 
Marion Pouspin

Première partie. La pièce gothique, une nouvelle forme éditoriale. Éléments de définition

Conclusion de la première partie

Texte intégral

1Cette investigation sur les caractéristiques matérielles des pièces gothiques et leurs conditions de diffusion permet de dégager les traits caractéristiques de ces brochures. Voici en somme ce qu’est une « pièce gothique » : c’est un livret de quelques pages seulement, souvent agrémenté de figures gravées, imprimé – essentiellement – en caractères gothiques et en langue française par des éditeurs soit ponctuels (qui y voient un moyen de dégager un pécule destiné à financer des travaux plus ambitieux), soit spécialisés dans ces petites éditions, dont la présentation (modeste), le support (d’un papier de moyenne qualité) et le faible volume autorisent une contraction de leurs coûts et de leurs temps de production, ainsi que de leur prix de vente (et donc d’achat). C’est un livret qui, par son contenu – adapté aux sensibilités et aux propriétés des publics que les éditeurs-imprimeurs cherchent à atteindre – et par ses modalités d’acquisition est enclin à s’adresser à une large audience. Ce sont là l’ensemble des caractéristiques des pièces gothiques révélées par l’étude de leur matérialité et de leurs modalités de production et de diffusion. Gardons à l’esprit les quelques brochures plus soignées et plus distinguées des œuvres de poètes de renom et les rares livrets sur vélin qui, publiés à un moment où la lettre gothique triomphait encore, apparaissent comme des « pièces gothiques » du fait seulement de la brièveté de leur texte.

2Publiés dès les années 1470, ces livrets constituent une étape décisive dans l’histoire de l’imprimerie. Par leur matérialité et leur propension à une large diffusion, ils esquissent un nouveau pas dans la transformation du système de communication. Manifestement destinées à une plus large clientèle que les autres types de livres imprimés, les pièces gothiques apparaissent, plus encore que ces derniers, comme les signes et les moyens de l’ouverture d’une nouvelle sphère de communication qui génère, toutes proportions gardées, un phénomène de médiatisation de masse. Si, à bien des égards, elles semblent s’inspirer de brochures manuscrites diffusées aux derniers siècles du Moyen Âge (libelli, livrets de pèlerinages, traités de paix ou de trêve, lettres de nouvelles, etc.), leur support imprimé, mécaniquement reproductible et surtout bon marché, rend accessible un ensemble de textes de toutes sortes à de larges secteurs de la population. Elles permettent un premier partage culturel. Dès les années 1490, la production s’accélère et connaît son apogée jusqu’aux années 1540. À partir de là, la production de ces petits imprimés périclite sous l’effet combiné de la raréfaction du caractère gothique et de la réorientation du répertoire livresque vers une littérature humaniste, courtoise et réformée.

© Éditions de la Sorbonne, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540