Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Publier la nouvelle

 | 
Marion Pouspin

Première partie. La pièce gothique, une nouvelle forme éditoriale. Éléments de définition

Chapitre 5. Géographie et rythme de la production des pièces gothiques

Texte intégral

  • 1 Cité par Jean-Dominique Mellot, L’édition rouennaise et ses marchés (vers 1600-vers 1730) : dynami (...)

1Bien que le pari de l’exhaustivité n’ait pu être tenu, cela ne doit pas décourager à chercher à quantifier la production de pièces gothiques en ses divers aspects. Trompeurs certes, parce qu’ils occultent une partie de la production et nous contraignent du coup à sous‑évaluer quantitativement le répertoire de ces brochures, les chiffres de la production gardent intact leur pouvoir suggestif quand il s’agit de proposer une périodisation et une géographie de l’édition de ces imprimés. L’ébauche statistique présentée ci-après se veut en conformité avec ce que disait Fernand Braudel : « Les chiffres, c’est bien une façon de poser nos problèmes ou de nous empêcher de les mal poser1. »

Le rythme de la production des pièces gothiques : évolution quantitative et regards qualitatifs

2Si, dès les années 1480 jusqu’en 1600 environ, dix-sept éditions de pièces gothiques paraissent en moyenne chaque année, la production accuse en réalité une cadence très contrastée, avec une forte croissance des années 1470-1480 aux années 1530, suivie d’une phase descendante progressive de 1540 jusqu’à la fin du xvie siècle. Environ 80 % du corpus est publié avant les années 1540 (compte tenu que près de 8 % des brochures n’ont pu être datées).

3Le tableau ci-dessous (tabl. 4) indique que l’imprimerie de ces livrets ne semble pas connaître le malaise passager des années 1520-1530. Ce fléchissement provisoire, attesté pour le reste de la production imprimée et qui se retrouve même dans la chute de l’entrée des marchandises et du commerce des épices à Lyon (études de Richard Gascon), est à mettre en relation avec les revers militaires qui aboutissent à la captivité du roi et qui perturbent la vie politique et économique de la France. La baisse de la production livresque s’expliquant par la perturbation de l’approvisionnement en papier, on comprend que les pièces gothiques, de faible épaisseur, ne semblent pas touchées par ce malaise. Au contraire, cette captivité nourrit la curiosité et l’angoisse et stimule la production de livrets d’actualité sur les tergiversations au sujet de la libération des Enfants de France et, une fois ceux-ci libérés, sur leurs entrées solennelles dans les bonnes villes françaises.

Tabl. 4. Rythme général de la production des pièces gothiques [n = 1 929 pièces domiciliées et 293 pièces « virtuelles »]

4L’impressionnante progression que connaissent les brochures jusque dans les années 1540 tient en partie au développement général du marché de l’imprimé avec la prolifération des ateliers typographiques. Cette expansion du marché traduit également la diffusion de la culture écrite et des pratiques de lecture dans une fraction de plus en plus large de la population. De plus, certains sujets tendent à se propager : les livrets de musique, de la littérature pratique, les pronostications et le théâtre commencent à prendre une grande importance dans la première moitié du xvie siècle.

  • 2 C’est par exemple à partir du matériel typographique que J. Koopmans estime la date d’impression d (...)
  • 3 Lentree de la royne a Abbeuille, Paris, Guillaume Mart, in-8o goth., 4 ff.n.c., [post 9 X 1514] – (...)
  • 4 Lordre du Sacre//et couronnement du Roy treschrestien n[ost]re//sire Francoys de valoys, premier d (...)
  • 5 Le journal d’un bourgeois de Paris sous le règne de François Ier, 1515-1536, op. cit., 1910. Le Bo (...)

5Pour appréhender le rythme de la production de ces brochures, la question de leurs datation et localisation se pose. L’identification de la date d’impression repose sur des éléments « paratextuels » et, avec précaution, sur le matériel typographique2. Le laps de temps entre l’événement et sa publication imprimée étant assez court – quelques jours seulement ou deux ou trois mois tout au plus –, on peut saisir année par année le rythme des pièces d’actualité à partir des colophons et de la date des événements relatés. Par exemple, la pièce sur l’entrée de la reine à Abbeville est mise sous presse le 25 octobre 1514 alors que la cérémonie s’est déroulée le 9 du même mois3. La pièce sur le sacre de François Ier est publiée le 29 janvier 1515, soit quatre jours seulement après la cérémonie4. Les nouvelles des feux de joie réalisés au Palais le 4 juillet 1530 en l’honneur de la délivrance des Enfants de France et de leur arrivée à Bayonne ont été « imprimées le lendemain, mercredy cinquiesme de juillet », comme le précisent à la fois le titre de la brochure et le Bourgeois de Paris5.

6Cette durée varie en fonction de la distance séparant le théâtre de l’événement du lieu d’édition de sa relation. En moyenne, le public n’attend que quelques jours pour des événements survenus en France, mais deux ou trois semaines pour des nouvelles venant de l’étranger. Somme toute, la date des faits politiques ou militaires permet de suivre précisément la conjoncture temporelle des livrets d’actualité.

7À l’inverse, dépourvues d’un paramètre de datation aussi précis, les brochures religieuses, littéraires et techniques sont trop souvent réduites à une approximation séculaire qui contraint à une approche du rythme de leur production par coupes chronologiques.

Tabl. 5. Répartition chronologique des pièces gothiques par catégories empiriques [n = 1 929 pièces domiciliées et 393 pièces « virtuelles »]

8Si le tableau ci-dessus (tabl. 5) permet de saisir la répartition chronologique des brochures par coupes chronologiques de vingt ans pour chaque classe de pièces, il convient maintenant d’analyser, d’une part, le rythme des pièces d’actualité et, d’autre part, celui des pièces littéraires et religieuses afin de pouvoir identifier les facteurs de production propres aux brochures du champ politique.

Rythme des pièces d’actualité

9Les pièces fonctionnent comme des baromètres immédiats de l’actualité. L’analyse, année par année, du rythme de leur production met en évidence quatre phases, indiquées dans le graphique ci-dessous (graph. 4).

Graph. 4. Répartition annuelle des pièces gothiques d’actualité (1483-1563)

  • 1re phase : cette phase (1482/1483-1508), comprenant 25 % des brochures d’actualité, correspond aux prémices lentes de la production de ces imprimés. Les publications demeurent « épisodiques » et les « pics » isolés. Les nets contrastes interannuels entre des années dépourvues d’éditions et d’autres années marquées par une hausse fulgurante des livrets rendent compte de la réactivité des éditeurs à l’actualité politique et militaire : les guerres d’Italie menées par Charles VIII (1494-1495), puis par Louis XII (1499-1500) sitôt son avènement (1498). Ces pièces contiennent essentiellement des lettres de nouvelles, celles composées par le roi lorsqu’il est en Italie, sinon par des hommes d’armes qui l’ont accompagné.
  • 2e phase : cette phase, s’étendant de 1509 à 1520, comprend 25 % des livrets d’actualité. Elle se caractérise par une hausse généralisée de la production. Néanmoins, celle-ci n’est pas linéaire. Les années 1507-1512 enregistrent le pic le plus important de l’ensemble de la période. Ces « envolées » s’expliquent par la conjoncture militaire mouvementée (ligue de Cambrai, conquête de Venise et reprise des hostilités cette fois contre l’ancien allié, le pape Jules II). Et l’année 1509 marque l’essor des brochures lyonnaises, lorsque la monarchie de France, les yeux rivés vers l’Italie, déplace vers le Sud-Est le centre de gravité de sa politique. Quant au sommet éditorial des années 1514-1515, cela correspond aux péripéties de la vie de cour, avec le décès d’Anne de Bretagne, le couronnement de Marie d’Angleterre et l’avènement de François Ier après le trépas de Louis XII.
  • 3e phase : cette phase, très courte (1521-1531) mais dense (25 % des livrets d’actualité), connaît une forte et rapide croissance des publications avec des hausses qui se prolongent sur plusieurs années. Celles-ci viennent tout à la fois de la conjoncture militaire et de l’apparition et de la multiplication des chansons historiques et des pièces de circonstance.
  • 4e phase : cette dernière phase, relativement longue, s’étend de 1532 à 1565. Elle se divise en deux parties : la première, de 1532 à 1545, avec une croissance relativement similaire à celle des années 1513-1520 ; la seconde, de 1546 à 1565, caractérisée par une chute des publications et une production épisodique comparable à celle des prémices des pièces d’actualité. On remarque une nette rupture en 1546-1547, comme si la fin du règne de François Ier constituait un pivot dans l’édition des brochures d’actualité. Ce tournant s’explique non pas par une baisse significative de l’événementiel ou de l’attrait des pièces, mais par la « révolution typographique », bien plus précoce pour les livrets d’actualité que pour ceux littéraires. On peut croiser cette idée avec la géographie de la production pour cette période-ci : entre 1550 et 1559, on a un équilibre entre les pièces produites dans les centres majeurs d’imprimerie (Paris, Lyon) et celles provenant des centres secondaires (Tours) ; puis, après 1559, aucune pièce d’actualité n’est publiée à Paris. La production se « provincialise ». Toutefois, cela signifie moins une raréfaction des publications de livrets politiques qu’une réorientation de la production vers un autre modèle de brochures d’actualité, désormais en lettres romaines, et dont les débuts datent des années 1530-1550.

10De plus, l’imprimerie évolue dans la seconde moitié du xvie siècle. Sous le coup des divisions religieuses et de l’affirmation des langues et des espaces nationaux, l’Europe des humanistes se disloque, le rayonnement des grands centres typographiques (qui avaient misé sur une clientèle docte, latiniste et dispersée) décline. Le retournement de la conjoncture freine l’audace ; le monde de l’édition est désormais enclin à recentrer ses efforts, à l’exemple de Lyon qui voit une partie de ses entrepreneurs partir vers Genève dès les années 1550 sous le coup de l’effritement du modèle humaniste et de la partition religieuse. Dans les périodes critiques, les éditeurs réinvestissent la production du non-livre : la seconde moitié du xvie siècle est marquée par l’essor des livrets d’actualité, véritables pamphlets, imprimés désormais en romain.

  • 6 Je me permets de renvoyer à mon article : Marion Pouspin, « Les “pièces d’actualité” politique fra (...)

11L’analyse de la rythmicité de l’édition des brochures d’information met en lumière la réactivité de ces imprimés à l’actualité, ainsi que leurs principaux facteurs de production. L’importance des événements (les cérémonies du pouvoir) et leur caractère positif (les défaites ne sont pas divulguées, à l’inverse des batailles et des sièges victorieux en Italie) stimulent et déterminent la production de ces livrets. L’éloignement royal induit également une intensification des publications, celles-ci se substituant dans une certaine mesure au roi absent en son royaume6.

Rythme des pièces relevant du littéraire et du religieux

12Parce que les pièces gothiques relevant du littéraire et du religieux sont globalement dépourvues de colophon et d’adresse, l’évaluation du rythme de leur production est contrainte à se fonder sur des coupes chronologiques de vingt ans, de telles coupes ayant le mérite de coïncider avec les dates d’exercice des imprimeurs-libraires. L’édition de ces brochures évolue selon deux phases principales :

  • 1re phase : près de 75 % de ces livrets non politiques sont publiés avant les années 1540. Cette phase se caractérise par un nombre fortement croissant d’éditions jusque dans les années 1530, ce qui correspond à la hausse de la production livresque globale ;
  • 2e phase : après 1540, et surtout dès 1560, la production enregistre une forte baisse qui s’explique par la raréfaction du caractère gothique du fait de la révolution typographique et par la réorientation du monde du livre sous l’effet de l’humanisme et de la Réforme. Si quelques titres ont perduré dans le répertoire des livrets en lettres romaines, la littérature médiévale ou des formes littéraires médiévales, telles que le « sermon joyeux », accusent effectivement un net recul dans la seconde moitié du xvie siècle. Cela est dû à la renaissance littéraire développée dans trois orientations : la littérature humaniste, la littérature courtoise et la littérature engagée. L’année 1560 marque traditionnellement un tournant dans l’histoire de l’édition française : on enregistre les premiers signes d’un déclin de l’art du livre (baisse de la qualité du papier et de la typographie) et d’une nouvelle gamme de publications avec les pamphlets. Cette réoritentation du répertoire livresque est perceptible dès les années 1545-1560 dans les inventaires après décès comprenant des bibliothèques privées : les romans de chevalerie se font de moins en moins nombreux, tandis que triomphent les ouvrages d’auteurs antiques ou de poètes modernes, ainsi que les éditions revues de l’Écriture et des œuvres des Pères7.

13De plus, la transformation profonde de l’Église romaine (concile de Trente), contrainte de se remettre en cause au contact des idées de la Réforme, n’est probablement pas étrangère au quasi-abandon des livrets religieux en lettres gothiques. Ces derniers ne disparaissent pas pour autant : ils se réorientent vers un nouveau corpus de textes qui correspond mieux aux aspirations de l’Église. Par exemple, les pièces gothiques qui diffusent de manière séparée des chapitres de la Légende dorée se raréfient au même titre que cette œuvre intégrale n’est plus rééditée à partir de 1549 (et ce jusqu’en 1843). Se met en place un nouveau corpus de sainteté qui se veut plus docte, moins miraculeux et mettant plutôt l’accent sur le véridique, certes édifiant. De la même manière, les livrets gothiques de catéchisme ont sans doute pâti de leur similitude avec les opuscules bon marché servant à la propagande réformée, ces petits recueils de commandements de Dieu et d’abrégés de catéchisme qui ont été prohibés par la faculté de théologie de Paris dès 1543.

  • 8 Henri-Jean Martin, « Culture écrite et culture orale, culture savante et culture populaire dans la (...)
  • 9 Moins de 2 % du corpus des pièces gothiques localisées dans des fonds de bibliothèques sont postér (...)

14Dans la seconde moitié du xvie siècle, excepté les livres d’Heures dont le succès est constant pendant plusieurs siècles, les seuls ouvrages religieux qui semblent bien atteindre les masses sont ceux que répandent les centres de diffusion des idées réformées (Lyon et surtout Genève). Ceux-ci sont édités non pas en caractères gothiques mais en lettres romaines, italiques ou celles dites « de civilité ». En effet, la propagande religieuse a atteint son point culminant vers 1555-1565, lorsque Robert Granjon, tailleur de poinçons, a gravé un alphabet inspiré de l’écriture manuscrite française, utilisé aussitôt pour l’impression d’un abécédaire et de la Civilité puérile d’Érasme. Dès lors, la nouvelle lettre, baptisée « lettre de civilité », est mise au service de la religion réformée qui espère ainsi gagner un public plus familiarisé avec l’écriture manuscrite qu’avec les lettres romaines8. Pour résumer, les ouvrages encore imprimés en caractères gothiques dans le second xvie siècle sont essentiellement des livres d’Heures auxquels se rapportent de près ou de loin les livrets de cette période. Si la forte raréfaction des pièces gothiques « littéraires » dans le dernier tiers du xvie siècle est indéniable, elle doit néanmoins être reconsidérée au regard du nombre relativement élevé de pièces « virtuelles » postérieures aux années 15609. Les catalogues de ventes attestent effectivement une foule de petits livrets gothiques de dévotion imprimés à la fin du xvie siècle, mais rares sont ceux qui nous sont parvenus (comme les Quinze effusions de sang de notre Sauveur et l’Horloge de la Passion de nostre Seigneur Jésus-Christ par exemple). Beaucoup sont des guides spirituels qui, à la manière de l’Imitation de Jésus-Christ, enseignent le détachement des tentations du monde par l’humble imitation de la vie du Christ. Sachant qu’au moment de leur publication et de leur diffusion, ces pièces sont soit tirées à part soit annexées aux livres d’Heures, on peut émettre l’hypothèse que, lors du processus de mise en reliure, ces pièces et les livres d’Heures ont été désossés ou, au contraire, et plus fréquemment, reliés ensemble. Dès lors, ces livrets ne sont plus recensés dans les catalogues ultérieurs, leur notice étant confondue dans celle du livre d’Heures avec lequel ils font désormais corps.

Géographie de la production des pièces gothiques et leurs marchés

  • 10 Chiara Ruzzier, Xavier Hermand et Ezio Ornato, Les stratégies éditoriales à l’époque de l’incunabl (...)

15L’évaluation de la géographie de la production des pièces gothiques repose sur le repérage des noms de localités qui apparaissent à l’adresse. Mais celle-ci, imprimée en page de titre ou repoussée dans le colophon, ne se met en place que progressivement. Et même une fois cette pratique répandue, il faut compter sur l’invisibilité dont font encore preuve certains imprimeurs en éditant leurs brochures sans adresse ni marque typographique – parce que ce n’était pas une production de qualité, ou peut-être dans la perspective de les écouler en d’autres lieux que les marchés locaux10. Cela donne la mesure des difficultés qui font obstacle au repérage des lieux de production de ces brochures. Fort heureusement pour le repérage, le répertoire des pièces gothiques ne semble pas être affecté de mentions « non sincères », autrement dit d’adresses fictives.

  • 11 Pour confronter les caractères typographiques, on peut également consulter les fac-similés du BMC (...)

16Le paratexte éditorial multiplie les paramètres d’identification des imprimeurs-libraires : l’adresse, le colophon, la marque typographique, le privilège d’imprimer et de vendre. En leur absence, on peut tenter d’attribuer des pièces anonymes à un atelier donné en comparant le matériel typographique de la pièce anonyme avec celui d’une pièce modèle qui contient le nom ou la marque de l’imprimeur-libraire. Pour reconnaître l’identité des lettres (majuscules et minuscules), il convient au préalable de définir des exemplaires types pour les caractères typographiques et les bois11. Toutefois, cette méthode a ses limites, car les figures peuvent circuler entre ateliers et les copies de matériel typographique sont fréquentes.

Les sites de production

17Les noms des centres typographiques où sont produites les pièces gothiques en langue française sont portés sur la carte ci-dessous (carte 1). J’ai pris en compte à la fois l’imprimeur et le ou les libraires dont les noms figurent sur un même opuscule, dans la mesure où chacun d’eux peut représenter un point de vente particulier. Autrement dit, une pièce pour laquelle on connaît l’imprimeur et qui est partagée entre deux libraires compte pour trois entrées.

Carte 1. Répartition géographique de la production des pièces gothiques (v. 1470-v. 1600)
Fond de carte : ESRI data/Continent. Syst. de coord. : WSG-1984
Source : Marion Pouspin, Les pièces gothiques en langue française, xve-xvie siècles : un nouveau média, entre tradition et modernité. De la production à la réception, thèse dirigée par Jean-Claude Schmitt, EHESS (Paris), 2012, t. 4, « Répertoire des pièces gothiques », p. 623-1038.

18Sur cette carte apparaissent cinq aires géographiques. Évidemment, la France est le premier producteur de pièces gothiques en langue française. Plus étonnant est le poids des Pays-Bas dans cette production, en particulier Anvers. Des imprimeurs et libraires anversois ont effectivement eu conscience des potentialités du marché étranger en proposant des textes de toutes sortes et en toutes langues. Ils n’hésitent pas à publier des décrets et des écrits tantôt antiluthériens, tantôt « hérétiques », avec leur propre nom ou sous couvert de l’anonymat ou d’une adresse fictive. Ce sont ces mêmes imprimeurs-libraires, quelque peu pragmatiques, en particulier Guillaume Vosterman et Michel de Hoochstraten, qui publient des pièces gothiques. De même, le Genevois Wygand Köln imprime ses propres traductions de lettres de nouvelles, de l’allemand en un français assez médiocre, tandis que Jean Belot et Louis Cruse publient des livrets gothiques d’édification répondant aux besoins courants de la population d’un diocèse. Derniers espaces de production de ces brochures : l’Angleterre, où quelques dictionnaires anglo-normands et des year books sont édités, et l’Italie, où deux brochures d’actualité ont été publiées en langue française, l’une à Rome et l’autre à Milan. Elles sont toutes deux porteuses de messages politiques : reproduisant une lettre rédigée à Rome en avril 1509 au sujet de la trahison des Vénitiens, la pièce romaine expose à un public déjà acquis à la cause française les méfaits des Vénitiens, tandis que la brochure milanaise sur la bataille de Pavie de 1525 célèbre tout à la fois la victoire et la grandeur impériales.

19La répartition géographique des centres de production de pièces gothiques révèle quatre groupes. Un groupe de tête réunit les trois pôles les plus actifs de la production livresque, Paris, Lyon et Rouen (environ 77 % du corpus). Le second groupe rassemble les centres français « secondaires » comptabilisant près de 6 % des brochures. Ensuite, les centres hollandais, italiens, anglais et genevois représentent 5 % du corpus, dont la moitié pour la seule ville d’Anvers. Gardons toutefois à l’esprit que, pour 13 % de pièces gothiques, sans indication de lieu, la typographie (et donc le centre typographique) n’a pas pu être identifiée.

  • 12 Évaluations tirées des études suivantes : Pierre Aquilon, « Les réalités provinciales », dans Roge (...)

20Il ressort de ces chiffres une certaine similitude entre la répartition géographique des publications de pièces gothiques et celle du reste de la production livresque : les quatre pôles principaux qui se dégagent – Paris (50 % du corpus), Lyon (20 %), Rouen (7 %) et Anvers (2,5 %) –, sont également les centres les plus actifs du monde de l’imprimé en langue française. En effet, Paris produit 2 850 éditions entre 1470-1500, 6 000 éditions entre 1501 et 1530, et en totalise 25 000 entre 1501-1600. Au second rang, Lyon pour laquelle l’on recense 1 140 éditions entre 1473-1500, 2 500 entre 1501-1530 et au moins 15 000 éditions entre 1501-1600. Jean-Dominique Mellot évalue à 151 le nombre des éditions rouennaises entre 1485 (date de l’introduction de l’imprimerie par le Normand Guillaume Le Talleur) et 1500 ; il en relève 2 569 entre 1501 et 1600. Ces chiffres placent Rouen à un modeste troisième rang national, suivi loin derrière des quatrième et cinquième centres typographiques français, à savoir Toulouse et Caen, avec respectivement 928 et 714 éditions entre 1501-160012.

21Toutefois, si l’on considère séparément les pièces d’actualité, cette hiérarchie se trouve quelque peu modifiée comme on peut le saisir sur la carte ci-dessous (carte 2). Demeure le groupe de tête constitué de Paris, dont la prépondérance est toujours aussi édifiante (46 % des publications d’actualité), de Rouen (12 %) et de Lyon (11 %), puis d’Anvers (6 %), suivi loin derrière de Troyes, Genève, Toulouse, Poitiers, Rennes, Bourges, Tours, ainsi que des villes localisées par-delà les frontières françaises, à savoir Valenciennes, Cambrai, Ypres, Bruxelles, Arras, Gand et, enfin, Genève, Rome et Milan. Néanmoins, Rouen occupe ici la seconde place, devant Lyon.

22Comment expliquer ce surdéveloppement relatif de Rouen pour les impressions d’actualité ? Toute une série de causes peuvent être avancées, telles que la proximité de la cité rouennaise avec Paris situé à trente lieues en amont, les relations entre les métiers du livre des deux villes, mais également l’importance de son centre de pouvoir légitime avec l’Échiquier-Parlement. De plus, les publications rouennaises ont eu tendance à développer des domaines laissés vacants par les autres centres (les petits formats et les langues vernaculaires), contrairement à la ville de Lyon, davantage tournée vers l’humanisme.

Carte 2. Répartition géographique de la production des pièces gothiques d’actualité (v. 1482-v. 1565)
Fond de carte : ESRI data/Continent. Syst. de coord. : WSG-1984
Sources : Marion Pouspin, « Répertoire des pièces gothiques », cité supra.

  • 13 Il ressort de l’analyse des pièces « virtuelles » une répartition géographique quelque peu similai (...)
  • 14 Le rapport de 3,4 entre la part des pièces gothiques de ces deux villes dépasse de loin celui qui (...)

23La prépondérance de Paris dans la production des pièces gothiques est écrasante ; même les pièces « virtuelles » attestent une supériorité numérique des éditions parisiennes13. Cette suprématie est-elle représentative de la situation d’origine ? On peut émettre l’hypothèse que cette supériorité numérique des éditions parisiennes résulte des aléas de la transmission des pièces au gré des préoccupations des collectionneurs. Or, l’examen des opuscules gothiques acquis par F. Colomb atteste au contraire une surreprésentation des pièces lyonnaises. Paris se tenant hors de sa pérégrination, le collectionneur n’a pu acheter que des brochures parisiennes issues de l’« exportation ». Le poids des éditions parisiennes ne semble pas être lié aux critères de sélection opérée par les collectionneurs. Une seconde hypothèse peut être avancée : cette prépondérance parisienne serait l’effet du prisme des bibliographies qui ont longtemps privilégié le recensement des ouvrages parisiens au regard des publications des autres villes14. Mais la situation s’est peu à peu améliorée avec le dépouillement des éditions provinciales dans les bibliothèques aux riches fonds anciens, à l’aide des fichiers d’imprimeurs-libraires. De plus, si on observe la densité des producteurs de pièces gothiques et le fait que des impressions parisiennes soient parfois copiées en province, tout concourt à croire en une prépondérance certaine et en un véritable rayonnement de Paris en matière de pièces gothiques.

  • 15 Cette provincialisation de la production des pièces gothiques semble annoncer celle de la gravure (...)

24Trompeurs, les chiffres figent et lissent la géographie de l’édition de ces brochures. Les quatre cartes ci-dessous introduisent une dynamique temporelle dans la répartition géographique de la production, venant nuancer le poids écrasant de Paris, Lyon et Rouen face à un quasi-désert provincial (cartes 3-6). Après 1550, cette trilogie perd peu à peu sa prééminence ; la production des pièces gothiques déplace vers la province son centre de gravité15.

Carte 3. Répartition géographique de la production des pièces gothiques (avant 1500)
Fond de carte : ESRI data/Continent. Syst. de coord. : WSG-1984
Sources : Marion Pouspin, « Répertoire des pièces gothiques », cité supra.

Carte 4. Répartition géographique de la production des pièces gothiques (1500-1539)
Fond de carte : ESRI data/Continent. Syst. de coord. : WSG-1984
Sources : Marion Pouspin, « Répertoire des pièces gothiques », cité supra.

Carte 5. Répartition géographique de la production des pièces gothiques (1540-1559)
Fond de carte : ESRI data/Continent. Syst. de coord. : WSG-1984
Sources : Marion Pouspin, « Répertoire des pièces gothiques », cité supra.

Carte 6. Répartition géographique de la production des pièces gothiques (1560-1600)
Fond de carte : ESRI data/Continent. Syst. de coord. : WSG-1984
Sources : Marion Pouspin, « Répertoire des pièces gothiques », cité supra.

Une géographie interne aux centres typographiques

25Tous les centres d’imprimerie ne produisent pas des pièces gothiques : vers 1550, sur une quarantaine de villes françaises qui possèdent des presses d’imprimerie, moins d’une dizaine (globalement les plus importantes) en publient. Et au sein de ces centres typographiques, tous les ateliers ne proposent pas ce type d’imprimé. De la même manière que les marchands tendent à se rapprocher de leur clientèle, les gens du livre se concentrent sur des lieux d’attraction, tels que la cathédrale, le palais royal ou les cours où siègent les juridictions. Se dessine dès lors une géographie interne à chaque centre.

26À Paris, il faut distinguer les imprimeurs-libraires installés rue Saint-Jacques de ceux tenant boutique sur les ponts (pont Notre-Dame, pont au Change) et près du Palais ou du parvis Notre-Dame. En effet, depuis le Moyen Âge, des marchands et des merciers se sont installés dans l’enclos du Palais. Avec l’apparition de l’imprimerie, des libraires se sont spécialisés dans les traités juridiques et des livres destinés à un autre public que celui qui fréquentait le quartier de l’université (rue Saint-Jacques), telles les officines des Trepperel, Lotrian, Le Noir et Janot. Au lieu d’ouvrir ou de poursuivre de nouvelles voies comme celle qu’a lancée Galliot du Pré, ces derniers ont maintenu la forme de leurs éditions qui se prolongera jusqu’aux Bonfons dans la seconde moitié du xvie siècle et qui sera ensuite prise en charge par les libraires troyens de la « Bibliothèque bleue ».

27À Lyon, le quartier de la cathédrale concentre également les ateliers qui ont été le plus longtemps attachés à l’édition en gothique, tels que Nourry, Chaussard et Sainte‑Lucie installés en la rue Mercière, celle du Puits-Pelu ou près de Notre-Dame-de-Confort.

28À Rouen, si des libraires tiennent leurs étals au portail des Libraires de la cathédrale dès la fin du xve siècle, d’autres se sont rapprochés des publics du Palais et de ses environs immédiats. Tel est le cas de Robert Brenouzet, éditeur de pièces gothiques établi rue Escuyere, là même où, au xviie siècle, des imprimeurs et des libraires ont misé sur l’édition populaire.

Le marché des pièces gothiques

  • 16 Voir supra, chap. 3, p. 74-75.

29Le marché de proximité – commerce de détail et pratique boutiquière – reste selon toute vraisemblance le substrat de l’activité des éditeurs de pièces gothiques. Quelques brochures attestent, on l’a vu, une vente directe sur les étals des libraires-éditeurs et une acquisition par l’achat16. Affichées en première page ou au colophon, les mentions du lieu d’impression et de vente concordent le plus souvent. Néanmoins, le marché extérieur manifeste également une vitalité non négligeable, si bien que des producteurs de brochures ne dédaignent pas de démarcher occasionnellement en direction d’aires plus ou moins éloignées. Dans quelles aires géographiques et linguistiques ces publications s’écoulent-t-elles ? Le recoupement de certains indices, d’importation et d’exportation, peut donner une idée de l’espace de ces petits imprimés.

  • 17 Les Pays-Bas disposent d’une culture bilingue : nombre de textes officiels du gouvernement Habsbou (...)

30En choisissant de recourir à l’expédient de la langue française, il est fort probable que les éditeurs installés hors de France répondent, certes, à une demande locale17, mais aussi à une demande particulière, comme celle des troupes armées, des ambassadeurs, des marchands, des Français de passage dans leurs provinces, ou encore des Réformés exilés. Par exemple, le luthérien Guillaume Dumolin adresse aux Français installés dans « ces pays de Germanie » une pièce appartenant à la littérature réformée, en ces termes :

  • 18 Tresutile traicte//du vray regne de antechrist//maintena[n]t reuele et cogneu, a tres//hault et tr (...)

Et affin que ne soye inutile à mes freres chrestiens […] Veu que ne puis profiter en ces pays de Germanie ignorant le langaige. Je ay deputé aucune portion du temps que Dieu par sa grace me donera [sic], à compiler. co[m]poser. on translater en mon langaige franchois aucuns petis traictez. sur certains passages de divines escriptures, et apres les envoier à aucuns personnaiges des pays dessus dis [sic], ou lesquelz je cognoys comme affectez à la pure verité selon les sainctes escriptures lesquelles la bonté de Dieu clerement maintenant à commence [sic] à reformer et doner [sic] à entendre en ces pays de Germanie18.

  • 19 ¶ La propositio[n]//faicte en personne de la Maieste Im//periale, aux Electeurs, Princes,//et Esta (...)

31Ces publications francophones pouvaient aussi bien s’adresser au marché français. Il est vrai qu’une partie de la production genevoise et hollandaise était exportée. La frontière des dix-sept provinces des Pays-Bas avec le royaume de France ne faisait nullement barrière à l’échange des idées, des informations et des écrits. La France constituait un marché privilégié pour ces éditions francophones, tandis que les impressions latines s’adressaient davantage à un public « international », le livre latin pouvant être lu et vendu dans toute l’Europe. Mais rares sont les indices de diffusion de ces livrets francophones vers la France. Il arrive que des pièces imprimées dans des villes françaises imitent une brochure anversoise, ce qui atteste sinon une réelle diffusion de celle-ci en France, du moins une prise de connaissance de cette publication étrangère par un éditeur qui en a reproduit le contenu. Ainsi, la Proposition faicte en personne de la Majesté Imperiale, aux Électeurs, Princes, et Éstatz du saint Empire, est « Imprimé[e] à Rouen par Jehan Lho[m] me selon l’exemplaire imprimé en Anvers. L’an M. D. xli.19 ».

  • 20 (L)Es faintises du mo[n] de Imprimes//a Rouen Pour Iehan mace de =//mourant a Rennes Pour michel// (...)
  • 21 À l’instar de Lille qui ne possède pas d’atelier typographique avant 1594, nombre de villes provin (...)
  • 22 Jean-Dominique Mellot a analysé le réseau rouennais pour les xviie-xviiie siècles. Il repère un no (...)

32Plus nombreux sont les indices d’une diffusion des pièces françaises au-delà des limites de leur propre centre d’impression. Affichant un lieu d’impression et une adresse de vente différents, des éditions rouennaises sont expressément destinées à être débitées dans des villes proches, comme Paris, Caen et Rennes20. De même, des brochures sont imprimées à Lyon pour le compte de libraires parisiens, et des libraires établis à Rouen et à Lille ont confié à des typographes parisiens quelques-unes de leurs impressions21. Il ressort des indices dont on dispose que le réseau de pièces gothiques ne contredit pas celui du reste de la production livresque. Comme pour les publications plus ambitieuses, la Normandie et la Bretagne constituent des espaces de choix du dispositif rouennais. Le circuit de distribution emprunté par les livrets de Rouen demeure conforme à la traditionnelle zone d’influence de la ville, qui continue de comprendre la Normandie, où des imprimeurs rouennais trouvent un correspondant en la personne de Michel Angier (Caen), et la Bretagne, où s’est établi Jean Macé (Rennes), parent du Rouennais Richard Macé22.

  • 23 En plus de ce rayonnement parisien en province, des éditions de la capitale servent de modèles à d (...)
  • 24 Par exemple : ¶ La deplora//tion de France sur la mort//de Clement Marot,//souuerain Poete//Franco (...)

33Si l’on n’importe pas, on copie. Des impressions parisiennes servent effectivement de modèle à des éditions provinciales – rouennaises, toulousaines, bordelaises – et étrangères23. Ces brochures, qui réimpriment un texte publié précédemment dans une autre ville, se parent souvent de l’adresse bibliographique « jouxte la copie imprimée à Paris », qui est censée ajouter un surcroît de crédit en l’authenticité du contenu24.

34Au sujet de la circulation des brochures hors de leur ville d’émission, les notules de F. Colomb où il note le lieu d’acquisition de ses imprimés sont tout à fait précieuses. Elles confirment cette « exportation » des pièces gothiques au-delà des limites de leur centre de publication, une exportation tout à la fois intérieure et extérieure (au sein/hors du royaume de France) (tabl. 6). Le jeune collectionneur a notamment acquis des éditions parisiennes à Lyon, à Montpellier et à Turin, ainsi que des impressions lyonnaises et toulousaines à Montpellier. Au cours de sa pérégrination, il a également acheté des pièces françaises dans les pays limitrophes de la France, à Turin, Milan et Anvers par exemple. Ces notules rendent compte certes d’une circulation des brochures, mais une circulation dans un milieu essentiellement urbain.

Tabl. 6. Répartition géographique des pièces gothiques acquises par F. Colomb [à partir des brochures aujourd’hui conservées à la Colombine (Séville) et à la BnF (Paris) = 154 pièces]

  • 25 Cette enquête a été menée à partir de notules de F. Colomb et les quelques pièces ayant des adress (...)
  • 26 Les lettres de par Mon//sieur le grant seneschal de Normandie. //Enuoyees a messieurs de la ville (...)
  • 27 La sommation faicte par//le treschrestien roy de//france Nostre souuerain seigneur aux ve =//nicie (...)

35Il reste cependant à décrypter les tendances à l’importation à la lumière non pas du marché réel (qui se dérobe à notre œil) mais, compte tenu de la documentation disponible25, d’un échantillon de pièces dont les lieux de production et de vente ou d’achat ont pu être confrontés. Il en ressort que les tendances s’expriment très logiquement dans des secteurs abandonnés ou non couverts par les centres locaux. Par exemple, à Montpellier ont été acquises des brochures ayant trait à l’actualité impériale ou des livrets de musique produits à Lyon. Il est vrai que, dans le domaine de la presse d’actualité, les officines éditent plus facilement des témoignages locaux sur des événements survenus dans la même ville. Ainsi, sortent de presses rouennaises les récits des entrées rouennaises de Charles VIII (1485), de Louis XII et d’Anne de Bretagne (1508), ou les copies de lettres parvenues à une personne physique ou morale de la ville de Rouen, à l’exemple de la missive du sénéchal de Normandie adressée « à messieurs de la ville de Rouen26 » ou de celle du chancelier à la cour de l’Échiquier27.

Comment s’organise le réseau de vente des pièces gothiques ?

36La distribution des pièces gothiques est-elle assurée par des détaillants, c’est-à-dire par colportage, ou est-elle, au contraire, confiée à des grossistes ? S’agit-il de ventes de lots ou même de tirages entiers ? Sont-elles débitées sur les places des foires ? Aucun document comptable ou notarié, ni même une quelconque correspondance entre des confrères au sujet d’échanges à courtes ou longues distances ne permet, à ma connaissance, de répondre avec certitude à tous ces questionnements.

  • 28 Ces livres étaient mis en dépôt chez Pierre Bochard qui les vendait pour le compte d’Étienne Gueya (...)

37Nous pouvons juste noter que, d’après un contrat passé devant notaire le 21 juillet 1513, le libraire avignonnais Pierre Bochard a reçu de l’éditeur lyonnais Étienne Gueynard près de 300 exemplaires de divers ouvrages, dont quelques-uns ne sont pas sans rappeler des titres de pièces gothiques28. Parmi les titres listés, on trouve notamment un exemplaire du Jardin amoureux, un Lucidaire en francoys, neuf Vie sainte Marguerite, deux Vie sainte Claude, quatre Chapelet de virginité, trois Doctrinal des filles nouvellement mariées. Il est vrai que l’on connaît pour ces titres des éditions produites à Lyon, mais l’absence d’indications sur l’« état civil » de ces publications (nom de l’imprimeur, format et nombre de feuillets) empêche leur identification avec des pièces gothiques répertoriées. Si ces tirages lyonnais sont ceux concernés par ledit contrat, cet acte notarié constituerait la preuve d’une circulation organisée des brochures au-delà des murs de leur centre d’impression.

38Face à ce quasi-mutisme des sources, l’ampleur et les modalités du marché des pièces gothiques en dehors de la pratique boutiquière (du type colportage) nous échappent. Cela dit, malgré des capacités d’exportation indéniables dont font preuve les grands centres typographiques qui produisent ces imprimés, le contact des éditeurs avec leur public demeure essentiel en l’absence encore d’une réelle demande de masse.

Temps et lieux des pièces gothiques

  • 29 Lentree de la royne a Abbeuille, Paris, Guillaume Mart, in-8° goth., 4 ff.n.c., [post 9 X 1514] – (...)
  • 30 Lordre du Sacre//et couronnement du Roy treschrestien n[ost]re//sire Francoys de valoys, premier d (...)

39Les pièces gothiques d’actualité étaient débitées sitôt l’événement. Les délais de transmission et de diffusion de ces brochures peuvent être estimés à partir de l’analyse interne des livrets dont la date d’édition est indiquée dans le privilège, l’adresse ou le colophon. Ainsi, Guillaume Varin a reçu le 25 octobre 1514 un privilège de monopole de huit jours pour publier la nouvelle de l’entrée de la reine à Abbeville du 9 octobre29. C’est dans des délais encore plus brefs que Jean Janot a obtenu un monopole de la publication de la relation du sacre de François Ier, à savoir le 29 janvier 1515 (n. s.), soit quatre jours après la cérémonie30. Cette relative immédiateté entre la date de l’événement et sa relation imprimée est confirmée par les livres de raison, qui mentionnent la publication d’un « petit traicté imprimé » peu de temps après l’événement ou le fait divers que consignent leurs scripteurs.

  • 31 Recueil des//Triumphes faictz en la ville de Chastelle =//rauld, aux Nopces de tresillustres [et] (...)

40Certaines épîtres dédicatoires et autres avis aux « lecteurs » attestent également une mise en écriture hâtive des événements, condition sine qua non d’une publication rapide : la relation des festivités en l’honneur du mariage du duc de Clèves en 1541 a été « grossement » mise par écrit31, tandis que le livret d’entrée du dauphin à Lyon en 1533 précise ainsi :

  • 32 Lentree de la Royne fai//cte en lantique et noble cite//de Lyo [n] lan Mil cinq//cens trente et tr (...)

Vous excuserez lecteurs si icy n’ay bien gardé l’ordre tenu [et] recité les louanges aux bendes, selo[n] leur merite : car je ne l’ay peu scavoir bien au lo[n] g, [et] selon la precipitation du temps, encores est ce beaucoup d’en avoir tant redigé32.

41Des imprimeurs en vue, qui disposent d’un matériel typographique plus raffiné, optent pour une certaine rationalisation orthographique, entretiennent des contacts avec le pouvoir et les auteurs et bénéficient bien souvent de privilèges, publient également des livrets d’actualité. Mais ceux-ci mettent en perspective ou commentent l’événement rapporté, tandis que les imprimeurs restés fidèles à la graphie traditionnelle (le gothique) usent d’un minimum d’artifices rhétoriques et mettent en imprimé des textes qui n’ont pas été remaniés en profondeur. Sur le plan du rythme des publications, les seconds précèdent souvent les premiers si l’on s’en tient aux attaques des imprimeurs dits humanistes contre ces pièces non reconnues par une quelconque autorité et divulguant, selon eux, de fausses nouvelles. On tend, en effet, vers une concurrence entre ces deux types de brochures d’actualité, un affrontement entre celles en lettres modernes et celles qui sont imprimées en gothique. Une pièce de cérémonie imprimée en caractères romains dénonce le manque de vérité d’une relation festive concurrente, en gothique, qui circulait depuis quelques jours déjà :

  • 33 Le double &//Copie dune lettre enuoyees//Dorleans a ung abbe de Picar//die contenant a la verite l (...)

Le double & Copie d’une lettre envoyées [ sic] d’Orleans à ung abbé de Picardie contenant à la verité le Triumphe faict audict lieu d’Orleans à l’entrée & reception de l’empereur contre ce qui auparavant en a esté imprimé qui est faulx33.

42S’il s’agit là de surenchérir, dans un contexte de forte concurrence, en défendant la véracité et l’authenticité du récit nouvellement imprimé, cet exemple est un bon témoignage de cette presse d’actualité à deux vitesses. D’un côté, des pièces d’actualité en gothique sont rédigées dans de brefs délais et publiés à la hâte (en témoignent les nombreuses coquilles dans les éditions et les erreurs dans la signature des feuillets). D’un autre côté, des relations plus élaborées, souvent plus précises, sont imprimées en lettres romaines avec un matériel typographique plus raffiné. Sont révélateurs les livrets de cérémonies, dont les auteurs, parfois soucieux d’être au plus près de la vérité, s’efforcent de compléter et de corriger leur témoignage direct avec des informations recueillies auprès de ceux qui avaient été chargés de concevoir la cérémonie ou de la mettre en œuvre. Le caractère typographique fonctionne comme un codage de la nature du texte mis en imprimé : à l’élégance de la lettre romaine correspond le souci de précision de la description de la cérémonie, tandis que le gothique est propre aux récits rédigés en peu de temps et publiés au plus près de l’événément.

43Composés par des témoins qui rapportent, au passé, le déroulement de l’événement, aucun livret de cérémonie ne devait circuler le jour même de la fête, cherchant en quelque sorte à en servir de mode d’emploi. Même l’ordonnance de Pierre d’Urfé sur les obsèques de Louis XII, qui énonce au futur le programme prévu à l’occasion des funérailles du roi, est imprimé a posteriori avec le compte rendu de la cérémonie attestant un déroulement conforme à sa prévision.

  • 34 Des pièces imprimées circulent pour accompagner les gestes festives des confréries joyeuses. Sur c (...)
  • 35 Sotie nouuelle A//deux personnages//Tres bonne et fort//ioyeuse, [Paris, Atelier Jean Trepperel], (...)
  • 36 Sermon//ioyeux dung fiance q[ui]//e[m]pronte [sic] vng pain sur//la fournee a rabatre//sur le te[m (...)

44À l’inverse, certaines pièces relevant du littéraire et du religieux semblent être débitées à des moments particuliers qui correspondent toujours au sujet traité dans ces imprimés. Les mystères sacrés sont joués lors de la fête du saint ou à un moment du calendrier liturgique dénoté par le sujet, au même titre que les livrets hagiographiques sont probablement édités à l’occasion de la fête du saint qu’ils présentent. Non datées, ces brochures peuvent être publiées à plusieurs moments commémoratifs de la vie du saint, à l’instar de la Vie de saint Jean Baptiste qui peut être vendue lors des fêtes du saint : le 24 juin, date de sa nativité et également la veille pour la vigile, le 2 juillet pour sa sanctification, le 29 août pour sa décollation et le 24 septembre pour sa conception. De même, les livrets de pèlerinage devaient être mis à la portée des pèlerins sur le lieu même du sanctuaire. Les facéties imprimées d’auteurs basochiens circulent et se lisent dans les rues de Paris ou de Rouen en prélude aux fêtes de la basoche34 et les pièces aux thèmes carnavalesques, lors des fêtes du carnaval. Par exemple, la sottie de Mirre Loret et Trotte Menu est sinon éditée à la Saint-Eustache, du moins jouée à la fête de ce saint, le 24 septembre, d’autant plus que l’un des personnages de la pièce demande s’il peut voir les « gens attendant à veoir jouer ce beau mystere35 ». La sottie du Fiancé qui emprunte un pain, qui adresse un appel à la générosité du public, a peut-être été débitée à l’occasion de marchés ou de foires, peut-être même dans les tavernes : « Or ca, chascun tende la main à la bourse ; il en est temps36 ». De même, le testament parodique de Tastevin, qui invite à boire à la santé du testataire, a sans doute fait l’objet d’une déclamation dans les tavernes :

  • 37 Le testame[n]t//de Taste Vi[n] roy//Des Pions, [Paris, s.n.], in-8° goth., 4 ff.n.c., [vers 1525] (...)

Ainsi fine le Testament
De taste-vin, dont Dieu ait l’ame
Que chascun congnoit grandement
En tout pays soit homme ou femme
Beuvons à luy chascun sa drame
Faict en vendanges par desduit,
Huit jours devant Nostre Dame
Mil cinq cens ottante huit37.

45La satire tire un regain de comique du fait des circonstances dans lesquelles les brochures s’inscrivent, à l’exemple d’un sermon parodique qui, condamnant le mariage, serait diffusé lors d’un repas de noces.

  • 38 LE//Iardin des Rece =//PTES, OV SONT PLAN//tez diuers Arbrisseaulx [et] odorantes//fleurs du creu (...)

46La plupart des livrets délivrant un savoir technique ne semblent pas être publiés à un moment particulier de l’année. Leur usage doit survenir ponctuellement pour soigner tels maux ou pour passer le temps honorablement lors des moments non travaillés. Ainsi, un recueil de recettes domestiques peut servir à réjouir « toute honneste compaignie », « Desquelles [recettes] tu [le lecteur-auditeur] pourras user Soit en jours ouvriers, ou aux festes En batissant choses honnestes pour resjouyr ton noble cœur Et guarir tant piedz, mains, que testes Qui te sera fruit, [et] honneur »38.

*

47La production des pièces gothiques atteint son apogée entre les années 1500 et 1540, avant de péricliter sous l’effet de multiples facteurs. Les caractères gothiques se raréfient face aux lettres romaines et italiques auxquelles les lecteurs se sont peu à peu habitués. L’humanisme et la Réforme ont réorienté le monde du livre vers des textes de la littérature humaniste, courtoise et engagée. Dans la seconde moitié du xvie siècle, les brochures gothiques consistent désormais essentiellement en des opuscules pieux et en de petits guides spirituels qui étaient annexés aux livres d’Heures ou tirés à part. Parallèlement à ce rétrécissement du répertoire des livrets gothiques, la production déplace en province son centre de gravité.

48Destinées généralement à un marché de proximité au sein de leur centre d’émission, principalement Paris, Lyon et Rouen, certaines brochures ont atteint en fait d’autres horizons puisqu’elles pouvaient être vendues par des grossistes dans d’autres centres d’imprimerie et circuler au gré des échanges. C’est ainsi qu’un collectionneur, tel que F. Colomb, a fait l’acquisition dans le sud du royaume de France, en Italie et aux Pays-Bas de brochures d’actualité parisiennes qui ont été publiées une dizaine d’années auparavant, sitôt l’événement qu’elles relatent.

Notes

1 Cité par Jean-Dominique Mellot, L’édition rouennaise et ses marchés (vers 1600-vers 1730) : dynamisme provincial et centralisme parisien, Paris, École des chartes, 1998, p. 120.

2 C’est par exemple à partir du matériel typographique que J. Koopmans estime la date d’impression des pièces de théâtre du recueil Trepperel aux alentours des années 1512-1521. Jelle Koopmans, « Du texte à la diffusion ; de la diffusion au texte. L’exemple des farces et des sotties », Le moyen français, 46-47, 2000, p. 309-326.

3 Lentree de la royne a Abbeuille, Paris, Guillaume Mart, in-8o goth., 4 ff.n.c., [post 9 X 1514] – Paris, BnF, Impr., Rés. Lb29. 49 ; Paris, B. Mazarine, 8o 35476 Rés (PGA-126b).

4 Lordre du Sacre//et couronnement du Roy treschrestien n[ost]re//sire Francoys de valoys, premier de ce no[m]. //Fait en leglise Nostre dame de Reims, Le//Ieudi. xxv. iour de Ianuier. Lan mil cinq//cens et quatorze. //[Bois]//On les vent a Paris en la rue neufue nostre dame//a lenseigne de lescu de France, Paris, Écu de France [Jean Janot], in-8o goth., 12 ff.n.c., [post 25 I 1515] – Paris, BnF, Impr., Rés. Lb30. 21 (PGA-132a).

5 Le journal d’un bourgeois de Paris sous le règne de François Ier, 1515-1536, op. cit., 1910. Le Bourgeois de Paris fait ici allusion à la pièce suivante : La gra[n]de trium/phe, et entree des enfans de France,//et de Madame Alienor, en la ville de//Bayonne clef de France. Publie a//Paris le v. de Iuillet M. vc. xxx, [Paris, Guillaume de Bossozel], in-8o goth., 4 ff.n.c., [post 5 VII 1530] – Paris, B. Mazarine, 8o 35470 Rés (PGA-248).

6 Je me permets de renvoyer à mon article : Marion Pouspin, « Les “pièces d’actualité” politique françaises : événements, représentations et mémoire », Images re-vues. Histoire, anthropologie, histoire de l’art [en ligne], 5, 2008, document 1, mis en ligne en automne 2008 (http://imagesrevues.revues.org/111).

7 Albert Labarre, Le livre dans la vie amiénoise du seizième siècle : l’enseignement des inventaires après décès, 1503-1576, op. cit., p. 361.

8 Henri-Jean Martin, « Culture écrite et culture orale, culture savante et culture populaire dans la France d’Ancien Régime », art. cité, p. 238.

9 Moins de 2 % du corpus des pièces gothiques localisées dans des fonds de bibliothèques sont postérieures aux années 1560, contre 7 % des pièces aujourd’hui non domiciliées.

10 Chiara Ruzzier, Xavier Hermand et Ezio Ornato, Les stratégies éditoriales à l’époque de l’incunable : le cas des anciens Pays-Bas, Turnhout, Brepols, 2012.

11 Pour confronter les caractères typographiques, on peut également consulter les fac-similés du BMC (Part VIII : France, French-speaking, Switzerland) classés par ateliers typographiques. Des bases de données en ligne se font peu à peu jour, telles que les travaux de Stephen Rawles sur l’identification de lettrines parisiennes du xvie siècle (accessibles depuis le catalogue informatisé des Special Collections de la bibliothèque de l’université de Glasgow) ou encore la base des Bibliothèques virtuelles humanistes du centre d’études supérieures de la Renaissance à Tours (l’OLDB, Ornemental Letters DataBase).

12 Évaluations tirées des études suivantes : Pierre Aquilon, « Les réalités provinciales », dans Roger Chartier, Henri-Jean Martin (dir.), Le livre conquérant…, op. cit., p. 351 ; Jeanne-Marie Dureau, « Les premiers ateliers français », dans ibid., p. 175 ; Jeanne-Marie Dureau, Henri-Jean Martin, « Années de transition », dans ibid., p. 217-225 ; Alain René Girard, « Les incunables rouennais », dans ibid., p. 464 ; ainsi que Lucien Febvre, Henri-Jean Martin, L’apparition du livre, op. cit., p. 271 et Jean-Dominique Mellot, L’édition rouennaise et ses marchés…, op. cit.

13 Il ressort de l’analyse des pièces « virtuelles » une répartition géographique quelque peu similaire à celle des pièces gothiques domiciliées, à savoir 38 % de pièces parisiennes, 18 % de pièces lyonnaises et 8 % de pièces rouennaises.

14 Le rapport de 3,4 entre la part des pièces gothiques de ces deux villes dépasse de loin celui qui est repéré pour l’ensemble de leur production imprimée. Henri-Jean Martin et Jeanne-Marie Dureau comptabilisent 6 000 titres pour Paris contre 2 500 titres pour Lyon entre 1501-1600. Roger Chartier, Henri-Jean Martin (dir.), Le livre conquérant…, op. cit., p. 257.

15 Cette provincialisation de la production des pièces gothiques semble annoncer celle de la gravure sur bois aux siècles suivants. En effet, la gravure sur bois est peu à peu éliminée du marché parisien au profit de la gravure sur cuivre. Cela aurait contraint les graveurs sur bois parisiens à migrer en province. Jean Adhémar, « Hypothèses sur la formation des imagiers provinciaux français du xviie et du xviiie siècle », Arts et traditions populaires, 3/3, juillet-septembre 1955, p. 208-210.

16 Voir supra, chap. 3, p. 74-75.

17 Les Pays-Bas disposent d’une culture bilingue : nombre de textes officiels du gouvernement Habsbourg aux Pays-Bas étaient en français, voire en version bilingue français-néerlandais.

18 Tresutile traicte//du vray regne de antechrist//maintena[n]t reuele et cogneu, a tres//hault et tres puissant seigneur, Phi//lippe Marquis Sarrescot, Co[m]te de//Portian et de Beaumont [et] c. et//Capitaine general de lempe//reur nostre sire, Strasbourg, [Jean Pruss], in-8o goth., 23 ff.n.c., 6 I 1527 – Londres, BL, 3901. a. 3 (3) (PGD-181), fol. a1v-a2.

19 ¶ La propositio[n]//faicte en personne de la Maieste Im//periale, aux Electeurs, Princes,//et Estatz du sainct Empire,//en la cite de Reinsbourg. //Lan. M. D. xli., Rouen, Jean Lhomme, in-8o goth., 8 ff.n.c., [post VI] 1541 – Paris, BnF, Impr., Rés. M. 1012 (PGA-353), fol. b4v.

20 (L)Es faintises du mo[n] de Imprimes//a Rouen Pour Iehan mace de =//mourant a Rennes Pour michel//angier demourant a caen et pour//Richart mace demoura[n]t a Rouen aulx cinq//chappeletz deuant nostre dame pres le por =//tail des libraires, Rouen, pour Richard Macé (Rouen), Jean Macé (Rennes) et Michel Angier (Caen), in-8o goth., 20 ff.n.c., [1511-1515] – Paris, BnF, Impr., Rés p. Ye. 332 (PGL-39) ; Le secret des secretz//de Arisote. Pour co[n]gnoistre les com//plexions des hommes. Et des Fem//mes., † Le Secret des//secretz de Aristote, qui enseigne//la complexion des hom//mes et des fem//mes. //[Bois]//On les vent a Caen, pres les Cor//deliers, en Lenseigne du Mont//Saint Michel, Rouen, [par L. Hostingue], pour Michel Angier (Caen), in-8o goth., 8 ff.n.c., 1556 – Chantilly, M. Condé, IV-D-088 (1) (PGM-4s) ; (L) A destruction de iherusalem fai =//cte par vaspasien [sic], empereur de ro[m]//me. Et co[m] ment pylate mourut a//vie[n]ne par le iugeme[n]t [et] decret de//le[m]pereur [et] des senateurs de Ro[m]me//Co[m]me pourrez veoir en lysa[n]t ce liure. Nouuel//lement imprime pour Michel angier, libraire//[et] relieur de luniversite de cae[n], demourant au//dit lieu, pres le pont Saint Pierre, Rouen pour Raulin Gaultier à Rouen et pour Michel Angier à Caen, in-4o goth., 18 ff.n.c., [1508-1534] – Chantilly, M. Condé, III-F-078 (PGD-57m).

21 À l’instar de Lille qui ne possède pas d’atelier typographique avant 1594, nombre de villes provinciales françaises sont tributaires d’imprimeurs parisiens, voire lyonnais. La plupart des libraires situés entre Paris, Anvers et Louvain regardent largement vers la France, tout particulièrement vers Paris. En Hainaut, Valenciennes ne compte que le seul atelier de Jean de Liège fondé vers 1500, alors qu’en Champagne, les tentatives faites à Châlons-sur-Marne au début du siècle n’ont pas eu de suite. Pierre Aquilon, « Les réalités provinciales », art. cité, p. 436-446.

22 Jean-Dominique Mellot a analysé le réseau rouennais pour les xviie-xviiie siècles. Il repère un nouveau circuit reliant Rouen et Paris. La capitale constitue désormais une pièce de choix dans le dispositif rouennais même si elle ne concentre pas tous les efforts de son exportation. Jean-Dominique Mellot, L’édition rouennaise et ses marchés…, op. cit., p. 637 et suiv.

23 En plus de ce rayonnement parisien en province, des éditions de la capitale servent de modèles à des publications francophones imprimées à l’étranger. Par exemple, le livret sur les entrées de Charles Quint à Poitiers et à Orléans en 1539, édité à Gand chez Josse Lambert pour Guillaume Hamelin [Nijhoff, no 763], a été « imprimé sur la copie » de pièces « imprimees a Paris, par priuilege du//Roy et deffences », à savoir les Triumphes D’honneur (Paris, BnF, fonds Rothschild, IV. 3.55 [PGA-342a]).

24 Par exemple : ¶ La deplora//tion de France sur la mort//de Clement Marot,//souuerain Poete//Francoys. //[Bois]//Imprime par Iehan Lho[m] me iouxte le =//xemple faicte a Paris. Auec priuilege, Rouen, Jean Lhomme, in-8o goth., 8 ff.n.c., [1544] – Paris, BnF, fonds Rothschild, V. 5.62 (PGA-390) ; ¶ Ordonnance//faicte par tous les Princes et Estatz//de Lempire, touchant la guerre//par eulx entreprise contre le//Turcq, pour le recouure//ment de Hongrie. //Imprime par Iehan Lhomme. Iouxte//la forme et exemple imprime a Paris. //Par priuilege. //M. D. xLii, Rouen, Jean Lhomme, in-8o goth., 4 ff.n.c., 1542 – Paris, BnF, fonds Rothschild, V. 5.67 (PGA-361).

25 Cette enquête a été menée à partir de notules de F. Colomb et les quelques pièces ayant des adresses d’impression et de vente différentes.

26 Les lettres de par Mon//sieur le grant seneschal de Normandie. //Enuoyees a messieurs de la ville de//rouen. Datees du. xxxix. iour de May, Rouen, [s.n.], in-4o goth., 2 ff.n.c., [post 29 V 1511] – Paris, BnF, Ms, n.a.fr., 7647 (ff. 227-228) (PGA-107).

27 La sommation faicte par//le treschrestien roy de//france Nostre souuerain seigneur aux ve =//niciens et leurs aliez de rendre les terres et//seigneuries a luy appartenans. Et la re =//sponce faicte par lesditz veniciens audit sei =//gneur Et aussi le double des lettres enuoy =//ees par monseigneur le chancellier a mes =//seigneurs les presidens [et] conseilliers en la//court de leschicquier de normendie, [Rouen, s.n.], in-4o goth., 4 ff.n.c., [post 17 V 1509] – Paris, BnF, Ms., n.a.fr., 7647 (ff. 134-137) (PGA-80c).

28 Ces livres étaient mis en dépôt chez Pierre Bochard qui les vendait pour le compte d’Étienne Gueyard tout en prenant un bénéfice de 5 % par livre (Petrus Bochardi et Petrus Valet, procurator dicti Stephani Gueynardi, […] convenerunt expresse quod doctus Petrus Valet, procurator, teneatur et debeat eidem Petro Bochardi dare et solvere pro qualibet libra unum solidum turonens., computatis XX solidis turonens. pro qualibet libra, et hoc de pretio dictorum librorum per dictum Bochardi vendendorum (t. 3, p. 107). Pierre Pansier, Histoire du livre et de l’imprimerie à Avignon du xive au xvie siècle, Avignon, Aubanel Frères, 1922, t. 2, p. 24-29 et t. 3, p. 106-108 (pièce justificative no 84 : édition du contrat, conservé aux Archives de Vaucluse, notaires, fonds de Beaulieu, brèves de D. Durandi, 1511-1515, fol. 17-20).

29 Lentree de la royne a Abbeuille, Paris, Guillaume Mart, in-8° goth., 4 ff.n.c., [post 9 X 1514] – Paris, BnF, Impr., Rés. Lb29. 49 ; Paris, B. Mazarine, 8° 35476 Rés (PGA-126b), fol. 4.

30 Lordre du Sacre//et couronnement du Roy treschrestien n[ost]re//sire Francoys de valoys, premier de ce no[m]. //Fait en leglise Nostre dame de Reims, Le//Ieudi. xxv. iour de Ianuier. Lan mil cinq//cens et quatorze. //[Bois]//On les vent a Paris en la rue neufue nostre dame//a lenseigne de lescu de France, Paris, Écu de France [Jean Janot], in-8° goth., 12 ff.n.c., [post 25 I 1515] – Paris, BnF, Impr., Rés. Lb30. 21 (PGA-132a), fol. 12v.

31 Recueil des//Triumphes faictz en la ville de Chastelle =//rauld, aux Nopces de tresillustres [et] ma =//gnanime prince le duc de Cleues, et//de Iulliers. [et] c. Et de la tresillu =//stre princesse de Navarre, fille//vnique des Roy et Royne//de Nauarre […], Paris, Denis Janot, in-8° goth., 12 ff.n.c., [post 19 VI] 1541 – Paris, BnF, Impr., Rés 8. Lk7.1980 (PGA-354), fol. a1v.

32 Lentree de la Royne fai//cte en lantique et noble cite//de Lyo [n] lan Mil cinq//cens trente et troys//le. xxvii. de may. //Qui legis heac tetrico spectacula viscere, noli//Incepere, haec claudens aut epigramme lege. //Cum priuilegio, Lyon, Jean Crespin, in-4° goth. et rom., 24 ff.n.c., [post 27 V 1533] – Paris, BnF, Impr., Rés. Lb30. 62 ; Lyon, BM, Lyon, Rés. 355890 (PGA-293), fol. a4.

33 Le double &//Copie dune lettre enuoyees//Dorleans a ung abbe de Picar//die contenant a la verite le Tri//umphe faict audict lieu//Dorleans a l’entree & re//ception de lempe//reur contre ce qui a par//auant en a//este//imprime qui est/faulx//AVEC PRIVILEGE//Ilz sen vendent au Palais es bout/ique de Gilles Corrozet, et Iehan du//Pre libraires, Paris, Gilles Corrozet et Jean du Pré, in-8o rom., 20 ff.n.c., [post 21 I 1539 (n. s.)] – Paris, BnF, Impr., Rés. Lb30. 83. Pour l’édition et la vente de ce compte rendu de cérémonie, Gilles de Corrozet et Jean du Pré ont obtenu un privilège du 21 janvier 1539, soit dix jours après celui qui a été accordé à la relation festive imprimée en gothique (Paris, BnF, Impr., Rés. Lb30. 82 [PGA-346]).

34 Des pièces imprimées circulent pour accompagner les gestes festives des confréries joyeuses. Sur ce point, voir : Natalie Z. Davis, « La règle à l’envers », dans Les cultures du peuple. Rituels, savoirs et résistances au 16e siècle, Paris, Aubier-Montaigne, 1979, p. 159-209, ainsi que Entrées royales et Fêtes populaires à Lyon du xve au xviiie siècle. Exposition du 12 juin-12 juillet 1970 à la bibliothèque de la Ville de Lyon, Lyon, Bibliothèque municipale, 1970, p. 46-59.

35 Sotie nouuelle A//deux personnages//Tres bonne et fort//ioyeuse, [Paris, Atelier Jean Trepperel], in-4° agenda goth., 4 ff.n.c., [1512-1521] – Paris, BnF, Impr., Rés M. Yf. 149 (7) (PGL-336).

36 Sermon//ioyeux dung fiance q[ui]//e[m]pronte [sic] vng pain sur//la fournee a rabatre//sur le te[m]ps aduenir, [Lyon, s.n.], in-8° goth., 4 ff., [vers 1530] – Séville, BC, 14.2.8 (22) (PGL-326b).

37 Le testame[n]t//de Taste Vi[n] roy//Des Pions, [Paris, s.n.], in-8° goth., 4 ff.n.c., [vers 1525] – Londres, BL, C. 22. a. 27 (PGL-359f).

38 LE//Iardin des Rece =//PTES, OV SONT PLAN//tez diuers Arbrisseaulx [et] odorantes//fleurs du creu de Philosophie na =//turelle, cultiue par Medecins//tres expers en Phisique//speculation, Conte =//tenant deux parties. //La peremiere [sic] traictera des remedes pour//maladies surueantes au corps humain. //La seconde, de plusieurs ioyeusetez a fai =//re toute honneste compaignie. //item receptes pour faire pouldre a Canon. //Traduict de langue Italicque en Francois. //A Poictiers. //Par Bouchet, Poitiers, Jacques Bouchet, in-8° rom. et goth., 20 ff.n.c., [vers 1540] – Poitiers, Médiathèque, DP 1692 ; Londres, BL, C. 31. b. 36 (PGM-31), fol. a1v.

Table des illustrations

Légende Tabl. 4. Rythme général de la production des pièces gothiques [n = 1 929 pièces domiciliées et 293 pièces « virtuelles »]
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/27177/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Légende Tabl. 5. Répartition chronologique des pièces gothiques par catégories empiriques [n = 1 929 pièces domiciliées et 393 pièces « virtuelles »]
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/27177/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Légende Graph. 4. Répartition annuelle des pièces gothiques d’actualité (1483-1563)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/27177/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Légende Carte 1. Répartition géographique de la production des pièces gothiques (v. 1470-v. 1600)Fond de carte : ESRI data/Continent. Syst. de coord. : WSG-1984Source : Marion Pouspin, Les pièces gothiques en langue française, xve-xvie siècles : un nouveau média, entre tradition et modernité. De la production à la réception, thèse dirigée par Jean-Claude Schmitt, EHESS (Paris), 2012, t. 4, « Répertoire des pièces gothiques », p. 623-1038.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/27177/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Légende Carte 2. Répartition géographique de la production des pièces gothiques d’actualité (v. 1482-v. 1565)Fond de carte : ESRI data/Continent. Syst. de coord. : WSG-1984Sources : Marion Pouspin, « Répertoire des pièces gothiques », cité supra.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/27177/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
Légende Carte 3. Répartition géographique de la production des pièces gothiques (avant 1500)Fond de carte : ESRI data/Continent. Syst. de coord. : WSG-1984Sources : Marion Pouspin, « Répertoire des pièces gothiques », cité supra.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/27177/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
Légende Carte 4. Répartition géographique de la production des pièces gothiques (1500-1539)Fond de carte : ESRI data/Continent. Syst. de coord. : WSG-1984Sources : Marion Pouspin, « Répertoire des pièces gothiques », cité supra.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/27177/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Carte 5. Répartition géographique de la production des pièces gothiques (1540-1559)Fond de carte : ESRI data/Continent. Syst. de coord. : WSG-1984Sources : Marion Pouspin, « Répertoire des pièces gothiques », cité supra.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/27177/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Légende Carte 6. Répartition géographique de la production des pièces gothiques (1560-1600)Fond de carte : ESRI data/Continent. Syst. de coord. : WSG-1984Sources : Marion Pouspin, « Répertoire des pièces gothiques », cité supra.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/27177/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Légende Tabl. 6. Répartition géographique des pièces gothiques acquises par F. Colomb [à partir des brochures aujourd’hui conservées à la Colombine (Séville) et à la BnF (Paris) = 154 pièces]
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/27177/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 88k

© Éditions de la Sorbonne, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540