Version classiqueVersion mobile

Publier la nouvelle

 | 
Marion Pouspin

Première partie. La pièce gothique, une nouvelle forme éditoriale. Éléments de définition

Chapitre 4. Les agents de production des pièces gothiques

Texte intégral

1La production des pièces gothiques se situe à la croisée des attentes du public, des intérêts des pouvoirs publics (civils et ecclésiastiques) et des stratégies commerciales mises en œuvre par les imprimeurs-libraires. Cette production d’épargne (de temps et d’argent) n’est pas innocente. Si elle a dû se présenter pour certains comme une stratégie commerciale ponctuelle consistant à utiliser à l’occasion l’une de leurs presses pour éditer de petits travaux d’un rapport facile et dégager un pécule substantiel nécessaire à l’édition d’ouvrages plus ambitieux, elle représente pour d’autres une véritable politique éditoriale. Ces brochures peu coûteuses et d’un débit facile devaient être assez rentables pour que des officines se spécialisent dans ce type de publication sur plusieurs générations.

Modalités et initiateurs de la fabrication des pièces gothiques

  • 1 « Lisez [et] goustez le pourpoint // Non sans avoir quelque remord // Le compositeur en est mort / (...)

2Depuis la composition jusqu’à l’impression, les pièces gothiques sont produites par plusieurs mains. La première étape consiste toujours à trouver des textes susceptibles d’être imprimés. Alors que les livres populaires ashkénazes des xvie-xviiie siècles sont truffés de propos éclairant sur les modalités de la mise en imprimé de ces textes, les pièces gothiques renseignent très rarement sur ces principes techniques. Cela est sans doute lié au désir d’une production d’épargne dont l’exigence de brièveté textuelle semble incompatible avec les longs développements de ces « avant-textes ». Toutefois, quelques livrets sont assez loquaces. Yves Gomont, « maistre d’imprimerie » établi à Rouen, a par exemple reçu le texte manuscrit d’une pronostication joyeuse et a dû interrompre ses autres impressions pour publier cette pièce-ci1. Quelques – rares – brochures ne manquent pas de préciser que le texte a été corrigé et montré à plusieurs savants avant d’être imprimé :

  • 2 ¶ (L)E martilloge Des faulces Lengues // Tenu Autemple [sic] de denger, Paris, Jean Lambert, in-4° (...)

Lequel marchant apres ce qu’il eut la matiere veue, considerée [et] monstrée à plusieurs nobles docteurs clers [et] expers en toute science elle estant par eulx suffisamme[n]t corrigée2.

  • 3 Dans La vie du glorieux amy de Dieu monseigneur sainct Anthoine [Séville, BC, 14.2.8 (10) (PGD-192 (...)

3Une collaboration étroite semble exister entre les auteurs, les érudits (les « nobles docteurs ») et les imprimeurs. Cependant, il ne faudrait pas généraliser cette collaboration à l’ensemble des livrets, car le faible soin de correction des impressions (coquilles, erreurs dans la signature des feuillets, dans l’impression des pages) semble contredire celui qui est prétendument apporté au texte3. D’autant plus que mentionner que le texte a été corrigé augmente la crédibilité du discours et inculque l’idée que, par ce travail de « rajeunissement » du texte, cette édition surclasse toutes les éditions précédentes. Prompte à « appâter » le lecteur, une telle mention constitue un véritable facteur d’incitation à l’achat.

  • 4 Aux débuts de l’imprimerie, les imprimeurs ont laissé aux enlumineurs le soin de rubriquer leurs l (...)

4Le paratexte éditorial nous éclaire parfois sur les étapes et les instances de la fabrication des livrets. Ainsi, maintes pièces gothiques antérieures à 1490 passaient dans l’atelier de la rubrication au sortir des presses. Les pieds-demouche étaient peints à la main, en bleu et rouge, par le rubricateur4. Une petite lettre d’abord manuscrite puis imprimée (une « lettre d’attente »), encore visible, indiquait aux rubricateurs la localisation d’une lettrine ou initiale à « peindre » (fig. 11).

5Certes, les sources sont peu prolixes sur les modalités de fabrication des pièces gothiques, mais quelques brochures permettent de connaître les types d’initiateurs à leur élaboration.

Fig. 11. Exemple de « lettre d’attente ». Prestre Jehan, [vers 1489‑1490], Paris, BSG, OEXV 353 (5), fol. a2

  • 5 Gringore, Pierre. Lvnion des princes, [Paris, Pierre Le Dru], in-8° goth., 8 ff.n.c., [post 14 V 1 (...)

6Un auteur peut être à l’initiative de la publication de son œuvre sous la forme d’une pièce gothique. L’exemple de Pierre Gringore, qui demande un privilège en qualité d’auteur pour faire imprimer et vendre son texte, demeure par sa précision un cas exceptionnel d’auteur-initateur d’une brochure5. Il ne s’agit pas pour autant d’un cas unique. Moins connu est le privilège délivré à Laurent Desmoulins, auteur-initiateur d’une épitaphe également imprimée dans un livret d’actualité :

  • 6 Laurent Desmoulins. ¶ La deploration de la Royne de France. // Composee par Maistre laurens des mo (...)

Il est dit [et] ordonné par Justice que nul ne pourra Imprimer ne faire imprimer ne vendre ce present traicté intitulé La deploration de la Royne, fors ceulx a qui maistre Laurens Desmoulins acteur et compositeur d’icelluy les baillera à Imprimer vendre [et] distribuer iusques à la sainct Jehan baptiste prochainement venante. Sur peine de confiscation des ditz livres et demande arbitraire. Fait le. xi. jour de febvrier L’an mil cinq cens [et] treze [= 1514 n. s.]6.

7Tantôt, on a des imprimeurs-auteurs qui publient leurs propres compositions, à l’exemple de Corrozet dont le nom n’apparaît qu’en acrostiche ; tantôt, un auteur anonyme adresse directement sa composition à un imprimeur :

  • 7 ¶ (L)E martilloge Des faulces Lengues // Tenu Autemple [sic] de denger, Paris, Jean Lambert, in-4° (...)

Moy toutes ces choses veues et considerées, pri [n] s diligentement ancre [et] papier pour rédiger le vray de la matiere, ainsi que veue [et] entendue l’avoye. Et quant j’euz tout ce fait [et] escript je l’envoye à l’ung marchant bon juste [et] loyal, en la ville de Paris faisant residence. […] ledit marchant la voulu pour perpetuelle memoire i[m]primer ainsi que vous voyés7.

  • 8 ¶ Le double des lettres // Que le // grant Turc Escript a mo[n]sieur le gra[n]t mai // stre de Rod (...)

8De la même manière, un poème de circonstance a été expressément composé par le « songeur dit Bethune, heraut d’armes de Charles Quint », à savoir Nicaise Ladam, « pour Anthoine Membre libraire qui fait le libraire », c’est-à-dire Anthoine Membru, imprimeur-libraire à Valenciennes8.

  • 9 LA VIE DV // GLORIEUX AMY DE DIEV, // monsieur sainct Francois de paule In // stituteur [et] fonda (...)
  • 10 [Vie de sainte Febronie], Toulouse, Jacques (I) Colomies, in-4° goth., 18 [19] ff.n.c., [vers 1529 (...)

9Des communautés religieuses ont également édité ou commandité des brochures de dévotion destinées à un public se tenant intus ou même foris du couvent. En 1538, un imprimeur, vraisemblablement parisien, a imprimé pour le couvent des minimes de Nygeaon, à Passy – les « Bonshommes de Challot » comme on les appelait alors – une Vie du fondateur de leur ordre, saint François de Paule9. De même, une vie de saint Febronie a été « faict[e], et communiqué[e], par art D’imprimerie, à la requeste des sacrées vierges à Jesuchrist. Les Religieuses de la vierge Marie du refformé Monastere de la Nonciade de Fargues, en la Ville D’Alby10 ». Les annonciales d’Albi « l’ont fait[e] Imprimer, affin que chascu[n] en pust avoir coppie et qu’en lisant soient leurs cueurs esmeuz [et] incitez à ho[n] neur [et] servir Dieu […] graces deues ausdictes Seurs, quant par elles […] est maintenant à vous offert ». Le colophon de cette pièce précise également qu’une telle publication a été éditée aux frais de « feu de bonne memoire, maistre Guillaume de Heremo, en son vivant Archiprebstre de Cordes en Albigeois, [qui] a contribué de ses biens temporelz, à parfaire si sainct ouvrage », contribution financière qui appelle en retour « charité, oraisons, [et] autres biens spirituelz » en son honneur.

  • 11 Concernant l’initiative dans la publication des actes royaux, Lauren Kim suggère que, entre 1500 e (...)

10Autre cas de figure : des livrets de traités de paix et de joutes attestent que l’on chargeait un membre de « l’équipe » de publication des « nouvelles » de donner ces textes à publier à un imprimeur de son choix11. Ce sont bien souvent aux hérauts d’armes que l’on confiait une telle tâche, ce que confirment les quelques privilèges reproduits – quoique remaniés – en tête ou à la suite du texte imprimé. Ainsi, le parlement de Paris a permis à Bourgogne, roi d’armes de France, de faire éditer le programme des joutes organisées en l’honneur du couronnement de la reine en 1530 :

  • 12 (L’)Ordonna[n]ce des // Joustes enuoye // es en Parlement par le Roy nostre sire Et publiees // su (...)

Extraict des registres de Parleme[n]t,
La court d[udit] parlement a permis et permect à Bourgongne Roy D’armes de France faire imprimer à tel Imprimeur que b [o] n luy semblera les articles de Joustes ordonnées par le Roy estre faictes à Paris à l’entrée de la Royne […]12.

  • 13 ¶ La Harangue // De par la Noblesse de toute la France // faite au Roy tres chrestien Charles neuf (...)

11Le plus souvent, ce sont les imprimeurs-libraires eux-mêmes qui sont à l’initiative de ce qu’ils éditent – toute proportion gardée des textes à publier dont ils disposent, c’est-à-dire ceux qu’ils ont acquis de leur propre chef ou qu’on leur a transmis. Installés aux pieds du Palais, ils devaient assurément côtoyer les officiers et le personnel administratif des organes de la monarchie, tels que les notaires-secrétaires du roi par exemple, qui ont bien pu leur transmettre la copie d’un acte, d’une lettre ou même d’un discours. C’est ce que suggère La Harangue De par la Noblesse de toute la France, faite au Roy très chrestien Charles neuviesme13. Dans sa version imprimée, cette harangue est précédée d’un prologue dans lequel le traducteur, Bernard du Poy Monglar de Luc, remercie Jacques de Silly, « ordinaire de la chambre du roi », de lui avoir transmis son discours à publier.

  • 14 Le tresor du remede de pre // seruatif : [et] guerison (bien experimentee) de la peste : [et] Fieu (...)

12C’était bien souvent un membre du réseau de l’imprimeur-libraire qui fournissait à ce dernier le texte à publier, à l’instar de l’imprimeur Jean Bignon qui « a obtenu […] en grant diligence et par amys […] la copie d’ung petit livre no[m] mé le tresor du remede et preservatif de la peste14 ».

Une affaire de spécialistes ?

13Tous les imprimeurs-libraires ne produisent pas des pièces gothiques. Parmi ces agents de production (annexe 2), il convient de distinguer les ateliers qui en publient de manière ponctuelle de ceux plus ou moins spécialisés dans ce type d’impression.

Des éditeurs-imprimeurs ponctuels

14Parmi les imprimeurs-libraires ponctuels de pièces gothiques, on a deux cas de figure : d’une part, les imprimeurs « gothiques » qui recourent ponctuellement à ces petites impressions hâtives et, d’autre part, les imprimeurs qui ne recourent qu’occasionnellement au gothique, soit à des fins esthétiques, pour introduire de la varietas typographique, soit par conformité avec une tradition philologique.

  • 15 Parmi les imprimeurs « humanistes », citons Josse Bade, Simon de Colines, Michel de Vascosan, les (...)

15Parallèlement à leurs éditions de belles-lettres ou de science, des imprimeurs dits humanistes prennent l’habitude de publier de petites impressions en lettres rondes ou italiques (les alphabets latins par exemple) et dans une moindre mesure des livrets semi-gothiques (combinant le gothique et le romain)15. Pour s’assurer un bon rendement, certains adoptent, sous ce format réduit, des types de publication peu couverts par les ateliers concurrents, telles les élucubrations sur l’orthographe de Meigret, imprimées en romain par Chrétien Wechel. Sort également des presses de cet éditeur une pièce d’actualité sur la victoire du roi de Pologne en 1531. Pour celle-ci, Chrétien Wechel utilise des fontes de caractères gothiques, vraisemblablement celles qu’il a acquises en 1529 avec les presses de Simon du Bois. Ce choix typographique peut étonner, s’agissant de cet imprimeur humaniste, mais il se justifie par la tradition philologique et la date de publication de cette pièce : elle fut publiée avant que, la révolution typographique se faisant, Chrétien Wechel opte définitivement pour la lettre ronde.

  • 16 Pierre Pansier, Histoire du livre et de l’imprimerie à Avignon du xive au xvie siècle, Avignon, Au (...)

16D’autres éditeurs publient ponctuellement des pièces gothiques à des fins financières évidentes. Jean de Channey, imprimeur établi à Avignon, a souvent été à court d’argent, si bien qu’outre ses publications imprimées en romain ou en gothique pour le compte de la ville d’Avignon, du doyen du chapitre Saint-Agricol, du cardinal de Clermont ou du professeur de langue grecque Sante Pagnino, il réalise un grand nombre d’impressions peu coûteuses à réaliser et d’un bon débit : les pièces gothiques16. De même, ne pouvant pas vivre de sa production musicale, l’imprimeur lyonnais Jacques Moderne publie des facéties sur le mariage, des nouvelles et des pronostications sous forme de livrets gothiques, vraisemblablement afin de se procurer les fonds nécessaires à ses éditions musicales, plus onéreuses et exigeant plus de temps, de papier et d’argent. Au total, il produit douze fois plus de livre(t) s non musicaux (dont une grande partie de pièces gothiques) que d’éditions musicales.

17Les imprimeurs-libraires ont pu voir dans ce public avide de lectures pieuses et de textes profanes un débouché financier, ce qui les aurait incités à se lancer dans l’impression de ces livrets gothiques de peu d’importance et d’un faible coût de revient ; d’autant plus que ces imprimeurs, y compris la nouvelle génération d’imprimeurs dits humanistes, possèdent encore des fontes de caractères gothiques.

Les pièces gothiques : une politique éditoriale

  • 17 En raison de la forte concurrence entre les officines et des phénomènes de saturation du marché de (...)

18Si l’édition de pièces gothiques peut relever d’une stratégie commerciale et financière ponctuelle, elle peut également correspondre à une véritable politique éditoriale17. Pour certains éditeurs « gothiques », ces pièces représentent tout un pan de leurs publications, pouvant aller jusqu’à 80 % de l’ensemble de la production d’un atelier, à l’instar de Pierre Le Caron (graph. 1). Se profilent même des dynasties d’imprimeurs-libraires qui, liées par des relations matrimoniales et commerciales, se sont spécialisées dans les livres et livrets gothiques : à Paris, les Le Caron-Nyverd à « L’image saint Pierre », ainsi que l’atelier Trepperel-Janot (graph. 2) lié aux Le Noir, Lotrian et Marnef à l’enseigne de « L’écu de France » et de « Saint-Jean Baptiste », dont l’entreprise a été poursuivie par les Saint-Denis-Sergent-Bonfons à l’enseigne de « Saint-Nicolas ». En ce qui concerne Lyon, mentionnons les firmes des Mareschal-Chaussard (graph. 3) et des Nourry-Sainte-Lucie.

Graph. 1. Répartition des publications de Pierre Le Caron, imprimeur parisien (1489-v. 1500)

Graph. 2. Répartition des publications de l’atelier des Trepperel, Jean I Trepperel, imprimeur-libraire parisien (1492-1511), veuve de Jean Trepperel, associée à Jean Janot (1512-1519)

Graph. 3. Répartition des publications de Pierre Mareschal et Barnabé Chaussard, imprimeurs-libraires lyonnais (1492-1515), Barnabé Chaussard seul (1516-1527), veuve Jeanne de La Saulcee (1527-1552)

  • 18 Jusque dans la première moitié du xvie siècle, la modestie des pièces gothiques n’induit pas celle (...)
  • 19 Annie Charon-Parent, Les métiers du livre à Paris au xvie siècle, 1535-1560, op. cit., p. 219.

19La modestie de ces éditions bon marché n’induit pas nécessairement celle de l’échoppe18. Un exemple parmi d’autres : d’après l’inventaire après décès de J. Janot, le total des biens prisés de cet imprimeur parisien s’élève à 3 099 livres tournois, ce qui n’est pas négligeable en comparaison avec la valeur des biens de Galliot du Pré, estimés à 4 882 livres et 16 sous tournois19.

  • 20 Parmi les associations bien connues, mentionnons celles de l’atelier Trepperel-Janot-Lotrian. Ains (...)

20S’il est courant à cette époque que des libraires et imprimeurs partagent les coûts d’une publication et l’éditent avec une page de titre différente, chacune avec le nom de l’un des partenaires, une telle pratique n’est pas attestée dans le répertoire des pièces gothiques ; cela n’est pas étonnant s’agissant de brochures à faibles coûts de production. Toutefois, on observe bien quelques associations d’imprimeurs pour l’édition d’une même brochure, mais avec une page de titre unique qui signale conjointement les noms des deux agents de production, installés à la même adresse. Dans d’autres cas, c’est un imprimeur et un libraire qui s’associent : ces brochures « imprimées par » ou « pour » un tiers sont produites et diffusées par deux agents différents, parfois localisés dans des centres d’imprimerie distincts. De telles associations dépassent le cadre d’une édition ponctuelle : elles relèvent de relations familiales et/ou commerciales20.

Les attentes des publics et les usages des pièces gothiques

21La question de l’usage porte sur le statut social du document : pourquoi lisait-on les pièces gothiques ? Avant d’imprimer des ouvrages, les imprimeurs s’assurent de leur débit potentiel. Le succès éditorial d’une publication est conditionné par son degré de réponse à des attentes. De plus, les imprimeurs-libraires appâtent le « client » en annonçant d’emblée dans le titre ou la préface des brochures le bénéfice que pourra en tirer le lecteur. Si les termes « utile », « profitable » et « nécessaire », omniprésents dans les titres ou prologues des pièces, visent à exciter la curiosité de l’acheteur, ce vocabulaire révèle également l’utilité effective, pratique, voire quotidienne, de ces imprimés.

22Les pièces d’actualité semblent répondre à un besoin d’information et à une soif de nouvelles. Comme en témoignent les livres de raison, mémoires et correspondances de l’époque, les consommateurs de ces livrets aspirent à se tenir informés des événements qui ont cours. En réponse à cette curiosité largement partagée pour la chose publique, les brochures d’actualité colportent des merveilles (les « canards ») et des nouvelles aujourd’hui perçues comme plus sérieuses, comme les guerres et les cérémonies par exemple. L’utilisation des pièces gothiques comme sources auxiliaires par les chroniqueurs et rhétoriqueurs contemporains atteste la richesse informative qu’elles délivrent.

23Elles informent en donnant, souvent de manière scandée, une vision globale des événements, mais elles servent aussi à délecter, rassembler, galvaniser, rassurer ou, au contraire, inquiéter le peuple friand de nouvelles.

  • 21 Henri Dubois, « La saisie et le traitement de l’actualité dans une entreprise industrielle à la fi (...)

24De telles publications pallient le nombre limité de témoins directs des événements relatés. Si le besoin de connaître l’actualité est ancien, l’origine, la finalité, le contenu, la portée, le support et le lectorat des res novae diffusées par ces pièces imprimées constituent une différence de taille. En effet, dès le xiiie siècle, les marchands actifs aux foires de Champagne, ainsi que tout petit artisan, prennent garde à l’actualité, puisqu’ils ne peuvent pas vivre « en vase clos »21. Les gouvernants des royaumes ont aussi besoin de l’information intérieure et extérieure, politique, économique et militaire pour délibérer et décider. L’intensification des réseaux d’information au xve siècle constitue, dans une certaine mesure, une phase de latence au champ des pièces gothiques ; cela prépare cet engouement pour les nouvelles dans la société à un point tel que les événements, publics ou plus personnels, et les faits divers ou surnaturels sont notés dans des livres de raison et autres journaux. Ces nouvelles produisent des secousses dans la subjectivité des gens. L’imaginaire collectif se trouve comme saisi d’un besoin de nouvelles, peut-être pour donner sens au monde qu’il voit se faire et se défaire autour de lui. Cette culture de la res nova, qu’elle soit politique ou prodigieuse, cette fascination pour les événements qui suggère une prise de conscience du cours de l’histoire sont aussi présentes en Italie et dans l’Empire dès la fin du xve siècle avec les Einblättdrucke, telles que celles que publie Sébastien Brant et que consigne Hartmann Schedel dans sa Chronique universelle.

  • 22 Les pièces gothiques invitent à nuancer les propos d’Alain Rey selon lequel cette acception du mot (...)
  • 23 Aaron J. Gourevitch, La culture populaire…, op. cit., p. 35.

25Le paradigme de « nouveauté » ? les éditeurs ne manquent pas de souligner la nouveauté de l’édition (« nouvellement imprimé ») ou du texte mis en imprimé (« lettre nouvelle ») pour attirer encore davantage le public. La phraséologie des pièces gothiques atteste effectivement l’emploi du mot « nouvelle », sous sa forme adjective, adverbiale ou substantive. Si le terme « nouvelle » issu du latin novella (pluriel neutre de novellus, « nouveau ») prend le sens d’annonce d’un événement dès le xiiie siècle22, il semble désigner dès la fin du xve siècle les informations diffusées au public par le canal des livrets d’actualité. Cette acception – précoce – du mot « nouvelle » et la revendication de la « nouveauté » au sein de ces imprimés traduisent cette période de transition vers la première modernité, période durant laquelle les pièces gothiques sortent des presses. Ces brochures se détachent de la tradition médiévale, selon laquelle on insistait (dans les préfaces notamment) sur le caractère traditionnel du sujet traité par l’auteur. Alors que la redondance et l’immobilisme de l’information faisaient autorité au Moyen Âge (importance des loci communes et des topoï), l’homme « moderne » recherche des œuvres et des informations nouvelles23.

  • 24 Sur le marché des nouvelles imprimées, voir Andrew Pettegree, The Book in the Renaissance, New Hav (...)

26L’actualité, en particulier celle militaire, constitue une manne financière d’envergure24. Trois ateliers se partagent à eux seuls près de la moitié du marché parisien (Le Caron, Nyverd et Trepperel). À Rouen et à Lyon, Jean Lhomme et Noël Abraham – fort de sa charge de « publiciste » du roi – produisent chacun trois fois plus de pièces d’actualité que les autres officines de leur ville. Ces imprimeurs et libraires reprennent à leur compte le champ ouvert par la monarchie qui commence à trouver dans l’imprimerie un instrument de diffusion massive et exacte des nouvelles politiques et des actes du pouvoir.

  • 25 « À Tout crestien qui Jesucrist et ses saintz requiert et honnore est grant bien et honneur, et pr (...)

27Les pièces de dévotion alimentent la piété de ceux qui les lisent ou écoutent. Elles moralisent, purifient l’âme et édifient le fidèle. Dans le contexte de la fin du xve et du premier tiers du xvie siècle, marqué par l’intensité croissante de la soif de Dieu, les brochures religieuses apparaissent comme des supports de la vie spirituelle tant des laïcs que des moniales et des membres du bas clergé qui connaissent à peine le latin. Les livrets hagiographiques, les manières de suivre la messe, les arts de se confesser et de se préparer une bonne mort, alimentés par le sentiment de la peur – peur du diable, de la mort, de l’enfer et du jugement –, constituent un véritable arsenal pour rassurer les fidèles au sujet de leurs fins dernières. Les éditeurs proposent des vitae sous une forme abrégée et concise – et spécialement celles des saints dont les noms figurent au calendrier liturgique – à l’intention du « peuple » qui ne « scayt pou [sic], ou neant » de ces vies, afin de lui délivrer une « doctrine de saulvement »25. Certaines pièces revêtent une valeur prophylactique ou thérapeutique, telle la Vie de sainte Marguerite imprimée à Rouen par Richard Aubert. À travers la lecture, la vision ou le portement sur soi de l’image de la plaie du Christ, cette représentation de la « relicque » dispense ses vertus bienfaitrices :

  • 26 ¶ La vie de ma Dame Saincte Margue = // rite : Vierge : [et] martyre, Auec // son Antienne : Verse (...)

Et à telle vertu que celuy ou celle qui la lyra, ou lyre la fera, ou sur soy la porteroy : ne feu, ne eau : vent ne tempeste coucteau lancé ou espée, diable, ne luy pourra nuire. Et femme qui enfantera le jour qu’elle verra la dicte mesure, ne mourra point de mort subite en l’enfantement : mais sera delivrée sur soy par devotion, [et] en fera mention il aura victoire sur ses ennemis, [et] ne le poura ou grever ne luy faire aucun dommage. et le jour que on la lira, ou lira la fera de mauvaise mort on ne mourra26.

28Lire les oraisons imprimées dans ces livrets peut aussi être bénéfique et garantir une protection en cas de noyade, d’incendie, de guerre ou même d’accouchement. Leur lecture fonctionne comme un antidote à l’immoralité ou à l’impiété. Parfois l’imprimé lui-même sert de talisman contre le mauvais œil. Dès lors, la lecture de la brochure devient secondaire, tandis que l’efficience thaumaturgique est transmise par l’objet-livre lui-même.

  • 27 Marc Vénard (dir.), Histoire du christianisme, t. 7, De la Réforme à la Réformation (1450-1530), P (...)

29Des livrets de « dévotion populaire » ? si les pièces relèvent des pratiques et des croyances souvent qualifiées de « populaires » (d’autant plus que ces publications prétendent s’adresser aux « simples gens »), il serait abusif, me semble-t-il, de penser que ces croyances et pratiques que supportent les pièces gothiques se sont marginalisées par rapport aux normes établies par les élites cléricales et aux pratiques dévotionnelles des plus doctes. Les thèmes de cette prétendue « religion populaire » correspondent aux pôles qui ont attiré l’attention des prédicateurs dans leurs sermons aux xve et xvie siècles27. On ne peut opposer une religion savante qui serait intérieure à une religion populaire qui serait extériorisée avec des gestes et accomplie en plein air : toutes ces pratiques satisfont des besoins comparables face à la peur de la mort et à l’inquiétude de l’au-delà, partagées par tous.

  • 28 Lucien Febvre, Henri-Jean Martin, L’apparition du livre, op. cit., p. 66.
  • 29 En ce qui concerne les textes des goigs imprimés aux xvie-xviie siècles en Catalogne, les coutumie (...)

30Il n’est pas avéré que la possibilité et l’usage de pareils livrets soient entièrement réductibles à la lecture « privée » et dévote. Comportant des oraisons ou des actions de grâces, les livrets hagiographiques s’intégraient-ils dans la vie de l’Église ? Il est vrai qu’on lisait parfois des biographies de saints, découpées en chapitres brefs, à l’office des matines ou durant la messe. On sait également que des oraisons, similaires à celles qui parachèvent traditionnellement les pièces hagiographiques, étaient répétées à chaque leçon de l’office propre au saint et jouaient un rôle central dans la commémoration de celui-ci. Quant aux récits de miracles (exempla) qu’elles contiennent, ce sont ceux-là mêmes qu’on insérait dans les sermons de sanctis. Dès le xive siècle, les livrets xylographiques portant sur des thèmes religieux et moraux (passion du Christ, histoire de la Vierge et art de mourir) donnaient aux « pauvres clercs » des exemples pour la préparation de leurs sermons et pour l’enseignement de la religion28. Les brochures hagiographiques mettaient-elles à la portée des pasteurs les Vies des saints qu’ils devaient prêcher en vertu de leur charge ? La question de l’usage liturgique des livrets mérite d’être soulevée, mais faute de document, on se gardera de pousser plus loin l’examen des usages liturgiques de ces imprimés, contrairement à ce que l’on sait de leurs homologues catalans publiés au xviie siècle29.

  • 30 Si aucun document, aucune liste de livres d’école n’indique explicitement l’utilisation effective (...)
  • 31 Extrait des statuts synodaux de Meaux cité par François Lebrun, Jean Quéniart et Marc Vénard dans (...)
  • 32 LE debat et la Vigne Et // Du Laboureur, [Paris, Guillaume Nyverd], in-8° goth., 4 ff.n.c., [s.d.] (...)

31Les pièces de prières étaient en mesure également de servir de supports à l’enseignement religieux des enfants notamment et aux formules de foi que devaient prononcer adultes et enfants à des moments précis du jour. On trouve ces mêmes abrégés de catéchisme (les douze articles de la foi, les dix commandements, etc.) dans divers manuscrits de traités de formation morale et religieuse aux titres évocateurs, tels que Doctrine d’enfant, Livre de doctrine pueril, voire Livre de l’enseignement pueril. Nombre de brochures abordent des thèmes identiques à ceux des livres que les enfants lisent à l’école30. Les livres d’école consistent en premier lieu en ouvrages de doctrine religieuse et de dévotion, mais aussi en abécédaires, en récits ayant trait à la vie conjugale et à des thèmes séculiers comme la chevalerie. Dans les statuts synodaux de 1511, l’évêque de Meaux, Louis Pinelle (auteur en 1510 des Quinze fontaines vitales, œuvre de dévotion éditée sous forme de pièce gothique), rappelait que les « maîtres d’école » doivent enseigner « à leurs élèves les rudiments de notre foi, dont la connaissance est absolument nécessaire pour tous »31. Bien que rien ne puisse confirmer un usage des pièces gothiques en milieu scolaire, les livrets prolongent vraisemblablement les lectures d’école dans un cadre plus familier, celui de la maison, sortes de livres « d’apprentissage informel » adressés tant aux enfants qu’aux plus grands, tel le Débat de la Vigne et du Laboureur qui s’adresse à « ceulx qui ont hanté les escoles32 ».

  • 33 Voir infra, chap. 12, p. 391-395.

32Les pièces semblent répondre tout à la fois aux attentes spirituelles des fidèles, à leur angoisse au sujet du salut individuel, mais aussi aux intérêts des compétences religieuses locales et à ceux des éditeurs33. La religion, comme l’actualité, constitue bien une manne financière. On a même des spécialistes de cette production : les livrets hagiographiques publiés par Richard Auzoult dominent le marché rouennais, tandis que l’atelier Trepperel et Jean Saint-Denis se partagent le marché parisien des éditions de Vies de saints et de mystères. Des presses des Lyonnais Jacques Moderne et Claude Nourry ne sortent que des « noëls » (pièces de dévotion soutenant la prière).

33Des pièces « littéraires » délivrent un message moral/moralisant, enseignent des modèles de comportements, tout en divertissant leur public. De courts poèmes introductifs vantent en quelques lignes le bénéfice récréatif à tirer de leur lecture. Ainsi des facéties, des sotties, des parodies, des joutes oratoires, des livrets de « policement des mœurs » et quelques brefs romans prétendent récréer leurs récepteurs, c’est-à-dire leur faire passer le temps honorablement et éviter l’oisiveté. Récréer, c’est à la fois réjouir et délivrer une leçon morale.

34L’atelier parisien Trepperel et celui du Lyonnais Chaussard dominent le marché des brochures gothiques ayant trait aux grands genres dramatiques (farces, sotties, moralités, monologues, mystères comiques, pronostications et sermons joyeux). Quant aux romans et livrets de géographie, ils sortent des presses des grands noms de l’édition en vernaculaire, tels que Michel Le Noir, spécialiste des romans d’aventures.

  • 34 Regime co[n]tre la pestilen // ce faict [et] co[m]pose par messieurs les medecins de la tres renom (...)

35Enfin, d’autres pièces gothiques délivrent des savoirs pratiques. Tout en étant plaisantes (si l’on s’en tient à leurs prologues), elles vulgarisent auprès de leurs lecteurs des secrets (éducatifs, climatiques, etc.) et des règles opératoires dans divers champs (danse, musique, échecs, rime, tir à l’arc, santé, mesure et prévision du temps). Les termes « scavoir » et « apprendre » sont omniprésents dans les publications. Celles-ci se présentent comme un support à une pratique et d’aide-mémoire d’un savoir vivant ou survivant. Ainsi, un des régimes contre les épidémies donne à lire des « receptes [et] medecines, desquelles chascun se peult et doibt ayder. Et doibt vng chascun ceste presente science de medecine souve[n] t et beaucoup de foys lire [et] memoire affin quant besoing seroit que on aye recors [et] en soit pl[us] abile d’en vser [et] exerceer, [et] tousjours estre advisé qu’on y mette remede de bonne heure avant que la maladie surpreigne la personne34 ». Ces brochures de la littérature technique enseignent des manières de faire et soutiennent la pratique du savoir-faire délivré.

36Parmi ces pièces pratiques et techniques, les livrets de patrons de broderie, véritables recueils de « pourtraicts », sont essentiellement produits par le Lyonnais Pierre de Sainte-Lucie, successeur de Claude Nourry, un des spécialistes des livres de patrons. Quant aux pièces de médecine, elles émanent certes des grands centres du livre médical, Paris et Lyon ; toutefois, elles sortent non pas des presses des spécialistes du livre médical (Josse Base, Chrétien Wechel, Jean de Vingle), mais des ateliers spécialisés dans les éditions « gothiques ».

  • 35 Le livre de Simon Teste est un ouvrage très composite conservé à la BnF (ms. Lat. 1426 A). Françoi (...)

37À en juger par leurs grandes diversité et quantité, les pièces gothiques apparaissent comme des publications à succès. Elles répondent à des attentes et à des goûts. Il est frappant que les sujets abordés par ces petits textes correspondent exactement avec ce que des « auteurs occasionnels » consignaient dans leurs mémoires. Le rapprochement avec le livre de Simon Teste, composé à l’époque de la fabrication et diffusion de ces brochures, est tout à fait probant35. Rédigé entre 1481 et 1557, le livre de cet auditeur à la Chambre des comptes mêle souvenirs familiaux et nationaux, prières et conseils moraux, remèdes d’apothicaires et calculs astronomiques, c’est-à-dire tout ce que ce père de famille estimait bon pour l’âme et le corps de ses enfants et descendants.

Une impression et une vente désormais réglementées

  • 36 Les premiers privilèges datent de la fin du xve siècle pour Venise et l’Allemagne et de 1507 pour (...)

38Les indications typographiques d’autorisation ou de privilège d’édition sont inexistantes dans les pièces gothiques antérieures à 1509 – soit deux ans après les premiers privilèges concédés en France. Et même après cette date, elles ne sont pas systématiques36. Si moins de 4 % des brochures accusent un privilège ou une permission d’imprimer (essentiellement des livrets d’actualité), cela atteste du moins l’existence d’une législation réglementant l’impression et la vente de ces petites publications (annexe 3). Ces indications sont imprimées le plus souvent en page de titre des livrets, voire rejetées au verso du premier feuillet ou au colophon. La forme la plus courante est la simple mention cum priuilegio ou cum gratia et priuilegio, parfois remplacée par son équivalent en vernaculaire (« avec privilege », « avecq grace et privilege »). La formule « auec congé » est privilégiée lorsque la permission d’imprimer est accordée pour un temps assez court et sans être assortie d’un monopole éditorial. Parfois l’imprimeur-libraire reproduit également la teneur du privilège qui lui a été accordé, voire la requête qu’il a adressée à la juridiction sollicitée, comme ci-dessous :

  • 37 ¶ Le traicte de la paix // Faict [et] accordee, Entre treshaultx [et] tres puissant prin = // ces (...)

À monsieur le Prevost de Paris, ou son Lyeutenant Civil.
(S)Uplye humblement Jaques Nyverd imprimeur [et] libraire, Qu’il vo[us] plaise luy permettre Imprimer et exposer en vente la publication de la paix faicte entre le Roy nostre sire [et] L’empereur, Et deffences à tous q[u’i]l appartiendra la imprimer ne exposer en vente d’autre Sinon de celles qui seront Imprimées par ledict suppliant Jusques à six moys Sur peine de dix livres parisis d’amende. Et des dommaiges [et] Interestz dudict suppliant. Et de prison Et il prira Dieu pour le Roy, dix [et] pour vous.
Soit faict ainsi qu’il est requis, Faict le vingtiesme jour de Septembre, mil cinq cens Quarante quatre.
Signe. J. Morin37.

  • 38 Mon enquête dans la série X aux Archives nationales m’a permis de retrouver l’original du privilèg (...)

39Quelques rares originaux de privilèges, qui ont été reproduits en détail ou sous une forme abrégée dans des pièces gothiques, ont pu être authentifiés dans des fonds d’archives38.

40Sans que cela soit systématique, ces extraits annoncent le nom du tenant du privilège ou de la permission, identifient l’autorité qui le/la délivre et précisent sa durée et les peines encourues. Le non-respect du « droit de propriété » induit soit la confiscation des livres qui piratent l’édition priviligiée, soit une amende arbitraire – dont le montant n’est jamais spécifié dans les brochures –, et plus rarement la prison.

41La durée du privilège s’allonge au cours du xvie siècle, mais varie toujours selon l’autorité qui le délivre et le contenu de l’imprimé qui lui est soumis. Pour l’édition de pièces se rapportant aux événements du moment, elle demeure plus courte que pour les œuvres littéraires ou académiques dont l’intérêt est censé durer plus longtemps que ces sujets d’actualité. Ainsi, le prévôt de Paris a accordé un privilège de huit jours pour l’édition du traité de Saint-Germain-en-Laye en 1514, un autre de quinze jours pour le compte rendu du couronnement de François Ier à Reims en 1515 et, enfin, un de six semaines pour l’entrée de la reine à Paris en 1517. Des brochures publiées sous le règne de François Ier profitent de délais plus importants, s’élevant à plusieurs mois, voire à une année dans le cas des livrets soumis à la chancellerie royale – à l’ordinaire, cette haute juridiction octroie des privilèges plus longs encore, de deux ou trois ans, pour les impressions qui ne sont pas liées à l’actualité.

42Les autorités qui attribuent ces privilèges et permissions sont multiples, au premier rang desquelles on a la prévôté de Paris – ou son lieutenant criminel ou civil –, puis la prévôté de l’hôtel du roi, la chancellerie royale, ainsi que le bailliage et présidial de Rouen.

  • 39 Elizabeth Armstrong, Before Copyright : The French Book-Privilege System, 1498-1526, Cambridge, Ca (...)
  • 40 Larmee du roy quil auoit con // tre les venicie[n] s : et lordre des // battailles. Mil. ccccc. [e (...)

43La prépondérance de la prévôté de Paris n’est pas étonnante, car elle constitue une alternative au Parlement, en offrant aux auteurs et éditeurs parisiens un accès facile. En effet, ces derniers recourent plus volontiers à des juridictions « inférieures » en vue d’obtenir un simple congé ou un privilège à court terme, pour une publication éphémère telle qu’une pièce d’actualité, dans la mesure où les honoraires y sont moins élevés39. De plus, les délais d’un congé ou d’un privilège accordé par le prévôt correspondent mieux au genre des pièces gothiques, la durée du privilège étant calculée sur le temps qu’on estime être nécessaire pour qu’une édition puisse être vendue avec succès. Espérant vendre un grand nombre d’exemplaires rapidement, des éditeurs de ces publications « éphémères » ont davantage sollicité des permissions à court terme ou de simples congés, à l’instar du Parisien Martin Alexandre qui a imprimé une brochure sur la bataille d’Agnadel (1509) « sous le congié de monseigneur le prevost ou son lieutenant40 ».

44En ce qui concerne la prévôté de l’hôtel, juridiction qui porte sur la maison royale et toute sa suite, elle accorde à Guillaume Varin une permission de publier le récit de l’entrée parisienne de Marie d’Angleterre du 6 novembre 1514 en ces termes :

  • 41 Lentree de tresex // cellente Princesse dame marie dangleterre // Royne de france en la noble vill (...)

De par monseigneur le prevost de l’ hostel.
Nous avons permis et donné congié A Guillaume Varin suppliant de faire imprimer vendre et distribuer l’entrée de la royne faict à Paris le Roy y estant le .x. jour de novembre Mil cinq cens [et] .xiiii. Par nous Jehan de Fontaine seign[eu]r d’Aulhac co[n]seiller chambellan du Roy nostre sire [et] Prevost de l’hostel dudil [sic] seigneur41.

  • 42 Elizabeth Armstrong, Before Copyright…, op. cit., p. 113.

45Cela ne signifie nullement que Guillaume Varin ait eu le monopole de l’impression et de la vente du compte rendu de cette cérémonie. Mais, fort d’une telle approbation par le prévôt, ce livret prenait le statut d’une impression officielle, garantie d’une bonne publicité auprès de son public42.

  • 43 Jean-Dominique Mellot, L’édition rouennaise et ses marchés (vers 1600-vers 1730) : dynamisme provi (...)

46Le bailliage et présidial de Rouen accorde également des permissions à des éditeurs de pièces gothiques, leur conférant l’exclusivité dans la seule étendue de son ressort, à savoir dans les limites du bailliage. Nos connaissances sur le système de privilèges livresques de cette autorité sont limitées, en raison du quasi-mutisme des sources43. À ce titre, la brochure imprimée en 1530 chez Jean Lhomme est précieuse :

  • 44 La venue de ma = // da[m] e elionor Roy = // ne de France : Et de messeigneurs les enfans : en // (...)

Il est inhibé et deffendu à tous les Imprimeurs et Libraires de la ville et banlieue de Rouen de non imprimer ces presentes jusques à quinze jour [sic]. Avec privilege44.

47La pièce intitulée La coppie des lettres que Monsieur le mareschal de Treuoul a enuoiées au Roy nostre sire, datée de mai 1511, a été faite « par le congié de justice ». Si l’attribution de cette brochure au centre typographique de Rouen est correcte, celle-ci constituerait l’un des premiers exemples de congé délivré par le bailliage de Rouen. Tout indique qu’une jurisprudence locale avait bien cours en cette ville au début du xvie siècle, en particulier pour les petites impressions d’actualité.

  • 45 Elizabeth Armstrong, Before Copyright…, op. cit., p. 100-101.
  • 46 Henri Baudrier, La bibliographie lyonnaise : recherches sur les imprimeurs, libraires, relieurs et (...)

48À peine une dizaine de pièces gothiques ont été éditées avec un privilège concédé par la chancellerie royale. Seuls les auteurs et éditeurs bien connus à la cour royale ou recommandés par une personne de haut rang sont les plus à même d’obtenir un privilège ou une permission de cette autorité45. C’est en quelque sorte en qualité d’imprimeur du roi que Noël Abraham a obtenu le « congié de monseigneur le gra[n]t cha[n]cellier » pour son édition du récit de la bataille d’Agnadel (1509). Cet imprimeur-libraire lyonnais est le premier éditeur de la presse politique à Lyon. Chargé par le chancelier Guy de Rochefort de tenir le public au courant des dernières nouvelles d’Italie et de stimuler la ferveur patriotique, il a le monopole sur les publications officielles relatives aux guerres d’Italie46.

  • 47 Le liure [et] oraiso[n] messire // Bernardin Rince Millannoys Docteur es ars [et] en Me = // decin (...)

49Non seulement octroyé à des éditeurs, le privilège de la Chancellerie peut également être accordé à un auteur, tels Bernardin Rince et Richard Pace pour leurs écrits célébrant le traité de mariage et la cérémonie matrimoniale entre le dauphin et Marie d’Angleterre en 1518. Jean de Gourmont a édité ces libelles, tant leurs versions latines que françaises, dont chacune se termine par l’indication suivante : Cauete ne quis impune atte[n]tet hu[n]c libellu[m] imprimere : vt amplissimo p[atet]p[ri]uilegio a Regia maiestate nobis co[n] donato. m. dxviii47, ce qui suggère un privilège groupé recouvrant tous ces écrits et pièces publiés en relation avec les fiançailles royales.

  • 48 On connaît en effet, dans la production imprimée, des exemples de privilèges falsifiés. Voir notam (...)
  • 49 Elizabeth Armstrong, Before Copyright…, op. cit., p. 112.

50Ces privilèges, sollicités par les imprimeurs-libraires de pièces – plus rarement par les auteurs –, leur garantissent pour un temps un monopole sur l’impression d’un texte, d’autant plus que la concurrence entre les officines se développe. Le privilège d’impression permet de rentabiliser l’investissement effectué en empêchant que le livre fraîchement édité ne sorte d’un autre atelier. Les éditeurs ne manquent pas de faire la publicité du privilège qui leur a été concédé (à moins qu’il ne s’agisse de privilèges falsifiés48). De telles indications sont sciemment affichées en première page, sinon au verso du premier feuillet, afin d’ajouter une sorte de crédit, de caractère véridique à leurs éditions, en vue de mieux retenir l’attention de leur public. Le privilège apporte, en effet, à l’acheteur la preuve que l’ouvrage n’est pas subversif ou inapproprié49. De la même manière, les éditeurs placent fréquemment en page de titre l’image de l’écu de France ; cela donne à leurs livrets un caractère officiel et appâte le lecteur attiré par les publications approuvées par les autorités.

*

51Les éditeurs-imprimeurs considèrent les pièces gothiques comme des types de livres au débit facile et au faible coût de revient, à tel point que certains en publient ponctuellement pour financer la fabrication d’ouvrages plus ambitieux, tandis que de véritables firmes se sont spécialisées dans l’édition de ces livrets sur plusieurs générations. Il est vrai que ces brochures d’usage pratique, voire quotidien, correspondent aux goûts et aux attentes des fidèles inquiets au sujet de leurs fins dernières et des lecteurs avides de nouvelles et de recettes en tout genre.

Notes

1 « Lisez [et] goustez le pourpoint // Non sans avoir quelque remord // Le compositeur en est mort // Qui avoit d’ung seul coup point. / /Ce livre cy fust composé // à Naples au pays de suerie // Duquel lieu a esté porté/À vng maistre d’imprimerie // Lequel soubdain je vous assié // Pour l’imprimer cessa toute oeuvre // On les vend à la Chieure. » La grande et // veritable Pronostication des // Cons sauuaiges, Rouen, [Jean Lhomme, pour Yves Gomont], in-8° goth., 4 ff.n.c., [vers 1540-1550] – Paris, BnF, Impr., Rés. Y2.1974 (PGL-284b).

2 ¶ (L)E martilloge Des faulces Lengues // Tenu Autemple [sic] de denger, Paris, Jean Lambert, in-4° goth., 20 ff.n.c., 9 VII 1493 – Paris, BnF, fonds Rothschild, IV.4.149 (PDG-6a), fol. c8.

3 Dans La vie du glorieux amy de Dieu monseigneur sainct Anthoine [Séville, BC, 14.2.8 (10) (PGD-192c)], la page fol. a6v est à nouveau imprimée au verso du colophon, au fol. b4v.

4 Aux débuts de l’imprimerie, les imprimeurs ont laissé aux enlumineurs le soin de rubriquer leurs livres, voire de les colorier et de les illustrer.

5 Gringore, Pierre. Lvnion des princes, [Paris, Pierre Le Dru], in-8° goth., 8 ff.n.c., [post 14 V 1500] – Paris, BnF, fonds Rothschild, IV.9.69 (7) (PGA-79a).

6 Laurent Desmoulins. ¶ La deploration de la Royne de France. // Composee par Maistre laurens des moulins, [Paris, Guichard Soquand], in-8° goth., 16 ff.n.c., [1514] – Paris, BnF, fonds Rothschild, IV.9.69 (15) (PGA-120b), fol. 16v.

7 ¶ (L)E martilloge Des faulces Lengues // Tenu Autemple [sic] de denger, Paris, Jean Lambert, in-4° goth., 20 ff.n.c., 9 VII 1493 – Paris, BnF, fonds Rothschild, IV. 4.149 (PGD-6a), fol. c8.

8 ¶ Le double des lettres // Que le // grant Turc Escript a mo[n]sieur le gra[n]t mai // stre de Rodes, Valenciennes, Antoine Membru, in-4° goth., 4 ff.n.c., [1522] – Paris, BnF, fonds Rothschild, IV.4.128 (PGA-175), fol. 4v.

9 LA VIE DV // GLORIEUX AMY DE DIEV, // monsieur sainct Francois de paule In // stituteur [et] fondateur de lordre des // freres Minimes. Approuuee par // nostre mere saincte eglise/comme appert par la ca = // nonization dicelluy // faicte par bonne // memoire pape // Leon X. de // ce nom, Paris, [E. Caveiller] pour le Couvent Notre Dame de Toutes-Grâces, in-8° goth. et rom., 20 ff.n.c., 1538 – Paris, BnF, Impr., Rés p. H. 21 (PGD-207).

10 [Vie de sainte Febronie], Toulouse, Jacques (I) Colomies, in-4° goth., 18 [19] ff.n.c., [vers 1529] – Paris, BnF, Impr., Rés. H. 657 (PGD-204).

11 Concernant l’initiative dans la publication des actes royaux, Lauren Kim suggère que, entre 1500 et 1560, les ateliers typographiques jouent un rôle déterminant dans le choix des actes à éditer. Si la Couronne n’intervient que rarement, la situation change rapidement lorsqu’un « imprimeur du roi » est désigné, dès 1560, pour l’édition des actes royaux. Lauren Jee-su Kim, French Royal Acts Printed Before 1601, op. cit., p. 112-113.

12 (L’)Ordonna[n]ce des // Joustes enuoye // es en Parlement par le Roy nostre sire Et publiees // sur la pierre de marbre au Palays a Paris Le cinqui // esme iour de Decembre Mil cinq cens trente, [Paris, Alain Lotrian et Denis Janot], in-4° goth., 6 ff.n.c., [post 5 XII 1530] – Paris, BnF, Impr., Rés. Lb30. 204 ; Paris, B. Mazarine, 8° 35889 (5) Rés (PGA-266), fol. 1v.

13 ¶ La Harangue // De par la Noblesse de toute la France // faite au Roy tres chrestien Charles neuf = // uiesme, tenant ses grans Estatz en sa ville // Dorleans, le premier iour de Ianuier, // mil cinq cens soixante […], Troyes, Nicolas Luce, in-8° goth., 8 ff.n.c., [vers 1561] – Paris, BnF, Impr., Départ. Philo., Le12.3B (PGA-411) : « Vous, Monseigneur, par ta[n]t et diverses fois en avés esté requis pour le bien public, que ne pouviés honnesteme[n]t refuser de la nous communicquer. Dont mestant aillée pour la publier, et la représenter telle que l’avés faite et prononcée, j’ay esté fort aise, d’avoir ce moyen pour temoingner l’obligation des bienfaitz que vous avés sur moy : affin que si je ne puis par autre maniere m’acquiter envers vous : au moins, que je vous declaire publicquement l’affection que j’ay de suivre la volunté de voz commandementz. de vostre Seigneurie le tres humble et tres obeissant serviteur, Bernard du Poy Monglar de Luc », fol. a2v. Bernard du Poy Monglar est connu dans le monde de l’imprimerie comme traducteur ; on lui attribue la traduction de la Médecine des chevaux malades de Végèce (Paris, C. Périer, 1563 – Bibl. interuniv. de médecine, 5625).

14 Le tresor du remede de pre // seruatif : [et] guerison (bien experimentee) de la peste : [et] Fieure pesti // entiale […], Paris, Jehan Bignon, in-4° goth., 16 ff.n.c., [post 15 XI] 1532 – Séville, BC, 4.1.31 (1) (PGM-96b), fol. d4.

15 Parmi les imprimeurs « humanistes », citons Josse Bade, Simon de Colines, Michel de Vascosan, les Gourmont, Wechel et Savetier. Ils multiplient les éditions d’œuvres scolaires, de grammaires, de lexiques pour faire paraître des classiques latins et grecs annotés et commentés, parfois de leur propre main, des textes scientifiques de Galien et d’Hippocrate. Nombre de ces imprimeurs-libraires participent au mouvement de rédaction des textes bibliques (ils éditent Érasme et Lefèvre d’Étaples) et choisissent soit de se réfugier dans une neutralité tolérante, soit de prendre ouvertement parti. Mais pour ce faire, ils adoptent de préférence la typographie moderne : les caractères d’imprimerie romains et italiques.

16 Pierre Pansier, Histoire du livre et de l’imprimerie à Avignon du xive au xvie siècle, Avignon, Aubanel Frères, 1922, t. 2, p. 60-76.

17 En raison de la forte concurrence entre les officines et des phénomènes de saturation du marché de l’imprimé, chaque imprimeur se doit de différencier sa production, de se spécialiser. Ce processus de différenciation se traduit par une « politique éditoriale », dont les orientations se déplacent au gré du marché et selon l’audace de l’imprimeur. Sur cette question de la « politique éditoriale » à la Renaissance, voir Roger Chartier, « Stratégies éditoriales et lectures populaires, 1530-1660 », dans Roger Chartier, Henri-Jean Martin (dir.), Le livre conquérant…, op. cit., p. 689-721 ; Dominique Coq, « Les débuts de l’édition en langue vulgaire en France : Publics et politiques éditoriales », art. cité, p. 59-72 ; Christiane Lauvergnat-Gagnière, « Claude Nourry, imprimeur populaire ? », Bulletin de l’Association d’étude sur l’humanisme, la Réforme et la Renaissance, 11/1, 1980, p. 84-91 ; Annie Charon-Parent, « Aspects de la politique éditoriale de Galliot du Pré », dans Pierre Aquilon, Henri-Jean Martin (dir.), Le livre dans l’Europe de la Renaissance, Paris, Promodis/Cercle de la librairie, 1988, p. 209-218 ; Michel Simonin, « Peut-on parler de politique éditoriale au xvie siècle ? », dans ibid., p. 264-281.

18 Jusque dans la première moitié du xvie siècle, la modestie des pièces gothiques n’induit pas celle des presses d’où elles sortent. Par contre, par la suite, de petites éditions similaires aux pièces gothiques, ressenties comme populaires en raison de leurs thèmes et de leur apparence surannée (livrets aux caractères usés et produits à moindres frais, tels que les canards), font la fortune d’officines importantes (comme celle de Rigaud), tout en constituant dans le même temps une part non négligeable des publications de petits imprimeurs-libraires vivant dans une certaine précarité (Jean d’Ongoys, Laurent du Coudret et Jean Coquerel par exemple). Sur l’horizon social des éditeurs de canards, voir Geneviève Guilleminot-Chrétien, « Les canards du xvie siècle et leurs éditeurs à Paris et à Lyon », dans Marie-Thérèse Jones-Davies (dir.), Rumeurs et nouvelles au temps de la Renaissance, Paris, Klincksieck, 1997, p. 47-55.

19 Annie Charon-Parent, Les métiers du livre à Paris au xvie siècle, 1535-1560, op. cit., p. 219.

20 Parmi les associations bien connues, mentionnons celles de l’atelier Trepperel-Janot-Lotrian. Ainsi, à la mort de l’imprimeur-libraire parisien Jean I Trepperel vers 1511-1512, son enseigne « L’écu de France », établie rue neuve Notre-Dame, est passée à sa veuve qui lui succède seule, parfois en association avec son gendre Jean Janot jusque vers 1519, lorsque J. Janot s’est déplacé à l’enseigne Saint-Jean-Baptiste, dans la même rue. Après le décès de la veuve Trepperel en 1525, l’entreprise est transmise à Alain Lotrian qui exerce à la même adresse jusqu’en 1547, quand Nicolas Chrestien le remplace. Entre 1528 et 1532, des livres sont publiés en association à la même adresse par Jean II Trepperel et Lotrian. Sur les associations d’imprimeurs-libraires, voir ibid., p. 139-141 ; David J. Shaw, « Early Parisian Editions of the Works of Coquillart », art. cité, p. 213-217.

21 Henri Dubois, « La saisie et le traitement de l’actualité dans une entreprise industrielle à la fin du Moyen Âge (Salins, 1461-1481) », dans Christoph Cormeau (dir.), Zeitgeschehen und seine Darstellung im Mittelalter. L’actualité et sa représentation, Bonn, Bouvier, 1995, p. 221-236.

22 Les pièces gothiques invitent à nuancer les propos d’Alain Rey selon lequel cette acception du mot « nouvelle » ne s’impose qu’à partir du xviie siècle (1659). Voir s. v. « Nouvelle », dans Alain Rey (dir.), Dictionnaire historique de la langue française, Paris, Dictionnaire Le Robert, 2000, t. 2, p. 1439.

23 Aaron J. Gourevitch, La culture populaire…, op. cit., p. 35.

24 Sur le marché des nouvelles imprimées, voir Andrew Pettegree, The Book in the Renaissance, New Haven, Yale University Press, 2010, chap. 7, « First with the News », p. 130-150.

25 « À Tout crestien qui Jesucrist et ses saintz requiert et honnore est grant bien et honneur, et prouffit de scavoir aulcunes choses des vertuz miracles, et bontez q[ue] nostre seigneur Dieu a faict et faict en eulx et par eulx po[ur] Dieu aymer plus parfaictement pour les sainctz honnorer plus devotement, [et] y prendre exemple et doctrine de saulvement. » La vie de mada // me saincte Gene // uiefue et ses Mi // racles. Auec son // trepassement, et son oraison, Paris, Jean II Trepperel, in-8° goth., 16 ff.n.c., [vers 1520] – Chantilly, M. Condé, XII-B-072 (PGD-208d), fol. a2.

26 ¶ La vie de ma Dame Saincte Margue = // rite : Vierge : [et] martyre, Auec // son Antienne : Verset, Res = // pons [et] Oraison // A ROUEN. // ¶ Chez Richard Aubert, libraire tenant sa bouticque en la grand rue du gros // Horloge deuant la Cignongne, Rouen, Richard Aubert, in-8° goth., 8 ff.n.c., [vers 1577-1585] – Paris, BnF, Impr., Rés p. Ye. 372 (PGD-214s), 372, fol. 8v.

27 Marc Vénard (dir.), Histoire du christianisme, t. 7, De la Réforme à la Réformation (1450-1530), Paris, Desclée, 1994, p. 241.

28 Lucien Febvre, Henri-Jean Martin, L’apparition du livre, op. cit., p. 66.

29 En ce qui concerne les textes des goigs imprimés aux xvie-xviie siècles en Catalogne, les coutumiers rédigés par des recteurs des églises paroissiales attestent la lecture de ces publications dans les églises et chapelles au moment de l’office des complies. Sans pour autant être inscrits dans les livres canoniques, les goigs servaient à la récitation du verset et de l’oraison de la fête célébrée. Dominique de Courcelles, L’écriture dans la pensée de la mort en Catalogne : les joies – goigs – des saints, de la Vierge et du Christ de la fin du Moyen Âge au xviiie siècle, Paris, École des chartes, 1992, p. 89.

30 Si aucun document, aucune liste de livres d’école n’indique explicitement l’utilisation effective des pièces gothiques dans le milieu scolaire, la veuve de Nicolas Oudot dans son catalogue des livres bleus « recreatifz » n’oublie pas de mentionner les « Livres de piété, tant à l’usage des Écoles, que de toutes sortes de personnes ».

31 Extrait des statuts synodaux de Meaux cité par François Lebrun, Jean Quéniart et Marc Vénard dans leur Histoire de l’enseignement et de l’éducation, t. 2, De Gutenberg aux Lumières (1480-1789), Paris, Nouvelle Librairie de France, 1981, p. 250.

32 LE debat et la Vigne Et // Du Laboureur, [Paris, Guillaume Nyverd], in-8° goth., 4 ff.n.c., [s.d.] – Paris, BnF, Impr., Rés. Ye.2712 ; Paris, BnF, Impr., Rés. Ye. 2717 (PGL-89), fol. a1.

33 Voir infra, chap. 12, p. 391-395.

34 Regime co[n]tre la pestilen // ce faict [et] co[m]pose par messieurs les medecins de la tres renom // mee cite de Basle en Allemaigne, Lyon, Claude Nourry, in-8° goth., 12 ff.n.c., [1515] – Séville, BC, 4.1.31 (5) (PGM-83a), fol. a7v-a8.

35 Le livre de Simon Teste est un ouvrage très composite conservé à la BnF (ms. Lat. 1426 A). Françoise Lehoux en a proposé une édition partielle, contenant seulement les notes de famille, la doctrine de Salomon et le traité de médecine : Simon Teste, Le livre de Simon Teste…, op. cit.

36 Les premiers privilèges datent de la fin du xve siècle pour Venise et l’Allemagne et de 1507 pour la France (après une apparition isolée en 1498). Ils étaient délivrés pour l’édition de textes anciens (ceux de Cicéron par exemple).

37 ¶ Le traicte de la paix // Faict [et] accordee, Entre treshaultx [et] tres puissant prin = // ces Francoys par la grace de Dieu Roy de France // treschrestien, et Charles Empereur et Roy des // Espaignes. Publie a Paris par les heraulx du Roy // nostre sire le samedi vingtiesme iour de Septe[m]bre, // Lan de grace mil cinq cens Quarante quatre. // Cum priuilegio. // [Bois] // On les vend a Paris en la rue de la Iuyrie a len = // seigne sainct Pierre [et] saint Iacques, Paris, Guillaume Nyverd, in-4° goth., 4 ff.n.c., [post 20 IX 1544] – Paris, BnF, Impr., Rés 4. Lg6.26 (PGA-387c), fol. 1v.

38 Mon enquête dans la série X aux Archives nationales m’a permis de retrouver l’original du privilège délivré le 7 décembre 1530 à Bourgogne, héraut d’armes du roi, pour faire publier le programme des joutes organisées en l’honneur du couronnement de la reine : « 7 décembre 1530 – Permission à Bourgogne, roi d’armes de France, de faire imprimer par tel imprimeur qu’il voudra les articles des joutes ordonnées par le roi pour l’entrée de la reine » [AN, X1A 1594, fol. 22v]. Des requêtes d’imprimeurs sont également indiquées dans l’inventaire des livres de couleur du Châtelet, notamment la requête de Jacques Nyverd pour l’impression et la vente du traité de paix d’Amiens du 18 août 1527 (Alexandre Tuetey, Inventaire analytique des Livres de couleur et bannières du Châtelet de Paris, t. 2, Les bannières, Paris, Imprimerie nationale, 1907, no 2412).

39 Elizabeth Armstrong, Before Copyright : The French Book-Privilege System, 1498-1526, Cambridge, Cambridge University Press, 1990, p. 52, 112 et 124. Elizabeth Armstrong livre ici une remarquable synthèse sur le système du privilège livresque dans le premier tiers du xvie siècle européen.

40 Larmee du roy quil auoit con // tre les venicie[n] s : et lordre des // battailles. Mil. ccccc. [et] ix, Paris, Martin Alexandre, in-4° goth., 4 ff.n.c., 1509 – Londres, BL, 596. e. 3 (PGA-86b).

41 Lentree de tresex // cellente Princesse dame marie dangleterre // Royne de france en la noble ville cite [et] vni // uersite de paris faicte le lundy. vi. iour de // nouembre lan de grace mil. ccccc. xiiii, Paris, Guillaume Varin, in-8° goth., 6 ff.n.c., [post 10 XI 1514] – Paris, BnF, Impr., Rés. Lb29. 51 A (PGA-127c), fol. a7v.

42 Elizabeth Armstrong, Before Copyright…, op. cit., p. 113.

43 Jean-Dominique Mellot, L’édition rouennaise et ses marchés (vers 1600-vers 1730) : dynamisme provincial et centralisme parisien, Paris, École des chartes, 1998, p. 105 et suiv.

44 La venue de ma = // da[m] e elionor Roy = // ne de France : Et de messeigneurs les enfans : en // la ville de Bayonne. Ce premier iour de Iuillet // Mil cinq cens trente, Rouen, Jean Lhomme, in-8° goth., 4 ff.n.c., [post 7 VII 1530] – Paris, BnF, Impr., Rés 8. Lb30. 53 (PGA-251), fol. 4.

45 Elizabeth Armstrong, Before Copyright…, op. cit., p. 100-101.

46 Henri Baudrier, La bibliographie lyonnaise : recherches sur les imprimeurs, libraires, relieurs et fondeurs de lettres de Lyon au xvie siècle, Genève, Slatkine, 1999 (3e série), p. 4-5.

47 Le liure [et] oraiso[n] messire // Bernardin Rince Millannoys Docteur es ars [et] en Me = // decine : contena[n]t les Louenges du mariage de monsieur le // Daulphin des Gaulles Francoys, Et Marie fille du duc // Dangleterre. Translate de latin en francoys. // [Bois] // ¶ On les vend en la maison de Iehan Gourmont // A lenseigne des deux Boulles, Paris, Jean de Gourmont // cum priuilegio Regis, in-4° goth., 12 ff.n.c., [post 12 XII] 1518 – Paris, BnF, Impr., Rés. Lb30. 234 ; Londres, BL, G. 6119 (1) (PGA-151b), fol. a1.

48 On connaît en effet, dans la production imprimée, des exemples de privilèges falsifiés. Voir notamment le faux privilège cité par Henri Baudrier dans La bibliographie lyonnaise : recherches sur les imprimeurs, libraires, relieurs et fondeurs de lettres de Lyon au xvie siècl, op. cit., p. 413-415.

49 Elizabeth Armstrong, Before Copyright…, op. cit., p. 112.

Table des illustrations

Légende Fig. 11. Exemple de « lettre d’attente ». Prestre Jehan, [vers 1489‑1490], Paris, BSG, OEXV 353 (5), fol. a2
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/27174/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende Graph. 1. Répartition des publications de Pierre Le Caron, imprimeur parisien (1489-v. 1500)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/27174/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Légende Graph. 2. Répartition des publications de l’atelier des Trepperel, Jean I Trepperel, imprimeur-libraire parisien (1492-1511), veuve de Jean Trepperel, associée à Jean Janot (1512-1519)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/27174/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Légende Graph. 3. Répartition des publications de Pierre Mareschal et Barnabé Chaussard, imprimeurs-libraires lyonnais (1492-1515), Barnabé Chaussard seul (1516-1527), veuve Jeanne de La Saulcee (1527-1552)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/27174/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 95k

© Éditions de la Sorbonne, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search