Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Publier la nouvelle

 | 
Marion Pouspin

Première partie. La pièce gothique, une nouvelle forme éditoriale. Éléments de définition

Chapitre 3. Les pièces gothiques, une production livresque à large diffusion

Texte intégral

1Plusieurs éléments concourent à considérer les pièces gothiques comme une production à large diffusion, réception et consommation. L’évaluation de cette diffusion et de ses marges pose quelques difficultés puisqu’elle ne repose que sur des indices de la consommation du livret. La densité potentielle des lecteurs et auditeurs dépend effectivement de l’accessibilité des pièces, autrement dit des modalités de leurs fabrication et distribution (nombre d’impressions disponibles, modestie de leur prix, vente sur les étals) et de leur lisibilité (typographique et linguistique).

Les modalités d’accessibilité : prix, tirages et lisibilité

Modestie des coûts de production et du prix de vente

2Le prix d’un livre imprimé varie selon le format, la longueur de l’ouvrage, la quantité de ses impressions, la présence de reliure et d’illustrations et, enfin, sa langue ancienne ou vernaculaire. Toute la matérialité des pièces gothiques concourt ainsi à la contraction de leurs coûts de production et prix de vente (et donc d’achat).

3Si le dépouillement du Minutier central des notaires est resté vain, l’absence d’actes notariés conclus entre un imprimeur et un libraire au sujet de pièces gothiques atteste paradoxalement la modestie de leurs coûts. En effet, la conclusion d’un contrat aurait alourdi les coûts de fabrication.

  • 1 Enquête vaine en dépit du dépouillement des outils suivants : Ernest Coyecques, « Cinq librairies (...)
  • 2 Au cours de ses longues pérégrinations en Italie, France, Pays-Bas et Allemagne, Fernand Colomb a (...)
  • 3 Graham A. Runnalls, « La vie, la mort et les livres de l’imprimeur-libraire parisien Jean Janot d’ (...)

4Excepté l’inventaire après décès de l’imprimeur-libraire Jean Janot, aucun inventaire après décès contenant une bibliothèque, aucun privilège stipulant un prix maximum et aucun catalogue de marchand-libraire ne permet de connaître ou d’estimer le prix de vente des pièces gothiques1. Si celles-ci n’en sont certainement pas absentes, elles ne sont pas expressément nommées : elles sont englobées avec d’autres impressions sous le titre de « fatras », rendant impossible toute identification. Seuls, cet inventaire du fonds de Jean Janot († 1522), les notules des livres de comptes tenus par le collectionneur Fernand Colomb2 ainsi que des distiques ou courtes annonces publicitaires en page de titre de pièces gothiques sont précieux pour déterminer une échelle de prix de celles-ci. Ces estimations sont, néanmoins, à prendre avec précaution. Si les notules de F. Colomb indiquent le prix d’achat de pièces gothiques, l’inventaire de J. Janot estime le prix de revient et non pas le prix de vente au détail. En comparaison avec les pièces colombines, G. Runnalls préconise de multiplier ces estimations par quatre pour obtenir le prix de vente3.

5Tenant compte des titres et du nombre de feuilles indiqués, 15 titres sur les 159 ouvrages prisés peuvent être identifiés à des pièces gothiques. L’inventaire de J. Janot et les notules de F. Colomb accusent pour les pièces in-octavo une moyenne de deux deniers par cahier de huit feuillets et, pour celles in-quarto, une moyenne de un et demi à deux deniers par cahier de quatre feuillets. Au-delà de ces moyennes, le prix varie fortement d’un lieu à un autre. Ainsi, Jean de Channey à Avignon vend ses éditions in-octavo de huit feuillets plus cher que la moyenne. Somme toute, les pièces gothiques restent bon marché en comparaison des petites plaquettes de grammaire, en lettres romaines, grecques ou italiques, vendues par exemple de deux à huit deniers par Simon de Colines.

  • 4 La piteuse co[m]plain // te que faict la terre // saincte aux prin // ces prelatz : [et] seigneurs (...)
  • 5 Le venite nouueaume[n]t faict // A la noble Royne de France // Des prisonniers de chastelet // Qui (...)

6Dans le cas particulier des pièces d’actualité achetées par F. Colomb, le décalage temporel entre les événements relatés et le moment de leur acquisition par notre collectionnaire (variant entre un mois et vingt et un ans) ne semble pas peser dans l’estimation du prix d’une pièce. Néanmoins, les pièces colombines ayant trait à la famille royale coûtent proportionnellement plus cher que celles qui traitent de la question turque. Il ne faudrait pas voir ici une variation selon le sujet traité ou les aspirations du public, mais selon les frais engagés, telle que la rémunération d’un poète. Par exemple, F. Colomb achète pour trois deniers une pièce certes in-octavo et de huit feuillets mais composée par Gringore4. De même, la pièce Le Venite porte au titre : Le Cent aurez pour cent liards, signifiant que chaque exemplaire coûterait trois deniers tournois ; ce prix relativement élevé se « justifie » selon toute vraisemblance par la rémunération du poète5.

Le nombre d’impressions disponibles : des tirages relativement élevés

7Pour l’ensemble de la production imprimée, nos connaissances restent limitées au sujet du nombre de tirages des livres. Si elles sont généralement éclairées par quelques contrats entre libraires ou éditeurs et auteurs, aucun acte notarié ne permet d’évaluer les tirages des pièces gothiques.

  • 6 Graham A. Runnalls, « La vie, la mort et les livres… », art. cité, p. 821.

8Là encore, l’inventaire après décès de J. Janot donne une échelle de grandeur de ce que pouvaient être leurs tirages. Sur les quinze titres de l’inventaire identifiés à des pièces gothiques, le nombre d’exemplaires varie entre 50 et 900, la moyenne étant de 450 exemplaires. Au vu de l’importance du nombre d’exemplaires encore invendus, le tirage de ces pièces semble assez élevé. Runnalls estime que 80 % des livres de J. Janot sont tirés à 600 exemplaires ; un petit nombre (dont la majeure partie des pièces gothiques qui ont pu être identifiées dans l’inventaire), à 1 200 exemplaires environ6.

9Mais deux remarques s’imposent. Il s’agit, dans cet inventaire, des livres encore invendus en 1522 sans que l’on connaisse le nombre d’exemplaires vendus avant la mort de J. Janot. De plus, selon Runnalls, la quantité d’exemplaires présents en 1522 correspondrait aux tirages. Pourtant, la variation du nombre d’exemplaires peut aussi s’expliquer par la date plus ou moins récente de l’édition, si bien qu’un ouvrage publié peu de temps avant le décès de J. Janot n’a pas vraiment eu le temps d’être écoulé et peut ainsi figurer en grand nombre lors de l’inventaire.

  • 7 Roger Chartier, Henri-Jean Martin (dir.), Le livre conquérant…, op. cit., p. 341.

10En somme, on peut simplement certifier que les tirages de ces pièces gothiques s’élevaient au moins jusqu’à 900 exemplaires, ce qui correspond grosso modo à la moyenne des éditions françaises, évaluée autour de 600 exemplaires7.

Modalités de diffusion et d’acquisition : la vente « publique » et l’achat

  • 8 La grande pro // nostication des laboreurs durant a per = // petuite faicte [et] composee par les (...)

11Là encore, aucun acte notarié ne nous renseigne sur les modalités de diffusion des pièces gothiques (colportage ou autre). Cependant, des formules percutantes, imprimées en page de titre pour attirer et retenir l’attention du lecteur, concourent à suggérer une acquisition par l’achat. La Grande pronostication des laboureurs interpelle ainsi le client : « Achepte moy quant m’aura veu car tu ne seras point deceu Je te donneray doctrine Qui te vouldra d’or une mine. » De même, la pièce des Sotz nouueaulx indique : « Si le deduict veoir vous voulez Baillez argent ilz seront voz8. »

  • 9 La // Plaincte du com // mun : contre les Boulengers, [et] ces brou // illons Tauerniers ou Cabare (...)

12D’autres brochures attestent une vente directe chez les libraires-éditeurs, comme La Plainte du commun : contre les Boulangers qui porte au titre : « Qui en vouldra si s[e] transporte Devant le palays la grand porte », c’est-à-dire dans l’officine de Guillaume Nyverd9. Ou encore, le livret sur l’entrée de la reine à Paris en 1530 dévoile à la fois l’adresse et la somme à débourser pour l’acquérir :

  • 10 Le venite nouueaume[n] t faict // A la noble Royne de France // Des prisonniers de chastelet // Qu (...)

Ceulx qui me voullez achepter
Allez faire solucion
Devers Nicolas Savetier
Qui m’a mys en impression
Vous en fera ostention
Le cent aurez pour cent liards Me troverés en sa maison
Pres le colliege des Lombards10.

  • 11 Le journal d’un bourgeois de Paris sous le règne de François Ier, 1515-1536, éd. par Victor-Louis (...)

13Les pièces gothiques devaient s’acquérir dans un milieu essentiellement urbain, sur les étals ou dans les rues. Le Bourgeois de Paris indique, en effet, que des « nouvelles », identifiées par confrontation textuelle à des livrets d’actualité, ont été « imprimées et vendues publiquement »11. Et les notules de F. Colomb, qui achète notamment des brochures parisiennes à Montpellier, Lyon et Marseille, confirment également cette vente de pièces gothiques en villes, y compris au-delà de leurs frontières urbaines originelles.

La lisibilité des pièces gothiques

  • 12 Pensons à nos « collections de poche » dont les enquêtes sociologiques ont révélé qu’elles atteign (...)

14Le choix de la langue des pièces gothiques est commandé par le large marché (potentiel) visé, ou du moins la représentation que s’en font les éditeurs. Si la seule adoption d’un format « de poche » n’induit pas forcément un élargissement de la clientèle12, le choix de la langue vulgaire, c’est-à-dire d’une langue compréhensible aux « non-doctes », devient en revanche un facteur important d’incitation à l’achat. Cette langue, c’est un français standard. C’est la langue véhiculaire des Français septentrionaux. Dans la région lyonnaise et la partie méridionale de la France, cette langue n’était toutefois comprise et lue que par des catégories limitées de populations, celles qui entretenaient des relations suivies avec ces Français septentrionaux, en particulier par l’intermédiaire de l’administration royale ou du négoce, autrement dit cette fraction dynamique de la population urbaine que forment les gens de métiers et qui accèdent régulièrement aux charges les plus éminentes de la magistrature municipale. Somme toute, l’emploi de ce français commun autorisait une large circulation des brochures au-delà d’une diffusion purement locale.

15Les quelques « prologues » ou « avertissement aux lecteurs » attestent souvent une intention d’atteindre l’ensemble du peuple en abandonnant le latin :

  • 13 La translation // de leglise nostre dame de laurete. // [Bois] // ¶ On les vend a Paris en la rue (...)

Voulus mettre en lettre vulgaire pour et affin que les simples gens lesquelz ne congnoissent telles lettres soyent plus promptz et plus ferme [sic] au service d’icelle Dame de Laurete13.

  • 14 La vie de // sainct Mathurin // de larchant Hystoriee, Paris, Jacques Nyverd, in-4° goth., 16 ff.n (...)

En l’honneur de sainct Mathurin
Affin que chascun pelerin
Sa vie puisse mieulx entendre
Aussi la sache mieulx comprendre
Pour les simples gens seullement
Selon mon povre entendement
Ay mis de latin en francoys […]
Pour mieulx donner devotion
Aux pelerins de s’ esjouyr
À la regarder [et] ouyr
Car plusieurs demandent la vie
Que le latin n’entendent mye14.

  • 15 Brief, salutifere et trop plus // que necessaire co[n]seil, avec vng regime bien // laconicque, po (...)

Bla[n] che rose […] a bie[n] voulu compiler ced[it] bref en langaige intellegible [et] commun. […] J’ay […] co [m] pilé cest present opuscule en gros langaige maternel [et] vulgaire sans elegance de beau parler pour [et] affin que vng chascu[n] le puisse entendre à son salut, lequel je desire (Dieu tesmoing) comme le myen propre15.

16Quoique les pièces gothiques soient majoritairement imprimées en langue vulgaire, elles n’éliminent pas pour autant les formules latines. Quelques rares livrets bilingues présentent en manchettes la version latine du texte central qui, lui, est en vernaculaire. D’autres brochures affichent des séquences liturgiques ou des citations bibliques latines. En tout, à peine une centaine de pièces contiennent du latin, tout en sachant que le texte en latin ne représente qu’une infime partie du texte imprimé. Parfois, ce dualisme linguistique se combine à l’usage de deux jeux de caractères typographiques : le gothique pour le texte en vernaculaire, la lettre ronde ou italique pour celui qui est écrit en latin.

17Si les auteurs des textes imprimés sous forme de pièces gothiques réécrivent volontiers un texte en langage commun afin qu’il puisse être compris des gens du peuple, comment doit-on apprécier la permanence ou l’ajout du latin dans certaines brochures ? Le latin atteste quatre familles de relations entretenues avec le texte en langue vernaculaire :

  • le texte latin est la source du texte français. Dans ce cas, le texte français et celui en latin se combinent de manière successive par courtes séquences : le texte commence en latin, suivi de sa traduction, puis s’enchaîne un autre passage du texte en latin accompagné de sa traduction, et ainsi de suite. Sinon le texte latin est périphérique au texte en langue vernaculaire : il figure en manchettes, c’est-à-dire dans les marges extérieures ;
  • le texte latin commente le texte français au moyen de citations de la Bible ou des Pères de l’Église. Dans ce cas, le texte latin est souvent marginal ;
  • le texte latin est isolé et commence une idée que le texte français poursuit immédiatement : dès lors, la combinaison des deux langues relève d’une intention parodique mélangeant des thèmes pieux et profanes ;
  • le texte latin est indépendant du texte français qui le précède ou lui succède : il s’agit en général d’antiennes, d’oraisons et de prières, ou d’éléments du paratexte (adresse aux lecteurs, privilège) mis en valeur par la forme latine.

18L’organisation binaire du texte, avec la mise en périphérie du texte latin par rapport au texte central en français, semble répondre à une lecture plurielle. Ainsi commence la Consolation des Desolez :

  • 16 ¶ La consolatio[n] // Des Desolez. // [Bois] // Christe afflictorum miserer afflicte redemptor // (...)

Me suys mis à composer : quod bene vortat : ce petit oeuire [sic] rithmique en francoys pour les simples gens : lequel ay muni de divines sentences et fructueuses annotations pour gens scientifiques et de heroique entendement : in quorum albo, facessat assentatio, facile es ascriptus16.

  • 17 Les faictz et gestes // de tresreuerend pere e[n] dieu mo[n]sieur le legat tran // latez de latin (...)

19Cependant, si le texte latin périphérique consiste en des formules très connues, prononcées souvent le dimanche à la messe, il peut s’adresser à un lectorat plus érudit que celui visé par le texte central. C’est le cas notamment des Faits et gestes de très reverend père en Dieu dont l’œuvre latine originale composée par Fauste Andrelin encadre, sur la marge extérieure, la version en langue vernaculaire (fig. 9)17.

Fig. 9. Organisation binaire du texte : la version originale latine en manchettes et la traduction en vernaculaire au centre.
Les faictz et gestes de tres reverend pere en Dieu monsieur le legat, [vers 1509], Paris, BnF, Impr., Rés. Ye. 271, fol. 4

  • 18 Brief, salutifere et trop plus // que necessaire co[n]seil, avec vng regime bien // laconicque, po (...)
  • 19 « Multiplier les brochures, les fonctions qu’il [Cabet] attribuait à ses textes imprimés, ne signi (...)

20Un grand nombre de pièces gothiques revendiquent explicitement un « langaige intellegible et commun », « maternel et vulgaire », condition sine qua non pour atteindre le « peuple »18. Si, depuis les livrets xylographiques jusqu’aux opuscules du xxe siècle, la brochure apparaît comme le support privilégié pour qui veut atteindre les « masses », le choix de ce format a bien souvent été complété par un niveau de langue accessible aux moins instruits ou avertis des lecteurs, à l’exemple des brochures qui diffusent les idées fouriéristes19.

21Cependant, dans les Vies de saints qui transposent des textes métriques en prose et dans un langage plus convenable à ceux qui « n’ont cure de ryme » (ceux qui n’apprécient guère la rime), ce choix d’une langue compréhensible par les non-doctes peut se doubler d’une autre signification. C’est le topos de l’humilité, de la simplicité du style hagiographique. Cette uerborum simplicitas, leitmotiv des prologues de récits hagiographiques, repose sur la conception chrétienne de l’écriture, selon laquelle toute splendeur superflue est bannie puisque l’écriture ne se justifie que si elle est tout entière au service de la gloire de Dieu. Il s’agit dès lors d’utiliser des mots simples tout en incitant une abondante dévotion.

  • 20 Voir l’article « Lisibilité », dans le Dictionnaire encyclopédique du livre, éd. par Pascal Fouché (...)

22Ce choix d’un langage simple, sans prétention intellectuelle, duquel toute teneur docte a été éliminée (un lexique peu érudit avec des mots usuels), apparaît en ces termes dans un grand nombre de livrets (en particulier littéraires et religieux) et transparaît d’entrée de jeu à la simple lecture des pièces gothiques. Toutefois, l’évaluation du niveau de langue de ces textes doit prendre en compte la structure des phrases (la syntaxe), ce qui est un travail de linguiste et non, hélas, d’historien. Ce critère de lisibilité textuelle (appelée readability par les Anglo-Saxons) concerne effectivement l’écriture du texte, à savoir ses phrases, ses mots, leurs enchaînements20.

Audience et publics des pièces gothiques

Prolégomènes à une enquête sur l’audience et les publics des pièces gothiques

  • 21 Bien que des ex-libris aient pu être repérés sur des pièces gothiques, leur très faible quantité n (...)

23Décrypter l’audience des pièces gothiques – ceux qui les lisent, les regardent, les écoutent ou les possèdent – et leurs publics – ceux à qui s’adressent les auteurs et éditeurs – n’est pas chose aisée. Selon toute vraisemblance, aucune pièce gothique n’a été expressément répertoriée parmi les « biens meubles » dans les inventaires après décès. Il est vrai qu’elles n’étaient pas forcément conservées comme des « livres » et que leur valeur dérisoire ne justifiait aucune prisée. Et quand bien même elles auraient été considérées comme des « biens » à transmettre, elles ont été estimées en lot avec d’autres « fatras » rendant impossible leur repérage. Les inventaires sont de toute façon trompeurs pour évaluer l’audience d’un livre puisque seuls les ouvrages de valeur sont mentionnés, tandis que ni les ouvrages empruntés que le lecteur a consultés sans les posséder, ni les livres écoutés n’apparaissent. De même, si les ex-libris de quelques rares pièces gothiques attestent que ces livrets étaient, à un moment donné, possédés, rien ne garantit qu’ils étaient manipulés, lus21.

24On peut avancer des raisons économiques à la non-possession du livre ou du livret. Toutefois, grâce à son coût moindre, une clientèle non familiarisée avec le manuscrit a pu accéder au livre par l’intermédiaire de l’imprimé. Cet agrandissement du lectorat grâce à l’innovation technique qu’est l’imprimerie est démontré dans le prologue de la Vie de sainte Febronie :

  • 22 [Vie de sainte Febronie], Toulouse, Jacques (I) Colomies, in-4° goth., 18 [19] ff.n.c., [vers 1529 (...)

Ce bien inestimable (o debonnaires lecteurs) vous est faict, et communiqué, par art D’imprimerie, à la requeste des sacrées vierges à Jesuchrist. Les Religieuses de la vierge Marie du refformé Monastere de la Nonciade de Fargues, en la Ville D’Alby [… qui] l’ont fait Imprimer, affin que chascu[n] en pust auoir coppie et qu’en lisant soient leurs cueurs esmeuz [et] incitez à ho[n] neur et servir Dieu […] est maintenant à vous offert22.

25Étant donné le prix moyen des pièces gothiques et les salaires de l’époque – un compagnon peintre et imprimeur a un salaire quotidien d’environ huit sous tandis qu’un ouvrier et compagnon des métiers du bâtiment gagne de cinq à six sous –, les pièces gothiques sont largement abordables économiquement parlant, encore faut-il concevoir de consacrer quelques deniers à l’acquisition de ce type de marchandise. À moins d’un demi-sol environ l’exemplaire, elles peuvent pénétrer dans tous les foyers. Elles coûtent moins d’une livre de pain forain qui vaut cinq deniers à Lyon vers 1520 (année « normale »), moins d’une paire de chaussures d’enfants à quatre sous six deniers vers 1530-1540 ou encore d’une livre de cire à deux deniers. S’il est vrai, cependant, que les grands livres sont achetés par ceux qui disposent de larges moyens financiers, les petits livres aux prix modiques ne sont pas spécifiquement achetés par ceux dont les ressources sont limitées : on connaît des cas où les petits livres sont achetés par ceux qui ont les moyens de faire l’acquisition des volumes.

26De plus, le rapport à la pièce gothique – comme à tout écrit – n’implique pas forcément sa possession. Pour estimer l’audience des brochures, il ne faut pas restreindre le champ à ceux qui ont les moyens matériels de les posséder puisqu’elles pouvaient circuler de mains en mains : il n’est pas nécessaire de posséder un écrit pour avoir connaissance de son contenu.

  • 23 L’aire de diffusion des pièces gothiques est demeurée, selon toute vraisemblance, essentiellement (...)
  • 24 Albert Labarre, Le livre dans la vie amiénoise du seizième siècle : l’enseignement des inventaires (...)
  • 25 Roger Chartier, Lectures et lecteurs dans la France d’Ancien Régime, Paris, Seuil, 1987, p. 88.
  • 26 En dépit du public élargi au xviie siècle, on observe, au stade élémentaire du « savoir-lire » et (...)

27Les limites culturelles et scolaires de la pénétration du livre et du livret valent également d’être posées. Si l’univers culturel du peuple des villes s’alimente par l’oralité, la conversation et le spectacle, il n’intègre pas moins le livre et les publications « éphémères »23. Les sondages des lecteurs de livres imprimés en quelques sites urbains, à l’exemple d’Amiens au xvie siècle étudié minutieusement par Albert Labarre24, ont repéré une pénétration du livre dans des milieux dits « populaires » comme les marchands et les artisans, ceux qui n’« appartiennent à aucune des trois robes » (pour reprendre l’expression de Daniel Roche) : la robe noire des clercs, la robe courte des nobles et la robe longue des officiers, avocats, procureurs, gens de plume et autres doctes personnes25. Le livre n’est certes plus l’apanage de la seule gentilhommerie et des notables, il a touché des lecteurs modestes, mais de manière sporadique et limitée : seule une minorité des membres de ces métiers possèdent des livres, ou plutôt un petit nombre de livres, quand il n’est pas unique. De plus, ces sondages ont établi un recoupement entre la hiérarchie de la possession du livre et celle de la capacité à signer. Dès lors, la pénétration du livre et du livret au sein du peuple urbain dépend assurément du contexte pédagogique local. Bien que le réseau des petites écoles pour l’instruction des « gens du commun » se soit développé d’une manière assez générale dès la fin du Moyen Âge dans le monde urbain en raison des besoins de l’artisanat et du commerce, ce n’est qu’au xviie siècle qu’une véritable extension du lectorat devient possible grâce aux progrès de l’alphabétisation par l’amélioration du réseau scolaire26.

  • 27 ¶ Cy sensuyt la vie de // Monseigneur Sainct Albain roy de hongrie et martyr. // Nouuellement impr (...)
  • 28 (Le) plaisa[n]t deuis // du Pet auecques la vertu Propriete et si = // gnification diceluy, quautr (...)

28Toutefois, le rapport à la pièce gothique – comme à tout écrit – n’implique pas forcément une lecture individuelle. Dès lors, ne restreignons pas l’audience des pièces gothiques aux seuls alphabètes ou aux groupes homogènes dont certains membres savaient lire ; il convient d’inclure les auditeurs d’une voix lectrice, à l’exemple du sire de Gouberville qui faisait, de temps à autre, la lecture à voix haute à ses domestiques. La lecture à haute voix permet de communiquer l’écrit à ceux qui ne savent pas – ou à peine – le déchiffrer. Certaines brochures manifestent la persistance de l’oralité, signe d’une lecture en quelque sorte communautaire. Le prologue de la Vie de saint Albain rend compte d’une telle pratique : « Doncques je supplie à tous qui liront ou qui oront lire ceste translation27 », tout comme le titre du Plaisant Devis du Pet qui s’adresse à celui qui « le lira ou fera lire à voix intellegible28 ».

Sociologie des publics des pièces gothiques

  • 29 Comme le confirme Pierre de L’Estoile qui, grand audiencier à la Chancellerie, consignait quotidie (...)

29Dans la mesure où les imprimeurs et libraires s’installent au plus près de leur clientèle, leurs publics doivent se recruter parmi ceux qui fréquentent les quartiers des cours de justice, du Palais et de la cathédrale29, à savoir bon nombre d’hommes de loi qui gravitent autour du Parlement et de membres du personnel administratif des grands services de la monarchie, mais aussi des gens de robe, des gentilshommes, des clercs, plus largement ces « classes » montantes bourgeoises et marchandes des centres urbains, et tous les petits contribuables, notaires, commerçants, instituteurs, etc., autrement dit ceux qui représentent les principaux segments de la population lectrice au xvie siècle.

30Il nous reste à analyser les indications internes aux pièces gothiques qui sont en mesure de nous éclairer sur leurs publics et de dresser le panorama des lecteurs-auditeurs qu’elles visent.

31Parfois, les auteurs ou imprimeurs s’adressent explicitement à des catégories sociales de lecteurs comme les pèlerins, les femmes, les enfants, les religieuses, les médecins, les gens de finance, les artisans ou le bas clergé. Ainsi, des livrets hagiographiques et des brochures sur Notre-Dame de Lorette sont clairement assignés aux pèlerins, tandis que d’autres pièces sont tout particulièrement destinées à des intérieurs domestiques et à l’usage des jeunes filles et des femmes, tels que les guides de comportement en mariage et les Vies de saints qui accordent une plus grande protection aux femmes enceintes (La vie de sainte Marguerite). Des livrets de catéchèse, conçus sur le modèle des ouvrages scolaires, s’adressent plutôt aux enfants ou à un destinataire indirect, l’éducateur en général, femme ou homme, laïc ou clerc.

  • 30 Même si dans les pièces gothiques, ne sont pas fréquemment associées l’expression « simples gens » (...)
  • 31 S. v. « Simple », dans Alain Rey (dir.), Dictionnaire historique de la langue française, Paris, Di (...)
  • 32 Les pièces gothiques tranchent surtout à nos yeux de contemporains, habitués aux « beaux livres » (...)

32Plus largement, nombre d’auteurs et imprimeurs de pièces de dévotion, de « divertissement » et de savoir-faire s’adressent à tous ceux ou celles qui « ne entendent pas le latin » (ceux qui ne comprennent pas ou peu le latin, les illetterati), à ce public fréquemment désigné par le mot « peuple » ou par l’expression imprécise « simples gens »30. Cet adjectif « simple », venant du latin simplex, n’est assurément pas employé ici dans son sens moral d’ingénu et de naïf mais bien en termes sociaux, voire culturels. Appliqué à une personne dès le milieu du xiie siècle, cet adjectif renvoie péjorativement à un rang social peu élevé ; il dénote également une personne qui ignore – ou dédaigne – le raffinement des mœurs et des usages, sens qui correspondrait parfaitement avec le côté désuet et suranné des textes et de la présentation des pièces gothiques31. Par extension, l’adjectif qualifie aussi ce qui est sans prétention intellectuelle (v. 1190). Un public qui ne rechercherait dans ces brochures ni un objet luxueux ni un texte composé dans une langue et un style ornés ? certainement. Dans la mesure où la plupart des pièces gothiques tranchent avec les livres soignés, voire novateurs, publiés au même moment – qui plus est, dès les années 1530-1540, avec les éditions en lettres rondes des imprimeurs dits humanistes (Robert Estienne et Simon de Colines) –, on peut penser que ces livrets à bon marché s’adressaient de préférence à un public moins exigeant – et peut-être moins fortuné – que les lettrés de profession qui pratiquent le livre depuis longtemps32, un public dont l’intérêt porté sur de pareils publications serait davantage de l’ordre de l’utilitaire que de l’intellect ou de l’esthétisme.

33Si l’on pense que l’ouvrage de quelques feuillets et de petit format n’exigeait ni une dépense considérable ni une compétence de déchiffrement particulière, en raison de la formulation canonique du texte à contempler autant qu’à lire, on peut soutenir que ces livrets étaient destinés à tous les groupes sociaux urbains, ou presque. Mais il serait abusif de penser que les pièces gothiques étaient l’apanage d’un public moins éduqué, moins docte. Un bon nombre d’entre elles étaient lues et manipulées par des hommes lettrés et de plume.

  • 33 Il s’agit de La description et ordre du camp festins et joustes. Trois éditions de ce texte ont ét (...)
  • 34 Si hec prolixus scripta esse cupis, epistolam tibi mitto de hac victoria ab eo qui pugne affuit sc (...)
  • 35 L[ett]res nouuelles. Datees du xv. // iour de Juillet escriptes a Ast, [Paris, Pierre Le Caron], i (...)
  • 36 Même s’il prétend pridie vero Kalendarum maii funus ad Sanctum Dionisium per Parisios accuratissim (...)
  • 37 Jean d’Auton résume le livret sur l’amende honorable des Milanais (Paris, BnF, Impr., Rés. Lb29. 2 (...)
  • 38 Jean Molinet se nourrit de la pièce sur l’appointement de Rome et de celle sur l’entrée parisienne (...)
  • 39 Le Bourgeois de Paris s’est inspiré de près d’une vingtaine de pièces d’actualité. Le plus fréquem (...)
  • 40 Sébastien Picotté reprend des extraits d’une dizaine de pièces d’actualité (Cronique du roy Franco (...)

34Dans son Journal, le Bourgeois de Paris se refuse à écrire un long récit du Camp du Drap d’or puisque ce « seroit trop longue chose à racompter » et surtout parce que ce « voyage fut depuys imprimé et vendu publicquement par la ville, [et que celui-ci] récite bien au long le triumphe qui y fut faicte »33. De la même manière, la correspondance de Robert Gaguin nous apprend qu’il se reportait volontiers aux pièces d’actualité. Dans l’une de ses missives, il conseille à son correspondant, Érasme, la lecture d’une lettre écrite par un témoin de la bataille de Fornoue34. Le vocabulaire employé par Gaguin et les détails événementiels de son récit indiquent que notre Trinitaire se réfère à une brochure. Il s’agit de la lettre que Gilbert Pointet, commissaire ou trésorier des guerres, a rédigée à Asti le 15 juillet 149535. Gaguin s’est également nourri de pièces d’actualité pour composer son Compendium36. De la même manière, Jean d’Auton et Pierre Desrey ont, tous deux, recouru à la brochure sur l’amende honorable des Milanais37, Jean Molinet à celles sur l’appointement de Rome et sur l’entrée parisienne de Louis XII38, tandis que le Bourgeois de Paris a manipulé maints livrets pour la rédaction de son Journal39 et Sébastien Picotté pour sa chronique40 (annexe 1).

  • 41 De la même manière, Hartmann Schedel à la fin du xve siècle a manipulé des brochures d’actualité a (...)
  • 42 Le Bourgeois de Paris est le seul auteur de journaux ou livres de raison du xvie siècle à s’être a (...)

35S’ils ne dédaignent pas les pièces gothiques, ces quelques lettrés et notables y voient avant tout un réservoir de vocables et d’informations où ils peuvent puiser pour écrire leurs ouvrages41. Il est vrai que tous ces exemples concernent exclusivement des brochures d’actualité, qui plus est antérieures à l’apparition des livrets en lettres rondes, de telle sorte qu’elles constituent la seule source d’information imprimée à ce moment-là. Après les années 1530, les auteurs de livres de raison semblent de moins en moins s’appuyer sur ce type de publications42. Il faut attendre près d’un demi-siècle, en la personne de Pierre de L’Estoile, pour observer un regain d’intérêt – du moins affiché – à l’égard des « éphémères » (ceux-ci sont désormais exclusivement imprimés en romain et en italique).

36Si les lecteurs-auditeurs visés ne sont pas toujours précisés, ils sont néanmoins tangibles au regard du contenu des brochures : une chanson notée s’adresse de préférence à un chanteur ou à un maître de chœur, une pièce de théâtre à un directeur de troupe ou à un acteur particulier. De la même manière, les livrets d’actualité intéressent un public friand de nouvelles sur les événements politico-militaires concernant la Couronne et son entourage ou qui secouent le reste de l’Europe, telle que l’omniprésente menace turque par exemple.

37Somme toute, bien que les pièces gothiques supposent une réception initiale par un public plus ou moins lettré de compagnons et maîtres de métier, de marchands et gens de finances, de notaires, d’instituteurs, de religieuses et de membres du bas clergé, de femmes issues de familles marchandes plus aisées ou qui travaillent dans les métiers, capables de lire ces textes, elles aboutissent en fait à un public bien plus vaste en atteignant, d’une part, les domestiques qui les côtoient dans leurs maisonnées, tous ceux qui ont accès à l’écrit par la médiation de la voix lectrice, à savoir les salariés dans les ateliers et les boutiques, les confrères des associations joyeuses, les mal alphabétisés, les analphabètes et les enfants, et, d’autre part, une élite lettrée comme les gens de plume et les gens de robe qui voyaient dans ces textes un certain intérêt. Ces brochures s’adressent ainsi à une audience bien plus vaste que les happy few auxquels sont destinées les éditions plus soignées ou volumineuses publiées au même moment, une audience qui devait bien sûr varier selon les classes de textes et les sujets abordés.

38De plus, la sociologie du public des pièces gothiques semble évoluer au cours du xvie siècle. Le public de ces imprimés s’élargit tant sur le plan social que spatial, sous l’effet de multiples facteurs : la diversification du répertoire, la multiplication des lieux d’impression, aboutissant à une sorte de provincialisation de la production, conjuguées avec les progrès – même relatifs – de l’alphabétisation.

  • 43 Stanley Fish, Quand lire, c’est faire : l’autorité des communautés interprétatives, Paris, Les Pra (...)
  • 44 « Seigneurs marchans et gens d’eglize. // Qui lires ce present liuret », au fol. 4 de la pièce sui (...)
  • 45 Il ressort des inventaires après décès amiénois que les artisans possèdent des recueils de modèles (...)
  • 46 Yvonne Verdier, Façons de dire, façons de faire : la laveuse, la couturière, la cuisinière, Paris, (...)
  • 47 ¶ Tres vtile Et co[m] // pendieulx Traicte de lart et science dortho = // graphie Gallicane, dedan (...)

39Les pièces gothiques créent incontestablement un large public – et pas toujours le plus illettré –, un public pluriel et essentiellement urbain allant des « milieux populaires » à des lecteurs-auditeurs légèrement plus aisés. Toutefois, il ne faut pas partir, me semble-t-il, d’une définition des groupes sociaux qui manipulent ces livrets, mais plutôt de l’identité des pratiques et identifier les « communautés d’interprétation43 », c’est-à-dire les milieux qui partagent une même relation à ces publications, une même pratique de lecture, telle que la lecture à haute voix. Si une même brochure peut faire l’objet d’une lecture partagée par divers groupes sociaux, à l’exemple d’une pièce facétieuse qui s’adresse indistinctivement aux « seigneurs, marchans et gens d’Église44 », la relation à l’imprimé dans le cas d’une lecture partagée peut être plurielle. Ainsi, les recueils de patrons de broderie intéressent autant les artisans ou professionnels du vêtement – voire tous ceux qui peuvent utiliser ces motifs ornementaux, comme les architectes et les menuisiers – que les amateurs, en particulier les femmes45. De tels livrets peuvent assurément servir de support à l’apprentissage de la couture et de la broderie qui est une identité féminine, comme le souligne Yvonne Verdier : les jeunes filles à marier devaient savoir marquer le linge46. De même, un livret d’arithmétique et d’orthographe s’adresse aussi bien aux « marchans, changeurs et aultres gens de finances » dans l’exercice de leur métier, qu’à ceux qui « n’entendent pas le latin et principallement les jeunes enfans » dans le cadre de l’apprentissage par exemple47. De la même manière, si les pièces d’actualité peuvent être manipulées par plusieurs groupes sociaux, tous ces lecteurs-auditeurs ne sauraient partager la même relation, la même pratique face aux textes que celle qu’affichent le Bourgeois de Paris et certains chroniqueurs de l’époque (Robert Gaguin, Jean d’Auton, Jean Molinet) qui en tirent des informations pour composer leurs propres écrits.

Des brochures « populaires » ?

  • 48 Dominique Coq, « Les débuts de l’édition en langue vulgaire en France : publics et politiques édit (...)

40Confectionnées souvent à moindres frais, si bien qu’elles affichent d’entrée de jeu une présentation modeste, les pièces gothiques ne sauraient être recherchées pour leur esthétique. Les imprimeurs et libraires éditent des livrets dont les titres sont bien souvent révélateurs d’un contenu pratique, moralisant et anti-intellectuel, ce qui leur a valu par la suite un discrédit culturel. Comme le souligne Dominique Coq, c’est dès le milieu du xvie siècle « que l’on commence à les regarder comme l’émanation d’une verdeur et d’une gauloiserie prétendument “populaires”48 ».

  • 49 Au début du xxe siècle, les travaux d’Arnold Van Gennep, de Georges Lefebvre et de Marc Bloch avai (...)

41Alors qu’il renvoie d’emblée à ce que les historiens ont défini comme la culture « populaire » opposée à une culture « savante », ce corpus de textes hétérogènes, mal défini et méconnu, a été négligé par les historiens spécialistes de la – prétendue – littérature « populaire », nommément Mikhaïl Bakhtine, Robert Mandrou, Marc Soriano et Geneviève Bollème49.

  • 50 Sur cette préoccupation des terminologies désignant le peuple et le petit peuple, ainsi que de leu (...)
  • 51 Aaron J. Gourevitch, La culture populaire au Moyen Âge : Simplices et docti, Paris, Aubier, 1996. (...)
  • 52 Déjà au xiiie siècle, Jacques de Vitry faisait éclater cette opposition entre litterati et illitte (...)
  • 53 S. v. « Peuple », dans Alain Rey (dir.), Dictionnaire historique de la langue française, op. cit., (...)

42L’usage du mot « populaire » présente quelques difficultés puisque le sens de ce mot a évolué avec les acceptions successives du terme « peuple ». Qu’est-ce que le peuple à la fin du Moyen Âge et à la Renaissance50 ? Il faut tenir compte du partage culturel entre litterati et illitterati51, entre ceux qui connaissent le latin et ceux qui l’ignorent, c’est-à-dire, en somme, entre clercs et laïcs qui constituent la majorité de la population. Mais cette séparation n’est jamais stricte, si bien que dans le contexte des xve et xvie siècles, il conviendrait d’ajouter à ces deux groupes, respectivement, les grands laïcs qui savent lire et écrire en latin et le bas clergé dont le bagage intellectuel rudimentaire ne manquait pas d’inquiéter les prélats réformateurs52. Seconde difficulté, l’usage du mot « populaire » atteste trois acceptions : ce qui émane du peuple, ce qui a cours dans le peuple ou qui lui est propre (pratiques culturelles, langue, etc.) et, enfin, ce qui est reçu par le peuple ou qui jouit de la faveur du peuple, c’est-à-dire ce qui lui plaît (sens pris sous l’influence de l’anglais popular)53.

  • 54 Alain Viala définit comme « auteurs occasionnels » des auteurs qui le deviennent à l’occasion d’un (...)

43Des textes populaires ? Bien que certaines formes littéraires des pièces gothiques soient tenues comme caractéristiques de la « culture populaire » (farces, sotties, facéties et textes parodiques) et que des textes aient été composés par quelques « auteurs occasionnels54 », ces livrets ne sont pas à proprement parler les objets d’une « littérature populaire » quant à l’origine de leurs textes. Beaucoup sont des remaniements d’œuvres de grands auteurs médiévaux à succès, des écrits composés dans les cours princières au xve siècle, des pièces en vers nées dans les milieux estudiantins et de la basoche des xve-xvie siècles. De même, les brochures d’actualité apparaissent comme des miscellanées combinant toutes sortes de textes émanant des princes, des généraux de leur armée ou des organes monarchiques.

  • 55 La pénétration du livre est plus lente dans les campagnes, là où le réseau des écoles est moins de (...)

44Ces publications sont bien « populaires » au sens où elles s’adressent à un large public plus ou moins lettré, grâce à leur langue adaptée et compréhensible par tous ceux qui ont accès au livre d’une manière directe ou médiate (à savoir, dans la première moitié du xvie siècle, essentiellement des citadins55) et grâce à des considérations économiques adéquates et à des thèmes choisis parce qu’ils plaisent, pense-t-on, au plus grand nombre.

  • 56 Roger Chartier, Daniel Roche, « Le livre. Un changement de perspective », dans Jacques Le Goff et (...)
  • 57 Carlo Ginzburg, Le fromage et le vers : l’univers d’un meunier du xvie siècle, Paris, Flammarion, (...)

45Il serait vain de chercher à appréhender les mentalités des consommateurs de ces imprimés à bon marché par la seule voie de ces brochures, puisque cela exigerait une nette connaissance des marges de diffusion de ces livrets et une prise en compte des autres écrits, lus ou entendus, par ces mêmes consommateurs56. De plus, on ne peut prétendre cerner la culture de certains groupes sociaux, en l’occurrence le peuple, à travers leurs seules lectures. Selon C. Ginzburg, la culture populaire ne peut être saisie que dans la confrontation de cet univers mental avec la culture prise en « modèle », à l’exemple de l’interrogatoire opposant Menocchio aux inquisiteurs57.

46Enfin, il convient de dépasser ce que notre regard a trop souvent retenu du phénomène de la production imprimée dite populaire, à savoir le processus de différenciation sociale face au livre (opposant lectures du peuple et lectures des élites), afin de mieux apercevoir, derrière ce résultat, l’initiative des éditeurs et leurs visées. Ces minces publications sont sciemment éditées à faible coût de revient, tout en tenant compte de la nature et de l’étendue de leur clientèle potentielle.

47Lorsque le monde de l’imprimerie se partage entre les éditions gothiques et les éditions « humanistes », et plus encore dans la seconde moitié du xvie siècle, lorsque le répertoire des pièces gothiques cesse de proposer des pièces d’actualité et des créations nouvelles, une nouvelle dichotomie s’impose peu à peu : livre(t)s gothiques popularisant des textes anciens, pieux et littéraires/livre(t)s romains satisfaisant les « érudits » avec les lettres modernes. C’est donc progressivement que le matériel typographique sommaire, voire usé, la brièveté du propos imprimé, le caractère suranné du texte, le petit format, l’illustration fréquente mais « archaïsante » et enfin le papier de piètre qualité sont perçus, en opposition avec les éditions en lettres rondes, comme les traits matériels communs qui vont être les premiers véritables identifiants de la production à caractère populaire.

  • 58 Roger Chartier, Lectures et lecteurs…, op. cit., p. 120.

48En filigrane, s’esquissent déjà au xvie siècle deux orientations : l’une, empruntée par les pièces (et livres) gothiques, propose une première typologie de l’édition populaire, l’autre satisfait les « élites » avec les lectures modernes et de curiosités. Même si ces deux ensembles de textes n’ont pas deux publics diamétralement opposés en raison des lectures partagées, il n’en demeure pas moins que les éditeurs visent des clientèles et des usages différents. Dans ce sens, les brochures gothiques proposent une première orientation populaire : avec un public populaire (disons un éventail de lecteurs-auditeurs plus large que celui des livres doctes et nobles de la Renaissance et de l’humanisme) opposé à une élite cultivée – même si les pièces peuvent être des objets de lecture partagée –, le vernaculaire (le français) opposé au latin, leur propension à une utilité effective face aux livres destinés à l’usage professionnel et à l’étude ou se présentant comme des œuvres esthétiques, et bientôt le gothique opposé aux caractères d’imprimerie « romain » et « italique », ainsi qu’une stratégie éditoriale consistant en des rééditions de textes anciens, pieux et littéraires, disons surannés, en opposition aux lettres modernes, et enfin des gravures (le plus souvent) sur bois employées jusqu’à l’usure en opposition aux illustrations finement ciselées, voire en taille-douce, conformes au nouveau langage des images, passablement abscons pour les non-initiés, qu’ont donné Ripa et Badoin. Ainsi apparaît peu à peu dès le xvie siècle ce que Roger Chartier observe pour le siècle suivant, à savoir que « c’est dans l’aspect matériel du livre [ici du livret] que s’inscrivent ces intentions contrastées : objet noble, soigné, relié, préservé d’un côté, un objet éphémère et grossier de l’autre. Par sa forme et par son texte, le livre devient signe de distinction et porteur d’une identité culturelle58 ».

Les modes d’appréhension des pièces gothiques

  • 59 Aux xiie et xiiie siècles, le cadre de la culture écrite dans l’Occident médiéval connaît de profo (...)

49Que pouvons-nous savoir de la « consommation » des pièces gothiques ? Aux xve et xvie siècles, les usages et les manières de lire sont pluriels, forts des changements accusés bien avant l’invention de l’imprimerie59.

Des objets de « lectures populaires »

  • 60 Roger Chartier, Pratiques de la lecture, op. cit., p. 87.

50La lecture, c’est-à-dire le déchiffrement du texte dépend de l’habileté lexicale de l’individu, si bien que la lecture « populaire » obéit, selon Roger Chartier, à un double projet : d’une part, une lecture orale (lecture orale non pas pour d’autres mais pour soi) pour celui qui est resté au premier stade de l’apprentissage avec une capacité de déchiffrement hésitant ; d’autre part, un auditoire avec une lecture écoutée (une lecture orale pour d’autres)60.

  • 61 Roger Chartier attire ainsi l’attention sur les effets du dispositif non seulement autorial mais a (...)

51Doit-on prêter les pièces gothiques au répertoire des « lectures populaires » ? La strucutre des textes, qui sont imprimés dans ces brochures, suppose un public aux capacités de déchiffrement hésitant. En effet, hormis quelques Vies de saints et récits d’actualité au texte serré, avec une grande proportion de lignes par pages, la plupart des livrets contiennent au contraire des textes découpés en plusieurs paragraphes distinguant des unités de contenu intellectuel, ce qui est propre à faciliter une lecture peu virtuose. Une telle disposition du texte sur la page imprimée révèle le travail d’adaptation dont celui-ci fait l’objet de la part des éditeurs-imprimeurs, adaptation à ce qu’ils imaginent être les attentes et les compétences de leurs lecteurs61.

  • 62 Par « indices d’oralité », Paul Zumthor entend « tout ce qui, à l’intérieur d’un texte, nous rense (...)
  • 63 Hans Robert Jauss, Pour une esthétique de la réception, Paris, Gallimard, 1978.
  • 64 Sensuit le mistere de la Saincte Lerme [sic]. Comment elle fut apportee de Constantinoble a Vendos (...)
  • 65 Cy commence la Vie de Antechrist, // bien utile et contempla // tiue a veoir et a lyre, avec la pr (...)
  • 66 Analysant trois manuscrits de la vie de saint Alexis versifiée (le manuscrit d’Hildesheim et deux (...)

52L’analyse des indices d’oralité62 renseigne également sur l’horizon d’attente du public auquel ces publications sont destinées63. Les textes de ces brochures visent expressément à produire une manière de lire qui est traditionnellement qualifiée de « populaire ». Les prologues et avis aux lecteurs s’adressent à de futurs « lisans » ou « entendans » et programment la réception et les modalités de consommation des textes. Ils emploient des termes ayant trait à des modalités vocales (des registres sensoriels), tels que le « lire », l’« ouyr » et le « veoir », signalant ainsi une modalité vocale-auditive de la « consommation » des pièces gothiques. Ces registres sensoriels sont fréquemment combinés, comme le suggère par exemple cet extrait du Mystère de la sainte Larme : « Lisés ou escoutés en ces tableaux Qui sont icy en tour si beaulx Car il y a de grans merveilles Que onc homme ouyt de ces oreilles64 », ou encore la Vie de Antechrist qui se donne « à veoir et à lyre65 ». Si l’on s’en tient à la structure même des textes (fragmentation du texte, sauts de lignes, listes, laisses similaires répétées66) et aux « indices d’oralité » repérés, certaines brochures étaient moins destinées à être lues qu’à être dites, voire interprétées ou chantées.

Des textes chantés et déclamés ?

  • 67 La contrafacture est un arrangement d’une composition vocale connue en y adaptant de nouvelles par (...)
  • 68 Adrienne Fried Block, « Timbre, texte et air, ou : comment le noël-parodie peut aider à l’étude de (...)
  • 69 Chanson nouuelle de la iournee // faicte contre les suyssos [sic] pour le // tres victorieux Roy d (...)

53Aussi bien les pièces gothiques d’actualité que celles qui sont apparentées au théâtre comportent des compositions lyriques. L’indication du timbre sur lequel celles-ci doivent être chantées suppose une performance vocale de ces textes. La « réponse de la dame » par exemple, qui suit le sermon des Frappe-culs, se chante sur l’air « Je me repens de vous avoir aimée ». Devaient également être chantées des contrafactures67 littéraires, telles que les noëlsparodies et les pièces en vers « historiques » pour lesquels la chanson-modèle est citée comme timbre. L’emploi de chansons comme timbres suggère que ces dernières devaient être en vogue et faisaient partie de la tradition orale68. L’expression « sur [tel timbre] » signale une parodie, à l’instar de « la ballade des Suysses Sur le champ de gentil promoguet69 ». Le titre des noëls est toujours accompagné d’une sorte de table des matières qui récapitule non pas les noëls-parodies contenus dans la pièce imprimée, mais les chansons qui leur servent de modèles. Parfois, l’air d’emprunt n’est pas indiqué, ce qui signifie que le texte du noël ou de la « chanson historique » s’identifie si intimement avec l’air qu’il n’est pas nécessaire de préciser le timbre.

  • 70 La musique imprimée apparaît vers 1473 dans des livres liturgiques. Sur ce point, voir la présenta (...)

54Plus rarement, des notations musicales accompagnent des noëls-parodies. Les notes musicales imprimées reproduisent la forme des notes manuscrites de l’époque70. Uniformisée jusqu’au milieu du xvie siècle, la note carrée se décline : tantôt carrée, tantôt en losange, tantôt noire, tantôt blanche (évidée). Véritables compositions typographiques, ces notations sont faites de blocs rectangulaires montés dans un réseau de filets horizontaux – les portées – et verticaux – les hastes des notes. Si, dès les années 1470, les portées pouvaient elles aussi être imprimées et non plus tracées par le rubricateur comme aux débuts de l’imprimerie, notes et portées étaient imprimées en deux tons jusqu’à ce que la gravure en taille d’épargne permette leur impression d’un seul coup de barreau. Depuis lors, et jusque vers 1550, les notes, les portées et le chant sont imprimés en une seule fois grâce à des blocs gravés.

55Les pièces gothiques de musique imprimée se caractérisent par leur petit nombre de lignes (cinq ou six lignes environ) et surtout par leur répertoire, exclusivement en plain-chant alors que les éditions musicales plus volumineuses ou soignées, sortant parfois de la même officine que ces brochures, proposent de véritables anthologies, de la musique instrumentale et du chant polyphonique.

  • 71 Selon Stanley Boorman, les imprimeurs proposaient des livres de musique qui étaient le plus volont (...)

56Dans la mesure où la partition ne pouvait être déchiffrée et interprétée que par des initiés, ces livrets contenant des notations musicales s’adressaient de préférence à des chanteurs ou à des maîtres de chœur, sans pour autant leur être particulières. On peut émettre deux hypothèses d’appréhension et de public pour ces publications : soit les lecteurs de ces pièces lisent le chant sans se préoccuper des notations et de la manière de les interpréter, tel un public qui, dans l’incapacité de déchiffrer le texte qui accompagne une image volante, se concentre sur cette dernière ; soit les chanteurs interprètent les partitions qu’ils lisent tandis que les auditeurs de cette performance « lisent » la musique qu’ils entendent71.

Fig. 10. Notations musicales imprimées. Noel fait en maniere de dyalogue, [vers 1515], Paris, BnF, fonds Rothschild, V. 9.69 (18), fol. 1

57Au demeurant, rares sont les pièces gothiques notées. Tout au plus, l’air sur lequel les chansons doivent être chantées est clairement indiqué. Si l’on analyse les chansons pour lesquelles l’imprimeur a ajouté des notations, il ressort que la présence de notations musicales cum littera, à l’exemple de la figure ci-dessus (fig. 10), coïncide souvent avec l’absence d’indication du timbre. La notation fonctionnerait alors comme un substitut du timbre.

58Qu’en est-il des pièces en vers présentées comme des « complaintes », « lamentations », « ballades » et « chansons », mais pour lesquelles la nature de la déclamation n’est pas explicite ? Sont-elles chantées, psalmodiées ? En dépit de l’impossibilité de trancher en faveur d’une simple déclamation ou d’une véritable récitation chantée de ces poèmes, une pièce en vers composée par Nicaise Ladam sur le traité de Cambrai (1508) introduit une distinction intéressante entre la chanson – qui relève de l’art de la rhétorique – et une chanson mise en musique :

  • 72 (L)A paix faicte a // Chambray en = // tre lempereur // [et] le trescrestie[n] // Roy de france au (...)

Ceste chanson fit le Songeur,
Exercant l’art de rethoricque,
En attendant ung compositeur
Pour la mettre en l’art de musicque72.

59La frontière est fluctuante entre une pièce gothique destinée à la représentation, récitation ou déclamation et celle qui est vouée à une simple lecture. Nombre de brochures sont apparentées au théâtre. Parmi celles-ci, des testaments et des sermons parodiques affichent sous le titre une sorte d’adresse au public tout à fait ambiguë : parce que placée en première page, elle est en mesure de susciter la curiosité du lecteur sur l’étal du libraire ; mais elle peut aussi, dans le cadre d’une déclamation, attirer la foule en mettant d’emblée la pièce sous le signe de l’obscène ou du scatologique. Par exemple, dans son Testament, Ragot déclare :

  • 73 Le Testament // du hault et notable homme // nomme Ragot, lequel en son vivant // a affronte maint (...)

Ce nonobstant, pour venir à mes fins,
devant le peuple qui est icy present
Tous, cordeliers, carmes et Augustins,
Gueux de Lubie, cagnardiers, gonfarins
Soyez tesmoings de mon grant testament73.

60L’auteur/acteur des Grands faits de Nemo apostrophe directement le public :

J’ay s’il vous plaist intention

  • 74 Les grans et // merueilleux faictz du seigneur // Nemo, auec les priuileges // quil a, [et] la pui (...)

de faire une collation
Icy non pas pour vous apprendre
Mais pour delectation prendre
Car je le fais principalement
Pour vostre resjouissement
or faictes paix que je liray
Ou aultrement je me tairay74.

61De même, le sermon de saint Belin débute après le thema par une interpellation :

  • 75 ¶ Sensuyt le ser // mon de sainct Belin. // Auec le sermon du poul // [et] de la pusse. Nouuelle = (...)

Or disons :
Mes bonnes gens, parlez plus bas
Escoutez un peu mon sermon75.

62Omniprésent dans maintes pièces littéraires et religieuses et dans quelques livrets d’actualité versifiés, l’intertitre auctor est également délicat à comprendre. Cet auctor se confond-t-il avec l’actor ? S’agit-il d’un emprunt au théâtre de la captatio benevolentiae qui instaure une sorte de communication immédiate ? Dénote-t-il une représentation ou du moins une déclamation du texte imprimé ? Si le terme « auteur » emprunté au latin auctor (« investigateur ») renvoie bien à celui qui a composé le texte, il se confond parfois – lorsqu’il entrecoupe un monologue ou un dialogue – avec un personnage prenant une part active à l’action. Cet auctor-actor permet une identification du récitant de la pièce au personnage actant. Ainsi, l’intertitre auctor suggère un exercice vocal au moment de la consommation du livret, au même titre que la mise en pages et le recours à des formes rhétoriques spécifiques (la forme dialoguée ou versifiée, l’écriture aérée et le texte rompu par de courtes séquences qui résument l’épisode en quelques lignes ou à son expression la plus courte possible). Ce sont autant d’éléments qui favorisent l’interprétation orale. Toutefois, même si la déclamation est explicite dans certaines brochures, aucun document, à ma connaissance, ne vient confirmer une déclamation appuyée sur le texte d’une pièce gothique.

  • 76 La couronne // nostre Dame, [s.l., s.n.], in-8° goth., 24 ff.n.c., [s.d.] – Séville, BC, 15.2.6 (1 (...)

63Parfois, des pièces gothiques tendent à manipuler leur réception. Des signes servent à marquer, signaler au lecteur l’importance de ce qui est dit. Des protocoles explicites imposent des contraintes au lecteur, guident sa lecture, préconisent des manières de les lire, à l’exemple de La couronne Nostre Dame. Dans son prologue, l’auteur de ce livret indique la façon selon laquelle le chapelet de prières doit être lu76. Cette « couronne » se compose de « . x. Pater noster : et de. lxiii. Salutations angeliques. Auxquelles est submiz ung article ou couplet de ce qui est advenu deva[n]t, ou apres la saincte vie » (fol. a3), à la suite desquels Ave Maria, il convient de réciter « ung tres devot article, ou couplet dessus dict ». La couronne se clôt sur une « finale oblation », c’est-à-dire un « couplet » que « l’en doibt dire […] en la fin tousjours de la susdicte couronne [ou] en la fin de chascune septeyne quant on ne la peult entierement achever » (fol. c6v), ainsi que par une « autre oblation finalle » qui « ne se dict fors apres l’accomplissement total et entier de la sus dicte tres devote couronne » (fol. c7).

*

64Tout concourt donc pour considérer les livets gothiques comme des ouvrages à large diffusion potentielle. Leur matérialité et leur présentation sobres et surannées permettent de réduire leur prix de vente (et donc d’achat) par rapport aux autres types de livres, plus volumineux et plus soignés. Par la modestie de leur prix, leurs tirages relativement élevés, mais aussi par la langue et l’écriture employées, les brochures sont accessibles à un large public. Elles supposent une réception initiale par un public plus ou moins lettré, mais atteignent en réalité un auditoire bien plus vaste par la lecture à haute voix.

Notes

1 Enquête vaine en dépit du dépouillement des outils suivants : Ernest Coyecques, « Cinq librairies parisiennes sous le règne de François Ier (1521-1529) », Mémoires de la société de l’histoire de Paris et de l’Ile-de-France, XXI, 1894, p. 53-136 (publication abrégée de cinq inventaires après décès contenant des bibliothèques) ; Roger Doucet, Les bibliothèques parisiennes au xvie siècle, Paris, Picard, 1956 (R. Doucet analyse la culture livresque au xvie siècle à partir de 194 inventaires de bibliothèques privées) ; Madeleine Jurgens, Documents du Minutier central des notaires de Paris : les inventaires après décès, t. 1, 1483-1547, Paris, AN, 1982 (catalogue résumant succinctement 1 532 inventaires après décès dont celui de J. Janot [no 36] sans détailler le contenu des bibliothèques prisées).

2 Au cours de ses longues pérégrinations en Italie, France, Pays-Bas et Allemagne, Fernand Colomb a recueilli des ouvrages qui devaient former sa bibliothèque. Au dernier feuillet de chaque livre et livret – ou presque –, il a inscrit le lieu, la date d’acquisition et le prix de chaque ouvrage en monnaie du pays, en donnant l’équivalence de la somme déboursée en ducats d’or. Ces notules sont précieuses pour connaître le prix et la circulation des pièces gothiques.

3 Graham A. Runnalls, « La vie, la mort et les livres de l’imprimeur-libraire parisien Jean Janot d’après son inventaire après décès (17 février 1522 [n.s.]) », Revue belge de philologie et d’histoire, 78, 2000, p. 797-850.

4 La piteuse co[m]plain // te que faict la terre // saincte aux prin // ces prelatz : [et] seigneurs cre // stiens :, [s.l., s.n.], in-8° goth., 8 ff.n.c., [vers 1500] – Séville, BC, 15.2.16 (6) (PGA-57a).

5 Le venite nouueaume[n]t faict // A la noble Royne de France // Des prisonniers de chastelet // Qui a son entree ont fiance. // Cum priuilegio // Ceulx qui me voullez achepter // Allez faire solucion // Deuers Nicolas Sauetier // Qui ma mys en impression // Vous en fera ostention // Le cent aurez pour cent liards // Me troueres en sa maison // Pres le colliege des Lombards, Paris, Nicolas Savetier, in-8° goth., 8 ff.n.c., [vers juillet 1530] – Paris, BnF, fonds Rothschild, IV.6.174 (1) (PGA-257).

6 Graham A. Runnalls, « La vie, la mort et les livres… », art. cité, p. 821.

7 Roger Chartier, Henri-Jean Martin (dir.), Le livre conquérant…, op. cit., p. 341.

8 La grande pro // nostication des laboreurs durant a per = // petuite faicte [et] composee par les // anciens par vsage de scavoir. // [Bois] // Imprime a Lyon chez le Prince pres // Nostre dame de confort, Lyon, Pierre de Sainte-Lucie, in-8° goth., 8 ff.n.c., [vers 1541] – Paris, BnF, Impr., Rés p.V.149 (PGM-66c), fol. a1v ; ¶ Les sotz nou // ueaulx, farcez, couvez, // Iamais nen furent de plus folz. // Si le deduict veoir vous voulez, // Baillez argent, ilz seront voz, [Paris, Julien Hubert, Alain Lotrian], in-8° goth., 7 ff.n.c., [vers 1529] – Chantilly, M. Condé, XXXII-C-055 ; Londres, BL, C. 22. a. 30 (PGL-349), fol. a1.

9 La // Plaincte du com // mun : contre les Boulengers, [et] ces brou // illons Tauerniers ou Cabaretiez, [et] au // tres Auec la deseperance des Usuriers. // Qui en vouldra si s [e] transporte // Deuant le Palays la grand porte, Paris, Guillaume Nyverd, in-8° goth., 4 ff.n.c., [s.d.] – Chantilly, M. Condé, IV-D-143 (2) (PGL-40c) ; La // Reformation des // Tauerniers, [et] desctruction de Gorma[n] fise // En forme de Dialogue. // Qui en vouldra si se transporte // Deuant le Palays la grand porte, Paris, Guillaume Nyverd, in-8° goth., 4 ff.n.c., [vers 1515-1519] – Chantilly, M. Condé, IV-D-143 (1) (PGL-295).

10 Le venite nouueaume[n] t faict // A la noble Royne de France // Des prisonniers de chastelet // Qui a son entree ont fiance. // Cum priuilegio // Ceulx qui me voullez achepter // Allez faire solucion // Deuers Nicolas Sauetier // Qui ma mys en impression // Vous en fera ostention // Le cent aurez pour cent liards // Me troueres en sa maison // Pres le colliege des Lombards, Paris, Nicolas Savetier, in-8° goth., 8 ff.n.c., [vers juillet 1530] – Paris, BnF, fonds Rothschild, IV.6.174 (1) (PGA-257), fol. a1.

11 Le journal d’un bourgeois de Paris sous le règne de François Ier, 1515-1536, éd. par Victor-Louis Bourrilly, Paris, Picard, 1910, p. 73, 251, 277 et 284. On trouve des expressions similaires aux pages 289, 302, 341, 347 et 348.

12 Pensons à nos « collections de poche » dont les enquêtes sociologiques ont révélé qu’elles atteignaient le même public d’acheteurs que le livre « normal », tout au plus légèrement élargi. J.-P. Sartre écrivait à leur sujet que « la révolution du Poche est purement technologique : on n’est pas passé d’un groupe social à un autre, ce sont toujours les classes aisées et moyennes qui achètent. Simplement parce que le livre est moins cher, plus joli, plus accessible, il a gagné des clients au sein de ces classes, essentiellement les femmes et les jeunes ». Jean-Paul Sartre, « Point de vue : culture de poche et culture de masse », Les temps modernes, 228, mai 1965, p. 1990-2001 (citation p. 2 000), voir également Gilbert Nigay, « Le livre de poche et son évolution », Bulletin des bibliothèques de France, 7, juillet 1967, p. 257-270.

13 La translation // de leglise nostre dame de laurete. // [Bois] // ¶ On les vend a Paris en la rue // neufue n[ostr]e da[m]e a lescu de Fra[n]ce, Paris, écu de France [Jean Trepperel], in-8° goth., 4 ff.n.c., [vers 1510] – Séville, BC, 15.2.9 (15) (PGD-184a), fol. a2.

14 La vie de // sainct Mathurin // de larchant Hystoriee, Paris, Jacques Nyverd, in-4° goth., 16 ff.n.c., [vers 1526] – Paris, BnF, Arsenal, 4-BL-3902 (PGD-219c), fol. a1v.

15 Brief, salutifere et trop plus // que necessaire co[n]seil, avec vng regime bien // laconicque, pour po[ur] ueoir aux presentes tres // perilleuses maladies aya[n]s cours en diuers lieux. // Mis en lumiere par maistre Clau // de, dict Blanche rose : de tres noble [et] haulte // dame La Princesse Daurenge, et de tous // seign[eu]rs medecins et philosophes seruiteur // Recours et ainsi q[ue] lon pourra plus a plein // veoir en la page et feuillet sequens. // Auec priuilege, [Lyon, Claude Nourry], in-8° goth. et rom., 20 ff.n.c., [1531] – Paris, BnF, Arsenal, 8-S-11031 (3) ; Troyes, BM, Patrimoine c. cart. 310 ; Londres, BL, 773. b. 21 (4) ; Séville, BC, 14.2.1 (11) (PGM-12), fol. a1v et fol. a5.

16 ¶ La consolatio[n] // Des Desolez. // [Bois] // Christe afflictorum miserer afflicte redemptor // Et nos discipulos fac orucis esse tue. // Fac crucis esse tue comites hac valle doloris // Hinc tua quo licet videre poli, [Paris, s.n.], in-8° goth., 16 ff.n.c., [s.d.] – Séville, BC, 14.2.1 (4) (PGD-10), fol. a1v-a2.

17 Les faictz et gestes // de tresreuerend pere e[n] dieu mo[n]sieur le legat tran // latez de latin en francoys par maistre Iehan di = // ury bachelier en medecine selon le texte de Fau = // ste audrelin, [Paris, s.n.], in-4° goth., 8 ff.n.c., [1508] – Paris, BnF, Impr., Rés.Ye.271 (PGA-89a).

18 Brief, salutifere et trop plus // que necessaire co[n]seil, avec vng regime bien // laconicque, pour po[ur]ueoir aux presentes tres // perilleuses maladies aya[n]s cours en diuers lieux. // Mis en lumiere par maistre Clau // de, dict Blanche rose […], [Lyon, Claude Nourry], in-8° goth., 20 ff.n.c., [1531] – Paris, BnF, Arsenal, 8-S-11031 (3) (PGM-12), fol. a1v.

19 « Multiplier les brochures, les fonctions qu’il [Cabet] attribuait à ses textes imprimés, ne signifiait pas pour lui multiplier les publics pour lesquels il espérait être compris. Les fouriéristes procédaient autrement. Ils publiaient des textes incompréhensibles pour ceux qui n’étaient pas déjà initiés à leurs doctrines : participer à la discussion doctrinale à l’intérieur de l’école sociétaire supposait la connaissance préalable de concepts et d’un langage particuliers. Ils publiaient d’autres brochures qu’ils destinaient à un public plus large : les auteurs, dans ce cas, s’interdisaient tout jargon, tout “argot scientifique” selon une expression de Victor Considerant ». François Fourn, « Les brochures socialistes et communistes en France entre 1840 et 1844 », dans Jean-Yves Mollier, Maurice Carrez (dir.), « Écrire pour convaincre. Libelles et brochures xvie-xxe siècles », art. cité, p. 71.

20 Voir l’article « Lisibilité », dans le Dictionnaire encyclopédique du livre, éd. par Pascal Fouché, Daniel Péchoin, Philippe Schuwer, Paris, Cercle de la librairie, 2005, t. 2, p. 777 : « les mots les plus lisibles, les mieux perçus et les mieux mémorisés sont – statistiquement parlant – les plus courts, les plus fréquents, les plus personnels, les plus concrets, les plus visualisables. » L’étude américaine de G. Henry a démontré, il y a une quarantaine d’années, que les phrases les plus courtes sont les plus aptes à être mémorisées (Comment mesurer la lisibilité). Non seulement la longueur de la phrase, mais aussi sa structure (la syntaxe) intervient dans la lisibilité textuelle. Est lisible ce qui est aisé à comprendre (sur le plan du contenu), à déchiffrer et à lire (du point de vue de la typographie).

21 Bien que des ex-libris aient pu être repérés sur des pièces gothiques, leur très faible quantité ne permet pas de brosser un tableau général de la sociologie des possesseurs de pièces gothiques, même sur le long terme. Par exemple, un exemplaire du Temple de Mars [Paris, BnF, Impr., Rés.Ye.1127] « apartint à Nicolas Hiot, notoire royale Angiers » tandis qu’un exemplaire des Commandemens de Dieu [Séville, BC, 14.2.11 (9)] « est à moy Legier Lompan (?) prestre sans pol demeurant en la maison de la […] ». Plus lacunaires sont les ex-libris du Liure d’Orpheus [Paris, BnF, Impr., Rés p. Z. 421] et de la Bataille de Pauie [Besançon, BM, 238271 (2)] mentionnant seulement le nom des possesseurs, respectivement « Guillemette et Marion/de La Paim » et « Anathoille Vuillemin de Nozeroy ». Le possesseur d’un exemplaire du Purgatoire de Gui de Turno indique, à la manière d’un collectionneur, la somme, le lieu et la date d’acquisition de cette pièce : « Ce present livre est à moy Jacque Billefaud de Lod et cousta la somme de sinq solz en piece et deux testons en deux aultre piece [sic] et fut achepter [sic] par le susdit nommé A Besancon le 3 d’octobre de l’année 1596 » [Besançon, BM, INC. 627 CASTAN 798 BM d’étude].

22 [Vie de sainte Febronie], Toulouse, Jacques (I) Colomies, in-4° goth., 18 [19] ff.n.c., [vers 1529] – Paris, BnF, Impr., Rés. H. 657 (PGD-204), fol. a3v.

23 L’aire de diffusion des pièces gothiques est demeurée, selon toute vraisemblance, essentiellement urbaine. L’imprimé pénètre la culture citadine du plus grand nombre par des supports modestes comme les placards, les images volantes, les canards et les pièces gothiques.

24 Albert Labarre, Le livre dans la vie amiénoise du seizième siècle : l’enseignement des inventaires après décès, 1503-1576, Paris/Louvain, Nauwelaerts, 1971.

25 Roger Chartier, Lectures et lecteurs dans la France d’Ancien Régime, Paris, Seuil, 1987, p. 88.

26 En dépit du public élargi au xviie siècle, on observe, au stade élémentaire du « savoir-lire » et du « savoir-écrire », une opposition de deux catégories sociales résultant d’un appareil scolaire à deux niveaux : l’un où l’œuvre du collège complète les rudiments dispensés par les précepteurs particuliers, alors que l’autre, plus sommaire, vise surtout à catéchiser les masses. Hervé Drévillon, Introduction à l’histoire culturelle de l’Ancien Régime : xvie-xviiie siècle, Paris, SEDES, 1997, p. 43-47.

27 ¶ Cy sensuyt la vie de // Monseigneur Sainct Albain roy de hongrie et martyr. // Nouuellement imprime a paris. V.c[ahiers]. // [Bois] // ¶ On les vend a Paris en la Rue neufue nostre Dame // a lenseigne Sainct Nicolas, Paris, Pierre Ratoire pour Pierre Sergent, in-4° goth., 20 ff.n.c., [vers 1545] – Paris, BnF, fonds Rothschild, IV. 6.54 (PGD-189), fol. a1v.

28 (Le) plaisa[n]t deuis // du Pet auecques la vertu Propriete et si = // gnification diceluy, quautre foys vn noble // Champion aurait faict a sa dame Valen = // tine, malade de la collicque venteuse. // Et co[m]ment par le pet on peult Prognostiquer // plusieurs bonnes aduentures. // […] // [Bois] // Imprime a Paris par Nicolas Buffet pres se [sic] College de Reims, Paris, Nicolas Buffet, in-8° goth., 16 ff.n.c. [vers 1540] – Paris, BnF, Impr., Rés. Y2.3274 (PGL-102), fol. a1.

29 Comme le confirme Pierre de L’Estoile qui, grand audiencier à la Chancellerie, consignait quotidiennement à la fin du xvie siècle les raretés, nouveautés et pamphlets débités « devant le Palais ». Pierre de L’Estoile, Journaux-mémoires, éd. par Brigitte Hersfeld et Claude-Bernard Petitot, Clermont-Ferrand, Paléo, 2007, 3 vol.

30 Même si dans les pièces gothiques, ne sont pas fréquemment associées l’expression « simples gens » et l’indication selon laquelle le texte s’adresse à un public ignorant le latin, comprenons ces deux éléments comme synonymes : les gens simples, ce sont ces individus qui se contentaient de leur langue maternelle apprise dès l’enfance. Cette expression de « simples gens » se retrouve également dans nombre de prologues de romans de chevalerie imprimés tout particulièrement chez Michel Le Noir, Claude Nourry et Jean Bonfons, imprimeurs qualifiés de populaires en raison de l’horizon social de leur lectorat.

31 S. v. « Simple », dans Alain Rey (dir.), Dictionnaire historique de la langue française, Paris, Dictionnaire Le Robert, 2000 (3e éd.), t. 2, p. 2093-2094.

32 Les pièces gothiques tranchent surtout à nos yeux de contemporains, habitués aux « beaux livres » que nous a laissés la Renaissance ; le caractère suranné du gothique ne devait pas – autant – frapper les lecteurs à cette époque.

33 Il s’agit de La description et ordre du camp festins et joustes. Trois éditions de ce texte ont été conservées (PGA-197a-c) : une édition anonyme (Séville, BC, 4.1.4 [9] ; Londres, BL, C. 33. d. 22 [2]), une édition lyonnaise anonyme (Londres, BL, G. 1209 (3)) et une édition parisienne imprimée chez Prigent Calvarin (Paris, BnF, fonds Rothschild, IV. 4.97).

34 Si hec prolixus scripta esse cupis, epistolam tibi mitto de hac victoria ab eo qui pugne affuit scriptam, extrait des Epistole et orationes édités par Louis Thuasne d’après les éditions originales de 1498, lettre no 74, vol. 2, p. 13 : « si tu désires un récit plus ample, je peux t’envoyer une lettre sur cette victoire écrite par un témoin du combat » (lettre mentionnée et traduite par Franck Collard dans Un historien au travail…, op. cit., p. 150 et n. 412).

35 L[ett]res nouuelles. Datees du xv. // iour de Juillet escriptes a Ast, [Paris, Pierre Le Caron], in-4° goth., 4 ff.n.c., [post 15 VII 1495] – Nantes, BM, INC 115 (26) (PGA-39).

36 Même s’il prétend pridie vero Kalendarum maii funus ad Sanctum Dionisium per Parisios accuratissima pompa efferre sequenti ordine conspexi, Robert Gaguin a selon toute vraisemblance utilisé l’ordonnance de Pierre D’Urfé. Dans son récit de l’expédition de Charles VIII en Italie, Gaguin s’est aussi inspiré de l’une des brochures gothiques sur la Prinse et la reduction de Naples. Sur les autres sources de Gaguin pour son Compendium, voir la thèse de Franck Collard : Un historien au travail…, op. cit.

37 Jean d’Auton résume le livret sur l’amende honorable des Milanais (Paris, BnF, Impr., Rés. Lb29. 20) et achève son récit en citant la dernière phrase de cette brochure : « Et ce fait, les petitz enfens en procession passerent devant le cardinal d’Amboise, en cryant à haulte voix France, France, Miséricorde ». Jean d’Auton, Chroniques de Louis XII, Paris, librairie Renouard (SHF), 1889, vol. 1, chap. 38, p. 270-274. Quant à Pierre Desrey, il reprend le texte de ce livret dans sa continuation de la chronique d’Enguerran de Monstrelet.

38 Jean Molinet se nourrit de la pièce sur l’appointement de Rome et de celle sur l’entrée parisienne de Louis XII pour composer respectivement le chapitre 280 sur le voyage de Naples de Charles VIII et le chapitre 297 sur l’entrée de Louis XII à Paris. Jean Molinet, Chroniques, t. 5, éd. par Jean-Alexandre Buchon, Paris, Verdière, 1828, p. 24-34 et p. 87-89.

39 Le Bourgeois de Paris s’est inspiré de près d’une vingtaine de pièces d’actualité. Le plus fréquemment, il résume ce qu’il a lu, sinon il transpose du style direct à l’indirect ou transcrit des extraits de brochures. Parfois, il reproduit intégralement le texte d’une pièce d’actualité. Voir en annexe 1 la liste des publications dont il s’est servi avec les passages correspondants de son Journal, p. 483-485.

40 Sébastien Picotté reprend des extraits d’une dizaine de pièces d’actualité (Cronique du roy Francoys, premier de ce nom, éd. par Georges Guiffrey, Paris, Chez Mme Ve Jules Renouard, 1860).

41 De la même manière, Hartmann Schedel à la fin du xve siècle a manipulé des brochures d’actualité allemandes d’où il tire de nombreux renseignements d’histoire contemporaine pour écrire sa Chronique universelle, telles que la Neue Zeitung sur les apparitions survenues dans le ciel de Constantinople en 1490 publiée à Nuremberg en 1491 par « Jorg Glockendon » (Schedelsche Weltchronik, fol. 257), celle sur la chute d’un météore à Ensisheim le 7 novembre 1492, texte bilingue composé par Sébastien Brant et publié à Bâle par Johann Berghmann (Schedelsche Weltchronik, fol. 257). Il n’hésite d’ailleurs pas à répéter la même histoire, mais sous des formes différentes, des dizaines ou des vingtaines de fois.

42 Le Bourgeois de Paris est le seul auteur de journaux ou livres de raison du xvie siècle à s’être autant nourri de pièces d’actualité. Il est vrai que l’auteur de la Cronique du roy Francoys, premier de ce nom, un certain Sébastien Picotté, marchand échevin de Sens, insère fréquemment des copies de brochures, mais sa chronique est plus proche de la compilation d’œuvres et d’opuscules divers, comme la Mer des Chroniques, que d’un journal à proprement parler, si bien qu’Henri Hauser estime que les pages couvertes d’extraits de la Mer et de copies de pièces occupent plus des deux tiers de l’œuvre. Plus sporadique, le marchand drapier Jean Guéraud ne fait allusion qu’à un seul imprimé d’actualité, le livret (non gothique) sur l’entrée lyonnaise de la reine en 1547. Mais il ne fait que mentionner l’existence de ce livret afin de justifier la brièveté de son récit, renvoyant à ladite impression tout lecteur désireux de plus amples détails. Autre exemple, Jehan Glaumeau rapporte pour la fin de l’année 1557 la crue du Tibre telle qu’il l’a vue et lue « en un petit traité imprimé, faict du dit deluge ». Quant à Nicolas Versoris, il résume les textes de plusieurs brochures sans pour autant y faire explicitement référence. Enfin, les autres auteurs de livres de raison connus, tels que Simon Teste, Benoît Maillard, Pierre Driart, Jean Barrillon, Jehan de Bourdigné et Honorat de Valbelle, ne semblent pas se reporter à des pièces d’actualité. Ces journaux et livres de raison ont été édités : Simon Teste, Le livre de Simon Teste, correcteur à la Chambre des comptes (1481-1557), éd. par Françoise Lehoux, Paris, Imprimerie nationale, 1942 ; Benoît Maillard, Chroniques de Benoit Maillard, Grand-Prieur de l’abbaye de Savigny en Lyonnais (1460-1506), éd. par Georges Guigue, Lyon, Impr. Alf. Louis Perrin, 1883 ; Honorat de Valbelle, Histoire journalière d’Honorat de Valbelle, 1498-1539 : journal d’un bourgeois de Marseille au temps de Louis XII et de François Ier, éd. par Victor-Louis Bourrilly et Lucien Gaillard, Aix-en-Provence, Publications de l’université de Provence, 1985, 2 vol. ; Jean Barrillon, Journal de Jean Barrillon, secrétaire du chancelier Duprat, 1515-1521, éd. par Pierre de Vaissière, Paris, Renouard, 1897-1899, 2 vol. ; Jehan de Bourdigné, Chroniques d’Anjou et du Maine, éd. par le comte de Quaterbarbes, Angers, Cosnier, 1842, 2 vol. (rééd. annotée de l’Hystoire aggregative des annalles et cronicques d’Anjou, Angers, Charles de Boigne et Clément Alexandre, 1529) ; Jehan Glaumeau, Journal de Jehan Glaumeau, Bourges, 1541-1562, éd. par Alfred Hiver de Beauvoir, Bourges, Just-Bernard, 1867 ; Jean Guéraud, La Chronique lyonnaise de Jean Guéraud, 1536-1562, éd. par Jean-Louis Tricou, Lyon, Imprimerie Audin, 1929 ; Pierre Driart, Chronique parisienne de Pierre Driart, chambrier de Saint-Victor (1522-1535), éd. par F. Bournon, Paris, Mémoire de la Société de l’histoire de Paris et de l’Île-de-France, 1895. Sur la Cronique du roy Francoys, premier de ce nom, voir Henri Hauser, « Étude critique sur La Cronique du roy Francoys, premier de ce nom », Revue de la Renaissance, 8, mars-mai 1907, p. 49-61 ; Id., Les sources de l’histoire de France, xvie siècle, vol. 1, t. 2, François Ier et Henri II, 1515-1559, Nendeln (Liechtenstein), Kraus Reprint, 1967, p. 26.

43 Stanley Fish, Quand lire, c’est faire : l’autorité des communautés interprétatives, Paris, Les Prairies ordinaires, 2007.

44 « Seigneurs marchans et gens d’eglize. // Qui lires ce present liuret », au fol. 4 de la pièce suivante : Lettre nou // uelle pour maniere de prouision a // tous ceux qui desirent destre ma // ries d[e]ux aut [sic] troys foys [et] ce // pour la p[ro]phetie. Crescite // [et] multiplicamini [et] re // plete toute la // terre de tout // bon chre // stien [et] c., [Lyon, s.n.], in-8° goth., 4 ff.n.c., [s.d.] – Séville, BC, 15.2.9 (7) (PGL-228d).

45 Il ressort des inventaires après décès amiénois que les artisans possèdent des recueils de modèles et de patrons à utiliser dans l’exercice de leur métier. De tels recueils ont été repérés « chez deux peintres, deux enlumineurs, deux verriers, un hucher, un menuisier, un maçon, un armurier, trois orfèvres » (Roger Chartier, Lectures et lecteurs…, op. cit., p. 92).

46 Yvonne Verdier, Façons de dire, façons de faire : la laveuse, la couturière, la cuisinière, Paris, Gallimard, 1979, p. 157-258.

47 ¶ Tres vtile Et co[m] // pendieulx Traicte de lart et science dortho = // graphie Gallicane, dedans lequel sont com = // prinses plusieurs choses necessaires, curieuses // nouuelles, et dignes de scauoir, non veues au // parauant. Auec vne petite introduction pour // congnoistre a lire le chiffre, Paris, [Julien Hubert] pour Jean Saint-Denis, in-8° goth., 16 ff.n.c., [1530] – Paris, BnF, fonds Rothschild, IV. 6.182 ; Paris, BnF, Impr., Rés.X.2826 (Incompl.) (PGM-97), fol. d1.

48 Dominique Coq, « Les débuts de l’édition en langue vulgaire en France : publics et politiques éditoriales », art. cité, p. 70.

49 Au début du xxe siècle, les travaux d’Arnold Van Gennep, de Georges Lefebvre et de Marc Bloch avaient déjà attiré l’attention sur le folklore, mais ce n’est que dès les années 1960 que la « culture populaire » devient un objet d’étude historique, et ce sans protocole méthodologique. Deux champs d’étude sur le populaire ont tout de suite été retenus : la littérature de colportage et la « Bibliothèque bleue » aux xviie et xviiie siècles. Geneviève Bollème, Robert Mandrou et Marc Soriano postulent l’idée d’une acculturation du peuple par les almanachs, le livre bleu et les contes populaires. À partir des années 1970, les thèses de R. Mandrou sont révisées, en particulier par Roger Chartier, Michel de Certeau, Dominique Julia et Jacques Revel. Dans les années 1980-1990, on assiste à un retour sur les concepts, avec les travaux de Robert Muchembled et de Carlo Ginzburg qui remettent en cause la dialectique culture populaire/savante. R. Muchembled nuance sa thèse de 1978 selon laquelle, à l’époque moderne, une révolution culturelle aurait abouti à une soumission et à une acculturation des masses ; et Carlo Ginzburg montre, à travers l’exemple de Menocchio, que la culture « savante » se diffuse dans les « classes subalternes » grâce à l’imprimé, tout en la dégradant et en la déformant. Les notions de culture et de littérature populaires sont plus radicalement encore remises en cause par de nouvelles approches, telles que celle de Lise Andriès. Elle a démontré que des romans de chevalerie hérités de la « Bibliothèque bleue » ont été réécrits au xixe siècle à l’intention d’un public non plus populaire mais lettré, afin de les adapter à la vision idéale que ces lettrés avaient de la société chevaleresque. Ces notions étant devenues obsolètes, Roger Chartier préfère réfléchir en termes de pratiques, d’usages et de communautés qui affichent un même rapport à l’imprimé ou à l’écrit. On parle désormais de « pratiques culturelles populaires », caractérisées par des manières de lire, de parler, d’habiter, de cuisiner (M. de Certeau). Depuis les années 1980, on observe une sorte de malaise à l’égard de l’adjectif « populaire ». On lui préfère le mot « masse » pour désigner un moyen de communication à grande diffusion ou leur large public (on parle de mass media et, en Allemagne, de Massenmedium), la terminologie « les humbles » ou « les gens de peu » (Pierre Sansot, 1994) pour évoquer les classes populaires, ainsi que le terme « ordinaire » (Daniel Fabre, 1993) ou « quotidien » (M. de Certeau, 1980) pour qualifier des pratiques populaires. En 2010, le terme resurgit d’une manière plus sereine. Jean Baumgarten suggère une définition générique du livre populaire : le livre est qualifié de populaire dans la mesure où il s’inscrit dans une double dimension, la large circulation et la vulgarisation de savoirs.

50 Sur cette préoccupation des terminologies désignant le peuple et le petit peuple, ainsi que de leurs réalités dans les textes médiévaux, voir Pierre Boblioni, Robert Delort et Claude Gauvard (dir.), Le petit peuple dans l’Occident médiéval : terminologie, perceptions, réalités, Paris, Publications de la Sorbonne, 2002. Selon Cl. Gauvard, la notion de petit peuple est un concept opératoire, commode pour l’abstraction des raisonnements mais imparfait, car cette terminologie varie au fil des siècles et d’un auteur à un autre.

51 Aaron J. Gourevitch, La culture populaire au Moyen Âge : Simplices et docti, Paris, Aubier, 1996. Par la suite, le mot « peuple » fut utilisé par opposition aux classes sociales, avant de renvoyer dès le xixe siècle à la nation ou au prolétariat.

52 Déjà au xiiie siècle, Jacques de Vitry faisait éclater cette opposition entre litterati et illitterati dans la mesure où des gens issus du « petit peuple » pouvaient être mediocriter litterati.

53 S. v. « Peuple », dans Alain Rey (dir.), Dictionnaire historique de la langue française, op. cit., t. 2, p. 1614 ; s. v. « Populaire », dans ibid., p. 1802.

54 Alain Viala définit comme « auteurs occasionnels » des auteurs qui le deviennent à l’occasion d’une autre activité sociale, tel un prêtre qui publie des ouvrages de piété, tel un basochien qui compose un plaidoyer parodique. Alain Viala, Naissance de l’écrivain : sociologie de la littérature à l’âge classique, Paris, Éditions de Minuit, 1985, p. 179.

55 La pénétration du livre est plus lente dans les campagnes, là où le réseau des écoles est moins dense. Toutefois, au xvie siècle, l’entière population des villages peut avoir accès au livre par la médiation d’une voix lectrice à partir du moment où un ou deux habitants savent lire, souvent ceux qui détiennent les livres. Par exemple, dans les Propos rustiques de Nicolas du Faïl, le seul exemplaire au village du Calendrier des bergers est entre les mains du « Maistre Huguet », l’ancien maître d’école qui, de temps à autre, en fait la lecture à voix haute. N. du Faïl met également en scène une veillée tenue chez le laboureur Robin Chevet. Noël du Fail, Propos rustiques, éd. par Roger Dubuis et Gabriel-André Pérouse, Genève, Droz, 1994 (éd. annotée de 1549).

56 Roger Chartier, Daniel Roche, « Le livre. Un changement de perspective », dans Jacques Le Goff et Pierre Nora (dir.), Faire de l’histoire, t. 3, Nouveaux objets, Paris, Gallimard, 1974, p. 115-138 (en particulier p. 129).

57 Carlo Ginzburg, Le fromage et le vers : l’univers d’un meunier du xvie siècle, Paris, Flammarion, 1980, p. 99-100.

58 Roger Chartier, Lectures et lecteurs…, op. cit., p. 120.

59 Aux xiie et xiiie siècles, le cadre de la culture écrite dans l’Occident médiéval connaît de profonds changements. Le passage à une société literate (même s’il s’agit encore d’une restricted literacy, pour reprendre l’expression de Jack Goody) a souvent été considéré comme la conséquence du développement de l’institution ecclésiastique, des administrations laïques, des universités et du commerce. Un public laïc peut désormais accéder directement et individuellement au texte écrit, de préférence en langue vernaculaire. Parallèlement, s’opère une révolution des manières de lire, en lien avec l’évolution des modes de présentation des textes (introduction de distinctiones, de tables récapitulatives et de nouvelles formes de ponctuation). Aux xiiie et xive siècles, les transformations d’une culture orale, monastique, au haut Moyen Âge, vers une culture visuelle, scolastique, n’ont eu que des effets limités sur les modes de lecture des laïcs où la lecture oralisée des textes en langue vernaculaire est d’un usage répandu. Puis, dès le xive siècle, avec l’essor de la production de livres en langue vulgaire et l’apparition de nouveaux types de publications (dévotion), la lecture privée et silencieuse est de plus en plus privilégiée, en particullier parmi l’aristocratie. Ainsi, au fur et à mesure de l’expansion de la lecture intime, la lecture oralisée ou énoncée pour soi-même (« ruminée ») tend à définir celle des lecteurs les plus populaires. Parmi le grand nombre d’études sur les pratiques de la lecture dans la société chrétienne, voir en premier lieu celles de Roger Chartier et de Paul Saenger : Roger Chartier, Culture écrite et société : l’ordre des livres ( xive-xviiie siècle), Paris, Albin Michel, 1996 ; Id. (dir.), Pratiques de la lecture, Paris, Payot, 1993 ; Id., Histoires de la lecture : un bilan des recherches, Paris, Imec/Maison des sciences de l’homme, 1995 ; Id., Alfred Messerli (dir.), Lesen und Schreiben in Europa, 1500-1900 : vergleichende Perspektiven, Bâle, Schwabe & Co, 2000 (sur l’apprentissage de la lecture, les pratiques d’écriture ordinaires et l’enseignement) ; Id. et Guglielmo Cavallo (dir.), Histoire de la lecture dans le monde occidental, Paris, Seuil, 2001 ; Paul Saenger, Space Between Words : The Origins of Silent Reading, Stanford, Stanford University Press, 1997. Mentionnons également l’ouvrage de Joyce Coleman sur l’évolution de la pratique de la lecture au tournant des xve et xvie siècles : Joyce Coleman, Public Reading and the Reading Public in late Medieval England and France, Cambridge, Cambridge University Press, 1996 ; ainsi que l’étude très synthétique de Steven R. Fischer sur l’histoire de la lecture : Steven R. Fischer, A History of Reading, Londres, Reaktion Books, 2003.

60 Roger Chartier, Pratiques de la lecture, op. cit., p. 87.

61 Roger Chartier attire ainsi l’attention sur les effets du dispositif non seulement autorial mais aussi éditorial sur la transmission et la réception d’un texte : « L’étude systématique des mises en textes nous éclairerait largement sur les systèmes de communication d’autrefois – et plus particulièrement sur la façon dont ceux qui écrivent ou préparent les textes tentent à la fois de s’adapter aux goûts et aux possibilités des lecteurs, et de leur proposer du même coup des cadres de lecture de plus en plus directifs. » Cité par Hans E. Bödeker dans Histoires du livre. Nouvelles orientations, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1995, p. 426-427.

62 Par « indices d’oralité », Paul Zumthor entend « tout ce qui, à l’intérieur d’un texte, nous renseigne sur l’intervention de la voix humaine dans sa publication ». Paul Zumthor, La lettre et la voix : de la littérature médiévale, Paris, Seuil, 1987, p. 37.

63 Hans Robert Jauss, Pour une esthétique de la réception, Paris, Gallimard, 1978.

64 Sensuit le mistere de la Saincte Lerme [sic]. Comment elle fut apportee de Constantinoble a Vendosme, [s. l., s. n.], in-8° goth., 8 ff.nc., [s.d.] – Paris, BnF, Impr., Rés. Yf. 4562 (PGD-126c), fol. a6v.

65 Cy commence la Vie de Antechrist, // bien utile et contempla // tiue a veoir et a lyre, avec la prophe // cie et dictz des douze sibilles, Paris, pour Guillaume Godard, in-4° goth., 4 ff.n.c., [vers 1520] – Paris, BnF, Impr., Rés p. Ye. 422 ; Chantilly, M. Condé, IV-G-007 (PGD-188), fol. a1.

66 Analysant trois manuscrits de la vie de saint Alexis versifiée (le manuscrit d’Hildesheim et deux versions postérieures), A. G. Elliot repère dans l’une des éditions tardives l’omniprésence d’indices d’oralité, en particulier the linking of laisses suggérant que ce texte fut composé en vue d’une performance publique. Alison G. Elliot, « The Vie de saint Alexis : Oral versus Written Style », dans VIII Congreso de la Société Rencesvals (Pamplona-Santiago de Compostela, 15 a 25 de agosto de 1978), Pampelune, Institución Principe de Viana, 1981, p. 137-148.

67 La contrafacture est un arrangement d’une composition vocale connue en y adaptant de nouvelles paroles.

68 Adrienne Fried Block, « Timbre, texte et air, ou : comment le noël-parodie peut aider à l’étude de la chanson du xvie siècle », Revue de musicologie, 69-1, 1983, p. 21-54 (en particulier p. 42).

69 Chanson nouuelle de la iournee // faicte contre les suyssos [sic] pour le // tres victorieux Roy de France // Francoys premier de ce nom // Auecques la ballade des suysses // Sur le champ de gentil promoguet, [s.l., s.n.], in-8° goth., 4 ff.n.c., [post 5 XII 1515] – Paris, BnF, Impr., Rés.Ye.3685 (PGA-138), fol. a1.

70 La musique imprimée apparaît vers 1473 dans des livres liturgiques. Sur ce point, voir la présentation générale proposée à l’article « Notendruck » dans Friedrich Blume, Die Musik in Geschichte und Gegenwart : allgemeine Enzyklopädie der Musik, Bâle/Londres, Bärenreiter, 1961, vol. 9, ainsi que les études spécialisées suivantes : Marius Audin, « Les origines de la typographie musicale », Le Bibliophile, 1, 1931, p. 142-148 et 2, 1932, p. 13-19 ; Clair Colin, A History of European Printing, op. cit., p. 211-218 ; Daniel Heartz, Pierre Attaignant : Royal Printer of Music, a Historical Study and Bibliographical Catalogue, Berkeley/Los Angeles, University of California Press, 1969 ; A. Hyatt King, Four Hundred Years of Music Printing, Londres, The British Museum, 1964 ; Samuel F. Pogue, Jacques Moderne : Lyons Music Printer of the Sixteenth Century, Genève, Droz, 1969.

71 Selon Stanley Boorman, les imprimeurs proposaient des livres de musique qui étaient le plus volontiers achetés par des spécialistes, voire expressément édités pour eux. Certes, S. Boorman n’exclut pas l’idée qu’un public de « lisants » (a reading public) puisse manipuler ces éditions musicales, mais l’étude de Kate Van Orden, s’appuyant sur les travaux de Roger Chartier, développe davantage cette idée en parlant de « lecture partagée », ce qui correspond tout à fait à ma seconde hypothèse. Voir Kate Van Orden (dir.), Music and the Cultures of Print, New York, Graland Pub., 2000 ; ainsi que Stanley Boorman, Studies in the Printing, Publishing, and Performance of Music in the 16th Century, Burlington, Ashgate, 2005, chap. VI, « Early Music Printing : Working for a Specialized Market ».

72 (L)A paix faicte a // Chambray en = // tre lempereur // [et] le trescrestie[n] // Roy de france auec // leurs aliez, Paris, pour Philippe Le Coq, in-4° goth., 10 ff.n.c., [post 8 XII 1508] – Paris, BnF, Impr., Rés.Ye.4512 ; Paris, BnF, fonds Rothschild, IV.4.60 (PGA-77), fol. b4.

73 Le Testament // du hault et notable homme // nomme Ragot, lequel en son vivant // a affronte mainte fine personne. // Achaptez lay et le payez contant, [Paris, Guichard Soquand], in-8° goth., 4 ff.n.c., [vers 1531] – Chantilly, M. Condé, IV-D-100 (PGL-358b), fol. 1v.

74 Les grans et // merueilleux faictz du seigneur // Nemo, auec les priuileges // quil a, [et] la puissance quil peult // auoir depuis le co[m] menceme[n] t // du monde iusques a la fin, [Paris, s.n.], in-4° goth., 2 ff.n.c., [1530] – Paris, BnF, Impr., Rés.Ye.800 (PGL-140e), fol. a1. Autre exemple : « Venez venez bien notre ces canticques // Sotz reumaticques, sortez de voz bouticques // Laissez ethicques, et prenez les vsaiges // Sotz de villaiges, ne vous monstrés saul // uaiges. // Ne trop vollages, maisa sans estre enuieulx // Venez ouyr, cestuy Sermon ioyeulx. » Sermon ioy = // eux [et] de grande value, Toulouse, Nicolas Vieillard, in-8° goth., 11 [12] ff.n.c., 1540 – Aix-en-Provence, B. Méjanes, Rés.S.95, 2 (Incompl.) (PGL-329b), fol. a1.

75 ¶ Sensuyt le ser // mon de sainct Belin. // Auec le sermon du poul // [et] de la pusse. Nouuelle = // ment Imprime, [Lyon, Jacques Moderne], in-8° goth., 8 ff.n.c., [vers 1540] – Paris, BnF, fonds Rothschild, VI. 3 (bis) 66 (22) (PGL-320b), fol. a1v.

76 La couronne // nostre Dame, [s.l., s.n.], in-8° goth., 24 ff.n.c., [s.d.] – Séville, BC, 15.2.6 (10) ; Séville, BC, 15.2.17 (11) (PGD-49).

Table des illustrations

Légende Fig. 9. Organisation binaire du texte : la version originale latine en manchettes et la traduction en vernaculaire au centre.Les faictz et gestes de tres reverend pere en Dieu monsieur le legat, [vers 1509], Paris, BnF, Impr., Rés. Ye. 271, fol. 4
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/27171/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 221k
Légende Fig. 10. Notations musicales imprimées. Noel fait en maniere de dyalogue, [vers 1515], Paris, BnF, fonds Rothschild, V. 9.69 (18), fol. 1
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/27171/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 229k

© Éditions de la Sorbonne, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540