Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Publier la nouvelle

 | 
Marion Pouspin

Introduction

Texte intégral

  • 1 « Si tu désires avoir un récit plus ample, je t’enverrai une lettre sur cette victoire écrite par (...)

Si hec prolixus scripta esse cupis, epistolam tibi mitto de hac victoria ab eo qui pugne affuit scriptam1.
(Lettre de Gaguin à Érasme, 7 octobre 1495.)

  • 2 Voltaire, Correspondence and Related Documents, vol. 34 : August 1768-May 1769, éd. par Theodore B (...)

J’ai lu une brochure assez curieuse intitulée Les Droits des Hommes et les Usurpations des autres. Il s’agit des usurpations de notre st Père le Pape sur la suzeraineté du Royaume de Naples, sur Ferrare, sur Castro et Ronciglione, etc, etc [sic]. Si vous êtes curieux de la lire, je vous l’enverrai pourvu que vous me donniez une adresse. Adieu, mon cher ami ; aimez toujours le vieux solitaire, qui vous aimera jusqu’au temps où l’on n’aime personne2.
(Lettre de Voltaire à Michel Paul Gui de Chabanon, 9 septembre 1768.)

  • 3 Si l’on s’en tient aux informations détaillées que Gaguin transmet à Érasme, le Trinitaire semble (...)

1À trois siècles d’intervalle, Gaguin et Voltaire conseillent tous deux à leur correspondant la lecture d’une brochure imprimée. Voltaire fait ici la promotion de son nouveau traité dans lequel il dénonce l’acquisition par l’Église catholique de territoires et de pouvoir temporel usurpés aux hommes. Quant à Gaguin, il conseille à Érasme la lecture d’une brochure qui contient une lettre sur la bataille de Fornoue du 6 juillet 1495. Cette epistola a fait l’objet d’un livret imprimé vraisemblablement à Paris peu de temps après l’événement3.

2En effet, dès le dernier tiers du xve siècle, un nouveau média fait désormais participer de larges secteurs de la population à l’actualité politique, militaire et prodigieuse : des brochures en lettres d’imprimerie gothiques colportent des « nouvelles » sur les aventures des monarques qui jouent le premier rôle dans les cérémonies du pouvoir et s’engagent de façon répétée dans les guerres d’Italie – à l’exemple de la bataille de Fornoue. D’autres livrets gothiques éveillent la curiosité et suscitent l’angoisse en rapportant quelques récits de cataclysmes et d’histoires « admirables ». Ces pièces d’actualité constituent les ancêtres de notre presse d’information, sinon people. Le public n’était pas moins friand de ces « nouvelles » que des livrets de « vulgarisation », débités au même moment. Beaucoup sont de petits ouvrages de catéchèse rudimentaire et de prières, des almanachs et des pronostications qui prédisent les maladies, la paix et la guerre, le temps à venir et ses répercussions sur les humeurs des hommes, des Vies de saints tirées de la Légende dorée ou d’autres récits hagiographiques composés aux xve et xvie siècles que l’on se procurait pour des pèlerinages, de courts recueils de recettes médicales et de décoctions de plantes de la pharmacopée traditionnelle, ainsi que de brefs romans de chevalerie et des textes qui, relevant du folklore, fleurissaient jusqu’à Rabelais, à savoir des sotties, des farces qui mettent en scène la vie quotidienne, ou encore des débats et des textes parodiques et satiriques aux sujets scatologiques et misogynes.

3Publié jusqu’à la fin du xvie siècle, c’est un corpus considérable de plus de 2 200 pièces gothiques qui s’est dévoilé à l’issue de mon dépouillement et dont jamais je n’aurais soupçonné l’ampleur. Il s’agit de la première tentative faite pour rassembler la totalité du corpus de ces petits cahiers de quelques feuillets imprimés en lettres gothiques et comportant en général une ou deux gravures (guère plus).

4Ce livre retrace de manière inédite l’histoire complète, dans le temps et dans l’espace, de ce nouveau média qu’est la pièce gothique. Il s’agit de faire connaître et reconnaître ce continent de papier, remarquable par sa richesse et pourtant ô combien méconnu. Il est vrai que les livrets imprimés ont longtemps fait figure de parents pauvres de l’histoire du livre, puisque les bibliographes ont cessé de considérer comme livres les impressions inférieures à vingt-quatre feuillets. Pourtant, tous les livrets n’ont pas été dédaignés. On connaît bien les recherches et les études menées au sujet des canards et des « bulletins d’information », des mazarinades et des livrets de la Ligue, des brochures de la Révolution française et des petites pièces imprimées qui, dans les années 1880-1960, diffusaient les idées et les marchandises des Britanniques au sein de leur empire. A contrario, l’océan documentaire des pièces gothiques n’a jamais été envisagé de manière globale. C’est dans cette perspective que s’inscrit ce présent ouvrage, conçu comme une contribution à l’étude de l’histoire culturelle et de l’histoire politique de la Renaissance.

Les pièces gothiques, la société politique et l’État moderne

  • 4 Dans la préface de la réédition de 1993, Jacques Le Goff écrit : « Mais plus que l’histoire des me (...)
  • 5 Jean-François Sirinelli, « De la demeure à l’agora. Pour une histoire culturelle du politique », V (...)
  • 6 Bernard Guenée, L’Occident aux xive et xve siècles : les États, Paris, PUF (Nouvelle Clio), 1998 ( (...)
  • 7 Après que Percy E. Schramm (Ordines) et Ernst Kantorowicz (Les deux corps du roi) aient ouvert le (...)
  • 8 Bien que certains historiens refusent toujours de croire à l’existence d’une véritable nation en F (...)
  • 9 La circulation des nouvelles au Moyen Âge. XXIXe Congrès de la SHMES (Avignon, juin 1993), Paris, (...)
  • 10 Ce débat porte sur la légitimité d’appliquer les concepts d’opinion publique et d’espace public au (...)
  • 11 Actes de la recherche en sciences sociales, 118, Jean-Philippe Genet (dir.), La genèse de l’État m (...)

5Le thème général de recherche qui sous-tend mon approche des pièces gothiques est les liens entre ce nouveau média et l’essor de l’État dit moderne. La genèse de l’État moderne constitue un terrain très fécond de la nouvelle histoire politique. Après avoir amorcé une reviviscence dans les années 1970, l’histoire politique en France opère un véritable renouveau avec une approche culturelle du politique dont Marc Bloch avait ouvert « la grande voie4 ». L’histoire politique est désormais organiquement intégrée à l’histoire sociale (prosopographie) et à l’histoire des savoirs et des pratiques culturelles, à tel point que Jean-François Sirinelli parle d’« histoire culturelle du politique5 ». Depuis les travaux de Bernard Guenée qui a proposé une histoire rénovée de l’État à la fois comparative et dans le long terme6, les historiens portent une attention aiguë aux dimensions symboliques des comportements et des productions des sociétés médiévale et moderne et à tout ce qui noue et dénoue les relations de pouvoir. Cela se traduit par l’émergence de nouveaux thèmes d’études tels que les rituels politiques dans la construction et la vie de l’État7, l’histoire de la nation et du « sentiment national8 », l’histoire de l’information en lien avec le politique9 et, plus récemment, l’opinion publique et l’espace public qui font l’objet de vifs débats dans la communauté historienne française10. Ces thèmes de recherche traitent des différents aspects de la genèse de l’État moderne dont Jean-Philippe Genet avait déjà mis en valeur les implications au sujet de l’Angleterre11. Le projet actuel du Lamop sur « les vecteurs de l’idéel » (en référence au livre de Maurice Godelier) renouvelle cette approche de la genèse de l’État moderne en réfléchissant tout particulièrement sur le rôle des médias dans l’affirmation graduelle du pouvoir symbolique de l’État sur la culture et la société.

6Du point de vue des imbrications de l’État et de l’évolution du système de communication au tournant du xvie siècle, les pièces gothiques constituent un champ d’études particulièrement percutant : elles ont contribué tout à la fois à la construction de l’État moderne, en modifiant les rapports des lecteurs-auditeurs au pouvoir et en transformant leurs sensibilités, et au développement culturel de la société politique à la Renaissance.

7En effet, elles apparaissent comme les signes et les moyens de l’ouverture d’une nouvelle sphère de communication qui génère, toutes proportions gardées, un phénomène de médiatisation de masse. Précurseurs du genre nouveau des « nouvelles » et du « livre populaire », ces livrets à bon marché élargissent le circuit initial de distribution des textes dont ils s’emparent et en permettent la circulation à une échelle inédite. Les informations et les savoirs qu’ils diffusent font passer des discours communs, des connaissances, des valeurs, des messages idéologiques, des croyances et des normes.

8D’une part, les livrets d’actualité politique et militaire divulguent les idées qu’il faut avoir sur le roi et la royauté et amènent leurs lecteurs-auditeurs à communier dans l’admiration de la « grant monarchie de France » (Seyssel). Publiés à un moment de fort renforcement du pouvoir royal, sorti victorieux de la guerre de Cent Ans, et de déferlement intense des théories politiques, ils témoignent de l’intériorisation de l’idée d’une Nation France, à laquelle les populations s’étaient attachées. En lançant le genre des « nouvelles » politiques imprimées et en diffusant des écrits de justification de la politique royale, les pièces gothiques constituent un tournant culturel qui affecte la manière dont l’État fait connaître ses actions et ses volontés et oriente l’opinion du peuple.

9D’autre part, les brochures religieuses enseignent des doctrines de « saulvement » et le contenu du savoir de la foi, le savoir minimum exigé pour tout chrétien. Entretenant des relations équivoques avec les compétences ecclésiastiques et le monde de la prédication, ces livrets diffusent des messages doctrinaux et moraux conformes tout à la fois à ce que les « professionnels de la Parole » prêchaient et aux exigences formulées dans les statuts synodaux aux xve et xvie siècles : ce que les prédicateurs exhortent à faire et à connaître, les livrets gothiques religieux l’enseignent. Les livrets de la littérature moralisante et technique offrent également, voire imposent, à leurs publics des modèles de comportements et les invitent à observer des règles morales et sociales qui sont conformes aux exigences des clercs, des Pères et des pédagogues.

10Les pièces gothiques tendent donc à former l’opinion et à façonner l’âme ou le comportement de leurs récepteurs. Les informations qu’elles font passer sont toujours en accord avec l’ordre régnant et avec les valeurs officielles. Bien que les autorités publiques ne jouent pas un rôle moteur dans la publication de ces livrets (il ne s’agit nullement d’un « dressage » ou d’un « endoctrinement » culturel impulsé par le haut vers le bas de la société, ce qui supposerait une production organisée et contrôlée), ces brochures jouent un rôle de relais des pouvoirs publics. Elles contribuent ainsi au fonctionnement de deux structures indispensables et complémentaires à l’État moderne, celle de la légitimation idéologique et celle de l’opinion.

  • 12 Voir infra, chap. 13, p. 449-464.
  • 13 Les numéros 90 et 91 des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sur les libelles, brochures (...)
  • 14 Seul Jean-Pierre Seguin s’est vraiment intéressé aux pièces gothiques relatives à l’actualité des (...)
  • 15 Le terme « propagande » est parfaitement anachronique. Il faut attendre la fin du xixe siècle, c’e (...)
  • 16 Les « relations charitables » sont des témoignages d’événements dont l’ensemble des éléments qui l (...)

11L’intérêt des pièces gothiques est donc double. D’une part, elles nous renseignent sur les nouvelles conditions de circulation des textes et de diffusion de l’information dans le royaume de France à l’ère de l’imprimerie et sur la formation d’une opinion commune sous l’emprise de ces nouveaux médias12. Par sa forme brève, son format réduit et maniable, la brochure apparaît comme la forme matérielle de l’imprimé privilégiée pour transmettre des idées auprès de populations que l’on voulait persuader. Des historiens spécialistes des xvie-xviie siècles ou des sociétés contemporaines ont montré depuis quelques décennies déjà la capacité singulière de ce type de publication à amener ses lecteurs à l’action, voire au combat, et à instiller des idées dans l’esprit des hommes13. Mais, séduits par d’autres corpus de textes, ils ont négligé les « pièces gothiques »14. Même si celles-ci n’usent pas d’arguments bellicistes et ne revêtent pas de caractère foncièrement militant, leur dimension argumentative n’est pas négligeable. Pour certaines d’entre elles, ce n’est pas forcer le trait que de parler de « propagande diffuse » (J. Le Goff)15. Tous les éléments qui les composent concourent à influencer la position de leurs lecteurs et auditeurs, sinon à les faire agir. Publiées dès les années 1470, elles font la transition vers les libelles et les brochures polémiques du xvie siècle et vers toute une littérature qui connaîtra un développement important au grand siècle, comme les « relations charitables » par exemple16.

12D’autre part, les pièces gothiques sont également d’une richesse remarquable pour l’étude de la mixité culturelle et de la culture médiane à la Renaissance. Renvoyant d’emblée à la « culture populaire » par leur présentation modeste et surannée, ces brochures supposaient une réception initiale par un public plus ou moins lettré de compagnons et de maîtres de métier, de marchands et de gens de finances, de notaires et d’instituteurs, de religieuses et de membres du bas clergé, de femmes et d’enfants capables de lire ces textes. Mais elles atteignaient en fait un public bien plus vaste par la lecture à haute voix. Mises à la portée d’un large public, les publications successives de pièces gothiques associent tout à la fois des textes de la culture religieuse légitime, des pièces parodiques et parfois obscènes considérés depuis les thèses de Mikhaïl Bakhtine et de Peter Burke comme caractéristiques de la « culture populaire » de la fin du Moyen Âge et de la Renaissance, des récits ou traités de la « culture savante » transposés en langue vernaculaire, mais aussi des textes émanant du roi, de son entourage ou de l’appareil gouvernemental, que les éditeurs compilaient fréquemment avec des chansons historiques agencées en strophes légères par des soldats de fortune et des récits de témoins oculaires.

Quelques jalons de l’histoire des pièces gothiques

13Alors que des « feuilles volantes » analogues (c’est ainsi que l’historiographie allemande et espagnole nomme ce type de publications éphémères) éditées au même moment dans d’autres aires géographiques, nommément les Flugschriften ou Einblättdrucke en Allemagne et les pliegos sueltos en Espagne, ont suscité un florilège d’études, l’historiographie française accuse un certain retard. Cela n’est pourtant pas faute de curiosité ou d’intérêt qu’ont suscités les pièces gothiques.

L’étiquette « pièce gothique »

  • 17 Le musée de l’Œuvre Notre-Dame de Strasbourg possède une collection peu connue de ces petits bas-r (...)
  • 18 Dominique Coq, « Les tribulations des plaquettes gothiques », La Revue de la Bibliothèque national (...)
  • 19 Voir infra, chap. 1, p. 46-52.

14Dès 1835, les bibliographes et les libraires français ont commencé à désigner ces opuscules par l’appellation « plaquettes gothiques ». Cette expression, commode mais ambiguë, est inadaptée pour un livre, puisqu’à l’époque de leur production et diffusion, le terme « plaquette » s’appliquait à une petite plaque de métal17. Cette dénomination, qui n’est certes pas une catégorie scientifiquement bien définie mais plutôt une étiquette conventionnelle et empirique18, ne tient pas compte de la manière dont ce type de publication était désigné dans les prologues et avertissements aux lecteurs : il était présenté comme un « petit opuscule », un « petit traicté », un « cayer », un « petit liure », un « liuret » ou encore un « petit liuret ». De la même manière, au xvie siècle, les Flugschriften se disaient toutes Büchlein. De là, l’expression « pièce gothique » (retenue dans ce livre), ou même « opuscule » ou « livret gothique », a le mérite de connoter leur appartenance au monde du livre, puisque le terme « pièce » s’applique au xvie siècle à un écrit littéraire ou musical. Le terme « opuscule », emprunté en 1488 au latin opusculum, diminutif d’opus (œuvre), désigne spécialement un petit ouvrage littéraire. Quant à l’adjectif « gothique », il révèle d’entrée de jeu le type d’écriture utilisé tout en suggérant une langue, un public et des contenus textuels spécifiques19. Dans un contexte seiziémiste, il dénote d’ailleurs un texte imprimé dans la mesure où l’écriture manuscrite la plus répandue à cette époque était l’humanistique, en raison du net recul de l’écriture manuscrite gothique, en particulier la littera bastarda. L’appellation « pièce gothique » dit bien la matérialité du document (un petit écrit imprimé en lettres gothiques) et sa dimension linguistique et philologique.

Le temps des collectionneurs et des bibliophiles

  • 20 Bien avant Fernand Colomb, Hartmann Schedel collectionnait déjà quelques Newen Zeytungen, édités à (...)
  • 21 Sur la collection de Fernand Colomb, voir Jean Babelon, La bibliothèque française de Fernand Colom (...)

15Ce vaste continent de papier a été découvert pour la première fois par Hernando Colon (Fernand Colomb), second fils de Christophe Colomb. Désireux de former une bibliothèque pour en faire profiter quiconque voulait s’instruire, il a parcouru toute l’Europe entre 1510 et 1536. Au hasard des étals de libraires et des marchés, il a recueilli près de 15 000 ouvrages de toutes sortes, allant des écrits considérés comme « populaires » aux manuscrits ou imprimés d’une plus grande valeur. Parmi sa collection hétéroclite, on trouve une véritable myriade de livrets gothiques et de brochures analogues italiennes et espagnoles, qu’il a légués à sa mort à la cathédrale de Séville20. En raison des pillages de 1884 qui ont dispersé cette collection d’imprimés, nombre de pièces gothiques relèvent désormais de fonds de bibliothèques françaises21.

  • 22 Dominique Coq, « Le parangon du bibliophile français : le duc de La Vallière et sa collection », d (...)

16Par la suite, de la seconde moitié du xvie siècle au début du xviiie siècle, on a mésestimé et négligé les pièces gothiques. Cette dépréciation culturelle s’est ensuite estompée grâce à des collectionneurs qui ont entrepris de sauver les épaves de ces « témoignages de l’histoire des mœurs en France ». Cette attitude conservatrice motivée par l’urgence se fondait sur le goût du siècle pour les anecdotes. Les « plaquettes gothiques », ainsi nommées à l’époque, regorgent en anecdotiques tant recherchées par les bibliophiles issus de la grande bourgeoisie d’argent et des finances et de l’aristocratie de cour. Dès lors, ces brochures constituent une partie plus ou moins importante de ces cabinets d’« antiquités gauloises » à caractère patrimonial, qui définissent ces raretés comme des utilités à sauver pour le bien de la communauté et non pas comme des objets d’un jeu aristocratique. Portion congrue de la collection de Jean-Pierre Chastre de Cangé et de Jean-Baptiste Guyon de Sardière, les pièces gothiques constituent un fonds presque inépuisable de la librairie de La Vallière : il est le premier à s’y être intéressé à grande échelle22.

  • 23 Alexandre Baillieu, La bibliothèque gothique : mystères, poésies et chansons des xve-xvie siècles, (...)
  • 24 Anatole de Montaiglon, Recueil de poésies françaises des xve et xvie siècles, morales, facétieuses (...)

17Cette attitude conservatrice s’est doublée d’un désir de réunir ces pièces rares et éparses pour les rendre accessibles. De là, des pièces gothiques ont commencé à être reproduites en fac-similés par Alexandre Baillieu, puis par le baron Pichon, formant peu à peu une véritable « bibliothèque gothique »23. Anatole Montaiglon et Édouard Fournier ont poursuivi cette initiative de faire connaître ces textes méconnus, en formant respectivement une collection de pièces en vers, imprimées en lettres gothiques ou rondes dès le règne de Louis XI jusqu’à l’extinction des Valois, et un recueil de 272 livrets publiés entre la seconde moitié du xvie siècle et la Révolution24.

  • 25 Sur la collection constituée par le marquis de Méjanes, voir : Jean-Marc Chatelain, Un cabinet d’a (...)
  • 26 Chantilly. Cabinet des livres imprimés antérieurs au milieu du xvie siècle, Paris, Plon, 1905.
  • 27 Elliott B. David, Charles Fairfax-Murray : The Unknown Pre-Raphaelite, New Castle, Oak Knoll Press (...)

18Parallèlement, la rareté des « plaquettes » a également attiré l’attention d’un autre type de bibliophiles (voire bibliomanes, sortes de boulimiques bibliophagiques) : ceux qui ont consacré une grande partie de leurs revenus, leur vie durant, à l’achat de livres et d’une part variable de pièces gothiques. Le fonds constitué par le marquis de Méjanes († 1786), consul d’Aix et procureur du pays, se remarque par l’encyclopédisme de son créateur : s’y côtoient des ouvrages de littérature classique, de l’histoire de France ou de Provence, des récits de voyages, des livres de botanique et près de 180 000 pièces du temps de la Ligue ou de la Fronde25. Thomas Dobrée († 1894), fils et petit-fils d’armateur nantais et promoteur de l’industrie baleinière à Nantes, a consacré sa très grande fortune à l’acquisition de collections (peintures, estampes, mobilier, orfèvrerie, tapisseries et ouvrages relatifs aux arts du spectacle comme la chanson, le théâtre, le ballet, les entrées et les divertissements). Le duc d’Aumale († 1897), militaire et homme politique, membre de l’Académie française, a tout particulièrement recherché les livres imprimés à l’étranger par des Français et les premiers produits de la typographie française26. Trois bibliophiles ont fait preuve d’un regain d’intérêt à l’égard des pièces gothiques : le comte de Lignerolles dont la collection est l’une des plus abondantes en gothiques français ; James de Rothschild, dont l’intense activité littéraire en collaboration avec Montaiglon fit connaître quatre-vingt-quinze poésies anonymes des xve et xvie siècles ; Charles Fairfax-Murray, commerçant et collectionneur, s’est quant à lui spécialisé dans les premiers livres et livrets italiens, allemands et surtout français27.

19Ces fonds constitués dès l’Ancien Régime, tantôt par des bibliophiles d’une verve conservatrice et liés à l’entourage du régent, tantôt par des notables locaux ou des collectionneurs bibliomanes, ont été légués à des bibliothèques publiques ou vendus aux enchères. Ainsi, dès les années 1825-1830, lorsque l’engouement pour le Moyen Âge gagne artistes, hommes de lettres et historiens, la bibliothèque royale (puis impériale) se préoccupe de faire entrer dans ses collections ces pièces gothiques, qui semblaient prolonger les temps « médiévaux », acquises par dons ou ventes à l’instar de la bibliothèque de Cangé (1733). Devenue par la suite la Bibliothèque nationale de France, elle acquiert par legs en 1949 plus d’un millier de gothiques français provenant de la collection Rothschild. Quant aux marquis de Méjanes, à Thomas Dobrée et au duc d’Aumale, ils ont donné leurs précieux fonds à des institutions locales, respectivement la bibliothèque municipale d’Aix, le conseil général de Nantes et l’Institut de France. À l’inverse, d’autres collections se retrouvent sur le marché : la meilleure partie de la bibliothèque du comte de Lignerolles est vendue aux enchères au début de l’année 1894. Enfin, Edmée Maus († 1971) est l’une des dernières grandes collectionneuses de ce type de pièces avec ses 200 livrets environ dont certains ont été acquis par la BnF.

Les pièces gothiques : un objet d’étude peu défriché

  • 28 Henry Harrisse, Excerpta Colombiniana. Bibliographie de quatre cents pièces gothiques françaises, (...)
  • 29 Robert Brun, « Les plaquettes gothiques françaises des xve et xvie siècles », dans Sources : étude (...)

20Longtemps l’histoire des pièces gothiques s’est réduite à une dimension unique : les inventaires bibliographiques. Poursuivant la démarche bibliographique menée par les érudits et les collectionneurs, les bibliothécaires et les historiens du livre ont sondé les bibliothèques à pièces gothiques et ont entrepris de manière isolée l’inventaire de ces fonds d’imprimés des plus originaux. En 1887, Henry Harrisse a recensé les 400 « petits livres faits pour le peuple » imprimés en France, en Italie et en Allemagne, que Fernand Colomb avait légués au chapitre de la cathédrale de Séville28. Cette entreprise de recensement a été poursuivie en 1943 avec le fonds de la bibliothèque Sainte-Geneviève (Louis-Marie Michon) et de la BnF (Robert Brun)29.

  • 30 Lucien Febvre et Henri-Jean Martin, L’apparition du livre, Paris, Albin Michel, 1999, p. 131.
  • 31 Dominique Coq, « Les débuts de l’édition en langue vulgaire en France : publics et politiques édit (...)

21Outre cette approche bibliographique, les pièces gothiques se sont volontiers prêtées à l’étude scientifique. En premier lieu, maints travaux sur l’histoire de l’édition et de la typographie françaises signalent l’existence de ces petites impressions. Dans leur livre fondateur sur L’apparition du livre, Lucien Febvre et Henri-Jean Martin accordent une place, certes très secondaire, aux « plaquettes ». Pour ces pionniers des études sur l’histoire du livre, ces éditions portatives de petit format sont des « ouvrages de littérature populaire destinés à un public encore plus vaste » que celui des livres dont l’imprimerie avait déjà permis qu’ils ne soient plus l’apanage de la seule gentilhommerie30. S’appuyant sur les travaux de H.-J. Martin concernant la culture populaire et la culture savante, Dominique Coq replace les pièces gothiques dans l’évolution des stratégies éditoriales à la fin du xve siècle, à un moment où le Lyonnais Barthélemy Buyer, bientôt suivi par d’autres éditeurs, se lancent dans l’édition de livres aux textes soigneusement choisis et rédigés dans une langue compréhensible par les « non-doctes » (en langue vernaculaire), conditions sine qua non d’une extension du marché traditionnel des liseurs, d’un élargissement de la clientèle31.

22Un petit groupe d’imprimeurs songe à un autre type de publication en langue française où la concurrence était pour ainsi dire inexistante : de minces livrets imprimés en caractères gothiques. Cette formule éditoriale fut inaugurée par les confrères lyonnais de Buyer (Le Roy, Husz et Siber), ainsi que par les Viennois Schilling et Schlenck et le Brugeois Mansion. Elle fut très vite adoptée par des imprimeurs parisiens, dont certains travaillaient d’ordinaire pour les grands libraires (comme Antoine Vérard par exemple), puis par des imprimeurs rouennais et bien d’autres encore.

23Ces imprimeurs et libraires ont tout d’abord proposé de petites brochures pieuses, qui vulgarisaient sous une forme nouvelle des œuvres dont le succès avait déjà été assuré. Pour garantir le débit de ces éditions, on reproduit en effet ce qui est susceptible de répondre à un engouement ou à une attente. Puis, ils se sont lancés dans l’édition de pièces d’actualité sur les traités de paix, les cérémonies royales et les péripéties des guerres d’Italie, avant d’étendre encore le répertoire au point d’aboutir à une constellation de thèmes qui relèvent toujours de l’horizon mental des lecteurs-auditeurs (du moins selon l’idée que s’en faisaient les éditeurs).

24Jusqu’à présent, les pièces gothiques ont surtout retenu l’attention des chercheurs pour leur richesse informative ou pour l’identité de leur auteur, mais sans que ceux-ci les soumettent vraiment à la critique, critique de leur matérialité et de leurs modalités de fabrication et de diffusion. Ce sont celles qui ont trait à la vie politique de la monarchie de France qui ont retenu la plus grande attention. Piquant la curiosité des érudits et des historiens, les uns y ont recherché – au moment de la montée des nationalismes – l’expression d’un sentiment national fort, tandis que d’autres les ont intégrées dans le nouvel objet d’étude historique d’alors : l’information.

  • 32 Jules de La Pilorgerie, Campagne et bulletins de la grande armée d’Italie commandée par Charles VI (...)

25Dans son ouvrage sur les « bulletins de la grande armée d’Italie commandée par Charles VIII » conservés à la bibliothèque de Nantes, La Pilorgerie livre ainsi ce qui serait une première étude historique s’appuyant sur des pièces gothiques32. Interprétant ces bulletins de campagne à la lumière du contexte contemporain, son analyse n’est ni neutre ni gratuite : il recherche l’expression du sentiment national dans ces témoignages originaux afin de démontrer que la supériorité d’un État, en l’occurrence celle de la France face à une Italie alors morcelée, vient de son unité et de sa cohésion.

  • 33 Henri Hauser, « La presse en France avant le journal », Revue des cours et conférences, mars 1900, (...)
  • 34 Claude Bellanger, Jacques Godechot, Pierre Guiral et al., Histoire générale de la presse française(...)

26Par la suite, en 1900, dans le cadre d’un cours de journalisme consacré à la presse non périodique en France, Henri Hauser étudie le rôle de la presse et des gazetiers dans la propagation des nouvelles politiques de la fin du xve jusqu’au début du xviie siècle33. Les pièces gothiques d’actualité apparaissent ainsi comme les précurseurs du genre nouveau des « nouvelles ». Considérées comme les ancêtres de nos journaux d’information, les pièces d’actualité gothiques constituent le point de départ de l’Histoire générale de la presse34.

  • 35 Depuis les travaux pionniers d’Yves Renouard sur l’information aux plans institutionnel et fonctio (...)
  • 36 Parmi les historiens signalant l’existence des « plaquettes », citons Franck Collard, Un historien (...)

27S’appuyant sur les travaux d’H. Hauser, Jean-Pierre Seguin réexamine dans les années 1950 ces bulletins d’information (tous caractères typographiques confondus) publiés entre la fin du xve siècle et le règne d’Henri II. Même si la typologie des textes qu’il propose est discutable et même si ses conclusions exigent parfois des nuances, des modifications et des renouvellements, J.-P. Seguin a apporté des analyses inédites sur ces occasionnels, telles que la détermination de leurs traits physiques, leurs prix et leurs publics. Il a posé les bases de nos connaissances en matière de brochures d’actualité pour cette période de transition entre le Moyen Âge et les Temps modernes. Depuis que l’histoire politique n’est plus conçue comme une séquence d’événements parfaitement lisse et homogène et qu’est considéré comme fondamental pour la compréhension du jeu politique le concept de propagande ou d’information35, des historiens se réfèrent volontiers aux travaux de J.-P. Seguin, mais sans jamais les revisiter36.

28Il ressort de ces lignes que les pièces gothiques n’ont certainement pas manqué d’éveiller la curiosité des collectionneurs, bibliothécaires, érudits et historiens du livre, suivis dès la seconde moitié du xxe siècle par les historiens. Mais comme le déplorait déjà Dominique Coq en 1989, les pièces gothiques n’ont suscité qu’un intérêt scientifique secondaire :

  • 37 Dominique Coq, « Les tribulations des plaquettes gothiques », art. cité, p. 54.

Hormis quelques bibliographes et historiens du livre qui ont fait connaître un peu de ce que les bibliophiles et les collectionneurs des xviiie-xixe siècles avaient su exhumer et préserver, peu de littéraires, peu d’historiens ont vraiment utilisé cette source essentielle pour l’histoire culturelle, pour l’histoire de la littérature, pour l’histoire des mœurs de la société française de la première moitié du xvie siècle. Il y a là pourtant toute une matière brute, imparfaite dans la forme, mais souvent très vivante, sincère, spontanée, que le terme « gothique », avec sa nuance nostalgique d’archaïsme et de suranné, ne laisse guère deviner37.

29Si les « pièces gothiques » ne sont sûrement pas des documents inconnus, elles n’en demeurent pas moins encore mal connues, et pour cause. Plusieurs arguments ont dû rebuter plus d’un chercheur à s’aventurer dans cette masse et nébuleuse de brochures gothiques au premier rang desquelles se trouve la difficulté à définir précisément ce que recouvre cette appellation. Ainsi, Dominique Coq intègre dans sa présentation générale des « plaquettes gothiques » conservées à la BnF des romans de chevalerie nullement composés d’un nombre restreint de cahiers alors qu’il définit la « plaquette » comme un « opuscule ». Force est de constater notre difficulté à identifier avec exactitude ce que recouvre cette notion confuse de « plaquettes gothiques ». Il est vrai que ces brochures constituent peu à peu une espèce de collection, repérable par leur présentation presque immuable, progressivement surannée en raison du réemploi des bois et des caractères d’imprimerie jusqu’à l’usure. Cependant, cette collection n’est apparue qu’au fil des générations d’éditeurs et des rééditions de pièces sans qu’il y ait eu une volonté délibérée de la part de leurs producteurs de constituer une collection, une « bibliothèque » de pièces gothiques. Contrairement à la « Bibliothèque bleue » de Troyes, aucun éditeur de pièces gothiques n’en a proposé un répertoire. Une dernière explication peut être avancée : ce sont des imprimés pour lesquels nos renseignements sur leurs modalités de production et de diffusion (colportage, pratiques boutiquières) sont très limités en raison de la rareté de documents d’archives et du quasi-mutisme des sources.

Méthodes

30L’histoire du livre s’en est toujours tenue à une reconstitution, la plupart du temps impressionniste, de l’aventure singulière des pièces gothiques : apparues dès les débuts de l’imprimerie, ces brochures sont perçues d’entrée de jeu comme des éditions populaires en raison de leur contenu et de leur présentation modeste. Aussi ai-je estimé qu’il manquait une étude complète et une recherche d’ensemble sur ces imprimés les plus originaux. Ceux-ci ont longtemps été délaissés, y compris par les historiens spécialistes de la littérature dite populaire, à savoir Mikhaïl Bakhtine, Robert Mandrou, Marc Soriano et Geneviève Bollème par exemple. L’histoire des pièces gothiques était à écrire, leur corpus à constituer, leurs caractères matériels et formels à définir, les conditions de leur production et de leur diffusion à discerner, leurs publics à identifier et, enfin, leurs contenus textuels et figurés à analyser. Longtemps négligés, tous ces aspects ne présentent pas moins un accès privilégié à l’histoire culturelle de la Renaissance.

Repérer et sélectionner les pièces gothiques

31La constitution du corpus repose sur le repérage et la sélection des pièces gothiques dans les catalogues de bibliothèques et les bibliographies. Dès lors, se posent des questions d’ordre méthodologique, tenant presque toujours de l’inclusion ou de l’exclusion, c’est-à-dire des frontières du sujet. Suffit-il que l’écriture de l’opuscule soit la lettre gothique pour qu’il entre dans cette catégorie ? Que faire des éditions mixtes dont le corps du texte est en caractères gothiques mais le titre en lettres rondes, ou inversement ? Que faire des brochures gothiques en latin ? Où se situe la limite entre le livret et le livre ? Il a fallu établir des critères essentiels, fondés sur des caractéristiques formelles et matérielles propres à ces brochures et qui n’ont nullement été définis ex nihilo mais au contraire révélés au fur et à mesure des repérages, des consultations et des confrontations.

32La définition complexe et empirique de la pièce gothique repose sur la combinaison de plusieurs critères : un type typographique, une langue, un petit format, un nombre limité de feuilles d’imprimerie (et donc de feuillets), une large diffusion potentielle et, enfin, un usage pratique, récréatif, voire quotidien.

33L’expression « pièces gothiques » en dit bien la nature. Le terme « pièce » employé pour désigner le livre – ou plutôt le livret dont le volume réduit justifie le diminutif – renvoie d’emblée à l’objet. Il suggère un opuscule fabriqué à partir d’un nombre restreint de feuilles d’imprimerie, pliées en cahiers. Cela exclut les publications que l’on compte comme des placards et celles que l’on considère comme des livres. La limite entre le livre et le non-livre (le livret) a été fixée à vingt-quatre feuillets par les bibliographes et historiens du livre. Elle peut certes paraître abstraite et éliminer du champ d’étude des impressions parfois guère plus épaisses – quantité d’« histoires » et de pièces de circonstance, d’actualité et autres – mais ces publications plus volumineuses révèlent globalement d’autres intentions, d’autres usages et d’autres publics. De surcroît, cette limite matérielle de vingt-quatre feuillets autonomise assurément un véritable corpus d’imprimés, puisque plus de 90 % des pièces gothiques affichent moins de vingt feuillets, dont près de 80 % en ont moins de huit. Rapporté en nombre de feuilles d’imprimerie, la publication d’une pièce gothique ne nécessitait en effet qu’une seule ou deux feuilles d’impression.

34« Gothiques » : l’adjectif se justifie en premier lieu par le caractère typographique utilisé, mais il évoque également des genres littéraires spécifiques lorsque les imprimeurs persistent à employer ces lettres gothiques de manière quelque peu anachronique après la « révolution typographique » des années 1530-1550.

35Si la « pièce » suggère une épaisseur et le « gothique » des genres de textes, il faut souligner que ni le format ni le caractère gothique ne sont spécifiques à notre objet d’étude. Avec ce même caractère typographique, des ouvrages volumineux proposent des genres de textes semblables à ceux des brochures (Vies de saints, traités médicinaux, moralités, mystères et romans de chevalerie). Sous ce même format réduit, des éditeurs publient en caractères romains et italiques, voire grecs, des livrets pédagogiques pour les étudiants, des œuvres d’auteurs contemporains ou encore des brochures d’actualité plus élaborées, qui se définissent elles-mêmes en opposition aux livrets gothiques produits – prétendent-ils – « à la hâte ». C’est donc la combinaison des critères susmentionnés qui définit la pièce gothique.

  • 38 Dans sa thèse sur les actes royaux imprimés, Lauren Kim a répertorié et analysé près de 6 000 acte (...)

36En revanche, un type de livret gothique n’a pas été retenu dans cette présente étude, bien qu’il partage avec les « pièces gothiques » une certaine uniformité typographique et codicologique : ce sont les courtes éditions d’actes royaux. En effet, ces publications constituent une catégorie livresque à part pour plusieurs raisons : leurs producteurs, usage et public diffèrent quelque peu de ceux des « pièces gothiques » et la majorité des actes édités en gothique sont publiés sous la forme de véritables volumes, excédant souvent la centaine de feuillets. D’après mes relevés dans les outils bibliographiques, seule une centaine environ d’actes royaux sont publiés de manière isolée sous forme de livrets gothiques, ce format et ce caractère typographique se justifiant par la brièveté du texte et par l’attachement durable de la chancellerie au caractère d’imprimerie gothique (jusque dans les années 1550 environ). Ces publications répondaient, en premier lieu, au besoin des gens de robe d’être au courant des derniers actes promulgués. Dès les années 1480, on a des versions imprimées d’édits et d’ordonnances. Cette pratique s’accroît tout au long du xvie siècle, si bien que plus de 80 % des actes relevés par Lauren Kim datent de la seconde moitié du xvie siècle38 et sont dès lors imprimés en lettres rondes.

  • 39 Lauren Kim retient comme actes royaux toutes les formes sous lesquelles la volonté du roi se réali (...)
  • 40 Les publications d’actes s’adressent à trois catégories de lecteurs. Le marché des actes imprimés (...)

37La définition de l’« acte » étant complexe39, Lauren Kim ne retient pas dans sa thèse toute une série de « lettres nouvelles » émanant des rois Charles VIII et Louis XII et qui ont, au contraire, toute leur place dans cette présente étude. En effet, la forme de ces lettres royales et leur mise en imprimé dévient de celles des autres actes royaux au sens strict. Publiées de manière combinée avec des pièces en vers et d’autres nouvelles par lettres rédigées par des hommes d’armes, des généraux de l’armée ou de simples témoins anonymes, elles donnent lieu à de véritables « bulletins d’informations » à large circulation potentielle. Même la phraséologie des titres de ces brochures les fait apparaître comme des lettres de nouvelles et non pas comme des actes royaux. Au contraire, les ordonnances, édits et lettres patentes, imprimés soit dans de grands recueils, soit de manière isolée sous forme de livrets, s’adressent de préférence à un public restreint de professionnels du droit et de la loi (officiers, avocats, étudiants en droit, etc.)40. Manipulés dans l’exercice de leur profession comme outils de références, ces actes imprimés servent avant tout à un usage professionnel ou à l’étude. Ainsi, les quelques travaux se rapportant de près ou de loin aux pièces gothiques ont toujours écarté de leur définition les actes royaux proprement dit, alors qu’ils ont donné la part belle aux livrets de traités de paix et de trêve et aux miscellanées combinant poèmes de circonstance, lettres du roi et de gentilshommes.

38Les limites chronologiques de cette étude correspondent aux dates d’apparition et de raréfaction des brochures gothiques (1480-1580 environ). L’espace retenu est, quant à lui, induit par la définition linguistique de la pièce gothique. Outre les brochures en langue vernaculaire éditées dans le royaume de France, le corpus comprend aussi les rares pièces francophones publiées en lettres gothiques dans les Pays-Bas, dans la Suisse actuelle et, dans une moindre mesure, en Italie et en Angleterre (soit près de 5 % du corpus total). Ces brochures francophones ont été retenues dans la présente étude dans la mesure où elles partagent avec les brochures françaises des qualités communes d’ordres matériel, linguistique, formel et utilitaire. De plus, traiter des pièces gothiques françaises dans les limites territoriales de la France d’alors (le xvie siècle), ce serait se condamner à passer sous silence les livrets édités à Avignon et à Besançon par exemple.

39Qui veut approcher au plus près de la réalité de la production de « pièces gothiques » doit s’infliger de passer en revue l’ensemble de la production française et francophone pour toute la période considérée, autrement dit écumer les pages de maintes bibliographies nationales et de recensement mondial, de manuels de collectionneurs, de catalogues de bibliothèques et de fichiers manuels.

  • 41 Ce catalogue apparaît comme un outil de premier ordre pour repérer les pièces gothiques, quoiqu’il (...)
  • 42 C’est grâce à la bienveillance de Mme Geneviève Guilleminot-Chrétien que j’ai pu consulter les not (...)

40Pour repérer les pièces publiées en France, un certain nombre de sondages ont été pratiqués dans le catalogue des gothiques français de Guy Bechtel41, le Catalogue de l’histoire de France, l’Histoire de l’imprimerie en France de Claudin, le Catalogue of Books printed in the XVth century now in the British Museum (BMC, Part VIII) et le Short-Title Catalogue of Books printed in France and of French Books printed in other Countries from 1470 to 1600 now in the British Museum (STC), l’Universal Short Title Catalogue (USTC), ainsi que dans le Répertoire bibliographique des livres imprimés en France au seizième siècle qui, constitué par des experts de l’imprimerie de chaque région, recense tous les imprimés en France au xvie siècle, en dehors de Lyon, de la Normandie et de Paris, traités séparément. Pour Lyon, la bibliographie lyonnaise de Baudrier, retravaillée et complétée par Sybille von Gültlingen, a été examinée. Pour Paris, les travaux de Philippe Renouard (y compris les notes manuscrites de Renouard complétées par celles de Seymour de Ricci42) et de Moreau ont été analysés.

  • 43 Au premier rang des travaux spécialisés sur des collections ou des imprimeurs de pièces gothiques, (...)

41Ont servi de base au recensement des brochures francophones : la Bibliotheca Belgica ou Bibliographie générale des Pays-Bas, les Annales de la typographie néerlandaise au xve siècle de Campbell, la Nederlandsche Bibliographie van 1500 tot 1540 de W. Nijhoff, le Catalogue des incunables imprimés à Genève, 1478-1500 et, enfin, pour les brochures anglaises francophones, la Bibliography of Books and Documents printed in England and of Books for the English Market printed abroad de Duff. L’expérience a dû être systématisée avec des bibliographies spécialisées dans une collection particulière, un imprimeur ou un genre littéraire43.

42Si tous ces outils bibliographiques ont le mérite d’exister, ils sont perfectibles, y compris pour les plus riches d’entre eux. Un tel dépouillement dans des outils bibliographiques aussi divers a permis de localiser près de 200 références jusque-là non domiciliées et d’identifier plus de 400 pièces qui n’avaient pas été répertoriées dans le catalogue de Guy Bechtel. Grâce au recensement des incunables français que Dominique Coq m’a communiqué, le corpus a pu être affiné, en particulier avec les fragments de brochures dont l’identification reste malaisée.

  • 44 Herbert M. Adams, Catalogue of Books printed on the Continent of Europe, 1501-1600 in Cambridge Li (...)

43L’analyse des fonds de trois catégories de bibliothèques constitue le cœur de la définition de ce corpus, à savoir les bibliothèques parisiennes, les collections municipales de province et les fonds conservés à l’étranger. L’examen minutieux des catalogues papiers et des fichiers manuels a formé la base de la collecte des pièces gothiques conservées dans les collections parisiennes : la Bibliothèque nationale de France et ses différents départements (BnF), la bibliothèque Sainte-Geneviève (BSG), la bibliothèque Mazarine, la Bibliothèque historique de la Ville de Paris (BHVP), la bibliothèque Doucet (Institut national d’histoire de l’art), la bibliothèque des Beaux-Arts (BENSBA) et celle des Archives de Paris. Les collections des bibliothèques municipales françaises ont ensuite été examinées et les pièces gothiques analysées et comparées à celles des bibliothèques parisiennes. Les fonds de bibliothèques étrangères ont également été dépouillés, notamment ceux de la British Library (Londres), de la Bodleian Library (Oxford), des bibliothèques de Cambridge et de Séville (bibliothèque Colombine)44.

Éclatement des lieux de conservation : reflet des vicissitudes de la transmission des pièces gothiques

  • 45 Il n’est pas rare que les répertoires et autres outils bibliographiques affichent des notices erro (...)
  • 46 Distribution des exemplaires des pièces gothiques [n = 1 929 pièces domiciliées] :
  • 47 La grande majorité des pièces gothiques répertoriées et domiciliées dans des bibliothèques publiqu (...)

44L’éclatement des lieux de conservation reflète les vicissitudes de la transmission des pièces gothiques. Dans la mesure où aucune bibliographie des imprimés édités aux xve et xvie siècles n’a été entreprise à cette époque, l’historien doit se contenter de raisonner sur des répertoires recensant des imprimés conservés de nos jours ou du moins signalés dans des manuels de vente de la fin du xixe siècle. Dès lors, le gros du travail de ratissage et de détection des pièces gothiques demeure tributaire des données fournies par les catalogues de bibliothèques et de leurs lacunes45. Si la collecte de ces brochures dans des sources aussi dispersées n’était que la clef d’une entreprise de longue haleine motivée par une quête à l’exhaustivité, force est de constater qu’il est bien illusoire de prétendre à une quelconque exhaustivité bibliographique, a fortiori pour une production aussi singulière que celle des pièces gothiques. Celles aujourd’hui connues – bien souvent à l’état d’unica –, ne sont que la partie visible d’une production certainement plus ambitieuse46. Mais il faut accepter que tout un pan de la production se dérobe à notre œil comme elle se dérobait d’ailleurs à l’œil du contemporain. De ce ratissage, il ressort un répertoire composé de plus de 1 900 pièces gothiques (beaucoup plus si l’on compte par unités bibliographiques, c’est-à-dire en comptabilisant les exemplaires identiques, soit plus de 2 200 pièces en tout). À ce chiffre de 1 900, il faudrait ajouter les pièces « virtuelles », c’est-à-dire les brochures aujourd’hui disparues (ou absentes des fonds de bibliothèques publiques), mais dont l’existence est attestée dans les catalogues de vente ou d’anciens catalogues de bibliothèques, sinon par leur reproduction au xixe siècle. Le « corpus total » (plus de 1 900 éditions aujourd’hui conservées, auxquelles s’ajoutent près de 300 pièces « virtuelles ») s’élèverait à 2 200 éditions de pièces gothiques environ47.

  • 48 Voir supra, introduction, p. 18-21.

45Il ressort du tableau ci-contre que le corpus des pièces gothiques est très dispersé (tabl. 1). Cet éclatement géographique des lieux de conservation s’explique par les aléas de la conservation et de la transmission de ces brochures : les fonds proviennent majoritairement de collectionneurs et de bibliophiles dont l’importance qu’ils accordaient à ces livrets reflète à la fois leur personnalité et les préoccupations de leur époque48.

Lieux de conservation des pièces gothiques

Part des pièces gothiques conservées

Bibliothèque nationale de France (Paris), en particulier le département de la Réserve des livres rares, mais aussi ceux des Manuscrits, de l’Arsenal et celui des Arts du spectacle et de la Musique

56 %

British Library (Londres)

11 %

Bibliothèque du musée Condé (Chantilly)

10 %

Bibliothèque Colombine (Séville)

7 %

Bibliothèque Méjanes (Aix-en-Provence)

2,5 %

Bibliothèque Mazarine (Paris)

1,7 %

Bibliothèque de l’École nationale supérieure des beaux-arts (Paris)

1,3 %

Bibliothèque Sainte-Geneviève (Paris)

1,2 %

Médiathèque Jacques-Demy (Nantes)

1,1 %

Bibliothèque municipale de Lyon

1,1 %

Bibliothèque historique de la Ville de Paris (Paris) ; Bibliothèque municipale d’Amiens ; Bibliothèque municipale de Bordeaux ; Bibliothèque municipale de Grenoble ; Bibliothèque municipale de Lille ; Bibliothèque municipale de Toulouse ; Bibliothèque municipale de Versailles ; Bibliothèque nationale d’Autriche (ÖNB, Vienne) ; Bibliothèque universitaire de Liège ; Bibliothèque universitaire de Manchester (JRUL) ; Bibliothèque vaticane (Rome) ; Bodleian Library (Oxford) ; Biblioteca nazionale centrale de Fiorenze (Florence) ; Harvard College Library (Cambridge, MA) ; The Library of Congress (Washington) ; musée Dobrée (Nantes) ; Pierpont Morgan Library (New York).

< 1 %

Archives municipales de Rouen ; Bibliothèque cantonale et universitaire de Fribourg ; bibliothèque Doucet (INHA, Paris) ; Bibliothèque municipale d’Auxerre ; Bibliothèque municipale de Besançon ; Bibliothèque municipale de Châlons-en-Champagne ; Bibliothèque municipale de Chartres ; Bibliothèque municipale de Clermont-Ferrand ; Bibliothèque municipale de Laon ; Bibliothèque municipale du Mans ; Bibliothèque municipale de Marseille ; Bibliothèque municipale de Moulins ; Bibliothèque municipale d’Orléans ; Bibliothèque municipale de Poitiers ; Bibliothèque municipale de Rouen ; Bibliothèque municipale de Saint-Dié ; Bibliothèque municipale de Tournai ; Bibliothèque municipale de Tours ; Bibliothèque municipale de Troyes ; Bibliothèque universitaire de Gand ; Bibliothèque universitaire de Mons ; Bibliothèque universitaire d’Uppsala (UB) ; bibliothèque Victor-Cousin (Paris) ; Boston, Harvard Library Francis A. Countway Library of Medicine ; Harvard College Library ; Palacio real. Biblioteca (Madrid) ; Palermo, Biblioteca National (Palerme) ; Staadsbestuur Brugge (Bruges) ; Trinity College Library (Dublin) ; Biblioteca nazionale Marciana (Venise).

< 0,1 %

Tabl. 1. Distribution des pièces gothiques par lieux de conservation

Représentativité du corpus et possibilités de traitements statistiques

46Seule une partie de la production des pièces gothiques a résisté au temps, à leurs manipulations et aux dépréciations qu’elles ont dû subir. Ne subsistent bien souvent que des exemplaires uniques, parfois fragmentaires, sinon quelques titres d’éditions mentionnés dans les catalogues et inventaires. Bien que la part de ce qui a été perdu, détruit, égaré et disparu ne puisse être précisément mesurée en raison de l’absence de répertoires ou de listes des titres publiés rédigés à l’époque de leur production et diffusion, on peut considérer qu’elle devait être relativement importante.

  • 49 Arnold Esch, « Chance et hasard de transmission. Le problème de la représentativité et de la défor (...)
  • 50 Plusieurs pronostications de Gaspart Laet ont ainsi été sauvées de la destruction, telles que la p (...)

47Les vicissitudes de leur transmission ne sont pas seulement liées à cette « sélection consciente par les humains49 » : il convient de prendre en compte le matériau et sa vulnérabilité. Le papier se détériore, d’autant plus que les publications de ce type, non reliées et de faible valeur (pécuniaire), n’étaient pas destinées à être conservées en bibliothèque. Les livres de grand format ont effectivement une plus grande chance de survivre que ces livrets de poche. Certaines ont été retrouvées dans des plats de carton de vieilles reliures, ces « véritables corbeilles à papier » sur lesquelles Gilbert Ouy attirait l’attention des restaurateurs et conservateurs50.

  • 51 Molière, La gloire du Val-de-Grâce, Paris, Jean Ribou, 1669, p. 8.

48De plus, les pièces gothiques pâtissent de la dépréciation du caractère gothique. Aux xviie-xviiie siècles, l’adjectif « gothique » s’applique négativement à la période artistique comprise entre l’art antique et celui de la Renaissance que l’on pensait dominé par les Goths. Pendant la période classique, le mot est fortement péjoratif. Molière parle même du « faible goût des ornements gothiques51 ». Après une longue période, de la seconde moitié du xvie au début du xviiie siècle, durant laquelle on mésestime les pièces gothiques, cette dépréciation culturelle s’estompe grâce à une nouvelle génération de collectionneurs, tels que Chastres de Cangé et Guyon de Sardières.

  • 52 Arnold Esch, « Chance et hasard de transmission », art. cité, p. 25.
  • 53 Cela paraît étonnant dans la mesure où, d’ordinaire, pour un imprimé dont le support est fragile, (...)

49Somme toute, vulnérabilité et dépréciation conjuguées expliquent le fait que les brochures aujourd’hui connues donnent une vision partielle de la réalité du corpus initial. Toutes ces pièces répondent-elles unanimement au hasard de la transmission, ou certaines bénéficient-elles d’une chance particulière de transmission ? D’une part, si l’analyse de la répartition thématique des pièces gothiques montre que la transmission de ces livrets peut être tributaire des choix qu’ont opérés les collectionneurs, la géographie et le rythme de leur production sont pourtant représentatifs du reste de la production livresque. D’autre part, il faut tenter d’évaluer ce qu’il manque, c’est-à-dire estimer une proportion de l’ensemble, « la valeur relative (au sens mathématique) de l’élément partiel52 ». Pour cela, il convient, comme le souligne A. Esch, de combiner des sources de natures différentes. Cette évaluation est toutefois difficile dans le cas des pièces gothiques du fait qu’elles sont rarement expressément nommées dans les sources. Ainsi, le « Bourgeois de Paris sous le règne de François Ier » mentionne, dans son Journal, la publication et l’impression de brochures d’actualité qui, en dépit de la grande fragilité de leur support, de leur faible prix et de leur valeur d’usage, sont presque systématiquement identifiables avec des pièces aujourd’hui conservées53. De plus, le dépouillement des catalogues révèle un petit nombre de brochures aujourd’hui disparues mais qui ont été rencontrées jadis sur le marché du livre ou signalées par les bibliographes, à savoir près de 14 % du corpus total. Au demeurant, si tant est que leurs notices bibliographiques ne soient pas erronées, elles ne sauraient modifier sensiblement ni la géographie, ni le rythme de la production du corpus étudié.

  • 54 Les croix depardieu sont des abécédaires qui commencent par une croix et apprennent aux enfants la (...)
  • 55 Molière, Monsieur de Pourceaugnac, acte I, scène 5, éd. par Jean Ribou, Paris, 1770, p. 34.

50Toutefois, les livrets manipulés le plus quotidiennement devaient constituer à l’époque de leur production une part bien plus importante que celle aujourd’hui conservée. Par exemple, les croix depardieu54, dont seules trois pièces gothiques sont aujourd’hui conservées, devaient être plus nombreuses et même assez répandues aux xve, xvie et xviie siècles pour qu’en 1670, l’ouvrage étant passé dans le langage courant, Molière puisse faire dire à l’apothicaire de Monsieur de Pourceaugnac : « Ma foi, ma foi, vous ne pouviez pas vous adresser à un médecin plus habile ; c’est un homme qui sait la médecine à fond, comme je sais ma croix de par Dieu55. » La manipulation quotidienne de ces croix depardieu, qui plus est par des mains enfantines, a dû accroître leur vulnérabilité.

  • 56 Arnold Esch, « Chance et hasard de transmission… », art. cité, p. 21.

51Même si les brochures aujourd’hui conservées ou connues ne sont que les miettes d’une production d’une plus grande envergure (gardons à l’esprit l’omniprésence de cette absence), la transmission des pièces gothiques semble bien reproduire « une situation originelle de façon à peu près représentative56 ». Cela rend possible une approche quantitative, depuis l’établissement des paramètres de production jusqu’à leur expression cartographique. Si l’on exhume encore des pièces gothiques des plats de reliure ou des fonds de bibliothèques privées, celles-ci viendraient certes quelque peu modifier certains des éléments de mon étude statistique (ajoutant un nouvel exemplaire ou une nouvelle édition à un titre déjà connu), mais sans pour autant bouleverser les schémas et les conclusions de ce livre.

Axes de recherche

52Organisé en quatre parties, ce livre approfondit l’état de nos connaissances sur les pièces gothiques et renouvelle l’approche de ces livrets.

53La première partie (chapitres 1 à 5) poursuit, avec ce corpus au contenu hétérogène, les enquêtes menées ces dernières décennies au sujet du livre, en articulation avec l’histoire sociale, l’histoire économique (étude des modalités de fabrication de ces livrets typographiques), l’histoire des pratiques culturelles (étude des modes de lecture et d’appropriation de ces textes, telle que l’a inaugurée l’historiographie allemande – la Rezeptionsgeschichte – avant d’être introduite en France notamment par Roger Chartier) et l’histoire de la forme matérielle du livre (avec ces livrets, on assiste à la constitution d’un style caractéristique des éditions « populaires », plus à la portée des lecteurs moins huppés). Il s’agit d’examiner les spécificités des pièces gothiques tant sur le plan de leurs modalités de production et de diffusion que de leurs caractéristiques matérielles et de leurs usages.

54La deuxième partie (chapitres 6 à 9) canalise le flot de ces textes en structurant les unités textuelles des pièces gothiques selon quatre champs (les brochures d’actualité, celles religieuses, celles qui relèvent de la littérature morale/moralisante et, enfin, celles scientifiques et techniques), avant d’analyser quantitativement et qualitativement les principales classes de documents, saisies dans leur contextualité et resituées dans le fonctionnement global de la société de l’époque. De cette investigation poussée et systématique du contenu des livrets, il ressort non pas une littérature de l’érudition, mais une littérature prétendument utilitaire, didactique, pratique, parfois plaisante, voire technique, qui correspond toujours aux besoins et aux aspirations, aux craintes et aux préoccupations des hommes de la fin du xve et du xvie siècle – du moins tels que se les imaginent les imprimeurs-libraires. Doit-on pour autant prêter au répertoire « populaire » ces publications d’apparence modeste dont le contenu semblait prolonger les temps médiévaux en plein triomphe de la Renaissance ?

55La troisième partie explore le contenu textuel (chapitre 10) et figuré (chapitre 11) des pièces gothiques. D’une part, les éditeurs reprennent et éditent des textes qu’ils ont acquis de leur propre chef ou qu’on leur a transmis, sinon des compositions récentes. Ces substrats sont systématiquement adaptés par les typographes à cette nouvelle forme éditoriale (et à ce nouveau public). Comment procédaient-ils ? L’intérêt de ces brochures est alors de renseigner sur les nouvelles conditions de transferts, de circulation de textes et de diffusion des nouvelles à l’ère de l’imprimerie. D’autre part, cet axe renouvelle les quelques études, souvent succinctes, sur la gravure en interrogeant la place et l’agencement des figures gravées, ainsi que la complémentarité des codes iconographiques et textuels au sein de ces brochures.

56Enfin, la question centrale de la quatrième partie de ce livre s’inscrit dans un domaine d’investigation assez récent. Les pièces gothiques y sont considérées dans un double mouvement : dans leur aspect communicationnel, comme moyens de communication et de transmission d’informations, et dans leur interaction avec la société dans laquelle elles sont diffusées. Elle saisit l’agir social des livrets littéraires et religieux (chapitre 12) et des brochures d’actualité (chapitre 13) par l’analyse combinée, d’une part, des stratégies discursives de persuasion mises en œuvre par les « auteurs » et les éditeurs de ces textes et, d’autre part, de la « performativité » des images qui les agrémentent. Au-delà de l’information que ces pièces transmettent (que ce soit une nouvelle politique, un savoir en matière de foi, de diététique ou encore une satire des mœurs de l’époque), elles invitent leurs publics à agir et tendent à façonner leur opinion, leur âme ou leur comportement, glissant ainsi du « faire savoir » au « faire être ». Dans quelle mesure les pièces gothiques ont-elles une capacité active à moduler la position de leurs récepteurs, à les engager dans l’action et à accompagner un fait social ?

Notes

1 « Si tu désires avoir un récit plus ample, je t’enverrai une lettre sur cette victoire écrite par un témoin de la bataille », Robert Gaguin, Roberti Gaguini. Epistole et orationes. Textes publiés d’après les éditions originales de 1498, éd. par Louis Thuasne, Paris, E. Bouillon, 1903, vol. 2, lettre no 74, p. 13.

2 Voltaire, Correspondence and Related Documents, vol. 34 : August 1768-May 1769, éd. par Theodore Besterman, Oxford, Alden Press, 1974, lettre no D 15205, p. 50.

3 Si l’on s’en tient aux informations détaillées que Gaguin transmet à Érasme, le Trinitaire semble bien s’appuyer sur la lettre rédigée par Gilbert Pointet le 15 juillet à Asti. Cette lettre a été imprimée peu de temps après la bataille sous le titre : L [ett] res nouuelles. Datees du xv. //iour de Juillet escriptes a Ast, [Paris, Pierre Le Caron], in-4o goth., 4 ff. n. c. [post 15 VII 1495] – Nantes, BM, INC 115 (26) (PGA-39). Cette bataille a fait l’objet de plusieurs relations sous forme de lettre, de billet ou de récit, mais seule cette lettre de Gilbert Pointet a été rédigée par un acteur de la bataille (qui pugne affuit, écrit Gaguin). Certes le récit de Commynes décrit aussi cette bataille vue du fort de la mêlée, mais cette relation relève du genre des mémoires et ne sort des presses que dans les années 1520.

4 Dans la préface de la réédition de 1993, Jacques Le Goff écrit : « Mais plus que l’histoire des mentalités déjà bien défrichée et même un peu galvaudée, la grande voie pour demain que nous offre explicitement Marc Bloch, c’est celle d’une nouvelle histoire politique. […] Le message de Marc Bloch pour demain, c’est l’appel au retour de l’histoire politique mais une histoire politique renouvelée, une anthropologie politique historique dont Les Rois thaumaturges seront le premier et toujours jeune modèle ». Marc Bloch, Les rois thaumaturges. Études sur le caractère surnaturel attribué à la puissance royale, particulièrement en France et en Angleterre, Paris, Gallimard, 1983 (rééd. corrigée, 1re éd. 1924), p. xxxviii, Jacques Le Goff souligne.

5 Jean-François Sirinelli, « De la demeure à l’agora. Pour une histoire culturelle du politique », Vingtième Siècle. Revue historique, 57, janvier-mars 1998, p. 121-131.

6 Bernard Guenée, L’Occident aux xive et xve siècles : les États, Paris, PUF (Nouvelle Clio), 1998 (6e éd. mise à jour).

7 Après que Percy E. Schramm (Ordines) et Ernst Kantorowicz (Les deux corps du roi) aient ouvert le champ des études historiques au caractère sacré de la royauté, les historiens ont cherché à identifier la symbolique des objets et des gestes qui interviennent dans les cérémonies du pouvoir et les relations de pouvoir qui s’opèrent lors des rituels publics. Parmi les abondants travaux sur ce point, voir en particulier : Alain Boureau, Le simple corps du roi, l’impossible sacralité des souverains français xve-xviiie siècles, Paris, Éditions de Paris, 1988 ; Ralph E. Giesey, Le roi ne meurt jamais. Les obsèques royales dans la France de la Renaissance, Paris, Gallimard, 1987 ; Id., Cérémonial et puissance souveraine. France, xve-xviie siècles, Paris, Armand Colin, 1987 ; Bernard Guenée et Françoise Lehoux, Les entrées royales françaises de 1328 à 1515, Paris, CNRS Éditions, 1968 ; Sarah Hanley, « L’idéologie constitutionnelle en France : le lit de justice », Annales ESC, 37, 1982, p. 32-63 ; Richards A. Jackson, Vivat rex. Histoire des sacres et couronnements en France, 1364-1825, Paris, Orphys, 1984.

8 Bien que certains historiens refusent toujours de croire à l’existence d’une véritable nation en France avant la fin du xviiie siècle et la Révolution, les médiévistes ont bien investi ce champ d’étude. Bernard Guenée et Colette Beaune situent la naissance de la nation France aux xiiie et xive siècles. Dans le contexte de la guerre anglaise, toutes les conditions d’élaboration de ce « sentiment » d’appartenir à une communauté politique sont réunies : la présence d’un ennemi commun contre lequel on doit s’unir et par rapport auquel on doit définir nos valeurs communes, un travail idéologique mené par des penseurs de l’entourage royal et, enfin, l’existence de médias qui fixent et diffusent le sentiment d’appartenance, tels que les emblèmes du royaume et les traités polémiques. Colette Beaune, Naissance de la nation France, Paris, Gallimard, 1985 ; Bernard Guenée, « État et nation en France au Moyen Âge », Revue historique, 237/1, 1967, p. 17-30.

9 La circulation des nouvelles au Moyen Âge. XXIXe Congrès de la SHMES (Avignon, juin 1993), Paris, Publications de la Sorbonne, 1994 ; Claire Boudreau, Kouky Fianu, Claude Gauvard, Michel Hebert (dir.), Information et société en Occident à la fin du Moyen Âge. Actes du colloque international tenu à l’université du Québec à Montréal et à l’université d’Ottawa (9-11 mai 2002), Paris, Publications de la Sorbonne, 2004 ; Michèle Fogel, Les cérémonies de l’information dans la France du xvie au milieu du xviiie siècle, Paris, Fayard, 1989.

10 Ce débat porte sur la légitimité d’appliquer les concepts d’opinion publique et d’espace public aux périodes antérieures au xviiie siècle, c’est-à-dire avant qu’émergent l’expression « opinion publique » et ses conditions d’existence telles que les ont définies des historiens français et américains (Roger Chartier, Mona Ozouf, Keith Michael Baker). Que ce soient les historiens qui disqualifient l’usage de ces concepts avant le siècle des Lumières ou les historiens du Moyen Âge et de la première modernité qui remettent en cause cet interdit, tous se positionnent par rapport aux réflexions de Jürgen Habermas. Selon Habermas, le développement des imprimés et de la presse périodique, ainsi que les salons, permettent au xviiie siècle l’émergence d’un espace public bourgeois et d’une élite éclairée. Par les réunions de cette communauté pour discuter raisonnablement, notamment des affaires politiques, une opinion publique éclairée est née, sorte de tribunal de la raison qui entend agir sur les décisions politiques. Avant le xviiie siècle, point d’espace et point d’opinion publics, mais seulement un espace de la représentation où le peuple ne fait qu’assister au « déploiement unilatéral du pouvoir » (P. Boucheron et N. Offenstadt). Patrick Boucheron et Nicolas Offenstadt (dir.), L’espace public au Moyen Âge. Débats autour de Jürgen Habermas, Paris, PUF, 2011 ; Roger Chartier, « L’opinion publique », dans Lucien Bély (dir.), Dictionnaire de l’Ancien Régime, Paris, PUF, 1996, p. 929 ; L’opinion publique en Europe (1600-1800), Paris, Presses de l’université Paris-Sorbonne, 2011 ; Mona Ozouf, « Le concept d’opinion publique au xviiie siècle », dans Id., L’Homme régénéré : essais sur la Révolution française, Paris, Gallimard, 1989, p. 21-53. Mentionnons également le colloque « Conflits et opinion(s), xiiie-xixe siècle » organisé à l’université du Maine les 4-6 mai 2009.

11 Actes de la recherche en sciences sociales, 118, Jean-Philippe Genet (dir.), La genèse de l’État moderne, 1997, p. 3-18 ; Id., La genèse de l’État moderne : culture et société politique en Angleterre, Paris, PUF, 2003.

12 Voir infra, chap. 13, p. 449-464.

13 Les numéros 90 et 91 des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sur les libelles, brochures et propagande en Europe du xvie au xxe siècles (2003) ont mis en exergue le caractère militant d’une série de livrets publiés à l’époque moderne et contemporaine, tels que les mazarinades, les livrets de la Ligue, ou encore les brochures des communistes dans les années 1950.

14 Seul Jean-Pierre Seguin s’est vraiment intéressé aux pièces gothiques relatives à l’actualité des xve et xvie siècles. Parmi ses travaux, mentionnons « L’information à la fin du xve siècle en France », Arts et traditions populaires, 4/4, octobre-décembre 1956, p. 309-330 et 5/1, janvier-mars 1957, p. 46-74 ; « L’illustration des feuilles d’actualité non périodiques en France au xve et xvie siècles », Gazette des beaux‑arts, 52, juillet-août 1958, p. 35-50 ; « La découverte de l’Italie par les soldats de Charles VIII, 1494-1495 », Gazette des Beaux-Arts, 57, septembre 1961, p. 27-34 ; L’information en France de Louis XII à Henri II, Genève, Droz, 1961.

15 Le terme « propagande » est parfaitement anachronique. Il faut attendre la fin du xixe siècle, c’est-à-dire l’ère des masses, pour que la propagande soit conçue et théorisée. D’où la notion de « propagande diffuse » forgée par Jacques Le Goff pour désigner ce que l’on a vu comme des formes prépropagandistes, allant de la simple affirmation d’un pouvoir ou d’un programme à la polémique et à la manipulation. Voir Fabrice d’Almeida, Images et propagandes, Paris, Casterman-Giunti, 1995, ainsi que Jacques Le Goff, « Conclusions », dans Paolo Cammarosano (dir.), Le forme della propaganda politica nel due e nel trecento. Actes du colloque organisé par le Comité des études d’histoire de Trieste, l’École française de Rome et le département d’histoire de l’université de Trieste (Trieste, 2-5 mars 1993), Rome, École française de Rome, 1994, p. 519-528.

16 Les « relations charitables » sont des témoignages d’événements dont l’ensemble des éléments qui les composent concourent à émouvoir les lecteurs, afin de les inciter à la charité et à l’aumône. Christian Jouhaud, Dinah Ribard et Nicolas Schapira, Histoire, littérature, témoignage. Écrire les malheurs du temps, Paris, Gallimard, 2009, p. 301-302.

17 Le musée de l’Œuvre Notre-Dame de Strasbourg possède une collection peu connue de ces petits bas-reliefs métalliques figurant des sujets religieux ou mythologiques.

18 Dominique Coq, « Les tribulations des plaquettes gothiques », La Revue de la Bibliothèque nationale, 33, 1989, p. 47-54.

19 Voir infra, chap. 1, p. 46-52.

20 Bien avant Fernand Colomb, Hartmann Schedel collectionnait déjà quelques Newen Zeytungen, édités à Nuremberg et ailleurs, où il puisait des renseignements sur des événements contemporains d’importance et de retentissement divers. Voir L’image du monde en 1493. Histoire naturelle et surnaturelle dans la « Chronique de Nuremberg ». Catalogue de l’exposition de la Bibliothèque municipale de Caen (18 septembre‑20 novembre 1993), Paris, Fédération française de coopération entre bibliothèques, 1993 ; Béatrice Hernad, Die Graphiksammlung des Humanisten Hartman Schedel, Munich, Prestel, 1990, p. 281-283.

21 Sur la collection de Fernand Colomb, voir Jean Babelon, La bibliothèque française de Fernand Colomb, Paris, Honoré Champion, 1913 ; Mark P. McDonald, The Print Collection of Ferdinand Columbus (1488-1539). A Renaissance Collector in Sevilla, Londres, British Museum, 2004, 2 vol.

22 Dominique Coq, « Le parangon du bibliophile français : le duc de La Vallière et sa collection », dans Claude Jolly (dir.), Histoire des bibliothèques françaises, t. 2 : Les bibliothèques sous l’Ancien Régime (1530-1789), Paris, Promodis, 1988, p. 317-331.

23 Alexandre Baillieu, La bibliothèque gothique : mystères, poésies et chansons des xve-xvie siècles, Paris, Librairie Baillieu, 1868-1874 ; Léon Galle, « Les livres lyonnais de la bibliothèque du baron Pichon », Revue du Lyonnais, 5e série, 23, 1897, p. 413-436.

24 Anatole de Montaiglon, Recueil de poésies françaises des xve et xvie siècles, morales, facétieuses, historiques, Paris, Jannet (Bibliothèque elzévirienne), 1855-1978, 13 vol. ; Édouard Fournier, Variétés historiques et littéraires. Recueil de pièces volantes rares et curieuses en prose et en vers, Paris, Jannet, 1855-1863, 10 vol.

25 Sur la collection constituée par le marquis de Méjanes, voir : Jean-Marc Chatelain, Un cabinet d’amateur à la fin du xviiie siècle : le marquis de Méjanes, bibliophile. Catalogue de l’exposition « Une passion en lumières : le marquis de Méjanes et ses livres » (Cité du livre, 2-3 septembre 2006), Aix-en-Provence, Cité du livre, 2006 ; Xavier Lavagne, « Le marquis de Méjanes et ses livres », dans Claude Jolly (dir.), Les bibliothèques sous l’Ancien Régime, op. cit., p. 257-259 ; Danièle Oppetit, « La bibliothèque Méjanes », dans Patrimoine des bibliothèques de France : un guide des régions, vol. 6 : Provence-Alpes-Côted’Azur, Corse, Martinique, Paris, Payot, 1995, p. 22-31.

26 Chantilly. Cabinet des livres imprimés antérieurs au milieu du xvie siècle, Paris, Plon, 1905.

27 Elliott B. David, Charles Fairfax-Murray : The Unknown Pre-Raphaelite, New Castle, Oak Knoll Press, 2000.

28 Henry Harrisse, Excerpta Colombiniana. Bibliographie de quatre cents pièces gothiques françaises, italiennes et latines du commencement du xvie siècle non décrites jusqu’ici, Paris, Welter, 1887 [rééd. Genève, Slatkine, 1971]. Henry Harrisse fait précéder son répertoire de quelques considérations au sujet de l’origine typographique du livre : il voit dans les plaquettes la preuve de l’existence du cliché pictographique au xvie siècle.

29 Robert Brun, « Les plaquettes gothiques françaises des xve et xvie siècles », dans Sources : études, informations, chronique de bibliothèque nationale de France, Paris, Bibliothèque nationale, 1943, p. 9-27 ; Louis-Marie Michon, Inventaire des incunables de la bibliothèque Sainte-Geneviève, Paris, université de Paris, 1943.

30 Lucien Febvre et Henri-Jean Martin, L’apparition du livre, Paris, Albin Michel, 1999, p. 131.

31 Dominique Coq, « Les débuts de l’édition en langue vulgaire en France : publics et politiques éditoriales », Gutenberg-Jahrbuch, 62, 1987, p. 59-72 ; Id., « Les incunables : textes anciens, textes nouveaux », dans Roger Chartier, Henri-Jean Martin (dir.), L’histoire de l’édition française, t. 1, Le livre conquérant, du Moyen Âge au milieu du xviie siècle, Paris, Fayard, 1989, p. 203-227. Voir également Henri-Jean Martin, « Culture écrite et culture orale, culture savante et culture populaire dans la France d’Ancien Régime », Journal des savants, 3, 1975, p. 225-282, en particulier p. 228-232.

32 Jules de La Pilorgerie, Campagne et bulletins de la grande armée d’Italie commandée par Charles VIII, 1494-1495, Nantes, Forest et Grimaud, 1866.

33 Henri Hauser, « La presse en France avant le journal », Revue des cours et conférences, mars 1900, p. 688-698.

34 Claude Bellanger, Jacques Godechot, Pierre Guiral et al., Histoire générale de la presse française, t. 1, Des origines à 1814, Paris, PUF, 1969, p. 29-41.

35 Depuis les travaux pionniers d’Yves Renouard sur l’information aux plans institutionnel et fonctionnel, les recherches historiques portent sur les aspects concrets de la diffusion de l’information (les mécanismes de la communication et le personnel qui en était chargé, les rituels qui accompagnent l’annonce des nouvelles, les réseaux de communication, la rumeur), ainsi que sur les procédés de la communication politique. Pour une étude du système de communication médiéval, voir : Gerd Althoff, Formen und Funktionen öffentlicher Kommunikation im Mittelalter, Stuttgart, J. Thorbecke, 2001 ; La circulation des nouvelles au Moyen Âge…, op. cit. ; Claire Boudreau, Kouky Fianu, Claude Gauvard, Michel Hebert (dir.), Information et société en Occident à la fin du Moyen Âge…, op. cit., 2004 ; Sophia Menache, The Vox Dei : Communication in the Middle Ages, Oxford, Oxford University Press, 1990 ; Pierre Monnet, Villes et société urbaine dans l’Empire à la fin du Moyen Âge, mémoire d’habilitation à diriger des recherches (présenté devant l’université de Paris 1, le 21 décembre 2002), 2 vol., dactylographié.

36 Parmi les historiens signalant l’existence des « plaquettes », citons Franck Collard, Un historien au travail à la fin du xve siècle : Robert Gaguin, Genève, Droz, 1996 ; Bernard Guenée, L’Occident aux xive et xve siècles…, op. cit. ; Nicole Hochner, Louis XII : les dérèglements de l’image royale (1498-1515), Seyssel, Champ Vallon, 2006 ; Didier Le Fur, Louis XII, 1498-1515 : un autre César, Paris, Perrin, 2001.

37 Dominique Coq, « Les tribulations des plaquettes gothiques », art. cité, p. 54.

38 Dans sa thèse sur les actes royaux imprimés, Lauren Kim a répertorié et analysé près de 6 000 actes, tous caractères confondus (gothiques, mais surtout romains). Je tiens à remercier Lauren Kim de m’avoir permis de consulter sa thèse dactylographiée : Lauren Jee-su Kim, French Royal Acts Printed Before 1601 : A Bibliographical Study, mémoire de thèse dirigé par Andrew Pettegree, université de St Andrews (Écosse), 2008, 2 vol., dactylographié. Cette entreprise de recensement et d’analyse des éditions d’actes royaux a le mérite de révéler un pan méconnu de l’histoire du xvie siècle, saisie sur le plan tant de l’histoire de la communication politique que de l’histoire matérielle des arts de l’écrit. Néanmoins, une étude conjointe de cette production imprimée et des documents des Archives nationales (notamment la prospection du Minutier central) aurait permis de mieux comprendre les aspects financiers de l’édition de ces actes. Annie Charon-Parent, dont l’ouvrage fondamental Les métiers du livre n’apparaît pas dans la bibliographie de L. Kim, fournit justement l’exemple d’une commande auprès de Pierre Roffet de 3 000 ordonnances sur le fait des monnaies, valant 18 deniers tournois pièce, et de 1 000 placards estimés à 6 deniers tournois pièce « où sont figurez les pourtraitz des especes », le tout acheté à cet imprimeur pour 250 livres tournois par Maurice de La Porte pour le marchand libraire Jean Varice d’Angers, en 1541, afin de les revendre dans toute la région et de ville en ville (Minutier central, CXXII, 102, 16 V 1541, exemple donné par A. Charon-Parent, Les métiers du livre à Paris au xvie siècle, 1535-1560, Genève, Droz, 1974, p. 148).

39 Lauren Kim retient comme actes royaux toutes les formes sous lesquelles la volonté du roi se réalisait et que pouvait prendre l’activité législative : ordonnances, édits, déclarations, décisions sous forme de simples lettres patentes, arrêts du Conseil, rendus au nom du roi (p. 12) ; c’est la définition donnée par Roger Doucet dans Les institutions en France au xvie siècle (Paris, Picard, 1948, vol. 1, p. 93).

40 Les publications d’actes s’adressent à trois catégories de lecteurs. Le marché des actes imprimés s’adresse en premier lieu aux gens de robe (avocats, juges, magistrats) et à toute personne liée au monde de la justice et du droit – les étudiants en droit et les institutions elles-mêmes. Si ces derniers font surtout l’acquisition de ces lourds recueils d’actes rassemblés autour d’un thème précis ou édités sous un même règne, ils privilégient ponctuellement les petites publications autonomes d’édits, en raison de leur manipulation plus aisée et de leur coût moindre. Le second groupe rassemble la bourgeoisie marchande qui lit les édits sur les taxes et les prix des denrées afin de connaître les régulations qui affectent leurs marchés. Enfin, les actes royaux, insérés dans des pièces de circonstance ou imprimés en de minces livrets individuels, intéressent tous ceux qui sont avides de nouvelles sur les activités de la Couronne. Sur ce point voir, Lauren Jee-su Kim, French Royal Acts…, op. cit., p. 113-116.

41 Ce catalogue apparaît comme un outil de premier ordre pour repérer les pièces gothiques, quoiqu’il demeure incomplet. Guy Bechtel, Catalogue des gothiques français : 1476-1560, Paris, Guy Bechtel, 2010 (2e éd. corr. et augm.).

42 C’est grâce à la bienveillance de Mme Geneviève Guilleminot-Chrétien que j’ai pu consulter les notes de Seymour de Ricci.

43 Au premier rang des travaux spécialisés sur des collections ou des imprimeurs de pièces gothiques, on a : Jean Babelon, La bibliothèque française de Fernand Colomb, op. cit. ; Hugh W. Davies (dir.), Catalogue of a Collection of Early French Books in the Library of C. Fairfax Murray, Londres, Priv. Print, 1910, 2 vol. ; Arlette Destot, Un libraire parisien au xvie siècle, Jean Bonfons. Éditions et littérature populaires, mémoire de maîtrise dirigé par Jean Jacquart, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 1977 ; Stéphanie Öhlund-Rambaud, Les Trepperel, imprimeurs-libraires parisiens et le livre à figure (1491-1531), mémoire de DEA dirigé par Fabienne Joubert, université Paris-Sorbonne, 1988-1989 ; Samuel F. Pogue, Jacques Moderne : Lyons Music Printers of the Sixteenth Century, Genève, Droz, 1969. Études centrées sur une catégorie littéraire particulière : Rolando Bussi (éd.), Guerre in ottava rima, Modène, Panini, 1988-1989, 4 vol. ; Carl Göllner, Turcica. Die europäischen Türkendrucke des XVI. Jahrhunderts, Berlin, Akademie-Verlag GMBH, 1961-1968, 2 vol. ; Henry Harrisse, Excerpta Colombiniana, op. cit. ; Graham A. Runnalls, Les mystères français imprimés, Paris, Honoré Champion, 1999 ; Jean-Pierre Seguin, L’information en France, op. cit. ; Id., « Les feuilles d’information non périodiques, ou “canards”, en France. Leur valeur de témoignage historique et social », Revue de synthèse, 7, juillet-septembre 1957, p. 391-413.

44 Herbert M. Adams, Catalogue of Books printed on the Continent of Europe, 1501-1600 in Cambridge Libraries. Cambridge, Cambridge University Press, 1967, 2 vol. ; ainsi que le catalogue en ligne de la Bodleian Library.

45 Il n’est pas rare que les répertoires et autres outils bibliographiques affichent des notices erronées ou des silences sur les mentions d’adresse, le caractère typographique et le nombre de feuillets, alors que ces deux derniers éléments constituent la première clef d’accès aux pièces gothiques.

46 Distribution des exemplaires des pièces gothiques [n = 1 929 pièces domiciliées] :

Image

47 La grande majorité des pièces gothiques répertoriées et domiciliées dans des bibliothèques publiques a pu être analysée de visu. À peine 7 % environ des brochures conservées n’ont pas pu être consultées soit à cause de leur état de conservation, soit en raison de l’éloignement géographique de leur lieu de conservation. Mais, dans la plupart des cas, les textes de ces brochures nous sont connus par d’autres éditions ou exemplaires qui ont pu être étudiés.

48 Voir supra, introduction, p. 18-21.

49 Arnold Esch, « Chance et hasard de transmission. Le problème de la représentativité et de la déformation de la transmission historique », dans Jean-Claude Schmitt et Otto Gerhard Oexle (dir.), Les tendances actuelles de l’histoire du Moyen Âge en France et en Allemagne, Paris, Publications de la Sorbonne, 2002, p. 15-29.

50 Plusieurs pronostications de Gaspart Laet ont ainsi été sauvées de la destruction, telles que la pronostication pour l’année 1508 (Paris, BnF, Impr., RES P-V-400), celle pour l’année 1516 dont les fragments ont été trouvés dans les quelques reliures de la Bibliothèque de l’université par Émile Chatelain (voir article : « Fragments d’imprimés du début du xvie siècle trouvés dans des reliures de la Bibliothèque de l’université », Comptes rendus des séances de l’année de l’Académie des inscriptions et belles lettres, 3, 1906, p. 206). Une autre pronostication de Gaspart Laet pour l’année 1496, entièrement conservée cette fois, a été retrouvée dans le pseudo-carton des plats de la reliure du Consiliorum utile repertorium (J. M. Ferrarius, Venise, 1514) lors de sa restauration. De la même manière, quelques fragments des ditz des oyseaux (Paris, BnF, Impr., RES P-YE-344) ont été trouvés dans la couverture d’un livre ancien appartenant au duc d’Arenberg qui les avait offerts à Brunet par Ch. de Brau (Amédée Lhote, Histoire de l’imprimerie à Châlons-sur-Marne : notices biographiques et bibliographiques sur les imprimeurs, libraires, relieurs et lithographes [1488-1894]. Avec marques typographiques et illustrations, Niewkoop, B. de Graaf, 1969 [2e éd.], p. 3-4).

51 Molière, La gloire du Val-de-Grâce, Paris, Jean Ribou, 1669, p. 8.

52 Arnold Esch, « Chance et hasard de transmission », art. cité, p. 25.

53 Cela paraît étonnant dans la mesure où, d’ordinaire, pour un imprimé dont le support est fragile, le prix bas et la valeur d’usage importante, moins grands sont les efforts pour sa conservation. Sur la déperdition des livres imprimés, voir Rudolf Hirsch, Printing, Selling and Reading : 1450-1550, Wiesbaden, Harrassowitz, 1974 (2e éd.) ; Jean-François Gilmont, « Livre, bibliographie et statistiques : à propos d’une étude récente », Revue d’histoire ecclésiastique, 65, 1970, p. 797-816, en particulier p. 803 et suiv. ; et sur le livre manuscrit, voir Carla Bozzolo et Ezio Ornato, Pour une histoire du livre manuscrit au Moyen Âge : trois essais de codicologie quantitative, Paris, CNRS Éditions, 1983, p. 72-75.

54 Les croix depardieu sont des abécédaires qui commencent par une croix et apprennent aux enfants la lecture et les grands textes chrétiens.

55 Molière, Monsieur de Pourceaugnac, acte I, scène 5, éd. par Jean Ribou, Paris, 1770, p. 34.

56 Arnold Esch, « Chance et hasard de transmission… », art. cité, p. 21.

© Éditions de la Sorbonne, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540