Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Publier la nouvelle

 | 
Marion Pouspin

Préface

Jean-Claude Schmitt

Texte intégral

1L’histoire des nouvelles fait se conjoindre le flux des événements, ou plutôt celui, discontinu, des informations partielles et souvent dramatiques que l’« actualité » engendre au quotidien, et les rythmes profonds, la longue durée de l’histoire sociale et culturelle. Elle pose à ce titre un ensemble de questions dont la banalisation de l’information planétaire en continu risque de nous faire oublier l’importance. C’est le grand mérite de Marion Pouspin de le rappeler au prix d’un double écart dans le temps et dans les objets, bien loin de la production et de la consommation des nouvelles dont nous sommes aujourd’hui familiers. Elle ne recherche pas en effet les origines de notre presse écrite (même si la typographie du titre d’un grand quotidien du soir rappelle celle des « pièces gothiques » qui sont l’objet de son enquête). Elle nous invite plutôt à prendre de la distance et à considérer un objet original et irréductible à tout ce qui a existé avant lui (au moment de la diffusion de l’imprimerie vers 1480) et après lui (car les pièces gothiques disparaissent vers 1540 au profit d’autres modes de communication publique). Le nom « pièce gothique » a de quoi surprendre : ce n’est pas une expression du xve siècle, mais une invention d’une poignée de bibliophiles qui depuis le xviie siècle ont collectionné ces modestes épaves échappées par miracle à l’indifférence des hommes, à la perte et à la destruction. Les pièces gothiques se définissent par leur typographie éponyme (gothique et non romaine), leur langue (le français d’oïl, par opposition au latin, mais aussi aux langues régionales comme le provençal), leur format modeste, leur nombre limité de pages et la présence habituelle d’une gravure sur bois en guise d’illustration. Le premier mérite de Marion Pouspin est d’être parvenue, grâce à une enquête longue, minutieuse, pleine d’embûches, à réunir le corpus intégral – pour autant qu’on puisse le savoir aujourd’hui et sous réserve de la découverte fortuite, qui ne peut s’exclure, d’une pièce inconnue – des pièces gothiques ayant survécu jusqu’à nos jours dans les collections publiques ou privées. Ce Répertoire des pièces gothiques de quelque 2 200 titres a été communiqué à la communauté scientifique, afin d’encourager de nouvelles recherches. C’est là une première raison de notre gratitude à l’égard de Marion Pouspin. Mais il y en a une seconde, qui est le présent livre, dont la rédaction a été menée parallèlement à cette enquête. Marion Pouspin y démontre à la perfection toutes ses qualités d’historienne, en parvenant non seulement à identifier les lieux de production (Paris surtout, mais aussi Lyon et secondairement Rouen), les auteurs (quoique la majorité des pièces soit anonyme) et les types de pièces gothiques, mais en réfléchissant aux contenus du message, aux stratégies de communication, à l’horizon d’attente du public visé, selon que celui-ci maîtrisait la lecture ou bien, analphabète, devait se contenter de regarder les images et d’entendre proclamer les nouvelles du jour par ceux-là seuls qui pouvaient les déchiffrer. Et là, à travers ces quelques feuillets imprimés, elle nous dévoile tout un monde : les sollicitations de l’opinion publique au temps des guerres d’Italie (dont les pièces gothiques célèbrent les victoires et taisent évidemment les retours de fortune), la promotion de la majesté royale (à grand renfort de Joyeuses Entrées, de noces princières et de scènes de la vie de cour), l’inculcation de la littérature morale (en multipliant les exemples édifiants et les contre-exemples scandaleux, dans une tradition de conformisme moral qui reste médiévale), l’instruction de la foi et les règles de la dévotion, et aussi la faim du merveilleux, car les prodiges de la nature, les comètes et les naissances monstrueuses comptent parmi les « nouveautés » les plus attendues et appréciées du public. Comme le dit fort bien Marion Pouspin, les pièces gothiques visent implicitement un « agir social », dont elle nous permet d’apprécier les moyens techniques, linguistiques, iconographiques, et parfois même de deviner les destinataires, à défaut de bien savoir quels furent les effets produits. Les pièces gothiques ont dû contribuer à leur manière à la formation d’une opinion publique, qui déjà s’était éveillée à la faveur des crises politiques du xve siècle ; l’invention de l’imprimerie, la circulation de ces petits cahiers, et aussi celle des actes royaux publiés sous une forme typographique assez voisine, l’auront ensuite encouragée. Peut-on parler pour autant de « culture populaire » ? L’auteure a pleinement raison de dénoncer le risque qu’il y aurait à assimiler de manière rigide niveau de culture et réalité sociale. C’est en termes de dynamique socioculturelle, de circulation des modèles, d’échange et de médiation, comme ceux que les milieux de clercs, d’officiers royaux, de négociants, de colporteurs, d’imprimeurs (avec ou sans privilège) ont assurés, que Marion Pouspin nous invite au contraire à réfléchir. Voilà entre autres ce qu’apporte ce livre superbe, original, tout en finesse : c’est le cas de le dire, sa publication est vraiment une excellente nouvelle !

© Éditions de la Sorbonne, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540