Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Apprendre, produire, se conduire : Le modèle au Moyen Âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Modèles de gouvernement

Modèles de prédication pour modèle de gouvernement ?

Le cas des sermons ad status au xiiie siècle/The case of Sermons ad status in the 13th Century

Models of Preaching for Models of Government

Christine Boyer et Sophie Delmas

Résumé

Le sermon médiéval nous est parvenu sous trois formes distinctes : des notes d’auditeurs (reportations), des volumes hétérogènes élaborés par les clercs, et enfin des « sermons modèles », c’est-à-dire des recueils de sermons constitués et publiés par leurs auteurs. Notre contribution s’appuie sur trois collections de « sermons modèles » « à succès » (plus précisément des sermones ad status), celles de Jacques de Vitry, du franciscain Guibert de Tournai et du dominicain Humbert de Romans. Dans les textes adressés aux puissants, il est possible de repérer des stéréotypes, mais aussi des références à l’exercice réel du pouvoir au xiiie siècle. Cette remarque nous conduit à remettre en question la notion de « sermons modèles » mise au point par l’historiographie, mais absente des sources médiévales. Comme le montre l’étude des prologues des collections ou des notes dans les manuscrits, les auteurs ont cherché non pas à proposer des modèles de comportement ou des modèles de sermons, mais à fournir des outils utiles pour les autres prédicateurs.

The medieval sermon has come down to us in three distinct forms : notes of listeners, heterogeneous volumes put together by the clerics and, lastly “model sermons,” i.e. collections of sermons put together and published by their authors. Our contribution discusses three collections of successful “model sermons” (in actual fact sermones ad status) by Jacques de Vitry, the Franciscan Guibert de Tournai and the Dominican Humbert de Romans. In these texts addressed to those in power we can separate genuine references to the exercise of power in the 13th century from the stereotypes. This remark leads us to call into question the very notion of a “model sermon” which is a child of Historiography but is not found in the medieval sources. As the study of the prologues to the collections and of the notes found in the manuscripts makes clear, their authors were not concerned to provide their readers with models of behavior or model sermons. Rather they merely wished to furnish their fellow-preachers with material that could be of use to them.

Texte intégral

  • 1 Pour une vue d’ensemble du développement de la prédication, voir J. Longère, La prédication médiév (...)
  • 2 J.-B. Schneyer, Repertorium der lateinischen Sermones des Mittelalters für die Zeit von 1150-1350,(...)

1La prédication existe dans l’Occident latin depuis l’Antiquité, mais elle connaît un fort développement à partir du début du xiiie siècle, en particulier en lien avec la naissance des ordres mendiants et la création des universités1. Aujourd’hui, le nombre de sermons conservés dans les bibliothèques témoigne de ce développement marqué à partir des années 1200 : on estime qu’entre 1150 et 1350, 60 000 sermons latins nous sont parvenus, et seulement 5 % d’entre eux concernent la période antérieure à 12002. Ce nombre peut bien sûr s’expliquer par le hasard de la conservation des documents, mais il est surtout le reflet de la production croissante de textes à partir du xiiie siècle.

2Si le sermon relève de l’oralité dans sa pratique, il appartient au registre de l’écrit dans sa transmission, et ce sous trois formes distinctes. La première forme correspond à des sermons se présentant sous l’aspect d’un texte sommaire ; ce sont des notes d’auditeurs prises lors du sermon, souvent remaniées ensuite par des clercs étudiants en théologie : on parle alors de reportations (reportationes). La deuxième forme de sermons se rencontre sous forme de recueils. Certains clercs ont, en effet, pu rassembler, parfois pour leur usage personnel, des sermons d’auteurs variés et d’époques différentes au sein de compilations composites, créant ainsi un type de recueil dans lequel ils peuvent puiser pour leur propre prédication. Ces recueils sont souvent assortis, à partir du xiiie siècle, d’index et de tables des matières pour en faciliter l’usage au lecteur. Enfin, d’autres recueils de sermons ont été constitués par les auteurs mêmes des sermons, qui désiraient ainsi publier leurs textes sous une forme plus aboutie, y compris en retravaillant les sermons. Il s’agit de la troisième forme de recueil, généralement qualifiée de « sermons modèles » dans l’historiographie.

  • 3 Nous remercions Marie Anne Polo de Beaulieu, qui nous a transmis les transcriptions des sermones a (...)
  • 4 Les sermons ad status de Guibert de Tournai viennent d’être étudiés par Marjorie Burghart à l’occa (...)

3Plus précisément, au sein de cette catégorie de « sermons modèles », on trouve des collections rassemblant des textes adressés à un groupe social précis (nobles, marchands, femmes, etc.) : on parle alors de sermones ad status ou sermones ad omnes status selon les titres proposés dans les manuscrits mêmes. Il s’agit de sermons adaptés à de multiples catégories d’auditeurs, et qui se développent surtout au xiiie siècle. On compte trois collections majeures de sermones ad status : celles de Jacques de Vitry3, du franciscain Guibert de Tournai4 et du dominicain Humbert de Romans. Ce sont ces trois collections qui vont étayer notre étude.

  • 5 C. Muessig, « Sermon, Preacher and Society », Journal of Medieval History, 28 (2002), p. 78-91.

4Très nombreux sont les travaux consacrés aux collections de sermons ad status, dont le mode de classement des textes suscite depuis longtemps l’intérêt des historiens en tant que révélateur d’un imaginaire social, voire d’une norme sociale. Évidemment conscients que le public défini dans les sermons ad status ne peut pas être pris pour argent comptant, les chercheurs essaient néanmoins de montrer qu’une certaine conception de la société se dégagerait de ces textes. Dans un article stimulant, Carolyn Muessig5 remet en cause cette façon d’utiliser ces sources historiques et pose la question suivante : Do sermons reflect society or shape it ? Nous allons reprendre cette dualité du sermon ainsi définie pour nous interroger sur l’intention normative de l’auteur du sermon et essayer d’en cerner les contours, tant sur la forme que sur le fond. En effet, en tant que texte destiné à la prédication orale et rédigé selon des normes enseignées dans les écoles ou dans les artes predicandi, le sermon peut être considéré en soi comme un modèle de texte à reproduire, en particulier lorsqu’il fait partie de recueils structurés conçus comme des instruments de travail. Au-delà de ce rôle de modèle formel, nous examinerons l’hypothèse du sermon conçu comme modèle de comportement et nous essaierons de dégager l’intention normative du prédicateur en direction d’un public particulier, celui des potentes figurant dans les recueils de sermons ad status, c’est-à-dire les rois, les nobles, les puissants.

Des textes considérés comme des modèles

Trois recueils bien organisés

  • 6 N. Bériou et F.-O. Touati, Voluntate Dei leprosus : les lépreux entre conversion et exclusion aux (...)
  • 7 Iacobus de Vitriaco, Sermones vulgares vel ad status I, éd. J. Longère, Turnhout, 2013 (Corpus Chr (...)
  • 8 Il s’agit des sermons 51, 52 et 53 (RLS 417, 418, 418 bis).

5Chanoine à Oignies, archevêque de Saint-Jean d’Acre (1213-1228) puis cardinal de curie à Rome jusqu’à sa mort (1240), Jacques de Vitry fut un prédicateur prolifique. Il rédige son recueil de sermons ad status dans les années 1220. Selon Nicole Bériou, la classification adoptée par Jacques de Vitry correspond à une hiérarchisation des états de perfection puisque viennent d’abord les clercs, puis les moines et enfin les laïcs : les puissants et les chevaliers se trouvent dans cette dernière catégorie, entre les bourgeois et les pèlerins, c’est-à-dire entre des hommes ayant choisi de s’élever spirituellement et des hommes actifs « empêtrés dans les soucis quotidiens6 ». Jacques de Vitry propose en tout soixante-quinze modèles couvrant trente et un status différents7. En général, deux sermons sont prévus pour la plupart de ces états, mais on peut en dénombrer jusqu’à huit pour les prélats et les prêtres. En ce qui concerne les potentes, nous retiendrons trois sermons ad potentes et milites8.

  • 9 L’édition utilisée est celle de Marjorie Burghart citée n. 4.

6La deuxième collection retenue est celle du franciscain Guibert de Tournai. Issu de la bourgeoisie flamande, proche des princes et des grands intellectuels de son temps, Guibert est l’auteur d’une œuvre variée qui témoigne de son intérêt pour la formation et la transmission du savoir. Sa collection ad status est postérieure à 1261, d’après le prologue. Elle propose trente-cinq états de vie dans quatre-vingt-seize sermons. L’auteur regroupe ces états en trois grandes catégories : les hommes, les femmes et les auditoires mixtes. On peut retenir dans cet ensemble deux sermons, le premier adressé aux puissants et aux chevaliers (ad potentes et milites) et le second aux bourgeois s’occupant de la chose publique (ad cives rei publice vacantes)9.

  • 10 En 1677, Marguerin de La Bigne publie le texte (parties I, II 1 et II 2) à Lyon, dans le tome 25 d (...)

7Enfin, Humbert de Romans, cinquième maître général de l’ordre des Dominicains, compose le De eruditione predicatorum vraisemblablement entre 1263 – date à laquelle il renonce à ses responsabilités de maître général et prend sa retraite – et 1277, date de sa mort à Valence. Le De eruditione est une véritable somme à destination des prédicateurs. Elle se compose de deux livres de taille inégale. Le premier livre, plus court, s’intitule De officio predicationis ; il détaille le rôle du prédicateur et les méthodes de prédication. Le second livre, nettement plus long, s’intitule De materiis sermonum sive collationum dans l’édition Marguerin de La Bigne10, mais est beaucoup plus connu sous le nom de De modo prompte cudendi sermones ; il réunit une abondante materia predicabilis sous forme de sermons. Quatre parties le composent, proposant chacune un classement particulier des sermons : sermones ad omne genus hominum, sermones in omni diversitate negotiorum, secundum varietatem temporum et secundum varietatem festorum. Les deux premières parties, spécialement la première, contiennent des sermons ad status, c’est-à-dire adressés ou concernant des catégories sociales particulières. Les deux dernières parties proposent un classement traditionnel des sermons suivant l’ordre du calendrier liturgique. Le De eruditione predicatorum a été imprimé partiellement dès 1508 à Haguenau, puis à Venise en 1603 et à Barcelone en 1607.

  • 11 Il s’agit des sermons no 80 ad omnes nobiles ; no 81 ad nobiles malos ; no 82 ad nobiles devotos ; (...)

8Les deux premières parties rassemblent chacune cent sermons. Dans la classification de la série des sermons ad status proprement dite viennent en premier lieu, après deux sermons très généraux ad omnes homines, les moines, puis les clercs (en moindre nombre), puis les laïcs, en commençant par le milieu universitaire, chaque catégorie mêlant hommes et femmes. Nous retiendrons dans cette série six sermons adressés aux puissants11, principalement aux nobiles, hommes et femmes.

Des recueils très diffusés

9L’organisation rigoureuse de ces recueils explique en partie leur succès puisqu’on peut les ranger parmi les œuvres à succès du Moyen Âge.

10Pour établir l’édition des sermons ad status de Jacques de Vitry, Jean Longère a retenu dix manuscrits, auxquels il faut ajouter un autre recueil conservé à Cambrai donnant un texte complet et sept manuscrits donnant un texte incomplet. Ces recueils témoignent d’une diffusion de l’œuvre dans le nord de l’Europe, d’abord en France au xiiie siècle, puis essentiellement en Belgique pour le xve siècle.

  • 12 Burghart, Remploi textuel…, op. cit. n. 4, vol. I, p. 85.

11Dans le cas de Guibert de Tournai, la diffusion est beaucoup plus large avec quatre-vingt-sept manuscrits complets, auxquels on peut ajouter une trentaine de manuscrits incomplets12. La majorité des témoins date du xive siècle, mais on note un nombre significatif de manuscrits du xiiie siècle, conservés essentiellement en France. La diffusion suit globalement le même mouvement avec une production d’abord à Paris, dans le nord de la France et en Angleterre, puis une progression de la diffusion à partir de la fin du xive siècle vers l’est de l’Europe (Autriche, République tchèque, Pologne). Il faut noter que la diffusion manuscrite s’est poursuivie jusqu’au xvie siècle.

  • 13 T. Kaeppeli, Scriptores Ordinis Praedicatorum Medii Aevi, Rome, 1975, t. 2, p. 283-295. Enfin il f (...)

12Enfin, la tradition du De eruditione predicatorum est à la fois complexe et classique13. Comme beaucoup de recueils destinés à la prédication, elle traduit une diffusion du texte vers l’est de l’Europe au fil des siècles, et une diffusion plus dense au xve siècle. Mais cette tradition pose un certain nombre de questions, d’abord par le fait qu’aucun manuscrit datant du xiiie siècle n’est recensé. De même, aucun manuscrit ne comportant l’ensemble des livres usuellement considérés comme constitutifs du traité, on peut se demander quelle est la nature de l’assemblage des parties I et II, nullement attesté dans la tradition, d’autant que la partie I a été très peu diffusée. On ne peut que constater que la tradition imprimée a ensuite repris la partition majoritairement représentée dans les manuscrits et a laissé de côté les parties II 3 et II 4.

  • 14 Avant l’étude de M. Burghart, ce travail de réécriture de la source principale avait déjà été noté (...)

13La question de la diffusion des manuscrits exige qu’on souligne les liens éventuels entre ces différentes collections. Ces sermons dits modèles ont parfois eux-mêmes emprunté à d’autres sermons plus anciens. Ainsi, Jacques de Vitry a été une source avérée de Guibert de Tournai dans la rédaction de ses propres sermons. Les chercheurs ont repéré ce fait depuis longtemps et l’ont noté sans beaucoup d’indulgence pour Guibert, tant les emprunts sont nombreux et parfois littéraux. Ainsi, les auditoires définis par Jacques de Vitry se retrouvent, à deux exceptions près, dans les sermons ad status du franciscain. Cependant le travail intellectuel réalisé par Guibert à partir de cette matière est réel et fait la preuve de son indépendance par rapport à sa source initiale : l’effort de réécriture est en effet constant (sélection des exempla, utilisation d’autres sources). À partir du critère de l’emploi des exempla dans les sermons, Marjorie Burghart démontre avec précision la méthode de travail du franciscain et propose la notion de remploi pour définir la façon de travailler de Guibert14. Les sermons ad status du franciscain sont donc bel et bien issus d’autres sermons ; pour autant, le travail d’écriture de l’auteur y est tout à fait décelable.

  • 15 Ms. Roma, Convento di S. Sabina, Archivio generale dei Dominicani, XIV. 36.
  • 16 Brugge, Stedelijke Openbare Bibliotheek 281. Les exemples de tables sont très nombreux dans les ma (...)

14Enfin, ces sermons dits modèles devaient être faciles à manier par leurs utilisateurs. Ce maniement du savoir est rendu possible par différents types de tables, comme c’est le cas pour l’œuvre de Jacques de Vitry : dans les manuscrits sont indiqués pour chaque sermon ses destinataires et son numéro dans la série15. De même, on y trouve indiqué le nombre de sermons par type d’auditoire, accompagné des premiers mots du thème et de la foliotation16. Enfin et surtout, dans la plupart des témoins manuscrits, les titres des subdivisions sont indiqués en marge pour faciliter la compréhension du texte.

  • 17 Ms. Bibliothèque Carnegie (Reims), 612, xive siècle. La table des sermons se trouve aux folios 1r- (...)

15Dans les manuscrits de Guibert de Tournai et Humbert de Romans, des aides à la lecture et à l’utilisation du document sont également proposées par les scribes. Ainsi, le manuscrit conservé à la bibliothèque municipale de Reims17 propose d’emblée une table des sermons de Humbert de Romans, avec indication de la foliotation. Même si l’on note une grande sobriété dans l’usage des notes marginales, qui sont rarissimes, le scribe a cependant mis en évidence la structure du texte, rédigé sur deux colonnes par folio, en jouant sur l’ornementation des majuscules de début de sermon et sur les titres de sermons ; il aboutit ainsi à une mise en page impeccable qui accentue la lisibilité.

16Ces trois collections de sermons ad status, dont la présentation formelle est simple et pratique à utiliser, se sont donc largement diffusées dans les bibliothèques d’Europe. Proposent-ils vraiment, sur le plan du contenu cette fois, des modèles de comportement à destination des différentes catégories sociales ?

Des recueils normatifs ? Le « prince idéal » des sermons ad potentes

La figure du prince comme stéréotype

17Si l’on examine la catégorie des potentes, on constate que les puissants sont encouragés à pratiquer toutes sortes de vertus, en particulier chez Jacques de Vitry : ils doivent être puissants, intelligents, savants, prudents, lucides, sages, bienveillants, victorieux. Ils sont également tenus de soutenir les bons, de réprimer les méchants, tout en défendant les églises et les pauvres. La plupart des sermons justifient l’existence de la catégorie sociale des potentes en soulignant son rôle indispensable dans la société. Pour atteindre cet objectif de perfection, différents modèles, issus des périodes antérieures, sont proposés aux puissants : chez Jacques de Vitry comme chez Guibert de Tournai, on trouve les exemples de Charlemagne ou d’Alexandre le Grand mis en valeur.

18Tous les auteurs développent l’image paulinienne du corps mystique : la tête correspond au Christ, les yeux aux clercs et aux prélats, les pieds aux laïcs ; les princes et les soldats, eux, correspondent aux mains. Les différentes parties de ce corps sont non seulement complémentaires, mais solidaires entre elles. Jacques de Vitry ajoute à cette image une réflexion sur la nécessité de l’ordo militaris : il explique qu’il est licite de combattre. L’ordre militaire a été voulu par Dieu pour défendre les opprimés, pour que règnent la paix et la justice et pour écarter la violence.

19Les sermons d’Humbert de Romans présentent la particularité de dépersonnaliser la figure du prince au profit de la notion de nobilitas. Il est donc bien difficile de comprendre ce que l’auteur considère concrètement comme un prince idéal dans la société de son époque, alors même qu’il réunit, notamment dans le sermon 80, les caractéristiques propres à la noblesse. Commençant son sermon avec l’opposition classique entre le fer et l’or, métal bien plus noble, il s’étend ensuite, de manière tout aussi classique, sur les deux types de noblesse connus parmi les hommes, la noblesse charnelle (carnalis) et la noblesse spirituelle (spiritualis). Pourtant adressé ad omnes nobiles, le texte reste sur la notion générale de nobilitas ; à peine note-t-on une allusion convenue au dominus considéré comme plus noble que le servus. L’auteur reprend l’opposition carnalis/spiritualis dans le sermon 95 adressé aux femmes nobles, en illustrant son propos, plutôt élogieux pour les femmes, d’exemples tirés de la Bible. De même dans le sermon 82 adressé ad nobiles devotos, Humbert de Romans décrit les qualités de ceux qui mettent à profit leur noblesse pour faire le bien. On retrouve donc la chasteté, la générosité, la fidélité à Dieu, la bienveillance, entre autres qualités, abordées sous l’angle de notion générale, détachée de tout contexte particulier. Il est donc possible de dire que Humbert de Romans dessine un portrait du prince idéal à travers ses principales caractéristiques, mais ce portrait est très convenu et finalement si abstrait qu’il prend davantage l’allure d’une étude de la notion de nobilitas.

20Cependant, le portrait du prince n’est pas seulement idyllique. Ces sermons contiennent également de nombreux développements au contenu plus négatif en proposant des contre-modèles : dans le sermon 83 d’Humbert de Romans adressé aux magnates, aux grands (sans que l’on puisse faire clairement la distinction avec les nobiles), on découvre les vices et défauts qui pèsent sur eux, avec cette fois-ci peut-être un peu plus de précision dans la critique, tout au moins de vraisemblance. Les grands (viri constituti in sublimitate) n’écoutent pas suffisamment de sermons et sont donc enclins à ne pas se comporter comme ils le devraient. Suit une liste de mauvaises pratiques, voire de critiques, que l’on devine appuyées sur une certaine réalité : ils ne garantissent pas la paix à leur peuple, ils se comportent mal à son égard mais aussi à l’égard de la justice, etc.

21Ces modèles et contre-modèles de princes ont l’apparence de stéréotypes. Ils louent des comportements appuyés sur des vertus consensuelles et critiquent au contraire des attitudes évidemment répréhensibles chez les nobles. Dépourvus de toute référence précise à un lieu, un personnage, un événement, ils pourraient être transposés à n’importe quelle époque.

Les limites du stéréotype

  • 18 Pour Jacques de Vitry : Sicut autem quando lupi vel canes cadauera deuorant, corui expectantes res (...)
  • 19 S. Delmas, Un Franciscain à Paris : le maître en théologie Eustache d’Arras au milieu du xiiie siè (...)

22Cependant, à côté de ces développements assez généraux sur les vertus et les vices des princes, on relève quelques critiques touchant davantage des faits d’actualité, liées à l’exercice concret du pouvoir au xiiie siècle. Les sermons de Guibert de Tournai et de Jacques de Vitry contiennent ainsi deux types de critiques : d’une part, il s’agit de critiques contre les baillis et les prévôts qui sont comparés à des corbeaux infernaux18 ; d’autre part, il s’agit de critiques portant sur la fiscalité. Jacques de Vitry dénonce ainsi les tailles indues qui pèsent sur le peuple. Ces critiques de l’administration ou de la fiscalité médiévales ne sont pas exceptionnelles dans la prédication du xiiie siècle : on en trouve de nombreux exemples dans les sermons, mais qui sont cette fois des reportations du franciscain Eustache d’Arras19. En revanche, il paraît plus surprenant de trouver ces passages dans des sermons dits modèles : peut-on imaginer qu’un prédicateur puisse réutiliser, des décennies plus tard, ces mêmes passages ? Ces critiques, complètement ancrées dans une réalité d’époque et de lieu, diffèrent très nettement des passages relevant du stéréotype, et sont certainement les extraits les plus difficiles à réutiliser par d’autres prédicateurs. À moins qu’il ne s’agisse là aussi de critiques convenues sur la politique des princes, autrement dit de stéréotypes négatifs.

23Cette incongruité incite donc à s’interroger sur la finalité de ces sermons, qualifiés de modèles. Dans quelle mesure Jacques de Vitry, Guibert de Tournai et Humbert de Romans ont-ils vraiment cherché à proposer des sermons exprimant des modèles de comportement ?

« Sermons modèles », une expression pertinente ?

Des sermons utiles plutôt que des sermons modèles

  • 20 M.-C. Gasnault, « Jacques de Vitry : sermon aux gens mariés », Prêcher d’exemples. Récits de prédi (...)

24Les prologues des trois recueils de sermons doivent être lus avec attention parce que c’est là que s’exprime, de manière plus ou moins détaillée, l’intention de l’auteur. Dans le prologue général des Sermones de tempore de Jacques de Vitry, on trouve seulement des indications sur l’organisation de l’ouvrage. Mais chaque collection de sermons est précédée d’un petit prologue. Ainsi, dans le prologue des Sermones vulgares vel ad status, Jacques de Vitry conseille d’être simple et concret et d’éviter les mots subtils20. Il ajoute qu’il faut avoir de la prudence et du discernement pour convertir les pécheurs. Jacques de Vitry insiste sur la nécessité d’une parole adaptée à chaque auditoire, il faut « proposer des choses différentes à des gens différents » : « On doit prêcher d’une manière aux grands, d’une autre aux moyens, d’une autre aux petits […], d’une manière aux princes et aux chevaliers, d’une autre aux marchands. » Il faut aussi savoir prêcher avec douceur ou avec rudesse, choisir le bon moment et bien peser le contenu de sa prédication : Jacques de Vitry se soucie surtout des laïcs et des gens frustes, qu’il faut toucher par des exemples concrets.

25Le prologue des sermons ad status de Guibert de Tournai ne parle pas non plus de sermons modèles, ni de modèles à imiter. Après avoir souligné que son classement en différents status n’est pas si précis que cela, Guibert insiste sur deux points : l’aspect pratique de son œuvre, qu’il souhaite utile, et son aspect mnémotechnique. C’est donc un objectif d’utilité qu’il poursuit pour son œuvre, à destination d’autres prédicateurs, sans faire état d’intention particulière en ce qui concerne d’éventuels modèles de comportement.

  • 21 Circa materias sermonum sive collationum, nota quod interdum multis difficilius est invenire mater (...)

26Le prologue du texte d’Humbert de Romans, dans le livre II du De eruditione predicatorum, est très court, et exprime assez directement l’intention de l’auteur de proposer un outil de travail permettant de se repérer rapidement parmi la quantité de materia predicabilis accessible aux prédicateurs21.

27Conforme à sa volonté d’efficacité, telle qu’on la retrouve par exemple dans le De dono timoris, Humbert de Romans semble connaître à la fois les obligations du prédicateur (être capable de rédiger un sermon rapidement) et ses difficultés (trouver de quoi alimenter le sermon). Concrètement, il propose non pas des sermons, mais bien de la materia brute : un thème, parfois une division du verset, les auctoritates bibliques et patristiques appropriées, éventuellement un exemplum, le tout dans un texte extrêmement court (chaque sermon ne dépasse pas deux pages) ressemblant davantage à des notes préparatoires qu’à une ébauche de sermon.

  • 22 Iacobus de Vitriaco, Sermones vulgares…, op. cit. n. 7. Voir notamment p. LXV pour la description (...)

28Les prologues ne parlent donc pas de modèle, ni d’imitation : les recueils sont conçus comme une boîte à outils pour le prédicateur, comme le confirme l’examen des manuscrits. Alors que les tables des status ne sont pas présentes dans tous les manuscrits, on trouve en revanche le titre des subdivisions dans les marges de presque tous les recueils. On peut donc considérer qu’il s’agit davantage de « propositions de sermons ». C’est ce qui est clairement exprimé dans la table des sermons du manuscrit du Vatican qui contient les textes de Jacques de Vitry (Biblioteca apostolica Vaticana Borgh. 142), intitulée propositiones dictorum sermonum ad status diversos22. Il s’agit donc de propositions de sermons destinées à être réinterprétées et réécrites, non de modèles à suivre à la lettre. De même c’est avec justesse qu’une main moderne a inscrit en bas de la page de garde d’un manuscrit de Jacques de Vitry (Douai BM 503) : sermones Iacobi de Vitriaco de sanctis et communes de varia materia.

29L’expression de « sermons modèles », contrairement à celle de sermones ad status, est absente non seulement des prologues des trois auteurs choisis ici, mais aussi des manuscrits eux-mêmes, dans leur ensemble. Si l’on se réfère par exemple aux titres donnés dans les manuscrits à ces différentes collections, on se rend compte, que, outre l’expression latine de sermones ad status, on trouve des termes tels que sermones tout simplement ou summa. Ce terme de summa, « somme », se comprend lorsqu’on replace ces œuvres dans leur contexte d’origine.

  • 23 D. d’Avray, The Preaching of the Friars. Sermons Diffused from Paris before 1300, Oxford, 1985, p. (...)

30La bibliographie actuelle sur les collections de sermons modèles se fonde à juste titre sur l’ouvrage de David d’Avray, The Preaching of the Friars, paru en 1985. L’auteur admet lui-même utiliser cette expression de « sermons modèles » par commodité. Il semble du reste hésiter sur ces termes, qu’il place parfois entre guillemets23. Selon David d’Avray, ces sermons correspondent à des textes standardisés ; ils sont adressés aux clercs et ne constituent pas un témoignage direct de la prédication au peuple.

Des sermons inclus dans un projet éditorial d’envergure

  • 24 C’est un point souligné par N. Bériou, « Les sermons latins après 1200 », The Sermon, éd. B. M. Ki (...)

31Si les sermons ad status constituent de la materia predicabilis, ils se trouvent toujours intégrés dans une œuvre écrite plus large, à visée pastorale et destinée à être un outil de travail, hélas souvent incomplète24. La rédaction de ces sermons n’a pas été un but particulier poursuivi par les trois auteurs, mais bien un élément d’une œuvre de plus grande ampleur, parmi d’autres textes utiles au travail de prédicateur. C’est le cas de Jacques de Vitry, qui a souhaité rassembler son œuvre oratoire dans un ensemble comprenant six parties : les cinq premières suivent le calendrier liturgique, la sixième contient les sermons adaptés aux différentes catégories d’auditeurs. Guibert de Tournai rédige pour sa part un ambitieux ouvrage, le Rudimentum doctrine, considéré comme son œuvre principale, et qui se compose de quatre traités, dont le dernier n’a jamais vu le jour. Vaste encyclopédie de prédication, le Rudimentum comprend dans sa deuxième partie les sermones ad status, et dans la troisième le De modo addiscendi. Comme dans le cas du Liber de eruditione predicatorum de Humbert de Romans, les différentes parties du texte ont circulé indépendamment les unes des autres. Quant à Humbert de Romans, son traité de prédication, incluant lui aussi une série de sermones ad status, est de la même manière conçu comme une œuvre mettant à la disposition des prédicateurs à la fois, dans le livre I, des conseils sur leur activité (l’art de prêcher, le rôle du prédicateur, l’art de la conversatio), mais aussi, dans le livre II, toute la matière dont ils auront besoin dans la rédaction de leurs sermons. Les sermones ad status de ces trois auteurs, longtemps étudiés pour eux-mêmes par les historiens, se comprennent sans doute davantage quand on les envisage comme un élément d’une ample œuvre de prédication où les trois auteurs, en souhaitant avant tout faire œuvre utile, ont réuni des préconisations théoriques sur la pratique pastorale et des matériaux réutilisables à volonté par la suite.

Conclusion : des sermons visant l’utilité plus que la norme

  • 25 Burghart, Remploi textuel…, op. cit. n. 4, vol. I, p. 276.
  • 26 L.-J. Bataillon, « Sermons rédigés, sermons reportés », Medioevo e rinascimento, 1986, III (1989), (...)

32Ces trois collections de sermons dits « modèles » ont eu beaucoup de succès, elles ont été largement diffusées sous forme manuscrite puis sous forme imprimée. L’expression de « sermons modèles » est bien pratique pour l’historien médiéviste : elle est effectivement courante dans l’historiographie de la prédication ; elle est toutefois trompeuse. En effet, les théologiens médiévaux ne concevaient pas leurs sermons comme des modèles destinés à être imités mais plutôt comme des « boîtes à outils », ce dont témoignent les prologues et les manuscrits présentés. Ces conclusions ne font que prolonger et confirmer la thèse de Marjorie Burghart, qui achève ainsi son travail sur la collection de Guibert de Tournai : « Plutôt qu’un miroir de la société réelle ou idéale du prédicateur, la composition de sermons selon des états de vie de l’auditoire peut être comprise, à la lumière des arts de la mémoire, comme un ingénieux outil mnémotechnique pour l’organisation de la matière prêchable25. » Ainsi, le classement des sermons en trois catégories, à savoir (1) les reportations (2) les sermons rassemblés dans des recueils et (3) les sermons modèles n’est peut-être pas le plus pertinent. Il serait plus judicieux et plus respectueux des intentions des prédicateurs médiévaux de se limiter à deux types de sermons, les « sermons reportés » et les « sermons rédigés » : cette typologie était du reste celle choisie par Louis-Jacques Bataillon en titre d’un de ses articles26.

Notes

1 Pour une vue d’ensemble du développement de la prédication, voir J. Longère, La prédication médiévale, Paris 1983 ; De l’homélie au sermon. Histoire de la prédication médiévale. Actes du colloque international de Louvain la Neuve (9-11 juil. 1992), éd. J. Hamesse et X. Hermand, Louvainla-Neuve, 1993 (Publications de l’Institut d’études médiévales. Textes, études, congrès, 14). Plus spécialement sur le xiiie siècle, on consultera les désormais classiques L.-J. Bataillon, La prédication en France et en Italie. Études et documents, Aldershot, 1993 ; N. Bériou, L’avènement des maîtres de la parole. La prédication à Paris au xiiie siècle, Paris, 1998, 2 vol.

2 J.-B. Schneyer, Repertorium der lateinischen Sermones des Mittelalters für die Zeit von 1150-1350, Münster, 1969-1979 (Beiträge zur Geschichte der Philosophie und Theologie des Mittelalters, 43), 9 vol. [désormais : RLS].

3 Nous remercions Marie Anne Polo de Beaulieu, qui nous a transmis les transcriptions des sermones ad potentes de Jacques de Vitry réalisées par Marie-Claude Gasnault.

4 Les sermons ad status de Guibert de Tournai viennent d’être étudiés par Marjorie Burghart à l’occasion de sa thèse : M. Burghart, Remploi textuel, invention et art de la mémoire : les Sermones ad status du franciscain Guibert de Tournai († 1284), thèse, 2013, université Lyon 2, dir. N. Bériou. Elle nous a généreusement permis de consulter et d’utiliser son travail. Qu’elle en soit chaleureusement remerciée ici.

5 C. Muessig, « Sermon, Preacher and Society », Journal of Medieval History, 28 (2002), p. 78-91.

6 N. Bériou et F.-O. Touati, Voluntate Dei leprosus : les lépreux entre conversion et exclusion aux xiie et xiiie siècles, Spolète, 1991, p. 39-40.

7 Iacobus de Vitriaco, Sermones vulgares vel ad status I, éd. J. Longère, Turnhout, 2013 (Corpus Christianorum. Continuatio Medievalis, 225). Il s’agit de l’édition des trente-six premiers sermons ad status.

8 Il s’agit des sermons 51, 52 et 53 (RLS 417, 418, 418 bis).

9 L’édition utilisée est celle de Marjorie Burghart citée n. 4.

10 En 1677, Marguerin de La Bigne publie le texte (parties I, II 1 et II 2) à Lyon, dans le tome 25 de la Bibliotheca maxima Veterum Patrum, ancêtre de la Patrologie latine. On compte par la suite encore une édition à Rome en 1739 (I, II 1 et II 2). Une édition du livre I est par ailleurs disponible dans les Opera Humberti de Romanis de Berthier (1889), et l’on trouve des éditions éparses de sermons dans diverses publications bien plus récentes (par exemple, C. Casagrande, Prediche alle donne del secolo xiii  : Testi de Umberto da Romans, Gilberto da Tournai, Stefano di Borbone, Milan, 1978). Les parties II 3 et II 4 sont donc inédites. C’est sur l’édition de Marguerin de La Bigne que nous nous appuierons.

11 Il s’agit des sermons no 80 ad omnes nobiles ; no 81 ad nobiles malos ; no 82 ad nobiles devotos ; no 83 ad magnates ; no 84 ad existentes in curiis principum ; no 85 ad existentes in curia romana et no 90 ad mulieres nobiles.

12 Burghart, Remploi textuel…, op. cit. n. 4, vol. I, p. 85.

13 T. Kaeppeli, Scriptores Ordinis Praedicatorum Medii Aevi, Rome, 1975, t. 2, p. 283-295. Enfin il faut noter que certains manuscrits du De eruditione contiennent d’autres œuvres de Humbert, c’est le cas par exemple du manuscrit de Bâle, Univ. Bibl. A X 123, qui contient également le De dono timoris.

14 Avant l’étude de M. Burghart, ce travail de réécriture de la source principale avait déjà été noté et apprécié, par exemple par D. d’Avray, N. Bériou ou encore J. Longère. Cf. Burghart, Remploi textuel…, op. cit. n. 4, vol. I, p. 141 et suiv.

15 Ms. Roma, Convento di S. Sabina, Archivio generale dei Dominicani, XIV. 36.

16 Brugge, Stedelijke Openbare Bibliotheek 281. Les exemples de tables sont très nombreux dans les manuscrits de Jacques de Vitry. Citons encore une table des sermons classés par auditoire dans le manuscrit de Liège, Bibliothèque universitaire 344 (416). Dans trois autres manuscrits encore, la table rassemble les sermons en les regroupant par huit, sept, six, etc., c’est-à-dire en fonction du nombre de sermons par catégorie. Elle peut être au début ou à la fin du recueil.

17 Ms. Bibliothèque Carnegie (Reims), 612, xive siècle. La table des sermons se trouve aux folios 1r-v.

18 Pour Jacques de Vitry : Sicut autem quando lupi vel canes cadauera deuorant, corui expectantes residuum circa cadauera crocitando uolant, ita dum principes et milites homines suos spoliant, prepositi et bedelli et alii corui infernales gaudent aliquid residuum expectantes (sermo 2 ad potentes et milites, d’après Cambrai BM 534 [transcription M.-C. Gasnault]) ; pour Guibert de Tournai, cf. Burghart, Remploi textuel…, op. cit. n. 4, vol. II, p. 489.

19 S. Delmas, Un Franciscain à Paris : le maître en théologie Eustache d’Arras au milieu du xiiie siècle, Paris, 2010.

20 M.-C. Gasnault, « Jacques de Vitry : sermon aux gens mariés », Prêcher d’exemples. Récits de prédicateurs du Moyen Âge, éd. J.-Cl. Schmitt, Paris, 1985, p. 41-67.

21 Circa materias sermonum sive collationum, nota quod interdum multis difficilius est invenire materias utiles et laudabiles de quibus fiat sermo ; quam inventa materia de ipsa sermonem contexere. Et ideo expedit quod predicator semper habeat in promptu materias ad predicandum vel conferendum de Deo sive ad omne genus hominum, sive in omni diversitate negotiorum, sive secundum varietatem omnium festorum. Porro diversitates hominum quibus predicare contingit possunt assignari ut infra assignantur in tabula hujus tractatus. D’après Marguerin de La Bigne, op. cit. n. 10.

22 Iacobus de Vitriaco, Sermones vulgares…, op. cit. n. 7. Voir notamment p. LXV pour la description de ce manuscrit. De même, le ms. Paris, BnF, lat. 3337 propose une « brève table des principales propositions » de l’ouvrage : tabula brevis de propositionibus principalibus in opere huius libri.

23 D. d’Avray, The Preaching of the Friars. Sermons Diffused from Paris before 1300, Oxford, 1985, p. 2.

24 C’est un point souligné par N. Bériou, « Les sermons latins après 1200 », The Sermon, éd. B. M. Kienzle, Turnhout, 2000 (Typologie des sources du Moyen Âge occidental, 81-83), p. 363-447, notamment p. 393 : « Ainsi les collections de sermons ad status doivent bien être considérées comme l’une des espèces du genre, au demeurant hétérogène, des instruments de travail pour les prédicateurs. Dans d’autres instruments de travail produits à la même époque, on observe d’ailleurs des tentatives de classement ou d’indexation selon la diversité des statuts. »

25 Burghart, Remploi textuel…, op. cit. n. 4, vol. I, p. 276.

26 L.-J. Bataillon, « Sermons rédigés, sermons reportés », Medioevo e rinascimento, 1986, III (1989), p. 69-86.

© Éditions de la Sorbonne, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site