Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Apprendre, produire, se conduire : Le modèle au Moyen Âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Modèles scientifiques, modèles littéraires

Les modèles de voyageurs à la fin du Moyen Âge

The Models of Travelers at the End of the Middle Ages

Christine Gadrat-Ouerfelli

Résumé

Nombreux sont les voyageurs de la fin du Moyen Âge qui prennent la route en ayant en tête les écrits de leurs prédécesseurs. Ce sont le plus souvent dans les prologues des récits de voyages et de pèlerinages que l’on rencontre des références faites à des voyageurs considérés comme illustres ou simplement comme devanciers. La liste des personnages mentionnés varie bien entendu selon les auteurs, elle évolue aussi au fil du temps, s’enrichissant en particulier de noms de nouveaux voyageurs, tels que Marco Polo ou Jean de Mandeville. De fréquentes références sont également faites à des auteurs antiques, Pythagore, Pline ou Ptolémée par exemple, dont on attribuait les grandes connaissances géographiques à leurs parcours infatigables du monde.
Les voyageurs cités constituent en premier lieu des sources, des autorités ; mais ils forment aussi un ensemble de modèles à suivre, auxquels il convient de se conformer, tant dans l’accomplissement du voyage et des éventuelles dévotions qu’il requiert, que dans l’écriture de son récit.

In the last years of the Middle Ages, many travelers set off on a journey with the writings of their predecessors in their heads. It is in the prologues to accounts of journeys and of pilgrimages that we find references to travelers considered as famous or simply as precursors. The list of characters varies, of course, with the authors, enriching itself with the passage of time, with the addition of names like Marco Polo and Jean de Mandeville. There are also frequent references to Classical Greek and Roman authors such as Pythagoras, Pliny or Ptolemy, whose profound geographical knowledge is attributed to their many travels.
The travelers quoted serve firstly as sources and authorities for later travelers but they are also seen as examples to be followed during the voyage, when it comes to acts of worship and afterwards when writing an account of the voyage.

Texte intégral

  • 1 Pour des données chiffrées sur les manuscrits de récits de voyage conservés, je me permets de renv (...)

1À la fin du Moyen Âge, la littérature de voyage, qui repose sur une tradition de plusieurs siècles, est devenue relativement abondante. Les récits de voyage et de pèlerinage médiévaux connaissent une diffusion et une réception non négligeables, dont témoigne un nombre de manuscrits important, en particulier pour certains d’entre eux, qui dépassent largement la centaine de manuscrits conservés1. Ces textes sont lus, y compris par d’autres voyageurs.

2Au xve siècle, il paraît impossible de prendre la route sans savoir que d’autres l’ont fait auparavant, que ce soit pour effectuer un pèlerinage ou pour un voyage plus lointain. Aussi rencontre-t-on fréquemment, à cette époque, des récits pourvus d’un prologue dans lequel d’autres voyageurs sont nommés, tandis que leurs textes sont cités, explicitement ou non, dans le récit que fait le nouveau voyageur. On trouve cités dans ces prologues de nombreux auteurs antiques, que nous n’aurions pas qualifiés de voyageurs, ainsi que quelques médiévaux, Marco Polo et Mandeville essentiellement. Ces auteurs sont envisagés parfois comme des sources, mais aussi et surtout comme des modèles. Cette fonction de modèle s’entend à plusieurs niveaux : ce sont des exemples à imiter dans l’accomplissement du voyage et éventuellement des dévotions liées à un pèlerinage, mais c’est dans l’écriture du récit, aussi bien dans le fait de mettre par écrit son expérience que dans l’organisation du texte, que le rôle de modèle peut apparaître.

  • 2 Sur ce thème de la relation entre récit de voyage et développement de l’« écriture de soi », cf. N (...)
  • 3 Itinéraire d’Anselme Adorno en Terre sainte (1470-1471), éd., trad. et notes J. Heers et G. de Gro (...)

3Le foisonnement de la littérature de voyage à la fin du Moyen Âge, lié en partie au développement concomitant d’une certaine « écriture de soi2 », engendre des récits de plus en plus étoffés et des œuvres de grande qualité littéraire pour certaines d’entre elles. Il n’est pas rare, alors, de lire des récits pourvus d’un prologue, parfois très détaillé et rempli de références littéraires, dans lequel le voyageur fait part de ses motivations, aussi bien pour l’accomplissement du voyage que pour la mise par écrit de l’expérience ainsi acquise. Quelquefois, il rappelle les noms de voyageurs illustres, en quelque sorte ses prédécesseurs ou ses modèles. Ce faisant, il cherche à se placer dans une lignée prestigieuse et à faire entrer son récit dans une tradition déjà bien fournie. L’un des plus beaux exemples de ce procédé est le récit de l’Itinéraire qu’Anselme Adorne a accompli en Méditerranée et en Terre sainte en 1470-1471, rédigé par son fils Jean, qui voyagea avec lui3. Dédié au roi Jacques III d’Écosse, le récit s’ouvre par un prologue dans lequel le rédacteur magnifie la personne royale, mais montre aussi l’étendue de sa culture en matière de récits de voyage et de textes géographiques :

  • 4 Ibid., p. 26-31.

Parmi les anciens, beaucoup d’hommes éminents, qui avaient pourtant appliqué leur esprit à l’étude des sciences ou de l’art militaire, considéraient qu’ils ne savaient rien s’ils n’avaient parcouru les diverses régions du monde ou, du moins, n’avaient appris à les connaître dans les livres. Ne lit-on pas que les philosophes Platon et Pythagore ont visité certaines provinces, sont entrés en rapport avec de nouveaux peuples et ont traversé des mers ? Apollonius lui-même, le plus grand des philosophes, n’a-t-il pas visité le pays des Perses, le Caucase, Taprobane, les pays des Scythes, des Babyloniens, des Chaldéens, des Mèdes, des Assyriens, des Syriens, des Parthes, des Phéniciens, des Palestiniens, des Arabes et autres peuples ? Marco Polo, homme de grande valeur, remarquable et sage, à qui revient, entre tous les voyageurs, la plus haute gloire et la couronne du triomphe, n’a-t-il pas pendant vingt-cinq ans, courageux et plein d’audace, traversé l’Arménie, la Turcomanie, la Grande Turquie, la Carie, Mosul, Bagdad, l’Irach, la Perse, Kermân, Ormuz, Knabis, le Tonochaïm, Scassem, le Badakchân, le Vokhan, le Bolor, le Kaschgar, Samarkand, le Yarkand, le Khotan, le Paï, le Khamil, le Sou-Tchéou, Kan-tchéou, Karakorum, le Ning-Hia, le Catay, le Bengale, le Cancigu, l’Annam, le Tolomar, Pao-Ying, le Mangi, le Fou-Kian, le Cinpingu, les îles de Java, la grande et la mineure, Andaman, Ceylan, le Ma’bar, Masulipatan, le Quilon, l’Eli, le Malabar, le Gujarat, le Tanah, le Cambay, le Kesmacoran, Madagascar, Zanzibar, Aden, les deux Indes de Machabar au Kesmacoran, où se trouvent douze mille sept cents îles fortunées, ainsi que toute l’Asie majeure et mineure ?
Ceux qui ont connu, non pas réellement mais par l’esprit, les diverses parties du monde et les mœurs des hommes ne sont-ils pas également fort nombreux et presque innombrables : le roi Ptolémée, Solin, Julius, Orose, Aulu-Gelle, Isidore, Origène, Strabon, Africanus, Dioscoride, Pline, Rufus, Théophile, Varron, Zoroastre et bien d’autres hommes illustres qu’il serait superflu de citer tous ? Ces hommes qui ont voyagé par le corps ou en esprit, roi sérénissime, Anselme Adournes, ton chevalier, déjà éclairé par son expérience des choses, les a imités tout récemment en allant à la découverte de diverses terres et mers et des multiples coutumes des hommes4.

  • 5 On peut le vérifier sur l’édition de la version latine dont les Adorne possédaient vraisemblableme (...)
  • 6 A. Derolez, « Vroeg humanisme en middeleeuwse bibliotheeken : de bibliotheek van de Adorne’s en va (...)
  • 7 L’expression latine employée est imitatus est.

4Cet extrait appelle plusieurs remarques. En premier lieu, on relève le grand nombre d’auteurs cités, qui ne sont pas moins de dix-neuf. Tous n’ont probablement pas été lus par Jean Adorne et on peut penser qu’il en connaît une grande partie soit grâce à des collections d’extraits, des excerpta, soit grâce à des recueils d’hommes célèbres, comme il en fleurit alors. Mais il a au moins lu le récit de Marco Polo, le seul auteur médiéval cité : il donne la liste des régions décrites par le voyageur de façon assez exacte et dans le même ordre que dans le Devisement du monde5 ; on sait par ailleurs qu’un exemplaire du livre figurait dans sa bibliothèque, selon un inventaire dressé vers 15006. Il est donc possible que cet ouvrage ait inspiré Jean et son père Anselme dans leur désir de voyager et de parcourir une partie du monde, et même si leurs pérégrinations les conduisent moins loin que Marco Polo, ils ne présentent pas, dans ce prologue, leur voyage comme un simple pèlerinage en Terre sainte, mais bien comme une entreprise de « découverte de diverses terres et mers ». C’est donc un projet assez ambitieux, et qui entend se placer dans une longue tradition de grands voyageurs, qu’Anselme cherche à « imiter7 ».

  • 8 Ye Solace of Pilgrims. A Description of Rome, circa A. D. 1450, by John Capgrave, an Austin Friar (...)
  • 9 Ibid., p. 1.
  • 10 Ibid.
  • 11 Ibid.
  • 12 Ibid.

5Cet exemple tout à fait remarquable n’est cependant pas unique dans la littérature de voyage de la fin du Moyen Âge. Ainsi, John Capgrave, frère augustin de Lynn (aujourd’hui King’s Lynn), a effectué un pèlerinage à Rome, qu’il retrace, en s’appuyant également sur de nombreux textes, dans son Solace of pilgrimes, écrit vers 14508. Dans l’introduction, il dresse une liste des pèlerins et voyageurs ayant fait avant lui le récit de leur expédition : Many men in Þis world aftyr here pilgrimage haue left memoriales of swech Þingis as Þei haue herd and seyn9. Il cite ensuite Pythagore, Platon, Tite-Live, saint Jérôme, Marco Polo et Mandeville. De la même façon que Jean Adorne, pour chacun de ces voyageurs il résume les contrées parcourues et cherche à caractériser leur œuvre. Ainsi, Platon not aschamed he Þat was maystir at Atenes schuld be a pilgrime for to lerne strange Þingis namely in straunge cuntrees10. Marco Polo, a man of Venys […] laboured all Þe soudanes londe and descryued on to us Þe nature of Þe cuntre Þe condiciones of Þe men and Þe stately aray of Þe grete cane houshold11, tandis que Jon Maundeuyle knyth of Yngland aftir his laboure made a book ful solacious on to his nacyoun12.

  • 13 Ibid.

6Encore une fois, on ne peut pas être sûr que Capgrave ait lu tous les auteurs qu’il cite, même si la façon relativement détaillée dont il présente le récit de Marco Polo laisse penser qu’il a au moins eu le livre entre les mains. Il est intéressant de noter qu’à la différence de ce qu’on avait constaté à propos de la famille Adorne, ce ne sont pas tant les voyages de ces personnages qui inspirent Capgrave que le fait qu’ils les ont racontés. C’est en effet le sens de la première phrase de son introduction : ils ont laissé des « memoriales » et le principal mérite de Mandeville, par exemple, est d’avoir fait un livre13. Capgrave ne peut prétendre rivaliser avec ses prédécesseurs en matière de pays parcourus, mais assurément, il se sert de leur exemple pour légitimer le fait d’écrire son propre récit de voyage et de le diffuser auprès de ses compatriotes.

  • 14 Félix Fabri, Les errances de frère Félix, pèlerin en Terre sainte, en Arabie et en Égypte (1480-14 (...)

7On retrouve ce glissement, d’un modèle pour le voyage vers un modèle pour sa mise par écrit, dans le récit de pèlerinage de Félix Fabri, dominicain d’Ulm, parti deux fois en Terre sainte, en 1480 et 148314. Dans une lettre à ses frères du couvent d’Ulm, qu’il place en préambule de son Evagatorium, Félix Fabri évoque en effet les lectures qu’il a faites en relation avec ses pèlerinages :

  • 15 Ibid., t. 1, p. 5-6.

j’ai lu en entier les récits de pèlerinage anciens et récents, même ceux des chevaliers, et j’ai examiné attentivement les descriptions antiques et modernes de la Terre sainte ; j’ai tiré de tous ces livres tout ce qui était utile à mon projet et de cette collection, j’ai réalisé un gros volume15.

8Comme Fabri l’explique, ces lectures ont été faites pendant la période qui sépare ses deux voyages. Elles n’étaient pas tant destinées à préparer son pèlerinage, le premier étant déjà accompli, qu’à nourrir l’écriture de son propre ouvrage. Il s’agit bien entendu de sources, de textes auxquels Fabri a puisé des éléments afin de compléter son récit, mais la façon dont il les présente suggère que ce sont aussi des modèles. Dans ce cas, le rôle de modèle s’applique donc davantage dans l’écriture que dans l’accomplissement du voyage.

  • 16 Ibid., p. 31-33.
  • 17 Ibid., p. 33.

9Mais Fabri prend aussi modèle sur d’autres auteurs en matière de pèlerinage et de dévotion. Il a ainsi beaucoup lu saint Jérôme, qu’il cite abondamment dans son prologue et dans le cours de son récit. Il évoque en particulier ses lettres et les pèlerinages effectués par des femmes avec lesquelles correspondait Jérôme, qui séjourna lui aussi en Terre sainte16. Fabri insiste sur les actes de dévotion de ces pèlerins et en particulier sur le fait que plusieurs d’entre eux ont abandonné toutes leurs richesses pour se rendre à Jérusalem. Il termine en donnant l’exemple de Guillaume d’Aquitaine qui, selon lui, accomplit un pèlerinage après avoir été converti par saint Bernard, pour expier le fait qu’il avait persécuté l’Église, et qui mena ensuite « une vie de moine des plus austères17 ». Placés en fin de prologue, dans ce qu’il appelle la « justification de son pèlerinage », ces exemples sont autant de modèles de dévotion aux Lieux saints.

  • 18 Ibid., p. 9-10 : « Je serais également heureux que vous communiquiez mes Errances aux autres frère (...)
  • 19 Ibid., p. 9.

10À son tour, Félix Fabri envisage que son Evagatorium puisse être un modèle pour d’autres, puisqu’il demande à ses frères d’Ulm de le transmettre à un certain nombre de personnes, des frères d’autres couvents ou des supérieurs, ainsi que des religieux appartenant à plusieurs monastères18. Il évoque aussi le fait que son texte a déjà été recopié par d’autres, qui s’en sont fait « des petits recueils », ce dont il dit se réjouir, car c’est ainsi l’occasion pour lui de transmettre « de manière désintéressée ce qu’[il a] appris19 ».

  • 20 Les exemples sont nombreux. On pourrait citer celui du Voyage de la saincte cyté de Hierusalem, do (...)

11On retrouve ici un lieu commun à de nombreux récits de pèlerinages, dont les auteurs affirment, notamment pour justifier l’écriture de leur récit, vouloir être utiles à leurs successeurs. Sans se poser clairement en modèles, ils énoncent des conseils aux futurs pèlerins, que ce soit dans la préparation de leur voyage ou dans les pièges à éviter une fois sur place, leur indiquent les indulgences à acquérir et les moyens de pratiquer au mieux leur dévotion20.

  • 21 Sans nul doute tiré de Marco Polo, il s’agit en fait de Mogadiscio et de la côte somalienne.
  • 22 Arnold von Harff, The Pilgrimage of Arnold von Harff, éd. M. Letts, Londres, 1946 ; Rom – Jerusale (...)
  • 23 Rom – Jerusalem – Santiago…, op. cit. n. 22, p. 11.
  • 24 Sur la question des glossaires dans le récit d’Arnold von Harff, lire H. Beckers, « Zu den Fremdal (...)
  • 25 Au total, on trouve neuf glossaires et sept alphabets chez Harff, contre six alphabets chez Mandev (...)

12Modèles dans l’accomplissement du voyage, modèles dans sa mise par écrit, les anciens voyageurs peuvent aussi servir de modèles dans le contenu du récit et son organisation. Ce phénomène est plus difficile à déceler, car dans ce cas, le ou les modèles ne sont généralement pas cités. Cependant, l’exemple de la Pylgrymmacie d’Arnold von Harff semble assez parlant sur ce point. Ce chevalier allemand, parti en pèlerinage à Rome, au Caire, à Jérusalem et à Saint-Jacques de Compostelle dans les années 1496-1498, composa un récit de ses aventures à son retour, mais en en élargissant notablement le cadre, puisqu’il raconte que depuis le Sinaï, il suivit une caravane qui l’emmena au sud de l’Arabie, dans l’océan Indien, jusqu’à Ceylan et sur la tombe de saint Thomas en Inde, avant de visiter « Madagascar21 » et la source du Nil22. Dans ces extrapolations, il utilise, sans les citer, les récits de Marco Polo, de Mandeville, ainsi que la géographie de Ptolémée23. Ce que Harff a cherché à faire, c’est décrire une grande partie du monde connu, tout en se mettant en avant comme le voyageur qui aurait parcouru ces régions. Plutôt que de relater seulement ses propres pérégrinations, il a choisi de donner un texte en quelque sorte plus complet. On peut se demander si, parmi d’autres récits de voyage, le livre de Mandeville en particulier n’a pas joué le rôle de modèle dans ce choix : lui aussi se présente d’abord comme un pèlerinage en Terre sainte avant de décrire des régions plus lointaines. Un élément conforte l’idée que Mandeville a pu être un modèle ; c’est le fait qu’Arnold von Harff parsème son récit d’alphabets et de glossaires24. Il en donne bien plus que Mandeville, puisqu’il fournit aussi un glossaire hongrois ou un glossaire basque, par exemple, mais il a dû puiser cette idée chez lui25. Pourtant, dans le prologue de son récit, qu’il dédie à plusieurs hauts seigneurs allemands, Arnold von Harff ne mentionne aucun autre voyageur. Il n’est donc pas possible de savoir si la lecture de récits antérieurs a pu constituer une motivation pour son départ. Mais il apparaît, clairement me semble-t-il, qu’un récit comme celui de Mandeville a joué un rôle dans la composition du récit et dans le choix de le compléter par un excursus en Orient.

  • 26 Alessandro Ariosto, Itinerarium (1476-1479), éd. F. Uliana, Alessandria, 2007 (Oltramare, 12).
  • 27 Ibid., p. xiv-xv.
  • 28 Ibid., p. xix-xx.
  • 29 Ibid., p. 345-346.

13Un procédé similaire a été relevé par l’éditeur récent de l’Itinerarium d’Alessandro Ariosto, franciscain parti en Orient entre 1476 et 147926. Son récit est le résultat de ses années passées au Proche-Orient, mais aussi d’abondantes lectures. Comme pour Arnold von Harff, le modèle mandevillien apparaît surtout dans l’organisation du récit et dans son amplification27. Le texte est en effet divisé en trois parties : la première contient la description de Jérusalem et des Lieux saints, la deuxième celle de l’Égypte et du Sinaï, et la troisième s’étend jusqu’à l’Inde et l’océan Indien, y compris le paradis terrestre. C’est évidemment dans cette dernière partie que les emprunts à Mandeville sont les plus abondants, mais c’est l’ensemble de cette tripartition et le choix d’augmenter le récit par un long excursus oriental qui prend modèle sur le récit du voyageur anglais28. Alessandro Ariosto rend lui-même explicite ce modèle, en affirmant qu’il a lu le récit de Mandeville lorsqu’il se trouvait à Jérusalem : Ioannes Mandiavilla […] admiranda plurima horrendaque et pene incredibilia se conspetasse scribit, cujus ego contextam historiam Latino sermone venusto satis Ierosolimis legi29. Nul doute que cette lecture l’a inspiré.

14Qui sont donc les voyageurs pris comme modèles ? Ceux qui apparaissent dans les récits ci-dessus sont à la fois des auteurs antiques et des voyageurs médiévaux, en l’occurrence Marco Polo et Mandeville. Que des auteurs antiques fassent figures de modèle n’étonnera sans doute pas, mais il est peut-être plus surprenant de voir Platon, Pythagore, Ptolémée, Pline, Tite-Live et d’autres présentés comme des voyageurs, car ce n’est pas ainsi que nous les catégorisons aujourd’hui. Au Moyen Âge, ils étaient considérés comme de grands connaisseurs du monde, une compétence qu’ils n’avaient pu acquérir que grâce à leurs voyages, car l’on estimait alors qu’il était impossible d’avoir recueilli tant d’informations sur le monde sans l’avoir parcouru intensément. Jérôme Münzer, qui ne cite en prologue à son récit que des auteurs antiques et se place sous leur autorité, rend manifeste cette opinion alors répandue :

  • 30 De Nuremberg à Grenade et Compostelle : l’itinéraire d’un médecin allemand, août 1494-avril 1495. (...)

Il lui [Aristote] a toujours semblé bon de tisser l’histoire de bien des lieux, de s’exposer aux voyages sur terre et sur mer, d’enquêter sur les sites et les lieux ; et, ce qui est le propre d’une âme noble et portée à l’excellence, d’observer les multiples nations ainsi que les mœurs des différents peuples, et de les garder en mémoire. Ainsi nous avons vu Platon, Pythagore, Sertorius, les Pompée, les Fabricius, les César et, au sein de notre religion, Jérôme, Augustin, Antoine et Gilles d’Athènes, et d’autres encore, innombrables, suivre cette piste. Comme donc j’avais pour garants de mon projet ces illustres personnages30

  • 31 Itinéraire d’Anselme Adorno…, op. cit. n. 3, p. 26-27.

15C’est aussi ce qu’exprime clairement Adorne dans son prologue : « Les anciens […] considéraient qu’ils ne savaient rien s’ils n’avaient parcouru les diverses régions du monde31. »

  • 32 Sur la diffusion et la réception du livre de Mandeville, lire principalement R. Tzanaki, Mandevill (...)
  • 33 C. Gadrat-Ouerfelli, Lire Marco Polo…, op. cit. n. 32.

16Du côté des auteurs médiévaux, on trouve principalement Marco Polo et Jean de Mandeville. Là encore, rien d’étonnant à cela, d’une part en raison de l’ampleur de leurs récits, qui englobent une grande partie du monde connu et qui pouvaient apparaître comme relativement complets ; d’autre part à cause de la grande diffusion de ces deux textes, qui sont actuellement conservés par un très grand nombre de manuscrits, et qui ont également bénéficié d’impressions précoces et multiples ; ils étaient donc facilement et partout disponibles32. Par ailleurs, l’étude de la réception de ces deux récits montre aussi qu’ils étaient connus y compris de gens qui ne les avaient pas forcément lus, qu’ils faisaient en quelque sorte partie de la culture générale du lettré à la fin du Moyen Âge33. Ils constituaient donc logiquement des figures de voyageur modèle.

17En conclusion, quel pouvait être l’intérêt pour les voyageurs de citer des prédécesseurs, des modèles ? Il y a évidemment une part d’étalage de sa culture : plus on mentionne de noms de voyageurs et plus cela montre qu’on a lu, qu’on est cultivé. Citer des voyageurs illustres, c’est aussi essayer de se présenter comme leurs égaux, essayer de se hisser à leur niveau – et c’est pourquoi on n’hésite pas à qualifier tel de ces voyageurs, comme le fait Jean Adorne, d’« homme de grande valeur, remarquable et sage, à qui revient, entre tous les voyageurs, la plus haute gloire et la couronne du triomphe ». Mais c’est encore, et surtout, se situer dans une tradition, dans une lignée. Au Moyen Âge, on ne met généralement pas en avant la nouveauté ou l’inventivité, mais plutôt l’inscription dans une tradition, le respect des autorités. Ici, les autorités, ce sont les voyageurs des siècles précédents, de l’Antiquité ou du Moyen Âge ; elles légitiment l’accomplissement d’un voyage et autorisent sa mise par écrit.

  • 34 Ye Solace of Pilgrims…, op. cit. n. 8, p. 1.

18Si les voyageurs ont pu être des modèles et des inspirateurs pour entreprendre de nouveaux voyages, il apparaît qu’ils ont peut-être davantage été pris en exemple pour ce qui est de la mise par écrit du voyage. Fréquemment, les voyageurs et les pèlerins cherchent à légitimer, dans leurs introductions ou leurs prologues, le fait d’avoir composé un récit de leur expérience. Le plus souvent, tout en protestant de leur modestie, ils invoquent les demandes répétées de leurs proches, qui les pressent de questions, ou bien l’ordre qui leur en a été donné par un supérieur, ou encore le sentiment d’être utile à d’autres, futurs pèlerins ou personnes ne pouvant accomplir le pèlerinage physiquement. On peut se demander si le fait de citer des prédécesseurs n’a pas le même usage. C’est ce qu’exprime en tout cas John Capgrave : puisque Pythagore, Tite-Live, Marco Polo et Mandeville ont raconté leurs voyages, pourquoi ne le ferait-il pas34 ?

Notes

1 Pour des données chiffrées sur les manuscrits de récits de voyage conservés, je me permets de renvoyer à C. Gadrat-Ouerfelli, « Le voyage », La terre. Connaissance, représentations, mesure au Moyen Âge, éd. P. Gautier Dalché, Turnhout, 2013 (L’atelier du médiéviste, 13), p. 505-579, ici p. 513.

2 Sur ce thème de la relation entre récit de voyage et développement de l’« écriture de soi », cf. N. Chareyron, Éthique et esthétique du récit de voyage à la fin du Moyen Âge, Paris, 2013.

3 Itinéraire d’Anselme Adorno en Terre sainte (1470-1471), éd., trad. et notes J. Heers et G. de Groer, Paris, 1978 (Sources d’histoire médiévale publiées par l’IRHT).

4 Ibid., p. 26-31.

5 On peut le vérifier sur l’édition de la version latine dont les Adorne possédaient vraisemblablement un exemplaire : Marka Pavlova z Benátek, Milion. Dle jediného rukopisu spolu s příslušným základem latinským, éd. J. V. Prášek, Prague, 1902.

6 A. Derolez, « Vroeg humanisme en middeleeuwse bibliotheeken : de bibliotheek van de Adorne’s en van de Jeruzalemkapel te Brugge », Tijdschrift voor Geschiedenis, 85 (1972), p. 161-170, à la p. 168, repris dans A. Derolez et B. Victor, Corpus catalogorum Belgii, the Medieval Booklists of the Southern Low Countries, t. 1. Province of West Flanders, Bruxelles, 1997, p. 24, no 26 : Liber domini Marci Pauli de Veneciis.

7 L’expression latine employée est imitatus est.

8 Ye Solace of Pilgrims. A Description of Rome, circa A. D. 1450, by John Capgrave, an Austin Friar of King’s Lynn, éd. C. A. Mills, Londres, 1911.

9 Ibid., p. 1.

10 Ibid.

11 Ibid.

12 Ibid.

13 Ibid.

14 Félix Fabri, Les errances de frère Félix, pèlerin en Terre sainte, en Arabie et en Égypte (1480-1483), éd. et trad. J. Meyers et N. Chareyron, Montpellier, 2000-2006, 3 vol.

15 Ibid., t. 1, p. 5-6.

16 Ibid., p. 31-33.

17 Ibid., p. 33.

18 Ibid., p. 9-10 : « Je serais également heureux que vous communiquiez mes Errances aux autres frères de notre Ordre, spécialement à mes frères bien aimés de la communauté de Bâle […]. Je vous demande aussi de les communiquer à mes vénérables et religieux seigneurs et pères qui vivent dans l’insigne monastère d’Elchingen, sous l’autorité du généreux père et supérieur, le seigneur Paul Kast, abbé très honorable de l’Ordre de Saint-Benoît ; au supérieur aussi du même Ordre à Wiblingen et à nos voisins de Blaubeuren, aux religieux supérieurs et abbés chartreux, à Güterstein, à Buchsheim et au Jardin du Christ. Je souhaite aussi que mon livre soit communiqué aux hommes dévots, au supérieurs et aux chanoines réguliers, vos concitoyens du monastère de Wengen. »

19 Ibid., p. 9.

20 Les exemples sont nombreux. On pourrait citer celui du Voyage de la saincte cyté de Hierusalem, dont l’auteur dit dans son prologue vouloir : « Aux devotz pelerins chrestiens qui desirent accomplir le voyaige de Hierusalem iceulx advertir des lieux, perilz et aultres aventures qui peuvent avenir audict voyage » (Le Voyage de la saincte cyté de Hierusalem : avec la description des lieux, portz, villes, citez et aultres passaiges fait l’an mil quatre cens quatre vingtz, estant le siège du grant Turc à Rhodes et regnant en France Loys unziesme de ce nom, éd. Ch. Schefer, Paris, 1882, p. 2).

21 Sans nul doute tiré de Marco Polo, il s’agit en fait de Mogadiscio et de la côte somalienne.

22 Arnold von Harff, The Pilgrimage of Arnold von Harff, éd. M. Letts, Londres, 1946 ; Rom – Jerusalem – Santiago. Das Pilgertagebuch des Ritters Arnold von Harff (1496-1498), trad. et com. H. Brall-Tuchel et F. Reichert, Cologne/Weimar/Vienne, 2007, 3e éd. 2009.

23 Rom – Jerusalem – Santiago…, op. cit. n. 22, p. 11.

24 Sur la question des glossaires dans le récit d’Arnold von Harff, lire H. Beckers, « Zu den Fremdalphabeten und Fremdsprachenproben im Reisebericht Arnolds von Harff (1496-98) », Collectanea philologica. Festschrift für Helmut Gipper zum 65. Geburtstag, éd. G. Heintz et P. Schmitter, Baden-Baden, 1985, t. I, p. 73-86.

25 Au total, on trouve neuf glossaires et sept alphabets chez Harff, contre six alphabets chez Mandeville (mais ce nombre peut augmenter jusqu’à quinze dans certaines versions extrapolées). Il a pu s’inspirer également du récit de Bernhard von Breydenbach, imprimé pour la première fois en 1486 à Mayence et qui donne un glossaire arabe-allemand (ibid., p. 78).

26 Alessandro Ariosto, Itinerarium (1476-1479), éd. F. Uliana, Alessandria, 2007 (Oltramare, 12).

27 Ibid., p. xiv-xv.

28 Ibid., p. xix-xx.

29 Ibid., p. 345-346.

30 De Nuremberg à Grenade et Compostelle : l’itinéraire d’un médecin allemand, août 1494-avril 1495. Traduction du récit de voyage de Jérôme Münzer, éd. D. Péricard-Méa, Biarritz, 2009, p. 29-30.

31 Itinéraire d’Anselme Adorno…, op. cit. n. 3, p. 26-27.

32 Sur la diffusion et la réception du livre de Mandeville, lire principalement R. Tzanaki, Mandeville’s Medieval Audiences : a Study on the Reception of the Book of Sir John Mandeville (1371-1550), Aldershot, 2003 ; pour Marco Polo, je me permets de renvoyer à C. Gadrat-Ouerfelli, Lire Marco Polo au Moyen Âge : traduction, diffusion et réception du Devisement du monde, Turnhout, 2015 (Terrarum orbis, 12).

33 C. Gadrat-Ouerfelli, Lire Marco Polo…, op. cit. n. 32.

34 Ye Solace of Pilgrims…, op. cit. n. 8, p. 1.

Auteur

Aix Marseille Université LA3M (UMR 7298)

© Éditions de la Sorbonne, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site